Suite à un petit défi d'écriture avec un ami dont le thème était : les fantômes lisent des livres, j'en publie ici le résultat. Bonne lecture. Et Pardonne moi, Charly.


------------------------------------------------


La p'tite gueule d'intello de Charly se décompose. Ce que j' veux dire, c'est qu'elle se décompose vraiment. Sa chaire à moitié bectée par la vermine, qui s'effrite un peu plus à chaque fois qu'i' tourne sa vilaine balle de bourgeois, c'est vraiment dégueu. C'est pas sa tronche rongée qui me souleve les attignoles. J'ai plus de tripes. C'est ses p'tits yeux perçants. Comme des insectes, i' grouillent de partout. Z'avez l'impression qu'i' se carapattent partout sur vous. Comme s'i' voulaient percer des tunnels dans vot' peau et vous pomper vot' sang. Et voilà qu'i tourne, qu'i tourne sur lui-même, le Charly, comme une toupie.

-'Spèce de bec de moule, je dis.
-Doit-on vous rappeler que c'est votre faute si nous sommes dans cette situation, François ?

Tout perdus qu'on est dans la babilleuse, f'sait encore le malin, l'aristo.

-Vous disiez connaître tous les rayons.
-Nan. Pas dit ça. J'ai dit que j'en connaissais un rayon, s'pèce d'âne bâté.
-Arthur, venez jeter un œil par ici, je vous prie.

Arthur jete son œil depuis la lettre R. I' s'écrase au sol dans un bruit de de chiure de vache. On dirait un vieil œuf dur, tout luisant, 'vec des 'tites rayures cardinales. Le reste vient ensuite. Enfin, les restes. L'est beau comme un astre, avec sa tignasse pisse. Et pourtant, c'était un véritable désastre. I' s'fait voir la lune à Nez-d'-Braises tous les soirs. Ce vieux baril qui dégringole du tiroir à des kilomètres à la ronde. D'ailleurs le voilà qui surgit d'entre deux étagères. Ah, putain, j'l'ai dans l'cul, c'ui-là.

-On t'a sonné, toi, l'archipoète? Je grommelle. C'est Arthur qu'on appelé.
-Qu'est-ce que je fais en ce monde*? Qu'i chouine, le Nez-d'-Braises en levant les yeux au ciel. Ô ma peine est profonde...Charles, cela me devient vraiment pénible. Pourquoi sommes-nous condamnés à errer avec lui ?
-C'est le sort qui le veut ainsi, mon ami. Nous sommes maudits.
-Boucle la, Nez-d'-Braises, j'étais là avant vous ! Bien avant vous ! C'est moi et moi seul qui suis maudit ! Pis, j'en ai marre de lire des bavards puants comme ton fion! C'est quoi ça : Marc Lévy ? Beigbéder ?

L’œil d'Arthur pointe vers moi, ondule, puis disparaît dans une main pâle. Dans un bruit de succion, i' retourne dans son orbite.

-Sur ce point, je suis d'accord avec François. Où sont les neiges d'antan ? La passion, l'amour des lettres ? L'autre jour, j'étais perdu entre les pages d'une certaine...Amélie... C'était plus mauvais que...que...
-..L'étoile sombre de Nez-d'-Braises? Je dis.

La grosse bett'rave me jette un regard noir.

-L'a qu'à arrêter de le casser tous les soirs, le môme.

Nez-de-Braises chope une une louche de bouquins, et me les jette un à un. Christie, Cook, Clark m'écorchent la gueule.

-C'est pas les oreilles qu'on aurait dû couper à ta mère, c'est son putain de con! T'es une plaie, François, une plaie !
-Qui est là ? Demande une voix inconnue.

En trois coups d' dés, on fait les morts. Enfin, façon d' parler. On guette qui c'est qui nous a entendu. Une Agnès qui rapplique. L'est moche. L'a l'air plus coincée et étroite d'esprit que le fion du gosse.

-Vous nous voyez ? Demande Charly.

L'Agnès cligne des yeux.

-Oui.
-Vous venez souvent ici ? Vous connaissez bien les livres d'aujourd'hui ?
-Oui, même que...

Charly fait signe à Nez-de-Braises de s'occuper d' la p'tite dame. I' m' fait signe. Veut dire que'quechose.

-Tuez la.
-Hein?
-Tuez la, butez la, dépotez lui le géranium.
-Et pourquoi, que j'la buterai ?
-Elle sera notre bibliothécaire. Fini de lire ces fichus torchons ! Désormais, nous aurons un guide spirituel ! Qu'en dites-vous, François ? Tuez la, et elle demeurera avec nous.
-Nan. C'est un thon. Déjà que je me tapes vos sales bobines, à toi et Paul, c'est pas pour me taper la sienne en plus.
-Réfléchissez bien. Plus de Marc Lévy, plus de Frédéric Beigbéder.
-Pourquoi moi ?
-Vous avez une certaine expérience en la matière...Moi, je ne suis qu'un... petit bourgeois...
-Avec une chibre molle.
-Avec une chibre molle.
-Si j'le fais, c'est uniquement parce qu'j'ai besoin d'm'empogner.

J'agrape un bavard, l' plus gros que je trouve. Un dico. J'ui explose sur son crâne d' arthurienne. La couverture s'plante dans son crâne, les pages s'imbibent de cardinal. Des morceaux de viande s’alignent sur le parquet de la babilleuse.

-NOOON ! Crie le môme.

-Mais trop tard, l' macchabée d' l'araignée s'écrase. Le spectre qu'en ressort f'rait peur à un hibou.

-Ne panique pas ainsi, Arthur. C'est pour notre bien! Voici notre nouvelle bibliothécaire! Quelle est votre nom, Mademoiselle ?
-Nothomb.
-Même dans la tombe, nous sommes maudits, lâche Arthur.