Affichage des résultats 1 à 29 sur 29

Discussion: [Histoire] Histoire à quatre mains.

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    [Histoire] Histoire à quatre mains.

    Elle ouvrit les yeux avec difficulté. La lumière se déversant dans la pièces l'éblouit. Des papillons de feu voletèrent devant elle pendant que dans son crâne la douleur irradiait, semblable aux coups d'un marteau de fer porté au rouge. Elle se dissimula dans l'ombre bienveillante de son édredon mais celui-ci s'envola au bout de quelques secondes.

    "Allez, debout ! On se réveille."

    A travers le brouillard éthylique, elle repéra la silhouette virevoletante d'Amélie. La jeune femme qui occupait à la fois la fonction d'intendante, de cuisinière, de femme de ménage et de majordome se planta devant elle, les poings sur les hanches.

    "Allez, allez. Vous devriez vous activer un peu. Sinon, on risque de vous appeler de Morneval au lieu de Gorneval."

    Elle prit appui sur ses coudes et parvint tant bien que mal en position assise. Les coups de marteau sur son crâne s'étaient changés en une plainte sourde.

    "Je vous ai fait couler un bain. Ce ne sera pas du luxe pour vous décrasser un peu. Vous devez encore en avoir dans les cheveux."

    Surprise par la réplique, elle attrapa quelques mèches et les porta devant ses yeux. Peut-être restait-il quelques traces de sang. De tout temps, elle avait tenu à ses cheveux, à ce qu'ils demeurent propres. D'un onctueux blond de miel et légèrement ondulés. Et de manière générale, elle tenait à être impeccable. Noblesse obligeait. Aussi fut-elle relativement inquiète quand elle leur trouva une odeur suspecte.

    "J'ai fait de mon mieux pour enlever le vomi. Mais vous ne teniez plus debout ..."

    Ah, c'était donc cela. Elle réprima avec peine un haut le cœur et se leva d'un bond. Le monde tangua avant de se stabiliser grâce au bras protecteur d'Amélie. Elle l'aida à traverser la pièce jusqu'à la salle d'eau. Le bain fumait encore, chargé de belles promesses. Elle ôta sa chemise de nuit et s'immergea entièrement. La chaleur détendit ses muscles endoloris. Elle ouvrit les yeux sous la surface. Que se passerait-il si elle ne remontait pas ? Quelques instants plus tard, elle manquerait de souffle. Là, elle n'aurait plus qu'à respirer et l'eau envahirait ses poumons. Ce ne serait pas plus compliqué que cela.

    Une main saisit son bras. Elle résista. Amélie n'était pas assez forte. Plus que quelques instants. La prise relâcha pour se porter sur ses cheveux. Elle se sentit tirée vers le haut. La douleur fut ignoble, insupportable. Elle se leva d'un bond, inspirant l'air à grandes goulées. Amélie la considérait avec horreur, serrant dans sa main une poignée de cheveux.


    "Angèle ?"

    C'était une des rares fois qu'elle prononçait son prénom. L'entendre lui renvoya l'horreur de la situation. Qu'avait-elle donc voulu ? Un abandon total de quelques secondes ...

    "Je crois que j'ai perdu connaissance."

    Pieux mensonge auquel se raccrocher. Amélie hocha la tête, incrédule.

    "Je vous apporte le savon, ensuite, je reste là."

    Elle se rassit dans l'eau, soudain tremblante. Amélie revenue, elle se savonna. D'ordinaire, ce rituel avait un aspect bénéfique. Aujourd'hui, il n'empêchait pas les pensées lugubres d'affluer. Qu'allait-elle faire maintenant qu'elle avait quitté l'Ordre ? Elle restait bien sûr paladine mais il ne serait plus jamais question d'escorter des reliques.
    Morgan avait promis que la décision n'était pas irrévocable. Il lui fallait patienter le temps que s'apaisent les esprits. Mais elle savait très bien qu'on ne leur reprochait en rien d'avoir opté pour le raccourci passant par la forêt. Ce genre de déroute arrivait si souvent. Et la relique dormait en sécurité dans le temple d'Ilmater .. Le motif de son renvoi était tout autre.

    Elle sortit du bain et s'enveloppa dans une serviette propre. Lui restait à s'habiller, à présent. D'ordinaire, elle aurait enfilé rapidement ses vêtements pour sortir banqueter avec les autres paladins comme à la fin des missions fructueuses. Aujourd'hui, elle ferait la morte.

    Elle se regarda dans le miroir. D'ordinaire, il lui renvoyait l'image d'une demoiselle de 26 printemps à la silhouette élancée et musclée, confiante dans l'avenir et ses capacités. Aujourd'hui, elle n'entrevit qu'une jeune femme ordinaire et aux pommettes hautes. Certes, il y avait toujours ses yeux bleus. Un bleu vif et brillant qui captivait le regard chaque fois qu'on le croisait.
    L'espace d'un instant, le visage de ses compagnons morts vint se superposer au sien. Elle sursauta.

    Elle se souviendrait à jamais de leurs cris, alors que l'âme en peine vénérable et ses trois suivantes les faisaient quitter la vie pour rejoindre leurs rangs. Ils n'avaient pas prévu l'attaque. Les ruines elfiques qu'ils avaient pris soin d'éviter étaient déjà loin. Mais les quatre spectres avaient fondu sur eux. Des six paladins engagés dans la mission, quatre ne reverraient plus l'orée de la forêt. Ilmater avait voulu que seule elle et Morgan en réchappent.

    Elle passa une chemise propre et un pantalon de toile. Un vêtement bien humble mais qui correspondait parfaitement à son état d'esprit. Depuis que l'ordre lui avait signifié son renvoi, après dix bonnes années de bons et loyaux services, elle s'était sentie mise plus bas que terre. Amélie grimaça sans rien dire. Le laisser-aller était clairement visible.

    Elle se dirigea jusqu'à son présentoir d'armure. Amélie l'avait sûrement aidée à se dévêtir. Comme celle-ci n'entendait rien dans les arts du combat et du maniement des armes, Angèle s'attendit à trouver son harnois assemblé de bric et de broc. Aussi fut-elle surprise de le trouver correctement attaché.


    "Morgan m'a prêté main forte.", expliqua Amélie.

    Morgan, bien sûr ! Pourquoi n'y avait-elle pas songé plus tôt ? Elle l'avait sûrement raccompagnée chez elle. Elle ne se souvenait même pas avoir quitté la taverne. Jusqu'à hier, elle n'avait jamais été ivre. Jusqu'à hier, elle croyait sa destinée tracée, inscrite dans le fer à servir son dieu. Passées les portes de son Ordre, elle avait erré dans la ville et la taverne lui avait tendu les bras. Morgan l'avait rejointe. Elle avait refusé de lui parler. Elle avait tenté de la rassurer sur les desseins de l'ordre à son égard. Elle s'était contentée d'écouter et de boire.

    "Elle a dit qu'elle reviendrait prendre de vos nouvelles."

    Elle soupira. Avait-elle vraiment envie de la voir ? Une grande partie de sa disgrâce était de sa faute. De leur faute. Mais elles n'avaient pu passer outre leurs sentiments. Jamais au grand jamais elle n'aurait pensé tomber amoureuse d'une femme. Mais lorsqu'elle l'avait vue pour la première fois, six ans auparavant, elle n'avait plus eu de doutes. Nouvelle recrue dans la compagnie, elle était venue se présenter à son nouveau commandant, Morgan d'Aulfray son aînée de huit ans. Une femme charismatique, habituée à mener des troupes depuis bien des années. Elles avaient échangé quelques politesses. Morgan lui avait bien sûr parlé de son père, Gonzague de Gorneval, paladin émérite tombé au champ d'honneur. Bien que membre à part entière de la noblesse de Laothkund, Angèle avait été impressionnée par la prestance de celle dont elle devait devenir le second. Mais en plus de l'admiration naquit un autre sentiment bien plus intime. Le nommer l'effraya. Elle avait déjà eu quelques relations amoureuses avec des hommes de son rang et de son âge. En quête d'absolu, n'éprouvant aucune passion, elle avait rapidement éconduit ses amants. Face à Morgan, elle éprouvait des sentiments tout autres, et non moins ambigus. Au début, cela l'effraya, la répugna même. elle passa de nombreuses heures au temple d'Ilmater, priant son dieu qu'il la libère de cet amour contre nature. Mais le sentiment allait croissant, d'autant que Morgan semblait se battre avec les mêmes démons. Mais chaque fois qu'elles se parlaient, chaque fois qu'elles se voyaient, se frôlaient, elle sentait faiblir ses défenses. Et lorsqu'un soir, Morgan l'avait convoquée dans sa chambre sous un prétexte quelconque, avait posé sa bouche sur la sienne, elle avait cédé à ses caresses. Le lendemain, elle l'avait repoussée. Non, elle aimait les hommes et les hommes l'aimaient. Elle avait passé sa journée à courir les rues, se persuadant que sa nuit n'avait été qu'un rêve. Le soir, elle retrouvait les bras de Morgan.

    Elles avaient tenu leur liaison cachée, vivant cinq ans de bonheur sans nuage. Jusqu'à ce qu'un matin, l'avant veille de leur expédition malheureuse un autre paladin les surprenne. Et il avait parlé pendant qu'elles fuyaient devant les âmes en peine. Leur liaison avait signé sa perte. Morgan, en tant que capitaine n'avait pas été inquiétée. C'est elle, en tant que second qu'on avait sacrifiée. Leur relation avait été évoquée à demi mot. Et le motif du raccourci malheureux avait servi de prétexte. L'Ordre exigeait la droiture, tant dans la vie publique que dans la vie privée.

    Elle regarda Amélie. Son amie fidèle et confidente depuis plus de vingt ans. Au courant de ses amours depuis le tout début. Amélie qui ne la jugeait pas. Qui, même si elle n'était plus rien se comportait comme si de rien n'était. Elle lui offrit son premier sourire de la journée. Quant à Morgan, elle ne se sentait pas de taille à pouvoir l'affronter. Elle devait sortit avant son arrivé
    e.

    "Je vais me promener. Dis à Morgan que j'avais besoin d'air."

    Elle enfila ses bottes et gagna les écuries. Loyal, son roussin piaffa en la voyant s'approcher de lui. Docile, il se laissa seller. Elle monta souplement et le mena au hasard dans les rues de la ville.
    Dernière modification par Althéa ; 10/02/2013 à 22h55.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    La journée démarrait bien. Il faisait beau, il était d'excellente humeur, et il prenait un déjeuner des plus appétissants tout en devisant avec l'un de ses meilleurs amis, le comte de la Plaine. Il appréciait beaucoup les débats qu'il pouvait avoir avec cet homme d'âge mûr, qui eut presque pu être son père. La politique, la philosophie, la magie... tout y passait, et ce, régulièrement, mais sans monotonie aucune ; le comte voyageait souvent et ramenait de ses périples des connaissances acquises dans les contrées voisines. Cette fois, il revenait de Thay, état mystérieux s'il en était, jadis ennemi de l'Aglarond, aujourd'hui... partenaire dans le négoce de biens que lui-même se targuait de pouvoir fournir. Le commerce était la pierre angulaire de sa famille depuis des générations, et leur titre de noblesse lui était en partie dû, il le savait pertinemment, malgré les quelques bons chevaliers que comptaient ses aïleuls. Il n'était quant à lui qu'un piètre escrimeur, davantage versé dans le duel de bons mots plutôt que celui des lames, au grand désespoir de son homme d'armes, d'ailleurs...

    En ce moment, ils cherchaient à déterminer si les Mages Rouges chercheraient bientôt à établir une enclave à Laothkund. Ils l'avaient déjà fait à Velprintalar voici quelques années, et les résultats étaient probants. Pourquoi ne pas répéter l'opération ici, avec un accès côtier proche pour permettre un acheminement rapide des biens échangés ? Mais le comte doutait de l'intérêt porté par les Mages sur Laothkund, qu'il jugeait trop petite pour attirer leur attention.


    "Ils cherchent avant tout la rentabilité. Qui souhaiterait acquérir leurs objets, certes utiles, ici ? La garde est bien équipée, la menace est faible malgré les orques proches... ils se tiennent à carreau et les paladins de Lathandre veillent au grain.
    - Les autres également, très cher. Mais... prudence est mère de sûreté, vous le dites vous-même assez souvent. Si j'étais à la place de notre cher Marchantar, je n'hésiterais pas longtemps. La prospérité de Laothkund lui permettrait facilement de se permettre ce genre de petites folies à mon sens très utiles..."

    Et cela dura un bon moment. Aucun des deux n'entendait se donner raison, et c'était probablement ce qui les liait ; ils étaient rarement d'accord sur ces sujets plus légers, tandis que leur façon de vivre était commune : dans le luxe discret, avec une richesse solide et honnête.

    En fin de matinée, le comte prit congé, et Philippe Chapelle de Jumilhac en profita pour flâner en ville sans but particulier. Il avait quelques jours libres devant lui avant que de nouvelles affaires ne lui accaparassent la majeure partie de son temps, et comptait bien en jouir en toute quiétude. Le commerce était chose fort intéressante, mais également sources d'ennuis parfois difficilement solubles. Avoir l'esprit débarrassé de ce genre de contretemps était souvent salvateur.

    Le noble marchand arpentait d'un pas tranquille les ruelles fraîches et baignées d'un soleil pâle et timide de printemps tout en observant distraitement les échoppes déjà ouvertes, les marchands et chalands négocier quelque bien avec âpreté de bon aloi, et les passants qui, comme lui, disposaient d'une bonne occasion pour se promener. Les échanges... qu'ils soient commerciaux ou sociaux, ils contribuaient à la paix entre les différentes nations, Philippe en était convaincu. Une enclave thayienne ne pouvait apporter qu'une amélioration des relations entre l'Aglarond et Thay, dont les vélléités de conquête étaient peu à peu amoindries. Certes, les thayiens avaient encore fort à faire pour être irréprochables, mais cette soif de pouvoir éteinte était un signe dans ce sens. Du moins était-ce ce qu'il pensait. Ou espérait...

    Sans y réfléchir, ses pas le menaient vers les quartiers plus populaires de Laothkund, dans lesquels il se sentait à l'aise ; il était apprécié en ville, et ne craignait pas pour sa personne. Du reste, même s'il était un duelliste pitoyable, il courait vite, au cas où les choses dégénéreraient.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Elle mit pied à terre assez vite. La nausée s'accentuait sur le dos du cheval. Elle fit effort pour ne pas vomir. Respirant profondément pour chasser le malaise, elle regagna l'écurie en tenant le roussin par la bride. Celui-ci, sûrement frustré à l'idée de rentrer si vite piaffa quelque peu mais se laissa mener et de nouveau attacher. Un hongre patientait dans un box non loin de lui. Angèle n'eut aucun mal à identifier son propriétaire : Morgan était venue lui rendre visite. L'idée de la revoir de nouveau lui fut insupportable. Trop peu de temps encore. Peut-être demain. Mais en tout cas pas aujourd'hui c'était certain. En attendant, il lui faudrait patienter le temps que son amie s'en aille.

    Ses pas la menèrent vers les quartiers populaires. Vêtue simplement, presque anonyme, elle passerait inaperçue. Personne ne rapporterait à Morgan qu'elle errait en ville. Et elle ne croiserait pas quelqu'un de son Ordre. La nouvelle avait sûrement fait le tour de la compagnie et que ce soit pour la version officielle ou officieuse, elle ne voulait pas parler de son renvoi.

    Elle s'imagina la déception de son père s'il n'avait pas péri. Elle, sa fille unique qui avait causé la perte de sa mère mais qu'il aimait pourtant, qu'il avait vu grandir et marcher sur ses traces avec fierté. Comment se pouvait-il qu'elle lui ait failli ? Plongée dans ses pensées moroses, elle ne vit pas l'ombre se faufiler à sa suite.

    Elle aperçut du coin de l’œil Guillaume, le compagnon d'Amélie. Un jeune homme avenant, quoi qu'un peu timide. Il venait souvent la voir quand elle avait du temps libre. Un jour, il lui demanderait sûrement sa main, et elle accepterait. Amélie arrêterait sûrement de travailler et irait vivre ailleurs. Alors, elle serait seule.


    "Angèle de Gorneval ?"

    Une voix d'homme. Elle se retourna. Personne. Elle ne le vit que lorsqu'il frappa. Un coup de rapière bien ajusté qui transperça chair et chemise comme s'ils n'avaient pas existé, ressortant de l'autre coté. La morsure de l'acier lui coupa le souffle. Elle sentit du sang lui remonter dans la gorge, couler sur son menton. Par réflexe, elle recula, regardant devant elle. L'homme, à moins que ce soit une femme était vêtu de noir et masqué. Un assassin. Il retira son épée empoissée à demi. Elle tomba à genoux, à bout de souffle.

    Un cri fusa parmi la foule. Quelqu'un cria : "Au meurtre." On se bouscula, se piétina, chercha à fuir. L'assassin disparut dans la cohue. Angèle se laissa rouler sur le dos. Du sang commençait à empoisser sa chemise. Un brouillard léger commençait à emplir sa tête. Elle se sentait dériver peu à peu, perdre le fil. Elle n'avait pas beaucoup de temps. Elle porta ses mains à la plaie. La blessure était sévère. Mais elle avait les moyens de la refermer. Elle se concentra, invoquant les pouvoirs de son dieu. Peu à peu, la douleur reflua en même temps que la plaie se refermait. Mais trop faible, trop choquée pour se relever, elle resta au sol, les bras en croix en espérant qu'une âme charitable veuille bien la relever.
    Dernière modification par Althéa ; 10/02/2013 à 22h56.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Tandis qu'il arpentait les ruelles plus étroites des quartiers populaires, Philippe prenait bien soin de ne pas trébucher sur un traître pavé qui, dépassant d'un ou deux centimètres, tentait de faire choir le badaud distrait. La voirie n'était pas excellente partout... mais il y avait d'autres priorités dans la cité, et les ouvriers ne pouvaient être partout à la fois. Il évita donc le piège, de même que la rigole d'eau grise qui se trouvait juste à côté ; décidément...

    Mais, alors qu'il enjambait la flaque, il se figea sur place en entendant un cri qui annonçait des ennuis pour quelqu'un au moins.


    "Au meurtre !"

    Laissant platement retomber son pied dans la fange, il éclaboussa le bas de ses chausses impeccables et tenta de savoir d'où venait cet appel désespéré. Sur la droite, sans doute possible. Il se mit à courir, lentement d'abord, cherchant à éviter de tomber, puis plus rapidement, ne sachant trop si la vie de quelque individu était réellement en danger.

    Un crochet plus tard - et une écorchure en se frottant le dos de la main sur un mur de briques - Philippe trouva un attroupement de badauds autour d'un corps étendu sur les pavés, immobile. Arrivait-il déjà trop tard ? Les gens ne semblaient guère réagir, se contentant d'observer la probable victime sans trouver quoi faire de mieux. Il les écarta d'autorité.


    "Laissez-moi passer. Allez chercher un prêtre, bon sang ! La chapelle de Chauntéa est juste à côté. Vous, monsieur ! Allez-y et revenez au plus tôt !"

    Tandis que les gens lui laissaient la place, soulagés de trouver en Philippe quelqu'un de plus à même qu'eux de gérer la situation, ce dernier put arriver au pied du corps apparemment inanimé. Une malheureuse, probablement issue de ces quartiers, dont la tunique baignait déjà dans le sang poisseux. Difficile à dire, mais elle n'en avait peut-être plus pour longtemps, à supposer qu'elle fût toujours en vie. Il approcha son oreille de son nez pour tenter de l'entendre respirer. C'était le cas. Il soupira. Elle vivrait peut-être...

    Alors qu'il arrachait sa propre chemise pour la rouler en boule et la lui glisser sous sa tête en guise d'oreiller de fortune, il dégagea par inadvertance les mèches de cheveux sales de fange et de sang de son visage, et il étouffa un hoquet de surprise. La fille de Gorneval...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Elle avait du mal à garder les yeux ouverts. Le soleil, se reflétant sur la flaque dans laquelle trempait sa main l'éblouissait. Son corps, tout le long du passage de l'épée n'était plus que douleur. Il lui était parfois arrivé d'être blessée au cours de ses missions. Des blessures peu graves, qu'un simple sort de soin avait vite refermé. Ici, le devina-t-elle, il en allait différemment. La plaie était trop importante pour être efficacement guérie. Elle n'avait sûrement réussi qu'à se stabiliser, rétablir un équilibre précaire, juste assez pour ne pas perdre connaissance. Elle était en sursis. Et cela ne lui fit rien. Elle avait tant sommeil.

    Autour d'elle, la foule sembla s'agiter, sa clameur enfler puis refluer. Une voix se détacha des autres, enjoignant un quidam d'aller chercher un prêtre. Un prêtre ? Mais quelle idée. Elle voulait qu'on la laisse tranquille. Elle voulait dormir. Quelqu'un lui souleva la tête. Un afflux de douleur lui transperça le corps comme un autre coup d'épée. Elle voulut crier, ne parvint qu'à tousser. Encore du sang. Elle fut reposée sur une surface plus douce que la terre battue. Du tissus qui sentait bon le propre. Était-elle de retour chez elle ? Tout ceci n'avait-il été qu'un simple rêve ? Elle tenta de s'appuyer, sur les coudes, regarda autour d'elle. Elle ne vit que la rue et les flaques de boue. Quelqu'un était penché sur elle. Morgan ? Non. Mais le visage lui était familier : Philippe Chapelle de Jumilhac. Il lui était parfois arrivé de le croiser lors de réceptions mondaines. Une personne avenante et posée, bon danseur mais surtout joueur d'échec émérite. Chaque fois qu'elle s'était mesurée à lui, il lui avait infligé une sévère défaite.

    Rêvait-elle ou n'avait-il plus de chemise ? Elle devina sur quoi elle reposait. Elle tenta de bouger, de prendre appui sur ses coudes mais ses membres lui parurent lestés par des enclumes. Elle respirait avec difficulté. Peut-être pouvait-elle fermer les yeux. Ilmater l'accueillerait peut-être. Certains combats étaient perdus d'avance. Peut-être celui-là en faisait-il partie ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    "Ne bougez pas", lui intima-t-il lorsqu'il comprit qu'elle tentait de se redresser. "Vous risquez d'aggraver votre état. Restez bien en place, un prêtre va arriver sans tarder." Du moins l'espérait-il ; la chapelle n'était vraiment pas loin, que faisait-il ? En réalité, le temps qu'il agît, seules quelques petites secondes s'était écoulées, et il entendit bientôt les pas pressés d'une personne qui venait sur les lieux. Un vieux prêtre, au vêtement sacerdotal orné du symbole de la déesse des moissons, s'approcha vivement de la blessée, l'écartant au passage. Il se laissa faire, sachant qu'il n'était plus d'aucune utilité pour l'instant.

    Angèle de Gorneval. Il la croisait régulièrement lors de réceptions, mais aussi dans les rues en général mieux fréquentées que celles-ci, malgré ses indéniables talents au combat. Membre émérite de l'ordre des paladins d'Ilmater, elle brillait tant par sa grâce que par ses aptitudes naturelles à commander et à guider. Elle était promise à un grand avenir au sein de l'ordre, à n'en point douter ; sauf si le destin en décidât autrement...

    Avec une certaine angoisse, Philippe regarda le prêtre officier et soigner progressivement la jeune femme, qui paraissait toujours faible. Néanmoins, sa blessure devait désormais être refermée, et elle n'en conserverait qu'une cicatrice amoindrie grâce à la magie divine. Il tenta de retrouver le calme, tout en s'interrogeant sur la présence de la dame en ces lieux, surtout accoutrée de cette façon. D'ordinaire, elle arborait une armure rutilante autant qu'encombrante, mais dont la protection contre les monstres et les malfaisants ne faisait aucun doute. Lors les mondanités, elle était toujours élégamment vêtue, coiffée avec un soin méticuleux qui rendait jalouse plus d'une dame de Laothkund ; un caprice rare chez les gens voués au combat et à la discipline...

    Et elle gisait dans l'eau de pluie salie, vêtue comme une roturière, ayant perdu beaucoup de sang. Elle ne semblait guère très combative, également : malgré que le prêtre venait d'en avoir terminé avec les soins à lui prodiguer, la jeune femme paraissait se plaire à terre, et gardait les yeux clos.


    "Elle est tirée d'affaire ?" demanda-t-il, soudain inquiet.
    "Tout va bien. Elle aura besoin de beaucoup de repos pendant les jours à venir, mais elle ne craint plus rien. Il lui faudrait un bon lit, et de la nourriture solide pour l'aider à se remettre sur pied. Vous pouvez vous en occuper ? Ou vous souhaitez qu'elle couche au temple ? Nous avons quelques...
    - Ne vous inquiétez pas, je vais suivre vos préceptes à la lettre. Je m'en voudrais d'alourdir votre tâche avec une convalescente supplémentaire. Peut-elle marcher ?
    - Doucement, alors. Mieux vaudrait la transporter à cheval.
    - Entendu. Merci infiniment, prêtre.", lui fit-il en lui versant une obole conséquente.

    Il réalisa soudain qu'il n'avait jamais vu ce prêtre, malgré ses fréquentes promenades dans le coin. La cité n'était pas si petite, évidemment... Philippe demanda à un autre quidam d'aller lui quérir un bon cheval à l'auberge, lui donnant pour ce faire une poignée de pièces d'argent. Il se tourna alors vers la jeune de Gorneval afin de l'aider à se redresser, puis se lever. Elle montait admirablement, elle pourrait sans doute tenir en selle le temps d'arriver jusqu'à chez elle...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Elle entendit Philippe lui intimer de ne pas bouger. Un prêtre arriverait bientôt. Elle poussa un soupir de soulagement. Rien d'autre. Elle pouvait tenir. Peu de temps plus tard, elle entendit un bruit de bottes se diriger vers eux. Le jeune homme s'effaça devant l'homme de dieu qui lui prodigua des soins sans attendre. Aussitôt, la douleur reflua et elle devina sans mal que la plaie était totalement refermée. Elle referma les yeux quelques secondes, le temps de recouvrer quelques forces. La voix angoissée de Philippe demanda si elle était tirée d'affaire. Elle devina sans mal la réponse. Elle ne craignait plus rien. Cette fois, elle le regarda sans difficulté pendant qu'il discutait avec le prêtre.

    A en croire ses amies, l'homme était un beau parti, nombreuses fois convoité. C'est vrai qu'il n'était pas désagréable à regarder, loin s'en fallait. Elle aussi aurait pu être du nombre de ses soupirantes. Mais ... Tant pis pour elle et tant mieux pour les autres comme le disait si bien Amélie. Elle préférait l'avoir en face d'elle avec un échiquier entre eux. Un jour, elle le vaincrait, elle en était certaine. En attendant, elle comptait sa cinquantième défaite. Amélie, avec qui elle s'entraînait à ses heures perdues avait eu beau lui dire que le plateau était semblable à un champ de bataille et qu'on y élaborait ni plus ni moins que des stratégies, elle n'y entendait goûte. Le fait de ne pouvoir avancer qu'un pion à la fois la perturbait. Et elle ne voyait pas pourquoi une reine ne pouvait pas sauter par dessus les fous. Pire encore, elle ne voyait pas pourquoi une tour pouvait se déplacer.

    Pendant que Philippe envoyait chercher un cheval, elle tenta de se remettre debout mais ne parvint à rien sans son aide. Aussi resta-t-elle appuyée sur lui. Il se posait sûrement des questions, sur son accoutrement et sa présence en des lieux mal famés. Pour le moment, elle ne se sentait pas la force de répondre. Et qu'avait-elle à dire ? Qu'elle avait oublié de s'habiller puis qu'elle s'était perdue ? Les paladins ne mentaient pas. Aussi ne l'emmènerait-elle pas sur ce sujet glissant. Mais les remerciements s'imposaient. Sans son intervention, elle aurait sans doute fini par se vider de son sang au milieu de la rue comme en attestait la boue rougie là où elle avait reposé. Elle n'osait pas regarder l'état de sa chemise. Amélie allait sûrement crier. Elle se redressa quelque peu, afin de retrouver une quelconque dignité et regarda Philippe.


    "Cher ami, je crois que je vous dois la vie. Aussi dois-je vous remercier"

    Sa voix lui sembla anormalement rauque. Elle avait soif. Et pire, dans ces vêtements qui ressemblaient plus à des loques elle se sentait comme nue. Et Philippe lui avait cédé sa chemise. Mortifiée, elle se baissa pour la ramasser. Sa tête lui tourna le temps qu'elle se penche. Elle finit tout de même par se redresser de nouveau.

    "Si vous voulez, je demanderai à ma suivante de la nettoyer. Elle sera comme neuve."

    Du moins elle l'espérait. Le cheval demandé était un plus de bat que de bataille mais elle s'en accommoderait sans problème. Se positionner sur la bête lui sembla difficile et une fois de plus, elle eut besoin de l'aide du jeune homme. Mais une fois en selle, elle se sentit mieux. Elle montait depuis l'enfance. Des poneys pour commencer puis des chevaux dignes de ce nom. Monter était devenue sa passion, et une seconde nature. Cette fois, le coeur n'y était pas. Elle avait juste envie de se pelotonner sous son édredon et de dormir jusqu'à plus soif. Elle n'en pouvait plus.
    Dernière modification par Althéa ; 09/02/2013 à 14h01.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    La fatigue et le choc empêchaient Angèle de monter correctement, aussi Philippe lui tenait-il le poignet pour la rattraper au cas où elle viendrait à vaciller sur sa selle. Ils se mirent en route vers la demeure de la jeune femme, trajet qui leur prendrait sans doute un bon quart d'heure afin d'éviter de trop secouer la blessée.

    "Je vous en prie. Que vaut une chemise face à votre confort ? J'ose espérer que vous vous sentez mieux, désormais. Si vous vous sentez mal, faites-m'en part et j'arrêterai aussitôt cette haridelle."

    Il se tut, ne souhaitant pas assommer la jeune dame avec d'oiseuses paroles. Les questions viendraient plus tard. Ou plutôt, les réponses. Il n'imaginait pas un seul instant interroger Angèle quant à sa présence en ces lieux. Il gageait de toute manière qu'elle aurait le bon sens de le lui révéler si elle ne souhaitait pas éveiller quelque soupçon chez le noble. Après tout, si elle lui exposait ses motivations, il n'aurait plus à se poser de questions...

    Le chemin fut pénible pour Angèle, qui dodelinait de la tête et devait focaliser toute sa maigre attention sur son équilibre précaire en selle. Philippe menait la monture, évitant les chemins trop cahoteux, et s'assurant pratiquement en permanence que la jeune femme était bien éveillée et non prête à chuter de selle.

    Pendant ce temps, il n'eut guère l'occasion d'échafauder quelque romanesque explication quant à la situation actuelle ; il était bien trop accaparé par sa tâche pour se permettre d'imaginer un quelconque secret poussant la jeune de Gorneval en train de musarder dans les rues populaires de Laothkund.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Le trajet du retour fut pénible. Grâce à la sollicitude de Philippe, Angèle ne chuta de cheval ni ne s'endormit en cours de route. En revanche, elle craignit que l'assassin se tapisse parmi la foule et que la voyant se relever décide d'employer une méthode plus radicale. Elle n'aurait pas la force de résister. Son adversaire d'échec risquait d'être mis à mal en tentant de la défendre. Elle ne savait pas ce qu'il valait en combat singulier mais ne préférait pas mettre sa vie en péril. Les mains crispées sur les rênes, elle surveilla donc la foule du coin de l'oeil.

    Elle ne vit cependant pas l'étrange personnage qui les observait, fondu dans la masse des badauds. Une femme sans aucun doute, vêtue d'une robe élégante et possédant une fameuse crinière de cheveux auburn. Mais le reste n'avait rien d'humain. Ou presque. Une moitié du visage était intacte. Des joues creuses, un oeil aux longs cils recourbés, des sourcils fins, une bouche pulpeuse. Le reste du visage disparaissait sous d'immondes cicatrices comme en présentaient les grands brûlés. La chair avait fondu, l'oeil droit avait éclaté, laissant une orbite vide. La bouche, ou du moins le trou qui indiquait son emplacement de jadis semblait tordu dans un rictus de souffrance. L'apparition regarda l'étrange couple et disparut sans demander son reste. Peut-être Philippe avait-il pu l'entrevoir, ne serait-ce qu'un instant ?

    Une fois dans les quartiers nobles, Angèle crut voir Morgan à tous les coins de rue. Si elle reconnut quelques paladins de son Ordre qui posèrent un bref instant les yeux sur elle sans vraiment la remettre, son amie n'était pas avec eux. Peut-être était-elle encore chez elle. Elle espéra qu'Amélie allait tenir sa langue concernant ce matin et supposa que oui. Morgan, jalouse de la relation qu'entretenait Angèle avec sa domestique se montrait peu aimable. Et Amélie, qui la trouvait un peu trop envahissante le lui rendait bien. Elle espéra que leur tête à tête forcé n'avait pas dégénéré en pugilat.

    Bientôt, les portes du domaine furent en vue. Une lourde porte à double battant présentait les armoiries de la famille de Gorneval. Le blason était coupé en quatre. Sur la partie haute, sur fond de bleu cyan et de violet, une licorne et une tour se faisaient face. Sur la partie basse, les couleurs étaient inversées tandis qu'un dauphin et un chêne se disputaient le premier plan. Angèle mit pied à terre et poussa les lourdes portes. Ses jambes vacillèrent mais elle s'en accommoderait pour les quelques derniers mètres. Elle sourit à Philippe.


    "Vous m'avez été d'un immense secours. Accepteriez-vous un rafraichissement pour vous dédommager de cette aventure ? Aussi, je pourrais facilement vous trouver une chemise de rechange."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Philippe sourit aimablement à la jeune dame.

    "Je vous en prie, c'était bien la moindre des choses. Comment aurais-je pu vous laisser dans un état pareil ? Quant à ma chemise, n'en faisons pas un drame. Ce n'est qu'une chemise... néanmoins, j'accepte votre offre avec plaisir, car je pense qu'exhiber ainsi mon splendide corps d'athlète risque d'attiser les convoitises de l'ensemble des dames de Laothkund !"

    A vrai dire, il était plutôt menuet, et son ton indiquait clairement qu'il plaisantait en parlant de sa stature. Cependant, nul doute qu'il risquait de faire sensation s'il rentrait chez lui pareillement accoutré.

    Suivant Angèle à une distance respectueuse, tout en s'assurant qu'elle tenait bien sur ses deux jambes, il entra dans le domaine des de Gorneval pour la première fois. Il manifesta un intérêt curieux mais poli envers la décoration, assez sobre et de bon goût. La gouvernante était présente, et son air montrait sans ambiguïté les soucis qu'elle se faisait à l'égard de sa maîtresse. On pouvait la comprendre, d'ailleurs...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  11. #11
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Angèle avait souri à la note d'humour. Décidément, Philippe était bien sympathique en plus d'être joli garçon. Elle espéra cependant pour eux deux qu'on ne l'avait pas vu franchir les portes du domaine dans cet accoutrement. Elle entendait déjà les commentaires de certaines commères à leur sujet. En passant devant les écuries, elle remarqua que le cheval de Morgan n'avait pas changé de place. Ce qui signifiait logiquement que sa propriétaire n'était pas partie non plus. Elle réprima une grimace. Il était trop tard pour faire demi-tour. Et elle n'en avait pas la force.

    Elle marcha sans encombre jusqu'aux portes de sa demeure, les ouvrit sans marquer de pause et s'effaça pour laisser entrer son invité. Amélie qui s'apprêtait à sortir s'écarta juste à temps pour ne pas recevoir le battant en pleine figure. Ses yeux inquiets s'agrandirent et elle marqua un temps d'arrêt, le temps de comprendre ce qu'elle voyait. Angèle était revenue. Mais dans quel état ? Et qui était ce bonhomme sans chemise ? Elle ne laissa cependant rien paraître.

    Philippe, outre Amélie qui tentait de masquer son étonnement put découvrir la demeure, du moins son entrée. De par et d'autres, deux immenses fenêtres donnant sur les écuries d'un coté, de l'autre ce qui devait être un jardin laissaient entrer une douce lumière. Au milieu de l'entrée, une armure semblait monter la garde. Frappée des mêmes armoiries que sur la porte du domaine. Rutilante, elle était cependant enfoncée au niveau du casque et du torse. Vu l'ampleur des dégâts, l'occupant du harnois avait été amplement malmené, s'il avait survécu.


    "L'armure de mon père, commenta Angèle, c'est ainsi qu'ils me l'ont ramenée après sa dernière bataille."

    Si elle l'avait désigné d'un geste évasif, elle avait évité de poser ses yeux sur elle. Elle avait dix-huit ans à l'époque. Elle avait intégré depuis peu l'escadron des paladins dont il faisait partie. Pour cette mission, il avait refusé qu'elle se joigne à lui. Elle avait attendu. Il n'était pas rentré. Sur chaque murs, deux portraits se faisaient face. Un homme et une femme. Tous deux blonds, posant sur le monde un regard profond et confiant. Angèle avait pris la plupart des caractéristiques de sa mère mais avait hérité de son père un épi indisciplinable qui se transmettait de générations en générations, selon les dires de celui-ci.

    Plus loin, de part et d'autres de la pièce, s'ouvraient deux alcôves. Angèle désigna celle de droite.


    "Si vous voulez vous donner la peine d'entrer. Amélie, si tu veux bien nous emmener quelque rafraichissement. Et une chemise pour Monsieur, s'il te plait. "

    Amélie hocha la tête et murmura avant de partir.

    "Morgan ...
    - Est là.", compléta une voix.

    Angèle sursauta avant de se tourner vers l'alcôve citée. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? Amélie l'avait donc fait attendre. Pourtant, il ne lui avait pas semblé avoir entendu grincer. Morgan savait rendre son armure discrète ... Elle se sentit rougir comme une petite fille prise en faute. Son amie s'avança dans sa direction, et stoppa net. Elle n'aurait su dire si d'entre son état ou la présence de Philippe lequel l'avait arrêtée. Tout comme Amélie, son regard s'écarquilla. Le casque qu'elle portait sous le bras alla rouler au pied de l'armure. Elle avança à grands pas, les yeux fixés sur sa chemise. Angèle croisa les bras.

    Morgan recula d'un pas comme pour avoir une meilleure vue de l'ensemble, remarqua au passage que le dos de la chemise était aussi poisseux que l'avant. Puis son regard se posa sur Philippe. Comme Angèle, elle l'avait déjà croisé lors de réceptions. Joli garçon certes, pas assez musclé pour le combat mais joli garçon. Que venait-il faire ici ? Sa présence en ces lieux avait-elle une signification pour Angèle et pour leur relation ? Tentant de ne rien laisser paraître, elle demanda simplement.

    "Que s'est-il passé ?"
    Dernière modification par Althéa ; 10/02/2013 à 22h46.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    L'armure de son père, mort durant une bataille. Il n'avait pas connu personnellement le seigneur de Gorneval, mais sa bravoure était réputée en ville, même dix ans après sa mort. Sa fille jouissait en partie de ce rayonnement, même si ses prouesses n'étaient plus à démontrer ; hormis pour les échecs. La malheureuse semblait avoir même du mal à connaître les règles, sans parler de jouer une partie entière sans perdre le fil de sa stratégie simpliste...

    Tandis qu'il entrait dans la pièce, il s'arrêta net lorsqu'il entendit la voix d'une autre femme. Il rougit, gêné par sa tenue décidément mal à propos. Rendre visite de telle manière n'était évidemment pas bienséant, mais il n'avait guère eu le choix. Toutefois, il présenta ses plus plates excuses à celle qu'il reconnu comme étant une des commandantes de l'ordre des paladins d'Ilmater. La cité était décidément petite pour n'y retrouver que des visages connus.


    "Madame", fit-il avec une brève révérence. "Veuillez excuser ma tenue honteuse, de même que celle de votre seconde. Dame Angèle de Gorneval a été victime d'une tentative de meurtre sur sa personne, il y a quelques minutes seulement. Un prêtre l'a soignée comme il se devait, et je me suis proposé pour escorter dame Angèle jusqu'à chez elle." Il s'interrompit, sentant qu'il devait justifier son torse nu. "Ma chemise n'a pas résisté à l'usage que je lui en ai fait. Dame Angèle gisait au sol, je lui ai confectionné un oreiller de fortune, même s'il était évident que le matelas n'était guère confortable pour mener à son terme une sieste improvisée."

    Il comptait d'ailleurs laisser les dames entre elles, ne souhaitant s'immiscer dans leur affaires. Cependant, il était obligé d'attendre qu'Amélie lui apportât une chemise propre, car il ne pouvait décidément pas parader ainsi dans les rues.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  13. #13
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Morgan avait laissé parler Philippe sans l'interrompre. Elle accueillit la nouvelle avec le calme apparent et presque distant qui lui était coutumier. Rien ne laissait entrevoir l'affliction dont elle était victime. Angèle ? Un meurtre dans les bas quartiers ? Mais que venait-elle faire là-bas ? Elle regarda à la dérobée la jeune femme dont elle avait été le mentor. Angèle avait le teint presque gris de fatigue et commençait à dodeliner de la tête. Mauvais signe. Son amie, lorsqu'elle était très fatiguée avait tendance à s'endormir n'importe où et n'importe comment. Parfois lors des longues célébrations de fin de mission, elle l'avait vue s'endormir debout. Pour palier ce manquement à l'étiquette, elles avaient convenu d'une sorte de code. Une simple inflexion de sa voix en fin de sa phrase et Angèle devinait qu'elle était en train de sombrer. Le récit de Philippe étant terminé, elle allait justement répondre. Angèle était visiblement sous le choc de de sa mésaventure et elle ne voulait pas la heurter d'avantage par quelques remontrances. Aussi employa-t-elle le ton qu'elle utilisait avec des éléments difficiles. Elle ne haussait jamais le ton, allait même jusqu'à plaisanter. Mais ils comprenaient.

    "J'ai connu mon second plus prudente."

    Angèle ouvrit les yeux et la regarda avec surprise, le temps de se ressaisir. Puis, se rappelant son devoir d'hôtesse, désigna l'alcôve occupée par Morgan à Philippe.

    "Si vous voulez vous donner la peine d'entrer. Ici, vous serez à l'abri des courants d'air. Amélie arrivera bientôt avec la chemise."

    Amélie revint, brandissant fièrement le vêtement demandé. Elle eut en la tendant un regard amusé. Ce vêtement aussi avait son histoire seulement connue d'Angèle et de sa servante. Elles avaient baptisé l'épisode : la chemise de Lord Vent. Lord Vent ou plus communément Antoine Desglières avait été, l'espace d'un bref laps de temps l'amant de la jeune paladine. Celui-ci, avait été un fieffé vantard. Il lui avait entre autre promis de lui faire l'amour dans chaque pièce du domaine. Au bout du compte, il s'était endormi sans être sorti de la chambre. Plus amusant encore, alors qu'il était endormi, il avait lâché un vent tel qu'Amélie, dormant dans une chambre à l'autre bout du domaine avait été réveillée en sursaut et s'était tiré lui-même du sommeil pour le coup. Angèle avait été prise d'un fou rire incontrôlable. Il était entré dans une colère telle qu'il s'était levé d'un bond et avait quitté le domaine dans le plus simple appareil. Le lendemain, il était revenu confus, habillé heureusement. Penaud, il avait imploré son pardon pour sa conduite. Angèle, un léger sourire aux lèvres lui demanda s'il voulait reprendre ses habits. Lui rendant son sourire, il lui avait répondu que non, que cette chemise et ce pantalon là lui rappelleraient un trop mauvais souvenir et qu'elle pourrait les garder pour le jour où elle en aurait besoin. Cinq années après, la couleur - un vert harmonieux - était un peu passée mais le vêtement était toujours d'aussi bonne facture. Et Antoine était devenu l'un de ses meilleurs amis. Elle se promit de lui dire que la chemise avait trouvé son utilité.

    "Je ne vous remercierai jamais assez de ce que vous avez fait pour moi, dit-elle à Philippe, pour ce qui est du dédommagement du prêtre, dites-moi ce que vous avez déboursé. Je vous indemniserai aussitôt."

    Philippe, ignorant tout de l'histoire de Lord Vent put cependant observer la pièce dans laquelle il venait d'entrer. Une sorte de petit salon dans lequel la famille Gorneval devait recevoir ses invités les plus intimes. Cinq fauteuils confortables devant une immense cheminée. Une bibliothèque murale. Et là, contre un mur, flanqué de deux chaises une table où se dressait fièrement un échiquier. Angèle désigna les fauteuils.

    "Si vous voulez prendre place. Amélie, veux-tu apporter une collation à nos hôtes, s'il te plait ? Par contre, si vous voulez bien m'excuser quelques instants, j'aurais besoin de me ... rafraîchir."

    Elle se sentait sale, épouvantablement sale. Et n'aspirait plus qu'à un bain.
    Dernière modification par Althéa ; 11/02/2013 à 22h39.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #14
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Il protesta vivement lorsqu'Angèle offrit de rembourser le coût du sort de soins, et il répondit : "J'emporterai le secret de cette somme dans ma tombe, très chère. N'insistez pas, le fait d'avoir pu vous faire guérir suffit amplement comme dédommagement."

    Ce disant, il enfila promptement la chemise prêtée par Amélie afin de recouvrer sa dignité et se débarrasser de sa gêne toujours présente. Tout de même, devant trois dames... il réitéra ses excuses quant à sa tenue fort peu décente.

    Sitôt dans la bibliothèque, Philippe aperçut l'échiquier, sans encore voir la disposition des pièces présentes sur la table. Il admira aussi brièvement la bibliothèque, d'une taille très respectable ; lui-même possédait de nombreux ouvrages, traitant tantôt de magie, tantôt d'histoire, mais aussi de sujets plus légers, mais il ne pouvait se targuer d'avoir réuni autant de tomes. Il se promit de demander, à l'occasion, à Angèle de bien vouloir le laisser examiner plus avant les titres dont elle disposait.

    Répondant à l'invitation de la jeune dame, malgré son envie de laisser les paladines entre elles, Philippe l'excusa tout naturellement.


    "Mais je vous en prie, faites. Tant d'émotions..."

    Néanmoins, il n'était pas certain de pouvoir mener longtemps une conversation de courtoisie avec Morgan. Il ignorait pratiquement tout d'elle, malgré sa position au sein de l'ordre, floue malgré tout selon ses connaissances plus basiques sur ce chapitre.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Angèle avait acquiescé en silence. Elle n'avait aucune envie de revenir sur les émotions ressenties. Une nouvelle fois cette tentation de lâcher prise à laquelle elle avait failli s'abandonner. Si elle n'avait pas eu le réflexe de se soigner et si Philippe n'avait pas été présent pour la tenir éveillée, son esprit aurait sûrement rejoint le plan de fugue. Ilmater serait-il venu réclamer son âme dolante ? Morgan aurait-elle cherché à la ressusciter ? Aurait-on seulement retrouvé son cadavre ? Mieux valait ne pas trop penser à ce qu'il aurait pu advenir et se concentrer sur le proche avenir. Elle tourna les talons et disparut par l’alcôve de gauche donnant sur un escalier. Elle alla directement dans la salle d'eau. Cette fois, elle n'osa pas regarder son miroir. Elle se débarrassa de ses vêtements un à un, frissonnant en voyant l'état de sa chemise rougie des deux cotés. Elle se risqua à regarder son ventre. En dessous de ses côtes, un cercle rouge de peau nouvellement formée attestait de la blessure. Elle avait la même dans le dos, à n'en point douter. A présent seules persistaient les traces de sang séché. Amélie, sûrement interrompue par la venue de Morgan n'avait pas eu le temps de vider le baquet. Elle enjamba le rebord et s'immergea entièrement dans l'eau puis, attrapant le savon se frictionna corps et cheveux jusqu'à se débarrasser du sang et de la crasse.

    En bas, Morgan s'était assise en face de Philippe. A part le fait qu'il battait régulièrement Angèle aux échecs, elle ne le connaissait pas. Jeune, elle avait été timide. Mais l'âge aidant et son statut de capitaine au sein de l'Ordre avaient depuis longtemps vaincu ses inhibitions. Ses yeux noisette se posèrent sur le marchand. Il louchait déjà du coté de l'échiquier. Elle eut la tentation de lui proposer une partie mais se ravisa. Les pions étaient déjà engagés. A vue d’œil, les noirs avaient l'avantage. Encore quelques coups et le roi adverse serait pris. Amélie était fine stratège. Du moins lorsqu'il s'agissait du jeu.

    Elle se tourna de nouveau vers Philippe. Elle aurait voulu lui demander ce qu'il faisait dans les bas quartiers en compagnie d'Angèle. Elle aurait voulu lui demander de partir, de la laisser réconforter son amie en paix. Mais la bienséance l'interdisait. Et pour le peu qu'elle avait compris, son amie n'aurait plus été là sans sa providentielle intervention. Ce n'était pas pour autant qu'elle le laisserait courtiser son amie. S'il le fallait, elle se battrait.

    Quelque part, elle le savait, cette liaison pouvait s'avérer salvatrice. Angèle, renonçant à leur couple pouvait être aisément réintégrée au sein de l'Ordre. Elle serait sûrement affectée à une autre compagnie. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Non ... C'était inconcevable. Elle s'ébroua comme pour chasser l'idée.

    Un autre sujet concernant le jeune homme la préoccupait plus avant.


    "J'ai une triste nouvelle à vous apprendre. Marzhevenn d'Auberive est décédé hier dans la matinée. J'étais venue voir Angèle avant que la nouvelle lui parvienne aux oreilles par une autre personne peu attentionnée. Je suis désolée que vous l'entendiez ainsi."

    Elle baissa la tête, soudain muette. Marzhevenn était un homme de leur âge dont le père avait fait fortune dans le commerce de parchemins. Lui, sans doute poussé par de mauvaises fréquentations s'était lancé dans de nombreux trafics peu recommandables. Le dernier en date avait entraîné la mort d'une personne. Effrayé par ses actes, il s'était retranché dans son domaine armé d'une arbalète lourde et d'assez de carreaux pour tenir un siège. La garde, plutôt que d'employer la force avait fait appel aux paladins. Morgan et son second, connues pour leur talent de négociatrices avaient été dépêchées sur les lieux. Le jeune homme, qui était par ailleurs une sommité aux échecs avait accepté de leur parler à condition que l'une d'entre elles s'avance sans armes et vienne lui parler. Angèle avait été la plus rapide. Elle avait déposé son épée et s'était avancée. Durant une heure, ils avaient discuté à quelques pas des autres dans l'ombre de la cour. Au début, il s'était montré agressif. Elle lui avait parlé du bénéfice qu'il aurait à se rendre. Il aurait droit à un procès équitable plutôt qu'une mort abrupte dans son camp retranché. Au bout d'une demi heure, il avait lâché son arbalète. Puis il avait accepté de suivre les gardes. Il avait été emprisonné en attendant son procès. Le lendemain, on l'avait trouvé sans vie dans sa cellule. Trop fragile pour assumer son crime, il s'était pendu à son lacet de soulier.

    L'espace d'un instant, elle fronça les sourcils, amère. Tout comme un bon nombre de personnes dans leur cercle d'ami, elle connaissait très bien et le père et le fils. L'homme devait être à présent dévasté.


    "Nous vivons de bien tristes heures.", finit-elle par dire.
    Dernière modification par Althéa ; 13/02/2013 à 06h39.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  16. #16
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    La nouvelle l'attrista, et pour cause : ils avaient été amis d'enfance, avant que leurs voies ne se séparassent. Lui n'avait jamais envisagé le commerce sous un autre angle que celui de la vertu, et malgré sa réputation de joueur imbattable, il n'avait eu que peu de fois l'occasion de l'affronter sur un échiquier. Néanmoins... il se surprit à penser qu'il aurait pu être à sa place, et vice versa. Si lui-même avait décidé de trafiquer de la drogue ou des substances alchimiques illicites, où serait-il, à présent ? Mort en prison ? Poignardé durant son sommeil ? Il aurait succombé à une cirrhose du foie ? Il frissonna, et repensa avec mélancolie aux bons moments qu'il avait passés durant la matinée, avant que la journée ne bascule dans l'horreur et la dure réalité de la mort, de la violence et du chaos...

    "Je vous remercie de m'en avoir fait part. Je... je préfère apprendre la nouvelle maintenant, de votre bouche. Oui, l'époque est difficile, mais... ne l'a-t-elle pas toujours été ? Les attaques des hordes d'orques, la guerre face à Thay, la destruction lors du Temps des Troubles... est-ce pire maintenant ? J'ose croire que non... simplement, alors que d'anciens maux disparaissent, de nouveaux prennent naissance pour éprouver notre foi en nous-mêmes, notre volonté..."

    D'ordinaire taquin, il s'était fait grave et sentencieux en prononçant ces quelques mots. Cette nouvelle lui rappelait qu'il devait sans cesse se garder de succomber à toute tentation envers le Mal, pourtant si simple à atteindre, à embrasser... son cœur était lourd, mais il savait que la vie reprendrait le dessus. Il le fallait, sans quoi, le moindre obstacle devenait un supplice de tous les instants, un abîme insondable duquel, une fois que l'on s'y était jeté, il était impossible de ressortir sans graves séquelles.

    Tandis que le silence retombait, Philippe songea soudain qu'il devait sans doute un peu plus d'explications à la supérieure d'Angèle de Gorneval. Après tout, il avait secouru l'une de ses paladines...


    "Pour revenir à notre affaire, je voudrais juste préciser que j'ai rencontré dame Angèle dans les bas quartiers de la façon la plus fortuite qui soit. J'ai... la mauvaise habitude de me promener un peu partout en ville, malgré les risques que cela pourrait engendrer, et c'est quand j'ai entendu quelqu'un appeler au secours que j'ai trouvé la malheureuse à terre. En revanche... elle ne m'a en rien expliqué sa propre présence, bien que... je comprendrais qu'elle fut mue par un désir similaire au mien : se promener sans but."

    Évidemment, cela n'expliquait pas non plus sa tenue débraillée, elle qui était d'ordinaire si impeccablement vêtue. Il avait encore en mémoire un magnifique décolleté dont elle s'était parée lors d'une réception... était-ce déjà il y a dix jours ? Oui... elle l'avait laissé rêveur. Malgré cela, et son charme indéniable, il n'avait jamais osé la courtiser, pas même de façon indirecte.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  17. #17
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Morgan avait hoché la tête, dubitative. Angèle n'agissait jamais sans but. Du moins pour autant qu'elle la connaissait, avant son éviction de l'Ordre. Une journée à peine et elle avait changé de façon subite. Et d'une manière qui ne lui ressemblait pas. L'intéressée elle-même aurait été surprise d'entendre qu'elle irait s'enivrer jusqu'à vomir dans une taverne sordide avant d'aller braver la mort dans les bas quartiers. Au moins, elle était sûre que Philippe n'était pas avec elle au moment de la tentative de meurtre. Ce qui la troublait le plus était qu'elle était revenue puis repartie sans son cheval. Elle avait sûrement reconnu le sien. Pourquoi alors n'était-elle pas rentrée ? Et qui donc s'en était pris à elle ?

    "Nous ne vivons pas à une époque de trouble à proprement parler comme en témoigne cette tentative d'entente avec Thay. Mais j'ai cette impression que les conflits continuent d'exister, et bien plus insidieux car larvés. Le masque de la vertu peut cacher bien des vices et les pires meurtriers se dissimulent parfois derrière des visages d'ange. Et si les liens se resserrent en temps de guerre contre un ennemi commun, les dissensions renaissent en temps de paix. Parfois aussi, nous pensons que notre idéal de justice suffira pour guider les autres. Mais nous nous trompons. Et la défaite n'en est que plus amère."

    Elle laissa le silence ponctuer sa tirade. D'ordinaire, elle aurait parlé avec optimiste du bénéfice que la paix engendrerait entre l'Aglarond et Thay, de toutes les perspectives qui soudain s'offraient. Aujourd'hui, elle n'avait pas le cœur à sourire. Elle n'osait pas imaginer la réaction d'Angèle en apprenant la mort de Marzhevenn dont elle avait obtenu la reddition. Elle avait cru l'avoir sauvé de ses démons mais le mal prenait bien d'autres formes. La culpabilité en était une des pires. Elle ne le savait que trop.

    "Point n'est peut être besoin d'annoncer tout de suite le décès de Monsieur d'Auberive à Angèle. Je pense qu'elle a eu lot d'émotions pour aujourd'hui."

    Son début de matinée avait été pour le moins éprouvant. Dès son réveil, elle avait été convoquée par les dirigeants de l'Ordre manu militari. Durant près de trois heures, elle avait expliqué et réexpliqué encore que l'idée du raccourcis émanait d'un des paladins de sa compagnie - à présent changé en âme en peine - et avait été adoptée à l'unanimité par tous les autres et qu'elle ne comprenait pas en quoi sa relation avec Angèle de Gorneval venait faire là-dedans. Mais son supérieur direct avait répliqué que ses affaires avec son second avaient sûrement émoussé toute forme de discernement. Elle devait se reprendre. Elle avait acquiescé en silence. Point ne servait de négocier encore. C'était encore trop tôt.

    Juste après avoir quitté la salle, elle avait croisé Lynne, une de ses subordonnées. Celle-ci lui avait d'emblée annoncé qu'elle avait demandé à être affectée à une autre compagnie et qu'elle ne voulait plus désormais avoir affaire avec elle. Et elle savait pourquoi. La rumeur avait circulé vite ... Avec un peu de chance, elle serait la seule à partir. Mais elle en doutait.

    "Votre intervention fut providentielle, finit-elle par dire, sans vous, mon second n'aurait été plus qu'un souvenir. Je suis désolée d'insister sur ce point mais avez vous pu entrevoir quoi que ce soit au moment où elle a été frappée ? Et après, avez-vous vu quelqu'un s'enfuir ?"

    Elle marqua un temps pour retrouver son calme. Elle ne voulait pas paraître trop affectée.

    Elle avait peu eu l'occasion de se faire du soucis pour Angèle. Sa protégée était d'ordinaire prudente et n'agissait que lorsqu'elle avait pris pleinement la mesure de la situation. Face au danger, elle réagissait rapidement, tout en gardant la tête froide. A vrai dire, elle n'avait craint pour sa vie qu'une fois et une seule, cinq ans auparavant. C'était pendant une de ces missions de routines où elle avait pensé que la longue chevauchée les séparant de la chapelle où la relique devait reposer serait la seule difficulté. Autant qu'elle s'en souviennent, ils n'étaient que quatre. Elle ne se souvenait pas très bien de l'identité des deux autres larrons mais n'était-ce pas Lynne avec Yohann, son frère jumeau ? Aussi fut-elle la première surprise quand un géant leur fondit dessus à l'improviste, du haut d'une colline. Ils n'avaient pas eu le temps de lever leurs boucliers qu'il frappa le jeune homme et lui fit vider les étriers. Dans un énorme fracas, il s'était retrouvé au sol, sans connaissance. Le géant furieux, défendant son territoire sur lequel ils avaient empiété sans le savoir s'en était ensuite pris à Angèle. Un grand coup dans le pectoral lui avait coupé le souffle mais l'armure avait sensiblement atténué le choc. Quelques minutes et elle avait pu charger. Dans son souvenir, c'était Lynne, poussée par la volonté de venger son frère qui avait assené le coup de grâce. Yohann respirait faiblement mais vivait. Le pouvoir de leur dieu avait permis de le stabiliser. Il avait pu remonter à cheval. Elle avait crû l'incident clos. Mais Angèle, à peine passée la porte de la chapelle s'était arrêtée net. Un filet de sang avait coulé de sa bouche et elle s'était abattue face contre terre. Une côte cassée avait perforé le poumon. Elle n'avait rien dit pour que l'on concentre les soins sur Yohann. Une imprudence qu'elle avait failli payer au prix fort. Si elle avait été rapidement prise en charge par les prêtres et que la blessure n'avait pas laissé de séquelles, Morgan n'avait jamais oublié.
    Dernière modification par Althéa ; 14/02/2013 à 22h18.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  18. #18
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Philippe était étonné. Certes, il n'y avait pas forcément matière à se réjouir constamment de l'époque, mais Morgan lui parut bien amère, pour une paladine censée apporter soutien et réconfort auprès des plus démunis. Peut-être la charge de sa mission lui pesait-elle, et elle profitait de ce moment un peu particulier pour faire part de ses déceptions, de ses doutes... il ne put qu'être une oreille attentive à ses propos, cherchant à lui redonner espoir.

    "J'ai confiance en l'avenir. Évidemment, il y aura toujours de nouvelles sources du Mal à combattre, parfois faciles à débusquer, parfois insidieuses et douloureuses à extruder, mais je ne doute pas que nous soyons à même de mener ce duel à bien, comme l'ont fait nos ancêtres. La foi nous guide, également. Enfin... je suis désolé de proférer de telles banalités, vous êtes bien mieux placée que moi pour savoir ce genre de choses..."


    Morgan revint à la tentative d'assassinat. Guère surprenant ; il s'agissait tout de même de sa seconde, et il ne doutait pas qu'elle lui portait une affection réelle de par leur foi et leur expérience communes. Il rassembla ses souvenirs, mais ne parvint pas à se remémorer la fuite de quelqu'un. Son attention était focalisée sur Angèle, dont il ignorait d'ailleurs que c'était bien elle, allongée et blessée.


    "Malheureusement, je suis arrivé lorsque les gens l'entouraient déjà... sans doute plus par curiosité que par réel désir de lui venir en aide, mais je ne les en blâme pas. On ne s'improvise pas soigneur... cependant, non, je n'ai remarqué personne en train de s'enfuir. A mon avis, l'assassin s'en est allé sans demander son reste. Prendre le risque de rester sur place aurait été une erreur, sans doute."

    Il finit par poser la question qui lui brûlait les lèvres depuis le début de cette triste affaire.

    "Je vous présente mes excuses par avance si je suis trop indiscret, mais... pourquoi dame Angèle aurait été la cible d'un crime crapuleux ?" Les paladins étaient respectés, à Laothkund. La cité n'était pas totalement sûre, bien entendu, mais on ne s'attaquait pas impunément à quelqu'un, surtout une noble dame membre d'un ordre... les représailles pouvaient être sévères, sans nul doute. Il manquait peut-être d'imagination, mais il voyait mal Angèle de Gorneval être poursuivie par une bande de malfaiteurs qu'elle aurait froissé suite à quelque agissement suspect. Non, cela n'avait aucun sens, n'est-ce pas ?
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  19. #19
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Morgan hocha la tête l'air absent, enroulant une mèche de cheveux bouclée autour de ses doigts. Au sein de l'Ordre, elle ne passait pas pour une personne enjouée, plutôt pour une originale. La section qu'elle commandait était composée de douze membres. Huit hommes et quatre femmes. Moins les quatre paladins tués par l'âme en peine, moins Lynne qui avait choisi de quitter la compagnie, moins Angèle évincée après la découverte de leur liaison. Si cela continuait, la compagnie se composerait d'elle, et d'elle seule. Que ferait-elle sans eux ?

    Elle connaissait tous leurs secrets, leurs peurs, leurs marottes, leurs rêves et leurs doutes. Au fil des années, elle avait instauré un climat de confiance absolu. Elle était à l'écoute de chacun d'entre eux. Elle les avait accepté et porté chacun à bout de bras vers le dépassement de soi-même. En échange, elle exigeait l'excellence. Ses méthodes d'entraînement étaient rudes et peu conventionnelles. Elle partait du principe que chaque exercice était aussi bon pour le corps que pour l'esprit. Lorsqu'elle avait pris la tête de sa compagnie, elle avait proposé à son contingent une promenade en forêt. Les paladins novices, rêvant déjà de bataille et de gloire avaient regimbé. Sourde à leurs grommellements, elle avait commencé à marcher. Ils l'avaient suivi tant bien que mal, se demandant où l'exercice aller les mener. Au début, ils avaient cheminé, se regardant avec méfiance, guettant celui dont la démarche sortirait du lot, essayant d'aller plus vite que les autres. Ils avaient été essoufflés. Elle n'avait pas ralenti, ne s'était pas retournée. Puis, aux fil des heures, les langues s'étaient déliées. Ils avaient commencé à faire connaissance. Et, lorsqu'ils avaient dû passer des passages difficiles, ils s'étaient entraidés. Au bout de quelques heures, des liens avaient fini par se lier. Morgan avait atteint son but. Pour leur apprendre l'équilibre, elle les avait défié de tenir debout sur une luge. Pour leur apprendre à être discrets en armure, elle leur avait proposé des parties de cache-cache. Au fil du temps, elle leur avait fait comprendre qu'ils n'étaient plus des individualités au sein de l'Ordre, luttant pour obtenir une place culminante mais des amis faisant front contre les vicissitudes du quotidien et les pilleurs de reliques. Cela lui avait pris du temps, de la patience et de nombreuses heures de sommeil. Mais elle les avait liés. Et c'était liée à eux. Angèle, entrée peu après dans la compagnie n'avait pas fait exception à la règle. Maintenant, qu'en était-il ?

    Allaient-ils les fuir en apprenant leur homosexualité ? Allaient-ils les désavouer ? Lynne lui avait apporté un élément de réponse. Elle qui d'ordinaire était enlevée et combattive l'avait à peine regardée dans les yeux. Parfois, on croyait connaître les autres et ils vous décevaient. Angèle s'était-elle lancée dans quelque commerce crapuleux pour être poignardée en pleine rue comme un vulgaire truand ? En cinq ans de vie commune rien ne l'avait laissé présager.


    "Je ne sais pas, j'en doute. Pour tout vous avouer, je ne sais que penser."

    Cette constatation lui fit mal. Seul Ilmater savait ce qu'elle allait chercher dans les bas-quartiers. Et elle avait failli la perdre. Elle repensa à Angèle, face contre terre sur le sol de la chapelle. Elle avait décrit au prêtre ce qui s'était passé. Il avait rapidement pensé à la fracture des côtes et au poumon fracturé. Mais un sort de soin n'aurait rien arrangé. Il avait d'abord fallu inciser, remettre en place l'os et seulement refermer les plaies. Pendant toute l'opération, elle était restée à coté d'elle. Pas une seule seconde, elle n'avait détourné les yeux. A son réveil, elle était à ses côtés. Cette fois, elle était seule et avait failli mourir comme une triste anonyme, loin d'elle.

    "J'aurais dû être à ses cotés."

    Les mots s'étaient étranglés dans sa gorge. Elle se sentait éprouvée, à vif. La nuit précédente, elle était restée éveillée dans la cellule qu'elle occupait dans le bâtiment de l'ordre à fixer les ombres que faisait naître sa chandelle dans sa vaine lutte contre l'obscurité. Elle avait prié en silence. Elle-même vacillait. La mort de ses compagnons, l'éviction d'Angèle. Elle ne comprenait plus les desseins de son Dieu. Quoi qu'ils soient, elles les accepterait. Mais pour l'instant, elle s'accordait un temps pour le deuil et le doute. Elle n'était pas de ceux qui avançaient aveugles, sans honte et sans colère. Elle n'aimait pas les paladins blancs comme neige culminant par dessus leurs semblables, totalement insensibles. Pour elle, toute personne qui guidait les autres devait avant tout être humain. Comment apporter son soutien, soulager la peine, gérer les colères, porter avec les autres les fardeaux de la vie quotidienne si on ne les partageait pas ?

    La veille, elle avait rencontré une à une les familles des quatre paladins tombés. Robin, le plus jeune des quatre laissait des parents éplorés. Eulalie un fiancé. Les deux derniers, Alban et Margaux, qui s'était formé au sein de sa compagnie étaient tombés ensemble laissant un fils de dix ans. Elle avait annoncé la nouvelle aux vivants, expliqué le pourquoi de la mort racontant chaque fois qu'ils n'avaient pas failli. Elle avait écouté leur tristesse ou leur colère. Et elle avait offert son soutien. Le fils d'Alban et de Margaux, Atzo, serait pris en charge par l'ordre. S'il le voulait, il deviendrait son page.

    Le soir, trois feux seraient allumés sur les remparts du domaine de l'ordre. Une pour chacune direction, sauf pour celle vers laquelle étaient tombées les victimes. Ils brûleraient toute la nuit. Trois feux dans l'obscurité pour éloigner la mort. On prononcerait les noms des paladins. Fort au début pour les célébrer. Puis murmurés afin de les laisser partir, leurs noms emportés par le vent.


    "Parfois, il me semble être plus témoin que guide. J'ai parfois peur d'être dépassée."
    Dernière modification par Althéa ; 16/02/2013 à 06h41.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  20. #20
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Les questionnements métaphysiques de Morgan le désolaient, mais il n'avait malheureusement pas grand-chose à lui dire qui pourrait la réconforter ou la guider ; à vrai dire, il n'avait absolument jamais envisagé de devoir en faire ainsi avant cet instant précis... en général, il considérait justement les paladins comme des guides, des modèles, des gens qui aidaient à trouver la bonne voie, et même la Voie Bonne... il avait déjà eu l'occasion de converser avec quelques-uns d'entre eux, à Laothkund ; souvent des héritiers de marchands, d'ailleurs, ce qui l'avait aidé à les approcher. Il avait ressenti quelques a priori à leur encontre, craignant de trouver des hommes et des femmes fermés, dans leur monde, butés. Et il s'aperçut rapidement qu'il s'était complètement trompé. Les paladins avaient bien sûr leur foi exaltée, qui pouvait parfois paraître gênante pour les non-initiés, mais leur humanité était grande, et leur propension à faire le Bien totalement sincère et désintéressée. Le fait que chacun ou chacune pouvait agir comme tel, selon ses propres capacités, l'avait grandement intéressé. Pas au point d'envisager d'embrasser cette difficile carrière, tout de même... mais il respectait ces gens, simples et bons.

    Néanmoins, maintenant que la situation était inversée - pour un bref instant, espérait-il - il se voyait dans l'incapacité totale d'offrir quelque aide à Morgan. Et il se sentait comme un abruti, laissant le silence s'installer, tandis que sa gêne grandissait. Il soupçonna fortement être en train de rougir jusqu'à la racine des cheveux, et décida de prendre les choses en mains.


    "Vous ne pouvez être partout à la fois, pour veiller sur chacun de vos hommes... ou de vos femmes, si vous me permettez. D'autant que dame Angèle ne s'attendait très certainement pas à être prise pour cible d'un crime atroce... sans quoi, elle eût été sur ses gardes, à n'en point douter."

    Banalités que tout cela, mais au fond de lui-même, il pensait que c'était ainsi que les choses étaient. La dame était fort capable de se défendre, même sans armes... à moins d'avoir été assaillie en traître, il ne voyait pas comment un quelconque malfrat aurait pu prendre l'avantage sur elle et la blesser de cette façon. Malgré ses courbes gracieuses et son port altier, Angèle de Gorneval restait une combattante aguerrie et athlétique.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Morgan avait acquiescé aux paroles de Philippe. Il ne manquait pas de bon sens, ni de sensibilité.

    "Vous auriez fait un excellent paladin.", plaisanta-t-elle.

    Elle avait souri. Un sourire que l'on aurait qualifié "des mauvais jours", quand les insomnies se faisaient pesantes et que se réveillaient les anciennes douleurs les jours de pluie. Ces jours là, elle n'aspirait qu'à garder sa porte close et se calfeutrer dans son lit, l'édredon sur la tête. Mais ce n'était en rien ce qu'on attendait d'elle. Mais le discours de Philippe, qui n'avait rien à voir avec les sermons pontifiants de bon nombre de ses semblables lui avait redonné un semblant de courage. Elle aurait pu avoir le même face au doute. Du moins, elle l'espérait.

    Elle allait le remercier quand Angèle entra dans la pièce. La chemise et le pantalon avaient fait place à une autre chemise à lacets rehaussée d'une robe simple et droite. Frileuse, elle s'était emmitouflée dans un châle. Ses cheveux humides pendaient librement. Elle n'avait pas eu le courage de les coiffer. Morgan remarqua au passage ses joues pâles et ses mains tremblantes, son teint encore cireux. Ses yeux effleurèrent un instant la paladine, se posèrent sur Philippe.


    "Pardonnez-moi du contretemps. J'espère que je ne vous ai pas trop fait attendre. Désirez-vous vous sustenter un peu ?"

    Morgan retarda sa réponse pour laisser parler Philippe. De ses obligations découleraient les siennes.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  22. #22
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Il sourit à la plaisanterie, sachant que Morgan n'était pas sérieuse. Avoir un peu de bon sens et d'humanité ne suffisait évidemment pas pour envisager cette voie... néanmoins, il prit cela pour un compliment, et son sourire en fut également une réponse muette.

    Il allait poursuivre, lorsqu'Angèle arriva. Galant, il se leva, tout en évitant de la dévisager trop longtemps. Elle avait l'air très fatiguée, comme on pouvait s'y attendre. Certes, son charme était toujours présent, mais elle avait une mine triste et semblait avoir surtout besoin de repos. Il n'hésita qu'un instant avant de répondre.


    "Nullement, n'ayez crainte. Je vous remercie de votre aimable proposition, mais je ne souhaite pas vous importuner davantage. D'autant que... j'avoue ne pas avoir trop de scrupules à vous laisser avec dame Morgan. Je suis certain que vous serez entre d'excellentes mains."

    Il avait lui-même quelques affaires à régler après le dîner, et il savait qu'il devrait se dépêcher pour manger s'il ne voulait pas se mettre en retard. Les quelques instants de liberté qu'il s'était accordés lui avaient filé entre les doigts... tant pis. En sauvant la vie d'Angèle, il était autrement récompensé.

    "Je vous souhaite un prompt rétablissement. Je..." il hésita. "Si vous le souhaitez, je prendrai de vos nouvelles bientôt." Il sentit ses joues s'échauffer. Pour masquer son malaise soudain, il salua les deux dames et quitta le domaine de Gorneval l'esprit empli de questions sans réponses...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  23. #23
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Elles suivirent le jeune homme des yeux jusqu'à ce qu'il disparaisse au coin de la rue. Angèle referma doucement la porte et ne se retourna pas. Morgan vint s'adosser contre le chambranle. Elle ne la regarda pas. Le silence s'installait, seulement troublé par la voix d'Amélie chantonnant dans la cuisine.

    "Si tu veux savoir si je t'ai fuie ce matin, la réponse est oui. Et si tu veux savoir pourquoi, je ne sais pas."

    Morgan exhala un soupir. Angèle lui fit faisait face, les yeux rivés dans les siens. Un regard bleuté presque glacial quand elle ne souriait pas. En colère, elle se contentait de toiser la cible de son émoi sans parole aucune. Elle était redoutable dans ces moments là. Morgan en avait fait plusieurs fois l'expérience. Mais en cette fin de matinée, l'expression était autre. Fatiguée, hagarde, indécise, fragile ... Elle avait détourné la tête. Morgan s'était dirigée vers le fauteuil, grimaçant à cause de son genou raidi.


    "Tu as mal ?"

    Morgan prit le temps de s'assoir et hocha la tête. L'accident remontait à maintenant huit ans mais sa jambe ne s'était jamais remise. Par rapport au reste de son corps rompu lors de sa chute, cette simple séquelle était une chance.

    "L'humidité et mes os ne font pas bon ménage."

    Angèle grimaça, hésita quelques secondes et vint s'assoir sur l'accoudoir de son fauteuil. Son bras vint effleurer son épaule. Elle lui prit la main.

    "Je crois que j'ai compris, ce matin. Cette envie d'abandonner, de lâcher prise, comme toi."

    Morgan ferma les yeux à l'évocation de ce souvenir. Un pallier dans leur histoire commune. Angèle venait d'intégrer sa compagnie suite à la mort de son père. Mutique, renfermée, elle ne s'intégrait pas au reste de la troupe. Morgan, ne sachant plus vraiment comment la faire sortir de sa réserve mais voyant cependant qu'elle semblait plus à l'aise sur le dos d'un cheval lui avait proposé une promenade. Pas vraiment proposé, imposé plutôt. Angèle avait accepté sans montrer d'états d'âme. Elles étaient parties en direction de la mer. La brume les avait surprises tout près de la falaise.

    Soudain, il avait semblé à Morgan que le cheval marchait sur du vide. Quelques secondes plus tard, le sol disparaissait. Elle avait heurté le roc à plusieurs endroits, avait glissé, roulé. Un rocher avait stoppé sa course. Elle était restée prostrée un long moment, pendant que l'eau salée venait tremper ses cheveux. Elle souffrait de multiples fractures dont certaines sévères. Elle avait cru ne jamais s'en relever. Elle allait finir là, devant la mer infinie. Elle n'était pas inquiète, juste très fatiguée. C'est alors qu'elle avait entendu du bruit au dessus de sa tête. Elle avait voulu se retourner mais son corps trop meurtri n'avait pas répondu. Quelques instants plus tard, Angèle s'agenouillait à coté d'elle. Son regard inquiet lui confirma la gravité de son état. Lorsqu'elle avança les mains pour prodiguer des soins elle secoua la tête. Cela ne servait à rien. Si elle survivait, il lui faudrait des années pour se remettre. Les os, ressoudés par les sorts de soins seraient toujours fragiles. Et elle n'était pas prête à affronter l'immobilité. Mieux valait qu'elle abandonne là son corps en ruine. Ilmater l'accepterait sans doute. Mais Angèle ne l'entendait pas de cette oreille.


    "Pas deux fois.", avait-elle simplement dit.

    Comme elle était incapable de se défendre, Angèle l'avait stabilisée puis l'avait soulevée sur son dos. Elle avait vacillé mais avait tenu bon. Elle l'avait menacée, l'avait priée, lui avait rappelé ses obligations. Elle n'avait rien voulu entendre. Ses pas mal assurés s'étaient dirigés vers un chemin à flanc de falaise et elle avait commencé à monter. Morgan avait fermé les yeux et perdu connaissance. Elle s'était réveillée sous un ciel constellé d'étoiles. Le monde bougeait sous elle au rythme des sabots d'un cheval. Angèle les mains crispées sur les rênes la maintenait en croupe. Elle n'avait plus la force de parler. Elle s'était juste contentée de la regarder, les yeux brillants de colère.

    Sa convalescence avait duré deux mois. Et contre attente, elle était parvenue à se remettre debout. Durant tout ce temps, elle avait refusé toute visite de la jeune dame de Gorneval. Mais elle la convoquât dès qu'elle put marcher. Quand elle se présenta à son bureau un peu anxieuse, elle lui dit sans détour.


    "Je ne vous ai pas demandé de venir pour vous dire merci, ni vous parler de votre désobéissance. Vous m'avez ramenée contre mon gré. Comme punition, je ferai de vous mon second, du moins, jusqu'à ce que je puisse assurer de nouveau pleinement mes fonctions. Vous entraînerez mes hommes, parlerez à ma place et serez mes yeux. Et je serai impitoyable."

    Morgan leva les yeux vers Angèle. Celle-ci, s'était tournée vers l'armure de son père. Gonzague de Gorneval avait stipulé qu'il ne voulait faire l'objet d'aucune résurrection. Morgan avait fait respecté sa volonté. Angèle ne s'en était jamais remise. Elle devina le fond de sa pensée.


    "Tu voulais donc partir ? "

    Angèle hocha la tête.
    Dernière modification par Althéa ; 17/02/2013 à 22h45.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  24. #24
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Plongé dans ses pensées, Philippe remarquait à peine les rues qu'il arpentait pour rentrer chez lui. Cette histoire le préoccupait, pour deux raisons. D'abord, parce que le fait de s'en prendre ainsi à une innocente lui faisait douter de l'ordre établi en ville, et ensuite, parce que sa supérieure avait l'air extrêmement abattue par la nouvelle. Soit elle ignorait qu'il y avait de nombreux prêtres à Laothkund qui pouvaient aisément guérir dame Angèle pour ne plus laisser qu'un mauvais souvenir de cette mésaventure somme toute désagréable, soit... elle cachait quelque chose, et cela l'embarrassait d'autant plus. Il n'aurait jamais voulu devoir insister pour qu'elle se mît à parler davantage sur elles, parce que... ce n'était pas dans ses habitudes, cela le répugnerait. Et... en quoi cela le concernait-il, finalement ? Certes, il avait pris les devants pour aider la demoiselle en danger, mais n'importe qui d'autre d'aussi débrouillard eût fait l'affaire... il détestait s'imposer, aussi se promit-il de ne pas importuner les deux dames et d'attendre la prochaine réception à laquelle elles seraient conviées avec lui pour prendre de leurs nouvelles.

    Il arriva à son domaine en ayant pris sa décision. Il savait qu'il risquait d'y revenir à plusieurs reprises dans l'heure qui suivait, mais il avait réellement des affaires urgentes à mener. Ce convoi de minerai d'adamantium embourbé le mettait dans l'embarras. Les clients étaient impatients, le minerai était rare, et il ne souhaitait guère être taxé d'escroc pour un simple accident de caravane... néanmoins, il aurait préféré avoir des nouvelles plus détaillées... peut-être le convoi avait-il été pris pour cible par de fieffés bandits ? Il n'osait trop envisager la chose ; les routes étaient sûres, malgré quelques incursions d'orques, mais...

    Son majordome l'accueillit, ajoutant à son inquiétude une certitude, désormais.


    "Messire, une missive pour vous. De votre compagnie de convoyeurs.
    - Ah. Merci, Hector." Sa voix trahissait une certaine nervosité. Il déroula le fin parchemin parvenu par pigeon voyageur, le seul moyen sûr de communiquer à distance tout en se déplaçant.

    "Cargaison volée par bandits. Gardes tués ou capturés. Seul survivant. Rentre à Laothkund.

    Amitiés,

    T."


    Tous morts... ses bras ballèrent, et il fixa bêtement le parchemin, interdit, impuissant, le cœur déchiré. Dire que quelques instants auparavant, il s'inquiétait pour le minerai. Dix hommes... la colère le gagna, mais il ne trouva aucun exutoire, ce qui le frustra encore davantage. Que n'était-il pas un vaillant guerrier ?
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  25. #25
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Morgan prit le temps de laisser s'éteindre les paroles. Jamais elle n'avait vu son amie si morbide. Mais au vu des événements de la veille, elle n'était pas surprise. Elle-même sentait plus que jamais les responsabilités peser sur ses épaules. Comment continuer quand tout partait à la dérive ?

    "Je nous ai connues plus drôles. Tiens, si tu venais te cacher dans mon placard ?"

    Angèle étouffa un petit rire. Un autre souvenir, plus doux celui-ci qu'elles évoquaient souvent avec une certaine tendresse. Elles venaient de s'embrasser et la suite logique promettait bon nombre de douces perspectives. Mais elles étaient restées assises habillées sur le lit de Morgan sans oser bouger. Elles qui frôlaient parfois la mort sur les champs de bataille étaient soudain privées de leur moyens, timides. Elles avaient fini par en rire. Angèle s'était soudain levée. Sous le regard interloqué de Morgan, elle avait ôté un à un ses vêtements.

    "Sinon, je crois que nous n'avancerons jamais.", avait-elle simplement dit.

    Elle allait répondre quand on avait frappé à sa porte. Elles avaient à peine eu le temps de réagir que le battant s'était ouvert. Hugues Arcourt, dirigeant d'une compagnie au même titre que Morgan fit irruption dans la pièce. C'était un homme pieux, d'une quarantaine d'année ayant fait depuis longtemps vœux d’abstinence. Et à l'entendre, le reste des paladins devait se comporter comme lui. Aussi, en le voyant arriver dans sa chambre, Morgan n'avait pu s'empêcher de ressentir une pointe de culpabilité. Il avait semblé préoccupé, aussi ne l'avait-il pas vu repousser les vêtements abandonnés du bout du pied. Il l'avait dévisagé en silence durant quelques secondes avant de s'exprimer.


    "Il y a un problème dont j'aimerais m'entretenir avec vous."


    Plutôt inquiète, elle était parvenue à feindre l'impassibilité. Il avait continué à la fixer avec ses grands yeux de hiboux, la lumière jouant sur son crâne chauve. Elle avait hoché la tête pour l'inviter à poursuivre.


    "Hier, j'ai surpris un de mes hommes avec dans son lit avec non pas une, mais deux femmes. Et nues, en plus ! Cela m'a perturbé et je suis venu vous voir.
    - Pour me demander si je cache des femmes dans mon lit moi aussi ?", l'interrompit-elle avec un demi sourire.

    Il avait rougi jusqu'aux oreilles. Elle avait cru un instant qu'elle était parvenu à le faire fuir mais il était revenu à la charge.

    "En cachez-vous ?"

    Elle avait été déstabilisée à son tour. Elle avait secoué la tête.

    "Puis-je vérifier ?"

    Elle avait manqué éclater de rire, à cause du ridicule de la situation et de sa nervosité. Elle avait écarté couvertures et draps.

    "Curiosité satisfaite ?"

    Il avait hoché la tête, l'air méditatif. Il lui désigna le placard.

    "Puis-je ?"

    Elle avait failli se mettre en colère tant le paladin se montrait indiscret. Elle avait cependant ouvert le battant. Il avait paru satisfait.

    "Je cherchais Angèle de Gorneval ...
    - Parce que vous pensez qu'elle se cache nue dans mon placard à attendre la nuit pour me sauter dessus ? Si je savais cela, je n'en aurais pas dormi de la nuit."

    Elle l'avait de nouveau vu rougir et regarder du coté du couloir qui semblait l'appeler.

    "Rien de cela, voyons. Je voulais simplement vous demander votre avis à propos de tout cela."

    Cette fois, elle avait souri tout à fait.

    "Ma foi, tant qu'ils n'attrapent pas froid. Et il faut bien que jeunesse se passe."

    En colère de ne pas avoir vu ses réticences partagées, il était parti sans demander son reste, claquant sur lui le battant.

    "Nous l'avons échappé belle.", murmura Angèle qui n'avait eu le temps de se cacher que derrière la porte.

    Morgan avait hoché la tête.

    "Dois-je m'en aller maintenant ?"

    Pour toute réponse, elle l'avait embrassée. Morgan, revenant au présent eut un sourire amer.

    "Le vieil hibou. Quand il a su pour nous, il s'est contenté de me regarder en secouant la tête. Peut-être s'est-il demandé si tu étais vraiment dans mon placard, cette nuit là."
    Dernière modification par Althéa ; 22/02/2013 à 06h28.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  26. #26
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    Le restant de la journée fut morne. Philippe ne parvenait pas à s'ôter de l'esprit l'image des hommes attaqués, blessés, tués, enlevés par ces bandits, tout cela par sa faute... S'il n'avait pas demandé à ce que ce convoi fît route, ces hommes seraient toujours en vie. Si encore la cargaison avait revêtu une importance capitale... Mais il ne s'agissait là que de commerce, de vulgaire commerce.

    Déprimé, il avait été tenté de boire un peu d'alcool pour se remonter le moral et se trouver le courage d'affronter sa lâcheté. Mais il craignait l'ébriété, et de toute manière, cela n'aurait pas ramené ces malheureux à la vie... l'après-midi s'écoula lentement, sans qu'il trouvât l'envie de faire quoi que ce fût d'autre que de ressasser cette affreuse nouvelle. Il cherchait vainement un moyen d'absolution, de rédemption, de repentance...

    En milieu de soirée, alors qu'il avait à peine avalé un morceau de pain pour tromper sa faim sans envie, il avait pris une décision, la moins mauvaise qu'il pût trouver, afin de laver un peu son honneur et offrir une sépulture décente aux disparus. Il monterait une expédition pour tenter de retrouver l'endroit de l'attaque, et ramener les corps des victimes à leurs familles. Il prendrait évidemment part à cette mission, peut-être futile vue de l'extérieur, mais qui revêtait pour lui une importance capitale. Il savait, de toute manière, qu'il ne pourrait plus se regarder en face avant d'avoir accompli son devoir, ce devoir qu'il avait envers les familles.

    Sa nuit fut abominable, hantée par des songes qui ressemblaient davantage à des cauchemars dans lesquels il se voyait maudit, blessé, assassiné, torturé psychiquement et physiquement par les hommes qu'il avait envoyés à une mort certaine dans le seul but d'engranger davantage d'or. Il se réveilla plusieurs fois avec l'impression d'avoir un poignard glacé enfoncé entre les côtes, en plein cœur, mais cette affreuse sensation s'estompait à chaque fois, sans pour autant disparaître complètement.

    Au petit matin, n'y tenant plus, il se leva, la mine décomposée par la fatigue, le remords et l'angoisse. Néanmoins, sa certitude était encore plus ancrée : sa décision était la bonne. La seule qui prévalait.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  27. #27
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Angèle avait fini par sourire.

    "En fait, je crois que nous sommes simplement fatiguées."

    Morgan avait approuvé et fermé les yeux.

    "J'ai l'impression que ta matinée a été difficile.
    - Exécrable. La mère de Hugues ne voulait pas me croire. Mais je crois que le pire a été pour Atzo. Il pensait que nous pouvions faire revenir ses parents. Si tu avais vu son regard.
    - Pire que le mien ?"

    Morgan avait hésité avant de hocher la tête. Angèle aussi se souvenait. L'épisode remontait à leur toute première rencontre, le jour où Gonzague de Gorneval était revenu gisant sur son bouclier. Angèle, âgée de dix-huit ans à l'époque avait voulu aller chercher un prêtre pour pratiquer sur lui une résurrection. Elle avait les fonds nécessaires à cet effet. Mais Morgan d'Aulfray l'avait retenue. Gonzague de Gorneval ne souhaitait pas être ramené. Il préférait finir ses jours l'épée à la main plutôt qu'impotent dans son lit. Sa fille devait respecter ses dernières volontés. Celle qui était désormais la dernière des Gorneval l'avait dévisagée en silence. Sûre de sa position, elle n'avait pas baissé les yeux. Angèle, exaspérée par son absence de compassion apparente avait porté la main à son épée. Aussitôt, les paladins de Morgan avait dégainé. Elle n'avait eu qu'à lever la main pour apaiser la tension. Angèle était demeurée impassible puis s'était détournée. Elle était rentrée chez elle sans regarder en arrière, drapée dans sa dignité. Durant toute la soirée, elle avait pleuré, à la fois sur son père et sur sa conduite. Elle avait osé lever la main sur un membre de l'Ordre et allait sûrement le payer. Le lendemain, elle ne fut pas surprise en arrivant au siège de l'Ordre quand on lui annonça que l'on avait changé son affectation. Elle avait suivi son capitaine dans le couloir jusqu'à un bureau jusque là inconnu. Elle était entrée. Son futur capitaine se trouvait devant la fenêtre et lui tournait le dos. Quand il s'était retourné, elle avait eut un hoquet de surprise en reconnaissant Morgan d'Aulfray. Celle-ci avait paru amusée de son étonnement. Elle avait baissé la tête, renfrogné. Morgan avait parlé.


    "Je sais que nous avons eu très peu l'occasion de nous croiser et que vous ne me connaissez que de réputation. Je sais que l'on m'appelle le mouton ou la folle. Essayez de m'appeler ainsi, je ne répondrai pas. Je me nomme donc Morgan d'Aulfray et c'est ainsi que vous m’appellerez. Quant aux autres rumeurs qui circulent, elles sont souvent vraies, à part celles qui raconte que je cravache les fesses de mes paladins ... Je vous ai vue, vous avez souri. Vos supérieurs ont fait état de vos qualités humaines et de vos compétences. Vous pensez donc que votre affectation à la protection des reliques est une punition. Et vous avez peut-être raison. Le fait que vous avez failli porter contre moi le fer en est pour beaucoup. Mais il dénote surtout d'un certain courage et d'une grande force. C'est dans ces moments, en quelque sorte que transparaissent les qualités humaines. Et je pense que vous en possédez un grand nombre. Avec moi, vous apprendrez à les développer. Un paladin n'est pas qu'une personne en armure. Restez avec moi, et je vous en donnerai la preuve. Vous pouvez toutefois refuser mon aide et reprendre le cours normal de votre vie. Vous n'avez qu'un mot à dire."

    Angèle était restée.

    "Tu étais plus âgée, reprit Morgan, la ramenant soudain au présent, et tu pouvais te débrouiller seule. Lui ..."

    Elle ouvrit les yeux pour chasser l'image de l'enfant de son esprit.

    "Et je n'ose pas imaginer la veillée funèbre de ce soir. J'aurais aimé que tu sois là.
    - Je serai à ma fenêtre, si cela peut te consoler."

    Morgan approuva en silence. L'isolement d'Angèle n'était pas non plus enviable.

    "Je crois qu'un peu de repos arrangera notre vision des choses"
    Dernière modification par Althéa ; 25/02/2013 à 14h27.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #28
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 862
    La fatigue l'assommait en permanence, et la tension qui l'avait maintenu éveillé jusqu'alors était retombée aussitôt qu'il se fût répété pendant de longues heures qu'il devait agir ainsi. Il piquait donc du nez dans son fauteuil, au salon, tandis que son majordome préparait le déjeuner dans la salle à manger. Hector le trouva endormi dans la bergère, et il n'osa pas le déranger. Philippe rêvait... ou plutôt, s'était laissé embarquer dans un cauchemar abominable, liant convoi, paladins, mercenaires... le tout finissait dans un massacre généralisé et incompréhensible d'où seule ressortait indemne Angèle, revêtue de son armure, les traits aussi pâles que lorsqu'il l'avait quittée la veille, et marmonnant des paroles incompréhensibles avant de le pousser afin qu'il tombât en avant.

    Il se réveilla lorsque son corps chut au sol, à côté de la table basse. Il aurait pu se faire vraiment mal, mais il en fut quitte pour une contusion au front, et une belle frayeur. L'esprit embué, il rassembla ses souvenirs, mais n'osa pas repenser à ce rêve absurde qui lui faisait se remémorer sa douleur. Malheureux, il parvint à peine à grignoter un peu de pain, et but plusieurs tasses de thé pour masquer la faim qui le tenaillait pourtant.

    Les questions vinrent, finalement. Comment allait-il monter une troupe pour se rendre sur les lieux ? Qui accepterait de risquer sa peau pour sauver d'éventuels survivants, dont il n'était même pas certain qu'ils le fussent encore ? Il ne connaissait pas beaucoup de mercenaires en ville, et n'était pas certain de pouvoir en recruter de suffisamment sûrs pour une telle mission. D'autant qu'il souhaitait plus que jamais prendre part au périple... se convaincre qu'il était tout de même capable de cela, à défaut de savoir se battre. La vanité de cette action lui sautait aux yeux, mais... il ne voulait pas trahir son honneur et ce qu'il lui dictait de faire. Même si cela devait lui coûter la vie...

    En fin de matinée, l'air absent, il finit par sortir afin de prendre un peu l'air et dénicher des informations sur qui pourrait participer à un tel projet.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  29. #29
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    Angèle avait rêvé. Un songe dérangeant, où se mêlaient âmes en peines et chevaliers de l'Ordre. Philippe apparaissait également, portant une chemise verte et riant comme un dément. A la fin, Morgan lui plantait une épée dans le ventre mais lorsqu'elle voulait lui enlever son casque, c'est elle-même qu'elle découvrait sous la visière. Elle avait hurlé et aurait roulé au bas de son lit si Morgan ne l'avait pas retenue. Hébétée, elle n'avait d'abord pas reconnu sa compagne et s'était débattue. Morgan, une fois la surprise passée l'avait maintenue serrée contre elle. Elle avait doucement retrouvé ses esprits. Vulnérable, frissonnante, elle était restée là, à attendre que s'estompent les images. Morgan, patiente l'avait gardée entre ses bras. Jamais elle ne l'avait vue si ébranlée, si fragile. Une sorte d'arbre amputé de ses branches et de ses racines. Angèle ne tiendrait pas longtemps. Elle devait trouver une solution, et vite.
    Mais l'après-midi arrivait à sa fin et il fallait qu'elle parte. Elle laissa donc Angèle aux bons soins d'Amélie. Son armure, enfilée de nouveau lui parut d'une lourdeur intransportable. Dehors, l'air était vif.

    Les buchers furent allumés à l'heure où apparaissaient les premières étoiles. Debout, devant sa fenêtre ouverte, Angèle les regarda brûler jusque tard dans la nuit. A un moment, l'écho des noms des paladins tombés parvint jusqu'à elle. Elle les prononça un à un, à voix basse. Elle aurait voulu être aux cotés de ses hommes. Partager leur tristesse en cette nuit de deuil.

    Elle resta debout autant que sa fatigue lui permit. Là-haut, les buchers s'éteignaient peu à peu. Elle alla s'assoir en tailleurs sur son lit, la tête dans ses mains. Au matin, elle n'avait toujours pas fermé l'oeil.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. L'histoire sans fin
    Par Mornagest dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 147
    Dernier message: 12/11/2012, 20h18
  2. Les 9 mondes [Histoire]
    Par Altaronn dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/11/2009, 13h54
  3. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48
  4. histoire de dragons
    Par Bouliiar dans le forum Idées
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/08/2004, 16h11

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251