Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

Discussion: [Histoire] Le monde des vénatirs

  1. #1
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443

    [Histoire] Le monde des vénatirs

    Bonsoir, en cette soirée, j'ai décidé de faire une nouvelle histoire très différente de la précédente. Elle se composera de deux parties. Dans la première, une citation d'un forumeur sera utilisée en début de chaque chapitre en rapport avec celui-ci et ceci, grâce à l'accord des administrateurs du forum.

    Bonne lecture.


    PROLOGUE

    « Qui contrôle le destin du monde ? Un roi dirait « le peuple », Les dieux répondraient « nous ». Les savants penseraient que la technologie et la science en serait les maîtresses. Mais moi, je n'ai jamais crue à cela. Seule, isolée au fin fond de ma cellule, j'ai suffisamment vécu dans le monde extérieur pour en avoir la certitude maintenant.

    Kali »

    -Alors tu te dépêches ?
    L'autre homme qui portait tout le matériel dans un carton répliqua :
    -Si tu crois que c'est facile de transporter tout ce bazar. Tu pourrais m'aider plutôt que de rester planté là à me regarder faire.
    Interloqué, le premier homme répondit :
    - Comment oses-tu critiquer les ordres ? Si tu as un problème, c'est avec le roi qu'il faut en parler. C'est lui qui l'a ordonné.
    Le second homme frémit. Il savait que s'opposer à la volonté du roi équivalait à s'exposer à un terrible châtiment. Une punition plus sévère que la mort encore. Il ne prit donc pas la peine de reprendre la parole et sortit le chalumeau.
    -Tu es certain que c'est ici ?
    -Tu es un imbécile ou quoi ? demanda le premier. Ça fait dix fois que tu me poses la même question. Tu crois qu'il y a dix mille glaces dans ce trou perdu ?
    Le second prit conscience de la stupidité de sa remarque. Il était évident que dans cette île, il n'existait qu'un seul amas de glace. Il appliqua le chalumeau contre la glace et la flamme commença à produire son effet. Le but était de faire fondre la glace et de s'emparer de ce qui s'y trouvait à l'intérieur.
    -C'est fantastique n'est-ce pas ? demanda le premier visiblement satisfait du résultat. Bientôt le royaume deviendra un empire et nous serons plus puissants que jamais.
    Il s'attendait à une réponse de son coéquipier mais ce dernier ne dit rien. Étonné il jeta un œil vers lui et découvrit avec horreur qu'il gisait inconscient. Il poussa un cri. Un filet de sang dégoulinait le long de son dos. Un carreau d’arbalète s'était fiché dans son dos.
    Il se retourna et aperçut un troisième homme armé d'une arbalète dans ses mains.

    -Je le savais grogna le premier lorsqu'il le reconnut, votre organisation n'a jamais été fidèle au royaume.
    Impassible, l'autre répondit :
    -Je ne vous laisserai jamais faire ce que vous vous appétiez à accomplir. J'ignore pourquoi vous êtes ici mais vous ne seriez pas venus dans cet endroit sous l'ordre du roi pour rien.
    -Vraiment ricana le premier ? Et tu comptes m'en empêcher comment ? Avec ta misérable arbalète ?
    Le second comprit ce que voulait dire don adversaire. Il n'avait armé son arbalète que d'un carreau et il se retrouvait désormais désarmé. Il se maudit de pas en avoir d'autre en stock mais jamais il n'aurait pensé que le roi y amènerait deux hommes de main. Pourtant, c'était logique. Le premier sortit une barre à mine du carton et s'approcha de l'autre l'air menaçant. Le second comprenant qu'il ne faisait pas le poids tourna les talons et détala.
    -Fichu lâche grogna le premier.
    Alors qu'ils se poursuivaient, le chalumeau continua son œuvre.
    L'homme qui tenait l'arbalète s'affola. S'il mourrait aujourd'hui au nom de son maître, cela ne le gênait nullement. Mais il devait empêcher le royaume d'accomplir ce dont ils avaient l'intention quoi qu'elle était. Il pouvait à tout moment s'enfuir à l'aide de son canot pneumatique mais laisser le royaume agir signifiait l’échec de la mission. Il fallait trouver une autre solution. Lorsqu'il sortit de la caverne, il se faufila sur la masse rocheuse au-dessus de l'entrée et attendit. Lorsque le premier sortit, il se jeta sur lui. Sous l'effet du choc et de la surprise, la barre à mine du premier lui échappa des mains. Ils se retrouvaient à présent à armes égales. Ils roulèrent au sol et se rendirent coup pour coup. Pendant ce temps, le chalumeau avait déjà achevé son œuvre et les deux hommes l'avaient complètement oublié. Ce qu'ils ignoraient également, c'est que la matière présente dans la caverne était également très combustible et la flamme du chalumeau avait ravivé l'incandescence. Bientôt, toute la caverne s'enflamma. Les deux hommes qui comprirent à ce moment-là leur erreur crièrent mais il était trop tard pour la réparer. L'île explosa et seul un bloc de glace qui contenait ce qui intéressait le royaume voltigea et se retrouva dans l'océan. Le soleil allait faire fondre les dernières épaisseurs de glace.
    Dernière modification par Streen ; 10/02/2013 à 20h38.
    Ma bio rp est ici

  2. #2
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    PREMIERE PARTIE: LE ROYAUME DES VENATIRS

    CHAPITRE 1
    «J'ai reconnu ... ce fichu crabe géant

    Galathée»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...e-defferd.html

    Le monde dans lequel se déroule l'histoire est appelé «Le royaume des Venatirs». Les vénatirs désignaient toute la population. Elle était principalement composée d'humains mais aussi de diverses créatures aussi étranges que variées même si ces dernières ne représentaient que 2% de la population totale. Actuellement, le royaume était dirigé par un roi nommé Archibald. Il gouvernait avec sa sœur Hélène d'une main de fer exigeant soumission de son peuple et de ses sujets sans contrepartie. Il rêvait de détruire les quelques poches de résistance qui osaient s'opposer à lui. Bien qu'elles soient coriaces, elles n'en demeuraient pas moins désunies. Il n'en faudrait pas longtemps pour écraser toute rébellion. Les dragons, de puissantes créatures ailées pouvaient être un sujet de ses problèmes mais ils vivaient coupés du monde et les affaires des humains les intéressaient peu. Il n'avait que peu de souci à se faire à ce sujet là aussi. Pourtant en ce moment, quelque chose le rongeait. La population quand à elle subissait l'oppression. Le peuple devait payer beaucoup d’impôts et ne percevait rien en retour. Et pas question d'aller se plaindre. Une milice veillait à ce que l'ordre soit respecté et une personne qui osait dire que qu'elle pensait subissait la bastonnade. L'environnement du royaume des vénatirs était très diversifié. Il se composait de plaines verdoyantes parsemées de fleurs,des déserts chauds et secs ou de lacs semblables à des saphirs. La technologie était similaire à celle du far west au XIXèm siècle. Cependant les armes à feu étaient très peu connues ou rares. Les armes restaient les épées ou de type contondantes. La superficie du monde ne dépassait guère un pays. Le royaume ne connaissait pas toutes les villes pourtant. Certains villages étaient implantés dans les déserts les plus lointains. Le royaume ne s'y était jamais intéressé car la population était pauvre et insignifiante par rapport aux villes. Certains d'entre eux ignoraient même la présence d'un royaume.

    C'est dans un de ces villages connu sous le nom de Loat que résidait Dean, un jeune homme de dix huit ans qui rêvait d'aventure. C'était un jeune intrépide, extraverti et toujours prêt à aider son prochain dans le besoin. Néanmoins il avait tendance à foncer tête baisse avant de réfléchir ce qui lui a valu déjà plusieurs ennuis. Physiquement, c'était un jeune homme d'assez grande taille avec des cheveux châtains et des yeux bleus. Il y quelques années, une épidémie s'était propagée parmi les villageois. Depuis, les rats avaient été chassé et la peste éradiquée mais les pertes avaient été énormes. Dean y avait perdu ses parents et il devait son éducation au père de sa meilleure amie Ashe, qui l'avait recueilli. Ashe avait un tempérament opposé à Dean. Elle ne rêvait pas d'aventure mais de devenir une grande alchimiste pour pouvoir aider la population et subvenir à ses besoins. C'était leur seul point commun. Elle était plutôt de nature calme, posée et réfléchie. Elle se montrait parfois exaspérée par le comportement de Dean et sa tendance à agir avant de réfléchir mais s'inquiétait aussi beaucoup pour lui. Elle avait adopté un instinct maternel envers lui bien qu'ils aient le même âge. Physiquement, elle possédait des cheveux roux et des yeux verts. Deux nattes pendaient jusqu'à sa taille. Elle portait toujours des shorts pour des raisons que personne ne connaissait. Elle était l'élève de Mlle Hora, une alchimiste légèrement plus âgée qu'elle mais avec un savoir qui lui valait son l'admiration. D'autres élèves affluaient mais ils étaient plus jeunes. Mlle Hora avait récolté des fonds pour créer sa propre école. Le père d'Ashe se nommait George et il élevait la maisonnée bien que ses enfants soient assez âgés pour se prendre en charge. Ashe possédait également une sœur plus jeune, d'une quinzaine d'années environ nommée Cécile mais d'un tempérament beaucoup plus timide et réservé que sa sœur. Quand à leur mère, elle avait connu le même sort que les parents de Dean.

    Dean se promenait près de la plage. Son village avait beau reposer dans un désert, l'eau ne manquait pas non plus. Face à lui, l’océan s’étendait à perte de vue. Il savait qu'il n'aurait jamais dû aller aussi loin. Il pouvait trouver des créatures belliqueuses loin du village. Mais c'était plus fort que lui. Même si le chef du village le sanctionnait, cela ne l'empêcherait pas de revenir ici. Il se sentait libre, loin de toute contrainte. Ici, il pouvait goûter à la liberté et à l'aventure, comme il en avait toujours rêvé. Ses pensées furent interrompues par une masse allongée sur le sol. Intrigué, il s'approcha avec prudence et constata avec stupeur qu'il s'agissait d'une jeune femme allongée sur le sable. Elle avait des cheveux couleur d'argent et des habits très anciens. Dean ne l'avait jamais vu. Elle ne pouvait donc pas provenir du village. Une voyageuse alors? C'était peu probable, Loat n'était pas un lieu propice à visiter. De plus, elle semblait trempée des pieds à la tête. Ça alors! Elle venait donc de l’océan et son corps était arrivé sur la plage. Provenait-elle d'un navire qui avait fait naufrage? Il ne voyait pourtant rien au loin. Si tel était le cas, elle avait nagé énormément avant de venir ici. Dean aurait voulu voir si d'autres naufragés étaient encore vivants mais il devait d'abord s'occuper de cette demoiselle. Il se pencha vers elle essayant de capter une respiration ou un signe quelconque qui permettrait de voir si elle était encore vivante.

    -Je savais que je te trouverais ici.
    Il se retourna surpris. Ashe se tenait debout près de lui en tenant une pelle à la main.
    -Je me doutais bien que tu serais encore parti sans la permission du chef ou du moins de papa.
    -Tu sais très bien qu'ils auraient refusé répliqua t'il. C'est bien pour cela que je ne leur ai pas demandé.
    -Grandis un peu! s’emporta t'elle. Quand te mettras-tu dans la tête que ta vie peut être mise en danger chaque fois que tu quittes le village?
    -Allons, je ne risque pas grand-chose, je ne suis pas très loin du village.
    -Tu n'as même pas ta pelle pour te défendre si tu es en danger. Heureusement que je te l'ai apporté.
    Il frémit. Sur ce point elle avait raison. Sa pelle était indispensable lorsqu'il quittait le village. Le plus dangereux qu'il ait rencontré jusqu'à maintenant ne se limitait qu'à des serpents de sable. Mais ils étaient rares et Dean avait appris à utiliser son outil pour se défendre. A ce moment-là, Ashe remarqua l'inconnue allongée sur le dos.
    -Tiens mais qui c'est celle-là?
    Dean haussa les épaules.
    -Je n'en sais rien, je l'ai trouvé dans cette position il y a quelques minutes.
    -Elle...elle est vivante?
    Dean haussa à nouveau les épaules. Ashe n'avait pas besoin d'une réponse. Elle connaissait Dean depuis tout petit et elle savait que lorsqu'il haussait les épaules, c'était parce qu'il ignorait la réponse.
    Elle s'approcha de la mystérieuse inconnue et se pencha contre sa poitrine.
    -Elle vit, je l'entends respirer.
    -Crois-tu vraiment que nous devons l'attendre ou la ramener au village?
    Ashe secoua la tête.
    -Pas question de la laisser ici. Cet endroit n'est pas sure. De plus Mlle Hora nous aidera à trouver un remède pour qu'elle soit rétablie le plus vite possible.
    -Pffff fit il méprisant. Toujours cette Hora. Avec toi c'est Hora par ci, Hora par là.
    -Arrête, veux-tu? Tu ne l'aimes peut être pas mais c'est une grande alchimiste. C'est ce que je veux faire plus tard.
    -Toi? pouffa-t-il. Ne me fais pas rire, tu ne sais même pas taper dans un sac à puces.
    -Quoi? demanda t'elle en levant la tête.
    Dean partit en courant tout en gloussant.
    -Dean reviens ici! cria t-elle avant de le poursuivre.

    Plus tard, ils s'étaient mis d'accord pour transporter l'inconnue jusqu'au village. Dean la prenait par les épaules et Ashe par les jambes.
    -Pfiou, qu'elle est lourde gémit-il.
    -Vas-tu arrêter de te plaindre?
    -Facile à dire pour toi, tu ne la prends que par les jambes.
    -Oui mais c'est toi le plus costaud.
    -Ouais costaud, costaud, il ne faut pas exagérer non plus.
    -Tu es une petite nature, tu devrais te remettre à faire de l'exercice.

    Alors qu'ils continuaient leur progression un hurlement strident leur glaça le sang. Ils se retournèrent et virent la forme d'une créature géante qui descendait les dunes.
    -Ciel! s'exclama Ashe, un crabe.
    Ils restèrent interdits devant ce spectacle horrifiant. La créature de belle taille devait mesurer un mètre de hauteur. Les crabes étaient réputés pour avoir une carapace aussi solide que du béton. Ils possédaient des crocs et des pinces venimeuses voir mortelles. Ils possédaient par-dessus tout une vue perçante et étant donné la direction que celui-ci prenait, il se dirigeait vers eux. Il ne se déplaçait pas très vite et en temps normal, Dean et Ashe l'auraient semés. Néanmoins, ils portaient un poids qui les ralentissait énormément. Comprenant qu'ils ne parviendraient pas à distancer le crabe, Dean cria:
    -Cours Ashe, va au village et va chercher de l'aide, je vais le retenir.
    Il prit la pelle et attendit le monstre de pied ferme tandis qu'Ashe avait lâché le corps de l'inconnue pour courir vers le village. Elle ne mettrait pas longtemps pour revenir. Cependant le temps que les renforts arrivent, Dean savait qu'il allait devoir combattre. Le crabe avait probablement faim et malgré la pelle de Dean, il venait vers lui. Dean réalisa qu'il allait devoir non seulement défendre sa vie mais aussi celle de l'inconnue. C'est alors que le monstre chargea. L'attaque manquait de vitesse et Dean anticipa le coup. Il se contenta d'esquiver tout en protégeant l'inconnue. Puis il abattit sa pelle sur le crâne de son adversaire. La carapace du crabe étant semblable à du béton, le coup de l'ébranla nullement. Néanmoins il hésita sur la stratégie à adopter. Il chargea une nouvelle fois. Dean anticipa à nouveau et propulsa sa pelle contre le visage du crabe. Le monstre cette fois poussa un hurlement strident de douleur. En revanche, la pelle se brisa. Dean se saisit du manche espérant en faire une arme efficace. «Tant pis pour la pelle , je ne l'avais pas payé cher» pensa t'il avant de réaliser qu'il l'avait «emprunté» à un voisin sans lui avoir demandé la permission. Le monstre recula tentant de récupérer. Mais qu'est ce que Dean pouvait espérer faire avec son manche ridicule? Il fallait trouver une autre arme plus efficace. Une idée lui vint alors. Il prit une poignée de sable et la lança sur la figure du monstre. Celui-ci commença à se tortiller dans tous les sens. Imaginant que cette idée était la meilleure, il continua. Ce fut une erreur. Le monstre s'agita et percuta Dean qui tomba à la renverse. Loin de neutraliser le crabe, il n'avait fait que l'agacer et le mettre en rogne. Il fixa les yeux rouges du monstre qui le toisèrent méchamment. Aussitôt après, une douleur lui traversa le corps. Une éprouvette s'était écrasée contre lui. Mais ce n'était pas tout, une seconde se brisa sur son dos et rependit un liquide corrosif. Cette fois le monstre détala, il avait eu sa dose de douleur aujourd'hui. Dean jeta un regard dans la direction de son sauveur. Il y trouva en premier lieu Mlle Hora qui tenait dans sa main quelques éprouvettes.
    -Coucou Dean dit elle d'un air amusé, je vois que j'interviens à temps. Je me suis toujours dit que mes expériences seraient utiles un jour.
    D autres hommes du village étaient également venus avec des haches et des lances mais c'était inutile, Hora avait fait le travail à elle seule.
    -C'est elle l'inconnue? demanda le chef du village en la désignant. Nous allons l'emmener voir la chamane.

    Plus tard, Ashe avait rejoint Hora dans l'atelier d'alchimie. En attendant les jeunes apprentis, Ashe avait décidé de créer des herbes réanimatrices grâce à la formule contenue dans un des grimoires de sa maîtresse. Lorsqu'elle pensa avoir fini, elle lui demanda:
    -Mlle Hora, est ce que les herbes sont prêtes?
    Elle s’approcha du chaudron appartenant à Ashe puis répondit:
    -Excellent, je suis impressionnée de voir à quel point tu as progressé.
    -Vraiment?
    -Bien sur, tu as utilisé la formule mais c'est normal, tu es jeune et tu as débuté très récemment, tu ne peux pas la connaître par cœur. En attendant, tu as vraiment progressé. Je me rappelle l'époque où tu explosais encore les chaudrons.
    Les deux jeunes femmes éclatèrent de rire.
    -Allez assez rigolé dit Hora, les enfants vont arriver, peux tu préparer la salle? Je vais chercher des craies.
    Ashe installa des petits sièges devant chaque chaudron. Chaque jour, Hora recevait les enfants du village qui souhaitaient devenir de alchimistes. Tous étaient âgés de huit ans et devaient écouter très attentivement les explications de leur maîtresse.
    -Bonjour les enfants dit calmement Ashe.
    -Bonjour Mlle Ashe répondirent les dix enfants en chœur.
    -Non non se défendit elle, appelez-moi Ashe, c'est Mlle Hora qui mérite le titre de Mademoiselle.
    -Moi je préfère que ce soit toi que l'on appelle Mademoiselle dit une fille.
    -Mais enfin Flora répondit Ashe, tu me connais depuis toute petite. Appelle moi Ashe voyons.
    Puis après un bref silence, elle reprit:
    -Mlle Hora est partie dans la boutique d'à coté prendre quelques accessoires pour votre cours, avez vous bien pris vos cahiers?
    -Oui répondirent tous les enfants.
    -Au fait Ashe, c'est vrai que ton père a pêché Mlle Hora? demanda Flora.
    -Quoi? s'écria t'elle.
    -Ben oui, il y a maman qui m'a dit qu'elle s'est retrouvée dans les filets du bateau de ton père.
    Ashe se demanda comment cette nouvelle avait pu parvenir aux oreilles des enfants alors qu'elle aurait dû rester secrète. Encore un coup de Dean grommela t-elle. Cet imbécile s’était s'empressé de transgresser l'interdiction, comme à son habitude. Tous les enfants fixaient Ashe. Elle devait fournir une réponse.
    -Oui en effet répliqua t'elle. Une nuit elle est rentrée tard et elle s'est perdue. N'y voyant rien, elle a erré sur la jetée et a basculé dans l'eau. Par chance, mon père qui était encore entrain de pêcher a entendu un bruit, a lancé son filet et a été surpris de constater qu'il s'agissait de Mlle Hora.
    -C'est trop cool dit un garçon.
    -Néanmoins cette histoire est embarrassante alors je vous en prie, n'en parlez pas à notre professeur.

    Entre temps, la chamane et Dean étaient restée auprès de l'inconnue. Ils attendaient qu'Ashe revienne avec les herbes réanimatrices. Mais ce fut inutile. Contre toute attente, l'inconnue ouvrit les yeux. Ils crièrent de stupeur face à cet événement inattendu. L'inconnue prit conscience de son environnement puis sembla apeurée devant la chamane et Dean.
    -Ne craignez rien dit Dean en lui tendant la main, nous ne vous voulons aucun mal.
    L'inconnue réticente au début, finit par prendre la main de Dean.
    -Comment vous appelez vous?
    L'inconnue réfléchit avant de répondre:
    -Kali.
    -Je suis enchanté Kali, moi c'est Dean et voici la chamane...
    -Dean répliqua t'elle, il faut en parler au chef du village, tu n'as pas à prendre les décisions seul.
    -Ça va, je fais seulement les présentations. D'où venez-vous Kali?
    La jeune femme réfléchit à nouveau longuement, puis une lueur d'angoisse et de panique s’afficha sur son visage.
    -Là ça devient urgent d'avertir le chef reprit la guérisseuse, je crois qu'elle ne le sait pas.

    Hora arriva quelques instants après les bras chargés.
    -Bonjour les enfants dit-elle d'une voix enjouée. Aujourd'hui, nous allons apprendre à coloriser le liquide de votre chaudron.
    Ashe eut un petit sourire. Il s'agissait de l'une des premières leçons qu'elle avait elle-même apprise. Le liquide était incolore et les enfants devaient suivre à la lettre la formule pour lui donner une couleur. En temps normal, elle se serait rendue chez la chamane mais elle était impatiente de voir comment se débrouillaient les enfants. Hora autorisait n'importe qui à assister à ses cours. Les enfants commencèrent à appliquer leurs mélanges. Au bout d'un moment, Flora demanda:
    -Maîtresse, il est indiqué dans la formule qu'il faut mettre de la poudre dans le chaudron. Mais quelle quantité dois je ajouter?
    -Hum...fit Hora, comment expliquer? Écoute...verse la quantité qui te semble la meilleure, on avisera après.
    -La quantité qui me paraît la meilleure?
    -Non rectifia Ashe, jette en seulement une pincée. Si tu en mets trop, ton chaudron va exploser.
    Le travail reprit normalement jusqu'à ce qu'un garçon demande:
    -Maîtresse, j'ai fini mais rien ne se passe. Que dois je faire?
    -Maintenant dit Hora, retiens ton souffle et donne un effet tourbillonnant.
    Le garçon fixa Hora perplexe et dit:
    -Je ne comprends pas.
    -Remue ton mélange dans le sens des aiguilles d'une horloge répliqua Ashe.
    Le garçon s'exécuta puis poussa un cri d'exclamation:
    -Regardez, le liquide de mon chaudron a changé de couleur.
    Tous les enfants admiratifs s’approchèrent du chaudron dont le liquide était devenu d'une couleur indigo.
    -Mais pourquoi ne m’écoute-t-on jamais? déplora Hora. C'est toujours Ashe que l'on écoute.
    -Moi je ne comprends jamais rien quand c'est Hora qui parle dit un garçon.
    -C'est vrai ça répliqua Flora. Pour moi c'est Ashe la maîtresse et Hora son apprentie.
    -Quoi? s'exclama Ashe. Non, vous vous trompez, c'est moi qui suis l'apprentie de Mlle Hora.
    Malgré ses protestations, tous les enfants s'étaient mis d'accord pour faire comprendre qu'Ashe expliquait aux enfants bien mieux que Hora.
    A la fin du cours lorsque tous les enfants furent partis, Hora demanda:
    -Ashe, as-tu un instant à m'accorder?
    -Bien sur Mlle Hora.
    -Je te congédie de l'atelier d'alchimie.
    -Quoi? s'écria Ashe.
    Elle n'en revenait pas. Elle et Hora avaient toujours été maîtresse et élève, elles se considéraient comme de vielles amies d'autant plus que Hora n'était pas beaucoup plus âgée qu'elle.
    -Mais qu'ai-je fait qui puisse vous offenser?
    -Rien soupira Hora. Le problème ne vient pas de toi. Seulement, tu es déjà une alchimiste accomplie Ashe et je n'ai plus rien à t'apprendre.
    -Mais j'ai toujours à apprendre.
    -En effet dit-elle. Mais mes compétences ne se limitent qu'à l'apprentissage des bases de l'alchimie et tu les possèdes déjà. Si tu souhaites t'améliorer davantage, je te conseille de te rendre à Nagara, la ville du gouverneur Yano. Là bas, tu y trouveras Maître Verton qui t'enseignera beaucoup plus de choses utiles que moi. Il délivre des diplômes d'alchimiste et il est capable de former des alchimistes accomplis.
    -Mais je ne souhaite pas avoir un diplôme, je veux simplement aider les gens.
    -Et comment espères-tu aider les autres si tu n'es pas reconnue en tant qu'alchimiste? Tout le monde pourrait te prendre pour un escroc ou un charlatan.
    -Mais...que deviendrais je sans vous?
    -Oh je pense que tu peux te passer de mes conseils maintenant. Il est temps que tu voles de tes propres ailes. A présent, va donner les herbes à la chamane, depuis le temps qu'elle les attend.

    -Chamane, j'ai ramené les herbes dit elle rayonnante en entrant dans le tipi.
    Elle se figea brusquement lorsqu'elle vit l'inconnue consciente.
    -Hum fit la chamane, je crois que c'est inutile Ashe. Elle s'est déjà réveillée est nous savons qu'elle s’appelle Kali.
    -Ha heu...alors...enchantée Kali. Moi c'est Ashe.
    La jeune femme lui adressa un sourire. Malgré tout, il s'estompa très rapidement et Ashe remarqua l'expression maussade des autres personnes.
    -Quelque chose ne va pas? demanda t'elle.
    Le chef répliqua:
    -Je viens de la questionner et elle ne se souvient de rien hormis son prénom.
    Ashe poussa un hic de surprise.
    -Le mieux pour elle, ce serait de parcourir le monde et de partir à la recherche de son identité. Mais qui acceptera d'y aller?

    -Mais c'est magnifique! s’exclama Dean. On devrait y aller.
    Ashe était outrée par la remarque de Dean. Elle lui avait parlé du devenir de Kali et il était le premier à vouloir partir. Ah qu'elle avait été sotte de lui en avoir parlé. Elle se doutait bien qu'il accepterait de partir.
    -Tu plaisantes j'espère.
    -Mais non répondit Dean. Tu verras, nous allons bien nous amuser.
    -Comment ça nous? Je n'ai jamais fit que j'accepterai.
    -Vraiment? demanda t'il déçu. Tu rates quelque chose.
    Furieuse, Ashe le secoua comme un prunier.
    -Vas tu arrêter de faire l'enfant? Et si des monstres t'attaquent, comment feras tu?
    -Bonne question. Disons que l'on improvisera.
    Puis il partit préparer ses affaires et annoncer la nouvelle au chef du village.

    -Papa, il y a urgence cria Ashe lorsqu'elle se rendit chez elle.
    Son père et Cécile qui préparaient le repas se tournèrent vers elle l'air surpris.
    -Que t'arrive t'il Ashe pour que tu sois aussi alerte?
    -Ce qu'il se passe? Figure toi que Kali l'inconnue que nous avons ramené est amnésique et que le chef du village pense que quelqu’un devrait l'accompagner pour parcourir le monde pour l'aider. Et bien sur, cette tête de mule de Dean s'est proposé.
    Le père resta impassible face à cette remarque.
    -Ce n'est pas une si mauvaise idée.
    -Quoi? Mais tu divagues.
    -Non reprit il calmement, tu sais très bien que Dean a toujours souhaité parcourir le monde.
    -Mais si des monstres l'attaquent? Comment fera t'il?
    -Tu t'inquiètes beaucoup pour lui. Il a beau paraître intrépide, c'est un jeune homme plein de ressources. Dans ce cas, pourquoi ne pars tu pas avec lui?
    -Quoi?
    -Après tout, toi non plus tu n'as plus grand chose à faire ici. Peut être que tu aurais plus ta place à Nagara.
    -Quoi? Mais comment sais tu que...?
    -Mlle Hora est passée tout à l'heure et m'a expliqué ta situation. Alors qu'en penses tu? Je suis certain que Dean serait d'accord.
    Dubitative, elle répondit:
    -Je vais y réfléchir.

    -Alors êtes vous prêts à partir? demanda le chef du village.
    Ashe avait finalement accepté d'accompagner Dean et Kali.
    -Nous sommes prêts répondit Dean.
    -Nous attendrons votre retour. Faîtes bien attention à vous. Ouvrez votre esprit au monde et faîtes de nouvelles rencontres. Je vis d'ailleurs vous fournir une carte qui devrait vous aider pour votre exploration.
    Ce fut au tour de George de parler.
    -Dean et Ashe, faîtes attention à vous et écrivez nus de temps en temps.
    -Revenez nous voir dit timidement Cécile.
    Ashe étreignit son père et sa sœur avant de reprendre:
    -Ne vous inquiétez pas, nous saurons nous débrouiller.
    Puis ce fut au tour de Hora d'intervenir.
    -Je t'en prie dit elle à Ashe, porte toi bien. Tu es comme une sœur pour moi.
    -Mlle Hora...
    -Avant que nous nous quittions j'aimerais te remettre quelque chose.
    Elle tendit à Ashe un gros grimoire.
    -Avec ceci, tu devrais pouvoir t'aventurer sans trop de risque. Tâche de réussir ton examen à Nagara et si tu le peux, transporte un chaudron, ça te sera toujours utile.
    Elle lui donna également une dizaine d'éprouvettes.
    Dans chacune d'entre elles se trouvent un liquide corrosif. Si tu es en danger, brise la prés de celui-ci. Et tâche de récupérer le plus d'éprouvettes possibles. Elles peuvent remplacer un chaudron.
    -Tout ceci est très bien conclut Dean, mais nous devons partir. Au revoir, nous reviendrons vous rendre visite, c'est promis.
    Ma bio rp est ici

  3. #3
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 2

    «Je ne cesse de ressasser l'avenir et voilà que ça tourne en boucle.

    Lothringen»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ctambules.html

    Ils avaient marché tous trois durant plusieurs jours. La ville la plus proche de Loat selon la carte laissait penser qu'il nécessitait plusieurs jours de marche. Il existait un moyen d'atteindre une autre ville en passant par l'océan mais aucun bateau n'avait été construit par un villageois et les marées étaient incertaines. On parlait de la présence de nombreux récifs dans les alentours. En y allant en barque, cela aurait été très dangereux. Cependant, ils avaient omis que dans cette zone, les tempêtes de sable s'avéraient également très fréquentes et ils devaient à nouveau planter la tente pour se réfugier à l’intérieur en attendant que celle qu'ils doivent affronter se calme. L'installation de la tente leur prit de longues minutes car elle était très grande. On pouvait uniquement manger et dormir ans celle-ci mais elle était spacieuse pouvant contenir les sacs à dos des aventuriers, leurs provision et on pouvait y loger jusqu'à sept personnes.
    -Encore une tempête? grommela Ashe, c'est la troisième fois au moins.
    -C'est vrai reconnut Kali, j'ai l'impression que plus nous avançons, plus nous serons confrontés à ce phénomène.
    -Et alors? reprit Dean déterminé, nous n'allons pas nous laisser impressionner par des tempêtes, non?
    Lorsque la tempête disparut, ils reprirent tous trois leur route. A un moment donné, une autre tempête fit son apparition. En revanche, elle semblait plus virulente que les précédentes. On n'y voyait pas à trois mètres. De nouveau, ils installèrent le camp. Ils patientèrent à l’intérieur de la tente en discutant, mangeant ou dormant. Au moment de la nuit, ils ne se réveillèrent pas avant l'aurore. Dehors le vent soufflait toujours aussi fort. Le départ était impossible. A aucun moment, ils n'avaient entendu le vent arrêter de souffler.
    -Cela va encore durer combien de temps? rouspéta Ashe.
    Dubitatif, Dean examina la carte.
    -Normalement, une fois que nous serons à un kilomètre, nous aurons quitté le désert.
    -Enfin, j'en ai assez de cette zone répliqua Ashe.
    -Moi aussi répondit Kali, je serai ravie de trouver un climat plus hospitalier. Cependant, je suis quand même heureuse.
    Dean et Ashe l'observèrent intrigués.
    -Merci d'avoir accepté de m'accompagner. Vous êtes de véritables amis pour moi.

    Malgré plusieurs heures d'attente, le vent ne semblait toujours pas diminuer d'intensité.
    -Ce n'est pas possible dit Ashe, combien de temps cela va t'il encore durer?
    Dean réfléchit puis reprit:
    -Nous devrions peut être y aller.
    -Tu plaisantes?
    -Ce n'est peut être pas une mauvaise idée déclara Kali.
    -Quoi?
    -Nous ne savons pas combien de temps durera la tempête. Et comme nos vivres sont limitées, nous devrions songer à partir.
    -Nous ne sommes qu'à un kilomètre renchérit Dean. Après c'est terminé.
    -Vous voulez vraiment aller dehors?
    -A moins que tu préfères passer ta vie ici à te poser la même question.
    -Très bien concéda Ashe. Comment allons nous nous y prendre?
    -Tu devrais avoir une idée, c'est toi l'alchimiste ici.
    -Hé se défendit elle, je n'ai sûrement pas de recette pour faire disparaître le vent.
    -Alors nous allons dans ce cas sortir de la tente et partir vers le nord en nous tenant la main. Nous ne nous perdrons pas ainsi.
    Lorsqu'ils reprirent, leur progression fut difficile. Ils durent cligner des yeux pour éviter de recevoir du sable dans les yeux. A un moment, Ashe dit:
    -Hé! Regardez sur votre gauche, il y a une masse sombre.
    Kali détourna le regard et déclara:
    -Je le vois moi aussi. De quoi s'agit il?
    -Allons voir de quoi il s'agir proposa Dean.
    Alors qu'ils s'approchèrent de la masse sombre, ils découvrirent qu'il s'agissait en réalité d'une bâtisse.
    -Qu'est ce que c'est que ça? demanda Ashe. Que fait une bâtisse ici en plein désert?
    -Avez vous vu sa taille et sa forme? demanda Kali, on dirait un mausolée.
    -Et 'y on y rentrait? proposa Dean. J'aimerais faire un break avant de reprendre la route.
    Lorsqu'ils furent à l’intérieur, ils constatèrent que la bâtisse était assez petite. Kali avait vu juste. Elle avait la taille d'un mausolée et ils avaient peu de chances de trouver quoi que ce soit d'utile à l’intérieur. Ils poussèrent le battant d'une des deux portes et pénétrèrent dans la salle suivante. Ce qu'ils virent les stupéfia. A l’intérieur résidait un énorme cristal de couleur aigue-marine. Des éclairs crépitaient autour de celui-ci.
    -Qu'est ce que c'est que ça? demanda Dean.
    -Hé j'ai déjà vu ça quelque part fit Ashe. Oui, ça me revient, c'est un piège à vent.
    -Un piège à vent?
    -Oui c'est un dispositif qu’utilisaient certains habitants pour se protéger des guerres. Lorsqu'une guerre éclatait, ils fabriquaient des pièges à vent pour créer des tempêtes de sable autour de leur village. Ainsi personne ne pouvait les approcher. C'est une vieille méthode mais qui marche encore.
    -Attends, es tu entrain de me dire que c'est à cause de cet engin que nous sommes confrontés à la tempête de sable dehors?
    -Heu...hé bien en fait je n'y avais pas pensé mais c'est sûrement le cas.
    -Alors ce n'est pas étonnant que personne ne soit jamais venu au village. Au moins nous avons la preuve Kali que tu n'es pas venue sur notre plage en passant par ici. Tu dois être une naufragée. Quelque chose te revient à l'esprit?
    Kali secoua la tête.
    -Tant pis. Maintenant que nous sommes là, nous allons détruire ce cristal.
    Il n'avait comme arme qu'une pelle fournie par le chef du village mais il pensait que cela suffirait.
    Au moment où il s'apprêtait à frapper, une voix retentit:
    -Non, ne faîtes pas ça!
    Surpris, ils se retournèrent et virent un vieil homme hirsute et en haillons qui leur faisait face. Il venait de la pièce de l'autre porte. Ses yeux semblaient exorbités et sa barbe blanche était maintenant longue d'une trentaine de centimètres.
    -Je vous en prie, ne faîtes pas ça répéta t'il.

    *****

    -Qui êtes vous? Et que faîtes vous ici? demanda Dean.
    -Je pourrais vous retourner la même question jeune homme. Mais puisque vous le demandez, je m'appelle Cheverus et je suis chargé de garder ce piège à vent.
    -Pourquoi?
    L'homme se mit en colère.
    -Pourquoi? Je ne veux pas que le royaume étende sa suprématie, je l'en empêcherai. Maudits soient le roi Archibald et sa sœur Hélène. Ils ne viendront pas jusqu'ici, j'en fais le serment.
    -De quoi parlez vous? demanda Dean.
    -Jamais le royaume n'est venu jusqu'ici. J'y ai toujours veillé. Il ignore que le village de Loat se trouve à proximité mais jamais il n'y viendra. Il redoute les tempêtes de sable et l’océan est trop dangereux. Jamais il ne viendra ici.
    -Je ne comprends pas reprit Dean. De quoi parlez vous enfin?
    L'homme s'emporta de plus belle.
    -Vous ne comprenez donc rien? Si le royaume n'est pas venu jusqu'à votre village, c'est grâce à moi. Il ne passera jamais la tempête de sable. Je ne connais personne qui y est arrivé. A part vous. Sans cela, vous seriez obligés de vous y soumettre.
    -Mais...ce royaume...pourquoi avez vous une dent contre lui?
    L'homme se radoucit aussitôt.
    -Vous ne savez rien n'est ce pas? Vous ne connaissez pas la cruauté et la soif de pouvoir du roi Archibald. Vous n'avez rien à faire ici, rentrez chez vous!
    -On ne peut pas! s'emporta cette fois Dean. Nous avons une amie et nous souhaitons l'aider à retrouver son identité.
    -Tsk tsk tsk fit le vieil homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez. J'ignore quel est son problème mais estimez vous heureux d'être hors de portée du royaume. Le reste n'a pas d'importance.
    -Bon vous allez nous laisser détruire ce truc où nous allons continuer à traverser le désert par nos propres moyens? demanda Ashe.
    -Vous...vous allez continuer en dépit du danger?
    -Et comment! dit Dean.
    Le vieil homme soupira.
    -Je me fais vieux et les jeunes ne sont peut-être plus aussi jeunes et insouciants que je ne me l'imaginais. Bientôt il ne restera plus personne pour entretenir cet engin et la barrière qui permet d'empêcher l’accès au royaume sera détruite.
    Il réfléchit avant de reprendre:
    -Très bien je vais la désactiver, je ne veux pas vous empêcher de partir si vous comptez vraiment la franchir. Bienvenue dans le monde de l'enfer. Ne dîtes pas que je ne vous aurais pas prévenu.
    Sur ce, il manipula la machine puis la tempête dehors se calma. Il n'y avait plus le moindre souffle de vent.
    -Allons-y dit Dean.
    Lorsqu'ils prirent congés du vieil homme, Kali demanda:
    -Vous croyez qu'il disait la vérité concernant le royaume?
    -Je n'en sais rien répondit Ashe. Nous ne connaissons rien du royaume et cet homme semblait fou à lier.
    En progressant, ils quittèrent avec soulagement le désert et traversèrent la plaine verdoyante tout en se dirigeant vers la prochaine ville.

    Leatel était la ville la plus proche de l'endroit où ils se trouvaient. Après trois heures de marche, ils y arrivèrent et eurent la surprise de constater que la fête battait de plein gré dans cette ville. En questionnant une personne, elle leur répondit que cette fête qui durait trois jours était une tradition. De nombreuses attractions ou divertissements étaient proposés. On entendait des tirs au pistolet, des camelots qui vendaient leur marchandise ou des cris d'enfants qui jouaient à la pêche aux trésors dans des mares accompagnés de leurs parents. Des marchands proposaient des confiseries tandis que des magiciens présentaient leurs numéros. Enfin, un cirque était venu s’installer provisoirement car on voyait un homme arroser avec un tuyau un éléphant ainsi que trois lions pour lutter contre la chaleur. De nouveau lorsqu'ils questionnèrent Kali, elle répondit que cet endroit ne lui rappelait rien non plus. Cependant, ils étaient fatigués et il ne serait pas avisé de reprendre leur route maintenant. Ils partiraient à l'aube après la prochaine nuit. En attendant ils visitèrent la ville et contemplèrent les nombreux stands. Ils furent tous trois émerveillés par ce qu'ils trouvaient. Dean et Ashe ayant vécu dans un village morne, c'était la première fois qu'ils assistaient à ce genre d’événements bien que George leur en avait parlé lorsqu'ils étaient plus jeunes. Une attraction retint davantage leur attention que les autres.
    -Venez voir Akae le briseur de chaînes clama une voix.
    Ils s'approchèrent de l'attraction et réalisèrent qu'une foule s'était déjà rassemblée autour de celle-ci. Akae était un homme d'une trentaine d'années au teint basané et aux muscles puissants. Il était torse nu et de solides chaînes étaient solidement attachées à ses poignets.
    -Attention mesdames et messieurs, observez bien Akae dit le présentateur.
    Akae poussa un cri bestial et tira de toutes ses forces sur les chaînes. Sous l'effet de la force, les chaînes cédèrent. Toute la foule admirative applaudit. Dean en fut bouche bée.
    -Waou c'était impressionnant dit Dean à Akae une fois que la foule était partie.
    Pendant qu'Akae était entrain d'enlever les chaînes de ses poignets, il adressa un sourire à Dean:
    -Il fait bon de travailler ses muscles n'est ce pas petit? Lorsque j'avais 15 ans, j'aidais mon père à transporter des caisses. Depuis, je vais de ville en ville notamment lors des fêtes pour montrer mes talents.
    Voyant que Dean ne répondait rien, il reprit:
    -Et toi petit, que fais tu ici?
    Dean désigna ses deux amies:
    -Je m’appelle Dean et voici mes amies Ashe et Kali. Ashe et moi avons quitté notre village natal pour aider Kali à retrouver son identité. Elle a perdu la mémoire.
    -Oh je vois fit Akae d'un ton plus sombre. J'aimerais bien vous aider mais je n'ai aucune compétence dans ce domaine.
    -Ça ne fait rien répondit Dean, nous n'étions pas venu vous voir pour ça. Allez vous donner d’autres représentations?
    Akae secoua la tête.
    -Non! J'ai gagné assez d'argent et les périodes de fêtes sont passées dans les villes qui en font encore. J'ignore encore ce que je vais faire si ce n'est me reposer. Et vous?
    -Nous continuerons à explorer le monde jusqu'à ce que l'on retrouve l'identité de Kali. Cet endroit ne lui dit rien alors nous partirons demain matin.
    Akae réfléchit puis reprit:
    -J'ai une idée. Je ne pense pas qu'elle vous informera de son identité mais peut être que Kali y verrait plus clair.
    -Comment ça?
    -C'est la fête dans cette ville et tout le monde montre ses talents. Or je crois qu'il existe une voyante prés d'un des chapiteaux. Pourquoi n'iriez vous pas la voir? Elle pourrait vous donner des éléments sur Kali.
    -Hé mais c'est une merveilleuse idée fit Ashe. Où se trouve t'elle?
    -Je n'en sais rien. Demandez à des gens, ils sauront vous renseigner.
    Akae acheva de boucler son sac avant de reprendre:
    -Je vais continuer de m'amuser ici. Demain la fête se terminera et je compte profiter de ce dernier jour.
    -Entendu. Amusez vous bien Akae. Nous sommes ravis de vous avoir connu.

    La voyante était une vielle femme rubiconde encapuchonnée et à la voix rappeuse. Elle logeait dans un tipi de petite taille. Quelques objets d'ordre magique ou plutôt pseudo magiques traînaient dans la pièce. La voyante était assise sur une tablette recouverte d'un voile violet. Sur la tablette, était posée une boule de cristal.
    -Bienvenue dit elle. Pour toute consultation, je vous demanderai un chinan.
    Les chinans étaient des pièces de monnaie, chacune ayant une certaine valeur. Lorsque la somme était importante, on pouvait régler par feuille. Les feuilles correspondaient quand à elles à des billets. Dean chercha l'argent donné par le chef du village dans son sac et tendit un chinan à la voyante.
    -Merci dit elle, qui veut connaître son avenir?
    Kali s’avança pour signifier qu'il s'agissait d'elle.
    La voyante émit quelques murmures et fixa intensément sa boule de cristal. Au bout d'un moment, elle blêmit et sortit de sa transe en poussant un cri effrayé. Elle courut à perdre haleine hors du tipi et se réfugia dehors.
    -Mais qu'est ce qui lui prend? demanda Dean.
    Les trois aventuriers se lancèrent à sa suite. Ils virent la voyante recroquevillée dans un coin sombre.
    -Qu'avez vous vu? demanda Dean. Nous avons payé alors dîtes le nous.
    La voyante fixa Kali apeurée puis répondit:
    -Je suis désolée, je n'ai rien vu.
    -Vous n'avez rien vu? demanda Ashe. Vous vous moquez de nous?
    -Non non fit elle apeurée, je vous assure que je n'ai rien vu.
    -Alors pourquoi êtes vous partie en courant?
    -Je...je suis navrée, j'ai eu un malaise.
    -Je m'en moque! rugit Ashe. Nous avons payé.
    La voyante se recroquevilla encore plus. Elle sortit le chinan et le donna à Ashe.
    -Prenez le et partez. Je vous en prie, laissez moi tranquille.
    Voyant qu'il était inutile d'insister, ils partirent résignés.

    -C'est quand même incroyable affirma Dean. Elle ne nous a rien révélé.
    -Vous voulez mon avis? fit Ashe. Elle ne savait rien, ce n'était qu'une pseudo-voyante qui vient de jouer la comédie.
    -Hum, c'est bien possible répondit Kali.
    Alors qu'ils se dirigèrent vers la sortie, ils surprirent Akae entrain de jouer à un jeu de tir au pistolet dans un stand.
    -Je suis désolée dit la vendeuse, mais il vous manque 20 points pur décrocher un lot.
    Résigné, Akae posa le pistolet sur l'étalage et partit.
    -Hé Akae! cria Dean.
    L'homme se retourna.
    -Ha c'est vous fit il, vous avez vu ma piètre performance? J'ai tiré beaucoup de fois hors de la cible et j'ai perdu. Et dire que mon voisin a fait 93 points. Il a tiré quasiment tout le temps au centre.
    -Effectivement ce n'était pas brillant dit Dean.
    -Tu l'as dit petit. Je ne suis pas fait pour tirer au pistolet. Et de votre coté, avez vous vu une voyante?
    -Oui en effet répondit Ashe. Mais cela ne nous a servi à rien. Tout ce qu'elle a fait était d'avoir peur et de s'être enfui en courant.
    -Oh déglutit Akae en fixant Kali, il semblerait petite que tu poses problème.
    -Mais...je ne sais rien de mon passé se défendit timidement Kali.
    -Ah ah, je plaisantais voyons. Je ne te reproche rien. Tu n'as pas eu de chance, ces pseudo-voyants sont malheureusement assez courants dans le monde. Ce qu'il te faudrait, c'est une vraie voyante.
    -Une vraie voyante?
    -Oui, une personne qui a vraiment les compétences pour lire l'avenir.
    -Et trouve-t-on une personne comme ça? demanda Dean.
    Akae réfléchit puis son visage s'illumina:
    -Je sais! J'ai une amie qui a justement ce don. Elle s'en sert pour guider les personnes de son village en contrepartie de chinans. Elle est un peu bourrue et a du caractère, mais elle a bon cœur également.
    -Où se trouve t'elle?
    -Au village Ciel. C'est à l'est d'ici. Il faut d'abord franchir les falaises puis passer par le village Mudo. Enfin il faut traverser la forêt noire et continuer vers le nord.
    -Houlà c'est peu compliqué fit Dean en dépliant la carte.
    -Dans ce cas, pourquoi ne ferions nous pas la route ensemble?
    -Comment? Vous...enfin tu souhaites nous accompagner?
    -Pourquoi pas? Je vous ai dit que je n'ai rien à faire. Je pourrai ainsi vous guider sans problème. De plus, cela fait un moment que je ne l'ai pas vu et je souhaite lui rendre visite.
    Dean se tourna vers Ashe qui haussa les épaules et Kali qui lui jeta un regard lui suppliant d'accepter.
    -Dans ce cas c'est d'accord fit Dean, nous acceptions ton offre.
    -Formidable, dormons ce soir dans une auberge. Nous partirons demain à l'aube.
    -Comment se nomme ton amie? demanda Kali.
    -Elle se nomme Stella.
    -Dans ce cas, nous rendrons visite à cette Stella.
    Pendant ce temps, la voyante observa de loin Kali.
    -Qui est cette jeune femme? se demanda t'elle.
    Ma bio rp est ici

  4. #4
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 3
    « Etant donné que la démocratie n'est pas respectée, il est compréhensible que le devoir de tout citoyen ne le soit pas non plus, c'est un juste retour des choses

    Streen»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-la-foule.html

    Akae s'avérait de bonne compagnie; Il avait bon caractère, adorait les jeunes personnes ainsi que voyager avec autrui. Kali quand à elle était d'un naturel timide mais comme ses trois compagnons, elle aimait elle aussi rendre service aux autres et était reconnaissante que des personnes l'accompagnant. Aux alentours de midi alors que le soleil battait de plein feu, ils atteignirent les falaises. Cependant le seul chemin qui y menait était condamné. Il était toujours possible de passer mais des soldats armés leur barraient la route.
    -Halte fit l'un d'eux. On ne passe pas.
    -Comment? demanda Dean.
    -J'ai dit on ne passe pas. Etes vous sourd jeune homme?
    -Quoi?
    Dean serra les poings et s'approcha de l'homme l'air menaçant. Il n'appréciait pas la façon dont on le traitait. Ashe craignant qu'il ne commette un geste irréfléchi lui tira le poignet et l'éloigna.
    -Laisse moi! dit Dean.
    -Pas question, je ne souhaite pas que tu fasses un scandale.
    -Mais tu as vu comment il nous parle? Il n'est pas obligé d'aboyer.
    -Dean, je t'en prie. Ces hommes sont armés.
    -Grrrrrrr.
    -Oui c'est ça très bien. Déchaîne ta colère ici mais pas devant eux.
    -Mais qu'est ce qui se passe? demanda Akae. Pourquoi ne peut t'on pas passer?
    -Qu'est ce que vous avez? Vous habitez par là?
    -Nous habitons à Mudo et nous devons nous y rendre dans l'urgence.
    -Je regrette continua le garde mais cette zone est interdite. Le roi l'a ordonné. Les rebelles font rage ici et tant qu'ils sont dans les parages, cette zone n'est pas certaine.
    -Mais nous pouvons quand même passer insista t'il. Les rebelles n'en ont pas après nous.
    -Les rebelles sont de dangereux terroristes et tirent à vue sur n'importe qui alors que l'on soit clair: personne ne passe. Allez à Leatel. Le groupe de rebelles ne sera que l'affaire de quelques jours. Je suis certain que les routes seront bientôt rouvertes.
    Akae finit par capituler et rejoignit ses amis.
    -Nous ne passerons pas.
    -Mais nous en avons besoin! cria Dean.
    -Une seconde reprit Akae. Il est peut être impossible de passer par les falaises mais j'ai toujours plus d'un tour dans ma manche.
    -C'est à dire?
    Akae adressa un clin d’œil au groupe.
    -Je connais un autre passage. Un passage secret que tout le monde ignore, même le royaume.

    Akae les conduisit loin des falaises pour aboutir à une clairière composée de quelques arbres prés de l'océan. Puis il s'approcha d'un des arbres et examina le feuillage.
    -C'est ici que nous devons aller? s'étonna Ashe.
    Akae sourit puis déblaya le sol. Lorsqu'il se débarrassa des feuillages, ils purent voire qu'une plaque rouillée se trouvait dessous.
    -Nous devons passer par là, c'est notre seule solution.
    Il prit la plaque par les deux cotés et tira de toutes ses forces. Avec un grincement, elle se retrouva soulevée à la grande surprise du groupe. La trappe donna sur un minuscule escalier.
    -Stella et moi avions l'habitude de jouer. Un jour nous avions découvert cette trappe et nous l'avons utilisé. Elle mène dans un tunnel sous-marin qui s'étend sur quelques kilomètres et nous devrons marcher plusieurs heures. Néanmoins nous l'avions dissimulée de peur que quelqu'un ne la découvre et ne s'engouffre dans le passage.
    -Pourquoi? demanda Dean.
    -Vous verrez vous même. Ce passage n'est à emprunter qu'en cas d'extrême urgence.
    Alors qu'ils descendirent les marches, ils remarquèrent que l'on y voyait normalement malgré l’absence de lumière. Les cloisons devaient posséder une particularité. Au bout d'une vingtaine de mètres de profondeur, l'escalier s'arrêta dévoilant un long couloir qu'ils devaient traverser. Dean, Ashe et Kali poussèrent un cri d’émerveillement. Autour d'eux, il étaient entourés d'eau. Ils se trouvaient à 20 mètres de profondeur de l'océan. Les murs de gauche et de droit étaient fait de verre. Contrairement à ce qu'ils croyaient, le fond de l'océan n'était pas bleu mais sombre. On n'y voyait rien à plus de cinq mètres.
    -Comment se fait il que cet endroit n'aie jamais été découvert par des plongeurs? demanda Ashe.
    Akae pouffa de rire.
    -Des plongeurs? Personne ne s'y risquerait. On raconte que dans cette zone existerait un grand prédateur que toutes les créatures aquatiques redoutent, même les requins.
    -De qui s'agit il? questionna Dean
    -On ne sait pas vraiment. On l’appelle le grand serpent de la mer. On le surnomme ainsi car il ressemble à une hydre possédant comme têtes une multitude de cobras. Toute personne s'étant risqué à plonger n'en est jamais revenue.
    -Je n'aimerais pas être confronté à ce genre de monstre déglutit Kali.
    -Mais c'est réel ou il s'agit seulement d'une légende? demanda Ashe.
    -Je l'ignore répondit Akae en haussant les épaules. Peut être que la cause de leur disparition est toute autre.
    Ils continuèrent de franchir le souterrain. A voir les toiles d'araignées qu'ils durent traverser ainsi que les traces de moisissures, il était évident que cet endroit n'a pas été entretenu depuis qu'il a été construit. Des traces d'humidité suintaient le long des parois.

    Au bout de plusieurs kilomètres, Akae déclara:
    -Selon mes estimations, nous devrions être bientôt arrivés.
    A ce moment là, une secousse ébranla le tunnel. Ils tombèrent tous quatre à la renverse sous le choc.
    -Mais qu'est ce qui se passe? demanda Akae.
    Ils ne mirent pas longtemps à comprendre la situation. Autour du tunnel, ils virent de longues chaînes qui s'étaient enroulées. Mais ce n'étaient pas tout, des têtes de cobras s'agitaient autour de celui-ci. Elles étaient toutes reliées par de longues chaînes. Ils poussèrent un cri de terreur devant ce spectacle horrifiant.
    -Le monstre! hurla Akae. Fuyons!
    Le monstre était gigantesque. Il devait mesurer au moins quatre mètres carré. Il devait au moins comporter une dizaine de têtes de cobras. Il semblait se déplacer lentement mais les têtes étaient bien organisées avec l'aide de leurs chaînes. Et visiblement, il ne voyait pas d'un mauvais œil les aventuriers qui pourraient constituer un bon repas puisqu'à mesure qu'ils progressaient, il les suivait.
    Le groupe comprit son intention. Les chaînes avaient pour intention de briser le tunnel pour pouvoir s'emparer des aventuriers. Pour l'instant le tunnel tenait bon mais le groupe avait intérêt à filer. Au loin, ils virent les marches qui menaient à la surface.
    -On se dépêche! cria Akae.
    Soudain, une jointure qui permettait de fixer le tunnel lâcha. De l'eau se mit à pénétrer dans la galerie et déjà, l'eau atteignait leurs pieds. Ils montèrent les marches tandis que l'eau continuait à s’infiltrer dans le tunnel.
    -C'est le moment de vérité soupira Akae. Soit la trappe est ouverte, soit nous mourrons noyés et nous servirons de repas à ce monstre.
    Il poussa la trappe tandis que l'eau était déjà au niveau de leurs genoux. La trappe résistait et Akae ne parvint pas à l'ouvrir.
    L'eau se retrouva au niveau de leur torse. Ils n'avaient plus que quelques secondes pour réussir. D'un coup violent et désespéré, Akae fit voler la trappe. Ils s'échappèrent du tunnel en empruntant l'escalier qui menait à la sortie. De l'air...enfin. Il était temps. Le tunnel s'effondra totalement et sombra dans la mer. Ils avaient réussi.
    *****
    Ils parvinrent à arriver à Mudo sans rencontrer d'autres difficultés. Néanmoins, arrivés devant le village, ils réalisèrent que d'autres soldats appartenant au royaume étaient présents dans celle-ci.
    -Tiens mais que font les soldats du royaume ici? demanda Akae
    Les soldats effectuaient des patrouilles de va et vient et paraissaient affairés.
    -Halte! cria un soldat lorsqu'il vit le groupe, cette zone est sous contrôle du royaume, avez-vous l'intention de séjourner ici?
    -En effet répondit simplement Akae.
    Le soldat fixa suspicieusement Akae puis eut un mouvement de recul.
    -Mais...mais, c'est impossible!
    Il hurla des ordres à ses collègues qui s'approchèrent du groupe et les encerclèrent.
    -Vous y comprenez quelque chose? demanda Ashe.
    -Sympa le comité d’accueil ironisa Dean.
    Le soldat revint quelques instants après accompagné d'un officier. L'officier déclara:
    -C'est bien lui emparez vous de lui !
    Aussitôt, les soldats se précipitèrent sur Akae. Ils l'enchaînèrent avant qu'il ne puisse comprendre ce qu'il ne se passe.
    -Mais qu'est ce que vous faîtes? s'insurgea Dean.
    -Vous, ne vous mêlez pas de ça! hurla l'officier en désignant les trois jeunes aventuriers.
    -Mais relâchez moi. Je n'ai rien fait! s'indigna Akae.
    L'officier s'approcha de lui.
    -Vous avez fait une grossière erreur de revenir maudit rebelle.
    -Quoi? Mais que racontez vous?
    -Ne jouez pas à l'innocent, nous savons très bien que vous êtes contre le royaume. Vous correspondez à la description précise de l'avis de recherche. Vous serez jugé et condamné à mort demain matin.
    Ils s'emparèrent d'Akae laissant le groupe exsangue.

    Plus tard, Dean, Ashe et Kali sirotaient dans la taverne du village. Si le village était froid, la taverne ne manquait pas en revanche d'ambiance. Peut-être que c'était la présence des soldats qui rendaient la population du village nerveuse. En attendant, ils étaient entrain de débattre sur Akae. Certes la présence de rebelles à proximité avait rendu les soldats soupçonneux et la description de l'avis de recherche correspondait précisément à Akae, cela n’empêchait pas Dean pour autant d'avoir des doutes.
    -Dean, nous ne le connaissons pas répéta Ashe avec exaspération pour la dixième fois.
    Dean réfléchit et répondit:
    -En effet, mais j'ai quand même du mal à croire qu'Akae soit un rebelle.
    -Nous ne savons rien de lui intervint prudemment Kali. Il paraît sympathique, mais il ne nous a peut-être pas dit toute la vérité sur lui.
    Dean demeura sceptique.
    -Mais pourquoi serait il venu se jeter dans la gueule du loup? demanda t'il
    -Dean rappela Ashe, n'oublie pas qu'il ne comprenait pas ce que faisaient tous ces soldats ici. Il ne s'attendait pas à les voir.
    -Dans ce cas, il aurait pu fuir lorsqu'il les a aperçu. Au lieu de ça, il s'est contenté de rester avec nous. Il y a quelque chose qui nous échappe dans cette affaire.
    -En effet répondit Kali, il ne semblait pas comprendre pourquoi les soldats l'ont emmené.
    -Tu ne vas pas te mettre toi aussi à le défendre s'indigna Ashe.
    -C'est que...nous n'avons pas la certitude également qu'il soit coupable se défendit elle.
    Ashe poussa un soupir.
    -Alors vous proposez quoi?
    -On pourrait essayer de lui parler.
    -Nous avons déjà essayé et nous n'avons pas pu nous en approcher.
    Ils s'étaient rendu à l’intérieur du poste de garde et tenté de parlementer avec l'officier pour voir Akae. Celui-ci était détenu dans la seule cellule en attendant son jugement. Le lieutenant les avait congédié sans même les avoir écouté.
    -Alors nous allons agir nous-même. On ne peut pas le laisser mourir.
    -Tu as perdu la tête Dean? fulmina Ashe. Sais tu ce que l'on risque si l'on s'oppose au royaume? N'oublie pas que nous avons éveillé les soupçons depuis que le royaume nous a vu en sa compagnie.
    -Ce n'est pas une si mauvaise idée répliqua Kali.
    Elle s'attendait à ce qu'Ashe lui tombe dessus mais ce ne fut pas le cas. Au lieu de ça, elle attendit patiemment de voir ce qu'elle allait dire.
    -Le royaume prétend l'avoir reconnu et l'avis de recherche est effectivement clair. Néanmoins, il peut très bien avoir confondu avec une autre personne. Au lieu de faire une enquête, il compte le juger puis l'exécuter. Pour moi, on ne peut pas non plus le laisser dans cette position.
    -Raison de plus grommela Dean.
    -D'accord, et comment comptez vous vous y prendre?
    Dean réfléchit puis une idée lui traversa l'esprit.
    -Ashe, as tu des ingrédients dans ton sac qui pourrait provoquer une explosion?
    -Une explosion? demanda t'elle outrée.
    -Ne t'en fais pas la rassura t'il. Je n'ai pas l'intention de tuer quiconque. Disposes tu des ingrédients nécessaires?
    Ashe fouilla son sac. Malheureusement elle ne possédait que quelques éprouvettes d'acide. Cependant une autre idée lui vint.
    -Je n'ai que de l'acide. Mais en y réfléchissant, je me souviens d'une formule qui pourrait nous aider.
    Elle sortit son grimoire et parcourut ce qui l’intéressait.
    -J'ai trouvé fit elle. Il est possible de provoquer une explosion en lançant une éprouvette par terre. Et c'est possible avec de l'acide combiné avec d'autre produits.
    -Mais on ne les a pas.
    -Pas ici mais le cuisinier de la taverne pourrait nous en fournir, ça m'a l'air faisable. A condition qu'il nous prête une marmite ou un chaudron.
    -Alors cours lui demander. Nous agirons ce soir.
    Il resta seul avec Kali. Alors qu'il aperçut des employés de la taverne en pleine altercation avec le patron, il déclara:
    -J'entends des employés se plaindre de leur conditions de travail. Remarque je les comprends, moi aussi j'aimerais bien travailler moins pour gagner plus.

    A la tombée de la nuit, Dean, Ashe et Kali sortirent à pas de loup. Lorsqu'ils furent assurés que personne ne les voyait, ils se précipitèrent vers la poste d'avant garde. Ce que le groupe n'avait pas prévu, c'est qu'un chien avait choisi ce moment pour aboyer alors qu'ils passèrent à proximité. Ils frémirent d'horreur. Le chien allait gâcher leur plan.
    -Vite leur dit Dean. Vers les tonneaux.
    Ils avaient aperçu pendant la journée plusieurs barriques postées près du poste de garde. Ils comptaient s'y cacher une fois l'explosion prête. Cette fois ils allaient devoir s'y cacher avant même d'avoir lancé l'éprouvette à cause du maudit chien. Lorsqu'ils s'engouffrèrent dans ceux-ci, ils entendirent la voix roque du lieutenant qui parlait avec un subordonné.
    -J'entends un chien aboyer. Va voir ce qu'il se passe.
    Le soldat poussa un soupir puis se rendit dehors. Le groupe retint son souffle au moment où il passa. Cependant, il ne prête pas attention aux tonneaux et se rendit vers la maison du chien qui avait aboyé. Il passa un savon au propriétaire et lui ordonna de rentrer le chien dans sa demeure. Puis il revint dans le poste de garde. Au bout d'une heure, Dean sortit doucement sa tête du tonneau puis donna le signal à Ashe une fois qu'il fut assuré d'être à la vue de personne. Ashe lança de toutes ses forces l'éprouvette qui provoqua une explosion lorsqu'il tomba. L'explosion crée par Ashe n'était que minime mais son bruit avait réveillé tout le village. Ils regagnèrent en vitesse leur cachette et attendirent. Tous les villageois sortirent de leur maison. Quant au lieutenant, il cria:
    -Nous sommes attaqués!
    Tous les soldats sortirent du bâtiment et se dirigèrent vers le bruit de l'explosion. L'officier étant du nombre, ils en déduisirent qu'il n'y avait plus personne dans celui-ci. Ils sortirent de leur cachette et se précipitèrent dans le poste de garde. Ils virent à ce moment Akae enfermé dans la cellule à côté.
    -Vous? fit il.
    -Attends Ake, patiente un peu, nous allons te tirer de là dit Dean.
    Il s'empara du trousseau de clefs posé sur le bureau et ouvrit la cellule d'Akae.
    -Venez fit Dean, ne traînons pas ici.
    Dehors, l'explosion avait donné une fumée noire et quelques étincelles crépitaient encore. Aucun garde ne vit Akae s'échapper un poste de garde. Alors qu'ils coururent tous quatre vers la sortie, ils virent un garde qui était resté dans les parages.
    -Hé vous! cria t'il. Que faîtes vous ici?
    Akae ne lui laissa pas le temps de voir qui ils étaient. Il se jeta sur lui et lui envoya une manchette suivie d'un coup sur le crâne.
    Assommé, il s'effondra par terre.
    -On file! cria t'il.
    Ma bio rp est ici

  5. #5
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Cependant alors qu'ils filaient vers la sortie, ils furent stoppés par cinq hommes armés de fusils. Atterré, le groupe s'arrêta net. Ils venaient de s'échapper mais ils allaient être repris. Le royaume avait décidément plus de ressources qu'ils ne l'avaient imaginé. A présent, ils allaient être condamné à mort tous les quatre. Comment avaient ils pu croire qu'ils avaient une chance? En face d'eux, les hommes brandissaient leurs fusils mais aucun d'eux ne montra de signe belliqueux. Ils restèrent silencieux à toiser le groupe;
    -C'est le prisonnier dit l'un d'eux. Apparemment il n'a pas eu besoin de nous pour retrouver la liberté.
    Les individus ne paraissaient pas menaçants malgré leurs fusils. Et il ne pouvait pas s'agir de soldats du royaume. Sans cela, ils auraient été repris. De plus, ils avaient envisagé de libérer Akae si jamais il ne serait pas parvenu à se libérer tout seul. Mais alors qui étaient ils?
    -Qui êtes vous? demanda Ashe.
    -Des rebelles répondit l'un d'eux. Nous cherchons à mettre fin à la tyrannie exercée par le royaume.
    Dean et Ashe restèrent bouche-bée. Jamais ils ne penseraient rencontrer des rebelles en personne.
    -Écoute dit l'un d'eux à Akae, nous n'avons pas beaucoup de temps et il vous faut songer à partir. Je ne sais pas ce que tu as fait mais les soldats ne vont pas tarder à vous poursuivre.
    -Mais je n'ai rien fait protesta Akae.
    -Ha ha ricana l'homme. Tu es modeste en plus. Sachez que nous vous viendrons en aide car les ennemis de nos ennemis sont nos amis.
    -Aiderez nous à nous enfuir?
    L'homme secoua la tête.
    -Non, nous devons rester ici. En revanche, nous aurions quelque chose à vous donner.
    Il sortit un revolver et le tendit à Akae.
    -Prenez cette arme. En cas d'attaque, vous pourrez vous défendre. A présent, partez.
    -Merci dit Akae.
    Puis ils détalèrent en direction de la forêt noire.
    Cependant dans la forêt, Akae dit à Dean:
    -Dean ,je te confie l'arme. Rappelle toi que je suis assez maladroit avec.
    -Quoi? fit il avec surprise. Mais Akae, je ne sais pas m'en servir.
    -Hé bien il le faudra, nous allons certainement être poursuivi par des sbires du royaume. Ta pelle en revanche ne te servira à rien. Prête la moi.
    Les deux hommes échangèrent leurs armes.
    -On ferait mieux d'y aller maintenant si nous ne voulons pas être rattrapé.
    A ce moment-là, une pluie battante arriva.

    Les soldats n'avaient pas mis longtemps avant de deviner la supercherie. Ils s'étaient donc lancés à la poursuite du groupe en espérant rattraper Akae et ses amis. Malheureusement, ils ne savaient pas dans quelle direction ils étaient partis et ils étaient au plus une dizaine. Ils devaient donc se séparer en plusieurs groupes. Le lieutenant et deux hommes étaient partis pour la forêt obscure. Cependant, la pluie les ralentit énormément. Les soldats n'ayant pas l'habitude de se déplacer sous la pluie gémissaient et traînaient des pieds.
    -Dépêchez vous bande de tas de larves! hurla le sergent. A ce rythme là, nous ne les rattraperons jamais.
    Le lieutenant était bien décidé à rattraper ce groupe. Il s'était senti humilié après avoir été tombé dans le panneau. Cependant, plus il criait, moins les soldats avançaient. De rage, il tapa du poing contre un arbre. Il savait qu'il ne pourrait jamais rattraper ce groupe. Il ignorait s'il était même parti dans cette direction. Il n'avait plus qu'à espérer que le groupe avait pris l'autre direction et que les gardes les avaient repris mais il en doutait.
    -Rentrons! ordonna t'il au grand soulagement des deux gardes.

    La pluie avait fini par se calmer. Le groupe sortit de l'abri qu'il avait trouvé. Il aurait pu monter sa tente mais ils avaient peur que le royaume se soit lancé à leur poursuite sous la pluie. La tente aurait été le meilleur moyen de se faire repérer. Cependant, au fur à mesure qu'ils avançaient, ils durent se résoudre à cette solution. Ils espéraient que le royaume ait le bon sens d'être rentré au camp. Ils rentrèrent dans la tente et se changèrent après avoir été trempés jusqu'aux os.
    -Cette forêt est effrayante dit Ashe.
    -Ce n'est pas pour rien que nous l'appelons la forêt noire ou la forêt obscure répliqua Akae.
    Ils restèrent un moment silencieux avant que Dean ne reprenne la parole.
    -Akae, tu es innocent n'est ce pas?
    Akae soutint son regard et hocha la tête.
    -Bien entendu, le royaume a fait une erreur sur la personne.
    -C'est quand même incroyable reprit Kali, le royaume arrête souvent les personne sans s'assurer de leur véritable identité?
    -Je l'ignore fit Akae. Je sais que beaucoup de personne se plaignent du royaume.
    -Chut! Souffla Ashe j'entends un bruit.
    Ils tendirent l'oreille attentifs et sentirent quelque chose toucher le rebord de la tente. Au départ, ils crurent que l'empire les avait retrouvé. Cependant la chose frôla la tente comme si elle chercha un moyen de rentrer puis elle finit par capituler dans un sifflement et s'éloigna.
    -Qu'est ce que c'était? demanda Dean une fois qu'elle était partie.
    Akae réfléchit et répondit:
    -J'aurais dit un serpent. Heureusement que nous avons dressé la tente. Je n'aurais pas aimé être face à lui.
    Lorsqu’ils reprirent leur route, il faisait nuit noire. Ils ignoraient si le royaume était encore sur leur trace mais plus ils s’éloigneraient, mieux ce serait. Kali ne se sentit pas rassurée. La forêt était effrayante de nuit. Les bouleaux qui la composaient ressemblaient à de vieux hommes qui ouvraient la gueule. Elle sentit les ténèbres qui l’enveloppaient et seul le bruit d’une chouette lui donna l’impression de se raccrocher à la réalité. Cependant ils ne rencontrèrent aucun obstacle. La forêt portait son nom cela les impressions que l’on ressentait. Si Kali avait été seule, la panique l’aurait peut être emporté mais la présence de ses amis la rassuraient. Ce fut lorsqu’ils s’approchèrent de la sortie qu’elle ressentit un vrai soulagement. Pourtant elle avait eu l’impression que quelque chose les avait épiés. Lorsqu’ils sortirent, elle ressentit les ténèbres se refermer derrière elle.
    Aucun d’entre eux n’avait remarqué une créature de l’ombre aussi sombre que la forêt. Elle s’était parfaitement confondue dans l’environnement. Elle regarda tristement le groupe quitter la forêt. D’une voix sourde, elle déclara :
    « Visiblement il y a encore des vénatirs qui s’imaginent que la forêt est un lieu sure. Ils se trompent, cet endroit est autant rempli de prédateurs que de proies. Je fais d’ailleurs moi-même partie des deux catégories. J’ai faim et j’aurais bien voulu me sustenter mais les vénatirs sont trop imprévisibles. J’aurais pu mourir. A un contre quatre, je n’avais que peu de chance. Ceux-ci me paraissent très intrigants notamment la jeune femme. Il a senti le danger de la forêt contrairement aux trois autres. Elle me parait plus intelligente. Ah, que j’aurais été heureux de pouvoir la manger. Celui qui s’en chargera aura beaucoup de chance. Mais peut être qu’un jour,nous nous recroiserons et ce jour là, je tenterai ma chance. »
    Ma bio rp est ici

  6. #6
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 4

    «Il faut faire attention. Les services de renseignements ont des yeux partout

    Mr Sylvestre»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ns-la-vie.html

    Le gouverneur Yano s'inquiétait. Il avait appris grâce à l'un de ses éclaireurs que deux émissaires provenant du royaume se dirigeaient vers Nagara. Ils semblaient avoir l'intention de s'y rendre. Cela l'angoissait. Si les émissaires du royaume venaient en personne ici, c'est qu'ils avaient l'intention de lui rendre visite. La ville était prospère et le commerce florissant mais le royaume s'en souciait peu. Seul lui importait la sécurité et l'absence d'opposition. Pourquoi venaient ils ici? Avait il commis trop d'imprudence? De plus si ces émissaires souhaitaient fouiller tout le bâtiment, ils en avaient le droit, le gouverneur ne pouvait pas refuser sous peine de représailles. Il allait donc devoir supporter des personnes sous son toit pour qui il n'éprouvait aucune sympathie. Les émissaires venaient s’assurer que le gouverneur était loyal envers son souverain. Un vassal félon était dangereux pour le roi, en particulier si celui-ci soutenait la résistance. Plus tard, les deux émissaires firent leur entrée dans le local du gouverneur. Il les salua d'un ton cependant froid. Sans prendre la peine de lui rendre la pareille, les deux émissaires rappelèrent la loi qui stipulait qu'ils avaient accès à toutes les pièces et tout document présent dans sa demeure. Le gouverneur n'écouta que d'une oreille. Il se moquait éperdument de la loi. Qu'ils fassent leur travail et qu'ils s'en aillent. En attendant, ils exigeaient sa coopération. Sur un ton las, il les guida dans toutes les pièces puis les laissa accomplir leur tâche. Il espérait que son subordonné s'était débarrassé de tous les documents compromettants. Sans cela, la situation allait se compliquer et il serait obligé de se justifier. C'était l'avantage d'avoir à sa disposition des éclaireurs. Ils permettaient d'anticiper certaines actions avant qu'il ne soit trop tard. Lorsque les deux émissaires furent assurés que Yano ne les observait pas, ils fouillèrent son bureau personnel. Ils commencèrent par examiner la paperasse une par une.
    -Qu'est ce que nous sommes censés chercher au juste? demanda l'un d'eux.
    -Une preuve qui certifie que le gouverneur est à la solde des rebelles.
    -Mais qu'est ce qui prouve que c'est le cas?
    -Le roi a des soupçons. Nous devons vérifier s'ils sont fondés.
    Cependant à part de nombreux documents administratifs, Yano ne semblait disposer d'aucun document qui les intéressait.
    -Et s'il s'en était débarrassé avant notre arrivée?
    -Tu plaisantes? Comment aurait il pu le savoir?
    -Je...je ne sais pas. Je pense à ces deux hommes que nous avons croisés sur le chemin. Ils semblaient plutôt louches.
    -Quoi? Les deux abrutis qui ont détalé comme des lapins dès qu'ils nous ont vu? Ils ont simplement eu peur de nous parce que nous faisons partie du royaume.
    -Vraiment? Et s'il s'agissait de deux espions la solde du gouverneur?
    Son partenaire frissonna. Il n'y avait que très peu de chance que ce soit le cas mais le doute subsistait.
    -On pourrait peut être rapporter cet événement au roi reprit l'autre émissaire.
    -Non dit il en secouant la tête. Le roi veut une vraie preuve. Rapporter un événement aussi aléatoire ne constitue pas une preuve réelle.
    Ils reprirent leurs fouilles sans succès. Après s'être assurés que toutes les pièces dans la structure aient été examinées, ils rentrèrent bredouille au château au grand soulagement du gouverneur. Il rappela son subordonné quelques heures après.

    -Salim, je te remercie de m'avoir couvert.
    -Je ne vis que pour vous servir seigneur fit il en s'inclinant.
    -Sans toi, je n'aurais jamais pu cacher mon journal de bord. Le royaume ne doit pas en avoir connaissance. Il ne doit pas savoir que j'enquête sur ses activités. Sans cela, le roi nous enverra son armée et nous serons impuissants.
    Il fit les cent pas avant de reprendre:
    -Donne moi le journal.
    Salim lui tendit le journal intitulé «Rapport sur l'activité du royaume».
    Il le feuilleta et demanda à Salim:
    -A ce propos, nous n'avons toujours aucune nouvelle de ce que faisait le royaume sur l'île?
    -Ce crains que non seigneur reprit Salim, nous n'avons aucune nouvelle d'Aaron.
    -J'espère qu'il n'est pas mort. Sans cela, nous serions démasqués.
    -Seigneur, peut être que c'est pour ça que les deux émissaires sont venus.
    Yano réfléchit et reprit:
    -Tu as peut être raison, nous devons nous méfier. C'est une chance que nous ayons des éclaireurs qui nous ont alertés de leur venue.
    Il examina à nouveau le journal avant de donner de nouveaux ordres:
    -Je veux des nouvelles d'Aaron. Demande à nos marins de se rendre sur l'île.

    Pendant ce temps, une silhouette dans l'ombre observait Yano et son acolyte.
    -Maudit chien grommela 'il. Tu as bien de la chance d'avoir échappé au royaume. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Je trouverai un moyen de te renverser, et alors...et alors, je deviendrai gouverneur au service du royaume.
    Il ricana.
    *****
    Le village Ciel était à peine plus grand que Loat. Seules quelques chaumières étaient présentes dans celui-ci. Cependant les habitants bien que peu nombreux s'avéraient accueillants et tous vivaient avec une organisation et une efficacité déconcertante. Au moins, l'atmosphère était détendue dans ce village contrairement à Mudo, probablement grâce à l'absence du royaume. Alors qu'ils s'approchèrent de la maison de Stella, ils virent une foule qui faisait la queue devant une grossière maison.
    -Que se passe t'il? demanda Dean. Pourquoi y a t'il autant de monde agglutiné sur une maison?
    -Toutes ces personnes sont venues pour demander à Stella de prédire leur avenir expliqua Akae. Elle est la seule voyante qui connaît réellement l'avenir parmi mes connaissances.
    -Quoi? Dans cette bicoque?
    -Ne te fie pas aux apparences Dean. Sa maison n'a pas été rénovée et elle pourrait partir en lambeaux si un événement fâcheux devait lui arriver mais Stella ne veut pas entendre raison. Elle prétend qu'elle ne peut pas «travailler» si sa maison est soignée et ordonnée. Tu n'auras qu'à jeter un coup d’œil à l’intérieur une fois que l'on y sera. C'est un vrai désordre. Au départ, cela intriguait ses clients mais depuis, ils s'y sont faits et n'y prêtent même plus attention.
    Alors qu'ils s'approchèrent davantage et qu'ils firent la queue à leur tour, ils réalisèrent qu'elle ne bougeait pas d'un pouce.
    -C'est étrange dit Akae. Elle est pourtant très rapide. Que se passe t'il?
    -C'est à cause du royaume leur grommela leur voisin devant eux. Ces gens se croient tout permis.
    -De quoi parlez vous?
    -Il y a une demi-heure, deux soldats du royaume ont réquisitionné l’accès prioritaire à sa maison. Ils ont bousculé les personnes qui attendaient sans gêne et son entrés les premiers. Ils ont menacé de faire subir la bastonnade à quiconque qui protestait.
    -Mais que peuvent bien faire deux soldats du royaume ici? s'écria Akae.
    -Je n'en sais rien moi. C'est à Stella qu'il faut demander.
    Peu après, Stella sortit de la maison avec les deux soldats du royaume.
    -Allez vous en cria t'elle à leur adresse. Allez dire à votre roi que ça ne m’intéresse pas.
    -Tu as tort de t'opposer à lui. Il déteste être contrarié.
    -Allez vous en d'ici. Allez vous faire voire avec votre roi. Je ne suis pas une mercenaire qui propose ses services!
    -Tu le paieras cher, sorcière répliqua un des deux hommes.
    Puis ils partirent.
    -Houlà fit Akae, je n'ai jamais vu Stella entrer dans une telle colère. Leur altercation a dû être virulente.
    La queue se vida petit à petit, la rapidité reprenant cours après le départ des deux soldats du royaume. Lorsque ce fut à leur tour, Stella cria:
    -Akae, ça fait un bail.
    Elle courut se jeter dans les bras de son ami.

    Stella n'était gère plus âgée qu'Akae. Elle possédait un charmant petit visage et portait un robe bleue, une unique sur fond bleue parsemée d'étoiles jaunes, tout comme son chapeau pointu.
    -Que m'amènes tu là? demanda Stella à Akae.
    -Stella, je te présente Dean, Ashe et puis Kali. Nous venons pour cette dernière car elle a perdue la mémoire.
    Stella devint dubitative.
    -Je regrette mais je suis uniquement une voyante, pas une bonne fée qui sait tout.
    -je sais, je sais...soupira son ami. Mais nous pensons que lire son avenir pourrait lui permettre de lui donner des indices.
    -Je vois mais cela pourrait prendre du temps. Nous risquons de voir quelque chose que personne ne connaisse, pas même elle.
    Elle poussa un bâillement avant de rajouter:
    -Akae, il fait presque nuit et je suis fatiguée. Pourquoi n'irais tu pas dormir avec tes amis à l'auberge du village? Elle n'est pas très chaude mais le personnel est accueillant. Je pourrais ainsi lire l'avenir de Kali à tête reposée.
    -Heu...oui bien entendu.
    -Attendez dit Dean, pourquoi vous disputiez vous avec les deux hommes du royaume?
    -Dean! cria Ashe.
    -Tout va bien jeune fille fit Stella à Ashe, cela ne me gêne pas d'en parler. Sachez que sur ordre du roi, j'étais sensé travailler auprès de lui en tant que voyante.
    -Quoi? Il a fait ça?
    -C'est l'inconvénient lorsque l'on possède une renommée. Mais j'ai refusé et je les ai congédié. Je ne suis pas une mercenaires qui propose de louer ses services pour une personne qui vit avec aisance. Ma place est ici dans ce village. Je préfère aider les personnes qui sont dans le besoin et qui souhaitent louer mes services.
    -C'est compréhensible répliqua Dean. Alors nous nous occuperons du cas de Kali demain?
    -Oui, demain sans faute.

    Kali ne parvint pas à trouver le sommeil. D'un côté, elle était excitée. Excitée à l'idée de découvrir son avenir et peut être de lui donner des indices sur son passé, voire recouvrir la mémoire. D'un autre, elle espérait que Stella ne trouverait rien d’intéressant et pour deux raisons. La première était qu'elle voulait continuer à voyager avec ses amis et le recouvrement de sa mémoire les inciterait peut être à la laisser et à repartir à Loat. Concernant la seconde, elle redoutait de qu'elle pourrait trouver. Si la première voyante qu'ils avaient rencontré à Leatel avait menti et avait trouvé quelque chose d'effrayant, alors Kali ne référerait rien savoir. Et si Stella n'était pas une voyante accomplir comme le croyait Akae? Elle avait peur d'être déçue au final. Des cris provenant de l'extérieur la tirèrent de ses pensées. Pendant un instant, elle crut que les cris ne seraient que passagers mais ce ne fut pas le cas. Intriguée, elle enfila une veste et sortit de l'auberge. Dehors, la nuit était fraîche et Kali grelottait. Elle vit des personnes courir avec affolement tenant des seaux d'eau à la main.
    -Que se passe t'il? demanda t'elle surprise de voir autant de monde affolé.
    -Il y a un incendie dit un homme, il faut absolument l'éteindre avant qu'il ne se propage.
    Inquiète, elle décida de réveiller ses amis. A moitié endormis, ils mirent du temps avant d’émerger. Alors qu'ils sortirent dehors, ils s’aperçurent qu'une maison était en feu.
    -Mais c'est la maison de Stella! s'écria Akae.
    Tandis qu'Akae était partis de l'avant en criant son nom, Dean et es amis questionnèrent plusieurs personnes.
    -J'ai tout vu dit un homme, je sais qui a déclenché l'incendie. Il s'agissait de deux hommes en noir portant sur leur uniforme le sceau du royaume. Je n'ai pas pu les en empêcher car je ne savais pas ce qu'ils mijotaient
    -Hé, mais ce sont les deux types louches qui sont sortis de la maison de Stella en colère déclara une femme.
    -Quoi? s'écria le groupe. Les deux soldats appartenant au royaume?
    -J'aurais dû les en empêcher reprit l'homme. J'aurais dû rester.
    -Tu n'aurais rien pu faire reprit la femme si ce n'est te tuer. Le royaume est impitoyable.
    -C'est affreux répondit Ashe. Stella a simplement refusé de travailler pour le royaume.
    -C'est une raison suffisante pour eux d'incendier une maison.
    -Mais Stella n'est pas une rebelle.
    -Ça ne change rien. Pour le royaume, soit on est de son coté, soit on est son ennemi. C'est aussi simple que cela. Pour lui, la neutralité n'existe pas.
    -Il faut aller la sauver dit Kali.
    -Il y a des hommes qui s'en chargent. Ce qui m'inquiète, c'est qu'ils ne sont pas encore venus à bout de l'incendie.
    Ils regardèrent avec angoisse les hommes s'affairer à lancer des seaux d'eaux pour éteindre l'incendie...en vain. Akae revint quand à lui essoufflé.
    -Je n'ai pas trouvé Stella, elle a dû rester à l’intérieur.
    -Maudit soit le royaume grommela Dean.
    -Mais c'est horrible répondit Ashe. Il faut la sauver.
    Ils s'approchèrent de la maison en flammes. L'incendie ne cessait pas malgré les seaux d'eaux.
    -C'est terrible dit l'un des hommes, l'incendie est trop important. Nous ne pourrons jamais l'éteindre à temps.
    Akae réfléchit puis répondit:
    -Je pars à l'intérieur.
    -Quoi? Demanda L'homme. Êtes-vous fou? C'est du suicide.
    -Je m'en moque, Stella est mon amie. Si je ne vais pas la sauver, je me le reprocherai toute ma vie.
    -Je viens avec toi fit Dean.
    -Dean, en es-tu certain? Nous risquons d'y passer tous les deux.
    -Peut-être mais je veux aussi la sauver. Alors je viens c'est décidé.
    -Nous venons aussi dirent les filles en cœur.
    -Non pas question fit Akae, nous n'avons pas besoin d'être plus que deux. Ne risquez pas votre vie pour rien.
    -Ashe, remercie Georges pour tout si je ne reviens pas déclara Dean.
    Ils pénétrèrent dans la maison en flammes.

    Le feu leur brûlait les yeux et les armes affluaient. Leur progression fut de ce fait ralentie mais ils savaient que plus le temps passait, plus les chances de survie de Stella diminuaient...à condition qu'elle ne soit pas déjà morte. Soudain, une poutre dévorée par les flammes se détacha et tomba à quelques centimètres de Dean.
    -Akae cria t'il. La maison est entrain de s'effondrer, dépêchons nous.
    Cette remarque eut pour effet de gifler Akae. D'un pas décidé, il courut le long du couloir et ouvrit la porte. Son intuition ne l'avait pas trompé. Stella était fatiguée et elle s'était couchée de bonne heure. Elle était donc dans la chambre.
    -Dean, je l'ai trouvé. Viens m'aider.
    Fermant les yeux, il plongea vers la fin du couloir. Stella était allongée sur le sol et ne bougeait plus. Elle avait perdue connaissance à cause de la toxicité de la fumée. Ignorant les picotements du feu qui les démangeaient, ils se hâtèrent vers la sortie et passèrent la porte.
    -Loués soient les dieux dit l'homme, vous avez réussi. Vite. Qu'on l'éloigne et que l'on fasse venir la guérisseuse.

    Plus tard, la guérisseuse déclara:
    -Vous êtes arrivés à temps. Elle vit encore. J'entends son cœur battre. Je vais veiller sur elle cette nuit mais je pense qu'elle reprendra connaissance demain matin.
    -Alors je resterai aussi fit Akae.
    La guérisseuse administra une pommade sur les brûlures de Dean et Akae en leur promettant que d'ici quelques jours, elles n'y paraîtraient plus. D'après le témoignage des autres villageois, il s'en était fallu de peu. La maison s'était effondrée peu après le sauvetage de Stella. Néanmoins, l'incendie avait été plus facile à maîtriser et les villageois avaient fini par avoir le dernier mot. Le lendemain, Dean, Ashe et Kali voulurent voir l'état de Stella mais Akae leur barra la route.
    -Je regrette dit il mais elle ne peut pas nous aider. Elle a repris connaissance mais elle est sous le choc.
    -Je comprends dit Kali. Cela ne fait rien.
    -Elle va s'en sortir sans séquelle?
    Akae hocha la tête.
    -Oui, la guérisseuse n'a repéré aucune lésion mais ce souvenir risque de la hanter et pour le moment elle est sous le choc. Nous ferions mieux de la laisser tranquille quelques jours. En attendant, existe t'il une direction ou une ville où vous souhaiter aller?
    Tout le monde hocha la tête.
    -Dans ce cas, je vous propose de nous rendre à Nagara. C'est une ville prospère et accueillante dirigé par le gouverneur Yano. Bien qu'il soit le chef e la cité, on raconte qu'il est plus préoccupé par le sort de son peuple plutôt que par sa position prestigieuse.
    -Nagara fit Ashe. J'avais complètement oublié. Je dois passer mon diplôme d'alchimiste.
    -Dans ce cas, c'est une bonne raison pour nous y rendre. Pendant ce temps, nous profiterons de la ville et peut être trouverons nous une autre voyante compétente.
    Dean consulta la carte et déclara:
    -D'après le plan, nous devons passer par un ancien temple qui sert de passage vers Nagara. Puis enfin Nagara se trouvera à dix kilomètres de cette ville.
    -Hé bien fit Akae, je crois que nous pouvons partir dès à présent.
    Ma bio rp est ici

  7. #7
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 5

    "C'est juste...une ambiance angoissante, oppressante.

    MissElder"

    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...eme-theme.html

    Le temple était une gigantesque bâtisse qui s'étendait à environ plusieurs centaines de mètres et 300 mètres de largeur. Quand à sa hauteur, elle leur semblait inestimable. Pourtant à première vue, le temple ne paraissait pas impressionnant. Il était simplement fait de pierres et de briques. Il fallait s'en approcher pour se rendre compte de son immensité. Alors qu'ils s’apprêtèrent à pénétrer à l’intérieur, Kali fit un pas en arrière. Dean qui s'en aperçut lui demanda:
    -Quelque chose ne va pas Kali?
    La jeune femme frissonna.
    -J'ai un mauvais pressentiment. J'ai l'impression que ce temple n'est pas normal.
    -Qu'est ce qui te fait dire ça? demanda Akae.
    -Je ne sais pas...c'est juste une impression.
    Dean lui posa une main rassurante sur son épaule.
    -Écoute Kali, je comprends que tu puisses avoir des peurs mais il n'y a aucune raison de l'être. Il ne s'agit que d'un vieux temple délabré.
    -Et puis on ne peut pas passer par un autre endroit continua Ashe.
    Ashe n'avait pas tort. Il était possible de contourner le temple mais la végétation était trop dense pour pouvoir se frayer un passage. Il fallait donc la longer et cela aurait pris de nombreuses heures, peut être même plusieurs jours.
    -Vous avez raison reprit Kali. Je pense que mes doutes ne sont pas fondés. Rentrons dans le temple.

    A peine eurent ils fait quelques pas que la porte se referma brutalement derrière eux. Affolés, ils se ruèrent sur celle-ci et tentèrent de l'ouvrir sans succès.
    -Bon sang, comment allons nous sortir d'ici? demanda Akae.
    Dean haussa les épaules.
    -Peut être qu'il s'agissait d'une porte de sécurité. Dirigeons nous vers la sortie.
    Pourtant tout le groupe ressentit une anxiété. Alors qu'il parcourut toute la distance, ils constatèrent avec horreur que la porte de sortie était bloquée elle aussi. Il s'agissait d'une porte massive de fer et personne ne vit le moyen de l'ouvrir. Tous trois fixèrent Kali. Comment savait elle que ce temple recelait un danger? Avait elle le don de ressentir les choses? Alors qu'il restèrent ainsi dans cette position, Akae reprit:
    -Nous ferions mieux de chercher un moyen de sortir.
    L'intérieur était vide. Aucun objet n'était trouvable dans le temple. En revanche, de nombreux escaliers permettaient d'accéder aux étages supérieurs. Tous avaient une forme étrange. Ils semblaient biscornus, tordus voir inachevés. Dean et ses amis ignoraient lequel prendre tellement ils paraissaient tous étrange. Soudain, une voix retentit les faisant sursauter: «Je voulais faire de cet endroit un endroit rempli d'orbes et de lymphe. Au lieu de cela, il est rempli de sang».
    -Qui est là? demanda Akae. Il y a quelqu'un?
    Seul l’écho répondit. Pourtant, ils avaient entendu cette voix, une voix douce de femme et plaintive.
    -Dîtes moi, nous n'avons pas rêvé fit Dean. Quelle était cette voix?
    Comme personne ne possédait la réponse, ils choisirent de gravir un escalier biscornu. Plus ils montaient, plus ils remarquèrent que les escaliers étaient reliés entre eux. Seul l'escalier qu'ils avaient pris menait en haut de la bâtisse. C'est au prix d'un rude effort qu'ils parvinrent en haut. Leur progression avait été lente car la forme de l'escalier ne les avait pas aidée. Vers la fin, elle était plus régulière. Le groupe avait entendu leur propres pas se poser sur les escaliers en fer. Cependant, le temple était toujours vide. Aucun objet n'était à leur disposition. Lorsqu'ils furent à nouveau en haut, la voix retentit à nouveau: «Je voulais faire de cet endroit un endroit rempli d'orbes et de lymphe. Au lieu de cela, il est rempli de sang». Cependant, ils ne cherchèrent pas le propriétaire de la voix. En revanche, il leur semblait que la voix était spectatrice et incapable de réagir. Ce fut cette déduction qui mit la puce à l'oreille d'Ashe.
    -J'ai compris fit elle.
    Tous les regards convergèrent vers elle.
    -Nous avons affaire à une énigme.
    Seule kali semblait approuver Ashe.
    -Tu as peut être raison répliqua Kali. Cependant j'ai les jambes en compote et j'aimerais que l'on fasse une pause.
    Tout le monde accueillit cette proposition avec bienveillance.

    -Je vais vous expliquer dit Ashe. J'ignore qui est cette voix et je ne pense pas que ce soit important de le savoir. Ce qui nous importe, c'est de comprendre le sens de ses paroles et de résoudre cette énigme. La voix nous révèle qu'elle rêvait d'eau et d'orbes et qu'au lieu de cela, cet endroit est rempli de sang. Ce qui signifie qu'il nous faut de l'eau et des orbes.
    -Mais il n'y a pas d'eau ni d'orbes ici répliqua Dean.
    En effet, il n'y avait pas une once d'eau ici. Quand aux orbes, il s'agissait de perles surtout à but décoratif Or, il n'y avait pas la trace d'un objet dans le temple.
    -Et le sang, où en voyez vous ? demanda Dean.
    -Ça ne veut rien dire comme énigme répliqua Akae.
    Pendant une heure, ils essayèrent d'analyser les propos de la voix mais n'y parvinrent pas. De temps en temps, la voix répétait les mêmes mots mais cela ne les aidait pas. Le découragement commença à s'emparer d'eux. Cela faisait plusieurs heures qu'ils étaient bloqués dans ce temple et n'étaient même pas certain de s'en sortir un jour. Ce fut Kali qui brisa le silence.
    -Dîtes? N'est ce pas un squelette que je vois là bas?
    Tous se tournèrent vers l'endroit désigné par Kali. Ils virent en effet, un squelette enfermé dans une cage pourtant à moitié ouverte. La cage était suspendue au plafond par une corde. Quand au squelette, il semblait tenir un poignard dans sa main.
    -Peut être est ce un malheureux aventurier qui a atterri ici et qui n'a pas trouvé le moyen de s'en sortir? questionna Ashe.
    Dean fixa le squelette avec mécontentement.
    -Pfff quelle importance? Moi ce que je veux c'est sortir de cet endroit. Je me fiche de savoir qu'il y a un squelette dans ce temple.
    Furieux, il prit le revolver entre ses mains et tira un coup de feu. La balle fusa vers le corde puis la trancha, provoquant la chute de la cage Elle s’effondra sur le sol en produisant un vacarme. Le squelette se brisa en morceaux puis ses os éclatèrent sur le sol. Quand au poignard, il semblait relativement tranchant et s'était échappé de la main du squelette.
    -Allons voir ce qui s'est passé fit Dean.

    Cependant en arrivant en bas, ils eurent la surprise de constater que le décor avait changé. Le sol était recouvert d'une enveloppe bleuté donnant à la salle un aspect semblable à un miroir d'eau. Plusieurs orbes trônaient sur des murs et luisaient de tout feux avec un mélange de couleur verte, bleutée, rouge ou jaune. Ils furent émerveillés par ce magnifique spectacle. La voix se fit à nouveau entendre mais ses paroles avaient changées: «Le sang s'est vidé et cet endroit est devenu ce que j’espérais: un endroit rempli d'orbes et de lymphe». Aussitôt, les deux portes s'ouvrirent subitement rendant encore plus grande l'incompréhension du groupe.
    -Quittons cet endroit! fit Dean en désignant la sortie.
    -D'accord répondit Akae mais prenons le poignard, il pourrait nous servir.
    Lorsqu'ils furent sortis, Dean se tourna vers Ashe.
    -Alors doc, que penses tu de ce qui s'est produit?
    Ashe réfléchit puis répondit:
    -J'ai une idée mais j'ignore si elle est correcte. Je pense qu'une femme qui vivait ici rêvait de cette magnificence que nous avons provoqué. Peut être que c'est elle qui l'a crée. Peut être qu'elle existait auparavant, peu importe. Ce qui est certain, c'est qu'un assassin a poignardé la femme qui vivait ici. L'assassin n'a pas pu sortir d'ici et c'est pour cela que l'on a retrouvé son squelette. Néanmoins même sous sa forme de squelette, elle ne pouvait pas trouver le repos car sa présence souillait le temple. Elle a donc ouvert les portes et les a refermé lorsque nous avons pénétré dans le temple en espérant que nous l'aiderions. Et nous avons réussi puisque le squelette a disparu dans un nuage de poussière. Comment la magie a pu intervenir dedans, je l'ignore. Il y a des choses dans ce monde qui échappent à la rationalité.
    -En tout cas, nous nous en sommes sortis. Partons pour Nagara.
    Dernière modification par Streen ; 07/03/2013 à 23h10.
    Ma bio rp est ici

  8. #8
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 6

    «Si le seul but du politicien est de conserver le pouvoir, on peut à mon sens dire qu'il n'a pas de morale.

    Dreiyan»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...u-pouvoir.html

    Le gouverneur Yano examinait attentivement le dossier qu'il avait sous les yeux. A coté de lui, Salim attendait les remarques de son supérieur. Il se mordit les lèvres, ce qu'allait entendre Yano ne lui plairait sûrement pas. Cependant son supérieur était juste. Il n'exécutait pas les porteurs de mauvaise nouvelle contrairement au roi. Il ne lui en tiendrait même pas rigueur. Il exigeait de lui uniquement qu'il fasse son travail. Après un moment de réflexion, Yano demanda:
    -On ne sait toujours pas ce que le royaume est venu faire sur cette île?
    Salim secoua la tête.
    -Je crains que non. Les enquêteurs n'ont rien trouvé à ce sujet. De plus, l'île n'existe plus, elle a explosé.
    -Je vois.
    Le gouverneur réfléchit encore un instant avant de demander à nouveau:
    -Et les archives qui mentionnent l'île en question?
    -Je les ai déjà consulté seigneur mais je n'ai rien vu d’intéressant.
    Yano soupira:
    -Nous n'avons pas la bonne documentation contrairement au royaume. Il ne serait pas venu sur cette île pour rien.
    -Dois je demander à nos villes voisines de nous en prêter?
    Yano secoua la tête.
    -Il n'en est pas question. Cette attitude pourrait éveiller les soupçons du royaume. Rappelle toi que deux émissaires sont venus récemment.
    -Que dois je faire seigneur?
    -Pour les renseignements sur l'île, rien. Dis moi en revanche ce qui est arrivé à notre homme de main que nous avons envoyé là bas.
    -Tandil? J'ai une mauvaise nouvelle à ce propos. Son corps à échoué sur une plage d'Albion.
    -Quoi?
    Le gouverneur sursauta.
    -Mais c'est une catastrophe!
    Tandil était un homme de main de Yano qui s'était rendu sur l'île en question. Il avait pour but d'empêcher le royaume d'accomplir ce qu'il souhaitait là bas. Lorsque l'île avait explosé, il avait apparemment réussi. Cependant le royaume savait qu'il était un rebelle et un avis de recherche avait été mis en place contre lui. Yano ignorait comment le royaume avait eu connaissance de sa trahison pour le royaume. Existait il un troisième homme appartenant au royaume qui l'avait vu? Pour couronner le tout, il avait échoué sur un plage appartenant au roi lui-même. Comme Tandil portait le blason de gouverneur Yano, le royaume allait très vite comprendre que Yano soutenait la rébellion. Yano lui avait pourtant demandé de ne pas l'amener avec lui mais Tandil était têtu. «Quel idiot» pensa Yano.
    -Rassurez vous fit Salim, si le royaume avait fait le rapprochement, vous seriez déjà sous les verrous. Il a peut être considéré cet acte comme un acte rebelle isolé. Simplement le royaume a eu des soupçons ce qui explique la visite des deux émissaires.
    -Tant mieux souffla t'il. Autre chose?
    -Oui, un homme a récemment été arrêté à Mudo.
    -Et de qui s'agit il?
    -L'homme arrêté s'appelle Akae. Et nous ne savons pas grand-chose de lui. Mes sources m'ont rapporté qu'il est briseur de chaînes et qu'il traînerait avec trois jeunes personnes assez louches.
    -Et qu'est il devenu?
    -Je sais que les rebelles ont tenté de le délivrer mais il est parvenu à se libérer lui-même.
    -Quel était son méfait?
    -Aucun simplement, il ressemblait comme deux gouttes d'eaux à Tandil.
    -Vraiment?
    -On pourrait jurer que c'est son portrait tout craché.
    -C'est donc pour ca que le royaume l'a arrêté?
    -Je le pense en effet. Il n'est apparemment pas un rebelle. Le royaume a du faire la confusion avec Tandil. Ce doit être la cause de son arrestation.
    -En tout cas, la trouvaille de corps de Tandil sur une plage va sûrement l’innocenter.
    -Je l'espère seigneur. Que puis je encore pour vous?
    -Repos Salim! Tu as bien travaillé alors repose toi.
    -Mon seigneur est trop bon dit il avant de se retirer.
    Lorsqu'il ferma la porte, il vit son frère Samir entouré de deux gardes.
    -Salim fit il, je comptais te voir justement fit il avec un rictus.
    Salim toisa froidement son frère. Auparavant, lorsqu'il avaient été engagés comme gardes au service de Yano, ils s'entendait à merveille. Yano leur avait permis de temps à autre de pouvoir étudier. Ils avaient appris la stratégie, la politique, les subtilités du langage, l'économie et le droit. Yano n'avait pas été indifférent à leurs progrès. Il leur avait promis que l'un deux deviendrait son conseiller. A partir de ce jour, les deux frères s'étaient mis en quête de réussir. Une rivalité soudaine était apparue entre eux. Au fil du temps cette rivalité avait continué par s'accroître. Le jour du jugement approchait et Samir pensait gagner son frère aîné. Tout le monde le croyait également au palais. Cependant pour des raisons inconnues, Yano avait choisi Salim. Samir avait hurlé au scandale et accusé son frère d'avoir comploté contre lui ce que Salim niait. Depuis, leur rivalité s'était transformé en haine. Samir accusait toujours son frère d'avoir triché en devenant ami avec le roi bien avant qu'il ne prenne sa décision. De son coté, Salim en avait assez d'entendre à longueur de journée son frère radoter les même paroles qui 'étaient pas fondées. Il se doutait que Samir avait parlé du complot qu'il avait subi à tous les gardes et cela avait marché. Beaucoup de gardes le regardaient avec mépris lorsqu'il passait dans les couloirs. Il s'en moquait. Il ne vivait que pour servir Yano, le reste lui importait peu.
    -Que veux tu? Lui demanda Salim sur un ton froid.
    Samir répondit d'une voix grave:
    -Mon frère, il faut que nous parlions absolument.
    *****
    Hélène, la sœur du roi, observa son reflet dans la glace dans sa chambre. Elle remarqua le brusque changement qui s'était opéré sur son visage. Ce n'était plus un visage joyeux, machiavélique, ambitieux et coquet qu'elle y vit mais un visage fatigué, las et terne. Que lui arrivait il? Elle n'avait jamais été comme ça. Mais il était vrai que depuis quelques jours, elle n'était plus la même sans qu'elle n'en comprenne la raison. Auparavant, elle s'était disputé avec son frère le trône lorsque leurs parents étaient encore vivants. Malheureusement pour elle, un roi était toujours gagnant, les femmes étant considérées comme des erreurs de la nature au royaume. C'était ainsi qu'elle avait été enfantée la première. Si cela avait été le cas de son frère, ses parents se seraient peut être arrêtés là et elle n'aurait probablement jamais existé. Son père avait été mortifié lorsqu'il avait appris que le nouveau-né était une fille. Sa mère était tombée en dépression. Ils avaient juré de faire des enfants jusqu'à ce qu'ils obtiennent un garçon. C'était ainsi qu'ils avaient enfanté Léo. Cependant il mourut au bout de trois mois d'une maladie post-natale provoquant une nouvelle dépression de la part des parents mais réjouissant la grande sœur. Archibald vit le jour deux ans après. Contrairement à son frère, il grandit normalement. Les parents possédant deux enfants dont un fils avaient décidé de s'arrêter là. Voyant qu'aucun autre rival ne s'imposerait, un combat indirect fut mené entre les deux futurs prétendants à la couronne. Chacun avait tenté par tous les moyens d'amadouer leurs parents voire de les soudoyer pour s'attirer leurs bonnes grâces pour l'avenir et en incriminant le rival. Ce qu'ils ignoraient, c'est que les dés étaient déjà joués et que les parents avaient désigné le futur souverain le jour de la naissance d'Archibald. Lorsqu'Hélène l'apprit, une rage monta en elle. Elle ruminait sans cesse contre son frère, un petit morveux qui avait le culot de disposer du trône alors qu'il possédait cinq ans de moins qu'elle. Elle vouait une haine contre son frère mais moins virulente que celle contre ses parents qu'elle s'était jurée de renverser. En réalité, ce fut son frère qui s'en chargea. Le roi était mort quelques années avant. La reine qui vieillissait perdait de son influence et de contrôle vis à vis des autres nobles. Un jour, elle mourut accidentellement mais Hélène soupçonna un coup de son frère qui avait précipité sa mort pour s'approprier plus vite le pouvoir alors qu'il était âgé de 20 ans. Hélène n'avait pas bronché lorsque son frère avait évoqué la thèse de l'accident. Elle ne devait rien à cette vieille pimbêche qui ne lui avait témoigné jamais d'affection. Seuls son mari et son fils comptaient. Cela n'avait pas empêché Archibald de ne lui montrer aucune gratitude. Dés son couronnement, le roi avait mis en place des représailles contre les cités ou toute personne qui ne lui jurait pas allégeance. Hélène avait haussé les épaules en apprenant cet événement. Il ne faisait que poursuivre le travail de ses parents pour assurer la dynastie. Elle-même aurait fait la même chose. Son frère était plus préoccupé par la conservation de sa position due à une paranoïa qui lui rappelait les confrontations avec sa sœur pour le trône. Hélène avait rêvé de pouvoir le renverser un jour. Mais comme Archibald avait exécuté les nobles qui lui était réfractaires, que des hommes avaient toujours gouverné et qu'il avait ligué contre elle les nobles à sa cause, elle ne disposait que de peu de soutien et la mort accidentelle qu'elle pouvait créer ne provoquerait qu'un scandale. La mort du roi serait interprété comme un complot de sa part. Elle avait fait le deuil de la couronne et avait compris que le seul moyen d'accroître sa position était de se rapprocher de son frère. Elle décida d'oublier ses rancœurs et de le soutenir. Contre toute-attente, le roi l'avait récompensé. Dorénavant, il ne prenait pas toujours seul les décisions. Parfois, il la consultait même si c'est lui qui avait le dernier mot en cas de désaccord. Peut être avait il imaginé qu'Hélène avait renoncé à le renverser et de ce point de vue, il ne s'était pas trompé. Hélène fut nommée dauphine par son frère et fit reconnaître son autorité sur les autres nobles. Même si Hélène convoitait de manière latente la couronne, elle devait reconnaître qu'elle avait en partie obtenu ce qu'elle souhaitait. Le frère et la sœur s'étaient enfin réconciliés après maintes querelles. Pourtant le roi inquiétait la cour. Dix années s'étaient écoulées depuis son ascension au trône et il n'avait toujours pas pris d'épouse. Comment pourrait il assurer sa descendance? Hélène elle-même ne comprenait pas l'attente du roi. Celui-ci avait prétexte la présence de poches de rebelles mais sa sœur n'était pas dupe. Les rebelles ne représentaient que du pipi de chat. Le royaume était beaucoup mieux armé et organisé. Il n'en faudrait pas longtemps pour les abattre. En réalité, le roi attendait une dernière chose qui lui assurerait à vie le pouvoir. Dés qu'il l'aura obtenu, il épousera une femme et assurera sa descendance, il se l'était promis. Ce n’était plus qu'une question de jours.

    Depuis peu, Hélène n'était plus la même. Elle s'ennuyait à la cour. Souvent elle se demanda ce qu'elle faisait ici et à plusieurs reprises, elle avait failli prendre ses cliques et ses claques et partir d'ici. Même toute ambition s'était envolée. A plusieurs reprises, elle avait tenté de s'occuper mais sans succès. Elle sanglota au fond de sa chambre ne connaissant pas la cause de sa mélancolie. Puis elle se ressaisit, se leva avec dignité et déclara:
    -Non je ne dois pas me laisser attendrir.
    Elle réfléchit à son changement d'humeur et constata que cela s'était produit depuis que le roi avait envoyé une expédition sur une île. Il l'en avait brièvement informé mais avait refusé de lui révéler quoi que ce soit au sujet de cette expédition. Elle décida de mener l'enquête par elle-même. Puisque le roi refusait de lui dire, elle le découvrirait elle-même. Sa seule crainte était de découvrir quelque chose qui n'avait rien avoir avec son état actuel. Elle se dirigea dans la salle des archives et ouvrit la porte brutalement. Les rare personnes qui s'y trouvaient affichèrent une mine mêlée de crainte et de respect. Elle congédia le personnel qui sortit sans demander son reste. On ne désobéissait pas à la dauphine. Cette salle était réservée aux affaires secrètes du royaume. Seuls quelques rares membres étaient autorisés à y pénétrer. On ne consultait pas une affaire sans autorisation et toute personne qui dérogeait la règle était condamnée à mort. Bien entendu, Hélène pouvait consulter toutes les archives sans y être inquiétée. Elle consulta le registre qui concernait la semaine précédente. Elle n'y découvrit que des formalités administratives banales: la présence de rebelles dans le sud et l'est, la mise en place d'un avis de recherche contre un homme accusé de haute trahison envers le royaume ou la liste de toutes les célèbres voyantes qui existaient dans le monde. La dernière page l’intéressa davantage. Elle contenait des informations sur l'expédition:
    «Celui qui y découvre le trésor sur l'île obtiendra l'ultime récompense. Il faut prendre la clé qui permettra d'accéder aux pouvoirs les plus obscurs qui défient toute magie et science.»
    En ayant lu ces deux lignes, une série de flash-back s'animèrent dans la tête d'Hélène. Elle y vit une île, une femme qui luttait contre une forme obscure, des personnes qui la désignait comme la clé ou la traîtresse, un éclat lumineux et un amas de glace qui sépara la femmes des autres personnes. Ses sens se brouillèrent. Elle se sentit aveugle, sourde et muette. Elle chancela puis tomba à la renverse en arrière et gît inconsciente. Lorsqu'elle se réveilla, ses idées semblait beaucoup plus claires. Une farouche détermination s'empara d'elle. A présent elle possédait un but et elle savait ce qu'elle avait à accomplir. Avoir lu ses lignes lui avaient rafraîchi la mémoire. Elle comprenait maintenant son changement d'humeur. Elle reporta son attention sur la feuille qui indiqua l'emplacement de l'île? Où le roi avait il trouvé cette page? Elle était très ancienne, il avait du aller très loin dans ses recherches. Elle voulut lire la suite mais l'écriture était indéchiffrable, seul le mot «Kal...» était lisible. Elle haussa les épaules, elle savait ce qu'elle avait à faire et elle devait agir dans le plus grand secret.
    -Un jour déclara t'elle, j'aurai ma vengeance et ce sera à moi de me régaler.
    Elle éclata d'un rire qui se répercuta dans de nombreuses pièces du château.
    *****
    Le roi attendit patiemment les émissaires qui devaient rentrer faire leur rapport. Lorsqu'un garde annonça leur visite, il s'assit sur son trône et ordonna qu'on les fasse rentrer. Le garde s'exécuta et deux hommes vêtus de noir rentrèrent dans la salle. A peine eurent ils le temps de de poser que le roi dit:
    -Je vous écoute.
    Les deux émissaires se croisèrent tremblant de peur. Ce qu'allait apprendre le roi n'allait pas le réjouir. Il était totalement imprévisible lorsqu'il était de mauvaise humeur. Autant commencer par les bonnes nouvelles. Le plus hardi des deux déclara:
    -Les nouvelles sont plutôt bonnes. Nous n'avons rien trouvé qui puisse inculper le gouverneur Yano de trahison envers le royaume. Vous n'avez rien à craindre de ce coté-là.
    Le roi pensa à ce gouverneur. Il ne l'avait vu qu'une fois, c'était lors d'un banquet qu'il avait organisé. A première vue, il ne lui avait pas paru exceptionnel. Il s'était montré courtois et prudent. Ce qui étonnait le roi, c'était son manque d'ambition. Contrairement aux autres gouverneurs, il ne pratiquait aucun coup bas pour s'élever en haut de la hiérarchie. Certains d'entre eux complotaient en douce pour asseoir un peu plus leur position. Le roi ne pouvait les en blâmer. Les venatirs étaient crées dans le but d'évoluer. Il éprouvait pour Yano un certain mépris. Soit il n'avait rien compris à la politique, soit il n'avait rien à faire en tant que gouverneur. Mais il valait mieux ça que quelqu'un qui était de mèche avec les rebelles. Mais alors pourquoi avait il reçu une lettre qui prétendait le contraire? Le roi haussa les épaules. Il devait probablement s'agir de l'un de ses sujets qui cherchait à le discréditer pour prendre sa place, rien de très étonnant.
    -La suite, je m’intéresse à la suite continua t'il.
    -Les avis de recherche contre Tandil, un homme accusé de haute trahison envers le royaume sont détruits. L'homme a été retrouvé mort sur une de vos plages Sire.
    -Je m'en fiche! Hurla le roi. Je veux savoir où en sont les recherches sur ce que je souhaitais obtenir sur l'île.
    Les deux émissaires hésitèrent, aucun d'entre eux n'osant prendre la parole. Le roi poussa un soupir d'exaspération.
    -Dois je comprendre que vous n'avez pas trouvé ce que nous cherchons?
    Les deux émissaires hochèrent gravement la tête.
    -Très bien, approfondissez les recherches. Exigez la coopération des gouverneurs. Nous finirons bien par l'avoir.
    Les deux hommes acquiescèrent et se dirigèrent vers la sortie.
    -Je vous préviens avertit le roi, ma patience a des limites. Vous avez intérêt à réussir.
    Ma bio rp est ici

  9. #9
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 7

    «Les formules peuvent se révéler particulièrement utiles car elles sont la base indispensable de l'alchimie. Posséder la bonne formule et les ingrédients qu'elle nécessite permet de préparer des potions, des huiles et des bombes.

    Kasumi»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-formules.html

    -Enfin Nagara! s'exclama Ashe.
    Ils étaient arrivés aux portes de la ville et seuls deux gardes leur barraient le passage. Cependant lorsque le groupe passa les portes, ils continuèrent de fixer l'horizon. Aucun des deux ne trouva rien à redire.
    -C'est étrange souffla Ashe à Dean, on croirait qu'ils ne nous ont pas remarqués.
    -J'ai entendu dit l'un des gardes. Bien entendu que nous vous avons vu. Sachez que tout le monde est autorisé à rentrer dans la ville. Profitez bien de votre séjour.
    -Dans ce cas, pourquoi montez vous la garde?
    Le garde fronça les sourcils puis reprit:
    -Cela ne vous concerne pas jeune homme. Passez votre chemin.
    Voyant qu'il était inutile d'insister, Dean fit signe à ses amis d'avancer. Ils furent comblés de surprise en pénétrant dans la ville. Elle n'était pas en fête contrairement à Leatel mais elle redoublait d'activité. Les gens échangeaient et conversaient joyeusement. Les camelots vantaient leurs produits, plusieurs enfants jouaient avec un ballon, tandis que d'autres gardes patrouillaient avec des chevaux aux alentours de la ville sans pour autant interpeller ni effrayer la population. Les habitations n'avaient rien avoir avec celles de Mudo qui ressemblaient davantage à des taudis. Ici, tout le monde semblait avoir un logement correct.
    -Cette ville est jolie remarqua Kali.
    -Attendez de voir le centre-ville ajouta Akae, c'est encore plus beau qu'on le dit. J'ai déjà donné une représentation là-bas. Cet endroit n'a pas changé apparemment.
    Ils se dirigèrent vers le centre-ville. La ville était aussi plus grande que Leatel et ils durent prendre le temps avant de le trouver. Le centre ville comprenait toutes les grandes boutiques, les bars, les restaurants ainsi qu'une fontaine. A coté d'eux, ils entendirent un homme installé à un bar qui en appelait un autre.
    -Hé Félix par ici.
    L'homme qui se trouvait au milieu de la place se retourna vivement.
    -Frank, quelle bonne surprise! Comment ça va?
    -Ça va, ça va et toi?
    -Ça va, ça va et toi?
    -Oh ça va, on fait aller. Allez viens fainéant, je nous paie une bouteille de vin. Ça te dit?
    -Et comment!

    Ils laissèrent les deux hommes pour profiter de la visite et suivirent Akae qui voulait leur montrer quelque chose d'important. Ils gravirent les escaliers d'une bâtisse de pierre et se retrouvèrent tout en haut.
    -A quoi cela sert il de construire un bâtiment qui ne sert à rien? demanda Dean.
    -Détrompe toi lui répondit Akae, cet endroit a été préservé pour que l'on puisse contempler la beauté de la ville.
    Dean resta dubitatif.
    -Je ne vois pas ce qu'il y a de beau à voir. La ville est assez jolie certes mais ça s’arrête là.
    -C'est là nuit qu'il faut venir reprit Akae, le jour, on ne voit pas trop. Si on essayait de trouver le lieu où Ashe devait passer son épreuve?
    -Bonne idée, elle pourrait passer son examen et nous aurions une alchimiste accomplie fit Dean.
    -Vous êtes certain? demanda t'elle.
    -Pourquoi hésites tu?
    -C'est que...j'ai un peu peur. Je me sens déjà stressée.
    -Mais non! la rassura Dean. Tu verras, tout va bien se passer.

    La demeure de maître Verton fut aisée à trouver. Tout le monde le connaissait. Il était parmi les alchimistes les plus connus au monde. Il faisait partie du congrès des alchimistes et délivrait des diplômes. Il n'était pas rare que des apprentis fassent un long trajet pour pouvoir bénéficier de ses cours. Lorsqu'ils frappèrent, ils entendirent une voix qui leur demanda d'entrer. Lorsqu'ils pénétrèrent dans la bâtisse, ils aperçurent un homme vêtu de gris qui leur ouvrit. A coté de lui, trois enfants tels qu'une fille et deux garçons s'affairaient chacun autour d'un chaudron.
    -Oui? demanda l'homme. Que puis je pour vous?
    -Heu...hé bien...répondit Dean, nous cherchons maître Verton. Nous avons une amie qui souhaiterait passer son diplôme d'alchimie.
    L'homme fixa suspicieusement les aventuriers.
    -C'est moi répondit il. Qui souhaite passer son diplôme?
    Ashe avança doucement tout en rougissant.
    -Hum, vous semblez bien timide mademoiselle. Où avez-vous appris l'alchimie?
    -A L...Loat.
    -Loat? Ca ne me dit rien.
    -C'est Mlle Hora qui lui a dispensé les cours répondit Dean.
    -Ha Hora...Entrez.
    Il ouvrit grand la porte et proposa aux enfants de faire une pause d'un quart d'heure. Les enfants acceptèrent puis partirent en courant pressés de s'amuser. Verton prit quelques sièges et pria les aventuriers de s'asseoir. Puis il reprit la parole.
    -Sachez Mademoiselle que je connais bien Hora. Elle a été mon apprentie pendant cinq ans. Que devient elle à présent?
    -Elle dispense des cours d'alchimie à quiconque le souhaite. Elle s’occupe actuellement d'un groupe d'enfants.
    Verton soupira.
    -Cela a toujours été son rêve. Elle voulait ouvrir sa propre école d'alchimie. Malheureusement, elle ne peut pas remettre de diplôme car elle n'a pas été agrée par le congrès. Mes confrères l'ont jugé extraordinaire pour pratiquer mais inapte à enseigner. -J'ai toujours compris ce qu'elle me demandait de faire protesta Ashe.
    Dean fronça les sourcils. Certes, il n'était jamais venu assister à un cours de Mlle Hora mais il entendait souvent les enfants se plaindre de ne pas comprendre.
    -Calmez vous Mademoiselle continua Verton impassible. Elle est tout simplement trop jeune. Quelle âge a telle? Vingt quatre ans je crois. J'ai commencé à enseigner vers l'âge de quarante ans. De plus, je ne doute pas de ses compétences, elle faisait partie de mes meilleurs élèves. Elle a eu son diplôme sans jamais redoubler une fois. Mais il existe une différence entre savoir faire et savoir expliquer. De plus, je ne suis pas certain qu'elle vous aie tout enseigné.
    -Elle a dit qu'elle n'avait plus rien à m'apprendre et m'a conseillé de venir vous voir.
    -Que vous a t'elle enseigné?
    -Heu toutes les propriétés de diverses plantes, les compositions chimiques des ingrédients, les combinaisons et leur utilisation ainsi que quelques astuces.
    -Ce n'est pas mal mais elle ne vous a pas enseigné les techniques les plus dangereuses ou les plus puissantes.
    -Quoi?
    -Ne lui reprochez pas. Elle n'a pas voulu prendre ce risque, elle était responsable de la sécurité de ses élèves. Peut être également qu'elle n'avait pas confiance en elle. Que serait il passé si l'école avait explosé avec les enfants à l’intérieur?
    Il s'interrompit avant de reprendre:
    -Si vous voulez bien me suivre, j'aimerais tester vos compétences.
    Ashe rejoignit l'alchimiste à l'étage et y restèrent une dizaine de minutes. Ils revinrent après auprès du groupe. Il s'adressa ensuite à eux en disant:
    -Je regrette mais Ashe n'est pas apte à recevoir de suite le diplôme d'alchimiste. Elle connaît bien les éléments chimiques et leur combinaison mais peu leur utilisation. Ce qu'elle sait faire est limité. De plus, les mélanges les plus dangereux mais aussi les plus puissants sont à acquérir. Elle peut créer plusieurs objets à partir de l'alchimie mais ne sait pas modifier ceux pré-existants.
    -C'est à dire? demanda Dean.
    -Prenez vos vêtements jeune homme, je pourrais si je le souhaite en faire des vêtements caméléon. Ils vous permettraient de passer inaperçu partout aux yeux des autres. Personne ne vous remarquerait.
    Il soupira puis ajouta:
    -Comme je vous l'ai dit, il faut cinq ans avant de devenir un alchimiste diplômé. Or Ashe n'a commencé qu'il y a deux ans.
    -Quoi? S'écria Dean, il y a encore trois ans à attendre?
    -Non, elle connaît toutes les bases. Il ne lui manque que le perfectionnement. Si on fait une formation poussée, je peux la juger digne de passer l'épreuve d'ici trois ou quatre mois le temps qu'elle apprenne à manier les mélanges dangereux et qu'elle approfondisse ses connaissances sur les utilisations.
    Il se tourna vers Ashe:
    -Je vais m'acharner pour que vous puissiez bénéficier d'une formation particulière. En ce moment, je n'ai que vous dans ce cas là. J'attends que vous en fassiez autant de votre côté.
    -Comptez sur moi dit elle.
    -Bien! Le premier mois, nous reverrons certaines règles et vous apprendrez les créations les plus courantes grâce aux combinaisons apprises. Le second mois nous nous concentrerons sur la modification des objets et le reste du temps, ce sera l'apprentissage des combinaisons les plus dangereuses. Si nous avons le temps, je vous apprendrai également l'altération de la réalité physique mais ce sera en dernier lieu. Après vous passerez l'épreuve.
    Ashe se tourna vers ses amis:
    -Ce qui signifie que je vais devoir rester ici.
    Avant que Dean ne put protester, elle se pencha vers lui en lui disant:
    -Je suis désolée Dean mais je t'en prie, ce diplôme est très important pour moi.
    Dean se remémora son plus grand rêve. C'était de partir à l'aventure. Et ce rêve lui avait été offert. Celui d'Ashe était de devenir alchimiste. Il comprenait très bien ce qu'elle ressentait en ce moment même. Étant donné qu'il avait eu le droit à sa chance, elle aussi devait l'avoir. Elle n'était venue que pour ça.
    Il se leva et la prit dans ses bras:
    -Je comprends dit il. J'aurais fait pareil à ta place. Je t'en prie, deviens une alchimiste puis rejoint nous quand tu auras terminé. Tu me manqueras beaucoup tu sais, tu nous as sorti de beaucoup de situations et tu es comme une sœur pour moi.
    -Mais la prochaine fois que nous nous reverrons, je serai une alchimiste et je pourrais aider les gens comme je souhaitais le faire depuis longtemps.
    Kali s'approcha de son amie et fit de même.
    -Quand nous nous reverrons, je te promets que je connaîtrai mon identité et que je te la révélerai.
    -J'attends ce moment avec impatience déjà.
    -Nous allons y aller alors dit Akae.
    Le groupe fit ses derniers adieux puis partit.

    -Et maintenant que fait-on? demanda Dean.
    -On pourrait chercher une voyante pour voir l'avenir de Kali. Qu'en penses tu Kali?
    Kali haussa les épaules.
    -Si ça ne vous dérange pas.
    Après avoir demandé leur chemin, ils se rendirent chez la voyante de la ville. Cependant, ils furent déçus lorsqu'il remarquèrent que la porte était fermée.
    -Elle est partie en congé leur dit sa voisine de droite qui gardait un étalage de fruits et légumes.
    -Oh c'est regrettable dit Akae. Savez vous quand elle reviendra?
    La vendeuse réfléchit puis répondit:
    -Je crois qu'il reste une semaine avant son retour.
    -Alors nous reviendrons dans une semaine
    -N'hésitez pas à vous promener dans la ville. Elle est assez vaste et nous sommes tranquille ici.
    -Vraiment?
    -Oui, seul le royaume est insupportable et certains gouverneurs sont insupportables mais le nôtre, Yano refuse la présence de soldats du royaume dans sa ville. Nous ne sommes soumis à aucune pression. Par ailleurs, il recherche davantage la prospérité que le pouvoir et notre économie s'en sort plutôt bien. Nous n'avons pas trop à nous plaindre.
    -Je vois fit Dean, savez-vous s'il est possible de le rencontrer?
    La vendeuse secoua la tête.
    -J'en doute fort, il est très occupé et obtenir une audience avec lui peut durer plusieurs semaines. Si visiter la ville vous lasse, sachez qu'il y a un village au sud connu sous le nom d’Arkala qui est intéressant même si c'est à trois jours de marche.
    -Nous nous y rendrons alors. Merci pour votre aide guidée.

    Ils se rendirent tous trois à la nuit tombée au sommet de la tour abandonnée. Ce que virent Kali et Dean les émerveillèrent. Les habitations étaient plongées dans l'obscurité mais des lumières éclairaient la ville.
    -C'est magnifique fit Kali.
    -C'est toujours l'impression que l'on a quand on vient pour la première fois répliqua Akae.
    -Sans parler du lac qui reflète les lumières.
    Akae hocha la tête et annonça:
    -Je crois que c'est la vue la plus jolie qui existe.
    -Mais comment a fait la ville pour créer des lumières?
    -Avec l'aide d'un des meilleurs alchimistes au monde dans la ville, cela n'a pas dû être trop difficile.
    Ma bio rp est ici

  10. #10
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 8

    «Peut-être que la malédiction dont on lui avait parlé était vraie.

    Anomaly»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...2-anomaly.html

    Peu après avoir quitté Nagara, ils s'étaient dirigés vers le sud en direction du village d'Arkala. Un chemin de terre avait été tracé pour pouvoir y accéder bien qu'il faille plusieurs jours de marche. En s'éloignant de la ville, ils remarquèrent que la végétation devenait soudainement aride. Qui pouvait vivre dans ce genre d'endroit? Les venatirs supportaient ils à ce point le chaleur? A moins que la verdure présente à Nagara ne soit la conséquence de l'alchimie. Peu après, alors qu'il n'avaient parcouru que deux lieues, ils aperçurent plusieurs créatures volantes: des dragons. Ils poussèrent un cri de surprise. Les dragons étaient des créatures très rares. Ils représentaient une espèce en voie d'extinction. Ceux qui les avaient vu pouvaient s'en vanter. De plus, ils ne se mêlaient jamais des affaires des autres êtres vivants. Ils ne s’occupaient que d'eux-mêmes. C'était pour cela que personne ne les craignait malgré leur puissance. Si l'un d'eux venait à attaquer les humains, tout le monde les chasserait jusqu'au dernier. Lorsqu'ils voyaient une autre créature non draconique, ils s'envolaient dans le ciel. Ils étaient des êtres très sauvages et encore plus rares sont les personnes qui prétendaient avoir conversé avec eux d'autant plus que certaines d'entre elles fanfaronnaient. Cependant au fur et à mesure que Kali, Dean et Akae progressèrent, aucun dragon ne bougea. Ils étaient cinq. Deux d'entre eux étaient immenses comparés aux trois autres. Il s’agissait probablement d'un mâle et d'une femelle. Les trois autres devaient être leurs enfants. En s'approchant, ils remarquèrent qu'ils semblaient ordinaires si on se fiait à la description que l'on en faisait. Ils étaient robustes, couverts d'écailles, possédaient de grandes ailes et des pattes courtes et solides. Ils semblaient en discussion familiale et aucun d'entre eux n'avait vu le groupe arriver.
    -C'est à cause de toi que nous en sommes là Cata fit celui qui semblait être le père.
    -Nous avons honte pour toi, tu n'es qu'une catastrophe dit celle qui semblait être la mère.
    -Mais ce n'est pas de ma faute, ces hommes sont venus pendant ma sieste.
    -Évidemment! rugit le père. Tu croyais qu'ils allaient venir nous demander gentiment: «excusez nous chers dragons, pouvez vous nous donner l'un de vos œufs?»?
    -On t'avait demandé de surveiller l’œuf Cata, tu n'es qu'un incapable.
    -Attendez fit l'un des autres enfants, on a de la visite.
    Le frère de Cata semblait avoir repéré le grouper. Il était le seul à ne pas s’intéresser à la conversation. Aussitôt après, tous les dragons se tournèrent vers le groupe et lui jeta un regard suspicieux.
    -Qui êtes vous? Parlez! ordonna le père.
    -Chéri calme toi dit la mère, ces pauvres gens n'ont rien avoir avec ces hommes.
    Le père recula mais continua de leur lancer un regard féroce.
    -N'ayez crainte répliqua la dragonne, nous ne vous ferons aucun mal, tant que vous n'êtes pas de mèche avec ces hommes.
    Interloqués, les trois aventuriers se regardèrent sans savoir quoi répondre. Ce fut Dean qui prit l'initiative:
    -Bien le bonjour dragons, je m’appelle Dean et voici mes amis Akae et Kali. Je ne voudrais pas paraître indiscret mais de quoi parliez vous?
    -Ah répondit la mère, c'est une histoire bien embarrassante.
    -Tu ne fais tout de même pas confiance à ces étrangers grommela le père.
    -Fais moi confiance chéri, à force de rester renfermés sur nous-même, nous avons relâché notre vigilance. Pourquoi ne pas leur expliquer? Nous avons peut être un espoir de retrouver l’œuf perdu.
    Le dragon finit par hocher la tête puis la mère entama son récital.

    -Il y a quelques jours, j'étais enceinte. Mon mari et moi étions heureux d’accueillir un nouvel enfant dans la famille. Mais aujourd'hui alors que l’œuf était sorti, nous avons confié sa surveillance à notre imbécile de fils Cata. Il avait fait la sieste et des hommes qui convoitaient l’œuf l'ont dérobé. Nous déplorons sa perte actuellement.
    -Pourquoi n'allez vous pas le chercher? Savez vous où il se trouve? demanda Kali.
    -Nous connaissons les coupables dit cette fois le père, ils sont venus à nous. Ils réclament une rançon mais nous n'avons absolument pas d'argent. Nous n'en avons pas besoin. Quand à partir à sa recherche, c'est impossible, ils nous ont fait savoir que s'ils nous voyaient, ils briseraient l’œuf et nous perdrions notre enfant. Il en serait de même s'il arrivait quelque chose de fâcheux à l'un des leurs. Vous aideriez nous? Si d'ici trois jours nous n'apportons pas la rançon, nous perdrons notre enfant.
    -C'est triste fit Akae. Néanmoins nous ne savons pas comment vous aider.
    -C'est simple reprit la mère, ces voleurs se méfieraient s'ils nous voyaient. Mais à vous, ils ne fermeront pas la porte. Il suffit que vous passiez pour des voyageurs. Ainsi ils ne soupçonneront rien. Allez vous nous venir en aide? Nous vous promettons une récompense si vous réussissez.
    Dean regarda à tour de rôle ses amis qui haussèrent les épaules.
    -C'est d'accord.
    -Fantastique. Finalement, il reste peut être de l'espoir. Partez pour le village d'Arkala. C'est là-bas que doit se trouver l’œuf.
    -Comment? Ce sont les villageois d'Arkala qui ont commis ce vol?
    -C'est que...nous ne savons pas vraiment. Nous savons simplement que c'est l'endroit où doit se faire l'échange.
    Cata qui avait entendu la conversation déclara:
    -Papa, maman, je veux aller avec eux.
    Les parents poussèrent un cri d'horreur.
    -Venir avec eux? As tu perdu la tête? Tu ne ferais que les ralentir. Tu ne fais que des catastrophes.
    -Oh je vous en prie, je veux y aller.
    Le petite dragon sanglota et continua:
    -Je veux me rendre utile, c'est la seule façon de réparer mon erreur.
    Les deux parents jugèrent leur fils du regard avant de reprendre:
    -Pourquoi pas finalement? Il est temps que notre fils fasse preuve de responsabilité dit le père.
    -Et puis nous en serons débarrassés pendant quelques jours ajouta la mère.
    -Oh merci fit il joyeux en voltigeant dans les airs.
    -A condition que ce groupe t'accepte bien sûr.
    -Mais bien entendu répliqua Dean.
    -Faîtes bien attention reprit la mère, il fait beaucoup de bêtises. C’est pour cela que nous l’avons appelé Cata.
    -Ne vous en faîtes pas, nous allons bien nous en occuper fit Akae en émettant un petit rire.

    Le village d'Arkala n'était pas très loin comme l'avaient prédit les dragons. Dean s'était attendu à rencontrer de la résistance car les villageois ne montreraient aucune coopération. Il pensait qu'il ne s'agissait que de personnes avides prêtes à tout pour accumuler leurs richesses, jusqu'à même voler des dragons. Cependant, quelque chose lui échappait. Il savait que chaque dragon possédait une cachette contenant un trésor. Pourquoi les voleurs avaient ils préféré prendre un œuf en demandant une rançon plutôt que de s'emparer du trésor? C'était un acte osé et très risqué également. Cependant en s'approchant, ils réalisèrent qu'aucune défense n'avait été dressée. Cela les prit totalement au dépourvu. Ces villageois sous estimaient ils les dragons?
    -Hé bien, je m'attendais à plus de résistance fit Dean.
    -En effet ajouta Akae. Au moins nous n'aurons pas à élaborer un plan.
    Alors qu'ils s'avancèrent, Kali resta clouée au sol.
    -Quelque chose ne va pas Kali? Demanda Dean.
    La jeune femme secoua la tête.
    -Non, ca va, c'est juste que...j'ai l'impression que nous ne trouverons pas ce que nous cherchons ici.
    -Que veux tu dire?
    Elle s'immobilisa avant de répliquer;
    -Non rien, avançons.

    Le village était assez petit. De misérables bicoques trônaient sur un grand champ. Seul un grand bâtiment d'une forme étrange surplombait le paysage même s'il semblait à l'écart. Lorsqu'ils pénétrèrent dans le village, les quelques personnes qu'ils virent crièrent de surprise.
    -Des étrangers! s'exclama l'un d'eux. Quelle aubaine, vous devriez aller voir notre chef.
    L'homme était vêtu de haillons. Le teint de son visage était cendreux. Ce qui surprit le groupe, c'était son unique bras. Cet homme avait été amputé. L'homme leur montra une autre cabane où devait se trouver le chef.
    -Quelque chose cloche ici répliqua Akae.
    -Oui répondit Kali, je doute qu'il s'agisse vraiment des voleurs. Ils ne nous accueilleraient pas à bras ouverts.
    Durant le trajet, ils croisèrent d'autres personnes. Celles-ci paraissaient aussi mal en point que les premières qu'ils avaient rencontré. Ils virent même un vieillard encapuchonné dans un manteau qui avait le regard vitreux et rouge.
    -Bon sang! souffla Dean, c'est la véritable misère ici.
    Lorsqu'ils frappèrent à la porte du chef du village, ils entendirent une voix roque dire:
    -Entrez!
    Ils pénétrèrent dans la cabane et virent une vieil homme examiné par un homme vêtu d'une blouse blanche. Au coin de la pièce, une petite fille coloriait sur des feuilles blanches grâce à des crayons.
    -Tiens fit l'homme qui aperçut les aventuriers, il est rare de recevoir la visite des étrangers.
    Il congédia l'homme en blouse blanche qui répondit:
    -Je vais vous laisser seuls, j'ai d'autres patients à examiner.
    Puis il sortit laissant le groupe avec le chef du village et la petite fille. En examinant le chef, il faisait moins vieux qu'ils ne l'avaient imaginé au premier regard. Ses yeux pétillaient de malice et son expression semblait sévère mais déterminée. Il était assis sur une chaise et un drap était recouvert sur ses jambes.
    -Je m'excuse de ne pas vous accueillir comme je devrais le faire mais comme vous le voyez nous sommes démunis.
    Il soupira avant de reprendre.
    -Je vous conseille de repartir chez vous sauf si vous souhaitez nous aider, ce dont je doute.
    -Vous voulez dire que vous avez besoin d'aide? demanda Kali.
    Le chef la fusilla du regard.
    -Et pourquoi croyez vous que je suis dans cet état?
    Il souleva la couverture et le groupe cria d'horreur. L'homme ne portait plus de jambes. Il avait été amputé. Mais ce n'était pas tout, sa main ressemblait maintenant à un morceau d'écorce.
    -Mais...mais que vous est il arrivé?
    Le chef se calma puis répondit d'une voix grave.
    -C'est une longue histoire. Il y a deux ans, des scientifiques appartenant au royaume sont venus s'implanter dans ce village. Voyez vous la grande structure? Il s'agit en réalité d'un engin. Au départ, nous ne voyons aucun inconvénient à ce qu'ils viennent à coté de nous. Mais leurs expériences sont très louches. J'ignore ce qu'ils fabriquent mais un jour, une brume violette s'est évaporée de l'engin. La brume a fini par se dissiper et s'est dissoute avec l'air mais depuis, voici ce dont nous avons été victime.
    Il montra sa main qui ressemblait à un morceau de bois.
    -Depuis cet incident, une malédiction s'est emparée de nous. Nos membres se sont transformés en bois. Mes jambes sont devenus des béquilles et j'ai dû les amputer pour éviter de vivre avec. D'autres personnes du village ont subi le même sort mais parfois sur les bras ou sur le torse. Tout le monde s'est sectionné ce qui était en bois.
    -C'est horrible grimaça Kali.
    -Mais ce n'est pas tout, nous avons réalisé que la maladie qui s'emparait de nous progressait petit à petit. Même en coupant ce qui était contaminé, la maladie progresse toujours. Comme vous le voyez, ma main est en bois et bientôt, le reste du corps suivra. La maladie agit plus vite chez certaines personnes que d'autres. Nous avons contacté un médecin et celui-ci fait ce qu'il peut pour nous soulager. On fait appel à lui lorsque l'on souhaite s'amputer. Il y parvient parfaitement.
    -Pourquoi sectionnez vous ces membres? Ne pouvez vous pas les faire fonctionner? demanda Dean.
    -Ce n'est plus que du bois. Le bois n'est pas vivant. Avec mes jambes en bois, je ne pouvais même pas marcher.
    -Mais n'avez vous jamais réclamé des dommages au royaume ou un remède?
    -Oh si, nous avons essayé mais personne ne nous a écouté. Certains d'entre nous se sont rebellés et sont rentrés de force dans l'engin. Mais le royaume comporte des gardes bien armés. Ils les ont massacrés. Et ils sont revenus nous voir en nous disant qu'ils nous élimineraient tous si cela se reproduisait. Nous avons écrit au roi mais nous n'avons eu aucun retour.
    Les quatre aventuriers se regardèrent outrés par le témoignage du chef du village.
    -Nous vous aiderons déclara Cata mais vous devrez nous promettre de nous redonner l’œuf.
    Le chef écarquilla les yeux.
    -Quel œuf?
    -Vous savez très bien de quoi je parle alors ne faîtes pas l'innocent.
    -Cata ça suffit! cria Akae.
    Il s'adressa aussitôt au chef.
    -Veuillez excuser le comportement de notre ami. Il est parfois impulsif. En fait, il vient d'une famille de dragons qui ont perdu un de leurs œufs. On les aurait subtilisé et il s'avérerait que les voleurs se trouvent dans ce secteur. Avez vous une idée de qui il peut s'agir?
    Le chef secoua la tête.
    -Je ne pense pas qu'il s'agisse de quelqu'un du village. Je ne vois pas pourquoi nous voudrions d'un œuf. Mais peut être que le royaume aurait la réponse à cette question. Ces abrutis sont capables de tout.
    Ils furent interrompus par une boulette de papier qui venait de s'écraser au sol devant eux.
    -Line dit froidement le chef, va jouer ailleurs, je suis en pleine réunion.
    -Non dit la fillette, je m'ennuie ici. J'en ai marre de colorier.
    -Hé bien occupe toi autrement. Je ne sais pas, va demander à un habitant de te prêter un objet.
    Line afficha une expression boudeuse puis sortir.
    -Veuillez l'excuser dit le chef. Cette fille s’appelle Line. Ses parents se sont suicidés lorsqu'ils ont appris qu'ils ne guériraient pas. Ils ne supportaient ni le bois ni l'amputation. Alors je subviens à ses besoins le temps qu'elle grandisse un peu plus. Ce qui m'inquiète c'est de savoir qui s'occupera d'elle lorsque nous serons tous morts dans le village.
    -Elle semble totalement enjouée déclara Dean. Est elle atteinte comme les autres ?
    -Oh oui pour être enjouée, elle l'est. Un peu trop même, c'est ce qui lui a valu le statut de chahuteur de la classe à Nagara.
    -Nagara? Que faisait elle là bas?
    -Elle voulait devenir dessinatrice ou peintre. Elle avait un don pour cela. Malheureusement son caractère et sa personnalité ont fait qu'elle n'a pas été acceptée plus d'un an à l'école. Elle a été renvoyée chez elle.
    Dean repensa à tous les enfants du village. Il ne connaissait pas Line mais tous les enfants de cinq ou six ans étaient ainsi. Il suffisait de les encadrer correctement. Ashe ou Mlle Hora avaient ce don. D'autres professeurs ne l’avaient pas. Line devait avoir dans les huit ans. C'était une jolie fille à l'aspect dynamique d'après ce que Dean avait pu constater. Elle ne semblait pas pour autant très désobéissante.
    -Elle était à Nagara au moment des faits n'est ce pas? demanda Kali.
    Le vieil homme hocha la tête.
    -Elle est la seule personne du village à avoir été épargnée. Elle a eu de la chance.
    Il poussa un bâillement d'hippopotame avant de reprendre:
    -Vous m'excuserez mais je me fais vieux et je fatigue très vite, surtout depuis que le bois me grignote mes membres. Je vous conseille de partir d'ici. J'ai peur que le royaume recommence son expérience et que d'autres innocents soient touchés.
    -Alors là pas question! cria Dean. Nous n'allons pas les laisser faire.
    -Ne dîtes pas de bêtises, ils vous massacreront si vous vous opposez à eux.
    -Et alors? S'ils ne peuvent plus faire leur expérience ici, ils la feront ailleurs et d'autres innocents mourront. Je connais peu le royaume mais du peu de ce que j'ai vu, je sais qu'il est maléfique.
    -Mais qu'allez vous faire?
    -Nous allons nous infiltrer dans l'engin et essayer de voir de quoi il en retourne. Si le royaume a lancé une malédiction, il doit en connaître le remède.
    Il jeta un regard vers ses trois amis.
    -C'est d'accord dit Akae, nous ne pouvons pas laisser ces pauvres gens dans cet état.
    Kali hocha la tête.
    -En plus, ils possèdent l’œuf, nous devons le récupérer ajouta Cata.
    Le chef les regarda incrédule.
    -Je vous souhaite bonne chance alors. Mais je vous en prie, ne gâchez pas vos vies inutilement.
    -Ne vous inquiétez pas fit Dean. Nous savons nous débrouiller.
    Ma bio rp est ici

  11. #11
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 9

    «Ceci est... Mon monde, je suppose. Il m'appartient. Cet endroit est mon dernier refuge, mon sanctuaire, et personne, jamais, ne pourra le violer.

    Zyl»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...eme-theme.html

    Hélène s'était montrée beaucoup plus active ces derniers temps. Elle allait souvent dans la salle des archives pour s'informer des nouveaux ordres donnés par le roi. Jusqu'ici, le roi n'avait rien ordonné de très intéressant excepté le passage de l'île. Après tout, elle avait trouvé son but dans la vie. Pour se faire, elle devait se montrer patiente. Malheureusement, ce n'était pas dans la nature d'Hélène. Par chance, elle avait changé et ce qui lui aurait paru une éternité auparavant se résumait maintenant à un futur proche. Pour accomplir ce qu'elle désirait, le temps lui était compté. Il n'y avait plus une minute à perdre. Il fallait agir dans la plus grande discrétion à l'insu de tout le monde. Si on découvrait son secret, elle serait pendue et sa vengeance jamais accomplie. Cela ne devait surtout pas arriver. Les vénatirs l'avaient rejeté. Elle devait donc leur rendre la pareille. Pourtant un point obscur demeurait. Elle ignorait quoi mais cela la démangeait. Elle reprit l'ancien parchemin qui parlait de l'île. En le parcourant, elle ne remarqua rien de nouveau. Elle ne s'était pas intéressée à la suite l'écriture étant illisible. Seules les trois lettres «Kal» étaient présentes. Kal? Qu'est ce que cela signifiait? Elle fouilla dans sa mémoire mais rien ne lui vint. Était ce vraiment de ce coté là qu'il fallait chercher? Ne faisait elle pas fausse route? Le mot Kal était évidemment incomplet. Il lui faudrait au moins trouver la lettre suivante. Elle remit le parchemin à sa place, dépitée de ne pas avoir la réponse à sa question. Cependant en replaçant le parchemin, elle fit tomber une affiche. Tiens que faisait elle ici? Les archivistes n'avaient donc pas pris le temps de la ranger? Elle devait donc être nouvelle. Mais de quoi s'agissait il? Intriguée elle déroula l'affiche. Visiblement, le roi avait lancé un avis de recherche et il était très récent. Il n'y avait aucun nom sur celui-ci mais une jeune femme aux cheveux étincelants et aux yeux de saphir. En l'examinant plus attentivement, elle poussa un cri. Hélène la connaissait. Et elle savait très bien maintenant pourquoi le roi tenait tant à la trouver. Le détail qui lui manquait se dévoila sous ses yeux. Et elle aussi avait besoin d'elle. Furieuse, elle jeta l'affiche par terre en criant:
    -Je te hais Kali, tu m'entends? Je te hais!
    Elle rangea l'affiche à sa place en grommelant:
    -On m'a refusé ce monde. Je le reprendrai. Il est à moi! L'heure de la vengeance va bientôt sonner.
    Elle sortit en trombe de la salle et fit appeler sa garde rapprochée.
    -Nous allons partir pour un voyage lui dit elle, veuillez avertir mon frère de mon absence. Nous n'en aurons que pour quelques jours.
    *****
    Le gouverneur Yano étudiait soigneusement les documents que l'on avait mis à sa disposition sur son bureau. Sur l'un d'eux, un ordre du royaume avait été donné. Il était agacé. Le royaume ne le laisserait il donc jamais tranquille? De plus il s'agissait d'une requête primordiale. Ce qui signifiait qu'elle s'étendait à toutes les villes sous domination du royaume. Yano fut intéressé. Il pouvait avoir accès à une connaissance de ses plans. Il lut l'ordre. Apparemment, le royaume allait envoyer de nombreux gardes dans sa cité. Il était angoissé. Si le royaume envoyait des gardes ici même, cela signifiait que ses rapports avec les rebelles avaient été repérés. Il refoula cette pensée. Cet ordre s’étendait à toutes les cités et si c'était le cas, on ne l'aurait pas averti. Pas question de fuir, il fallait faire comme si tout était normal pour éviter d’éveiller les soupçons. Il soupira. Le nombre de soldats n'était pas déterminé. Leur nombre devait varier selon la taille des villes et des cités. Demander aux gardes du royaume ce qu'ils voulaient étaient également s'exposer aux soupçons. Mais peut être que Salim pourrait s'en charger. Avec un peu de chance, il finira par savoir ce que cherchait le royaume. Il jurait que c'était en rapport avec l'île. Yano ne pouvait refuser cette obligation. Cela reviendrait à désobéir au royaume et donc à subir le châtiment qu'on réservait aux traîtres. Il ne craignait pas la mort mais il représentait une des seules voire même la seule figure emblématique en mesure de s'opposer à la tyrannie du royaume. Les rebelles avaient besoin de lui. Il représentait un allié important pour eux. Pendant un moment, il se demanda qu'en était il des autres gouverneurs? Obéissaient ils aveuglement ou faisaient ils semblant comme lui? Combien d'entre eux osaient s'opposer au royaume. Combien étaient intéressés par leur propre ascension? Il était malheureusement impossible pour lui de le savoir. Soudain la porte s'ouvrit à la volée otant le gouverneur de ses pensées.

    Il vit Samir escorté de deux gardes qui pénétrait d'un pas vif dans la salle.
    -Tu entres sans frapper Samir fit remarquer Yano sans toutefois lever les yeux vers lui et faisant mine d'écrire sur un parchemin.
    -J'estime que ce n'est pas nécessaire.
    Intrigué, Yano leva les yeux vers lui.
    -Vraiment? Puis je savoir d'où provient cette nouvelle insolence dont tu fais preuve?
    Samit esquissa un sourire.
    -Yano...
    Il s'arrêta espérant une réaction du gouverneur mais resta impassible.
    -Pourquoi n'es tu pas fidèle au royaume?
    -Maintenant tu me tutoies? Comment oses tu manquer de respect à ton supérieur?
    -Réponds! rugit Samir.
    Bouleversé par son attitude, Yano répondit:
    -Le royaume est une tyrannie. Le roi Archibald et sa sœur Hélène dirigent le pays d'une main de fer. Ils veulent tout gouverner, soumettre le peuple à son autorité. Les gens n'ont plus de liberté et n'ont même pas le droit de dire ce qu'ils pensent. Ils sont obligés de se plier à ses règles. Rien n'est fait pour eux en retour.
    Samir se remit à sourire.
    -Mais dis moi Yano, ce que fait le roi, c'est ce que ferait tout bon souverain.
    Yano fut choqué par ses propos.
    -Qui n'agirait pas de la sorte pour conserver le pouvoir? continua t'il, Mettons n'importe qui à sa place. Tout le monde ferait pareil.
    -Non l'interrompit Yano, tu as la preuve vivante en face de toi.
    -Justement, tu n'agis pas comme le ferait tout souverain. C'est stupide. Si tu obéissais au royaume, ta position serait sûrement plus élevée. Je n'ai jamais compris tes choix Yano.
    -Je ne suis pas intéressé par ma position. J'agis uniquement en faveur de mon peuple, c'est le rôle de tout souverain.
    -Quel dommage. Décidément, je ne te comprendrai jamais Yano. Je me pose des questions concernant ta légitimité à la place du gouverneur.
    Yano se sentit soudainement seul. Les deux gardes a coté de Samir n'avaient pas bronché malgré l'insolence de celui-ci. Où était donc Salim?
    -Où est Salim? demanda le gouverneur.
    Samir répondit de manière méprisante.
    -Quoi? Ce traître?
    Samir demanda à un des deux gardes de lui chercher sa sacoche. Ce dernier s'exécuta et Samir ouvrit la sacoche. Il sortit un objet de son sac et le fit rouler par terre. Yano poussa un cri de terreur. L'objet était la tête de Salim.
    -Qu'as tu fais Samir? Tu as tué ton propre frère?
    Samir hocha la tête d'un air satisfait.
    -A présent la comédie à assez durée. Tu es en état d'arrestation. Tu finiras tes jours en cellule pour le meurtre de Salim. Gardes!
    Aussitôt une dizaine de gardes rentrèrent dans la pièce.
    -Arrêtez le! leur ordonna t'il en désignant Samir.
    Cependant les gardes se contentèrent de s'approcher de Samir et de rester à ses cotés.
    -Quoi? Qu'est ce que cela signifie?
    Satisfait, Samir s'approcha du bureau de Yano.
    -Aurais tu oublié que c'est moi qui suis responsable des gardes? Ils sont tous sous mes ordres, pas sous les tiens. Et ils ont estimé que j'étais plus proche d'eux que tu ne l'étais toi.
    -Mais...mais pourquoi? Pourquoi Samir? N'es tu pas satisfait du rôle que je t'avais donné?
    -Tu plaisante? Qui as tu choisi entre moi et Salim comme conseiller? J'étais pourtant plus apte que lui à exercer ce rôle.
    -Vraiment? Crois tu que j'allais confier ce rôle à quelqu'un qui m'est déloyal? J'avais vu clair dans ton jeu depuis le début Samir. Je savais que tu étais un ambitieux et j'avais peur que cela ne te monte à la tête. Je t'ai malgré tout donné la responsabilité des gardes en espérant que tu changes. Mais tu n'as jamais cessé de ruminer ta défaite. Et tu as finalement assassiné ton frère qui n'était pour rien dans l'histoire uniquement par jalousie.
    -Non, ce n'était pas par jalousie.
    -Alors c'était pour quoi?
    Samir soupira puis reprit:
    -C'était par loyauté tout simplement. Je voulais me débarrasser de toi mais je voulais d'abord offrir à Salim une dernière chance. Il était mon frère après tout. Je lui ai fait part de mes plans qui consistaient à te renverser et à prendre ta place. En échange de son silence, je lui aurais laissé son rôle de conseiller. Sauf que c'est moi qu'il aurait conseillé. Je l'avais prévenu. C'était ça où la mort. Comme il a refusé d'obéir à mes souhaits, son destin s'en est trouvé réglé.
    Yano fut bouleversé. Il avait lui-même formé tous ses gardes et seuls ses deux espions et Salim lui avaient été fidèles jusqu'au bout. Samir avait corrompu l'esprit de tous ses gardes. Pourquoi n'avait il pas agi lorsqu'il en était encore temps? Était il aveugle au point de ne pas voir les choses venir? Où bien avait il laissé faire en espérant que les choses s'amélioreraient? Il avait commis une grave erreur. Il s'était montré trop bon, tout simplement.
    -Cela faisait longtemps que j'attendais ce moment Yano reprit Samir. J'ai juré de te renverser depuis le jour où tu as choisi Salim comme conseiller. J'ai tenté d'avertir le roi que tu complotais contre lui mais tu as su anticiper sa réaction.
    -Quoi? Mais alors c'était à cause de toi que les deux émissaires étaient venus?
    Samir hocha de nouveau la tête.
    -Il suffit à présent conclut t'il. Je vais ordonner à mes gardes de te mettre dans une cellule. Admets ta défaite Yano. C'est moi maintenant le gouverneur.
    -Attends l'interrompit Yano. Laisse moi au moins te proposer un marché.
    Samir secoua la tête.
    -Je refuse d'entendre ce que tu as à proposer.
    -En es tu certain? Certes tu auras le poste de gouverneur mais ta position s’arrêtera là. Si tu me laisses parler, je peux t'offrir plus.
    A ces mots, Samir réfléchit puis finit par dire:
    -Très bien je t'écoute.
    Yano se félicita. Il ne s'était pas trompé. Samir était obnubilé par l'ambition et l'ascension sociale. Il devait à présent tenter sa chance. Il se leva de sa chaise en disant:
    -Je vais te conduire là où tu souhaites te rendre.
    Puis il se dirigea vers le mur droit et frappa du poing dévoilant un passage qui s'ouvrit dans celui-ci. Puis il fila en passant par l'ouverture.
    -Rattrapez le*! hurla Samir. Je le veux mort ou vif.

    Yano s'enfuit à travers un dédale de couloirs sombres et visqueux. Ils n'avaient pas été utilisés depuis longtemps et des araignées y avaient élu domicile. Il savait où il se trouvait. Ce passage secret menait aux égouts de Nagara. Une odeur nauséabonde emplissait les tunnels. S'efforçant de respirer le moins possible pour ne pas vomir, il courut pour échapper aux soldats de Samir. Ce dernier était parvenu à corrompre tous ses gardes. Comment avaient ils pu se laisser manipuler aussi facilement jusqu'à trahir leur maître? Derrière lui, il entendit des bruits de pas qui se rapprochaient. Il était poursuivi et n'avait qu'une longueur d'avance. Par chance, il était le seul à connaître ce passage secret et les gardes étaient gênés par la pénombre. A plusieurs reprises, certains s'entravèrent et trébuchèrent devenant hors jeu pour la course poursuite. Lorsque Yano arriva devant une intersection, il se remémora la carte des égouts qu'il avait consulté auparavant puis la direction de gauche. Lorsque les gardes arrivèrent à leur tour, Yano se trouvait à une distance suffisamment raisonnable pour ne pas être rattrapé. Cela ne l'empêcha pas de se dépêcher. Les gardes se séparèrent. Cinq étaient trop loin pour rattraper Yano. Deux prirent à droite, deux tout droit et un à gauche. Les trois menaient à une issue hors des profondeurs mais le passage de gauche était celui qui possédait la distance la plus courte avant d'y parvenir. Arrivés au dessous de la grille, il commença à s’attaquer aux vis. Il savait que neuf vis avaient été placées pour la fixer. Alors qu'il avait défait seulement trois vis, le garde qui avait pris la direction de gauche était déjà arrivé. Le temps que ses yeux s'habituent à l'obscurité, Yano défit deux autres vis.
    «Allez courage, plus que quatre» pensa t'il. Malheureusement il n'était pas très facile de rester caché dans la pénombre même s'il faisait nuit dehors.
    -Je l'ai trouvé hurla*! le garde, il est ici.
    Tapant du poing contre la grille, il fit face au garde prêt à l'embrocher avec son hallebarde. Visiblement, ils n'avaient pas pour ordre de le capturer mais de l'assassiner. Au moment où le garde se jeta sur lui, Yano fit un écart et saisit la hallebarde. Les deux hommes tirèrent dessus jusqu'à ce que Yano décide de s'écarter à nouveau. Les autres gardes n'avaient peut être pas entendu leur collègue mais ils pouvaient très bien débarquer. Le garde pris dans son élan percuta le mur. Yano se jeta sur lui, évitant au garde de lui laisser le temps de reprendre son arme. Cependant le garde plus massif prit le dessus et lui saisit la gorge. Il avait l'intention de l'étrangler. Yano donna désespérément plusieurs coups de pieds sans succès. Voyant que c'était peine perdue, il chercha un objet autour de lui susceptible de l'aider. La hallebarde était à portée de main. Il étira son bras et saisit le manche. En suffocant, il administra au garde un coup violent dans la tête lui faisant lâcher prise. Sans lui laisser le temps de récupérer, il lui donna un coup de hallebarde dans les côtes avec le manche. Le garde tomba à terre inconscient. Cependant la bataille était loin d'être finie. Il entendit d'autres bruits de pas qui s'approchaient. Il se précipita sur la grille et dévissa les dernières vis. La grille tomba au sol dans un terrible fracas. Sans perdre de temps, il grimpa puis courut à perdre haleine dans la nuit.
    Ma bio rp est ici

  12. #12
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 10

    «Lorsqu'on est enfin en mesure de lever la malédiction, on doit procéder à un mini-jeu.

    Taliesin»
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-de-roche.html

    Ils avaient décidé de pénétrer par effraction dans l'engin la nuit. L'engin était immense. Akae donna de violents coups dans la porte. Etant briseur de chaînes, il n’aurait aucun mal à en venir à bout. Dean espérait que le bruit n'alerterait personne. En l'espace d'un instant, il regretta l'absence d'Ashe. Elle serait parvenue à détruire la porte grâce à l'alchimie. Outre son utilité, elle savait limiter les actions parfois inconsidérées de Dean. Elle faisait partie du groupe et ils avaient besoin d'elle.Kali ne pouvait pas remplir ce rôle, elle était trop timide. Akae faisait plus fonctionner ses muscles que sa tête. Enfin Cata n'était pas du tout recommandable de ce coté là. Il agissait tête baissée sans réfléchir. Néanmoins, les coups répétés d'Akae finirent par avoir raison de la porte. Elle s'effondra à terre permettant au groupe de passer. Il s’attendait à de la résistance mais personne n'était venu. Soit tout le monde dormait, soit personne ne se trouvait à proximité de la porte.
    -Allons-y dit Dean et essayons de trouver la cause de la malédiction des habitants.
    -Ainsi que l’œuf ajouta Cata.

    L'exploration ne révéla rien de trés intéressant. Ils se situaient au milieu d'un couloir rempli de machines. Certaines d'entre elles émirent de la vapeur. Dans l'ensemble, elles faisaient du bruit. Elles devaient être en état de marche. C'était peut être la raison pour laquelle personne n'avait entendu les coups sur la porte. Pour le moment, ils n'empruntaient qu'une multitude de couloirs sans vraiment savoir où aller ni pourquoi suivre telle direction plutôt qu'une autre. L'absence du personnel prit fin à partir d'un croisement. Trois soldats du royaume en uniforme rouge, bleu et vert arrivèrent comme par surprise.
    -Vite des soldats, cachons nous! souffla Dean.
    Par chance, les soldats qui patrouillaient commencèrent par regarder de l'autre coté. Puis ils s'arrêtèrent avant de converser.
    -Essayons d'entendre ce qu'ils disent chuchota Dean. Peut être que nous apprendrons des choses intéressantes.
    Malheureusement, Cata ne semblait pas de cet avis.
    -Non répliqua t'il. Ils nous ont volé l’œuf. Ils ont intérêt à nous le rendre.
    Puis il sortit de sa cachette et fonça sur les gardes en criant:
    -Taiooooooo!
    -Cata non! cria Kali.
    -Bon sang, je comprends pourquoi ses parents l'appellent ainsi grommela Akae. Vite allons l'aider. Il n'a aucune chance seul contre trois.
    Akae n'avait pas tort. Si Cata avait bénéficié de l'effet de surprise, les trois gardes s'étaient vite remis. Cata avait ainsi percuté le ventre d'un des gardes qui s'écroula et craché une bribe de feu sur un second. Cependant le troisième s'était jeté sur lui et lui avait cloué le bec pour l'empêcher de cracher du feu à nouveau. La petite taille de Cata n'était pas à son avantage. La bataille fut rapidement expédiée car Akae avec sa force avait soulevé le troisième et projeté contre le sol. Tandis que le second se remettait de sa brûlure, Dean lui envoya un coup de pelle dans les jambes. Il aurait pu utiliser son arme à feu mais il avait peur que le bruit ne se répercute. Rien que le bruit de la bataille pouvait éveiller les soupçons.
    -Tu es vraiment une catastrophe! cria Dean à l'adresse de Cata.
    Cata prit un air apeuré et se cacha derrière Kali.
    -Dean calme toi fit Akae. Cata a agi de manière inconsidéré certes, mais il est jeune. Je suppose que toi aussi à six ans, tu faisais des bêtises n'est ce pas?
    Dean préférant éviter d'alerter des gardes se contenta de foudroyer Cata du regard.
    -En attendant reprit Akae, nous avons agi et nous risquons d'être démasqués.
    -J'ai une idée dit Kali. Ces uniformes me donnent une idée.

    Après avoir ligoté et bâillonné les trois gardes et les avoir enfermé dans une pièce où ils ne pourraient pas s'échapper, Dean s'était emparé de l'uniforme vert, Akae du bleu et Kali du rouge. Ainsi ils passeraient icognito. Ils décidèrent de chercher chacun de leur côté se donnant rendez-vous d'ici une demi-heure s'ils trouvaient quelque chose d’intéressant.
    Dean se dirigea à droite, Akae tout droit et Kali à gauche.

    Dean parcourut plusieurs salles sans découvrir ce qui l’intéressait. En revanche, il fut abordé par un autre soldat bleu:
    -Ha ingénieur, vous tombez bien. Figurez vous que je vous cherchais.
    Dean se retourna et voyant que le soldat s'adressait à lui, il se demanda si la couleur de son uniforme ne conférait pas un statut particulier.
    -Venez reprit le soldat, nous devons réparer le court-circuit de ce matin.
    Comprenant qu'il ne ferait qu’éveiller les soupçons s'il faisait autre chose, il suivit le soldat. Il l'emmena dans d'autres pièces avant de dire:
    -Comme vous le savez ingénieur, la machine n'a pas pu remplir son office aujourd'hui à cause du court-circuit. Mais je suppose que vous allez arranger ce problème n'est ce pas?
    Il montra du doigt un boîtier électrique.
    -Alors qu'est ce que l'on doit faire?
    Affolé, Dean se dit «mais je ne sais pas, j'y connais rien en électricité». Dean ne risquait pas de réparer le boîtier. L’électricité n'était produite qu'avec de l’énergie et seul le royaume et quelques cités en bénéficiaient. Il en avait entendu parler à Loat mais jamais il n'en avait utilisé. L’électricité n'existait pas dans les petits villages. Voyant qu'il hésitait, le garde fit:
    -Hé bien dépêchez vous ingénieur, ce n'est qu'une formalité pour vous.
    Comprenant qu'il ne pouvait plus reculer, Dean s'empara d'un tournevis sans savoir quoi faire avec. Puis une idée lui vint. Il n'avait pas de connaissance en électricité mais ce boîtier devait avoir une composition assez logique pour un vénatir. Il n'y avait aucune raison de ne pas réussir. Il n'était pas plus bête qu'un autre. Il commença par dévisser les quatre vis et sortit la plaquette. Elle devait être responsable du court-circuit. Il la jeta dans la trousse à outils et en chercha une autre. Cependant lui cherchait les bon outils pour refixer le composant prit du temps. Il jeta un coup d’œil au garde à coté de lui. Il n'était malheureusement pas encore parti et Dean s'impatienta. Il semblait déterminé à rester ici. Lorsque Dean replaça la plaquette, il réalisa que le garde restait les bras croisés. Il avait oublié quelque chose mais quoi? Il examina les fils et prit une pince. Le fil rouge gênait visiblement le passage du noir. Il sectionna le fil rouge avec la pince. Cela eut pour effet de provoquer un ensemble d'étincelles.
    -Hé mais que faîtes vous? demanda le garde.
    Dean s'était trompé de fil. Il profita de la surprise du garde, pour prendre la fuite. Pendant ce temps, les étincelles crépitèrent. Peu après, le courant court-circuita. Il n'y avait plus de lumière.

    Kali de son coté fut accostée par un homme vêtu de blanc.
    -Ah infirmière, vous tombez bien, nous devons soigner notre blessé.
    Kali se retourna croyant qu'il s'adressait à quelqu'un d'autre. Ce ne fut pas le cas. Elle comprit qu’elle portait une tenue qui devait être celle d'un soignant. Ne souhaitant pas attirer les soupçons sur elle, elle suivit l'homme qui s'avérait être médecin.
    -Suite au court-circuit qui a eu lieu ce matin, un des gardes a été blessé. Je suis parvenu à stopper hémorragie mais nous devons l'opérer.
    Il la guida dans la salle de soin. La salle venait d'être nettoyée. Seuls quelques ustensiles médicaux et une table d'opération sur laquelle était positionné un garde étaient présents. Le garde gémissait tandis que le médecin prépara ses outils.
    -Infirmière, prenez la perfusion et faîtes lui une intraveineuse pour lui injecter le produit.
    «Hé mais je ne sais pas faire» pensa Kali. Le médecin lui tourna le dos tandis qu'elle cherchait désespérément un moyen de faire une intraveineuse. Le médecin se retourna et constata que la situation n'avait pas évolué.
    -Mais que fabriquez vous?
    Kali lui jeta un regard d'excuse. Le médecin finit par grommeler:
    -Je vois, les perfusions ne sont pas votre fort.
    Il sortit aussitôt un stéthoscope et répliqua:
    -Dans ce cas, prenez lui les paramètres vitaux et alertez moi si sa tension chute.
    Il se retourna à nouveau pour préparer un scalpel. Mais Kali ne savait pas non plus prendre une tension.
    -Alors combien avez vous trouvé? demanda le médecin sans se retourner.
    Kali comprit que le seul moyen de se sortir de ce guêpier était de dire un nombre aléatoire.
    -46
    Le médecin se retourna.
    -Quoi? Vous avez fit 46?
    -Heu non...je voulais dire 146.
    Le médecin, laissa tomber ses ustensiles de stupeur.
    «Ai-je trop exagéré?» se demanda Kali.
    -Vous vous fichez de moi? hurla le médecin. Vous l'avez eu où votre diplôme? A présent sortez de la salle! Je me débrouillerai tout seul.
    Kali fut soulagée de s'en sortir aussi aisément. Elle allait pouvoir continuer son exploration tandis que le médecin s’occupait avec son patient. Elle sortit de la salle en entendant le médecin grommeler des jurons. Kali crut entendre «incompétent» parmi ceux-ci. Cependant son soulagement fut de courte durée, la lumière s'éteignit aussitôt presque instantanément.

    Akae put se confondre parmi les gardes. Personne ne lui prêta attention. Il portait la tunique commune de chaque garde. Son exploration ne donna aucun résultat. En revanche, une porte était infranchissable. Lorsqu'il s'en était approchée, les deux gardes qui la surveillaient disaient que personne n'avait le droit d'y rentrer. Akae aurait pu se jeter sur les gardes mais il avait peur de donner l'alerte d'autant plus qu'il n'était pas certain que la porte ne soit pas verrouillée. Il rebroussa chemin en attendant Dean et Kali. Il jurait que la clé de la malédiction se trouvait derrière cette porte. Toutefois, comment passer sans se faire remarquer? Alors qu'il revenait au point de départ, la lumière s'éteignit. Akae sursauta sous l'effet de la surprise. Mais pendant l'espace d'un moment, il se demanda si ce n'était pas l'occasion d'en profiter. Alors qu'il y réfléchissait, une sonnette d'alarme retentit. Aussitôt , tous les gardes coururent dans tous les sens cherchant à regagner la sortie. L'un d'eux manqua de percuter Akae dans sa précipitation. Cependant de nombreux soldats se perdirent et se cognèrent contre des obstacles. D'autres parvinrent à sortir mais personne ne trouva le générateur permettant de rétablir le courant. Akae quand à lui ne bougea pas. Il devait attendre Kali et Dean. Il espérait cependant qu'ils se repéreraient dans la pénombre. Soudain, il vit au loin un faisceau lumineux qui s'approchait. Intrigué, il cligna des yeux croyant qu'il avait la berlue mais il réalisa qu'il ne rêvait pas.une lueur se déplaçait lentement vers lui. Il resta stupéfait devant celle-ci. D'où venait elle? Soudain la lueur stoppa tout près de lui jusqu'à ce qu'il entende:
    -Alors grand dadais, tu vas rester planté là encore longtemps?
    Akae sursauta:
    -Mais cette voix, c'est...Line?
    La jeune fille lança un sourire espiègle avant de rétorquer.
    -Et oui grand benêt. Tu ne croyais quand même pas que j'allais te laisser toute la gloire.
    -Quoi?...Mais...espèce d'impertinente, tu n'as pas le droit d'être ici. Et si les gardes te trouvent. Rentre chez toi avant que le chef du village ne remarque ta disparition.
    La fille secoua la tête.
    -Pas question! Moi aussi j'ai envie d'aider le village. Moi aussi je veux guérir les gens de cette malédiction.
    -Tu es trop jeu...
    Line lui donna un coup de pied dans les genoux.
    -Tais-toi, sans moi tu n'aurais pas d'éclairage. Alors tu ferais mieux d'en profiter.
    Akae fixa l'objet de Line. Il s'agissait d'un bâton surmonté d'une pointe qui fournissait un éclairage dans un petit rayon.
    -Où as tu eu ce bâton petite?
    -Je sais que grand père utilisait parfois cet objet pour s'éclairer. J'ai décidé de m'en emparer pendant qu'il dormait. C'est très pratique la nuit pour y voir.
    -En effet répliqua une voix derrière eux, tu as eu une très bonne idée en agissant ainsi.
    Ils poussèrent tous deux un cri essayant de deviner d'où venait la voix. Dans la pénombre, ils aperçurent une forme sombre qui marchait vers eux. Akae serra les poings prêt à se battre. Cependant Line le devança, elle projeta la lumière prés de l'individu.
    -Dean reconnut Akae. Mais par tous les diables, comment as tu fait pour arriver ici sans lumière?
    -Avec un peu de mémoire, je suis parvenu à me repérer. Tu as eu une bonne idée Line. Nous devrions retrouver les autres.
    -Non! fit Akae. Je crois savoir où se trouva la source de la malédiction. C'est le moment où jamais d'y aller. Les gardes qui protégeaient la porte sont partis mais ils reviendront si la lumière réapparaît.
    -Ça ne risque pas pouffa Dean. C'est à cause de moi qu'il n'y a plus de courant. Le temps qu'un garde trouve la source de la panne et qu'il la répare, nous serons loin. Cherchons plutôt les autres, nous avons le temps. Cata n'est pas là?
    Akae sursauta.
    -Non je ne l'ai pas vu. Il a fallu encore qu'il s'éloigne. Tant pis, nous nous débrouillerons sans lui.
    Ils trouvèrent Kali assez facilement. La jeune femme avait paniqué lorsque l'obscurité s'était abattue. Mais comme la salle de soin se trouvait proche de couloir, ils la trouvèrent facilement. En pleurs, ils la consolèrent avant de reprendre leur chemin vers la fameuse porte.

    Contrairement à ce qu'il croyait, la porte s'ouvrit facilement. Et la pièce ne semblait pas avoir besoin d'éclairage car on pouvait y voir aisément. Lorsqu'ils entrèrent, ils virent un homme vêtu d'une blouse blanche qui s'affairait autour d'une machine. La machine était gigantesque. Elle devait faire plusieurs mètres de hauteur. De nombreux boutons y jalonnaient. Une fiole cristalline était juchée au sommet de celle-ci. Bien entendu, la présence du groupe ne passa pas inaperçu.
    -Tiens fit l'homme en blouse, vous venez m'apporter le repas?
    Puis il poussa un hoquet en voyant la porte ouverte.
    -Fermez la porte bon sang, cette expérience doit être secrète et puis...
    En voyant Line puis les tenues du groupe, il dit:
    -Mais...vous n'êtes pas du royaume. Cette jeune fille n'en fait pas partie et tout le monde dans l'équipage sait que seuls les soldats vêtus de noir sont autorisés à entrer ici. Qui êtes vous?
    Dean s'approcha du scientifique en répliquant:
    -Ce n'est pas important, nous sommes ici pour stopper la malédiction qui a été lancée sur le village. Comment l'enlève t'on?
    L'expression du visage du scientifique passa de la surprise à l'euphorie.
    -Ainsi vous êtes donc envoyé par le village c'est ça? Je me doutais bien que ces bougres enverraient quelqu'un contrecarrer nos plans. Malheureusement pour vous et à ma grande satisfaction, il est impossible d'enlever cette malédiction. Certains de leurs membres sont devenus du bois et c'est grâce à cette machine que j'entretiens.
    -Quoi? Mais pourquoi avoir fait cela?
    Le scientifique fit une révérence exagérée avant de se lancer dans un discours dithyrambique.
    -Cette machine nous a permis de faire quelques tests. Nous voulions créer une arme capable d'anéantir un groupe localisé à un endroit précis. Le roi a besoin de cette machine pour éradiquer les poches de rebelles. Nous avons donc pu lancer un nuage qui a infecté toute la population locale. Nous espérions qu'ils mourraient subitement mais en réalité, ils ont attrapé une maladie liée au bois. Pour le moment, nos résultats ne sont donc pas encore concluants mais ça ne saurait tarder.
    -Mais pourquoi avoir infligé une telle malédiction à ces pauvres villageois?
    -Il nous fallait des cobayes pour en voir les effets. Quand à ces bouseux. Qui s'en soucie? Ils ne paient même pas d'impôts pour le royaume.
    Le groupe s’avança menaçant.
    -Nous ne vous laisserons pas commettre ces actes horribles dit Kali.
    -Ha oui? Alors expliquez moi comment vous comptez m'en empêcher. Cette machine est contrôlée par la fiole cristalline qui se trouve au sommet. Même si vous parvenez à l'atteindre, elle est protégée par un cristal de glace. Vous ne pourrez la briser. Même si vous employez la force contre moi, je ne l'enlèverai jamais.
    Aussitôt après, une voix cria:
    -Taiooooooooooooo!
    Ils levèrent tous les yeux et virent Cata qui plongea vers la fiole cristalline. Il tenait entre les pattes un immense œuf. Il cracha du feu ce qui eût pour effet de briser le cristal de glace.
    -Quoi? fit le scientifique. Non, je ne laisserai personne faire du mal à ma machine.
    Il s'empara aussitôt d'un fusil à proximité et visa le petit dragon qui représentait le plus grand danger. Akae qui vit le coup venir se jeta sur le scientifique. Le coup de feu partit et la balle ricocha contre le mur avant de retomber au sol. Enfin Cata cracha à nouveau de feu sur la fiole cristalline. Elle se brisa en mille morceaux provoquant des crépitement sur la machine.
    -Non! cria le scientifique. Ma machine!
    Il tenta de se relever pour entreprendre des réparations mais Akae le retint par une jambes. Il prit le scientifique et lui envoya un rude coup de genou dans les cotes. Il s'effondra sur le coup. Soudain la machine vrombit et Dean cria:
    -Filons!
    Alors qu'ils ressortirent de la salle aidés par Line, la machine explosa dans une fumée noire.
    -Mais Cata où étais tu? demanda Akae.
    -C'est simple dit il fièrement, j'ai profité de la coupure de courant pour fouiller les salles à ma guise. J'ai retrouvé d'ailleurs l’œuf qui appartient à ma famille. Et lorsque je suis revenu, j'ai entendu le scientifique. Il est vrai que personne ne pouvait atteindre la fiole mais il ne se doutait pas qu'un dragon se trouvait parmi nous.
    -La mission est un succès fit Dean. Nous avons enrayé la malédiction en détruisant la machine et nous avons sauvé l’œuf.

    De retour au village, ils eurent une mauvaise surprise. Il n'y avait plus personne hormis le medecin. Seules des statues de bois étaient dressées dans le champ.
    -Hein? Mais que se passe t'il? demanda Line. Où sont passés les habitants? Et d'où viennent ces statues?
    -J'ai un mauvais pressentiment fit Kali en frissonnant.
    En s'approchant davantage, Line cria:
    -Mais c'est Marie et Tom en désignant deux statues. Et là Ralph.
    -Quoi? Attends, veux tu dire que ces statues en bois sont les habitants? demanda Dean.
    Mais la réponse était évidente. Toutes les statues représentaient des hommes et des femmes. Certaines étaient incomplètes, sûrement à cause de leur amputation antérieure.
    -Non! cria Line, cela voudrait dire que...
    Elle courut jusqu'à la cabane du chef du village et découvrit qu'il était assis dans son fauteuil. La couverture qui cachait ses deux jambes amputées était toujours là. Mais seule son effigie était présente. Il était devenu une statue de bois lui aussi.
    -Non! cria Line.
    Le médecin qui semblait le seul être encore vivant ici accourut vers le groupe.
    -Je ne comprends pas leur dit il, ils sont soudainement devenus du bois. Il leur est arrivé tous la même chose en même temps. Vous comprenez quelque chose vous?
    -Non répliqua Dean. Nous avons au contraire détruit la machine responsable de leur malédiction.
    Ils réfléchirent tous à la fois jusqu'à ce qu'Akae déclare:
    -Et si nous nous étions trompés depuis le début?
    Tous se tournèrent vers lui.
    -Si en détruisant la machine nous n'avons pas détruit leur malédiction mais nous n'avons fait que l'accélérer à un rythme insoutenable?
    -Quoi?
    Mais en y réfléchissant, la déduction d'Akae n'était pas illogique. Les habitants étaient devenus des statues de bois à partir du moment où ils avaient détruit la fiole cristalline.
    -Mais alors, nous sommes responsable de ce qui leur est arrivé? s'affola soudain Dean.
    -J'en ai bien peur, la destruction de la machine signifiait la fin de la vie pour eux.
    -Mais c'est horrible s'écria Kali. Qu'avons nous fait?
    -Bon dieu, j'ai pitié pour eux lança Cata.
    Le médecin les fixa intensément jusqu'à ce qu'il hoche la tête gravement.
    -Je pense que vous n'avez rien à vous reprocher.
    -Comment pouvez vous dire ça? s'écria Dean.
    -Certes vous avez voulu les aider et vous n'avez fait que contribuer à ce qui leur est arrivé mais vous avez fait de votre mieux. Ils étaient condamnés quoi qu'il arrivait.
    -Mais...mais fit Akae, c'était pourtant votre rôle de les soigner. Les médecins ne sont jamais résignés d’habitude.
    Le médecin soupira:
    -Je crois que vous vous méprenez sur notre rôle. Dans leur cas, il n'était pas possible de les soigner. Mon rôle se limitait à les soulager dans leur souffrance et à mourir dans la dignité. Vous vous reprochez leur destin mais était il préférable qu'ils meurent tous lentement et en souffrant qu'instantanément? Je me le demande bien encore.
    Il prit sa mallette avant de reprendre:
    -Je quitte ce village, je n'ai plus rien à faire ici. Je vous conseille de faire de même, il ne sert à rien de se lamenter sur leur sort.
    Puis il prit la direction de Nagara et s'en alla laissant le groupe exsangue.
    -Nous devrions suivre son conseil déclara Akae. Le royaume va bientôt trouver la raison de la panne et si le groupe contient d'autres ingénieurs, le courant va être rétabli et il ne mettra pas longtemps à voir ce qui est arrivé dans la salle du scientifique.
    -D'accord affirma Kali. Mais débarrassons nous de ces tuniques, je doute que nous soyons bien vus si on se balade avec.
    -Et Line? demanda Dean.
    Akae murmura:
    -Line...on ne peut pas la laisser seule ici.
    -Alors allons la voir.

    Line pleurait à chaudes larmes sur le corps de bois du chef du village. Dean et ses amis durent attendre que son chagrin se dissipe avant de lui proposer un nouveau futur.
    -Je suis désolé pour ce qui leur est arrivé fit Dean en s’asseyant à coté d'elle une fois qu'elle eut terminé. Celui-ci était comme ton grand-père?
    Line hocha la tête.
    -Je l'ai toujours considéré ainsi. Il restera toujours dans mon cœur. Si je connaissais un moyen de le ramener, je le ferai.
    Ils restèrent ainsi longtemps à contempler le corps du chef du village inerte avant que Dean ne reprenne la parole.
    -Line, nous devons partir. Le royaume ne va pas tarder à découvrir ce qui s'est passé dans l'engin. Souhaites tu nous accompagner? Tu pourrais voyager avec nous.
    Une lueur brilla dans les yeux de Line.
    -D'accord mais à une condition. Ne m'amenez pas à l'école artistique de Nagara. J'aimerais voyager avec nous.
    -Comment? fit Akae, mais il faut bien te confier quelque part.
    -Non! cria t'elle. Je ne veux pas y aller, je veux voyager avec vous*!
    -C'est d'accord répliqua Dean. Tu resteras avec nous alors.
    Akae prit Dean par l'épaule et l’entraîna à l'écart.
    -Dean, pourquoi as tu refusé de la confier à l'école?
    Dean soupira.
    -As tu remarqué sa colère quand tu le lui as proposé?
    -Et c'est pour toi une raison suffisante?
    -Non. La raison, c'est qu'il ne sert à rien de forcer un enfant à faire quelque chose qu'il ne veut pas. C'est ce qu'on a essayé de faire avec moi concernant l'alchimie. Je n'ai jamais voulu devenir alchimiste et depuis, je hais cette discipline. Gardons là avec nous pour le voyage d'autant plus qu'elle vient de nous tirer d'affaire dans le vaisseau.
    Akae resta dubitatif devant cette remarque.
    -Allez viens, allons donner l’œuf aux dragons et retournons à Nagara.
    Ma bio rp est ici

  13. #13
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    Chapitre 11

    Vous pouvez écrire comme il vous plaît, il n’y a pas de règles particulières, sauf d’écrire quelque chose qui ait un sens.
    Ailyn
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...decriture.html


    Les dragons crièrent victoire lorsqu'ils virent les aventuriers rentrer avec l’œuf.
    -Bravo fit le père, vous avez réussi. Je ne pensais pas que Cata vous aurait aidé mais nous avons eu tort d'en douter.
    Dean se retint de répliquer que Cata avait surtout été une gêne pour le groupe mais il s'abstint. Pour une fois que ses parents avaient de l'estime pour lui, mieux valait ne rien dire.
    -Je ne voudrais pas dire mais le royaume ne l'a pas ouvert. Pourquoi convoitait il l’œuf? questionna Akae.
    Les deux parents échangèrent un regard puis acquiescèrent.
    -D'accord dit la mère, nous ne vous avons pas dit toute la vérité. Il est vrai que ces hommes nous avaient dérobé l’œuf mais il ne contenait pas l'un de nos enfants. Il n'y a d'ailleurs jamais eu de demande de rançon.
    -Quoi? demanda Dean. Mais alors pourquoi nous avoir envoyé le chercher?
    Le père soupira.
    -Vous n'avez jamais appris les histoires sur nous? La plupart des dragons possèdent un trésor.
    -Vous voulez dire que cet œuf représente votre trésor ?
    -Non, ce n'est pas ça. Il contient notre trésor. Pourquoi ces hommes l'auraient ils dérobé selon vous? Personne ne s’intéresse à un bébé dragon encore dans l’œuf.
    -Comme nous sommes nomades, nous ne pouvons pas le transporter continua la mère. Pour des raisons pratique, nous avons transféré tout notre trésor dans un œuf. Non seulement nous feignons de croire que nous possédons un bébé qui va naître et nous dissimulons le trésor à l'abri des regards curieux. Malheureusement, cela n'a pas suffi puisque ces hommes ont été au courant pour le trésor. Allez savoir comment.
    Pour certifier ses dire, elle prit l’œuf des deux cotés et exerça une pression sur celui-ci. Il s'ouvrit en deux dévoilant des colliers, des diamants, des chinans et des pierres précieuses. Tout le groupe fut ébahi en voyant toutes ces richesses présentes dans un œuf creux.
    -Nous ne sommes pas dépendants de tout cet or reprit la mère, mais il nous insupportait de savoir qu'il était entre les mains de gens malhonnêtes. C'est pour cela que nous tenions s absolument à le récupérer.
    -Pourquoi n'y êtes vous pas allé vous-même le récupérer? demanda Dean.
    -Hé bien c'est que...nous n'étions pas certains d'y parvenir. Nous ignorions où ils l'avaient caché mais probablement dans un endroit où nous nous serions fait remarqués et où seuls nos enfants auraient pu rentrer. Mais seuls, ils n'auraient pas pu réussir.
    Tandis qu'ils soupirèrent, elle continua:
    -Écoutez, je sais que vous êtes fatigués et que nous vous avons menti. En ce sens, nous nous en excusons. Mais comprenez que vous ne seriez peut être pas parti si nous avions parlé d'un trésor. Néanmoins comme nous l'avions promis, vous avez le droit à une récompense.
    La dragonne sortit un petit diamant et un appeau.
    -Ce diamant vaut une fortune. Si vous le revendez, vous serez riche. Quand à l'appeau, il est unique. Il ne fonctionne qu'une fois mais il vous permettra de nous appeler si vous avez besoin d'aide. Faîtes donc attention à ne pas le gaspiller bêtement.
    Le père parla à son tour.
    -Nous vous remercions encore mais nous allons nous implanter ailleurs. Bonne route où que vous comptez vous rendre.
    Les trois aventuriers remercièrent les dragons et reprirent le chemin vers Nagara.

    -Espérons que la voyante sera présente fit Akae tandis qu'ils revenaient vers la ville.
    Cependant au moment où ils s'apprêtèrent à y pénétrer, Kali fut soudain prise de vertige. Elle tenta de se ressaisir mais rien à faire, ses sens ne répondaient plus. Sa vue se brouilla, elle n'entendait plus rien, ses membres se paralysèrent et sa gorge semblait s'être recouverte de ciment. Elle ne pouvait plus bouger. Ni Line, ni Akae ni Dean ne s'en étaient aperçus. Ils eurent la mauvaise surprise de croiser en arrivant des soldats appartenant au royaume. Ils portaient tous des uniformes ainsi qu'un blason permettant de repérer que c'étaient eux. Un garde leur barrait l’accès.
    -C'est étonnant répliqua Dean. Que font ils ici? Je croyais que le gouverneur Yano ne supportait pas leur présence ici.
    -Je n'en sais rien reprit Akae, crois tu que je devrais me cacher avant qu'ils ne me trouvent?
    Dean fixa intensément le garde mais remarqua avec surprise que le garde qui les observait avait fini par se désintéresser d'eux.
    -Bizarre dit il, si le garde t'avait reconnu dans les avis de recherche, il aurait déjà alerté tous les autres soldats.
    Akae acquiesça et fit:
    -Alors allons-y.
    Line qui était restée silencieuse durant tout le trajet cria:
    -Non pas Nagara. Je ne veux pas aller à l'école.
    -Ne t'en fais pas la rassura Dean. Nous n'y venons que pour Kali. Elle souhaite connaître son avenir.
    Cependant dès que le garde s’aperçut qu'ils avaient l'intention de rentrer, il prit son hallebarde et aboya:
    -Halte, on ne passe pas comme ça. Le royaume contrôle cette ville. Déclinez votre identité.
    -Mais que fait le royaume ici? demanda Dean.
    -Êtes vous sourd jeune homme? Je vous ai demandé votre identité!
    Comprenant qu'il était inutile d'insister, Dean répondit:
    -Dean.
    -Akae.
    -Line.
    Dean poussa un frémissement. Comment Akae avait il pu dévoiler sa véritable identité au royaume? Cherchait il à être reprit?
    Le garde sortit un morceau de parchemin et répliqua d'une voix plus douce:
    -C'est bon, vous pouvez passer.
    -Il y a aussi...Tiens mais où est elle?
    Ils se retournèrent en arrière et remarquèrent le trouble de Kali. Ils se précipitèrent aussitôt vers elle en la questionnant. Cependant le trouble avait disparu aussi rapidement qu'il était apparu.
    -Ça je vais bien assura t'elle. J'ai simplement eu un vertige.
    Dean et Akae la toisèrent d'un air soupçonneux. Line resta silencieuse. Puis Dean finit par hocher la tête.
    -D'accord mais tu devrais te reposer, nous avons vécu une aventure éprouvante.
    -Non, je veux connaître mon avenir.
    Akae finit par hausser les épaules.
    -Bon, alors allons-y.
    Lorsqu'ils revinrent vers le garde, il demanda à Kali son identité. Au moment où elle s'apprêtait à la révéler, un autre soldat cria à l'attention du garde:
    -Hé toi, viens m'aider! J'ai besoin de toi pour placarder toutes ces affiches.
    -Ça va ! cria le garde j'arrive.
    Puis il dit à l'attention du groupe.
    -C'est bon, vous pouvez tous rentrer. Mais ne faîtes pas les malins, le royaume a des yeux partout.
    Il partit rejoindre son collègue au grand soulagement du groupe.
    -Pfiou nous avons eu chaud dit Dean. J'ai cru que tu allais te trahir Akae.
    Le colosse haussa les épaules.
    -Je t'avais bien dit que le royaume s'était trompé sur mon cas.
    -Et si on attendait de voir le royaume placarder les affiches?
    Kali ressentit aussitôt un pincement au niveau de son estomac.
    -Je crois que ce ne serait pas une bonne idée dit elle en essayant de dissimuler son malaise.
    Au moment où il partait vers la demeure de la voyante, Kali réalisa qu'elle n'avait pas donné son identité au royaume. Son malaise était intervenu à ce moment là. Étonnante coïncidence.

    La voyante les accueillit à bras ouverts. En ce moment les visiteurs étaient rares et toute source de gagne-pain était la bienvenue. Après avoir expliqué la situation, ils payèrent trois chinans à la demande de la voyante puis commença à consulter l'avenir en se concentrant sur Kali. Pendant dix minutes, elle semblait coupée du monde puis sa transe s'arrêta mais son visage blêmit.
    -Quelque chose ne va pas? demanda Kali.
    La voyante s'assit sur sa chaise en se remettant de ses émotions. Son teint était livide et elle parla au départ avec des phrases entrecoupées.
    -Jeune femme demanda t'elle, par les dieux de l'enfer, ne vous souvenez vous de rien?
    Kali secoua la tête.
    -Rien si ce n'est mon nom.
    La voyante reprit une respiration plus régulière en déclarant:
    -Ce que j'ai vu, c'était effrayant. Je vous ai vu enfermée dans un bloc de glace avec une expression triste. J'ai vu aussi un ciel rouge, une île effrayante, une végétation décimée et une femme ricanant. La manière dont je vous l'ai décrit n'est rien certes. Mais je peux vous assurer que je n'ai jamais vu un tel phénomène terrifiant depuis que je suis voyante.
    Les aventuriers jetèrent à Kali un regard inquiet. Seule Line s'amusait avec une pelote de laine et n'écoutait que d'une demi-oreille les propos de la voyante. celle-ci se perdit dans ses réflexions avant de reprendre:
    -Je ne vous ai pas éclairé? Je ne pense pas, c'est logique si vous ne vous souvenez de rien. Je pense que ce n'est pas une voyante qu'il vous faut mais plutôt une aide ou un guide qui vous dira comment gérer votre destinée. Ce n'est pas dans mes compétences.
    -Et où trouve-t-on cela? demanda Dean.
    Le visage de la voyante s'illumina et ses yeux se remplirent de malice.
    -Ce n'est pas dans mes compétences certes mais je sais comment y parvenir.
    Elle s'éloigna dans la pièce voisine de sa demeure puis revint avec un grand miroir.
    -Ceci dit elle est un transporteur magique.
    Les aventuriers se fixèrent incrédule.
    -Vous voulez rire fit Akae.
    -Non, c'est la vérité reprit la voyante. Toutes les personnes qui l'ont franchi ont prétendu recevoir de l'aide.
    -Où mène t'il? questionna Kali.
    -Je n'en sais rien. D'après les témoignages, personne ne s'est retrouvé au même endroit. Ce que je sais, c'est que vous trouverez des réponses à vos questions.
    -Et combien cela coûte t'il de l'utiliser?
    -Rien, vous avez assez payé. Les trois chinans comprennent également l'utilisation du téléporteur.
    -Alors je suis prête à l'utiliser affirma Kali.
    -Êtes vous certaine demoiselle? Je ne souhaite pas vous décourager mais parfois, on a affaire à une vérité que l'on ne voulait pas savoir.
    Kali réfléchit à nouveau puis reprit:
    -Je me sens prête.
    -Bien dit la voyante. Je vais donc entamer un rituel pour réactiver le téléporteur. Il vous suffira de traverser la glace pour accéder à cet endroit. Voyez vous? C'est aussi simple que cela.
    La voyante entama un rituel puis soudain la glace se déforma puis devint floue.
    -Allez-y demoiselle, c'est le moment.
    Kali toucha le rebord de la glace et remarqua que la voyante avait dit vraie. Enfin elle allait connaître la vérité sur elle. Excitée par l'idée, elle pénétra entièrement dans le passage qui s'offrait à elle. Soudain, l'univers chamboula, elle ne reconnaissait plus rien. Des images s'offrirent à elle mais elle n'avait pas le temps de les examiner, elles disparaissaient trop vite. Elle réalisa qu'elle avait commis une erreur. Elle avait omis de demander à la voyante le chemin du retour.

    Elle se retrouva étourdie dans une petite salle étrange. Les murs étaient fait de pierre, des étagèrent comportaient quelques ouvrages ainsi que des disques d'un métal brillant dont elle ignorait l’existence ainsi que l'utilité. Un grand lit était disposé sur le coin droit. Une armoire contenant des vêtements était encastrée dans l'un des murs. Elle y vit un homme qui pianotait sur des touches, ce qui eût pour effet de faire apparaître des lettre sur un écran posé sur un bureau. L'homme lui tournait le dos et ne semblait pas avoir remarqué la présence de Kali. Du moins, c'était ce qu'elle croyait au départ, mais elle se trompait. Et pour cause, l'homme dit:
    -Bienvenue dans ma demeure, Kali. Je t'attendais.
    Puis il pivota sur sa chaise et se retrouva en face d'elle. Elle constata que l'homme approchait la trentaine. Ses yeux étaient marron et ses cheveux châtains. Un sourire se dessinait sur son visage. Il paraissait grand. Il reprit la parole avant qu'elle n'aie eu le temps de se remettre de la surprise.
    -Étonnant cet endroit n'est ce pas? Il est vrai que dans ton monde, votre technologie est assez primitive. Tu es ici dans ma chambre et je connais la raison de ta présence.
    -Qui êtes vous? demanda t'elle intriguée?
    -Mon nom est Streen. Et je suis le créateur de cette histoire.
    -Hein?
    Kali poussa un hoquet de surprise. C'était la première fois qu'elle entendait ce genre de remarque. Que voulait il dire par «le créateur de cette histoire?». Cela n'avait aucun sens.
    -Je ne comprends pas dit elle.
    -C'est difficile à t'expliquer étant donné les circonstances, je te l'accorde. Sache que si tu es ici, c'est grâce à moi. C'est moi qui t'ai fait venir. C'est moi qui ai tout inventé: le royaume, Dean, Ashe, toi, les dragons,...C'est moi qui suis le maître. Je décide de tout et je sais comment cette histoire va se terminer. J'écris parfois des nouvelles mais il faut trouver le temps et l'inspiration.
    Kali soupira:
    -Je ne comprends rien à ce que vous dîtes.
    -Cette histoire, je suis entrain de l'écrire sur mon ordinateur. Je sais que tout cela paraît étrange pour toi mais si je t'expliquais en détail, j'en aurais pour la journée. Malheureusement, le temps presse.
    Il effectua un geste de la main emphatique et incongru.
    -C'est dommage. Une si belle histoire.
    -Vos délires vont ils m'apporter quelque chose?
    Streen se ressaisit immédiatement.
    -Hum...heu oui bien sur. Où avais je la tête?
    Kali poussa un soupir d'exaspération. Cet homme l’agaçait sérieusement.
    -Je sais pourquoi tu es ici reprit il, tu veux des détails sur ton identité n'est ce pas? Et tu as besoin d'aide.
    L'expression de Kali changea passant soudainement à la surprise.
    -Quoi? s'écria t'elle. Mais comment le savez vous?
    -Je te l'ai dit Kali, c'est moi le créateur de cette histoire.
    -Alors dîtes moi tout, en quoi pouvez vous m'aider?
    Streen lui fit un geste qui la stoppa net.
    -Doucement dit il, je ne peux pas tout te révéler.
    -Pourquoi?
    Il poussa un soupir à son tour.
    -Tu possèdes une grande destinée Kali. Mais la vérité est parfois dérangeante voire effrayante. Si je te disais tout, il y aurait un risque que cela te fasse peur et que tu n'accomplisses pas ce que j'avais prévu. Mon histoire n'aurait alors plus de sens. Quand je pense le temps que j'y ai passé...
    -Mais vous avez dit que vous m'aideriez.
    -C'est exact et c'est ce que je vais faire. Tout ce que je vais te demander Kali, c'est de ne pas te poser de questions. Tu découvriras la vérité en temps voulu. Je vais te dire néanmoins une chose: sache que le royaume te cherche. Si tu ne me crois pas, tu en auras bientôt la preuve. Face à cette situation, je te demande de fuir. Évite le royaume, pars le plus loin possible hors de sa portée. Si jamais il te trouve, ce sera la fin.
    -Quoi? Je ne comprends pas.
    -Je ne peux rien te révéler de plus Kali. En tout cas, Nagara n'est plus une ville où tu es en sécurité. A présent pars, le temps presse.
    -Mais comment puis je partir ?
    -Derrière toi, il y a des reflets, touche les et pénètre à l’intérieur. Tu te retrouveras dans la salle de la voyante.
    Au moment où elle lui tourna le dos, il dit:
    -Adieu Kali, je te souhaite bonne chance pour la suite de tes épreuves, tu en auras besoin.
    Puis elle disparut retournant à son point de départ. Elle se retrouva comme prévu dans la demeure de la voyante.
    -Alors fit Dean lorsqu'elle fut remise de ses émotions, qu'as tu vu?
    Encore sous le choc, elle répondit:
    -Nous devons partir, tout de suite.

    Dans la rue, ils virent toute une foule rassemblée devant le palais du gouverneur.
    -Que se passe t'il ici? demanda Dean.
    Ils abordèrent un passant et lui demandèrent:
    -Excusez nous, savez vous ce qu'il se passe ici?
    Surpris le passant répondit:
    -Comment vous ne savez pas? Il n'y a bien que vous qui n'êtes pas au courant. Il s'avérerait que le gouverneur Yano aie été renversé.
    -Quoi?
    -Son subordonné Samir a pris le pouvoir. L'ennui, c'est que nous ne savons rien de lui. Yano était juste avec nous. Il refusait la présence du royaume dans la ville et rendait notre ville prospère. Samir on ne sait rien de lui. Nous ignorons si il se montrera aussi juste que Yano. Toute la foule attend son discours avec impatience.
    Dean hocha la tête.
    -Je vois, le nouveau gouverneur accepte quand à lui la présence des soldats du royaume. Je crains que ce ne soit que le début d'une période de grande souffrance pour la population.
    Alors qu'ils continuèrent leur chemin, Line dit:
    -Kali, tu es célèbre.
    Ils se retournèrent vers la jeune fille qui désigna les affiches posées contre le mur. Ils crièrent d'horreur. Les affiches étaient un avis de recherche. Elles proposaient une récompense de 10000 dinans pour toute personne qui ramènerait une femme au royaume. Le nom de la femme n'était pas mentionné mais le portrait représenté correspondait parfaitement à celui de Kali.
    -Oups fit Dean, tu avais raison, il ne fait pas bon de traîner ici. Allons rejoindre maître Verton.

    -Dean, tu réalises ce que tu me demandes?
    Ashe regardait Dean d'un air outré.
    -Ashe fit il calmement, je comprends ta colère, mais je t'assure que la situation n'est guère réjouissante. Kali est recherchée par le royaume.
    -D'accord mais il est hors de question que je parte d'ici. Je ne suis pas venue à Nagara pour dire à mon tuteur que j'abandonne ma formation. Débrouillez vous tous les quatre, vous avez déjà accomplis de grands actes en vous infiltrant dans l'engin du royaume.
    -Mais ce sera différent sans toi! répliqua Dean. Ashe, nous avons besoin de toi. Tu es notre amie et tu as ta place dans le groupe. Sans toi, nous serons perdus. Nous avons besoin de toi et de tes compétences d'alchimiste. Je t'en prie Ashe...
    -Je...
    Ashe semblait hésiter. La détresse de Dean l'émut. A ce moment là, maître Verton descendit l'escalier.
    -Il a raison Ashe. Un alchimiste a pour but d'aider les gens. Sans cela, elle ne nous servirait à rien.
    -Maître Verton, vous avez entendu notre conversation?
    Il hocha la tête.
    -On vous entend tous les deux d'en haut.
    Il s'assit sur une chaise et s'adressa à Ashe.
    -Tu peux choisir de partir lui dit-il, cela m'affectera car tu es une élève motivée et déterminée pour apprendre et décrocher ton diplôme. Mais un diplôme ne sert à rien si on ne peut pas se servir des pratiques de l'alchimie dans la vie courante.
    -Mais maître dit-elle, mon diplôme...
    -As-tu envie d'aider tes amis?
    Elle poussa un soupir avant de répondre:
    -Oui, c'est bien pour ça que je voulais devenir une alchimiste.
    -Alors ne te soucie pas pour ton diplôme. Nous reprendrons là où nous nous étions arrêtés. Tu auras toujours la possibilité de reprendre plus tard.
    -Merci maître.
    -Alors demanda Dean, acceptes tu de nous accompagner?
    Ashe répondit par l'affirmative. Fou de joie, Dean se jeta dans ses bras.
    -Merci Ashe.
    Line qui fixait Ashe fit:
    -Ouahhhh
    Surprise, la jeune femme se tourna vers elle:
    -Quelque chose ne va pas Line?
    -Tu...tu es une alchimiste?
    Ashe s'accroupit et lui fit un grand sourire.
    -Oui, je crée des potions, des huiles, des bombes,...
    -Ça doit être cooooooooooool fit elle.
    -En effet, tu souhaiterais apprendre?
    -Je...je ne sais pas dit-elle timidement. Ma spécialité, ce sont les dessins.
    -Vraiment? Peux-tu me montrer?
    Maître Verton décrocha un sourire.
    -Raison de plus pour partir, Ashe et Line semblent s'être mutuellement adoptées.
    -En attendant reprit Akae, ça ne résout pas le problème. Comment allons-nous quitter la ville sans nous faire voir par le royaume?
    -J'ai une idée dit maître Verton. Ici, les habitants n'aiment pas le royaume. Il sera facile de les convaincre.
    Pendant ce temps, un individu encapuchonné que personne ne voyait observa Kali un moment.
    -C'est bien elle murmura t'il. Je dois m'en approcher.
    Ma bio rp est ici

  14. #14
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 12
    « Toutes les religions prônent l'amour du prochain... même si beaucoup semblent l'avoir oublié de nos jours.

    Voyageuse »
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...en-danger.html

    Une explosion suivie de quelques projectiles et de feux d’artifice horizontaux furent lancés en pleine nuit. A ce moment là, de nombreux habitants sortirent de leur demeure et crièrent :
    -Ce sont les rebelles !
    Les feux d’artifice durèrent plusieurs minutes. Les soldats du royaume affolés couraient dans tous les sens. Ceux qui étaient restés à leur poste le quittèrent sans tarder.
    -C’est par là ! cria la population.
    En réalité ils indiquèrent tous des endroits différents ce qui eut pour effet d’embrouiller les soldats du royaume. En fait, il n’y avait aucune attaque. Il ne s’agissait que d’un leurre de manière à ce que les soldats quittent leur poste. Et cela fonctionnait à merveille. Maître Verton savait créer des feux d’artifice à l’aide de l’alchimie qui n’étaient en réalité que l’équivalent de quelques pétards inoffensifs. Il les avait programmé à l’avance et ils explosaient tous en même temps provoquant de grandes détonations. Et les habitants étaient des complices. Comme ils n’aimaient guère le royaume, le maître-alchimiste les avait prévenu. Ils avaient accepté de collaborer et de conduire les soldats du royaume sur une fausse piste. Le maître rentra chez lui et souffla au groupe :
    -Allez-y, c’est le moment de partir. Les soldats ne feront pas attention à vous. Bonne chance.
    -Nous ne vous remercierons jamais assez maître fit Ashe.
    -Et tant que vous y êtes continua t’il, je vous conseille de vous rendre au monastère Saint François. Il se trouve au nord et un panneau indicateur vous indiquera la direction. Là bas, je ne pense pas que le royaume songera à vous chercher. Expliquez leur votre situation. Je pense qu’ils comprendront votre situation et qu’ils vous hébergeront pendant un certain temps. Bonne route.
    -Merci répondit tout le groupe.
    Ils coururent hors de la ville et prirent la direction du nord. Néanmoins, ils ne virent pas l’homme encapuchonné qui les suivait toujours. Il gardait ses distances.

    Lorsque le calme fut revenu sur Nagara, les aventuriers avaient quitté la ville et se trouvaient à distance respectable. Le monastère en question se situait au nord comme indiqué sur le panneau mais il y avait plusieurs lieus d’écart. Ils furent obligés de bivouaquer sur la plaine qui s’étendait à perte de vue et choisirent de monter la garde à tous de rôle et Ashe se proposa de commencer. Cependant une heure après, Dean ne trouvait toujours pas le sommeil. Il avait beau se tourner dans tous les sens, rien n’y fit. Il finit par se résigner à sortir, comprenant qu’il était inutile de s’obstiner.
    -Coucou fit Ashe lorsqu’elle le vit sortir. Du mal à dormir ?
    Dean hocha gravement la tête.
    -Qu’est ce qui t’inquiète ? demanda t’elle.
    -Je ne sais pas…il y a tellement de choses qui se précipitent… qui ne vont pas.
    -Tu penses à Kali ?
    Dean sursauta puis se ressaisit.
    -Non…si…enfin je n’en sais rien. Il y a quelque chose qui m’échappe dans toute cette histoire. Le fait que le royaume la recherche ne fait que peser des soupçons contre elle dans toute cette histoire. J’ignore si elle nous a tout raconté à son sujet. Elle n’a même pas voulu nous dire ce qu’elle avait vu lorsque nous avons rendu visite à la voyante.
    Ashe posa délicatement sa main sur l’épaule de son ami.
    -Dean…laisse lui le temps. Il n’est pas facile de se dévoiler lorsqu’on est une cible recherchée par le royaume.
    -Je sais c’est juste que…
    -Elle nous a souvent aidé et j’ai l’impression qu’elle est très spéciale. Je ne sais pas pourquoi mais on croirait qu’elle a quelque chose de plus que nous, quelque chose de plus que les autres.
    -C’est bien ca qui m’inquiète. J’ignore ce que veut le royaume mais j’ai bien peur qu’il nous trouve un jour.
    Ashe l’examina d’un air dubitatif.
    -C’est étrange, d’habitude tu es si confiant. C’est la première fois que je te vois douter.
    Réalisant que cette conversation l’embarrassait, il reprit :
    -Et toi de ton coté ? Tu n’es pas trop déçue ?
    Ashe haussa les épaules.
    -Je l’étais un peu au début mais finalement maître Verton avait raison. Vous avez besoin d’aide et mon apport ne vous sera pas de trop.
    Elle marqua un temps d’arrêt avant de reprendre :
    -N’est ce pas ?
    Dean hocha la tête.
    -Bien entendu, tes compétences alchimiques nous seront toujours utile. Nous sommes partis à l’aventure pendant ton absence et…tu nous as manqué.
    -Vraiment ?
    -Bien sur, nous aurions eu besoin de tes conseils et puis…je te le rappelle, tu es comme une sœur pour moi.
    Ashe lui adressa un sourire.
    -Je te remercie Dean, je me sens beaucoup moins peinée maintenant.
    La nuit se déroula sans autre incident.

    Ce fut aux alentours de midi qu’ils parvinrent au monastère Saint François. La monastère n’était pas très grand à première vue et il semblait délabré. Tous les voyageurs qui passaient par ici devaient souligner l’inintérêt que dégageait la structure. Ashe comprenait maintenant pourquoi maitre Verton leur avait conseillé cette destination. Comment le royaume pouvait il penser un seul instant que le groupe se cacherait ici ? Lorsque Dean frappa à la porte, un moine grassouillet leur ouvrit quelques instants plus tard.
    -Tiens dit il surpris, cela fait longtemps que nous n’avons pas reçu de visite. Entrez donc je vous prie.
    Le groupe pénétra à l’intérieur de la bâtisse. L’entrée était semblable à un petit vestibule avec un sol carrelé et une charpente en bois.
    -Vous excuserez un peu le désordre dit il en désignant une pile de documents sur un bureau mal rangé et une toile d’araignée qui résidait sur le mur droit, comme vous le voyez nous nous laissons aller quand il n’y a pas de visiteurs. Il va falloir que l’on se remettre au ménage.
    Ashe qui était une maniaque de la propreté déglutit lorsqu’elle vit le sol. Si cet endroit était le plus sur, il allait falloir changer les règles d’hygiène ici. Quand à Line, elle était ravie. Avec son bâton, elle défit la toile d’araignée en déclarant :
    -C’est trop coooooooooool.
    Le moine émit un éternuement avant de reprendre :
    -Mais venons en aux fait, que venez vous faire ici ?
    Tout le groupe se regarda ne sachant pas comment formuler leur demande. Ils finirent par désigner Dean qui devait se charger de la tâche.
    -Hé bien commença t’il hésitant, notre requête st un peu complexe. Nous aimerions voir le prêtre de votre monastère.
    Le moine aborda une expression totalement indifférente. Ashe sourit. Même si Dean se plaignait souvent des cours de Georges, il avait retenu que les prêtres étaient les supérieurs hiérarchiques des moines et les maîtres du monastère. Un prêtre y était toujours présent dans l’une d’entre elles.
    -Vous voulez dire le père Augustin. Je vais de ce pas le chercher.
    Il partit puis revint quelques instants plus tard accompagné d’un autre homme, probablement le maître du monastère. Celui-ci était vêtu comme les moines. Cependant il portait une barbe grisonnante, comme ses cheveux. Des cernes semblaient avoir pris place depuis longtemps autour de ses yeux. Ses prunelles ressemblaient à deux rubis si on y prêtait attention.
    -Bienvenue au monastère saint Francois mes fils et filles. Que puis je pour vous ? demanda t’il d’une voix grave.
    -Mon père répondit Dean, nous souhaitons vous demander l’hospitalité durant plusieurs jours.
    Le prêtre le regarda interloqué, cela faisait longtemps qu’aucun voyageur n’était venu ici.
    -Je vois fit il, mon fils, nous allons discuter de tout cela en nous baladant. Rien de mieux que de réfléchir à l’air libre. Quand à vos compagnons, je leur conseille de se restaurer. Vous avez dû faire un long voyage pour venir ici.
    Le groupe étant parti en avant poste dés l’aube accueillit cette proposition avec bienveillance.
    -Très bien suivez moi dit le père en les guidant vers la pièce centrale. Lorsqu’ils furent arrivés à destination, il désigna une salle.
    -Voyez vous la salle là bas entre la salle capitulaire et le chauffoir ? C’est le réfectoire. A l’heure qu’il est, les moines s’apprêtent à manger, je vous conseille de les rejoindre.
    Voyant qu’ils hésitaient, le père reprit :
    -Vous pouvez manger sans crainte, le déjeuner vous est offert.
    Puis se tournant vers Dean :
    -Quand à vous jeune homme, expliquez moi en détail votre demande.

    Ils cheminèrent le long du cloître tandis qu’ils parlaient.
    -Je vois dit le prêtre, le royaume en a après vous si je comprends bien.
    -Disons qu’il recherche l’une des nôtres. Une récompense de 10000 chinans est offerte à toute personne qui la ramène au royaume.
    Le prêtre demeura suspicieux.
    -Ce n’est que l’affaire de quelques jours. Nous partirons après. Nous avons quelques chinans pour vous dédommager.
    Le prêtre secoua la tête.
    -Nous n’avons pas besoin d’argent. Nous pouvons nous nourrir grâce à nos récoltes. Seulement il va falloir comprendre que si le royaume vient ici, nous serons sans défense et nous ne pourrons pas vous protéger. Mes hommes sont des moines, pas des guerriers.
    -Je comprends bien mais il n’est pas question de combattre. Je doute même que le royaume nous trouve ici un jour.
    Le prêtre demeura silencieux avant de reprendre :
    -Merci d’avoir pris le temps de m’expliquer mon fils. Allez vous restaurer, je vais commencer les préparatifs pour vous héberger ici.
    -Vraiment ? Vous acceptez ?
    Le prêtre hocha la tête.
    -Nous aidons toute personne dans le besoin. Alors pour quelques jours, nous acceptons de vous loger. Veuillez m’excuser mon fils, mais j’ai du pain sur la planche.
    -Entendu. Merci mon père.

    Soulagé, Dean partit en direction du réfectoire pour rejoindre ses amis. Il était persuadé que le monastère allait leur venir en aide ou du moins…pendant quelques temps. Mais peut être que d’ici là, les choses se seront calmées. Si le royaume fouillait dans les moindres détails Nagara, peut être que le groupe pourrait y revenir. Comment imaginer chercher une personne qui se trouvait dans un endroit que l’on avait déjà fouillé ? Mais en attendant, le plus sage était de rester ici. Lorsqu’il se trouva dans le réfectoire, Ashe lui fit signe de s’asseoir à coté de lui. Comme les moines, le groupe avait eu le droit à des lentilles. Cependant un traitement de faveur était réservé aux invités puisque une corbeille de fruits contenant des pommes, des grappes de raisins des bananes et des abricots y étaient disposés à l’intérieur. L’ambiance était conviviale. Tous les moines discutaient allègrement. Kali paraissait songeuse. Elle s’inquiétait de la raison pour laquelle le royaume la cherchait. Akae dévorait fruit après fruit. Quand à Line, elle jouait dans un coin de la pièce avec son bâton. Son assiette était encore à moitié pleine.
    -Dépêche toi lui fit Ashe, ton plat va refroidir Dean.
    Dean s’assit à coté de son amie qui lui chuchota :
    -Alors qu’à dit le père ?
    Voyant Kali qui s’était rapprochée pour entendre la réponse, il leur répondit :
    -Il comprend notre situation. Il accepte de nous héberger durant plusieurs jours.
    Elles crièrent toutes les deux de joie.
    -Je suis fière de toi Dean répliqua Ashe, je savais bien que tu étais capable de te débrouiller.

    Le père Augustin ouvrit la marche menant au groupe dans les diverses cellules où les invités résidaient d’habitude.
    -Nos chambres sont assez petites mais confortables. On y dort comme dans un manoir. Certaines ont même un bureau et une chaise.
    -Je vous remercie répondit Dean mais le strict minimum nous suffira.
    Sans ajouter un mot, le prêtre ouvrit la première cellule à l’aide d’un trousseau de clés et invita le groupe à pénétrer dans la pièce. A première vue, la pièce n’était pas impressionnante. Elle contenait un lit, une armoire, un tapis, une chaise ainsi qu’un bureau. Une petite fenêtre munie de barreaux rompait avec l’obscurité permettant de disposer d’un éclairage le jour. Le bureau était en bois massif, le placard en chêne tandis que le lit était superposé sur quelques lattes.
    -C’est joli commenta Ashe.
    -Je suis certain que vous vous y trouverez à votre aise reprit Augustin.
    Puis sans crier gare, il tourna les talons, referma la porte et la bloqua grâce à un double tour de clés.
    -Hé mais que faîtes vous ? demanda Kali.
    -Ouvrez nous ! protesta Dean.
    Le père derrière la porte leur dit :
    -Je suis navré mais je n’ai pas le choix.
    -Quoi ? mais qu’est ce que vous racontez ? demanda Dean.
    -Je ne peux pas vous cacher du royaume. Nous n’avons pas de cachette.
    -Mais qu’est ce que ca peut faire ?
    -Contrairement à vous, je ne suis pas aussi optimiste sur la non-venue du royaume ici. Je le connais assez bien hélas. Il ira partout où il faudra aller pour atteindre son objectif.
    -Alors êtes vous aussi cupide au point de renier vos valeurs ?
    -Non vous n’y êtes pas, ce n’est pas l’argent qui m’intéresse mais la sécurité du monastère. Si le royaume vous voie ici, il nous accusera de vous avoir caché. Je connais assez bien la cruauté du royaume après avoir entendu les témoignages des voyageurs qui venaient nous rendre visite. Il n’hésitera pas à exécuter certains de nos moines et à brûler le monastère s’il nous prend pour vos complices. C’est moi qui aie fondé ce monastère et qui le dirige. Je n’ai pas vécu jusqu’à l’âge de soixante ans pour voir mon œuvre de vingt ans partir en fumée.
    -Mais vos valeurs…Est-ce ainsi que vous considérez agir pour le bien d’autrui ?
    -Je le sais hélas. Mais la survie de mon monastère est plus importante pour moi. Pouvez vous comprendre cela ?
    -Non je ne comprends pas.
    -Si nous n’avons plus de mon monastère, comment pourrons nous prier pour espérer un monde meilleur ?
    -Vos prières ne valent rien, regardez où cela vous a mené. Le monde est dirigé par un roi tyrannique qui oppresse la population.
    -Vous ne savez pas de quoi vous parlez mon fils. Il ne faut jamais perdre espoir. Dieu ne nous ne pardonnerait jamais si cela arrivait.
    -Alors vous allez nous vendre au royaume ?
    Le prêtre hocha la tête.
    -J’en suis vraiment navré mais je n’ai pas le choix. J’ai envoyé un moine à Nagara avertir le royaume que nous détenons la personne qu’ils recherchent. D’ici demain matin, il reviendra avec les soldats du royaume. Je vous libèrerai à ce moment là. La suite ne m’appartient pas.
    -Vous ne pouvez pas faire ca gémit Kali.
    Mais le père Augustin ne les écoutait plus. Il sortit du couloir.
    *****
    La nuit était tombée mais aucun membre du groupe ne parvint à trouver le sommeil hormis Line qui tombait de fatigue. Pour couronner le tout, Ashe avait laissé son sac dans le réfectoire et il était impossible d’utiliser une éprouvette pour s’attaquer à la porte.
    -J’hallucine grommela Dean. Comment avons-nous pu nous laisser berner ainsi ?
    -Nous ne pouvions pas prévoir intervint Ashe.
    -Il faut dire que ces clercs sont tombés bien bas. Avec ce qu’a fait le père Augustin, je me demande comment ils peuvent parler de religion.
    Alors qu’ils se lamentaient, ils entendirent un bruit qui les fit sursauter. Il ressemblait à un cliquetis, comme si on utilisait un trousseau de clés. Attentifs, ils attendirent la suite des évènements. Soudain la porte s’ouvrit lentement tout en émettant un grincement sonore. Sans comprendre ce qui se passait, ils entrevirent une silhouette qui leur fit :
    -Chut. Suivez moi sans bruit.
    -Mais qui êtes vous ? demanda Dean.
    La silhouette ne ressemblait pas à un moine.
    -Je suis ou plutôt j’étais le gouverneur de Nagara. Je m’appelle Yano et je vous ai suivi pendant que vous quittiez la cité. Je sais que le royaume recherche l’une d’entre vous.
    -Quoi ? le gouverneur ? s’exclama Ashe.
    -Oui, enfin je l’étais. Je me suis déguisé pour passer inaperçu car mon successeur me recherche. Contrairement à vous, je me suis infiltré dans le monastère sans sonner. Ces idiots de moines ne pensent même pas à verrouiller la porte. A présent, nous devons fuir.
    -Ou ca ? demanda Dean.
    -Je n’en ai aucune idée mais il ne faut pas que le royaume vous trouve. Le fait qu’il vous recherche reprit il en désignant Kali est de très mauvais augure.
    -Et comment se fait il que vous possédez le trousseau de clés ?
    -Je me suis faufilé dans la chambre du père Auguste. Il garde les clés sur lui. Croyez moi que ce n’a pas été une mince affaire de les lui dérober.
    Ils progressèrent lentement dans le monastère pour ne pas éveiller les soupçons tout en priant que le personnel dorme sur ses deux oreilles. Ashe récupéra son sac puis Yano déclara :
    -Il nous faut partir à présent.
    -Vous n’airez nulle part ! fit froidement une voix.
    Tous se retournèrent avec stupeur et virent le père Augustin qui les attendait prés de l’entrée en croisant les bras.

    -J’aurais dû me douter que vous aviez prévu l’arrivée d’un nouvel allié en cas de pépin.
    En réalité personne ne s’attendait à voir Yano débarquer. Si l’espoir d’échapper au royaume était revenu il y a une minute, le groupe le perdait à nouveau. Dean chercha l’arme à feu dans son sac. Le seul moyen de sortir de là était de menacer le prêtre.
    -Vous ne sortirez pas d’ici fit il gravement. Je ne peux pas le permettre.
    Il tira sur un cordon qui fit tinter bruyamment une cloche. Peu de temps après, les autres moines débarquèrent avec un gourdin à la main. Tout groupe sentit son moral s’abaisser. Face au prêtre, ils avaient toutes les chances de s’en sortir mais pas face à autant de moines. D’autant plus qu’il était inutile de compter sur Akae puisqu’il transportait Line dans ses bras qui dormait comme un bébé. Le père Augustin savait qu’ils tenteraient de résister. Il ordonna à ses moines :
    -Emparez vous d’eux et renvoyez les dans la cellule. Et ne faîtes pas de mal à la fille, le royaume la veut vivante.
    Dean comprit qu’il n’existait qu’une seule solution de s’en sortir.
    -Cours Kali murmura t’il à la jeune femme, nous allons les retenir le plus longtemps possible.
    Kali qui avait compris le message poussa un sprint vers la porte. Malheureusement, le père Augustin avait prévu cette éventualité. Il retint Kali par le bras au moment où elle s’apprêtait à ouvrir la porte. Puis il l’entoura de ses bras l’empêchant d’effectuer tout mouvement.
    -Si vous résistez une seule fois fit le prêtre, je lui tords le bras. Ce n’est pas parce que le royaume la veut vivante que je vais m’empêcher de lui faire du mal.
    Dean sentit son sang bouillir. Il lui paraissait évident que le prêtre n’était pas un vrai clerc. Toutes les religions prônaient l’amour du prochain. Soit il avait totalement renié ses valeurs, soit…Il frémit d’horreur. Et si ce prêtre était un espion à la solde du royaume ? Et si il avait prétexté la construction du monastère pour pouvoir en faire un poste avancé ? Ses pensées furent interrompues par un moine qui se dirigea en direction du père Augustin. Cependant à la grande surprise du groupe, il envoya un coup de gourdin sur front de son supérieur. Sous l’effet de la surprise, il s’effondra lâchant Kali par la même occasion. Il voulut se relever et corriger le moine mais les autres moines s’interposèrent entre lui et Kali.
    -Que faîtes vous ? leur cria t’il. Vous devez m’obéir. C’est moi votre supérieur.
    -Jamais ! cria un moine.
    -Nous en avons assez vu pour cette nuit ajouta un autre.
    -Nous n’obéirons jamais à quelqu’un qui n’hésite pas à utiliser la menace et à prendre un otage pour aboutir à ses fins.
    -Mais que racontez vous mes frères ? Je ne l’ai fait que pour nous. Le royaume va nous châtier si nous ne ramenons pas la fille.
    -Pas de cette façon. Nous ne pouvons tolérer cette situation. Puisque vous nous avez mis dans cette situation, vous vous débrouillerez pour nous en sortir.
    Puis il s’adressa au groupe :
    -Nous sommes désolés pour ce qu’il s’est produits. Nous nous sommes fourvoyés et nous avons renié nos valeurs religieuses en acceptant cette situation. Nous vous laissons partir. Nous connaissons un village secret dans lequel le royaume n’aura peut être pas accès. Il sortit un rouleau de parchemin et le tendit à Yano.
    -Je connais ce lieu, je l’avais prévu en cas de refuge. Réfugiez vous là bas, le monastère n’est pas un lieu certain depuis que notre supérieur a alerté le royaume.
    -Mais vous, qu’allez vous devenir puisque le royaume vous rendra visite?
    -ce sera à notre supérieur de régler ce problème. S’il révèle la vérité, nous répondrons qu’il ment et que son but n’était que de s’attirer les faveurs du royaume. Et comme vous ne serez pas présent, c’est nous qui aurons raison. A présent, partez.
    Ma bio rp est ici

  15. #15
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 13
    « C'est drôle de veiller, on se sent un peu seul au monde mais en même temps pas si éloigné des autres.

    Althéa »
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ctambules.html


    Lorsque les rayons du soleil annoncèrent midi, seule Line était sur pieds. Ils avaient marché durant toute la nuit de manière à être le plus éloigné possible de royaume. Ils avaient donc planté la tente à l’aurore et tout le monde s’était endormi à ce moment là. En revanche, Line qui avait dormi depuis le début avait été transporté par Akae durant tout le trajet. Ni le froid de la nuit ni les sons nocturnes ne l’avaient perturbé. Comprenant que le groupe n’était pas au mieux, elle joua avec son bâton tout en chassant les insectes à sa portée. Ils se réveillèrent peu après certes l’air fatigué mais satisfaits d’avoir pu trouver le sommeil malgré les circonstances. Dean examina le parchemin et fronça les sourcils. Il était indiqué sur celui-ci que le village se trouvait au milieu de la forêt mais qu’une barrière empêchait les étrangers de pouvoir y accéder. Alors qu’ils pénétrèrent dans la forêt concernée, ils réalisèrent que le soleil l’éclairait mais que la végétation devenait de plus en plus dense. Ils parvinrent au bout d’une heure à rentrer dans le cœur. Cependant, le soleil ne suffisait plus à éclairer le chemin. L’obscurité totale régnait. Le groupe progressa en file indienne tout en se prenant la main pour ne pas se perdre. Line qui avait pris soin de prendre son bâton l’activa et celui-ci émit une faible lueur. Néanmoins, la lueur n’éclairait que très peu étant donné que toute la forêt était plongée dans le noir.
    -Dean, es tu certain que nous ne nous sommes pas trompés de route ? demanda Ashe.
    Dean secoua la tête.
    -L’itinéraire est formel. La barrière doit être l’obscurité. Je me demande pourquoi un village se trouve au milieu de nulle part, totalement écarté du monde.
    -Et si nous restions ici ? proposa Akae. Au moins, le royaume ne nous trouvera pas.
    Tous les regardèrent éberlués.
    -je plaisantais bien sur reprit il d’un ton penaud. Je voulais simplement détendre l’atmosphère.
    -En attendant soupira A she, nous devons trouver un moyen de franchir la barrière. Nous ne pouvons plus nous retrouver et si nous marchons à l’aveuglette, nous serons certains de nous perdre.
    -Tes formules ? Ne peuvent elles pas nous aider ?
    Ashe réfléchit et dit à Line :
    -Line, viens avec ton bâton. Je dois fouiller dans mes livres d’alchimie. Je ne sais pas si je trouverais quelque chose étant donné que je n’ai pas de chaudron mais nous pouvons toujours essayer.

    Alors qu’Ashe cherchait des informations dans ses livres d’alchimie, Line s’approcha lut les titres de chaque chapitre. Ashe lui adressa un sourire.
    -Tu es toujours intéressée par l’alchimie ?
    -Oui, moi aussi je veux être alchimiste, moi aussi je veux lancer des sorts.
    -Des sorts ? demanda Ashe intriguée. Mais il n’y a aucun sort à lancer.
    -Mais si ! J’ai lu dans les livres que des magiciens pouvaient lancer des sorts.
    -Line, tu fais erreur. Un alchimiste ne sait pas lancer de sorts. Personne ne peut maîtriser la magie.
    -Si, je l’ai vu moi-même dans un livre. Il paraît qu’il existe une île où des forces occultes seraient présentes.
    -Allons Line répliqua Akae, ce n’est qu’une légende.
    -Non non non ! rouspéta t’elle. Je sais que c’est vrai. Je l’ai lu moi-même dans un journal que tenait grand-père.
    -Line, inutile de te mettre en colère répondit calmement Dean. Nous te croyons.
    A vrai dire, il n’y croyait pas un mot comme ses trois amis mais Line était jeune, elle avait le droit de rêver. Ashe s’écria soudain :
    -J’ai trouvé. Je peux créer une lueur bien plus grande que celle que nous procure le bâton de Line.
    -Alors mon bâton ne servait à rien ? demanda la jeune fille d’un ton désappointé.
    Ashe lui fit un sourire enjôleur avant de poser une main sur sa tête.
    -Mais si tu nous as aidés. Sans ton bâton, je n’aurais jamais pu lire la formule. Une fois de plus, c’est toi qui nous tire de ce pétrin.
    -Et puis nous n’aurions jamais pu sortir de la forêt ajouta Kali.
    -En attendant reprit Ashe, je possède les matériaux qu’il faut. Maître Verton m’en a fourni quelques uns avant de partir.
    Sous le regard de Line, Ashe manipula quelques matériaux. Soudain une leur bleutée flottante se dessina. Elle était gigantesque. Elle devait mesurer au moins deux mètres de diamètre. Tout le monde poussa un cri d’émerveillement. En plus de son épaisseur, elle éclairait suffisamment les alentours pour que l’on puisse y voir dans un rayon de cinq mètres.
    -Waow, c’est trop coooooooooooool fit Line.
    Soudain la lueur s’éleva au dessus de la tête des aventuriers.
    -Tiens mais que se passe t’il ? demanda Ashe. Ce n’est pas normal.
    La lueur poursuivit son ascension jusqu’à arriver à la mi-hauteur d’un arbre. S’ensuivit alors un flash aveuglant puis un faisceau de lumière.
    -Un absorbeur de lumière! s’écria Ashe.
    Les absorbeurs de lumière étaient des boitiers qui absorbaient toute source lumineuse. Certains d’entre eux faisaient cependant office de guide. En effet, la quantité de lumière qu’ils stockaient pouvait être relâchée pour indiquer un endroit où quelque chose. Un boitier se trouvait présent sur cet arbre et le boitier avait attiré la lueur pour indiquer un passage.
    -Mais pourquoi la lumière du bâton de Line n’a pas été absorbée ? demanda Akae.
    -Elle doit l’avoir été mais comme le bâton permet d’en produire en permanence, nous ne nous en sommes pas aperçus. De plus, il fallait davantage de lumière pour remplir le boitier.
    Le faisceau indiqua un passage qu’il fallait suivre.
    -C’était ingénieux comme idée fit Kali. Nous comprenons comment le village fait pour se ravitailler maintenant.
    -Ce que je ne comprends pas répliqua Ashe, c’est pourquoi a-t-il voulu se couper du monde.
    -Peut être à cause du royaume ? hésita Dean.
    -Hum…je n’en suis pas si certaine répondit Ashe, depuis combien de temps s’est il isolé ? a-t-il conscience de l’extérieur et de la présence du royaume ?
    Akae haussa les épaules.
    -Peu importe, maintenant que le passage s’offre à nous, nous ne devrions pas tarder avant que le boitier n’épuise toute la lumière et que l’on soit obligé de tout recommencer.

    Ils suivirent le passage jusqu’à ce qu’ils virent plusieurs braseros.
    -Tiens qu’est ce que c’est que ca ? demanda Akae.
    -Et alors ? Vous n’avez jamais vu un feu de camp ? demanda une voix toute proche d’eux.
    Ils sursautèrent.
    -Hein ? heu…qui es là ? questionna Dean.
    Une silhouette sortit de l’ombre et déclara.
    -Je suis le chef du village répondit il d’un ton grave. Je ne sais pas ce que vous souhaitez faire ici mais vous avez eu de la chance de nous trouver. D’habitude, les étrangers se perdent dans la forêt.
    -Comment avez-vous su que nous arrivions ?
    Le chef désigna le faisceau lumineux.
    -La lumière nous avertit dès qu’un étranger approche. Je suis venu voir ce qu’il en était.
    Il fixa intensément les aventuriers avant de demander :
    -Mais avant que je vous propose de vous réchauffer auprès de notre feu, puis je connaître la raison de votre venue ?
    Tous se regardèrent les uns les autres avant de poser leurs regards sur Yano. Qui d’autre qu’un gouverneur était le mieux placer pour faire acte de diplomatie ?
    -Hum dit il en se raclant la gorge, hé bien c’est un peu compliqué. Est ce bien le village que l’on surnomme « le village isolé » ?
    Le chef du village acquiesça.
    -Dans ce cas, nous souhaiterions vous demander l’asile et l’occasion de séjourner dans votre village. Nous avons reçu un parchemin. Tenez…
    Le chef du village lut le parchemin puis déclara :
    -J’accepte votre demande mais à une condition.
    -Laquelle ?
    -Que vous acceptiez nos croyances.
    Tout le groupe fut surpris. Ils étaient les étrangers qui demandaient asile. Alors ils n’allaient pas s’imposer auprès des autres villageois.
    -C’est entendu, nous acceptons dit Yano.
    -Dans ce cas, bienvenue au village. Venez, je vais vous présenter aux autres.

    Ils se laissèrent guider par le chef du village. Ils découvrirent que le village ne devait pas compter plus de trente personnes. Cependant l’une d’entre elles reteint davantage leur attention. Il s’agissait d’une femme non-humaine. Sa peau était totalement noire, ses oreilles longues ainsi que des cheveux blancs et raides qui descendaient jusqu’à la taille. Il s’agissait d’une aïen, des créatures qui avaient la faculté d’entendre de loin le moindre bruit. Elle répondait au nom de Samara.
    -Soyez les bienvenue fit elle, voulez vous assister à notre veillée ? Nous allons en faire une auprès du feu de camp.
    Dean haussa les épaules.
    -Pourquoi pas.
    Les autres membres du groupe furent ravis. Mis à part Dean qui souhaitait ne pas se froisser avec les autres villageois dix minutes après leur venue, les autres voyaient cela comme la découverte d’une autre culture.
    -Nous allons comme chaque veillée rendre hommage à Chelindra.
    -Chelindra ?
    -Comment vous ne savez pas qui est Chelindra ? s’écria le chef du village.
    -Qu’est ce que Chelindra a de si spécial ?
    Le chef du village soupira.
    -Les vénatirs ont tout oublié de l’histoire. Chelindra est devenue une épave au fin fond des abîmes, oubliée de tous. Mais puisque vous ne le savez pas, je vais vous raconter toute l’histoire. Avant que les vénatirs ne s’implantent, existaient aussi les ogres, de répugnantes créatures cannibales, géantes et redoutables. Les deux races ne purent cohabiter et ce fut la grande guerre jusqu’à l’extinction de l’une des deux. Les vénatirs étant moins forts, la bataille tournait en faveur des ogres. Le roi commençait à désespérer et cherchait une solution. Elle vint seule à lui. Il s’agissait visiblement d’une guerrière connue sous le nom de Chelindra. Elle prétendait avoir eu une vision de Dieu lui demandant de mener la guerre contre les ogres. Au fond du gouffre, le roi décida qu’il n’y avait plus rien à perdre. Alors autant faire confiance à une parfaite inconnue aussi prétentieuse soit elle. Lorsqu’il lui donna carte blanche, elle exigea une récompense si elle réussissait : une partie du royaume. Le roi, conscient qu’il y perdrait de son influence et de son prestige accepta néanmoins. Un miracle se produisit. Chelindra n’avait pas menti. Non seulement elle parvint à repousser les ogres qui menaçaient de gagner la guerre mais et à reconquérir tous les territoires les uns après les autres. Lorsqu’elle vint réclamer son dû, le roi prétendit ne pas la connaître. Les vénatirs firent de même. Furieuse, elle s’en alla mais jura de se venger. La suite de l’histoire n’est pas très claire et les versions divergent. L’hypothèse la plus plausible est qu’elle aurait imploré l’aide de Dieu pour obtenir justice et se venger des vénatirs. Elle aurait acquis un pouvoir qui provoqua un séisme et engendra de nombreux morts. Elle aurait brandi son pouvoir haut et fort et proclamé son acte. Cependant les vénatirs n’attendirent longtemps. Ils se jetèrent sur Chelindra et la décapitèrent. La dessus, les opinions divergent. La pauvre, et dire qu’elle ne recherchait que la justice.
    Dean et Ashe se regardèrent interloqués. George leur avait en effet raconté la guerre entre les vénatirs et les ogres ainsi que la victoire des premiers mais jamais il n’avait fait mention d’une certaine Chelindra. Peut-être que les vénatirs l’avaient oublié.
    -C’est faux dit Samara. L’esprit de Chelindra repose quelque part.
    -Ne dis pas de bêtise Samara intervint le chef du village. Chelindra est morte. Son esprit aussi.
    -Un jour, elle reviendra et elle reprendra le flambeau de la justice qui lui revient de droit.
    -Cesse de déblatérer des balivernes.
    Puis au groupe :
    -Excusez là, elle radote parfois.
    -Pardonnez moi intervint le gouverneur mais je trouve que la vision que vous avez de Chelindra est discutable.
    -Comment ca ?
    -Je ne crois pas que l’on puisse la traiter en héroïne après avoir assassiné de nombreux vénatirs.
    -Et alors ? fit le chef du village en haussant les épaules. Ils n’avaient qu’à respecter leur promesse.
    -Seul le roi ne l’a pas fait. A mon sens, les autres vénatirs n’avaient pas à payer pour lui.
    Le chef du village soupira.
    -Vous aurez beau pensez tout ce que vous voudrez, cela ne nous empêchera pas de la vénérer.

    Plus tard, lorsque la nuit tomba, on alluma un feu de camp. Tout le village et le groupe de Dean était assis autour du feu. Le village chanta les louanges de Chelindra puis le chef ordonna quelques minutes de méditation. Un débat viendrait après. Le fait de recevoir des étrangers avait ravi le village. Enfin des personnes avec qui échanger. Lorsque tout le monde est d’accord, les débats deviennent vides de sens. Cependant seul Yano débattit en compagnie des villageois. Dean et Ashe furent émerveillés. Certes ils ne partageaient pas la même opinion que les villageois mais le feu de campo était convivial. Il était un prétexte pour resserrer les liens de la communauté. Le temps de la méditation était un moment de solitude tout en restant prés des autres. Akae était allongé contre un arbre, Line s’était endormi et Kali prise à la méditation semblait toujours dans ses pensées.
    -J’aimerais rester ici quelques mois souffla Ashe à Dean.
    Il lui adressa un sourire complice tout en sachant que c’était impossible. Il ne fallait pas abuser de l’hospitalité des villageois.
    -Cet endroit est fantastique n’est ce pas ? glissa une villageoise derrière eux.
    -En effet répondit Dean.
    -Cela fait plaisir de recevoir la visite d’étrangers. Mais dîtes moi, pourquoi cherchez vous asile ici ?
    -Nous sommes recherchés par le royaume répondit Dean. Mais nous n’avons rien fait de mal.
    -Le royaume ?
    -Comment, vous ne connaissez pas le royaume ?
    La villageoise secoua la tête.
    -Nous ne savons rien du monde extérieur. J’ignore si c’est vraiment une bonne idée de rester cloisonnés. Nos ancêtres ont voulu couper tout contact avec le monde extérieur.
    -Pourquoi ?
    -A cause du rejet des vénatirs envers Chelindra. Ils ont renié le reste du monde et ont noyé leur chagrin dans la médiation. Il est vrai que les vénatirs étaient des ingrats. Chelindra avait raison de vouloir les anéantir.
    -Et maintenant, en voulez vous toujours aux vénatirs ?
    La villageoise secoua la tête.
    -Vous n’êtes pas responsable des erreurs de vos ancêtres. La seule chose que nous puissions faire est de la vénérer chaque soir. Mais vous êtes jeunes pour comprendre cela tous les deux.
    Elle émit un bâillement avant de répliquer :
    -La nuit est déjà à un stade avancé. Je vous conseille de dormir maintenant.
    Ma bio rp est ici

  16. #16
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 14
    « Cette fuite en avant est un jeu de cons qui se joue à deux.

    Isaya »
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post292491

    Dean et son groupe s’étaient habitués à leur nouvelle vie. Dean, Ashe et Kali discutaient joyeusement avec les autres habitants. Ashe s’exerçait également à l’alchimie grâce à un chaudron prêté par un des villageois. Line dessinait sur ses feuilles hormis lorsqu’Ashe pratiquait l’alchimie où elle commentait ce qu’elle faisait ou adressait des encouragements. Ashe et Line s’étaient prises mutuellement d’affection comme l’avait remarqué Verton. Ashe lui expliquait patiemment chaque étape. Parfois, elles jouaient ensemble. Dean avait même surpris la fillette endormie dans les bras de son amie lors d’une des veillées. Akae s’était converti en bûcheron et avait crée en un temps record plusieurs cabanes pour le groupe. Enfin Yano s’entretenait régulièrement avec les autres habitants pour discuter de politique ou de morale. Le village appréciait les aventuriers et leur posait des questions sur ce qu’il se passait à l’extérieur. Un jour cependant, la lumière émanant du boitier réapparut. Le chef du village fut rapidement alerté. Le village entendit des bruits de pas s’approchant du village. A ce moment là, tout le monde retint son souffle. Voyant que les inconnus ne déviaient pas leur chemin, le chef s’en alla à leur rencontre. Il revint peu après, porteur de mauvaises nouvelles. Il s’adressa aux aventuriers en leur disant :
    -Je viens de croiser une vingtaine d’hommes. Ils sont armés et vêtus de tuniques noires. Ils prétendent rechercher une jeune femme et souhaiteraient venir dans le village pour vérifier si elle ne s’y trouve pas.
    -C’est le royaume fit Dean, ses soldats sont finalement venus ici.
    -Vous les connaissez alors ? Est-ce porteur d’une bonne nouvelle ou d’une mauvaise ?
    -Une très mauvaise, surtout pour mon groupe. Que leur avez-vous dit ?
    -Je leur ai demandé de patienter le temps de prévenir le village. Ils ont accepté mais ils ont répliqué qu’ils n’attendraient pas longtemps. La bonne nouvelle est qu’ils pensent que nous sommes cernés par la forêt et que nous ne risquons pas de fuir.
    -Mais c’est terrible ! Le royaume ne doit pas nous trouver quoi qu’il en coûte.
    Le chef le regarda interloqué puis reprit :
    -J’ignore le contentieux que vous avez avec eux mais cela m’a l’air assez sérieux. Néanmoins, nous pouvons les tromper.
    -Comment ?
    -Il existe un passage dans la forêt qui permet de s’échapper d’ici. Mais seul un habitué saurait le reconnaître. Le royaume n’y verrait que du feu.
    -S’il vous plait, nous aimerions nous échapper.
    -Vous me semblez bien pressé de partir. Mais soit, nous vous aiderons. Convoquez votre groupe, je vais faire appel à une villageoise pour vous guider.
    -Oh merci.

    Peu après, le royaume était entré dans le village. Le chef s’était éloigné avec Samara ainsi que le groupe, restant hors de portée du royaume.
    -Samara fit le chef, j’aimerais que tu aides le groupe à sortir de la forêt.
    L’aïen acquiesça.
    -Tant que tu y es, aide les dans leur quête. Ils semblent avoir besoin d’aide.
    -Je le ferai.
    Puis il se tourna vers le groupe.
    -Je vous confie Samara. Les aïens sont très pratiques pour le dépistage. Ils peuvent détecter le moindre bruit à moins d’un kilomètre. Elle vous permettra d’éviter le royaume.
    Dean répliqua :
    -Je ne sais comment vous remercier.
    -Ne me remerciez pas fit le chef, nous sommes ravis de pouvoir vous aider. Vous feriez mieux d’y aller maintenant.
    Ils saluèrent une dernière fois le chef du village avant de suivre Samara.
    -Comment ont-ils fait pour nous retrouver ? grommela Dean.
    Ashe afficha une mine inquiète.
    -Peut être que le père Augustin avait raison. Le royaume fera tout pour nous retrouver. Parviendrons nous à nous cacher éternellement ?

    Lorsqu’ils furent sortis de la forêt , ce fut au tour du groupe de guider Samara. Ils se dirigèrent vers les falaises jusqu’à l’aube où ils déplièrent la tente et se reposèrent. Ils avaient tellement marché qu’ils dormirent jusqu’au début de l’après-midi. Lorsqu’ils furent tous réveillés, ils sortirent leurs provisions et mangèrent. Soudain, Samara s’exclama :
    -Quelqu’un vient dans notre direction.
    Tout le monde stoppa aussitôt.
    -S’agit il du royaume ? demanda Ashe.
    Samara haussa les épaules.
    -Je n’en ai aucune idée. Je peux détecter la présence de quelqu’un dans les environs mais je ne peux pas connaître son identité.
    -As-tu une idée de leur nombre ?
    -Selon mes estimations, ils sont au nombre de cinq.
    Dean resta dubitatif.
    -Cinq, pourrait il s’agir du royaume ?
    Kali secoua la tête.
    -Impossible, si c’était le cas, le groupe serait plus large.
    -En effet admit Ashe mais trouver des voyageurs dans cette zone est étrange quand même.
    Dean hocha la tête.
    -Alors mettons nous en route. Même s’il ne s’agit pas du royaume, il ne vaut mieux pas prendre de risque.
    Ils prirent leurs provisions et partirent en direction des falaises.

    Samara détectait la présence des individus derrière eux. Plus ils avançaient, plus l’écart entre les deux groupe se rétrécissait. Exaspéré par la situation, Dean ordonna un changement de direction. En se cachant dans l’une des gorges, leurs poursuivants se laisseraient prendre au piège et continueront leur chemin. Ils s’engagèrent dans l’une d’entre elles et s’arrêtèrent à mi-chemin. Cependant, la chance n’était pas de leur coté. Non seulement les poursuivants n’avaient pas continué leur chemin comme ils l’espéraient mais avaient de plus emprunté la même gorge qu’eux. Dean se demanda s’ils ne disposaient pas d’un devin parmi-eux. Pourtant jamais il n’en avait entendu parler. Akae proposa de partir en éclaireur pour voir où menait la sortie. Le groupe accepta mais continua à avancer dans l’espoir de semer leurs poursuivants. Néanmoins l’écart se réduisit encore plus et ils durent courir. Akae revint peu après et déclara :
    -Je suis désolé mais cette gorge est un cul de sac.
    Ils poussèrent un hoquet de surprise.
    Ils étaient cernés. Ils n’avaient plus qu’à attendre l’autre groupe. Il arriva peu après en courant. Dean comprit à présent pourquoi l’écart était constamment réduit. Leurs poursuivants avaient couru pour les rattraper. Ce qu’il ne comprenait pas, c’était comment ils avaient deviné qu’ils s’étaient enfoncés dans cette gorge. Comme dans un cauchemar, il vit quatre hommes armés chacun d’un fusil portant des tuniques noires ainsi qu’une femme. Il s’agissait bien du royaume.
    -Et voilà, je vous avais bien dit que l’on arriverait à les cerner lança la femme avec un rictus.
    Dean serra le poing, furieux d’avoir été berné.
    -Et voilà que notre cible est en bonne compagnie railla un des gardes.
    Il était inutile de jouer les innocents, le royaume savait très bien que Kali était avec eux.
    -Comment avez-vous fait pour nous trouver ? demanda t’il.
    -Allons fit la femme, je suis liée à Kali. Je la connais par cœur. En me focalisant sur son esprit, nous avons pu vous suivre à la trace. Alors comprenez que c’était inutile de chercher à nous semer, nous vous aurions retrouvés.
    Personne ne comprenait ce qu’elle racontait.
    -Pour en revenir aux présentations, je m’appelle Hélène. Je suis la sœur du roi.
    Ils crièrent de surprise. La monarque était en face d’eux.
    -Et je viens pour prendre Kali.
    Elle éclata d’un rire qui agaça encore plus Dean.
    -Nous ne vous la laisserons jamais ! cria t’il.
    -Allons, crois tu que tu es en position de négocier jeune homme ? Nous pourrions tous vous tuer si nous le souhaitons. Alors montrez vous raisonnables et nous épargnerons vos misérables vies cracha t’elle.
    Elle avait répondu avec mépris. Elle n’aimait pas qu’on lui tienne tête. Dean chercha instinctivement l’arme à feu dans son sac puis le sortit et visa Hélène.
    -Si vous approchez d’un seul pas, je tire.
    A ce moment là, tous les gardes enclenchèrent leur chargeur.
    -Non ! leur cria Hélène, ne tirez pas !
    Puis à Dean :
    -Range ton arme jeune homme, mes gardes pourraient t’abattre au moindre coup de feu. Et cela ne nous empêchera pas de prendre Kali.
    Aussitôt après, Kali prit l’arme de Dean et posa le canon sur sa propre tempe.
    -Si vous ne partez pas de suite, je me tire une balle dans la tête et vous ne m’aurez pas.
    Cette fois-ci, Hélène sembla hésiter. Néanmoins, elle se reprit rapidement.
    -Kali, je te connais, tu n’en feras rien. Tes amis ne te laisseront pas faire. Et puis je suis certaine qu’au fond de toi, tu veux connaître la fin de l’histoire n’est-ce pas ?
    Kali baissa aussitôt son arme. Elle n’en avait pas le courage. Hélène avait raison, elle la connaissait parfaitement. Pourtant elle ne souvint pas d’elle. Quel lien avait elle avec le royaume ?
    -A présent ca suffit ! aboya Hélène. Ma patience a des limites. Kali à toi de choisir. Sois tu viens à nous, soit nous tuons tous tes amis. Que veux tu vraiment ?
    Comprenant qu’elle n’avait pas le choix, elle s’avança d’un pas lent vers le royaume.
    -Non ! fit Dean.
    Alors qu’il désespéra de voir Kali rejoindre leurs ennemis, il se remémora les dragons. Mais oui, l’appeau que lui avait donné les parents de Cata. Il savait qu’il devait souffler dedans s’ils avaient besoin d’aide. C’était le moment ou jamais. Il laissa tomber le revolver à terre et chercha l’appeau dans son sac. Il souffla dedans et le vent souffla. La bise devint le mistral et tout le monde fut projeté vers l’arrière à cause de l’impact du vent. Les gardes qui avaient laissé tomber leurs armes tentèrent de les ramasser. Hélène était tombée elle aussi. Kali avait roulé et s’était retrouvée à coté d’Hélène. Cette dernière la plaqua au sol et dit :
    -Nous l’avons, partons maintenant.
    Aussitôt après, le vent s’arrêta. Cependant une voix retentit.
    -Vous n’irez nulle part fit elle.
    Tout le monde se tourna vers elle. Ils virent alors la famille des dragons qui descendaient lentement vers eux. Dean en soufflant dans l’appeau avait convoqué les dragons.
    -Lâche cette femme ! cria le père dragon à Hélène.
    Cata effectua un piqué vers le groupe et déclara :
    -Bonjour les amis. Nous arrivons à temps.
    -Oui fit la mère, nous nous sommes dépêchés pour venir ici.
    Le royaume fut tellement surpris qu’ils lâchèrent leurs armes et crièrent d’effroi. Seule Hélène était restée en place mais avait blêmi.
    -D’où sortent ces monstres préhistoriques ? questionna t’elle.
    -Je t’ai dit de lâcher ton otage femme redit le dragon. Si tu refuses, je te transforme à l’état de merguez avec mon feu.
    Hélène fut tellement stupéfaite qu’elle relâcha Kali.
    -Co…comment osez vous ? demanda t’elle. Jamais on ne m’avait parlé de la sorte. Comment osez vous monstre ?
    -Tais toi ! cria t’il. On voit qu’on ne t’a jamais remise à ta place femme. Souhaites tu nous mettre en colère ?
    -Gardes cria Hélène, cette créature m’a insulté. Tirez !
    Mais aucun n’avait réagi. Ils s’étaient tous jeté à terre en criant grâce.
    -Tes armes sont sans effet sur nous. Tente une seule fois quelque chose contre nous, et toi et tes hommes finirez grillés. C’est compris ?
    Pendant un long moment, Hélène et le dragon se toisèrent avec mépris. Puis le père de Cata finit par reprendre en s’adressant à Dean et ses amis.
    -Vous allez voyager sur notre dos. Nous allons vous mettre à une distance éloignée de cette femme et vous poser.
    Hélène cria en entendant ces propos. Soudain une autre voix retentit.
    -Non attendez !
    Peu après, une cinquantaine de soldats du royaume arrivèrent. A leur tête, un homme portant une couronne, une cape rouge et des vêtements richement ornés se détacha. Le roi Archibald se présentait à découvert. Tout le monde fut surpris. Même les dragons hésitèrent sur la conduite à adopter.
    -Ca suffit Hélène dit il, ne crois tu pas que tu as assez fait de bêtises pour aujourd’hui ?
    Hélène cria en voyant son frère. Elle blêmit davantage en bégayant.
    -Ar…archi…chibald ?
    -Tu as agi dans l’ombre à mon insu Hélène. Par tes propos, tu viens d’affirmer que tu souhaitais t’emparer de Kali pour ton propre compte alors que je la cherchais depuis longtemps. Tu as toi-même prouvé ta déchéance. Tu es donc en état d’arrestation pour désobéissance. Gardes !
    Aussitôt après, les gardes se jetèrent sur Hélène. Elle tenta de se débattre mais elle fut rapidement maîtrisé. Même sa garde rapprochée ne l’avait pas protégée. Le souverain principal était le roi. Celui-ci se dirigea vers le groupe. Lorsqu’il fut devant Kali, il fit une révérence en disant :
    -Bonjour Kali, c’est un honneur de pouvoir enfin vous rencontrer. Je vous souhaite la bienvenue parmi les vénatirs.
    A nouveau, tout le monde cria de surprise.

    Plus tard, tout le groupe était convié à une invitation par le roi. Entre temps, Hélène avait été jetée en prison pour trahison envers le royaume. Les dragons voyant que le danger était hors de portée du groupe étaient partis. Quand à Kali, le roi lui avait promis de tout lui expliquer sur son identité. Il lui avait laissé la possibilité de se faire assister par le restant du groupe de manière à ce qu’elle se sente en sécurité. Lorsqu’ils pénétrèrent dans le palais, un garde les conduisit à la salle de réception où se trouvaient déjà une cinquantaine d’invités. Le roi avait décidé d’organiser une fête en y invitant des nobles et certains gouverneurs. Le groupe était aussi du nombre. Pour le moment, Kali, Dean, Ashe et Akae furent surpris du décalage entre les actes du royaume et l’attitude du roi. Ils l’avaient pris pour un souverain tyrannique mais jusqu’à maintenant, il s’était montré poli, courtois et compréhensif. Bien que des avis de recherche aient été posté, il ne semblait nullement pressé de la voir en face d’elle. Il leur avait demandé de venir quand ils seraient prêts. Seul Yano se méfiait. Il connaissait le roi depuis longtemps et trouvait ce changement d’attitude plutôt suspect. Quand à Samara et Line, elles ne le connaissaient pas et n’en avait jamais entendu parler. Lorsqu’ils pénétrèrent dans la salle, le roi les accueillit chaleureusement et leur fit signe de le suivre dans la salle adjacente.

    Le groupe attendit patiemment les explications du roi.
    -Je ne sais pas par où commencer dit il. Je pense que le mieux serait de commencer par le commencement. Savez vous avant tout qui est Chelindra ?
    Tout le monde hocha la tête.
    -Et savez vous ce qu’elle est devenue ?
    -On raconte que les vénatirs l’auraient décapité affirma Yano.
    -C’est ce que l’on dit en effet reprit le roi mais cette version est erronée.
    -Laquelle est juste alors ? Et quel est le rapport avec Kali ?
    -J’y viens. Je dois en revanche vous parler de Chelindra avant tout. Sachez qu’elle n’a pas été décapitée même si je reconnais qu’il aurait été plus simple d’en arriver là. Elle a en réalité été jugée par les vénatirs. La sanction de mort n’a pas été prononcée. Ce n’était pas un châtiment suffisant. On a décidé de l’enfermer loin du monde de manière à ce qu’elle connaisse la souffrance et qu’elle réfléchisse à ses erreurs. Nous avons donc décidé de l’enfermer dans un bloc de glace. Mais comme vous devez le savoir, elle était très puissante et peut être qu’elle aurait fini par réussir. Il fallait donc quelqu’un qui puisse la contrôler. Les scientifiques ont cherché une personne apte à ceci et c’est vous qui avez été choisi Kali. Vous avez été enfermé avec elle pour la contrôler.
    -Hein ?
    Tout le groupe cria de surprise.
    -Je ne comprends pas fit elle, voulez vous dire que j’étais vivante lors de la fin de la guerre du temps des ogres ?
    Le roi hocha la tête.
    -Nos scientifiques vous ont maintenu en vie grâce à leur science. Et vous n’avez pas vieilli durant votre emprisonnement. A l’époque, notre science était fabuleuse. Quel dommage que nous ayons tout perdu.
    -Mais…mais je ne me souviens pas de cet évènement.
    -Je crains que vous ayez perdu vos souvenirs durant tout ce temps passé à l’intérieur d’un bloc de glace. Mais c’est vous qui avez été désigné.
    -Mais comment savez vous tout ca ? demanda Yano. Il faut bien avouer que c’est difficile à croire.
    -J’ai eu cette même impression au départ mais je l’ai lu dans les archives. Les rois conservent toujours leur journal de bord pour les futures générations. Vous pouvez y jeter un œil si vous le souhaitez.
    Le roi les amena dans la salle des archives et sortit la documentation concernée.
    -Vous pouvez lire à souhait, je vous en donne l’autorisation. Revenez me voir dans la salle du trône lorsque vous aurez terminé.

    Trois heures plus tard, ils revinrent voir le roi. Tout ce qu’ils avaient vu ne faisaient que confirmer ses propos. Kali fut bouleversée d’apprendre son identité.
    -Bon retour dit le roi, je sais que cette expérience doit être un choc Kali. Auriez vous des questions à me soumettre ?
    -Oui demanda Kali, comment se fait il que je ne sois plus dans un bloc de glace ? Et Chelindra, qu’est elle devenue ?
    -Chelindra est morte. Les scientifiques n’ont pas cherché à la maintenir en vie. Comme l’espérance de vie d’un vénatir est d’environ 80 ans, elle n’a pas survécu. Quand à vous si vous avez été libéré, c’est parce que j’avais envoyé il y a quelques semaines une expédition sur l’île où vous étiez prisonnière. Mes hommes disposaient d’un chalumeau pour faire fondre la glace.
    Yano prêta une oreille attentive. Il savait enfin ce que faisait le royaume sur l’île. Le morceau du puzzle qui lui manquait, c’était pourquoi faire ?
    -Malheureusement reprit le roi, certaines circonstances ont fait que vous avez atterri ailleurs que parmi mes hommes. Ils avaient pour ordre de vous libérer et de vous ramener au royaume. Cependant, certaines personnes sont hostiles au royaume et l’une d’entre elles est parvenue à faire échouer notre plan. L’île a donc explosé et le bloc de glace a flotté dans l’océan. Le soleil a du faire fondre les dernières épaisseurs de glace. Où étiez vous Kali lorsque l’on vous a retrouvé ?
    -Elle gisait inconsciente sur une plage déclara Dean.
    Le roi réfléchit puis finit par dire :
    -Alors c’est une véritable chance. Vous avez été transporté le long d’une plage. Vous auriez pu vous noyer.
    -Il y a quelque chose que je ne comprends pas fit Ashe. Il est indiqué dans les documents des archives que Kali dispose d’une certaines « puissance » ? Qu’est ce que cela signifie ?
    -J’attendais cette question répondit le roi. Sachez Kali que si les scientifiques vous ont choisi, ce n’est pas par hasard. Ils pensaient que vous auriez la puissance nécessaire pour contrôler Chelindra mais que vous auriez aussi une affinité avec la nature et l’environnement.
    Kali sursauta. A plusieurs moments, elle avait ressenti un danger prés d’elle. Elle était réticente à rentrer dans le temple et à aller à Nagara puis Arkala. Et elle avait eu raison. Le roi devait donc dire vrai.
    -Les scientifiques ont effectué un rituel pour vous enfermer avec Chelindra fit il. Mais sachez que votre puissance peut être utilisée à bon escient. Il existe une île sacrée sur laquelle personne n’ose mettre les pieds. Et en conférant une puissance à un autre endroit de cette île, vous pourriez changer le destin de ce monde Kali.
    -Quoi ?
    -Vous pourriez apporter la prospérité Kali. Et le monde a besoin de vous. C’est la raison pour laquelle je vous ai libéré.

    *****

    -Une minute intervint Akae, vous prétendez que vous avez besoin de prospérité mais comment pouvez vous invoquer cette notion alors que votre royaume commet des actes ignobles ?
    -Akae avertit Kali.
    Le roi resta impassible malgré la réplique d’Akae.
    -Il est vrai que j’ai été sévère avec le peuple et je m’en confesse. Mais je n’ai pas agi par cruauté ou désir de pouvoir. J’ai attendu ce moment de manière à ce que le monde soit imprégné de prospérité. Il était indispensable que je reste sur le trône jusqu’à ce que personne n’aie plus besoin de moi. J’ignore de quoi vous parlez mais je suis prêt à entendre tous les témoignages qui porteraient préjudice au royaume.
    Tout le groupe y compris Yano raconta les actes du royaume qu’ils avaient vu.
    Le roi s’effondra sur son siège.
    -Je regrette pour tout ce qui s’est produit. J’ai délégué les tâches à des subordonnés et comme le royaume faisait office d’autorité, certains se sont crus tout permis. Il faudra que je convoque tout le monde pour expliquer le pouvoir dont ils disposent. Il faut limiter les excès. Je regrette pour ce qui est arrivé au village d’Arkala. Je n’ai pas pris au sérieux la malédiction dont ils étaient atteints. J’avais demandé à mes hommes de calmer les poches rebelles mais j’ignorais qu’ils pratiquaient des expériences aussi ignobles. Ils seront sévèrement punis.
    Yano parut peu convaincu face aux explications du roi.
    -Alors comment pouvez vous expliquer la présence de rebelles ? Pourquoi avoir envoyé des émissaires pour contrôler ma loyauté ? Pourquoi punir de mort si on n’obéissait pas au royaume ?
    -Gouverneur Yano soupira t’il, comme je vous l’ai dit, j’ai cherché à rester sur le trône en attendant la venue de Kali. Et comme certains membres du royaume se sont permis certains excès, je comprends la présence de rebelles. Mais j’espère que ces poches finiront par comprendre mon obstination si le monde prospérait. Ensuite il est vrai que j’avais envoyé deux émissaires pour contrôler votre loyauté mais sachez que dans un moment comme celui-ci, j’ai besoin du soutien de mes gouverneurs. Enfin la peine de mort pour une désobéissance est une vieille loi qui s’appliquait auparavant. Mais je ne suis pas un être sanguinaire. Je ne vais pas jusqu’à punir de mort. Il faudra que je mentionne ce changement dans la loi.
    Il poussa un nouveau soupir avant de rependre.
    -J’espère que vous comprenez maintenant mon point de vue, tout ce que je veux, c’est la prospérité et que tout le monde soit heureux. Pour cela, j’ai besoin de vous Kali et de votre puissance pour accomplir le rituel. C’est pour cela que j’ai besoin de savoir si vous acceptez.
    Kali hésita.
    -hé bien…C’est que…
    -Vous n’êtes pas obligée de répondre positivement maintenant. Vous devez être prête avant d’accepter.
    -Et si je refuse ?
    Le roi haussa les épaules.
    -Je n’ai pas le droit de vous l’interdire. Vous avez passé plusieurs siècles dans un bloc de glace et en supportant la présence de Chelindra. Pour moi, vous avez assez donné.
    Il convoqua un garde et dit :
    -Je vais vous laisser vous reposer, je pense que vous devez être épuisés après toutes ces épreuves. Suivez le garde, il vous montrera vos chambres. Quand à vous Kali, vous pourrez me donner votre réponse demain. Passez une bonne nuit.
    Ma bio rp est ici

  17. #17
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 15

    "Les pièges déclenchés peuvent avoir des conséquences aussi variées que des dégâts reçus, un affaiblissement ou une mort instantanée.

    Mornagest"
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ent/pieges-98/

    Dean et Ashe tinrent compagnie à leur amie dés le début de la soirée.
    -Alors cela a-t-il suffi à te rassurer ? demanda Dean.
    Kali hocha la tête.
    -Nous nous sommes trompés. Le royaume nous cherchait effectivement mais c’était dans une bonne intention.
    -Nous croyions pourtant que leur but était tout autre fit Ashe. As-tu pris une décision ?
    Kali secoua la tête.
    -Mais je ne me sens pas prête à répondre.
    -Ne t’en fais pas la rassura Dean. Le roi te laisse le temps de choisir. Sache que quoi que tu décides, nous resterons à tes cotés. Je pense que Line, Samara, Akae et Yano feront de même. Certes chacun y trouve des intérêts différents mais le résultat est le même.
    -Merci Dean.
    Puis ils changèrent de discussion parlant de tout et de rien voire blaguant. Lorsqu’il fut assez tard, Dean et Ashe se retirèrent dans leur chambre. Kali resta un moment seule puis fixa son reflet dans un miroir.
    -Ils sont tous bien gentil de me soutenir pensa t’elle. Mais maintenant que je connais mon identité et mon passé, continueront ils à agir ainsi ? Nous n’avons plus rien à faire ensemble.
    Puis elle souleva les draps de son lit :
    -Pourquoi Streen m’a-t-il averti pour le royaume ? Suis-je réellement en danger ? Cherche t’il à m’utiliser à d’autres fins ? Ou bien s’agissait il d’un charlatan qui se prenait pour le maître de l’univers ?
    Elle regretta de ne pas lui avoir posé davantage de questions. Elle en aurait eu la certitude. Cependant ses doutes se dissipèrent alors qu’elle repliait les draps pour les ramener à elle.
    -J’ai tort reprit elle, je n’ai aucune raison de m’inquiéter. Le roi n’a aucune raison de mentir. Il aurait en effet tout à gagner en rendant le monde prospère. Le peuple ne se plaindrait plus et sa popularité augmenterait.
    Le sommeil finit par s’emparer d’elle et elle s’enfonça dans le royaume des songes.

    Le roi convoqua à nouveau le groupe le lendemain matin après leur avoir servi un copieux déjeuner dans leur chambre. Le roi assis sur son trône attendait la décision de Kali.
    -Je suis prête déclarant elle finalement. Je serais ravie de rendre le monde prospère.
    Tous le monde fut ahuri de la décision de kali.
    -Es tu certaine ? hésita Ashe.
    Kali hocha la tête.
    -J’ai bien réfléchi et je me sens prête répéta t’elle.
    Satisfait, le roi se leva de son trône et s’approcha de Kali.
    -Je suis heureux de votre décision fit il. C’est très courageux de votre part. Malheureusement, le rituel ne peut pas démarrer maintenant.
    -Et pourquoi donc ? interrogea Yano.
    Le roi poussa un soupir.
    -Il me manque un objet déterminant pour le réaliser. Il s’agit d’un artefact puissant. Et il nous est impossible d’aller le chercher.
    -Pourquoi ?
    -J’ai envoyé certains de mes soldats dans le tombeau concerné mais ils ne sont toujours pas revenus. Je ne comprends pas pourquoi.
    -Ne pouvons nous pas retarder le rituel ? demanda Akae.
    -Bien entendu que nous le pouvons. Ce qui m’inquiète, c’est l’absence de retour des hommes envoyés en mission. J’aurais une faveur à vous demander. Pourriez vous vous rendre au tombeau et découvrir ce qui s’est produit ?
    Le groupe se concerta puis approuva.
    -Très bien, puisque vous acceptez, je vais vous fournir une carte et vous indiquer l’emplacement de l’artefact.
    Il revint plus tard avec un rouleau de parchemin puis prit un crayon rouge pour indiquer la position de l’objet.
    -L’artefact est dans un coffre. Il se trouve tout en bas du tombeau. Essayez de comprendre ce qui est arrivé à mes hommes. Et si vous ne les croisez pas, cela signifie qu’ils n’ont pas pris l’artefact.
    -Dans ce cas nous sommes prêts à partir déclara Yano. Néanmoins comme nous devons traverser la mer, je préfèrerais convoquer un de mes bateaux pour partir.
    Le roi eut un instant d’hésitation mais finit par approuver.
    -Très bien, comme vous voudrez. Je crois que le capitaine Jim, un de vos fidèles subordonnés se trouve au port.
    Yano sourit. Le capitaine Jim était un homme de confiance. Il doutait que ce dernier se soit rallié à Samir. L’espace d’un instant, il faillit parler de la prise de pouvoir de Samir mais se ravisa. Il y a avait plus urgent. Ce problème serait réglé en temps voulu.
    -Avant que vous ne partiez, je dois vous informer que Kali doit rester ici.
    Tout le monde se tourna vers lui l’air interrogateur.
    -Elle doit se préparer pour le rituel.
    -Nous comprenons fit Dean. Ca ira Kali, nous reviendrons bientôt.
    -Le tombeau est à moins d’une journée fit Yano. Nous ne devrions pas en avoir pour longtemps.
    -Dans ce cas, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne route. Que la chance vous guide dans votre mission.

    Le capitaine Jim était un homme jovial d’une quarantaine d’années. Ses cheveux et sa barbe étaient roux. Selon Yano, il était digne de confiance. C’était aussi un homme d’expérience. Il avait navigué sur la mer pendant vingt ans. Il étudiait toujours le terrain avant de s’y engager. Il connaissait à l’avance les ordres qu’il allait donner à ses matelots. Le groupe le surprit entrain de s’appuyer contre le rebord du navire tout en fumant une pipe et l’air pensif. Le reste de l’équipage flemmardait. Yano comprenait l’inactivité des marins. Il n’avait pas fait appel à leurs services depuis au moins un an. Et Samir ne connaissait pas l’emplacement de toutes ses troupes. Sinon il leur aurait demandé de revenir à Nagara.
    -Je vous salue gouverneur fit Jim, un messager du royaume m’a averti que vous aviez besoin de mes services.
    -En effet répondit Yano, nous devons aller au tombeau de Salantis, pouvez vous nous y emmener ?
    -Sans aucun doute. Montez à bord, nous allons vous y conduire.
    Le capitaine cria des ordres puis les marins levèrent les voiles. Tandis qu’Ashe, Dean, Samara et Akae fixaient la mer, Line effectuait des bonds en criant des « youpi ». L’équipage fut amusée de voir cette jeune fille profiter de ce divertissement qui lui était offert. Quand à Yano, il conversait avec le gouverneur.
    -J’ai eu vent des rumeurs qui circulaient à Nagara. J’ai eu du mal à croire que vous n’étiez plus gouverneur.
    -Et cela ne vous fait rien ?
    Le capitaine haussa les épaules.
    -Mes marins et moi y avons très peu prêté attention. Notre place est à Albion depuis au moins cinq ans. Certains d’entre eux ont même fondé une famille dans la capitale ou y ont fait aménager la leur. Nous sommes donc peu concernés par ce qui s’y passe. A notre sens, vous êtes toujours notre maître.
    Yano songea à Samir à ce moment là. Il ressentit un pincement au cœur en pensant à la population de Nagara. Elle allait probablement souffrir durant le règne de Samir. Mais Yano ne comptait pas en rester là. Une fois que le rituel sera achevé, il accomplira sa vengeance. « Il m’a dérobé mon poste. Il n’obtiendra rien d’autre de moi si ce n’est une mort rapide » pensa t’il. « Ce n’est pas parce que j’ai quarante huit ans que je suis incapable de manier une épée. Je lui planterai dans le cœur, je me le jure ».

    Ils parvinrent au tombeau sous les coups de midi. Ils franchirent la porte de l’immense structure. L’écriteau « danger, risque de chute » leur fit froncer les sourcils. Ils s’enfoncèrent dans un couloir sombre jusqu’au bout. La fin de du couloir donnait sur une ouverture. Ils crurent au départ qu’ils se trouvaient sur le rebord d’un puits sans fond. Ils ne voyaient pas le sol au dessous. Le coffre devait se trouver à plusieurs dizaines de mètre de profondeur.
    -Allons y fit Yano. Je crois que nous n’avons pas le choix.
    Ils commencèrent à descendre le puits grâce aux prises adossées sur les parois. Plus bas, ils virent un pont brisé en deux parties ainsi qu’une poutre situé à deux mètre au dessus de la partie au dessous d’eux. Soudain, Akae glissa et lâcha prise.
    -Akae ! hurla Dean.
    Par chance, Akae s’était ressaisi. Il eut le temps de s’agripper à la poutre et de se laisser tomber sur le pont.
    -Ouf fit Ashe, j’ai cru que tu allais y passer.
    -En effet répondit il, le roi aurait pu nous prévenir. Il ne nous a même pas donné de corde pour escalader les parois.
    Ils parvinrent quelques mètres plus bas sur le pont.
    -Comment allons nous franchir ce pont ? demanda Dean.
    Ils examinèrent les alentours et remarquèrent une petite ouverture dans la paroi.
    -Line demanda Dean peux tu te faufiler dans l’ouverture pour voir ce qui s’y trouve ?
    Line acquiesça avec un sourire ravi. Il était rare que l’on fasse appel à elle. En réalité, ils n’avaient pas le choix. Elle était la seule personne du groupe à pouvoir d’y engouffrer. Lorsqu’elle fut au bout, elle déclara :
    -Il y a un levier.
    -Actionne le ! ordonna Dean.
    Aussitôt après, le pont bougea et les deux parties furent raccordées.
    -Nous avons réussi ! cria Dean.
    A peine eut il fini sa phrase qu’ils entendirent un « tchac ». Puis une flèche fusa droit sur lui. Il cria avant de se jeter à terre. Cependant ce n’était pas tout, d’autres flèches sortirent du mur et bombardèrent le pont.
    -A terre ! cria Ashe.
    Par chance, les flèches passèrent au dessus d’eux. Ils durent néanmoins ramper car l’assaut continuait. De l’autre coté du pont, ils empruntèrent des escaliers afin de descendre. La fin de la descente aboutit sur un autre pont plus bas que le premier. Mais ils n’eurent pas le temps de le franchir qu’une araignée géante apparut. Le groupe cria d’effroi. Elle devait mesurer environ trois mètres de hauteur. Elle se dirigea vers le groupe. Dean sortit le revolver et tira plusieurs coups de feu. Certains coups firent mouche mais l’araignée ne s’effondra pas pour autant. Ashe sortit une éprouvette de son sac et la lança de toutes ses forces en direction de l’araignée. Lorsqu’elle retomba elle provoqua une explosion. Cette fois l’araignée s’affaissa. Plusieurs de ses membres avaient éclaté.
    -Félicitations dit Yano. Heureusement que vous étiez là.
    -C’est trop coooooooool fit Line éberluée par ce que venait de produire l’éprouvette.
    Ils empruntèrent plus bas un autre pont. Il donnait à nouveau sur d’autres escaliers. Cette fois, ils les menèrent tout en bas du tombeau. Pourtant ils n’y avait rien. Le coffre n’était pas présent. Quelqu’un l’avait peut être emporté.

    -Ce n’est pas croyable dit Akae. Il n’y a pas de coffre.
    -Peut être que les soldats du royaume l’ont déjà pris.
    -Impossible répondit Ashe. Ils n’auraient pas franchi le premier pont ni passé l’araignée.
    Ils sondèrent les parois du mur mais aucune ne dévoila un passage secret. Le découragement s’empara d’eux.
    -Le roi se serait donc trompé ? demanda l’aien.
    Ils réfléchirent à la situation avant que Yano ne réponde :
    -A moins que nous n’étions pas sensés arriver jusqu’au bout.
    Ils se retournèrent vers lui.
    -Vous ne comprenez pas ? Nous avons été sots. Nous nous sommes fait berner.
    -Que veux tu dire ? demanda Dean.
    -Le roi nous a menti. Il n’y a jamais eu de coffre ni d’objet ici. C’est maintenant que je m’en rends compte. Il comptait nous prendre Kali par la force mais il ne pouvait pas à cause des dragons. Il a donc fait semblant d’être de notre coté. Et il nous a éloigné en nous envoyant ici. Il comptait se débarrasser de nous grâce aux pièges dans ce tombeau.
    Il poussa un soupir avant de reprendre :
    -Et nous avons laissé Kali seule avec lui.
    Tout le groupe poussa un cri d’horreur.
    -Au bateau vite ! cria Dean.

    Kali devait porter des vêtements spécifiques pour le rituel. Le roi lui avait dit que c’était très important. Alors qu’elle se regarda dans une glace, elle poussa un cri de terreur lorsqu’une main se posa sur son épaule et que le visage de l’inconnue derrière elle dévoila celui d’Hélène.
    -Quoi ? s’exclama t’elle. Mais que faîtes vous ici ?
    -Moi ? répondit t’elle calmement, je suis en fonction tout simplement.
    -Mais le roi…la prison.
    Hélène éclata de rire :
    -Tu croyais que mon frère m’a vraiment fait jeter en prison ? Que tu es sotte. N’est ce pas Archibald ?
    Le roi s’avança et ricana à son tour.
    -Tu vas venir avec nous, nous allons commencer le rituel. Et enfin, j’aurai les pleins pouvoirs. Je serai capable d’écraser n’importe quelle vermine qui osera s’opposer à moi. J’attends ce moment depuis si longtemps.
    -Quoi ? mais…mes amis.
    -Ha non ca suffit ! cria t’il. Suis nous et ne fais pas d’histoire. Sinon mes gardes t’y feront traîner de force.
    Ma bio rp est ici

  18. #18
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 16
    « Pensez vous que nous courrons tous à notre perte ? A quel terme ? A quelle vitesse ? pensez vous que nous pourrons l’éviter ? ou que nous sommes condamnés à un scénario catastrophe ?

    Smidge »
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...lhumanite.html


    Lorsque Dean et ses amis arrivèrent à Albion, il était déjà trop tard. Certains soldats du royaume les avait informé que le roi était part avec sa sœur et Kali sur l’île sacrée. Le groupe fut abattu. Certes ils éprouvaient à l’origine une méfiance envers le royaume mais ils avaient été trahis. Mais le pire pour eux était le devenir de Kali. Que comptait faire le roi d’elle? Ils se réunirent dans la salle du trône et réfléchirent à la situation.
    -On ne peut pas laisser notre amie entre les mains du roi fit Dean.
    Tout le groupe approuva.
    -En effet répondit Yano. Nous devons la récupérer. Il n’est peut être pas trop tard.
    -Le problème c’est comment répliqua Akae.
    Yano réfléchit et répondit :
    -Je ne vois qu’une seule solution. Partir sur l’île sacrée et affronter le roi et Hélène.
    -Quoi ? mais c’est du suicide s’écria Ashe.
    -Vous voulez la récupérer ou non ?
    Tout le monde hésita mais finit par hocher la tête
    -Alors nous n’avons pas le choix. Prenons le bateau et rendons nous sur l’île.
    -Et si nous rencontrons de la résistance ? s’inquiéta Samara.
    -Alors nous nous défendrons. Il est temps que le royaume paie pour ses crimes.
    -Hourra ! crièrent les autres membres du groupe.

    Le capitaine Jim ordonna à ses hommes de se dépêcher puis leva l’ancre. Il prit la barre et fusa vers l’île sacrée.
    -Vous verrez gouverneur dit il, nous serons sur l’île en quelques minutes seulement. Ce bateau est très rapide.
    Yano fixa l’océan avec inquiétude. A ses cotés, les autres membres du groupe s’impatientèrent. Cependant, sa promesse fut respectée. Ils arrivèrent prés de l’île sacrée peu aprés.
    -Tiens qu’est ce que c’est ? demanda le capitaine Jim.
    En face d’eux, un impressionnant navire leur faisait face.
    -C’est un navire de combat appartenant au royaume. Le roi et Hélène ont probablement accosté.
    -Ho ho, et que fait-on ?
    Yano contempla le navire adverse avant de répliquer.
    -Le combat est inévitable. Nous allons devoir nous défendre.
    -Est-ce vraiment raisonnable gouverneur ? demanda Ashe. Ce bateau a l’air imposant. Je doute que nous fassions le poids.
    -Malheureusement nous n’avons pas le choix. Ce sera eux ou nous.
    -Préparez les armes ! hurla le capitaine. Nous allons combattre.
    -Hourra ! lança Line. Je veux voire un vrai combat de navires.
    Personne ne partagea son enthousiasme. Dean sourit néanmoins. Les enfants ne craignaient pas la mort. Se doutait elle que leur vie risquait de s’achever d’un instant à l’autre ?
    -Quels sont vos ordres gouverneur ?
    -On continue tout droit. Ils nous ont peut être déjà repéré. Nous sommes trop loin pour faire feu.
    Le capitaine s’exécuta. Alors qu’ils s’approchèrent du navire, Yano cria soudain :
    -Stop ! barre à babord.
    Le capitaine tourna le gouvernail et vira de bord. Le bateau changea aussitôt de direction. Aussitôt, plusieurs détonations retentirent. Le navire du royaume avait activé ses canons et tiré. Par chance, le gouverneur avait choisi de changer de direction pour tromper leurs ennemis. Au final, tous les tirs tombèrent dans l’eau. Seul un boulet passa prés d’eux.
    -Avancez vers eux ! cria le gouverneur. Nous devons contre –attaquer avant qu’ils ne rechargent leur canons.
    Le capitaine s’avança de manière à se mettre à leur portée.
    -Feu ! ordonna Yano.
    Ils tirèrent une salve de canons. Les coups firent mouche et le bateau ennemi fut ébranlé. Mais c’était insuffisant pour le couler.
    -On file à tribord ! hurla Yano tandis que les hommes rechargeaient les canons.
    Malheureusement les canons adverses étaient à ce moment là rechargés. Ils tirèrent à leur tour et l’ordre de repli de Yano les sauva. Néanmoins une grande partie de la proue fut détruite et tout l’équipage fut secoué et tomba à terre.
    -Non ! cria Yano.
    -Feu ! ordonna le capitaine.
    Ils ne s’étaient pas assez éloignés pour éviter un ou deux boulets mais ils pouvaient de ce fait répliquer. De nouveau les coups firent mouche. Ils détruisirent une grande partie du vaisseau adverse mais la partie centrale tenait encore en place.
    -Zut, il tient encore debout grogna Yano. Ca va mal, au prochain coup, nous coulons et c’est à eux de répliquer.
    Soudain le capitaine eut une idée.
    -On ne bouge pas !
    -Quoi ? s’écria le gouverneur.
    -Etes vous devenu fou ? questionna Ashe.
    -Ne vous inquiétez pas répondit le capitaine. Je veux simplement tenter quelque chose. Ils ne couleront pas mon bateau, j’en fais le serment. Que l’on recharge les canons et que l’on jette toute l’ancre.
    -Hein ?
    Tout l’équipage le regarda interloqué.
    -Obéissez ! cria t’il.
    Sans comprendre la tactique du capitaine, ils s’exécutèrent.
    -Accrochez vous ! ordonna t’il. Ca va secouer.
    Lorsque l’ancre fut totalement jetée, le royaume choisit de tirer. A ce moment là, le bateau chavira vers la droite. Il tourna de 60 degrés avant de rester dans cette position. Tout le monde cria tentant de s’accrocher à quelque chose pour ne pas passer par dessus bord. Le royaume ne s’était absolument pas attendu à cette tactique. Tous les tirs passèrent juste devant eux. Si le bateau ne s’était pas incliné, ils auraient coulé.
    -Allez, on lève l’ancre et on tire ! Hurla le capitaine.
    Les soldats du royaume paniqués tentèrent de recharger les canons mais c’était trop tard, le navire du capitaine Jim tira. Cette fois, la partie restante du bateau explosa et le navire sombra dans l’océan.
    -Victoire ! cria tout l’équipage.
    Tout le monde sur le pont exulta de joie.

    L’île était très petite. Elle ne devait représenter qu’une centaine de mètres carrés. Cependant elle était difficile d’accès car pour atteindre le sommet de celle-ci, il fallait gravir de nombreux rochers particulièrement saillants. Certains d’entre eux étaient même tranchants. Le navire ne pouvait donc pas accoster sur l’île. Il ne pouvait que s’en approcher. Tout le groupe sauta par-dessus bord et atterrit dans l’eau. Ils se mirent en devoir de gravir le plus vite possible tout en évitant de se blesser contre les rochers en espérant perturber le rituel que le roi s’apprêtait à accomplir. Ce qu’ils ignoraient, c’est que le rituel avait déjà bien avancé et le temps que le groupe ne l’interrompe, il sera déjà trop tard. Pour accomplir le rituel, il fallait Kali grâce à sa puissance pour le faire fonctionner, celui qui souhaitait bénéficier des pouvoirs et un troisième pour faire l’intermédiaire. Le roi souhaitait obtenir la totalité des pouvoirs pour l’utiliser à son compte et écraser les poches rebelles uniquement en levant le petit doigt. Enfin Hélène faisait l’intermédiaire. Ils avaient enchainé Kali qui s’était débattue. Elle fut encore sonnée à cause de la gifle que lui avait administrée le roi. Il fallait se positionner correctement pour qu’il puisse obtenir les pleins pouvoirs. Cette île était bénie par les dieux et tout autre placement pouvait provoquer un autre effet. Le roi n’avait pas menti lorsqu’il a dit qu’il pouvait amener la prospérité sur le monde mais ce n’était pas son intention. Dés que la puissance de Kali serait totalement libérée, il obtiendra ce qu’il voulait. Et rien ne pourra alors l’arrêter. Cependant plus le temps passait, plus il sentit au contraire que la puissance se détachait de lui. Intrigué, il regarda à tour de rôle sa sœur et Kali. Si Kali n’avait pas bougé, ce n’était pas le cas d’Hélène.
    -Hélène que fais tu ? cria le roi, retourne à ta place.
    Mais Hélène ne bougeait pas. Elle resta impassible. Des éclairs bleutés jaillirent de Kali qui fusèrent d’abord sur le roi mais qui se détachèrent et se dirigèrent vers Hélène. Que se passait il ? Il perdait de plus en plus de puissance. Il ne recevait plus les éclairs. C’était Hélène qui en bénéficiait. Elle s’appropriait toute la puissance et la dérobait à son frère. Comment était ce possible ? Comment pouvait elle le trahir maintenant ? Comment savait elle qu’il fallait aller à cet endroit précis pour recevoir toute la puissance ? A bout de force, le roi s’effondra par terre avant de se relever. Il vit que Kali avait sorti toute la puissance qu’elle possédait. Hélène changea de place et commença à entamer un rituel. Si elle s’était placée ici, cela signifiait que…non, ce n’était pas possible. Il courut vers elle pour la ramener à la raison. Elle s’était appropriée toute la puissance de Kali mais son but n’était pas d’obtenir tous les pouvoirs.
    -Arrête ! cria t’il. Si tu te places ici, tu vas détruire le monde.
    Mais Hélène ne bougeait pas. Son expression laissa penser qu’elle souhaitait aller jusqu’au bout.
    -Arrête ! cria le roi. Que fais tu ?
    Hélène prit la parole à ce moment là. Mais son timbre de voix était différent. Sa voix était devenue roque. Et son visage grimaçait.
    -Les vénatirs sont tous stupides. Ils m’ont refusé le monde. C’est à moi de me l’approprier.
    -Quoi ?
    Mais en y réfléchissant, Archibald finit par comprendre.
    -Sors du corps de ma sœur, sorcière ! hurla t’il.
    Voyant qu’Hélène répétait les mêmes propos, il sortit son épée.
    -Très bien continua t’il, tu vas mourir. Je ne peux pas te laisser faire.
    -SILENCE ! Hurla t’elle.
    A l’aide de sa puissance, elle envoya un éclair qui vint percuter Archibald de plein fouet. Le roi fit un vol plané et atterrit en contrebas sur une pierre tranchante. La pointe de la pierre lui transperça le cœur. Tandis que du sang commençait à jaillir, il s’écroula sans vie. Hélène ricana et continua à accomplir son rituel. Elle était rentrée en état de transe. Le rituel était en phase terminal.

    -Kali ! cria la voix de Dean.
    Kali se retourna et vit ses amis venir à elle.
    -Ne bouge pas fit Ashe, nous venons te libérer.
    Ils se précipitèrent sur elle et lui défirent les liens ?
    -Mais que se passe t’il ? demanda Yano. Où est le roi ?
    -Le roi est mort. Il faut fuir d’ici, Hélène est devenue folle.
    Ils se tournèrent vers Hélène qui ricanait. Le rituel était terminé. Elle ne bougea pas mais une brume envahit soudain l’atmosphère.
    -Qu’a-t-elle fait ? demanda Akae horrifié.
    Samara resta impassible puis poussa un hoquet de surprise.
    -Il faut fuir reprit Kali. Je ne sais pas ce qu’elle a fait mais elle s’est emparée de ma puissance, nous ne pouvons rien faire pour elle.
    Ils se tournèrent vers elle l’air surpris puis Yano cria :
    -Au bateau, nous ne savons pas ce que nous a préparé Hélène.
    Ils ne mirent pas longtemps à comprendre. Des rayons de feu provenant du ciel fusèrent. Ils s’abattirent sur le monde. Des cataclysmes se déchainèrent, des gouffres se créèrent. Plusieurs vénatirs tombèrent dans ceux-ci. Les plaines verdoyantes furent carbonisées. Plusieurs villes explosèrent. Le ciel était devenu écarlate. C’était l’apocalypse. Ils assistèrent avec horreur à tout ce qu’ils virent du bateau. Soudain, une tornade fonça vers eux. Ils crièrent. Ils était trop tard pour éviter. Le capitaine Jim tenta de virer à tribord mais c’était vain . La tornade s’empara du bateau et ils sombrèrent dans l’inconscience.

    C’était ainsi qu’Hélène avait détruit le monde.

    « Comprenez vous maintenant pourquoi je n’ai jamais cru que c’est le peuple qui contrôle le destin du monde contrairement à ce que dirait un roi ? Que ce ne sont pas les dieux contrairement à ce qu’ils croient ? Que ce n’est pas non plus la technologie ? Moi, je n'ai jamais crue à cela. Isolée au fin fond de ma cellule, j’ai assisté avec horreur à la fin du monde. Tout ce que je retiendrai, c’est que quoique l’on en dise, il y aura toujours des gens pour diriger. C’est eux qui définissent l’avenir du monde. Le peuple aura beau protester, ce seront toujours les même qui gagnent. Le roi Archibald en plus d’avoir été un mauvais monarque a mené le monde à sa perte. Je suis la seule personne actuelle qui puisse encore témoigner. Depuis combien de temps suis-je enfermée ici ? Je ne saurais le dire.

    Kali»

    FIN DE LA PREMIERE PARTIE
    Dernière modification par Streen ; 30/04/2013 à 17h26.
    Ma bio rp est ici

  19. #19
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    DEUXIEME PARTIE: LE MONDE EN RUINES

    CHAPITRE 1

    Stella prépara son thé quotidien. Même si l’environnement avait été dévasté, elle avait trouvé quelques plantes ayant survécu au carnage faisant office d’infusion. Néanmoins, quinze mois s’étaient passés depuis le cataclysme qui a irradié le monde et les vivres devenaient rare. Elle frissonna à cette simple pensée. Elle avait vu à l’aide sa boule de cristal ce qui allait se produire au village. Elle avait tenté d’avertir les autres villageois mais personne ne l’avait écouté. Personne n’avait cru à la fin du monde. Tous avaient interprété ces propos comme une farce. Une farce certes réussi car elle en avait fait rire plus d’un. Malheureusement, cette farce n’avait rien d’une plaisanterie. Comprenant qu’il était inutile de leur faire entendre raison, elle s’était réfugiée au sous-sol et s’était barricadée. Lorsqu’elle fut sortie, elle vit qu’elle était la seule survivante ou presque. Toutes les habitations étaient détruites. Même l’environnement avait changé. Le village Ciel maintenant était entouré d’eau. Les continents avaient changés. Deux jours après l’explosion, elle vit un corps échoué le long d’une plage. Il s’agissait d’une jeune femme aux cheveux étincelants. Elle cria de surprise. Cette femme, elle l’avait déjà vu quelque part. Oui, ca lui revenait, il s’agissait de Kali, la jeune femme amenée par son ami Akae. Elle avait été désignée pour lire son avenir mais les soldats du royaume avaient brûlé sa maison car elle avait refusé de travailler pour lui. « Maudit soit il » pensa t’elle. Elle avait depuis tenté de la reconstruire mais le cataclysme l’avait démoli à nouveau. Elle avait pris le pouls de Kali et avait constaté avec soulagement qu’elle était vivante. Elle avait tenté de la réveiller sans succès. Elle avait subi un profond coma. Depuis, qu’elle l’avait recueillie, il s’était passé quinze mois. Quinze mois où Stella avait tenté de trouver sa nourriture pour elle et Kali. Quinze mois où elle ne s’était pas réveillée. Seule, coupée du monde, Stella n’avait pourtant pas abandonné la lutte. Mais elle n’était pas dupe, bientôt les réserves alimentaires ne suffiraient plus. De plus, comme le sol était improductif, il était impossible de planter quoi que ce soit. Elle pouvait prendre le large en construisant un radeau mais pour aller où ? C’était vain. Le monde était détruit. Kali et elle étaient les seules à avoir survécu. Ce fut un soir que le miracle intervint : Kali se réveilla. Stella s’approcha d’elle en courant en lui ordonnant de rester couchée. L’expérience du coma l’avait épuisée. Elle marmonna des propos incompréhensibles mais le réconfort de Stella la fit rendormir. Visiblement, il restait de l’espoir. Elle ne serait plus toute seule dorénavant. Kali plongea à nouveau dans un long et profond sommeil et dormit toute la nuit et une grande partie de la journée. Cependant, elle semblait en pleine forme et avait repris des couleurs.
    -Qu’est ce que je fais ici ? demanda t’elle quand elle se réveilla à nouveau.
    -Tu es dans ma demeure Kali, te rappelles tu de moi ? Je suis Stella, une amie d’Akae. Tu étais venue pour que je puisse lire ton avenir mais les circonstances en ont décidé autrement.
    Elle laissa Kali reprendre le lentement ses esprits.
    -Ou sont les autres ? Dean, Ashe, Akae,… ?
    -Tes amis ? Je crois malheureusement qu’ils sont morts. Il n’y a plus rien dans ce monde.
    -Quoi ?
    Kali se leva d’un bond et courut hors de la maison de Stella. Elle tenta de l’avertir qu’elle était encore sous le choc mais ne Kali ne semblait pas l’écouter. Lorsque Kali sortit, elle réalisa qu’elle se trouvait sur une île minuscule. Stella la rejoignit doucement. L’océan avait repris ses couleurs d’antan. Elle se souvint que quinze mois avant, l’eau avait pris une couleur rougeâtre. Cet incident ne suffit pas à faire comprendre à Kali que le monde était dévasté mais il lui suffit de se rappeler que Stella vivait entouré de villageois et que les autres habitations étaient détruites.
    -Alors ce n’était pas un cauchemar ? s’écria t’elle. Le monde est bien détruit ?
    Stella hocha gravement la tête.
    -En effet. Il y a quinze mois, j’ai eu une vision, je savais que la fin du monde était proche. J’ai tenté d’avertir les autres villageois mais ils ne m’ont pas écouté. J’ai pu me réfugier dans un endroit où je serais en sécurité mais Ciel est détruit. Le reste est une étendue d’eau.
    -Quoi ? Cela fait quinze mois que je me suis endormie ?
    Stella hocha de nouveau la tête.
    -Stella, nous devons quitter cet endroit.
    Stella haussa un cil.
    -Hein, qu’est ce que tu racontes ?
    -Il faut retrouver nos amis, Stella.
    Stella secoua la tête.
    -Non Kali, le monde est détruit. Il n’y a plus que nous deux.
    -Mais…il reste un espoir. Et si ils avaient survécu comme toi ?
    Stella fit non.
    -Ecoute Kali, je comprends que tu puisses espérer encore. Mais où comptes tu aller ? Nous sommes perdus au milieu de l’océan. Si tu pars, tu ignores si tu retrouveras un jour la terre ferme.
    -Mais…
    -Mets toi cela dans la tête kali, le monde est détruit. Tu ne retrouveras pas tes amis. Viens, nous allons préparer le dîner pour ce soir.

    Stella ne trouvait pas le sommeil. Les paroles de Kali l’avaient perturbé. Elle ne croyait pas un instant qu’il existait un autre être encore vivant dans ce monde. Pourtant, Kali y avait cru avec une telle détermination qu’elle avait fini par troubler la voyante. Pendant tout le dîner, elles avaient débattu et s’étaient couchées toujours en désaccord. Stella prit sa veste et se dirigea dehors. La nuit était particulièrement étoilée. Stella se rappela le ciel rouge survenu après la catastrophe. Jour et nuit, il avait pris cette teinte et il avait bien fallu un an pour qu’elle finisse par disparaître totalement. Elle se souvint des escapades nocturnes Akae lorsqu’ils étaient enfants. Ils avaient chacun exposé leurs rêves. Stella lui avait dit qu’elle souhaitait devenir une grande magicienne. Akae voulait devenir athlète. Tous les deux n’avaient qu’en partie réussi. Akae était finalement devenu briseur de chaînes. Quand à elle, on lui avait enseigné que la magie n’existait pas. Elle avait fini par se faire une raison jusqu’à la catastrophe. On lui avait néanmoins reconnu un don pour la voyance ce qui se rapprochait des arts mystiques. Elle s’était acharnée au travail et était devenue une des plus grandes voyantes voire la meilleure. Elle chassa ses souvenirs. Se remémorer la rendait nostalgique. Or il fallait aller de l’avant, vivre avec ce qu’il restait. Mais que restait il au juste ? Kali et elle étaient probablement les seules survivantes. Qu’avaient elles encore à espérer ? Elle se rendit à la réserve et réalisa que les vivres allaient bientôt s’épuiser. Et il était inutile de compter sur les récoltes. Si elle comptait le nombre de repas qu’elle consommerait avec Kali, elles n’auraient plus que cinq jours de nourriture. Après ce serait la fin. Dépitée, elle s’effondra sur son lit.

    Kali contrairement à son amie était rentrée dans les limbes du sommeil. Elle revit à ce moment la scène qu’elle avait vécue sur l’île. Hélène ricanait tandis que des tornades et des cataclysmes avaient déferlé. Cependant, quelque chose lui disait que la scène qu’elle était entrain de revivre n’était pas un rêve ordinaire. Il était trop précis, trop réel, trop long. Elle se retrouvait face à face avec Hélène. Hélène continua ses ricanements sans prêter attention à Kali. A moins que Kali ne soit seulement spectatrice de la scène et qu’Hélène ne pouvait pas la voir par conséquent. Ses ricanements prirent fin pour finalement dire :
    -Les vénatirs m’ont refusé ce monde, je vais donc leur refuser moi aussi. Ceux qui ont survécu vivront pour le moment dans un monde éradiqué où ils devront survivre dans la souffrance, cela leur donnera un aperçu de ce que j’ai vécu. Et lorsque j’en aurai assez, je les anéantirai définitivement. Elle ricana de plus belle et Kali s’éloigna de plus en plus d’elle. Elle s’aperçut qu’Hélène était restée sur l’île. Elle se réveilla en hurlant. Alertée par le bruit, Stella s’agenouilla auprès d’elle.
    -Calme toi dit elle, ce n’était qu’un rêve.
    Kali reprit ses esprits peu à peu. Néanmoins elle ne parvenait pas à chasser ces images de la tête.
    -Stella fit elle, Hélène et encore en vie, je le sens.
    -Hélène ?
    -Oui, la sœur du roi, celle qui a détruit le monde.
    -Quoi ? c’est à cause d’elle ?
    Kali hocha la tête.
    -Mais enfin Kali, ca n’a aucun sens. Pourquoi Hélène souhaiterait détruire le monde ? Elle disposait pourtant du tout : du luxe, de pouvoir…
    -Je sais coupa Kali. Je ne comprends pas non plus. Elle prétendait que les vénatirs lui avaient refusé ce monde et qu’elle leur rendait la pareille. Elle a tué son frère de sang froid. Te rends tu compte ?
    Stella fixa un long moment Kali avant de reprendre :
    -Qu’est ce qui te fait croire qu’elle est encore vivante ?
    -J’ai eu une vision expliqua t’elle. Je l’ai vu entrain de savourer sa victoire. Elle souhaite éradiquer définitivement les vénatirs Stella. Elle est vivante, nous devons l’arrêter. Et je suis certaine maintenant que nos amis sont peut être encore en vie.
    -Kali ce n’était qu’un rêve.
    -Je sais mais il paraissait si réel. Je ne sais pas de quoi parlait Hélène mais lorsque je l’avais rencontré la première fois, elle disait qu’elle était liée à moi. Je me demande si ce n’est pas ce lien qui m’a permis de comprendre ce qu’elle manigançait en ce moment.
    Elle marqua une pause avant de reprendre :
    -Je t’en prie Stella, laisse moi m’en aller.
    Stella soupira.
    -Très bien, demain matin nous construirons un radeau et nous partirons.
    -Vraiment ?
    -j’ai bien réfléchi kali. Nous n’avons pas assez de vivres. Si nous restons ici, nous mourrons de faim. Nous partirons avec un radeau et nous chercherons un autre lieu. Nous devons survivre.
    Kali cria de contentement.
    -Doucement Kali, rendors toi, nous avons besoin de sommeil pour nous mettre au travail dès demain.
    Ma bio rp est ici

  20. #20
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 2

    Stella et Kali s’étaient mises à l’œuvre dès le lendemain comme promis. C’était ainsi qu’elles avaient construit un radeau grâce à quelques planches de bois. Elles étaient attachées par une corde. Néanmoins elles étaient parties le lendemain. Le soir était tombé et Stella ne voulait pas partir de nuit. Elles s’étaient mises d’accord pour un cap vers le nord. Sur le se trouvaient les réserves de nourriture et la boule de cristal de Stella. Elles ne disposaient que de quatre jours pour trouver une autre terre. Au delà, leur temps serait compté. Il valait mieux partir en marée basse. En marée haute, les vagues déferleraient. Lorsque c’était le cas, le radeau tanguait. Lorsque la mer était calme, elles prenaient une perche et ramaient. Malheureusement, elles ne voyaient rien la nuit et il était impossible de savoir si le radeau se dirigeait vers le nord ou si il les éloignait de cette direction. Durant trois jours, elles dérivèrent sans trouver la moindre trace terrestre. Elles commençaient à désespérer. Les vivres s’épuisaient et comme la bateau tanguait souvent, elles avaient le mal de mer. A cela s’ajoutaient les heures de sommeil manquantes. Il n’était pas très facile de dormir sur un radeau. Finalement, elles n’allaient pas survivre mais elles avaient tenté leur chance. Si elle et Kali étaient vivantes, elles avaient raison de penser qu’il en serait de même pour les autres. Cependant un miracle survint le lendemain à l’aube. Elles virent au loin une terre ferme. Elles ignoraient où elles se trouvaient mais c’était le moment ou jamais de la rejoindre. Elles prirent chacune une perche et ramèrent jusqu’à accoster. Elles se trouvaient à présent sur une plage déserte. Comme un bonheur ne vint jamais seul, elles virent un village à proximité.

    Le village était en ruines mais ne ressemblait pas pour autant à un village fantôme. Tout d’abord il y avait des vénatirs survivants. Elles crièrent de surprise. Elles n’étaient donc pas seules au monde. Kali avait raison. De plus, les vénatirs qui avaient perdu leur maison étaient entrain de les reconstruire. Kali nota la vitesse avec laquelle les constructions avançaient. Alors qu’elle pénétrèrent dans le village, elles furent abordées par une habitante.
    -Bonjour fit elle, c’est la première fois que nous recevons des étrangers depuis la catastrophe.
    -Que s’est il passé ici ? demanda Stella. Où sommes nous ?
    -Vous n’êtes pas du coin, ca se voit. Auparavant, nous étions la ville connue sous le nom d’Altium. Maintenant nous ne sommes plus qu’un village de ruines. Des rayons de feu sont apparus du ciel et ont tué notre gouverneur et certains habitants. Grand bien nous fasse pour le gouverneur, ce n’était qu’une crapule et un tyran. Nous avons décidé que chacun serait maître de son destin. Nous n’avons plus besoin d’être dirigés. Nous ne pensons qu’à reconstruire ce que nous avons perdu.
    « Et nous n’avons plus de royaume » pensa Kali.
    -Vous construisez rapidement ajouta Stella.
    L’habitante hocha la tête.
    -Personne n’agit seul. Nous avons décidé de nous entraider. Il n’y a que comme cela que nous pourrons survivre.
    Elle montra du doigt les autres villageois entrain de s’affairer.
    -A ce propos continua t’elle, que venez vous faire ici ?
    Stella répondit :
    -Nous cherchons nos amis et des vivres.
    -Tiens ! s’exclama t’elle, c’est étrange. Il y a justement un homme dans le village qui m’a dit la même chose il y a quelques mois. Il recherchait lui aussi des amis.
    -Vraiment ? Pourriez vous le décrire ?
    -Il ressemblait à un colosse, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi musclé. Il avait le teint basané et devait se situer autour de la trentaine.
    Stella demanda à Kali :
    -Pourrait il s’agir…d’Akae ?
    La villageoise haussa les épaules.
    -Il ne m’a pas dit son nom. Je sais qu’il est venu il y a quelques mois. Mais je l’ai revu par la suite. Apparemment, il revient de temps en temps ici pour une raison que j’ignore. Si vous avez un peu de chance, peut être que vous le verrez.
    -Et quand aux vivres ?
    -Toutes les vivres sont réunies chez le tavernier. Nous les redistribuons à chaque villageois. Malgré les explosions, nos récoltes ont peu souffert, c’est une véritable chance. Comptez vous vous implanter ici ?
    Stella secoua la tête.
    -Nos amis sont peut être présents partout dans le monde. Nous partirons bientôt.
    -Si vous comptez vraiment voyager, nous vous fournirons de la nourriture en supplément.
    La villageoise leur indiqua l’emplacement de la taverne. Les deux femmes s’y dirigèrent.

    Le tavernier les accueillit chaleureusement. Alors qu’elles lui firent part de leur besoin, il leur expliqua que les vivres étaient destinées uniquement aux villageois sauf si un étranger décidait de s’installer. Pour le moment, le village ne commerçait pas mais le tavernier avait bon espoir que tout redeviendrait comme avant. Il leur promit de leur fournir trois repas chacune si jamais elles retrouvaient leur forgeron disparu. Personne ne l’avait vu quitter le village. Néanmoins, il n’était pas réapparu depuis trois jours au moins. Il représentait le village en l’absence de gouverneur et il avait besoin de lui. Kali et Stella acceptèrent sans savoir si elles allaient réussir. Cependant comme les vivres manquaient, elles durent accepter si elles voulaient parcourir le monde. Stella s’était donc installée dans un coin avec sa fidèle boule de cristal. Elle ignorait si elle trouverait quelque chose mais en l’absence d’indices, elles devaient se fier à la voyance. Elle poussa un cri avant de sortir de sa transe. Elle se retourna vers le tavernier.
    -Dîtes moi, votre forgeron, ne serait il pas grand avec une barbe et des cheveux noirs ?
    Surpris le tavernier répondit :
    -Oui en effet, comment le savez vous ?
    -Je viens d’avoir une vision le concernant. Je l’ai vu blessé. Il semble sous un éblouis de bois et de planches et il demande de l’aide.
    -Quoi ? s’écria le tavernier, mais c’est horrible.
    -Vous ne savez vraiment rien qui puisse nous éclairez ?
    Le tavernier secoua la tête.
    -Sa maison se trouve juste à droite mais elle semble condamnée.
    -Alors nous nous y rendons.

    Elles se précipitèrent vers la maison mais la poignée semblait bloquée. Voilà qui était bien étrange. Le forgeron était il parti ? Avait il clos sa maison ?
    -Besoin d’aide demoiselles ?
    Elle se retournèrent vers la voix masculine qui s’était adressée à eux. Ils n’en crurent pas leurs yeux.
    -Akae cria Stella en se jetant dans ses bras, tu es vivant !
    -Je suis heureux de constater qu’il en est de même pour vous répondit il en étreignant son amie. Qu’êtes vous devenus pendant un an ?
    -Akae nous n’avons pas le temps pour ca, il y a peut être un homme blessé à l’intérieur de cette maison fit Kali. Mais nous n’arrivons pas à ouvrir la porte.
    Perplexe, il répondit :
    -Laissez moi faire.
    Il tira de toutes ses forces la poignée et arracha la porte.
    -La voix est libre, allons voir.
    Ils découvrirent avec surprise que la maison n’était en fait qu’un ensemble d’éblouis, de planches et de poutres.
    -Il n’est pas étonnant qu’il soit blessé dit Akae, la maison s’est effondrée. Il n’y a même plus de charpente.
    Akae disait vrai. Le toit était à moitié démoli. Le forgeron avait du construire sa maison mais il a dû tomber et comme il a été incapable de se relever, les fondations n’ont pas été capables de tenir longtemps car il n’a pas pu les souder. Il prit une masse de bois à l’aide de sa force et dégagea peu à peu le passage. Cela lui prit plus de trois heures. Lorsqu’il eut fini, ils découvrirent un passage qui menait à un sous-sol. Ils suivirent un passage qui les mena vers un couloir obscur. Un gémissement plaintif se fit entendre. Ils frémirent d’angoisse à l’écoute de ce gémissement mais il s’agissait probablement du forgeron. Lorsqu’ils s’approchèrent, ils découvrirent qu’ils ne s’étaient pas trompés. Le forgeron semblait à bout de forces.
    -Aidez moi, je vous en prie souffla t’il.
    Akae s’empressa de sortir les obstacles qui se trouvaient sur sa jambe et le prit par les bras. Lorsqu’ils sortirent tous quatre de la maison, celle-ci s’effondra. Il était temps. Les villageois crièrent de surprise lorsqu’ils virent le forgeron affaissé. Ils firent venir le guérisseur du village.

    -Alors comment va-t-il ?
    Le guérisseur examina le forgeron d’un air dubitatif avant de répliquer :
    -Sa jambe souffre de multiples fractures. C’était pour cela qu’il ne pouvait plus bouger. Heureusement que vous étiez là. Sans cela, il serait mort de faim.
    -Va-t-il de voir être amputé ? s’écria Kali horrifié.
    Le guérisseur émit un petit rire avant de reprendre :
    -Non, il a eu beaucoup de chances. Les fractures finiront par disparaître et il pourra à nouveau marcher. Mais il doit rester alité pendant trois mois au moins. Vous n’avez plus de soucis à vous faire, je m’en occupe.
    Ils quittèrent le guérisseur sans un mot.
    -Akae fit Stella, nous allons partir Kali et moi à la recherche des autres membres du groupe. Nous étions au départ persuadées être les seules survivantes mais tu es la preuve du contraire. Ils sont peut être là quelque part. te joindras tu à nous ?
    -Bien entendu.
    -Formidable répondit Kali, nous ferions mieux de nous mettre en route après avoir vu le tavernier.
    Ma bio rp est ici

  21. #21
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 3

    Sur recommandation d’Akae, le groupe s’était dirigé vers la ville la plus proche au nord d’Altium. Il s’agissait de Zanca, à l’origine une ville plus petite qu’Altium mais qui n’a connu que peu de ravages. Les habitants avaient tranquillement repris leurs activités. Akae s’y était parfois rendu. Il prétendait n’avoir vu personne du groupe présent dans cette ville mais que jeter un œil ou demander des informations supplémentaires pourraient toujours être utile. Lorsqu’ils arrivèrent, ils demandèrent à de nombreux habitants s’ils n’auraient pas vu un de leurs amis en leur donnant une description précise. Personne ne fut en mesure de leur donner une réponse affirmative. En revanche, tous leur dirent une chose étrange. Un homme connu sous le nom de Alexander ne sortait plus de chez lui. Personne ne l’avait vu depuis plusieurs jours. Tout le monde le connaissait pour sa convivialité, sa générosité et sa sociabilité. Certes ses sujets de préoccupation n’intéressaient pas les autres habitants car il abordait principalement comme sujet de conversation la peinture. Il possédait des dizaines de tableaux chez lui. Néanmoins, il invitait toujours un de ses amis à venir boire un verre avec lui. Or depuis quelques jours, il ne sortait plus. Il n’invitait quiconque. Ses amis avaient alerté les autres habitants mais comme peu de personnes le connaissaient, ils n’avaient obtenu aucun renseignement. Ils avaient tenté de rentrer chez lui. La porte était ouverte mais l’obscurité régnait dans la maison. Certains y ont vu des lueurs inquiétantes et ont pris peur. Les trois aventuriers intrigués par ces informations décidèrent de rendre visite à cet Alexander.

    Lorsqu’ils poussèrent la porte, ils eurent la confirmation que la salle d’entrée était plongée dans la pénombre. Il était impossible d’y voir et même en laissant la porte ouverte, la lumière du jour n’éclairait pas la pièce. Résigné, Akae ferma la porte et ils cherchèrent à tâtons une issue ou quelque chose. En l’espace d’un instant, l’obscurité parut inquiétante, oppressante. Ils crurent que les ténèbres s’ouvraient devant eux. Stella toucha à ce moment là, un objet disposé sur une table. Impossible à savoir ce que c’était mais il semblait mou et rond. Lorsqu’elle appuya dessus, une lueur éclaira la table. La lueur provint d’une lanterne. Hormis celle-ci, un livre était posé sur la table. Kali s’approcha du livre et découvrit qu’il ne s’agissait pas d’un roman mais plutôt d’un journal intime ou de bord car les mots ont été écrits avec de l’encre récente. Les pages suivantes étaient vierges. Il devait probablement s’agir du journal d’Alexander. Kali lut à voix haute les pages du texte.

    Page 1
    « Depuis toujours, j’ai admiré les artistes qui peignaient. Il y a quelque chose de si émouvant, de si sensationnel dans leur geste, de si beau dans leur création que j’en arrive toujours à leur demander de garder leurs œuvres qu’elles soient payantes ou non ».
    Page 2
    « Avant la catastrophe, une femme était venue en me présentant sa collection. Je voyais bien qu’elle n’était pas artiste car une seule œuvre m’a plu. Il s’agissait d’un tableau représentant un homme offrant un bouquet de roses à une femme. Une scène qui parait très naïve certes mais d’un réalisme exceptionnel. Il est dommage qu’il n’en soit pas de même pour les autres œuvres ».
    Page 3
    « La fois suivante, c’est un homme qui est venu. Il a peint un capitaine pirate sur un navire puis est parti en laissant l’œuvre ici. La scène parait vraiment réelle L’homme est un habitué. Il demande toujours l’avis de ses proches avant de montrer ses tableaux aux autres. Une idée me vient à ce propos concernant ce tableau ».
    Page 4
    « Il y a quelques jours, un homme bizarre a peint une scène d’une étrange beauté. Il s’agissait de lueurs éclatantes qui se mélangeaient de temps en temps. On y trouvait du rouge, de l’indigo, du violet, du vert, du jaune, du marron et du gris. Actuellement je me demande si j’ai bien fait d’accepter le tableau. Une nuit, je me suis réveillé et je vois encore les lueurs prendre forme la nuit dans la maison. Elles ont un aspect inquiétant. J’ai dû rêver, oui c’est ca. J’ai rêvé ».
    Page 5
    « J’ai remarqué que la peinture n’intéressait pas grand monde et que les artistes que j’ai croisé ne sont jamais revenus. Vais-je devenir le seul bon spectateur ? Suis-je condamné à rester seul avec mes tableaux ? »
    Page 6
    « Un miracle est apparu, une jeune artiste a été au courant de ma passion et a proposé de peindre pour moi. Je sens une détermination farouche dans ses yeux. Serait-elle plus motivée que ses prédécesseurs ? Travaillera-t-elle pour moi ? Quoi qu’il en soit, je suis ravi de l’avoir à mes côtés ».

    Le livre s’arrêtait ici. Pour les trois aventuriers, ce livre ne signifiait pas grand chose. Alexander avait probablement écrit ses pages mais nul ne savait quand. Peut être qu’il était parti lui aussi. Qu’était il devenu de la nouvelle artiste ? Kali prit la lanterne et fit signe à Stella et Akae de la suivre. Ils longèrent la galerie où était encadrés tous les tableaux sur les murs. Ils virent en passant, la scène du bouquet de roses ainsi que de la piraterie. L’avant dernier tableau du couloir fit frémir Kali. Elle poussa un cri d’horreur en faisant signe à Akae et Stella d’approcher. Elle désigna le tableau montrant un homme et une jeune fille. L’homme observait le travail de la jeune fille tandis que la jeune fille peignait. Mais ce n’était pas tout, la jeune fille ressemblait étrangement à Line. Ils se demandèrent si ce n’était pas elle.
    -Line ? demanda Akae, serait elle passée par ici ?
    -Mais pourquoi y a-t-il son portrait ? s’interrogea Kali.
    Un autre évènement les fit sortir de leur contemplation. Le dernier tableau représentait les lueurs inquiétantes. Mais ce n’était pas tout. Elles semblaient sortir du tableau et se répercutaient sur le mur.
    -Qu’est ce que cela signifie ? demanda Stella.
    Soudain les lueurs augmentèrent d’intensité suivies d’un flash aveuglant. Les trois aventuriers se sentirent pris de vertiges et tombèrent dans l’inconscience.

    Lorsqu’ils se réveillèrent, ils réalisèrent qu’ils ne se trouvaient plus dans la maison d’Alexander mais dans une salle remplie de couleurs variées ? Où se trouvaient ils et comment avaient pu atterrir ici sans explication ?
    -Vous vous y ferez dit une voix derrière eux.
    Ils se retournèrent et virent un homme encapuchonné qui tenait une canne.
    -Cela fait de nombreuses années que je suis ici et j’ai fini par m’y habituer.
    -Qui êtes vous ? demanda brusquement Akae.
    -Je suis le gardien. Je suppose que cela ne vous dit rien mais cela n’a aucune importance. L’essentiel pour vous c’est de savoir où vous êtes. En avez-vous une idée ?
    Ils secouèrent tous trois la tête.
    -Vous êtes enfermés à l’intérieur du tableau que vous venez de regarder.
    -Quoi ?
    -Les couleurs n’étaient qu’un piège. Elles emprisonnent les personnes qui les croisent lorsqu’elles sont actives. J’ai été il y a quelques années emprisonné de la même façon que vous. L’artiste qui est venu voir votre ami n’était pas un peintre mais un sorcier qui s’est amusé à faire une farce. Une farce stupide, c’est certain.
    -Et comment sort on d’ici ? demanda Kali.
    -Voyez vous le décor autour de vous ?
    Le décor, ils ne voyaient que ca. Ils voyaient une porte rouge, une verte, une bleue, une violette, une jaune, une marron et une grise.
    -D’après ce que je sais, chaque porte mène à un endroit différent. Cinq mènent sur un piège mortel, une à la sortie et une autre vous éloigne un peu plus ce celle-ci.
    -Comment savez vous tout ca ? demanda Kali.
    -J’ai été crée ici dans cette peinture. Je sais donc tout ce qui s’y passe.
    -Mais laquelle est la bonne ?
    -Ca je l’ignore. Je ne suis pas conçu pour connaître la réponse. Je n‘ai jamais essayé. Je ne peux pas sortir. Je ne suis pas quelqu’un de vivant contrairement à vous.
    -Alors nous allons essayer dit Akae.
    -Quoi ? Mais êtes vous inconscients ? Vous avez cinq chances sur sept de mourir.
    -On s’en moque répondit la voyante. On ne compte pas rester éternellement ici.
    Le gardien poussa à nouveau un soupir.
    -Ne dîtes pas que je ne vous aurai pas prévenu.

    Ils ne s’occupèrent pas du gardien et se concertèrent sur la porte à choisir.
    -Je propose le jaune fit Akae.
    -Et pourquoi la jaune ? demanda Stella.
    -Ben parce que la jaune c’est toujours la couleur qui représente l’issue de secours.
    -D’où tiens tu cette information.
    -Ben…j’en sais rien, c’est juste que j’en suis persuadé.
    -Tu parles d’un raisonnement.
    -Hé faut bien proposer quelque chose.
    -Moi je propose la bleue
    -Et pourquoi la bleue ?
    -Parce que c’est la couleur de l’océan, ce qui nous a permis Kali et moi de nous libérer de notre île.
    -Tu trouves que c’est pertinent comme raisonnement ? pouffa Akae.
    Kali coupa court à la discussion.
    -Ca suffit, il est inutile de chercher des raisonnements, il n’y en a pas. Il faut faire un choix aléatoire. Puisque vous avez choisi le bleu et le jaune, pourquoi ne pas faire un compromis en mixant et prendre la porte verte ?
    -Excellente idée approuvèrent Stella et Akae.
    -Alors allons-y.

    Lorsqu’ils pénétrèrent dans la salle de la porte verte, ils frissonnèrent quand ils virent la porte se refermer brutalement derrière eux. S’étaient ils précipité dans la gueule du loup ? En réalité aucun piège ne se déclencha mais le couloir dans lequel ils se trouvaient était un cul de sac. Leur frisson se transforma en effroi. Ils n’avaient pas pris la porte qui menait vers la sortie mais la porte qui les en éloignait. Seule une peinture était accrochée au mur. Akae et Kali crièrent à nouveau tandis qu’ils l’examinaient. Le tableau était identique à celui représentant Line et l’homme étrange.
    -Mais pourquoi y a-t-il encore Line ? Pourquoi ce tableau ? interrogea Akae.
    -Vous voulez dire cette jeune fille ? demanda Stella.
    -Line est notre amie expliqua Kali, une jeune fille qui a perdu ses parents et son village. Nous l’avons recueillie même si l’idée venait de Dean. Ce que nous ne comprenons pas, c’est pourquoi elle est dessinée. Cela signifierait qu’elle soit passée par ici et qu’elle est donc bien vivante.
    A peine eurent ils fini leur conversation qu’un tourbillon se forma au centre du tableau puis aspira les trois aventuriers. Mais ils n’eurent pas le temps de reprendre leurs esprits. L’homme qu’ils avaient vu dans le tableau cria dès qu’il les vit :
    -A l’aide! aidez moi.
    -Hein ? qu’est ce qui se passe ? demanda Akae.
    -Le monstre ! cria l’homme, le monstre !
    Ils furent en face d’eux une créature gélatineuse et gigantesque. Elle était entièrement bleue. Ses yeux était rouges. Elle montrait ses crocs : deux rangées de dents pointues et tranchantes.
    -La fille ! cria l’homme. Elle est enfermée dans le tableau et il la libérer !
    Ils frémirent d’horreur lorsqu’ils virent Line qui semblait être prisonnière dans tableau vierge. Elle se débattait derrière le tableau, le martelait de coups mais sans succès.
    -Bon dieu ! cria Kali, Tiens bon Line, nous allons te libérer.
    -Quoi ? Line ? demanda l’homme. Vous le connaissez ?
    Mais ils n’eurent pas le temps de répondre. Le monstre gagnait du terrain et avançait en disant :
    -miam miam, slurp slurp, de la nourriture.
    L’homme et les deux femmes furent paralysées d’effroi. Seul Akae prit son courage à deux mains et se jeta sur le monstre. Puis il l’enserra de toutes ses forces pour l’écraser. Le monstre au départ surpris par l’attaque fut estomaqué. Akae avait une force de géant et le tenait fermement. Le monstre tenta de le mordre mais sans succès. Pendant ce temps, Kali s’était précipitée vers le tableau mais elle ne parvint pas à délivrer Line. Akae néanmoins perdait le contrôle de la bataille. La créature était gélatineuse. Elle n’eut donc aucune mal à se recroqueviller puis à se libérer de la prise d’Akae. Elle s’enroula autour de lui et commença à l’enserrer.
    -Aidez moi ! cria Akae.
    Le monstre ouvrit à ce moment la bouche et s’apprêta à avaler la tête d’Akae. Néanmoins, il poussa un cri de douleur. L’homme s’était précipité sur un chandelier sur lequel étaient disposées trois bougies allumées et l’avait jeté sur le monstre. Comme la créature était gélatineuse, le feu ne s’éteignit pas mais se rependit le long de son corps. Elle hurla et libéra Akae. Au bout d’une minute, elle se recroquevilla et ne devint plus qu’un tas de cendres. A ce moment là, le tableau se brisa et Line atterrit lourdement sur le sol. Elle se releva néanmoins comme si elle n’avait rien eu.
    -Je n’ai rien compris fit Stella, nous avons dû manquer un épisode.

    Plus tard, ils étaient réapparus dans le salon d’Alexander. Lorsque le monstre avait été vaincu, tous les tableaux fournis par le sorcier farceur s’étaient brisés. De ce fait, ils étaient réapparus dans la maison de l’homme. Il leur servit des gâteaux d’apéritif en leur disant.
    -Je vous remercie de nous avoir libérés tous les deux. Sans cela, Line aurait été prisonnière et j’aurai fini dans l’estomac de ce monstre.
    -Pourquoi ce monstre est il apparu ? demanda Stella.
    -Hé bien c’est un peu compliqué dit il gêné. Line m’avait proposé de peindre pour moi. Elle prétendait avoir beaucoup de talent.
    -Je savais qu’il recherchait des gens comme moi souffla t’elle. Les autres villageois me l’ont appris fit elle.
    -Heureux d’avoir trouvé une nouvelle artiste aussi jeune soit elle, je lui ai prêté un tableau vierge. Malheureusement, il s’agissait d’un tableau du sorcier farceur et nous avons été aspirés sans nous en rendre compte.
    -J’ai peint un monstre dit elle fièrement.
    -Mais même à l’intérieur d’un tableau piégé, il existe d’autres farces. Le monstre une fois peint a pris vie, est parvenu à sortir de son tableau et y a enfermé le Line. C’est après que vous êtes intervenus.
    Akae dévisagea Line. La fille avait grandi de quinze mois et sa maturité semblait avoir légèrement augmenté. Auparavant elle jouait uniquement avec son bâton en se désintéressant des conversations. Dorénavant, elle y participait. Elle avait conservé son bâton lumineux et l’avait déjà repris.
    -je ne vous remercierai jamais assez pour nous avoir délivré ajouta Alexander. Que comptez vous faire à présent.
    -Nous allons reprendre notre route dit tranquillement Akae. Nous avons beaucoup de choses à faire.
    -Je vois répondit Alexander.
    -Je viens ! déclara Line.
    -Comment ca ? Tu veux vraiment venir ? demanda Kali.
    -Oui je veux revoir mon frère et ma sœur.
    -Ton frère et ta sœur ? mais tu n’en as jamais eu.
    -Si ! j’ai toujours eu Ashe et Dean.
    Kali poussa un soupir.
    -Hum…je pense qu’il vaut mieux que tu règles ca avec eux.
    -Tu ne peux pas venir fit Akae. Nous allons visiter un monde dévasté et je doute qu’Ashe et Dean soient encore en vie
    Line lui donna un coup de pied dans les jambes.
    -Si si si ! je veux les revoir alors je viens.
    Kali afficha un sourire. Si Line lui avait paru grandir, elle avait conservé son caractère.
    -Très bien répondit Kali. Nous essaierons de les retrouver.
    -Et mais…mes tableaux ? demanda Alexander.
    Line se tourna vers lui.
    -Ne t’inquiète pas Alexander, je reviendrai un jour pour te montrer toutes mes œuvres.
    Alexander s’assit le regard triste.
    -Il en a toujours été ainsi. J’ai été abandonné par chacun de mes artistes. Mais soit, si tu veux vraiment partir, je ne peux pas t’en empêcher. Promets moi seulement de revenir bientôt.
    -Promis dit elle.
    Ma bio rp est ici

  22. #22
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 4

    Les aventuriers avaient décidé de prendre la direction du nord. D’après les habitants, les continents et les lieux avaient bougés depuis la catastrophe. Certaines terres étaient détruites, d'autres avaient changé d'emplacement. Or Nagara se situait au nord par rapport à Zanca. Ils n'avaient pas d'autre idée en ce qui concernait la direction à prendre. Ils espéraient revoir Yano ou Dean dans le cas où ils seraient vivants mais ils en doutaient. Il aurait fallu de l'accompagnement pour arriver jusqu'ici. Ils se trouvaient à présent dans la plaine du Serpent. On racontait que des créatures terrifiantes comme des sangsues ou des vers géants y avaient élu domicile et rare étaient ceux qui osaient s'aventurer dans ces lieux. Pourtant, durant toute la traversée, ils ne croisèrent personne si ce n'est un couple accompagné de leur fils. Ceux ci les abordèrent alors qu'ils passèrent.
    -Bien le bonjour fit le père lorsqu'il les vit, que cherchez vous en ces lieux ?
    Surpris, Akae répondit :
    -Nous cherchons à rejoindre Nagara, et vous ?
    -Alors c'est une bonne rencontre, nous sommes partis en route vers le lac du serpent dans l'espoir de pêcher.
    -Pêcher ? Mais le lac est loin. Et si vous croisez des monstres ? Ils vous réduiront en charpie, vous n'êtes même pas armés.
    -Des monstres ? Pouffa l'homme, vous voulez rire j'espère.
    -Que voulez vous dire ?
    -Les monstres n'existent plus depuis la catastrophe expliqua le femme. La chaleur est devenue trop insupportable pour eux. Même si elle est retombée depuis, ces malheureux n'ont pas survécu.
    -C'est faux ! hurla Line. Ils existent encore.
    Elle leur tendit le dessin représentant l’hideuse créature gélatineuse eux yeux rouges qui avaient pris vie. Ils poussèrent un cri avant de reprendre :
    -Hum...oui c'est vrai jeune fille, si on se place de ce point de vue.
    -Quoi qu'il en soit reprit la femme, nous sommes libres dorénavant. Chaque vénatir peut se gérer tout seul. Plus de monstre, plus de roi, nous sommes libres.
    Le garçon profita de la discussion pour tirer la langue à Line. Celle-ci mécontente s'approcha de lui et lui envoya un coup de pied dans les jambes.
    -Albert ça suffit dit le père.
    -Line ça suffit fit Kali.
    Line jeta un regard noir vers Kali mais obéit.
    -Nous allons partir déclara le père. Si vous allez à Nagara, vous y rencontrerez peut être ces jobards.
    -De qui parlez vous ? demanda Kali.
    -De quelques joyeux lurons répondit la mère ou de terroristes, au choix. La différence est très tenue. Lorsqu'on leur a demandé ce qu'ils comptaient faire, ils nous ont répondu en rigolant qu'ils allaient piller le palais du gouverneur Yano.
    -Yano n'est plus le gouverneur fit remarquer Akae.
    -Je ne crois pas que cela fasse une différence pour eux, Yano ou pas, cela reste un palais.
    -Maman, regarde ce que j'ai trouvé dit l'enfant.
    Les parents poussèrent un cri. Albert leur montra un objet métallique rouillé et boueux.
    -Où as tu trouvé cela Albert ?
    -Ben par terre.
    -Albert, combien de fois t'avons nous dit de ne jamais ramasser ce que tu trouvais par terre, tu sais bien que c'est sale.
    -Mais je veux le garder !
    -Jette le ! hurla le père, où tu vas recevoir la plus grande fessée de ta vie.
    Avec regret, il jeta l'objet par terre.
    -Nous avons assez perdu de temps reprit il, nous allons vous laisser, bonne route voyageurs.

    Plus tard, Line brandit fièrement l'objet trouvé par Albert.
    -Line que fais tu avec ça ? demanda Kali, jette le.
    -Non ! Je l'ai trouvé il est à moi.
    -C'est sale déglutit Stella.
    -Non, j'ai enlevé toute la boue, il est propre maintenant.
    -Line, lâche tout de suite cet objet où tu vas recevoir la plus grande fessée de ta vie fit Akae.
    Line lui donna un coup de pieds dans les jambes.
    -Tu n'es pas mon père grand dadais, alors c'est moi qui décide.
    -Je t'interdis de...
    Mais Line ne l'écoutait pas, elle souffla soudain dans l'objet et un son trident en sortit. Aussitôt, une brise se déclencha.
    -Mais qu'est ce qui se passe ? demanda Akae.
    Satisfaite, Line sourit.
    -Vous n'avez rien compris à ce que je faisais hein ? Vous n'avez pas reconnu l'objet ? Il s'agit de l'appeau des dragons.
    -Quoi ? S'exclama Kali. Mais...il fonctionne encore ?
    La brise s’intensifia de plus belle puis baissa de volume. Soudain des battements d'ailes se firent entendre prés d'eux.

    -Tiens tiens dit le père des dragons, mais ce sont nos intrépides aventuriers.
    -Vous ? s'écrièrent ils tous, mais comment avez vous survécu ?
    -Êtes vous idiots ou quoi ? Nous sommes des dragons, nous savons voler. Nous avons de ce fait ainsi évité la catastrophe.
    -C'est nous qui sommes surpris de vous voir en vie renchérit la mère, même si vous ne semblez pas au grand complet. Cata, arrête d'embêter ta sœur.
    Les trois jeunes dragons arrivèrent peu après.
    -Salut les amis lança Cata.
    -Cata, quel bon vent t'emmène ? demanda Akae.
    -Rien de bon ! hurla la mère. C'est une vraie catastrophe. Il est encore pire qu'avant. Il fait toujours autant de gaffes et de bêtises.
    -Et comme si ça ne suffisait pas ajouta le père, il ne cesse de se vanter d'avoir ramené l’œuf sain et sauf.
    -Ben quoi ? C'est vrai fit il.
    -Encore que l’œuf n'aurait jamais dû être sauvé lui rappela la mère.
    -Quoi qu'il en soit, c'est une chance que vous soyez toujours en vie dit le père. Vous nous avez appelé parce que le royaume vous embête encore ?
    -Heu non dit Akae, le royaume n'existe plus. En fait, Line a retrouvé cet appeau et a soufflé dedans.
    -C'est d'ailleurs étrange ajouta Kali, comment se fait il qu'il fonctionne encore ? Il ne possédait qu'une charge pourtant.
    Les parents dragons rigolèrent.
    -Vous faîtes erreur, l'appeau peut être utilisé autant de fois que l'on veut.
    -Quoi ?
    -Soufflez dedans une nouvelle fois.
    Line souffla dedans. Il n'y eut cette fois aucun vent, sûrement parce que les dragons étaient à proximité. En revanche, le sifflet se fit entendre.
    -Qu'est ce que ça signifie ? demanda Kali.
    -Nous vous avons encore menti avoua la mère, Comment avez vous pu croire que l'appeau ne pouvait fonctionner qu'une fois ?
    -Quoi ? Mais pourquoi nous l'avoir caché ?
    -C'était uniquement par prudence, comprenez qu'il aurait été fatigant pour nous de venir à chaque fois que vous nous auriez appelé expliqua le père.
    -Et puis nous souhaitions que vous puissiez l'utiliser à bon escient ajouta la mère. Mais apparemment ce n'est pas ce que vous avez fait.
    -Ca se discute fit kali.
    Akae fulminait quand à lui. Les dragons étaient de vrais menteurs.
    -Nous nous excusons dit la mère.
    -Vous dîtes toujours ça D'abord vous nous faîtes croire que vous avez perdu un œuf et maintenant vous nous avez caché que l'appeau pouvait être utilisé autant de fois que l'on veut. A quoi cela sert il d'avoir des amis si c'est pour cacher tous les secrets ?
    -Hé, nous n'avons jamais décrété que nous étions vos amis dit le père.
    -C'est bien vrai ça renchérit la mère, moi je parlerais plutôt de coopération.
    -Avec des amis comme vous, nous n'avons pas besoin d'ennemis fit Akae.
    -Moi je les considère comme des amis intervint Cata.
    -La ferme imbécile dirent les parents en cœur.
    Un long moment de silence s’intailla.

    -Vous n'êtes quand même pas très malins dit le père en brisant le silence. Vous auriez pu vous douter
    que l'appeau fonctionnait autant de fois que l'on souffle dedans.
    -Ben voyons et en plus, c'est de notre faute.
    -Non non se défendit il, ce n'est pas ce que j'ai dit. Je dis juste que n'importe quel être sensé se serait douté que nous aurions menti.
    -C'est bien ce que j'ai compris. Pour vous, c'est nous les fautifs.
    -Bon ça va dit la mère, on ne va pas se disputer pour de telles broutilles. Chéri, nous devons leur laisser l'appeau.
    -Quoi ?
    -Il faut bien nous faire pardonner de leur avoir caché la vérité.
    -Bon d'accord capitula t'il. L'appeau est à vous. Vous pourrez nous appeler quand vous le souhaitez.
    -Dans ce cas, j'aurais une faveur à vous demander dit timidement Kali.
    Dubitatifs, le père répondit :
    -Je vous écoute jeune femme.
    -Hé bien voilà, vous avez été témoin de la catastrophe qui a eu lieu n'est ce pas ? Nous connaissons la personne fautive. Vous l'avez rencontrée vous aussi. Il s'agit d'Hélène la sœur du roi. Nous savons où elle se trouve et qu'elle compte cette fois détruire tous les vénatirs, pas l'environnement. Conduisez nous à elle, aidez nous à la vaincre et nous n'aurons plus rien à craindre.
    Surpris, le dragon se figea puis secoua la tête.
    -Je regrette mais c'est non.
    -Mais pourquoi ?
    -Nous nous sommes jurés de ne pas intervenir dans les affaires des humains.
    -Mais elle compte détruire tous les vénatirs, pas que les humains.
    -J'entends bien mais c'est non. Nous ne vous aiderons pas. Nous survivrons si Hélène recommence à créer des cataclysmes. Alors nous n'agirons pas.
    -Heureusement que vous avez dit que l'on pouvait faire appel à vous railla Akae.
    -Disons que... ce problème est épineux. Il est bien trop important puisqu'il s'agit de l'avenir du monde. Demandez nous autre chose de moins important et nous vous aiderons.
    -Merci fit Akae mais je crois que l'on va très bien pouvoir nous passer de votre aide.
    -Comme vous voulez soupira le père. Où comptez vous aller comme ça ?
    -Nous allons à Nagara pour retrouver des amis.
    -Vraiment ? Ce doit être chouette fit Cata.
    -Je n'en doute pas dit le père en foudroyant son fils du regard. Nous, nous allons rendre visite à notre famille.
    -Encore ? gémit Cata. On ne pourrait pas changer de disque ? Ca fait trois fois que l'on y va depuis la catastrophe.
    -Silence Cata fit la mère, quand on a de la famille, on va la voir. Un point c'est tout.
    -Mais moi je n'ai pas envie d'y aller.
    Les parents soupirèrent d'exaspération.
    -J'ai envie de vivre des aventures.
    Alors que le père s'apprêtait à lui administrer un savon, la mère intervint.
    -Chéri, j'ai une idée.
    Tout le monde se tourna vers elle.
    -Et si on laissait Cata partir avec eux ?
    -Quoi ? Mais tu as perdu la tête ? Il ne fait que des bêtises, il va les ralentir.
    -Au moins il ne nous dira pas de mensonges railla une nouvelle fois Akae.
    -Justement fit la mère. Il n'est encore qu'un enfant mais il est temps qu'il grandisse.
    Le père soupira avant de demander aux aventuriers.
    -Accepteriez vous de prendre en charge Cata ?
    Akae se tourna vers ses amis. Voyant qu'un d'entre eux ne broncha, il haussa les épaules.
    -Pourquoi pas.
    -Tu vois chéri, il y a toujours une solution. Et puis au moins, on s'en sera débarrassés.
    -D'accord fit il et tant que vous y êtes, gardez le, on n'en veut plus.
    -Quoi ? s'étrangla Stella, mais il est votre fils.
    -Je n'ai pas demandé à vivre pour élever une maisonnée qui contient un raté.
    -Oui, il ne fait que des catastrophes ajouta la mère.
    -Très bien Cata pars avec eux si tu le souhaites et bon débarras !
    Ils s'envolèrent dans le ciel sans rajouter un mot.

    Le groupe observa Cata d'un air d’apitoiement.
    -Ne vous inquiétez pas lança t'il d'un ton penaud. Ça les passera. Bientôt, ils seront ravis de me revoir.
    -Hé bien on ne dirait pas. A chaque fois qu'on les a vu, ils se plaignaient de toi.
    -Ils se plaignent tout le temps de moi mais ils exagèrent, je ne fais pas tant de bêtises qu'ils le prétendent.
    -On t'a vu à l’œuvre dans l'engin dit Akae.
    -Oui bon d'accord mais ça ne se reproduira pas.
    -Très bien, dans ce cas rendons nous à Nagara.
    Ma bio rp est ici

  23. #23
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 5

    Ils étaient arrivés quelques heures après à Nagara. La ville avait totalement été épargnée par le cataclysme. Les habitants avaient eu beaucoup de chance. Le groupe avait décidé de revoir la voyante qui avait aidé Kali. Néanmoins, elle ne souvint n’avoir revu Dean au cours des quinze derniers mois. Elle promit néanmoins de transmettre un message de la part d’Akae si elle le recroisait. Ensuite, ils étaient allés voir maitre Verton mais il s’était absenté pour faire des courses dans une ville voisine. Personne n’avait non plus entendu parler d’Ashe et encore moins de Yano. Le gouverneur était Samir et la population n’était guère satisfaite. Il ne menait absolument pas la même politique que Yano. Découragés par l’absence de nouvelles de leurs amis, ils décidèrent de faire une pause et se rafraîchir dans un bar. Kali éprouva un sentiment de pitié pour cette pauvre Line. Elle allait devenir orpheline et il était probable que ni Dean ni Ashe n’aient survécu. Pour le moment, la jeune fille jouait avec son bâton sans se soucier davantage de l’avenir. Quand à son propre avenir, Kali n’avait aucune idée du destin qui lui était réservé. Ils choisirent le premier bar qui fut à leur portée. Ils s’assirent l’air maussade tandis que le tavernier vint prendre leurs commandes.
    -Ca n’a pas l’air d’aller fit il au groupe, cela dit ca se comprend avec cette fin du monde. C’est un miracle que l’essentiel des vénatirs aient survécu même si on peut déplorer des pertes. Certaines personnes ont perdu un voir plusieurs membres de leur famille.
    -Comment pouvez vous être au courant ? demanda Stella, votre ville n’a pas été touchée.
    -C’est vrai reconnut il, mais de nombreux voyageurs passent par Nagara. Nous ne sommes pas non plus sans nouvelles du monde. Ici, nous avons été épargné même si Samir est un vrai tyran. Il envoie ses gardes contre la population à la moindre manifestation. Le vrai problème c’est lui…et eux dit il en désignant un groupe de personnes dans la taverne.

    Les personnes en question portaient toutes des manteaux et avaient rabattus leurs capuches, comme s’ils redoutaient d’être vus par les autres.
    -Qu’ont-ils de si particuliers ? demanda Kali.
    -Ils parlent de sabotage, de destruction et de terrorisme.
    L’espace d’un instant ils se demandèrent si elles n’étaient pas celles désignés par la famille rencontrée dans la plaine du serpent. Ils s’approchèrent discrètement des personnes qui ne se gênaient pas pour parler à voix haute alors qu’elles étaient seules dans l’auberge. Elles étaient au nombre de quatre. Une était assise et les trois autres debout.
    -Moi j’balance une bombe et je fais exploser la porte dit l’une d’entre elles.
    -Moi j’ai les plans, on te file la carte et tu te débrouilles.
    -Et n’oublie pas de piller les richesses
    -Et de manger du garde niark niark
    Seule celle qui était assise restait silencieuse. Pourtant les trois autres s’adressaient à elle. Alors que le groupe s’approchaient d’elles, une se retourna et dit :
    -Qu’est qu’vous voulez vous ?
    -Vous ! dit la personne assise en désignant le groupe.
    -Heu oui ? demanda Kali.
    Etrangement, la personne assise avait parlé sur un ton surpris voir tremblant. Il s’agissait d’une voix masculine. Il était impossible de voir son visage. Néanmoins l’homme se reprit et dit :
    -Oui…vous ! Ne voyez vous pas que nous sommes en réunion ? La moindre des politesses est de nous laisser converser.
    -Oui en effet répondit Akae. Ca ne vous gêne pas pour autant de parler à voix haute dans la pièce. Toujours est il que vous êtes culotés de parler de terrorisme.
    -Peuh fit Stella méprisante, ce n’est que de la frime.
    L’une des personnes debout sortit une épée mais la personne assise lui dit :
    -Non !
    Puis se levant :
    -Nous n’allons pas nous faire remarquer pour de telles broutilles. En plus, nous avons autre chose à faire.
    Il fit signe à son groupe qui le suivit. Lorsqu’il fut sorti, Akae fit :
    -Ils sont bizarre ces gens, étaient ils sincères ?
    -Non répondit Stella, ce n’est que de la frime pour se faire remarquer.
    -Moi ca ne me dit rien qui vaille ajouta Kali, la personne assise qui commande le groupe m’a l’air raisonnable mais les trois autres ont l’air de véritables forbans. Ils savent à peine parler ;
    -Que fait on alors, on les suit ?
    Cata cria :
    -Oui moi je veux les suivre, ils vont nous mener à une belle aventure. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute.
    Le groupe se concerta rapidement puis décida de le suivre.Ils les virent de loin entrain d’examiner une trappe menant aux égouts. Ils défirent les vis qui permettaient de la fixer. Au bout de cinq minutes, ils parvinrent à les défaire toutes puis la grille s’effondra sur le sol dans un fracas.
    -Parfait dit l’homme satisfait. Allons-y. il est temps de provoquer un carnage.

    L’obscurité régnait dans les égouts et des bruits inquiétants se faisaient entendre. Le groupe suivit les mystérieux individus à une distance respectable. Au bout d’un moment, l’un d’eux dit :
    -J’ai amené la lanterne. Nous y verrons aisément.
    Le groupe paniqua. Il ne disposait pas d’un tel objet. C’est ainsi que Line activa son bâton qui dégagea une faible lueur.
    -Quoi ca fonctionne encore ce truc ? demanda Akae.
    -Oui répondit elle fièrement.
    -Tu nous tires à nouveau d’affaire fit Kali, mais essaies de murmurer la prochaine fois. Il serait peu avisé de nous faire repérer par ces hommes uniquement parce qu’on a parlé trop fort.
    Ils regagnèrent du terrain grâce à la lueur de la lanterne au loin. Au bout d’un moment, l’un des hommes dit :
    -On est arrivé, c’est ici que tu dois agir.
    -Très bien, as-tu toujours les explosifs ?
    -Oui bien sur, j’ai toujours les deux boîtes.
    -Passe m’en une, ce mur ne tiendra pas. C’est certain.
    -Qu’est ce qu’ils font ? demanda Akae. Ils essaient de détruire le mur ? Mais pourquoi ?
    -Peut être dans l’espoir de pénétrer dans le palais. Mais je ne comprends pas pourquoi. Ca me parait stupide, les gardes vont les arrêter de suite.
    -C’est prêt fit l’homme, tirons nous, ca va sauter.
    Voyant que les hommes se dirigeaientvers eux, Akae ordonna à Line d’éteindre la lueur provenant du bâton. Les quatre hommes passèrent juste à coté d’eux sans les apercevoir. Trois d’entre eux filèrent vers la sortie des égouts tandis que le dernier resta tapi dans l’ombre. Soudain, le mur explosa. L’homme qui était resté courut en direction du mur détruit. Le groupe hésita à suivre l’homme de peur d’être capturé par les gardes. Cependant en jetant un œil au mur, ils n’en virent aucun.
    -Comment savait il qu’il n’y aurait aucun garde à cet endroit précis ? demanda Kali.
    -Peut être connait il bien le palais répondit Cata.
    Ils s’engouffrèrent dans l’ouverture puis suivirent l’homme. Ils l’avaient perdu de vue mais il était facile de savoir par où il était passé. Il avait laissé derrière lui toutes les portes ouvertes. Soudain une autre détonation retentit.
    -Qu’est ce qui se passe ? demanda Kali.
    -Je crois que ca venait de son deuxième détonateur, il a du l’utiliser répondit Stella.
    -Dans ce cas dit Akae, on devrait le suivre en vitesse, les gardes devraient rappliquer.
    Des bruits de pas présents derrière eux les convainquit de suivre le sage conseil d’Akae.

    Ils arrivèrent plus loin dans une pièce richement ornée. Elle contenait un bureau, un lit à baldaquin ainsi qu’une galerie de tableaux. Dans la pièce, deux hommes étaient présents. Le premier était confortablement installé sur le lit et le second correspondait à l’individu qui avait fait exploser le mur.
    -Quoi ? s’écria le premier homme. Que faîtes vous ici ?
    Froidement, l’autre impassible répondit :
    -Je suis ici pour t’affronter Samir. Je te défie en duel.
    Samir esquissa un sourire en coin.
    -Tu n’en auras pas l’occasion chien. Gardes !
    Mais personne ne répondit à l’appel.
    -J’ai éloigné tout tes gardes. C’était pratique non ? j’ai fait équipe pendant un an avec un artificier, un cartographe et un espion auparavant pirate. Tous les trois te détestent comme toute la population. L’un a pu me procurer les plans du palais, un autre la position de tes gardes et le dernier deux bombes. J’ai utilisé une des bombes à un endroit où les gardes n’étaient pas présents. La deuxième m’a servi à détourner leur attention tandis que je suis ici. Le temps qu’ils interviennent, le duel aura défini la vainqueur. L’un de nous deux est de trop.
    L’homme sortit une épée tandis que Samir se jetait sur sa rapière. Le groupe resta figé devant la scène qui s’offrait à eux. Personne n’osa prendre parti. Le combat s’engagea. Samir se jeta sur son adversaire avec des attaques fulgurantes. Ce dernier para chacun de ses coups. Samir prenait toujours l’initiative de l’attaque mais son adversaire de défendait bien. A un moment donné, leurs épées s’entrecroisèrent mais restèrent bloquées. Samir envoya un coup de genou dans les côtes de son adversaire qui s’écroula. Il tenta de reprendre son épée mais Samir envoya un coup de pied dans celle-ci, l’éloignant. Il tenta de se relever mais Samir le plaqua au sol. Il leva son épée pour donner le coup de grâce mais son adversaire roula et la rapière ne rencontra que le sol. Jurant, il voulut se jeter sur lui mais l’homme avait déjà repris son épée.
    -A présent dit il, la comédie a assez duré.
    Il effectua une attaque tellement rapide que Samit ne vit pas le coup venir. L’homme avait rusé depuis le départ. Il avait fait croire à Samir qu’il était lent et faible pour le prendre par surprise. Il planta son épée dans le cœur de Samir. Le gouverneur s’effondra sur le sol.
    -Je m’étais toujours juré de lui planter une épée dans le cœur.
    Il se tourna ensuite vers le groupe satisfait.
    -Je vois que vous avez eu l’audace de me suivre. Je n’en attendais pas moins de vous. Ca m’évitera d’aller vous chercher.
    -Mais qui êtes vous ? demanda Akae.
    A ce moment là, les gardes arrivèrent essoufflés. Ils ne posèrent pas de question lorsqu’ils virent le groupe mais en apercevant le cadavre de Samir, il sortirent leurs armes.
    -Qui a assassiné le gouverneur ? hurla l’un d’eux.
    -C’est moi dit l’homme qui sortit sa capuche pour dévoiler Yano. J’ai repris le pouvoir alors c’est à moi que vous allez obéir c’est clair ?
    Stupéfaits, les gardes restèrent figés puis repartirent dans le palais.
    -Je suis heureux de voir que je n’ai rien perdu de mon autorité fit il satisfait.
    -Mais Yano fit Kali, pourquoi nous as-tu caché ton identité ?
    -Je ne pouvais pas prendre ce risque admit il, mes amis m’auraient abandonné et le plan aurait été fichu.
    Voyant le groupe exaspéré, il reprit :
    -Tout est bien qui finit bien, que diriez vous d’une visite guidée du palais ?
    Ma bio rp est ici

  24. #24
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 6

    Kali s’était réveillée en sursaut. Elle avait frissonné avant de reconnaître la pièce dans laquelle elle se trouvait. Depuis deux jours, elle logeait dans une des chambres d’invités du palais du gouverneur Yano. Dés le lendemain, elle avait informé au groupe la vision qu’elle avait eu la nuit précédente. Hélène préparait un nouveau coup contre les vénatirs. Grâce à ses pouvoirs, elle allait ranimer tous les scorpions géants gisant au fond de l’océan et ces derniers attaqueraient les vénatirs. Hélène avait l’intention de commencer ses opérations destinées à faire souffrir les vénatirs. Yano n’y avait prêté qu’une oreille distraite tandis que le groupe avait baissé les bras de découragement. Yano refusait de quitter son palais tant que son prototype n’était pas au point. Depuis qu’il avait repris son trône de gouverneur, il travaillait d’arrache pied sur un engin qui permettrait au groupe de voyager aisément. Ils avaient visité toutes les villes du continent et ils ne disposaient d’aucun navire à disposition. Mais ils n’avaient pas visité entièrement le monde. Un cartographe s’était rendu de villes en villes et avait déduit qu’il existait d’autres continents abritant d’autres villes. Le prototype selon Yano devrait permettre de voler, de rouler et de naviguer. Il l’aurait appelé « le transporteur ». Mais sans celui-ci, il étaient bloqués. Le gouverneur restait cependant confiant. Il travaillait avec une équipe spécialisée et il serait prêt très prochainement. Quelques heures plus tard, ils entendirent des cris provenant de l’extérieur. Intrigués ils regardèrent par la fenêtre et virent les habitants de la cité crier et courir dans tous les sens. Certains gardes leur demandèrent de rentrer tranquillement chez eux mais ils étaient en proie à une telle panique que personne ne les écouta.
    -Qu’est ce qui se passe ? demanda Akae.
    Peu après, un garde essoufflé rentra dans le palais et pénétra dans la pièce du gouverneur sans prendre la peine de frapper.
    -Seigneur dit il un brin affolé, une armée de scorpions géants se dirigent vers notre ville. Ils semblent très agressifs.
    Surpris, Yano mit un certain temps avant de digérer cette nouvelle.
    -Nos éclaireurs confirment ce rapport. Les habitants ont appris cette nouvelle et ont paniqué. Il est impossible de les ramener à la raison. Quels sont vos ordres ?
    Yano se leva de son bureau et quitta les spécialistes.
    -Il faut créer un périmètre de sécurité. Activez les barrières de protection et fermez les portes de la ville.
    Puis aux spécialistes :
    -Préparez le prototype et équipez le d’un canon. Il est temps de l’utiliser je pense.
    -Seigneur protesta un des spécialistes, je crains qu’il ne soit totalement prêt et…
    -Non ! coupa Yano. Nous n’avons pas le temps de l’améliorer. Est il apte à voler ?
    -Oui seigneur mais ne faîtes pas ca. Il est encore incomplet. Un défaut peut très bien se révéler.
    -Préparez le ! Ma décision est irrévocable. C’est ma ville et je ne laisserai personne s’en emparer. C’est à moi de la défendre.
    -Visiblement, mes craintes se confirment plus tôt que prévues souffla Kali.
    Yano se tourna vers ses amis.
    -Je suis désolé de devoir vous mêler à ca mais nous devons défendre la ville. Voulez vous participer à la bataille ?
    -Oui acquiescèrent tous.
    -Très bien alors allez à l’armurerie et prenez une arme. Ensuite, postez vous devant une porte, de préférence celle de l’ouest et du sud.
    Alors qu’ils s’apprêtèrent à partir, Yano reprit :
    -Une minute Line. Toi tu restes ici. Tu n’es pas obligée de combattre.
    -Non ! dit elle, je veux participer à la bataille.
    -Pas question fit calmement Yano. Tu es une jeune fille. Je t’interdis d’y prendre part.
    -Non non non ! cria Line.
    -C’est inutile de faire un caprice déclara t’il calmement. C’est moi qui décide.
    Line afficha une mine boudeuse puis renonça. Akae comprit que Line pouvait être obéissante si on s’y prenait bien avec elle. Yano ne s’était pas énervé et était resté ferme sur sa position. Il n’avait pas cédé à ses caprices. Voilà comment il aurait dû réagir auparavant avec elle.

    Plus tard, Yano escalada la tour qui surplombait la ville portant sur le dos un porte-voix. Lorsqu’il arriva au sommet , il cria à l’aide son porte-voix :
    -Ici le gouverneur Yano.
    Aussittôt, les habitants qui avaient paniqué sursautèrent. Ils n’avaient pas eu connaissance du retour de leur ancien gouverneur. Des cris et des acclamations commencèrent à se faire entendre. Ils étaient ravis de ne plus avoir à supporter Samir qui avait agi comme un tyran et de revoir leur gouverneur préféré.
    -je répète ici le gouverneur Yano. Je demande à toute la population de me faire confiance comme autrefois. Une armée de scorpions vient droit vers nous mais nous devons rester calme. Nous avons la maîtrise de la situation et nous ne tomberons pas.
    -Mais comment ? cria un habitant.
    Mais Yano ne l’avait pas entendu de là où il était.
    -Observez bien ce qui nous entoure reprit il.
    Aussitôt après, des barrières sortirent du sol et s’élevèrent de plusieurs mètres autour de la ville. C’était le secret de Yano. Il y a quelques années, il avait fait appel à quelques architectes pour ériger une défense de la ville au cas où il y aurait urgence. Les murs de granit étaient enfouis sous terre mais il était possible de les sortir en actionnant un mécanisme. Yano avait inventé ce système au cas où le royaume serait venu assiéger la ville. Bien entendu face à la puissance du royaume, les murs auraient fini par céder mais ce dernier aurait subi de lourdes pertes. Jamais Yano ne pensait l’utiliser contre un autre ennemi que le royaume. Après la fin du monde, jamais il n’aurait imaginé devoir l’utiliser, le royaume n’existant plus.
    -Voyez vous ? demanda t’il avec son porte voix. Nous sommes protégés. Les murs nous servirons de bouclier.
    Plusieurs cris s’élevèrent en répétant « vive notre gouverneur ». Yano en profita pour continuer :
    -Maintenant que nous sommes protégés, je vous demande de rentrer chez vous et ne sortir sous aucun prétexte en attendant que nous n’ayons repoussé ces monstres.
    Au grand soulagement de Yano, les gens obéirent le cœur soulagé. Ce que Yano avait omis de dire, c’est qu’il allait être difficile de combattre car il faudrait se poster au sommet des murs et les seules armes disponibles étaient des arcs et des arbalètes. Les carapaces des scorpions étant très solides, il faudrait de nombreux projectiles avant d’en venir à bout. Il se maudit de ne pas s’être intéressé aux armes à feu auparavant. C’était maintenant qu’il en avait besoin. Mais il lui restait un canon. Et c’était lui qui allait en bénéficier. C’était lui qui irait se battre en première ligne à l’aide de son prototype. Avec leurs pinces redoutables, ils finiraient pas créer une brèche, il en était certain. Il devait donc éliminer un maximum de scorpions avant qu’ils n’atteignent les murs. Les soldats postés sur les barrières se chargeront du reste.

    Plus tard, Yano survolait la plaine prés de Nagara à l’aide du transporteur. Il réalisa que les scorpions venaient d’un peu partout et que certains étaient déjà presque arrivés à Nagara. Grommelant, Il activa le canon puis envoya un boulet prés d’un groupe de scorpions. La puissance du boulet fut telle que tous les scorpions dans la zone explosèrent. Il continua sa navigation cherchant un autre groupe. Malheureusement, ils ne venaient pas tous groupés et Yano hésita longtemps sur sa nouvelle cible. Enfin lorsqu’il vit une concentration, il fit feu à nouveau. Les scorpions explosèrent ou se craquelèrent. Yano était satisfait. Décidément, cet appareil était merveilleux. Cependant, certains étaient déjà arrivés à Nagara et donnèrent de coups féroces faisant vibrer le mur. Les gardes de la ville ripostèrent avec des flèches et des carreaux mais il fallait de nombreux projectiles avant d’en venir à bout. Tandis que Yano venait d’éliminer quatre autres groupes, il sentit qu’il perdait de l’altitude. Intrigué, il tenta de reprendre de la hauteur mais c’était impossible. Le moteur avait utilisé la totalité de sa réserve d’énergie. A moins qu’un défaut ne soit survenu à cause d’une pièce manquante. Il cria voyant que le transporteur fusa vers le sol. L’appareil atterrit lourdement puis s’arrêta. Toussotant, le gouverneur ouvrit la porte et sortit. Au loin il vit les scorpions qui se regroupaient vers le mur. Il fut inquiet. Pour le moment, le mur tint bon mais ils finirait par se craqueler. Il avait échoué. L’engin était trop incomplet pour pouvoir accomplir quelque chose de miraculeux. De plus, il ne pouvait plus utiliser son canon en tirant de loin. Suite au choc, il s’était déboité et il se trouvait hors de l’engin. Il était inutilisable. Au loin, il vit les scorpions se regrouper. Alors qu’il s’attardait sur cette vision de défaite, il entendit soudain un cliquetis derrière lui. Il se retourna et découvrit avec horreur un gigantesque scorpion prés de lui. Il se précipita sur le canon et tenta de le soulever. S’il parvenait à l’abattre sur la créature, elle finirait par s’effondrer. Malheureusement, il devait peser au moins cent kilos. Le gouverneur renonça à son plan et sortit son épée du fourreau. Il ne donnait pas cher de ses chances de survie face au scorpion. Il tenta de donner un coup d’épée mais la carapace du monstre était trop solide. Celui-ci répliqua et donna un coup de queue. Yano se jeta de justesse sur le coté. Soudain, le monstre hurla et resta figé. Yano crut au départ à une feinte mais ce ne fut pas le cas, le monstre semblait paralysé. Il en profita pour infliger de nombreux coups au scorpions à des endroits plus fragiles que la carapace. Le monstre gigota mais il était trop étourdi pour s’attaquer à Yano. Enfin, le gouverneur lui sectionna tous ses membres et le monstre s’affaissa. Une voix à proximité le fit sursauter :
    -Alors le grand, content ?
    -Quoi ? s’écria t’il mais cette voix…
    Il se tourna vers elle puis prit fulmina.
    -Line espèce d’impertinente, que fais tu ici ?
    La jeune fille lui adressa un sourire espiègle.
    -Tu ne croyais quand même pas que j’allais te laisser toute la gloire.
    Yano était furieux. Line avait désobéi et pénétré dans le transporteur à son insu.
    -Tu ferais mieux de montrer un peu de respect reprit elle. Sans moi, tu n’aurais pas tenu face au monstre.
    Line disait vrai. Grâce à son bâton, elle avait crée une virulente lueur et l’avait projeté contre le monstre. Celui-ci aveuglé, ne pouvait plus bouger. C’était grâce à elle que Yano en était venu à bout. Voyant qu’elle avait raison, il se tourna vers Nagara et vit de nombreuses explosions. Que se passait il ? Ce n’était pas normal.

    Les scorpions étaient parvenus à percer le mur. Il s’effondra dans un fracas puis les scorpions pénétrèrent dans la ville provoquant l’affolement des gardes. Ils en avaient abattu plusieurs mais c’était bien trop insuffisant. Cata bénéficiait d’attaques aériennes mais étant un jeune dragon, sa portée de feu était courte et sa puissance encore chétive. Ce n’était pas lui qui faisait la différence. Les gardes firent bloc devant le mur et attaquèrent les scorpions. Ceux-ci répliquèrent. L’un d’eux transperça le corps d’un garde à l’aide de sa queue recourbée. Les autres scorpions l’imitèrent et les gardes furent rapidement submergés. Ce fut la panique chez eux. Les scorpions ne montraient aucune pitié. Ils abattaient tout ce qui se trouvaient sur leur chemin. Stella fut découragée. Elle était restée en deuxième ligne avec Akae et Kali mais ils ne pourraient rien faire. La première ligne de défense avait quasiment cédée.
    -Ils sont trop nombreux gémit Kali.
    -Venez lanca Akae, il faut fuir. Nous ne pouvons rien faire si ce n’est avertir la population de fuir.
    Soudain des explosions retentirent et les scorpions s’affaissèrent. Croyant voir un miracle, ils se tournèrent vers la zone de combat. Tous les gardes avaient péri mais les scorpions étaient attaqués par une nouvelle puissance. Paniqués, ils tentèrent de comprendre qui provoquait de tels dégâts mais à chaque seconde qui passait, de nouveaux explosèrent. Ils ne voyaient pas leurs attaquants. Rapidement, le nombre de scorpions morts augmentait. Les trois scorpions qui avaient pénétré dans la ville restèrent figés puis explosèrent en même temps. Puis ce fut l’accalmie pendant un moment. Il ne se passait plus rien. On ne voyait plus que la fumée qui émanait des explosions.
    -Je crois que c’étaient les derniers dit soudain une voix.
    Intrigués, ils se tournèrent vers elle-ci. Cette voix, ils l’avaient déjà entendu mais où ? Tout à coup, deux silhouettes firent leur apparition. Le groupe les reconnut facilement : il s’agissait de maître Verton et d’Ashe.
    -Ashe ! crièrent ils.
    -Akae, Kali et Stella fit elle en jubilant. Vous êtes vivants.
    -mais que s’est il passé, vous avez détruit tous les scorpions ?
    Ashe hocha la tête fièrement.
    -Oui. Maître Verton et moi sommes allés faire quelques emplettes à Zanca car nous sommes à cours d’ingrédients. C’est en revenant que nous avons vu tous ces scorpions. Par chance, nous avons de nombreuses éprouvettes qui pouvaient provoquer des explosions. Nous avons pu les anéantir.
    -Heureusement qu’il n’y en avait pas plus fit maître Verton. Nous n’avions plus que trois éprouvettes.
    -Et les monstres ne pouvaient pas nous voir car nous étions caché sous une cape caméléon. Elle nous permet de nous déplacer sans être vus. Et c’est moi qui l’ai crée.
    -Quoi ? toi ? s’écria Kali.
    -Oui fit elle fièrement. Je vais vous montrer quelque chose.
    Elle sortit un parchemin et dit :
    -Voici mon diplôme d’alchimie.
    -Quoi ? fit Kali. Mais c’est génial tu as réussi. Je suis fière de toi dit elle en se jetant dans ses bras.
    Maître Verton soupira.
    -Après la fin du monde, Ashe est tombée inconsciente et a été transportée par l’océan jusqu’à une plage. Elle s’est donc rendu ici et nous avons pu tous les deux reprendre ses études. Il lui aura fallu huit mois avant de décrocher son diplôme.
    -C’est génial.
    -A ce propos, d’où viennent tous ses scorpions ?
    -Je crains que ce ne soit qu’un début fit Kali en soupirant.
    Elle expliqua aux nouveaux venus sa vision d’Hélène et ce qui risquait de se produire à l’avenir/
    -Nous devons la retrouver et l’empêcher de nuire continua t’elle. Le problème, c’est qu’elle dispose maintenant d’un pouvoir très puissant. A ce propos, voudras tu nous accompagner ?
    -Hé bien fit Ashe…c’est que…
    -Tu dois y aller coupa maître Verton.
    -Mais maître, en êtes vous sur ?
    -Oui, je t’ai déjà dit que l’alchimie devait servir à aider les autres personnes. De toute façon, tu n’as plus rien à faire ici. Je t’ai enseigné tout ce que je savais et tu as eu ton diplôme. Néanmoins, je t’ai vraiment apprécie comme assistante.
    Ashe se tourna vers ses amis.
    -Dans ce cas c’est d’accord. J’irai avec vous. Nous devons empêcher de nuire à Hélène. A ce propos où est Dean ?
    Tout le groupe baissa la tête.
    -Je vois. Dans ce cas, nous partions à sa recherche avant. Je suis certaine qu’il a survécu.
    Ma bio rp est ici

  25. #25
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 7

    La population de Nagara était en fête. Non seulement elle avait retrouvé son gouverneur favori mais de plus, les scorpions avaient été repoussés. Désormais, elle pouvait dormir sur ses deux oreilles. Néanmoins, ce n’était pas l’avis de Kali. Pour elle, cette invasion n’était que le début d’une série de souffrances qu’Hélène comptait infliger aux vénatirs. Entre temps les spécialistes étaient entrain de réparer le transporteur et de le compléter avec les pièces manquantes ce qui retardait le départ. Line et Ashe s’étaient réjouies de voir que chacune avait survécu à la catastrophe et la jeune fille s’était jetée dans ses bras.
    -Dis moi Ashe, tu me prendras avec toi n’est ce pas ?
    -Hein ?
    Se tournant vers ses amis :
    -Qu’est ce que ca signifie ?
    Akae se racla la gorge.
    -Je crois qu’elle veut être ta petite sœur adoptive.
    Ashe émit un petite rire.
    -Je vois, dans ce cas, bienvenue dans la famille Line.
    -Quoi ? s’écria Kali. Tu acceptes ?
    Ashe hocha la tête.
    -Line n’a plus aucun endroit où aller et seule, il lui sera difficile de survivre. Nous avons l’habitude à Loat de prendre en charge les orphelins.
    -Mais Georges ? Cécile ? et Dean ?
    -Georges et Cécile accepteront. Quand à Dean, je le vois mal refuser. C’est lui qui avait proposé à Line de voyager avec nous le premier.
    Le lendemain, Yano fut réjoui. Le transporteur était prêt à partir. Les spécialistes le sortirent du palais et firent signe au gouverneur.
    -Il est temps de partir fit Yano. Nous devons explorer les autres continents et partir à la recherche de Dean et de Samara s’ils sont encore vivants.
    -Dean est vivant souffla Ashe, j’en suis certaine.
    -As-tu une idée de l’endroit où il peut se trouver ? demanda Akae.
    -Hum…je dirais Loat mais nous ignorons où il se trouve.
    -Si l’environnement entourant Loat n’a pas trop changé, le village devrait être à proximité des déserts déclara Kali.
    -Alors mettons nous en route conclut Yano.
    L’engin provoqua l’admiration du groupe. Il était très spacieux. Il pouvait transporter jusqu’à une trentaine de personnes et plusieurs salles avaient été crées. On y trouvait d’abord le hall d’entrée qui faisait la jonction entre les autres salles. Les deux premières regroupaient un dortoir. Chaque dortoir était petit mais on pouvait y faire dormir cinq personnes dans chacun d’eux. Yano n’avait pas estimé nécessaire pour le moment d’y placer des draps et des couvertures. Un petit salon contenant des fauteuils ainsi qu’un bar avait été placé. On y trouvait aussi une petite cuisine même si Yano n’avait pas installé de nourriture. Enfin la salle de contrôle se trouvait à l’arrière du transporteur. Le pilote pouvait le manœuvrer mais aussi utiliser l’armement mis à disposition. Un vrai transport de luxe comme l’avait affirmé Stella. Certes il manquait d’autres pièces. Par exemple Yano comptait y rajouter une salle d’évacuation des excréments, une salle de réserve ainsi qu’une salle de recherche scientifique mais les ouvriers ne l’avaient les avaient pas construites par manque de temps. Il les ajouterait plus tard. Il songeait même à le faire visiter à la population mais cette idée était secondaire. Ashe sourit en voyant le salon. Yano ne lésinait pas sur le confort et les petits gadgets. Il vit Line se disputer avec Akae dans celui-ci.
    -Non Line insista Akae, tu n’as pas le droit aux cocktails. C’est simplement pour les adultes.
    -C’est pas juste répliqua Line.
    Plus tard, Yano utilisa le canal de transmission qui permettait de faire passer les messages dans le transporteur et dit :
    -Venez me voir dans la salle de contrôle, il y a quelque chose que j’aimerais vous montrer.
    Ils se rendirent tous dans la salle de contrôle et Yano désigna les hublots.
    -Regardez à l’extérieur.
    Ils rendirent le visage et découvrirent avec surprise un grand navire échoué sur une plage.
    -Un bateau ? Mais que fait il ici ? demanda Kali.
    -Et si nous allions le visiter ? demanda Ashe.
    Le gouverneur hocha la tête.
    -D’accord fit il mais moi je resterai ici. Comme il n’y a pas d’endroit plat, nous atterrirons sur l’eau.

    En réalité, Ashe fut la seule à vouloir explorer l’épave. Le restant du groupe resta dans le transporteur. Elle sauta sur le pont et le parcourut rapidement. Elle ne vit pas grand-chose d’intéressant. On y trouvait des tables et des chaises renversées. Le choc avait été violent. Existait il des survivants ? Depuis combien de temps le navire avait il échoué ? Le gouvernail présent sur le pont était cassé. Il n’était plus possible de le naviguer. Elle explora les alentours. A proximité se trouvaient certains récifs. Le timonier avait il été si imprudent ? Le mat était brisé et s’était affalé sur le pont. Elle descendit dans la cale qui déboucha sur un couloir long et humide. Puis elle ouvrit la première porte. Elle arriva dans une vaste salle ornée et d’une somptueuse beauté. S’agissait il d’un navire touristique ou de plaisance ? Elle entrevit un aquarium géant contenant plusieurs anguilles et autres poissons plus petits. Quel ironie, ces poissons se trouvaient à la fois hors de l’eau tout en restant à la surface de celle-ci. Le sol était un dallage de mosaïques. Sur une table était posés une bouteille de verre. Elle prit la bouteille et réalisa qu’un message était gravé à l’intérieur.
    « Le code secret
    .
    D’après l’ancien propriétaire du navire, il existe plusieurs salles d’urgence. Je ne les ai jamais encore vues mais elles pourraient servir un jour où l’autre. L’une contient une armurerie et l’autre un pilotage de secours. Pour cela, il faut passer le sas de sécurité mais il ne s’ouvre qu’à l’aide d’un code. A tous ceux qui lisent ce message, pour ouvrir le sas de sécurité, vous devez positionner les aiguilles de 470° au sud puis 350° à l’est. »
    Le message s’arrêtait ici. Elle quitta la salle et ouvrit la seconde porte. La salle contenait cette fois un piscine. Etrangement des formes sombres s’y baignaient. Intriguée, elle s’en approcha et découvrit avec horreur des humains tous le regard blême flottant sur la piscine à l’aide de bouées ou noyés au fin fond de celle-ci. Que s’était il passé. Terrifiée, elle quitta cet endroit et referma la porte. La suivante débouchait sur le sas de sécurité. Elle chercha l’astuce de la combinaison puis positionna les aiguilles comme indiqué dans le message. Le sas s’ouvrit donnant sur un nouveau couloir. Elle remarqua à ce moment là l’armurerie. La porte était déjà ouverte. Quelqu’un avait dû passer ici avant elle. Elle entrevit le long du couloir des gouttes qui tombaient du haut du plafond. Qu’est ce que cela signifiait ? y avait il une fuite ? Le bateau menaçait il de couler lentement ? Résignée, elle s’apprêta à partir quand soudain un bruit sourd se fit entendre de l’autre coté du couloir. Intriguée, elle tourna sur la droite et poussa un cri. Une silhouette vivante s’y trouvait. Elle se tourna du coté d’Ashe et détala de l’autre coté.
    -Attendez ! cria Ashe.
    Elle se lança à la poursuite de l’individu.
    -Attendez, je veux vous parler.
    Mais l’individu ne répondit pas. Elle descendit de nouvelles marches et se retrouva en contrebas dans une salle des machines.
    -Où est il passé ? se demanda elle.
    Soudain, une ancre atterrit devant elle. Puis elle se retrouva rapidement ligotée par une corde. Elle n’eut pas le temps d’agir. La corde la saucissonna fermement. L’ancre était attachée à une corde et l’individu avait l’intention de la capturer. Il y était parvenu aisément.
    -Lâchez moi ! cria t’elle.
    L’individu était vêtu d’une cagoule et une veste de cuir.
    -Que fais tu sur mon navire ? Parle ! ordonna une voix masculine.
    -Votre navire ? Avec tous ces morts ?
    L’individu ricana.
    -Ce n’était pas mon navire auparavant. Je suis un ancien naufrageur. Je m’occupais de couler les navires pour piller leurs richesses. Je me suis contenté d’attirer celui-ci vers des récifs pour le saborder. J’ai ensuite trouvé tous les membres de l’équipage et je l’ai ai tué par strangulation un par un. Ils coulent maintenant au fond d’une piscine.
    -Salaud ! cria Ashe
    Sans répondre à son insulte, il reprit :
    -Si tu es venu ici, c’est que tu connais l’endroit secret dans lequel sont contenues les richesses. Où sont elles ? parle.
    -Mais je n’en sais rien fit elle.
    -C’est une honte. Jamais un navire ne m’avait résisté. C’est la première fois que ne vois pas de trésor.
    Il soupira puis reprit :
    -Puisque tu ne le sais pas, tu finiras comme les autres au fond de la piscine.
    -Non ! cria t’elle.
    Elle tenta de se débattre mais elle était ligotée. Et ses amis ne viendraient pas la chercher. Ils étaient restés sagement dans le transporteur. L’individu se jeta sur elle et commença la strangulation. Elle suffoqua. Au moment où elle faillit perdre connaissance, un coup de feu fut tiré. Elle ressentit soudain que la pression se relâchait puis l’homme s’effondra. Ashe prit le temps de reprendre ses esprits et vit qu’une autre silhouette était présente. Avec un revolver, elle avait tiré sur l’homme. Ashe cria quand elle la vit :
    -Samara !
    L’aien s’approcha de son amie.
    -Ashe ? Mais que fais tu ici ?
    Ashe reprit son souffle avant de répliquer.
    -Notre groupe a vu cette épave et j’ai décidé de l’explorer. Peux tu me libérer ?
    Pendant que samara s’attaquait aux liens de son amie, elle déclara :
    -Moi je voulais savoir s’il était possible de réparer ce navire. Cela fait plusieurs jours que je suis ici.
    -Pourquoi ?
    -Je veux partir d’ici. J’aimerais aller sur une île.
    -Et tu n’as jamais croisé ce jobard ? demanda t’elle en désignant l’homme mort.
    Samara secoua la tête.
    -Non, ce n’est que tout à l’heure que j’ai entendu des voix. J’ai donc décidé d’aller voir. Et je savais que je ne risquais rien puisque j’avais récupéré cette arme.
    -Ta venue était providentielle. Et ton village, l’as-tu retrouvé ?
    -Oui mais il est désert maintenant. Tout le monde est parti. Nous nous sommes tous disputés.
    -Pourquoi ?
    -A cause de Chelindra. Certains prétendent qu’elle est allée trop loin et d’autres qu’elle n’a fait que se venger de ce que lui ont fait subir les vénatirs. Nous nous sommes divisés.
    -Vous parlez encore d’une personne morte il y a plusieurs siècles ?
    Samara hocha la tête.
    -Nous parlons toujours d’elle. A propos, connaîtrais tu un moyen qui me permettrait d’aller sur cette île ?
    -Oui, nous le ferons. Mais auparavant, nous devons aller à Loat trouver Dean, accepterais tu de nous accompagner ?
    Dubitative, elle répliqua :
    -Bien entendu.
    Ma bio rp est ici

  26. #26
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 8

    Alors que Yano manœuvra le transporteur, Ashe s’écria :
    -Là il y a un village au dessous de nous.
    -S’agit il de Loat ?
    Ashe examina à partir du hublot et répliqua :
    -Ca m’en a tout l’air. Par contre je n’ai jamais vu cette immense tour. Peux tu atterrir ?
    Yano soupira :
    -Allons voir cela de plus prés.
    Il se dirigea vers la plage et déposa doucement le transporteur sur le sable. Lorsqu’ils sortirent, ils furent accueillis par les habitants du village. Ils n’avaient jamais vu de leur vie un tel engin et ils s’étaient regroupés pour admirer la nouvelle curiosité. Lorsqu’Ashe sortit la première, tous les habitants du village s’exclamèrent :
    -Ashe !
    Ashe courut vers les deux villageois qui l’avaient appelé : George et Cécile.
    -Dieu soit loué fit George et l’enlaçant, tu es vivante.
    -Vous aussi répondit elle.
    -Notre village n’a rien subi mais nous nous sommes inquiétés. Pourquoi n’as-tu pas donné de nouvelles ?
    -Oh je suis navrée, j’ai été très occupée et…
    -Et moi ? Je n’ai pas le droit à un bonjour ? demanda sa sœur.
    -Cécile ! Que tu as changé depuis le temps.
    Cécile pouffa :
    -En un an seulement ? J’ai modifié ma coiffure mais de là à changer…
    -Est-ce que Dean est là à ce propos ?
    George hocha la tête.
    -Il est passé en effet. Nous avons été surpris de le voir sans toi.
    -Où est il ? j’ai hâte de le voir.
    -Hé bien c’est un peu embarrassant. Pendant quelques jours, il a raconté toutes vos aventures et il est devenu une idole auprès des autres enfants. Nous avons été fiers Cécile et moi quand nous avions appris tout ce que vous avez fait jusqu’à maintenant. Cependant, vois tu la grande tour ? Dean a eu soudain l’envie de repartir à l’aventure et il s’y est aventuré depuis deux jours et depuis il n’est pas revenu.
    Au départ, Ashe fut heureuse. Jusqu’à maintenant, elle seule était admirée des autres enfants. Cependant, Dean avait eu lui aussi son heure de gloire et deviendrait un exemple pour ceux qui souhaitent suivre l’aventure plus tard. Néanmoins son absence l’inquiétait légèrement.
    -Personne n’a pensé à le chercher ?
    -Si mais tous ceux qui y sont allés ont prétendu que la tour était fermée. De plus, on la surnomme « la tour noire ». Elle fait peur à certains d’entre nous. On raconte d’après les légendes qu’un pouvoir sombre et secret serait enfermé à l’intérieur.
    -Comment est elle arrivée ainsi ?
    -Nous l’ignorons. Au moment de la catastrophe, nous avons senti une violente secousse et la tour noire s’est déplacée toute seule. Elle a dû dériver jusqu’ici. Je pensais que ce n’était qu’une légende mais elle est bien ici en chair et en os.
    Soudain Line accourut et cria :
    -C’est papa et grande sœur ?
    Les deux intéressés se tournèrent vers la jeune fille.
    -Qui est celle jolie jeune fille Ashe ? Elle était avec toi ?
    -Hum…c’est un peu long à expliquer. Mais je le ferai une fois que nous aurons trouvé Dean, je vais aller à la tour. En attendant, profite en pour discuter avec elle.
    -Sois prudente si tu y vas fit il. Nous avons eu peur de te perdre, ne confirme pas notre crainte.
    -C’est promis répondit elle.
    -Un instant dit Kali, je viens aussi.
    -Bon d’accord, allons vers la tour.
    « Dean est encore en vie, il s’en sort toujours » pensa t’elle.
    Plus tard, Kali reçut le même accueil de la part de Mlle Hora. Celle-ci était ravie de la réussite d’Ashe et elle s’était jetée dans ses bras en voyant son diplôme d’alchimie. Alors qu’elle parlaient, Kali n’en entendit pas suffisemment pour savoir de quoi il était question mais il lui sembla entendre des mots tels que « collaboration », « ecole « ou encore « élèves ». Visiblement, Ashe avait de l’avenir ici.

    Les deux jeunes femmes se dirigèrent vers l’effrayante tour.
    -Ashe, puis je te poser une question ?
    Ashe se tourna vers son amie l’air interrogateur.
    -Hé bien, je pense que notre mission est bientôt finie. Nous allons retrouver Dean puis nous affronterons Hélène une bonne fois pour toute.
    -…
    -Je pensais à Akae, Stella, Yano,…tous rentreront chez eux ou du moins je le suppose. Toi, Line et Dean resterez ici vous avez un foyer. Mais moi…je n’ai rien du tout. Je viens d’une autre époque.
    Ashe comprenait la réaction de Kali. La jeune femme se sentirait perdue sans foyer ni endroit où aller.
    -Je pensais rester sur l’île où se trouve Hélène une fois que nous aurons fini. Je n’ai rien à y faire mais je viens de là.
    -Es tu certaine ?
    -Je n’en sais rien. En tout cas, je n’ai pas d’endroit où aller. Je ne vois pas d’autre solution.
    -Erreur, tu en as une.
    -Ha ? Laquelle ?
    -Pourquoi ne resterais tu pas ici ?
    -Quoi ? mais c’est possible ?
    Ashe hocha la tête.
    -Bien sur que c’est possible. Tu es notre amie Kali et il est hors de question que nous te laissons à l’abandon. Sache que dans ce village, tout le monde s’entraide alors tu y trouveras ta place. De plus, les villageois te connaissent un peu. Ce n’est pas comme si tu étais une parfaite inconnue.
    Soulagée, Kali se jeta dans les bras de son amie et murmura un « merci ».

    La tour noire portait bien son nom mais Ashe se demanda si sa couleur n’était pas due à de la suie ou une forme d’oxydation. Elle n’était pas très large mais sa largeur était compensée par sa hauteur. Elle se trouvait sur une plate forme mobile et elles durent franchir l’eau pour pouvoir s’en approcher. Plus tard, elles arrivèrent au pied de la tour mais ne purent entrer. Il n’existait aucune porte ni aucune fenêtre. Elles cherchèrent une issue en vain. Lorsqu’elles renoncèrent à faire le tour, Kali demanda :
    -Es tu certaine que Dean y est entré ?
    Ashe hocha la tête.
    -Je connais bien Dean. Je sais qu’il ne renoncera pas tant qu’il n’aura pas trouvé une issue.
    -Mais il n’y en a pas.
    Ashe secoua la tête.
    -Ce n’est pas parce qu’il n’y en a pas qu’il n’est pas déjà rentré. Il existe d’autres moyens. Si j’arrive à créer une explosion assez puissante, je pourrais peut être provoquer une brèche. Dean a très bien pu demander à Mlle Hora un moyen de rentrer.
    Ashe rejeta de suite cette idée. Si cela avait été le cas, elle lui en aurait parlé. Elle venait juste de la croiser. Elles continuèrent alors à inspecter les contours de la tour jusqu’à ce qu’Ashe s’arrête.
    -Kali viens voir.
    Elle désigna le sol prés de la tour. Kali fronça les sourcils avant de demander.
    -Qu’y a-t-il ?
    -Ne vois tu pas quelque chose d’étrange sur la terre ?
    La jeune femme examina le sol avant de répliquer :
    -La terre semble d’une couleur différente à cet endroit.
    -Exact répondit Ashe. C’est de la terre meuble pour être plus précis.
    -De la terre meuble ?
    -Oui de la terre qui a été travaillée. Quelqu’un est venu ici et a creusé à cet endroit. Je parie qu’il s’agit de Dean.
    -Tu veux dire que Dean aurait creusé ici ?
    Ashe hocha la tête.
    -Mais c’est impossible. Si c’était le cas, le terre qu’il aurait sortie de trouverait quelque part. Le sol ne se serait pas refermé tout seul.
    Ashe secoua la tête.
    -A Loat, le temps est variable tous les jours. Dean a disparu depuis deux jours selon George. Imagine qu’il ait plu entre temps. La pluie aurait permis d’enterrer la terre qui dépassait la surface.
    Elle réfléchit à nouveau avant de reprendre :
    -Attends moi ici, j’ai une idée.
    Elle revint deux minutes après avec une pelle dans la main.
    -Nous allons en avoir le cœur net.

    Plus tard lorsque le trou fut assez profond, Ashe poussa un cri. Il existait une ouverture dans la tour. Donc il était fort probable que Dean y soit déjà entré. Mais dans ce cas pourquoi n’était il pas sorti de la tour ? Etait il bloqué ? Elles comprirent la raison lorsque l’ouverture se referma brutalement derrière elles. Paniquées, elle tentèrent de l’ouvrir mais elle était fermement bloquée.
    -Bon sang mais comment va-t-on sortir d’ici ? demanda Kali.
    Ashe réfléchit et dit :
    -Essayons alors d’aller tout haut. Il y a peut être un mécanisme.
    Il y avait une issue qui permettait d’accéder à l’étage supérieur mais elle était bien trop haute. Elle devait se trouver à quinze mètres de hauteur. Or dans la salle, il n’y avait qu’une pierre et une grande planche de bois adossée contre le mur. Se demandant à quoi lui servirait ce matériel pour monter à l’étage supérieur, elle se dirigea vers la pierre sur laquelle était gravée une instruction.
    « Vous avez eu l’audace de pénétrer dans la tour. Cherchez vous la pierre des âmes ? Je ne respecte hélas que les plus érudits. Réussissez est vous aurez cette pierre. Echouez et vous ne trouverez que la mort ».
    -Je ne comprends pas dit Ashe, qu’est ce que c’est que la pierre des âmes ? Qui a construit cet endroit ?
    Soudain la pierre s’illumina et prit une couleur bleutée. A ce moment là, de l’eau commença à pénétrer dans la salle. Elle s’écoula tel un torrent aboutissant dans une rivière.
    -Bon dieu fit Kali, cela va-t-il durer longtemps ? je ne sais pas nager.
    Ashe frémit. Elle non plus ne savait pas nager. De plus, l’eau ne semblait pas vouloir s’arrêter. Peut être qu’elle avait pour but de remplir la salle. Dans ce cas, Ashe et Kali finiraient noyées. Comment sortir de ce guêpier ? Et si le message avait un sens concernant cette situation ? La personne ayant construit cet endroit avait précisé qu’il était nécessaire de réussir pour pouvoir accéder à la pierre. Elle sursauta. Il y avait un moyen de se tirer d’affaire. Cependant elle ignorait lequel. Si seulement elle possédait un navire…mais oui, un navire ! La solution était venue en y réfléchissant. Elle prit la grande planche et la posa à l’horizontal.
    -Viens Kali, je crois avoir trouvé notre salut.
    La planche possédait tout juste l’espace pour pouvoir les transporter toutes les deux. Kali se hissa au dessus. Il était temps, l’eau lui arrivait déjà à la poitrine. Comme prévu, la planche ne coulait pas mais flottait malgré le poids cumulé des deux jeunes femmes. Ashe avait trouvé la solution. L’eau s’arrêta de monter lorsque le niveau atteint l’ouverture. Les deux femmes battirent des mains pour accéder à l’ouverture puis débarquèrent.
    La seconde salle était similaire à la première à la différence prés que l’on y trouvait un panneau de commande par rapport à la planche. Une autre pierre était présente et l’ouverture était bien trop haute. Ashe s’approcha de la pierre et y lut l’inscription. Quel destin funeste réservait le créateur de la tour au groupe ? Elle lut cette fois :
    « Votre intuition et votre vivacité me donnent le vertige mais vous avez peut être eu de la chance aussi. Je vais donc vous donner une autre épreuve qui ne déterminera que votre perspicacité. Approchez vous du panneau de commande. Réussissez et vous aurez cette pierre. Echouez et vous ne trouverez que la mort.»
    Ashe et Kali obéirent puis examinèrent le panneau de commandes. Elles purent voir huit boutons sur celui-ci sur lesquels figuraient une mention. Elles lurent une nouvelle inscription sur le panneau:
    « Voici les huit éléments présents dans ce monde : eau, terre, glace, air, feu, électricité, lumière et obscurité. Vous devez choisir les trois boutons qui permettent de résoudre cette énigme. Chaque bouton représente un élément. Parmi les trois éléments, deux se ressemblent et deux s’opposent. Deux désignent un tempérament et deux peuvent être transparents. Quels sont ces éléments ? »

    Ashe réfléchit à cette énigme. Elle ressassa ses souvenirs sur les cours qu’elle avait reçu en matière d’éléments. Elle savait qu’il existait une opposition entre ces différents éléments tels que Terre-Air, Feu-glace, eau-électricité et lumière-obscurité. Pour elle les éléments opposés les plus évidents étaient l’air et la terre. Cependant aucun de deux ne faisait référence à un tempérament. Un tempérament terrien ou aérien n’existait pas. En revanche la glace et le feu paraissaient parfaitement adaptés. Certaines personnes étaient connues pour avoir un tempérament de feu et d’autres de glace. Elle disposait désormais de deux éléments. Mais lequel constituait le troisième ? Glace et feu étaient les deux opposés. Il fallait maintenant trouver les deux qui se ressemblaient. Elle pensa au départ à la lumière qui était proche du feu mais un doute subsista. Ni la lumière ni le feu ne pouvaient être transparents. En fait, elle ignorait lequel était transparent mis à part la glace. L’eau avait une couleur bleutée mais là aussi il existait un doute. Lorsqu’elle buvait de l’eau, le liquide était transparent. De plus l’eau était un élément semblable à la glace. Elle appuya donc sur les boutons feu, eau et glace. A ce moment là, un escalier coulissa puis mena à l’ouverture du haut.
    -Bien joué Ashe fit Kali.
    Arrivés à l’étage supérieur, elles eurent la surprise de reconnaître un jeune homme qui tenait une pierre dans sa main.
    -Dean ! cria Ashe.
    Il se retourna à son tour et cria :
    -Ashe ! Kali !
    Les deux jeunes femmes vinrent l’enlacer avant qu’Ashe ne murmure :
    -Tu es vivant, je savais que tu le serais.
    -Je suis ravi de voir qu’il en est de même pour vous. Malheureusement c’était stupide de votre part de venir ici.
    Les deux jeunes femmes restèrent interdites.
    -Que veux tu dire ?
    Dean poussa un soupir.
    -Lisez l’inscription.
    Intriguée, Ashe se dirigea vers la pierre et y lut cette fois :
    « Félicitations, vous possédez maintenant la pierre des âmes. Pour l’utiliser contre quelqu’un, vous devez orienter son rayons lumineux sur la personne concernée. A ce moment là, tous les morts causés par la personne reviendront du royaume de l’au delà pour faire subir le même sort à cette personne et leurs âmes reposeront enfin en paix. Mais finalement, je me suis dit que personne n’avait le droit de posséder cette pierre alors j’ai emmuré cette tour pour que personne ne puisse en sortir. Vous pouvez néanmoins aller sur le toit et admirer la vue ainsi que sauter si le cœur vous en dit Ah ah ».
    Ashe fut stupéfaite. Le créateur de cette tour s’amusait à attiser la curiosité des gens pour pouvoir les emprisonner ici. « Maudit soit il » pensa t’elle. De plus elle ne comprenait à quoi servait la pierre des âmes. Comment les morts pouvaient ils revenir ? Cela n’avait aucun sens. Cette pierre n’était probablement qu’un leurre.
    -Est il vraiment possible de monter sur le toit ? demanda Kali.
    Dean acquiesça et les amena au sommet de la tour.
    -J’ai pensé sauter dans la mer fit Dean mais je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée.
    -Non répondit Ashe, le fait de pouvoir tomber dans l’eau pour pouvoir ensuite ressortir n’est qu’un mythe. La masse de l’eau est équivalente à celle du sol. Nous sommes à environ trois cent mètres de hauteur. Si nous sautons d’ici, c’est la mort assurée.
    -Je connais un moyen de sortir d’ici intervint Kali.
    Elle sortit l’appeau des dragons de sa poche et souffla.
    -Qu’est ce que c’est que ca ? demanda Dean.
    -Tu ne t’en souviens pas ? Il s’agissait de l’appeau des dragons qui nous permet de les appeler. Un garçon l’a trouvé et Line a fini par le récupérer. Heureusement que je l’avais dans ma poche.
    -Mais…fonctionne t’il encore ? demanda Ashe.
    -Vois par toi-même.
    Aussitôt après, la brise arriva et les dragons vinrent se positionner sur la tour.
    -Tiens ce sont nos amis fit le père des dragons. Que désirez vous ?
    -Pouvez vous nous faire descendre de la tour et nous ramener sur terre ferme ? demanda Kali.
    -Sans aucun problème. Montez sur notre dos.
    -Mais où est notre imbécile de fils cata ? interrogea la mère ?
    -Il va bien. Il doit être au village avec les autres.
    Ma bio rp est ici

  27. #27
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 9

    La fête battait son plein suite au retour de Dean, Ashe et Kali. Les villageois avaient dressé une grande table dehors et tout le monde bavardait, mangeait, buvait ou plaisantait. La nuit était fraiche et personne ne semblé gêné. Dean et Ashe réalisèrent que cela faisait longtemps que cet évènement n’était pas arrivé. La dernière fois, c’était pour la naissance du plus jeune enfant soit il y a sept ans. Kali quand à elle avait un avis mitigée. Certes les villageois ressentaient le besoin de se détendre et faire la fête et on ne pouvait pas reprocher leur organisation. D’un autre coté, c’était aussi du temps perdu. Pendant ce temps, Hélène utilisait l’énergie de Kali de manière à pouvoir faire souffrir les vénatirs. Il devenait urgent de s’en occuper où ils pourraient très vite le regretter. Mais comme elle ne souhaitait pas gâcher la fête, elle se tût. Ce fut le lendemain que son vœu fut exaucé. En effet, tout le groupe avait eu conscience de la menace que représentait Hélène mais ils n’avaient pas osé agir la veille car le soir était proche lorsque les dragons avaient ramené les trois aventuriers au village. Ceux-ci avaient également festoyé et reproché à Cata de se tenir mal à table toute la soirée. Au matin, ils étaient partis laissant Cata à la charge du groupe. Le soir n’était pas le moment propice pour explorer le monde avec le transporteur. Ils n’auraient probablement rien vu alors autant festoyer et tant pis si Hélène choisissait ce moment pour éliminer tous les vénatirs. Lorsque tout le groupe fut au complet dans le transporteur, Yano déclara :
    -Nous devons maintenant arrêter Hélène. Le problème c’est que nous ignorons où la trouver.
    -Parcourons le monde, on finira bien par la localiser proposa Dean.
    -Non ca prendrait trop de temps répliqua Akae. Et comme la superficie du monde est grande, il se peut même que nous ne la voyions pas, surtout si l’île est petite.
    -J’ai une idée fit Ashe. Et si on utilisait Kali pour la retrouver ?
    -Que veux tu dire ? demanda Stella.
    -Nous savons tous que Kali est liée à Hélène. C’est elle qui nous l’avait révélé la première fois que nous l’avons rencontré.
    Puis se tournant vers Kali :
    -Enfin…si tu acceptes bien entendu.
    Kali hésita puis demanda :
    -Si cela permet de localiser Hélène, j’accepte mais comment faire ?
    -Fais le vide dans ta tête et concentre toi sur Hélène. Essaie de la repérer.
    Kali fit ce qu’Ashe lui avait demandé. Au départ, elle ne perçut que des images floues ou trop brèves pour y prêter attention. Puis c’est alors qu’elle la vit. Hélène ricana et dit « Le rituel est bientôt prêt. Dans quelques heures, ce sera la fin des vénatirs ». D’autres visons s’imposèrent mais Kali reconnut très rapidement l’endroit où elle se terrait. Il s’agissait de l’île de laquelle Hélène avait détruit le monde. Elle sortit de sa transe dans un cri et en sueur. Inquiets, ils se penchèrent vers elle. Elle se reprit rapidement mais affirma :
    -Je sais où elle se trouve. Et si nous n’agissons pas dans les heures qui suivent, ce sera la fin des vénatirs.
    Le seul qui ne s’était pas penché sur elle était Dean. Il avait le mal de l‘air et se tenait les mains contre le ventre.
    -J’ai maaaaaaaal gémit il.
    -Tu es vraiment une petite nature lui reprocha Ashe.

    Plus tard, le transporteur rejoignit l’île. Yano parvint à manœuvrer l’engin de manière à ce que le groupe n’ait plus qu’à accoster. A première vue, l’île paraissait plus grande. L’île était la même car sans cela, Hélène ne pourrait pas accomplir son acte. Mais peut être que des fragments de terre s’étaient agglutinés à cette île. Lorsque tout le monde sortit, Dean resta à terre prétendant être victime de maux de ventre. Ashe voulut le faire sortir de force mais Yano s’interposa. Ils n’avaient pas besoin de lui pour pouvoir arrêter Hélène. Ils devaient agir sans lui. Ashe finit par capituler et le groupe se dirigea vers le centre de l’île où une colonne de fumée fut visible. Peut être qu’Hélène avait déjà commencé les préparatifs du rituel. Il n’y avait plus une seconde à perdre. Alors qu’ils accouraient, Ashe se demanda comment allaient ils empêcher Hélène d’agir. Après tout, elle disposait de l’énergie de Kali et peut être qu’elle ne ferait qu’une bouchée d’eux. Elle frémit à cette idée. Jamais elle n’aurait pensé qu’Hélène pourrait détruire le monde lorsqu’elle était encore au village de Loat. Dorénavant, ce n’était pas le monde mais les vénatirs qui allaient mourir. Elle finit par hausser les épaules. S’ils échouaient tant pis, ils auraient au moins essayé. Ils n’étaient pas des surhommes. Ils feraient de leur mieux. Lorsqu’ils furent à portée de la fumée, leurs craintes furent confirmées. Hélène se trouvait bien là mais elle n’était pas seule. Une vingtaine d’hommes et femmes étaient agenouillés prés d’elle. Ce détail intrigua Ashe. Qui étaient les autres ? d’où venaient ils ? Et que faisaient ils ? S’agissait il de…fanatiques ? Non c’était impossible. Qui oserait vénérer Hélène ? Une femme aussi vile. Une étrange bâtisse composée de barreaux se trouvait à coté d’eux. Hélène n’avait pas manqué l’arrivée du groupe et ricana en les voyant s’approcher.
    -Tiens tiens dit elle, qui voilà ? Les petits aventuriers courageux qui croient pouvoir m’arrêter ?
    Puis son expression se transforma pour afficher une mine ombrageuse et méprisante.
    -Vous arrivez trop tard imbéciles ! Le rituel est bientôt fini. D’ici une heure, les vénatirs connaitront leur fin.
    Yano s’avança et déclara :
    -Vous n’aurez pas le temps, nous sommes là pour vous empêcher d’agir et nous sommes armés. Vous avez perdu. Rendez vous à l’évidence, vous ne serez jamais reine.
    Hélène éclata de rire .
    -Pauvre idiot. Croyez vous que devenir reine était ce à quoi j’aspire actuellement ? Auparavant, c’était effectivement mon objectif mais j’ai été trahie. Les vénatirs m’ont tous trahi. A cause d’eux je n’ai pas pu obtenir ce que je voulais. Ils doivent tous mourir. Et seuls mes fidèles survivront et me vénéreront jusqu’à la fin de leurs jours. Comme ils sont aussi des vénatirs, je leur réserve le même sort mais ils ont accepté ce destin.
    Ashe comprenait de moins en moins. Pourquoi ces hommes avaient ils accepté de mourir ?
    -Nous allons vous empêcher d’agir continua Yano.
    -Quel culot vous avez ! siffla t’elle. Auriez vous oublié mes fidèles ? Vous êtes seuls face à nous tous.
    -Stop ! hurla Samara. Vous n’irez pas plus loin.
    -Oui tu as raison fit Akae. Tu es la seule personne armée du groupe, tire lui une balle dessus et que l’on en termine avec elle.
    -Non, c’est à vous que je parle répliqua Samara en dirigeant l’arme vers eux.
    -Quoi ? s’écrièrent tous.
    -Mais Samara, que fais tu ? demanda Stella.
    -Faîtes un seul geste et je tire reprit elle.
    Puis elle s’éloigna à reculons et se dirigea vers Hélène. Lorsqu’elle fut prés d’elle, elle la salua et dit :
    -Je vous salue maîtresse.
    Tout le groupe cria de surprise.

    Ashe, Yano, Stella, Cata, Line et Kali furent emprisonnés dans la bâtisse de l’île. Hélène avait crée cet endroit au cas où quelques vénatirs auraient décidés de venir contrecarrer les plans d’Hélène. Cette dernière avait ordonné à Samara de les enfermer. Elle comptait leur montrer leur anéantissement futur avant de les supprimer ainsi que ses fidèles. En attendant, elle avait demandé à Samara de jeter un œil sur eux et de châtier quiconque chercherait à interrompre le rituel. Certes de là où ils étaient, ils ne pouvaient pas s’échapper mais Hélène avait utilisé beaucoup d’energie pour accomplir son œuvre et elle n’avait pas le droit de rater. Pendant ce temps, le groupe tenta de communiquer avec Samara pour obtenir des explications.
    -Pourquoi nous as tu trahi samara ? demanda Ashe.
    L’aïen se retourna et répondit :
    -Vous ne comprenez toujours pas ? Vous n’avez toujours pas compris ?
    -Elle poussa un soupir avant de reprendre :
    -Ce n’est pas Hélène qui veut accomplir ce rituel, c’est Chelindra. Vous comprenez maintenant Chelindra ?
    Tout le groupe hoqueta de surprise.
    -C’est absurde affirma Yano. Chelindra est morte depuis plusieurs siècles.
    -C’est ce que vous croyez fit Samara mais vous vous trompez. Son corps et son âme sont morts lorsqu’elle a été enfermée avec Kali puisque les scientifiques n’ont pas cherché à la maintenir en vie. Cependant, elle n’a jamais cessé de ruminer sa rancœur envers les vénatirs. Son esprit est donc resté enfermé avec Kali mais intact.
    -Mais comment est ce possible ? Pourquoi a-t-il choisi le corps d’Hélène ?
    -Vous rappelez vous notre rencontre dans le village ? je l’avais dit que l’esprit de Chelindra reposait quelque part et qu’il reprendrait un jour le flambeau qui lui revenait de droit. Pour cela, il fallait que l’esprit de Chelindra intègre un nouveau corps. Il a donc choisi celui d’Hélène. Allez savoir pourquoi. Peut être parce que ce corps lui était plus adapté. Toujours est il que le royaume nous a aidé. En libérant Kali, il a libéré en même temps l’esprit de Chelindra. Comprenez vous maintenant pourquoi Kali et Hélène étaient liées ? Kali et Chelindra sont liées, voilà le principe.
    -Mais Samara implora Ashe. Tu ne peux pas laisser Chelindra tout détruire.
    Samara haussa les épaules.
    -Et alors ? Les vénatirs n’avaient qu’à respecter leur promesse. S’ils l’avaient laissé au pouvoir, nous n’en serions pas là aujourd’hui.
    -Seul l’ancien roi ne l’avait pas fait rappela Yano. Et toi aussi tu mourras.
    -Ha oui ? Et les vénantirs se sont ils révoltés contre leur roi quand celui-ci a prétendu ne pas la connaître après qu’elle ait vaincu les géants ? Ont-ils contesté sa décision ? Non. Personne ne l’a soutenue. Les vénatirs ont donc ce qu’ils méritent. Quand à moi je m’en moque. Je ne vis que pour servir Chelindra. Si elle veut aussi éliminer ses adeptes, c’est son droit, je l’accepterai aussi.
    -Mais les vénatirs ne sont pas les mêmes.
    -Qu’importe ? Les vénatirs auraient dû tous mourir il y a plusieurs siècles. Si cela avait été le cas, vous n’existeriez même pas. Alors estimez vous heureux d’avoir vécu jusqu’à maintenant. En tout cas gouverneur, votre engin m’a beaucoup aidé. Vous souvenez vous que je voulais rejoindre une île ? C’était de celle-ci dont il était question. Je voulais être auprès de ma maîtresse. Je désespérais de trouver un moyen de naviguer. J’ai cru que jamais je n’arriverai à ma destination mais grâce à votre engin gouverneur, j’ai fini par y parvenir. Votre venue était la providence.
    Samara désigna au loin Hélène et ses adeptes.
    -Je vais devoir rejoindre ma maîtresse, le rituel est quasiment prêt. Profitez bien du spectacle.
    -Samara je t’en prie implora Ashe.
    Mais l’aïen ne n’écoutait plus et rejoignit son groupe.
    Ma bio rp est ici

  28. #28
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 443
    CHAPITRE 10

    Dean observait la scène qui s’offrait à lui. Il n’avait pas le mal de l’air. Il avait inventé ce prétexte pour pouvoir rester dans le transporteur. En fait, il avait suivi le groupe à distance et découvert la triste réalité. Cela dit il s’en doutait un peu. Il n’avait jamais réellement fait confiance à l’aïen même si dans le passé, elle avait essayé de les tirer d’un mauvais pas. Lorsqu’elle était avec eux dans le transporteur, il avait été le seul à avoir remarqué son étrange attitude. Elle s’était renfermée comme une coquille cherchant à se faire toute petite, comme si elle avait peur que l’on découvre un secret. Pour couronner le tout, elle avait discrètement murmuré des louages à Chelindra. Bien sur, tout cela n’était pas nouveau mais les deux à la fois lui avait paru louche. Il ne lui avait donc accordé aucune confiance et surveillé ses faits et ses gestes. Il avait désormais la confirmation de ses soupçons : Samara était devenue leur ennemie. C’était triste à dire mais les faits étaient indiscutables. Maintenant Dean devait libérer ses amis et il n’avait le droit qu’à un seul essai. Il prit la pierre des âmes et s’approcha de la cellule tout en rampant. Par chance, tous les adeptes de Chelindra s’étaient focalisés sur elle. Personne ne faisait attention à lui. Ils avaient sous estimé l’éventualité de sa venue. De plus, Samara avait abandonné les clés par terre. Ce détail l’intriguait. Pourquoi avait elle fait preuve d’autant de négligence ? Etait elle trop confiante ? A moins que ce ne soit un piège. Dean réfuta cette dernière possibilité. Quand on parait assez loin, on ne laissait pas autant de facilité à ses ennemis pour accomplir ce qu’ils souhaitaient. Samara ne croyait pas en la venue de Dean. Peut être même qu’elle l’avait oublié. Il prit donc le trousseau et inséra les clés une par une dans la serrure de la grille à barreaux. Néanmoins les premières qu’il essaya ne furent pas les bonnes.
    -Essaie celle-ci ! cria Ashe.
    -Non celle là ! hurla Kali
    Dean ne fut aps aidé par le cri des jeunes femmes.
    -Je vous en prie, calmez vous, je vais vous faire sortir de là.
    Alors qu’il continua d’essayer les clés, Ashe poussa soudain un cri.
    -Dean derrière toi.
    -Hein ?
    -Derrière toi, regarde.
    Il se retourna et vit Samara qui braquait son arme sur lui.
    -Vous n’irez nulle part.

    Dean poussa un soupir de découragement.
    -Comment as-tu su que j’étais ici ? demanda Dean.
    -Je ne le savais pas. J’ai néanmoins entendu vos cris.
    Tout le groupe comprit. Samara avait tout entendu le bruit grâce à son ouïe surdéveloppée. Le chef du village de Samara leur avait dit que les aïens possédaient la faculté d’entendre tout bruit à plusieurs mètres.
    -J’avoue avoir commis une erreur en t’oubliant reprit elle en s’adressant à Dean. Mais je vais la réparer aussitôt. Contrairement à tes amis, tu mourras grâce à mon arme. Tu es bien trop intrépide. Malheureusement les personnes les plus intrépides ne sont pas celles qui vivent le plus longtemps. De toute manière, tu trouveras un moyen de t’échapper et d’aider tes amis. Je suis désolée mais je n’ai pas le choix.
    Dean ignorait comment se sortir de cette situation. D’habitude c’était Ashe qui réfléchissait. Elle seule aurait peut être eu une solution sous la main. Oh et puis non. Il n’était pas plus bête qu’un autre. Après tout, il avait résolu les énigmes de la tour noire lui permettant de récupérer la pierre des âmes. En l’espace d’un instant, il pensa utiliser la pierre des âmes contre Samara mais se ravisa. Certes il sauverait sa vie mais pas celle des vénatirs. Il n’était pas venu pour lui. Alors qu’il réfléchit, il comprit que ses choix étaient limités. Soit il ne faisait rien et il mourrait, soit il agissait et mourrait également. Mais entre ne rien faire et tenter quelque chose, le choix était vite fait. Il se jeta sur Samara au moment où elle appuya sur la détente. La trajectoire de la balle fut déviée. Samara ne s’était pas attendu à cela. Ils roulèrent tous les deux à terre cherchant à s’emparer l’arme. Alors qu’il la tinrent tous les deux, Samara vit que l’objectif était fixé sur la tête de Dean. Elle appuya sur la détente mais Dean avait vu le coup lui aussi. Il baissa sa tête évitant la balle de justesse. Puis voyant que Samara avait le dessus sur lui, il lui décocha un coup de genou dans les cotes. Samara hurla de douleur et relâcha sa prise. Dean en profita pour diriger l’objectif sur Samara et tira. Samara eût un hoquet de surprise et s’effondra. Pendant ce temps, les autres membres du groupe avaient trouvé la clé permettant de les libérer. Lorsqu’ils sortirent, ils fixèrent tristement la dépouille de Samara.
    -Je suis désolé fit Dean. C’était elle ou moi.
    Yano poussa un soupir avant de reprendre :
    -Nous ne pouvons plus rien pour elle. Venez nous avons quelque chose de plus important à faire.
    Ils se précipitèrent vers le groupe entrain d’achever le rituel. Ils crièrent :
    -Chelindra !
    Mais l’ancienne héroïne était en état de transe. Elle ne vit rien ni n’entendit rien. Ils ne parviendraient pas à rompre le rituel. Dean sortit alors la pierre des âmes. Celle-ci émit un faisceau lumineux. Il dirigea le faisceau sur Chelindra. A ce moment là, de nombreuses ombres sortirent de la pierre et se jetèrent sur Chelindra.
    -Qu’est ce que c’est que ca ? demanda Dean horrifié.
    -Je crois qu’il s’agit des fantômes morts par la main de Chelindra. Leurs âmes ne trouveront que la paix lorsqu’ils se seront vengés.
    Ce furent des millions d’ombres qui se vengèrent de leur mort. Ils déchiquetèrent le corps de Chelindra jusqu’à ce qu’elle ne devienne plus qu’un amas de bouillie. Puis toutes les ombres disparurent et rejoignirent le royaume des morts pour enfin y trouver la paix. Il ne restait plus rien de Chelindra. Ses adeptes fixèrent le corps de leur maîtresse cherchant un signe de vie quelconque. Puis soudain, une forme vaporeuse noire sortit du corps de Chelindra. Elle se dirigea vers le groupe et rugit :
    -Maudits soyez vous. Les vénatirs allaient payer pour ce que j’ai subi. Mais vous avez encore tout gâché. Je n’ai pas dit mon dernier mot. Je trouverais une autre enveloppe charnelle qui me corresponde et je me vengerai à nouveau.
    -Ciel ! s’exclama Kali. C’est l’esprit de Chelindra.
    Le groupe comprit à ce moment là qu’il ne gagnerait jamais la bataille. Certes ils pourrait toujours empêcher Chelindra d’agir mais sa rancœur envers les vénatirs était trop importante. Son esprit ne disparaîtra jamais tant qu’elle n’aura pas accompli son œuvre. A moins qu’il ne parvienne à éliminer toutes les personnes qui possédaient une enveloppe charnelle adaptable pour Chelindra mais ce n’était pas une solution d’autant plus qu’ils ignoraient desquelles ils s’agissait. Kali quitta le groupe et marcha tranquillement vers l’esprit de Chelindra :
    -Je ne connais qu’un seul moyen de la mettre hors de nuire. C’est bien pour cela que l’on m’a désignée auparavant pour ce rôle. C’était de cette manière que tout a commencé, c’est ainsi que tout doit finir. Je vous remercie, vous avez été de très bons amis pour moi et j’ai pu revoir le monde exterieur une dernière fois. Encore merci et adieu.
    A ce moment là, elle fusa sur l’esprit de Chelindra et l’enveloppa dans ses bras.
    -Non ! cria Ashe.
    Elle voulut courir mais Dean la retint par le bras.
    Quand à l’esprit de Chelindra, il cria :
    -Noooooon, je ne peux pas partir, lâche moi Kali, je te hais. Tu m’entends ? Je te hais.
    Impassible, Kali déclara :
    -Notre haine est partagée. Quel dommage, d’autant plus que nous allons rester ensemble pour l’éternité. On a toujours besoin de son pire ennemi avec soi.
    Kali jeta en arrière un regard triste vers ses amis puis avec Chelindra, se retrouva à l’intérieur d’un bloc de glace, comme cela avait été le cas au départ. Mais ce ne fut pas tout, des murs se formèrent et emprisonnèrent les adeptes à l’interieur.
    -Vite ! cria Yano au transporteur.
    Alors qu’ils courraient, les murs s’étaient refermés puis formèrent une pyramide. Kali et Chelindra resteraient enfermées ensemble pour l’éternité avec pour cellule un bloc de glace. Quand aux adeptes, ils le seraient aussi mais auraient toute une vie pour réfléchir à leurs actes. Kali avait agi ainsi pour sauver les vénatirs. Elle savait que c’était la seule façon d’y arriver.

    EPILOGUE

    Ce fut l’air morose que le groupe rentra dans le transporteur. Comme prévu , Stella et Akae retourneront à Altium pour aider les habitants et y fonder chacun un foyer. Cata fit ses adieux au groupe puis partit retrouver ses parents. Yano reprendra sa place de gouverneur à Nagara et Dean, Ashe et Line reviendront à Loat pour vivre avec George et Cécile. La nouvelle famille était au complet ou presque. Yano soupira tandis qu’il manœuvrait son engin.
    -Bien que nous n’ayons pas pu empêcher la destruction du monde et de son environnement, nous avons au moins sauvé les vénatirs même s’ils mettront plusieurs années avant de se remettre. C’est la seule bonne nouvelle. Quand à la mauvaise…
    Il désigna l’île qui s’éloignait à vue d’œil mais fut incapable de continuer sa phrase. La perte de Kali l’attristait lui aussi. Ashe pleurait à chaudes larmes tandis que Dean lui prenait la main droite et Line la main gauche. A ce moment là, Akae, Stella et Yano s’approchèrent d’eux et se placèrent juste derrière. Si les appareils photos existaient, ils formeraient une photo de groupe émouvante. Dean prit alors la parole :
    -Kali, pour tout ce que tu as fait, Merci.
    Les autres membres du groupe approuvèrent d’un signe de tête.

    FIN
    Ma bio rp est ici

Discussions similaires

  1. Histoire de la Couronne de Cuivre et du Monde de Baldur's Gate
    Par EricDesMontagnes dans le forum Forum de l'association « La Couronne de Cuivre »
    Réponses: 5
    Dernier message: 07/03/2018, 12h21
  2. [Histoire] Histoire à quatre mains.
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 28
    Dernier message: 28/02/2013, 16h16
  3. [Histoire]Tzabaztha
    Par Zyl dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 19
    Dernier message: 09/12/2009, 20h22
  4. Les 9 mondes [Histoire]
    Par Altaronn dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/11/2009, 14h54
  5. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 22h48

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251