Ceci est un essais, et est directement inspiré du dragon dans Bilbo le Hobbit.

Le si minuscule insecte se pose tranquillement près de son oreille. Il grogne, espérant ainsi le faire partir, mais il n'y a rien à faire, l'organisme s'acharne. Il n'a plus la force de le chasser, alors il entre-ouvre une paupière pour l'observer. C'est un papillon au couleur extravagante, il ne bouge pas, semble attendre une chose qui ne vient pas. Inconscient. Ses élytres à la douceur jamais égalée frémissent en ressentant la bourrasque du souffle de son perchoir.

Paresseusement coucher sur son butin, le vieux dragon légendaire soulève sa queue des débris d'or et d'argent. Ses muscles sont douloureux, ses écailles se font plus rares que dans ses souvenirs. Il ne se demande pas combien d'années se sont écoulés, le temps n'est pas le problème premier de ce genre de bête.
La grotte tremble, certaines poutres s'effondrent, les magnificences des hommes chutent dans une avalanche remarquable. L'animal se redresse. Il détend ses ailes, gonfle son thorax, ouvre sa gueule dans un bâillement des plus effrayants. Pendant quelques instants, il se surprend à détailler les environs dans lequel il a élu domicile. Les richesses s'étendent à perte de vue et seul quelques rochers se détache du décor. C'est un océan d'or, de couronnes, de joyaux. C'est à lui, pense-t-il égoïstement.

L'insecte délicatement dresser près de ses narines prend finalement son envole. La bête le suit du regard pendant qu'il virevolte élégamment à travers les milles et uns trésors de la salle. L'indécision s'empare du célèbre roi sous la montagne. Son sommeil l'a rendu feignant, il hésite longuement à se recoucher confortablement sous sa fortune et ne se réveiller que quand la faim le tiraillera. Après tout, qu'est ce qui l'oblige à suivre un être si insignifiant alors qu'il pourrait encore dormir de longs mois durant ? Rien. Et pourtant, il s'élance à son tour à sa propre surprise.

Il avait oublié à quel point la cavité était grande. Il vole à un rythme qu'il trouve exagérément lent par rapport à ses immenses proportions. En face de lui, l'insecte lui indique la voie. Ils traversent des multitudes de salles, détruisent bons nombres d'installations.
Une étrange inquiétude grandit en lui au fur et à mesure qu'ils s'approchent de la sortie. Le dragon ne veut pas s'en aller. Partir signifierait abandonner ses biens. À la seule idée de son butins sans surveillance, la guivre se stop net. Le silence retombe dans le palais. Un silence qui est brisé bien trop vite au goût de la bête. Il comprend. Ce que son congénère voulait lui montrer. Il se félicite intérieurement de ne pas avoir céder à cette flemmardise.
Il chauffe son estomac, s'approche du trou dans la paroi, et annonce fièrement son retour.

Au dessous, plus un bruit ne cour les rangs. L'effroi gagne le cœur des hommes. Certains s'évanouissent. Ils tremblent, s'imaginent leur propre mort, ils regrettent. Tous regrettent. D'avoir cru aux rumeurs, d'avoir rechaussé leurs amures, d'avoir pu penser qu'ils pourraient reconquérir leur royaume. Parce que Smaug le roi sous la montagne est toujours vivant. Et qu'il s'apprête visiblement à le leur prouver.

Son bas ventre rougeoie, ses griffes fendent la roche, ses pattes arrière se prépare à le propulser. Il jubile. Devant lui passe le papillon. Une flamme sort de sa gueule ouverte. La terreur qui allument les iris des humains l'amuse. Ils ont peur. Il s'extasie. Ca aussi, c'est à lui, pense-t-il avec désir. Il saute de son perchoir devant les visages exquisement désespérés de son futur repas. Il les recouvre de son ombre annonciatrice de malheur.

Il est le roi sous la montagne.