Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: La Terre Désolée

  1. #1
    Date d'inscription
    December 2013
    Localisation
    dans l'imaginaire
    Messages
    5

    La Terre Désolée

    Lyra soupire.
    Elle fait rouler ses muscles tendus par l'anxiété. Les bourrasques hargneuses de la Terre Désolée giflent ses bras nus, s'infiltrent dans sa peau, lui glacent le sang, mais elle ne cède pas. Son regard d'un bleu fantomatique est déterminée, elle ne flanchera pas.
    La neige caresse ses chevilles, lui rappelle la désagréable réalité de sa mort prochaine. Ses cheveux se perdent dans la similarité de couleur des flocons qui chutent dans un flot aveuglant. Sa peau laiteuse ainsi exposée aux éléments se figent dans une immobilité redoutable. Ses mains aux doigts gracieux reposent tranquillement sur sa cuisse et sur son dos est gravé à l'encre de nuit son destin.
    Elle se sait observer, et sourit comme pour prouver son indifférence face à la souffrance physique.

    Jamais elle n'abandonnera.

    La bête hurle.
    Terré dans un coin humide d'une grotte à la roche froide, la bête s'affole. Elle roule sur elle même, couine avec véhémence, griffe le sol sans tenir compte du bruit strident qu'elle provoque. La douleur se lit dans ses iris bigarrées. Son esprit est une porte ouverte à la souffrance, elle appelle à l'aide dans des cries déchirés. Le redoutable prédateur est assujetti à la peur. L'humaine stupide se laisse doucement mourir entre les vents et la neige, elle ne lutte pas, accepte son sort avec un étrange d'amusement qui lui fait perdre ses moyens.
    L'animal retombe sur le sol rocailleux en haletant. Sa fourrure ébène se soulève au rythme de sa respiration irrégulière. Sa queue blanche balaye doucement la pierre et malgré son apparent énervement, ses oreilles aux pointes immaculées restent tendues aux moindres bruits. Seule ses yeux vairons percent l'obscurités pesante de sa tanière. L'oeil émeraude déchiffrent, l'oeil bleu céruléens agit. Son regard n'est que trop intelligent pour un vulgaire loup.

    Jamais il n'abandonnera.

    Ensemble, ils ne forment plus qu'un. Ils sont forts, incompris, et prêt à agir. Le loup veille sur l'humaine, et l'humaine protège le loup. Il est sa gueule, elle est son poing. Ils ne peuvent vivre l'un sans l'autre, ils ne sont finalement pas plus qu'un esprit séparé en deux corps.

    Ils sont liés.

    Ils sont des Aléas.




    °*°*°*°*°*°*°*°*°*°**°*°



    La chaleur ambiante de la taverne lui inspire une étrange répulsion. La longue table qui occupe la majeur partie de la pièce est rendu poisseuse par l'huile des plats aux prix exorbitant et sur son bois sombre s'entrechoquent joyeusement les chopes dégoulinante d'une bière bon marché. Les hommes baignent dans une dégradations dont ils n'ont pas conscience. Leurs rires sont gras, ils s'esclaffent dans de grandes embrassades, l'alcool coule sur leur barbe.
    De l'autre côté d'un comptoir des plus simple, le barman essuie une énième fois le même verre crasseux tout en gardant le seul œil qui lui reste sur la gaieté ivre de ses hôtes. Ce n'est pas une personne exceptionnellement instruite mais il peut faire preuve d'une sagesse d'esprit assez surprenante.

    Lyra attend.
    Ses longues jambes croisées d'une manière élégante, elle ne cesse de scruter la porte qui s'ouvre et se ferme au fil des vas et vient des clients. Malgré sa capuche noir qui lui bouffe la moitié du visage, ses extravagantes prunelles bleu pâles ressortent plus que jamais. Elle ne souhaite pas se faire remarquer.
    Elle est assise à une petite table ronde où il n'y a guère plus de place que pour une assiette, mais elle n'est pas ici en compagnie de ces brutes sans discipline pour manger. L'affaire qui l'amène dans l'antre infecte de l'hydromel et l'impudeur décadente est bien plus délicate qu'une bande d'ivrognes aux joutes verbales vulgaires.

    La porte s'ouvre puis se ferme, enveloppant son seuil d'un manteau blanc.
    Son entrée se fait magistrale, et elle en soupire. Tout le monde le connaît, il est de notoriété publique de rendre un culte quasi divin à l'incroyable voleur déguisé sous cette cape de magnificence.
    Les petites gens se taisent en découvrant son profil sombre, sa voix suave qui, d'un ton affable, adresse le bonjour au gérant. Quelques murmures s'élèvent devant l'homme à la réputation flamboyante. Il se débarrasse de sa veste en drapant les épaules nues d'une serveuse de son tissus coûteux, et s'en va rejoindre Lyra, non sans donné plusieurs tapes aux hommes attablés.

    Cela la ferait presque vomir.
    Elle retient un grognement en feignant de se racler la gorge. Elle n'a jamais pu supporter ce personnage et son agaçante habitude de se faire remarquer. Tout chez lui attire le regard et l'admiration, sa popularité s'est même étendue aux plaines verdoyantes d'Ephron. Il effleure doucement le bois de la petite table sans même adresser un regard à la femme.

    « Et bien, que dirais-tu de changer d'endroit ? »

    Elle acquiesce dans une réponse muette. Sa chaise racle, et alors qu'elle balance négligemment trois pièce dans la main d'un serveur, lui, s'enfuit déjà de la taverne.

    ••••

    Au dehors, la neige balaye le paysage d'un déluge de larmes blanches. Telle une ombre empêtrée dans les dentelles de cette pluie immaculée, Lyra s'empresse de suivre les traces déjà indistinctes de l'homme. Elle aperçoit avec peine sa silhouette sombre au loin. Ses bottes se retrouvent rapidement trempées alors qu'elle s'enfonce un peu plus dans le tapis de flocon à chaque pas.
    Les quelques bâtisses qui se dressent aux alentours lui font l'effet de géants au corps de pierres. Noirs, grossières tâches dans cet univers opale, ils supportent le poids du temps avec une hardiesse contrite. Quelques formes aux contours déformées par le givre courent à travers les vitres des petites fenêtres étriquées. Pourtant elle ne s'attarde pas sur ces détails, et se contente d'avancer laborieusement un pied devant l'autre.
    Sans y prendre garde, elle sent une ombre se presser contre sa jambe grelottante. Le contact est chaud, instantanément elle paraît retrouver une certaine contenance. Cependant le contact est fugitif. Elle observe alors passivement cette tâche au reflet animal se frayer un chemin entre les arabesques folles de quelques grumeaux entêtants. Bientôt la bête se perd dans la similitude du paysage, masqué par un rideau de glace.

    « Tu sais ce qu'il te reste à faire, murmure-t-elle en maudissant, une fois de plus, sa piètre nature humaine. »

    Le loup acquiesce dans une caresse mental. L'humaine stupide n'a jamais été agile. Mais c'est une chasseuse hors pairs. Alors ça va. Tant qu'il y a du gibier et de l'eau, ça va.
    Le vent plaque sa fourrure ébène contre son poitrail, lui chuchote l'inclinaison de la prochaine rafale. Il avance presque couché contre le matelas traître des flocons, réduisant peu à peu sa perception des choses à l'homme qui le devance. Il oublie le froid qui perfore son épiderme, la tempête qui brouille sa vision, ne reste plus que cette proie à peine découpée dans le paysage, comme une évidence. Le mouvement souple de la cape l'obnubile. Il entrevoit le cuir chaud qui claque au grès d'une météo trompeuse, la matière enveloppe l'hominidé dans un cocon protecteur. Elle balaye la neige, puis se redresse, majestueuse, dans toute sa grandeur, luttant contre un ennemi que l'on ne saurait nommé.

    Le prédateur se rapproche. Enrobé d'une robe traîtresse, ses pattes effleurent avec virulence le sol écarlate. De ses iris bigarrées ne reste plus qu'une fente profonde, rivée sur l'étrange spécimen le précédant. Il ne fait aucun bruit. Comme l'épée l'est pour le guerrier, il est devenue une extinction de ce qui ne se perçoit pas. La tempête ne peut le toucher, sa cible ne peut le sentir.
    Il fait parti intégrante du Tout.
    Dernière modification par TheBlueBird ; 08/03/2014 à 17h02.

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    9 995
    Joli texte Il se dégage une certaine poésie et les mots sont bien choisis et bien agencés Est-ce que ton texte appelle une suite ? Peut-être attention à l'orthographe. Mais sinon, c'est vraiment bien.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2013
    Localisation
    dans l'imaginaire
    Messages
    5
    Citation Envoyé par Althéa Voir le message
    Joli texte :) Il se dégage une certaine poésie et les mots sont bien choisis et bien agencés :) Est-ce que ton texte appelle une suite ? Peut-être attention à l'orthographe. Mais sinon, c'est vraiment bien.
    Merci pour on commentaire, ça fait toujours plaisir, et pour tes critiques aussi.
    Mmh, je ne sais pas encore pour la suite, si je la poste ou pas, étant donné que je note juste mes idées en fonction de mon inspiration, mais je n'ai jamais réussi à écrire une histoire jusqu'à une fin.
    Ah oui, je m'excuse aussi pour mes futurs fautes d'orthographes, je suis encore en 3ème, mais j'essaye de faire au mieux ! :)
    Merci encore pour tes compliments, c'est touchant.

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    9 995
    Tu es en 3ème ? Honnêtement, cela ne se sent pas du tout. Je trouve ton écriture très mature. Ne te fais pas de soucis pour l'orthographe, on en fait tous (f)
    Au plaisir de te lire, en tout cas.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  5. #5
    Date d'inscription
    December 2013
    Localisation
    dans l'imaginaire
    Messages
    5
    Oui, j'ai 14ans, et je suis en 3ème. Et bien, merci ! C'est un très beau compliment ! Je ferais quand même attention.
    Je viens d'ailleurs de rajouter quelques lignes !

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    9 995
    Et j'ai lu. Tes descriptions sont superbement bien faites. On s'y croirait dans cette taverne un peu glauque. C'est vraiment bien. Félicitations encore.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #7
    Date d'inscription
    December 2013
    Localisation
    dans l'imaginaire
    Messages
    5
    Merci pour tout ces compliments, ça fait plaisir ! Désolé du temps de latence entre les extraits, je n'ai pas trouvé le temps.
    Voilà, voilà, bonne lecture à ceux qui liront !

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    9 995
    Toujours très chouette, très poétique. J'ai beaucoup aimé l'image de la neige, c'est vraiment très beau. Les mots employés sont toujours à propos. Bravo.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

Discussions similaires

  1. [BG2][SOLUCE] Achever un troll à terre ?
    Par Nightcrawler dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 05/11/2008, 14h59
  2. [DOCU] Un jour sur Terre
    Par Mornagest dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/05/2008, 09h46
  3. Apophis va détruire la Terre!
    Par Zaknafein dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 23
    Dernier message: 29/09/2007, 11h16
  4. Le retour en Ombre-Terre
    Par Jon Koveras dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 05/09/2005, 09h39
  5. [NWN] La Terre du Centaure
    Par Valmoer dans le forum Idées
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/06/2004, 09h49

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254