Voilà un texte pas terminé sur lequel je travaille depuis 4 bonnes années... Et j'ai pas fini Alors je préviens, c'est sombre et malsain, si vous avez le courage de lire, soyez prévenus Et éventuellement me mp les fautes que vous trouvez, ça me fera ça en moins à faire (oui, j'suis un grand fainéant, pardon).



Chroniques d'un Berserker



Prologue

Ellidan était orphelin. Ses parents étaient morts alors qu'il était très jeune. C'était pendant la guerre des Royaumes, un jour où son père l'avait emmené à la chasse. Ils y avaient passé la journée, et avaient abattu un sanglier. Lorsqu'ils étaient revenus, à la tombée de la nuit, le village était en feu. Les villageois couraient en tous sens, criant et tombant sous les coups des soldats. Le père d'Ellidan lui avait dit de se cacher derrière la carcasse d'une charrue, et il était parti en direction de leur ferme, qu'il avait découverte en feu.
Affolé, il en fit le tour, et découvrit deux soldats en train de violer sa fille aînée, alors que gisaient les cadavres de sa femme, le chemisier déchiré, et de sa fille cadette, la gorge ouverte, à quelques pas. Fou de rage, il se jeta sur les soldats, qui ne le virent arriver que trop tard.
Il transperça le premier avec la lance qui lui avait permis, quelques heures auparavant, de tuer le sanglier. La pointe métallique s'enfonça à travers l'armure de cuir, mais ne voulut plus en ressortir. Le père poussa le soldat qu'il venait d'empaler jusqu'à un mur en ruine, puis se jeta sur le deuxième soudard, alors que le premier s'écroulait, se noyant dans son sang. Il l'envoya au sol d'un puissant coup de poing à la tempe, puis s'assit à califourchon sur son ventre, l'immobilisant, et commença à le frapper.
Quand il s'arrêta, le crâne de l'homme n'était plus qu'une bouillie sanglante. Il se releva, se dirigea vers le corps étendu de sa fille aînée, pour découvrir qu'un des soldats l'avait égorgée, elle aussi, avant de tomber sous les coups de son père. Désespéré, il ne vit pas le troisième soldat qui arrivait derrière lui. Après avoir jeté un vague coup d'œil au corps de ses anciens camarades, ce dernier dégaina sa dague, et égorgea l'homme.

Pendant ce temps, Ellidan, qui s'était caché dans un tonneau, entendait les hurlements affolés des victimes, sans parvenir à les identifier. Il ne comprenait pas ce qui se passait. Il sentait le danger, bien évidemment, mais il ne comprenait pas. Il ne comprenait pas pourquoi ces hommes en uniforme rouge s'attaquaient à son village, il ne voyait aucune raison à cela. Les habitants n'étaient pas très riches, et personne n'avait fait de mal à qui que ce soit. Ils avaient toujours vécus paisiblement, jusque là. Il était trop jeune pour comprendre ce qu'est la guerre. Il ne savait pas que le royaume de Garm avait déclaré la guerre à Kerne, auquel appartenait son village, il ne savait d'ailleurs pas qu'il existait d'autres endroits que son village, la forêt qui était à quelques lieues, et la rivière. Il attendit donc, à l'abri dans un tonneau renversé, que l'orage passe. Quand il n'entendit plus rien, il sortit de sa cachette, pour découvrir son village en cendres, les cadavres des membres de sa famille abandonnés au pied de ce qui était autrefois son foyer. Il n'y avait plus âme qui vive dans tout le village. Il s'assit donc à coté de la dépouille de son père, et pleura.

Ellidan fut recueillit par un marchand itinérant qui passait par là, quelques jours plus tard, alors qu'il était mourant de faim, de soif et de froid, toujours assis auprès des restes de son père. Le marchand, ne pouvant pas s'encombrer d'une bouche de plus à nourrir (en temps de guerre, les marchandises de base étaient précieuses, car tout était réquisitionné par l'armée), déposa l'enfant dans la première ville qu'ils traversèrent. Il l'inscrit à l'académie militaire, se disant qu'il serait nourri et logé, mais il ne se doutait pas qu'il venait de mettre Ellidan sur la voie de son sanglant destin.

Il le laissa donc là, un peu perdu, orphelin depuis peu de temps, enfant perturbé, traumatisé, au milieu de futurs chiens de guerre.

















































Première partie :

Chapitre un







Le jour de son arrivée, on fit visiter les lieux au jeune garçon. On lui montra le dortoir, où il était supposé déposer ses affaires personnelles, mais il n'en avait pas. On lui montra ensuite le réfectoire, où il prendrait désormais tous ses repas avec les autres étudiants, puis on lui expliqua que le bâtiment par lequel il avait pénétré dans l'enceinte de l'académie contenait l'infirmerie et l'accueil, où les visites avaient lieue, bien qu'il ne risquât malheureusement pas d'en recevoir... Et enfin, on lui montra l'endroit où il passerait le plus de temps pendant les onze prochaines années, la cour d'entraînement.
Des mannequins étaient dispersés un peu partout dans une grande cour entourée par les bâtiments, recouverte d'une terre poussiéreuse semblable à celle que l'on trouve sur les chemins blancs. Différents groupes de personnes semblaient joyeusement se taper dessus, sans trop d'ordre, avec différents types d'armes. Du moins est-ce l'impression qu'eût Ellidan, après y avoir jeté un vague coup d'œil désintéressé.

L'entraînement commença bientôt, bien tôt pour un enfant de cet âge. Il apprit d'abord à se servir d'un bâton, arme de base. Un des instructeurs, Tom, assez grand, les cheveux d'un brun assez clair, de taille moyenne et d'une vingtaine d'année, remit à Ellidan une des armes, qui paraissait énorme et bien trop grande dans les petites mains de l'enfant. Pourtant, il ne céda pas sous son poids. Tom apprit à Ellidan qu'il serait son instructeur dans cette matière, puisqu'il s'occupait des plus jeunes, et il le présenta à son groupe de travail, constitué d'enfants de 9 à 14 ans, dont il était le plus jeune, du haut de ses 6 printemps.

Les réactions furent diverses : la plupart des jeunes n'en eurent simplement aucune, ils se fichaient manifestement totalement du nouveau venu, mais certains des plus vieux commencèrent à se moquer de lui, les réflexions comme "Bouh ! Retourne chez ta mère, gamin!" commencèrent à fuser, et l'un d'entre eux lui fit même un croc-en-jambe alors que Tom regardait ailleurs. Puis l'instructeur demanda aux élèves de former des couples, et Ellidan se retrouva avec l'un des plus vieux du groupe, un sourire sadique sur les lèvres et une lueur de méchanceté dans les yeux. "Moi, c'est Karl, et je vais te faire souffrir" lui glissa-t-il à l'oreille.
"Aujourd'hui, nous allons travailler la défense, déclara Tom. Vous êtes deux par deux, l'un de vous jouera le rôle de l'attaquant, c'est à dire que, lentement, il va lancer une attaque, et le défenseur devra, lentement, parer. Vous irez ainsi de plus en plus vite, puis, au bout d'une quinzaine de coup, vous inverserez les rôles et recommencez du début. Compris? Alors c'est parti."

Karl pris le rôle de l'attaquant, et Ellidan commença à parer maladroitement ses coups. Tom défilait au milieu des couples. Tout se passa bien, jusqu'à ce qu'un autre instructeur ne l'appelle. Il désigna un des "vieux" du groupe pour prendre sa place quelques instants, et s'éloigna. Alors, les coups de Karl gagnèrent subitement en force et en vitesse. Ellidan reçu un méchant choc au tibia, réprima un gémissement de douleur, puis tenta vainement de parer un coup qu'il reçut à l'estomac, ce qui lui coupa le souffle. Karl laissa échapper un petit rire, puis lança un coup en direction du visage de l'enfant. A sa grande surprise, il vit son coup dévié et du esquiver une contre-attaque manifestement inattendue. Il vit dans le regard d'Ellidan une lueur de rage qui ne lui plut pas. Il recommença à taper, mais encore plus fort. Ellidan réussissait à parer tous ses coups, mais l'onde des chocs se répandait dans ses petits bras, et il avait du mal à cacher sa douleur. Il n'était pas question qu'il ne la montre à cette ordure qui y aurait pris un grand plaisir. Karl continua à taper bien après les quinze coups prévus, et le jeune homme assigné à la surveillance, bien qu'il eut tout de suite saisi la situation, ne bougea pas le petit doigt. Et la torture continua jusqu'au retour de Tom, qui déclara qu'il était temps de faire une pause. Ellidan avait les paumes rougies et les muscles raides. Il s'éloigna de son adversaire qui lui lança un regard mauvais.

L'entraînement continua avec une étude des centres nerveux du corps humain, puis un peu de technique, et enfin, tous purent disposer. Dès son premier jour, Ellidan s'était fait un ennemi, bien qu'il n'eut pas dit le moindre mot. En allant se coucher, le jeune garçon rencontra également de l'hostilité. Tous les élèves étaient plus vieux que lui et ils ne l'acceptaient pas. Il eut du mal à trouver le sommeil, en partie à cause de l'impression qu'il avait, comme si chaque élève attendait qu'il eut fermé les yeux pour le tabasser ; mais aussi parce qu'il avait peur des cauchemars qui le hantaient depuis la mort de ses parents, les mêmes cauchemars qui ressurgirent une fois qu'il se fut finalement endormi.

Les jours se succédèrent, tous identiques aux autres : entraînement, repas, sommeil. Ellidan n'avait pas d'amis, et il ne rencontrait que le mépris des autres. Du coup, il n'avait rien d'autre à faire que s'entraîner, et il rattrapa vite le niveau de ses semblables, bien que Karl continue à le martyriser. Ce dernier ne se rendait probablement pas compte qu'il aidait grandement Ellidan, dont le seul but était de mettre "une bonne raclée" à ce sale prétentieux.

Le jour de ses sept ans, Ellidan décida qu'il était temps de tester ses compétences pour de bon. Il avait acquis une grande technique et ses muscles s'étaient autant affermis que le pouvaient ceux d'un enfant aussi jeune. Il attendit donc la provocation matinale et quotidienne de Karl, et répondit de façon suffisamment agressive pour que ce dernier se sente obligé de riposter physiquement, son vocabulaire étant trop peu développé pour faire autrement.

Il pleuvait dru ce jour là. Karl envoya un puissant coup en direction du visage d'Ellidan, qui l'évita sans peine, puis riposta d'un coup dans l'estomac de son adversaire qui, emporté par son élan, s'enfonça le bâton profondément dans le ventre et toussa violemment en se dégageant. Cette attaque l'énerva, car il se sentit blessé dans son orgueil. Il laissa place à sa frustration, et lança une pluie de coup qu'Ellidan eut grand peine à esquiver, se terminant par une attaque particulièrement violente, qui envoya l'enfant dans la boue lorsqu'il la para. Lâchement, Karl le roua de coup de pieds et de bâton pendant qu'il était à terre, le forçant à se recroqueviller pour se protéger le ventre et la tête. Puis il commit une grave erreur.

"Alors, fils de ****, t'aime ça? C'est bien ça que tu voulais, hein ?! Te faire rouer de coup, comme ta chienne de mère quand tous les mecs de son village lui passait sur le corps ?"
Il réveilla par ces mots quelque chose en Ellidan, qui se releva, soudain indifférent aux coups de son adversaire. Il n'avait aucun droit de parler de sa mère, et il paierait chèrement ces insultes. Les yeux écarquillés par une rage frôlant la folie furieuse, il encaissa un coup porté à sa mâchoire, puis s'avança lentement vers Karl, l'attrapa par la gorge, et serra du mieux qu'il pu. Le grand jeune homme se débattit, mais il du se saisir du pouce et du majeur de son bourreau et les lui casser pour se libérer. Il recula, effrayé par le regard dément que lui lançait Ellidan qui, avec une froideur mortelle, envoya un coup de poing dans le plexus de son ancien adversaire, devenu sa victime, ce qui lui coupa le souffle. Puis l'enfant lui agrippa une touffe de cheveux derrière sa tête, serra, et lui décocha un violent coup de genou dans le nez, qui se brisa net. Il le repoussa finalement et Karl tomba sur le dos dans la boue. Ellidan se jeta sur lui et, à califourchon sur sa poitrine, le frappa encore et encore au visage. Il ne s'arrêta que lorsque Tom lui attrapa un bras et le lui tordit dans le dos. Ellidan revint soudainement à lui, et cessa de se débattre. Tom le jeta au sol, releva Karl qui était dans un triste état, et l'emmena à l'infirmerie. Ellidan resta dans la boue, sous le regard effrayé des autres élèves.
Il fut fouetté pour son comportement, dix coups, puis pu regagner le dortoir, où tout le monde évita son regard. Karl quitta l'académie dès qu'il fut suffisamment remis, traumatisé par le traitement que lui avait fait subir Ellidan, qui ne le revit jamais.

Après cet incident, les instructeurs décidèrent qu'il était temps pour le jeune garçon d'apprendre à se servir d'une épée. Un matin, alors qu'Ellidan se rendait à son entraînement comme tous les jours, Tom lui expliqua qu'il n'était plus sous sa responsabilité. Il allait désormais apprendre à se servir d'une lame auprès d'Erwan, le maître d'épée. C'était un homme d'âge mûr, sec, les cheveux noirs, la peau foncée et le visage couturé de cicatrice, dont une qui partait du milieu du front jusqu'à la pommette gauche en passant par un œil entièrement blanc. C'était un homme dur et sévère, mais un très bon professeur.

La première leçon était basée sur la façon de tenir son épée. C'était venu naturellement à Ellidan alors qu'il fallut plusieurs dizaines de minutes aux autres élèves pour comprendre comment tenir leur arme, et encore plusieurs jours pour s'y habituer. Ensuite, ils s'entraînaient à frapper sur des mannequins de paille dont les zones représentant les points faibles d'une cuirasse standard étaient marquées à la peinture rouge. Cet exercice finit vite par énerver Erwan, car il devait sans arrêt remplacer le mannequin d'Ellidan puisque ce dernier coupait sans arrêt les bras et les jambes sans le faire exprès. Enfin ils se battaient entre eux avec des épées émoussées. La plupart des élèves sortaient de ces séances d'exercices recouverts d'ecchymoses, mais Ellidan s'en sortait indemne.

Le jour de ses onze ans, on apprit à Ellidan qu'il prendrait dorénavant des leçons de savoir vivre une fois par mois. Pendant ces leçons, on lui apprit à parler correctement - ce fut le seul cours où le jeune garçon parla, dissipant un certain doute sur un éventuel mutisme, on lui apprit à s'incliner devant une dame, devant un personnage de haut rang ; on lui donna aussi quelques leçons d'histoire et de géographie.

Il apprit ainsi que les royaumes étaient totalement isolés par les Menez, chaînes de montagnes, à l'est, le Désert de Cristal, immense, au Nord, l'Océan des Tempêtes à l'Ouest, et les Terres Démoniaques au Sud.

Les Menez étaient constituées de beaucoup de falaises, très hautes, et les quelques fous qui avaient essayés de les franchir avaient tous péris, soit dans une chute mortelle, soit à cause des glaciers qui les surplombent, où aucune vie ne peut se développer à cause du froid trop intense.
Le Désert de Cristal était trop vaste pour survivre à sa traversée, aucune oasis n'ayant jamais été découverte, les pauvres voyageurs qui avaient tenté une traversée étaient tous morts de soif. On racontait qu'au cœur de ce désert, il faisait tellement chaud que le sable se cristallisait, d'où son nom.
L'Océan des Tempêtes était bien nommé, car les ouragans qu'il lâchait sur les bateaux dont les équipages étaient assez intrépides pour l'affronter les coulaient à coup sûr. Heureusement, ces tempêtes ne se déclaraient qu'au large, permettant un minimum de commerce sur la côte. Et enfin, les Terres Démoniaques.
Les vieilles légendes leur avaient donné ce nom. Elles racontaient que des monstres issus des Enfers hantaient ces terres dévastées par le feu issu des volcans. Un feu réduisant toute végétation à l'état de cendres après le passage de torrents de lave. Un feu ne laissant derrière lui que la Roche Noire, une roche capable de résister aux plus hautes températures et d'une solidité à toute épreuve. Les remparts de Magoariek, capitale de Korn, étaient faits de ce matériau sans prix, sauf celui du sang.
En effet, des centaines d'esclaves avaient péri alors qu'ils devaient en ramener des quantités inconcevables, les murailles s'étendant sur plusieurs dizaines de lieues, et plus de cent cinquante pieds de haut. C'est grâce à ses remparts que la cité avait acquis son statut de ville imprenable.
Il apprit également que l'économie de Sterenn était basée sur le commerce d'épices, que l'on pouvait facilement cultiver en bordure du désert, le climat étant favorable ici plus qu'ailleurs. Que celle de Korn était basée sur le minerai, on trouvait quantité de métaux de toutes sortes près des Terres Démoniaques. Ce qui expliquait la qualité des armes et armures des armées de ce royaume.
L'économie de Garm était basée quant à elle sur différentes choses. La chasse, la guerre, l'or et le bois en particulier. Il y avait en effet beaucoup des forêts et de bois dans ce royaume. Des groupes de mercenaires se formaient dans les montagnes, puis parcouraient les Royaumes à la recherche d'employeurs qui payaient bien. Le commerce du bois et de l'or allait également bon train.
Enfin, l'économie de Kerne était basée sur la pêche et le commerce. Avallon, la capitale, était aussi un point de ralliement pour tous les marchands et les pêcheurs des royaumes du nord, du sud et de l'ouest. Les marchés là-bas, étaient gigantesques et permanents. On y trouvait tout et n'importe quoi. Du poisson aux armes, des amulettes aux chars à bœufs. Il y avait aussi les différentes académies. Malgré ces écoles, le peuple de Kerne n'était pas fait pour la guerre.

Il apprit tout ça en six ans, au fil de longues mais rares leçons.








Chapitre deux







Les années passèrent. Korn s'était rallié à Garm dans sa guerre contre Kerne, et Sterenn restait neutre. Kerne, patrie d'Ellidan commençait à faiblir, et perdait de plus en plus de territoires et d'hommes. Les jeunes soldats de l'académie de Hauts-Champs, dont Ellidan était devenu champion, furent donc envoyés au combat, sous les ordres de quelques officiers ayant à peine fini leurs classes. Le long chemin jusqu'aux frontières commença, et Ellidan frétillait à l'idée de tuer son premier homme. Il avait maintenant 17 ans, il était majeur depuis quelques mois, et s'ennuyait à mourir depuis que plus personne n'osait le défier. Il espérait donc trouver quelqu'un à sa hauteur sur le champ de bataille. Mais la route de la gloire était longue.

Plusieurs écoles se rencontrèrent sur la route, et chacune avait un champion. C'est ainsi que Ellidan fit la connaissance de Angelle. Championne d'une école concurrente, magnifique jeune femme, de l'âge d'Ellidan, elle avait de longs cheveux noirs qui coulaient telle une cascade sur ses épaules, de grands yeux d'un vert éclatant, des lèvres charnues. Elle arborait une cape toute simple, marron, et à son coté battait une épée à la garde sculptée et aux formes arrondies, avec une lame étincelante. Elle siégeait fièrement en amazone sur un bai brun moucheté de taches blanches.
Elle ne portait qu'une armure de cuir souple, comme Ellidan, alors que tous les autres étaient encombrés de grosses armures de plates très lourdes qui devaient entraver incroyablement leurs mouvements.
C'est sûrement ce détail qui le poussa à l'aborder. Ils entraient dans une forêt magnifique, aux arbres immenses et aux feuilles dont les couleurs passaient du vert au rouge, quand il fit enfin le premier pas.
"- Bien le bonjour, gente dame, dit-il en essayant de se souvenir de chacune des rares leçons de savoir vivre qu'il avait reçu.
- Bonjour, répondit la jeune fille en baissant la tête pour le regarder.
- Vous êtes la première femme que je rencontre depuis notre départ de l'académie, et depuis une éternité d'ailleurs. J'en déduis que vous êtes une combattante hors pair.
- C'est possible oui. De quelle école êtes vous?
- Je viens de l'académie de Hautchamps.
- Ah, vous devez donc connaître le fameux Ellidan?
- Oui, c'est peu de le dire.
- Que voulez vous dire?
- Et bien que je suis flatté que vous ayez entendu parlé de moi.
- C'est donc vous? Je dois reconnaître que je vous voyais plus grand, et plus musclé, plus vieux aussi.
- Je suis désolé de vous décevoir. Maintenant que vous connaissez mon nom, puis-je connaître le vôtre?
- Je suis Angelle, championne de l'académie de Port-Royal, enchantée.
- Championne... Voudriez vous faire un combat avec moi à la prochaine halte? Ellidan regretta d'avoir été aussi brusque, et il se mordit la lèvre.
- Avec plaisir! J'ai toujours voulu voir si le "Grand Ellidan" était à la hauteur de sa réputation!
- Vous m'en voyez ravi!"

Et c'est ainsi qu'Ellidan connu sa première amie.


Puis vint l'heure du déjeuner. Le cortège, qui traversait une forêt, s’arrêta .On abattit un arbre, on fit un feu et on mangea. Après un bref morceau de viande, Ellidan se mit en quête d'un bosquet qui conviendrait à ses activités avec Angelle. Il le trouva à quelques dizaines de pas au sud du camps provisoire, et l'y attendit. Elle ne tarda pas.

« En garde, Messire, déclara-t-elle un peu théâtralement en dégainant sa magnifique arme.
- Je suis prêt, répondit simplement Ellidan en empoignant sa propre épée, qui lui sembla soudain bien humble en comparaison du chef-d'œuvre de son adversaire. »
Leurs épées se frôlèrent en guise de salut, les combattants s'éloignèrent chacun de trois pas, puis le combat débuta. C'est avec une grâce et une vitesse toutes félines que Angelle bondit sur Ellidan, ce qui le surprit et il para de justesse. Ses esprits repris, il contre-attaqua d'un coup d'estoc destiné à tester les capacités de parade de son adversaire, qui s'avérèrent être très bonnes. Angelle dévia le coup en créant une brèche dans la garde d'Ellidan, et s'y engouffra, en lui portant un coup au coté, mais Ellidan se dégagea d'un bond en arrière et esquiva sans difficultés. Il commençait à s'amuser.
Les deux combattants commencèrent à tourner, face à face, cherchant une ouverture à exploiter. Ellidan arborait un sourire réjouit alors qu'Angelle paraissait extrêmement concentrée. Ellidan fit tourner sa lame, puis feinta et attaqua, donnant à son adversaire un coup du plat sur le cou, et Angelle fit un bond sur le coté en poussant un grognement. Elle attaqua Ellidan d'un coup porté à la hanche, qu'il para puis contre-attaqua, Angelle para, puis s'éloigna, faisant mine de battre en retraite. Il la suivit, un peu déçu de la tournure que prenait le combat, mais à peine eut-il fait un pas en avant qu'il reçu un coup de pied dans les jambes, ce qui le déséquilibra, et l'attaque suivante le frôla de peu. Il se releva en vitesse et réajusta sa garde.
« Vous vous débrouillez très bien, je suis impressionné! lança Ellidan.
- Vous aussi, répondit Angelle dans un souffle. »
Elle paraissait fatiguée. Ellidan se dit qu'il était tant d'en finir, que l'épuiser plus serait dommage car la journée serait fatigante. Il bondit en avant, l'épée pointée devant lui, mais Angelle se jeta sur lui et, inclinant la tête, lui en mit un coup violent dans l'estomac, et il tombèrent tous les deux, elle assommée et lui ne pouvant plus respirer. Le combat s'était achevé par un match nul.

Le temps qu'ils reprennent leurs esprits, la pause déjeuné était terminée, et ils durent repartirent sans avoir manger. Angelle ne remonta pas sur son cheval, et le confia à un soldat de son école, afin de pouvoir parler avec Ellidan.
"Quel combat! démarra-t-elle.
- En effet, cela faisait longtemps que je n'avais pas été mis en difficulté, répondit-il.
- Ah oui, racontez moi!"
Et il lui raconta son combat avec Karl, dix ans plus tôt. Quand il eut fini, Angelle déglutit. Elle regardait avec des grands yeux.
" Mais je ne suis plus jamais retombé dans un tel état de rage.
- J'espère ne jamais vous énerver à ce point !
- Bah, pour quelle raison le feriez-vous?
- Pour quelle raison l'a-t-il fait ?
- Il aimait profiter de la faiblesse de mon jeune âge, je pense. Cela lui a coûté cher, ajouta Ellidan avec un sourire effrayant. Et vous ? Parlez-moi de vous.
- Et bien...Mes parents sont de riches seigneurs qui résident à Port-Royal. Un jour, mon père a décidé qu'il voulait un héritier. Quand ma mère est tombée enceinte, il rayonnait de joie.
Son visage s'assombrit.
- Quand je suis née, ils ont été terriblement déçus. Ils ne voulaient pas avoir à s'occuper d'un enfant qui n'avait aucune valeur pour leur héritage. Ils ont engagés une nourrice, que je considère encore aujourd'hui comme ma véritable mère, qui prit soin de moi de moi. Pendant dix ans. Et puis il y a eu une crise financière, et la nourrice était dans le lot des employés renvoyés. Puis ils m'ont envoyés à l'académie militaire, où j'ai passé les sept dernières années. Maintenant, ils ont un fils, mon cadet de quatre ans, et ils n'ont plus de fille. J'ai eu du mal à être acceptée, puisque j'étais la seule fille de l'école, et après mes quatorze ans, il a fallut également que je lutte contre ceux qui devenaient un peu trop... entreprenant. Et à force, je suis devenue championne. Et me voilà. Et vous, racontez-moi votre enfance!"
Ellidan lui raconta qu'il avait eu deux grandes sœurs, que ses parents étaient fermiers. Il lui narra quelques unes de ses "aventures", quand son père l'emmenait à la pêche ou à la chasse. Puis il perdit de son entrain et lui raconta l'épisode de l'attaque par les soldats de Garm, l'état de sa ferme et de sa famille, le marchand, et l'académie, et enfin son rejet par les autres élèves. Quand il eut fini, Angelle le regardait avec des grands yeux, et son visage était pâle.
« Et moi qui trouvais que j'avais eu une enfance difficile. »
Ils continuèrent de marcher en silence jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent pour monter le campement, où chacun rejoignit les membres de son académie pour monter les tentes. La nuit tombait, et Ellidan aida à monter la tente des officier, puis partit chasser. Il avait pris l'habitude d'être seul, et depuis quelques années, il s'était rendu compte que chassée lui permettait d'avoir accès à de la nourriture de bien meilleure qualité que celle distribuée aux soldats. Il s'éloigna donc du camp, et s'enfonça dans les profondeurs de la forêt.
Avec l'expérience, il avait appris à marcher sans bruit, ou presque, pour ne pas faire fuir le gibier et rester à l'affût du moindre bruit.
Il y eut un craquement sur la droite suivit d'un vif mouvement. Ellidan se jeta en avant, dague à la main, et empala un lapin. Troisième prise de la soirée. Il avait assez à manger pour le dîner et le déjeuner du lendemain. Il n'aimait pas chasser de jour. Il fit demi-tour et repartit vers le camp. Une fois arrivé, il s'installa près d'un des feux, dépeça deux des lapins, gardant le plus gros pour le lendemain, et les fit cuire. Les autres soldats, épuisés par le voyage et ayant déjà mangé, étaient tous partis se coucher. Ellidan était habitué à un entraînement intensif journalier, et il n'était pas fatigué. Il était donc seul, comme à son habitude, faisant tournée sa broche improvisée sur laquelle il avait installé son repas, quand Angelle vînt le rejoindre.
"Qu'est-ce que tu fais?
Il ne remarqua pas qu'elle était passée au tutoiement.
- Je m'apprête à manger. J'ai attrapé deux lapins. Tu en veux?
- Non merci, j'ai déjà dîné. Mais où Kann as-tu déniché ces rongeurs ?!
- Je viens de les chasser. Kann as-tu dit? Qu'est-ce que ça veut dire?
Il était perplexe.
- Comment? Tu ne connais pas la déesse Kann, déesse de la nuit? C'est l'ennemie jurée de Vos, le dieu Soleil. Tu le connais lui au moins?
- Euh... Tu sais, moi et la religion...
Elle poussa un soupir agacé.
- Vos, le dieu Soleil, est le créateur de la vie, il apporte sa bonté aux Hommes et sa lumière aux champs afin qu'ils soient fertiles et puissent nous nourrir. A l'inverse, Kann est la déesse de la nuit et de la mort. Et elle est maléfique.
- Aha...
- Enfin c'est ce qu'on nous rabâche dans les églises. Quand j'étais petite, mes parents me forçaient à recevoir une éducation religieuse, mais je n'y ai jamais vraiment cru.
- Moi non plus..."
Et le calme retomba. Ellidan entama son premier lapin, pendant qu'Angelle contemplait les flammes. Une fois qu'il eut fini la première partie de son dîner, Ellidan rompit le silence.
"Tu voulais me voir?
Elle releva la tête, puis la rabaissa.
- Oui.
- Pourquoi?
- J'avais envie de parler.
- Ah? Et... De quoi donc?
- Rien en particulier. Il y avait bien longtemps que je n'avais eu de véritable conversation avec quelqu'un.
- Ah... Oui, moi aussi...C'est une belle nuit n'est-ce pas?
Le feu s'éteignait et les étoiles apparaissaient, tachetant le noir ciel d'innombrables petites taches blanches. Ellidan s'allongea sur le dos et croisa ses mains derrière sa tête.
- Oui, en effet, répondit la demoiselle, doucement, en imitant son compagnon.
Après une longue pause, elle déclara, d'un ton songeur :
- Si j'en avais eu l'occasion, je serais devenue ménestrel.
- Ah oui? répondit Ellidan en regardant les étoiles.
- Oui. Je joue de la flûte, et pas si mal.
Elle sortit l'instrument en question. Il était noir, probablement d'ébène, aux bordures dorées.
- Tu me montres ?"
Elle acquiesça et entama une longue et triste mélodie, aux notes lentes et graves. Quand elle eut fini, Ellidan murmura :
" C'est magnifique. Mais quelle tristesse...
- La musique que je joue reflète mes sentiments du moment."
Ellidan se redressa et la regarda. Il vit qu'une larme coulait le long de sa joue. Il se rapprocha et l'essuya du doigt. Elle lui lança un regard désespéré et il la prit dans ses bras. Il ne savait pas ce qu'elle avait, mais il lui sembla que c'était la meilleure chose à faire. Elle sanglota en silence sur son épaule durant un moment, puis se calma. Elle se dégagea doucement, s'essuya les yeux et dit d'une voix tremblante " Bonne nuit", puis elle s'éloigna en direction de sa tente. Ellidan s'allongea et dormit dehors, se posant maintes questions sur ce qui venait de se passer.

Angelle évita Ellidan pendant les jours qui suivirent. Elle a sûrement honte de son comportement de l'autre nuit se disait Ellidan. Il se disait aussi que la forêt qu'ils traversaient était vraiment gigantesque. Cela faisait maintenant quatre jours qu'ils marchaient entre les arbres, sur une route pas très bien aménagée, et il trouvait le temps long. Le cinquième jour, à la nuit tombée, Ellidan décida d'aller trouver la jeune femme pour lui proposer d'aller chasser. Elle accepta. Ils s'éloignèrent donc de la route. Ellidan n'avait pris que son couteau, qu'il avait accroché à la ceinture de sa tunique. Angelle n'avait pas pris d'arme, et elle était vêtue d'un pantalon et d'une tunique qui faisaient ressortirent ses formes, de telle façon qu'elle était encore plus belle.
Ils avaient attrapé un lapin et en avaient raté deux autres lorsqu'ils tombèrent dans une embuscade. En l'espace d'une seconde, ils se retrouvèrent encerclés par une quinzaine d'hommes, la plupart affichant un sourire inquiétant. Une lueur de lubricité brillant dans leurs yeux. A leur tenue, Ellidan devina qu'il s'agissait de brigands. Ils ne devaient donc plus être très loin de la sortie de la forêt. D'après ce qu'il avait entendu, les bandits ne s'aventuraient jamais trop loin dans les bois. L'un d'eux prit la parole.
"Mais c'est une bien jolie dame que voilà!
- Oui, une bien belle femme!
- Héhéhé, on va bien s'amuser!
- Le premier qui la touche est un homme mort.
Ellidan avait parlé d'une voix ni trop haute ni trop basse, sur le ton de la déclaration.
- Et qu'est-ce que tu comptes faire, à un contre quinze, abruti ?"
L'homme qui venait de parler s'était avancé et attrapa un des seins de la jeune femme, qui serra les dents mais ne réagit pas. Ce ne fut pas le cas d'Ellidan. En un seul mouvement, il s'avança, tira son couteau, décrivit un arc de cercle avec sa lame et trancha la jugulaire de l'homme. Il lâcha Angelle et porta ses deux mains à sa gorge, tentant d'arrêter le flot de liquide rouge qui en jaillissait, mais très vite il s'effondra par terre et se vida de son sang. Les autres eurent un temps d'arrêt, puis réagirent. Neuf se jetèrent sur Ellidan en dégainant leurs épées, dont la plupart étaient rouillées, et cinq sur Angelle. Ils attrapèrent la jeune femme qui se débattit, et l'emmenèrent un peu à l'écart, où ils entreprirent de lui ôter ses vêtements, apparemment certains que la haine de leurs compagnons viendrait facilement à bout d'Ellidan. Ce dernier para un coup d'épée maladroit avec son couteau, décocha un coup de genou dans l'estomac de son premier agresseur, qui lâcha son arme et se courba, les deux mains sur le ventre.
Ellidan prit son couteau dans sa main gauche et ramassa l'épée qui vint se loger dans sa main droite. Il donna un coup d'épée en arc de cercle qui éventra le deuxième agresseur, enfonça son couteau dans la gorge d'un troisième tout en parant une attaque d'un quatrième, dont il balaya les jambes qu'il acheva d'un coup d'épée, décapita un cinquième en esquivant un sixième, qu'il éventra avec son couteau, se jeta sur le septième pendant que les deux derniers s'enfuyaient. Il rompit la nuque de celui qu'il venait d'attraper.
Il se releva, et vit Angelle, ses jambes nues écartées, hurlant pendant qu'un homme couché sur elle effectuait un mouvement de va-et-vient et que les quatre autres la maintenaient plus ou moins immobile. Ellidan hurla de rage, lâcha ses armes et s'élança. Il faucha le violeur, roula au sol avec lui, l'immobilisa en s'asseyant sur lui, attrapa l'objet du crime et serra de toutes ses forces. L'homme hurla à s'en déchirer les cordes vocales.
Quand il se fut cassé la voix, Ellidan ramena une main ensanglantée à sa gorge et l'étrangla. Une fois qu'il eut fini, il se releva. Les quatre autres agresseurs avaient dû voir ce qu'il restait de leurs compagnons et s'étaient enfuis à leur tour. Angelle sanglotait, les jambes croisées. Ellidan s'essuya les mains sur la tunique de sa dernière victime, puis s'approcha. Il ramassa au passage le pantalon de la jeune femme, s'assit près d'elle, le lui tendit, la mine sombre. Il se sentait coupable. S'il ne l'avait pas emmenée ce soir là, elle n'aurait pas eu à subir ces abominations. Angelle l'enfila rapidement, puis passa ses bras autour du cou d'Ellidan et pleura contre sa joue. Il la prit entre ses bras et attendit, en lui caressant affectueusement le dos.
Au bout de ce qui parut une éternité, peut-être une heure, peut-être dix, Angelle se reprit suffisamment pour se lever et rentrer au camp. Ils se mirent d'accord pour ne rien dire à personne et allèrent se coucher. Bien sûr, ils ne dormirent pas
Chapitre trois







Le lendemain, comme Ellidan l'avait deviné, ils sortirent de la forêt, et ils arrivèrent à destination dans la soirée. La destination en question était une ville fortifiée, Talbenn, située sur la frontière Est de Kerne, poste avancé non loin du champ de bataille. Les officiers et les champions étaient logés dans les maisons des habitants et les autres soldats devaient monter leur tente sur les places. On présenta Ellidan à ses hôtes. Un jeune couple, qui avait emménagé il y avait peu, et qui avait déjà vu se succéder trois officiers et un champion depuis leur arrivée. Lorsqu'un locataire décédait, on le remplaçait.
L'homme était assez grand, blond, les yeux bleus, entre vingt et vingt-cinq ans, quelques coupures probablement dues à un rasage trop rapide parsemaient son visage anguleux. La femme était un peu plus jeune et plus petite. Les cheveux noirs, les yeux marron, elle avait de belles formes, et le regard d'Ellidan s'y attarda quelques instants. C'était une belle femme. Il avait entendu dire que les officiers avaient tous les droits sur leurs hôtes, dont celui de disposer à leur guise de leur compagne. Ellidan trouvait cela répugnant. C'était une ville kernoise, pas provisoirement occupée, ni ennemie. La personne qui l'avait conduit jusque là s'en alla, le laissant sur le seuil de la maison, assez petite, aux magnifiques murs de pierres.
L'homme le fit entrer. La maison avait beau être petite, elle n'en était pas moins accueillante. La première chose que vit Ellidan était la cheminée. Elle trônait au milieu d'un mur en face de la porte d'entrée. Elle devait également servir pour la cuisine, puisqu'il y avait une crémaillère. Cependant, aucun feu n'y brûlait. C'est normal, se dit Ellidan, on est en plein été. Les murs étaient recouverts de tapisseries aux couleurs chaudes, et le sol était d'une propreté irréprochable. Un mur s'arrêtant à mi-hauteur séparait une cuisine assez étriquée d'une petite salle de séjour, avec deux sièges en bois recouverts de couvertures, en face de la cheminée. Il y avait également un escalier en pierre qui devait monter aux chambres. Le jeune homme fit asseoir Ellidan dans un des fauteuils, prit place dans l'autre, tandis que sa femme se tenait debout derrière lui. Ellidan crut déceler comme une attitude défensive dans sa position, et une trace de peur dans son regard. Il se dit que certains de ses prédécesseurs avaient abusés de leurs droits. L'homme fit les présentations d'une voix lasse.
"Bienvenue. Je suis Ewen, et voici ma femme, Gwenaëlle. Mes parents étaient propriétaires terriens, et quand ils sont morts, ils nous ont laissé suffisamment d'argent pour qu'on emménage ici. Malheureusement, avec cette guerre, toutes leurs terres sont passées de l'autre côté. Ne nous en voulez pas, ce n'est pas de notre faute. C'est juste que nos champs n'étaient pas au bon endroit.
- Mmh ? Pourquoi devrais-je vous en vouloir?
- Et bien, c'est à dire que l'officier précédent, quand il a appris ça, s'est énervé, et il m'a frappé.
Ellidan plissa le front, relevant les sourcils sous l'effet de l'étonnement. Décidément, il y avait des gens qui sautaient sur la moindre occasion de violenter leur prochain.
- N'ayez crainte, ce n'est pas mon genre. Je m'appelle Ellidan. Je suis le champion de Hautchamps.
Gwenaëlle eut un mouvement de recul et écarquilla les yeux sous l'effet de la terreur. Son mari lui prit la main et la serra, ce qui la calma un petit peu.
- Je ne vous dérangerais pas. Je n'ai pas d'autres affaires que mon couteau et mon épée, et je suis habitué à dormir par terre. Je chasse pour me nourrir. Je pourrais vous procurer du gibier si vous le désirez. Au comportement de votre femme, je devine que la vie n'a pas été rose tous les jours, ces dernier temps. Je vois bien que je lui fais peur - à ces mots, la jeune femme recula encore d'un pas et rentra la tête dans les épaules, comme si elle craignait d'être battue - aussi ne me verrez-vous que peu. Je n'aime pas rappeler des douleurs aux gens qui ne m'ont rien fait de mal. Si vous avez des problèmes, n'hésitez pas à faire appel à moi. "
Sur ce, il se leva et sortit de la maison. Il se dit que la pauvre femme avait payé cher le prix de sa beauté, et que c'était injuste. Il décida de faire tout ce qu'il pourrait pour limiter voir supprimer tous ces viols.
Il eut l'occasion de commencer sa croisade bien peu de temps après. Il déambulait dans les rues, la première nuit, pour se familiariser avec la ville et essayer de retrouver Angelle. Alors qu'il passait devant une ruelle sombre, il entendit un cri. Une voix de femme. Il tourna la tête et plissa les yeux pour distinguer quelque chose dans la pénombre. Il vit quatre hommes, manifestement des soldats, en train de dévêtir une jeune femme qui se débattait. L'un d'eux caressait ses seins, tandis que deux de ses compagnons l'immobilisait et que le troisième lui ôtait sa jupe. Ellidan les interpella en s'approchant.
" Arrêtez ça tout de suite, bande de porcs!"
En réponse, il reçut un coup de coude dans le nez. Il ne s'y attendait pas et il se retrouva par terre, un peu sonné.
" Attends ton tour!"
Il sentit une lame sous sa gorge. La femme continuait de crier. Ellidan reprit ses esprits. Il attrapa la main qui tenait le couteau, cassa le poignet de son propriétaire, se releva d'un bond, lui propulsa son poing dans l'estomac. Sa victime s'écroula, assommée. Il s'approcha du type qui déshabillait la femme, lui passa un bras sous le menton et commença à l'étrangler. Les deux autres lâchèrent leur victime, qui s'enfuit en courrant, et sortirent leur couteau. Ellidan envoya l'homme qu'il tenait sur son adversaire de gauche, et frappa celui de droite à la tempe. Il envoya son pied gauche dans le ventre du précédent qui revenait à la charge, le repoussant jusqu'au mur, attrapa le bras du premier, lui déboîta l'épaule, le repoussa une fois de plus vers le mur, où il s'écrasa contre son prédécesseur. Ensuite, Ellidan attrapa le dernier par les cheveux, lui fit lâcher son arme, le força à s'agenouiller, en face de ses trois collègues, et leurs dit à tous :
"C'était la dernière fois. Si vous recommencez, je vous tuerais. Peu importe que nous soyons dans le même camp, peu importe que nous ne soyons pas au combat. Rien ne vous autorise à forcer une femme à vous donner du plaisir. Faites passer le mot autour de vous."
Puis il les déshabilla, et les attacha avec leurs vêtements. Ils n'opposèrent aucune résistance, puisqu'ils étaient à moitié assommés. Enfin, il les traîna au milieu de la place principale, qui servait de campement, sous les regards ébahis des autres soldats, et les laissa là, complètements nus. Puis il rentra à sa nouvelle maison. Ses hôtes lui avaient laissé un double des clés. Il ouvrit la porte, et alla s'asseoir dans un des fauteuils. Manifestement, le couple s'était déjà couché. Il devait être tard. Il s'endormi dans cette position.
Il fut réveillé par un cauchemar, comme toutes les nuits - depuis peu, l'agression d'Angelle s'ajoutait au massacre de ses parents, alors que le soleil venait de se lever. Il décida d'aller sur la place attendre les ordres. Une fois sur place, il vit qu'il était attendu. Les quatre hommes de la veille avaient visiblement trouvé du monde pour les aider à se venger. Ils étaient maintenant une bonne quinzaine. L'un d'eux l'aperçut, cria quelque chose, et tous se ruèrent sur le nouveau venu. Ellidan soupira. Ils n'en avaient donc pas assez des batailles, il fallait qu'ils en redemandent lors de leurs permissions. Très bien, il allait leur faire passer le goût du sang. Un sourire étira ses lèvres, sans affecter le regard noir qui assombrissait son visage, ce qui donnait une impression assez effrayante. Il fut vite encerclé.
" Vous devriez savoir quand vous êtes vaincus. Cela éviterait du gaspillage d'énergie.
- C'est ça, fais le malin. Tu vas regretter de nous avoir humilié, tu peux le croire! Allez les gars, tous dessus!"
Et ils chargèrent. Ellidan soupira de nouveau. Il ne pris pas la peine de dégainer son épée.
Une fois tous chaos, il déclara que ce n'était pas bien malin de provoquer un champion, et qu'ils feraient bien de s'en souvenir, à l'avenir. Puis il vit Angelle, qui arrivait par une allée au milieu des tentes. Il ne l'avait pas vu depuis la veille, et déjà elle lui manquait terriblement. Il la rejoignit et la salua.
"Bonjour! Bien dormi?
- Bonjour! Oui, assez bien. On m'a logé dans une famille avec deux enfants adorables. J'ai une chambre juste pour moi et mes hôtes sont très sympathiques! Et toi, comment ça se passe?
- Bah, pas trop mal je suppose. Je suis dans une petite maison qui appartient à un jeune couple. Je crois que la fille a eu des problèmes avec les officiers précédents... Je lui fais peur, du coup j'essaie de ne pas trop la rencontrer. Je dors dans un fauteuil en bas. J'ai passé une nuit paisible.
Il ne voulait pas l'inquiéter, et s'il parlait des viols qui avaient lieues ici, il avait peur de la réaction de sa compagne.
- Bien, aujourd'hui est le grand jour. Notre premier vrai combat!
Ellidan était exalté.
- Oui.
- Essaie de rester près de moi pendant la bataille, je te protègerais.
- Je peux très bien m'occuper de moi!
- Je sais, mais n'hésite pas à m'appeler si tu as un problème."
Ils s'interrompirent à l'arrivée d'un homme d'âge mûr, qui monta sur une estrade, au milieu du camp. Au nombre de galons sur son épaule, Ellidan l'identifia comme étant capitaine. Les cheveux noirs grisonnants, les yeux sombres, la peau du visage rugueuse, sous une barbe de trois jours, grisonnante également, a peu près un mètre quatre-vingt, quatre-vingt-cinq, d'épaisses épaules, une carrure de guerrier, quand on le regardait, on se sentait comme amoindri. Il pris la parole et c'est d'une voix grave qu'il dit :
"Messieurs, je sais que beaucoup d'entre vous ne se sont jamais battu. Dans un combat à mort je veux dire. Pourtant, j'espère pouvoir compter sur chacun de vous lorsque vous serez là-bas. Par "là-bas" j'entends bien sûr "le champs de bataille". A quelques lieux à l'est se trouve une ligne que nous tenons depuis maintenant onze ans. On a perdu du terrain, on en a repris, on en a reperdu, et on en a repris, ainsi de suite. Mais ces derniers temps, les forces de Garm, nos ennemis, pour les plus incultes d'entre vous, semblent s'être renforcées. C'est pour ça que vous êtes là. Lors des prochains jours, beaucoup d'entre vous mourront. Proches, moins proches ou vous même, il est certain que nous auront des pertes. Mais il faudra faire avec. Il est hors de question de vous cessiez le combat parce qu'un de vos amis est passé de l'autre côté! Est-ce bien clair?
- Oui capitaine!
-Bien. J'aimerais aussi saluer les membres de l'académie d'Avalon! Vos "talents" nous seront d'une grande utilité !
Quelques personnes hochèrent la tête.
- Des questions? Dans ce cas, bonne chance, vous en aurez grand besoin."
Et il descendit de son estrade. Il y eut quelques cris provenant des officiers, les rangs se formèrent, et l'armée se mit en marche. Cinq académies en tout, près de huit mille soldats. Un nombre considérable, lorsqu'il traverse une ville. Mais là où ils se rendaient, cela n'était rien. Ils sortirent de la ville, se dirigèrent vers l'Est. Au bout d'une quarantaine de minutes de marche, ils arrivèrent à un avant poste, entouré d'une palissade et de quelques tours, en bois. Dans chaque tour, il y avait trois archers. Et au delà de camp, ce n'était que désolation. Les vertes prairies, au contacte de tant de sang, s'étaient changées en bourbiers, dans lesquels les soldats devaient patauger pour aller s'entre-tuer. Il n'y avait plus le moindre arbre à des kilomètres, juste de la boue. Et en face, au loin, on pouvait voir le camp ennemi, fortifié également. Ils pénétrèrent dans le camp, se mirent en formation, les champions, portant l'étendard de l'académie, en première ligne. L'étendard de Hautchamps se composait d'une épée positionnée verticalement, s'enfonçant dans des flammes, le tout représenté sur une toile noire, accrochée sur une lance de cinq pieds de haut. Ils avancèrent jusqu'à la sortie du camp, et au moment de donner l'assaut, Ellidan entendit de lointaines cornes, puis des hurlements de rage. L'ennemi chargeait. Il eut une décharge d'adrénaline, se jeta en avant, hurla à son tour, et tous les autres le suivirent.
L'excitation avait atteint son plus haut point dans l'esprit d'Ellidan, et il ne pensait maintenant plus qu'à tuer. Au bout de quelques minutes de course effrénée, il pénétra dans la mêlée, les yeux écarquillés, son épée dans la main droite, l'étendard dans la main gauche, et commença à trancher. Il décapita proprement le premier soldat qu'il heurta, tourna sur lui-même, esquivant une attaque, et faucha quatre autres soldats avec la hampe de son étendard. Il enfonça son épée dans le corps d'un autre, la dégagea, para un coup, enfonça la pointe de sa lance dans la tête d'un homme quelques pas plus loin, ramena le long bâton, en assommant un autre, fit décrire à sa lame un long mouvement circulaire, éventrant d'autres soldats. Il reçut un coup à l'épaule, mais ne s'en rendit pas compte, trop obnubilé par l'idée de tuer. Il ne pensait plus qu'à ça. Il fendit le crâne d'un homme, et son épée resta fichée dans le casque. Il l'abandonna là, pris son étendard à deux mains, le rabattit devant lui, assommant trois autres personnes, et avança en hurlant la rage qui l'avait envahit. Il embrocha six soldats, puis lâcha la lance. Il vit du coin de l'oeil une épée qui arrivait vers son épaule droite. Il se tourna et attrapa le bras qui la tenait. En un mouvement, il se retrouva derrière le soldat. Lui passant un bras autour du cou, il s'en servit comme bouclier, parant un coup d'estoc, qui tua son "otage". Il ramassa l'épée de ce dernier, et recommença à frapper. Il trancha un bras, envoya son bras à la gorge d'un homme, lui broya le larynx tout en embrochant un autre soldat. Il lâcha sa victime, pris son épée à deux mains, et coupa un homme en deux, de l'épaule au pectoral. Puis il chargea trois autres soldats, la lame en avant, et les empala. Il lâcha la poignée de son arme, bondit sur un homme, le plaqua au sol, dégaina son couteau et lui planta dans la gorge. Il roula sur le côté, évitant une attaque, trancha les talons d'Achille d'un homme, se releva, en égorgea un, prit son épée dans la main droite, faisant passer le couteau dans sa main gauche. Il commença une étrange danse macabre, faisant virevolter sa lame, tranchant membres et têtes, un rictus sadique déformant ses traits. Il n'était plus humain. Il était maintenant un démon venu tout droit de l'enfer pour satisfaire sa soif de sang. Infatigable, il continua à tuer jusqu'au coucher du jour.
Les troupes ennemies battant en retraite, il redevint petit à petit l'homme qu'il avait été. Il se rendit compte qu'il était entièrement couvert de sang. Il essuya celui qui lui coulait dans les yeux, et se dirigea vers le son de la corne de son camp. Il trébucha plusieurs fois sur des corps, pour la plupart à qui il manquait des membres, et eut plusieurs haut-le-cœur. Il pataugeait dans du sang frais, dont une quantité impressionnante pénétrait dans ses bottes. Il essaya de rengainer son épée, mais elle ne voulut pas rentrer dans son fourreau. Il se rendit compte que ce n'était pas la sienne. Il la lâcha. Il se baissa pour remettre son couteau dans sa botte, et eut un mal fou à se relever. Il comprit seulement à cet instant qu'il était totalement épuisé. Toujours en marchant vers l'avant poste, il remarqua plusieurs cadavres embrochés sur une sorte de grande pique. Il s'approcha, et reconnu son étendard. Il réussit tant bien que mal à le dégager et à le dresser au dessus de sa tête. Quelques gouttes de sang dégoulinèrent le long du tissu à moitié déchiré pour venir s'écraser sur le sommet de son crâne. Au bout de ce qui lui sembla être une éternité, il arriva au camp. A peine eut-il franchit les portes qu'Angelle lui sauta au cou. Ses jambes arrivant tout juste à supporter son propre poids, il s'écroula. La jeune femme avait la tête contre son épaule, et il se rendit compte qu'elle pleurait. Il passa les bras autour de sa taille et la serra contre lui. Entre deux sanglots, il comprit les mots "étendard", "croyait" et "mort". Il était essoufflé. Soudain, Angelle releva la tête et l'embrassa. Il ferma les yeux, se concentrant sur le moment présent. Il oublia tout ce qui s'était passé lors de cette journée particulièrement longue, le temps de ce baiser. Il ramena une de ses mains jusqu'à sa tête et caressa tendrement son visage, la serrant plus fort de son autre main. La douceur de sa peau... Le contact de ses lèvres et de sa langue... "Alors c'est ça le paradis ?" se dit-il. Au bout d'un moment, elle le lâcha, et l'instant magique se brisa. Toute la bataille lui revint en mémoire en l'espace d'un quart de seconde, et son épuisement avec.
" Tu es plein de sang..." Il rouvrit les yeux. La voyant se relever, les joues un peu rouges et du sang plein ses vêtements, il essaya de faire de même. Il s'appuya sur sa main droite pour se lever, mais une douleur fulgurante lui déchira l'épaule, et il tomba sur le côté. En regardant, il découvrit une profonde coupure d'où se déversait son sang, venant se mêler à celui de tous les soldats qu'il avait tués.
" Aïe... dit il d'une voix fatiguée.
- Qu'est-ce qui... Mais tu es blessé! MEDECIN!" hurla Angelle.
Puis Ellidan sombra dans les ténèbres.




















Chapitre quatre







Quand Ellidan se réveilla, il ne comprit pas où il était. En ouvrant les yeux, il découvrit un plafond blanc, qu'il n'avait jamais vu. Il battit plusieurs fois des paupières, et sa vue devint plus claire. Il était allongé sur une surface molle. Probablement un matelas. En remuant un peu, il découvrit que ses muscles étaient engourdis, et qu'il y avait un poids sur son ventre. Il baissa la tête et vit Angelle, assise sur une chaise, penchée en avant et la tête reposant sur son estomac. Il dégagea un bras de sous les couvertures et lui caressa les cheveux. Elle grogna, bougea la tête et se redressa. Elle posa sur lui un regard endormi, et quand elle l'eut reconnu, son visage s'illumina.
"Tu es enfin réveillé!
- Oui, dit simplement Ellidan.
- Tu es resté inconscient une journée entière! Le médecin a dit que tu avais perdu beaucoup de sang. Et c'est vrai qu'après qu'on t'ait enlevé celui qui te recouvrait, tu étais très pâle.
- Où est-ce que je suis?
- On t’a ramené chez Ewen et sa femme. Ils t'ont prêté leur lit.
- Ah? Ellidan grommela. J'avais promis de ne pas les gêner. Il faut que je sorte de cette chambre."
Il essaya de se redresser, mais quand il prit appui sur son bras droit, la douleur à l'épaule revint. Il grimaça, puis recommença en ne se servant que de son bras gauche. Il réussit à s'extirper des couvertures, puis s'assit sur le lit. Il poussa un grand soupir, puis essaya de se mettre sur ses jambes. Sous le regard inquiet de sa compagne, il tituba un instant, puis se stabilisa. Il fit une ou deux flexions, ce qui lui demanda un effort démesuré, puis marcha quelques pas. La tête lui tournait. Finalement, il se rassit sur le lit. Il soupira de nouveau. Et à ce moment là, il se rendit compte qu'il était vêtu d'un pyjama blanc. Il sursauta.
"Qui est-ce qui m'a changé?
Angelle rougit légèrement.
- Et bien, c'est à dire que... On a du s'y mettre à trois pour t'enlever tes vêtements.
Elle eut un petit sourire énigmatique, et lui soupira une troisième fois.
- Et qu'avez-vous fait de mes affaires?
- Euh... Les vêtements étaient dans un tel état qu'on les a jetés; on a lavé tes bottes, qui étaient gorgées de sang, elles sèchent dehors. Et ton couteau est sur la table de la salle de séjour.
- D'accord. Merci. Il va me falloir une nouvelle épée...
- On ira t'en chercher une, ne t'inquiète pas.
- Non, je préfère la choisir moi-même. Et puis j'aimerais bien en avoir une à moi, cette fois. Celles que nous fournissent l'armée ne sont pas terribles.
- Euh... Comme tu veux. Bon, tu as faim?
- Pas vraiment.
Il se releva, avec beaucoup plus d'assurance, et se dirigea d'un pas étonnamment normal vers l'escalier. Angelle n'en croyait pas ses yeux.
- Mon sac est toujours près du fauteuil?
- Euh... oui", balbutia la jeune femme.
Ellidan descendit tranquillement l'escalier. En bas, il n'y avait personne. Il se dirigea vers le sac de cuir dans lequel il rangeait ses affaires, prit un pantalon et une chemise, ainsi que sa bourse, de cuir également, et remonta dans la chambre pour se changer. Angelle l'ayant déjà vu nu, d'après ses dires, il ne fit pas attention à sa présence pendant qu'il se changeait. Une fois qu'il eut fini, il enleva les draps encore humides de sueur, demanda à Angelle où étaient rangés les draps propres et refit le lit. Puis il sortit et se mit à la recherche d'une forge.
Dans la rue, tout était calme. Même plus que ça, la rue était déserte. Ellidan pensait demander à un passant où il pourrait trouver une épée, et il du renoncer à ce projet. Voyant que toutes les portes et tous les volets étaient fermés, il comprit que quelque chose clochait. Il sut quoi au détour d'une rue. Passant le coin d'un bâtiment, il déboucha sur une route, où il vit un groupe assez important de personnes, riant fort, ayant probablement bu. Tous étaient habillés de la même façon : pantalon noir et tunique rouge. En s'approchant, Ellidan découvrit que certains avaient un tatouage sur le front : une sorte de B aux angles pointus et à la barre verticale plus longue. L'un d'eux désigna une porte, et le gang se dirigea vers elle. Elle fut enfoncée à coups de pieds, et ils entrèrent. Ellidan se demanda pourquoi cette ville était si malsaine. Malgré la faiblesse due à sa récente blessure, il se dirigea vers eux, d'un pas déterminé. Quand il arriva à leur hauteur, les membres du gang qui étaient entrés dans la maison ressortirent, trois d'entre eux tenant un homme, deux autres une femme, qui devait être son épouse. Ni l'un ni l'autre ne protestait. Ils avaient l'air résigné. Ellidan lança :
"Qu'est-ce que vous êtes en train de faire, là, au juste ?"
En réponse il reçut un coup de genou dans l'estomac. Il tituba un peu, puis tomba sur le côté, en position fœtale. Riant de plus belle, quelques hommes commencèrent à lui donner des coups de pieds. Ellidan releva la tête, et la folie brillait dans ses yeux. Il n'avait pas pris d'arme, mais il s'en passerait sans problèmes. Avec un regard où brillait la fureur destructrice, il attrapa la cheville qui s'avançait vers son visage. Ses agresseurs marquèrent un temps, surpris, puis Ellidan tira un coup sec sur sa prise. L'homme tomba, et avant d'avoir touché le sol, il reçut un violent coup de poing dans l'entrejambe. Il s'évanouit sous l'effet de la douleur.
Ellidan roula sur le côté, se releva en souplesse, et se jeta au milieu des voyous, qui commençaient seulement à comprendre que cette proie se défendrait. Il attrapa le cou d'un d'entre eux, le rompit, fit tourner le corps autour de lui, prenant de l'élan, et le jeta sur un autre, en ayant fauché trois. Un sourire de fou furieux étirant ses lèvres, il balança son poing dans le visage d'un autre, dont le nez éclata. La riposte commença. Un téméraire sauta sur son dos, un autre essaya de lui saisir un bras. Il attrapa ce dernier à la gorge, sans se soucier du poids qu'il avait sur les épaules, et lui broya le larynx. Puis il attrapa l'homme sur son dos par les épaules, le fit passer par dessus lui, et le frappa au ventre. Il se retourna violemment et envoya son bras dans la gorge d'un autre qui s'approchait, derrière lui. Les cinq hommes qui tenaient le couple lâchèrent prise, et se jetèrent ensemble sur Ellidan. Ce dernier tourna ses yeux vers eux. En voyant son regard, ils stoppèrent net, et leur visage se décomposa. Tous pâles, ils voulurent fuir, mais Ellidan ne leur en laissa pas l'occasion. Il courut vers eux, envoya un coup derrière le genou du premier fuyard, qui se rompit sous la violence du choc. Puis attrapa le deuxième par la tête, l'envoya au sol, où il s'assomma. Les trois autres voyant qu'ils ne pouvaient pas fuir, Ellidan courant trop vite, commencèrent à paniquer. L'un claquait des dents tellement fort qu'on l'entendait à plusieurs mètres. Pourtant, ils eurent la vie sauve. Ellidan venait de vider ses dernières réserves d'énergie. Totalement épuisé, il revint à la raison, et tituba jusqu’à un mur, et se laissa glisser jusqu'au sol. Il prit une grande inspiration et ferma les yeux. Comprenant leur chance, les trois hommes prirent leurs jambes à leur cou.
Une fois le fou hors de vue, les trois survivants arrêtèrent de courir et s'appuyèrent sur la façade d'un bâtiment en pierres. Une fois son souffle repris, l'un d'eux déclara :
"On devrait aller voir un prêtre.
- Hein? T'es malade ?! C'est vrai que celui-là était dangereux, mais c'est pas ça qui va me faire me confesser à un curé! En plus j'suis sûr qu'il me ferait brûler, avec toutes les conneries qu'on a faites!
- Mais non, abruti! C'est pas ce que j'voulais dire! Ce type, là-bas, y'a un truc qui va pas avec ses yeux, vous l'avez bien vu!
- Ah ça ouais, pour l'avoir vu, on l'a vu!
- Ca me rappelle un truc que j'ai entendu quand j'étais gosse. Comme quoi y'aurait des gars mi-hommes mi-démons, des Berserkers ou un truc comme ça. Et d'après ce que j'ai compris, le culte de Vos refile un bon paquet si on en trouve un. Et pis comme ça, la prochaine fois qu'on s'fait une tournée, on l'aura pas sur le dos!
- Ah, ouais, pas con ! T'as raison, on va faire ça !"
Les trois rescapés partirent donc en direction du temple le plus proche.
Quand Ellidan pu enfin se lever, il se dirigea d'un pas chancelant vers le couple qu'il venait de sauver, pour voir comment ils allaient. Mais à son approche, ils s'enfuirent dans la rue, criant comme s’ils avaient Kann elle-même aux trousses. N'ayant ni l'envie, ni la force de leur courir après, Ellidan repartit à la recherche de sa future épée. Sans savoir vraiment où il allait, il déambula en boitillant dans les rues, jusqu'à trouver une enseigne? Il frappa à une porte massive en chêne, située sous un blason représentant un marteau et une enclume, symbole des forgerons. Il n'obtint pas de réponse. Il réessaya, plus fort. Une voix grave lui répondit d'aller se faire voir. Ellidan commençait à grincer des dents. Quelle journée pourrie! se dit-il.
"Ouvrez cette porte s'il vous plaît. Je voudrais vous acheter une épée, déclara Ellidan, se contenant avec peine.
- Ouais, c'est ça, bah moi j'en ai pas. Casse-toi maintenant!
Ellidan explosa.
- OUVREZ CETTE ****** DE PORTE OU JE LA DEFONCE ! JE VEUX UNE ÉPÉE, ET SI VOUS REFUSEZ DE ME LA VENDRE, ET BIEN JE LA VOLERAI ! À VOUS DE VOIR !
- Libre à toi. Je n'ouvrirai pas cette porte aujourd'hui." Le ton laissait entendre que la discussion était terminée. Le forgeron ne doutait pas de la solidité de sa porte, de toute évidence. Et il avait probablement raison, vu l'état actuel du jeune homme. Ellidan tenta néanmoins de tenir parole. Il donna de grands coups de pied dans la porte, qui ne bougea pas d'un pouce. Il était trop épuisé. Mais il n'en resterait pas là. Il la voulait cette épée, et il allait l'avoir!
" Ecoutez... J'ai de l'argent. Je suis prêt à payer le prix que vous m'en demanderez, alors s'il vous plaît, ouvrez la porte!
- Tu commences à me chauffer toi! En quoi t'as autant besoin d'une épée ?! J'ai pas le droit de t'en vendre une si t'es pas de l'armée, et si t'es de l'armée, t'as qu'à aller taper dans le stock. C'est pas ça qui manque.
- Je suis en effet de l'armée, donc me vendre une arme ne vous posera aucun problème. Et pourquoi je veux cette épée ne vous regarde pas.
- J'suis désolé p'tit, mais j'ouvrirai pas cette porte. Aujourd'hui les Mordenn ont prévu une virée, et c'est pas bon pour les honnêtes gens. Reviens demain, si t'es encore en vie.
- Les Mordenn?
- Ouais, une bande de racailles qui traîne toujours en groupe et qui, à peu près une fois par mois, descend dans les rues et passe à tabac tout ce qu'ils croisent. Et en ce moment j'aime ma porte, tu vois?
- Ah, eux? S'il n'y a que ça, vous pouvez m'ouvrir. Je ne pense pas qu'ils ne dérangent qui que ce soit de si tôt, déclara Ellidan, un demi sourire étirant ses lèvres.
- Comment ça ? Le forgeron avait l'air intéressé, tout à coup.
- Et bien, c'est à dire que... J'en ai laissé que trois en état de courir.
La porte s'ouvrit sur un grand type costaud, le crâne chauve et une barbe noire broussailleuse lui recouvrant la moitié du visage.
- Vrai? Le forgeron avait l'air plein d'espoir.
- Vrai.
En voyant le visage tuméfié et la position bancale du jeune homme, le forgeron acquiesça.
- Si t'es encore vivant, c'est que tu dois dire vrai. J't'aime bien p'tit. J'vais voir ce que j'peux faire pour toi. Allez, entre."

Ellidan ne se trouvait que dans la boutique, pourtant il faisait très chaud, à cause de la chaleur de la forge. Les fours devaient être allumés, donc le forgeron devait être en train de travailler avant qu'Ellidan ne vienne le déranger. En face du jeune homme se trouvait le comptoir, avec la caisse, et quelques objets en expositions : couteaux, dagues, épées courtes, un casque, et quelques babioles, comme des anneaux ou des colliers. Il y avait plusieurs étagères, sur les murs, contenant différentes armes et armures. Rien qui n'intéressa Ellidan.
" Au fait, je m'appelle Alan.
- Et moi Ellidan.
- Alors, quelque chose te fait envie?
- Non, pas vraiment. En fait, je recherche quelque chose de plus raffiné, plus... travaillé. De bonne qualité, assez beau, mais quand même fait pour tuer, pas juste pour se pavaner devant une foule d'ignorants. Vous avez ça?
- Mmh... Je pense, oui. Suis moi."
Alan emmena le jeune homme dans une pièce adjacente. Plus sombre, assez exiguë, elle comportait pour seul ameublement une petite étagère, sur laquelle étaient entreposées cinq épées. Cinq magnifiques instruments, aux manches ornementés. L'attention d'Ellidan se reporta rapidement sur l'une d'entre elles, la seule ayant une lame noire. Il s'approcha, toucha la lame. Elle avait une texture hors du commun. Pas vraiment froide, presque tiède, elle était incroyablement lisse. Ellidan avait beau passer et repasser ses doigts, il ne parvenait pas à sentir le moindre grain, la moindre imperfection. Il en éprouva le trancha, prudemment, mais se coupa quand même. Il sourit, et porta son pouce à ses lèvres. Puis il la prit en main. Le manche, recouvert d'une lanière de cuir noir, s'adapta à sa main comme s'il avait été forgé expressément pour lui. Le pommeau, du même métal inconnu que la lame, et tout aussi noir, représentait une tête de loup, dont les yeux d'argent captait le la moindre lumière et semblait briller d'eux-mêmes. La garde, noire également, rappelait les ailes d'une chauve souris. Le jeune homme fit tourne l'arme dans sa main, lui fit décrire quelques moulinets, puis la reposa. Elle était incroyablement légère.
" Mais quel est donc c'est étrange métal ?
Le forgeron sourit.
- C'est un alliage de ma composition, à base de fer et de Roche Noire. Plus solide que n'importe quel acier, plus légère également, elle gardera son tranchant éternellement.
- Et vous m'en demandez combien?
- Trente mille dracks.
- C'est un prix honnête, si cette lame possède les caractéristiques que vous lui accordez. Malheureusement, je n'ai que vingt-huit mille six cents dracks, et quelques oboles.
Le vieil homme en resta bouche bée.
- C'est déjà incroyable que tu ais cette somme! Tu parais si jeune! Mais trente milles dracks sont trente milles dracks, pas vingt-huit mille. Désolé, mais tu n'as pas assez.
Ellidan réfléchit quelques instants. Une idée lui traversa l'esprit.
- Après-demain, je retourne sur le front. Je devrais être de retour en ville d'ici trois jours, au plus, si je survis tout ce temps - un demi-sourire étira ses lèvres. En tout ce temps, je pense être capable de vous ramener une cinquantaine d'épées. J'ai eu l'occasion de tester leur tranchant - il se massa l'épaule droite, dont la douleur s'était estompée - c'est du bon acier. Avec tout ça, je pense pouvoir atteindre les deux mille dracks manquants. Cela vous va?
- Hahaha ! Et comment comptes-tu transporter tout ça, hein?
- Je trouverai un moyen, ne vous en faites pas.
- Mmh. C'est vrai que c'est tentant. Mais bon, j'espérais qu'en voyant le prix, personne ne voudrait acheter cette épée. C'est mon plus bel ouvrage, tu sais.Quand j'étais jeune, j'étais très demandé. Un riche seigneur m'avait fourni de la Roche Noire pour que lui fabrique cette épée. J'y ai passé des mois, mais il n'est jamais venu la chercher. La guerre venait d'éclater, je pense qu'il a été fait prisonnier, ou pire. Quoi qu'il en soit, ça fait maintenant onze ans qu'elle est exposée ici. Maintenant, je suis vieux, et la guerre m'a pris un bras. (Ellidan remarqua seulement qu'il avait une main en métal) Je peux plus faire de travail aussi précis, bien que la main que je me suis faite faire me permet le travail de base. Mais cette lame là, elle me rappelle ma jeunesse. Enfin, si tu arrives à me rapporter toutes tes épées, je pense que je pourrais te la vendre. Je suis un peu à court, y a de plus en plus de bandits sur les routes, et cela fait plusieurs cargaisons qui n'arrivent pas à ma porte. Vois ce que tu peux faire.
- Très bien, vous aurez vos dracks, vos épées, et moi ma lame."
Ils se serrèrent la main pour conclure leur marché, puis Alan raccompagna Ellidan à la porte.




















Chapitre cinq







Angelle était assise sur un fauteuil, près de la cheminée, qu'elle avait tourné en direction de la porte d'entrée. Elle commençait à s'inquiéter. Cela faisait plus d'une heure qu'Ellidan était parti, juste pour aller s'acheter une épée. Peut-être s'était-il perdu? Ellidan? Non. C'était impossible. Parlant de lui il était plutôt question d'embuscade, avec sa chance... Dans ce cas, s'en était-il tiré? Probablement. Et après ça, était-il quand même allé chercher son épée? Evidemment. Ce qui expliquait son retard. Mais tout ceci n'était qu'hypothèse, aussi ce raisonnement ne la rassurait guère. Son inquiétude la ramena un jour plutôt, lorsqu'il était revenu blessé. A ce moment, le croyant mort, une angoisse démesurée avait enserré son coeur. Quand elle l'avait aperçu, son soulagement avait été tel qu'elle n'avait pu se retenir de l'embrasser. Elle se demandait d'ailleurs ce qu'il en pensait. Il lui avait rendu son baiser, donc tout était pour le mieux. Mais ce matin, il avait fait comme s'il ne s'était rien passé. Pourquoi? De toutes façons, s'il ne revenait pas, ça n'avait aucune importance. Alors que l'angoisse recommençait à l'engloutir, la porte s'ouvrit enfin sur un Ellidan bancal, plein de terre et d'éraflures, souriant, mais toujours sans épée. D'angoisse, plus la moindre trace dans le corps d'Angelle. Juste une grande lassitude.
" Où es-tu donc encore allé te fourrer ?!
- J'ai trouvé une épée.
- Et ça explique ton état? Où est-elle cette fameuse épée ?" Elle s'était levée et campée devant lui, les poings sur les hanches, le fixant dans les yeux.
" A la forge.
- A la forge? Et pourquoi pas à ton côté?
- Il me manque deux mille dracks pour pouvoir l'acheter.
- Deux mille dracks pour une épée? Mais à quoi tu penses?
- Elle en vaut trente mille. Je n'en ai que vingt-huit mille. Je compte lui rapporter des armes que je trouverai sur les corps des soldats garmes."
Sentant toute force fuir ses jambes, Angelle se rassit.
" Vingt... Vingt-huit mille dracks ! Comment peux-tu avoir une telle somme?
- Onze ans de salaire de soldat." Il prit place dans le deuxième fauteuil. Le silence s'installa. Puis, au bout d'un moment :
" Tu es couvert de terre...
- Je sais. J'ai croisé une bande tout à l'heure. Ils m'ont un peu maltraité... au début, répondit le jeune homme, souriant à ce souvenir.
- Et ça te fait sourire?
- Pardon?
- Est-ce que ça te fait sourire?
- Comment ça?
- Qu'est-ce qui te faisait sourire, à l'instant?
- Je souriais?
Ellidan n'avait pas l'air de comprendre. Ce garçon était décidément étrange.
- Oublie. Va plutôt te laver, et te changer.
- Mmh."
Il se leva et obéit. Angelle ressentait une sensation inhabituelle, comme une chaleur dans le ventre, à chaque fois qu'elle pensait à lui. C'était la première fois qu'un homme la traitait de cette façon. Enfant, son père la méprisait. Adolescente, les autres élèves la rejetaient, puis elle avait eu à affronter les regards lubriques des soldats. Mais lui ne l'avait jamais regardée de cette manière (troublée, elle se rendit compte qu'elle le regrettait un peu), il l'avait toujours considérée en égale. Pas sur le plan de l'escrime, mais personne n'était son égale sur ce point... Mais il n'y avait aucun sexisme dans son attitude. Peut-être était-ce cela qui l'attirait. L'esprit un peu brumeux, elle se leva à son tour, et se dirigea dans la salle d'eau, où Ellidan se débarbouillait. Il était torse nu et se lavait le visage à l'aide d'un chiffon trempé dans l'eau d'un baquet posé sur le sol, sur lequel il était penché, tournant le dos à la jeune femme. Elle s'approcha de lui silencieusement, s'agenouilla derrière lui, lui passa les bras autour de la taille et commença à l'embrasser dans le cou. Il se raidit, et son bras droit eut un mouvement vers sa botte, dans laquelle il cachait toujours son couteau, enfin, à part ce jour là. Mais il se détendit très vite sous les caresses de la jeune femme. Il se retourna, la prit dans ses bras et l'embrassa. Elle s'allongea sur le dos, l'entraînant avec elle, et lui prit la main. Elle se sentait incroyablement bien. Quand il passa les doigts dans ses cheveux, puis commença à lui caresser le dos, elle sentit son désir s'accroître. Un gémissement de plaisir lui échappa. Elle agrippa son autre main et l'attira vers sa poitrine. Quand il commença enfin à caresser cette dernière, un frisson lui parcouru tout le corps. Alors qu'elle resserrait l'étreinte de ses bras, tous les muscles engourdis par le plaisir, elle entendit la porte d'entrée s'ouvrir. Ellidan également, puisqu'il retira brusquement sa main et se releva. Un peu affolée, elle saisit le bras qu'il lui tendait et se laissa remettre sur ses pieds. Elle se dépêcha d'arranger sa tenue, et commença à chercher une explication plausible du fait qu'elle était dans la salle d'eau en même temps qu'Ellidan, alors que ce dernier se lavait... Finalement, elle le fit se ragenouiller devant le bac et commença à lui laver le dos, espérant qu'Ewen ne poserait aucune question. Le pauvre homme, après la mort de ses parents, avait dû aller travailler dans les champs d'un autre pour subvenir aux besoins du couple, et sa femme travaillait comme couturière dans une fabrique à l'extérieur de la ville. C'était bien Ewen qui rentrait, la mine déconfite, l'air totalement épuisé. Ayant probablement énormément transpiré, et étant couvert de terre, il se dirigea vers la salle d'eau, et parut surpris en découvrant les deux jeunes gens. Mais, trop épuisé pour parler, il se contenta d'un simple hochement de tête pour les saluer, puis fit demi-tour, probablement pour attendre qu'ils aient fini. Angelle se dépêcha de sécher le dos de son compagnon et de lui chercher une tunique propre, tuniques qui commençaient à manquer à force d'être réduites en lambeaux à chaque combat. Une fois qu'il se fut rhabillé, ils sortirent et laissèrent Ewen à ses ablutions. Angelle allait pour s'asseoir quand Ellidan lui prit la main et l'attira vers l'extérieur. Elle se laissa faire. Au dehors tombait la pluie. Elle savoura son contact frais sur sa peau, mais trouva beaucoup moins attrayante la boue dans laquelle s'enfonçaient ses chausses. Le jeune homme l'entraîna dans la rue, ils tournèrent et retournèrent aux coins des bâtiments de pierres plus où moins blanches, toujours main dans la main, et se retrouvèrent finalement dans une sombre ruelle, totalement désertée, probablement à cause de la pluie autant que de son étroitesse. Là, il l'appuya doucement contre un mur, lui passa une main sur la hanche, et l'embrassa de nouveau. Le temps sembla s'arrêter, sous la pluie si fraîche et entre les bras de cet homme qu'elle aimait, capable de tant de violence et de haine au combat, et pourtant si doux avec elle. Pendant que ses mains remontaient lentement le long de son corps, Angelle se disait qu'elle aimerait que le temps s'arrête réellement, qu'elle puisse rester contre lui à jamais. Malheureusement, le temps ne l'entendait pas de cette façon...
Un bruit de pas, une voix :
" Eh ben ça alors! Regardez qui voilà!"
Ellidan se pétrifia, et s'écarta lentement d'elle.
" Alors comme ça nous on aurait pas le droit de s'amuser alors que monsieur s'envoie tranquillement en l'air avec sa chienne de copine? Ah mais ça va pas du tout ça!"
Angelle vit Ellidan lever les yeux au ciel, puis il se retourna vers son interlocuteur. Il lui dit :
" Mais c'est vraiment incroyable ça, vous ne savez donc jamais quand vous êtes batt..."
Il s'interrompit en voyant la montagne qui accompagnait son interlocuteur et ses quelques amis. Jamais Angelle n'avait vu de personne aussi grande. L'homme, s'il s'agissait bien là d'un humain, devait mesurer huit pieds de haut, avait des bras comme des cuisses, et des jambes... Impressionnantes. Torse nu, On pouvait voir chacun de ses muscles. Et il portait une cagoule de bourreau. Angelle se dit que ce n'était pas plus mal. Cet homme devait être vraiment moche.
" Hey, mais c'est qu'elle est bonne la coquine! On peut en avoir un peu?
Au regard que lui lança Ellidan, en se mettant en position défensive devant Angelle, il commença à rire.
" La première chose que je ferais quand ce monsieur t'aura immobilisé, c'est t'enlever les yeux. Ton regard m'insupporte à un point..."
Il sortit un couteau qu'il fit tourner entre ses doigts.
" Allez les gars, on va s'amuser. Kawr et moi, on prend le prétentieux. Les autres, choppez la fille.
- S'il faut vraiment des exemples pour calmer cette maudite ville, vous en serez.
- Dit-il pendant que ses genoux faisaient des claquettes. Allez, go!"
Ellidan bondit sur le géant, mais quand il essaya de le renverser, il se retrouva comme face à un mur de pierres, et tomba par terre, un peu sonné. Mais Angelle ne vit pas la suite. Quatre hommes arrivaient sur elle, avec le même regard lubrique que les bandits qui hantaient ses cauchemars depuis ce fameux jour, dans la forêt. Des flashs passèrent devant ses yeux, et elle resta paralysée un moment, toute tremblante. Ils profitèrent de son immobilité pour l'attraper et la plaquer au sol. Pas encore. NON! Elle se débattit furieusement, et réussit à mordre la main d'un des deux hommes qui la tenait par les épaules. Le bras droit libéré, elle envoya son poing de toute la force de sa peur dans la mâchoire de celui qui essayait de lui retirer son pantalon, ce qui l'envoya sur le dos à quelques pas plus loin. Les deux autres se précipitèrent pour essayer de la maîtriser, mais, toujours à terre, elle balança son pied dans la figure du violeur qui lui maintenait le bras gauche et, emportée par son élan, se releva. De là, elle se jeta sur le quatrième et le plaqua au sol. Sa peur s'était transformée en rage. Maintenant le type à terre avec un bras appuyant sur sa gorge, elle attrapa de l'autre main son entrejambe et serra le plus fort possible, se délectant de ses hurlements. Elle se vengeait enfin. Juste après que l'homme se soit évanouit sous la douleur, elle se sentit happée en arrière par des mains qui la tiraient.
" Espèce de ****** on va te faire ta f..." Il fut interrompu par un coup de coude dans l'estomac. L'agresseur se plia en deux, et reçut un tel coup de pied dans la tête que son nez éclata, et il alla choir plus loin, mais ne se releva pas. L'un des deux autres envoya un terrible coup dans le visage de la jeune femme, ce qui l'assomma à moitié, et elle se retrouva de nouveau dans la boue. La tête tournant, elle vit un des deux agresseurs restant déchirer son pantalon à coup de couteau et déboutonner le sien. Elle était trop sonnée pour réagir. Mais comme il allait pour la prendre, il fut emporté par le vol d'un autre homme, qu'Angelle n'identifia pas. Recouvrant peu à peu ses esprits, elle envoya ses jambes en arrière et se débarrassa ainsi du dernier de ses agresseurs. L'esprit pas encore tout à fait net, elle délesta un des corps inanimés de son pantalon, qu'elle enfila. Puis, avec la douleur brûlante due au coup porté à sa tempe, elle revint tout à fait à elle. Elle regarda immédiatement dans la direction d'Ellidan, où se poursuivait le combat. Combat d'ailleurs bien avancé : le chef de bande avait disparut - Angelle se dit que c'était lui qui l'avait involontairement sauvée - Ellidan avait récupéré le couteau avec lequel il l'avait menacé, la montagne n'avait plus de cagoule et le nez en sang. Ellidan, quant à lui, n'était plus très droit. Sa manche gauche, déchirée, découvrait un bras inerte et ensanglanté. Angelle pensa vaguement que le jeune homme n'aurait bientôt plus rien à se mettre. Cependant, il était encore bien campé sur ses jambes, et tenait l'arme dans sa main valide la lame vers le bas. Elle reporta son attention sur le visage du monstre. Comme elle l'avait présumé, il était vraiment laid. Il n'avait pas le moindre cheveu sur la tête, ses arcades sourcilières proéminentes surplombaient ses yeux d'un noir d'encre. Son nez était cassé et l'une de ses grosses lèvres était éclatée.Tout ceci lui donnait l'air d'un parfait abruti. D'autant que sa tête paraissait minuscule par rapport à son corps. Mais il n'en était pas moins dangereux. Quand Ellidan bondit en avant, il lui décocha avec une rapidité troublante une baffe en plein visage qui l'envoya sur le dos. Mais le jeune homme roula sur le côté et se remit sur ses jambes, commença à courir vers sa cible avant même d'être totalement redressé, esquiva de justesse une deuxième gifle, plongea en avant, enfonça sa lame dans le cuir du pantalon du géant, lui déchira la cuisse sur toute la longueur, puis retira le couteau et le plongea de nouveau dans la chair, au niveau de la plaque abdominale, qui lui arrivait au niveau de la poitrine, mais la lame s'y cassa. Ne prêtant aucune attention aux hurlements de douleur et de rage de Kawr, il essaya de lui décocher un coup de poing dans l'estomac, tentative forcément vouée à l'échec, se dit Angelle. Et effectivement, cela n'eut pas beaucoup d'effet, si ce n'est de permettre au géant de coincer son agaçant adversaire entre ses puissants bras. Il commença à serrer, voulant étouffer Ellidan. Voyant cela, la jeune femme commença à paniquer. Elle courut vers le malabar, et commença à le frapper derrière les genoux, pour essayer de le faire tomber. Mais il ne donna pas l'impression de seulement s'en rendre compte. Désespérée, elle commença à donner de l'épaule, puis se jeta carrément derrière l'articulation, sans la faire bouger. Elle essaya ensuite de tirer sur ses bras pour laisser le jeune homme respirer, mais sans effet. Du sang s'échappait de sa bouche. Ses yeux étaient clos et il ne devait pas rester grand chose de ses côtes à présent. Alors qu'elle fondait en larmes, essayant toujours désespérément de libérer son amant, il poussa un hurlement formidable et ouvrit les yeux. Ils brûlaient d'une haine insoupçonnable, tellement effrayante qu'Angelle recula, apeurée par le regard de son compagnon. Elle trébucha et s'étala dans la boue. Ellidan donna un coup de pied tel dans le tibia de son bourreau que celui-ci se brisa net. Dans un hurlement de douleur, le géant s'effondra sur le côté, sa jambe ne le soutenant plus, et desserra son étreinte. Ellidan réussit à s'extirper des bras gigantesques, puis balança de nouveau son poing dans le ventre de la masse qui se tordait de douleur à ses pieds. Seulement cette fois, son bras tout entier pénétra dans les muscles, faisant jaillir une fontaine de sang, et les hurlements de Kawr cessèrent dans un immonde gargouillis. Ellidan retira son bras, puis tomba à genoux, respirant fort et se tenant les côtes. Angelle se releva, s'approcha lentement du jeune homme, encore effrayée par ce qu'elle avait vu dans ses yeux. Surmontant sa peur, elle posa sa main sur son épaule. Il tourna la tête vers elle, et dans ses yeux une immense fatigue avait remplacée la fureur. Soulagée, elle se laissa choir à son tour, et elle l'enlaça. Il tressaillit mais ne dit rien. Sa respiration reprit petit à petit un rythme normal entre ses bras, et, au bout d'un moment, il se releva, l'entraînant avec lui. Il se tourna face à elle et lui demanda :
"Ca va, tu n'es pas blessée?
- Non, tout va bien. Mais peux-tu en dire autant?
- Mes côtes me font souffrir, mais c'est supportable.
- Bien. Tu as vu, je me suis bien débrouillée.
- En effet, et heureusement! J'aurais eu du mal à tous t'en débarrasser.
- Oui, je le pense aussi.
Elle sourit
- Mais dis-moi, continua-t-elle, Comment as-tu pu faire voler cet homme, tout à l'heure?
Elle ne demanda pas comment il s'était dégagé de l'étreinte mortelle du monstre, redoutant la réponse.
- Haha! Tu vas rire! Il essayait de m'attaquer par derrière pendant que j'étais aux prises avec le grand machin par terre, mais ce dernier m'a envoyé un coup de poing, que j'ai évité sans mal. Seulement, l'autre attaquait, et lui ne la pas vu venir.
Il partit d'un grand éclat de rire et s'interrompit vite, grimaçant, ses côtes le faisaient sûrement souffrir. C'est du moins ainsi qu'Angelle interpréta le rictus de douleur de son compagnon.
- Bon, et si nous rentrions, maintenant?
Le visage d'Ellidan s'assombrit.
- Il me reste une chose à finir." Il commença à marcher, d'un pas mal assuré, vers l'endroit où avait atterrit le chef de bande.
" Si je l'ai épargné les dernières fois, c'est parce que je suis conscient que pour remporter cette guerre, on a besoin de chacun des soldats. Mais celui-là n'est bon qu'à emmener ses hommes au casse-pipe et abuser des jolies filles. Je ne crois pas que le laisser vivre soit une si bonne chose."
Il mit un genou à terre, et apposa sa main sur la gorge du corps inerte. Angelle s'attendait à ce qu'il l'étrangle, mais à la place, il se mit à rire de nouveau.
" Il est déjà mort! Sa tête s'est décollée de son échine, on dirait. Bien, rentrons."
























Chapitre six







"Je peux te demander quelque chose ?" Ellidan était fatigué et ses côtes le faisaient atrocement souffrir, mais il refusait de montrer sa faiblesse à sa compagne. Ils marchaient dans la rue, bras dessus, bras dessous, titubant un peu.
" Oui, qu'est-ce qu'il y a?
- Je voudrais savoir pourquoi tu es restée avec moi en ville au lieu de rester sur le front.
Elle réprima un éclat de rire.
- Après tout ce qui s'est passé aujourd'hui, tu te le demandes encore?
- Non, je voulais dire comment, pourquoi t'ont-ils laissée partir alors que tu n’étais pas blessée?
- Ah, ça... Et bien, disons que nous, les femmes, avons certains arguments qui sont imparables.
Elle disait cela avec un sourire espiègle.
- Non, en réalité, le médecin avait peur que tu ne tiennes pas en place, et que ta blessure ne se rouvre. Alors il m'a demandé de veiller sur toi. Malheureusement, j'ai bien peur d'avoir échoué.
- Non, au contraire, regarde mon épaule. Pas d'entaille!"
Il n'y avait en effet aucune entaille dans son épaule. Mais il était dans un si piteux état qu'ils ne purent s'empêcher de rire. Malheureusement, ses côtes lui faisant encore plus mal dans ces moments d'hilarité, Ellidan fut vite contraint de se maîtriser.
Quand ils arrivèrent enfin chez Ewen, sa femme n'était toujours pas rentrée. Cependant, Ellidan était réellement éreinté et n'aspirait qu'à s'allonger et à dormir, pour récupérer. Aussi ne s'inquiéta-t-il pas de ce retard, probablement dû à la pluie. Peut-être attendait-elle tout simplement qu'il cesse de tomber des cordes pour sortir. Il s'installa donc dans un des fauteuils, et Angelle prit place dans l'autre, pendant qu'Ewen faisait cuire des légumes, l'air sombre et inquiet. Ellidan détestait les légumes. Seule la viande l'avait jamais rassasié. Il reporta donc son attention sur la jeune femme assise en face de lui. Malgré la terre qui maculait son visage et sa tempe légèrement gonflée, elle restait incroyablement belle, et il en était amoureux, c'était maintenant évident. Cela lui fit tout drôle, n'ayant plus été confronté à ce sentiment depuis ses six ans. Et il se dit que c'était très différent de l'amour qu'un frère porte à ses soeurs, ou de celui qu'un fils porte à sa mère et à son père. Non, envers cette femme, il éprouvait plutôt comme le besoin de la protéger, empêcher qu'il ne lui arrive encore du mal, entre autre désir de toucher sa peau, et de la serrer dans ses bras. Et, dans ce fauteuil, au coin du feu, probablement la moitié des côtes cassées, il se fit la promesse de la protéger à jamais.
"Qu'est-ce qu'il y a, pourquoi tu me regardes comme ça ?"
Il revint au moment présent et se rendit compte qu'elle rougissait.
" Hein? Ah euh... Non rien. Je me disais juste que tu étais vraiment belle."
Elle n'en rougit que plus, et détourna le regard, visiblement gênée. Il décida de changer de conversation.
" Bon, il faudrait dormir, après-demain on retourne au front, après tout.
- Tu comptes encore te battre, dans l'état où tu es?
- Bien sûr! Je vais très bien!
C'était bien évidemment faux, et il ne douta pas vraiment qu'elle ne s'en fut rendue compte. Le silence revint, et c'est les yeux toujours posés sur elle qu'il finit par s'endormir.

Nathaniel était fatigué, comme tous les soirs. Il avait passé la journée à faire brûler des soldats garmes et à ériger des barrières magiques pour protéger les soldats kernois des flèches et des carreaux. Son équipe avait beau être compétente, la magie puisait quand même dans ses réserves une énergie énorme. En tant que champion et officier supérieur, il avait droit à une tente personnelle. Une espèce de grand pavillon, particulièrement laid, avec ses rayures rouges et blanches. Il avait donc décidé de refaire la décoration. En cinq minutes, il avait transformé la toile bicolore en un tissu uni d'un noir profond, en se servant d'un petit carré de sa cape, modifiant la matière de la tente en celle de son vêtement. Puis il avait réparé sa cape. Rien de plus simple, juste une petite transmutation. Il avait entendu dire un jour qu'il y avait bien longtemps, un grand sorcier avait décidé de transmuter le château royal avec de l'or. L'idée avait plut au roi, mais personne ne savait que le sol sous le château était instable. Il soutenait sans peine la pierre, mais quand tout se changea en or, tout le bâtiment disparut sous terre. Le roi avait fait pendre le mage, trop épuisé par sa transmutation pour résister. Nathaniel avait sourit un bref instant à l'évocation de ce souvenir. Lui-même l'aurait plongé dans une marmite d'or fondue, il trouvait cela plus adéquate. Il s'affala sur un canapé, autrefois simple paillasse, attrapa un des nombreux grimoires qui traînaient au pied de la banquette, et se plongea dans sa lecture. Le gros livre traitait de magie, bien évidemment. Il lisait un chapitre consacré à un sort de feu particulièrement efficace, mais qui demandait énormément d'énergie. Il était en train d'essayer de mémoriser la formule, composée de mots d'une langue morte depuis longtemps, quand il ressentit quelque chose d'inhabituel, comme une variation dans l'air. Quelque chose dû à la magie.
Oui, un puissant mage approchait.

Ellidan se réveilla à l'aube. Il ouvrit brutalement les yeux, s'extirpant de son cauchemar, trempé de sueur, puis il se souvint de ce qu'il avait à faire ce jour là. N'ayant pas d'affaire à prendre, puisque son sac restait dans la maison, il prit juste son couteau, qu'il mit dans sa botte. Il n'avait pas d'épée, mais pensait en récupérer une, une fois au camp. Il jeta un coup d'œil à Angelle, qui s'était endormie sur le fauteuil en face du sien, puis regarda au dehors. Il était temps d'y aller. Il posa une main sur l'épaule de la jeune femme, qui ouvrit immédiatement les yeux. Voyant sa mine sombre, elle se leva à son tour. Ses affaires étaient déjà prêtes, et elle prit son sac avant d'accompagner Ellidan dehors. Une fois la porte fermée, ils n'avaient plus besoin d'être silencieux pour ne pas réveiller Ewen et sa femme, qui devait être rentrée. Elle l'embrassa donc pour lui dire bonjour, puis il lui prit la main et ils partirent ainsi là où s'arrêtait la vie de tant de personnes.

La lumière du soleil levant filtrant au travers de la toile noire réveilla Nathaniel. Ou fut-ce le bruit des cris d'alerte ? Dans tous les cas, il se leva en trombe et se précipita hors de sa tente pour constater qu'une pluie de flèches de feu s’abattait sur le camp. Voyant cela il marmonna rapidement une incantation destinée à le plonger dans une bulle protectrice et courut vers la tente où dormait son équipe. Oui, ils dormaient encore. Il les réveilla en hurlant et leur ordonna de l'aider à protéger le campement. La même incantation qu'il avait utilisée plus tôt s'éleva dans les airs, prononcée par les voies endormies de jeunes mages s'extirpant du sommeil, et les flèches enflammées commencèrent à ricocher contre le vide, au-dessus du camp, pour aller s'écraser autour de la palissade qui en faisait le tour. Les quelques incendies qui s'étaient déclarés furent vite maîtrisés, et tous les soldats s'étaient regroupés devant les portes, prêts à s'élancer dès que l'averse de flammes se serait calmée. Nathaniel et ses hommes restaient au milieu des tentes, maintenant le bouclier invisible en attendant la fin des tirs de flèches.

Quand Ellidan et Angelle arrivèrent au camp, la moitié des tentes avaient brûlé, des cris fusaient en tous sens, on soignait les blessés à même le sol, dans les allées, probablement parce que l'infirmerie était pleine.
"On a raté quelque chose je crois.
- En effet..."
Ils s'avancèrent dans une allée et, croisant un soldat qui paraissait affolé, lui demandèrent ce qui s'était passé.
"On a subit une attaque ce matin. Ca a commencé avec des tirs de flèches de feu, puis on a subit une charge de cavalerie, et on a à peine réussi à repoussé la vague de fantassins qui s'est ramenée après.
- Y'a eu combien de morts?
- Houlà... tellement ! Je sais pas, plus de cinq cents je pense.
- Dans les deux camps ?
- Nan, juste chez nous. Chez eux je dirais... cent cinquante, par là. La cavalerie nous a vraiment fait mal, on s'attendait pas à ça! Bon 'faut que j'vous laisse, y'a besoin d'un maximum de gars pour soigner les blessés!
- Attends! Tu ne sais pas où je pourrais trouver une charrette, ou un truc comme ça?
- Nan, désolé. " Et sur ce il s'en alla.
Ellidan se tourna vers Angelle, dont le visage ne trahissait pas la moindre émotion face au carnage, tout comme le sien.
"Je vais essayer de trouver un officier de ma division, pour faire le point. Tu devrais en faire autant.
- D'accord."
Ils se séparèrent, Ellidan partant vers la partie Est du camp, et Angelle vers la partie Ouest.

Le jeune homme rencontra énormément d’agitation. Partout on s’affairait pour apporter de l’eau et des bandages aux infirmiers, des gémissements de douleurs fusant de toutes parts, et des marres de sang dévalant les allées. Quand il arriva à destination, il ne restait de toutes les tentes que des cendres. Il repéra cependant sans peine l'officier qui s'occupait de sa section. Il avait l'air totalement abattu, et avait un bras en écharpe. Une estafilade encore rouge barrait sa joue gauche, traçant une ligne de sang au milieu de sa barbe de trois jours. Ellidan le savait grand, mais en cet instant, il paraissait tellement diminué...
Il s'approcha. L'entendant arriver, l'homme leva vers lui son regard sombre.
"Quelles sont nos pertes? s'enquit-il
- Les deux tiers de la section sont morts, répondit l'officier d'un ton maussade. La moitié des hommes restant sont blessés, plus ou moins gravement. Certains ne passeront pas la nuit.
- Ah... Ellidan baissa les yeux.
- Et t'étais où toi ? reprit l'autre avec une pointe d'agressivité.
- En ville. J'ai été blessé à l'épaule il y a trois jours, et...
- Ouais, ça va. T'as eu plus de chance que les autres. Bon, qu'est-ce que tu veux?
- Je voulais simplement savoir où on en était...
- Bah voilà, tu sais.
- Je me demandais aussi où je pourrais trouver une charrette ou quelque chose dans le genre.
- Qu'est-ce que tu veux qu'j'en ai à foutre de ta charrette! La plupart de mes hommes sont morts, et tu m'demandes ça! 'pis qu'est-ce tu comptes en foutre? Ramasser les cadavres?
- Presque... Le forgeron à Talbenn manque d'acier, j'ai promis de lui en rapporter. Je me suis dit que je pourrais ramasser les armes des morts.
- Ouais, c'est sûr, 'l en a plus besoin qu'eux main'nant. Va voir par là-bas, doit y avoir un ou deux chariots vides. D'habitude c'est pour le ravitaillement, mais les gars qui s'en chargeaient sont morts aussi, et on n’a pas encore décidé qui les remplacerait. Démerde-toi juste pour finir avant c'soir. Et ramène le machin quand t'auras fini.
- D'accord. Merci."
L'officier s'en voulait manifestement pour la mort de ses hommes, mais Ellidan ne pouvait rien y faire, aussi fila-t-il récupérer le chariot et commença sa tournée des corps.

Angelle venait de parler à son lieutenant. Sa section avait subit des pertes, bien sûr, mais très peu. Ils s'en tiraient plutôt bien, comparés aux autres. Elle marchait au hasard dans le camp, cherchant quelque infirmier à aider, quand elle fut bousculée par un homme qui marmonnait, l'air préoccupé. Il était vêtu d'une cape noire, d'un pantalon de toile noire, de bottes de cuir noir, de gants noirs, et portait une amulette de ce qui semblait être de l'argent représentant une étoile à cinq branches. Ses cheveux lisses, d'un noir de nuit sans lune, étaient coupés court. Il avait un beau visage, bien que ténébreux, avec un regard perpétuellement noir renforcé par des sourcils couleur ébène. Sa peau très pale contrastait fortement avec ses atours.
Abrutis, toujours pas prêts! S'ils remettent ça maintenant, on est tous foutus! Des années d'entraînement pour ça... N'importe quoi... Il ne parut même pas l'avoir remarquée. Vaguement choquée, elle continua sa route.

Nathaniel faisait des allez retours dans le camps, essayant tant bien que mal de préparer les défenses du camp contre une autre attaque. Malheureusement, les autres mages n'y mettaient pas du leur. Il leur avait ordonnés de se disperser et de tracer des glyphes le long des palissades, mais ces incapables faisaient des erreurs à tort et à travers. Il devait tout contrôler, voire rectifier lui-même les erreurs. Il serrait les poings convulsivement depuis un bon moment. Et cette puissance magique qui s'approchait... Il réfléchissait à tout cela lorsqu'il perçut un bruit, comme un gigantesque hurlement.
Merde! Je savais qu'ils n'attendraient pas qu'on se soit remis! Ç'aurait été trop beau! On est mal!
"EN PLACE, VITE! LANCEZ LES SORTILEGES !"
Alors qu'un mouvement de panique s'emparait des soldats dont la majorité était blessée, une clameur confuse s'éleva du camp. Mais à quoi ils jouent ?! C'est pas à ce rythme qu'ils vont m'ériger mes remparts! Et pourtant, de chaque endroit où était dessinée un glyphe, un pilier de lumière rosâtre s'élevèrent, puis des barrières de la même couleur translucide se tendirent entre chacun. En voyant cela, les soldats qui couraient en tous sens se stoppèrent petit à petit, et reprirent leur poste, visiblement soulagés de se sentir à l’abri. Un abri que Nathaniel savait fort fragile. Les incantations auraient dues être entonnées en même temps, d'un ton bien plus sûr et beaucoup plus fort. Les barrières magiques ne tiendraient pas longtemps. Il se dirigea vers les stocks de flèches et les enchanta pour qu'elles puissent traverser les barrières magiques. Malheureusement, il n'y avait plus beaucoup d'archers... Une fois sa tâche achevée, il se prépara au combat.

Ellidan était encore dehors à ramasser des épées quand une lueur rose entoura le camp. Inquiet, il regarda autour de lui et découvrit l'armée de soldats enragés qui déferlait sur lui. Il se dépêcha de rebrousser chemin, mais jamais il ne put pénétrer dans le camp. Quand il essayait, il était comme retenu par une force invisible.
Saloperie de magie!
"LAISSEZ-MOI ENTRER !"
Mais derrière le champ de force n'étaient que des soldats pétrifiés par la peur. Comprenant que personne ne l'aiderait, il abandonna son chariot et s'allongea sous un cadavre, espérant ne pas être piétiné à mort, risque immense... Le sol se mit à trembler de plus en plus au fur et à mesure que les cris s'amplifiaient. Puis ce fut le chaos.

































Chapitre sept






La vague humaine déferla sur la barrière magique, et s'y brisa comme sur un roc. Angelle regardait le spectacle ridicule des soldats du premier rang écrasés par ceux qui poussaient derrière eux, tout en se demandant ou était Ellidan. Probablement noyé dans la foule de soldats blessés et effrayés qui se pressaient les uns contre les autres en priant pour que les barrières tiennent. Un moment, elle crut voir le mur translucide perdre en intensité. Quelques instants plus tard, un homme à coté d'elle posa un genou à terre, le visage crispé, et l'air épuisé. Elle repéra plusieurs personnes qui firent de même, l'un après l'autre, et elle eut la certitude que la barrière était de moins en moins... opaque. Puis elle disparut tout à fait, et le camp fut submergé par l'offensive.
Angelle avait le ventre totalement noué par la peur. Néanmoins, elle combattit bravement. Inutilement, mais bravement. Les Kernois combattaient à un contre dix, et la plupart étaient blessés. Ce fut un carnage. Aussi furieusement que se battit la jeune femme, cela ne servit à rien. Au bout de quelques minutes, les soldats qui n'avaient pas fui furent éradiqués.
Alors qu'elle venait de décapiter un soldat garme, elle sentit une main agripper son épaule. Elle pivota et envoya sa lame vers le visage de son agresseur, mais celui-ci attrapa sa main au vol, et lui bloqua le bras. Grand, chauve et fort musclé, il avait un air lubrique sur le visage.
"Joli petit lot, susurra-t-il, un sourire pervers étirant ses lèvres. Toi, j'te garde pour après la bataille, on va bien s'amuser.
- Pourquoi tous les hommes que je rencontre me disent systématiquement cela ?"
Elle lui cracha au visage, escomptant qu'il la lâcherait d'une main pour s'essuyer, mais il sourit de plus belle. Et puis soudain il explosa, arrosant de sang la jeune femme. Elle resta immobile un moment, et reprit ses esprits quand un homme habillé de noir lui cria :
"Allez, venez, c'est foutu! On s'en va!"
Elle se dit qu'elle l'avait déjà vu quelque part. Elle se rendit compte que la main du reître pendait encore à son avant-bras, et l'en arracha avec dégoût. Puis elle essaya de rejoindre l'homme. Se frayant un chemin en tailladant à droite et à gauche, courant, marchant, elle le suivit jusqu'aux portes, puis ils détalèrent.

Ellidan comprit très vite que s'il restait où il était, il ne survivrait pas. Les soldats se pressaient les uns contre les autres, s'entassant pour pénétrer dans le camp, dont les murs translucides avaient manifestement cédé. Cerné par une forêt de jambes, il entreprit de ramper en espérant ne pas se faire repérer. La terre était encore humide de sang, et plus il se traînait, plus il se couvrait de boue. A un moment, un pied se posa sur sa tête. En une demi seconde, il comprit que deux choix s'offrait à lui : faire le mort, laisser le soldat prendre appuie sur sa jambe et, avec le poids de tout son équipement, risquer de lui broyer le crâne, soit se dégager dare-dare, et risquer de se faire repérer. Il choisit la deuxième option. Il dégagea sa tête, le soldat perdit l'équilibre et s'effondra. Avant qu'il ne réalise pourquoi il était tombé, Ellidan avait dégainé son couteau et lui avait planté dans la gorge. Le jeune homme, sans s'émouvoir, reprit sa longue progression entre les jambes. Heureusement pour lui, personne ne regardait le sol. Du moins pendant un temps. Lorsqu'un autre pied lui heurta les côtes, que son propriétaire baissa la tête en trébuchant, l'aperçut, se rendit compte qu'il n'était pas mort et brandit sa hache pour lui ôter la tête, il fut bien obliger de se relever après avoir roulé de coté pour esquiver. Il bouscula le soldat sur sa droite en évitant un deuxième coup, profita de ce que l'homme était emporté par son élan pour lui planter à lui aussi son couteau dans la gorge, mais avec tout ça il était repéré. Alors que les têtes se tournaient, que les regards de centaines de personnes convergeaient vers lui, il sentit la peur s'emparer de lui. Une peur glaciale, qui lui parcourait l'échine pour envahir lentement chacun de ses membres. Ses muscles se contractaient convulsivement, tandis qu'il réalisait qu'il allait mourir. Je ne mourrai pas. Je ne mourrai pas.JE NE MOURRAI PAS. Pendant qu'il se répétait cette phrase, les soldats qui l'entouraient s'approchaient de lui, arme à la main, et, comme ils allaient pour le découper en morceau, son corps réagit tout seul. Il para une épée avec son couteau, pivota sur lui-même, poussant le soldat d'une épaule et l'envoyant bouler sur les autres, et détala, se frayant un passage à grands coups d'épaules dans la foule. Il courait aussi vite que ses jambes et la densité de l'armée le lui permettaient, longea les restes de la palissade de ce qui restait du camp jusqu'à atteindre la route, là où les soldats s'éparpillaient de plus en plus, et, sans se rendre compte que ses poursuivants l'avait abandonné, préférant le sac du camp, il courut, encore et encore, porté par une force qui n'était pas la sienne.

"Comment vous nommez-vous ?"
Ca y est, ça commence... Je n'aurais jamais du l'emmener avec moi.
"Mon nom importe peu.
- Drôle de patronyme... Vous avez un diminutif ?
Ton sarcastique.
- Aha, aha, aha... Très drôle. Si vous y tenez tant, je m'appelle Nathaniel.
- Nathaniel... Quel nom parfait pour un mage. Ténébreux, arrogant, antipathique. Pour ma part, je me nomme Angelle.
- Et alors ? Vous ai-je, tout à fait à mon insu, laisser insinuer que votre prénom m'intéressait d'une quelconque façon ?
- Non, mais je me suis dit que deux compagnons de route devaient savoir de quel façon interpeller l'autre.
- Compagnons de route ? Ne vous y méprenez pas, vous marchez juste à côté de moi. Nous ne sommes en aucun cas compagnon.
- Nous marchons côte à côte, dans la même direction, et nous discutons, cela fait de nous des compagnons de route.
- Si vous le dites, ainsi soit-il ! Le monde en sera meilleur, j'en suis certain!"
Quelle teigne! Et ce petit sourire amusé... Cela m'exaspère!
Les deux jeunes gens se dirigeaient vers Talbenn, ainsi que quelques soldats qui avaient eu l'intelligence de décamper. Le mage avait choisit cette destination car il sentait que la puissante aura émanait de là-bas. Cela l'intriguait. Cependant, il ne pouvait s'empêcher de jeter des regards furtifs vers la femme qui l'accompagnait.
Elle s'est enfin tue. Elle a l'air inquiet... Bah, ça ne me regarde pas de toutes façons!
"- Vous êtes mage, non? Pourquoi vous ne faites pas quelque chose qui nous ferait avancer plus vite?
- Parce que je cache mon aura magique afin de passer inaperçu au Flux d'un être magiquement extrêmement doué.
- Le... Flux? De quoi s'agît-il ?
- C'est quelque chose que chaque mage possède dans son cerveau. Quelque chose qui permet de détecter l'aura magique d'un être. Plus l'être est puissant, plus son aura est importante. Mais il y a moyen de la camoufler, ceci requérant un arrêt de l'utilisation de magie pendant le temps que l'on cache son aura.
-Ah..."

Plus elle avançait, plus Angelle s'inquiétait d'Ellidan. Elle savait qu'il avait plus que certainement été tué, mais refusait de s'y résoudre. Peut-être avait-il seulement été fait prisonnier, puis échappé. Elle jetait un regard alentours, dans le vain espoir de l'apercevoir. La route de terre battue était droite et monotone, quelques chênes la surplombaient, grands et sans âge. Devant elle marchaient deux déserteurs, plus loin un autre, plus loin, encore un, et derrière elle, la même chose. Ses yeux se ruaient sur leur visage, espérant reconnaître le seul qu'elle voulait voir, mais en vain. Elle espérait alors qu'elle le retrouverait une fois à Talbenn. Mais il restait encore plusieurs heures de route, et ce n'était certainement pas le prétentieux qui l'accompagnait qui allait lui faire passer le temps... Alors elle rentrait la tête dans les épaules, et continuait de marcher, encore et encore. Au bout d'un moment, lasse du silence, elle sortit sa flûte, attachée à son cou, et se mit à jouer un air triste. Perdue dans ses pensées, elle aperçut à peine la tête de Nathaniel se tourner brièvement vers elle quand il entendit la flûte. Elle ne voyait plus qu'Ellidan.

Quand Ellidan s'arrêta de courir, il tomba à genoux, totalement épuisé, et prit plusieurs minutes pour reprendre sa respiration. Puis il se releva gauchement, tituba pendant quelques pas avant de reprendre une démarche plus assurée. Et enfin il se dit qu'il devait aller à Talbenn pour aider à la défense de la ville, qui serait certainement assaillie sous peu. Estiment la route fort peu sûre, maintenant que l'avant-poste était tombé, il coupa par les bois. Il se déplaçait d'un pas rapide et déterminé, en réfléchissant à la manière qu'il emploierait pour obtenir son épée, maintenant que sa récolte d'acier était perdue. Il finit par rejoindre un petit sentier qui partait dans la bonne direction, suffisamment loin de la route pour en être invisible. A plusieurs reprises, il crut voir des animaux qui couraient vers lui, mais il n'était jamais sûr. Au travers des feuilles, il voyait que le ciel se noircissait de nuages.
En plus il va pleuvoir, c'est bien ma veine...
En réfléchissant à cela, il se demanda si ce qu'il avait sur le dos le maintiendrait à peu près au sec, et se rendit compte que sa tunique n'était plus que lambeaux terreux, ensanglantés, et que si elle n'était pas également pleine de terre, on distinguerait plus de sa peau que de son habit. Il réajusta les restes, rentra la tête dans les épaules et força encore le pas, dans l'attente de l'orage.
La pluie commença à tomber alors que le sentier rejoignait la route, à quelques lieux de Talbenn. Se mélangeant à la boue séchée qui maculait le corps d'Ellidan, l'eau forma de longues traînées sur sa peau. Le jeune homme fit décrire une rotation à sa tête pour décontracter ses épaules, essuya la boue qui lui coulait dans les yeux et, aussi résigné que déterminé, accéléra encore le pas.

"Où est-il ?"
Sa voix était calme. Sa voix était grave. Sa voix était terrifiante. Mais pas autant que son regard. Ses yeux entièrement noirs, mais qui brillaient d'une lueur de sadisme. Il maintenait l'homme suspendu dans les airs, à quelques pieds du sol. Cela facilitait souvent les interrogatoires.
On l'avait envoyé pour retrouver et capturer un berserker. Ces créatures étaient dangereuses, disait-on, donc on l'avait envoyé lui, considéré comme encore plus dangereux. Le culte de Vos s'intéressait depuis longtemps à ces croisements de démons et d'humains. Seulement, quand il arrivait à en capturer un, il était en tellement mauvais état qu'il mourrait pendant l'interrogatoire et on n'en tirait rien. Cette fois, il fallait qu'Il réussisse à le capturer en un seul morceau. Cela dit, d'après ses renseignements, il était encore jeune et insouciant. Peut-être n'avait-il même pas encore conscience de son statut. Il serait donc bien plus facile de le vaincre.
"Où est-il ?"
L'homme gesticula, ouvrit puis ferma la bouche. Il le laissa retomber au sol, et lui fit signe qu'Il écoutait. L'homme reprit son souffle, puis articula difficilement :
"Il est partit sur le front. Il doit revenir d'ici deux ou trois jours avec un chargement d'armes pour m'acheter une épée. Vous pouvez l'attendre.
- Bien."
Il avait obtenu l'adresse du forgeron en interrogeant les petites frappes qui avaient prévenues le culte. Il fit un bref mouvement de sa main droite, presque désinvolte, et le colosse mourut, l'échine rompue. Un autre geste de la main le fit dégager dans un coin sombre d'une ruelle sombre, le genre de coupe-gorge où personne ne s'aventurait jamais, puis il entra dans la boutique, s'assit sur une chaise, en face de la porte, et attendit.

Trempés par l'orage quand ils atteignirent Talbenn, Angelle et Nathaniel furent bien soulagés de trouver un abri au sec et au chaud dans la maison des personnes qui logeaient Angelle. Ils n'étaient pas là, mais un feu brûlait dans la cheminée. Depuis qu'ils étaient arrivés en ville, le froid avait remplacé la chaleur habituelle de l'été. Les deux jeunes gens se séchaient devant les flammes aux reflets jaunes et rouges quand Angelle déclara qu'elle devait aller voir un forgeron. Seulement, ne sachant pas duquel il s'agissait, il faudrait qu'elle les cherche tous.
Au début, elle voulait attendre que la pluie cesse, mais au bout de plusieurs heures, alors que la nuit était tombée, elle décida qu'elle irait, même mouillée. Elle sortit donc, sous la pluie battante et dans la boue, accompagnée de son silencieux ami, qui ne lui avait pas demandé son avis. Si elle avait compté se renseigner auprès passants, elle se rendit compte que ce serait impossible, puisqu'elle était la seule - enfin avec son compagnon - dehors par ce temps épouvantable. Elle parcourue les rues détrempées et ruisselantes de long en large à la recherche de l'enclume en bois surplombant la porte des forges.
Elle en trouva trois. Le premier forgeron était un homme plutôt courtaud, trapu, sans un cheveu sur le crâne et une barbe roussie lui mangeait la moitié du visage. Mais il n'avait jamais vu Ellidan.
Le deuxième était une femme blonde, cheveux courts, yeux sombres, teint rougie par les flammes. Large d'épaules et un marteau dans la main, elle n'avait jamais rencontré Ellidan.
Alors qu'elle allait pour ouvrir la porte de la troisième forge, elle sentit la main de Nathaniel se poser sur son bras. Au même moment, une silhouette se distingua à travers la pluie, sortant d'une ruelle proche, et lança :
"Je rentrerais pas là-dedans si j'étais vous."
La voix était masculine, et l'homme s'exprimait d'une voix lente et assurée.
" Qu'est-ce que vous voulez dire ? demanda Angelle d'un ton un peu brusque, pas vraiment rassurée par cette soudaine apparition.
- Bah, ça dépend de ce que vous cherchez.
- Je cherche un homme, et je pense pouvoir le trouver dans cette forge.
- Ah, j'espère que vous parlez pas de celui qui est dans la ruelle, là.
- Pardon ? elle ne comprenait pas où l'homme voulait en venir.
- Venez jeter un coup d'oeil, vous comprendrez."
La main sur la garde de son épée, n'ayant aucune confiance en cet inconnu, Angelle s'approcha de lui. Il était emmitouflé dans une longue cape noire, dont le col était remonté jusqu'au dessus du nez et le capuchon rabattu cachait son visage.
" Je ne vois rien.
- Regardez mieux, là.
Il pointait du doigt une zone d'ombre. En plissant les yeux, Angelle parvint à discerner une masse sombre. Elle s'approcha prudemment. La masse sombre était en réalité le cadavre d'un grand homme, la nuque décrivant un angle suspect par rapport à son corps.
- C'était le forgeron, justement.
Angelle sursauta. Elle n'avait pas entendu l'homme approcher.
- Vous l'avez tué?
- Mais non, j'l'ai juste trouvé. J'passais par là et...
- Qu'est-ce que vous faisiez dans cette ruelle? C'est le genre de coupe-gorge que personne n'empreinte.
- Bah euh... Moi si, voilà. Et puis j'ai le droit de passer par où je veux ! Bref, je venais de là, pour, euh... me promener, et puis j'l'ai vu par terre.
- Vous veniez de par là? Mais comment l'avez vous repéré ? L'angle de la rue faisait que le corps était pratiquement invisible si l'on venait de la direction indiquée.
- Et bah... Vous savez, j'ai l'oeil. Et puis comme vous dites, c'est un coupe-gorge ce truc. J'suis prudent.
Il était surtout mal à l'aise, remarqua Angelle.
- Enfin bon, si le forgeron est mort et que sa porte est pas fracturée, c'est que c'est pas un cambriolage. En plus il avait pas de poches, il était en habit de travail. Donc c'est louche.
- Mouais... Je crois quand même que je vais entrer.
- Non. Il a raison. Il y a quelque chose de louche dans ce bâtiment. Je sens une très puissante aura qui vient de là-dedans. Je pense qu'il s'agit du mage dont je vous ai parlé plus tôt.
C'étaient les premiers mots de Nathaniel depuis des heures.
- Et merde ! Euh, vous êtes mage? Bon bah... J'vais vous laisser moi, hein, ravi d'vous avoir rencontré, adieu."
L'homme tenta de s'esquiver, mais se pétrifia brutalement. Nathaniel s'approcha de lui.
" Mais dites moi... Vous me paraissez bien pressé tout à coup. Serait-ce en rapport avec ma qualité de mage? Ou avec la bourse que vous tenez dans la main ?"
L'homme déglutit. Angelle se rendit compte qu'il s'agissait de sa bourse, qu'elle avait emmenée au cas où il aurait fallut payer pour des renseignements. Elle l'arracha violemment de la main du voleur et lui dit:
" Une promenade, hein ? Dites plutôt que vous attendiez une proie à voler. Avec de la chance, une jolie fille, seule et sans défense, dont vous auriez pu abuser! Dommage, je n'étais ni seule, ni sans défenses!
- Houlà, hey, non! Moi je fais pas ce genre de trucs dégueulasses! Je vole, c'est vrai, mais bon... Je fais ça pour survivre ! Faut bien que j'mange.
- Mmh... Bon, en attendant, comment vous vous appelez ? demanda Angelle tout en abaissant la capuche de l'homme. Il était jeune, à peu près son âge. Cheveux blonds, relativement courts et ébouriffés, il avait de magnifiques yeux bleus, qui exprimait un sentiment entre la peur et la candeur. Il sentait bon, était propre, rasé de près, loin d'être maigre. Ses petits larcins avaient l'air de lui rapporter suffisamment pour bien vivre. Il devait être bon dans ce qu'il faisait.
Voyant qu'il ne répondait pas, Angelle laissa courir sa main le long de son buste, puis descendit, lentement. Les yeux du jeune homme suivaient sa main. Elle s'arrêta au niveau de l'entrejambes, et serra ce qu'elle tenait. Les mâchoires du prisonnier se contractèrent et il poussa un petit gémissement. Elle relâcha sa prise.
- Alors, comment tu t'appelles?
Il déglutit et dit d'une voix saccadée :
- Kenan. J'm'appelle Kenan. Recommencez pas s'il vous plaît!
- Bon alors, Kenan, qu'est-ce que tu sais précisément sur ce qui s'est passé ici ?
- J'ai du mal à parler, là. Vous pouvez pas dire à votre copain de me relâcher?
- Relâchez-le. De toutes façons, s'il se rebelle il aura à faire à ma lame et à vos pouvoirs.
Nathaniel acquiesça et le jeune homme se relâcha. Il se recourba vaguement, rentrant la tête dans les épaules. Angelle se rendit compte qu'avec la cape on ne voyait pas ses bras.
- Et bien, il y a quelques heures, y a un type bizarre qui s'est amené. Balèze, genre colosse quoi. Il a frappé à la porte du forgeron, et quand elle s'est ouverte, le gars artisan a décollé, il est allé s'écraser contre un mur, et l'autre l'a interrogé sur je sais pas quoi. J'ai pas entendu parce que j'étais planqué là."
Il désigna la ruelle. Angelle suivit le doigt de l'interrogé, qui en profita pour réagir. En un seul mouvement, il dégaina une dague, pivota de façon à se retrouver derrière la jeune femme, et lui passer la lame sous la gorge, son autre main lui maintenant le menton. Elle nota que pour une fois, l'homme qui l'agressait n'en profitait pas pour la peloter. Il dit d'une voix bien plus assurée :
" Bon, ok. Vous allez m'écoutez maintenant!"

























Chapitre huit







Plus je m'approche, plus il pleut! Quand je suis parti du camp, il faisait grand soleil, et maintenant que j'entre dans la ville on croirait la fin du monde... Quelque chose ne va pas. Voilà ce que pensait Ellidan quand il entra dans Talbenn. Il avait décidé d'aller voir Ewen en priorité pour que lui et sa femme quittent l'endroit au plus vite, et c'est sur la route de leur maison qu'il ressentit comme une sorte de malaise, un mauvais pressentiment. Il traversa les rues boueuses, passa entre les maisons fouettées par la pluie glacée, et arriva enfin devant la porte d'entrée. Il l'ouvrit. Ce qu'il vit confirma son impression. Ewen était assis dans un des fauteuils, amorphe, les yeux dans le vague, tout pâle. Ellidan entra, dégoulinant sur le sol en pierre, et s'approcha, inquiet. Quand la porte se ferma, Ewen sursauta, se redressa et paru se réveiller. Son regard se posa sur Ellidan, et il lui dit :
" Elle n'est pas rentrée.
- Gwen ?
- Oui.
Ellidan soupira.
- Ecoute. Le camp a cédé. Les forces garmes ne vont pas tarder à déferler ici. Il faut partir.
- Je pars pas sans ma femme.
Le ton était las, mais déterminé. Ellidan compris qu'il ne ferait pas bouger son ami avant d'avoir retrouvé Gwenaëlle.
- Bon, tu penses savoir où elle est?
- Elle est pas rentrée.
- Oui, je sais. Mais où est-ce qu'elle travaille?
- Dans la ferme au sud de la ville. Mais elle n'est pas rentrée.
- Oui, je sais! Bon, je vais la chercher. Prépare vos affaires, dès que je reviens, il faudra vous en aller."
Sur ce, il tourna les talons et repartit sous la pluie battante. Bon alors... La ferme au sud de la ville. Par là donc. Il s'engagea dans une allée qui partait dans la direction voulue. Il commençait seulement à trembler. Il pressa donc encore le pas, espérant arriver à destination avant de mourir noyé...

Il est tout près maintenant. Je le sens. Pourtant il s'éloigne à nouveau. Peu importe, il finira par venir, et j'ai tout mon temps... Il était patient. Il était calme. Il allait vaincre, et Il n'était pas pressé. Il avait commencé à réfléchir aux divers moyens de capturer Sa cible, et n'avait pas encore tranché. Il allait beaucoup s'amuser...

Nathaniel était las. Il n'avait que faire de la vie de la jeune femme, mais s'il agissait et que malgré tout elle survivait, elle allait être insupportable. Il ne réagit donc pas, faisant juste signe au jeune voleur qu'il écoutait.
"Je sais pas ce qu'il veut, le type là-dedans, mais personne n'entre. En tout cas, personne ne ressortira. Alors la jolie fille et vous, vous allez vous écarter, et même mieux, vous barrer. Vous m'avez jamais vu, vous me connaissez pas. Je vais la relâcher, puis m'en aller avec sa bourse. Loin, très loin de cette maudite ville. Ok ?"
Pour toute réponse, il reçut un violent coup de talon dans le tibia. La femme se dégagea, lui fit face tout en dégainant son épée. Lui tituba sur quelques pas en reculant, jura, et para de sa dague la première attaque. Nathaniel croisa les bras et profita du spectacle. Le jeune homme parait toutes les attaques avec habileté, mais ne ripostait pas. Les assauts répétés de la jeune femme le faisaient reculer, et bientôt il se retrouva dos à un mur. Il para une nouvelle fois, puis sortit de sous sa cape une deuxième dague. Il donna un coup avec le manche dans le ventre de la fille, qui se courba sous la douleur, le souffle coupé. Il en profita pour la désarmer, se replaça derrière elle, prenant cette fois le plus de distance possible tout en lui enserrant la gorge. La fille était coincée. Puis il jeta un regard au sorcier. Nathaniel se dit qu'il était temps pour lui d'entrer en jeu. Il tendit négligemment un bras vers les deux combattants, fit quelques gestes avec ses doigts et l'homme fut désarmé, et immobilisé. Elle se libéra, lui balança son pied entre les jambes, ramassa sa lame et l'appliqua sous le menton de l'autre. Il ne pouvait plus bouger, mais on lisait sur son visage une douleur cuisante.
"Rends moi ça! dit-elle en récupérant une fois de plus sa bourse. Et tu vas ouvrir cette porte! Si c'est si dangereux que ça, c'est toi qui prendras en premier. Allez, bouge-toi!"
Nathaniel relâcha sa prise magique de l'homme, qui avança doucement vers la maison du défunt forgeron.
" S'il vous plaît, faites pas ça! On va tous y rester, ce type est barge!
- Rien à faire! Ouvre!
- C'est fermé...
- Oh, mais je suis sûre que tu sais crocheter les serrures...."
L'air dépité, il sortit une paire de crochets d'une poche intérieure, et s'activa sur la serrure. Il tremblait tellement qu'il mit bien cinq minutes à réussir. Nathaniel était certain que la puissance démentielle qu'il sentait depuis si longtemps émanait de l'intérieur. Il avait hâte de rencontrer son possesseur, et aussi atrocement peur. S'il s'avérait que l'homme, ou la femme, était hostile - ce qui était probablement le cas, si ce qu'avait dit le jeune homme était vrai, il ne pourrait probablement rien faire d'autre que fuir. Et encore. Mais il estimait que ça valait le coup.
" Allez, ouvre!" L'homme déglutit, puis tourna la poignée.


Ellidan arriva aux abords de la ferme tellement trempé qu'on aurait dit qu'il se liquéfiait. La ferme en question était composée de trois vastes bâtiments, autour d'une cour ronde de ce qui, avant d'être transformé en un infâme bourbier, avait dû être du gravier. Il s'approcha du plus grand, d'où s'échappait de la lumière par les fenêtres. Une fois devant la massive porte en chêne, il frappa trois grands coups de son poing, et attendit sous le flux glacé et continu d'eau tombant du ciel. Un nuage de chaleur s'échappa de la porte lorsqu'elle s'ouvrit, et Ellidan se rendit compte combien il était gelé. Une silhouette maigrichonne se détacha dans la lumière et demanda
" C'est pour quoi?
- Je cherche quelqu'un. Vous pourriez me renseigner?
- Pas moi. Mais entrez donc, je vais chercher maître Randbur.
- Merci. "
Ellidan rentra, tremblant comme une feuille et dégoulinant comme une cascade humaine. L'homme qui lui avait ouvert était petit et regardait avec un air de désapprobation la flaque qui se formait sur le sol de pierre, aux pieds d'Ellidan. Mais il tourna tout de même les talons et s'éclipsa dans une pièce adjacente. Le jeune homme patienta en essayant de se réchauffer en se frottant les bras.
Au bout de quelques instant, un grand homme à la carrure massive apparut dans la pièce, et demanda à Ellidan qui il cherchait. Il était chauve, avait une barbe aussi noire que ses yeux et au ton de sa voie, il était contrarié.
" Je cherche la femme d'un ami, elle s'appelle Gwenaëlle et travaille ici. Elle n'est pas rentrée chez elle ce soir et mon ami s'inquiète.
- Ah, oui, la petite Gwen, je vois très bien. Je suis désolé, mais je ne sais pas où elle est. Elle est partie il y a environs trois heures, tout semblait normal."
L'homme n'avait pas l'air convaincu, et donc pas convaincant. Ellidan voyait cela à ses yeux qui faisaient des allers-retours de droite à gauche.
" Vous êtes vraiment sûr que vous ne savez rien?
- Euh... Non, rien du tout.
- Ce n'est pas ce que je pense. Je pense que vous avez peur de me parler, et je pense aussi que mon ami sera fort mécontent d'apprendre que sa femme a bel et bien disparu."
L'homme faisait bien une tête et demi de plus qu'Ellidan, pourtant il déglutit avec difficulté. Il regarda Ellidan dans les yeux pendant de longues secondes, puis soupira profondément.
" Des hommes sont venus. Des soldats garmes, ils ont passé la frontière. Ils ont menacé de détruire la ferme si nous ne leur livrions pas nourriture et distraction. Je n'avais pas le choix, j'ai dû obtempérer. Ils sont resté quelques temps, et ont emporté Gwenaëlle."
Le grand homme regardait fixement le sol, visiblement honteux de n'avoir rien pu faire. Ellidan soupira à son tour. Il était las de courir partout.
" Par où sont-ils partis?
- Ils ont pris la route qui part vers l'avant-poste, mais je doute qu'il existe encore, puisqu'ils étaient là.
- L'avant post est tombé. Je vous remercie pour ces renseignements. Je vais chercher Gwenaëlle maintenant.
- Quoi? Mais tu es fou! Tu comptes attaquer vingt hommes, sinon plus, seul, juste pour une femme ?"
Ellidan lui sourit, puis tourna les talons et repartit sous la pluie.
Il faut que je me dépêche, si je veux conserver le moindre espoir de les rattraper avant qu'ils ne parviennent au camp, se dit-il,commençant à courir afin de couvrir plus de distance tout en se réchauffant. Il prit la direction de ce qui fut l'avant-poste, se déplaçant par petite foulée dans la nuit tombante, bien que le ciel fut déjà noir depuis longtemps. Il ne voulait pas penser à ce que les soldats avaient déjà fait subir à la jeune femme, et encore moins à ce qu'ils lui feraient subir s'il ne la récupérait pas à temps.

La pièce était sombre. Mais après quelques instants, Kenan se rendit compte qu'elle était également déserte, et le soulagement qui l'envahit manqua le faire tomber à genoux. Derrière la porte qu'il venait de crocheter se cachait une salle moyennement vaste, destinée à accueillir les clients, à leur vendre des objets. Sur les meubles étaient entreposés toutes sorte d'armes et de pièces d'armure. Il y avait aussi un fauteuil, dans un angle de la pièce, dirigé droit vers la porte d'entrée. Soudain, quelqu'un le poussa brutalement en avant, le faisant sursauter. Il était à cran.
" Allez, dégage de là!"
Cette fille était probablement folle. Elle le fit s'écarter de l'entrer sans ménagement, et scruta les ténèbres de la pièce.
" C'est vide.
- Non. Il est là."
Le sorcier maintenant. Un homme froid, malgré son jeune âge, au regard méprisant. Cet homme détenait un pouvoir que les autres n'avaient pas, et donc il se sentait supérieur et méprisait tout le monde. Kenan l'avait compris très vite. Mais quelque chose le poussait à entrer dans la pièce, la même chose qui le poussait, lui, à sortir.
Les mages sont différents. Ils sont bizarres, et ils ne pensent pas comme nous.
" Bon, vous êtes satisfaits? Je peux déguerpir maintenant?
- Certainement pas. Tu restes ici, lui répondit la fille.
- Il est là, dans cette pièce, j'en suis certain."
Les yeux du mage passaient la pièce au peigne fin comme au travers d'un voile opaque à l'œil de qui que ce soit d'autre que lui. Son regard butta sur le fauteuil à plusieurs reprises, et chaque fois il plissait les yeux dans l'espoir de discerner quelque chose, mais apparemment sans succès. Pendant ce temps, la fille fouillait l'endroit. Elle descendit dans ce qui devait être la forge quelques minutes, puis revint et dit qu'un certain Ellidan ne s'y trouvait pas. En revanche, elle pensait avoir vu l'épée qu'il voulait acheter. Elle dit aussi que ça valait le coup d'être vu. Aussi le mage abandonna-t-il ses recherches pour descendre à son tour, tandis que la fille venait se placer derrière Kenan. Ce dernier tremblait encore. Cependant, comme le mage était descendu, il se dit que c'était le moment de tenter sa chance. Il fit volte face brusquement, bouscula la fille de façon à la faire tomber, et courut à toutes jambes sous la pluie battante, le plus loin possible de cette maison, de ce qui s'était passé dans la rue, de ces deux fous. Il sortit ainsi de la ville, courant toujours, ne se souciant pas de la direction que lui faisaient prendre ses jambes. Il ne voyait que de façon très floue les arbres qui longeaient la route qu'il empruntait, ne sentait pas ses jambes, bien qu'il aurait maintenant du tomber d'épuisement. Ses poumons étaient en feu, mais il ne ralentissait pas. Il distingua vaguement quelques bâtiments, dont un assez imposant, mais il continua sa course, ne réfléchissant pas. Il ne savait pas pourquoi il continuait de courir, il savait juste qu'il devait le faire. Il dépassa un type bizarre qui courait lui aussi, mais tellement moins vite. Puis il s'effondra, totalement épuisé. Il tomba dans la boue qui constituait le chemin, ses jambes refusant de le porter davantage. Il suffoqua ainsi quelque temps, essayant de reprendre haleine, jusqu'à ce que l'homme qu'il avait dépassé ne le rattrape.

Ellidan se pencha sur le jeune homme allongé par terre.
« Hey, ça va ? demanda-t-il. »
La seule réponse qu’il obtint fut quelques toussotements.
« Va falloir que j’m’occupe de toi on dirait, soupira-t-il. »
Il le porta jusqu’au bord de la route, le mis sur le dos et essuya un peu la boue qui maculait son visage.
« Allez, dépêche-toi de te réveiller, je suis pressé ! »
L’homme finit par ouvrir les yeux et articula doucement :
« N’allez pas à Talbenn.
- Mince, ça a déjà commencé, répondit Ellidan en pensant aux soldats garmes. Bon, remets-toi bien, j’dois vraiment y aller ! »
Sans attendre de répondre, Ellidan reprit sa course.
Au bout d’un moment, il distingua la lumière d’un feu de camp à travers le rideau de pluie. Il sortit de la route et avança d’arbre en arbre vers le feu. Les soldats avaient visiblement décidé de s’arrêter ici plutôt que de rejoindre le camp, et avaient tendu des toiles dans les arbres pour se protéger de la pluie.
Ellidan découvrait tout cela lorsqu’il distingua un gémissement étouffé à travers le bruit des gouttes. Il jura et se jeta dans la direction du bruit tout en dégainant son couteau avant d’avoir estimé le nombre de ses adversaires. Le bruit de la pluie couvrit celui de ses pas, aussi la vingtaine de soldats ne l’entendit pas arriver, et leur regard resta braqué sur ce qu’il se passait au bord du feu. Ellidan resta pétrifié devant cette scène, d’horribles souvenirs de son enfance revenant à la surface : un homme en uniforme en train se rhabiller devant une Gwenaëlle inerte, les yeux dans le vague. Quand Ellidan eut reprit ses esprits, il était trop tard. Le soldat se penchait déjà pour égorger sa victime. C’est alors que le jeune homme perdit le contrôle.

Quand il revint à lui, il était debout au milieu d’une marre de sang. Il tenait toujours son couteau serré dans sa main droite, et le fluide rouge qui lui couvrait les bras dégouttait de la lame. Il avait également un goût métallique dans la bouche. Il cracha, et tenta de s’essuyer le visage, mais il était couvert de sang de la tête aux pieds.
« Quelques secondes auraient suffit » murmura-t-il.
Il reprit la route en direction de Talbenn, vaguement conscient de ses actes.


































Chapitre neuf






Au bout de plusieurs minutes, Kenan avait retrouvé une respiration régulière, mais il se sentait toujours trop faible pour tenir debout. Aussi était-il assis sur le bord de la route, se massant doucement les jambes et profitant de la fraîcheur que lui apportait la pluie. Il essayait de ne pas penser à ce qu’il avait vu dans la rue quelques heures plus tôt, ni à ce qu’il était probablement advenu des deux cinglés qui l’avaient traîné dans la forge. Rassemblant ses forces fraîchement recouvrées, il se leva. Il aperçut alors l’homme qui lui avait porté secours et qui avait l’air si pressé, revenant sur ses pas d’une démarches de mort vivant.
« Lui, il est arrivé trop tard à son rendez-vous », se dit le jeune homme. Il s’approcha prudemment, encore pas très sûr de ses jambes, et réalisa rapidement que l’autre était couvert de sang, malgré ce qu’avait rincé la pluie.
« Qu’est-ce qui t’est arrivé ? Où t’as trouvé assez de sang pour t’en barbouiller comme ça ?
- Je suis encore arrivé trop tard, marmonna le type. Si je ne m’étais pas arrêté, j’aurais pu la sauver. Je suis arrivé trop tard.
- Quoi ? qui est morte ? Ta copine ? Comment c’est arrivé ? C’est son sang que t’as sur toi ?
- C’est ma faute, j’aurais pas dû m’arrêter. »
Les deux hommes marchaient côte à côte, mais lui ne semblait pas s’en rendre compte. Il marmonnait pour lui sans se soucier de Kenan et de ses questions incessantes. Au bout d’un moment, Kenan s’énerva et le bouscula.
« Oh ! Réveille-toi ! Qu’est-ce qui t’est arrivé bon sang ?
- Ils l’ont violée puis tuée, voilà ce qu’il s’est passé ! Et moi je les ai laissé faire.
- Mais qui ils ?
- Les soldats.
- Quoi ? Les garmes ont passé l’avant post ? Alors on doit pas rester ici !
- Moi je vais à Talbenn, j’ai du monde à voir, répondit l’homme stoïquement.
- Mais c’est dangereux là-bas ! Il se passe des trucs vraiment étranges ! D’abord ce forgeron qui se fait tuer par une espèce de mage dégénéré, ensuite cette fille qui me prend en otage…
- Un forgeron ? releva l’autre. Un grand type chauve avec une barbe noire ?
- Euh ouais, possible. Ils se ressemblent tous non ?
- Raison de plus pour retourner là-bas !
Peut-être que Kenan se sentait coupable de la mort de la fille, ou peut-être qu’il voulait savoir ce qui était arrivé aux jeunes gens qu’il avait rencontré plus tôt. Sans savoir très bien pourquoi, il décida de le suivre, lui qui semblait si déterminé.

Assis tranquillement sur le fauteuil dans le coin de la pièce, totalement caché par son sort d’invisibilité aux yeux de ceux qu’il observait depuis un moment déjà, il attendait sa cible, maintenant sûr que le berserker avait un lien avec la fille. Elle et le mage ridicule qui l’accompagnait avaient remonté une épée noire de la forge et l’avaient posée sur le comptoir, puis ils avaient pris place face à l’entrée, attendant manifestement la même personne que lui.

Lorsque les deux jeunes hommes arrivèrent aux portes de la ville, ils découvrirent que les garmes avaient pénétré à l’intérieur et des combats avec la milice et quelques soldats faisaient rage. Quelques foyers d’incendies s’étaient déclarés et témoignaient du début des pillages.
« - Tu veux vraiment entrer ? s’inquiéta Kenan.
- Oui, répondit simplement Ellidan.
Ils avaient échangé leurs prénoms pendant le voyage, sur l’insistance de Kenan.
- Bon, allons-y dans ce cas.

Il était maintenant certain que la fille avait un lien avec sa cible. Il décida de la prendre également, elle pourrait toujours servir. Quant au mage, et bien… Tant qu’il ne s’interposait pas, il n’avait pas de raison de le tuer. Ils n’étaient pas très nombreux à savoir utiliser le Pouvoir, et même s’il ne lui arrivait pas à la cheville, celui-ci semblait plus fort que tous ceux qu’il avait vu jusqu’ici. Il se leva sans bruit, et vint se placer juste en face de la jeune femme, de l’autre côté du comptoir. Il adorait regarder ses proies alors qu’elles ne pouvaient le voir, ne se doutant même pas de sa présence, ni du danger qu’il représentait. Un sourire étira ses lèvres invisibles, et il prépara mentalement le sort d’entraves qu’il allait lui lancer. L’agitation à l’extérieur couvrirait certainement tout ce qui se passerait ici, et il n’avait aucun véritable besoin d’être discret, mais il trouvait cela tellement plus amusant… Lancer un sort le forcerait à sortir de son invisibilité, aussi devrait il être rapide. Il allait immobiliser la fille dès qu’il serait visible, l’empêchant également de crier, puis il préviendrait l’autre qu’il vivrait s’il n’intervenait pas. Il le laisserait même partir après avoir capturé le berserker, qui approchait. Il rendrait tout le monde invisible et attendrait la cible tranquillement.

Ils pénétrèrent dans la ville incendiée et se faufilèrent sans trop d’encombres jusqu’à la maison d’Ewen, dont la porte était enfoncée. Ellidan se glissa prudemment à l’intérieur, le couteau à la main, alors que Kenan faisait le guet, mal à l’aise. La maison était à sac, les meubles retournés, tout était dévasté. Au milieu, le corps d’Ewen gisait, la gorge tranchée. Ellidan poussa un soupir, puis monta l’escalier. Le matelas de sa chambre était éventré, et ses affaires, dont son sac et les vingt-huit mille six cents drakes. Le jeune homme jura, et redescendit.
« - On va chez le forgeron, annonça-t-il froidement à Kenan.
- Bien, passe devant. »

Il évita de justesse le poignard qui frôla son oreille gauche. Incroyable, se dit-il. Le mage l’avait repéré ! Il devait réagir vite, car déjà la fille dégainait son épée, les yeux parcourant rapidement la pièce de droite à gauche. Il se déporta sur le côté et esquissa un sort d’attaque du bout des doigts. L’air se troubla devant sa main devenue visible en un rayon qui fonça sur son adversaire, mais celui-ci l’esquiva sans peine. La fille pouvait à présent le voir et lui bondit dessus avec un cri sauvage. Ses doigts s’agitèrent rapidement et elle s’effondra sur le sol, immobile. Il n’eut pas le temps de s’en réjouir, car l’autre contre-attaquait déjà. Bientôt, les meubles et les armes en expositions volèrent à travers la pièce, visant les deux combattants mais ne touchant jamais leur cible.
Il cachait son Flux ! Il est beaucoup plus fort qu’il n’y paraissait ! Mais ce n’est pas encore suffisant.
Il fut surpris de voir un sourire amusé sur le visage du jeune homme. Il fut encore plus surpris de l’entendre parler.
« Vous êtes incroyable ! Je n’avais jamais rencontré quelqu’un d’aussi fort jusqu’à maintenant ! C’est une immense joie de vous avoir rencontré ! »
Cet homme est fou, se dit-il.
« Tu n’as pas à mourir ici. Si tu te rends, je te relâcherai dès que j’en aurai fini, et tu seras libre d’aller où bon te semble.
- C’est vrai que c’est une proposition honnête, et je serais tenté d’accepter. Mais je me dois de vous demander ce que vous faites ici avant de me prononcer.
- Je traque le berserker, répondit-il avec un sourire en coin.
- C’est un programme intéressant… Je pourrais peut-être vous être utile, on n’est jamais trop nombreux pour abattre un demi démon.
- Je travaille seul. Alors, que choisis-tu, jeune mage ? La mort ou bien la vie ?
Le jeune homme réfléchit quelques instants, puis soupira.
- Énoncé ainsi, il semblerait que je n’ai guère le choix. Que ferez vous de la fille ?
- Je l’emmène avec moi. Elle semble liée au berserker et cela peut intéresser mes employeurs. J’en tirerait peut-être un supplément. Ça ne te dérange pas trop, j’espère ?
- Pas du tout, je me renseignais. Si je peux vous donner un conseil, maintenez-la bien muette, elle devient vite agaçante. »

Tous les gens présents dans Talbenn étaient tellement occupés à fuir, piller et s’entre tuer que personne ne les remarqua. Ils croisèrent quelques déserteurs au détour d’une rue, durent faire un détour à cause d’un groupe d’hommes en train de se battre, et ils durent tuer trois soldats garmes qui les avaient pris en chasse.
« - Tu te débrouilles plutôt bien avec tes dagues, remarqua Ellidan à quelques pas de l’armurerie.
- Et toi avec une épée, répondit-il, faussement modeste. On est arrivés. Je t’attends ici, entre le géant taré, le mage égocentrique et la fille parano, je préfère encore les garmes.
- Comme tu veux. »
Ellidan fit un pas vers la porte et la poussa doucement. Il avait une impression désagréable, comme un mauvais pressentiment. La pièce était déserte, et on devinait des traces de lutte. Le jeune homme s’avança prudemment vers le comptoir, où l’épée noire semblait l’attendre. Plus il avançait, plus il était mal à l’aise. Pourtant il ne voyait rien d’inquiétant. Il attrapa la poignée de l’arme et fit demi-tour prestement.
Il fut très surpris de se retrouver nez à nez avec un grand homme massif, vêtu du noir, l’air arrogant et satisfait, lui barrer le chemin de la sortie.
« Nous nous rencontrons enfin, déclara-t-il.
- On se connaît ? demanda Ellidan en levant un sourcil interrogateur.
- Moi je te connais. J’en ai même connu beaucoup, des comme toi.
- Qu’est-ce que vous voulez dire ?
- Je sais ce que tu es, ce qui coule dans tes veines et te rend si particulier. Je sais ce qui te rends si fort quand tu lutes pour ta vie.
- Et alors, qu’est-ce que vous voulez ? interrogea le jeune homme en serrant la poignée de sa nouvelle épée, sentant les ennuies pointer leur nez.
- Toi. Tu seras le premier que j’emmènerai vivant, et je serai bien payé pour ça.
- Vous m’emmènerez nulle part. Maintenant dégagez de ma route ou je vous montre à quel point je suis fort.
Mais il est déjà trop tard. »

Ellidan voulut faire un pas en avant mais se rendit compte qu’il ne pouvait plus bouger. Son interlocuteur s’avança alors avec une célérité surprenante et le frappa au visage. Le jeune homme se sentit basculer lentement en arrière alors que sa vision se brouillait et que tout devenait noir.

Il reprit conscience ballotté dans une sorte de tombereau, les mains attachées aux barreaux constituant le plafond. Une douleur sourde habitait ses épaules et ses liens mordaient sa chair. Angelle était en face de lui, dans la même situation.
« Ça y est, tu es réveillé ? demanda-t-elle.
- Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu fais là ?
- Si je le savais. Je crois qu’il en avait après toi. »
Elle lui raconta les évènements depuis leur séparation. Ellidan fut étonné d’entendre prononcer le nom de Kenan, mais la suite du récit le surprit encore plus.
« Tu as fait tout ça pour me retrouver ?
- Et oui, soupira Angelle.
- Et maintenant te voilà prisonnière à cause de moi.
- Je ne t’en veux pas, contrairement à ce bâtard de mage ! cracha-t-elle. Me trahir ainsi ! Mais que veulent-ils au juste ?
- Me vendre je crois. Mais je ne comprends pas pourquoi ils t’ont prise. »
Le voyage se poursuivit sur cette question restée sans réponse. Ellidan était las, et se sentait coupable. Lui qui, pendant tant d’années, avait attendu avec tant d’impatience de pouvoir combattre réellement, d’aller sur le front, de montrer de quoi il était réellement capable… Finalement il n’avait fait que fuir, et entraîner les personnes autour de lui dans la mort ou dans une cage. Et pour la première fois depuis cette terrible nuit où il avait perdu sa famille, il connaissait l’impuissance… et la peur.
Le voyage se termina dans la cour d’un château en pierres grises. Des gens, certains armés, s’activaient en tous sens, sans prêter attention aux nouveaux arrivants. Chacun semblait avoir une tâche bien précise à accomplir, et ne semblait pas vouloir s’en écarter.
Les deux mages descendirent du tombereau. Le plus jeune s’étira en poussant un long soupir, alors que l’aîné ne semblait pas souffrir des longues heures de voyage. Il se dirigea à pas lents vers la porte de la cage et l’ouvrit.
- Voilà votre nouveau chez-vous, déclara-t-il sur un ton dédaigneux. Vous allez me suivre sans faire d’histoire, et moi je vais toucher ma prime.
Ellidan lui répondit par un regard noir, et Angelle ne réagit pas. L’homme marmonna quelque incantation rapide et les prisonniers sombrèrent de nouveau dans l’inconscience.
Le jeune homme se réveilla cette fois enchaîné à un mur, dans une pièce plongée dans le noir. Il sentait le poids de son corps tirer ses épaules, mais ses pieds ne touchant pas le sol ne lui permettaient pas de soulager ses bras. Exténué, il tira mollement sur ses chaînes, mais abandonna vite l’idée de se libérer. Il décida d’attendre simplement la suite des évènements.

Kenan se félicitait de s’être dissimulé pour attendre son compagnon depuis qu’il l’avait vu ressortir traîné par le bras par le grand type en noir. Discrètement, ils les avait suivis jusqu’à la sortie de la ville, après avoir pris soin de ramasser l'épée à la singulière couleur qu'avait échappé Ellidan. Profitant de chaque coin d’ombre, se cachant dans chaque recoin, ne restant jamais tout à fait visible, comme il en avait l’habitude, il les vit rejoindre une sorte de cage sur roue où les attendait le jeune mage arrogant et la fille qu’il avait déjà rencontrés. Seulement la fille était attachée dans la cage et le mage semblait monter la garde. Kenan sourit devant ce revirement, satisfait du sort de cette garce. La filature s’était faite bien plus difficile lorsque le petit groupe avait pris la route, le tombereau se déplaçant plus vite sur la route qu’un homme à pied dans les bois, car c’est dissimulé entre les arbres que le jeune voleur suivait la carriole. Quand les bois arrêtèrent de longer la route, Kenan décida de laisser de l’avance au tombereau avant d’emprunter lui-même la route.
Pendant des heures de filature, il eu largement le temps de se demander ce qui le poussait à suivre Ellidan ainsi. Peut-être qu’il se sentait redevable de l’attention qu’il lui avait porté sur cette route détrempée, ou peut-être même qu’il se sentait coupable pour la fille qu’il n’avait pu sauver à cause de lui. Il n’était pas sûr, mais il suivait. Il finit par arriver en vue d’une bâtisse fortifiée, presque un château, à proximité d'une petite bourgade. Il vit l’attelage entrer dans la cour. Il se posta à bonne distance, heureux que le terrain lui permit de se déplacer sans être vu, et en fit ainsi plusieurs fois le tour. Le château était fichtrement bien gardé, et Kenan se demanda comment il allait pouvoir y pénétrer. Cependant, il devait attendre la nuit, ce qui lui laissait le temps de réfléchir.

Ellidan capta un bruit, lointain, qu’il ne pouvait définir. Puis ce bruit s’amplifia progressivement, jusqu’à ce qu’il l’identifie comme un bruit de pas dans le couloir. La démarche tout sauf pressée, d’un homme qui savait où il allait, et qui avait tout son temps. Puis une porte se découpa dans le noir, avant de s’ouvrir complètement sur deux silhouette. Le temps que le jeune homme s’habitue à la lumière de l’extérieur ajoutée à celle de la torche que portait l’un des hommes, ils avaient pénétré son cachot. Il reconnut celui qui l’avait amené ici, et comprit pourquoi il n’avait entendu qu’une personne marcher. Celui-ci était silencieux comme une ombre. L’autre portait une robe blanche de prêtre, et affichait un sourire satisfait sur son visage d’homme mûr. Le visage rond aux traits méprisants d’un homme habitué depuis longtemps à être obéi au doigt et à l’œil, et qui obtient toujours ce qu’il veut. Ellidan n’aurait pas été attaché à un mur dans un cachot sans lumière aucune qu’il l’aurait quand même détesté au premier regard. Sa haine en était d’autant décuplée qu’il était justementdans une telle situation.
- Alors c’est lui, déclara l’homme en blanc d’une voix nasillarde.
- Oui, confirma le mage. Vous êtes assuré de la marchandise, j’aimerais être payé maintenant.
- Rien ne me prouve qu’il est ce que vous dites pour le moment. Vous serez payé quand j’aurais des certitudes.
Le mage laissa échapper un grognement mécontent mais n’ajouta rien. Il tourna les talons et sortit du cachot. L’autre le toisait d’un regard glacial, et Ellidan le fixait droit dans les yeux. Soudain le prêtre gifla le jeune homme avec une force surprenante. Aussitôt, ce dernier voulut riposter, mais tout ce qu’il obtint fut un cliquetis de chaînes.
- J’espère bien que tu es un démon, déclara le prêtre. Tu serais le premier spécimen vivant que nous aurions, et je n’aurais pas à regretter le prix que tu m’auras coûté.
- Vous devriez prier pour que je n’arrive jamais à me libérer, menaça Ellidan d’une voix rauque. Votre mort serait très lente et très douloureuse.
- Oui, je crois que tu en es un. Nous allons vite pouvoir commencer les expériences. Avant la nuit, même.
Il se tourna en direction de la porte et s’éloigna en murmurant.
- Tellement longtemps que j’attends cela, tellement longtemps…
Quand la porte se fut refermée, Ellidan se débattit de nouveau, mais sans succès. Il n’avait pourtant pas l’intention de faire l’objet de quelque expérience que ce fut, surtout pas pour ce dégénéré qui le prenait pour un démon.

La porte s’ouvrit bientôt sur un groupe de quatre hommes avec des torches, qu’ils installèrent dès leur arrivée dans les emplacements prévus à cet effet, puis l’homme en blanc apparut à son tour, une sacoche noire à la main. Deux des « assistants » se postèrent à l’extérieur de la cellule, les deux autres de chaque côté de l’entrée, les bras croisés, une épée bien en vu à leur côté. Le maître posa sa sacoche sur une table en bois, dans un coin de la pièce, et en sortit divers instruments qu’il étala : pinces, objets métalliques pointus, tranchants, contondants, et un chiffon. Ellidan se contracta.
- Bien, nous allons commencer. Oh, ne t’inquiète pas, je ne vais pas t’ouvrir, je sais déjà de quoi tu es fais. J’ai eu tellement de cadavres de tes semblables à disposition. Non, ce qui m’intéresse, c’est de savoir ce qui déclenche ces fameuses crises qui vous rendent si forts. Tu ne voudrais pas t’éviter des souffrances inutiles et me le dire tout de suite, j’imagine ?
Ellidan serra les dents. Quoi que cet homme veuille, il ne le lui donnerait pas.
- C’est bien ce que j’espérais, conclut ce dernier en s’approchant, un sourire carnassier aux lèvres.
Pendant les longues heures de tortures qui suivirent, Ellidan lutta de tout son être, de toute sa volonté pour maîtriser la haine fulgurante qui tentait de s’emparer de lui. La douleur était telle qu’il perdit connaissance à plusieurs reprises, et chaque fois il fut ranimé à coup d’eau glacée. Le prêtre semblait beaucoup s’amuser au début, mais n’obtenant aucun résultat, il s’énerva rapidement. Ellidan fermait les yeux et s’efforçait de penser à des choses agréables, à la fois pour se calmer et pour échapper à la folie qui le guettait face à tant de souffrance. Angelle s’imposait alors à lui, ainsi que les moments de tendresse qu’ils avaient partagés avant d’être séparés. De cette manière, il parvenait à se maîtriser.
Vint le moment où le prêtre se lassa. Il jeta l’instrument qu’il utilisait alors sur la table, au milieu des autres, tous aussi ensanglantés, s’essuya les mains dans le torchon et grogna de frustration.
- Comme ça tu ne veux pas me montrer. Tu oses t’opposer à mes recherches. Pourtant, en me livrant tes secrets, tu sauverais la vie de bien des hommes, qui sauraient alors vaincre les monstres comme toi. Mais puisque tu fais preuve de tant d’égoïsme, je n’ai d’autre choix que de passer à la vitesse supérieure. Amenez-là, ordonna-t-il à ses assistants.
Ellidan soupira et profita de cet instant de répit. Il parvint à ouvrir les yeux sur son corps mutilé. Pas un pouce de peau n’avait été épargné. Des coupures parcourait la totalité de son torse, mais il saignait étonnamment peu. Il parvint à redresser la tête en entendant des éclats de voix dans le couloir.
- La catin ! Elle m’a griffé !
S’ensuivit un violent bruit de claque et un gémissement.
Deux hommes entrèrent dans la cellule, maintenant à grand peine une Angelle déchaînée. L’un d’entre eux avait une série de stries ensanglantées qui lui barraient le visage. La demoiselle cessa de se débattre quand elle aperçut le jeune accroché au mur. Ses yeux s’écarquillèrent et sa bouche béa. L’homme griffé profita de cette accalmie pour essuyer le sang qui lui coulait dans les yeux, mais Angelle parvint alors à se libérer et se précipita vers Ellidan. L’homme en blanc l’intercepta d’une frappe derrière la nuque qui l’envoya à terre. Ellidan tira sur ses chaînes pour essayer de s’approcher d’elle, mais bien sûr il n’y parvint pas.
- Je savais bien qu’elle te ferait réagir, déclara le bourreau sur un ton empreint de fierté. Je me demandais quel lien vous unissait jusqu’à maintenant, mais il est clair que vous… brûlez d’une passion dévorante l’un pour l’autre, si je puis dire. Je n’aurais jamais cru qu’un être tel que toi soit capable d’aimer. Tu m’en apprends enfin un peu sur vous.
Angelle se releva difficilement, et quand elle eut recouvré son équilibre, elle bondit sur le prêtre. Ce dernier l’intercepta sans peine, agrippant sa gorge d’une seule main, et la maintenant ainsi à distance jusqu’à ce que les gardes ne l’immobilisent de nouveau.
- De quelle manière pourrais-je bien l’utiliser pour te plier à ma volonté… Je pourrais bien lui faire subir le même traitement qu'à toi, mais j’avoue que tu as réussi à me lasser. Et puis il serait dommage d’abîmer un si joli corps, n’est-ce pas ? Que dirais-tu de regarder mes hommes s’amuser avec elle ? Oui, je suis sûr que cela te plairait.
Ellidan sentit une rage comme il n’en avait jamais connu s’emparer de lui. Certain qu’elle était la dernière chance de salut d’Angelle, il la ne lutta pas. Ses bras se mirent à trembler alors que les gardes commençaient à déchirer le les vêtements de la jeune femme, ignorant superbement ses protestations affolées. Son visage se convulsa en une grimace haineuse et tous ses muscles furent pris de convulsions pendant un bref instant. Le prêtre, fasciné, avait sortit de quoi écrire et prenait des notes, ignorant les cris de la femme qui allait bientôt se faire violer dans son dos. Et puis brutalement, ses bras tirèrent sur les chaînes, faisant se soulever son corps. Il relâcha ses muscles, et recommença, le regard fixé sur la femme qu’il aimait. Et plus Angelle criait, plus il mettait de force contre les chaînes. L’un des deux hommes était maintenant nu, et il aurait déjà commencé sa besogne s’il n’avait tant de mal à contenir sa victime. Il fut bientôt forcé d’appeler à l’aide ses deux compagnons de dehors, et à quatre ils parvinrent à immobiliser la furie.
Ellidan ne voyait même plus le prêtre qui marmonnait en griffonnant, il était uniquement concentré sur la scène qui se déroulait au fond de la pièce, et sur ces maudites chaînes qui l’empêchaient de secourir son aimée. L’homme nu était maintenant au dessus de la jeune femme, dont les hurlements s’étaient changés en pleurs horrifiés, et luttait pour lui écarter les jambes. C’est alors que de la poussière tomba du plafond, et à chaque impulsion que donna par la suite Ellidan. Quand le prêtre s’en rendit compte, il était trop tard. D’un coup, les deux chaînes cédèrent, et Ellidan se retrouva à terre, libre de déchaîner toute sa fureur. Il bouscula celui qui avait été son bourreau et s’avança lentement vers les gardes. L’un de ceux qui tenaient la demoiselle s’en aperçut et s’enfuit immédiatement en criant. Un autre l’accompagna, alors que le troisième qui tenait la pauvre femme se demandait ce qui se passait, et que le dernier parvenait enfin à pénétrer les défenses d’Angelle.
Mais alors, Ellidan n’en avait que faire. Il avait seulement soif de sang. Alors qu’il s’avançait pour arracher l’homme à sa proie et le déchiqueter à mains nues, il sentit un douleur dans le dos. Il se retourna et vit le prêtre, un pic métallique dans la main, l’air totalement affolé. Ellidan lui sourit, s’avança vers lui, méprisant les coups qu’il lui portait pour tenter de le faire reculer, puis lui saisi le bras, et le brisa d’une torsion du poignet, se délectant du hurlement de douleur que poussa son bourreau devenu victime. Dans son dos, les deux hommes s’aperçurent enfin de ce qui se passait. Ils se munirent rapidement de leur épée et l’homme nu prit Angelle en otage, lui passant sa lame sous la gorge.

Ellidan ne voyait rien de tout cela, trop occupé à faire souffrir le prêtre. Après lui avoir brisé les quatre membres, il décida qu’il avait assez joué et lui prit la tête entre ses deux mains. Puis il serra. Son regard dément resta planté dans les yeux de sa victime jusqu’à ce que son crâne éclate. Puis le jeune homme se tourna vers les deux restant. Un sourire au coin des lèvres, il s’avança vers eux, toujours désarmé. Celui qui ne tenait pas Angelle tenta une botte, mais Ellidan attrapa l’arme par la lame et brisa le bras qui la tenait. Puis il empoigna son propriétaire et l’envoya contre un mur que sa tête heurta dans un choc sourd. L’homme s’écroula. Le dernier survivant paniqua alors. Avec des gestes désordonnés, il se tourna dos vers la sortie et voulut courir, mais dans sa précipitation sa lame trancha la gorge de la jeune femme.

Ellidan était à genoux dans une flaque de sang grandissante, épuisé. Il regarda autour de lui, découvrant la scène de cauchemar qu'il venait de provoquer dans un état second. C'est là qu'il découvrit le corps agité de spasmes d'Angelle, la gorge tranchée d'où s'échappait le sang dans lequel le jeune homme baignait. Il se précipita vers elle, paniqué, et plaqua sa main sur la plaie. La jeune femme tourna vers lui un visage trop pâle, et entrouvrit les lèvres, comme pour dire quelque chose. Mais aucun son ne sortit de sa bouche.
- Non ! cria Ellidan d'une voix tremblante. Tu n'as pas le droit de mourir ! Bats-toi !
Mais le regard d'Angelle se faisait de plus en plus distant.
- Non ! répéta le jeune homme, effondré. Il se pencha alors sur elle et lui donna un baiser passionné, et à la fois désespéré. Un baiser qui avait le goût du sang et de la souffrance. Quand il recula son visage, Angelle était morte.

Kenan avait bien observé en attendant la tombée de la nuit. Tapis en bordure d'un champs de maïs entourant la forteresse, il guettait depuis un moment les rondes des deux sentinelles sur les remparts. Il avait déjà exclu la porte principale de son plan, en raison des deux gardes postés en permanence. Il pensait donc escalader les remparts, quand il ferait suffisamment nuit pour qu'il ne risque pas d'être repéré une fois dans la cour, probablement mal éclairée.
Quand l'obscurité fut assez épaisse à son goût, se fiant aux torches des sentinelles, il se lança à l'assaut de la bâtisse. Courant le plus vite possible sans faire de bruit, il atteignit le pied du mur en un rien de temps, puis commença son ascension. Ses bottes, aussi souples soient elles, n'étaient pas très adaptées à un tel exercice, mais la grossièreté des joints entre chaque pierre offrait des prises suffisamment confortables pour ses mains, ce qui compensait. De plus, le mur n'étant pas très élevé, il fut vite arrivé en haut. Il jeta alors un œil par dessus un créneau, vérifiant l'absence de sentinelle, et une fois sûr que la voie était libre, il se hissa sur le chemin de ronde.
Comme il s'y attendait, la cour intérieure était mal éclairée, ce qui était parfait pour l'intrus. Il se suspendit au mur et se laissa tomber dans la cour. Un puits siégeait au centre de celle-ci, quelques tas de foin attendaient d'être rangés dans les granges, et Kenan repéra le tombereau qui avait amené son ami. En longeant le mur, le jeune homme rejoignit le bâtiment central, qui n'était pas gardé, et y pénétra.
Kenan détestait les couloirs, y étant impossible de se dissimuler en cas de mauvaise rencontre. Aussi était-il particulièrement prudent, silencieux et tendu. Plusieurs torches étaient accrochées aux murs, et le jeune voleur passa devant plusieurs portes en bois. Il ne savait pas vraiment où il allait et était très conscient de la témérité de son comportement. Pourtant, il continuait d'avancer dans les couloirs, à l'instinct. Il finit par approcher d'une porte ouverte, d'où s'échappaient des voix qui ne lui étaient pas inconnues.
- J'espère que j'aurais ma part pour mon aide à la capture du Berserker. Votre homme n'avait pas l'air convaincu.
Kenan reconnu le jeune mage qu'il avait rencontré un peu plus tôt. Il se crispa en repensant à cette rencontre et serra les manches de ses dagues.
- Ne compte pas trop me prendre mon argent, petit. Estime-toi plutôt heureux d'être encore en vie.
Kenan s'approcha prudemment du bord de la porte, se plaquant au mur. Il aurait volontiers évité de s'exposer en traversant et fait demi-tour, mais quelque chose lui disait que c'était le bon chemin. Et Kenan avait appris à écouter très attentivement son instinct depuis longtemps. Après tout, c'est ce dernier qui l'avait tenu éloigné des gardes si longtemps, pendant qu'il exerçait ses talents en ville.
Il tendit lentement la lame de l'une de ses dagues dans l'encadrement de la porte, le plus bas possible, et regarda le reflet qu'elle lui renvoyait. Il découvrit avec soulagement que les deux hommes tournaient lui tournaient le dos, et passa rapidement devant l'ouverture.
Il continua son chemin un moment, dans des couloirs se ressemblant tous, sombres et dénudés, jusqu'à entendre d'autres éclats de voix provenant d'une certaine direction. Toujours très prudent, il se dirigea vers eux. Il entendait des gémissement, puis un hurlement et des bruits métalliques. Fronçant les sourcils, il raffermit sa prise sur ses dagues et avança. Une porte s'ouvrit à la volée et un homme à moitié défroqué lui fonça dessus, une expression terrifiée plaquée sur le visage. L'homme était tellement effrayé qu'il vint s'empaler sur les armes du jeune homme sans même sembler s'en rendre compte. Il s'affala lentement et mourut. Immédiatement après, un deuxième homme sortit précipitamment. Celui-ci prit le temps de dégainer son arme avant d'avancer sur Kenan. Il tenta une attaque, mais le couloir étroit ne favorisait pas un combat à l'épée. Le jeune voleur n'eut aucun mal à s'en défaire, et très vite un deuxième corps vint rejoindre le premier sur le sol dallé du corridor. Kenan fit quelques pas en avant, attendant un troisième hystérique, mais sa résolution faiblit en entendant un hurlement inhumain déchirer l'obscurité relative du couloir. Se demandant bien ce qui pouvait se passer dans cette pièce, il vit un homme de dos, sans vêtement, se présenter dans l'encadrement de la porte. Il tenait une jeune femme, probablement Angelle, en otage. Kenan assista impuissant à la mort de la demoiselle, mais ne manqua pas d'intercepter son assassin. Il le maîtrisa d'un coup de poing dans l'estomac.
Il pénétra dans la pièce, le meurtrier immobilisé, la gorge au creux de son coude, et découvrit la scène. Il vit d'abord les giclées de sang rouge qui maculaient les murs, puis le corps des gardes, les restes du maître des lieues et enfin son regard se posa sur le jeune homme sanglotant, penché sur le corps de sa bien aimée, la main plaquée sur sa gorge d'où s'échappaient encore quelques filets de sang.
Le jeune voleur déglutit. Le monde dans lequel il vivait n'était pas rose, mais il n'avait jamais rien vu de tel. Pas très sûr de sa voix, il prit la parole :
« J'ai quelque chose qui pourrait t'intéresser. »
Ellidan releva la tête. Ses yeux étaient rougis par les larmes, son visage très pâle, et Kenan se rendit compte que son corps était couvert de plaies presque cicatrisées. Il se demanda de quand elles dataient. Le voleur n'avait pas de grandes connaissances en médecine, mais il lui était arrivé de se blesser, et ces plaies semblaient vieilles de plusieurs jours.
« Je t'ai amené celui-là. C'est le gars qui l'a tuée. »
Il poussa l'homme, qui s'effondra près d'Ellidan. Il tremblait tellement qu'il ne parvint même pas à se relever.
« Et j'ai trouvé ça à la sortie de la forge. Je crois que ça t'appartient. »
Kenan tira l'épée noire de son manteau, la contempla brièvement, admirant pour la première fois le travail de finition minutieux de l'artisan, et la tendit à Ellidan en gardant ses distances. Le jeune homme se releva, pris l'épée, se tourna vers le meurtrier d'Angelle qu'il tourna sur le dos avec le pied et lui planta la lame dans la gorge. L'homme n'eut pas l'occasion de hurler, mais cela n'empêcha pas un nouveau flot sanglant de rougir un peu plus les dalles de la salle de torture.
« Bon, on y va ? » demanda Kenan, très mal à l'aise. Son compagnon passa l'épée à sa ceinture, pris le corps d'Angelle dans ses bras et fit mine de sortir. Kenan passa devant.

Ellidan manquait de discrétion, mais après ce qu'il venait de vivre, Kenan ne pouvait lui en tenir rigueur. Ils progressaient assez rapidement dans les sombres couloirs, et ne croisèrent heureusement personne pendant un long moment. Kenan se souvenait précisément du chemin qu'il avait emprunté, et appréhendait l'instant où, fatalement, ils rencontreraient les deux mages. Plus ils s'approchaient, plus Kenan trouvait leur fuite bruyante. Ils finirent par déboucher dans le fameux couloir, et Kenan put entendre que les mages parlaient encore, mais il était bien trop tendu pour comprendre de quoi. Soudain leur conversation s'arrêta, alors qu'Ellidan semblait avoir reconnu la voix du géant en noir. Une violente transformation s'opéra sur son visage : le désespoir fit place à la haine, et ses yeux se mirent à brûler intensément de cet éclat qui semble appeler le sang. Il lâcha le corps inanimé d'Angelle comme s'il s'était agit d'un ballot de linge sale et partit en courant, dégainant son épée alors qu'un grognement s'élevait de sa gorge. Kenan, effrayé et stupéfait, n'eut que le temps de se plaquer au mur pour ne pas être renversé. Il le suivit néanmoins jusqu'à la porte de la pièce où le jeune homme fou de rage pénétra en hurlant, et entendit un bruit de chaises que l'on tire précipitamment. Puis Ellidan fut projeté par la porte qu'il venait de franchir et plaqué au mur d'en face. Kenan dégaina silencieusement ses dagues.
« Alors tu t'es échappé, remarqua le colosse. Tu as surement tué mon employeur. Et ce rat ne m'a même pas encore payé ! » Les deux mages sortirent de la pièce côte à côte, le plus grand un bras tendu, la paume tournée vers Ellidan. Aucun d'eux ne vit Kenan, trop occupés qu'ils étaient à contempler l'autre jeune homme. Celui-ci se débattait furieusement contre le mur, une main protée à sa gorge, l'autre tenant l'épée qui, Kenan venait juste de le remarquer, brûlait d'un feu aussi sombre que l'alliage qui la composait. Il laissa les mages le dépasser.
« Qu'est-ce qu'elle a son épée ? Demanda Nathaniel.
- La pierre noire certainement contenue dans l'alliage réagit avec le sang du Berserker en crise. C'est fascinant, c'est la première fois que je suis amené à contempler un tel phénomène ! »
C'est alors que Kenan s'écarta du mur. Il enfonça l'une de ses dagues entre les omoplates de Nathaniel et l'autre dans la gorge du géant en noir. Tous deux s'effondrèrent, en même temps qu'Ellidan, qui semblait avoir repris ses esprits. Le voleur ressentit une satisfaction comme il n'en avait jamais connue.
Comme s'il n'avait aucune idée de quand il l'avait dégainée, Ellidan contemplait son épée d'un air absent. Kenan se souvint brusquement des légendes, des guerres démoniaques et des berserkers. Ces humains au sang mêlé qui, quand ils s'énervaient, se transformaient en redoutables machines à tuer. Tout à coup, Kenan ne se sentait plus redevable du tout envers cet homme. Il prit la décision de le quitter dès qu'ils seraient arrivés dehors, s'ils atteignaient jamais la sortie.

Ellidan se releva. Son absence, quoi qu'il se fut passé pendant, lui avait remis les idées en place. Ses plaies ne saignaient plus, et l'homme qui l'avait plongé dans cette galère gisait au sol, à ses pieds. L'avait-il tué ? Non, son compagnon l'avait fait. Quoi qu'il en fut, il dépouilla le mage de son magnifique manteau noir, qu'il revêtit. Il était trop large et plein de sang, mais de très bonne facture et lui permettrait de cacher son arme, en plus de lui tenir chaud.
« Ça te gène pas de voler les morts, comme ça ? »
Ellidan se tourna vers Kenan.
« Il en a plus besoin maintenant. Si ?
-Non, pour sûr. J'leur fais les poches, va voir dans la pièce. »
Ellidan s'exécuta. La pièce était vide, hormis une table, deux chaises, les restes d'un repas et deux lits. Kenan, en revanche, avait trouvé deux bourses à moitié vides et des rouleaux de parchemin. Le parchemin étant plutôt rare, il pouvait peut-être se vendre à un bon prix.
« Bon, c'est bien beau tout ça, mais faut sortir d'ici maintenant, reprit Kenan. J'ai pas eu trop de mal à entrer, mais pour sortir, avec toi en plus...
C'est pas un vrai problème, ça. »
Après une brève marche dans les couloirs, ils sortirent enfin à l'air libre. Ils sortirent rapidement du halo lumineux émanant des torches de chaque côté de la porte, puis observèrent attentivement les mouvements de ronde des sentinelles sur les remparts. Ellidan se demanda comment personne n'avait entendu les hurlements provenant de l'intérieur du château, mais à y réfléchir, à supposer que le bruit ai traversé les épais murs de pierre, il y avait une salle de torture là dedans. Les cris devaient être courants.
« Bon, j'y vais » déclara Kenan au bout d'un moment. Il couru silencieusement jusqu'au rempart, l'escalada, traversa le chemin de ronde et disparu. Ellidan ne pensait pas être capable de tant d'agilité. Il se dirigea donc le plus discrètement possible vers la grille d'entrée, gardée par quatre gardes somnolents. Alors qu'il dégainait son épée, l'une des sentinelles sembla se réveiller et l'aperçut. Le jeune homme n'eut pas le temps de se jeter sur elle avant qu'elle ne lance un cri d'alarme qui sortit ses compagnons de leur torpeur.
Ellidan grogna et finit de tirer sa lame. Ses adversaires étaient armés de lances, et se mirent rapidement en formation : en arc de cercle, lances en avant, de manière à ce que, si l'un attaque, les trois autres puissent le protéger. Ellidan avait étudié ce système il y avait fort longtemps, lui semblait-il. Il se mit en garde, réfléchissant à comment s'approcher suffisamment pour toucher ses cibles. Il para un premier assaut, tenta une contre-attaque mais fut repousser immédiatement par les trois autres lances. Il en para un second, puis un troisième. À la quatrième attaque, le jeune homme attrapa la hampe de la lance et tira brusquement, emportant l'homme qui la tenait droit sur son épée. Il vint s'empaler sur la lame noire, cracha un peu de sang et s'effondra. Les trois hommes restant voulurent en profiter pour attaquer, et abandonnèrent leur formation pour des mouvements plus désordonnés. Mais Ellidan dégagea sa lame d'un geste rapide et se jeta sur eux. Il esquiva un lance, trancha un bras et une tête, entailla le ventre d'un homme et empala le dernier. Il prit le temps d'essuyer son épée sur la dépouille de l'un des gardes et sortit de l'enceinte du château.

Kenan le rejoignit alors qu'il reprenait la route dans al direction opposée à celle de Talbenn. Il avait du sang sur ses vêtements.
« C'est malin, tu sais que t'as failli te prendre une flèche ! J'ai été obligé de tuer un archer et de tirer sur l'autre pour te sauver la peau. Et les dieux savent que j'aime pas tirer à l'arc. Tu pourrais au moins dire merci !
- Merci, répondit Ellidan sans se retourner. Tu comptes me suivre ?
- Nan. J'vais me trouver une nouvelle ville, des nouvelles rues à arpenter, des nouvelles trousses à piquer. C'est un peu trop sanglant autour de toi, j'préfère pas m'attarder.
- Soit. Au revoir et bonne chance.
- Ouais, c'est ça. Toi aussi. »
Et c'est ainsi qu'ils se séparèrent.


Fin de la première partie.