Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

Discussion: [Histoire] Scribouillon policier 2

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    [Histoire] Scribouillon policier 2

    La pluie. Nuages gris chevauchant le vent furieux. Et au delà la lune menteuse masquée. Lueurs oniriques. Lumières syncopées des éclairs. Le tonnerre rapportait en grondant les plaintes d'une nature déchaînée. Vent et eaux s'accouplaient en une sinistre danse au dessus du Rhône. Dans la vallée, les maisons semblaient se blottir les unes contre les autres. A l'intérieur, ceux et celles qui étaient encore éveillés à cette heure tardive savouraient le doux privilège d'avoir un abri au sec.

    Elles étaient dehors, sous l'abri perfectible de la couverture au dessus de leurs têtes. Un noctambule observateur aurait pu les voir, serrées l'une contre l'autre en se donnant la main. Têtes rousses contre tête brune. Pieds nus. Elles savouraient le contact humide de l'humus. Sorcières ou fées. Sorcières et fées.

    Garance, Louann, Coraline, Alix et Mya. Elles s'étaient réunies pour admirer l'orage. C'était bien sûr Alix qui en avait eu l'idée. Le jardin débridé, sous la nature sauvage changeait radicalement d'apparence. Le vent mugissant fouettait les branches des fruitiers sans relâche en emportant avec lui les feuilles caduques en un tourbillon sinueux. Sarabande sinueuse. Il faisait froid pour un début d'automne. La pluie glacée frappait le sol. De leur étreinte naissaient d'infimes ruisselets. Le tout apparaissait et disparaissait à la lueur des éclairs. Apparitions éphémères et fantomatiques.

    «*C'est beau*», articula doucement Mya.
    Ses sœurs hochèrent silencieusement la tête.
    «*C'est beau et il fait froid. Et des demoiselles comme nous devraient être couchées à cette heure. Je rentre.*»

    Coraline. Elle était la seule à pouvoir rompre ainsi le charme. Le reste de la fratrie la dévisagea sans répondre. Quoi qu'elle dise, Coraline les laisserait seules et rentrerait s'enfermer dans sa solitude comme elle le faisait toujours depuis la mort de sa jumelle. Rien n'était parvenu à briser l'isolement. Ce mur, elle en avait dressé les fondations lors du décès de leur mère et avait fini de le bâtir au départ de Louison. C'était son double, sa souffrance. Et elle ne voulait en rien la faire partager.

    Elle quitta l'abri maintenant détrempé de la couverture et partit en courant, courbée sous l'orage. Alix soupira.

    «*Louison aurait aimé.*
    - Elle le sait», répondit doucement Garance en regardant leur sœur s'éloigner.

    Elle disparut à leur vue pour revenir quelques secondes plus tard.

    «*Des gens arrivent. Ils se dirigent tout droit vers la maison.*»

    Les regards se tournèrent vers Garance. C'était à elle de prendre une décision.

    «*Allons leur ouvrir la porte. Ils se sont sans doute perdus. Peut-être auront-ils besoin d'un abris, le temps que le déluge se calme.*»

    Ses sœurs acquiescèrent. Leurs visiteurs frappèrent à leur porte.

    Deux personnes devant elles. Un homme et une femme. Jeunes. Des traits communs. Frère et sœur sans doute. Hauts de fronts et pommettes, l'œil vert, vif et assuré. Cheveux noirs. Derrière, Coraline remarqua un autre jeune homme auprès des chevaux. Il leur flattait doucement le licol, pour les apaiser sûrement. Son regard croisa celui de Coraline. Des yeux ronds et doux bordés de larges cils. Presque féminin. Elle détourna la tête.

    Le premier homme parla. Une voix grave, roulant les «*r*»comme les ruisseaux les cailloux au fond des ruisseaux.

    «*Sommes-nous bien sur la route qui mène à Vienne*? Nous sommes en chemin depuis ce matin. J'ai peur que nous nous soyons un peu perdus.*»

    Garance acquiesça avec un sourire. Le visage de l'homme s'éclaira.

    «*Très bien. Je suis rassuré, grâce à vous. Quand j'ai vu votre maison isolée au milieu de l'orage, j'ai crû m'être perdu. Mais nous n'allons pas vous déranger plus avant. Au fait, je me nomme Gareth et voici ma soeur Diane. Nous venons nous installer en ville pour y ouvrir boutique. Vous en entendrez parler prochainement. *»

    La fratrie hocha la tête. A Vienne, malgré la taille croissante de la ville, tout finissait par se savoir un jour ou l'autre. Les plus folles rumeurs circulaient sur les uns et les autres. Sur elles mêmes aussi. D'abord parce qu'elles étaient rousses. Mais surtout que l'année précédente, elles avaient mis fin à une série de meurtres abominables, faisant trembler d'effroi les foyers du petit bourg. On les prétendait fées, folles ou sorcières, c'était selon. Au moins, avec le magasin, il y aurait d'autres curiosités locales.

    La dénommée Diane éclata d'un rire. Un rire chaud et doux, mélodieux.

    «*J'espère que votre silence ne dénote pas votre manque d'enthousiasme. Venez donc nous rendre visite, nous vous en dirons un peu plus. Vous risquez d'être surprises.
    - Hé bien soit, répondit Louann, nous viendrons.»

    Le dénommé Gareth coupa court au dialogue.

    «*Je m'attarderai bien d'avantage mais nous sommes attendus. Peut-être nous reverrons nous.*»

    Ils s'en allèrent sans attendre.

    «*Drôles de gens qui ne présentent pas leurs suivants*», murmura Coraline.


    La pluie creusait des sillons et détrempait le bas de leurs robes. L'été agonisant offrait encore un semblant de soleil. Un arc en ciel égayait l'atmosphère de ses rayons prismatiques. Il faisait un peu froid en ce matin d'automne, elles couraient pour ne pas être trempées. Elles disputaient au vent manteaux et pèlerines qu'elles serraient contre elles pour se tenir chaud.

    Elles passèrent à coté de ce qui jadis avait été un quartier romain aux maisons prospères avant d'être abandonné puis transformé en nécropole. Elles passèrent ensuite le pont et se retrouvèrent sur l'autre rive. Là, le nombre de badauds doublait et elles durent jouer des coudes dans la rue de la chaîne.

    La course avait rendu leur joues rouges et dérangé leurs cheveux. Elles arrivèrent devant le magasin, en désordre. Mya et Alix courant devant suivies par Louann et Garance. Coraline suivait en silence sans vraiment d'enthousiasme. L'animation en ville ne l'atteignait que peu. Ses sœurs avaient insisté pour qu'elle prenne l'air et elle avait cédé pour couper court à leurs suppliques. Mais tout l'indifférait sans Louison. Mais heureusement, les autres parlaient pour elle.

    Lorgnant l'enseigne nouvellement apparue – une licorne aux yeux rouges – elles échafaudaient des suppositions sur ce qu'elles allaient découvrir. Louann voyait des bijoux, Garance des mets divers et variés, Alix des tissus aux couleurs chatoyantes, Coraline -sortie pour l'occasion de son mutisme – des livres, Mya, elle, ne voyait rien mais avait juste envie d'entrer se mettre au chaud.

    Elles s'apprêtaient donc à pousser la porte quand une voix résonna derrière elles.

    «*Bien le bonjour mesdemoiselles.*»

    Elles n'eurent pas besoin de se retourner pour deviner qui les interpellait ainsi.

    «*Bonjour prévôt.*», répondirent-elles en chœur.

    L'homme regarda tour à tour les jeunes femmes qu'il connaissait depuis l'enfance. De l'âge de Garance, il avait partagé avec chacune ces instants privilégiés chargés de jeu et d'insouciance. Il s'était rapproché de l'aînée de la fratrie, mais ne l'avait épousée qu'en rêve. Elle était entrée dans les ordres pour fuir un mariage arrangé et il ne l'avait pas attendue pour fonder une famille. Suite à l'affaire du tueur de rousses, sa femme l'avait laissé pour réfléchir sur leur union, le privant ainsi de son fils. Depuis, il s'était réfugié dans son travail et les rouquines ne l'avaient que peu vu.

    «*Alors, comment va notre gardien de la paix préféré*?*, demanda Garance avec un léger sourire, il me semble que vous avez maigri. Il faudrait songer à mieux vous nourrir. J'imagine qu'Alicia et Matthieu ne sont pas revenus.*»

    En voyant le visage du prévôt s'assombrir, elle devina qu'elle avait touché juste. La nouvelle quelque part lui fit plaisir. Elle s'en voulût.

    «*Vous devriez venir manger chez nous, proposa Louann, posant une main apaisante sur son bras et prenant ses sœurs de court, vous nous raconterez ce qui se passe en ville. Et nous serions contente de vous avoir à table. N'est-ce pas Garance*?*»

    Son aînée sursauta, prise au dépourvu.

    «*Hé bien, oui. Sûrement.*», répondit-elle d'un ton plus vif qu'elle ne l'aurait voulu. Voyant ses sœurs interdites, elle reprit plus doucement.

    «*Alors, qu'est-ce qui vous emmène ici. Je suppose que ce n'est pas la découverte du nouveau magasin.*»

    Le prévôt secoua nerveusement la tête et baissa la voix pour répondre.

    «*Non. Ce sont plutôt les rumeurs qui m'inquiètent. On dit que c'est une boutique étrange. On y trouve de tout. Et vous savez comme moi que les Viennois n'aiment pas la nouveauté. On n'aime pas les gens étrangers à la ville. L'affaire du tueur a rendu la population nerveuse. Vous êtes aussi bien placées que moi pour le savoir.*»

    Louann marqua son approbation d'un hochement de tête sentencieux. En l'espace d'un an, elles avaient vu la ville changer. Les gens se déplaçaient rarement en ville après la nuit tombée et presque jamais seuls. Ils ne s'arrêtaient plus sur le pas de leur porte pour discuter avec un voisin, même un proche. On se regardait d'un regard soupçonneux, se demandant si la personne qu'on croisait tous les jours ne pouvait pas, subitement, leur planter un couteau dans le dos.

    L'attitude envers elles était ambivalente. Soit on les regardait avec respect, conscient qu'elles avaient aidé à mettre fin à la série de meurtres, soit on les évitait complétement. De la peur plus que de l'hostilité latente.

    «*Finalement, vous êtes venues.*», commenta une voix douce derrière elle, coupant net le fil de ses pensées.

    Diane se tenait dans l'embrasure de la porte et les contemplait, un grand sourire aux lèvres. Une seconde plus tard, elle était à leur cotés, serrant chaleureusement la main de Coraline. Celle-ci, totalement décontenancée tentait vainement de se dérober à l'étreinte.

    «*Je suis tellement contente. Sans vous, j'avoue que l'ouverture n'aurait pas été un succès. Vous êtes les premières personnes que j'ai vu en arrivant ici. Je sais que vous allez me porter chance. Car vous allez entrer, n'est-ce pas*?
    - Peut-être, mais à condition que vous me rendiez ma main*»

    Diane, comme la dernière fois se mit à rire. Cette fois, elle passa son bras autour des épaules de la jeune femme l'entraîna à l'intérieur du magasin. Coraline, en désespoir de cause se laissa entraîner, lançant à ses sœurs des regards furibonds.

    «*Hé bien, marmotta Garance, je suppose qu'elle veut qu'on la suive.*»

    A première vue, le magasin était un bric à brac sans queue ni têtes, un désordre assommant. On y trouvait de tout. Quelques bijoux, des tissus chatoyants, des livres mais aussi des pierres rares, du bois ouvragé, des vêtements aux couleurs vives, quelques instruments de musique, ainsi qu'un crâne, sans doute posé là pour la décoration.

    «*Wah*», laissa échapper Mya en regardant autour d'elle.

    Diane, lâchant enfin Coraline engloba des bras toute la pièce d'un geste triomphal.

    «*Bienvenue dans la licorne rouge. Ou le marché des Parques. Je ne sais pas encore pour quel nom me décider.*
    C'est une boutique magnifique*!*», s'exclama Louann sous le charme.

    Diane la gratifia de son plus beau sourire. Ses yeux s'arrêtèrent alors sur le prévôt.

    «*Mais je vois que nous avons un autre hôte de marque dans notre magasin, dit-il en lui tendant la main qu'il baisa, faisant rougir d'irritation les joues de Garance, alors messire prévôt. Que nous vaut votre venue*? Vous aviez déjà vérifié que tout était aux normes. Y aurait-il du nouveau*?*
    - Non pas belle dame, répondit-il, je viens juste voir comment vos clients se comportent.*»

    Diane regarda autour d'elle. Depuis une semaine, de nombreux Viennois avaient franchi la porte de son magasin. Avec méfiance au début puis, le bouche à oreille ayant fait son effet, on venait satisfaire sa curiosité. Et acheter parfois.

    Pendant qu'ils discutaient, Alix, curieuse s'était éloignée du groupe pour explorer le magasin à sa guise. Un immense miroir attira son regard. Ou plutôt le reflet qu'elle vit dedans. Ce n'était pas le sien mais Louison.

    Sa sœur morte l'année précédente lui souriait tout en lui faisant signe de la rejoindre. Elle avança doucement. Quand elle se trouva face à la surface polie, sa sœur lui fit signe d'approcher encore. Elle fronça les sourcils. Il n'y avait moyen de faire un pas de plus sans se coller à l'objet. C'est néanmoins ce qu'elle fit. Et elle passa à travers le miroir. Autour d'elle, personne ne s'était rendu compte de rien.
    Dernière modification par Althéa ; 12/03/2011 à 21h50.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    «*Mais j'y pense, continuait Diane, pourquoi ne viendriez vous pas dîner chez nous ce soir. Vous cinq et puis vous aussi, prévôt. Gareth sera d'accord, c'est sûr. Vous nous apprendrez tout ce que nous devons savoir sur la ville. Une petite réception informelle. Allez, dites oui*!*»

    Les soeurs s'entre-regardèrent avec espoir. La décision incombait à Garance. Celle-ci, au lieu de répondre demanda avec inquiétude.

    «*Mais où est Alix*?*»

    **

    La pièce dans laquelle elle venait d'entrer était nettement moins spacieuse que la précédente. On avait suspendu aux murs des dais de velours rouge. Un squelette trônait pensif, assis à une table. Alix poussa un petit cri en le voyant. Mais, en le voyant méditatif, fixant l'éternité de ses orbites vides, elle décida qu'il était sympathique. Devant lui trônait une quantité impressionnante de fioles. Finement ciselée, cristallines. Elle s'en approcha captivée.

    «*Je vois que votre Alix a découvert mon secret*!*»

    Elle se retourna juste à temps pour voir Diane entrer dans l'alcôve suivie de ses sœurs. La jeune femme, toujours enjouée entoura de son bras ses fines épaules et lui dit doucement*:

    «*Je ne sais pas comment vous avez fait mais vous avez déjoué mon trompe-l'œil. Cela mérite un petit cadeau*»

    Elle prit une fiole sur la table et la lui tendit. Heureuse, elle la leva à la lumière pour l'admirer. L'objet était de verre fin, irisé de multiples couleurs. A l'intérieur, un liquide rose pâle.

    «*Qu'y a-t-il à l'intérieur*?*, demanda Coraline soupçonneuse*?
    - Mais du sang, bien entendu*!*»

    Diane rattrapa la fiole qu'Alix venait de laisser échapper avec un léger rire et lui rendit.

    «*C'est ma fontaine de jouvence, finit-elle par dire, mais je ne peux malheureusement pas vous dévoiler sa composition sous peine de fermer boutique. C'est le produit qui va avoir le plus de succès. Vous pouvez en être sûrs.*»

    **

    Elles étaient rentrées tard dans la matinée et avaient déjeuné en devisant de la boutique avec enthousiasme. Et pour une fois, à part Coraline ayant prétexté une migraine pour ne pas se mettre à table, elles étaient unanimes. Le magasin était une véritable salle aux trésors et la gérante était on ne peut plus sympathique. Elles seraient contentes de la retrouver le soir.

    Alix, bien qu'enthousiaste était songeuse. Devait-elle parler de sa vision à Coraline*? Elle n'arrivait pas à décider si elle l'avait rêvée ou non. Dans tous les cas, grâce à elle, elle possédait un objet magnifique. Mais sa soeur, trop cartésienne ne la croirait peut-être pas. Elle décida qu'il valait mieux attendre de voir si Louison se manifestait à nouveau.


    **
    «*Tu vois, je suis venue.*»

    Coraline laissa passer un moment, le temps de nettoyer la tombe des feuilles mortes apportées par le vent.

    «*Tu devrais soigner un peu ta maison. Le ménage laisse un peu à désirer. Tu as de la chance que je le fasse pour toi.*»

    Nouveau silence.

    «*Il y a une nouvelle boutique en ville. Nos soeurs ont voulu que je les accompagne. Je l'ai fait parce que je voulais qu'elles me laissent tranquille. Et puis parce que cela t'aurait plu d'y aller. C'est un magasin qui te ressemble. Désordonné, plein de couleur, de vie ...*»

    Elle buta sur le dernier mot. La vie. Voilà presque un an que Louison s'était endormie pour toujours. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux.

    «*Vous savez, ce n'est peut-être pas parce que vous ne la voyez pas que votre sœur ne mène pas sa vie propre.»

    Coraline se retourna d'un seul mouvement, prête à chasser l'opportun. Le jeune homme arrivé avec Diane et Gareth s'était appuyé contre un arbre. Ses cheveux châtains désordonnés encadraient son visage et masquaient en partie ses yeux. Il la regardait, l'air indéchiffrable. Troublée, agacée par l'intrusion, elle répondit du tac au tac.

    «*Que faites-vous là, dans mon jardin*? Vous n'avez pas le droit d'enter ici.*»

    L'inconnu se gratta le crâne, gêné.

    «*Je suis désolé. Je n'ai pas l'habitude de procéder ainsi. Mais vous aviez l'air si triste.
    Alors vous vous permettez d'entrer dans le jardin de toutes les femmes en détresse*? Vous avez de la chance que je n'ai pas de fourche ou de bêche à portée de main. Mon malheur ne vous regarde pas. Alors fichez moi le camp*!*»

    L'individu hocha la tête et tourna les talons.

    «*Merci de vous être inquiété pour moi.*», ajouta-t-elle tout bas.

    Des mains se posèrent tout à coup sur ses yeux.

    «*Alix, je sais que c'est toi.*»

    Sa sœur émit un petit rire espiègle et la relâcha.

    «Louann m'a demandé de te dire que le repas allait refroidir sans toi.*»

    **
    Le reste de la journée passa vite entre les divers travaux et corvées ménagères. La famille de Guillemot – le tueur de rousses – avait changé de ville. C'étaient elles à présent qui s'acquittaient de l'entretien du domaine. A la tombée du jour, après une brève toilette, elles enfilèrent leurs robes les plus élégantes et se préparèrent à partir.
    Le prévôt les attendait devant chez elles. Pour l'occasion, il avait affrété sa charrette. Il marqua un temps d'arrêt en les voyant passer la porte.
    Il les avait vu en de très nombreuses occasions. Les plus funestes comme les plus joyeuses. Et ce qu'il préférait, c'était les voir en habits de fête. Certes, les robes n'étaient pas fastueuses. Mais quand bien même, les couleurs mettaient en valeur leur teint et leurs cheveux. Entre vert, violet et bleu. Couleurs douces. Tresses, chignons ou simplement tenus par des rubans. Mais dans le maintien, les gestes et les sourires une élégance rare. Souvent, on traitait les sœurs de sorcières ou de fées. Mais aujourd'hui, la réalité était bien plus regardable.

    «*Alors, plaisanta Garance en prenant place à coté de lui, on rêve*?*»

    Il faillit rougir d'être pris sur le fait. Il crut bon de répondre.

    «*Oui, je songeais aux mérites de notre charmante hôte.*»

    Ce fut à Garance de faire la grimace. Ils restèrent silencieux durant tout le trajet, se regardant à peine.

    Gareth et Diane avaient élu domicile juste à coté de leur magasin. Un grand portail donnait sur une petite cour. Un escalier de pierre permettait d'accéder à la porte de la demeure.

    Une domestique, une adolescente râblée et énergique vint leur ouvrir la porte. On les introduisit dans une vaste pièce où un feu grondait joyeusement dans l'âtre. Une table élégante avait été dressée. Gareth et Diane étaient assis sur deux fauteuils, un verre de vin en main.

    «*Enfin, ils sont ici*!*»

    Un à un, elle les prit par la main, les conduisant à table, les complimentant chacun sur leur toilette. Elle prit finalement place entre Louann et le prévôt au grand damne de Garance qui, ayant Gareth juste à sa droite dût faire bonne figure.

    On leur servit d'abord un verre d'excellent vin aux épices qui eût tôt fait de délier les langues.

    «*Hé bien, murmura Louann en regardant autour d'elle, vous avez une très belle maison.
    Merci ma belle, répondit Diane en posant amicalement une main sur la sienne, je vois que vous avez du goût. Peut-être m'aiderez vous à agencer un peu mieux mon magasin. Qu'en dites-vous*?
    - J'aimerais beaucoup, si vous me jugez utile.*» marmotta-t-elle, rougissant de plaisir.

    Diane eût un petit rire et lui resservit un peu de vin. Ils replongèrent dans le silence le temps qu'on leur serve le premier plat*: un potage de légumes. Puis le prévôt intervint.

    «*Je me demande ce qui vous attire à Vienne. Vous m'aviez dit venir de Paris. Notre ville est tellement petite par rapport à la capitale que je me demande qu'elles étaient vos espérances en arrivant ici.*»

    Les frères échangèrent un regard.

    «*Finement observé, ironisa Gareth, disons que Paris est à la longue un peu trop vaste pour nous. Il faut dire que nous sommes originaires de Bretagne. Nous sommes des itinérants. Souvent, le vent du voyage fait avancer nos bottes. Il nous est difficile de rester longtemps à la même place.
    - Mais pourquoi précisément à Vienne*?*»voulut savoir le prévôt.
    Petit silence. La fratrie observait la joute en silence. Le flegme élégant de Gareth contre l'acuité bonhomme du prévôt. Mais ce fut Diane qui mit fin au débat en prenant la parole à la place de son frère.

    «*Disons que la vie est pleine de hasard. Nous avons entendu parler de votre ville suite à son actualité récente. De tels crimes n'arrivent pas par hasard. Il existe des conjonctions, des énergies. Nous venons apporter un peu de légèreté à votre ville.
    - Elle en a fort besoin.*» intervint Garance.

    Le regard pénétrant que lui lança Gareth la fit rougir et grimacer le prévôt. Diane, voyant son regard déconfit voulut détendre l'atmosphère.

    «*Et vous, prévôt. Ce n'est pas votre nom . Même si tout le monde a fini par vous appeler ainsi. Je suis sûre que le gardien a une toute autre facette. Vous avez bien une femme. Des enfants, je suppose.*»

    Et là dessus, elle prit ses mains entre les siennes. Garance avala son vin de travers.

    «*Effectivement, commença-t-il en jetant à son amie des regards inquiets, mon nom n'est pas prévôt. Mon prénom est … Juste …
    - Juste, roucoula Diane, comme c'est étrange. A croire que vous étiez prédestine à faire régner l'ordre. Maintenant, je comprends mieux pourquoi vous avez mis un terme à la série de meurtres. Avec vous, les meurtriers ont du soucis à se faire.*»

    Garance laissa échapper sa fourchette qui teinta rageusement dans son assiette. La tablée se tourna vers elle comme un seul homme.

    «*Pardonnez ma maladresse, murmura-t-elle, mais poursuivez donc … Juste … Notre hôte vous demandait si vous aviez une famille.*»

    Le prévôt, décontenancé par l'attitude de son amie se racla nerveusement la gorge avant de se reprendre.

    «*Oui, hé bien. J'ai une femme et un fils. Ils sont absents pour le moment ...*»

    Une ombre de tristesse passa fugitivement sur son visage. Diane, qui ne s'était rendu compte de rien joignit les mains en signe d'émotion.

    «*Une femme et un fils. Mais vous devez être un homme comblé. Votre fils, quel âge a-t-il*? S'il vous ressemble, il doit être magnifique.*»

    Garance voulut répondre mais Louann, lui décochant un coup de pied la réduisit au silence. Elle vit avec un certain agacement les yeux du prévôt s'éclairer et reprendre la parole sans quitter son hôte des yeux, visiblement charmé.

    «*Mon fils oui … Matthieu commence à avoir quelques poils au menton et se prend déjà pour un homme.
    - Il me tarde de faire sa connaissance.*» conclut la maîtresse de maison.

    Peu intéressée par la parade se déroulant devant ses yeux, Coraline regardait autour d'elle. La pièce était meublée avec goût. Des candélabres disposés harmonieusement dispensaient une lumière douillette, propice aux conversations à bâtons rompus. Elle étouffa un bâillement. Ce n'est que lorsque ses yeux se posèrent sur le fauteuil dans lequel les attendaient leurs hôtes qu'elle remarqua sa présence. Elle sursauta le reconnaissant. Le jeune homme de la veille. Un coude posé sur l'accoudoir, la tête dans la main, penché dans une posture méditative. Il semblait écouter, sans pour autant vouloir prendre part aux échanges, ni même signaler sa présence. Depuis combien de temps était-il là*? L'espace d'un instant, leurs regards se croisèrent. Il lui sourit. C'est alors qu'on lui donna un coup de coude. Elle se détourna, interloquée.

    «*Donc, Coraline, répéta Gareth, avec un petit air amusé, Louann nous racontait que vous vous intéressiez à la médecine et à la science plus généralement.
    -C'est effectivement le cas, répondit-elle en se demandant combien de temps elle était restée «*absente*» pour perdre ainsi le fil de la conversation, c'est un passe-temps comme un autre.
    Vous êtes donc cartésienne, traduisit son hôte, du moins, pardonnez moi si j'extrapole. Vous ne croyez donc pas en tout ce qui est occulte, l'aléatoire, la prédestination»

    Autour de la table, on faisait silence, guettant sa réponse. Sa réponse fut brève.

    «*En effet.*»

    Gareth éclata de rire, vite rejoint par sa sœur. Autour, la tablée échangea un regard interloqué. Leur hôte se reprit vite.

    «*Alors, dit-il le plus sérieusement du monde, permettez-moi de vous plaindre car vous passez à coté d'un grand nombre de possibles. Regardez vous-même. Comment expliquez-vous ce tueur de rousses*?*»

    Elle prit le temps d'avaler une gorgée de vin avant de répondre.

    «Le premier meurtrier a agi par cupidité et le second par fanatisme religieux. Je ne vois pas ce que l'occulte, l'aléatoire et la prédestination viennent faire là-dedans.*»

    Gareth s'essuya la bouche en souriant.

    «*Quelque part, je suis d'accord avec vous, finit-il par dire, pour moi, ce que vous venez de décrire est inspiré par une seule et même puissance. Pour moi, si le bien existe, le mal aussi. Et je crois que vous pensez comme moi. Mais vous avez préféré trouver vos réponses dans la science après ce qui est arrivé à votre sœur.*»

    Coraline se leva lentement, s'appuyant posément sur la table. Autour d'elle, ses sœurs retinrent leur souffle. Mais quand elle parla, se fut tout aussi calmement.

    «*Excusez-moi mais il est tard. Et la raison me dicte qu'il est l'heure pour moi de prendre congé. Je vous dis donc au revoir.*»

    Et elle partit sans rien ajouter de plus. Alix se leva. Elle l'arrêta d'un geste.

    «*Inutile de m'accompagner. Un peu d'air frais et de solitude me feront du bien.*»

    Et elle sortir sans attendre de réponse.

    «*Je suis désolé*» souffla Gareth en l'entendant claquer la porte derrière elle. Je ne voulais pas la brusquer.
    Dernière modification par Althéa ; 12/03/2011 à 21h48.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    L'air de la nuit la glaça mais eut le mérite de sécher ses larmes. La vue brouillée, elle passa sans attendre le portail.

    «*Permettez-moi de vous raccompagner.*»

    Coraline sursauta et se tourna d'un bloc. Le jeune homme du jardin se trouvait devant elle. Elle ne l'avait pas entendu approcher. Elle le regarda, méfiante.

    «*Gareth n'a jamais été doué en diplomatie. Il n'aurait jamais dû évoquer votre sœur.*»

    Elle haussa les épaules et se mit en marche. Il la suivit, sans savoir si elle acceptait sa présence ou non. Ils descendirent les rues vides en direction du Rhône. Elle finit par parler.

    «*Vous et lui, vous faites partie de ceux qui aiment s'introduire dans la vie des gens et vous le faire savoir ...*»

    Il baissa la tête gêné et ajouta dans un murmure.

    «*Je suis désolé de m'être introduit chez vous. Vous aviez l'air si triste, là, toute seule.*»

    Elle stoppa net et se tourna vers lui.

    «*Mais allez vous enfin me dire qui vous êtes*? Et pourquoi apparaissez vous aux endroits où je vous attends le moins*? Vous amusez-vous à me poursuivre*?*»

    Les bras croisés, la tête basse, il laissa passer l'orage avant de répondre avec un sourire.

    «*ça, c'est à vous de le découvrir. Mais si ma présence vous importune, je peux vous laisser tranquille.*»

    Elle allait répliquer quand il lui fit signe de se taire, l'air soudain inquiet. Au loin, ils entendirent minuit sonner.

    «*Nous ferions mieux de faire un détour, chuchota-t-il, j'ai un mauvais pressentiment. Venez avec moi.*»

    Elle sentit un frisson d'angoisse la parcourir. Le jeune homme la précéda sans attendre sa réponse. Ils passèrent devant la rue de la chaîne sans encombre. Soudain, l'inconnu s'arrêta. Sous ses cheveux, son visage était figé d'angoisse.

    «*Oh non, il nous a suivis.*»

    D'un doigt tremblant, il désigna le bout de la rue. Coraline regardant dans la direction indiquée eut d'abord du mal à interpréter ce qu'elle voyait. Éclairée par la lumière des torches qu'on avait fixées le long des murs, une vielle femme se tenait au milieu de la route, le poing brandi. Châle écarlate enserrant son visage, robe pourpre d'un autre âge. En y regardant mieux, la jeune femme se rendit compte de l'absence de visage. Un masque. La personne portait un masque. Et dans son poing brandi elle tenait une hachette. Elle laissa échapper un petit cri de panique. En l'entendant, la silhouette s'anima d'un coup. Comme dans un cauchemar, elle se mit à courir dans sa direction. Elle sentit son corps se figer.

    «*Fuyons*!*»

    Le hurlement du jeune homme réveilla soudain ses sens. Sans vraiment y penser, elle se mit à courir. Plusieurs fois, elle entendit le bruit d'une course derrière elle et sentit un souffle chaud sur sa nuque. Elle courut si vite que les murs et les portes semblaient se précipiter à sa rencontre. Elle ne s'arrêta qu'une fois devant la maison de ses hôtes. Ne sachant pas par quel miracle elle y était retournée, elle se rua sur la porte en hurlant*:

    «*A l'aide.*»
    Dernière modification par Althéa ; 12/03/2011 à 21h46.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Quelques minutes plus tard, on l'avait assise dans l'un des fauteuils. Diane lui faisait boire du vin chaud aux épices par petites gorgées. Enroulée dans une couverture, assise devant le feu, elle tremblait de tous ses membres. Gareth et le prévôt étaient allés poursuivre l'agresseur mais n'avaient trouvé aucune trace. Ni rien n'attestant la présence du jeune inconnu – un plaisantin comme pensait Diane. Mais même à la lumière bienveillante de l'âtre, elle était sûre qu'elle n'avait pas rêvé. Elle entendit à peine Diane proposer à ses sœurs rester chez elles dormir, ce qu'elles acceptèrent sans hésiter.

    Sa nuit fut agitée, ponctuée de cauchemars. Mais le lendemain, la raison avait repris le dessus. Elle avait tout simplement mal vu et la hachette de l'inconnu n'était apparu que dans son imagination. C'était peut-être simplement un passant voulant connaître sa route. Le soleil du matin chassa les dernières ombres.

    La fratrie quitta Diane et Gareth après un solide déjeuner prit sans grand enthousiasme. La frayeur portée par Coraline, presque en corrélation avec le discours de Gareth avait marqué les esprits. Comme la veille se fut le prévôt qui les emmena en charrette.

    Le début du trajet fut silencieux, chacun se rappelant les événements de la veille jusqu'à ce que Garance se décide à prendre la parole.

    «*Alors Juste … J'imagine que vous avez apprécié votre dîner.*»

    Sa voix était acide et moqueuse. Les sourcils de Louann s'arrondirent. Le prévôt soupira.

    «*Oui Garance, notre hôtesse était charmante. J'imagine que c'est cela que vous désirez entendre.*»

    Ce fut à Garance de soupirer. Satisfait, le prévôt s'adressa à Coraline.

    «*J'ignore ce qui a pu se passer cette nuit mais soyez sûre que je vais tirer ça au clair. En attendant, je vous conjure d'être prudentes et de rester groupées. On ne sait jamais …*»

    **
    L'odeur du chèvrefeuille après la pluie. Il embaumait près de la tombe. Alix essuya ses mains crottées de terre sur son tablier.

    «*voilà le myosotis. Je l'ai fait pousser pour toi.
    Merci*», lui répondit Louison.

    Elle sourit, nullement effrayée ni surprise comme si l'apparition de sa sœur au milieu du jardin allait de soit. Elle commença à lui parler sans se poser de questions.

    «*Hier, nous avons dîné en ville. Je trouve nos hôtes sympathiques même si Garance n'a pas l'air d'aimer beaucoup Diane et que Coraline s'est fâchée contre Gareth. Ils gardent un squelette dans leur arrière boutique. On dirait un vrai. S'en est peut-être un, d'ailleurs. Et Diane m'a fait un cadeau.
    J'aurais aimé être avec vous.*», murmura Louison avec un petit sourire triste.

    «*Alix*!*»

    On l'appelait depuis la maison. Elle se tourna vers sa sœur, désolée. Celle-ci lui fit un signe de la main et se fondit dans l'air bleu.

    En entrant dans la cuisine, elle trouva ses sœurs assise à table, les traits tirés.

    «*Il s'est passé quelque chose*?*», demanda-t-elle inquiète.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Le cadavre qu'ils avaient trouvé au petit matin était celui d'un jeune homme connu d'à peu près tous. Celui-ci devait bientôt convoler en justes noces avec la fille d'un notable notoire le lendemain. S'il ne présentait pas de marques de coups de hachette, on lui avait ouvert la gorge d'une oreille à l'autre.

    Le prévôt avait regardé longtemps cette vie gâchée, stoppée arbitrairement. Les paroles de Gareth résonnaient encore à son esprit. Le mal absolu existait bel et bien. Et il en était le témoin impuissant. Peut-être devrait-il changer de métier, après tout.

    Il regarda de nouveau le cadavre. Quelque chose clochait sur lui. Ce n'était pas sa blessure, mais un détail qu'il ne parvenait pas à saisir. Il avait beau le regarder, il lui échappait encore. Et ce détail avait de l'importance, il en était certain. Il se sentait soucieux. Peut-être parce que Coraline lui avait attesté qu'il ne s'agissait en rien de l'inconnu de la nuit et qu'il craignait de retrouver un second cadavre. Ou était-ce parce que son fils lui avait envoyé une missive le priant de le laisser revenir.

    Il sortit sous le ciel morne. Midi sonnait. Ses pas le portèrent chez les sœurs de Saint-Bris. Un peu de réconfort et de chaleur. Il espéra que Garance avait perdu son caractère ombrageux de la veille. Mais après tout, elles l'avaient invité à déjeuner.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Louann frappa timidement à la porte du magasin. Elle se sentait vaguement idiote. Peut-être avait-elle pris pour une proposition ce qui n'étaient que des mots. Diane souhaitait-elle vraiment son aide pour l'aménagement de la boutique*? Elle ne voulait ni la gêner ni l'indisposer en quoi que ce soit. Elle allait repartir en se traitant d'idiote quand l'huis s'ouvrit dans un bruit de grelots.

    Son hôtesse sortit accompagnée d'une femme tenant la main d'un petit garçon d'environ deux ans. Elles avaient toutes les deux les traits tendus comme après une dispute mais le visage de Diane s'éclaira dès qu'elle la vit. Elle congédia la mère de famille d'un simple geste avant de se retourner, radieuse, vers son invitée.

    «*Vous êtes donc venue. Je n'osais plus vous attendre. J'avais peur que vous ayez pris mes paroles pour de viles flatteries en l'air. Ce qui est loin d'être le cas.*»

    Elle lui tendit le bras.

    «*Si vous voulez bien vous donner la peine d'entrer, je vais vous faire le tour du propriétaire.*»

    Une heure plus tard, elles étaient attablées devant une tisane d'aubépine et discutaient à bâtons rompus.

    «*Alors, il y a bien eu un meurtre, murmura Diane après un léger silence, j'imagine que la ville est sous le choc.
    Elle l'est, soupira Louann, les gens voient le prélude à une nouvelle série. Ils ont peur.
    Ce qui explique sans mal le peu de personnes au magasin ce matin. Comme je les comprends. J'imagine que vous aussi avez eu du mal à venir.
    Oh, répondit la jeune femme rougissante, mes sœurs m'ont accompagné une bonne partie du chemin.
    Ce que Gareth et moi ferons pour le retour, si vous le voulez bien.*» répondit l'autre en lui prenant affectueusement la main.

    Louann, sans se départir de son sourire la retira avant de croiser doucement les bras.

    «*Je … je suis désolée, bredouilla-t-elle gênée, je n'ai pas l'habitude.
    C'est moi qui suis désolée, répliqua Diane sans paraître offusquée outre mesure, mes manières sont souvent trop familières avec les personnes qui me plaisent. Car vous me plaisez, Louann. Votre timidité, votre fragilité, votre maintien, votre douceur. C'est vers vous que vos soeurs se tournent pour recevoir de l'affection, n'est-ce pas*? Mais quelle est cette ombre que je lis dans vos yeux*? Le tueur de rousses ne vous a pas pris que votre petite sœur. Je ne me trompe pas, non*?*»

    Des larmes vinrent aux yeux de la jeune femme. Diane l'attira contre elle et la serra dans ses bras. Elle y pleura longtemps. Quand elle fut calmée, elle lui dit doucement.

    «*Allez, racontez-moi tout.*»

    Et Louann parla des meurtres mais surtout de la trahison de son époux. Ses sœurs avec le temps semblaient avoir oublié ce détail. Mais elle n'avait pas fait son deuil. Pendant un an, elle avait été trompée. Son époux avait même failli la tuer ainsi que Mya. Elle ne parvenait pas à s'en remettre.

    «*Je ne leur en veux pas, conclut-elle en séchant ses larmes, mais parfois, j'aimerais qu'elles prennent aussi ma souffrance en compte.*»

    Diane hocha posément la tête.

    «*Je vous écouterai tant que vous le voudrez. Au fait, comment va Coraline*? Gareth ne voulait en rien la blesser. Il est trop mordant, parfois. Il regrette amèrement son départ et ce qui en a découlé. S'il avait sur, il ne l'aurait jamais laissée partir.*»

    Louann but une gorgée de tisane avant de répondre. Coraline avait une fois de plus boudé son repas et avait prétexté une migraine pour aller s'enfermer dans son atelier. L'épisode de la veille l'avait plus atteinte qu'elle ne le laissait paraître.

    «*Je crois qu'elle va un peu mieux, mentit-elle sans trop savoir pourquoi, elle est inquiète pour l'homme qui était avec elle. Elle pense qu'il a dû être assassiné, lui aussi. Et ma foi, c'est possible.*»

    Sombre silence que Louann finit par briser.

    «*Et vous Diane. Je vous ai beaucoup parlé de moi mais j'en sais peu sur vous. Alors, vous êtes originaires de Bretagne, Gareth et vous*?*»

    Sa confidente prit le temps de réajuster une mèche rebelle égarée sur son visage, dévoilant un bracelet coloré de verre poli aux couleurs vives. Un mouvement simple mais qu'elle effectua avec une grâce sans pareil, presque troublante. Quand elle parla, ce fut d'une voix de miel, presque sensuelle, celle de quelqu'un habitué depuis toujours à parler en public.

    «*Vous savez, ma vie n'a rien d'exceptionnel. Je suis juste une personne qui a beaucoup voyagé et accumulé beaucoup d'objets le long de ses pérégrinations. Il y a quelques années, je suis partie en Orient.
    En Orient*!, s'exclama Louann impressionnée, mais vous êtes vraiment allée loin. Vous avez dû voir des paysages aux nuls autres pareils.
    Il est vrai, concéda Diane soudain énigmatique, je suis allée de ce qu'on appelle les pyramides. Ils y enterreraient leurs défunts, voyez-vous. Là bas, ils croient à une sorte de vie après la mort. Personnellement, cela me fascine.*»

    Louann se raidit. Après les événements de l'année précédente, et ce qui venait de se passer, elle avait du mal à entendre parler de l'au-delà. Sa compagne s'aperçut de sa gêne et balaya ses paroles d'un simple geste. La servante apportant des biscuits mit fin à l'échange. Diane se laissa servir sans rien dire. Mais quand elle fut partie, Louann la sentit troublée, presque inquiète.

    «*Quelque chose ne va pas*?*», eût-elle le courage de demander.

    Diane eût un léger frisson et regarda autour d'elle, comme pour s'assurer que la servante n'écoutait pas à la porte. Puis elle chuchota, la mine soudain sombre.

    «*Ma servante, Lisa, je sens qu'elle prépare quelque chose. Il y a peu de temps, je l'ai surprise en train de fouiller dans la poche de mon manteau. Je pense qu'elle me vole. Mais j'ai l'impression que ses petits larcins ne la satisfont plus. J'ai peur ...*»

    Elle eût un tremblement et l'espace de quelques instants, une image bien différente de celle que Diane avait laissé transparaître apparut soudain. Les traits tirés, l'air angoissé, elle avait soudain l'air vulnérable. Louann, émue par sa détresse lui prit affectueusement la main, qu'elle serra dans la sienne.

    «*Vous devriez en parler au prévôt. Il trouvera une solution pour vous. Ou peut-être devriez-vous la congédier. Je … Je ne veux pas qu'elle vous fasse du mal.*»

    Diane lui répondit par un chaleureux sourire.

    «*Il en va de même pour moi, mon amie. C'est pour cela qu'il vaudrait mieux que je vous raccompagne, il commence à se faire tard.*»

    Effectivement, le soleil commençait à pâlir. L'après-midi semblait avoir passé sans qu'on s'en aperçoive. Elles marchèrent toutes les deux d'un pas vif, aiguillonnées par la tombée de la nuit.

    Arrivées devant la porte du jardin, elles mirent du temps à se dire au-revoir.

    «*Hé bien, bafouilla Louann, dansant d'un pied sur l'autre, j'ai passé un très bon après-midi.
    De même, concéda Diane, mais rien ne nous interdit de renouveler cela. En attendant, passez une très bonne soirée.*»

    Sur ce, elle la prit dans ses bras et effleura le coin de sa bouche de la sienne.

    «*Peut-être à demain, donc.*» dit, elle avec un sourire.

    Louann hocha pensivement la tête et rentra chez elle, troublée.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Le lendemain était jour de grand soleil, synonyme pour la fratrie de jour de baignade. Comme à leur habitude, elles avaient tiré une immense bassine au fond du jardin. N'ayant pas de voisins immédiats, c'était un luxe qu'elles pouvaient se permettre.

    A tour de rôle, elles transportaient des seaux d'eau chaude. Celle qui avait fini s'occupait du bain des autres. Pour l'ordre, elles avaient tiré aux dés. La plus chanceuse avait été Mya. S'asseyant avec délectation dans le liquide d'où émergeait un peu de vapeur, elle s'immergea entièrement. Puis, sortant la tête de l'eau s'ébroua de façon à asperger Alix assise à proximité. Celle-ci, poussant un petit cri de protestation alla s'asseoir dans l'herbe à coté de Louann et de Garance. La première, la tête levée vers le ciel, les yeux fermés, profitait de la caresse du soleil sur son visage. La seconde, allongée, les bras sous la tête mâchonnait un brin d'herbe. Prenant place entre les deux, elle ôta ses sandales avant de demander.

    «*Alors Louann, as-tu passé un bon après-midi hier*?*»

    A sa grande surprise, elle vit le visage de sa sœur se crisper une fraction de seconde. Mais celle-ci répondit, sans prendre la peine d'ouvrir les yeux.

    «*Un après-midi magnifique. Diane est un véritable amour. D'ailleurs, je retourne la voir tout à l'heure.
    Alors toi aussi tu succombes à son charme.*», intervint âprement Garance, d'une voix d'où perçait une note de jalousie qui ne lui ressemblait pas

    «*Oh, Diane est une hôtesse charmante, oh Diane, vous êtes pleine de mystère, reprit-elle moqueuse, oh, prévôt, que vous êtes beau. Et que votre nom s'accorde volontiers avec votre fonction ...*»

    Elle soupira et croisa les bras.

    «*La première femme venue, il m'oublie. Ah, ces hommes … Je croyais qu'il avait le cœur un petit peu plus solide. Et vous avez remarqué comme ils se regardent*? On dirait qu'ils brûlent de coller leur bouche sur celle de l'autre et je ne sais quoi d'autre. Misère de misère, il y a des lits et des chambres pour cela. Aidez-moi, je sens que je bouillis ...*»

    Un seau d'eau froide se déversa sur sa tête.

    «*A ton service.*», lui répliqua Mya.

    Garance se leva d'un bond et au regard qu'elle lui lança, sa sœur devina qu'il était mauvais de rester dans les parages. Elle s'en fut en courant, une Garance d'humeur assassine à sa suite. Les deux restantes s'entre-regardèrent amusées.

    «*Hé bien, c'est à ton tour.*», fit observer Louann.

    Alix, sans se faire prier prit place dans la bassine. Louann savonna puis peigna ses cheveux. Derrière elles résonnèrent fugitivement les cris et les rires de Mya.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Coraline s'était de nouveau enfermée dans l'atelier. Depuis la mort de Louison, les jours de grand soleil la répugnaient. Elle revoyait encore sa sœur jumelle lézardant au soleil, les pieds en éventail. Ou encore Louison, prenant prétexte de la forte luminosité pour sortir son ombrelle qu'elle avait confectionnée elle-même. Assemblage de lumières dansantes et synonyme de jours heureux. Coraline, sous prétexte qu'il prenait la poussière l'avait enfermé au plus profond d'une armoire en espérant l'oublier.

    «*Vous devriez sortir*!*»

    Le chuchotement à son oreille la fit sursauter et lâcher la boule de glaise qu'elle était en train de façonner. Le visage de Louison s'étira pour disparaître de nouveau dans la masse de terre.

    «*Oh, et puis zut. Vous ne pouviez pas faire attention*?* Voyez ce que vous m'avez fait faire. Je touchais presque au but.»

    Elle se retourna, rageuse. L'inconnu s'était adossé à un mur tout près d'elle. Il secoua la tête.

    «*Je ne crois pas, dit-il gentiment, cela fait dix fois que vous le recommencez sans cesse. Sans vouloir vous offenser, vous n'arriverez jamais à reproduire exactement ses traits. Sans vouloir vous offenser, votre sœur est dans votre tête. Aussi dans votre cœur.*»

    Découragée, Coraline s'assit sur son tabouret de travail, les coudes sur la table, la tête dans ses mains. A coté d'elle, l'inconnu se taisait.

    «*Vous ne pouvez pas savoir comme j'ai peur de l'oublier. Tous les matins, au réveil, j'essaye de me rappeler ses traits, ses manies, ses habitudes, son rire. Tous les jours, j'ai l'impression que tout s'estompe. Arrivera un jour où je n'arriverai plus à la faire revenir. Et cela me terrifie.*»

    La fin de sa phrase fut noyée par les sanglots. Son visiteur avança doucement vers elle. Atteint par son désespoir, il tendit la main vers elle avant de se raviser. Il soupira. Quand Coraline eut pleuré tout son saoul et relevé la tête, il avait disparu.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Louann, arrivant au magasin eut la surprise d'en découvrir la porte béante. D'emblée, elle ressentit l'angoisse de tous ceux qui ayant un mauvais pressentiment découvrent avec horreur qui le voient se vérifier. Elle entra doucement, ses sens en alerte.

    On s'était battu à l'intérieur. De nombreux objets gisaient renversés ou cassés au milieu des foulards déchirés et souillés. Une main dépassait de sous une cape de voyage. Une main fine à laquelle pendait un bracelet finement ouvragée. La main de Diane.

    Louann se rua dans la pièce et tomba à genoux devant son amie. Celle-ci respirait encore mais faiblement. Son corsage était déchiré au dessus de la poitrine et laissait voir une vilaine plaie. La jeune femme ouvrit les yeux au moment où Louann se penchait sur elle en pleurant. Elle marmotta*:
    «*Ma servante.*» avant de reperdre connaissance. Les larmes montèrent aux yeux de Louann. Soudain, on lui tapa sur l'épaule. Elle fit volte-face en hurlant.

    Gareth se trouvait devant elle, le teint cireux, l'air grave. Il eût un petit sourire pour s'excuser de lui avoir fait peur et lui dit doucement*: «*Ne vous en faites pas, les secours arrivent.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Garance prit enfin place dans la bassine. Une nouvelle fois, c'est elle que les dés avaient le moins gâtée. Il avait fallu attendre que ses sœurs passent une à une pour enfin pouvoir accéder à l'eau. Une fois que Mya eut versé l'eau chaude, elle s'y plongea avec délectation. Sous l'effet bénéfique de la chaleur, ses muscles se détendirent un à un, elle en oublia presque les contrariétés de la veille. Elle faillit presque sourire en repensant à Diane et au prévôt. Leur cour éhontée en devenait presque comique. Prenant l'éponge et le savon comme marionnettes, elle improvisa un petit dialogue.

    «*Alors Juste, comme vous êtes beau, et comme vous avez un beau prénom.
    - Oh oui Diane, vous aussi, vous êtes charmante et magnifique et vous sentez très bon.
    - Mais alors, nous sommes tous les deux très magnifiques et très beaux. Juste, voulez vous juste me frotter le dos.
    - Non, je préfère aller dans l'eau.*»

    Sur ce, elle noya l'éponge et le savon sans autre forme de cérémonie.

    «*Bonjour Garance.*»

    Si la voix du prévôt la fit se lever d'un bond et se retourner, sa vue la fit replonger aussi sec dans la bassine.

    «*Grossier personnage, se plaignit-elle quand elle eût fini de boire la tasse, vous ne pouviez pas vous annoncer autrement*?*»

    Le prévôt eut un petit sourire gêné en la voyant entourer sa poitrine de ses bras.

    «*Vous pourriez peut-être me passer un drap et vous retourner.*»

    Il rougit jusqu'aux oreilles et s'exécuta. S'en suivit un silence gêné, chacun s'appliquant à faire semblant d'oublier la présence de l'autre en regardant ailleurs. Le prévôt laissa échapper un petit rire. Elle le regarda indignée.

    «*Mais enfin, vous allez me dire ce qui vous amuse*? Vous n'allez pas me dire que c'est le fait de m'avoir surprise dans l'eau. C'était on ne peut plus facile.*»

    Il eût un petit sourire malheureux et agita doucement les mains en guise de marionnettes. Ce fut son tour de rougir jusqu'aux oreilles.

    «Ainsi Garance, vous êtes donc jalouse*?*»

    La jeune femme allait répondre quand Louann arriva en courant. Les joues rouges d'avoir couru, les yeux gonflés d'avoir pleuré, elle annonça que quelqu'un avait tenté d'assassiner Diane.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  11. #11
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    D'Ambre était la lumière embrassant les vignobles en cette fin d'après-midi. Le Rhône se pailletait d'or. Mais les sœurs de Saint-Bris n'avaient pas la tête au spectacle. Assises à table avec Gareth, elles attendaient le verdict du médecin. Celui-ci était arrivé en urgence, une heure auparavant. Il avait monté Diane dans sa chambre pour s'occuper d'elle. Depuis, il n'avait pas donné de nouvelles. En le voyant descendre les escaliers, tous se levèrent comme un seul homme.

    «*Alors?*», osa demander Gareth, du bout des lèvres.
    L'homme, que la fratrie connaissait bien depuis l'enfance hocha la tête avec un sourire rassurant.

    «*Louann, elle vous réclame. Mais ne restez pas trop longtemps. La blessure est superficielle mais le choc l'a fatiguée.*»

    Louann gravit donc les marches, retenue par une certaine appréhension. Elle avait peur de cet état de fragilité et de torpeur propre aux convalescents. Elle n'imaginait pas voir Diane ainsi. Et pourtant. Elle effleura timidement la porte.

    «*Entre, Louann.*», l'appela son amie.

    Diane était alitée, en chemise de nuit. La pâleur de ses traits naguère délicieusement halés contrastaient douloureusement avec le noir de ses cheveux. La douleur avait dessiné des cernes mauves sous ses yeux. Vue ainsi, elle avait l'air si vulnérable que Louann ne put s'empêcher d'avoir un mouvement de recul.

    «*Pas beau à voir, n'est-ce pas*?*»

    Louann approuva à regret. Diane tendit la main, l'invitant à s'asseoir près d'elle. Elle obéit, les jambes tremblantes.

    «Malheureusement, murmura-t-elle les larmes aux yeux, j'avais raison à propos de ma servante. Si tu savais comme j'aurais aimé me tromper. Elle était une amie, pour moi.
    Que s'est-il passé*?*», voulut savoir Louann, massant doucement sa main dans la sienne, lui apportant un peu de réconfort.

    Diane ferma les yeux quelques instants, en proie à un mauvais souvenir. Puis raconta doucement.

    «*Je l'ai de nouveau surprise en train de nous voler de l'argent. Cette fois, je me suis interposée. Elle a sorti un couteau. J'ai tenté de la raisonner, je lui ai promis de lui augmenter ses gages – ce que j'aurais fait – mais elle n'a rien voulu savoir. Elle voulait rejoindre son amant et s'enfuir avec lui.*»

    Louann touchée par le sort de son amie serra les poings. Diane reprit.

    «*Je lui souhaite néanmoins une vie heureuse. Si tu savais comme elle nous a aidé rien que pour le magasin. Maintenant, je vais devoir me débrouiller seule.
    Non, se récria Louann, je vous aiderai, moi. Mes sœurs se passeront bien de moi au domaine. Du moins, si vous avez besoin de mes services. Je pourrais seconder Gareth au magasin en votre absence. Je vous ferai aussi les repas.*»

    Diane la regarda, les yeux emplis d'une émotion sincère.

    «*S'il vous plaît, dites oui*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Coraline marchait dans les rues ourlées de soleil. Noyée dans le défilé des passants, elle se sentait anonyme. Solitude parmi les autres. Personne pour lui rappeler ses attaches, sa famille amputée. Les mains enfoncées dans les poches de son manteau, le nez en l'air, elle se sentait étrangement bien. L'étrange inconnu avait raison.

    Elle s'arrêta devant une boutique qu'elle et sa sœur avaient l'habitude de côtoyer. «*La boutique aux couleurs*», comme l'appelait Louison. Sa sœur s'y rendait une fois tous les trois mois pour acheter des pigments. Ses douces manières et son sourire avaient tôt fait de la rendre sympathique auprès des propriétaires qui leur avaient maintes fois accordé des rabais. Pour les remercier, elle les avait représentés, posant fièrement dans leur boutique aux cotés de leur fils. Le tableau trônait encore dans le magasin. Coraline le regarda longuement, comme si elle le découvrait pour la première fois. Mais elle la place des sujets, elle voyait là sa sœur en train de peindre, la tête inclinée sur le coté, tirant légèrement la langue quand elle se concentrait. Elle se souvint comme elles riaient quand elle lui faisait gentiment remarquer. L'espace d'une seconde, elle crût l'entendre. Elle se sentit gagnée par la nostalgie.

    «*Joli tableau*»

    Elle soupira et se tourna vers l'inconnu. Celui-ci venait de surgir à sa droite.

    «*Si vous pouviez arrêter d'arriver comme cela, sans prévenir. Cela devient lassant, à la fin. Et vous ne m'avez toujours pas dit votre nom.*»

    De l'autre coté de la vitrine, la propriétaire du magasin la regarda en fronçant les sourcils. Elle se reprit.

    «*Désolée, mes nerfs sont un peu à vif ces temps-ci*»

    L'inconnu leva la main en signe de dénégation. Elle était pardonnée.

    «*Vous ne me direz donc jamais qui vous êtes, n'est-ce pas*?*»

    Il eut l'air d'hésiter mais secoua la tête. Elle eût une grimace de dépit et croisa les bras.

    «*Il vaut mieux que vous ne le sachiez pas. Du moins pas tout de suite. Par contre, j'ai un prénom*: Ael. On lit toute la douceur de votre sœur à travers ce tableau.*»

    Coraline se détourna pour regarder la toile. Louison avait l'habitude de beaucoup diluer sa peinture, de façon à ce que les couleurs ressortent un peu passées, dans un ton désuet, presque pastel. La forme des visages étaient doucement arrondies, illuminées par un sourire. Elle se souvint que pendant que la famille posait en face d'elle, sa sœur racontait des histoires drôles auxquelles ils riaient de bon cœur. Louison aimait que ses modèles vivent. Elle aimait capturer ces gestes, ces instants d'envol. Les capturer et les figer sous sa plume. Pour elle, le temps s'était arrêté pour l'éternité. Coraline sentit les larmes lui monter aux yeux.

    «*J'ai toujours adoré ce tableau.
    Moi aussi*» lui répondit une voix qu'elle identifia entre mille.

    Alix. Elle se tenait là, tranquille. Flottant dans sa pèlerine, son inséparable bonnet ancré sur sa tête. Elle lui souriait timidement.

    «*Mais quand arrêterez-vous de surgir*? Ça devient lassant à la fin*!*», s'exclama-t-elle sensiblement énervée.
    Voyant Alix abasourdie, dansant d'un pied sur l'autre, elle se radoucit quelque peu.

    «*Je voudrais te présenter quelqu'un.*»

    Elle se tourna vers l'inconnu mais celui-ci avait déjà disparu.

    «*En fait personne.*»

    Alix lui sourit.

    «*Tout le monde te cherche. Le fils du prévôt est arrivé il y a environ une heure. Il était tout seul. Visiblement, il s'est sauvé de chez lui.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  13. #13
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    La table avait était dressée sous le chèvrefeuille dans le jardin. Les convives – en l'occurrence Gareth, le prévôt et son fils dînaient avec appétit. Le frère de Diane se révéla être un hôte plaisant, soutenant agréablement chacune des conversations. Si la majorité de la tablée semblait être tombée sous son charme, le prévôt quant à lui semblait s'être renfermé. Son fils n'ayant remarqué était d'humeur badine et ne pensait déjà plus au fait qu'il avait simplement laissé un mot à sa mère avant de partir ni à la panique que cela pouvait engendrer. Il ne pensait pas non plus qu'un meurtrier était peut-être encore dans les parages. Son père y songeait pour deux. Il profita qu'il s'était éloigné du groupe avec Alix pour parler du sujet qui les préoccupait tous.

    «*Vous ne croyez pas que l'amant de votre servante pourrait être le meurtrier que nous recherchons*?*»

    Gareth, pensif, le menton dans sa main fronça les sourcils.

    «*Hélas, je l'ignore. Je ne les ai jamais vus ensemble. Elle était très secrète sur sa vie privée. Je n'avais jamais envisagé le fait qu'elle puisse partir. Elle est tellement jeune. A mon avis, l'amour lui sera monté à la tête.*»

    Garance jeta un petit coup d'œil au prévôt. Celui-ci, les sourcils froncés méditait en silence. Elle avait une question en tête depuis un bon moment et espérait que Juste la pose. Hélas, celui-ci semblait plongé dans ses réflexions personnelles. Elle commença à se tortiller mal à l'aise.

    «*Vous aviez une question à me poser, Garance*?*»

    Hé bien, son trouble n'était pas passé inaperçu. Alors, elle se lança.

    «*Ne trouvez-vous pas étrange que votre servante ait trouvé un amant en si peu de temps*?*»

    Un grand silence se fit autour de la table. Le prévôt face à elle hocha silencieusement la tête. Si Louann feignit de ne pas s'intéresser à la question, Coraline fronça ostensiblement les sourcils.

    «*Ah si, c'est vraiment étrange.*», répondit Mya sans y avoir été invitée.

    Gareth se prenant au jeu commença à sourire avant de redevenir subitement sérieux.

    «*Hé bien, je le regrette mais je ne vous ai pas tout dit. En fait, l'homme nous suit depuis Machecoul.
    Machecouille*», gloussa Mya, suscitant une autre interruption.

    Malgré lui, le prévôt se prit à rire, Garance faillit l'imiter mais un coup de pied inopiné de Coraline stoppa net toute velléité.

    «*Mya, va donc rejoindre Alix*», souffla Louann en jetant un coup d'œil désapprobateur à son aînée.
    A coté d'elle, Coraline serra soudain les poings. Maintenant, elle connaissait l'identité de l'inconnu.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Ils avaient élu domicile dans l'aulne en périphérie du jardin. L'arbre tordu semblait élever ses ramifications vers le ciel en guise de supplication éternelle. Autour d'eux s'endormait la campagne et la mort du soleil ne laissait à présent dans le ciel qu'une bande de clarté ornée d'un bleu de plus en plus sombre. Loin en dessous d'eux la mer des champs de blé ondulait en silence. C'était l'heure exquise des confidences.

    Alix avait attiré Matthieu contre elle, entourant d'un bras protecteur ses épaules encore frêles. Il pleurait doucement.

    «*Je suis sure qu'elle a quelqu'un d'autre. Elle le reçoit quand elle pense que je dors, il vient quand ils pensent que je ne les vois pas. Mais je ne suis pas un bébé, je ne suis pas naïf. J'en ai assez qu'elle me mente. Je vois très bien qu'ils ont chacun quelqu'un d'autre dans leur vie. Père aime Garance. Non*?*»

    Et il leva les yeux vers le visage d'Alix, guettant son approbation. La jeune femme eût une grimace qui lui fit froncer le bout du nez.

    «*Je crois que ce soir, nous dérangeons les écureuils. Tu ne crois pas*?*», demanda-t-elle soudain inquiète.
    Il sourit, séchant ses larmes et secoua la tête.

    Son visage se fit soudain sérieux.

    «*Attends, il quelqu'un marche en bas.*»

    Tous les deux se penchèrent, de façon à voir leur visiteur arriver. S'attendant à leur famille, ils passèrent la tête hors des frondaisons, sans prendre garde de révéler leur présence. Mais la voix qui leur parvint leur fit presque dresser les cheveux sur la tête.

    «*Mais quels sont ces moineaux perchés dans leur arbre*?*»

    Une voix éraillée, dissimulant une joie malsaine, à vous glacer de terreur. A l'entendre, les jeunes gens se levèrent.

    Alix aperçut une forme sans visage emmaillotée d'un drap. Elle ressemblait en tout points à la description qu'avait faite Coraline. L'assassin était là.

    «*Partez d'ici. Vous êtes chez moi.*», dit-elle en essayant d'empêcher sa voix de trembler.

    Au lieu de cela, le monstre posa la main sur une branche basse. Dans son autre main, la machette brillait sinistrement.

    «*Allez vous en, reprit Alix, je ne crois pas en vous. Vous n'êtes pas dans mon monde.*»

    La créature éclata de rire. Rejetant la tête en arrière.

    «*Renonce petite Alix. Renonce et descends donc. Je suis venue te chercher. Descends et abandonne.
    - Je ne crois pas en toi, reprit Alix plus fort, je crois en la tendresse et à l'odeur du pain chaud. Je crois en ces chaussette qui retrouvent leur paire et en la chaleur de mon bonnet. Je crois que des bras bienveillants chassent toutes les peurs.
    - Je crois aux seins de Louann, crut bon de surenchérir Matthieu, même qu'ils sont très beaux. Je les ai vus une fois. Je crois ...*»

    Autour d'eux le silence.

    «*C'est bon, je crois qu'il est parti. Je crois que tu lui as fait peur.*», souffla doucement Alix.

    Sous eux, quelqu'un toussa de façon à signaler sa présence.

    «*Allez vous bien, là-haut*?*», demanda la voix inquiète de Louann.

    Matthieu rougit jusqu'aux oreilles. Elle réitéra sa question.

    «*Vous pouvez descendre. Il est parti. Mya l'a vu errer près de l'arbre et est venue nous chercher. Dieu merci. Il s'est enfui. Les autres essayent de le rattraper.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Les ombres mouvantes des nuages obscurcissaient le plancher de la boutique en ce début d'après-midi. Louann, assise dans un fauteuil laissait prendre à ses jambes un petit peu de repos. De solides coups de balais puis de chiffons avaient chassé le désordre régnant dans la boutique et le sang. Mais pas le malaise qu'elle éprouvait. Les recherches de la veille n'avaient rien donné. L'assassin s'était volatilisé tel un fantôme. Insaisissable. Et il s'était introduit chez elles pour les menacer directement. Elle sentait le souffle glacé de l'épouvante lui siffler à l'oreille. Si elle n'avait pas été liée à Diane, elle serait rentrée chez elle pour veiller sur ses sœurs, plutôt que de tenir cette maudite boutique.

    Et cela pour personne. Des rumeurs avaient commencé à circuler à propos des propriétaires du magasin. On avait vu la jeune femme sortir sur une civière de fortune, entre la vie et la mort. La populace avait mal accueilli le fait que les étrangers viennent se faire tuer dans leur ville. C'était un manque inhérent de savoir vivre. Aussi boudaient-ils la boutique au grand désarroi de Gareth.

    Celui-ci, n'ayant pas la patience de sa sœur s'était retiré dans la pièce privée et avait laissé à Louann le soin de traiter avec le chaland. Mais à part un colporteur venu proposer sa marchandise, il ne vint personne. Aussi, la jeune femme fut-elle agréablement surprise de voir quelqu'un passer la porte du magasin.

    Elle reconnût d'emblée la femme qui était sortie de la boutique avec son enfant, peu de temps avant l'agression de Diane. La femme – elle s'en souvenait maintenant – était une langue de vipère toujours prolixe en commérages. Son enthousiasme tomba alors quand elle la reconnût. La bavarde vint à elle, l'air visiblement bouleversée.

    «*Bonjour Violaine. Puis-je t'aider à trouver quelque chose*?*»

    A la manière dont l'autre prit une grande inspiration, Louann devina qu'elle allait plutôt faire fonctionner ses mandibules. Ce qu'elle fit naturellement.

    «*Non, c'est toi que je suis venue trouver. En fait, je suis venue te mettre en garde contre cette famille.*»

    La jeune femme soupira. Elle s'attendait à ce genre d'entrée en matière.

    «*Et pourquoi donc*?*»

    La femme continua, sans se rendre contre de l'agacement de son allocutaire.

    «*Hé bien, c'est un peu difficile à dire.
    - Mais tu vas tout de même me le dire.*», pensa Louann à part soi.

    En effet.

    «*Cette femme. Il y a quelque jours m'a demandé de lui vendre mon fils.*»

    Louann fronça les sourcils. Elle s'attendait à tout sauf à cette fantaisie.

    «*Hé bien, tu as dû mal comprendre.
    Non, j'ai très bien compris. Figure-toi que la somme était rondement alléchante. Elle m'a dit que d'autres que moi seraient moins sottes pour la refuser.*»

    Louann fronça les sourcils, soudain prise de colère. Mais son maintien n'en laissa rien paraître.

    «*Violaine, tu portes là une dure accusation.
    Et méchante de la part de méchantes gens*», confirma Gareth derrière elle.

    Violaine sursauta comme si elle venait d'entendre le diable en personne lui susurrer à l'oreille. Elle commença à reculer.

    «*Diane achèterait des petits enfants. J'ai dû mal entendre. Ce n'est vraiment pas quelque chose dont je ferais la collection. C'est plutôt encombrant.*»

    Coraline, dans ses mauvais jours usait souvent d'un humour douteux. Aussi, se mit-elle à sourire quand la commère se retourna vers elle et la gratifia d'un regard outré avant de tourner les talons et de laisser place nette sans demander son reste.

    «*Merci d'être venue*», souffla Gareth, se fendant d'une révérence obséquieuse qui fit sourire Louann et soupirer Coraline.

    Il reporta son attention sur la nouvelle venue.

    «*J'imagine que vous n'êtes pas ici pour chasser les imbéciles de ma boutique.
    - Effectivement, je suis là pour raccompagner ma sœur à son domicile. Ainsi que pour vous poser une question.*»

    D'un geste, Gareth l'invita à poursuivre.

    «*Je voudrais savoir si Ael est l'amant de votre servante.*»

    Les sourcils de l'homme s'arquèrent sous l'effet de la surprise. Puis celui-ci secoua la tête, catégorique.

    «*Non, je ne connais personne s'appelant ainsi.*»

    Coraline soupira mais resta muette.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  16. #16
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Alix était sortie dans le jardin profiter du parfum des fleurs après la pluie. Les yeux fermés, le nez au vent, elle pouvait rester ainsi durant des heures. Garance et Louann, compte tenu des événements de la veille, l'accompagnaient. Assise sur un banc de pierre jouxtant la maison, Garance malmenait dans sa main une lettre qu'elle n'avait pas osé ouvrir. Le sceau rouge de son ancien couvent était teinté de menaces. Une année auparavant, elle s'était enfuie pour répondre à l'appel de ses sœurs. Depuis, elle n'avait pas donné ni reçu de nouvelles. Elle n'était sûrement pas la première novice à s'évaporer ainsi dans la nature. Mais son implication dans les événements dans les affaires qui avaient secoué Vienne avaient fait parler d'elle. Et elle s'attendait au contenu de la missive.

    Bien qu'ayant toujours cultivé des rapports presque amicaux avec la mère supérieure et ses sœurs en Dieu, elle imaginait que le fait de se montrer jouant les filles de l'air sans repentir constituait une bien piètre réclame pour son institution.

    Louann, aux cotés de Garance était aussi plongée dans des songes maussades. L'intervention de la commère la perturbait plus qu'elle ne l'aurait voulu. Ce n'est pas qu'elle croyait les allégations plus que douteuses. C'était plutôt le fait que l'on s'attaque ainsi à son amie. Elle avait du mal à s'habituer aux sectarisme des habitants de Vienne dont elle-même et ses sœurs faisaient l'objet. D'un autre coté, puisque personne ne cherchait à lui parler, elle pouvait acquérir le rôle de confidente privilégiée de Diane. Et cela lui faisait graduellement plaisir. Elle en concevait même une certaine fierté. Aussi la protègerait-elle autant qu'elle le pourrait.

    Alix, quant à elle n'avait rien remarqué de son trouble. Dans sa tête, elle voyait Louison. Souvent, quand l'orage était à son comble et que des trombes d'eau déferlaient sur la terre, elle sortait danser sous la pluie. Sa sœur la suivait, un carnet de dessins à la main, capturer la lumière. Parfois même, elle venait partager ses danses. Mais sa sœur ne lui manquait pas. Hier encore, elle était venue lui parler dans ses rêves. Seule la voix railleuse de Coraline la tira de ses pensées.

    «*Alors comme ça, tu ne comptes pas l'ouvrir. Avec un peu de chance, en la regardant bien, tu vas parvenir à voir à travers.*»

    Garance soupira et jeta un regard en biais à la lettre, comme si une créature abominable pouvait en surgir.

    «*Veux-tu que je la lise*?*», proposa Mya, arrivant derrière Coraline.

    Garance tendit la lettre avec un soupir, vaincue. Mya, avec l'impatience de la jeunesse ne tarda pas à faire sauter le sceau. S'éclaircissant la voix, elle commença à lire, prenant un ton plus qu'officiel et avec le plus grand sérieux.

    «*Garance,
    je vous écris pour vous dire que je m'ennuie de vous.
    J'aime vos pieds palmés, l'harmonieuse courbe de votre croupe et le prétendu grain de beauté sur votre fesse gauche qui n'est autre que le douloureux souvenir de la fois où vous vous êtes malencontreusement assise sur le poêle une froide nuit d'hiver.
    Depuis que vous êtes partie, je ne parviens plus à m'endormir sur mon banc lors de nos interminables prières, je ne bois du vin de messe plus que dix fois par jour et n'arrive plus à voler des osties. Comme vous le voyez, je suis triste. Revenez-moi donc.
    Je profite aussi pour vous demander de revenir fermer votre fenêtre. Depuis votre départ, elle est restée ouverte et cinquante de vos semblables en ont profité pour fuir dans la nature. Pour notre salut, j'aimerais que vous n'aidiez à les rattraper.
    Claustrophobiquement votre ...*»

    Autour d'elle, ses sœurs se tordaient de rire. Désacralisée à ce point, la lettre n'était plus une menace. Garance tendit la main pour la reprendre. Mya lui tendit avec un grand sourire.
    «*Je vois que l'on s'amuse.*», intervint le prévôt, profitant de l'interlude pour signaler sa présence.

    Il était accompagné de quatre jeunes gens de leur âge. En les voyant, la fratrie eût un pincement de cœur. Les amis de Louison. Eulalie, Romaric, Gustave, Claire et surtout Hoël. Coraline considéra gravement le dernier venu. Peu avant de mourir, sa jumelle lui avait confié que le jeune homme et elle nourrissaient l'un pour l'autre un intérêt commun. Elle en avait éprouvé un pincement de cœur, craignant que la relation naissante ne vienne bousculer la sécurité de la leur. Et elle s'était préparé à voir bientôt sa sœur déployer ses ailes et s'en aller loin d'elle. Elle en concevait déjà de la peine. Si elle avait sûr que cela aurait constitué un moindre mal par rapport à la vraie fin de l'histoire …

    Romaric le grand qui n'avait pas la langue dans sa poche, Gustave le rouquin qui n'avait pas son pareil pour faire l'imbécile, Eulalie qui souvent allait peindre avec Louison, et Claire l'étourdie formaient le reste de la troupe. Le monde de Louison.

    Le prévôt, conscient de la gêne s'installant entre les groupes prit l'initiative de prendre la parole. A coté de lui, son fils fit un petit signe de la main à Alix.

    «*Mesdemoiselles, compte tenu de la date, je pense que vous vous doutez de l'objet de la demande que nous sommes venus vous faire.*»

    Les regards se tournèrent vers Coraline. Celle-ci, les poings serrés contemplait le passé. Sa sœur riant au beau milieu du groupe. Bien sûr qu'elle se doutait de l'objet de la demande. Les joutes. Ce jeu, hérité du moyen-âges consistait à jeter à l'eau son adversaire au moyen d'une lance à bord d'un bateau. Ce jeu, dans le bras mort du Rhône était une tradition. Au début, le jeu avait été exclusivement masculin. Puis, suite à une boutade arguant que les femmes pouvaient battre les hommes quand elle le voulait était devenu mixte. L'année précédente, à cause du climat d'insécurité régnant sur Vienne, le tournoi avait été suspendu. Il reprenait maintenant, mais sans Louison. Une place vacante.

    «*J'en serai.*», répondit Garance.

    Le prévôt se retint de rire. La jeune femme était connue dans toute la ville pour sa maladresse proverbiale.

    «*Je pense que c'est une bonne idée, dit-il conciliant, je … pense que votre technique … n'aura pas son pareil pour déconcerter nos adversaires. Il ne manquerait plus que Coraline et ...*»

    Sa voix retomba. La porte de l'atelier venait de se refermer en claquant.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  17. #17
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Coincée dans un recoin, entre une chaise et la table de travail, Coraline se faisait toute petite. Les bras enserrant ses jambes, la tête posée sur les genoux, elle aurait voulu se réduire encore plus. Les larmes avaient déserté ses joues, mais son corps était secoué de sanglots. Elle aurait voulu hurler, vomir, faire sortir ce trop plein de silence, ce trop plein d'absence, se purger définitivement de Louison.

    «*Vous devriez prendre part à cette joute. Cela vous fera le plus grand bien.*»

    Elle leva la tête vers l'inconnu, rageur.

    «*Vous devriez, vous devriez … Mais j'en ai marre de vos conseils. Et vous, on ne vous a jamais dit que vous devriez vous annoncer avant de surgir subitement.*»

    L'inconnu leva la main en signe de paix. Elle plongea dans un silence mutin. Ael resta un long moment à la regarder, les bras croisés. L'expression de son visage masquée par ses cheveux.

    «*Si vous saviez comme je la déteste. Comme je lui en veux. Chaque fois que je crois accepter le fait qu'elle n'est plus là, d'autres détails reviennent. Ils m'envahissent. Elle m'envahit. Elle me rappelle à quel point j'aurais voulu que ce soit moi, dans cette tombe.*»

    L'inconnu eut un petit rire. Pas une moquerie. Un rire doux et franc.

    «*Vous me paraissez sacrément en colère pour quelqu'un qui avait peur d'oublier sa soeur il y a quelques jours.*»

    Coraline releva la tête choquée. Comme s'il venait de la frapper. Les mots sortirent sans qu'elle les contrôle.

    «*Mais allez vous faire foutre.
    J'espère que ce n'est pas à moi que vous parlez.*», intervint le prévôt, l'air tout triste.

    Surprise, elle regarda autour d'elle. L'inconnu avait de nouveau disparu.

    «*Désolée, soupira-t-elle, je me parlais à moi-même.*»

    Le prévôt, sans en attendre l'autorisation s'assit en tailleurs face à elle.

    «*Vous me faites penser à Alix. Vous devez être trop jeune pour vous en souvenir mais votre sœur parlait à un ami imaginaire.*»

    Elle fronça les sourcils, soudain sur la défensive.

    «*Je ne parle qu'à des gens réels.*»

    Juste lui adressa un sourire bonhomme dont lui seul avait le secret.

    «*Je n'en doute pas.*»

    Il se leva et lui tendit la main pour l'aider à se remettre debout. Il restèrent un long moment sans bouger. Coraline triturant sans y penser la main de Juste.

    «*Je crois que je vais participer à cette joute, finit-elle par dire.
    - Vous m'en voyez ravi.*», souri le prévôt.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  18. #18
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Louann avait installé le fauteuil dans une mare de soleil, devant la fenêtre. Ainsi, Diane pouvait profiter de la chaleur tout en ayant un aperçu de la rue. Elle-même avait prit place sur une chaise à coté d'elle.

    «*Je te remercie. Je commençai à m'ennuyer dans ce lit. Le médecin dit que je serai sur pieds dans quelques jours, mais j'avoue que je suis impatiente.*»

    Louann hocha la tête sans répondre. Elle avait une question embarrassante à formuler. Mais, mâchouillant nerveusement sa lèvre supérieure, elle n'arrivait pas à se décider. Ce fut Diane qui la tira de l'embarras.

    «*Toi, je pense que tu veux savoir quelque chose. Tu peux tout me demander, sais-tu*?*»

    Elle hocha la tête sans parvenir pour autant à se lancer.

    «*Laisse-moi deviner. Tu voudrais bien savoir ce que cette femme et moi nous sommes dit l'autre fois. Gareth m'a raconté qu'elle était venue te voir ...*»

    Sa curiosité démasquée, elle rougit, piquée au vif. Diane caressa sa joue, nullement fâchée.

    «*Hé bien, figure-toi que cette femme ne me demandait ni plus ni moins qu'un crédit. Elle voulait me laisser son fils pour m'aider au magasin le temps qu'elle rassemble l'argent. Je t'avouerais que je ne cautionne pas du tout ce genre de pratiques. Et je n'apprécie pas du tout que l'on me calomnie. Surtout auprès d'une personne dont je suis proche.*»

    Louann soupira, visiblement rassurée. Diane reprit.

    «*Moi aussi, j'aimerais t'entretenir d'un sujet peu plaisant. Il s'agit d'une de tes sœurs. Coraline a parlé à Gareth d'un certain Ael. Il ne le connaît pas mais il a peur qu'elle ait écouté quelques commérages déplaisants. Et cela le rend nerveux bien plus que moi, cela le rend déplaisant, parfois.*»

    Louann fronça les sourcils. S'agissait-il de menace larvée*? Mais le sourire de son amie dissipa ses doutes.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  19. #19
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Dehors grondait l'orage. Dans le ciel se disputaient la lumière et l'ombre. D'un coté, l'or du soleil mourant, de l'autre, le gris du rideau de pluie. Alix était restée dehors. Les bras en croix, la tête haute, elle attendait que les premières goûtes l'atteignent.

    «*Je vais en ville, tu m'accompagnes*?*»

    Elle avait inspiré l'air humide et s'était tournée vers Coraline. Celle-ci lui tendit sa pèlerine avec un petit sourire.

    «*Il fait un temps de fin du monde. Tu ne trouves pas*?*»

    Voyant sa sœur esquisser une grimace significative, elle eût un petit rire.

    «*Alors toi ...*» soupira Coraline avant de lui tendre la main.

    Elles marchèrent d'un pas rapide, sous les roulements de l'orage. Elles arrivèrent en ville juste avant les premières goûtes. La «*boutique de couleurs*», leur servit de refuge. La propriétaire, entendant teinter le carillon de sa boutique sortit de la réserve. Son visage s'éclaira lorsqu'elle entrevit Alix. Celle-ci courut jusque dans ses bras et la serra contre elle. Le bonjour donné, les deux femmes se tournèrent vers Coraline. Celle-ci croisa les bras, sur la défensive.

    «*Je suis venue vous poser une question.*», dit-elle sans détour.

    La propriétaire hocha la tête.

    «*Lorsque je suis venue la dernière fois, je suis restée devant la vitrine. Je sais que vous m'avez vue.*»

    Nouvel hochement de tête.

    «*Étais-je avec quelqu'un ou seule*?*»

    La femme se tordit les lèvres, embarrassée. Coraline sentit les larmes lui monter aux yeux. Sa voix monta dans les aigus.

    «*J'étais seule, n'est-pas*? S'il vous plait, dites-le moi.*»

    L'autre hocha la tête en se tordant les mains.

    «*Oui, vous aviez l'air de vous parler à vous-même.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  20. #20
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Le prévôt avait ramené chez eux les amis de la fratrie. Son fils, quant à lui était resté avec Mya, promettant à son père un retour auprès de la famille de Saint-Bris. Ceux-ci, enchantés à l'idée de jouter de nouveau échafaudaient déjà des plans sur la comète d'éventuelles victoires. Garance, l'accompagnant était demeurée muette durant tout le trajet. Ayant déposé le dernier, il reprit place dans sa charrette non sans avoir lancé à Garance un regard anxieux qu'elle fit mine d'ignorer. Le repas s'annonçait joyeux. Il chercha un moyen de détendre un tant soit peu l'atmosphère.

    «*Comment se porte votre père*? Vous en parlez peu ces temps-ci.*»

    Un vague sourire passa sur le visage de Garance, vite remplacé par son air chagrin.

    «*Il voyage à travers l'Espagne afin de perfectionner sa technique du chocolat. Il nous fait parvenir quelques missives de temps en temps. Il semble enchanté. Comme à son habitude.*»

    Le prévôt haussa les épaules. Décidément, rien ne changeait. L'homme de Saint-Bris était toujours absent, laissant à ses filles la charge du domaine ainsi qu'une certaine liberté. Mais aussi une certaine solitude. Garance rompit brusquement le silence.

    «*J'ai reçu une lettre de mon couvent diligentée directement depuis la mère supérieure.*»

    Juste feignant l'impassibilité réprima avec difficulté une grimace d'angoisse. Même s'il ne l'avait jamais avoué à personne, il avait été heureux de voir Garance revenir en ville et peu à peu abandonner sa robe de bure. Peu à peu, il s'était réhabitué à sa présence. Et au désir certain qu'il éprouvait quand il était à ses cotés. Maintenant, il se rendait compte à quel point cette situation était fragile et que sous peu, sa présence à Vienne ne pouvait être qu'un heureux souvenir. Il serra douloureusement la bride de son cheval.

    «*Elle s'est montré très compréhensive compte tenu de la façon dont je lui ai fait faux bond. Elle ne parle pas de poursuite ni d'excommunication. Elle me demande si je désire revenir à la vie courante ou prononcer mes vœux définitifs. Elle me laisse un mois pour me décider. Et ma foi, je ne sais pas quel chemin prendre.*»

    Il manqua hurler de soulagement. Au moins, elle n'avait pas mentionné le projet de partir.

    «*Juste, finit-elle d'une voix blanche, je crois que ma décision dépend de vous.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Diane avait insisté pour retourner au magasin. Soutenue par Gareth et Louann, elle alla prendre place sur une chaise confortable, au beau milieu de sa boutique. Si sa blessure la faisait souffrir, elle n'en laissa rien paraître. Ayant troqué sa chemise de malade contre un élégant ensemble, repoudrée, elle était superbe, en pleine possession de ses moyens. Désirable comme elle l'avait toujours été. Troublante.

    Elle n'était pas installée depuis quelques minutes qu'on ouvrit la porte de la boutique. Une femme entre deux âges. Raffinée, discrète, elle était connue pour appartenir à l'une des familles les plus aisées de Vienne. Elle semblait aux abois, tournant la tête de tout coté comme pour apercevoir un trésor caché.

    «*Les affaires reprennent*», souffla Diane pendant que Gareth se dirigeait vers la Dame avec un inhabituel entrain.

    Celle-ci, nerveuse pressa les mains de l'homme dans les siennes sans aucune retenue.

    «*Alors, sont-ils prêts*? Cette fois, je les veux tous et quel qu'en soit le prix.*»

    Gareth, le visage déformé par un rictus mystérieux fit signe à la cliente de le suivre dans l'arrière boutique.

    «*Nos fioles miraculeuses ont énormément de succès.*», expliqua Diane à une Louann pantoise.

    Son frère réapparut quelques minutes plus tard, au bras d'une dame ravie qu'il escorta jusqu'à la porte de la boutique.

    «*Chère sœur, nous devons renouveler notre stock.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  22. #22
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Elles étaient allées directement dans le jardin pour ne pas croiser les autres. Assises toutes deux sur le froid banc de pierre, elles profitaient de la chaleur éphémère d'un rayon de soleil. Alix, le visage au ciel contemplait le ballet incessant d'une volée de moineaux. Coraline contemplait le sol, le cœur au bord des larmes. Elle réagit à peine lorsque sa sœur, remarquant son malaise entoura ses épaules de ses bras.

    «*Allez, chuchota-t-elle à son oreille, ce n'est pas triste d'avoir un ami imaginaire.*»

    Les premières larmes arrivèrent. Coraline les laissa rouler lentement sur ses joues, vaincue. Sans vraiment se l'avouer, elle avait commencé à se douter que les apparitions et disparitions du jeune homme étaient l'apanage de l'irréel.

    «*J'espérais qu'il était vrai. Je savais pertinemment que ce n'était pas le cas. Qu'il ne pouvait pas être là.
    - Mais je suis là.*»

    Comme à son habitude, Ael venait de révéler sa présence. Devant le visage rageur et baigné de larmes de Coraline, il crut bon d'ajouter.

    «*Du moins, d'une certaine façon.*»

    Il eût un petit sourire triste.

    «*Je savais qu'un jour ou l'autre, vous vous en rendriez compte. Et j'en suis désolé.
    - Désolé, hurla-t-elle presque, désolé de m'avoir abusée*? De vous êtes moqué de moi*?*»

    Ael secoua la tête. Les yeux soudain brillants.

    «*Désolé de ne pas être réel.
    -Hé bien, allez-vous en et laissez-moi tranquille. Il n'y paraîtra plus.*»

    Il ne répondit pas. Bouche-bée, il regardait Alix. Celle-ci, le contemplait, les yeux écarquillés.

    «*Mais elle me voit*!*»

    Coraline prise au dépourvu se tourna vers sa sœur. Elle l'entendit à peine prononcer quelques mots.

    «*Coraline. Il est là, hein*? Je sens sa présence. Mais je ne crois pas que ce soit un ami imaginaire. Coraline, je crois que c'est un fantôme … Cora …*?*»
    Dernière modification par Althéa ; 13/04/2011 à 12h58.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  23. #23
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    Matthieu grattait son menton, espérant rencontrer les vestiges d'une barbe précoce. En vain.

    «*Si si, affirmait Mya pour le consoler, on voit quelques poils. Du moins, leur ombre, je t'assure.*»

    Elle ébouriffa les mèches brunes dressées anarchiquement sur la tête pour son ami.

    «*Par contre, je pense que tu devrais faire égaliser tout ça chez le barbier. Tu pourrais en profiter pour lui poser des questions à propos de ta barbe. Lui saurait comment la faire pousser.*»

    En voyant ses yeux s'éclairer, elle vit qu'elle avait visé juste. Le jeune homme, fier qu'on voie enfin chez lui les germes d'un adulte bomba le torse et roula des épaules. Mya se retint d'éclater de rires.

    «*Oui, je pense que cela serait bien.*», dit-il, d'une voix devenue sensiblement plus virile.

    Elle leva les yeux au ciel, amusée. Il regarda autour de lui pour s'assurer qu'il n'y avait personne et lui murmura à voix basse.

    «*Dis, m'aimeras un peu plus quand j'aurai quelques poils au menton*?*»

    Elle soupira. Cela faisait au moins une bonne dizaine de fois que le fils du prévôt lui déclarait sa flamme. Une bonne dizaine de fois qu'elle l'éconduisait gentiment mais fermement. Et elle commençait à en avoir assez.

    «*Matthieu. Tu sais très bien ce que je vais te répondre, et cela au risque de me répéter. Tu as douze ans, j'en ai quinze.
    Mais justement, quand j'aurai de la barbe, cela ne se verra plus.*»

    Il la regardait, les yeux suppliants. Elle soupira encore.

    «*Je vais te confier un secret. Je n'aime et n'aimerai jamais personne.*»

    Il la regarda interloqué.

    «*Et tes sœurs. Tu les aimes, non*?*»

    Elle secoua la tête, le visage soudain fermé et détourna la tête.

    «*Pourquoi*?*»

    Elle lui refit face. Ses yeux exprimaient une détresse qu'il n'avait jamais vu auparavant. Une détresse qui lui fit peur.

    «*Tout le monde s'attache à la petite Mya. Maman, Louison, Guillemot. Tous … Et elle s'attache aussi. Mais ils s'en vont. Tous*! Et ça fait trop mal. Je ne veux plus jamais aimer personne.*»

    Les larmes affluèrent. Torrent incontrôlable. Des larmes de révolte, de colère et de peine. Matthieu hésita un long moment puis posa tout doucement une main sur son épaule.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  24. #24
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **
    L'averse arriva sans qu'ils y prennent garde. Très vite, ils durent rassembler leurs vêtements et se rhabiller en hâte. Courant, riant, se frôlant presque, ils regagnèrent la charrette. Les nuages capricieux, roulant dans le ciel avaient colonisé l'espace. Garance et le prévôt s'arrêtèrent sous l'auvent d'une bergerie à l'écart de la route. Ils se turent un moment, laissant simplement parler le léger sourire éclos sur leur visage. Ils restèrent là, longtemps après que l'averse se soit terminée. Ils reprirent place dans la charrette, le cœur animé d'une vigueur nouvelle. Ce fut finalement Garance, qui la première parla.

    «*Juste. J'aimerais te dire que nous avons fait une erreur. Que je me montre parjure vis à vis de Dieu, et toi vis à vis de ta femme et de ton fils. Que nous ne devrons plus jamais recommencer ce que nous avons fait … Mais je n'y arrive pas.*»

    Le prévôt rentra la tête dans les épaules. Il s'attendait à cette réaction. Il y avait eu une parenthèse. Ils savaient tout deux qu'ils ne pouvaient pas résister à l'appel et leurs corps y avaient répondu jusqu'à plus soif.

    «*Elle aussi me trompe, sais-tu*? Matthieu me l'a dit tout à l'heure. Je ne la touchais plus depuis qu'elle m'a avoué ce qu'elle vous avait fait subir, à toi et à tes sœurs. Et elle ne m'a jamais pardonné d'être proche de vous. Je croyais que toutes ces années passées avec elle t'effaceraient pour de bon. Mais ...*»

    Il la regarda. Une main maladroite vint effleurer sa joue.

    «*J'aime quand tu me fais ces yeux là.*», lui répondit Garance.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  25. #25
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    «*Tu es sûre que tout va bien*?*»

    Alix roulait des yeux inquiets dans une moue si expressive qu'elle provoqua l'hilarité de Coraline.

    «*Pour la cinquantième fois Alix, je vais bien. J'ai juste eu un petit étourdissement, c'est tout.
    -Il faut la comprendre. Vous nous avez fait très peur en vous évanouissant ainsi.*»

    Elle se tourna vers l'inconnu, furibonde.

    «*Oh vous, ça va. On ne vous a rien demandé. Si vous m'aviez dit d'emblée que vous étiez un fantôme, nous n'en serions pas là.
    - Si je vous avais dit que j'étais un fantôme, vous ne m'auriez pas crû.*», répondit-il boudeur.

    Elle soupira. Il avait raison.

    «*Comment est-il*?*», demanda Alix, coupant court à la dispute.

    Ils s'observèrent. Elle, enroulant une mèche de cheveux d'un doigt nerveux, lui se frottant les mains avec embarras.

    «*Plutôt joli garçon.*», souffla Coraline au bout d'un long moment.

    Il releva la tête.

    «*Vous aussi, vous êtes plutôt agréable à regarder.*»

    Elle faillit sourire mais l'air boudeur reprit vite le dessus.

    «*Oh, vous, je ne vous ai rien demandé.*»

    Alix pouffa.

    «*Et votre sœur , comment me perçoit-elle*?*»

    Alix resta un long moment muette, une expression de félicité rêveuse sur son visage. Elle mit du temps à répondre après que sa sœur lui eût demandé.

    «*On dirait quelques lumières qui tournent. Un peu comme des miroirs orientés dans toutes les directions qui capteraient la lumière. C'est très beau.*»

    Le visage d'Ael se fit rêveur. Il ajouta.

    «*Vous aussi, vous êtes belle, Alix.
    - Oh vous, je vous interdis de vous approcher de ma sœur.*», intervint Coraline.

    Alix pouffa, détendant une nouvelle fois l'atmosphère.

    «*J'imagine que si vous êtes ici, c'est que quelque chose vous retient ici.*»

    Le jeune homme se contenta de hocher la tête.

    «*Et j'imagine que vous avez besoin de nous. Mais comment*?*»

    La mine contrite du fantôme lui donna la réponse.

    «*Il faut que nous le découvrions par nous même.*»

    Il acquiesça de nouveau. Elle leva les yeux au ciel.

    «*Hé bien voilà qui risque d'être compliqué.*»
    Dernière modification par Althéa ; 13/04/2011 à 12h56.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  26. #26
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    **

    Quand Garance et le prévôt rentrèrent, les vêtements crottés et la mine contrite, la journée était bien entamée. Ils ne s'exprimèrent pas à propos de leur retard dont chacun avait compris la raison. Matthieu ne fit aucun commentaire mais resta silencieux pendant tout le repas.

    Tout autour de la table, les regards circulaient. Alix voulait parler mais Coraline, par gestes lui enjoignait de rester coite. Garance et le prévôt se mangeaient des yeux. La main de Mya avait trouvé celle de Matthieu sous la table et la pressait doucement. L'adolescent quant à lui essayer de ne pas prêter attention au manège de son père. Louann, quant à elle ne regardait personne. Renfermée, muette, elle jouait avec le contenu de son assiette sans pour autant se décider à manger. Ce qui ne lui ressemblait guère.

    Ce n'est qu'une fois la table défaite, leurs invités partis que les sœurs de Saint-Bris quittèrent leurs habits de silence. Du moins les deux ainées. Celle-ci, une fois leurs cadettes endormies sortirent prendre le frais sur la terrasse. Le banc de pierre accueillit une nouvelle fois leurs confidences.

    «*Je sais que c'est déraisonnable, mais je n'ai pas pu m'en empêcher. Lui non plus d'ailleurs.*»

    Elle soupira.

    «*Mais je peux te dire que j'ai apprécié chaque secondes. Il est tellement. Il a tellement. Il n'a pas du tout changé.*»

    Louann sourit sous cap.

    «*Et toi, qu'est-ce qui ne va pas*?*»

    Louann se sentit rougir. Elle avait naïvement espéré que personne durant le repas ne remarque son trouble.

    «*Je sais, on ne peut rien me cacher.*», plaisanta Garance l'air triomphant.

    Mais sa sœur ne se joignit pas à son hilarité.

    «*Je crois que je suis amoureuse.*»

    Voyant Garance émettre un simple*: «*Hum*», Louann se renfrogna.

    «*Tu ne les aime pas, n'est-ce pas*? Comme toute la population de cette maudite ville.

    Sa sœur la fit taire d'un geste.
    «*C'est juste que je ne pensais pas que Gareth était ton genre.*», dit-elle sans commenter l'ombrage soudain de sa sœur.

    «*Ce n'est pas Gareth*», s'entendit-elle répondre.

    Elle écarquilla de grands yeux. Sa sœur poursuivit.

    «*En fait, je ne pense pas l'aimer. Mais j'ai l'impression qu'elle me fascine. Je suis heureuse à son contact, malheureuse quand elle s'en va. J'aimerais mieux la connaître.*»

    Garance secoua la tête en silence. Depuis son enfance, la fratrie n'avait connu que quelques personnes bien disposées à leur égard. Et Louann, réservée et secrète ne s'était vraiment liée à personne. Et pour couronner le tout, son mariage avait été une catastrophe.

    «*Je pense que tu as simplement une amie.*», dit-elle avec un léger sourire.

    Mais Louann ne répondit pas.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  27. #27
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    **

    «*Yiha*!*»

    Le prévôt se retint une nouvelle fois de rire et para le coup que lui assena Garance sans aucune difficulté. Ce qui occasionna une fois de plus la chute de la jeune femme. Il soupira à part soi. Voilà une semaine qu'il entraînait Garance en vue des joutes et il ne voyait aucun progrès. Ce n'était pas qu'elle ne faisait aucun effort. Bien au contraire. Elle répétait cent fois les même gestes et semblait viser juste. Mais c'était à croire que les gestes n'allaient pas au bout de son long corps maladroit. Pourtant, elle persistait avec un enthousiasme presque enfantin. Émouvant.

    «*Vous savez, je ne pense pas que votre cri servira à grand chose sinon à les effrayer.*», dit-il gentiment en lui tendant la main.

    «*Au point où nous en sommes, ça ne pourra pas être plus lamentable que sans.*», intervint Coraline passant avec un panier de linge sous le bras.

    Garance s'assit en soupirant.

    «*Au fait, prévôt, où est passé votre fils*?*»

    Juste se frotta pensivement les poils du menton.

    «*Hé bien, monsieur voulait aller chez le barbier se faire couper les cheveux et discuter avec lui de sa future barbe. Il me ...*»

    Garance le vit soudain blêmir, le visage soudain inquiet.

    «*Quelque chose ne va pas*?*»

    Il hocha la tête, de plus en plus fébrile.

    «*Le barbier … Le corps que nous avons retrouvé. Je me souviens maintenant de ce qui clochait.
    Hé bien*?
    Il n'était rasé que sur la moitié du visage ...*»

    Ce fut au tour de Garance de blêmir.

    Ils coururent aussi vite que leur permettaient leurs souliers chargés d'angoisse. Le souffle court, le prévôt distançait à peine Garance juchée sur ses longues jambes. Ils traversèrent le pont, poussant les passants du coude, en bousculant certains. Plusieurs se retournèrent, voyant leur prévôt d'ordinaire si digne les invectiver pour qu'ils se pousse et disparaître sans une explication. Plusieurs curieux les suivirent, certains hilares, d'autres inquiets.

    Les yeux fous, il poussa si fort la porte de l'échoppe du barbier que celle-ci sortit presque de ses gonds et rebondit contre le mur. L'homme se trouvait en face de lui et devant lui, servant de bouclier humain, son fils. Celui-ci, les cheveux tirés en arrière par une main assassine se retenait de hurler. La deuxième main du barbier tenait le rasoir tout près de son oreille.

    «*Si vous bougez, je vous en coupe un bout.*», promit le forcené.

    Le prévôt leva les bras en signe de reddition. L'autre lui lança un regard goguenard.

    «*C'est mon erreur de rasage qui m'a trahi, n'est-ce pas*? J'ai voulu aller tellement vite. Mais le temps que je retourne chercher mon homme, vous aviez déjà trouvé le corps. Je n'ai vraiment pas de chance.*»

    Juste leva la main en signe d'apaisement.

    «*C'est bien cela. Mais vous devriez lâcher mon fils. Il ne vous a rien fait. Après, nous pourrons discuter. Allons, je sais que vous ne voulez pas lui faire de mal. Vous n'êtes pas un mauvais bougre.*»

    L'homme secoua la tête, soudain les larmes aux yeux. Le rasoir descendit imperceptiblement. Matthieu put respirer un peu.

    «*Mais ils me demandent. Ils en veulent toujours plus. Ils m'ont dit qu'ils me tueraient si je ne le faisais pas.
    Qui*?*» demanda le prévôt soudain inquiet.

    L'homme le regarda, les yeux presque exorbités.

    «*Mais eux. Les démons, les monstres.*», se mit-il à hurler.

    Autour de lui, plusieurs personnes se signèrent.

    «*Le malheureux est fou.*», parvint à articuler le prévôt.

    Tout d'un coup, l'homme, dans un espoir désespéré poussa Matthieu qui alla s'assommer contre le mur et bondit sur l'homme de loi, le rasoir brandit. C'est alors qu'un cri retentit.

    «*Yiha*!*»

    L'homme, troublé se tourna du coté d'où venait la voix. C'est ce moment que choisit Garance pour le frapper avec une chaise en pleine tête. Il s'écroula.

    «*Bien joué*», souffla le prévôt.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #28
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 206
    **

    Un dîner morose. La fratrie, plongée dans ses pensées gardait le silence. Si Diane occupait les pensées de Diane, un fantôme hantait celles de Coraline. Mya mastiquait avec une moue de circonstance pendant que Garance ressassait les faits dont elle avait été l'involontaire protagoniste. Le prévôt et ses hommes avaient emmené l'homme pour l'interroger, la laissant seule avec Matthieu qui, en état de choc dormait à présent dans une pièce voisine. Aucune nouvelle, rien. Simplement des regards inquiets échangés furtivement sans qu'aucune ne se décide à parler.

    «*C'est étrange, finit par dire Coraline, laissant tomber dans son assiette le morceau de pain qu'elle avait à peine entamé, je me demande vraiment ce que les démons et les monstres viennent faire dans l'histoire. A dire vrai, je n'y crois pas une seconde. Tout ça me paraît tellement facile. Si l'on y réfléchit bien, tout a commencé quand nos deux inconnus sont arrivés en ville ...*»

    Louann se leva d'un bond, manquant faire tomber sa chaise, les joues empourprées.

    «*Je te vois venir avec tes insinuations. Gareth avait raison. Tu es aussi langue de vipère que les autres. Vous ne les connaissez même pas. Je te rappelle que Diane a failli mourir.*»

    C'est à peine si Coraline leva les yeux vers elle.

    «*Et alors, quelque accident de parcours. Et qui arrive fort à propos si je ne m'abuse.*»

    Sa sœur eut un petit rire.

    «*De toute façon, ça ne m'étonne pas de toi. Depuis la mort de Louison, tu es persuadée que le mal est partout. Tu es devenue méchante, odieuse. Heureusement qu'elle n'est plus là pour voir ça.*»

    Coraline se leva à son tour, repoussant sa chaise contre le mur. Mya maugréa un «*Oh, oh*» avant de se tourner vers Garance, dans l'espoir de la voir intervenir. Mais la religieuse figée, à cours de mots resta désespérément muette.

    «*Non, Louison ne voit pas Coraline comme cela.*», murmura une petite voix.

    Tous les regards se figèrent sur Alix qui reprit d'une voix affermie.

    «*Louison ne voit pas Coraline comme cela. Elle me l'a dit.
    Comment, bredouilla Coraline peinant à comprendre ce qu'elle entendait, tu veux dire qu'elle te parle*?»

    Voyant Alix avaler péniblement sa salive elle conclut à l'affirmative.

    «*Et je suppose que tu n'as pas trouvé utile de m'en parler.*»

    Le ton s'était fait glacial, sans appel. Plus froid qu'un glas. Des larmes roulèrent sur les pommettes d'Alix.

    «*Elle ne te jugeait pas prête. Sinon, tu l'aurais vue, tu l'aurais entendue. Tu la cherches où elle n'est plus. Elle n'y reviendra pas.*»

    Louann eut un rire mauvais.

    «*Regardez-les moi. Elles se chamaillent à propos d'un fantôme. Après quoi, elles traitent mes amis d'assassins. Mon autre sœur, évadée de son couvent conte fleurette à un homme marié. Je suis dans une maison de folle.*»

    Un silence tomba sur la maisonnée. Garance secoua vaguement la tête. Il ne servait en rien d'envenimer la situation. C'est Mya qui s'en chargea.

    «*Hé bien, si c'est comme ça, tu n'as qu'à partir et aller habiter chez tes amis. Ça sera mieux comme ça.*»

    Quelques secondes plus tard, la porte de la cuisine claqua à la volée, réveillant Matthieu en sursaut.

    «*Hé bien, voilà une soirée amusante.*», soupira Garance.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. [Commentaires] Scribouillon policier 2/2
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 22/01/2011, 15h12
  2. [Histoire] Scribouillon policier 2/2
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 11
    Dernier message: 10/09/2010, 11h59
  3. [Commentaires] Scribouillon policier 2
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 11
    Dernier message: 19/02/2010, 10h41
  4. [Histoire] Scribouillon policier 2
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 69
    Dernier message: 15/11/2009, 22h47
  5. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251