Bonjour
Des fois je touche la plume, et ça donne des trucs étrange, ici deux textes ayant en commun un personnage qui est aussi un néologisme, ou une incantation, une marionnette... Enfin bref Gorsha, c'est moi, Gorsha, c'est vous

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Néologisme ou les silences de Gorsha

Dans la nuit noire, Gorsha avance. Dans la nuit blanche, Gorsha s'élance. Il chemine pour fuir. Il court pour revenir. La lune voit sa fugue. Les nuages chantent ses pas. Le sol ne sait pas.
Gorsha est chemin
Dans la foule, Gorsha parade. Dans le monde, Gorsha s'attriste. Il tremble pour oublier. Se recroqueville pour respirer. L'air sent ses peurs. Les ombres le rassurent. Le sol ne sait pas
Gorsha est angoisse
Dans la vie, Gorsha se tait. Dans sa tête, Gorsha s'écrit. Il pense pour exister. Il ne parle pas pour ne pas changer. Le jour pleure ses non-dits. La pluie prie sa mélancolie. Le sol ne sait pas.
Gorsha est silence.
Dans l'histoire, Gorsha n'est pas. Dans le noir, Gorsha s'accable. Il cherche pour aimer. Il marche pour trouver. Les lampadaires éclairent sa route. Le ciel l'accompagne. Le sol ne sait pas.
Gorsha est solitude.
Dans l'inconscient, Gorsha est puissance. Dans la folie, Gorsha est bravoure. Il se bat pour rester. Il se débat pour être probe. L'esprit le fuit. La pensée le révère. Le sol ne sais pas.
Gorsha est courage.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Gorsha ou les angoisses

Les mains s’agitent sur le clavier de ce vieux piano. Les doigts dansent sans cesse, sans laisse. La musique devient pluie et vient délicatement s’apposer aux mots qui font que le monde est monde.

Quelque part, Gorsha danse et s’élance en silence.

Les fils se mélangent sous la musique violence. Lui, il pleure, désarticulé. Vrille marionnette, vrille, sans constance ni cohérence, bouge et mue toi en errance. Ne crie plus, ne lutte plus. Tes actes n’ont plus d’importance.

Quelque part, Gorsha danse et s’élance en silence

Les touches s’enfoncent, les sons crachent des odeurs immondes. Le chemin disparu, sombre dans la nuit, et le piano porte aux nues, exalté, l’abandon encore frais du repère d’une vie.

Quelque part, Gorsha danse et s’élance en silence

Pleure encore les hommes sans raison ni succès. Pleure aussi les nuages sur cette douce harmonie. Et pleure là bas une marionnette oubliée, ressuscité pour les caprices d’un enfant qui se meurt, éreinté.

Quelque part, Gorsha danse et s’élance en silence. Quelques pleurs, Gorsha n’est plus rien.