Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: Le roman d'Imoen

  1. #1
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151

    Le roman d'Imoen

    Après des années d’absence sur ce forum, je reviens, quelque peu émus de voir qu'il bénéficie toujours d'une telle effervescence. Et pas seulement grâce à de nouveaux jeux comme Pillars of eternity.

    La Flamme de Baldur's gate brule encore!

    Y compris pour moi. J'ai récemment cédé à un rêve vieux d'une décennie : écrire un roman sur baldur's gate.
    Oh je sais que je ne suis pas le premier, j'ai même feuilleté l'officiel qui est d'une médiocrité sans nom.

    Aussi, je veux écrire un vrai roman, long, où l'on est immergé dans les quêtes (et pas seulement la principale) avec des dialogues vivants auprès des PNJ.
    Et plutôt que de créer un personnage de toutes pièces, j'ai choisi de faire comme si charname, n'était autre qu'Imoen.

    Je sais, ça peut surprendre.
    Imoen est un personnage joyeux qui déteint avec la destinée du personnage principal.
    Mais justement : je trouve intéressant de partir d’un personnage joyeux, innocent (pour ne pas dire enfantin), et qui va affronter une aventure aux détours des plus cruels.
    C'est le personnage idéal pour donner du sens à la citation de Nietzsche dans la première cinématique.
    évidemment, il faut que vous vous représentiez Imoen d'après sa version dans Baldur's gate II : épargnons-nous son insupportable voix du premier.
    évidemment, cela va demander des adaptations, notamment pour shadow of Amn. Mais rassurez-vous : je sais déjà comment faire, et en plus, j'en suis encore très loin.

    Aussi, alors que je ne suis encore qu'au tout début de ce projet colossal, je vous livre le premier chapitre du prologue, afin d'avoir l'avis de connaisseurs sur la viabilité de mon projet.

    Merci de vos retours.

    Un lien vers un site d'entre-aide à l'écriture : http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=3135
    La lecture y est plus agréable que sur les messages du forum.
    Dernière modification par Jalen ; 13/02/2019 à 19h06.

  2. #2
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151

    Prologue - Chapitre 1

    Un lien vers un site d'écriture : http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=3135
    La lecture y est plus agréable que sur les messages du forum.

    Adieu.

    Adieu mon foyer, adieu ma vie d’innocence.

    Adieu à vous, nobles confidents venus entendre le témoignage de mon épopée.

    Adieu.

    Oui, mon aventure commence par un adieu. Car je suis aux prises avec les envoyés même de la mort.
    Accroupie derrière un épais sac de blé, je guette l’ennemi.

    L’étroit entrepôt dans lequel je me trouve se tamise d’ombre, avec pour seule source de lumière une lanterne fixée à une poutre.
    Le succès de ma quête est plus qu’incertain.
    Éclairée par une flamme vacillante, j’aperçois un des monstres se mouvoir auprès d’un tonneau. Porté par de courtes pattes griffues, son corps gris au poil rutilant de crasse rase le sol.
    Tandis qu’il agite sa longue queue, il retrousse ses babines, laissant paraitre deux dents pointues au bout de son museau.
    Ses yeux rouges lorgnent dans ma direction.
    Je suis peu équipée pour le combat : sur moi, je n’ai qu’un pantalon et une pauvre broigne dont la teinture rose ne me rend que trop repérable. J’espère que ces monstres ne discernent pas les couleurs.
    Il redresse sa truffe vers moi, et ses moustaches frétillent.
    Je dois attaquer avant qu’il ne me repère.
    Pour l’abattre, j’ai bien une épée longue, mais je ne sais pas m’en servir ; en plus, je dois la rendre indemne à son propriétaire.
    Je sers donc entre mes mains un arc court, que j’ai récemment acquis. La corde est encore raide, ce qui m’assure davantage de précision. Malgré ma maitrise de cette arme, mes chances de l’atteindre sont maigres.
    Deux raisons à cela : d’abord, ce type de monstre est sacrément rapide ; ensuite, il est vraiment très petit.

    Quoi de plus normal pour un rat me direz-vous ?

    Sauf que Reevor, le propriétaire de l’entrepôt, a bien insisté pour que j’extermine tous les rats. Or, il y a fort à craindre que si j’en occis un, les autres vont rapidement détaler.
    Et inutile de compter sur le renfort des forces félines : les chats sont bien là, mais ils se contentent de somnoler entre les caisses et barriques ; c’est à peine si ces traitres m’accordent un regard !
    Le rat avance d’un pas hésitant. Il a bien repéré l’épais bout de fromage placé au centre de l’entrepôt.
    Mais le rongeur flaire le piège. Je sens qu’il va se raviser.
    D’un bond, je me redresse et décoche une flèche.
    Echec critique.
    Non seulement le rat détale, mais en plus, ma flèche se plante dans le bas du tonneau. Entre la tige de mon projectile et le bois du contenant, fuse un filet de vin.

    Devant la flaque qui s’étend, je laisse échapper un juron :
    « Mince ! Reevor ne va pas me payer si je lui ruine l’entrepôt ! »

    Paniquée, j’attrape un chiffon et essaye de colmater le trou. A quatre pattes, les genoux dans le vin, je plaque le tissu sur la fissure causée par ma flèche.
    Par chance, la brèche n’est pas trop importante. Cela diminue le débit, sans pour autant empêcher un léger ruissellement.
    Je me précipite vers un coffre contenant de la poix ; une simple broche me suffit pour crocheter sa serrure. Le temps de revenir, qu’une flaque de vin s’étale dans l’entrepôt.
    Les effluves d’alcool me piquent les narines, mais pas assez pour m’empêcher d’appliquer la poix au niveau de l’impact. Seulement, le bois est trop humide, la poix ne colle pas.
    Les mains violacées de vin, j’essaye de renverser le tonneau sur le côté pour tourner le trou vers le haut. En vain, le baril est trop lourd.
    Dans mon effort, j’aperçois les rats assaillirent le fromage désormais imbibé de vinasse. Ils se chamaillent pour emporter le plus gros bout.
    Enragé de les voir s’agiter devant moi, je trouve assez de force pour faire basculer le tonneau. Le fait qu’il se soit pas mal vidé a également dû m’aider.
    Je dois encore tirer sur mes muscles pour le tourner dans le bon sens et le caler contre une caisse.
    En sueur, le souffle haletant, mes yeux tombent sur cinq rats en train de se chamailler le reste du fromage ou de boire le vin.
    Gourmandise et ivresse sont de vilains péchés : ils sont à ma merci.
    Furieuse de ma mésaventure avec le tonneau, j’empoigne la précieuse épée longue que l’on m’a confiée. Puis, tel le courroux d’un dieu puritain, j’abas mon glaive. A vrai dire, je m’en sers plus comme d’un marteau.
    Sous mes cris de guerre, les rats couinent, et la lame heurte violemment le sol à plusieurs reprises.
    Quand je m’arrête, il ne reste des rats que des bouts tranchés, leur charpie se confondant avec le vin.
    Le poignet endolori par mon maniement maladroit de l’épée, je soupire en constatant les dégâts. Peut-être me suis-je trop laissé emporter par mon jeu.
    Je passe dix bonnes minutes à essuyer le vin, un peu aidé par les chats qui viennent laper l’alcool ou jouer avec les restes des rongeurs.
    Hélas, une grosse tâche rougeâtre continue d’imprégner la poussière du sol. Tant pis ! Reevor ne passera surement pas vérifier sa réserve avant plusieurs jours.

    Et voyez-vous, j’ai bon espoir de quitter sous peu le foyer de mon enfance : Château-Suif.

    Nichée en haut des falaises qui surplombent la Côte des Épées, la citadelle de Château-Suif abrite une merveilleuse collection complète d'œuvres n'ayant son pareil à Faërune.
    Cette imposante forteresse est préservée de tous les tourments qui s'abattent parfois sur le reste des Royaumes Oubliés.
    C’est dans cette forteresse austère que j’ai grandie, au milieu de moines et lettrés, et jamais je n’ai eu l’occasion de mettre un pied dehors.
    Les siècles ont bien lézardé les épaisses parois, mais sans jamais laisser entrevoir une brèche par où m’enfuir. Ma vie s’est limitée à l’horizon des hautes tours de la bibliothèque, d’immenses cimes couronnées de créneaux et toitures coniques. Mon aventure imaginaire terminée, tel est le lieu que je retrouve à la sortie de l’entrepôt.

    L’arc accroché à la sangle de mon carquois, l’épée nouée à la ceinture, je retrouve une vaste allée, quelque peu ombragée par une tour de la bibliothèque.
    Cela n’empêche pas les rayons d’un soleil à son midi d’illuminer les lieux. Après mon aventure dans la ténébreuse cachette des rats, il me faut quelques temps pour m’habituer à la lumière.
    Non loin de moi, je distingue Reevor, un nain toujours emmitouflé dans une armure feuilletée rehaussée par quelques lanières de cuirs bleutés.
    Assis sur un banc, il a avec lui un parchemin, surement un inventaire de ses stocks. Mais le nain ne feuillette pas ses comptes.
    Il discute avec le vieux.
    Je l’appelle le vieux, car outre ses rides, ses cheveux blancs noués en queue de cheval, son épaisse mais courte barbe argentée, il use d’un langage très policé, très formel très… vieux sage.
    Peut-être suis-je un peu trop taquine de le surnommer ainsi, car après tout, il se tient toujours droit dans sa longue robe de mage d’un gris austère, et ce malgré son âge avancé.
    Surtout, le regard du vieux dégage une vivacité qui contraste avec le calme de ses paroles.
    Mais n’y voyait aucun mépris de ma part : le vieux est mon père ; adoptif, il va sans dire.
    De son vrai nom, Gorion m’a adoptée il y onze ans, alors que je n’avais vu passer que cinq hivers.
    Tel un père, il m’a bercée de mille histoires : de héros et de monstres, d'amants et d'infidèles, de batailles et de tragédies ; de quoi m’échapper par l’imagination.
    De lui, j’ai hérité d’une bonne éducation : lectures et copies d’ouvrages magistraux sur l’histoire des royaumes.
    Fort heureusement, je n’ai pas hérité de son sens de l’humour.

    Mais pourquoi m’avoir adoptée me demandez-vous ? Je l’ignore.
    D’après Gorion, je suis une enfant abandonnée au seuil de Château-Suif. Ému par mon sort, il m’a prise sous son aile.
    Cette histoire ne m’a jamais satisfaite, seulement, j’ai eu beau cuisiner toutes les personnes présentes lors de mon arrivée, tous me confirment cette version ou déclare ne rien en savoir.

    Il y a de cela trois ans, j’ai réussi à obtenir une confession du gros Winthrop, un rien enivré par une liqueur venue d’Eauprofonde.
    Sur le ton de la plaisanterie, je lui ai reproché d’avoir laissé Gorion m’adopter, et qu’ils auraient dû se battre pour une fille aussi mignonne que moi.
    Ses grosses joues empourprées d’alcool, Winthrop s’est laissé prendre au jeu : il m’a expliqué ne pas avoir eu l’occasion de faire valoir son droit.
    Car c’est Gorion qui m’a trouvée, juste au retour de son voyage. À peine entrée, qu’il m’a déjà présentée sous le nom d’Imoen.
    Pleine d’innocence, je fais remarquer à Winthrop que rien ne l’empêchait de m’adopter pour autant.
    Alors, dans un murmure un peu pataud, Winthrop m’a révélé que Ulraunt, le Gardien des Ecrits et dirigeant de la bibliothèque, ne voulait pas de moi à Château-Suif !
    Sans l’influence de Gorion, jamais je n’aurais pu grandir dans le confort de cette forteresse.

    Voilà de quoi alimenter la question de mes origines. Pour autant, mon enfance n’a rien de malheureuse : plus jeune fille de la forteresse, toutes les attentions se sont tournées vers moi.
    Pour seuls camarades, je comptais Phlydia et Dreppin, tous deux mes ainés de trois ans. Et croyez-le ou non, mais c’est moi qui leur ai appris les quatre-cents coups !
    Faire la course dans les ruelles sinueuses de la forteresse, escaladé les murs intérieurs de l’enceinte, chiper quelques armes à la garnison, et accessoirement, se blesser à plus d’une occasion.
    Une fois, j’ai même convaincu Dreppin d’emmener paitre une de ses vaches dans le jardin de la bibliothèque !
    Je dois l’admettre : j’ai largement usé de ma bonne bouille pour que l’on me passe tous mes badinages et petits larcins.
    Sans compter ma meilleure excuse : il n’y rien à faire à Château-Suif ! Cloitrée entre ses épais murs, quoi de plus normale que de transformer mes sorties en folles maraudes ?
    Mais à présent, l’espoir d’une ouverture vers le monde extérieur se dessine.

    En me dirigeant vers Reevor pour réclamer mon dû, je sonde Gorion : son regard trahit une inhabituelle inquiétude. Je ralentis et tends l’oreille pour savoir de quoi ils discutent. Hélas, le nain me voit :

    « Par la barbe de Moradin ! s’exclame Reevor de sa voix grinçante. Tu es blessée Imoen ?
    — Pas du tout » Je remarque alors les taches de vin qui imprègnent mon pantalon. Il me faut expliquer ça sans aborder le tonneau percé d’une flèche : « J’ai renversé un peu de vin sur moi en… en versant quelques gouttes sur le fromage pour assommer les rats. »
    Gorion me regarde d’un œil amusé, un de ses sourcils broussailleux se relève légèrement. Il perçois mon mensonge. Heureusement le nain est moins soupçonneux :
    « Et ça a marché ?
    — Oui ! Ils sont tous morts !
    — Ah ! s’amuse Reevor. Tuer les tous comme les rats qu’ils sont ! Une bataille glorieuse, comme ce monde n’en a encore jamais vue. Voilà ta récompense. , ne dépense pas tout à la fois. » Alors qu’il me tend cinq pauvres pièces d’or, le nain s’adresse à Gorion : « C’est qu’elle a négocié dur sa prime ! Pire qu’un nain ! Enfin, au moins s’enrichit-elle sans détrousser les visiteurs. »
    Pas question de me laisser incriminer ainsi :

    « N’importe quoi ! C’est pas de ma faute si les gens de passage perdent des affaires !
    — Et les moines qui se plaignent de voir leur argent disparaitre ?
    — Peuh ! Ils ont rien dans leurs bourses de toute façon !
    — Comment peux-tu savoir qu’ils n’ont rien ? »
    C’est Gorion qui, comme il en a l’habitude, met fin aux chamailleries que je sais si bien déclencher. D’une voix grave et paternelle, il me demande :
    « Pourquoi as-tu besoin d’argent mon enfant ? Que je sache je pourvoie déjà à tous tes besoins. »
    Attention : c’est à moi de lui soutirer des informations. Pas le contraire. Je tente un mensonge susceptible de lui faire plaisir :
    « Pour m’acheter quelques parchemins auprès du temple d’Oghma. Je souhaite apprendre à fabriquer des potions.
    — Winthrop m’a dit que tu voulais lui acheter une armure. »
    Mince, le vieux m’a à l’œil ! Il me faut réussir une esquive :
    « Oui, oh ça c’était juste comme ça, pour aller me chamailler avec Hull.
    — Il ne va pas te frapper de son épée. Quelqu’un te menace dans l’enceinte ? » Sa question ne ressemble pas à une plaisanterie. Il attend ma réponse avec inquiétude.
    « Non, » dis-je sincèrement. Gorion semble rassuré de ma réponse. Même si on aborde le sujet qui m’intéresse, la conversation prend une tournure déplaisante.
    « Je vois que tu sors armée, reprend Gorion en regardant mon arc et l’épée d’Hull. Aucun visiteur ne t’a menacée ? Si c’était le cas, tu devrais immédiatement m’en parler.
    — Pourquoi quelqu’un en voudrait-il après moi ? Château-Suif est une forteresse. Les visiteurs sont uniquement des lettrés en quête de connaissances.
    — Une forteresse peut se révéler être une souricière. Un lettré peut être un redoutable mage. Et aucune surveillance ne garantit l’absence de criminel parmi les marchands venant nous ravitailler. »
    Ses propos me mettent mal à l’aise : si j’ai toujours eu envie de quitter Château-suif, je n’ai jamais eu envie que ce lieu puisse me devenir dangereux.
    Gorion ne me laisse pas le temps de réagir à son propos. Il masque son anxiété par un sourire :

    « Va rendre son épée à Hull, me dit-il d’un ton à mi-chemin entre conseil et ordre. Je l’ai aperçu sur le chemin de ronde ouest. Nous reparlerons plus tard. »
    Il ferme son visage par un air d’intense réflexion et repart vers la bibliothèque.

    « Ben ça, dit Reevor, il a l’air inquiet. Qui t’a mis en rogne dernièrement ?
    — Personne. De quoi parliez-vous ?
    — Il demandait juste si j’avais quelques nouvelles de l’extérieur, surtout à propos de la crise du fer.
    — Tu crois que ça pourrait l’inquiéter ?
    — Sûr que c’est pas rassurant ce qui se passe dehors. Avec le prix du fer qui monte à cause de la pénurie, des bandits se mettent à pulluler sur les routes. Et gare à celui qui se pavane avec une armure bien en fer ! Au lieu d’inquiéter les bandits, ça va plutôt exciter leur convoitise. Mais je vois pas comment ils pourraient débouler ici ! On n’a pas beaucoup de fer. »
    Soucieuse de l’attitude de Gorion, j’en oublie de reprocher à Reevor ma paye dérisoire et lui souhaite un bon après-midi.
    Me voilà à arpenter une énième fois les ruelles de Château-Suif.
    Entre les murailles qui défendent la citadelle et les murs de la bibliothèque, je passe auprès de maisons à colombages et au toit de chaume : des dortoirs ou scriptorium pour les moines, quelques demeures pour les artisans de la citadelle, et une caserne de gardes, plus une maison de soin.
    Je connais tout cela par cœur !
    Alors, les menaces extérieures dont parlent Gorion et Reevor n’ombrage en rien un monde aussi réduit : je veux partir.

    J’emprunte les escaliers qui mènent au chemin de ronde sur les remparts ouest.
    Les murs s’élèvent à plusieurs dizaines de mètres, une hauteur qui offre une protection non négligeable contre les vents marins qui viennent fouetter la falaise.
    Une fois sur les remparts, j’hume la bise saline qui provient de la mer.
    Combien de fois ai-je rêvé de partir par-delà cette mer profonde secouée de vagues ?
    Je jette un regard par-dessus les créneaux : d’où je suis, les fortifications s’étirent vers les falaises, une interminable longueur de roches abrasées qui plongent dans une écume blanche secouée de remous. De toute cette hauteur, j’ai l’impression de regarder la surface d’un abime infini attendant de me voir plonger.

    Un bâillement retentit non loin de moi. Un bâillement que je saurai reconnaitre entre mille. Je me redresse et hèle un garde paresseusement appuyé contre une lance :

    « Alors Hull ! Tu surveilles l’océan ? Même au travail tu t’arranges pour ne rien avoir à faire !
    — Te voilà enfin ! » réplique Hull d’une voix endormie.
    De ses yeux pochés de cernes, il m’observe d’un air faussement moqueur. Ses cheveux en pagaille lui donnent un air comique.

    « Ramène-moi mon épée ! beugle-t-il toujours appuyée sur sa lance.
    — Du calme ! Tu as peur de te faire attaquer par des mouettes ? »
    Je lui tends son épée qu’il récupère d’un geste brusque :

    « On a pris son temps hein ? me dit-il d’un ton faussement réprobateur. Tu es indécrottable, Gorion est bien bête d’essayer de t’élever comme il faut ! Tiens, le Winthrop te cherche pour l’écurie et faire les lits dans son auberge ! Un peu de travaux manuels ça… » Il s’arrête pour renifler son épée : « Mais, elle pue le pinard ?
    — Que racontes-tu là ?
    — Mon épée pue le pinard !
    — Arrête ! Je sais très bien que tu t’es encore pris une cuite ave Fuller hier soir ! Tu en as renversé dessus. »
    Indifférent à ma remarque, il examine la lame de son épée :

    « Elle est ébréchée en plus !
    — Je te la rends telle que je l’ai trouvée. »

    Il est temps pour moi de m’esquiver. Je pivote pour faire demi-tour et le salue :

    « Allez, décuve bien ! Oh et je t’ai aussi emprunté ton antidote pour Dreppin, une de ses vaches est malade.
    — Quoi ? s’indigne Hull alors que je continue de m’éloigner. C’est mon remède pour mes gueules de bois !
    — T’auras qu’à boire du lait !
    — Ah non ! Reviens ici !
    — J’entends plus, je vais voir Winthrop ! »

    Trop occupé à décuver, Hull préfère rester avachi contre sa pique.
    Très vite ses protestations à propos de son épée deviennent inaudibles.
    Puisque Gorion est passé voir Winthrop, je peux bien aller aussi l’interroger : direction l’auberge.

    Sans le savoir, je viens bien de dire adieu à mon foyer et mon innocence.
    Car le monde extérieur va bientôt me rattraper.
    Dernière modification par Jalen ; 03/06/2019 à 17h08.

  3. #3
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151
    Le lien pour lire le roman dans un format plus agréable : http://www.plumedargent.fr/viewstory...3135&chapter=2

    Ce chapitre est plus court que le précédent, mais plus corsé (tant sur l’humour que sur l’action) ; et Winthrop apparait enfin dans un roman dédié à baldur’s gate. Rien que pour ça, ça valait le coup de l’écrire.
    J’espère qu’il vous plaira.

    Le texte:

    L’auberge de Château-Suif est un lieu qui m’est des plus familiers.

    Rien à voir avec ces bouges affreux où s’entassent des ivrognes venus se vautrer contre une paillasse infestée de puces.
    Ce n’est pas non plus un hôtel aux vastes chambres drapées de soie et de lin.
    Derrière les cloisons de chaumes soutenus par d’épais encorbellements, se trouve le seul endroit que je peux qualifier de foyer.
    Certes, je n’y ai qu’une petite chambre à l’étage, la même qu’occupent la plupart des visiteurs.
    S’il y a du passage en ce lieu, ce ne sont que des moines, magiciens, et lettrés qui y dorment le temps de leurs études ; ils sont discrets et peu envahissants.
    Ceux qui viennent dans la salle commune ont toujours eu le plaisir d’assister à mes pitreries ou d’écouter mes aventures.
    Au moins, par leur présence, je dispose d’une ouverture sur le monde.

    Et quand il n’y a personne, assise près du feu, j’écoute les histoires de Gorion… ou j’enquiquine le Gros-plein-de-soupe Winthrop.

    Encore une fois, une pointe de culpabilité me saisit à le surnommer ainsi.
    Pourtant, comme pour le vieux, il n’y a là qu’amour. Jamais je n’honorerais une personne que je hais d’un surnom affectueux.
    D’ailleurs, ils sont toujours parfaitement mérités. Winthrop est tellement obèse, qu’il ressemble à un rôti ficelé dans un tablier trop étroit !

    Arrivée près de la massive porte de l’auberge, je pousse un des battants et retrouve mon aubergiste préféré.
    Toujours derrière son comptoir, l’imposant bonhomme s’occupe comme il peut.
    Parfois, sa bouille joufflue se feint d’un air sérieux pour relire ses comptes ; rarement, de ses épaisses mains potelets, il nettoie la vaisselle ; très souvent, il grignote du pain tartiné de pâté, ce qui entretient son double menton et son ventre bedonnant.

    Aujourd’hui, c’est seulement une cuisse de poulet qu’il dévore à pleine bouche. Dès qu’il m’aperçoit, son air bourru s’adouci, et sous son front dégarni, brille un regard de malice. Winthrop s’empresse de cacher sous son comptoir les restes du poulet :
    « Dites-donc toi, me hèle-t-il. Il va être grand temps de payer ta chambre ! Tu ne crois pas résider ici gratuitement ? J’attends mes deux-cent pièces d’or immédiatement ! »
    En surjouant un peu, je mime une grosse colère :
    « Quoi ? C’est un scandale ! Comment osez-vous pareil tarif pour une aussi piteuse auberge ? Il y a de la crasse jusque dans les moindres recoins et des rats sous mon lit ! »
    Winthrop se renfrogne et crispe son visage ; avec son double menton, on ne voit plus ou commence sa tête et où s’arrête son cou. D’une voix trainante et maniérée, il m’énonce sa réplique préférée :
    « Mon auberge est aussi propre qu’un derrière d’elfe !
    — Comment le savoir ? lui dis-je un brin moqueuse. Je n’ai pas l’habitude d’examiner le derrière des elfes, moi. »
    Winthrop me fait les gros yeux.
    Il glisse un œil vers la salle commune, un vaste salon agrémenté de longue table en bois et de fauteuil près de la cheminée : il n’y a qu’un moine occupé à potasser un ouvrage poussiéreux.
    Mais Gros-plein-de-soupe s’inquiète que l’on entende mes sous-entendus.

    Il baisse le ton de sa voix pour me rabrouer :
    « Des choses comme ça, ça ne se dit pas !
    — Allons ! Je plaisante ! Tu ne vas pas te plaindre de mon sens de l’humour. Tu serais bien malheureux si j’étais aussi barbante que Gorion !
    — Tout de même ! Même si je suis bien content que tu n’es pas un balai là où je pense comme tous ses moines, il y a des choses qui ne se disent pas ! »
    C’est qu’il est pudique mon Gros-plein-de-soupe. Mieux vaut faire preuve de repentance pour obtenir des informations à propos de Gorion.
    Je retiens une boutade à propos de balai, et use d’un timbre des plus désolés pour l’amadouer :
    « Moi qui venais seulement m’assurer que Gorion ne t’avait pas trop embêté à cause moi. Je ne voudrais pas t’attirer des ennuis.
    — Et comment cela serait-il possible ?
    — Il m’a dit qu’il avait dû t’interdire de me vendre une armure ! » Oui, je mens un peu. Mais cela me permet d’orienter la conversation vers le sujet de mes préoccupations.
    « Pas du tout, me répond Winthrop. Oh, il s’est bien intéressé au fait que tu veuilles une armure.
    — Ah ? J’ai cru qu’il ne voulait pas que j’en porte.
    — Ce n’est pas exactement ce qu’il a dit. C’était bizarre, Gorion a laissé entendre que je pouvais t’en céder une si tu te sentais menacée. »
    Tiens donc. Le vieux s’inquiète vraiment pour moi.
    Il me faut plus d’informations :
    « Il n’a pas parlé d’un voyage ?
    — Non. Tu crois bientôt partir ? »
    Zut, Gorion n’a pas lâché davantage d’informations à Winthrop. Mais je peux tout de même gagner quelque chose dans cette histoire : « Toujours pas de départ en vue. Ceci-dit, je me sens menacée.
    — Par qui ?
    — Il y a peu j’ai dû affronter une horde de rats !
    — Des rats, s’amuse Winthrop. Mes armures ne peuvent rien contre ses monstres !
    — Allez ! Laisse-moi t’acheter une armure.
    — Tu as déjà bien assez avec ton arc. » Un sourire éclaire le visage de l’aubergiste : « Quoique, dit-il avec malice, je veux bien négocier un prix en échange de quelques services.
    — Désolé, je ne connais pas d’elfe qui soit de passage à Château-Suif !
    — Tu es incorrigible, se vexe-t-il. Non il s’agit d’un vrai travail, histoire de mériter ta chambre.
    — Oui, Hull m’a dit que tu avais besoin d’aide pour faire les lits.
    — Les lits ? grogne Winthrop. C’est les écuries qui ont besoin d’un bon coup de nettoyage. Décrotter les sabots des chevaux et les brosser, remettre du fourrage dans les mangeoires, et de la paille dans leur étable. »
    Évidemment. Le bougre me refile le boulot le plus salissant.
    En plus, j’ai horreur des chevaux.
    Non seulement ils puent, mais en plus ils me font peur tellement ils sont grands.
    On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise ruade avec eux.
    Pour autant, j’ai vraiment envie de m’offrir une armure de cuir, voire même une besantine.
    Alors, j’accepte la sale besogne. Malgré ma défiance envers les vils équidés, j’entre dans l’écurie.
    Heureusement, seuls deux chevaux sont présents, les autres sont probablement en train d’être harnachés pour partir en ravitaillement à l’extérieur.
    Rendez-vous compte, les chevaux ont le droit de quitter cette citadelle, mais moi non !

    Je pose mon arc à l’entrée et me mets au travail.
    Je ne souhaite pas y passer des heures : hors de question d’approcher ces animaux pour les toiletter, je vais juste remettre de la paille et du fourrage, paresser une heure et retourner marchander avec le Gros-plein-de-soupe. Afin que personne ne me surprenne à bâcler le travail, je ferme la grande porte qui permet aux bestiaux de quitter l’écurie.
    Sous la lumière qui filtre par les claustras, je m’attèle à ma nouvelle quête.
    En portant à bout de bras du foin pour ces gros poneys, je repense aux informations glanées aujourd’hui : Gorion est inquiet.
    Pas seulement pour moi, mais aussi par rapport à ce qui se passe dehors.
    Mais quel lien peut-il y avoir entre une crise économique causée par une pénurie fer, et ma petite personne ?

    C’est alors que je remarque qu’un homme vient de rentrer dans l’écurie.
    Grand avec des épaules aussi carrées que son visage, il me lorgne d’un mauvais œil. D’emblée, un mauvais pressentiment me saisit.
    Le gaillard n’a rien d’un moine : il est mal vêtu, avec des cheveux gras, et une carrure trop athlétique pour avoir passé sa vie dans les livres. D’une voix chargée de dédain, il me demande :
    « C’est vous Imoen ? »
    Je finis de remplir la mangeoire de foin en réfléchissant à ma réponse. Je jauge son regard chargé d’une brutalité rare pour les murs de Château-Suif.
    « Tu sais pas causer ? me relance-t-il. T’es bien la fille adoptive de Gorion ? » En disant ces mots, il avance de trois pas vers moi.
    Je m’éloigne en faisant mine d’aller chercher davantage de foin. J’essaye de lui répondre en cachant mon appréhension :
    « Vous connaissez Gorion ?
    — C’est pas le sujet. T’es la fille de Gorion ou pas ?
    — Je ne vous ai jamais vu avant. Vous êtes ici pourquoi ?
    — T’inquiète pas pour moi. Je reste pas longtemps. Et toi non plus d’ailleurs. »
    D’un air placide, il place son bras derrière son dos ; un instant je crois qu’il se gratte.
    Mais, comme si de rien n’était, il dégaine un poignard, long d’une dizaine de centimètres et brillant de son acier affuté.

    Mon cœur se met à tambouriner.
    « Sûr que c’est un joli visage, reprend-il. Dommage de l’abimer. Mais on me paye pas pour m’apitoyer sur ta jolie gueule. »
    L’inconnu barre la porte par laquelle je suis rentrée.
    Quant à la grande porte, les battants sont trop lourds pour que je puisse les ouvrir avant qu’il ne me rattrape.
    Il avance d’un pas subitement plus rapide.
    Avec autant de fougue que mon palpitant en panique, je bondis vers une fourche restée dans le box d’un cheval.
    « Oh que non, » siffle l’assassin en se jetant sur moi.

    Il m’agrippe par les cheveux pour me tirer en arrière.
    Alors qu’il me tire vers lui, je parviens à courber mon dos et à me jeter sur le côté. Au prix de plusieurs cheveux, je parviens à me dégager de sa poigne.
    Une déchirure aiguë me perce alors le flanc gauche ; il vient de m’entailler avec sa lame. Je m’écrase lourdement contre une cloison du box, les yeux piqués de larmes et une hanche empourprée de sang.
    Affalée dans la paille, j’élance mon pied et réussi à le toucher au tibia. Il vacille, tout en essayant de me lacérer la jambe avec son poignard.
    Le souffle court, je parviens à me relever, tiraillée au ventre par une plaie légèrement ouverte.
    Je prends la direction de mon arc laissée à l’entrée, mais je sens une ombre pesée sur moi ; par un réflexe salutaire j’évite une lame qui fend l’air de haut en bas.
    À peine l’idée de crier à l’aide me saisit-elle, que je reçois un poing en pleine mâchoire.
    Je tombe au milieu d’un couloir encrotté de fiente et paille.

    Un cheval se met à hennir nerveusement.

    Une roulade me permet d’éviter le poignard qui tape violemment le sol.
    Déséquilibré par cette attaque ratée, mon assaillant trébuche et peine à reprendre son équilibre.
    Je me redresse en serrant les dents pour contenir ma douleur et réussir quatre longues foulées.
    Je saute sur mon arc et attrape une flèche. Un pas de course claque derrière moi.
    Les deux chevaux hennissent de concert et s’agitent en cognant du sabot.

    Je virevolte sur un pied.
    Le bras crispé par ma blessure parvient à tendre la corde de l’arc.
    Je décoche ma flèche.

    L’assassin se stoppe à moins d’un mètre, comme interrompu par le tapage des chevaux.

    Il m’adresse une grimace dégoutée, on croirait que je viens de lui jouer un mauvais tour.
    Sous son menton, pointe l’encoche d’une flèche profondément enfoncée à travers sa trachée.
    Un râle suinte d’entre ses lèvres en même temps que bave du sang.
    Ses jambes sont prises d’un tremblement, et il s’affale sur les fesses, en essayant d’amortir sa chute d’un bras agité de tics nerveux.
    Étendu par terre, le nez pointé en l’air, il essaye de retirer la flèche d’une main fébrile.

    Les chevaux se calment.

    Dans un dernier reflux de sang, son regard s’éteint, perdu entre les poutres du plafond de l’écurie.
    Sans le lâcher des yeux, je laisse tomber mon arc et m’adosse contre un mur.
    Tandis que j’appuie contre ma plaie, les battants extérieurs de l’écurie s’ouvrent.
    En un instant, je reprends mon arme.
    Dans la lumière de l’après-midi, Hull me découvre l’arc braqué vers lui, le dos courbé par une blessure qui saigne encore.


    Dernière modification par Jalen ; 03/06/2019 à 17h26.

  4. #4
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 680
    C'est sympa, ton roman, et bien écrit... à condition de le lire sur les pages que tu indiques, parce qu'effectivement, en format forum, c'est moins digeste !
    Ca me replonge dans mes lointains souvenirs de BG, je retrouve quelques répliques, et ton interprétation d'Imoen est sympa, même si personnellement, je l'avais trouvée plus naïve et timide, au début de l'histoire... c'est loin dans mes souvenirs !

    Petite remarque : si tu veux rendre digeste la lecture sur le forum, tu peux t'inspirer de la présentation qu'on utilise dans les sections du RP littéraire ("Lointaines contrées de Toril" - d'ailleurs, tu devrais aller y faire un saut, je parie que ça te tenterait de participer !) : tu mets les dialogues en couleur avec une couleur différente pour chaque personnage ; tout le reste en italique ; il reste à sauter des lignes pour retrouver la présentation que tu as sur le site d'écriture, et ça devrait être plus lisible.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  5. #5
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151
    Citation Envoyé par Voyageuse Voir le message
    ton interprétation d'Imoen est sympa, même si personnellement, je l'avais trouvée plus naïve et timide, au début de l'histoire... c'est loin dans mes souvenirs !.
    Moi aussi, mais j'ai préféré retenir la Imoen du 2, la première étant un peu trop brouillon (il me semble qu'elle a été ajoutée rapidement par les développeurs pour fournir un voleur efficace dès le début du jeu)


    Je vais essayer aussi de remettre ça en page plus proprement sur le forum. Et de passer voir les contrées de toril
    Dernière modification par Jalen ; 06/03/2019 à 16h58.

  6. #6
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151
    Me revoici avec non pas une, mais deux parties en plus, toujours au niveau du prologue ! (je pense avoir écris le plus long prologue jamais réalisé pour Baldur's gate).

    Voici les liens vers le site d'écrire où je les dépose :

    Partie 3:
    http://www.plumedargent.fr/viewstory...3135&chapter=3


    Partie 4
    http://www.plumedargent.fr/viewstory...3135&chapter=4

    J'essaye de tout mettre sur ce forum dans une présentation qui soit agréable à lire au plus vite

  7. #7
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151
    Voici la troisième partie, dites-moi si cette mise en page vous parait digeste. http://www.plumedargent.fr/viewstory...ze=0&chapter=3




    Je ne sais pourquoi, mais j’ai l’impression d’avoir déjà vécu cette scène.

    Assise sur le rebord d’une fontaine à l’entrée de la bibliothèque, j’attends.
    L’écoulement de l’eau trouble à peine la surface du bassin, le son produit demeure paisible et continu.
    Je fixe mon reflet, et en particulier mes yeux.
    Une part de moi s’attend à y voir autre chose que mon visage.

    Las de ce souvenir qui ne veut revenir, mon regard se perd parmi les lilas et jonquilles qui parfument les parterres du jardin.

    Entre ces sons et odeurs, j’en oublie presque l’agression que je viens de subir.
    Presque.
    Car mon sang bouillon encore. Je suis à la fois soulagée d’avoir survécu, et envieuse de reprendre ce combat, ne serait-ce que pour interroger l’homme qui m’a attaquée.
    Je jette un œil vers les portes closes de la bibliothèque. À l’intérieur, on discute à propos de mon agresseur. Surtout, on s’apprête à décider de mon sort.
    Gorion est en pleine discussion avec Ulraunt, le gardien des écrits.

    Un sentiment de déjà vue me revient encore, et je m’attends à voir Ulraunt ouvrir en grand les battants et me jeter un regard de haine.
    Oui, je le vois déjà paré de sa magistrale robe grise venir m’annoncer la sentence.


    Hull apparait dans le jardin, avec un air plus réveillé que ce matin :
    « Comment te sens-tu ? » me demande-t-il.
    J’ai bien envie de lui hurler de m’ouvrir la porte de la bibliothèque afin d’interroger Gorion. Le vieux connait certainement la raison de cette attaque.
    Mais Hull n’a pas plus d’autorité que moi dans cette citadelle. J’opte pour une réponse plus aimable :

    « Bien, Parda a guéri ma blessure. Ma tunique reste trouée et salie de sang, mais je ne ressens plus rien.
    — C’est une bonne nouvelle. »

    Il vient auprès de moi et s’appuie sur son bâton.

    Il a des choses à dire, mais en bon garde, il attend que je le questionne un peu.
    Pas question de le décevoir :

    « Sais-tu à quelle sauce je vais être mangé ?
    — Tu sais bien que je ne suis pas convié dans le secret des magiciens. Mais, il faut que je te demande. As-tu volé ou seulement vexé quelqu’un d’important ?
    — Comment aurai-je pu faire une telle chose ?

    — Je parle sérieusement. Je connais tes petites manies, ce n’est pas forcément méchant, tu ne veux que chaparder.
    Mais il y a des visiteurs qui à Château-suif peuvent s’avérer particulièrement… arrogant. »

    Sa question me vexe. Il ne me sermonne pas à propos d’une petite espièglerie.
    Il me soupçonne d’un véritable méfait, sans oser me le reprocher. Perturbée, j’essaye d’y voir plus clair :

    « Non Hull. Winthrop m’a toujours dit d’éviter d’aller au-devant d’ennui trop important.
    Et je m’en serai rendu compte si je m’étais attaqué à quelqu’un de réellement menaçant. Pourquoi crois-tu cela ?

    — Car l’assassin te visait toi en particulier. Et… il n’était pas seul.

    — C’est certain ? »

    Alors que mon anxiété retombait, mon sang s’agite de plus belle.

    « Oui, reprend Hull. Nous avons capturé un autre intrus. Le Portier se souvient de l’avoir vu passer il y a une semaine, il accompagnait juste un ravitaillement.
    Mais il n’aurait pas dû rester. C’est visiblement le frère de celui qui t’a attaqué.

    — Vous l’avez interrogé ?
    — Mieux. Tethtoril l’a soumis à un sort de contrôle mental. L’homme a avoué s’appeler Carbos. Et son frère que tu as tué se nommait Shank.
    — D’accord. Mais ça ne dit pas pourquoi il m’en voulait.
    — Ce sont de vulgaires assassins. Des mercenaires, payés pour tuer sans poser de questions. Ils ne connaissent pas leur employeur.
    Tout ce que Tethtoril a pu en tirer d’intéressant, c’est qu’ils ont rencontré leur recruteur à la taverne de l'Esturgeon Sautillant, à la porte de Baldur.

    — Voilà qui me donne une première direction vers où chercher.
    — Quoi ? Tu crois bientôt partir ? »


    Les portes de la bibliothèque s’ouvrent brutalement, et surgit alors, Ulraunt,
    paré de sa magistrale robe grise.
    Hull est surpris et se met presque au garde-à-vous. Tandis que Hull repart en faisant mine d’être en pleine ronde, je reste assise et fixe le gardien des écrits.
    Il affirme constamment son rang par sa robe brodée d’or, le torse recouvert d’une page d’écritures sacrées.
    Sous son capuchon gris, il me jette un regard dédaigneux.
    Comme si j’étais un animal incapable de le comprendre, il s’adresse à quelqu’un derrière lui :

    « Vous êtes libre de sceller votre sort comme bon vous semble. Mais il est hors de question que vous ameniez le meurtre et le sang en ce lieu saint. »

    Gorion apparait alors, le visage résigné :

    « Jamais, répond-il à Ulraunt. Jamais je n’ai amené le mal ici et jamais je ne l’ai attiré. »

    Ulraunt semble prêt à répliquer. Gorion ne lui en laisse pas le temps :

    « Je vous le redis, votre décision est aussi la mienne, ce qui vient de se produire ne fait que l’accélérer. »

    Le gardien des écrits hausse les épaules et se dirige vers moi.
    Encore un souvenir m’anime tandis que le visage âgé d’Ulraunt me fixe avec haine :

    « Disparaissez d’ici, me dit-il à la manière d’un anathème lancé contre un démon. Ces lieux ne sont plus votre foyer, nous ne vous accueillerons plus. Vous partez dans l’heure. »

    Je m’efforce de soutenir son regard. Heureusement, il fait demi-tour et passe à côté de Gorion.
    Ce dernier, sans se retourner, lui adresse une dernière parole :

    « N’oubliez pas que les écrits d’Alaundo le sage sont aussi une source d’attrait pour le mal. »

    Ulraunt ne réagit pas, il disparait derrière les portes de la bibliothèque qui se referment sous l’effet d’une magie invisible.

    Gorion avance vers moi, lentement. Son regard brille d’une lueur que je ne parviens à comprendre.
    Je me redresse, le cœur serré, partagée entre angoisse et impatience.

    « Tu as entendu le gardien des écrits, dit Gorion avec une pointe d’ironie. L’ordre est donné.
    Mais si cela peut te rassurer, c’est une sage décision. Prise pour de mauvaises raisons, mais pourtant nécessaire. »

    Je ressens tout mon être vibrer. Ce n’est pas le départ joyeux que j’imaginais. Mais j’y suis enfin.

    « J’imagine que tu as mille questions, poursuit Gorion.
    Et j’y apporterai réponse le moment venu. Dans l’immédiat, il te faut préparer tes affaires pour le départ.
    Nous parlerons au cours du trajet. Contente-toi du strict nécessaire. »


    À partir de cet instant, j’ai l’impression de flotter dans un rêve. Chacun de mes gestes et pas me paraissent fébriles, mais je ne tremble pas.
    En quelques instants, je me retrouve dans ma chambre. Mes affaires pour le voyage sont déjà prêtes.
    Pas de tunique rose pour mon départ, ce ne serait pas sérieux ; je serai bien trop repérable en pleine nature.
    J’ai opté pour une tunique grise, plus discrète. J’attrape mon carquois et mon arc court. Je glisse une petite dague dans ma botte droite.


    En redescendant, apparaît un obstacle de graisse et d’amour : Winthrop se met en travers de mon chemin.
    Avec sa bouille de gros enfant, il me dévisage l’air triste :


    « J’ai toujours su que ce jour arriverait, parvient-il à dire avec contenance. Mais j’espérais qu’il se fasse dans de meilleures conditions. »

    Je ressens bien un pincement au cœur. Mais trop de questions m’animent pour que je parvienne à m’émouvoir davantage.
    Aucun des discours d’adieux que j’ai imaginé ne me revient.
    Ma réponse est des plus bêtes :

    « J’ai pensé exactement la même chose. Tu vas me manquer mon gros-plein-de-soupe ».

    De ses gros bras potelet, l’aubergiste m’enlace :

    « Ne t’en fais pas, me dit-il. Gorion est un homme sage. Il sait ce qu’il fait. »

    Il me relâche et essuie une larme : « Viens, j’ai quelque chose à t’offrir. »


    Je le suis jusqu’au comptoir.
    Il sort d’en dessous une besantine, toute brune de cuir clouté.
    J’éclate de rire et lui demande :

    « Enfin tu te décides ! À combien veux-tu me la vendre ?
    — Te la vendre ? se choque Winthrop. Tu crois qu’après tant d’années, alors qu’il y a tant de bandits et monstres en maraude dehors, je vais te faire payer quoi que ce soit ? Ce serait ridicule. »



    Dernière modification par Jalen ; 03/06/2019 à 17h24.

  8. #8
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    690
    Moi j'aime bien le format du forum Le fond gris repose les yeux. Et j'attend la suite!
    (Mais, si je peux me permettre, dix centimètres pour une dague, c'est pas sérieux. regarde sur un mètre! En moyenne on est plus sur du 25/30cm, c'est la taille des miennes! (de dagues ))
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  9. #9
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 705
    J'ai commencé la lecture (terminé la première partie), mais je fatigue vite sur écran, je ne te promets pas un suivi régulier...

    Bon, évidemment, on connaît l'histoire, mais c'est toujours un exercice intéressant, une sorte d'interprétation personnelle d'une partition célèbre

    J'aurais juste à signaler quelques manques de virgules, en terme de ponctuation. Mais sinon, c'est chouette !
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  10. #10
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages 
    151
    Merci pour vos retours.

    C'est vrai que lire sur un écran de PC n'est pas toujours appréciable, mais la première partie est la plus longue, les autres passages sont plus court.

    Voici la 4eme partie, et le lien vers un site qui permet aussi un affichage en PDF.

    http://www.plumedargent.fr/viewstory...3135&chapter=4

    Dans cette partie, j'essaye de donner une personnalité un peu plus recherchée à Gorion.

    ...


    Je n’ose y croire, c’est à peine si je réalise ce qui se passe.
    J’ai passé l’ombre du porche de Château-Suif, il ne m’a fallu que cinq pas pour en finir avec l’épaisseur de ses murs.
    Commence alors la remontée d’un petit chemin de terre et gravier cerné d’herbes courtes.
    Gorion marche devant moi, ses cheveux toujours noués par une queue-de-cheval ondulent lentement.
    Il a revêtu une robe de mage plus ample, elle s’apparente davantage à un épais manteau noué à la taille, dont l’ouverture facilite le mouvement des jambes. J’ai même pu entrevoir une dague enlacée à sa ceinture.


    Le chemin se rapproche du bord de la falaise, puis rétrécit ; un étroit passage relie le massif promontoire de Château-Suif au continent.
    Un souffle marin vient me secouer au moment de ma traversée, comme pour me pousser plus en avant vers la terre ferme.
    Tout me parait nouveau : les couleurs d’une plaine et de falaises que j’ai tant observées deviennent incroyablement nettes.
    C’est une magnifique peinture où l’apprêt d’une terre dorée s’enduit de roches brunes striant les falaises, avec une couche d’étendues détrempées à la végétation verdoyante, rehaussées d’un ciel bleu à l’horizon voilé par le lavis d’immenses tours. Oui, je vois Château-Suif depuis l’extérieur. Ses tours de calcaire blanc se teintent d’un rose pâle produit par les premiers rayons descendants du soleil.

    Je distingue encore les fenêtres de la bibliothèque.

    L’image d’allées bordées d’étagères emplies de livres magnifiques m’étourdit.
    Peut-être ai-je exagéré ma soif d’aventure ? Combien de temps me suis-je reposée dans cette bibliothèque, combien de fois me suis-je évadée dans ses livres incroyables ?
    Jamais je ne retrouverai pareil lieu.

    Mon cœur s’arrête : j’ai envie d’y retourner.

    Gorion est indifférent à mon sort, il continue sa marche.
    Quelque chose à attirer son attention. Ou plus exactement, quelqu’un.

    Mon trouble est refoulé par l’attitude de Gorion.
    Un peu plus loin, au bord d’une falaise, se tient droit un homme, richement vêtu d’un pourpoint noir.
    Il parait ridiculement fluet comparait au précipice vers lequel il se penche.

    L’inconnu nous aperçoit ; il nous fait signe de partir de la main. Tout en nous jetant des regards, il avance encore d’un pas vers le rebord, il s’appuie sur ses pieds comme pour prendre son envol.
    Je m’inquiète de la situation et demande à Gorion :

    « Il ne va pas sauter ?
    — On dirait bien que si, me répond impassible Gorion.
    — On ne peut pas le laisser faire ! »

    Mais mon tuteur demeure stoïque, peu inquiété de ce qu’il voit.
    Je prends l’initiative d’interpeller l’étranger :

    « Que faites-vous ? Tout va bien ?

    — Laissez-moi ! crie-t-il d’une voix tremblante. Laissez-moi ou je saute ! »

    Suivie de Gorion, j’avance vers lui et tente de le raisonner :

    « Mais pourquoi faire pareille chose ? Venez ici me parler, je suis certaine que vous avez encore maintes raisons de vivre !
    — Non plus rien ne me retient ! C’en est assez ! »

    Un instant, il me parait prêt à sauter. Mais n’en fait rien. En approchant davantage, je distingue son visage figé dans une expression de tristesse… un rien exagéré.
    Il m’énonce d’un ton solennel :

    « Dites simplement à ma famille que Chase s’en est allé.
    — Non, revenez par ici Chase.
    — Inutile d’essayer de me retenir ! »

    Il retient son souffle et se place face au vide. Accoutré d’une culotte aussi moulante qu’argentée, Chase se met en position, paré à sauter.

    « Saute donc ! » crie Gorion.

    Je sursaute à ce que je viens d’entendre. Gorion a dit ça ? Où est passé sa sagesse ?
    Certes, ce Chase n’a pas l’air aussi dépressif qu’il ne le dit, mais tout de même !
    Ce dernier parait tout aussi choqué :

    « Mais enfin ! Une telle chose ça ne se dit pas !
    — Et pourquoi ? le nargue Gorion en croisant les bras. Votre vie n’apporte rien à cet univers. Si tel est votre choix, pourquoi vous en empêcherai-je ? »

    Chase cherche ses mots, il ouvre et referme sa bouche plusieurs fois avant d’y parvenir :

    « Mais non ! Vous devez m’en empêcher !
    — Et pourquoi ? répète Gorion. Vous avez déclaré que plus rien ne vous retient. Sautez. »

    Le suicidaire se remet à agiter sa bouche dans le vide. Il m’observe en attendant que je prenne sa défense.
    Je voudrais bien, mais Gorion m’a aussi cloué le bec.

    « C’est scandaleux ! se fâche Chase. Pour qui vous prenez vous ?
    — Quelqu’un qui tient compte de vos déclarations. Maintenant sautez. »

    Chase secoue la tête en signe de négation :
    « Eh bien non ! Non je refuse ! Qu’allez-vous faire ?
    — Rien, répond Gorion.
    — Que vous croyez ! s’emporte Chase comme s’il n’avait pas entendu Gorion.
    Vous pouvez dire ce que vous voulez, je vais rester en vie. Avec pour unique but de contrarier des êtres aussi abominables que vous ! »

    Il nous toise tous les deux d’un regard de défi et s’en retourne tout en continuant de bougonner.

    « Un instant ! » l’interpelle Gorion d’une voix autoritaire.

    Le vieux se dirige vers lui pour l’interroger :

    « J’imagine que vous ne voyagez pas seul à travers ces terres ? Répondez !
    — Non-non, balbutie Chase soudain penaud face à Gorion. Il y a le campement de maman pas loin. Avec des soldats.
    — Et où allez-vous ?
    — Vers Bérégost.
    — Vous suivez les routes ?
    — Heu je sais pas trop.
    — Faites un effort, ordonne sèchement Gorion.
    — Oui, enfin non ! J’ai entendu les gardes dire que l’on devait bifurquer régulièrement, et éviter les carrefours.
    — Merci, bonne fin de journée. »

    Sans plus de cérémonie, Gorion virevolte et me fait signe de le suivre. Nous partons vers l’est tandis que Chase continue vers le sud.
    Je presse le pas pour être au niveau de Gorion.
    J’ai à peine le temps de me remettre de cette péripétie que Gorion prend la parole :

    « Dommage. Son groupe ne va pas dans la même direction que le nôtre.
    — Et vers où nous dirigeons nous ?

    — Nous nous rendons à l’auberge du Brasamical, au sud de la Porte de Baldur. »

    Pas de surprise pour l’instant. Il me faut des informations supplémentaires :

    « Et pourquoi Brasamical ?
    Ses lèvres son prises d’un petit tic nerveux ; j’ignore s’il s’agit d’amusement ou d’agacement.

    « Ce n’est que d’une étape, répond Gorion. Peut-être partirons-nous pour des étendues sauvages, mais cela demeure risqué.
    Nous irons probablement nous dissimuler dans la multitude de la ville de Baldur.
    Du moins, si la porte reste ouverte, car du fait des troubles actuels, nul ne sait combien de temps l’on pourra emprunter le pont qui y conduit. »


    Aucune information essentielle ne filtre pour l’instant. Notre marche continue, et à un bon rythme.
    Gorion ne me laisse pas un moment pour admirer la vue. Nous suivons un chemin de gravier jalonné d’arbres et buissons, encore trop peu nombreux pour masquer le paysage.
    Je suis partagée entre l’envie d’admirer les alentours et celle de questionner Gorion.
    Quelques minutes passent, et je dois avouer que le vieux fait preuve d’une endurance inattendue.
    Mon carquois chargé d’une vingtaine de flèche me déstabilise, de même que l’arc qui l’accompagne.

    Bon sang, cela ne fait même pas une heure que j’ai quitté Château-suif, et je désespère déjà de mon voyage !
    Gorion doit s’en apercevoir, le bougre s’amuse surement à me faire languir, espérant que je me laisse distraire par cette nature inconnue plutôt que de le questionner.
    Je ne peux le laisser gagner :


    « Et que va-t-on faire à Brasamical ?
    — Je te l’ai dit, c’est une étape.
    — Ne pourrait-on pas y trouver des compagnons de route ?

    — Peut-être, répond Gorion d’un air presque indifférent.

    — Des amis dignes de confiance du nom de Khalid et Jaheira ? »


    Gorion, s’arrête. Il lève la tête vers le ciel.


    « Ainsi, dit-il agacé, tu as espionné mes correspondances ?
    — Espionné ? Non, j’ai juste malencontreusement lu la lettre qui trainait sur votre bureau.

    — Elle ne trainait pas sur mon bureau, s’énerve Gorion. Elle était dans un tiroir de mon bureau. Un tiroir verrouillé. »


    Il m’accuse pour de bon. Mais je n’ai pas crocheté sa serrure ! La lettre reposait sur son bureau, il me suffisait de la déplier pour la consulter.
    J’ai ainsi pu lire que « l’ennemi » passerait bientôt à l’action, et qu’il était urgent de m’emmener loin de Château-Suif.
    Aucune information sur cet ennemi dans la lettre, ni de détails sur ses motivations. Seule la destination du Brasamical y figurait, avec pour conseil d’y retrouver Khalid et Jaheira.

    « Peu importe, déclare Gorion. Je suis rassuré d’apprendre que c’est toi qui as fouillé mon bureau. Mais ne t’avise plus jamais de forcer la serrure de mes affaires.
    — Je ne l’ai pas forcée !

    — Oui, tu l’as crochetée, ne joue pas sur les mots. Il nous faut poursuivre notre route. »


    Gorion reprend son chemin, indifférent à mes protestations.
    Je n’ai pas volé la lettre ! Si elle se trouvait dans un tiroir, j’aurai eu la présence d’esprit de la remettre !
    Mais le vieux reste indifférent à mes arguments, il refuse d’admettre qu’il l’a simplement laissée en pleine vue.


    « Si tu veux, m’interrompt-il. Au moins sais-tu l’essentiel de mon plan. »

    Je retiens un cri d’indignation : plus que son plan, c’est les raisons de ce départ forcé qui m’intéressent. Il ne me laisse pas le temps d’organiser ma protestation.

    « Comme tu l’as déjà lu, poursuit Gorion en marchant, Khalid et Jaheira sont des amis dignes de confiance.
    Cela fait des années que je ne les ai pas croisés, mais il y a des personnes dont la loyauté ne peut faillir.
    Si jamais nous venions à être séparés, rejoints l’auberge et cherche-les, ils sauront te guider.

    — Et l’auteur de la lettre ? Il ne peut pas m’aider ?
    — Il ne fera rien pour toi.
    — Pourtant, lui, il connait les raisons de mon départ. Il connait l’ennemi qui en a après moi. »

    Le vieux s’arrête enfin. Mon attitude lui déplait fortement.
    Le soleil pose ses derniers rayons sur la plaine, un halo orangé qui vient éblouir le visage de mon tuteur ; il parait soudainement plus âgé, et une pointe de remords me saisit.

    Gorion scrute le chemin devant nous : il mène vers une zone bien plus boisée, la lumière y devient plus fluctuante.
    Il passe sa main sur ses cheveux et lisse sa barbe :

    « Que veux-tu savoir ? »

    J’apaise le ton de ma voix et essaye de lui exposer mes préoccupations :

    « Je réalise enfin mon rêve de quitter Château-Suif, mais pas pour un départ que l’on m’accorde de bon grès. On m’a banni de Château-suif. Et, l’unique raison que je trouve à ce départ, c’est que l’on a essayé de me tuer aujourd’hui. » Je réprime un sanglot. En me forçant, je parviens à poursuivre : « Pourquoi ? Qui sont ces ennemis dont parle la lettre ? M’attaquaient-ils pour vous atteindre ? Ou en ont-ils seulement après moi ?
    — Oui, » répond Gorion d’une voix grave. Son visage s’adoucit, je retrouve mon tuteur bien-aimé, quoique son regard se charge d’inquiétude. « Oui, ils en ont après toi, je ne suis pas leur cible. »

    Il regarde le ciel.
    Les premières étoiles apparaissent, les rayons du soleil cessent de réchauffer la plaine.

    « Je t’expliquerai tout le moment venu. »

    Non. Il ne peut pas s’en tirer ainsi. Je proteste de toutes mes forces :

    « Il me faut une réponse ! Je refuse de poursuivre un voyage dont j’ignore le but.

    — Je comprends, » dit calmement Gorion. Il me fixe avec intensité, ses yeux brillent dans l’obscurité grandissante.
    « C’est une longue histoire, et pour qu’elle te soit audible, il me faut prendre le temps de te l’exposer dans ses détails.

    — Parfait. Je suis tout ouïe.
    — Ce n’est pas un lieu pour. Je te promets de prendre le temps à l’auberge du Brasamical.
    Nous réserverons une pièce uniquement pour cela. Mais il nous faut avancer. La nuit va en s’épaississant, et les routes ne sont pas sûres.

    — Nous ne pouvons pas le faire en marchant ?
    — Tu auras trop de questions. Et il va nous falloir faire preuve de discrétion pour éviter les dangers qui rôdent. L’auberge n’est qu’à une heure d’ici.
    Feras-tu preuve d’assez de patience d’ici là ?

    — Je crois.
    — Parfait. Hâtons-nous mon enfant. »

    Il se retourne et avance de nouveau sur le sentier.
    Devant nous, des bruits surviennent depuis des fourrés.

    Dernière modification par Jalen ; 08/06/2019 à 22h12.

Discussions similaires

  1. [Roman] Lolita
    Par Inarius dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 1
    Dernier message: 18/10/2015, 22h25
  2. [Roman] La Porte de Baldur
    Par balduran[fx] dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 48
    Dernier message: 12/11/2012, 23h40
  3. [IMOEN] Quand installer Imoen Romance dans une Mega-install ?
    Par Marvin dans le forum Compagnons d'Amn : Les modules dit « PNJ »
    Réponses: 4
    Dernier message: 23/09/2011, 08h10
  4. Avancement du roman
    Par Mekren le maudit dans le forum Les neiges des Darkanisses
    Réponses: 10
    Dernier message: 19/04/2007, 11h08
  5. Roman sur la saga
    Par Calaquendi dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 69
    Dernier message: 25/10/2003, 01h54

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251