Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Une effluve de Space Opera

  1. #1
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693

    Une effluve de Space Opera

    Voila, je me doute bien que cela ne fait guère très Héroïc Fantasy, mais ces histoires sont tirées d'un ex "Grand" site de rôleplay dans lequel j'avais part active, portant sur l'univers de nôtre bien aimé (ne niez pas) Star Wars.

    Ce faisant, les noms de certains personnages, aussi étranges puissent-ils êtres, sont effectivement ceux des personnes impliquées dans ces évènement rôlistiques plus tard romancés par les soins de votre serviteur (La récidive de Dooku) ; ou bien inventés par mes soins en suivant la "cosmogonie" d'alors.

    A noter que la première partie de la nouvelle nommée "Irial Darkem" à été écrite par une ancienne et très chère amie, Syl, particulièrement douée dans son domaine, tout le mérite lui en reviens de fait.

    Si tout cela vous semble décousu, ne vous inquiétez pas, c'est tout à fait normal.
    Je tâcherais par ailleurs de fignoler mes écrits fantasy-stes pour coller un peu mieux à notre esprit.

    Bonne lecture!
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  2. #2
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693
    La prise de Kuat par les Frères du cosmos :

    Cela faisait une dizaine de jours que le croiseur léger Mon Calamari MC-40 avait appareillé dans le spatio-port 39 des chantiers navals de Kuat pour pallier à une avarie moteurs…
    Le technicien regarda encore une fois la coque nervurée du bâtiment ; long de plus de 500 mètres, le « Galion » était incontestablement une œuvre d’art… la peinture de la coque semblait être la reproduction exacte d’un cliché photographique spatial type ; le noir y était omniprésent, seuls quelques filaments rougeoyants, bleutés ou pourpres rappelant de lointaines nébuleuses rompaient l’aspect monocorde de l’ensemble.
    Le long des nervures de la coque couraient d’impressionnants réseaux de lumières… le technicien avait trouvé admirable l’idée lorsque le capitaine du bâtiment lui avait expliqué leur utilité… en se déplaçant dans l’espace et en faisant dériver les lumières sur la carlingue, le vaisseau noir se fondait dans le noir de l’espace, évoluant avec la plus grande discrétion au milieu du vide sidéral…
    Le vaisseau servait apparemment à transporter des personnes importantes ou célèbres le plus discrètement possible, selon les dires du capitaine, un nommé Daemian s’il se souvenait bien…
    Mais il lui semblait que ces réparations auraient dû être terminées depuis deux jours déjà si ses souvenirs étaient exacts. L’équipage fort de plus de 500 membres occupait tout le tarmac en cette brumeuse matinée d’automne, ils apparaissaient et disparaissaient derrière le mur de brouillard à tour de rôles, semblaient affairés à quelque manœuvre de sécurité…
    Une explosion retentit soudain à l’arrière du « Galion » et provoqua une cohue générale alors que tous les gardes du poste de commande venaient à la rescousse pour aider les « matelots », mais une épaisse fumée noirâtre jailli du vaisseau et recouvrit la plate-forme…

    L’attaque fut foudroyante ! De tous les côtés, les gardes furent submergés et contrôlés, les plus récalcitrants se faisant raccourcir d’une tête. Une flèche noire et rouge fendit soudain les rangs ennemis avec une vitesse impressionnante pour s’engouffrer sans un bruit dans les locaux directionnels du spatio-port 39, un quatuor de silhouettes rapides filèrent dans son sillage et bientôt des hurlements déchirants montèrent entres les murs gris du complexe…
    Le technicien passa les deux heures suivantes au fond d’une caisse de transport alimentaire au parfum fortement appuyé ; à écouter les bruits significatifs d’une bataille de grande envergure…

    Lorsque le silence se fit, il passa la tête par l’ouverture et le spectacle qu’il avait sous les yeux le fit tressaillir, les corps de centaines de gardes jonchaient le sol du tarmac.

    Prenant ses jambes à son cou, le technicien parcouru plus vite qu’il ne se serait cru capable de le faire la distance allant de la zone de fret aux bâtiments de commandement militaire de Kuat, situés sur le spatio-port 39… Arrivé dans le hall, le technicien tendit l’oreille… rien…

    Il se faufila jusqu’à l’étage d’état-major, espérant trouver quelque chose susceptible de l’aider…

    Alors qu’il pénétrait l’immense salle de réunion, il pu voir sur les écrans de surveillances que chaque spatio-port était passé aux mains de l’ennemi... en témoignaient les cadavres des gardes habituels du site des chantiers navals, ainsi que la profusion de drapeaux noirs où un blaster et un sabre d’abordage étaient croisés sous une tête de mort…
    Il allait traverser la salle lorsque les portes en face de lui s’ouvrirent à la volée, laissant le passage à son supérieur direct, le technicien général des travaux, qui tentait de fuir malgré les menottes qui l’entravaient, il n’eut même pas le temps d’articuler un mot que son corps se raidissait dans un sursaut alors qu’une longue lame argentée sortait de sa poitrine… Ses yeux s’arrondirent de surprise et il gargouilla quelque chose avant de s’écrouler au pied de son employé…
    Le capitaine du « Galion », Daemian, essuya lentement son sabre avec un morceau de tissus et prononça une plaisanterie qui fit rire ses compagnons mais que le technicien ne compris pas tant il était obnubilé par l’idée de s’enfuir à toute jambes, idée à laquelle il renonça bien vite lorsqu’une lame incrustée de rubis, maniée par une magnifique jeune femme brune aux yeux d’un bleu perçant s’installa sous sa gorge…
    Le regard de la jeune femme avait une intensité qui le mit mal à l’aise, ce n’est que lorsque Daemian prit la parole que le cœur du technicien se remit à battre :
    - Beri, laisse donc à ce brave homme le loisir de respirer »
    Elle eut un sourire et alla s’installer aux côtés du Capitaine alors que deux hommes entouraient le technicien, l’un d’eux agita un sabre laser sous son nez en ricanant.
    - Christo, arrête de t’amuser. Balkian, peux-tu aller chercher les Reapers ? »
    L’interpellé acquiesça et sortit de la salle.

    Des pirates… des pirates SITHS ! par-dessus le marché ! L’homme se sentit soudain soumit à une tension mille fois plus intense que précédemment…
    Assise sur la table de réunion se tenait la secrétaire particulière du gouverneur de Kuat, elle fixait le technicien de ses yeux gris, un sourire aux lèvres et elle tenait un sabre laser éteint dans sa main… espionne.
    La dénommée Beri et Daemian, visiblement ravis et imperturbables, conversaient chacun à l’oreille de l’autre en souriant alors que le jeune homme qui le surveillait s’amusait à décrire des arabesques dans les airs de la pointe de son sabre…
    Le dénommé Balkian revint enfin, accompagné de cinq silhouettes encapuchonnées auxquelles Daemian s’adressa d’un air satisfait :
    - mes amis, je suis en mesure de vous annoncer que Kuat est désormais sous le contrôle exclusif du « Galion »! Je vous remercie d’avoir envoyé quelques une de vos troupes en soutien pour la prise des chantiers navals. »
    - tant que les accords que nous avons passés avec vous tiendront, il n’y aura pas lieu de s’inquiéter Daemian… »
    - en effet mon cher Bloodtwist, vous pouvez d’ores et déjà annoncer au seigneur Rethun que la construction de son navire amiral pourra se poursuivre ici même ! »
    - Très bien… »
    - Quant à vous mes chers Wissied et Darksirius, je vous remercie pour votre soutien concernant mon frère… Balkian, voudrais-tu bien guider Axelle et la nef de médication vers les appartements que nous avons choisi ? »
    L’apostrophé se dirigea vers la sortie et le technicien suivait le départ des Reapers du regards lorsqu’une pointe de sabre lui chatouilla le cou, Daemian se tenait face à lui en souriant ; il désigna le cadavre à ses pieds d’un mouvement de poignet et revint à la gorge de l’homme :
    - puisque vous venez d’obtenir une promotion l’ami, il est temps de nous faire savoir si vous acceptez le changement de propriétaire, soit vous travaillez, soit vous mourrez…
    Le nouveau technicien en chef ne prit même pas la peine de réfléchir avant de parler :
    - heu… on commence quand, patron ?
     
     

    (News de et par Daemian)
    (Introduction officielle de la guilde « Galion’s Space Pirates »)
    Dernière modification par Damant ; 09/07/2012 à 11h36.
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  3. #3
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693
    Enquête sur Kuat…

    Le jour se levait à peine sur Kuat… Une brume fraîche et épaisse dansait sur les quais d’amarrage du Galion dont la sombre silhouette évoquait quelque animal gigantesque flottant entre deux eaux…
    Ce matin là pourtant, le spectacle ne semblait pas aussi beau que d’habitude aux yeux de Daemian. Debout dans l’herbe des collines entourant la plate-forme 39 des chantiers navals de Kuat, il réfléchissait sur le pourquoi de la situation dans laquelle il s’était mis ; il retourna du pied le cadavre déchiqueté du garde Darkness’Reaper qui gisait à ses pieds à demi nu…
    Un des gardes des unités de Bloodtwist qui les avait laissés sur place afin de protéger Darkguts lors de sa convalescence puis pour garder le chantier de construction du vaisseau amiral du seigneur Rethun, or Daemian ne voyait pas comment expliquer cette perte aux DkR…
    Il en était encore à ses interrogations lorsque Darth_Beri et Sybille revinrent de leur ronde autour des « lieux du crime » :
    - Nous avons retrouvé une des Zeltrons, annonça Sybille.
    - Morte…, ajouta Beri d’une voix éteinte.

    Daemian resta silencieux, ils avaient sortis de l’esclavage sexuel une cinquantaine de Zeltrons le mois précédent. Ce peuple dont la beauté et la recherche des plaisirs simples faisaient la renommée était bien trop souvent victime de ce genre de trafic…
    Cependant, si le début des faits semblait plus clair, à savoir que le garde et la jeune fille s’apprêtaient à passer un bon moment ensemble, le reste semblait toujours aussi confus.

    Une fois rentrés au spatio-port, ils rejoignirent Charlotte qui s’occupait des jeunes rescapés avec Melian et Miette. Ces dernières avaient l’air préoccupées, et ce fut Miette qui expliqua la raison de leurs craintes au reste de l’équipage : « Quelque chose » avait été ramené avec les Zeltrons lors de leur dernière sortie spatiale, et de ce quelque chose émanait une odeur animale…
    Pourtant, même après des heures passées devant les écrans de surveillance pour repasser les enregistrements de la veille, ni Black_Sub ni Charlotte ne purent déceler d’indice quant à la chose qui avait attaqué le garde et sa compagne…
    Ce n’est qu’une fois Ominoe_Gondana revenu de son inspection des alentours que les choses avancèrent, il tenait à la main un croc cassé.
    - des lycanthropes ? demanda Charlotte interloquée, ici ?
    Gondana secoua la tête :
    - j’en doute, tous les Zeltrons sont à priori sains de corps, Ashanti est en train d’analyser leur sang avec Wilbur… et de plus aucuns d’entre eux n’est sortis dehors selon les enregistrements, non ?
    Charlotte acquiesça pour confirmer les dires de son ami.
    - à part la jeune fille retrouvée par Sybille et Beri, ils sont tous restés dans la caserne… je peux le certifier.
    Ils en étaient tous au même point lorsqu’ Ashanti vint leur confirmer qu’aucuns Zeltrons n’étaient infectés…
    Beri soupira :
    - nous allons devoir faire des analyses sur tous les gardes DkR et sur l’ensemble de l’équipage ?
    - Peut-être pas ! fit Balkian en pénétrant dans la salle de réunion avec un disque vidéo, ceci est l’enregistrement d’une des zones extérieures du tarmac, la sortie d’un couloir désaffecté pour être plus précis, l’enregistrement date d’hier après-midi.

    Ils se penchèrent tous pour regarder les images lorsque Balkian mit le lecteur en route.
    L’écran affichait une vue en plongée de l’intérieur d’un passage souterrain aux murs gris et parsemés de lézardes, le tunnel sombre débouchait sur une clairière en plein soleil et l’on pouvait apercevoir un morceau des poutrelles de soutènement de la plate forme d’atterrissage. Sybille allait demander en quoi cet enregistrement pouvait être utile quant soudain quelque chose remua au bas de l’écran ! Tous retinrent leur souffle…

    La forme indistincte avançait en claudiquant au milieu du couloir, même en arrivant à la sortie, la chose ne pouvait être identifiée, puis elle fit un pas en plein soleil… et disparut !
    Des murmures de surprise s’échappèrent de plusieurs bouches.
    - je n’ai jamais vu quelque chose de ce genre ! souffla Balkian
    - … moi, si… fit Charlotte, les crocs, cet aspect, et cette disparition…
    Daemian et elle croisèrent un regard lourd d’inquiétude, puis Sybille intervint, d’une voix blanche :
    - Daemian ? c’est bien ce que je pense que c’est ?
    - oui… j’en ai bien peur, soupira ce dernier, … un Defel…
    Tous les yeux se tournèrent vers Sybille et Daemian, Darth_Beri rompit le silence :
    - un « quoi » ?
    - un Defel, fit Daemian en secouant la tête, ce sont des humanoïdes d’environ un mètre cinquante qui ont une étonnante faculté de mimétisme sous la lumière… Il y en avait un dans l’équipage de mon père…
    - ça oui ! souffla Sybille en frissonnant, il m’a toujours foutu les boules… et pourtant il m’en faut plus que ça pour avoir peur ! Quant il sortait en pleine lumière on ne le voyait plus et on le remarquait seulement lorsqu’il était dans un angle bien sombre, trapu et noir comme une ombre, toujours à me fixer avec ses petits yeux rouges brillants !
    Elle réprima un nouveau frisson et se retourna vers le reste de l’assemblée.
    - Alors… qu’est-ce qu’on fait ?


    News de et par Daemian…
    Dernière modification par Damant ; 09/07/2012 à 11h44.
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  4. #4
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693
    Enquête sur Kuat … deuxième partie

    Sybille cheminait seule sur le chemin qui serpentait entre les collines en bordure du spatio-port 39, les zones du nord étant à flanc de montagne, le Defel n’avait pu retrouver asile qu’en ces lieux où tunnels désaffectés et cavernes naturelles foisonnaient.
    Elle se rappelait l’époque du vaisseau de leur père, à elle et Daemian, et tentait de se souvenir des détails concernant Tyum’Kat, le Defel de l’équipage, qui auraient pu l’aider dans ses recherches…
    Elle soupira… il ne lui revenait de cette époque que de rares bribes de souvenirs, plus d’images fixes et d’impressions que de véritables souvenirs en soi… Prise d’un frisson elle fit jouer ses articulations et étira sa longue silhouette fine avec un grognement de satisfaction ; elle allait le retrouver et mettre fin à cette histoire !
    Un sourire aux lèvres, Sybille repris sa marche en silence.

    Fidèle comme une ombre, une silhouette lui emboîta le pas depuis les rochers en surplomb…

    A bord du « Galion », Daemian fixait les panneaux de contrôle avec appréhension ; les détecteurs de chaleur montraient la silhouette de sa sœur marchant au milieu des plaines environnantes, cela faisait trois jours qu’ils recherchaient le Defel, et trois gardes DkR, plus un membre de l’équipage avaient péri dans la même zone. Daemian serra les dents… en plus d’être dangereux, le prédateur était maintenant armé, il avait subtilisé les armes des gardes, deux blasters mitrailleurs et une matraque électromagnétique.
    Miette vint se poster à ses côtés :
    - tu as retrouvé le cabot capitaine ? »
    Daemian sourit,
    - non, pas encore, fit-il, mais ça ne saurait tarder nous avons ratissés toute la zone… il sera bientôt obligé de sortir…
    Ominoe_Gondana entra à son tour dans la salle suivit de Melian, Ashanti et Black_Sub.
    - on a fait le tour des bâtiments abandonnés mais on n’a trouvé personne ! Même pas l’ombre d’une odeur suspecte… sauf aux cuisines peut-être, souffla Ominoe avec un sourire en regardant la gungan.
    Melian lui siffla une insulte de son cru avant de poser les mains sur la crosse de ses blasters avec un sourire significatif.
    Daemian leva les bras pour les calmer et dit en souriant :
    - ok les enfants, on va tous aller chercher ce satané « cabot » avant que vous ne vous étripiez les uns les autres !

    Ils avançaient depuis maintenant deux bonnes heures sous un soleil de plomb au milieu des collines sans avoir aperçu autre chose que des cailloux, Charlotte fixait son détecteur de chaleur en relevant nerveusement les yeux de temps à autres, sifflant de colère lorsqu’un animal sauvage était débusqué par leur équipe à la place de l’ennemi recherché.
    Aux côtés de Daemian, Stardust avançait en gardant le regard bas, perdue dans ses pensées.
    - tu t’inquiètes pour Sybille ?
    - … oui, elle n’est pas revenue de son tour d’hier, soupira-t-elle.
    Le reste du groupe cessa de discuter, il était vrai que la sœur de Daemian n’avait même pas répondue aux appels du central, ni n’apparaissait sur les écrans de contrôles jouxtant les installations ; Sybille était soit partie au-delà des limites du périmètre surveillé, soit il lui était arrivé quelque chose.
    Le capitaine comme l’équipage préférait envisager la première option… cependant tout était à prévoir, ce qui n’arrangeait rien à leur humeur.

    Charlotte fit sursauter tout le monde en poussant un cri de surprise
    - Je les ai !!!! deux kilomètres au sud-est !
    Desena et sa louve, perchées sur les roches saillantes désignèrent au reste de l’équipe la route la plus directe et tous hâtèrent le pas.

    Sybille, au sommet d’une crête, regardait l’horizon s’enflammer, quelques nuages dérivants paisiblement sous l’auréole flamboyante du soleil couchant. Rien ne pouvait sembler dangereux dans un tel moment, cependant Sybille esquiva promptement le coup de blaster qui siffla à ses oreilles !
    Elle ferma les yeux et sourit, le combat allait débuter. Se retournant avec souplesse elle fondit sur l’ennemi et le fusilla du regard, Là ! Dans ce recoin, le Defel habillé de nippes volées à ses victimes et armé de deux blasters mitrailleurs, la fixant de ses yeux rouges avec un rictus ; il bondit vers elle et disparut sous la lumière au grand dam de Sybille !
    - et mer… !!
    Quelque chose étincela à sa droite et elle se fendit pour éviter l’objet, une matraque, qui retomba plus loin avec fracas : une feinte ! Son regard se tourna vers sa gauche quand un coup de patte fulgurant l’envoya voler au pied de la colline. Un rire rauque se fit entendre et le Defel repris forme devant Sybille, il esquissa un mouvement et se rendit compte trop tard que l’humaine était armée pour le corps à corps… Cette erreur lui coûta trois doigts ; il disparut en reculant, mais Sybille, vive, lui entailla la cuisse une fois de plus et lui enfonça son pied dans les côtes, envoyant le monstre six mètres plus loin en laissant une traînée de poussière derrière lui…
    - et ça, ça te fait rire abruti ? fit elle en essuyant le sang à la commissure de ses lèvres.
    L’humanoïde se releva sur un coude en la fixant d’un air enragé, puis bondit sur elle d’une détente si puissante que Sybille elle-même n'eut pas le temps de réagir.
    Elle le vit tomber presque au ralenti au dessus d’elle, une lame tranchante pointée vers sa gorge, et ne cilla même pas lorsqu’un geyser de sang gicla de la poitrine du monstre et qu’il s’écroula derrière elle...
    - pas de bobos ma belle ? fit une voix rieuse
    Sybille se redressa en s’essuyant le visage du sang poisseux qui lui était tombé dessus et se retrouva assise face à Darth_Beri, sabre laser allumé qui la regardait avec un sourire.
    - Beri ?! C’est toi qui… ?! Désignant le Defel.
    La compagne de Daemian esquissa un sourire amusé et éteignit son sabre.
    - effectivement !
    Sybille fixa sa belle-sœur d’un œil circonspect… qui aurait cru que ces yeux si clairs et cette allure si calme cachaient tant de maîtrise ?

    Beri souriait encore quand le monstre agonisant se jeta sur elles dans un ultime effort… et ce fut en quartiers qu’il retomba au sol ; cisaillé en croix par les lames sorties simultanément par Sybille et Darth_Beri…
    Se souriant l’une l’autre sans mot dire, Sybille alla se pencher au dessus du torse de la créature et empoignant son crâne d’une main ferme, trancha violemment la tête du Defel à l’aide de son navaja ; sous le regard grimaçant de Beri…
    - Il sera encore moins dangereux ainsi ! s’expliqua t-elle en souriant

    Moins sûre que son amie de l’utilité de la chose, Beri n’en fit pas pour autant de commentaire et suivit Sybille sur le sentier du retour, brandissant fièrement leur sanglant trophée en rencontrant tout leurs amis venus les chercher.
    Daemian en les voyants, poussa un léger soupir de soulagement et prit l’épaule de son neveu, Balkian :
    - mon grand, voilà pourquoi les femmes sont si redoutables… elles sont capables de tout ! Même de ce que tu n’octroierais qu’au pire des mâle.
    Balkian sourit à son tour sans dire un mot et emboîta le pas de leur capitaine en secouant la tête, amusé… « Il n’a pas vraiment tort… »


    News de et par Daemian…
    Dernière modification par Damant ; 09/07/2012 à 11h46.
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  5. #5
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693
    Le Voleur d’Ames

    La nuit avait recouvert l’endroit. Sybille ne faisait qu’un avec le silence. Elle devait le trouver. Et elle devait le tuer. Irial Darkem, trafiquant d’esclaves et voleur d’âmes… Plus silencieuse que la mort, elle entra dans la riche propriété qu’elle ne connaissait que trop bien. Longeant l’enclôt aux esclaves, elle se glissa sur une terrasse et grimpa jusqu’aux appartements d’Irial avec la ferme intention de le tuer.
    Dos tourné à la fenêtre par laquelle elle entra, Irial sourit.
    - Je savais que tu reviendrais Sybille. Tu ne peux même pas accepter ta mort ! Pauvre âme, toi qui t’es nommée « O’nelwen », « l’esprit libre » ! Tu vis dans l’utopie d’être un jour libre. Et tu sais qu’il faudra d’abord me tuer. C’est pour ça que tu es venue. Tu ne dis rien ? Tu as peur ? Il rit
    - Ah non, c’est vrai tu ne peux ressentir la peur… C’est le néant qui t’envahit… Le vide de ton existence, le désespoir… Ce même vide contre lequel tu luttes depuis cinq ans sans convictions ! Je lis en toi. Tu veux me tuer mais tu veux mourir parce que tu ne trouves plus de sens à ta misérable vie ! Pourquoi ne bouges-tu pas ? Tu peux me tuer, je suis désarmé. Un geste, un élan et tu me terrasse. Et tu pourras même réaliser ce secret désir que tu caches au fond de ton cœur et mourir !
    Il éclata de rire. Derrière lui, Sybille immobile ne disait rien. Sa volonté ne suffisait pas à rompre son apathie. Elle savait qu’Irial avait raison. Vivre… Pour poursuivre son existence dans une cage, privée de son essence ne valait rien. Mourir aurait au moins un sens si c’était pour le tuer. Elle serra contre son cœur le pendentif que son frère Daemian lui avait offert et s’accrocha à sa pensée.
    - Touchant, vraiment touchant… Mais cela te sauvera-il du gouffre ?

    Elle ne répondit pas. Sa décision était prise. Elle saisit son sabre laser, son navaja et s’élança à l’attaque.
    - Joli, on dirait que tu reprends le dessus ! Mais encore faudrait-il me tuer ! Il fit volte-face, un double sabre armé.
    Ayant retenu les leçons de Balkian, Sybille ne se laissa pas surprendre et para d’une arme pour attaquer de l’autre. La riposte d’Irial fut foudroyante et Sybille fut vite jetée à terre.

    Aussitôt, bouleversée par la souffrance de son amie, StarDust s’en remit à son instinct pour voler à son secours.

    - Pauvre sotte, tu ne croyais tout de même pas me vaincre ! Elle ne retint pas le premier coup qu’il lui porta. Le sang éclaboussa le sabre ennemi. Irial eut un sourire satisfait. A sa plus grande surprise, ce fut pour recevoir une attaque encore plus violente. Le sang coula abondamment des deux côtés. L’un combattait pour le pouvoir, l’autre pour une paix inaccessible. Un combat sans fin et sans espoir… Sybille finit pourtant par défaire Irial... De cette mort vint une renaissance, celle d’une femme égarée qui avait oubliée jusqu’à sa véritable identité à cause des tortures répétées… Sybille sourit, réconfortée de cette liberté tant désirée, avant de s’écrouler à son tour. Pour la première fois, l’idée de mourir lui laissait un goût amer. Celui de perdre son frère, ses amis, un regret que jamais elle n’avait connu avant. Elle fuit, puis sombra dans d’infinies ténèbres.

    Combien de temps s’était-il passé ? Une heure ? Une éternité ? Une voix connue la tira de la douce brume qui l’avait envahie.
    - Allez, tiens bon ma grande, je vais te tirer de là !
    Un instant, le visage pâle de StarDust lui apparut, penchée sur elle, les traits tirés, une insondable tristesse dans ses grands yeux clairs d’habitude si joyeux. La jeune fille à bord de son vaisseau tentait de son mieux de panser ses blessures.
    Puis Sybille retomba dans les doux méandres de l’inconscience. En rêve, elle revit ce jour décisif, cinq ans plus tôt où StarDust et son père l’ayant cachée l’avait emmenée clandestinement loin d’Irial pour la sauver.

    Un temps indéfinissable s’écoula jusqu’au moment où retrouvant DarkGuts, assisté d’un Jedi, SpiritOfSoul et StarDust, ses blessures ne soient définitivement soignées.

    (Travail de Syl, par Syl. Et Tout de suite, la suite !)


    Souvenirs et héritages,

    Daemian éteignit les écrans de la salle de projection, se plongeant volontairement dans l’obscurité réconfortante de la large pièce aux murs capitonnés…

    Sybille était enfin revenue de ce caillou asséché, la planète où résidait l’immonde esclavagiste Irial Darkem ; mais dans quel état ! Stardust elle-même avait été repoussée par la jeune femme blessée qui s’était écroulée à l’entrée du vaisseau il y a quelques jours. Sybille était en stase à l’infirmerie depuis et tout ce que Daemian avait pu tirer de sa sœur était une phrase : « je suis libre… »

    Il lui avait fallu attendre deux jours pour que Stardust accepte de lui expliquer la signification de cette déclaration, et deux jours de mieux pour que Sybille joue enfin cartes sur table avec lui et lui fournisse les bandes vidéo de son périple, celles-là même qu’il venait de visionner et qui lui donnaient tant à réfléchir en cet instant.

    Il savait maintenant ce qu’il était advenu de sa sœur pendant toutes ces années où ils avaient été séparés…
    L’esclavage, l’exploitation, la douleur et les coups, peut-être même pire…
    Une cruauté qui a hanté le cœur de la jeune femme depuis des années, une cruauté qui l’a menée à risquer sa vie pour combattre ce cauchemar, pour combattre et tuer Irial Darkem…
    Et elle était revenue de cet enfer, mais presque brisée pour avoir été confrontée à nouveau à tout ce monde qu’elle avait fui. Daemian le savait, même en ayant tué ce monstre, Sybille continuerait à être hantée par la cité des esclaves, il la connaissait assez pour savoir qu’elle serait rongée par la culpabilité d’être libre et vivante alors que d’autres souffrent encore, il pouvait le lire dans le regard de sa sœur, sur ces bandes où elle fuyait, éperdue, en abandonnant le cadavre de son tortionnaire.

    Tout n’était pas fini… Sybille avait vaincu ses démons ; il était temps pour Daemian de s’occuper des siens : s’amender pour toutes ces années où il aurait dû être là, aux côtés de sa soeur, pour la protéger de pareils dangers.

    Il se leva avec lenteur et souplesse, parcourut d’une foulée aérienne et silencieuse la distance qui le séparait de la porte et la franchit sans un bruit…



    L’air était sec et la température extrême pour un début de journée, mais telle était la planète aux déserts ; Daemian songeait à Tatooïne, une planète presque similaire située plus en avant des contrées habituellement peuplée.
    « L’enclos » se situait quelque part au creux d’une vallée, et ce surnom pris tout son sens lorsque le jeune homme arriva aux abords du cratère naturel : le centre de l’endroit était une énorme bâtisse toute en hauteur qui surplombait les innombrables parcs de clôture électrifiée dans lesquels étaient parqués les esclaves. Jeter un regard dans l’un d’entre eux suffit à le faire frémir : hommes femmes et enfants s’entassaient ici par races, nourris d’une bouillie jetée à même le sol, pas de lit, pas de lieux pour satisfaire les plus élémentaires des besoins ; en passant le long d’un enclos d’esclaves endormis, une odeur caractéristique lui souleva le cœur : des cadavres ! Les cadavres étaient laissés tels quels dans les enclos, pourrissants aux milieu des vivants !

    Malgré l’urgence qu’il éprouvait à secourir ces gens, Daemian fila discrètement vers la tour centrale et se glissa à l’intérieur.
    Il se dirigea comme une ombre vers l’endroit où Sybille avait combattu le maître des lieux et constata en ouvrant les portes que tout y était resté comme au moment des faits, le cadavre putréfié d’Irial était étendu au milieu de la pièce, dans l’état où la jeune femme l’avait laissé.
    - Quel succès auprès des tiens charogne… tes hommes ne te jugent même pas digne d’un trou dans le sol, cracha-t-il en souriant, avant de défoncer la tête du cadavre d’un puissant coup de botte.
    Un bruit dans les couloirs adjacents détourna son attention du corps et il se dirigea subrepticement vers cet endroit.

    Deux hommes tiraient sans ménagement une fillette à l’aide d’une chaîne, riant grassement, avec des mines qui ne laissaient aucun doute sur ce qu’ils comptaient lui faire subir. La petite fille, visiblement âgée d’une dizaine d’année gémissait à cœur fendre en se recroquevillant sur elle-même, Daemian tenta un regard à découvert et la vision de cette enfant aux cheveux noirs comme le jais et à l’air terrifiée le fit tressaillir… Il lui semblait avoir Sybille sous les yeux, et le souvenir de tout ce que sa soeur avait pu endurer à cause de pareilles ordures lui fit quitter son abri silencieusement et s’élancer vers les tortionnaires.

    Le temps que le premier remarque sa présence, une dague effilée lui traversa la tête avant que l’idée de prévenir son compagnon ne le fasse ; ce dernier, surprit, ne se retourna que pour rencontrer le regard glacial du pirate qui lui trancha la gorge en lui écrasant la bouche d’une poigne d’acier pour étouffer le râle d’agonie. Daemian s’empressa ensuite de ramasser l’enfant et lui essuya le visage avec douceur avant de la caler contre son épaule pour fuir en vitesse, la petite tremblait de tous ses membres et il lui chuchota des paroles apaisantes en se faufilant à travers les couloirs pour quitter cet enfer… Cette fois, il ne repartirait qu’avec la petite, il avait sûrement été repéré par des caméras en attaquant ainsi les hommes de main et la situation allait se gâter dans peu de temps. Un mouvement furtif sur sa gauche confirma ces pensées ; roulant d’un bond sur le flanc en plaçant l’enfant derrière lui, il affronta du regard le nouvel arrivant : Un grand noir musculeux de deux mètres au bas mot qui lui lança un sourire retors en allumant un sabre laser !

    - un Sith ? s’exclama-t-il tout haut.
    - DES Siths rectifia son vis-à-vis en souriant de plus belle.
    Dépassé par les événements, Daemian vit alors sortir plus d’une dizaine de personnes habillées de robes de cuir noir et armés de sabres lasers puis l’entourer. Il serra la petite contre son flanc et la posa à terre sans quitter l’homme des yeux,
    - bien… à qui l’honneur ? dit-il avant de porter les mains à ses armes.
    Il n’eut pas le temps de comprendre ce qui se passait quand il ressentit une intense douleur à la base de la nuque, sa vision se brouilla et il sombra dans l’inconscience en entendant la fillette hurler de peur en se blottissant contre lui…

    L’air était sec et chargé de poussière dans la grande plaine rocailleuse qui rougeoyait dans le crépuscule. Daemian ouvrit les yeux difficilement, son corps le brûlait, ses vêtements étaient en lambeaux, il se souvenait avoir été battu, réveillé par des rouages de coups puissants, assommé de nouveau et réveillé encore une fois quand on l’avait traîné derrière un land-speeder dans une vallée rocailleuse, attaché par une chaîne au cou. La dernière chose dont il se rappelait était d’avoir violemment heurté une roche après une interminable distance…

    Le grand Sith noir entra dans son champ de vision, au dessus de lui, esquissa un sourire mauvais et l’empoigna avec force. Daemian était juste en face du speeder sur lequel se tenaient un Devaronien, un homme au visage fin et, entre ses mains, la petite fille aux cheveux noirs.
    - Très bien, fit Daemian d’une voix pâteuse, toujours maintenu debout par le colosse noir. Et maintenant ?
    - Maintenant Delanos, tu vas nous faire le plaisir de crever, lui lança l’homme chétif depuis le speeder. Ne soit pas si étonné, je me tient au courant de bien des choses, je sais qui tu es, je sais également comment tu connais cet endroit et j’ai mon idée quant à la raison de ta venue ici… Personnellement, la mort d’Irial ne me dérange pas plus que ça, c’est de l’avancement, mais je dois faire face à d’autres problèmes, le personnel, le bétail, etc.…
    Il fixa Daemian avec un regard fou :
    - et toi tu viens jouer au redresseur de torts et tu m’égorges deux excellents gardes pour sauver une petite crevure !!!
    Il agrippa la gamine à bout de bras en prenant le couteau que lui tendait calmement le Devaronien et le plaça sous la petite gorge en grognant.

    Cela ne dura qu’un instant, mais le regard que lança l’enfant à Daemian lui parut durer une éternité… puis le sang recouvrit le sol en une grande gerbe écarlate.
    - Là ! éructa le successeur d’Irial en crachant de mépris.

    Le pirate écarquilla les yeux et hurla en se dégageant pour aller rattraper le petit corps sans vie. Les trois esclavagistes éclatèrent de rire en même temps en remontant sur leur appareil, le grand noir interpella Daemian et lança les armes de ce dernier dans le canyon adjacent avec un sourire torve. Malgré sa douleur, le jeune homme se redressa d’un bond après avoir déposé l’enfant à terre et se jeta sur eux avec un rugissement de rage ; plus rapides et plus en forme que lui, les deux Siths se jetèrent d’un seul mouvement hors du land-speeder, l’humain eu un regard stupéfait alors qu’il envoyait son pied dans les côtes du pirate, l’envoyant au bord de la faille et recula prestement alors que le Devaronien attrapait la gamine par la tête et la jetait de toute ses forces sur Daemian, les propulsant tous deux dans le gouffre…


    Daemian, blessé mais vivant est ensuite retourné tant bien que mal jusqu’au Galion… Il y a passé une semaine de convalescence, sans parler à quiconque, restant froid et même violent avec certains lorsqu’il repartit au bout de huit jours, laissant ses amis et sa sœur dans l’expectative…


    « L’enclos » était là… devant lui, Daemian gardait les yeux ouverts malgré le vent violent qui battait la plaine, soulevant des nuages de poussières et de sable ; alors qu’il marchait lentement vers le repaire des esclavagistes, il se souvint par quelle chance il avait pu freiner sa chute dans la faille, ça avait été comme un brusque sursaut d’énergie brutale, une énergie qu’il ne se connaissait pas… puis il avait sombré dans l’inconscience…
    Il s’était réveillé en pleine nuit, glacé par le corps sans vie de la fillette qui lui rappelait tant sa sœur, il l’avait enterré de ses mains et était partit retrouver ses armes, hagard…
    Après un long chemin de retour il était allé panser ses blessures ; mais en voyant Sybille, il fut prit d’une rage folle, déserta ses quartiers et se débarrassa violemment de Ven_Lyssia, la protégée de sa sœur qui tentait de le suivre.

    Et il était revenu ici, frémissant de rage et d’excitation, dans un état second.

    Il entra directement dans le bâtiment, sans même regarder le corps cisaillé du garde retomber au sol ; s’avança au milieu de la pièce, presque heureux de voir un Sith sortir de l’ombre et se diriger vers lui armé de son sabre. Daemian alluma le sien et le pointa sans un mot en direction de son ennemi, ce dernier sourit et se jeta sur lui avec un cri féroce en brandissant son arme, le pirate le regarda dans les yeux tout du long et décrivit un cercle avec son sabre laser, atteignant à la gorge un nouvel arrivant qui pensait le surprendre… les deux Siths tombèrent à terre, l’un transpercé et l’autre dont le front fumait encore du tir de blaster que Daemian avait sortit prestement de sa main libre tout en parant l’attaque sournoise.

    Il éteignit son sabre et continua sa route le long des couloirs ; tous les gardes et tous ceux maîtrisant la force qui croisèrent sa route ne connurent pas destin plus enviable ce soir là…
    Le capitaine du « Galion » entra à pas lents dans la salle condamnée où pourrissait le corps d’Irial Darkem, observant silencieusement la dépouille en se plaçant au centre de la pièce, il enleva son manteau et posa dessus le sabre d’émeraude qu’il tenait de Beri ainsi que ces ceintures holster où se tenaient ses blasters.
    Ainsi vêtu de noir, le torse traversé par deux cartouchières de dagues de lancer qui contenaient également ses deux sabres lasers, Daemian baissa la tête en silence et ferma les yeux.

    Le grand Sith à la peau d’ébène sortit de derrière un pilier, bras croisés, avec un sourire :
    - te voilà revenu parmi nous le pirate ; une mort ne te suffit donc pas ?

    Le ton de sa voix trahissait une certaine angoisse qui n’échappa aucunement à Daemian. D’un geste vif, ce dernier l’envoya à travers une porte de bois à l’aide de la force et se retourna instantanément en faisant siffler une dague dans l’air ; le Devaronien la reçut dans la gorge mais garda le sabre haut dans son élan, en pure perte… Daemian dévia l’arme d’une main ferme et lui empoigna le front, y prenant appui pour dégager sa dague d’un coup sec sur la droite, ouvrant le cou de l’humanoïde sur toute sa largeur et le laissant tomber au sol avec un gargouillement étranglé…

    Le grand noir fixa leur ennemi, incrédule, et se débarrassa des derniers débris qui le recouvraient pour se redresser. Il se jeta sur lui avec un cri de rage en allumant un sabre anormalement long ; Daemian pivota pour lui faire face et para de ses deux sabres croisés, se dégagea d’un coup de pied et maintint la distance puis ouvrit les yeux en lui jetant un regard froid. Les deux opposants se tournèrent autour en silence quelques instants et ce fut le pirate qui lança l’offensive en sautant sur son ennemi qui fit un bond en arrière pour éviter l’assaut, Daemian atterrit souplement en fixant son adversaire avec le même regard et lui envoya un de ses sabres à la figure en tournoyant ; la feinte était grossière mais le Sith noir n’eut pas d’autre choix que de dévier la lame d’un coup de sabre pour voir apparaître Daemian dans le sillage de l’arme, ce dernier enfonça son deuxième sabre dans l’abdomen du colosse avant de le renvoyer bouler dans les décombres de la porte d’un solide coup d’épaule. Le grand noir s’étala de tout son long en travers de la pièce avec un râle de douleur…

    Daemian éteignit ses sabres et entra dans la chambre, toujours silencieux, en toisant son adversaire d’un regard si perçant que celui-ci cessa un instant de respirer en le fixant, tétanisé…

    Le pirate le dépassa et marcha d’un pas lourd et menaçant vers le fond de la pièce, pour rejoindre le balcon contre la barrière duquel se tenait tout tremblant le « successeur » d’Irial, un blaster pointé vers l’intrus.
    - n’avance plus Delanos ! articula-t-il d’une voix éraillée. Si tu approches encore d’un pas je fais exécuter tout les gosses des environs !
    Daemian avançait encore, sans ralentir, en le regardant si intensément que le petit homme maigrelet ne pouvait dévier son regard des yeux verts étincelants qui le fixaient.
    - je les ferais tous égorger ! Comme l’autre pouilleuse !! couina t-il encore d’une voix étranglée par la peur.

    Cette fois le pirate réagit, il pressa le pas, les yeux injectés de sang en émettant un grondement furieux ; son sang battait à ses tempes et il lui sembla pouvoir percevoir le plus petit frissonnement de l’être qui lui faisait face, de cette raclure infâme qu’il se voyait étriper par avance ; son souffle se fit court, tout les muscles de son corps se tendirent à l’unisson, il ressentit une brève douleur au bout de ses doigts en serrant les poings et un filet de sang s’échappa de ses lèvres lorsqu’il esquissa un sourire féroce en pensant à ce qu’il allait lui faire subir.

    L’esclavagiste fit feu… deux fois…
    Au premier coup, Daemian avait plongé en avant en se déplaçant si vite que son adversaire cru le voir disparaître ; au deuxième coup, le pirate lui tenait déjà le bras d’une poigne de fer…
    Les deux hommes se fixèrent un instant ; le temps pour le « maître » de voir le regard bestial de son adversaire, l’instant suivant, il gisait au bas de la tour, le dos brisé, la bouche ouverte sur un cri muet alors que Daemian se tenait encore en haut avec la mâchoire sanguinolente de l’esclavagiste dans une main griffue… souriant…

    D’un village voisin, cette nuit là, on vit arriver du désert toute une horde errante d’êtres lamentablement sales et maigres, hagards ou affolés… loin derrière eux, dans le ciel, brillait une immense lueur rougeoyante…





    Gargouillant, pleurnichant, laissant une trace baveuse et sanglante derrière lui, le maître esclavagiste se traînait sur le dos en poussant sur sa jambe, au milieu des flammes qui dévoraient son domaine ; il voulait fuir… loin !

    Il racla encore une fois sa botte au sol pour avancer, sans effet… affolé, il tourna ce qui lui restait de visage vers son corps. Un sabre serti d’émeraudes était planté dans son bas-ventre, l’épinglant au sol.

    - tu partais l’ami ?

    La voix de celui qui se tenait au dessus de lui, avait un accent de folie malsaine qui arracha un gémissement plaintif à l’homme. Le pirate se pencha sur lui avec un rictus en découvrant ses dents aiguisées et tendit la main vers les yeux du « successeur » avec un rire effrayant…

    Un hurlement inarticulé monta dans la nuit noire… bientôt suivi d’un autre... et d’un autre… et d’un autre…

    …Loin dans le désert, un grand homme à la peau sombre marchait en se tenant le ventre, fuyant les hurlements qui ne cessaient pas, fuyant le rire sadique de la créature sauvage et terrifiante qui s’amusait à les provoquer…

    News de et par Daemian…


    Dernière modification par Damant ; 09/07/2012 à 11h55.
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  6. #6
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693
    La récidive du comte Dooku au « Sabre Noir ».

    Le Sabre Noir était calme et paisible en cette soirée hivernale, les rares clients encore présents en cette heure tardive étaient les membres du Galion pour la plupart, Jerec conversait avec le capitaine du vaisseau pirate pendant que le reste de l’équipage goûtait à un repos bien mérité : Ven_Lyssia s’était abandonnée dans les bras de Black_Sub, heureuse d’être à ses côtés.
    Sybille et Sphinx devisaient tendrement de leur avenir pendant que Stardust s’amusait avec Kristell en revenant vers Dark_Uscole de temps à autres pour le sortir de sa morosité.
    Dans un fou rire, Ven_Lyssia fit tomber Stardust au sol, arrachant à cette dernière un gémissement de douleur due à une blessure récente.
    C’est à ce moment que le comte Dooku fit son apparition, entrant dans la taverne d’un pas décidé, un sourire aux lèvres et son Tutsi sur l’épaule, comme à son habitude la douleur d’autrui lui arracha un petit ricanement méprisant repris par son familier sur un ton suraigu des plus désagréables.
    Un tir de blaster mit un terme aux petits cris stridents et le Tutsi carbonisé tomba à terre avec un bruit mat, Daemian rangea son arme au canon encore fumant et parla sans se retourner :

    • Dooku… tu nous fatigues toi et ta bouse poilue… dégages de là et laisse mon équipage tranquille…

    Le comte fixa Daemian d’un regard noir et se détourna de lui, une imprécation aux lèvres pour tous les pirates de l’espace où qu’ils soient. Il tourna ensuite dans la taverne en s’enquérrant des nouvelles concernant ses affaires auprès de ses collaborateurs, lâchant à mi-voix un nouveau commentaire désobligeant à l’adresse de Stardust alors que Ven_Lyssia la raccompagnait sur le vaisseau après le départ de Black_Sub ; la jeune fille aux cheveux roux fixa le comte avec une expression de pitié désolée :

    • Ca doit être dur d’être aussi stupide !

    Le sang du comte ne fit qu’un tour et il la gifla à toute volée, l’envoyant contre une table,

    • Petite impertinente ! Je vais t’apprendre la politesse !

    Il n’eut cependant guère le temps d’apprendre quoi que ce soit à quiconque car Sybille, toujours aussi prompte à laisser place à la colère, lui avait sauté dessus et lui lacerait la poitrine, transfigurée par la rage en voyant sa protégée ainsi malmenée.

    • Tu vas payer pour ça !

    Le comte attrapa le bras de la jeune femme et la fit basculer par-dessus lui en jurant puis battit en retraite dans les escaliers, tombant nez à nez avec Daemian qui l’empoigna par la gorge et le souleva de terre,

    • Dooku, quelle partie de « laisse mon équipage en paix » ne comprend-tu pas ?

    Il le fixa un instant, le temps de lui faire comprendre par le regard que c’était son dernier avertissement, puis le lâcha en l’envoyant bouler au pied des marches, écrasant le Tutsi moribond qui émit un glapissement étranglé lorsque son maître s’abattit sur lui, provoquant un fou rire général chez les pirates alors que Ven_Lyssia rentrait au Galion avec Stardust.
    Le comte se releva avec humeur et ramassa son familier puis reparti vers le fond de la taverne en maugréant, suivit par un droïde médical.
    Son regard s’attarda sur les pirates alors qu’il se faisait soigner, puis sur Sybille, cette femme qui prenait un malin plaisir à lui mettre sans arrêt des bâtons dans les roues… Et des coups dans la tête…
    Cette dernière, « sermonnée » par son frère pour avoir encore laisser libre cour à sa colère de façon si exagérée, sortit sur la terrasse et grimpa souplement sur le toit, nettoyant le sang qui souillait ses mains dans la neige, avec un soupir, avant d’être rejointe par Sphinx, qui l’observa silencieusement avec un sourire.

    Derrière eux, un Dark_Uscole pensif était assis sur la rambarde du balcon quand une dizaine de gardes magmas atterrirent sur le toit, l’un d’eux empoigna Markus et le maintint face au vide, plongeant ce dernier dans un état de terreur indescriptible, une terreur le ramenant à des souvenirs lointain qu’il s’était efforcé d’oublier.
    Sybille et Sphinx se mirent dos à dos alors qu’autour de la taverne, se posaient plus d’une centaine de droïdes de combats, surmontés par une plate forme gravitationnelle sur laquelle se tenait le Comte Dooku :

    • Il est temps de mourir Sybille !! Pour toi et tous les crétins de cette taverne misérable ! Rugit-il d’un air féroce en lançant ses troupes à l’assaut du bâtiment.
    • Que la fête commence ! sourit Sphinx en voyant les droïdes envahir le toit et pénétrer dans la taverne.

    Jedi et Siths n’étaient qu’une poignée, mais ils avaient pour eux ce qu’une armée de robots entière ne pouvait même leur envier : l’instinct de survie et le sens des initiatives !

    Darkgost illustra parfaitement ce point en surgissant sur le toit après avoir décapité le garde retenant Dark_Uscole et laissé ce dernier à la charge de Kristell qui ramena le jeune homme fébrile dans la taverne là ou elle avait regroupée tout les non-combattants, repoussant les tirs de droïdes à grand renfort de moulinets de sabre laser, faisant des ravages parmi les robots.
    Sybille sortit en souriant sa deuxième lame courbe en remerciant Dione pour l’admirable travail qu’elle avait fait, Sphinx sortit alors de sous sa veste un blaster lourd dont le canon cerclé de fer servait de support à une lame de hache effilée et se propulsa d’un bond au milieu des rang ennemis avec un demi sourire ; Daemian, arrivé en renfort, se rembrunit en le voyant agir de la sorte

    • Ca y est, s’il s’y met on ne vas pas avoir le temps de s’amuser bien longtemps !

    Sybille lui jeta un regard interrogateur alors qu’ils renvoyaient les tirs de blasters sur leurs ennemis puis regarda son énigmatique compagnon frayer au travers des ennemis en causant plus de dégâts qu’elle n’en aurait cru un Jedi capable.

    • Tu sais pourquoi il reste du « bon côté » de la force… Parce que pour lui il n’y a ni colère ni vengeance… juste du plaisir et de l’amusement…

    Daemian décapita un nouveau droïde

    • En un sens, il est peut être plus dangereux que nous…


    Une explosion soudaine les envoya lui et Sybille glisser à l’autre bout du toit, ils levèrent la tête et virent le comte entouré de droïdes armant leurs missiles sur le sabre noir, d’un geste impérieux, Dooku leva son bras vers le ciel… Et sa plate-forme fut balayée par un tir nourri de canons alors que le chasseur de Black_Sub passait en rase motte au dessus de leurs têtes.
    Le comte, soufflé par l’explosion, retomba à travers le toit de la taverne au milieu de la salle, se relevant d’entre les gravats avec un juron en fixant d’un mauvais œil le front commun que faisaient Siths et Jedi face à ses troupes.
    En se dirigeant vers la sortie, il sabra Ven_Lyssia dans le dos alors qu’elle se battait contre un garde magma ; en voyant la jeune femme éjectée par la porte de la taverne dans la neige, Black_Sub descendit de son vaisseau et rattrapa Dooku à mi-chemin du toit sur lequel il grimpait, lui tailladant le ventre d’un coup de dague.
    D’un coup de pied, Comte Dooku lui fit lâcher prise et se dirigea avec rage vers Sybille qui combattait sans le voir approcher. Il ne lui restait pas dix mètres pour la rejoindre quand un bruit mât l’avertit que quelqu’un venait d’atterrir derrière lui dans la neige ; il se retourna en ouvrant la bouche pour maudire l’impertinent quand il reconnut Daemian devant lui, qui lui cala sans ménagement le canon de son blaster entre les dents en l’enfonçant jusqu'à ce qu’il soit sûr d’être écouté par le Comte :

    • je t’avais pourtant prévenu Dooku… lâcha t-il laconiquement en le fixant avec froideur, rappelle ce qui reste de tes troupes immédiatement avant que ma patience ne soit totalement épuisée !

    Tout en le regardant avec autant de rage que de peur, le Comte claqua impatiemment des doigts à l’attention d’un droïde officier qui fit passer l’ordre… les troupes du comte cessèrent de combattre sous les yeux des personnes présentes qui ne comprirent pas tout de suite, Jerec envoya une claque sonore sur la tête d’un des droïdes passifs qui sortaient de la taverne en rang et regarda Kristell en haussant les épaules

    • on a gagnés ?


    Sur le toit, Sybille lâcha sa colère sur le Comte Dooku :

    • misérable vermine ! Quand cesseras-tu de t’attaquer à tout le monde à tort et à travers ?! même le dernier des Hutts vaut mieux que toi ! siffla-t-elle avec haine à son adresse.

    Daemian voulu la faire taire d’un geste pour ne pas jeter plus d’huile sur le feu mais en vain ; avec un grognement de rage, le Comte excédé lui envoya une décharge d’éclairs en pleine poitrine en ricanant sadiquement lorsqu’elle retomba quelques mètres plus loin dans les bras de Sphinx qui était allé la rattraper d’un bond.

    Le sang de Daemian ne fit qu’un tour et son regard brilla de rage lorsqu’il croisa celui de Dooku, pendu au bout de son bras… au bout de son blaster…

    L’air crépita quelques secondes, et le Comte Dooku tomba à terre, les yeux révulsés alors que l’arrière de son crâne avait volé en éclats, un grand silence suivit, entrecoupé par le râle rauque du Comte qui rampait, hagard, en vomissant du sang au milieu du champs de bataille.
    Mû par une certaine pitié et par le désir de le voir disparaître du paysage, Daemian déclancha la balise de secours de son ennemi et descendit du toit avec ses compagnons alors qu’une barge médicale venait récupérer Dooku.

    Le combat était fini… Sphinx et Sybille redescendaient eux aussi du toit, rejoignant Daemian et Jerec qui se serraient la main, ainsi que Black_Sub et Kristell, occupées à soigner la blessure de Ven_Lyssia, qui sourit à l’arrivée de leurs amis…
    La vie pouvait continuer …



    Hrp : mais comme nous ne sommes pas dans un walt disney, tout ne pouvait pas être si idyllique… Quelques heures plus tard… Une ombre noire accompagnée d’un animal moche perché sur l’épaule rentra dans la taverne en maudissant à mi-voix tout ce qui vivait alentour…
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

  7. #7
    Avatar de Damant
    Damant est déconnecté Beau Parleur
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Gap
    Messages 
    693
    Bon, ben voila, c'est tout ce qu'il me restait de ces années de SW intensif, si ça vous inspire quelque chose

    N"hésitez pas à me le faire savoir, à la suite
    Un pas de plus l'ami et nous pourrons tous deux admirer les tripes que vous vous vantez d'avoir!

Discussions similaires

  1. [TEST] Dead Space
    Par Nathiel Ecthelion dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 0
    Dernier message: 29/06/2009, 14h22
  2. [RPG] Star wolves
    Par zefklop dans le forum Les autres RPG
    Réponses: 7
    Dernier message: 25/01/2006, 19h15

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251