Il me semble que la poésie ne rencontre plus, aujourd'hui, une aussi grande popularité qu'autrefois. C'est un fait. Cependant, cela n'empêche point certaines personnes d'en écrire, dont moi. Je compte m'écrire un petit recueil de poèmes à l'image des "Fleurs du mal" de Baudelaire (qui reste pour moi, avec nombre de ses contemporains, une source d'inspiration inépuisable). Je vais donc ici publier les quelques poèmes (au nombre de 23 pour le moment) que j'ai déjà écris. Bien entendu, je ne cesse jamais de les retravailler jusqu'à les trouver aussi satisfaisant que possible. J'essaye néanmoins de rester fidèle à ce qu'ils furent dès leur premier jet, afin de mettre en avant la réelle évolution que j'ai perpétré dans mon style d'écriture poétique. Je me livre également à des innovations sur le nombre de pieds. Je n'ai pas encore essayé de varier les structure, malgré un bon nombre d'idées. Je ne me suis également jamais essayé au poème en prose, que je compte malgré tout aborder dans un futur proche.

Vous remarquerez, durant votre lecture, que certains thèmes paraissent assez récurrents. En outre, ce n'est pas un hasard si j'ai choisi le nom de "Delectatio Morosa" (délectation morose en latin, L'Église nomme délectation morose le fait de s'attarder avec délice sur des fautes commises, que ce soit par goût de la dépréciation de soi-même ou, plus rarement sans doute, pour se remémorer des plaisirs illicites passés). Vous découvrirez sans doute pour pourquoi.


Je vous laisse lire et, si vous le souhaitez, déposer votre avis et vos critiques éventuelles.




I.Echec notable


Et qui donc, dans l'espace de notre temps, a rempli l'horizon de vies futiles ?
A qui donc revient l'honneur de nous asseoir en roi sur le trône de l'inutile ?
Il en fut de bien meilleur que moi, qui bien vite se lassèrent de l'humanité,
Quand s'en fut venue l'ère froide et espiègle de nos chairs gelées.

Les mains tendues vers la gueule entrouverte de l'abîme,
Ne demande qu'en une supplique l'infini payement de cette dîme.
Je ne fus pas à l'égal des esprits vermeils de l'automne,
Je naquis en cet instant gelé au coeur de la terre des Hommes.

Les longues nuits de déambulation dans les enfers,
Me faisaient déjà plus horrible que ce corps rongé par les vers.
Illustre nuit dans la molle paresse ! Tu ne fus pas des plus indignes !
Mais bien loin des plus honorables, ton souffle froid me caressa l'échine !

Le mistral déjà gagnait en langueur dans l'obscurité,
Si bien que les chocs retentissants furent vite étouffés.
Il était en mon esprit quelque animal fétide et avide,
Qui, dans ma chair déjà pourrissante, m’emplissait de vide.




II.Poussière d'étoile


Ce soir sous la voute céleste nocturne
S'élève un chant des plus taciturne,
Grand choeur des lustres éclatants
Qui luisent de mille feux dans le firmament.

L'orchestre joue sa terrible chanson
Qui d'une fois fait trembler l'horizon,
Pour laisser nos plus médiocres destins
Inertes dans le jour incertain.

Ô doux rivages blancs,
Qui luisent sous le soleil éclatant
Dont le gel a refroidi la vivacité,
Qui le transforme en une sphère glacée.

L'ennui est frère de l'humain
Qu'il gouverne d'une poigne d'airain,
Nul ne lui échappe ainsi,
Autant les vulnérables que les plus endurcis.




III.L’Apocalypse


Reliant Terre et Enfer de sa couleur sanglante,
L'Outre Terre fantasmagorique et tremblante,
Devient lieu de torture éternelle et d'exil.

Les ombres se traînent par centaines dans la fange,
Bien indignés et honteuse, ruminant leur vengeance,
Car dans les ténèbres de ce lieu se cache le vigile.

Gardien du feu impie et de la croix renversée,
Ecrasant de sa main gantée les portes d'acier,
Qu’il ouvre ainsi sur les infernales Abysses.

Sur Terre Béhémoth dévore moult Titans,
Chronos et Ouranos méritent leur châtiment,
Ils payeront éternellement pour leurs vices.

Et la main de Saint Michel tranchera,
Et lorsque le tonnerre retentira,
Les trompettes d'or sonneront comme dix milles cors,
Et le brasier consumera nos corps,

Et les dieux terrifiés,
Trembleront comme des nouveaux-nés,
Quand l'épée d'argent et de chrome,
Les jettera à bas de leurs trônes.




IV.Arcanes Exsangues


Il est dans un lieu lointain et caché des Hommes,
Un livre ancien rempli d'étranges psaumes,
Déclamant la Vérité, seule et unique,
Dans ses lignes affables et lyriques.

Les arcanes d'un peuple et d'une nation éteinte,
Qui fut autrefois plongée dans la pénible étreinte,
Que la Nature place en son sein cruel et meurtrier,
Afin d'anéantir les folies guerrières de l'Humanité.

Les Arcanes Exsangues et blasphématoires,
Retracent moult contes oubliés de l'Histoire,
Que nous n'apprenons que bien tard.

Les Arcanes Exsangues et ténébreuses,
Tissent leurs toiles innombrables et infectieuses,
Dans nos peurs les plus vicieuses.




V.Danse Funèbre



Les sons exacerbés et rugissants
Transforme les pensées en de chaotiques torrents
Les vibrations emplissent l'espace
Dans l’ultime but de faire trembler nos carcasses.

Ces sombres et intenses acrobaties
De nos coeurs décuple nos douleurs et irradient
De leurs bien abominables démences
Nos enveloppes qui nourriront la Terre de leurs semences.

Une danse macabre gouverne les mers
Déchirant ce terrible voile amer
Que furent nos longues et épuisantes vies.

Un sonnet pour le plus pur des tueurs
Qui m'imposa la plus longue des peurs
Que nous consommons avec un sourire ravi.




VI.Peste aquatique


L'ardeur du pêcheur
L'emporte loin sur les flots.
Loin de ses ultimes peurs,
Il glisse sur les eaux.

Oubliant sa misère,
Glissant sur milles reflets.
Triste témoin d'une ère
Calcinée et brisée.

Avide d'aventures,
Il brave tous les dangers.
Bien étonnant parjure
que le pêché a rongé.

Sur sa frêle barque de bois
Il domine le monde entier.
Risquant un funeste trépas,
Sur l'eau il se croit Roi.

Coquille vermoulue
D'une angoisse infernale.
Noyé tu mourus
Dans un atroce râle.





VII.Naufrage crépusculaire


Dans la lumière du soleil couchant
Un étrange spectacle s'offre à nos yeux.
Grand défilé de cadavres sanguinolents,
Se noyant dans les eaux créées par Dieu.

Carcasse de bois entrouverte et béante,
Nous exposant ses immondes entrailles.
Terrible témoignage des morts les plus violentes :
Les corps gonflés que les flots furieux assaillent.

Survivants paniqués sous les cieux lourds,
Tous conviés au dîner de la grande faucheuse.
Leurs voix noyées sous les coups sourds,
De la mer qui se fait belliqueuse.

La chair pourrie dégage une odeur parfumée,
Que les sels ne parviennent pas à dissimuler.
Enivrante et furieuse idée de l'enfer aquatique,
Offrant le choix d'une vision apocalyptique.




VIII.Poison de l'esprit


La chair pâle et teintée de violet
Témoigne des excès passés.
La peau flasque et l'oeil terne
Visage creusé par les cernes.

Tout se disloque et s'abîme
Face à ces contacts intimes.
L'arsenic pour le doux rêveur
Et l'opium pour seule faveur.

Que se creusent les rides profondes,
Que l'âme entière se morfonde,
Que s'empoisonne l'esprit.

Au coeur des poisons violents,
Le chaos mental est virulent,
Ainsi s'achèvera ton mépris.




IX.Absinthe



L'esprit se cambre et se fissure
Croule sous d'atroces flétrissures.
Dans le crépuscule hivernal
S'abîme dans d'atroces bacchanales.

Maladie morne et funeste
Lugubre et terrible admoneste.
S'efface l'enivrante douleur
Noyée dans les sombres couleurs.

Teint verdâtre et blafard
Face blême d'un vieillard.
Chairs creusées des opiomanes,
Pendantes sur d’étranges crânes.

Absinthe empoisonnée
Déformant le corps gonflé.
Brûlant la livide carcasse
Que le poison agace.




X.Âme tourmentée


Rêveries molles et parfumées
Sur les bords du lac enterré.
A repenser au visage livide
Déjà creusé de quelques rides.

Voit ton sinistre reflet d'opaline
Dans ces eaux noires et cristallines.
Les parois résonnent du dernier cri
Que tu poussas d'un air ahuri.

Sous les échos flamboyants
Ton visage se trouve souriant.
Ta raison se trouve chancelante
Devant ces images qui te hantent.

Le corps anémié tremble de froid
Empli d'angoisse et de désarroi.
Nuits impures et livides rêveries
Flottant entre d'atroces barbaries.




XI.Rêveries maudites



Qu'advienne le temps de la moisson,
Luisante sous les reflets des émeraudes,
Qu'abordent les seigneurs et leurs poisons,
Assassins invisibles qui rôdent.

Aube funeste dans le matin livide,
Réveil d'un cauchemar nécrosé,
Gardé en vie par les nombreux acides,
Murmure d'une faiblesse éhontée.

Malaise chimique dans le soir lugubre,
Boulevards humides, gris et asphalté,
Maisons décrépites et insalubres,
Tombes aux entrailles déchirées.

Pierreries rares aux doigts,
Cannes solides de bois rares,
Extase névrosée des Rois,
Seigneurs des nostalgies Barbares.




XII.Requiem pour un seigneur


Je hais ce qui m’ennuie,
Je hais le néant.
Je hais ces longues nuits,
Et leur essoufflement.

J’oublie le désordre,
Je me noie dans le temps.
Je n’en finis pas de me tordre,
Par cycle, indéfiniment.

Je conspue l'Ardent,
Les flammes et le sang.
Je conspue la mort,
Le vide et l'aurore.

Je conspue les cieux blancs,
Leurs appels enivrants.
Je conspue ce poison,
Et son infâme trahison*!




XIII.Apologie d’un décadent



Ce soir je m’efforce,
Digne, noble et féroce,
D’affirmer mes angoisses,
D’ordonner ce qui tracasse.

L’apologie d’un décadent,
Pourriture de son temps,
A ses frères humains,
Perle sur son écrin.

J’appelle à la prière
Les hérauts de l’amer.
Et de cette mutilation,
J’appelle à la confession.

A nos vaniteuses déliquescences,
A nos amours les plus hypocrites,
A toutes nos nuits tourmentées,
A nos plus horribles fantasmes,
A nos hallucinations névrotiques,
A nos orgueilleuses arrogances,
A nos piteux simulacre de foi,
A notre insolence et à notre mépris,
A notre abominable dégoût,
A nos plus subtiles haines,
A nos plus sournois mensonges,
A nos plus viles manipulations,
A notre infâme décadence.

Au nom de tout cela, j’appelle
Les décadents sempiternels
A remettre, indéfiniment,
Le nettoyage infamant.

De rappeler nos péchés,
A nos mémoires abîmées,
De rappeler à la chair,
Les excès de cette ère.

Seigneur, pardonnez nos offenses,
Face à vous, nulles défenses,
Pardonnez nous encore,
Notre future anaphore.



XIV.Les Tristes Bacchanales de l'Enfer



Conjointement, la mort
Est une voie unique
Sur laquelle l'aurore
Sème, c'est véridique,
Les châles bleu de nuit
Dissimulant les cris.

La peau cuivrée des âmes
Reflète la douleur
Des visages qui se pâment
Dans la glaciale erreur
D'une longue souffrance
Semblable à une transe.

Décadence du mystère
Qui soulève les damnés,
Eponyme aurifère
Du traître dévoilé
Qui s'enfuit dans l'ivresse,
Bacchanale d'une liesse.

Les vertigineuses puissances
Perdent toute leurs essences
Dans le froid de la mort.

Leurs voix s'essoufflent vite
Dans leurs esprits qui insistent
Et grondant tous à tort.




XV.Les Trois Enfers


Il y a trois punitions pour l'homme
Qui lui sont données sans conditions
S'il ne s'acquitte pas de la somme
De sa dette et de sa damnation.

Le premier enfer est le vide,
L'infini rongeant comme l'acide.
Noir, froid, silencieux; surtout seul,
On s'y retrouve faible et veule.
Son nom est Ennui.

Le second enfer est souffrance,
Il t'est destiné à toi, puissance !
Les cris s'étouffent dans les braises
Des douleurs que rien n'apaise.
Son nom est Douleur.

Le dernier est le plus terrible,
Sa punition est incoercible.
Il regroupe les deux précédents
Pour le malheur de ses occupants.
Son nom est Angoisse.

Gare à toi homme si arrogant !
Si de ces trois enfers tu réchappes,
Le quatrième vite te rattrape !

S'il n'est pas le plus angoissant,
Il sait ce qui te convient le mieux,
Car Satan est si tendancieux.




XVI.Guerre noire


C'est sous l'encre noire et sombre
Des fumées s'élevant des cratères
Que se tiennent tels des ombres
Les immondes et pauvres hères.

Jaillit de la bouche du Léviathan,
Les éclairs tombent en rafales
Sur la campagne verdoyante
D'où s'élèvent nombre de râles.

Ils expirent, les damnés de la Terre
Ils se tortillent la nuit comme des vers,
Comme des cadavres debout.

Les sultans saignent tout l'hiver,
S'exilent au loin en solitaire,
S'écrasent sous les verrous.


C'est la nonchalante guerre
Que décuple le vertige
Qui déchire les nerfs
Et ébranle les vestiges.

C'est la mort sans sépulture,
La pourriture exécrable.
Sans tenir conciliabule
On vous a fait misérable.




XVII.Du satin et du velours


Je vous offre un présent
Un de mes plus plaisant
Qu'on ne saurait gaspiller.

En un jugement de valeur
Je gis comme un trompeur
Je saurais vous piller.

L'échec n'est pas notable
Le rien est acceptable
Le néant n'offre que répit.

La mort nous fait rire
Elle me vole un sourire
Je vous offre le dépit.


En cette prime engeance
Je saurais faire vengeance
Quand viendront les violons.

Par jeunesse, par effroi
Je conspue, je côtoie
Le danger que nous courions.




XVIII.Infernale sainteté.



Je rêve de l’étreinte
D’une main sacro-sainte
Ecrasant les cieux lourds
Qui ploient sous les coups sourds.

Je souhaite manier la faux
De la grande faucheuse
Et guérir de tous ses maux
L’Humanité hideuse.

Je désire abolir
Et surtout conquérir
La force des Titans
Et celle du Satan.

Je me veux éternel,
A la puissance de Dieu.
Je brûlerai ses autels,
Et viendrai prendre les cieux.

Je relève tous les défis
Et n’accorde aucun sursis.
Je tiens ce Monde dans ma main
Et le broierai à la fin.

Je forcerai les portes
Qui protègent les Saints
Amenant mes cohortes
Dans le boudoir divin.

Je gravirai les marches
Menant au patriarche,
Et de là je trancherai,
Réclamant intérêts.

Je prendrai le trône,
Repoussant l’atone.
Je me ferai Seigneur
Et tout puissant faucheur.

Je conspirerai dans le noir,
Menant le monde au laminoir.
Je violerai ma sainteté.

Je porterai haut la bannière
Du sacrifice le plus amer;
Celui de mon humanité.




XIX.La damnation des Immortels


De nos éclectiques sourires, nous brandissons la pierre
Qui s'effritent lentement en corolles verdâtres.
Et nous nous attachons comme de terribles lierres
Qui brûlent lentement dans de lugubres âtres.

Nous hurlerons tous sous les démentes ondes
Qui s'élèvent destructrices dans la lumière blafarde
Et nous nous submergerons de volutes qui grondent
Criant à la face du Démiurge une ultime bravade.

L'éclipse mentale de nos landes de pierre
S'évapore sinueuse en nuages bizarres.
Nulle crainte pour ceux qui murmurent la prière
Et sauvent les âmes des forcenés hagards.

Nous nous lamenterons des madones de marbre
Qui brillent lumineuses sous le ciel azuré
Et qui jaillissent soudain enfantées par les arbres
Dans le crépuscule froid d'un magnifique été.




XX. Les nuits d'émeraudes


L'ineffable vérité
Est un long instant d'effroi
Qui, succint, semble muer
En reptile qui meurt et croît.

Cycle horrible de la vie
Qui déjà se perpétue
En travers du puissant cri
De l'idole qui s'est tue.

L'existence s'en est allée
Vers de lointaines contrées
Où les nuits sont d'émeraudes.

Dans le noir tu as hurlé
Sous l'emprise d'une cruauté
Qui déjà te chasse et rôde.




XXI.Crépuscule de feu



C'est l'air qui s'embrase encore
Dans un long souffle brûlant;
Ultime et terrible mort.
S'élèvent donc les hurlements ?

Les échos se font entendre;
Ne dressez-vous point l'oreille ?
Tous ces cris sont bien à vendre.
Vous en perdrez le sommeil.

C'est une affreuse métaphore.
Peut-on se taire en criant ?
Ils brûlent - Ce sont nos corps !
Poussières aux vents ascendants.

Les lendemains seront cendre
Et d'une teinte vermeille.
Nous périrons donc ensemble
Tout au bout de cette veille ?

Magnifique crépuscule
Que celui où je recule,
Tout d'horreur, empoisonné !

Face au feu qui nous accule,
Je dédie cet opuscule
A cette flamme dorée.




XXII.Dernière prière


Seigneur; je crois bien que je me meurs.

Les horizons silencieux
S'effritent en grandes corolles
Où se perdent, sinueux,
Les sentiers des nécropoles.

Je gis sur les cadavres
De nos rêves mutilés
Reposant dans ce grand havre
Où le sang cotoie l'Epée.

Dans les vapeurs sordides
De mes songes ambigües
J'erre tel un Candide
Et de crainte, je me tue.




XIII.Mortelle étreinte


Je me souviens de quelques mots
Que tu glissais à mon oreille
Comme une mélodie de piano
Qui tient mon cerveau en éveil.

Dorénavant les nuits sont sombres;
N'y plane qu'un mortel silence !
Qui tient voix à toutes ces ombres
Que mon angoisse ensemence.

Ce n'est point cette obédience
En laquelle je te rends grâce
Qui ternit la véhémence
Qui toujours m'est une menace.

C'est une peur fugace,
Si terrible et vorace,
Tapie dans les ténèbres.

C'est un poison qui agace !
Et lorsque je t'enlace,
Sonne l'oraison funèbre.