Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Organus

  1. #1
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    22

    Organus

    Bon, je me lance !

    Je tiens à présenter le début d'un roman que j'ai décidé d'écrire pour un ami. C'est un ouvrage de science-fiction virant progressivement au registre merveilleux... mmh à moins que cela ne soit déja le cas. une invitation au voyage, une confrontation à l'inconnu. je ne vous en dis pas plus. n'hésitez pas à me faire part de vos impressions, qu'elles soient positives ou négatives.

    Organus


    Première Partie : Pris au piège


    Chapitre 1 : Une cause noble

    Un ciel orange, nébuleux, perforé de rayons dorés, recouvrait la surface ensablée de la "Grande Tourmentée". L'atmosphère y était respirable ces temps-ci mais il faisait une chaleur à liquéfier les âmes les plus froides de l'univers. Ils atterrirent sur une plaine désertique d'une étendue incalculable, tant son immensité variait selon les saisons. Un vent chaud faisait danser, dans les airs, des amas de grains de sables oranges et noirs, du moins, les percevait-on ainsi. Personne n'avait plus mis les pieds sur cette planète depuis deux siècles. Trois mois auparavant, alors que l'Alliance Humaine organisait sur Demoville, centre politique de la Terre, un conseil mondial autour des objectifs avenirs de la migration interplanétaire de l'humanité, un objet organique s'écrasa dans la cité d'Emmervile à quelques centaines de kilogrades* du Palais de l'Agora Mondiale dans lequel avait lieu la grande assemblée. Tout le monde fût mis au courant une minute après les faits par transmission interne*. Le message d’alerte fut diffusé par des drones informateurs ayants échappés au désastre et qui avaient communiqués les images au bâtiment des transmissions en périphérie de la ville. Un groupe d'intervention fut aussitôt déployé sur les lieux. Le signalement de cet objet ne laissât aucun doute quand à la nature de sa présence sur terre. Un tel phénomène s'était déjà produit, il y a plusieurs siècles de cela, dans d'autres circonstances. Cependant, et les informations n'ont laissées aucun doute là dessus, on affirme que, du cœur de l'objet, serait sortit un être humain aux proportions démesurées qui, après un mois de rétablissement, n'aurait cessé de ressasser des souvenirs d'une époque lointaine. Tout ce qu'il relatait se référait à des archives remontant trois cent ans en arrière, du temps de la grande et hasardeuse colonisation interplanétaire*. Il avait d'ailleurs en sa possession, un carnet de voyage holographique témoignant de la véracité de ses propos, dont-il ne voulait pas se séparer à moins qu'une équipe accepte de remplir la mission que renfermait cet ouvrage. Une quête insatisfaite qui, si elle n'était pas menée à bout, mettrait en péril l'humanité. "Nous ne nous laisserons pas bercer par la fantaisie chevaleresque d'un rescapée d'une époque archaïque" affirmaient les tenants de l'évolution intra-terrestre*, tandis que dans l'assistance, s'esclaffaient les membres du parti pro-extra-terrestres* qui y voyaient plutôt une opportunité pour reprendre le contrôle d'Organus, sous couvert d'une cause noble. Organus... le mot était lancé et l'on décidait finalement d'y envoyer une équipe secrète de recherche en reconnaissance pour préparer le terrain à d'éventuelles interventions armées. Bref, après un voyage ultraluxique* de cinq semaines, le vaisseau intergalactique de la Fédération Scientifique Universelle Terrienne (FSUT), surnommé "La Mouche de l'apocalypse" étant donné qu’il s'apparentait à un insecte aux proportions titanesques, se posa enfin en plein désert. Son métal glacé, imposant semblait effrayer le sol tant les propulseurs de ce du vaisseau projetaient le sable de la plaine à des centaines de mètres de celui-ci. Même à travers les baies vitrées isolantes les plus en hauteur par rapport à la base, l'horizon y était imperceptible. il fallut attendre une dizaine de minutes pour que ne cesse définitivement le vacarme assourdissant et aveuglant de la bête métallique. La tempête se dissipa tranquillement, découvrant ainsi la beauté chaleureuse du désert d'Organus. Un silence indescriptible envahit les lieux. Les éléments semblèrent suspendus dans les airs. C'est alors qu'un bourdonnement se fit entendre et s'amplifia laissant échapper des bruits de dépressurisations tandis que, de part et d'autre du vaisseaux, en un bâillement démesuré, s'ouvrirent les portes principales, immenses et froides, en dehors desquelles s'élança une nuée de véhicules flottants en tout genre, destinés à construire le quartier général de l'équipe de recherche autour du vaisseau qui en constituerait ainsi le bâtiment central. Ils se ruèrent vers les emplacements qui leur étaient attribués, s'y installèrent, déployèrent leurs immenses carapaces cendrées afin d'y installer les fondations et de libérer, de leur corps métalliques, les nombreux outils, matériaux, engins nécessaires à l'installation du complexe. Ce dernier s'érigeât au milieu d'un fourmillement infatigable d'instruments mécaniques, de robots bâtisseurs. En une dizaine de minutes, l'ouvrage fut achevé. De haut, il ressemblait à un trèfle géant dont les trois bâtiments principaux y figuraient des pétales gris clairs tandis que "La Mouche de l'apocalypse" ne semblait plus qu'un pauvre insecte gisant au centre de la fleur. A travers tous les compartiments du vaisseau, raisonna une voix androgyne : "l'installation du quartier général d'expérimentation est maintenant achevée. Une équipe de post-maintenance est priée d'inspecter les lieux afin de prévenir d'éventuelles anomalies." Le sas de sortie du personnel nano-technique, situé à l'arrière du vaisseau, s'ouvrait sur un long couloir obscur accédant à la salle des "relais d'alimentation" de l'ensemble "Bloc-sud" du centre de recherche. Le ronronnement paisible des générateurs secondaires emplissait le bâtiment. De la tête conique de ces relais, s'échappait de touts côtés une multitude de fibres traversant les murs de chaque pièces du "Bloc" pour les alimenter en énergie fusionnelle. Une lumière blanche circulait dans ces monceaux de fils comme s'ils étaient traversées par un souffle d'âmes artificielles. De ce lieu, trois sas permettaient d'accéder dans chaque bâtiments du Bloc-sud. Le sas de gauche menait au laboratoire géo-scientifique destiné à l'étude des phénomènes et des société organiennes. Une fine bulle translucide, d'une souplesse et d'une résistance inégalée jusque là, protégeait l'équipage de l'environnement extérieur tout en y laissant pénétrer la lumière, permettant ainsi une transmission des données d'Organus par la capture du mouvement de l'énergie astrale. du vaisseau serait projeté des centaines de minis satellites qui réfléchiraient chaque donnée en direction des laboratoires géo-scientifiques. Les informations ainsi recueillies permettraient de réaliser un scanner global de la planète. Le sas de front ouvrait sur le local d'archivage et d'études archéologiques afin de mettre en rapport les documents et témoignages datant de la précédente expédition sur Organus. Enfin, le sas de droite donnait sur le laboratoire technologique d'ou l'on exploiterait les richesses que recèle la planète au profit de l'amélioration de la condition de survie humaine et planétaire. Du Bloc-Sud, il était possible d'accéder, par un couloir circulaire, aux Blocs-Nord/Ouest et Nord/Est. La structure et l'organisation de ces derniers étaient similaires à celle du Bloc-sud, cependant, leur champs d'études différaient. Le rayon d'investigation du Bloc-sud concernait l'analyse des civilisations étrangères. Celui du Bloc-Nord/Ouest devait effectuer des recherches au profit du développement de la race humaine, tandis que la partie Nord/Est s'attardait sur l'étude de l'environnement organien. De l'ensemble du complexe de recherche, le vaisseau de la fédération en constituait le noyaux. C'est là que les résultats des études étaient mis en commun et discutés entre les délégations de chaque équipe de recherche pour réfléchir sur des problématiques plus générales comme la question des relations entre humains et organiens et pour prévoir toutes sortes de mesures à prendre afin d'assurer la survie de l'espèce humaine en milieu étranger. Les conclusions émises lors des réunions de la délégation se transmettaient de la cellule de communication située à l'étage supérieur. les données holographiques étaient enregistrées dans une boite d'envoi télé-portative, puis transmise jusqu'a destination par des relais spatiaux. Enfin, comme l'un des principes de la nouvelle humanité, outre le fait, pour chacune de ses entités, d'exercer des travaux qui les passionnaient, était de profiter avant tout de la vie, une grande partie du vaisseau comportait des salles de détentes, d'expressions artistiques, de sport et de jeux. Les chambres du personnel se trouvaient toutes en bordure du vaisseau pour pouvoir profiter d'une vue sur l'extérieur. Au dessus et en dessous de l'étage central se trouvaient, de part et d'autre du vaisseau, d'immenses couloirs panoramiques, qui étaient éclairé à travers une baie vitrée s'étendant sur plusieurs centaines de grades. Les plus rêveurs s'installaient souvent sur des bulles d'assises pour contempler, des heures durant, d'incroyables panoramas. Au milieu du couloir inférieur droit, dont les murs et le sol accueillaient l'éclat orangé du ciel et l'ombre projeté d'une aile du vaisseau, les deux mains appuyées contre la vitre, le visage en sueur et les yeux rivés sur l'horizon, Verf Zand éprouvait ses vertiges. Ses jambes s'évanouissaient par moments, mais il se ressaisissait aussitôt, s'efforçant ainsi de vaincre son mal. "Et bien, ce n'est qu'un désert, ça va pas te bouffer non ?" se murmura t'il en esquissant un sourire du coin des lèvres. ça n'était pas la première fois qu'il découvrait une planète étrangère et pourtant, ses frissons le poursuivaient à chacune de ses excursions. Derrière l'horizon se cachait l'objet de toutes ses angoisses. Verf s'était juré que tant qu'il y aurait un horizon quelque part, il continuerait à se tenir sur ses jambes pour découvrir ce que l'univers s'obstine à lui dissimuler. ses paupières se fermèrent et ses sourcils se froncèrent d'un coup. Ses lèvres se muèrent péniblement: "Quoiqu'il arrive, j'en sortirais grandi".

  2. #2
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    22

    Re : Organus

    Je crée un autre poste pour les chapitre suivants

    Chapitre 2 : Sources instables

    La porte principale du hangar s'ouvrit à l'avant du vaisseau. Une vingtaines de chenilles en lévitation sortirent à toute allure et suivirent une trajectoire identique. De longs bolides noirs, semblables à des amas rocailleux, se déplaçant au moyen de réacteurs mobiles. Le représentant de l'équipe de fouille archéologique, Srtesh Impulf conduisait à l'avant du groupe. En sa compagnie se tenait l'homme qui était sortit de l'objet organique. Il répondait au nom d'Anguin Bruth. Sa mâchoire proéminente alourdissait sa tête. Ses yeux fixaient les irrégularités de ses mains calleuses. Stresh, concentré à guider, du regard, le véhicule vers son objectif, ne lui adressait pas un mot. Il devait être trop concentré. Ses membres se crispaient sans cesse et ses mains s'agrippaient aux bras de son siège. Le sombre visage d'Anguin se tourna lentement vers Stresh puis ses petits yeux observèrent le visage tendu de ce dernier pendant plusieurs minutes. "Ami, vous voulez me dire quelque chose ?" demanda sèchement Stresh. Anguin ne réagit pas. Il s'appesantissait sur le visage de monsieur le représentant. Il étudiait son corps, ses rides, le rythme de sa respiration. Stresh rehaussa son cou tandis qu'Anguin humectait ses lèvres démesurées : "Et toi ?". Il n'y eut pas de réponse mais plutôt une certitude. une discrète expiration s'échappa des narines du représentant de l'équipe archéologique. Ses paupières se fermèrent pendant quelque secondes. sa main droite prit le relais pour la conduite du véhicule. Sur la vitre avant de la chenille apparaissaient des données holographiques qui pouvaient être manipulés manuellement ou par la vue, ce qui offrait au pilote plus de confort et lui permettait de reposer l'un de ses membres tandis que l'autre travaillait. Ceux de Stresh se relayaient toutes les minutes. Il avala sa salive puis jeta un bref coup d'œil à l'étrange passager :
    - Ami, nous arriverons sur les lieux dans deux minutes.
    - Tu veux faire une pose ?
    - Non, pourquoi ça ?
    Anguin adressa au pilote un large sourire, puis reposa son regard sur ses grosses mains. Son oreille droite se concentra alors sur la respiration tremblotante de Stresh. Un frisson parcouru son corps des pieds jusqu'a la poitrine. Un petit rire grave s'échappa de sa bouche. La gorge de Stresh se serrât brusquement. Il étouffa un instant les pulsions qui lui vinrent à l'esprit, puis reprit une grande bouffée d'air. Ceux qui le connaissait, tant pour avoir travaillé à ses côté que pour l'avoir vu ne serait-ce qu'une seule fois dans leur vie, disaient ou pensaient de lui qu'il était une bombe à retardement comme il était constamment tourmenté entre sa tendance à l'autocensure et la pression de son entourage. Il faisait son possible pour ne pas exhiber son malaise aux autres, mais sa rigidité naturelle le trahissait et sa fureur finissait toujours par se déchaîner sur l'un de ses oppresseurs. Alors, ne se maîtrisant plus, les conséquences pouvaient en être fatales pour ses victimes, qui ne réalisaient pas forcément la charge de pressions qu'elles étaient capable de lui infliger au quotidien. Néanmoins, ça ne faisait pas de lui, pour autant, un être dangereux. Il était réputé pour être un cœur généreux et altruiste. On pouvait lui faire confiance quand il s'agissait de mener à terme et sans encombres, une mission risquée. Ses proches l'avaient cependant mis en garde contre l'habitude que prenaient certaines personnes, alors au gouvernement, à lui confier, exclusivement, des tâches hasardeuses auxquelles personne n'avaient particulièrement envie d'effectuer, mais Stresh ne voulait rien entendre tant il se plaisait de la reconnaissance qu'on lui vouait. En tant que représentant de l'équipe de fouille archéologique, il avait pour mission principale d'écrire un rapport sur les recherches exécutées sur le terrain afin que le conseil de l'Alliance humaine puisse définitivement juger s'il serait opportun de s'y attarder. Il avait évidemment conscience de ne pas être seul dans cette opération. Trois équipes mobiles s'étaient constituées, en fonction de chaque domaine de recherche, pour s'aventurer en terrain inconnu et y rapporter des ressources matérielles à étudier. Si le scanner de la planète permettait de réaliser une représentation globale de celle-ci et d'en relever certaines caractéristiques, cela n'empêchait pas la plupart des volontaires de s'imaginer qu'ils pourraient faire face à toutes sortes de phénomènes inexplicables qui seraient susceptibles de mettre leur vie en péril. Aussi, il avait été convenu à l'avance que chacun des membres d'une équipe devait à tous prix veiller à la survie de ses coéquipiers. Si l'un d'entre eux commettait une maladresse, toute l'équipe devrait se mobiliser pour résoudre le problème en s'interdisant le plus possible de l'accabler de reproches. Si cette discipline n'était pas respectée, les conséquences pourraient en être funeste. Malheureusement, Stresh sentait qu'il ne pourrait contenir sa rage indéfiniment en présence d'Anguin. « Vous êtes arrivé à destination » souffla la voix androgyne du véhicule qui ralentit aussitôt puis s‘arrêta en plein désert. Stresh mis le moteur en veille. Son regard se perdit quelques seconde dans le vide, puis il se tourna vers Anguin. « Vous reconnaissez cet endroit ? » demanda sèchement Stresh. Il lui sembla soudain qu’il s’était endormis tant son corps était inexpressif. Stresh ne le lâcha pas du regard. Il lui fallait une réponse claire à mettre sur son compte rendu. Il insista :
    - Ami Bruth.
    - Oui, quoi ?
    - Reconnaissez-vous cet endroit ?
    - Je devrais ?
    Les yeux d’Anguin regardaient bêtement vers l’horizon. Le représentant Impulf fixait toujours son interlocuteur. Il reprit sa respiration et lui reposa, plus clairement, sa question : « Concentrez vous, ami. Ce n’est pas une question anodine. Si vous ne me répondez pas, je serai obliger de clore cette mission qui vous tient tant à cœur. ». Bruth baissa la tête et eu un petit rire impuissant. « Elle nous surprend toujours », marmonna Anguin. Il y avait une tendresse nostalgique dans sa voix. Stresh ne comprit pas ou celui-ci voulait en venir. Il opina machinalement du chef. Puis appuya sur la commande d’ouverture automatique verticale des portières du véhicules. Il en sortit aussitôt et s’éloigna du groupe de chenilles qui s’étaient arrêtés en ligne. Les autres membres de l’équipe sortirent alors de leur véhicule respectif et se mirent à déblayer le terrain. Un des coéquipiers s’approcha de stresh et l’interpela :
    - Représentant impulf ! Vous ne venez pas déblayer avec nous ? Vous avez l’air préoccupé.
    - Fais descendre l’ami Impulf. Je veux qu’il s’explique clairement avec nous.
    - Il n’a toujours rien dit ?
    - Je pense qu’il se fout de nous. Amènes le.
    - Calmez vous ami. Anguin revient de loin. Il se peut que sa mémoire soit encore assez confuse. Bon, j’y vais.
    Un air pesant et chaud emplit les poumons de Stresh. Il n’écouta plus que le son de sa lente respiration. Bruth ne pouvait pas être fou. Ce qu’il avait raconté aux historiens du comité de l’alliance humaine ne manquait pas de cohérence. Il affirmait qu’on l’avait enrôlé de force dans une équipe de légionnaires, composée de criminels et de clandestins prêts à sacrifier leur vie pour se racheter, puis envoyé en mission sur Organus pour n’en jamais revenir. Il s’est avéré que son nom figurait dans la liste des bannis de l’an 2239. Cet exil l’avait sans aucun doute coupé de l’humanité, malgré l‘effort qu‘il avait employé à rester en contact avec sa civilisation. Toute son histoire se trouvait dans son journal holographique qu’il avait lui-même conçu, personnalisé et protégé afin qu‘il soit le seul à pouvoir être autorisé à le consulter. L’entêtement qu’il témoignait en nous interdisant l’accès à son journal en avait découragé plus d’un. Il craignait que l’on ne prenne pas au sérieux ses écrits et que l’on finisse par négliger sa requête. Personne n’avait non plus songé à le lui ravir afin d’en étudier le système en son absence, tant on lui reconnaissait le droit de tout ami de l’alliance humaine à ne pas rendre public son histoire personnelle. Stresh n’avait aucunement l’intention de délaisser Anguin Bruth. Il n’avait, de toute façon ni les moyens ni le temps de se le permettre. En entendant des bruits de pas s’approcher de lui, il se retourna d’un coup. « Le voilà, représentant Impulf » dit le coéquipier, la tête courbée. Stresh jeta un coup d’œil à ce dernier, puis regarda Anguin en fronçant les sourcils. « Dis aux autres de suspendre le déblayage et de nous rejoindre. » Ordonna-t-il au coéquipier sans hausser le ton et sans quitter des yeux l’ami Bruth. « D’accord » marmonna le coéquipier qui s’en retourna sans trop savoir ou mettre ses pieds. Bruth offrit un regard vide au représentant Impulf dont la respiration devint plus bruyante en sa présence.
    - Je ne suis pas là pour m’amuser, ami Bruth.
    - Tant mieux.
    - Qu’avez-vous dit au coéquipier Vacillion que j’ai envoyé vous chercher ?
    - Rien. Vous savez bien que les gens ont naturellement peur de moi, hein ?
    Stresh fit tout son possible pour maitriser ses tressaillements. Il avala ce qu’il lui restait de salive, puis reprit tranquillement sa respiration. Quand les coéquipiers eurent rejoints Stresh, ce dernier s’éloigna de Bruth et se tourna vers son nouvel auditoire :
    « Amis, je vous annonce que nous ne travaillerons plus tant que notre ami Anguin Bruth ne nous donnera pas d’informations précises de son passé sur Organus. » Tous restèrent cois. Les visages se tournèrent vers le corps rocheux de Bruth. Seul, devant une foule attentive au moindre signe de sa part, Anguin resta de pierre ce qui ne l’empêcha pas de prendre la parole :
    « Impressionnant, y en a pas un qui bouge. Laissez tomber, je suis imbattable à ce petit jeu. ». Stresh réagit aussitôt :
    - Nous attendons, ami Bruth. Nous ne pourrons rien exécuter sans votre participation.
    - Alors n’exécutez rien.
    - Je constate que cette mission n’a finalement plus autant d’importance pour vous comme vous le prétendiez trois mois auparavant.
    - Elle en a toujours autant pour moi, mais pas pour vous.
    - Je ferais mon possible pour ne pas répéter aux autres équipes de recherche, ce que vous venez de prétendre. Passons. Je vous demande juste de vous montrer un peu coopératif afin de faire avancer notre travail.
    - Allez à l’essentiel.
    Alors qu’il entrouvrait la bouche afin de lui répondre franchement, Stresh eut un moment d’apnée. Le vent chaud d’Organus pénétrât dans son gosier sec. Il pris une longue inspiration.
    - Passez moi votre journal.
    - Non
    - Ne faîtes pas l’idiot ! Personne ne pourra rien pour vous si vous passez votre temps à ne rien dire. De toute façon nous n’avons plus d’autre choix que de vous faire confiance.
    - Si, Vous pouvez encore choisir de retourner sur terre et d’oublier ma présence.
    - Je préfèrerais ne pas avoir fait tout ce voyage pour rien.
    - Si c’est juste une question de préférence alors rentrez chez vous. Personne ne vous a obligé à poser les pieds sur cette planète. Moi, on ne m’a pas donné le choix.
    Stresh baissa les yeux. Il devait se rendre à l’évidence qu’il n’était pas à la hauteur des exigences que lui imposait l’ami Bruth. Après un court silence durant lequel, Stresh hésitât à poursuivre la discussion, il ordonna à l’équipe de rentrer à la base pour annoncer sa décision de suspendre les recherches de son côté. Ça ne serait, officiellement, qu’un arrêt provisoire, mais il fût convaincu qu’il n’irait pas plus avant.

  3. #3
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    22

    Re : Organus

    Chapitre 3 : Bilan d’un échec

    Les deux mains posées à plats sur la surface glacée d’une des extrémités de l’immense bureau ovale, les bras tendus, la nuque courbée, le visage absent et la mâchoire contracté. Telle fut la réaction Recum Implacid à l’annonce de la démobilisation de l’équipe de fouille géo-scientifique de Stresh. Ce dernier se tenait debout, droit comme un poteau, faisant face à l’oreille droite de Recum dont le lobe flasque et pendouillant l’insupportait. Il tenait dans sa main droite le maigre compte rendu de sa mission. Rien ne laissait transparaitre, dans sa posture, les signes d’une quelconque humiliation. Son visage était ferme, ses lèvres étaient détendues. Du regard, il s’amusait secrètement à déchiqueter le lobe de l’oreille droite du directeur Implacid. Il déposa fièrement son compte rendu entre les deux mains de Recum et retourna s’asseoir à l’autre bout du bureau ovale de la salle de réunion du vaisseau de la FSUT. Un long et pesant silence emplit les lieux. Recum se releva lentement. Il passa ses main dans ses cheveux hérissés puis tira sa tête vers l’arrière. Une bruyante expiration s’échappa de ses narines et du fond de sa gorge. Enfin, il s’assit sur son siège et croisa des bras. Il posa son regard, successivement sur chacun des trois représentants des équipes de recherches, puis acheva sa petite inspection sur la touffe décoiffée de Stresh qu’il considérait comme un trait infantile de son caractère. Il décrocha un sourire en coin, puis leva les yeux tout en prenant une profonde inspiration :
    - Amis, je n’ai aucunement l’intention de blâmer qui que ce soit dans cette histoire. Le représentant Stresh Impulf est estimé de tous les membres de l’alliance humaine. Il n’est pas une décision qu’il ne prenne sans en connaitre les conséquences. Nous avons tous échoué, dans cette mission, en prétendant pouvoir accomplir la requête de l’ami Bruth. Ne nous acharnons pas non plus sur cet homme qui a certainement ses raisons de ne pas vouloir collaborer avec nous. Quoiqu’il en soit, les résultats sont clairs, aussi pauvres soient-ils. Les souvenirs de Bruth ne coïncident pas avec l’état actuel des choses. Il semble délirer par moments en nous décrivant Organus comme un monstre en perpétuelle métamorphose. Je veux bien croire qu’il y ait du vrai dans sa description, mais les scans n’ont rien signalé qui pourrait amener une piste de réflexion sur les changements élémentaires de cette planète. Malgré tout, les recherches devrons continuer afin de pouvoir, au moins, rendre un compte rendu des ressources et de la présence possible d’organismes vivants de cette planète. Je ne voudrais pas que notre voyage ne s’avère être qu’une entreprise inutile et vaine à l’humanité. Ce n’est que mon avis et vous savez, comme moi, que les amis engagés dans cette expédition, peuvent user de leur droit à s’opposer à la poursuite des recherches s’ils le jugent nécessaire. Je vous laisse la parole. Qu’en dîtes vous ?
    - j’en dis que je suis d’accord pour continuer les recherches mais à condition que môsieur le représentant des fouilles archéologique, l’illustrissime machin chose impulf, cesse de faire la gueule et se rende utile malgré le légendaire mutisme de Bruth. Ça sera tout pour moi.
    L’intervention d’Anna Gorik Plongea la salle dans un silence ponctué de petits raclements de gorges. Stresh décrocha un large sourire et s’émerveilla de cette réaction qu’il lui parut tout à fait justifié : « Tu as raison Anna, je me sens con tout à coup » dit-il en gloussant timidement. Le visage d’Anna baignait dans l’éclat blanc que projetaient les spots de la salle de réunion. Le représentant impulf contempla ce portrait terrifiant qui, pourtant, l’amusa beaucoup sur le moment. « D’habitude, tu piques ta crise au bout de plusieurs mois, mais là j’avouerais que t’as fais fort. Il est si déprimant que ça le monsieur Bruth ? » lui demanda Anna d’une voix chantante. Stresh ne sut que répondre et resta figé, face au visage insolent de la représentante de l’équipe technologique. Une étrange vibration traversa son ventre et sembla libérer ses poumons d’une étreinte. Anna esquissa un léger sourire « Eh bien mon doudou, j’te fais de l’effet ? ». Recum entama un bruyant raclement de gorge, puis se tourna vers le représentant de l’équipe de recherche géo-scientifique : « Ami Blouf, Voulez vous ajouter quelque chose ? ». Tous les regard se tournèrent vers Gabel Blouf, surnommé « Le mariole savant » en raison de son corps trapu, de la vivacité de ses gestes et de son débit oral extrêmement rapide. Il prit une intense et courte respiration, puis, d’une voix, haut perchée, il déroula sa langue et s’élança dans un discours ininterrompu : « Mes très chers et estimés amis, il est vrai que je me suis fais plutôt discret jusqu’à présent et l‘on aurait pu penser que je me tournais les pouces pendant que vous vous crêpiez allègrement le chignon, mais ne vous fiez pas aux apparences, car vous savez comme moi ô combien elles nous sont bien trop souvent trompeuses quand on s’obstine à ne pas y voir au-delà, enfin coupons cours à cette réflexion, inutile, je l’avoue, de ma part et concentrons nous plutôt sur notre objectif principal qui, rappelons-le, consiste, dans l’absolu, à déterminer si, oui ou non, l’humanité serait apte à s’installer de manière permanente sur Organus et d’y développer une colonie capable d’exploiter des ressources, inconnues jusqu’ici, vous en convenez, alors que l’on me dise, je vous prie, en quoi le refus de l’ami Bruth de collaborer à la mission nous empêcherait de parvenir à nos fins, même si, reconnaissons le, notre objectif ne s’accorde pas avec la requête « héroïque », pardonné mon ironie, de ce pauvre homme, si je puis dire, et, pour conclure, je tiens à préciser que je suis encore et toujours partant pour continuer les recherches malgré ce regrettable incident qui, soyons franc mes amis, ne constitue en rien un obstacle décisif à notre expédition, ce sera tout pour moi. ». L’amie Gorik qui, durant le discours effréné du représentant Blouf, n’avait pas abandonné des yeux l’horloge holographique gisant au centre du bureau ovale, fît une moue agrémentée de plusieurs hochements secs :
    - Une minute tout rond. Bien joué Gabel… t’as battu ton record.
    - Hé hé, je vous avais bien dis que, contre toute attente, je finirais par y arriver un jour ou l‘autre, à force de pratique et de bonne volonté, cependant j‘espère que cela ne vous aura pas empêché de me comprendre le fond de ma pensée.
    Les regards se tournèrent alors vers le directeur Implacid qui baissa aussitôt les yeux. Reposant alors ses mains à plat, sur le bureau, il prit une bouffé d’air avant de rester quelques secondes en apnée avant d’expirer toute sa confusion par les orifices de ses narines. Il entrouvrit timidement la bouche, puis il prit un ton grave : « Je remarque que notre ami Blouf a su mettre honnêtement en lumière l’aspect pragmatique de notre mission et je regrette évidemment de n‘avoir pas osé vous en parler explicitement. Toutefois, même si l’on considère notre expédition sous cet angle, je vous assure que le mutisme de l’ami Bruth m’affecte tout autant que si notre présence eut été la cause d’une plus noble ambition. Je suis sûr que sa collaboration nous apporterait une mine informations sur l’histoire et les secrets d’Organus. Croyez moi, je voudrais croire que sa requête soit importante mais convenez que nous ne pouvons pas prendre de nous fier à lui sans avoir la certitude que ses propos soient fondés. C’est pourquoi, par précaution, nous devons profiter de notre présence sur cette planète pour en exploiter ses richesses. ». Stresh ne laissa pas le temps à Recum de se réjouir de sa réponse :
    - Non, vous m’avez trainé jusqu’ici pour jouer les faux-culs devant l’ami Bruth et pour faire diversion pendant que les autres travailleraient pour votre gueule. Je ne veux pas savoir si vous le pensez réellement ou non, j’ai juste l’impression qu’on me prend pour un con depuis le début. Je me trompe ?
    - Je m’excuse encore de vous avoir caché les intentions de l’Alliance Humaine mais cela me paraissais nécessaire mais je ne néglige pas pour autant l’intérêt de votre présence, ami Impulf. Je vous jure que si nous parvenons à trouver des preuves accréditant les propos de Bruth, je m’engagerais à accomplir sa requête.
    - J’espère que vous tiendrez votre promesse.
    - N’ayez aucune crainte à ce sujet. Eh bien, il est temps de clore cette petite réunion bilan de la journée. Nous somme tous éreintés par cette première étape de travail. Allons nous détendre avec les autres amis.
    Anna et Gabel se levèrent aussitôt et sortirent promptement de la salle pour aller respirer ailleurs. Recum accorda à Stresh, un léger hochement de tête et sorti à son tour. Le représentant Impulf resta quelques secondes à contempler la salle vide, puis se leva lentement et rejoignit les autres. Avant de partir, il jeta un bref coup d’œil à l’interrupteur optique qui éteignit aussitôt la lumière. Une fois la porte coulissante refermé, l’obscurité domina la salle. Aucun sons ne passaient le pas de la porte. Un silence infini occupait les lieux. Cependant, d’étranges secousses se manifestaient de temps à autres, émettant un tremblement sourd.

  4. #4
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    22

    Re : Organus

    Chapitre 4 : Phénomènes

    L’étage supérieur du vaisseau de la FSUT, consacré aux divertissements du personnel, se divisait en trois parties. À l’avant se trouvait une salle de cinéma holographique. On y projetait sur des particules en suspension, des films récents ou bien des réalisations de certains membre de l’équipage. Les voyages interplanétaires se révélaient toujours éprouvants pour l’ensemble de l’équipage qu’ils se voyaient dans la nécessité de matérialiser leurs fantasmes, leurs manques ou leurs angoisses par l’expression artistique et de les faire ainsi partager avec l‘ensemble de l‘équipage. Aussi, avait-on trouvé juste de permettre, à ceux qui le désiraient, de disposer d’ateliers à proximité de leur chambre, située à l’étage central du vaisseau, ainsi que d’une salle d’exposition, dans le hall d’entrée de la salle de cinéma. De ces ateliers, il était possible de se rendre en salle de sport. Cette salle disposait d’un terrain de basket de football, de handball et de volleyball ainsi qu’un mur d’escalade, une piscine et un espace de gymnastique. Enfin, à l’arrière se trouvait la salle des bains suspendus. C’était un lieu de détente dans lequel se trouvait des bulles transparentes suspendues au plafond et remplies d’une eau soumise à un champ gravitationnel. La hauteur des bulles se réglait en fonction des préférences de chacun. Il y avait aussi un bassin collectif bullant. Un plafond translucide surplombait les trois salles de l’étage supérieur et offrait une vue du cosmos organien. Au centre de cette dernière salle, s’élevât une bulle qui n’échappa aux regards d’aucun amis. Au sein de celle-ci s’élança un long corps élastique et fin. Vallie Flouan improvisait quotidiennement un numéro de danse aquatique devant un public admiratif et jaloux de ses innombrables qualités. Un maillot bleu foncé d’une seule pièce cachait uniquement ses parties intimes. Sa silhouette virevoltât, puis amplifiât peu à peu son tournoiement jusqu’à engendrer, ce qu’elle s’amusait à nommer, un tourbillon infernal. Ses jambes bâtèrent la mesure et ses long bras fendirent le corps aqueux qui l’emprisonnait. Une lutte sans merci s’engageât entre l’héroïne souple et le monstre ankylosant. Le visage collé contre la surface de la bulle, Verf Zand restât immobile, happé par la beauté de sa performance. Son corps frêle et instable se laissait bercer par le mouvement incertain de l’eau dans laquelle il aimait plonger ses membres et ses vertiges. Sa tête sombra sous la surface du liquide. Ses yeux luisaient imperturbablement et sa mâchoire pendouillait, comme si elle eut été déconnectée du reste de son visage. Il resta, ainsi béat jusqu’à ce qu’il bût la tasse pour enfin revenir à la raison puis atteindre une des surfaces du globe aqueux en gravitation. Il atterrît en bas de la bulle et s’étalât contre la membrane souple de la bulle. Son dos se courba ainsi que sa nuque. Il toussa frénétiquement. Son petit ventre s’affola, ses membres se crispèrent. Des sourires complices s’échangèrent de bulle en bulle « encore une victime des charmes de Vallie ». Malgré cet incident, l’héroïne des eaux poursuivait son combat acharné. On voyait en elle une âme solitaire livrée à son unique passion, ne manifestant sincèrement son amour pour le genre humain que dans ces instants ou elle s’oubliait dans la danse et libérait toute sa rage contre cette insensible masse aqueuse. En dehors des limites de la salle des bains, son visage se décomposait, son dos se voutait, ses pieds trainaient et butaient contre tout ce qui gisait sur son passage. Elle semblait rentrer sous terre pour y plonger sa peine. Une peine que personne n’osait sonder tant elle se bornait à ignorer son entourage. Elle passait des heures dans sa chambre à parler à ses fantômes. Alors, forcément, de la voir resplendir et se livrer pleinement aux autres ne pouvait que produire un étonnement infini sur son public. Sans doute, devait-elle se plaire à surprendre ses spectateurs en cultivant une double personnalité. Vallie dansa fiévreusement pendant plus d’une heure. Allongé sur le ventre, le menton posé sur ses bras croisés, Verf continua de rêvasser devant les perfection de son amante secrète, du moins la considérait-il ainsi. À la fin du spectacle, elle se laissa engloutir et retomba contre la surface molle de la bulle. Cette dernière redescendit alors pour éclater, quelques millimètres au dessus du bain bullant. Son corps chut dans le bassin et ne remonta qu’au bout de quelques minutes. Un phénomène vivant. On l’appelait également « la reine des eaux ». D’un bond, elle se projeta de la surface du bassin commun pour atterrir en toute légèreté sur le sol blanc carrelé de la salle des bains. D’un pas nonchalant, elle rejoint la sortie. Cependant, plus elle s’en approchait, plus son corps rentrait dans le moule de sa tristesse quotidienne. Ce n’était plus qu’une créature sombre et craintive se coupant du regard des autres. Tandis que les autres nageurs et baigneurs continuèrent insensiblement leur activités, Verf ne quitta plus la sortie des yeux. Son absence le captivait d’autant plus qu’il tenta vainement, en pensée, de la faire revenir sur ses pas. Le haut de son dos se gonfla, ses paupières se fermèrent. Un profond soupir s’échappa de ses narines. Il fût frappé par l’évidence de sa situation : « Elle n’est pas pour moi… elle n’est pour personne. ‘t’emmerde pas avec ça… c’est juste un fantasme, un rêve. ». La solitude s’emparât de lui. Il se retourna vivement vers l’immense baie vitrée de la salle et se plût à contempler le désert organien. Un Leger sourire se dessina sur son visage : « Loin des autres, loin de tout. Si seulement j’avais le crans de partir seul dans le désert, quitte à en mourir d‘ennui ou de faim. Seul, sans personne pour me ramener à la réalité. ». Son ventre fit une secousse et sa gorge émit un petit ricanement nasillard : « tsss ! Tu rêves ! Tu te fais du mal. Si tu voulais vraiment partir, tu l’aurais fais pauvre con. Seulement voilà, t’est trop lâche pour ça. ». Il cogna alors la paume de sa main droite contre le côté droit de son front, puis fit de même avec la main gauche sur le côté gauche de son front et effectua, de nouveau, les mêmes geste jusqu’à ce qu’il eut chassé ses mauvaises pensées. Mais en vain, il n’était jamais parvenu à vaincre son mal existentiel et ce n’était pas un coup de plus ou de moins qui changerait les choses. Il se recroquevilla et rentra sa tête entre ses genoux pour prendre une position fœtal. Ainsi, il sentait que le monde ne l’atteignait plus, que la vie pouvait passer son chemin tandis qu’il s’entretenait tranquillement avec lui-même. Quelque seconde après, alors qu’il sombrait lentement dans une profonde dépression, un tremblement sourd fit frémir son corps. Un tremblement venu d’ailleurs. Il releva la tête, observa la bulle dans laquelle il flottait, mais rien d’anormal ne semblait se manifester. Les autres nageurs continuaient de nager imperturbablement. Une seconde secousse intervint et la membrane de sa bulle frétilla : « Je ne rêve pas… » murmura-t-il les yeux dans le vide. Il tourna son visage vers la baie vitrée. Il s’immobilisa, son corps se crispa, ses yeux s’écarquillèrent. Dehors une partie du désert se mût. Une étendue de sable s’échappa dans les airs tandis qu’en dessous, la terre d’organus se liquéfia instantanément. Un lac noir en ébullition émergea lentement de la surface orangée du désert. Les battements sourds et frénétique de son cœur et le souffle bruyant de sa respiration monopolisèrent ses sens. Le temps semblait s’être arrêté. Un sentiment d’oppression enferma son corps. Son âme resta quelque secondes en suspension quand tout à coup, la bulle, dans laquelle il flottait, explosa. À peine eut il le temps de reprendre ses esprits que son frêle corps s’engouffra dans l’eau du bassin. Ses bras et ses jambes s’agitèrent en tous sens, puis finirent par s’accorder pour d’adopter un mouvement de brasse verticale. Il remonta à la surface, puis inspira à plusieurs reprises croyant manquer d’air. Il rejoint à tout vitesse le rebord de la piscine, s’y agrippa et reprit son souffle. Les amis présents autour de lui, s’étaient arrêtés de nager pour porter leur attention sur sa pauvre personne. Verf n’y pris garde et sortit, comme il pût, de l’eau. Il se précipita alors vers la baie vitrée. Cependant, il ralentit sa course à mi-chemin. Son visage se décomposa, ses bras pendirent lâchement le long du corps et ses genoux churent sur le sol glissant, entrainant le reste de son corps. Tout le monde se précipita au près du jeune homme afin de le réanimer. Au bout de trois bonnes claques, ses paupières s’ouvrirent à nouveau. Des dizaines de têtes surplombaient sa vue. Il entendit des sons lointains, des chuchotements attentionnées, puis il vit des regards perplexes, des mains posés sur des jambes, des corps penchés. Il eut une sensation de gel dans son dos… de l’eau sur le sol… un sol dur et glissant… touts ces gens… toutes ces voix. On lui demanda ce qui lui était arrivé, et ce qui l’avait amené à se mettre dans un état pareil. Ses lèvres remuèrent péniblement : « Dehors… regardez… ». Chacun se regarda puis se tourna vers la baie vitrée. Deux personnes se détachèrent du groupe pour aller se coller à la vitre. Une fois devant celle-ci ils purent y contempler le fabuleux spectacle de la nature. L’un des deux posa sa main sur l’épaule de l’autre et lui dit « C’est vraiment magnifique ! C’est sûr… y a de quoi perdre la raison… ». L’autre esquissa un sourire en coin, émit un petit rire, puis lança un coup d’œil complice à son collègue et lui répondit : « boah, c’est rien que du sable à perte de vue… c’est tout… J’en mourrais pas sur place pour autant. » Le soleil d’Organus rejoignait sensiblement l’horizon. L’étendue désertique semblait alors se revêtir d’un immense manteau de pourpre soyeuse. Le ciel se déshabillait peu à peu. Bientôt, des milliards d’étoiles éclaireraient l’immense surface ensablé de la planète et cela pendant deux révolutions terrestre. Les yeux de Verf Zand scintillèrent, ses lèvre se détendirent. Il vit dans le ciel, comme un signe de bienveillance, une invitation à rejoindre le calme et la solitude des longues soirées organiennes.

  5. #5
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    22

    Re : Organus

    Chapitre 5 : conclusions alarmantes

    « Je regrette les courtes nuits terriennes. Ce qu’on se les gèle ici… ******, 48 heures de ma vie qui s’écoulent pour une connerie pareille ! Ils auraient pu choisir un autre moment ! » marmonna l’ami Grogeingnard, tête baissée. Muni d’une combinaison à capteurs, et d’un transmetteur de données holographiques, se déplaçant tel un manchot, il parcourait une zone sensible, que les drones avaient repérés quelques heures auparavant. Pour son malheur, « La grande tourmentée » n’avait pas de satellites pour y refléter la lumière émise par son astre. Les équipes de recherches devaient en conséquence déployer de lourds moyens pour rendre leur condition de travail acceptable. Disposés autour du chantier de recherche, des projecteurs balançaient une puissante et aveuglante lumière blanche. Cependant, l’atmosphère des nuits organiènnes couvrait toute la surface, de bulles extrêmement chargées d’une matière propice aux distorsions lumineuses, créant ainsi un véritable festival de couleurs. Grogeignard n’en était pas enchanté, pour autant. Par moment, il s’arrêtait et posait ses mains sur son visage. Il expirait un bon coup et secouait sa tête avant de se remettre au travail. Stresh, assis aux côtés de ses équipiers, lisait les données transmises sur son tableau holographique extensible : « pression de l’air variant de 30 à 1500 HP selon certaines zones de condensation… j’y crois pas… pression intra organiènne à 2050HP valeur constante… ». Murmurât-il en essuyant son front ruisselant. Il respirât profondément, se laissa bercer par son ronflement intérieur, puis s’agenouilla doucement auprès de ses compagnons en tâtant le sol de sa main droite. « ça va aller ? » demanda l’un d’entre eux. Stresh continua d’écouter sa respiration, les yeux dans le vide. Personne n’osa le sortir de sa torpeur. L’inconstance de l’air, ces bouillonnements souterrains et la menace imminente d’une explosion générale avait de quoi leur donner des sueurs froides. Le tableau holographique poursuivit son ballet frénétique tandis que Grogeignard semblait trainer une enclume à chacun de ses pas. Stresh ferma les yeux, passa ses mains sur sa nuque et dit d’une voix inhabituellement haute : « Ami Grogeignard ! Arrêtez la transmission ! Rentrez tous à la base ! Laissez moi… le temps… je dois réfléchir… ». Grogeignard ne bougea plus. Son dos vouté gisant sous la lumière des projecteurs, le reste de son corps, plongé dans l’obscurité, frappa le reste de l‘équipe. « reçu. » répondit-il froidement. Tout le monde démonta le matériel sans mot dire et le remporta en chenille jusqu’au vaisseau de la FSUT. Le bourdonnement des chenilles s’éloigna. Il ne restait plus que le bruit du vent ainsi que d’étranges palpitations émanant du sol. Stresh se coucha sur le ventre, posa doucement le creux de son oreille sur le sable, puis il ferma les yeux. Son cœur battant la chamade et le tambourinement sourd du sous-sol organien s’harmonisèrent et s’élancèrent dans un festival rythmique tribal. Son corps se mit à trembler, des gémissements graves s’évadèrent de sa bouche. « Non ! » Il prit appui sur ses deux mains et se projeta sur le côté et reprit ses esprits. Il respira profondément et posa sa main droite sur son torse. « Qu’Est-ce c‘ét… où je suis… ah oui… Faut que je me rel… oh et puis non. » marmonna-t-il, abasourdit. Il posa ses coudes en arrière et inclina sa tête vers le ciel étoilé, déformé par les bulles de matière condensées. (La suite est en cours d'écriture)

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251