Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: La Dame des Flots

  1. #1
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    861

    La Dame des Flots

    Voilà une, hm, nouvelle ? De 26 pages, vaguement horroriffique, que j'ai écrite. Pas le truc le plus intéressant que j'ai écrit, mais j'en ai quand même fait 26 pages, allez savoir, quand on est lancée...
    Conséquemment, je ne poste que le début ici pour éviter de trop encombrer ! J'ai joint un .pdf tout moche pour la nouvelle dans son intégralité, normalement ? Je ne sais pas, des fois la CC m'en veut pour les fichiers joints. Dites-moi s'il y a un problème.
    A la relecture, c'est tellement cheesy/cliché comme nouvelle que je me demande pourquoi j'ai écrit ça. Mais bon, je devais avoir envie de me défouler.
    A noter que je n'y connais strictement rien en bateaux. Ni en esclavagisme. Pourquoi ce contexte alors ? J'en sais rien.

    Bonne lecture !

    ------------
    La Dame des Flots


    « Sous l'océan
    Dans des bras bleus
    Je la perçois...

    J'entends son chant
    Je vois ses yeux
    Je touche ses doigts...

    Sourire blanc
    Œil merveilleux
    Et main de soie

    Je- »
    « -Tu ne t'arrêtes jamais, hein ? Ma doué benniget...
    -Ta... Quoi ? C'est du français, ça, encore ?
    -Je t'accorde l'excuse de l'ignorance en échange d'une absence de coup de poing dans ta gueule, pour cette fois, d'accord ? Du français... »
    Hugo roula des yeux comiquement furieux à l'adresse de Jan, mais celui-ci n'était pas tout à fait certain de ne pas l'avoir offensé tout de même. Il était dur de savoir, avec ce garçon. Il était du genre pince-sans-rire la moitié du temps, et soupe-au-lait l'autre moitié. Le brun trapu poursuivit :
    « -Impossible de chanter quoi que ce soit dans votre langue de barbares. Tu ressembles à ma grand-mère en train de chanter en postillonnant ses pommes de terre. Et elle est sourde et édentée. Par pitié pour moi au moins, veux-tu bien cesser de me casser les oreilles ? La seule sirène que tu devrais écouter, de toute façon, c'est la charmante voix du capitaine, et c'est tout. Baigne-toi de ce son familier, ressens sa douceur teintée de pas de douceur du tout, ouvre-lui grand tes oreilles et ton esprit, et ferme-la.
    -Je préfère chanter.
    -Tu. Chantes. MAL. Pourquoi est-ce que tu crois que le papa de ta donzelle t'a refusé sa main ? Si tu as passé ton temps à lui chanter la cour sous ses fenêtres... A la donzelle, pas au papa... Ça s'explique aussi facilement que la connerie des français. »
    Jan fronça les sourcils.
    « -Techniquement, tu es-
    -Breton. Et t'as dépensé ton seul crédit pour ce genre d'erreurs, mon grand !
    -Je ne chante pas mal, en tout cas, Magda me l'a déjà dit. Et pas qu'elle ! » S'empressa t-il de rajouter. « Mes parents trouvent aussi.
    -Je pense quand même que tu ne peux pas en vouloir à ton non-beau-père de vouloir préserver la virginité des oreilles de sa fille, puisque c'est tout ce que tu lui as laissé. »

    Jan devint écarlate et son regard bleu courut se cacher sous les épaisses ondulations blondes de sa frange sauvage. Il détestait ça. Hugo Lebraz avait toujours le dernier mot, sans jamais essayer. L'injustice était d'autant plus grande que Jan avait quinze ans, un an de plus que l'autre, mais qu'à part pour la taille, celui-ci en paraissait deux de plus. Ils étaient aussi différents que nuit et jour, et, souvent, leur simple présence côte-à-côte faisait éclater de rire les marins qui les voyaient passer pour nettoyer le pont. Là où Jan était grand et mince, voire maigrichon, Hugo était trapu et musclé, déjà presque un homme fait, alors que son ami se débattait encore avec les aléas de la croissance. Le Néerlandais avait les cheveux blonds et fins, qui lui cascadaient sur le front et dans la nuque, ce qui était parfait pour cacher ses fréquents pics de rougeur, qu'ils soient dus au soleil ou à la timidité, là où le Breton les avait noirs et très courts, assortis d'un début d'ombre de barbe foncé et extrêmement frustrant pour son ami, qui n'avait à ce jour recensé que quelques rares frisottis blonds, mousseux et ridicules sur sa propre lèvre supérieure.

    La disparité les suivait également au niveau du caractère. Hugo était brave et effronté là où Jan était d'une timidité maladive et s'effrayait de tout, ce que le Breton ne se privait pas de lui rappeler par des piques fréquentes. Celui-ci devait avoir bon fond, malgré tout, avait décidé Jan, parce qu'il avait été le premier à l'aborder, ce jour terrible où il avait été jeté sur la Dame des Flots sans plus d'instructions que d'en être mousse et de disparaître de la vue immédiate de M. Van Widik. Jan s'était recroquevillé dans un coin à tenter bravement de retenir ses larmes (et à échouer misérablement), et y était resté au moins une bonne heure sous les regards goguenards de ses nouveaux collègues avant que la main d'Hugo ne se soit posée sur son épaule. Ils ne s'étaient pas séparés depuis ce moment.
    Les peurs fréquentes de Jan en avait rapidement fait un des sujets de plaisanterie favori des marins. Il aurait souhaité de tout son cœur que ceux-ci cessent, même après déjà un mois de voyage, de jouer à se faufiler dans son dos et à lui faire « Bouh ! ». Et il aurait souhaité, encore plus fort, ne pas sursauter systématiquement à ce genre d'idioties.
    Hugo l'avait parfois défendu, mais jamais avec les poings qu'il réservait aux offenses personnelles. Pour son âge, il frappait fort, et sans retenue. Hugo ne cessait de maugréer contre les Néerlandais qui l'entouraient, et ceux-ci lui renvoyaient la balle en se moquant de son accent dans un langage pourtant presque parfait, et de son incapacité à supporter d'être appelé Français. Lui aussi était une espèce d'exclu, mais autant de sa propre volonté que de celle des autres. Ce qui ennuyait Jan plus qu'il n'était possible. Lui aurait adoré avoir les moyens de s'intégrer.

    C'était le premier vrai voyage de Jan, qui était né et avait passé l'intégralité de son existence à Saint-Eustache, tandis que Hugo naviguait depuis déjà près d'un an sur la Dame des Flots. Jan se consolait en se disant qu'il verrait l'Afrique, l'Europe, et sûrement beaucoup plus du continent Américain que ce qu'il pouvait envisager depuis son île natale, ce à quoi Hugo lui avait déjà fait remarquer qu'il verrait principalement de l'eau, de l'eau, encore plus d'eau, quelques variations sur le thème de l'eau, de l'eau, et parfois un port rempli d'étrangers dont il ne parlerait pas la langue. Alors Jan se remettait à broyer du noir en maudissant les amis francs.

    S'il n'avait pas tout gâché avec Magda...
    S'il n'avait pas tout gâché avec Magda, il n'aurait pas à recracher périodiquement son repas par dessus les rambardes. S'il n'avait pas tout gâché avec Magda, il serait encore pied à terre, en train de lire un livre d'aventure passionnant ou de se prélasser au soleil (avec une ombrelle pour sa peau fragile).

    C'était elle, pourtant, qui avait tout mis en mouvement. Jan était bien trop timide. Elle l'avait abordé, lui avait pris la main, lui avait souri. Elle avait de merveilleuses dents blanches, et même si elle n'avait raconté que des idioties, elle aurait fasciné Jan, mais Magda était intelligente en plus d'avoir un beau sourire, et ils avaient passé des heures passionnantes à discuter de romans et de philosophie avant de se décider à faire une chose totalement autre (mais encore plus intéressante), sur un coup de tête qui lui avait fait se demander s'il ne s'était pas enivré par mégarde (sur quoi, de l'encre alcoolisée ?). Là encore elle l'avait guidé, et sa bouche avait eu un goût sucré de fruit, c'était curieusement ce dont il se souvenait le mieux de ce souvenir très doux. Le reste, comme dans un rêve, s'était déroulé sans que Jan ne comprenne pourquoi, comme si son esprit s'était déconnecté pour laisser son corps apprécier. Magda avait dû ressentir la même chose, il en était certain. Il y repensait souvent avant de s'endormir, quand il était le seul éveillé dans le dortoir. Ça avait été complètement fou, se disait-il toujours, mais en même temps, tellement normal, avec elle. Elle avait été la première, et la dernière personne avec laquelle Jan s'était senti bien.

    Et le lendemain, il l'avait demandée en mariage à son père, qui était aussi son tuteur. Il s'était toujours très bien entendu avec M. Van Widik, et la gifle qu'il fit alors cingler sur sa joue l'avait tiré avec une brutalité infinie du champ d'ouate sucrée dans laquelle il avait nagé pendant toute la nuit et la matinée. Jan ne devait pas épouser Magda. Magda était fiancée, espèce de petit ingrat libidineux ! Jan avait tout gâché ! Et il n'y avait pas de mais, se rendait-il seulement compte de ce qu'il avait fait ? Bien sûr que non, imbécile, il ne pouvait pas épouser Magda ! Si son père n'avait pas été un homme aussi bon et un des grands amis de M. Van Widik, Jan aurait mérité d'être jeté à la rue avec un morceau de pain pour toute subsistance. Dehors ! M. Van Widik ne voulait plus le revoir, et plus question de traîner sous les fenêtres de Magda ! Il y aurait des séquelles, ça il pouvait le jurer !

    Et il s'était retrouvé sur un bateau. Un bateau de M. Van Widik, parti ramener du sucre en abondance en Europe, acheter des vies humains en Afrique et revenir aux Antilles au moins un an plus tard.

    Un an sans Magda...

    Un an au milieu de gens rustiques (rustres, en fait) qui ne savait pas lire, buvaient beaucoup trop de vin à sa convenance et le traitaient comme un petit enfant. Il n'était pas un enfant, il avait quinze ans et il avait connu une femme ! Mais ils riaient de son aventure avec Magda, si bien qu'il avait cessé de la raconter, même si eux ne se privaient aucunement, lorsqu'ils étaient suffisamment échauffés par le vin, de raconter leurs prouesses personnelles avec les femmes en riant grassement. Jan soupçonnait qu'au moins la moitié de ce que racontait les plus bavards était inventée ; un marin ne pouvait pas avoir de temps pour les femmes. Il savait que les escales pouvaient être longues, mais au point de développer une relation convenable ? Lorsqu'il faisait part de cette réflexion logique à Hugo, celui-ci lui frappait toujours l'épaule en lui disant qu'il était un idiot romantique. Hugo n'avait jamais connu l'amour, Jan en était certain, dans ce domaine au moins il lui était supérieur (ça, et la lecture, Hugo ne savait pas lire), et le Breton pouvait bien prétendre tout ce qu'il voulait, Jan savait que les sentiments étaient plus importants que la luxure (même si elle était elle-même très intéressante).

    Il se demandait fréquemment ce à quoi Magda pouvait penser, si elle pensait à lui, s'il y aurait moyen de glisser une lettre pour Saint-Eustache dans un navire destiné aux Antilles, dans le prochain port. Mais le prochain port ne serait pas avant encore un mois, et même s'il trouvait un bateau qui faisait le chemin dans le sens inverse, celui-ci mettrait tellement de temps à arriver que les nouvelles seraient aussi défraîchies que le chou bouilli en cale.

    Ils briquaient le pont près des rambardes, ce qui mettait toujours Jan mal à l'aise et lui faisait craindre la chute dans les eaux dévorantes. Elles lui rappelaient sans cesse qu'il ne savait absolument pas nager.
    Mais l'Atlantique était calme ce jour là, et ce fut par ce miracle qu'il fut le premier à voir le corps.

    Il crut tout d'abord à un tronc égaré très loin des côtes, mais la forme sombre qui flottait paraissait trop menue, et pas assez raide. Jan avait au moins pour lui de bons yeux, et ce fut avec effroi qu'il se rendit compte que la Dame des Flots se dirigeait sur un cadavre, un vrai cadavre à la peau d'ébène, flottant nu, bras et jambes écartés sur les eaux plates, comme une version particulièrement étrange d'un Christ. Il tira la manche d'Hugo, qui de prime abord ne vit rien et le gratifia d'une tape sur l'épaule. Puis lorsque le Breton obstiné admit enfin voir ce que Jan voyait, d'autres vinrent.

    Le cadavre était à présent proche, et le vent qui ne poussait la Dame des Flots que très lentement leur laissa tout loisir de l'admirer.

    C'était une femme, noire, mais à la peau presque décolorée, si bien qu'elle évoquait plus le granite que le café. De très longs cheveux nattés flottaient tout autour de sa tête comme des serpents d'encre, la faisant ressembler de manière terrifiante à une illustration des gorgones qui avait un jour fasciné Jan dans un livre sur la mythologie. Son corps était très bien conservé, ni brisé par les vagues ni grignoté par les poissons, et sa mort devait être récente. Ses yeux étaient fermés et elle donnait l'impression de dormir sur les vagues comme sur le lit le plus confortable du monde. Elle avait dû être une femme plutôt grande, et très belle (plus encore que Magda, qui avait une petite poitrine et des genoux un peu tordus, dû admettre Jan), à part peut-être une mâchoire trop proéminente.

    Quelqu'un avait dû le remarquer aussi, probablement un de ceux de la clique des avinés vantards, et Jan entendit un sifflement moqueur.

    La femme ouvrit les yeux.
    Miniatures attachées Miniatures attachées La Dame des Flots-la-dame-des-flots.pdf  
    Vita, mortis, careo !

Discussions similaires

  1. [BG1][SOLUCE] Manoir de la dame
    Par Varko dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 8
    Dernier message: 13/08/2011, 13h19
  2. Illusion de la vieille dame
    Par Smidge dans le forum Le Comptoir de la Sirène Rougissante
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/04/2009, 22h16
  3. [Lieu] A la demeure de Dame Ielée
    Par Mornagest dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 8
    Dernier message: 25/10/2007, 16h49
  4. [TORMENT] Dame des Douleurs
    Par Griffith dans le forum Planescape Torment
    Réponses: 15
    Dernier message: 07/03/2005, 22h01
  5. Vague à l'âme d'une dame vampire
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 16
    Dernier message: 22/08/2003, 23h29

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251