Affichage des résultats 1 à 29 sur 29

Discussion: Les Soeurs du Premier Sang

  1. #1
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Werewolf Les Soeurs du Premier Sang

    1. INTRODUCTION

    Avant tout chers amis lecteurs je vous salue, avant de tenter de commencer ma plus grande oeuvre à ce jour (la première en fait) une petite explication préambulatoire s'impose.

    Ceux qui lisent parfois les rps sont peut être tombé sur la quête "traques et matraques" qui met en jeu un avatar spécialement créé pour l'occasion, une jeune guerrière de la communauté des Soeurs du Premier Sang.

    Cette partie de la Bibliothèque Impériale entend en fait décrire de long en large cette communauté un peu particulière tout en étant totalement indépendante du rp.

    Les Soeurs du Premier Sang trouvent leur origine dans la lecture de l'oeuvre d'Herbert: la saga de Dune et en particulier les deux derniers tomes (Les Hérétiques de Dune et La Maison des mères) mettant en avant le Bene Gesserit. Et là je me suis demandé ce que ça donnerait le Bene Gesserit transposé en héroic fantasy.
    A cette époque venait de sortir la 4ème version du Jdr D&D et j'ai vu là le moyen de lancer une vaste campagne dans les Royaumes Oubliés avec cette idée comme base ainsi les Soeurs du Premier Sang étaient nées.

    Malheureusement, D&D4 m'a vite gonflé et en plus mon premier jet de ma "super organisation" ne me satisfaisait pas (pas assez réaliste parce que trop "pollué" par mes fantasmes d'homme, des femmes vivant ensemble je vous fait pas un dessin).

    Etait-ce fini pour autant, après tout si je suis resté fidèle à D&D3.5. autant repartir des RO en 1373, et comme dans mon idée de base les Soeurs étaient connues depuis un siècle et possédait 5 citadelles sur Faerûn, et bien il suffisait d'imaginer que ce serait le début de leur histoire.
    En revanche une autre difficulté est apparue dans le processus créatif, éviter le côté fantasmé qui tente de s'immiscer de temps en temps et ça c'est dur mais à force on y arrive. Sans compter que je n'ai plus eu le temps de travailler sur le sujet depuis plusieurs mois à cause de mes diverses activités dont la Couronne de Cuivre, dans ce contexte l'absence de Kasumi paralysant mon rp pour quelques jours était le moyen idéal de relancer mon projet.

    C'est pourquoi aujourd'hui je me lance et advienne que pourra, bienvenue dans la fabuleuse (oui je sais c'est un peu pompeux) histoire des Soeurs du Premier Sang.

    PS: Ne vous étonnez pas si les modérateurs m'envoient dans les annales du rp parce qu'ils ne savaiet pas trop quoi, tout comme moi d'ailleurs.
    Dernière modification par Ugo ; 13/05/2010 à 14h21.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  2. #2
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    2. HISTORIQUE

    "...Maudites! Maudites! Maudites! Maudites soient-elles, que leurs âmes pourrissent pour l'éternité dans les Neufs Enfers en y subissant mille tourments jusqu'à la nuit des temps. Maudites soient mes filles pour avoir provoqué la colère de Lolth et par là, la chute de notre maison. Maudite soit ma fille Rikta pour avoir embrassée le culte d'Eilistraée, l'ennemie tant honnie de notre vénérée Lolth. Maudites soit ma fille Kyriel pour avoir trahi la déesse qu'elle servait en refusant d'abattre sa jumelle pour la plus grande gloire de la Reine Araignée et de fuir avec elle. Maudites soient-elles pour avoir brisé ainsi l'ascension promise de notre famille au sein de la société drow. Maudites soient-elles pour avoir sacrifié mes rêves de gloire et de grandeur quand j'ai donné naissance à des jumelles aux talents si prometteurs.
    Les vautours sont entrés, leurs armées ont éparpillé nos défenses et percé nos murs aussi facilement que l'ombre des roches traversant la pierre, la plupart des défenseurs sont morts ou ont changé de camp dès qu'ils ont vu dans quel sens penchait l'issue des combats. Je suis désormais seule dans ma chambre avec mon magicien, les sorts de protection qu'il a placés sur la porte retiendront nos assaillants bien quelques minutes. Quelle ironie, la seule arme à ma disposition est une simple dague. Perdre les faveurs de Lolth me prive de mes sorts divins les plus élémentaires et je ne peux utiliser mon fouet-serpent qui sinon se retournerait contre moi.
    Ils sont désormais derrière la porte à tenter de l'enfoncer, je sais désormais que mon existence prendra fin ici dans quelques instants, mais je ne leur laisserais pas la satisfaction de me capturer pour me livrer en sacrifice. Aussi ridicule soit-elle, ma dague sera suffisante pour mettre fin à mes jours avant qu'ils ne puissent mettre la main sur moi.
    Qu'à jamais mes traîtresses de filles soient maudites pour l'éternité. Maudites! Maudites Maudites!...

    Dernière page du journal de la Mère-Matrone de la maison Volaren, disparue dans les limbes du néant.


    Comparée à d'autres organisations de Féerune, l'histoire des Sœurs du Premier Sang débute récemment. Celle de leurs fondatrices semblant seulement débuter il y a presque deux siècles dans une ville drow du nord (Menzoberranzan, Ched-Nassad ou Sschindylryn), même si leurs origines restent floues.
    Ce dont on peut être assurés, c'est qu'elles sont nées dans une maison on ne peu plus mineure mais les capacités dont elles firent montre très jeunes laissaient entrevoir une destinée exceptionnelle, ce qui ne pouvait rejaillir que sur leur maisonnée. Kyriel grimpa rapidement les échelons du clergé de Lolth tandis que Rikta excellait dans le maniement des armes. Alors que la Maison Volaren était en pleine ascension avec les jumelles occupant respectivement les postes de Haute-prêtresse et de Maître d'armes de la maison, l'espion d'une maison rivale découvrit que Rikta était une adoratrice cachée d'Eilistrae. Ce fait fut révélé, provoquant la fuite précipitée de la jeune guerrière dans les méandres de l'Outreterre. Sa mère envoya son autre fille pour rattraper et éliminer l'apostat.


    Filles d'une maison mineure elles étaient promises à une destinée exceptionnelle, Kyriel au sein du clergé de Lolth et Rikta dans le métier des armes. Cependant on découvrit un jour que Rikta était une fervente adoratrice d'Eilistraée, ce qui provoqua sa fuite précipitée dans l'Outreterre.
    Mandée par sa mère pour venger l'honneur familial, Kyriel la pourchassa des jours durant jusqu'à ce que la poursuite se transforme en combat féroce dont la prêtresse sortit vainqueur. Mais au moment de porter le coup fatal à sa soeur désarmée elle se révéla incapable de le faire, par ce geste elle devint elle aussi une paria et accompagna sa jumelle dans l'exil.

    Malgré leur disgrâce, Kyriel est toujours restée une adoratrice de Lolth, ce qui entraina des tensions importantes avec la communauté des adorateurs d'Eilistraée où elles s'étaient réfugiées. En fin de compte elles n'eurent d'autres choix que de reprendre leur errance, celle-ci dura 70 années, période durant laquelle elles voyagèrent sur toute la surface de Toril, de l'Outreterre et nombre de plans connus ou inconnus tout en combattant les différents tueurs envoyés à leurs trousses par le clergé de Lolth.

    Durant cette période elles gagnèrent énormément d'expérience devenant des mercenaires réputées connues sous le surnom des Soeurs de Sang, nom qui resta quand de nouvelles camarades d'aventure les rejoignirent au cours de leurs pérégrinations. Après une quarantaine d'années, le groupe était devenu une puissante compagnie de mercenaires forte d'une cinquantaine de membres aguerries d'origines diverses (drows, elfes, naines, humaines, gnomes, halfelines, demi-orques, ... etc) mais unies par des liens durables.
    Seulement après 40 années passées sur les routes, beaucoup d'entre elles aspiraient à se fixer plus durablement et de souffler un peu. Pendant les 10 années suivantes, elles se mirent donc à rechercher activement un endroit où s'établir tout en nouant des relations d'affaires stables ici et là.

    Elles finirent par trouver l'endroit idéal à environ 150 kilomètres au nord de Mirabar, un antique avant-poste nain abandonné depuis des millénaires. Seul bémol, un des plus imposants dracosires que l'on ait jamais vu à la surface de Toril occupait déjà l'endroit plongé dans un sommeil magique depuis plusieurs siècles, sommeil qui fut interrompu par l'intrusion des membres du groupe. Les mercenaires s'apprêtaient à défendre chèrement leurs vies pourtant le dracosire, une femelle dragon d'or, ne les attaqua pas mais, au grand étonnement des intruses, les acceuillit même chaleureusement.
    Il s'avéra que la dragonne, Caltryx, les attendaient suite à une vision qui avait visité ses rêves plusieurs siècles auparavant vers la fin de sa vie. Le reptile voulait s'assurer que ses oeufs et son trésor soient en sécurité après son trépas, sécurité qui serait assuré par une communauté de femmes d'ethnies différentes, elle se mit donc en animation suspendue avec ses oeufs jusqu'à ce que ce jour arrive. Caltryx passa donc un accord avec les aventurières, prendre soin de sa progéniture et de ses secrets, et son colossal trésor serait pour elles. Elle rendit l'âme une fois rassurée quand à l'avenir de ses petits.

    Dans un premier temps, les femmes se demandèrent quand même dans quelle galère elles venaient de s'embarquer car aucune d'entre elles ne possédaient d'expérience dans l'élevage de dragons. Ces appréhensions furent vite dissipées à la naissance des petits (7 femelles en tout), qui se révélèrent en partie capables de se débrouiller seuls et à la vue des richesses contenus dans le repaire de Caltryx. En plusieurs siècles le grand ver avait amassé un trésor incalculable et une collection de grimoires qui aurait fait palir d'envie les responsables de Château-Suif contenant pour certains d'antiques connaissances oubliées voire jamais connues sur Toril.
    Les 20 années suivantes furent donc utilisées à intégrer ces nouvelles connaissances et à aménager leur nouveau foyer tout en s'occupant des jeunes dragonnes. Durant cette période quelques nouveaux membres vinrent se greffer à la communauté et c'est tout naturellemnt que la Compagnie des Soeurs du Premier Sang devint la Communauté des Soeurs du Premier Sang, un refuge sûr pour toutes les femmes de Faerûn cherchant un asile.
    Dans ce but, les membres commencèrent une vaste mais discrète campagne de recrutement dans le nord et le long de la Côte des Epées, parias, orphelines, esclaves rachetées ou libérées, leur nombe crut rapidement. On pourrait penser que l'avant-poste deviendrait trop petit mais la population augmentant il évolua conjointement jusqu'à devenir la puissante forteresse actuelle.
    Dernière modification par Ugo ; 23/12/2019 à 17h37. Motif: c'est déjà arrivé qu'une heure de post soit effacé à la suite d'un bug alors j'assure.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  3. #3
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    3. PARTICULARITES DES SOEURS DU PREMIER SANG

    "Belmara Cor suait à grosses gouttes, la chaleur de la forge était étouffante. C'était la première fois que la jeune naine se trouvait affectée dans les niveaux inférieurs à aider ses condisciples à honorer une commande urgente, cela ne la dérangeait pas ça lui rappelait sa jeunesse à Sundabar.

    - Belmara amène ce chariot de minerai jusqu'ici

    C'était Dorna Ecudor qui s'occupait d'elle aujourd'hui qui venait de la héler interrompant sa rêverie, la vieille duergar actionnait le soufflet de la forge atisant le feu.
    La naine s'exécuta poussant le lourd chariot jusqu'à coté de la forge, à bout de souffle elle ne se rendit compte de son contenu qu'une fois son regard posé à l'intérieur.

    Dorna vint se placer à côté de sa condisciple:

    - Ca t'en bouche un coin hein?

    Celle-ci les yeux toujours écarquillés ne pouvait les détacher du minerai qui luisait à la lueur du feu:

    - Du mithrall, mais où en avez vous trouvé une telle quantité?

    La duergar laissa Belmara mariner un peu dans son jus avant de lui répondre d'un ton malicieux:

    - Nous ne l'avons pas trouvé, nous l'avons fabriqué."



    Qu'est ce qui différencie les Soeurs du Premier Sang d'autres organisations secrètes comme le Zhentarim ou les Ménestrels?

    Premièrement tout le monde ou presque a déjà entendu parler de ces sociétés soi-disant secrètes alors que les Soeurs étaient parfaitement inconnues jusqu'à ce qu'elles se révèlent récemment.

    Deuxièmement alors que le Zhentarim et autres Confrérie des Arcanes ou Eglise de Shar oeuvrent à la domination du monde et que les Ménestrels oeuvrent à faire progresser la cause du bien, les Soeurs du Premier Sang ne s'occupent que de protéger leurs intérêts propres sans s'occuper de trop près des problèmes d'autrui, et cela alors qu'elles possèdent des moyens similaires si pas supérieurs aux organisations précitées plus haut.

    En revanche au cours de leur existence, toutes ces organisations ont le point commun d'avoir développé leurs propres artefacts et objets magiques, les Soeurs du Premier Sang ne dérogent pas à la règle.

    Il s'avéra que le trésor de Caltryx était plus que conséquent et la collection d'ouvrages anciens apporta beaucoup aux Soeurs. Parmi ces livres certains étaient issus d'une civilisation d'un autre plan antérieure à Toril. Les traductions montrèrent que cette civilisation était beaucoup plus puissantes que les néthérisses ou les sarukhs, ce fut cette puissance qui causa sa perte.
    Dès le début, les Soeurs du Premier Sang ne firent pas l'erreur que font tout ceux qui découvrent de tels écrits, elles firent preuve d'une extrême prudence mettant de côté ce qui représentait un pouvoir trop dangereux pour être contrôlé.
    Néanmoins ce qu'elle gardèrent pour être exploité leur permit d'explorer de nouvelles voies:

    3.1. Magie de transmutation

    Assez rapidement les Soeurs mirent au point une nouvelle magie de transmutation permettant de transformer n'importe quelle matière minérale en la matière désirée, et sans aucune contre-partie. Or en pleine montagne, les matières minérales ça ne manque pas.

    Le principal avantage est de pouvoir créer de grandes quantités de minerais métalliques, métaux précieux ou pierre de taille rien qu'en extrayant quelques blocs de granit. Ce qui a notamment permis aux Soeurs d'augmenter considérablement le trésor du dragon.

    Suite à cette découverte, elles créerent un nouvel alliage à base d'adamantium, mithrall, sombracier, argent alchimique et de quelques gouttes de sang de dragon.
    Cet alliage permet de forger notamment des armures solides tout en étant aussi légères qu'un simple vêtement, ce qui fait que même les lanceuses de sorts profanes au sein de la communauté peuvent porter une armure sans subir de malus.

    3.2. Les portails

    Les Soeurs du Premier Sang ont également créés un réseau de portails d'un genre un peu particulier, autonomes magiquement ils ne sont pas liés à la Toile. Ces portails sont également pourvu d'un semblant de conscience.

    3.3. Le Mythal

    Ce type de mythal est de même nature que les portails, auto-suffisant et conscient. Plus petit que les mythals elfiques, il est beaucoup plus puissant et quasiment indestructible.
    Il n'empêche pas nécessairement l'ennemi d'attaquer si celui-ci n'est pas vraiment dangereux mais peut bloquer les attaques d'une divinité majeure voire de mettre sérieusement à mal l'assaillant si celui-ci devait insister.
    Il régule aussi le climat dans sa zone d'action, tempérant les rigueurs de l'hiver sans l'interrompre, bloquant la grêle ou les orages trop violents.

    3.4. Les tatouages

    L'une des plus grandes réussites des Soeurs du Premier Sang à ce jour, restent les tatouages symbiotiques. Ces tatouages font partie intégrantes de leur porteuse une fois appliqués, il existe quatre tatouages de base commun à toutes les Soeurs du Premier Sang adultes: le Tatouage du Premier Sang, la Rune protectrice, la Marque du destin et la Clé du passage.(voir le dossier tatouages plus tard pour plus d'explications).

    3.5. Les Golems

    Plus classique les Soeurs ont également créé des golems à leur image, des statues en marbre blanc représentant des femmes en cotte de mailles et armées d'épées longues et d'une baguette magique.

    3.6. Les cristaux de puissance

    D'une puissance incommensurable les cristaux de puissance représentent une source d'énergie magique quasi inépuisable.
    Jusqu'à présent les Soeurs n'en ont créé qu'un seul car leur fabrication nécessite énormément de ressources et leur taille est imposante, celui-ci alimente le mythal qui protège la citadelle.

    Récemment, elles se sont rendues compte qu'il y avait moyen de réduire leur taille mais avec pour conséquence de réduire proportionnellement leur puissance, mais elles continuent de travailler dessus avec comme projet futur de créer des objets magiques comme des baguettes qui auraient des charges infinies ou au moins avec une réserve plus importante.

    A coté de ces grandes oeuvres, les Soeurs du Premier Sang ont aussi créé des plantes adaptées au rude climat de l'Epine Dorsale du Monde, des petits artefacts mineurs, et continuent leurs recherches.
    Dernière modification par Ugo ; 15/05/2010 à 19h18.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  4. #4
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    4. VIE ET SOCIETE

    "Les rayons du soleil carressèrent le visage d'Amra Amalith, la sortant de sa transe, l'elfe de lune ouvrit les yeux l'esprit encore un peu embrumé.
    Se redressant un peu elle secoua légèrement sa fille blottie contre elle et encore plongé dans le monde des rêves:

    - Hacathra, réveille-toi c'est l'aube

    Celle-ci entrouvrit les paupières, pas vraiment décidée à se lever.

    - Mmmhhh...maman on peut encore rester un peu au lit s'il te plait?

    Amra pris un air faussement sévère, chaque matin c'était le même manège et à force c'était devenu leur petit rituel du matin.

    - Non ma fille, debout...et tant que tu y est si tu allais réveiller tante Umil.

    La jeune enfant s'empressa d'obéir à sa mère, aller taquiner la naine qui dormait dans l'alcove d'à côté était aussi devenu un jeu matinal.
    Hacathra passa la tenture de séparation et Amra eut un léger sourire en entendant les ronflements de l'autre côté se transformer en jurons indignés quand sa fille se mit à sauter sur le lit"



    4.1. Introduction

    Depuis que les Soeurs du Premier Sang se sont révélées au monde il y a quelques mois (du moins à certains dirigeants du nord), certains sages ont tenté d'étudier leur cas et se perdent en conjectures à leur sujet. Pour certains il ne s'agit que de nonnes-guerrières recluses au fin fond d'un couvent poussiéreux, pour d'autres ce sont des folles-furieuses lesbiennes castratrices se livrant à des rituels abominables, en passant par ceux qui voient en elles une secte vénérant Aurile qui voudrait enterrer les villes du nord sous un épais manteau de glace et d'autres suppositions toutes plus farfelues les unes que les autres.

    Les Soeurs ne font rien pour démentir ces rumeurs, les alimentant parfois elles-même pour accentuer la cacophonie ambiante, après tout, moins on en sait réellement miux c'est.

    Même si certains aspects sont justes, la réalité est finalement d'une simplicité évidente pour qui sait user de sa raison au lieu de se laisser emporter par son imagination.
    Sur Faerûn la religion est un pilier important de toutes communautés durables.
    On ne s'installe pas dans une des régions les plus dangereuses du continent sans savoir manier les armes, la magie ou les deux.
    Comme c'est deux femelles drows qui sont à l'origine du mouvement et qui dirigent encore la communauté, il est normal qu'une certaine doctrine matriarcale dominante imprègne l'atmosphère.
    Il ne faut pas s'étonner que les relations intimes entre femmes soient plus élevés que la normale dans un environnement où par nature le "mâle" est totalement exclu et où il n'y a que des individus de sexe féminin vivant en étroite promiscuité.
    Et enfin garder le secret sur leur existence était un gage de sécurité tant qu'elles n'étaient pas suffisament fortes pour pouvoir repousser toutes mebaces éventuelles.

    4.2. Société

    Dans la vie courante les Soeurs du Premier Sang se comportent comme n'importe quelles femmes qui ont décidé de prendre leur destin en main et de s'établir dans une contrée hostile et éloignée.
    Dès leur plus jeune âge (du moins pour celles qui sont nées à la citadelle ou qui y sont arrivées enfants ou adolescentes) on leur apprend que les uniques personnes sur lesquelles elles peuvent compter à part elles-mêmes sont les autres Soeurs.
    Tout est fait pour renforcer les liens entre membres de la communauté quelque soient leurs origines, et c'est d'ailleurs là un des paradoxes de leur société: avoir été si isolationistes pendant si longtemps tout en étant ouvertes quelque soit la race.
    Des drows cotoient des elfes de la surface, des duergars des naines d'écu ou d'or, sans que cela ne pose de problèmes. Si les humaines représentent proportionnellement l'ethnie la plus importante, il y a aussi des halfelines, des gnomes, des génasi, des demi-orques, des demi-elfes, des planaires, ... etc.

    Les liens mères-filles sont aussi très importants et malgré les difficultés à vivre dans l'Epine Dorsale du monde, on veille à ce que les enfants ne perdent pas trop vite leur innocence, rares sont les endroits sur Toril où on peut rencontrer un parent en faction à un endroit avec sa progéniture qui joue à côté de lui.

    La loyauté à sa communauté, la féminité, la maternité, la dévotion à leur divinité, la célébration de la vie et de la nature sont les piliers fondamentaux de la société chez les Soeurs du Premier Sang.
    Dernière modification par Ugo ; 22/05/2010 à 17h50.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  5. #5
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    4.3. Economie

    Les Soeurs du Premier Sang ont réussi à développer une autarcie complète, d'une part grâce à leur magie de transmutation elles ont toutes les matières premières qu'elles désirent. De l'autre, elles ont réussi à convertir suffisamment de terres autour de la citadelle en terres cultivables et paturables pour subvenir à leurs besoins.

    Agriculture: Alors que les communautés montagnardes du nord ont tendance à importer la nourriture qu'elles ne peuvent produire elles-même, les Soeurs ont passé de nombreuses années à amménager les sols alentours pour pouvoir les rendre aptes à la culture. Dans le même temps, à partir de plantes déjà cultivées dans les plaines environnantes, elles ont développé des cultivars capables de supporter le climat local, rustiques, avec peu de besoins, tout en fournissant des rendements au pire corrects: deux espèces de céréales proches du blé et de l'orge, quelques légumes à tubercules, une espèce de pommier, une espèce de poirier, et une petite vigne rampante dont les fruits fournissent un petit vin rosé.
    Comme les citadelles naines, elles ont aussi aménagé de vastes champignonnières dans les niveaux inférieurs de leur forteresse en cas de siège.

    Armes et armures: Toutes les armes et armures destinées aux membres de la communauté sont forgées dans l'alliage créé par les Soeurs. Depuis peu, des produits mnufacturés de qualité sont également produits pour être exportés, c'est pourquoi ils sont réalisés en alliage classique comme le fer pour éviter que leur secret ne tombe entre de mauvaises mains. En plus toutes les armes vendues à des étrangers ont un sort caché qui ne se déclenche que si elles sont utilisées contre une Soeur du Premier Sang, désintégrant l'arme immédiatement.

    Bétail: Le bétail élevé peut se séparer en deux sortes bien distinctes, premièrement le bétail classique (bovins, chèvres, moutons) choisi pour sa fourrure épaisse en raison des rigueurs climatiques cantonné dans les pâtures extérieures, deuxièmement des rothés des profondeurs élevés dans des enclos à côté des champignonnières.

    Bois: A cette altitude, seules poussent de grandes forêts de pins, et par conséquent c'est presque la seule essence qui est travaillée dans la menuiserie de la citadelle. Les Soeurs du Premier Sang prennent soin de ne prélever que ce dont elles ont besoin et de remplacer chaque arbre abattu.
    Par voie détournée, il leur arrive parfois d'acheter des essences nobles comme le chêne.

    Commerce: Cette activité est toute récente, depuis leur révélation en fait. Jusqu'à présent le commerce s'est limité à l'envoi de quatre caravanes marchandes fortement armées vers Castelmithral, Gracklstugh, Lunargent et Mirabar. Mais à l'avenir, elles espèrent envoyer au moins une fois par an une caravane dans chacune de ces villes et à Nesmé, Sundabar, Everlund, Padhiver, Felbarr, Adbarr, Luskan, et Eauprofonde.
    Les marchandises vendues sont principalement des armes et armures de qualité ou d'apparât, des objets d'art, des gemmes taillées et des minerais rares.
    Il s'avère que les Soeurs pratiquent une drôle politique en matière de prix. Les nains du clan Marteau de guerre et les habitants de Lunargent ont été plus que surpris d'acquérir des marchandises pour le cinquième de leur valeur habituelle. Dans un premier temps, les commentaires furent moqueurs sur l'habileté pour le commerce de ces femmes mystérieuses. Mais ils évoluèrent vers plus de perplexité quand on apprit qu'à Mirabar elles avaient appliqué des prix du simple au quadruple selon qu'il s'agissait de nains ou d'humains. A Gracklstugh, elles ont même évité de proposer les armes et minerais à la vente.
    En fait, ces revenus supplémentaires ne leur sont pas nécessaire et elles peuvent donc se permettre de vendre à la tête du client, mais cela leur permet de posséder des quantités appréciables des monnaies locales au cas où il faut commercer dans de petites communautés.

    Fourrures: Les Soeurs du Premier Sang ne chassent pas d'animaux pour leurs fourrures mais quand elles doivent éliminer une menace pour leurs troupeaux ou même pour elles comme un worg ou un animal sanguinaire, la peau est récupérée et traitée.

    Pêche: Malgré la présence de petits ruisseaux montagnards se jetant dans le Mirar, ceux-ci sont trop peu poissoneux pour permettre une activité comme la pêche, activité que les Soeurs ne pratiquent d'ailleurs pas.
    Dernière modification par Ugo ; 23/05/2010 à 14h58.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  6. #6
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    4.4. Cérémonies et rituels

    "Shandri Boiségal déglutit avec peine, elle lutta contre l'envie de se retourner et de prendre les jambes à son cou.
    Ce n'était pas la première fois qu'elle pénétrait dans la salle de cérémonie mais jusqu'ici elle n'avait jamais été le centre d'attention. Elle se rendait compte maintenant du poids qui pesait sur les épaules des jeunes filles qui accomplissaient ce rituel.

    Courageusement elle avança un pied puis l'autre et chemina lentement jusqu'au centre de la gigantesque pièce, l'atmosphère était oppressante et le silence des 8000 femmes dans les gradins l'alourdissait encore plus.

    Enfin au bout d'un temps qui lui avait semblé durer l'éternité, elle arriva au pied des marches qui permettait d'accéder au bassin sacré, elle grimpa les cinq marches et arriva sur la plate-forme où l'attendaient Imizael Luneclaire, une des hautes-prêtresse du clergé, et Alethra Bersk, la Soeur qui l'avait prise sous son aile à son arrivée à la Citadelle, vêtues toutes les deux d'une robe cérémonielle comme elle et trois autres Soeurs de rang inférieur habillées normalement qui assistaient la cérémonie.

    Sur un signe de la prêtresse, les trois assistantes ôtèrent les robes cérémonielles à leurs porteuses qui ne portaient rien en-dessous. Si ses deux compagnes paraissaient à l'aise avec leur nudité, Shandri croisa les bras sur sa poitrine nue gênée d'être ainsi dévoilée devant toute l'assistance.

    Izmael descendit la première dans le bassin sacré, suvie par Shandri doucement poussée dans le dos par sa marraine. Elles s'arrêtèrent au milieu du bassin, celui-ci contenait de l'eau teintée pour ressembler à du sang qui leur arrivait jusqu'au torse. Shandri se détendit, l'eau était chaude et parfumée de senteurs qui l'ennivrait.

    La prêtresse se tourna vers elle et déclama la litanie rituelle:

    Shandri Boiségal tu te retrouves ici comme au jour de ta naissance pour renaitre une seconde fois.

    Alethra qui était placée derrière Shandri posa ses mains sur les épaules de sa protégée qui frissonna consciente de la solonnelité de l'instant."


    Introduction: Les Soeurs du Premier Sang célèbrent plusieurs cérémonies et rituels, ont peut les séparer en deux parties: d'une part les cinq journées de célébrations communes à Faerûn que sont Hiver fatal, Herbeverte, La Longue nuit, Les Grandes moissons et Fête de la lune, de l'autre les cérémonies rituelles propres à la communauté. Une partie des cérémonies trouvent leur origine dans des pratiques importées par d'anciennes adoratrices d'autres divinités

    Hiver Fatal: Situé entre Martel et Alturiak, cette journée est normalement celle où les alliances sont renouvellées ou conclues par les nobles et les monarques. Si ceux-ci, qui l'appellent le Haut festival de l'hiver, célèbrent cette journée, le peuple en général ne l'aime pas car ils associent cette date à la plus mauvaise période de l'année.
    Les Soeurs du Premier Sang considèrent que cette journée symbolise les épreuves qu'il faut traverser dans une vie pour endurcir le corps et l'âme et ainsi se préparer à affronter le pire quand il se présente.

    Herbeverte: Ce jour marque le début officiel du printemps entre Tersakh et Mirtul, même si celui-ci commence en réalité le 19 de Ches, soit 41 jours plus tôt.
    C'est en ce jour particulier que les Soeurs du Premier Sang célèbrent les baptêmes des enfants nés de l'année précédente et le réveil de la nature.
    C'est aussi à cette date que partent les caravanes marchandes.

    La Longue Nuit: Située en plein coeur de l'été entre Flammerige et Eléasis, cette nuit est censée être celle de la fête et de l'amour et cela dans tout Faerûn.
    Au sein de la communauté la Longue Nuit ne signifie pas grand-chose mis à part une occasion de faire la fête jusqu'aux aurores. Malgré ça, cette date voit beaucoup plus de couples se former que les autres moments de l'année.

    Les Grandes Moissons: L'arrivée de l'automne entre Eleinte et Marpenoth est également le jour qui annonce les moissons, c'est aussi le signal du dernier départ pour les voyageurs avant que les conditions climatiques ne deviennent trop rudes.
    Pour les Soeurs du Premier Sang ce jour marque également le début de la période où les créatures vivant sur l'Epine Dorsale du Monde commence à intensifier leurs activités avant leur repos hivernal les forçant à redoubler de vigilance.

    La Fête de la Lune: Sur Faerûn la dernière fête de l'année entre Uktar et Nuiteuse annonce la venue de l'hiver et sert à rendre hommage aux morts.
    Durant cette fête les Soeurs se réunissent dans leur grande salle et célèbrent les défuntes de l'année écoulée chantant leurs vies et leurs exploits.

    Rituel de la Naissance: Avec le Rituel du Premier Sang, le Rituel de la Naissance est l'un des principaux rituels propres à la Communauté des Soeurs du Premier Sang.
    Ce rituel est le premier que subissent les membres de la communauté, dès la naissance pour les nouvelles-nées, avant leur départ ou leur entrée à la citadelle pour les autres.
    Durant ce rituel trois des quatre tatouages de base sont apposés: la Marque du destin, la Rune protectrice et la Clé du passage, ce qui implique que ce rituel est d'une importance capitale puisqu'il n'assure ni plus ni moins que la survie de la porteuse (voir chapitre 7 sur les tatouages dans le post 9).
    Malgré son importance, il n'y a pas de grande cérémonie pour le célébrer, que ce soit la mère à son enfant (où l'une des prêtresses qui l'ont assisté pendant l'accouchement si jamais la mère n'est pas en état de le faire à cause des affres de l'accouchement), ou une "Soeur Ainée" (voir le point éducation) à sa future protégée, l'opération est intime et ne se fait jamais en présence de plus de deux ou trois Soeurs. L'officiante dessine à même la peau de l'officiée les tatouages à l'aide d'un pinceau trempé dans des pots d'encre rituels, une fois tracés ceux-ci se fondent dans leur porteuse et deviennent partie intégrante de cette dernière jusqu'à sa mort.

    Rituel du Premier Sang: Il s'agit du rituel le plus important au sein des Soeurs du Premier Sang puisqu'il symbolise la seconde naissance de celle qui est l'objet de ce rituel, généralement lors de la puberté pour les Soeurs de naissance et après une année pour les autres.

    Contrairement au précédent, le Rituel du Premier Sang fait l'objet d'une grande cérémonie au sein de la gigantesque salle cérémonielle devant la majorité des membres de la communauté ce qui représentant une assistance de plusieurs milliers de personnes a tendance à intimider celle qui est le centre d'attention, d'autant plus qu'elle doit s'avancer seule dans un silence pesant jusqu'au bassin cérémoniel où l'attendent une haute-prêtresse, sa mère ou sa "Soeur Ainée" et deux assistantes. Une fois la novice arrivée, ces dernières dévêtent les deux officiantes et la jeune Soeur qui pénètrent alors dans le bassin contenant pour l'occasion une eau teintée de rouge pour symboliser le sang. Cette cérémonie représentant une seconde naissance, les Soeurs du Premier Sang considèrent l'association de la nudité et du sang comme un symbolisme puissant.

    Une fois qu'elles baignent dans le bassin, pendant que la seconde officiante se place derrière la novice, les deux mains sur ses épaules, la prêtresse commence à énoncer avec force les paroles du rituel tout en effaçant la marque rouge temporaire que la novice arborait sur le front jusqu'alors puis de redessiner une goutte de sang avec de l'encre rituelle rouge qui se font avec la novice, en faisant ainsi une Soeur du Premier Sang à part entière.
    Le rituel est accompli lorsque sonnent les dernières paroles de la prêtresse: "bienvenue parmi nous".

    4.5. Education

    L'éducation est une composante essentielle de la communauté, mais diffère légèrement selon que l'on ait affaire à une Soeur du Premier Sang de naissance où qui est arrivée enfant (ou adulte) à la citadelle.

    Quand une nouvelle recrue arrive au sein de la communauté elle est confiée à une Soeur d'expérience, désignée sous le nom de Soeur Ainée, qui va apprendre à sa protégée les fondements de l'ordre qu'elle vient d'intégrer.
    La transmission du savoir sera importante ou non en vertu de l'âge ou de l'ancienne vie de la nouvelle arrivante. Une aventurière confirmée devra surtout apprendre les us et coutumes de celles qui l'ont acceuillies en leur sein tandis qu'une jeune enfant aura tout à apprendre.

    Lire et écrire, parler le nain, l'elfique, le commun des profondeurs et le langage des signes drow, savoir se battre ou à dompter la magie sont les premières choses apprises par toutes nouvelles Soeur du Premier Sang. Pour le reste, la Soeur Ainée transmet tout ce qu'elle sait à sa pupille que ce soit sur les arts, la nature ou les choses de la vie, l'histoire, ses bottes secrètes ou ses sorts préférés, ses diverse connaissances en artisanat si elle pratique.
    L'apprentissage de l'écriture et de langues étrangères par les jeunes filles est aussi un moyen de les encourager à apprendre par elles-mêmes en fréquentant la grande bibliothèque.

    Les mères font de même avec leur propre descendance.

    4.6. Mariage et autres joyeusetés

    Présentation: La communauté des Soeurs du Premier Sang ne diffèrent en rien des autres popumations civilisées de Faerûn en ce qui concerne les choses de la vie. Deux regards qui se croisent, deux mains qui se frôlent peuvent être le début d'une relation qui durera toute la vie.

    Il n'y a aucune restriction pour empêcher une Soeur du Premier Sang de mener sa barque comme elle l'entend, elle pourra papillonner à droite et à gauche ou alors s'unir à vie avec sa compagne au cours du rituel de l'union.
    Ces deux extrêmes ne sont pas les options les plus choisies, la moitié de la population a plutôt opté pour un juste milieu où deux Soeurs vivent une relation à peu près monogame pour une durée plus ou moins longue sans véritables attaches. L'autre moitié se partage inéquitablement entre les célibataires (30%), celles qui se sont unies pour la vie (10%) et celles qui partagent la vie d'un mâle (10%).

    Soeurs unies entre elles: Il faut chercher dans leur mode de vie la raison pour laquelle seules une Soeur du Premier Sang sur dix choisissent de s'unir à vie. Le futur n'étant jamais écrit à l'avance, trop nombreuses déjà sont les Soeurs fauchées bien longtemps avant le terme de leur existence. C'est la principale raison pour laquelle certaines hésitent à sauter le pas.
    Deux Soeurs qui choisissent de s'unir à vie le sont officiellement après le Rituel de l'Union. Ce rituel n'est qu'une copie des mariages traditionnels de Faerûn, les deux membres du couple sont unies par une représentante du clergé dans la clairière aménagée au sommet de la citadelle quand la pleine lune est à son apogée, une fois les voeux échangés la prêtresse aposera un tatouage représentant un anneau ciselé sur la deuxième phalange de l'auriculaire de chacune des deux femmes.
    Pendant un an elles seront exemptées des opérations militaires exceptés les entrainements.
    Le tatouage en plus de symboliser leur amour éternel et indéfectible est un moyen qui leur permettra, si elles le désirent, de concevoir un enfant sans passer par un homme.

    Soeurs unies à des mâles: Il ne faut pas croire que toutes les Soeurs du Premier Sang cherchent à batir une vie de couple entre elles uniquement. Une partie de l'apport de sang neuf est extérieur à la communauté, anciennes aventurières ou réfugiées. Celles qui ont choisi un homme pour partager leur existence vivent le plus souvent dans les enclaves au sein des villes ou dans les communautés qui se sont développées dans le rayon d'influence de la citadelle.
    Les Soeurs qui malgré tout décident de rester à la citadelle voit leurs hommes de temps en temps puisque ceux-ci sont interdits dans l'enceinte de la forteresse, les mâles restent à l'extérieur où ils sont rejoints par leurs compagnes quand elles en ont le temps, le repos de la guerrière en quelque sorte.
    Ici tout se fait dans le classique, pas de rituel particulier ou de tatouages appliqués.

    Procréation: En général les Soeurs du Premier Sang se reproduisent comme toutes les femmes de la surface de Toril, excepté que ce sont elles qui mènent le bal. Les Soeurs unies à des mâles ont leur reproducteur attitré pour assurer leur descendance mais les autres?
    Ils arrivent fréquemment qu'une jeune Soeur quitte la communauté pour faire son Chelak. Il s'agit d'un voyage de trois années pendant lequel la Soeur va parcourir le monde selon son instinct pour s'endurcir et acquérir maturité et expérience. Au terme de ce passage initiatique la jeune femme qui l'aura fait devra revenir mère ou sur le point de le devenir.

    Vu la dangerosité de certaines régions pour une femme voyageant seule accompagnée d'un enfant ou plus (c'est déjà arrivé), celles qui partent ont maintenant dans leur bagage une mixture qui permet de bloquer la gestation au premier mois jusqu'à leur retour à la citadelle où elles peuvent maintenant mener celle-ci à terme.
    Généralement les mâles choisis pour la fécondation restent dans l'ignorance du rôle qu'ils ont joué, mais il peut arriver que le père ou futur père soit emmené dans les bagages de la Soeur qui l'a choisi.

    Les Soeurs qui ont suivi le Rituel de l'Union sont un cas particulier puisque elles peuvent procréer sans passer par l'assistance d'un mâle, mais cela requiert malgré tout trois conditions:
    1) Cela ne peut se faire que les nuits de pleine lune
    2) Les deux femmes doivent consommer une potion particulière "le Sang de Vie"
    3) Elle doivent passer la nuit entière au sein de la Chapelle de la nativité assises au sol face à face enlacées et sans bouger en pleine méditation.
    Si la déesse accorde sa bénédiction et que la magie opère, deux parcelles de force vitale s'uniront pour ensuite s'implanter dans une des deux femmes.
    Malgré ces conditions particulières la grande majorité de ces couples ont déjà élévé au moins une enfant.

    Les Soeurs du Premier Sang ont aussi la possibilté de choisir le sexe de leur enfant à naitre, même si elles ignorent comment bien qu'elles soupçonnent une action d'un de leurs tatouages sans savoir lequel, c'est pourquoi elles donnent naissance presque exclusivement à des filles. Mais parfois l'une d'entre elles donnera un garçon au mâle qui partage sa vie (officiellement pour l'aider aux tâches ménagères, en réalité si cela se présente il s'agit plus d'un acte d'amour mais ça ne se vante pas sur les toits).
    Dernière modification par Ugo ; 04/07/2010 à 16h20.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  7. #7
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    5. Defense et art militaire

    "Blaera Aengrilor était étendue à plat ventre sur une corniche rocheuse surplombant la piste, tout comme sa fidèle seconde Amafrey Boisvert.
    De leur situation surélevée, elles avaient une vue d'ensemble absolument parfaite.

    L'aglarondienne n'en revenait pas de la stupidité des créatures en contrebas, aucun éclaireur, pas d'avant-garde, aucune discrétion. Avec plus de 300 membres le clan orque qui cheminait avec fracas se savait puissant et être de ce fait assuré que rien n'oserait entraver leur marche, les quelques ogres et géants des collines dans leurs rangs devaient accentuer cette assurance.

    Malheureusement pour eux, leur manque de discrétion était le premier coup de pelle de leur tombe mais ils l'ignoraient encore. Cela faisait quatre jours déjà qu'ils avaient été repérés et cette petite embuscade préparée à leur intention allait finir de les enterrer définitivement.

    Cela faisait une journée à présent que Blaera et la centaine de combattantes sous ses ordres se préparaient à recevoir leurs infortunés invités comme ils se devaient. Les premiers humanoides passaient déjà à côté des fantassines sur lesquelles un sort d'invisibilité de groupe avait été lancé peu de temps auparavant et leurs armures ointes avec un onguent masquant leur odeur corporelle, tandis que les archères planquées dans les rochers bandaient leurs arcs prêtes à décocher leurs traits mortels dès que le signal de la curie aurait été lancé.

    Blaera apprêta sa baguette de boule de feu visant spécialement un orque plus imposant que les autres qui semblait être le chef, celui qui le suivait devait être le chaman du clan tant mieux cela ferait d'une pierre deux coup et décapiterait la tribu à l'entame des hostilités.
    Elle ouvrit le bal donnant le signal de la bataille, en se faisant la réflexion que ceux-ci étaient bien gras, tout bon pour les champignonnières de la citadelle."


    La doctrine défensive des Soeurs du Premier Sang diffère un peu de celles des peuples du nord de Faerûn. Pour ces derniers le principal moyen de défense est la communauté elle-même, il est beaucoup plus simple de défendre des batiments si ils sont regroupés en un seul endroit qu'éparpillés à droite et à gauche. Les habitants du nord ont donc une tendance marquée à se réfugier derrière des protections physiques conséquentes dès qu'ils le peuvent.
    En elle-même cette doctrine suffirait amplement aux Soeurs, le mur d'enceinte et la forteresse sont quasi-imprenable et le mythal est un des plus puissants moyens de défense existant sur Toril.

    Maintenant pour elles, la meilleure défense reste l'attaque, c'est bien de rester cloitré dans sa tour d'ivoire mais n'importe quel mur finit toujours par tomber face à un ennemi possédant la détermination suffisante et par le passé les mythals elfiques ont montré qu'ils n'étaient pas infaillibles pourquoi celui-ci ferait exception.
    Les Soeurs du Premier Sang ont aussi une bonne raison de ne pas se contenter d'attendre que l'orage passe, premièrement le mythal a un rayon d'action réduit qui n'agit pleinement que deux kilomètres autour de la citadelle ce qui veut dire que en cas de siège prolongé les champs et les cultures environnantes seraient détruites et tout serait à recommencer. Deuxièmement, les trois communautés sous protectorat auraient peu de chance de survie d'autant plus que les individus mâles n'auraient pas la possibilité de s'abriter à la citadelle (quoique cette situation devrait être contournée dans les mois qui viennent). Et enfin troisièmement ce n'est pas leur genre d'avoir une attitude passive face au danger.

    La prévention est la première ligne de défense de la communauté, repérer l'ennemi avant qu'ils n'approchent trop près est primordial. C'est pourquoi les Soeurs ont créé trois zones de prévention distinctes: rapprochée, moyenne et éloignée.
    La première s'étend à 10 kilomètres autour de la citadelle ce qui permet d'englober les trois communautés annexes, à chaque instant du jour et de la nuit il y a au moins cinq patrouilles qui parcourent cette zone. Elle est entièrement sécurisée à part un ou deux monstres errants tués chaque année.
    La seconde zone comprend l'espace compris entre 10 et 20 kilomètres, cette zone est largement patrouillée par une dizaine de patrouilles à effectifs doublés par rapport à la zone de prévention rapprochée, les accrochages avec des monstres errants sont plus nombreux.
    La dernière zone s'étend jusqu'à cinquante kilomètres, c'est à dire la limite territoriale fixée par les Soeurs du Premiers Sang (ce qui ne manque pas de créér quelques tensions avec Mirabar). Elle est essentiellement patrouillée par des rôdeuses seules ou en petits groupes comprenant trois ou quatre membres au maximum qui sont chargées de repérer toutes créatures hostiles et de les éliminer, ou de faire appel à des forces plus importantes si cela s'avère impossible. L'essentiel des combats que mènent les Soeurs du Premier Sang ont lieu dans cette zone, ce territoire libre agit comme un aimant sur les communautés gobelinoides proches.

    Une fois tout les trois ou quatre ans, elles organisent une grande campagne militaire où pendant un mois ou deux un contingent de huit cent à mille Soeurs dépasse cette limite territoriale de cinquante kilomètres pour éradiquer les tribus d'humanoides monstrueux les plus proches et ainsi réduire la pression aux frontières.
    Si les Marches d'Argent adoptaient cette mentalité et s'en donnaient les moyens, les Montagnes Rauvins et Nétheres pourraient être pacifiées en une année ou deux.

    La communauté ne possède pas d'armée, la communauté EST une armée. Chaque Soeur du Premier Sang adulte est censée est une combattante accomplie ce qui représente 70% de la communauté soit environ sept milles femmes. Par comparaison Lunargent qui comprend 37.000 habitants compte à peine plus de cinq cents soldats.
    Une Soeur consacre un peu plus du tiers de son temps normal, c'est à dire trois jours d'affilés aux activités militaires y compris les entrainements, les trois jours suivants étant consacrés aux activités propres au fonctionnement interne de la citadelle, et les deux suivants étant des jours de repos. En cas de campagne militaire cet emploi du temps est évidemment modifiable.

    Une patrouille rapprochée comprend vingt membres: deux lanceuses de sorts profanes, deux prêtresses, dix combattantes au corps à corps et six archères. La durée de la patrouille est de dix heures en moyenne.
    Une patrouille éloignée a le même effectif mais doublé et part pendant trois jours complets.
    Ce qui représente environ six cent Soeurs qui sont chaque jour en patrouille.
    Si on enlève les six cents Soeurs casernés dans les trois communautés annexes, il reste huit cents membres qui s'entrainent, sont de garde ou patrouillent dans la citadelle même.
    En temps de "paix", quand la guerre gronde cela est modifié.

    Les Soeurs du Premier Sang ont un moyen simple pour montrer leur place au sein de la hiérarchie, non pas par un tatouage spécifique mais par la couleur de leurs armes et armures.
    A la base l'alliage des Soeurs est d'un gris légèrement sombre, c'est pourquoi, selon le grade, une poussière minérale spécifique colorée est mélangée au métal en fusion avant la forge de l'équipement destiné à la Soeur en question.
    Les Soeurs du Premier Sang de la base ont un équipement de couleur émeraude tandis que celui des quinze membres du conseil est ivoire. Entre ces deux extrêmes on trouve dans l'ordre: citrine, rubis, saphir, améthyste, obsidienne, cuivre, argent, or et platine.
    Dernière modification par Ugo ; 24/07/2010 à 18h35.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  8. #8
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    6. Politique et organisation

    "Alauniira Dhuunyl rajusta sa parure, la dirigeante de l'enclave des Soeurs du Premier Sang à Eauprofonde et de ce fait l'ambassadrice officielle observa le résultat dans la glace de la salle d'attente du baron Buckman.
    La drow afficha un sourire satisfait, son entrée allait faire son effet sur les convives d'une des fêtes les plus en vue de la haute société d'Eauprofonde et permettre de nouer les prémices de contacts commerciaux.
    Le moins que l'on puisse dire c'est que sa tenue légère ne cachait pas grand-chose de son anatomie. La "robe" verte à liseré doré consistait en deux bandes de tissus accrochées dans le cou descendant vers le bassin en s'entrecroisant en dessous de la poitrine et n'en dissimulant qu'une petite moitié pour s'attacher à une ceinture dorée. De celle-ci deux autres bandes de tissus à l'avant et à l'arrière occultait son intimité.
    Elle était chaussée de sandales plates dorées remontant jusqu'aux genoux, et sa crinière argentée était remontée en un chignon compliqué tenu en place par des fils d'or. Question verroterie, elle se contentait d'un collier en argent ouvragé assorti à sa chevelure et qui faisait ressortir le gris foncé de sa peau et le carmin de ses yeux.

    - Je persiste à dire que c'est une mauvaise idée, cette tenue n'offre aucune protection.

    Alauniira se tourna vers Arveene Amblecouronne, sa seconde à l'enclave. L'aquafondienne de souche s'inquiétait de la sécurité de sa supérieure.

    - N'aie crainte cette tunique est suffisement enchantée pour parer à n'importe quelle attaque, et puis vous êtes là pour assurer ma sécurité.

    Arveene se renfrogna un peu, c'est elle qui avait choisi les trois Soeurs qui avec elle constituaient l'escorte de ce soir de la responsable de leur enclave. Elle avaient bien sur toute confiance en elles, Betha Elder la luskanienne, Esvele Dundragon une demi-elfe originaire de Padhiver, et Jastra Calaudra une elfe du soleil née à Evereska il y a moins d'un sècle. Néanmoins, elle était de l'école qui préconisait que "peau dévoilée rimait avec peau non protégée", alors la tenue de la drow avait de quoi l'inquiéter au plus au point malgré le fait que ainsi elle était d'une beauté à couper le souffle.

    - Malgré tout je maintiens mes réserves, contrairement aux apparences nous sommes protégées efficacement et je pense que vous auriez du revêtir la même tenue que nous.

    Les quatre garde du corps portaient l'armure de base des Soeurs du Premier Sang, une cotte de mailles taillée comme une robe à manches longues, couvrant le cou et descendant jusqu'au sol. La seule exception étant l'échancrure de la forme d'une épée inversée au niveau du torse, le pommeau partant de la trachée jusqu'à la naissance du décoletté, la garde se prolongeant à droite et à gauche jusqu'à la limite du montrable en société et la lame descendant jusqu'au monbril. Echancrure réalisée en réalité par l'application d'une peinture d'invisibilité sur une partie de l'armure. Tous les bords de l'armure de couleur émeraude était peinte en argent.
    En plus elles portaient toutes les quatre une épée au fourreau liée par un fil d'or pour éviter les gestes intempestifs malheureux.
    Pour compléter l'illusion de dames de compagnie elles étaient chacune coiffées comme Alauniira.

    La drow prit les deux poignées de la double-porte menant à la grande salle dans ses mains et lança à ses compagnes:

    - Allez les filles que le spectacle commence.

    Et elle ouvrit les portes en grand s'engageant d'un pas décidé en souriant à l'assemblée entourée de ses gardes du corps. C'est avec une extrême satisfaction qu'elle accueillit le silence qui se fit à leur entrée, les yeux écarquillés et la bouche pendante de la majorité des mâles présents et le renfrognement de leurs compagnes. La soirée s'annonçait bien."


    6.1. Organisation

    Les Soeurs du Premier Sang sont organisées comme une communauté militariste en suivant une hiérarchie pyramidale avec le gros des troupes à la base et le conseil dirigeant au sommet.
    Le conseil dirigeant proprement dit est constitué de quinze membres dont les jumelles Volaren, celles-ci ont constitué le conseil pour ne plus avoir la mainmise sur la communauté entière, leur seul échec à ce jour car elles font l'objet d'une telle adoration que leur seul avis fait loi et que inévitablement les treize autres membres se rallient à leur voix. Une solution serait de quitter le conseil mais en cas elles deviendraient les dirigeantes absolues de la communauté ce qu'elles veulent éviter à tout prix.
    Les autres membres du conseil sont en majorité des anciennes compagnes d'errance des jumelles, elles sont quatre des générations ultérieures à avoir été nommées au conseil ces trente dernières années. Les seules conditions pour être admise au conseil est d'être de niveau 12 au minimum, d'être une Soeur du Premier Sang depuis au moins trente ans et d'avoir progressé jusqu'à l'échelon précédent.
    Le conseil se réunit une fois par semaine pour débattre des affaires courantes, étudier les rapports en provenance des éclaireuses aux frontières sauvages et des enclaves, estimer si la menace représentée par des organisations comme le Zhentarim, la Confrérie des Arcanes, ou les Ménestrels doit être réévaluée ou non, etc.

    6.2. Politique extérieure


    Pendant longtemps les Soeurs du Premier Sang ont pratiqué une politique isolationnisite, période pendant laquelle elles montaient en puissance jusqu'à être assurées de pouvoir faire face à n'importe quelle menace qui se présenterait.
    Maintenant qu'elles se considèrent prêtes, elles ont entamé une politique d'ouverture depuis quelques années mais à des degrés divers selon l'interlocuteur.

    Mirabar: Les Soeurs du Premier Sang ont toujours eu peu d'estime pour le baron Elastul Rauryn le seigneur de Mirabar, mais depuis l'attitude de ses dirigeants lors de la guerre entre Castelmithral et les forces du roi orque Obould, les Soeurs (la frange naine en tête) le méprisent complètement et ne s'en privent pas pour le faire savoir.
    Les seuls liens qui subsistent sont ceux existants entre naines et nains (clans, familiaux ou couples).
    Les dirigeants sont inquiets de la présence d'une force si proche, mais ignorant la puissance réelle de cette force ils attendent d'avoir plus de renseignements avant de tenter quelque chose.
    La situation pourrait encore évoluer les Soeurs du Premier Sang étant proche d'enroler Arabeth Rauryn la fille d'Elastul dans leurs rangs.

    Luskan: L'un des pires coupe-gorge de la Côte des Epées a toujours été l'un des plus importants pourvoyeurs en recrues des Soeurs du Premier Sang car les orphelins sont nombreux dans cette ville, en particulier après les événements de 1377, près d'une Soeur sur dix est d'origine luskanienne. Mis à part cela, les relations avec Luskan sont inexistantes, les haut capitaines sont considérés indignes de confiance et les Soeurs savent très bien que si la Confrérie des Arcanes a été pratiquement éliminé, elle vivote encore et peut se redresser dans les années qui viennent. L'enclave de Luskan est la plus active mais en même temps la plus secrète, sa localisation n'a pas été révélé ce qui est une exception.

    Padhiver et Eauprofonde: Ces deux villes sont considérées pareillement, bien que leur dirigeants soient un mâle humain ceux-ci sont honorables et dignes de confiance selon les critères des Soeurs du Premier Sang. Les relations avec ces deux villes sont amicales et promises à un bel avenir, chacune dispose d'une enclave, celle d'Eauprofonde étant la plus méridionale à l'heure actuelle.

    Nesmé: Malgré la présence d'une enclave, les Soeurs n'ont pas encore jugé nécesaire de développer des relations diplomatiques avec Nesmé.

    Les Marches d'Argent en général: Le fait que ce soit une femme qui dirige cette confondération était déjà une avancée importante avant la première entrevue diplomatique. Les Soeurs disposent de trois enclaves au sein des Marches d'Argent: Lunargent, Sundabar et Everlund. En revanche, si il n'y en a pas dans les citadelles naines de Felbarr, Castelmithral et d'Adbar, les visites diplomatiques sont par contre très nombreuses.

    L'Outreterre: Les Soeurs du Premier Sang ont beaucoup de relations avec les races de l'Outreterre et disposent d'une enclave dans la ville duergar de Gracklstugh. L'implantation d'enclaves dans les villes drows de Menzoberranzan et Eryndlyn sont aussi à l'étude mais le danger important pour la vie des occupantes a jusqu'ici freiné ce projet. Aussi se contentent-elles pour le moment de quelques membres infiltrées dans les hautes sphères qui récupèrent de temps en temps de jeunes filles perdues qu'elles envoient à la surface via des chemins sécurisés.
    Le fait que Rikta Volaren ait noué une idylle plus ou moins proche selon l'époque avec Jarlaxe Baenre le chef historique de la compagnie de mercenaires de Bregan d'Haerte aide grandement dans ces exfiltrations.

    6.3. Relations avec les autres races en général

    Il est parfois difficile d'entamer le dialogue avec Les Soeurs du Premier Sang celles-ci possédant des préjugés parfois tenaces par rapport à certaines races. Elles ont une approche "drow" en ce sens qu'elles méprisent les mâles en général et ne considèrent que les femmes comme égales, à l'exception des nains et des elfes de la surface où les mâles méritent un peu plus d'égard que les mâles des autres races selon leurs critères.
    Les mâles humains sont généralement peu appréciés vu le grand nombre d'individus exécrables qui existent parmi eux. Les mâles drows et duergars sont considérés du même acabit.
    Les mâles nains et elfes sont considérés en général comme loyaux et honorables.
    Les mâles halfelins sont souvent considérés comme tapant sur les nerfs mais pas au point de les tuer, quoique ce soit déjà arrivé qu'une Soeur escamote l'arme d'une de ses consoeurs sur le point d'exploser.
    En revanche les individus femelles quelque soit la race sont appréciés, à l'exception des drows et des duergars issues de l'Outreterre qui font l'objet de suspicion légitime.
    Pour résumer vous êtes un mâle humain, vous partez sur de très mauvaises bases.
    Dernière modification par Ugo ; 18/07/2010 à 17h33.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  9. #9
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    7. LES TATOUAGES

    "Kara Chernin ouvrit un oeil puis l'autre, la lumière entrant dans la chambre indiquait que le soleil était levé depuis plusieurs heures déjà. Elle avait encore la tête lourde des excès de la veille, la bière naine ne lui valait rien mais c'était son péché mignon alors à chaque fois elle en abusait, n'empêche que cette fois elle avait l'impression qu'une centaine de forgerons tapaient sur leur enclume à l'unisson.
    Elle commençait à se redresser tout en enlevant ses longs cheveux bruns qui lui cachaient une partie du visage quand une voix impérieuse l'arrêta:

    - Tututu! Remets toi comme tu étais et ne bouge plus s'il te plait.

    Kara reconnut la voix de Zarra Yvarragh et se maudit intérieurement, ça y est elle aussi faisait désormais partie du tableau de chasse de la drow et du coup devait se soumettre au petit rituel que cette dernière appliquait à chacune de ses conquêtes d'une nuit.
    Elle jeta un oeil au miroir sur le mur nord, elle était évidemment nue, couchée sur le ventre les draps baissés jusqu'à la naissance des fesses, une jambe repliée sortant de dessous ceux-ci.
    Elle interpella son amante d'un soir:

    - Alors ça y est, tu m'as eue, mais tu as triché, hier je n'étais pas vraiment dans mon état normal.

    - C'est plutôt sobre que tu n'es pas vraiment dans ton état normal

    ironisa Zarra

    ah la garce pensa la Damarienne ça c'est un coup bas.

    mais la drow n'avait pas terminé

    - De plus il me semble que tu n'as pas vraiment détesté nos étreintes nocturnes à voir l'éclat de la rose qui a poussé cette nuit.

    Kara jeta un oeil sur sa jambe découverte là où se trouvait sa Marque du destin en forme de rosier grimpant et devait bien reconnaitre que la sixième rose qui avait poussé cette nuit était bien plus belle que les cinq autres. Il était impossible de nier que la bouche et les doigts experts de Zarra lui avaient offerts des sensations rares.
    Elle observa ensuite la drow qui était connue pour ponctuer ses nuits d'amour en dessinant ses compagnes éphèmères au fuseau. Elle n'avait pas pris la peine de se couvrir de quoi que ce soit et en la détaillant Kara compris pourquoi on la surnommait la Soeur aux milles lumières, la Marque du destin de celle-ci représentait un ciel nocturne étoilé partait de la jambe, lui couvrait la moitié du tronc tout en commençant à progresser sur les bras et l'autre jambe, et était constitué d'une multitude de petites étoiles argentées baignant dans une sorte de brume éthérée qui ressortait particulièrement bien sur sa peau d'ébène."

    7.1. Introduction

    Les Soeurs du Premier Sang sont toutes couvertes de tatouages, les quatre tatouages de base décrits ci-après, d'autres propres à certaines classes ou certains groupes particuliers, voire d'autres.
    Contrairement aux tatouages magiques comme ceux créés par les Magiciens Rouges de Thay qui disparraissent après utilisation, les tatouages créés par les Soeurs du Premier Sang sont à considérer comme des entités vivantes symbiotiques qui font partie de la Soeur jusqu'à sa mort.
    De plus, si les circonstances exigent une totale discrétion les Soeurs du Premier Sang peuvent les rendre invisibles d'une simple pensée

    7.2. Le Tatouage du Premier Sang

    Ce tatouage est celui qui permet d'identifier une Soeur du Premier Sang au premier coup d'oeil puisqu'il est placé sur le front et représente une goutte de sang écarlate.
    Il permet à toutes les Soeurs présentes dans un rayon de 30 mètres de communiquer partiellement par empathie, immunise contre la détection de pensées et donne un bonus de +6 aux jets de sauvegarde de volonté pour résister aux sorts mentaux comme charme-personnes ou domination.

    7.3. La Rune protectrice

    Représentant deux mains de femme drow en calice protégeant une silhouette féminine recroquevillée en foetus, la Rune protectrice tatouée sur le coeur permet au mythal protégeant la citadelle d'identifier sa porteuse comme membre de la communauté et ainsi de l'empêcher d'être anéantie scéance tenante par les défenses du mythal.

    7.4. La Clé du passage

    Sur l'omoplate gauche se trouve une rose épineuse entourant une épée bâtarde. Ce tatouage fait office de clé d'activation du réseau de portails des Soeurs.
    La citadelle et chaque enclave secrète possède au moins un de ces portails, ils marchent à double sens et emporteront l'intéressée à l'endroit voulu sur une simple pensée.
    Le tatouage possédant un embryon de conscience et étant intiment lié à sa possédrice, il est inactif si la Soeur est morte, possédée ou contrainte, elle doit être en pleine possession de son état mental.
    Quiconque emprunte un de ces portails sans la Clé se retrouvera aléatoirement au coeur d'un magma d'un volcan, aux fin fond des profondeurs abyssales d'un océan ou dans les flammes des neufs enfers, entre autres destinations "paradisiaques".

    7.5. La Marque du destin

    Ce tatouage magique remplit deux fonctions:

    Premièrement, il assure en quelque sorte la protection du corps et de l'âme après la mort. Toute Soeur tuée hors de la citadelle voit son âme rejoindre sa déesse sans possibilté de retenue tandis que son corps se nimbe d'une aura bleue la protégeant contre toutes manipulations et tentatives nécromantiques. Cet aura sert aussi de balise magique permettant une téléportation sans erreur pour venir récupérer le corps. Certaines Soeurs cherchent à améliorer ce tatouage pour qu'il téléporte le corps à la citadelle de lui-même, mais sans aucun succès pour l'instant.
    Il possède un inconvénient de taille, une Soeur du Premier Sang morte, le reste. Tout rappel à la vie ou résurrection est impossible.

    Deuxièmement, il s'agit d'un journal qui raconte sommairement la vie de la Soeur.
    C'est un tatouage évolutif, c'est à dire qu'il se développe au cours de la vie de sa porteuse. Au départ il s'agira d'une tache placée sur la cheville droite qui se transformera selon la nature profonde de la Soeur qui le reçoit, une plante grimpante quelconque, un ciel étoilé, une cavalcade de licornes, une toile d'araignées garnie de rosée, etc, Chaque Marque du destin est unique.
    Il atteint le genou vers la fin de l'adolescence, couvre la cuisse vers 25 ans (120 pour les elfes), et ainsi de suite.
    Dernière modification par Ugo ; 20/06/2010 à 18h04.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  10. #10
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    8. EQUIPEMENT

    "- Vas-y

    Jhessail Buckman hésita avant de poser le pied sur le sol de l'infirmerie, l'appréhension qui lui serrait le coeur la paralysait.
    Calandra Rocnoir, la vieille gnome à l'origine de la plupart des créations magiques des Soeurs du Premier Sang, encouraga sa jeune consoeur de sa voix douce:

    - Vas-y, je t'assure que tu ne verras pas la différence entre cette prothèse et ta jambe d'avant.

    Jhessail hésitait encore, depuis que la hache d'un ogre avait tranché net sa jambe il y a huit mois elle était restée alitée pendant tout ce temps l'esprit aussi mutilé que son corps. Alors maintenant que Calandra venait de lui greffer une prothèse de son invention, la jeune femme appréhendait le moment où celle-ci allait la trahir et s'effondrer sous son poids. Inspirant un grand coup, elle se décida, se leva...et fut toute étonnée de ressentir la fraicheur du sol sous ses deux pieds. Elle pencha la tête pour observer ses jambes, dont la métallique qui luisait d'un éclat argenté sous la lumière dispensée par les orbes lumineux avant de relever un air ébahi sur Calandra.
    La gnome souriait malicieusement à sa patiente qui ne pouvait s'empêcher de regarder alternativement ses membres supérieurs et son vis-à-vis. Elle éclaira la lanterne de l'humaine:

    - Vois-tu jeune fille, ce n'est pas qu'une simple prothèse elle est si intimement liée à ton corps que tu ressentiras toutes les sensations que ton ancien membre te procurait."


    8.1. Armes

    Toutes les armes et armures des Soeurs du Premier Sang sont forgées dans l'alliage spécial qu'elles ont créé voici plusieurs décénnies.
    Les armes issues de ce type d'alliage ne présentent aucune propriété magique particulière exceptée leur capacité à ignorer toutes les réductions de dégâts non-physiques (un diantrefosse subira les 15 points de dégâts supplémentaires qui lui aurait été infligé en temps normal par une arme du bien ou en argent, mais un squelette bénéficiera toujours de sa réduction aux armes tranchantes) et les enchantements ultérieurs qui peuvent lui être adjoints.

    Toutes les armes de ce type sont destinées sans exception à être utilisées dans le giron de la communauté. Une arme est forgée quand la jeune Soeur du Premier Sang est en âge de recevoir son équipement, lorsque ses armes et armures ne sont encore qu'un bain bouillonant de métal en fusion la jeune fille s'entaille le poignet pour faire couler un filet de son sang dedans et ainsi lier à son être ses futures possessions.
    Dans les faits ce lien n'assure qu'une seule fonction; s'assurer que seule sa propriétaire puisse manier l'arme en question et que un adversaire ne puisse la retourner contre elle sans se prendre une décharge mortelle d'énergie magique.

    Les Soeurs du Premier Sang étant plus une armée qu'une communauté civile, leur équipement est relativement homogène et donc la gamme d'armes forgées pour elles-mêmes plutôt restreinte: épées batardes, épées longues, épées courtes, cimeterres, masses lourdes, masses légères, haches de bataille, et dagues.
    Les armes de jet se limitent aux arbalètes de poing et aux arcs longs composites, de facture classique.


    8.2. Armures

    L'armure de base des Soeurs du Premier Sang est une cotte de mailles si légère et aux mailles si fines qu'au premier abord elle ressemble à une robe. Elle couvre les bras jusqu'au dessus des mains, l'entièreté du cou, et descend jusqu'au sol contrairement à la représentation érronée répandue qui voudrait qu'une aventurière se batte avec pour seuls protections un haut largement échancré dévoilant généreusement les charmes mammaires (et donc la région du coeur) et un pagne.
    La légèreté de cette armure fait que les combattantes qui en sont pourvues ne subissent pas les malus habituels dus au poids, ce qui fait que même les lanceuses de sorts profanes peuvent la porter sans prendre de risque de voir leurs sorts échouer.
    Cette armure est portée par environ 80% des effectifs en âge de combattre (majorité des guerrières, les lanceuses de sorts profanes et les prêtresses).

    Les rodeuses portent elles une version raccourcie, s'arrêtant à mi-cuisses mais portant un pantalon de cuir renforcé.

    Les guerrières des unités de défense sont équipées de harnois intégraux et de pavois, mais le tout ne pèse que 15 kilogs.

    Les roublardes portent des armures de cuir clouté qui, comme les pantalons de cuir des rodeuses, ont été trempées dans un bain d'alliage pour être imprégnées par le métal.
    Le cuir ainsi traité garde toute sa souplesse tout en garantissant une meilleure protection.

    8.3. Vêtements usuels

    Il n'y a pas grand-chose à dire, n'en déplaise aux représentants de la gente masculine, même si elles sont assez légères pour être portées toute la journée (à l'exception des harnois) les membres de la communauté portent des vêtements sous leurs armures.
    Robes, chemises, pantalons, ou autres, ces vêtements sont généralement simples et sans fioritures mais taillés dans des tissus de qualité comme du lin ou de la soie. Le but premier recherché étant la sensation de confort au contact de la peau, une Soeur du Premier Sang peut être recouverte du sang de ses ennemis après un féroce combat, elle n'en demeure pas moins une femme qui de temps en temps a besoin d'un peu de douceur sans pour autant tomber dans un luxe outrageant.

    Le but second est le côté pratique de la tenue portée, une Soeur qui porte une tenue épaisse, une cape de fourrure et de solides bottes de cuir fourrée ne vas se contenter de flâner dans la citadelle durant une journée estivale au contraire d'une autre ne portant qu'une simple robe légère et des sandales.

    8.4. Objets magiques propres aux Soeurs du Premier Sang

    Les Soeurs du Premier Sang ont développé au cours des ans certains objets magiques qui leur sont propres:

    Le cor: derrière ce nom se cache ... un cor, les Soeurs ne voient pas d'intérêt à donner des noms pompeux à ce qu'elles créent, un cor qu'il soit magique ou pas reste un cor. Il remplit le rôle que l'on attend d'un cor émettre un signal d'appel permettant le rassemblement autour de la porteuse, sa seule particularité est que le son est audible seulement par les Soeurs du Premier Sang. Il ne s'agit pas d'une idée originale, elle a été glanée par une Soeur que son Chelak avait emmené jusqu'aux Iles Moonshae.

    Le masque: le masque est une des meilleures réalisations des Soeurs du Premier Sang de ces dernières années, désactivé il se présente comme une lanière de cuir noir avec un filigrane de cuivre entourant le cou de la porteuse. Activé un fluide pâteux recouvre en un instant l'entièreté du visage pour aboutir à un masque blanc représentant un visage féminin inexpressif.
    Ce masque protège le visage aussi bien qu'une cotte de mailles (d'où la complémentarité avec l'armure) et permet en outre de bénéficier de l'effet de sort vision lucide ce qui a permis d'optimiser l'éfficacité martiales des Soeurs durant les combats (voir le point 10 pour plus de détails).

    Le métal vivant: ce matériau est utilisé par les Soeurs du Premier Sang pour remplacer les membres amptés mais contrairement à ce que son nom pourrait laisser entendre ce métal ne possède pas de conscience et n'est pas réellement vivant.
    Au départ il ne s'agit que d'argent alchimique que La prêtresse chargée de l'opération va placer au contact de l'amputation et sur lequel elle va lancer un sort de modelage du métal, puis un sort d'empathie et d'attraction avec la porteuse.
    Une fois cela fait le métal va de lui-même se fixer au corps de l'amputée et prendre la forme exacte du membre disparu.
    Un sort de vitalité de la matière conclut l'affaire, cela permet à la prothèse de fournir à la porteuse toutes les sensations qu'elle ressentait avant son drame personnel comme si l'amputation n'était jamais survenue.
    Un sort de mimétisme peut être lancé si la porteuse le désire pour que la prothèse prenne la teinte de la peau mais c'est rarement le cas, les Soeurs ainsi pourvues préférant généralement l'exhiber fièrement comme certains guerriers exhibent leurs cicatrices.


    8.5. Et pour l'avenir?

    Les Soeurs du Premier Sang ont peu de défauts mais ils sont tenaces, l'un d'entre eux est de ne pas vouloir reconnaitre que leur armure de base présentait un gros défaut. Il s'est pourtant avéré que si elle procurait une protection étendue et efficace contre les armes tranchantes et perforantes en revanche elle présentait des lacunes contre les armes contondantes, les dégâts ne s'étalant pas autour du point d'impact comme sur des armures plus épaisses. Les fractures costales et des membres inférieurs constituent les premières lésions traitées à l'infirmerie. C'est pourquoi une refonte totale de l'armure a été mise en chantier voici quelques mois, désormais des protections de cuir (le plus léger possible pour garder l'avantage de la légèreté de l'armure) ont été rajoutées sur les avants-bras, les épaules, le torse et le ventre, tandis qu'une capuche était ajoutée et que le "Masque" était inventé.
    En plus l'arbalète de poing utilisée par les Licornes (nom donné aux guerrières spécialisées au corps à corps) a également été remplacée par un dispositif plus éfficace, un bracelet avec une excroissance sur le dessus contenant un dispositif à ressort permettant d'envoyer 5 dards au coup par coup ou ensemble.
    Ces innovations font actuellement de la Soeur du Premier Sang de base une des combattantes les plus dangereuses des Royaumes.
    Dernière modification par Ugo ; 25/08/2010 à 19h26.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  11. #11
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    9. La citadelle de la lune

    "Caladnei Kahlad-nay arpentait depuis une heure les couloirs de la citadelle sous la conduite de sa guide, une drow prénommée Shirza.

    - Vous avez là une chouette habitation Shirza, mais je ne vois pas en quoi cela devrait inciter le Cormyr à accepter l'édification d'une telle structure sur la Corne des Tempêtes, si près de notre capitale.

    La guide ne réagit pas à la pique sur la "chouette habitation" Caladnei était connue à Suzail pour son emportement ponctuel, cela ne valait pas la peine de nuire aux négociations pour si peu, le fait qu'Alusair Obarskyr la fille de feu Azoun IV ait envoyé sa plus proche conseillère pour représenter le Cormyr était déjà en soi un signe de respect (ou d'inquiétude sur une menace non définie).

    - Dame Kahlad-nay, je peux vous assurer que nous n'avons aucune attitude belliqueuse envers le Cormyr, notre nombre croissant nous oblige à nous installer à d'autres endroits et la Corne des Tempêtes est un endroit idéal pour cela.
    Si nous avions un dessein caché envers le Cormyr ce n'est certainement pas moi qui vous parlerait en cet instant mais une de mes Soeurs au teint clair et aux oreilles rondes pour vous mettre en confiance. Le fait que j'appartienne à une race honnie à la surface devrait vous prouver que nous ne voulons rien cacher de nos intentions.

    La Cormyrienne fut tentée de croire les arguments proposés, pourtant un point ou l'autre la chiffonait.

    - J'ai du mal à vous croire, une telle citadelle est une structure destinée à être installée dans des régions très hostiles, or la Corne des Tempêtes est une chaine montagneuse relativement pacifiée au contraire des Pics du Tonnerre ou des Montagnes du Couchant où elle aurait vraiment sa place.
    Non sincèrement je ne vois pourquoi une communauté qui s'installerais là aurait besoin d'une position si inexpugnable, à moins de se protéger d'un adversaire très dangereux comme le Cormyr.

    La drow eut un léger sourire, elle savait que ça n'allait pas être facile mais à ce point.

    - Relativement pacifiée comme vous y allez, il reste quand même quelques dragons endormis dans vos montagnes, sans oublier la Sembie à l'est et Pénombre au nord. Un voisin qui pourrait vous aider le cas échéant devrait pourtant vous intéresser, de plus si une femme de la haute noblesse cormyrienne faisait partie de notre communauté cela pourrait renforcer nos relations.

    Conclut-elle le regard appuyé sur son interlocutrice.

    - Un voisin à l'ouest qui pourrait se retourner contre nous si cela sert ses intérêts, un voisin bien naif qui plus est. C'est vrai que vous avez des murs hauts et épais, mais face à un dragon ce genre d'artfice dit-elle désignant la baie vitrée de 10 mètres de large qui dispensait une vive luminosité à l'intérieur des murs est une aubaine pour celui-ci.

    Shirza ne dit rien se contentant de sourire ironiquement à Calednei, elle tendit la main à une des gardes qui les accompagnaient. Celle-ci dégaina lentement son épée pour la donner à sa supérieure.
    Calednei se raidit, ses armes avait été confisquées à son arrivée et elle était sans défense, pourtant la drow se contenta de lui tendre l'épée par la lame.

    - Prenez là et tapez de toute vos forces sur la vitre avec le plat de l'épée.

    Dubitative l'envoyée d'Allusair prit l'épée, hésita, puis haussa les épaules et frappa.
    Le verre rendit un son métallique qui résonna dans tout le couloir, Caldenei approcha lentement sa main de la matière et se rendit compte qu'il s'agissait d'un métal transparent.

    - Du néphélium, un bloc entier de néphélium...impossible

    émit t'elle dans un murmure, elle réalisa alors que si les Soeurs du Premier Sang avaient l'intention de s'installer dans la Corne des Tempêtes, elles possédaient les moyens de se passer de toutes autorisations."

    9.1. La citadelle

    De l'antique avant-poste nain initial, il ne reste quasiment plus rien d'autre qu'une pièce ou deux. Le foyer principal des Soeurs du Premier Sang ressemble à un gigantesque parallélipipède de 400 mètres de long, 100 mètres de large et 100 mètres de haut environ dont la moitié avant se rétrécit progressivement à partir du milieu jusqu'à atteindre 60 mètres à son extrémité à la base et 40 mètres au sommet, les flancs étant légèrement inclinés dans cette moitié (ils sont parfaitement verticaux pour la moitié arrière).
    Seule la partie avant émerge à l'air libre sur une aire creusée à flanc de montagne.

    La partie émergente est ceinturée par une enceinte de 80 mètres de haut, 20 mètres à la base et 7.5 mètres au sommet, trois passerelles relient le sommet de l'enceinte à la forteresse et constitue le seul point d'accès physique.
    La seule manière d'accéder à l'enceinte de l'extérieur sans emprunter le réseau de portails est de pouvoir voler ou d'y être amené par les gardes de l'enceinte à l'aide d'un sort de télékinésie.

    Tous les murs constituant la coque externe de la citadelle font deux mètre d'épaisseur. Cette épaisseur se divise en trois couches: Une couche médiane de 160 centimètres de l'alliage créé par les Soeurs du Premier Sang et offrant une solidité exceptionelle aux murs, une couche externe de 20 centimètres en pierre locale pour permettre à la citadelle de se fondre dans l'environnement du moins de loin, et enfin une couche interne de 20 centimètres également en marbre blanc veiné de rouge et de vert offrant une meilleure almbiance que si le revêtement intérieur était uniquement constitué de métal.
    Les murs donnant à l'air libre sont percés de larges ouvertures dans lesquelles de grands blocs de néphélium ont été scellés permettant à la lumière d'inonder une grande partie de l'édifice sans pour autant perdre en solidité.

    La forteresse dispose de 20 niveaux, tous batis sur le même modèle (d'un grand escalier en colimaçon central partent quatre couloirs principaux à angles droit, divisant chaque niveau en quatre blocs, tandis qu'un autre couloir longe tout le périmètre. Ce dernier couloir est patrouillé jour et nuit et des gardes sont postées aux quatre accès des couloirs principaux et sur le palier):

    Niveau 1 à 3: Ces niveaux sont uniquement des caves qui disposent de vastes enclos où les Soeurs du Premier Sang pratiquent l'élevage de rothés des profondeurs et la culture de champignons souterrains nourris avec les cadavres de tous les monstres tués par les Soeurs (ce qui a induit la croyance parmi tous les humanoides monstrueux de la région que les Soeurs du Premier Sang emportaient leurs corps pour les manger).
    Ces niveaux ne possèdent pas de fenêtres donnant sur l'extérieur et le revêtement intérieur est en granit sombre.

    Niveau 4 à 5: Ceux-ci sont constitués de réserves et de salles aux trésors.

    Niveau 6: Les forges et les ateliers d'artisanat sont à ce niveau, des sortilèges sont jetés chaque jour pour maintenir l'air respirable.

    Niveau 7: C'est à ce niveau que sont concentrés tous les laboratoires et les différents ateliers de fabrication de potions, objets magiques et de parchemins.

    Niveau 8 à 10: L'ensemble de ces trois niveaux abritent les dortoirs communs des Soeurs du Premier Sang des quatre premiers grades. Des rideaux délimitent les espaces personnels contenant chacun un lit une place, une armoire, un coffre et une table de chevet.

    Niveau 11: C'est à ce niveau que logent les Soeurs du Premier Sang des quatre grades suivants. Ces dernières logent dans des petites salles de quatre lits, le mobilier est identique aux quartiers précédent.

    Niveau 12: Ici se trouvent la salle d'entrainement, l'armurerie et l'infirmerie.

    Niveau 13: Le niveau tout entier est occupé par lescuisines et le réfectoire, le mobilier est constitué de bancs et de tables en pierre.

    Niveau 14: Quand un membre de la communauté a envie de se délasser elle vient au 14ème niveau: bibliothèque, salons, taverne, salle d'eau et chambres pour celles qui ont envie de se détendre discrètement à deux (assez peu utilisées pourtant car considérées par beaucoup comme analogue à des chambres de passe).

    Niveau 15: Un des blocs contient le quartier des prisonnières de guerre, malgré qu'il s'agisse d'un quartier d'incarcération il est plus agréable à vivre qu'une prison traditionnelle. Il contient une salle d'entrainement, un dortoir, un réfectoir, une salle d'eau et une salle de repos.
    Un autre bloc contient le quartier des prisonniers mâles, il est nettement plus désagréable que celui d'à côté. Ceux qui ont la malchance d'être amenés ici, n'y passeront au plus que quelques jours pour être soit torturés dans des interrogatoirs, soit exécutés au termes de rituels parfois très élaboré. Il est entouré d'un sort de silence pour ne pas indisposer les voisines.
    Les deux autres blocs sont occupés par les gardes casernées ici.

    Niveau 16: Le niveau entier est destiné à la pratique du culte de la déesse, à l'exception de la salle du conseil.

    Niveau 17: C'est le quartier des Soeurs des trois grades supérieurs, chacune dispose d'une chambre personnelle avec un mobilier identique aux autres quartiers d'habitations. Il est à noter qu'il s'agit de la seule différence existante entre membres de la communauté, quelque soit sa place hiérarchique, une Soeur du Premier Sang dort dans un lit confortable, possèdent des meubles identiques à ses Soeurs, mangent aux mêmes tables, ... etc.

    Niveau 18 à 20: Ces trois niveaux ont été en partie fusionnés ensemble par ablation d'une partie des plafonds des niveaux 18 et 19 pour former la grande salle de cérémonie.

    Le toit: Un bosquet sacré a été planté sur le toit.

    9.2. Les enclaves

    Les enclaves des Soeurs du Premier Sang sont inspirées du principe de base des enclaves Thayennes exceptés les faits qu'il ne s'agit pas de devantures commerciales, que seuls les dirigeants des cités où elles sont installées sont au courant, et que généralement il ne s'agit pas de propriétés au luxe tapageur.
    Contrairement à la citadelle, une enclave n'est pas protégée par un mythal mais par des protections magiques normales et des golems.
    Chaque enclave est reliée au réseau de portails des Soeurs et compte entre 10 et 50 membres selon l'importance de la ville et le degré de discrétion voulu.

    9.3. Les avant-postes

    Alors que les enclaves sont érigées dans les villes considérées comme situées dans le cercle d'influence de la citadelle, les avants-postes sont disséminés un peu partout dans les régions sauvages de faerûn.
    Ces avants-postes sont des structures enterrées de quelques pièces où sont cantonnés des groupes de 5 à 8 Soeurs, ces effectifs faibles s'expliquent par un souci de discrétion.
    La majorité des Soeurs du Premier Sang ignorent l'existence de ces avants-postes, seules le conseil dirigeant et les quelques centaines de Soeurs casernées dans ces structures en connaissent l'existence.
    Ces avants-postes servent surtout à posséder une présence diffuse sur l'ensemble du continent en particulier sur des possibles implantations futures de citadelles, et offrent des retraites sùres pour les groupes en mission spéciale dans des contrées lointaines.
    Ils disposent tous de leur propre réseau de portails.

    9.4. Les protectorats

    Quelques années après que les Soeurs du Premier Sang commencèrent à pacifier la région environnant leur citadelle, des mineurs, des fermiers, des chasseurs commencèrent à venir sur ces terres.
    Si dans un premier temps les Soeurs envisagèrent de chasser les intrus elles s'en abstenirent, d'une part parce que cela aurait attiré trop tôt l'attention sur elles, d'une autre parce que l'installation de ces nouveaux venus pouvait apporter un bénéfice pour les deux parties.
    Elles leur permirent donc de s'installer sous deux conditions: accepter la présence d'une garnison en leur sein et fournir un pourcentage de leur travail à la communauté (cette dernière condition a rapidement été abandonnée par la suite). Les colons acceptèrent un peu contraints l'offre qui leur était offerte mais au final n'eurent pas à s'en plaindre; ils n'avaient pas beaucoup de taxes à payer, ils avaient peu à souffrir d'attaques de monstres, et comme c'était majoritairement des hommes célibataires qui composaient leurs rangs beaucoup trouvèrent l'âme soeur dans ces contrées inhospitalières (curieusement le fait que les rôles au sein des couples soient inversés joua peu).

    De nos jours, ils existent trois communautés d'importance assez égale instalées:
    - Neige Eternelle, la plus proche à six kilomètres au sud de la citadelle.
    - Fauconrouge, huit kilomètres à l'ouest.
    - Brumematinale, douze kilomètres au sud-est.

    A elles trois ces communautés comptent une population de 1200 habitants, plus un millier de Soeurs du Premier Sang présentes constamment en garnison dont la moitié environ vit dans ces communautés.
    La grande majorité des filles naissant dans ces protectorats finissent par intégrer l'organisation tandis que la majorité des garçons finiront par s'unir avec une Soeur.
    Dernière modification par Ugo ; 27/08/2010 à 19h24. Motif: ser
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  12. #12
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    10. CLASSES

    Toutes les classes sont représentées au sein des Soeurs du Premier Sang, mais certaines comme barbares ou bardes ne sont utilisées que par les nouvelles recrues possédant déjà une carrière d'aventurières dans ces classes. Les seules classes de formation au sein de la communauté sont ensorceleuses, guerrières, magiciennes, prêtresses, rodeuses et roublardes.

    10.1. Guerrières

    "Kerri s'appliqua une nouvelle fois à appliquer les pas de danse que Calistegia tentait de lui apprendre depuis maintenant deux semaines sans trop de succès. Elle comprit qu'elle venait encore de s'embrouiller dans ses pas aux remontrances de sa tutrice:

    - NON! NON! NON! ET NON!, ce n'est pas bon on dirait un troll en train de chasser les mouches, recommences.

    L'adolescente en avait plein les pattes de ces exercices, la Soeur Ainée qu'on lui avait désigné depuis son arrivée il y a un an était censée lui apprendre à se battre depuis quinze jours mais pour le moment ne lui enseignait que des pas de danse et elle commençait à en avoir marre et ne s'en priva de lancer sa frustation à la figure de Calistegia:

    - J'en ai assez! C'est ça tes leçons de combat, je ne suis pas une danseuse moi! Je veux apprendre à me battre.

    Conclut-elle en croisant les bras sur la poitrine et regardant éffrontément son ainée.
    Cette dernière allait répliquer vertement quand elle s'interrompit prise d'une inspiration subite:

    - On arrête pour le moment, je t'attends à l'entrée du dernier niveau dans cinq heures.

    Et s'en alla laissant Kerri plantée là abasourdie et se demandant ce qui l'attendait.

    -------------------------------------------------------------------------------------

    Cinq heures plus tard c'est une Kerri hésitante qui arriva au lieu du rendez-vous à deux doigts de retourner sur ses pas. La voix de Calistegia la fit sursauter:

    - A l'heure, c'est bien. Viens avec moi mais sans bruit.

    Et elle s'engagea dans l'escalier menant au toit la jeune fille sur les talons.

    Arrivées sur la toiture de la citadelle où une abondante végétation se développait la Soeur Ainée amena sa pupille jusqu'à l'orée de la clairière centrale et l'invita à se mettre à plat ventre cachées derrière un écran de verdure.
    Kerri interrogea Calistegia:

    - On fait quoi là exactement?

    Sa tutrice lui répondit en langage de signes drows:

    - discrètes j'ai dit, tu veux apprendre à te battre? Et bien on envisage les leçons sous un nouvel angle.

    En se vautrant dans l'herbe? la jeune fille allait demander à Calistegia si elle avait toute sa tête quand celle-ci lui indiqua la clairière. Kerri tourna la tête en direction de ce que lui montrait Calistegia, une Soeur venait d'arriver au centre de la clairière et commença à se dévêtir à lueur de la pleine lune jusqu'à à être nue comme au jour de sa naissance.
    Elle détailla la femme devant elle, une drow aux cheveux courts qu'elle identifia comme étant Rikta Volaren. Qu'est ce qu'une des deux fondatrices de leur ordre venait faire ici, Calistegia sourit à son regard interrogateur et d'un signe de tête l'invita à continuer à observer la scène.
    Au centre de la clairière la jumelle venait d'entamer une danse lascive que Kerri identifia comme les premiers pas que tentait de lui apprendre son ainée, la chorégraphie de Rikta s'accéléra peu à peu jusqu'à devenir une suite endiablée de pirouettes, d'envolées, et de figures gracieuses.
    L'élève avait les yeux écarquillés devant le spectacle enchanteur dont elle était la spectatrice secrète. Quand ce dernier s'arrêta après une heure, c'est une Rikta haletante et en sueur qui récupéra ses affaires et alla se baigner dans la source proche.
    Calistegia fit signe à Kerri de se retirer en silence. Celle-ci osa rompre le silence quand elle estima être assez loin:

    - Magnifique, mais en quoi cela me servira t'il à me battre?

    Calistegia s'arrêta et se tourna vers sa protégée:

    - Imagine la tenant une épée. Rikta est une ancienne adoratrice d'Eilistrae et en tant que t'elle était habituée à danser nue à la belle étoile pour rendre hommage à sa déesse. Elle s'est inspirée de cette danse pour créer la Danse de la Licorne, la danse que toutes les licornes utilisent en combat, la danse que j'essaye de t'inculquer pour que tu vives le plus longtemps possible.

    Kerri ne sut quoi répondre cette nuit-là, la réponse vint le lendemain quand elle réussit parfaitement ses premiers pas de danse"

    Les guerrières forment l'ossature de la communauté, assurant de nombreuses missions: la défense intérieure de la citadelle, la protection des caravanes marchandes, les patrouilles extérieures, et constituent la majorité des troupes en garnison assurant la protection des protectorats. Selon le style de combat on distingue trois castes différentes chez les guerrières des Soeurs du Premier Sang.

    10.1.1. Les licornes

    La moitié des guerrières sont appelées les Licornes, ce sont elles qui sont chargées des combats au corps à corps. Leur nom provient de leur tactique de combat qui consiste en une gracieuse chorégraphie guerrière destinée à déstabiliser l'ennemi où chaque attaque portée peut n'être qu'une feinte masquant la véritable attaque, cette chorégraphie alliant puissance et grâce comme l'animal fétiche de Mailikki est de fait appelée la Danse de la Licorne.

    Caractéristiques demandées: Force et dextérité sont les caractéristiques les plus adaptées, la première parce que chaque coup porté doit infliger le plus de dégâts possibles à l'ennemi, la seconde parce que c'est l'agilité qui assure le succès de ce genre de tactique.

    Races: Comme la plupart des classes existant chez les Soeurs, les humaines sont évidemment la composante première des Licornes, les elfes et les drows possèdent également les aptitudes nécessaires à ce style de combat. La petite taille des halfelines est à la fois un inconvénient et un avantage, elles ne peuvent porter de coups puissants mais sont plus durs à toucher.

    Tatouage spécifique: Les Licornes possèdent sur la nuque un tatouage stylisé en forme de tête de licorne. Ce puissant tatouage ne marche pleinement que durant les combats et remplit deux fonctions: premièrement une fonction protectrice en entourant la porteuse des sorts de bouclier et endurance aux énergies destructrices. Et deuxièmement en nimbant la guerrière des sorts de flou et image miroir provoquant une telle confusion dans les rangs ennemis que les Licornes ont déjà bataille gagnée.

    Tactiques: Au départ les Licornes se contentaient de charger l'ennemi laissant les deux sorts défensifs fournis par leur tatouage les protéger des attaques des archers et lanceurs de sorts adverses, puis de déclencher les deux suivants au moment du contact et de profiter de la pagaille pour tailler leurs adversaires en pièces tandis que les coups de ces derniers frappent généralement le vide.
    Maintenant les Licornes se battent sous l'effet d'un sort d'Invisibilté de groupe qui allié aux capacités de leur masque leur permet d'être encore plus éfficace.

    Bonus/malus: Les Licornes subissent un entrainement tellement poussé dans le maniement de l'épée bâtarde et de l'arbalète de poing que ces deux armes deviennent une véritable extension de la guerrière, comme si elle possédait d'office les dons arme de prédilection et spécialisation martiale pour celles-ci.
    En revanche, elles ne subissent quasiment aucun entrainement pour les autres armes subissant le malus habituel de -4 en cas d'utilisation.

    10.1.2. Les Bulettes

    Les Bulettes sont des guerrières expertes dans l'art de la défense, alors que les Licornes dévastent les rangs ennemis, les Bulettes sont le roc inébranlable sur lequel viennent se briser les vagues adverses. Leur principale fonction en combat est de protéger leurs consoeurs usant d'attaques à distance.

    Caractéristiques demandées: Force et constitution sont les meilleures caractéristiques pour devenir Bulette. La constitution parce que un grand nombre de points de vie et une vigueur élevée permettent de supporter plus dégâts avant de succomber, et la force pour pouvoir répliquer éfficacement et d'éliminer rapidement l'ennemi avant de prendre le risque d'être submergé par le nombre.

    Races: De par leur forte constitution, il est normal que les naines soient les plus adaptées à ce rôle à un point tel qu'elles composent la presque totalité des effectifs. Il y a quelques humaines, surtout originaires des tribus barbares du grand nord, une ou deux elfes, pas de drows ni d'halfelines. Les rares demi-orques qui arrivent chez les Soeurs du Premier Sang choisissent souvent cette voie.

    Tatouage spécifique: Le tatouage propre aux Bulettes représente un simple bouclier, lors des combats la bénéficiaire est sous l'influence des sorts endurance de l'ours et force de taureau renforçant ainsi ses capacités à briser les élans adverses.

    Tactiques: La Bulette n'emploie aucune tactique élaborée, elle tient la position et puis c'est tout. Du fait de son rôle statique, c'est la seule à être équipée de matériel lourd: harnois et pavois antiprojectile, lui assurant une protection optimale aux assauts puis répliquant avec sa hache de bataille gardienne.

    Bonus/malus: Les Bulettes gagnent automatiquement le don combat en phallangz grâce à leur entrainement martial, en revanche elles ne savent pas utiliser d'armes de combat à distance.

    10.1.3. Les fauconnes

    Les Fauconnes sont les guerrières spécialisées dans les attaques à distance, armées de leurs arcs longs composites elles fauchent les rangs adverses dans lesquels peuvent plus facilement s'enfoncer les Licornes et les Bulettes briser l'élan.

    Caractéristiques demandées: Principalement la dextérité, la force et la constitution arrivant en second ex-aequo. La dextérité parce que chaque flèche décochée doit atteindre son but, la force et la constution parce que l'ennemi peut toujours arriver au contact et que un bon score au corps à corps et des points de vie élevés sont importants dans ce cas.

    Races: Quelle autre race que les elfes est la plus intimement associée à l'utilisation de l'arc. Les elfes de la surface ont une telle affinité avec leur arme que certains disent qu'ils naissent avec, ce qui est évidemment exagéré bien que les meilleurs archers de Faerûn soient elfes. Beaucoup des elfes présents dans les rangs des Fauconnes sont des elfes de la lune, celles des bois ou sauvages préférant se tourner vers la carrière de rodeuse. Il y a aussi beaucoup d'humaines qui ont choisi de suivre la voie des Fauconnes.

    Tatouage spécifique: Ce tatouage représenté par un oeil de faucon augmente les capacités de combat à distance des Fauconnes en les dotant d'une vision égale à celle d'un rapace leur permettant de tirer leurs flèches jusqu'à 120 mètres sans aucun malus. Il leur permet aussi d'être sous l'influence du sort de grâce féline améliorant d'autant plus leurs performances.

    Tactiques: aucune tactique propre

    Bonus/malus: Les fauconnes possèdent une telle affinité avec leur arc qu'elles possèdent les dons arme de prédilection et spécialisation martiale (arc long composite) à la base, en revanche, à l'exception de l'épée longue, elles ne sont pas formées au maniement des armes de corps à corps.
    Dernière modification par Ugo ; 13/09/2010 à 19h08.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  13. #13
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    10.2. Rodeuses


    " Borat exsudait la peur par tous les pores de sa peau, tout commes ses quatre compagnons restants. Pourtant les choses s'étaient bien passées pour eux au début, les maraudeurs gnolls au nombre d'une trentaine étaient sortis du Bois Tapi pour piller les petites communautés fermières limitrophes mais galvanisés par leurs succès ils s'étaient aventurés trop loin en territoire humain.
    Après une dizaine, des troupes venues de Mirabar leur avaient donné la chasse, et bloquant toute retraite vers le Bois Tapi, forcé à fuir en direction du nord et de l'Epine Dorsale du Monde.

    Après des jours de poursuite les gnolls survivants pensaient avoir semé leurs poursuivants à moins que ceux-ci se soient lassés. treize hommes d'armes accompagnaient encore Borat à leur entrée dans ces bois, seulement c'est là que des événements étranges commencèrent à arriver. Ce fut d'abord Rark qui disparut la première nuit pendant qu'il montait la garde avec Warf. Aruk disparut durant les recherches menées au petit matin pour retrouver Rark. Les trois jours suivants trois autres de ses compagnons disparurent sans laisser de traces.

    Quelque chose s'en prenait à ses hommes sans qu'ils ne sachent quoi et comment lutter contre cette menace diffuse. Les cinq derniers gnolls avaient encore l'espoir de s'en sortir mais la course éffrenée de trois heures qu'ils venaient de faire les laissaient pour le moment à court d'énergie et assoiffés, en particulier Borat. Celui-ci avisa un point d'eau à proximité et s'y dirigea laissant ses compagnons récupérer des forces. Arrivé au bord, le gnoll sentit les poils de son échine s'hérisser, le danger était tout proche son instinct le sentait, il eut beau humer l'air dans tous les sens il ne détecta aucune odeur que celles de ses compères. Pensant être le jouet de sa peur il haussa les épaules et se pencha pour étancher sa soif. Comme sa gueule effleura l'eau deux mains trouèrent soudain la surface pour le faire basculer dans la mare sans qu'il ait le temps d'émettre le moindre son. Seules quelques bulles venant troubler la surface de l'eau quelques instants plus tard indiquèrent qu'un drame venait de se produire.

    Quand les quatre autres gnolls se rendirent compte que Borat venait de se volatiliser ce fut la goutte de trop, ils s'égaillèrent en jappant en fuyant droit devant eux. Aucun ne verrait le soleil se lever."

    Moins nombreuses que les guerrières, elles n'en forment pas moins une fraction importante des Soeurs du Premier Sang. Elles jouent un rôle primordial dans la défense de la citadelle en assurant les patrouilles à longue distance, permettant ainsi de détecter les éventuels agresseurs avant qu'ils ne puissent être trop proches pour constituer un véritable problème.
    En cas de menace sérieuse, elles sont la première ligne de défense harcelant l'ennemi jusqu'à ce que le gros des troupes arrive pour terminer le travail. Des plus petits groupes partent parfois pendant plusieurs semaines pour chasser le monstre et sécuriser les campagnes environnant les zones contrôlées par la communauté. La moitié des rodeuses ont leur résidence dans les protectorats, il existe deux castes différentes de rôdeuses.

    10.2.1. Les Louves

    Comme leurs homonymes, elles traquent leurs proies jusqu'à l'estoquade finale, rapide et précise. Les Louves sont spécialisées dans le corps à corps à deux armes, frappant préférentiellement les isolés, les faibles, les distraits, puis disparaissant avant la riposte adverse.

    Caractéristiques demandées: Dans l'ordre la force car elle conditionne l'éfficacité des attaques portées, la dextérité pour la vitesse d'exécution et de repli, la constitution pour la résistance aux coups éventuellement reçus.

    Races: Les Louves sont assez hétérogènes dans la composition de leurs rangs, humaines, elfes de la lune et des bois, drows sont en proportions relativement égales. La plupart des lycanthropes au sein des Soeurs du Premier Sang apprécient particulièrement cette voie qui leur permet d'utiliser au mieux leurs capacités naturelles. Même si cela ne saute pas aux yeux au premier abord, être Louve convient plutôt bien aux halfelines qui représentent une minorité plus importante que ce l'on pourrait s'attendre.

    Tatouage spécifique: Le tatouage des Louves est logiquement une représentation de leur caste, en l'occurence une tête de loup. Lorsqu'elles lancent leur attaque le tatouage les placent sous les effets des sorts de rapidité et de repli expéditif.

    Bonus/malus: Les Louves subissent depuis leur plus tendre enfance un entrainement uniquement axé sur le combat à deux armes, et plus particulièrement les cimeterres. Même si elles apprennent à manier l'épée longue et la dague, c'est avec les cimeterres (et uniquement avec) qu'elles possèdent le don science du combat à deux armes dès le niveau 1 en plus des dons combat à deux armes et ambidextrie. De par leur entrainement martial rigoureux elles possèdent un bonus à l'attaque de +2 et peuvent acquérir le don spécialisation martiale dès le niveau 4 lorsqu'elles combattent avec des cimeterres. En revanche elles ne possèdent pas les dons de classe ennemis jurés et n'ont jamais subi d'entrainement de tir à l'arc.

    10.2.2. Les Panthères

    L'oeil acéré, les Panthères sont tapies dans la végétation invisibles aux yeux de leurs proies qui ne se doutent pas un seul instant que leur vie s'arrêtera dans un instant une flèche fichée en plein coeur. Elles sont des spécialistes du tir à l'arc, surpassant même largement les Fauconnes.

    Caractéristiques demandées: Comme toutes combattantes maniant l'arc la dextérité est LA caractéristique nécessaire à leur travail.

    Races: Sans surprise, c'est évidemment les elfes, en particulier les elfes des bois et sauvages qui sont les plus représentées au sein des Panthères. Il y a également quelques humaines et halfelines dans leurs rangs.

    Tatouage spécifique: En forme de panthère ce tatouage agit comme des bracelets d'archer +2 en plus d'augmenter de 10 points le camouflage des Panthères en milieu naturel.

    Tactiques: Elles ne combattent pas au corps à corps se contentant de décocher quelques traits de leur arc long composite un peu spécial (facteur de critique de 19-20/x4, portée de 50% supplémentaire, bonus de force adapté à chaque possédrice) avant de se dérober quand l'adversaire est trop proche pour ensuite recommencer leur manège, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à tuer.

    Bonus/malus: Les Panthères ont exactement les mêmes capacités pour l'arc que les Louves pour le combat à deux cimeterres. Elles possèdent de ce fait le même genre de faiblesses, si les Louves ne sont pas formées au combat à distance, les Panthères ne sont pas formées au combat rapproché.
    Dernière modification par Ugo ; 23/09/2010 à 21h03.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  14. #14
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    10.3. prêtresses

    "Joylin Gordrivver prépara ses affaires avec application comme à chaque fois depuis 14 ans qu'elle était devenue une Soeur du Premier Sang. Elle ouvrit le coffret en bois qui contenait ses effets de rituel et commença à sélectionner ce dont elle avait besoin. Elle prit deux fioles de potions, l'une contenant un liquide clair, l'autre un liquide bleuté. Ensuite elle alla jusqu'à une armoire pour prendre plusieurs carrés de tissu propres et une couverture.

    Une fois en possession de tout le matériel nécessaire elle ouvrit la porte qui séparait la petite pièce de la chambre où l'attendait sa patiente.

    - Alors comment vas-tu Saarla?

    Celle-ci vêtue d'un simple peignoir était calmement couchée sur la couche une main posée sur son ventre arrondi, l'autre tenue entre les mains d'Isabelle, sa compagne. Gerni son assistante terminait de diposer les encensoirs contenant des herbes aux vertus apaisantes.
    La future mère répondit avec un sourire serein:

    - Bien je suis prête, même si j'appréhende un peu l'événement.

    Joylin posa une main apaisante sur la main de Saarla pour la rassurer, son appréhension était normale, après tout c'était son premier enfant qu'elle allait mettre au monde.
    La naine donna la fiole contenant le liquide bleuté qui atténuait la douleur de l'accouchement à Gerti qui le fit boire à Saarla tandis qu'elle entrouvrit le peignoir pour découvrir le ventre de la jeune humaine. Elle déboucha la fiole contenant le liquide clair en versa un quart sur le ventre rond qu'elle entreprit de masser en chantant les paroles rituelles destinées à apaiser l'enfant à naitre.
    Après une heure de préparation, Joylin vint se placer en face de Saarla et lui écarta les cuisses:

    - Eh bien, le grand moment est arrivé les énergies spirituelles de toi et de ton bébé sont en parfaite harmonie, on peut y aller. prête?

    Demanda t-elle à Saarla, qui raffermit sa prise dans la main d'Isabelle avant d'acquiesser d'un signe de tête et d'inspirer une grande goulée d'air."


    Sur Toril, du fait de leur lien entre les divinités qu'ils servent et la foule de leurs adorateurs, les prêtres revêtent une grande importance dans les diverses sociétés, qu'elles soient humaines, elfes, naines, ou autres. Au sein des Soeurs du Premier Sang, les prêtresses ont la même importance, elles remplissent un grand nombre de rôles: la conduite du culte, les soins aux blessés et aux malades, la célébration des unions, l'office des enterrements, ...etc. En revanche elles ne président pas de manière exclusive les différents rituels de la communauté, ces derniers n'étant pas de nature religieuse.
    Elles sont présentes en égales proportions dans les effectifs de la citadelle, des garnisons extérieures et des enclaves. Comme les guerrières et les rôdeuse elles sont subdivisées en deux castes mais contrairement aux précédentes n'ont subi aucun entrainement spécifique différencié, ni ne possèdent de tatouages différents. Leur seule différence vient du fait que la première caste, les Nymphes, utilisent la totalité de leurs pouvoirs divins à guérir et que les Dryades, l'autre caste, n'utilisant que des sorts offensifs ou de protection pour soutenir les autres combattantes.

    Caractéristiques demandées: Comme l'ensemble des prêtres de Faerûn, la sagesse est la caractéristique qui conditionne la puissance de leurs sorts et le charisme influe sur la capacité à influencer les morts-vivants, ce sont donc les plus importantes.

    Races: Beaucoup d'elfes noires qui ont rejoint les Soeurs du Premier Sang sont d'anciennes membres du clergé de Lolth et ont donc naturellement rejoint les rangs de la prêtrise de la Soeur Universelle. Les naines et les humaines sont également présentes en grand nombre dans le clergé.

    Tatouage spécifique: Les prêtresses ont opté pour une représentation d'une main auréolée d'un halo bleuté. Leur tatouage ne leur donne pas de capacités supplémentaires particulières, mais renforce les capacités de leurs consoeurs dans un rayon de cinq mètres.

    Tactiques: Aucune tactique propre.

    Bonus/Malus: Elles ne possèdent aucune limitation dans le choix des domaines qu'elles peuvent choisir (voir la partie religion pour plus de détails), elles ont subi un entrainement martial plus poussé que les prêtres du commun en ce qui concerne la masse lourde et l'épée longue (elles utilisent les deux selon le type de mort-vivant affronté). Contrairement aux autres classes, elles n'ont aucun malus, du en partie au fait qu'elles n'ont pas d'avantages transcendents.
    Dernière modification par Ugo ; 09/10/2010 à 20h45.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  15. #15
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    10.4. Ensorceleuses - magiciennes

    "Le coeur de Cefray Sonnecorbeau battait à tout rompre, les combats autour d'elle faisaient rage, le fracas des armes et les cris des blessés et des mourants étaient assourdissants à ses oreilles. Une de ses consoeurs valdingua dans les airs pour s'écraser contre la paroi frappée de plein fouet par la masse d'un géant des collines. Un rocher envoyé par le second géant s'écrasa contre une énorme stalacmite qui explosa en des milliers de fragments qui s'éparpillèrent dans tous les sens.
    Cefray étant juste à côté de la stalacmite l'explosion la catapulta à plusieurs mètres l'étourdissant, le temps qu'elle reprenne ses esprits les combats s'étaient déplacés plus loin laissant l'ensorceleuse luskanienne isolée.

    Crachant la poussière qu'elle avait avalé, elle entreprit de revenir à la bataille en se dirigeant aux sons mais la topologie des lieux rendait la localisation difficile. Un malheur n'arrivant jamais seul, au détour d'une stalacmite de la taille d'un dragon elle tomba nez à nez avec un groupe adverse composé de cinq gobelins et de trois orques. Elle fut la première à réagir en décochant derechef un éclair qui foudroya quatre gobelinoides. Profitant de la confusion elle étendit un cinquième adversaire en lui envoyant une volée de projectiles magiques. En revanche sa flèche acide de Melf manqua son but et elle se retrouva donc engagée au corps à corps avec les trois survivants. Ceux-ci, deux gobelins et un orque, ne doutaient pas de leur supériorité martiale sur une jeteuse de sorts mais échaudés par la mort de leurs cinq camarades s'étaient déployés en arc de cercle avec l'orque au centre. Les deux gobelins s'élancèrent dans un bel ensemble sûrs de leur fait, ils déchantèrent vite quand Cefray para leur attaque, bloquant l'épée courte du premier de son épee longue tandis que le second s'écrasa face première sur sa semelle. Sa contre-attaque surpris complètement les deux créatures pathétiques, le premier tomba à la renverse quand il tenta à son tour de bloquer le coup puissant de Cefray ce qui lui donna le temps de trancher la gorge du second encore groggy et donc incapable de réagir d'une attaque en rotation impeccablement menée. Encore au sol, le denier gobelin ne put empêcher la furie de lui planter sa lame dans le torse.

    L'orque en revanche allait être un morceau beaucoup plus coriace, la marque qui ornait son armure indiquait clairement qu'il s'agissait un des soldats d'élite d'Urak et la grande hache qu'il maniait devait être enchantée. Cefray comprit que son opposant l'avait laissé massacrer ses deux acolytes pour juger de ses capacités au combat, plutôt malin pour un orque le combat allait être dur.
    Il entama le combat en tentant de la séparer en deux parties, attaque qu'elle évita de justesse en faisant un bond de côté. Elle dut immédiatement bondir en arrière pour éviter d'être éventrée par le coup suivant. La situation ne pouvait pas durer, les assauts furieux de l'orque ne lui laissaient pas un seul moment de répit l'empêchant de porter la moindre attaque ou de lancer le moindre sort.

    La position de la jeune femme devint vite intenable, elle était exténuée, la sueur coulait à flots sous son masque, et ses mouvements de défense étaient de plus en plus lents pendant que son adversaire était aussi frais qu'une rose et prenait son temps pour attaquer savourant l'odeur de la défaite qui commencait à exhaler de sa proie. La fortune sembla sourire à Cefray quand le pied de l'orque se posa sur une pierre traitresse qui roula lui faisant perdre l'équilibre, la jeteuse de sorts ne manqua pas l'aubaine et porta une attaque dans laquelle elle plaça tout ce qui lui restait d'énergie, son épée traça un sillon sanglant dans le torse du gobelinoide et arrêta sa course dans le bras qui tenait la hache y causant une grave blessure. La satisfaction du son de la hache tombant sur le sol fut de courte durée, l'orque réagissant instantanément. Celui-ci se jeta sur la luskanienne la plaquant contre la paroi de la caverne de tout son poids, le souffle coupé par l'impact Cefray tenta maladroitement de le contrer mais l'orque maintenait le poignet tenant l'épée contre la paroi de son bras valide tandis qu'il serrait son cou de son autre main malgré la blessure qui coulait à flots. L'air vint rapidement à manquer dans ses poumons sous la poigne impitoyable de l'orque, un voile rouge obscurcit sa vision signe que l'inconscience puis la mort allait survenir sous peu si elle ne trouvait pas le moyen de se sortir de ce mauvais pas. Avec l'énergie du désespoir elle balança son genou dans l'aine de son adversaire, qui se recroquevilla avec un couinement aigu laissant Cefray choir sur le sol.
    Celle-ci se remit debout en s'appuyant à la paroi en inspirant de grandes goulées d'air mais son répit fut bref, l'orque malgré sa fierté mise à mal empoigna l'humaine à bras le corps pour tenter de l'étouffer entre ses bras puissants, sa colère lui faisant ignorer la douleur de ses blessures. Sous la pression Cefray lâcha un cri de douleur quand ses côtes commencèrent à se fracturer, tandis que le gout du sang envahit sa bouche.

    La jeune femme refusa de s'avouer battue, elle ne pouvait utiliser ses bras bloqués par l'étreinte du soldat orque. En désespoir de cause, elle lui asséna un coup de tête de toute la force dont elle était capable, puis un autre, puis autre, trouvant son énergie dans son envie de vivre. Au quatrième essai, elle sentit l'étreinte de l'orque se détendre signe que ses coups commençaient à porter. Elle asséna le cinquième et dernier avec un han rageur, et sentit avec une joie mauvaise les os du visage de son adversaire craquer sous l'impact. L'orque s'écroula avec un grognement, hors de combat pour le compte. Si ce combat avait appris quelque chose à Cefray c'est qu'il ne fallait laisser aucune ouverture au monstre, elle profita de son inconscience momentané pour lui trancher la gorge.

    La respiration sifflante, les traits déformés par la souffrance, Cefray se tenait les côtes d'une main, tandis qu'elle esseyait de rester debout appuyée contre une stalacmite. Un bruissement à sa gauche, lui fit imprimer un coup circulaire à son épée qui fut arrêté nonchalament par une main féminine.

    - Hola doucement, la bataile est finie.

    La jeune femme reconnu la voix de Sidarta Medarn, la Soeur qui dirigeait l'opération. Si elle était là c'est que la victoire était à elles, elle leva le poing pouce dressé pour signaler que tout allait bien, puis s'évanouit."


    Les jeteuses de sorts profanes des Soeurs du Premier Sang constituent une caste unique qu'elles soient ensorceleuses ou magiciennes. Leur nom de Lames Entoilées provient de leur style de combat proche de celui des champions occultistes qui allie usage de la magie et entrainement martial.
    Ce sont elles qui créent tous les objets magiques et potions de la communauté, qui s'occupent de l'étude de tous les tômes hérités de Caltryx et qui mettent au point les rituels.
    Elles sont également les seules à ne pas avoir opté pour une appelation animale.

    Caractéristiques demandées: Les Lames Entoilées cherchent un certain équilibre entre la caractéristique influant leurs sorts (intelligence ou charisme selon la classe) et les deux qui leur permettent de se défendre efficacement au corps à corps, c'est à dire la force et la constitution.

    Races: Humaines, elfes, demi-elfes constituent la majorité des Lames Entoilées.

    Tatouage spécifique: Une épée longue pointe vers le bas baignée de flammes violettes est le tatouage propre aux Lames Entoilées, il permet de compenser en partie leurs capacités moindres en métamagie en conférant aux sorts lancés un DD de +2.

    Tactiques: Les Lames Entoilées subissent un entrainement porté avant tout sur l'attaque. De ce fait, elles optent avant tout sur les sorts offensifs délaissant les sorts défensifs (compensant avec des objets tels que amulette d'armure naturelle, bracelets d'armure ou anneaux de résistance), sans oublier que les cottes de mailles qu'elles portent sont suffisement légères pour ne pas entraver leurs mouvements.

    Bonus/malus: L'entrainement intensif des Lames Entoilées leur permet à chaque niveau de sort de choisir un sort sur lequel elles travaillent prioritairement. Le sort choisi peut être lancé comme un sort rapide et sans aucune composante (matérielle, gestuelle ou orale). Le temps passé à manipuler l'épée longue est égal à la formation martiale d'une guerrière (d'où possibilité de choisir le don spécialisation martiale au niveau 4).
    Evidemment, ces deux entrainements spécifiques ont leur coût, deux emplacements quotidiens par niveau de sort pour les magiciennes et deux utilisations quotidiennes par niveau de sort pour les ensorceleuses.
    Dernière modification par Ugo ; 09/10/2010 à 21h31.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  16. #16
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    10.5. Roublardes

    "La sueur perlait sur le front d'Aloniira Boivert, le piège qu'elle tentait de désamorcer depuis une heure était le mécanisme le plus tortueux qu'elle n'ait jamais vu de sa vie. L'halfeline n'était pas femme à renoncer au premier contretemps aussi s'obstina t'elle jusqu'à ce qu'elle entende un clic caractéristique indiquant qu'elle avait réussi son coup.
    Tendant l'oreille pour s'assurer que le léger cliquetis n'avait attiré l'attention de personne dans le manoir, ce qui était inutile puisque les gants qui couvraient ses mains étaient sous un sort de silence qui englobait tout ce qu'elle touchait.

    La serrure par contre était d'un modèle courant et fut crochetée en deux temps, trois mouvements. Ouvrant enfin le coffret pour lequel elle s'était donné tant de mal la roublarde émit un couinement d'indignation en voyant que le coffret en question était vide. Qu'est ce que c'était que cette blague, où étaient passés les documents de Gargamel Cranechauve. Le sorcier avait dù les cacher ailleurs mais où, inspectant la pièce du regard la voleuse ne vit rien qui sorte de l'ordinaire. Elle remarqua à un moment que quelque chose clochait au coffret, l'espace intérieur était beaucoup trop petit par rapport au volume total. Se tançant intérieurement avec force Aloniira fouilla le fond du coffret et dénicha enfin le levier qui permettait de révéler le double-fond...dans lequel se trouvaient les documents.

    Un brouhaha provenant du rez-de-chaussée arriva à ses oreilles, le propriétaire des lieux rentrait plus tôt que prévu de sa visite hebdomadaire au bordel. Aloniira savait qu'il était de notoriété publique que le vieil homme avait de sérieux problèmes à satisfaire les femmes, mais elle avait espéré que cette fois le petit soldat puisse rester au garde à vous suffisement longtemps. Empoignant les documents, elle referma le coffre et s'en fut discrètement repartir par où elle était venue."

    Aussi insaisissables que le vent, les roublardes qui officient au sein des Soeurs du Premier Sang ont tellement élevé leurs talents à un niveau supérieur que les guildes de voleurs reconnues comme les Voleurs d'Ombre d'Amn ou les Couteaux Enflammés font figure de bandes de clowns à côté.
    Les roublardes sont très présentes dans les enclaves, il est vrai que leurs talents sont plus utiles en milieu urbain.
    Au départ les roublardes ne constituaient qu'une seule caste, puis le temps s'écoulant elles finirent par se séparer en deux branches les Fouines et les Vipères.

    10.5.1. Les Fouines

    Les Fouines sont les spécialistes de l'infiltration et de l'espionnage. Elles passent leur temps à "fouiner" à droite et à gauche, cherchant de nouvelles informations concernant la zone oû elles opèrent (activités des organisations présentes, politique locale, les arrivées et les départs, ... etc).
    Elles évitent autant que possible de se faire repérer misant avant tout sur leur discrétion et leur capacité à éviter les coups.

    Caractéristiques demandées: Pour une voleuse les principales caractéristiques demandées sont la dextérité et l'intelligence. Un cambrioleur possédant le QI d'une huitre et le doigté d'un golem risque fort de terminer sa carrière à sa première tentative de désamorcer un piège.

    Races: Il faut être habile de ses mains et être discrète pour réaliser une carrière de Fouine, les halfelines répondent le mieux aux critères demandés. Elfes, drows et beaucoup d'humaines répondent ont les capacités pour et choisissent cette voie.

    Tatouage spécifique: Les Fouines ont adopté le symbole de Mask comme tatouage propre à leur caste, un loup noir. Il leur permet de bénéficier de la vision dans le noir, et de se téléporter dans un rayon de 50 mètres si elles sont découvertes.

    Tactiques: Une Fouine ne cherche pas le combat mais au contraire le fuit autant que possible. Si par malheur elle devait être acculée, ses coups viseraient plus à handicaper qu'à tuer de manière à s'ouvrir une opportunité de fuite.
    Elles combattent souvent à deux dagues qui possèdent la propriété de revenir en main si elles sont lancées.

    Bonus/Malus: De par leur entrainement spécifique, les Fouines ont un bonus de +2 pour toutes les compétences liées à leur "métier" mais en revanche elles ne possèdent pas le don attaque sournoise.

    10.5.2. Les vipères

    Les vipères sont le bras armé des Soeurs du Premier Sang au sein des ilots de civilisation. Si les Fouines collectent tous les renseignements possibles sur d'éventuelles menaces, les Vipères, elles, éliminent la menace d'un coup de dague bien placé en plein coeur.

    Caractéristiques demandées: Dextérité pour arriver jusqu'à la cible et la tuer d'un seul coup. Avoir un peu de force pour appuyer l'attaque aide aussi.

    Races: Même chose que pour les Fouines.

    Tatouage spécifique: En forme de tête de vipère dont les crocs dégoulinent de poison, il entoure la Soeur d'une bulle de silence qui étouffe les cris de la victime quand frappe la Vipère.

    Tactiques: Quand une Vipère doit accomplir un contrat, elle travaille souvent en binôme avec une Fouine. Celle-ci ouvre la voie en crochetant les serrures et en désamorçant les pièges jusqu'à la cible, pour que ensuite la Vipère prenne le relais avec sa dague suintant d'un poison qui flétrit le corps et l'âme en moins d'une minute ne laissant qu'une coquille vide.

    Bonus/malus: Si les Vipères ont des lacunes en ce qui concerne les serrures et les pièges. Elles sont plus efficaces dans le meurtre que des assassins classiques.
    Dernière modification par Ugo ; 10/10/2010 à 19h11.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  17. #17
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    APPENDICE 1: PRESENTATION DES JUMELLES VOLAREN

    "Seulement vêtue d'un peignoir de soie amnienne, Rikta lisait un livre décrivant une romance déchirante entre deux amants du temps de Néthéril tout en sirotant une coupe de vin elfique.
    Un léger coup frappé à sa porte lui indiqua que sa soeur était là, l'instant d'après celle-ci rentra toujours vêtue de son armure malgré l'heure tardive. S'asseyant sur le second fauteuil de la pièce, Kyriel accepta le verre que lui tendait son double géméllaire.
    Rikta referma le livre après avoir marqué la page et le déposa sur la table, à la vue du titre Kyriel eut un subtil froncement de sourcils réprobateur, il n'y avait que sa soeur pour lire des bleuettes pareilles.
    Leur petite réunion hebdomadaire pour discuter des dernières nouvelles de la communauté suivait toujours le même rituel. Kyriel commença la première:

    - J'ai trouvé une solution pour résoudre le problème de notre présence au sein du conseil. Nous allons nous inspirer de la cité de Mulmastre à l'ouest de la Mer de Lune.
    Nous nous retirons du conseil pour devenir les hautes dirigeantes de la communauté mais toutes les décisions sont votées par le conseil pour être ensuite soumises à notre approbation ou non.

    Rikta but une gorgée de vin tout en fixant sa jumelle dans les yeux, analysant la proposition. Elle était rarement contre les directions choisies par sa soeur en terme d'organisation et de politique, deux matières qui l'intéressaient moins que les arts militaires:

    - En somme, tu proposes un retour en arrière sans pour autant diminuer le rôle du conseil, brillant. J'approuve ma soeur.

    Les deux jumelles portèrent un toast à la bonne idée de Kyriel en entrechoquant délicatement leurs coupes de cristal. Rikta se leva pour disparaitre derrière un paravent:

    - J'ai une bonne nouvelle de mon côté, attends un instant.

    Dit-elle, avant de réapparaitre vêtue d'une armure que kyriel voyait pour la première fois:

    - Je te présente la nouvelle armure de combat que porteront bientôt l'ensemble de nos soeurs.

    - Je ne vois là qu'une copie d'une cotte de mailles elfiques.

    - Oui mais de notre fabrication et renforcée aux endroits stratégiques par des minces plaques de métal. A peine plus lourde que l'ancienne mais mieux adaptée à nos exigences.

    - Ce n'est quand même qu'une copie.

    - Les elfes les utilisent depuis des millénaires et ne les ont jamais modifié jusqu'ici, preuve qu'elles sont parfaites ou presque.

    Kyriel acquiessa en sirotant son verre, cela se tenait."


    Les Jumelles Volaren sont aussi semblables physiquement qu'elles sont dissemblables en caractère.
    Belles selon les critères drows, de haute taille, minces et athlétiques, les yeux rouges carmins, elles ne diffèrent que par la façon dont elles gèrent leur chevelure blanc comme neige: Kyriel les possèdent longs, jusque au milieu du dos, tandis que Rikta les préfèrent coupés courts.

    En revanche leurs personnalités sont diamétralement opposées. Rikta est enjouée, impulsive, romantique, toujours souriante tandis que sa soeur est réservée, modérée, cynique et affiche constamment un air austère.
    Kyriel a des relations épisodiques avec des maitresses d'une nuit et n'a pas d'enfant alors que sa soeur entretient au moins une dizaine de relations durables avec des amants d'origine différente et a déjà donné la vie à cinq reprises.
    Rikta préfère la littérature romantique et excelle dans la danse là où sa soeur passera des heures à approfondir ses connaissances cléricales et à affiner son talent pour le chant.
    Kyriel dirige le culte de la déesse, intervient plus dans l'organisation de la communauté et de la politique extérieure. Les questions militaires sont l'apanage de Rikta.

    1) PORTRAIT OFFICIEL DE KYRIEL VOLAREN



    2) TENTATIVE COLORISE



    3) PORTRAIT OFFICIEL DE RIKTA VOLAREN

    Dernière modification par Ugo ; 28/11/2010 à 19h00.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  18. #18
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    APPENDICE 2: PRESENTATION DES SOEURS COEURSOMBRE

    " Arald n'en menait pas large, fils de Gerta Massedacier et Arold Têtedepioche deux aventuriers célèbres qui officièrent durant 30 années dans les contrées du Mitan avant de se retirer à Faucon Rouge pour leurs vieux jours et pour Gerta d'en devenir la conétable malgré le fait qu'elle ait toujours refusé de rejoindre les rangs des Soeurs du Premier Sang.

    Le jeune homme n'avait pas hérité de la fougue guerrière de ses parents mais compensait par une mâle beauté qui faisait fondre le coeur de beaucoup de jeunes filles et par un talent certain pour les joutes amoureuses. Jusqu'ici ces deux qualités lui avaient grandement facilité la vie auprès de la gente féminine mais depuis que les deux soeurs Coeursombre l'avaient adopté comme jouet sexuel récurrent depuis six mois, son espérance de vie lui semblait raccourcir de jour en jour, et leur dernière lubie sexuelle ne faisait rien pour améliorer son appréhension.

    Après l'avoir emmenné dans les montagnes à presque 50 kilomètres de la citadelle, s'être dévêtues toutes les deux tout en le forçant à faire de même malgré la morsure du vent du nord, l'envolée à plusieurs centaines de mètres du sol était la goutte de trop. Pendant qu'Erin volait autour d'eux surveillant l'horizon à la recherche éventuelle de créatures hostiles comme des pérytons ou un dragon en maraude, le pauvre Arald serré contre les formes pleines de Shennesta s'agrippait de toutes ses forces pour ne pas chuter d'une hauteur mortelle tout en s'employant à satisfaire sa maitresse, ce qui n'était pas évident étant donné que la situation ne lui permettait de se concentrer pleinement sur cette activité. Et le froid qui lui gelait les fesses n'arrangeait rien.

    A un moment, il eut la sensation d'être lentement enveloppé dans un cocon soyeux irradiant une douce chaleur, il comprit que Shennesta venait de l'entourer de ses ailes, même si il n'avait toujours pas ouvert les yeux depuis le décollage. Les deux soeurs avaient vite remarqué que leur amant commun adorait cette sensation et que cela développait son ardeur au cours de leurs étreintes. Elle chuchota suavement à son oreille:

    - Ca va mieux comme ça?

    Toujours les yeux fermés il acquiessa et mit tout son coeur à l'ouvrage s'interrompant brutalement en ouvrant les yeux frappé par un fait particulier: Si Shennesta l'enveloppait de ses ailes, comment restait il en l'air?
    Il leva la tête pour voir Erin retenir sa soeur par un bras.
    voyant Arald la regarder d'un air éberlué, elle grogna à son encontre:

    - Dépêche toi, c'est mon tour après et je ne vais pas tenir la chandelle encore longtemps.

    Les airs furent emplis d'un gémissement pitoyable, elles finiraient par avoir la peau du jeune homme."


    Les soeurs Coeursombre sont une curiosité au sein des Soeurs du Premier Sang comme le couple formé par leurs mères, Eshaeris une erynie et Faeris une déva astrale. Si la communauté compte plusieurs fiélons et célestes dans leurs rangs, les relations intimes entre les deux races sont inexistantes, alors un couple. Pourtant malgré tout un jour cela s'est fait sans aucune raison valable il y a 25 ans, 25 années pendant lesquelles tout le monde pensait que cette relation ne serait qu'un feu de paille tant les deux amantes passent leur temps à se chamailler pour des raisons aussi diverses que futiles ne se réconciliant que sur l'oreiller que pour mieux se crêper le chignon ensuite, ce qui ne les a pas empêcher de se lier par le Rituel de l'Union.
    Quand elles sont tombées enceintes simultanément les autres Soeurs y ont vu là un "accident" lié au Rituel de l'Union et à leur nature antagoniste profonde (quand des Soeurs liées conçoivent un enfant, une seule des deux est fécondée).
    La vérité, même si elles ne le crient pas sur les toîts, c'est que Eshaeris et Faeris sont un jour parties à la recherche de deux géniteurs: un céleste mâle pour la première et un fiélon pour la seconde et qu'elles les ont "convaincus" chacun à leur tour de leur faire un enfant, situation rocambolesque comme leurs 25 années de relation.

    Le fruit de leurs unions sont deux adorables jeunes femmes mi-célestes mi-fiélonnes, Shennesta et Erin, qui ne sont même pas soeur de sang. De par leur origines céleste, elles ont éprouvent toujours un peu de compassion pour les personnes en difficulté et sont promptes à s'enflammer pour une cause qu'elles estiment juste. En revanche, leur moitié fiélonne se dévoile pleinement quand elles estiment avoir été lésées et se montreront des plus perverses dans la manière de se venger.
    Elles sont grandes toutes les deux, 1,85 mètre, mais de corpulences très différentes: Shennesta présente des formes pleines et généreuses alors qu'Erin est beaucoup plus fluette. Shennesta ressemble beaucoup à sa mère, Eshaeris, la peau claire, les yeux rougeoyants, une chevelure rousse, et des ailes aux plumes noires. Erin, a les traits principaux de Faeris, la peau cuivrée, yeux bleus saphirs, longs cheveux argents, et des ailes d'une blancheur immaculée avec avec des plumes noires disséminées ici et là.
    Shennesta a choisi la voie des Fauconnes et porte à son arc une affection toute particulière, tandis qu'Erin a opté pour la voie de la prêtrise.
    Elles présentent toutes les deux une Marque du Destin en formes de flammes.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  19. #19
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    APPENDICE 3: PRESENTATION DE NUMESI NEEDESGLACES

    " Eriss Blimth continuait d'inspecter le bras du golem de fer que l'on avait confié à son analyse depuis deux jours, le retournant dans tous les sens.
    Jastra Tombesoir l'elfe du soleil qui dirigeait l'exploration de ces ruines depuis leur découverte voici un mois vint s'enquérir de l'avancement de ses recherches:

    - Alors Soeur Erudite as tu quelque chose d'intéressant à me dire

    La gnome eut un léger sourire au ton solonel de Jastra, cela faisait des années que les deux femmes étaient les meilleures amies du monde et le titre de Soeur Erudite était une taquinerie que son amie aux oreilles pointues avait inventé il y a longtemps.

    - Et bien, malgré le fait que je sois la meilleure spécialiste en golems de la communauté ce modèle là m'est totalement inconnu et j'ai du mal à comprendre son fonctionnement.

    Jastra fut surprise de l'énoncé d'Eriss, la gnome était un rien modeste puisque elle était une des meilleures de Toril, aussi le fait qu'elle tombe sur un os était une vraie nouveauté. Eriss continua:

    - Tout d'abord si je dis que c'est un golem de fer c'est parce que ceci dit-elle en tapant sur le bras qu'elle tenait qui rendit un son métallique se rapproche plus du fer que de l'argile ou la pierre mais n'est pas en fer, en fait je ne connais pas ce métal. Ensuite je pense que ce n'est pas la magie qui l'animait mais la mécanique.

    - Donc ce n'est pas un golem mais un garde animé en fait, l'interrompit Jastra.

    Eriss se pinça les lèvres, l'air contrarié

    - Oui mais un garde animé marche à l'aide de rouages et d'engrenage et de magie, mais là je suis formelle ce...cette chose n'a jamais été imprégnée de magie. Et puis il n'y a pas d'éléments mécaniques que je connaisse dans cette machinerie, je n'y comprend rien.

    Jastra commençait à s'inquiéter, la gnome était réellement perdue, l'expédition allait de surprise en surprise depuis la découverte de cette structure prise dans les glaces de l'Epine Dorsale du Monde. L'architecture leur était totalement inconnue et défiait parfois la logique quand à sa disposition, sans compter tous ces étranges créatures métalliques qui jonchaient le sol.

    - De plus continua Eriss en montrant le bras aux doits effilés comme des épées courtes, j'ai découvert quelque chose attends je vais te montrer.

    Elle introduit une dague dans une fente sur l'avant-bras et farfouilla juqu'à un clic. Ce qui suivit stupéfia l'elfe, en un instant les doigts se rétractèrent pour laisser place à un tube percé de plusieurs orifices à son extrémité.
    Toujours les yeux fixés sur le bras mécanique, elle interrogea son amie:

    - Et après? Il a quelque chose de particulier ce tube.

    - En effet, à l'autre extrémité il y a des centaines de petits dards qui semblent contenir une matière se rapprochant de la poudre noire. C'est du moins ce que mes sorts de divination me permettent de deviner.

    - Mais qui les a créés?

    - Je l'ignore, peut-être personne, nous n'avons encore trouvé aucun cadavre d'êtres de chair, si ça se trouve nous avons trouvé une race d'humanoides métalliques.

    Le silence qui s'installa fut soudain brisé par l'arrivée d'une des Soeurs qui faisait partie de l'équipe qui dégageait des éboulis qui empêchaient d'explorer plus en avant vers l'ouest.

    - Venez voir, vite nous avons découvert quelque chose. haleta t'elle

    Pour être ainsi à bout de souffle cela devait être important. Les deux amies suivirent leur consoeur jusqu'à la zone d'éboulis, Jastra apprécia au passage l'éfficacité de l'équipe d'excavation qui avait avancé avec célérité dégageant un passage dans lequels elles s'engouffrèrent toutes les trois.
    Elles débouchèrent dans une vaste salle remplie de sarcophages sans couvercles.
    Eriss et Jastra s'approchèrent du plus proche pour voir ce qu'il contenait, à première vue il ne contenait qu'un bloc de glace couvert d'une fine couche de givre, l'elfe gratta celui-ci pour voir ce qu'il y avait en dessous révélant un visage féminin. En grattant le reste elle fit la remarque à sa comparse:

    - Autant pour ta théorie du peuple mécanique

    le givre totalement enlevé révéla le corps nu d'une femme menue de taille moyenne présentant des traits propres aux peuples vivant loin à l'est de Faerûn.

    Eriss observa Jastra:

    - Elle viendrait de Kara-tur?

    - C'est encore un continent qui possède de nombreux secrets, même pour nous.

    Leur guide leur indiqua une zone où plusieurs Soeurs du Premier Sang s'étaient mis en devoir de fondre la glace de plusieurs sarcophages, révélant les corps à l'intérieur. Il s'avéra qu'ils contenaient les mêmes corps: celui de la femme du premier sarcophage, une grande femme blonde athlétique aux formes généreuses, et une brune aux traits du visage incisifs. Cela augmenta la plerplexité de Jastra et d'Eriss:

    - On est tombé sur quoi exactement? Une réserve de clones?

    - Si oui, ils devaient s'agir de puissantes magiciennes pour maitriser cette magie. Mais leurs gardiens mécaniques continuent de me chiffonner, c'est bizarre.

    - Elles ont l'air jeune, trop pour pouvoir maitriser un tel niveau de magie.

    - La jeunesse éternelle n'est pas difficile si tu sais créer des clones de toi même, en tant que magicienne tu le sais bien.

    - Oui c'est vrai.

    Leur discussion pour établir une théorie valable fut soudain interrompue quand la femme du sarcophage sur lequel elles étaient accoudés se redressa brusquement aspirant de grandes goulées d'air. Sous l'effet de la surprise, Jastra et Erris sautèrent en arrière en un bel ensemble. Le coeur battant la chamade et prêtes à foudroyer l'inconnue de leurs sorts, les deux magiciennes observèrent la revenante tout comme les autres Soeurs dans la salle la main sur le pommeau de l'épée ou sur la hampe d'une flèche. Mais la jeune femme blonde semblait plus perdue que menaçante et regardait les alentours les yeux hagards tremblant de tous ses membres sous la morsure du froid. Voyant que la femme ne présentait pas une menace, les membres de l'expédition présentes se détendirent, Jastra s'approcha et jeta un sort mineur pour réchauffer l'inconnue avant qu'elle ne succombe une deuxième fois à cause du froid et l'interrogea:

    - Comment t'appelles-tu?

    A l'air qu'elle arborait l'interpellée ne comprenait pas un traitre mot de ce que lui avait dit l'elfe qui supputa qu'elle ne devait pas être originaire de la région pour ne pas comprendre le langage commun. Elle lança un sort de don des langues et refit une tentative, cette fois l'inconnue la comprit car elle répondit:

    - Je m'appelle Six"


    Numesi Needesglaces reste une énigme pour l'ensemble de ses consoeurs même après sa découverte dans une grande structure inconnue il y a douze ans par une troupe d'exploration. Les Soeurs du Premier Sang ont laissé ce qu'elles considèrent comme un mausolée (Numesi est la seule à s'être relevée des mystérieux sarcophages) à l'emprise des glaces sans avoir réussi à en percer les secrets.
    Son origine reste à ce jour totalement inconnue, tout au plus les examens poussés d'Eriss Blimth ont révélés que l'énergie vitale de la jeune femme n'était pas liée à ce plan, et cette dernière s'est toujours tue à ce sujet prétextant avoir oublié même si certaines ne la croient pas.
    Si elle montré de formidables réflexes de combattante, il lui a fallu beaucoup de temps pour manier une lame avec efficacité.

    Physiquement agréable à regarder la jeune femme attire naturellement les regards, ses cheveux blonds foncés légèrement bouclés ondoyant jusqu'à ses épaules, son regard gris bleuté, ses traits fins, ses lèvres à peine pulpeuses, et son mètre 80 athlétique lui valent beaucoup d'avances auxquelles elle répond presque toujours par la négative, ne fléchissant que quand son désespoir intérieur la submerge.

    Quand Numesi se confie ce n'est que pour évoquer le manque que lui cause l'absence de ses soeurs endormies jusquà la fin des temps dans les glaces éternelles de l'Epine Dorsale du Monde. La mélancolie ne quitte d'ailleurs jamais son regard, en particulier quand elle a les yeux perdus dans le vague en regardant le nord ou en observant la voute étoilée des heures durant.
    Elle n'a non plus jamais dit pourquoi elle avait remodelé son premier nom Six en Numési, c'est l'un des nombreux secrets qu'elle conserve pour elle-même.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  20. #20
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    11. RELIGION

    11.1. Historique

    La religion est un des piliers de toute civilisation de Toril, les Soeurs du Premier Sang ne font pas exception à cette règle. En revanche, la manière dont elles ont créé leur religion de toutes pièces est unique dans l'histoire de leur monde.

    En vérité, au départ les Soeurs ont appliqué une solution simple sur le papier: tous les cultes de divinités féminines étaient acceptés, mais dans la pratique il s'est avéré que cela risquait de provoquer des dissensions irréparables au sein de la communauté naissante, comment en effet espérer que des adoratrices de Shar ou de Lolth puissent cohabiter avec des suivantes de Séluné ou d'Eilistraé sans que cela ne tourne au vinaigre.

    Heureusement, les jumelles Volaren trouvèrent une solution en consultant les tomes et mirent au point un rituel audacieux qui allait décider de l'avenir des Soeurs du Premier Sang. On ne sait trop comment elles réussirent à obtenir une parcelle d'essence divine de toutes les divinités féminines de Toril en négociant avec elles une par une, parcelles obtenues on ne sait contre quoi mais le prix a payer ne pouvant qu'être colossal. Encore qu'il ne soit pas impossible que le simple fait d'avoir une solution de secours en cas d'annihilation ait pu jouer.
    Ainsi elles obtinrent des fragments appartenant à Chauntéa, Eilistraée, Lolth, Mailikki, Mystra, Séluné, Shar, Sunie, Tymora, Umberlie, Waukyne, Aurile, Beshaba, Cavalière Rouge, Eldath, Akadi, Lliira, Loviatar, Lurue, Sharess, Siamorphe, Talona, Tiamat, Kiaransalee, Aerdrie Faenya, Angharadh, Sheela Peryroyl, Cyrrollalie, Yondalla, Berrona, Duerra des abimes, Haella Brillehache et Sharindlar et les fusonnièrent pour donner naissance à une nouvelle divinité combinant l'ensemble des personnalités originelles.

    Evidemment cela ne se fit pas en un claquement de doigt, la personnalité de la nouvelle entité était un maelstrom d'émotions contradictoires et il fallut plusieurs années pour que la déesse commence à développer son identité propre, au fur et à mesure que certaines parcelles divines se développèrent (Chauntéa, Séluné, Sunie, ...) ou que d'autres périclitèrent pe à peu (Beshaba, Loviatar, Talona, ...) selon le nombre d'adoratrices à la base. Maintenant, la déesse est une divinité à part entière.

    Contrairement aux autres déesses de Toril, elle ne possède pas de royaume céleste dans les cieux mais voit son essence confinée dans un réceptacle de verre situé dans une pièce bien gardée et protégée de la citadelle. Elle ne possède pas non plus de forme physique définie mais peut arpenter à loisir les rêves de ses adoratrices sous la forme qu'elles se représentent d'elles.

    11.2. Dogme

    Il faut bien l'avouer au départ c'était n'importe quoi, c'est à dire l'ensemble des dogmes des divinités ayant fourni une parcelle de leur essence divine ce qui représentait une énorme cacophonie. Heureusement, en même temps que l'évolution de la déesse, son dogme se simplifia peu à peu pour finalement aboutir à ce qu'l est actuellement même si il y a encore des progrès à faire et que parfois il y a contradiction, mais les Soeurs du Premier Sang sont pragmatiques et suivent les parties qui parlent à leur coeur.

    Certaines parties ont trait à la guerre:

    "La préparation est la clé de la victoire, envisagez toutes les possibilités et sachez discerner la meilleure d'entre elles pour gagner. La peur est aussi solide que l'acier, introduisez la peur dans le coeur de vos ennemis. Combattiez comme si vous dansiez, que vos ennemis succombent à votre chorégraphie mortelle comme touchés par la grâce de la déesse. Quand l'heure est à l'action il faut se montrer hardi, car la hardiesse est la vie. Un coeur brave et intrépide suffit souvent à renverser les situations les plus problématiques. Considérez votre arme comme une extension de vous-même."

    D'autres à la communauté et à la famille:

    "La communauté est votre première famille, prenez soin de votre famille, car vos parents vous ont donné la vie et vos filles constituent vos familles. Prenez également soin des vieillards et des faibles, car nulle ne sait jamais quand elle rejoindra leurs rangs. Respectez les cycles de la vie et de la mort, croissez et multipliez-vous mais sans rompre l'équilibre naturel."

    D'autres à la discipline:

    "Elevez les filles dans la vénération de la déesse. Considérez les mâles comme vos inférieurs, mais respectez les quand même. ne révélez vos secrets que aux autres Soeurs, le secret est la meilleure défense contre nos ennemis. Ne craignez pas l'ombre, mais utilisez la pour frapper votre adversaire là où il se sent le plus en sécurité. Acceuillez les vents et le froid à bras ouverts pour fortifier le corps et l'âme. Faites souffrir ceux qui vous ont fait du mal."

    D'autres à des symboles de la féminité et de la nature:

    "Ne faites qu'une avec la nature, respectez-la et protégez-la contre tous ceux qui voudraient lui nuire. Utilisez la magie avec pondération, aimez la pour elle-même. Aimez la lune, dansez, amusez-vous, flirter, faites l'amour sous la lumière de la lune, l'astre féminin par excellence. Vénérez la beauté sous toutes ces formes et combattez sans relache ceux qui la détruisent. En mélangeant intérêts et talents variés, la créativité, la vie et l'art sont exaltés, de nouvelles idées découvertes. Il faut donner le temps au temps et ne jamais forcer les événements quand ce n'est pas nécessaire. La mort doit être un simple passage vers une autre existence et non pas un état permanent, détruisez sans relâche ceux qui pratiquent la nécromancie et leurs suivants."
    Dernière modification par Ugo ; 07/11/2010 à 17h38.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  21. #21
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    11.3. La déesse

    Comme dit dans le point précédent la déesse vénérée par les Soeurs du Premier Sang fait un peu figure d'exception dans le panthéon Faérunien. Une autre différenciation mineure est son absence de nom, jusqu'à présent en effet elle n'est désignée que par quelques surnoms ou appelations. Faute de mieux c'est encore La Déesse qui est usité, les autres comme la Soeur Universelle ou Soeur de toutes les Soeurs est le sont moins. Certaines appelations un peu idiotes comme la Féminité Universelle ont disparu aussi vite qu'elles sont apparues. En raison de la confusion avec la divinité tutélaire des Iles Sélénae, le terme Déesse-mère fut vite abandonné.

    Vu qu'elle présente la particularité d'être la seule divinité créée de toutes pièces par ses adoratrices actuelles, un surnom en ce sens aurait pu être trouvé mais rien de probant n'émergea des débats. Actuellement un nouveau courant apparait peu à peu, les Soeurs du Premier Sang portant parfois des titres désignant leur rôle au sein de la communauté (Soeur Ainée pour une soeur chapautant une pupille, Soeur du Conseil pour une membre du Conseil, Soeur de l'Eveil pour une Soeur qui offre leur première nuit d'amour aux jeunes vierges, etc...), il était donc logique de donner à la déesse un titre correspondant ; la Soeur Divine est donc devenu évident pour un nombre de plus en plus grandissant pour les membres de la communauté.

    Si il a fallut plusieurs années pour que les différents fragments de la personnalité de la déesse s'amalgament en une entité unique, on aurait pu penser que les différentes âmes des Soeurs du Premier Sang mortes s'intégrant à la déesse puissent à la longue fissurer l'unité de son esprit. Pourtant il n'en fut rien, les âmes en arrivant augmente son pouvoir mais sans plus.
    Sa personnalité et son humeur présente de multiples facettes, selon les jours elle peut être affectueuse, amicale, belliqueuse, bienveillante, calme, capricieuse, compatissante, cyclothymique, cruelle, cupide, curieuse, dévouéé, dominatrice, douce, dynamique, énergique, espiègle, fantasque, impulsive, intrépide, joyeuse, logique, loyale, mélancolique, orgueilleuse, protectrice, romantique, sereine, vaniteuse, vive, volage.

    Isolée dans son domaine de verre ou des rêves de ses adoratrices, elle ne possède aucun contact avec ses pairs qui ignore par ailleurs son existence. Et même si elle en avait elle est assez confuse à ce sujet, elle est parfaitement consciente que sa genèse fait d'elle un cas à part. Elle est assez hésitante si elle doit considérer les autres déesses comme des collègues, des soeurs ou des mères. Autant ce dernier point ne la gênerait pas dans le cas de déesses comme Chauntéa, Waukyne, ou Lolth, autant elle considère cette idée des plus déplaisantes quand il s'agit d'une Talona ou d'une Loviatar.
    Pour le moment, elle interdit à ses ouailles de s'attaquer aux membres de clergés des autres déesses à moins d'y être obligées. En revanche, si elle considère les divinités mâles avec défiance, elle hait particulièrement Baine, Cyric, Garagos, Malar, Talos et Velsharoon qui représentent à ses yeux tout ce qui est contraire aux aspirations de ces protégées et il n'est pas impossible qu'elle décide sous peu de se déclarer ouvertement contre eux, même si elles est parfaitement consciente qu'il est encore trop tôt.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  22. #22
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    12. CRIMES ET CHATIMENTS

    " Les trois Soeurs présentes dans la pièce, deux humaines et une elfe de lune, attendaient que Katernin ait terminé son quart dans la pièce d'à côté en jouant aux cartes et en discutant de choses et d'autres:

    - Il est résistant celui-là, cela fait deux jours que le poison aurait du faire son effet.

    - Je ne crois pas, je pense que Katernin a ralenti les effets de l'anneau du serpent.

    - Pourquoi aurait-elle fait cela?

    - Celle pour qui on a condamné le mâle derrière cette porte était une cousine dont elle était très proche.

    - Je l'ignorais, comment cela se fait-il? D'habitude on ne choisit que des officiantes qui n'ont pas de lien avec la victime.

    - Voilà qui explique pourquoi elle prend deux quarts de suite ou dépasse allégrement les délais, c'est une affaire personnelle.

    - Ce n'est pas bon tout ça, elle est trop jeune pour avoir un tel poids sur l'âme.

    Elles s'interrompirent, par le lien empathique qu'elles partageaient toutes elles captèrent la brusque montée émotionnelle de Katernin.

    - C'est fini, déclara l'une d'entre elles, Linna, une humaine d'âge mur.

    La porte s'ouvrit un instant plus tard laissant le passage à Katerin qui finissait de nouer la ceinture du peignoir qu'elle portait pour seul vêtement autour de sa taille. Comme un automate elle alla vers la porte du couloir et empoigna la poignée de la porte quand Linna l'interpella:

    - Ca va?

    Sans la regarder la jeune femme émit un ça va imperceptible avant d'ouvrir la porte et de sortir dans le couloir et de refermer le battant. Les trois femmes restées dans la pièce s'entreregardèrent, elles n'eurent pas besoin d'ouvrir la bouche pour savoir que Katerin n'allait pas bien du tout. Linna se leva:

    - Je vais aller lui parler.

    Elle rajusta son propre peignoir et sortit à son tour dans le couloir et aperçut Katerin assise sur un banc, le visage enfoui dans ses mains, les épaules secouées par les sanglots.
    Emettant un léger soupir et maugréant sur l'émotivité de la jeunesse Linna s'assit à côté de la jeune femme en pleurs.
    Après de longs instants d'attente avec les seuls sanglots et reniflements pour troubler le silence, elle jugea que le moment étâit venu:

    - C'est la première fois que tu participes à la mise à mort d'un mâle de cette façon.

    Ce n'était même pas une question mais une affirmation. Katerin, leva enfin ses yeux baignés de larmes sur Linna:

    - Cela se voit tant que ça?

    L'ainée faillit lever les yeux au ciel devant tant d'ingénunité mais resta diplomate dans sa réponse au vu du désarroi de sa cadette:

    - Eh bien ta réaction est ... sans équivoque.

    Elle se dit qu'elle aurait du tourner cela autrement quand la jeune fille fut pris d'une nouvelle crise de larmes. Entre les pleurs, elle continua la discussion, chaque mot entrecoupé par un sanglot:

    - Je l'ai senti mourir ... il était en moi quand il a expiré son dernier souffle ... je sais que ma cousine s'est suicidée par sa faute ... après qu'il l'ait violé ... mais ... sa vie s'écoulait pendant qu'il était en moi ... en moi ... j'ai l'impression d'être un vampire ... comment pouvez-vous continuer ... ces hurlements malgré le baillon ... ces spasmes d'agonie ... cette souffrance dans son regard ... je suis un monstre ...

    Linna comprenait le désarroi de Katerin et la prit dans ses bras commençant à la bercer doucement tout en lui parlant:

    - Le monstre c'était l'homme qui est responsable de la mort de ta cousine, le souvenir de son méfait n'est jamais venu hanter ses nuits. Au contraire, son visage te rendra visite chaque nuit, errant dans tes cauchemars. Comme le visage des vingt hommes auxquels j'ai contribué à l'exécution, c'est là qui fait toute la différence entre eux et nous, eux l'ont fait par désir personnel, nous par devoir et contrairement à eux n'en retirons aucune joie. Pense-tu que nous éprouvons du plaisir à tuer des hommes de cette manière, en leur faisant l'amour. Ils sont sept à avoir expiré dans mes bras, à chaque fois j'en étais tellement boulversée que je devais retrouver mon homme pour me jeter dans ses bras et m'unir avec lui pour me laver de la souillure, je dois sentir son corps contre le mien avec une telle véhémence que je le serre de toutes mes forces ... à tel point que je lui ait déjà fracturé les côtes. Et il en est de même pour toutes les autres, c'est dur mais cela doit être fait.

    Et elle commença à pleurer elle aussi, à l'unisson avec sa jeune consoeur."


    12.1. Introduction

    La justice est un terme qui diffère beaucoup selon l'endroit où l'on se trouve, galvaudé dans des villes comme Luskan ou équitable dans les Marches d'Argent.
    Au sein des Soeurs du Premier Sang, la justice se subdivise en deux catégories: interne et extérieure.

    La justice en interne s'applique quand une Soeur à nuit à autrui tandis que la justice extérieure concerne toute nuisance envers une Soeur ou sa famille par une personne extérieure à la communauté.

    12.2. Justice au sein de la communauté

    Les délits mineurs au sein de la communauté (vols, coups et blessures, ... etc) doivent se régler entre les protagonistes sous l'égide d'une Soeur placée plus haut dans la hiérarchie. Les crimes plus graves font l'objet de traitements spécifiques, il en existe trois: l'adultère, la trahison et le meurtre.

    L'adultère: Une Soeur qui commet un adultère avec le mari ou la femme d'une autre Soeur risque le banissement de la communauté avec le ou la fautif(ve) mais si l'affaire est jugée par le Conseil c'est la "cocue" qui décide si la sentence doit être appliquée ou non.

    Le meurtre: Une Soeur tuant une autre Soeur ou à l'origine de sa mort est jugée et condamnée par le Conseil. Cela se passe comme dans toutes les sociétés justes et équitables de Faerûn, selon les circonstances des faits la coupable sera innocentée, emprisonnée ou exécutée. Contrairement aux extérieurs l'exécution d'une Soeur est douce, puisque la condamnée ingurgite une potion qui la plongera doucement dans un profond sommeil dont elle ne se réveillera pas.

    La trahison: C'est le crime le plus grave selon les critères de la communauté puisque la coupable joue avec l'avenir même de ses consoeurs. Comme l'allégence aux Soeurs du Premier Sang passe avant tout le reste la Soeur reconnue coupable de trahison aura la mort pour seule sentence. L'exécution se passe en public dans la grande salle cérémonielle pour bien montrer la grandeur du crime perpétré, les yeux bandés la Soeur est amenée au centre de la salle, est forcée de s'agenouiller au sol et à la nuque brisée d'une brusque torsion de la tête par une Soeur exécutrice équipée d'une ceinture de force de géant des tempêtes pour l'occasion. La mort est brutale mais rapide et sans douleur. Le corps de la morte est abandonné aux charognards à l'extérieur de l'enceinte et son nom effacé des registres.

    Il est intéressant de noter que depuis la création des Soeurs du Premier Sang aucun de ces faits n'a du être traités, curieusement il y a un tel lien unissant l'ensemble des membres de la communauté que tout cela est pour le moment resté à l'état théorique. Il est encore plus curieux que sur des milliers de membres personne n'ait remarqué ce fait, comme d'autres.

    12.3. Justice interne (pour des faits envers des extérieurs)

    Avant toute chose il faut bien comprendre que si les Soeurs du Premier Sang comprennent qu'il est normal que leurs membres soient jugés pour des faits commis contre des personnes extérieures à leur cercle, il est totalement exclu que ce soit par quelqu'un d'autre qu'elles, ce qui n'est pas sans créer des tensions diplomatiques passagères là où les Soeurs du Premier Sang se montrent ouvertement comme Eauprofonde, Lunargent, Mirabar, Padhiver, Everlund ou Sundabar.
    Il s'agit en général de rixes de tavernes avec à la clé des dégâts matériels et des blessures légères la plupart du temps, mais des blessures plus graves ou des décès peuvent survenir. Si les Soeurs incriminés sont dans leur droit les plaignants auront beau s'époumonner, bernique. Dans le cas contraire, la communauté rembousera les dégâts au double de la valeur, soignera les blessures si nécessaire ou payera le durcisseur, et éventuellement pratiquera des résurections.

    Il est à noter que cela ne concerne pas les jeunes Soeurs du Premier Sang accomplissant leur Chelak, durant cette période elles sont livrées à elles-même et doivent donc assumer seules les conséquences de leurs actes.

    12.4. Justice extérieure

    Quiconque nuit à une Soeur du Premier Sang ou à sa famille en payera le prix. Les Soeurs appliquent le principe du talion, le malfaiteur est puni par où il a péché mais la revanche est démutipliée par rapport au méfait initial.
    Les délits mineurs sont traités comme dans d'autres sociétés à la justice expéditive, celui qui vole une Soeur à la main tranchée, celui qui frappe une Soeur à les quatre membres brisés, ... etc. Une justice assez clémente finalement.

    En revanche, ceux qui commettent des crimes plus graves comme le viol ou le meurtre (n'inclus pas les Soeurs tuées au cours de combats ou de guerres) subissent des chatiments tellement cruels qu'ils se seraient ôté la vie si ils avaient su ce qui les attendaient. Il est inutile de tenter de s'échapper, l'homme est toujours retrouvé, enlevé, et amené à la citadelle pour subir le châtiment qui l'attend.

    Meurtre: Le châtiment pour le meurtre d'une Soeur est évidemment la mort, mais une mort lente et douloureuse puisque le condamné subit auparavant plusieurs jours de torture. Les Soeurs du Premier Sang ont développé un sceptre uniquement destiné à cet effet, le Sceptre de Croissance Osseuse. Cet objet agit sur le même modèle que le façonnage de la pierre sauf que dans ce cas il agit sur les os. Par simple contact il permet à celle qui le manie de faire ce qu'elle veut avec le squelette de l'homme, briser un fémur ou radius en deux ou en de milliers de fragments, les réparer puis de recommencer, ou de les modifier pour les rendre tranchants ou faire pousser des excroissances dessus. Durant ces scéances l'homme est sous l'effet de sorts de régénération pour que les blessures ne le tuent pas tout de suite et ainsi prolonger son agonie des jours durant. Quand la mort est décidée, on cesse la régénération et le supplicié meurt d'une hémorragie massive.

    Viol: Le châtiment pour le viol est très raffiné mais aussi cruel dans la manière de procéder. Le condamné se voit symboliquement passer l'anneau au doigt puisque un artefact du nom d'Anneau Serpent est glissé à son annulaire. Cet anneau représente une gueule ouverte de serpent qui se referme sur le doigt enfonçant les crocs dans la chair. Malheureusement pour lui la "nuit de noces" à une fin funeste. Il injecte un poison particulier et un fortifiant aphrodisiaque dans les veines de l'infortunée victime.
    Des Soeurs lui font l'amour durant plusieurs jours et plusieurs nuits sans interruption (grâce au fortifiant) ce qui fait lentement mais surement agir le poison. Au début l'homme ne sentira rien, puis après un jour ou deux il ressentira un léger picotement qui deviendra une légère irritation qui ira en grandissant jusqu'à ce qu'il ait l'impression d'avoir de l'acide à la place du sang lui causant une souffrance indescriptible jusqu'à ce que la faucheuse vienne enfin le prendre.

    Ces deux châtiments sont très éprouvants pour celles qui l'infligent c'est pourquoi les Soeurs choisies ont généralement beaucoup de vécu derrière elle et possèdent une personnalité plus forte que le commun des Soeurs du Premier Sang.
    Dernière modification par Ugo ; 06/12/2010 à 19h45.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  23. #23
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    13. LE RECRUTEMENT

    " La peur serrait le coeur d'Arizima Ankhala, celle-ci était étendue impuissante, baillonnée, pieds et poings liés aux pieds des cinq femmes qui l'avaient capturé ce matin à son domicile malgré les protections. Le plus oppressant était l'attente, cela faisait 1/2 heure qu'elle avait été déposé lourdement sur le sol d'une pièce dépourvue de mobilier par ses ravisseuses qui depuis étaient restées debout sans bouger, les yeux fixés sur l'unique porte de la pièce.

    Le silence fut soudain brisé par le grincement des gonds de la porte quand celle-ci s'ouvrit à la volée pour laisser le passage à deux gnolls en armes qui inspectèrent la scène. Les femmes ne faisant montre d'aucune hostilité, les deux créatures rassurées se placèrent de côté pour laisser entrer quatre humains, trois hommes et une femme, au crâne rasé tatoué et portant des robes de magicien de couleur rouge. Arizima se mit à trembler de tous ses membres en apercevant le plus agé des nouveaux arrivants, Ardilian un nécromancien qui serait devenu Zulkir depuis longtemps si le poste qu'il convoitait n'était pas occupé par Szass Tam. Celui-ci entama la discussion s'adressant tant à ses ravisseuses qu'à elle-même:

    - Ainsi, voilà donc l'espion que les Ménestrels avaient placé dans mon entourage. Jamais je n'aurais pu penser que c'était toi Arizima, ta punition sera à l'image de mon immense déception. EMPORTEZ-LA!

    S'écria t'il à l'intention des gnolls restés en faction près de la porte.

    La prisonnière tenta de reculer en rampant les yeux écarquillés par la terreur quand elle vit les deux créatures canines s'avancer, elle savait très bien ce qui l'atttendait aux mains de son ancien maitre.

    - Stop.

    La femme qui venait de parler finissait de poser la pointe de son épée sur la gorge d'Ardilian faisant perler une goutte de sang. Stupéfait le magicien rouge bégaya quelques mots avant que son visage ne prenne une teinte de la même couleur que ses robes sous l'effet de la colère. Il se maitrisa pourtant suffisement pour s'adresser à celle qui se situait du bon côté de la lame:

    - Que faites-vous? Nous avions un accord, vous découvriez et capturiez la vipère en notre sein contre une somme conséquente. Trahir cet accord vous vaudra l'inimité de tout Thay.

    La Soeur du Premier Sang qui menait le groupe sourit à cette menace, ce qui ne fit qu'augmenter la fureur d'Ardilian:

    - Nous avons respecté notre partie du marché, aucune clause ne prévoyait que la prisonnière vous soit livrée. Et inutile de tenter quelque chose, cette poche dimensionelle est une zone de morte magie, ici vous êtes impuissants contre nous.

    Dédaignant Ardilian, elle s'adressa à la prisonnière:

    - Quand à toi, tu as le choix entre deux voies: rester avec lui et mourir ou venir avec nous et te soumettre corps et âme. Si tu es d'accord tu acquiesses de la tête, tu as cinq secondes.

    Arizima ne savait que choisir elle ignorait totalement ce que cela impliquait de suivre ces femmes, pourtant entre une mort assurée après une longue agonie et un saut dans l'inconnu son choix fut vite fait, d'autant plus qu'elle n'avait détecté aucune animosité dans les paroles de la femme.

    - Cela vaut aussi pour toi Chathi.

    Au grand étonnement des magiciens et de l'espionne Ménestrel, la femme venait de s'adresser à la magicienne rouge qui se tenait en retrait par rapport à Ardilian:

    - Nous te donnons l'opportunité de continuer à développer tes talents magiques et d'échapper aux attouchements de cet être abject qui te force à partager sa couche durant la nuit.

    La magicienne ne savait que dire, observant alternativement la femme qui lui offrait un salut et son indésirable amant qui siffla un Chathi lourd de menaces.

    - Ta fille est déjà en sécurité avec nous, il ne peut plus faire pression sur toi par ce moyen."

    La recrutement est un des rouages essentiels à la survie de la communauté, plus nombreuses sont les membres plus la commuanuté est puissante et donc apte à se protéger de ses ennemis potentiels. Les Soeurs du Premier Sang possèdent quatre modes de recrutements: reproduction, enrôlement, adoption et le plus particulier, les prisonnières de guerre.

    13.1. Reproduction

    Ce n'est pas du recrutement proprement dit, puisque n'importe quel enfant de sexe féminin issue d'une Soeur du Premier Sang en devient une dès la naissance. C'est notamment la raison pour laquelle chaque année des jeunes filles sont encouragées à accomplir leur Chelak pour revenir enceintes ou mères après trois années. Ainsi chaque année une nouvelle génération de Soeurs du Premier Sang émerge, chaque année étant plus prolifique que la précédente.
    La reproduction est devenu le premier vecteur d'accroissement de la population de la communauté depuis quelques années seulement et cette tendance devrait s'accentuer dans les années à venir puisque les premières Soeurs de la seconde génération sont maintenant également en age d'enfanter.

    13.2. L'adoption

    Avant que la Reproduction ne la devance, l'adoption était le mode de recrutement principal des Soeurs du Premier Sang. Fonctionnant principalement au travers des enclaves des grandes villes, des équipes passent leurs journées à ratisser les quartiers miséreux à la recherche de jeunes orphelines ou à négocier parfois avec des guildes utilisant des enfants pour en racheter certains.
    Certaines sont récupérées après des raids sur des caravanes d'esclavagistes, voire achetées via ces réseaux pour ne pas trop se dévoiler.

    13.3. L'enrôlement

    Ce mode concerne surtout des adultes possédant déjà une vie bien remplie, pour résumer des aventurières. Les Soeurs du Premier Sang recrutées de cette manière sont rarement à la citadelle, leurs compétences étant le plus souvent mieux adaptées aux groupes extérieurs.
    L'enrôlement varie grandement d'un individu à l'autre, cela va de l'approche directe dans une taverne à des marchés parfois subtils comme pour l'enrôlement d'Arabeth Raurym la fille ainée d'Elastul Raurym, Marchion de Mirabar.
    Lors des événements de Luskan en 1377, Arabeth tua sa rivale à la Confrérie des Arcanes Valindra Manteaudombre, mais cette dernière fut transformée en liche par Arklem Greeth le maitre de la Confrérie.
    Arabeth ignorait que Valindra était encore active dans la non-vie, ce que les Soeurs du Premier Sang savaient tout comme l'aversion de l'elfe pour son nouvel état ainsi que son désir de vengeance envers Arabeth. Les Soeurs kidnappèrent les deux protagonistes et les mirent en présence. Arabeth fut bien sûr épouvantée de voir que sa rivale était non seulement encore bien présente mais bien plus puissante. C'est alors qu'elles eurent le marché en main, Arabeth rejoignait les rangs des Soeurs du Premier Sang contre une protection envers la liche, Valindra quand à elle laissait tomber sa vengeance contre sa rivale et en dédommagement recevait un traitement qui restaurait la vie dans son corps tout en lui laissant ses pouvoirs nouvellement acquis.
    L'incorporation d'Arabeth Raurym permettant à la communauté de posséder une influence grandissante dans Mirabar.

    13.4. Les prisonnières de guerre

    Ce mode de recrutement est propre aux Soeurs du Premier Sang même si il est largement inspiré des prisonnières de guerre au sein des sociétés drows. C'est également le plus minoritaire et le plus complexe puisque il faut quatre années à une prisonnière de guerre pour devenir une Soeur à part entière, sans compter que plusieurs conditions doivent être remplies au départ. Premièrement, il faut qu'une Soeur du Premier Sang d'un certain rang décide de gracier une adversaire qu'elle vient de battre si elle la juge potentiellement utile à la communauté. Deuxièmement, il faut que l'adversaire en question accepte de se soumettre corps et âme et sans arrière pensée si elle veut vivre. Si ces deux conditions sont remplies alors on peut commencer.

    13.4.1. Rituel de la soumission: Voilà certainement l'étape la plus cruciale pour la prisonnière, puisqu'elle scelle le pacte ou y met un terme avec la mort de l'intéressée. Lorsque la prisonnière a accepté de se soumettre, la Soeur à laquelle elle s'est rendue lui appose un tatouage en forme de filet lui entourant le cou et commence à déclamer le Serment de Soumission que la prisonnière doit répéter. Celle-ci est au préalable déshabillée et attachée pour accentuer le sentiment d'infériorité par rapport à sa geolière. Une fois qu'elle a terminé de répéter le Serment de Soumission, si la prisonnière n'était pas réellement sincère quand à son désir de soumission envers les Soeurs du Premier Sang, le tatouage agira commme un sort de désintégration et sa tête roulera bas séparée du corps par la destruction de son cou.
    Si au contraire, elle était sincère alors rien ne passe et elle passera les deux premières années de sa captivité dans le quartier des prisonnières où la Soeur qui l'a capturé l'initiera aux us et coutumes de la communauté.

    13.4.2. Rituel de la confirmation: Après ses deux premières années de captivité la prisonnière subit le deuxième des trois rituels devant la mener à faire partie de la communauté. Celui-ci suit le même schéma que le Rituel de la soumission, la prisonnière répète les paroles du rituel au fur et à mesure qu'elles sont récitées par la Soeur qui l'aura capturé jadis. Au cours de ce rituel, le tatouage autour de son cou, se liquéfie et descend peu à peu jusqu'à ses poignets pour prendre la forme de bracelets.
    Sous sa nouvelle forme le tatouage agit toujours comme une épée de damoclès suspendue au-dessus de la tête de la captive qui s'abattra à la moindre action nuisible envers une membre de la communauté, mais lui permet désormais d'avoir libre accès à toute la citadelle.
    Durant les deux années suivantes la prisonnière participera aux activités domestiques et sera reconaissable par sa courte tunique blanche aux bords rouges.

    13.4.3. Rituel de l'acceptation: Il s'agit en fait du Rituel du Premier Sang, seul le nom change.
    Dernière modification par Ugo ; 05/12/2010 à 16h19.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  24. #24
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    14. LE CHELAK

    Comme cité dans de précédents chapitres, le Chelak est le terme par lequel on désigne un voyage de trois années que de jeunes Soeurs du Premier Sang à peine entrées dans l'âge adulte accomplissent parfois.

    Au terme de ces trois années d'errance, elles sont censées revenir en tant que mère ou sur le point de le devenir. En plus de servir à la démographie de la communauté en lui apportant du sang neuf puisque les géniteurs ne sont pas des protectorats, le Chelak apporte beaucoup à la communauté. Les jeunes Soeurs qui reviennent vivantes au bout de trois années de voyage à l'extérieur en sont la preuve, on ne survit pas seule aux dangers de Faerûn pendant tout ce temps si on n'arrive pas à s'adapter et à trouver en soi la force et les capacités pour s'en sortir.
    En plus de l'apport de sang neuf et d'éléments endurcis, le Chelak est aussi une source inestimable d'informations puisque les Soeurs en crapahutage essaiment sur l'ensemble du continent et même parfois au-delà, collectant des nouvelles qui peuvent parfois s'avérer de grand intérêt.

    Au fur et à mesure que le temps avance son cours inexorable et que la communauté se développe exponentiellement, l'importance du Chelak croît dans la même mesure puisque chaque année le nombre de jeunes filles partant ainsi à l'aventure est de plus en plus important, en cet an de 1373 elles sont ainsi plus de trois cents à envisager le départ. Sur ces trois cents partantes, on peut estimer que soixante ne reviendront pas puisque une Soeur sur cinq accomplissant son Chelak trépasse durant son pélerinage. Les causes de la mort sont rarement d'origine naturelle, cela peut aller d'une banale égratinure qui s'infecte jusqu'à la digestion dans l'estomac d'un ver pourpre, la mort peut survenir quand on s'y attend le moins.

    Accomplir son Chelak ne se fait pas sur un coup de tête, la décision doit être murement réfléchie et le voyage soigneusement préparé. L'équipement est le même pour toutes bien qu'il ait évolué au cours du temps, premièrement la postulante laisse sa cotte de mailles elfique et son masque à la citadelle se contentant de l'ancienne cotte de mailles en forme de robe plus discrète pour le commun des mortels et elle conserve ses armes. En plus de l'équipement habituel des voyageurs (paillasse, couverture, gourde, ... etc), la Soeur emporte une petite bourse sans fond portée en médaillon qui contient une poignée de gemmes de parfaite facture qu'elle peut monnayer à bon prix et des fioles de potion non terminées auxquelles ne manquent qu'un ingrédient commun pour être utilisée (par exemple: ajoindre de la tanaisie à une fiole bleue crée une potion de soin alors que de l'écorce de chêne donnera une ption d'invisibilité). ces fioles sont une vingtaine de six sortes différentes et selon la combinaison peuvent donner une centaine de résultats différents. Il faut plusieurs jours d'apprentissage intensif pour que la Soeur maitrise parfaitement les combinaisons.

    Durant leurs trois années d'errance, les jeunes novices rejoignent souvent des groupes d'aventuriers ou de mercenaires. Malgré la dangerosité de la situation cela permet aux jeunes femmes d'apprendre à se battre selon des schémas en équipe différents de ceux pratiqués à la citadelle ce qui permet d'augmenter leur polyvayence et de s'ouvrir quelque peut sur le monde extérieur car il est vrai qu'elles ont une image un peu tronquée du monde extérieur si elles ne sont pas originaires de l'extérieur.
    Dernière modification par Ugo ; 16/12/2010 à 18h29.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  25. #25
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    15. LE NEXUS ET LES DISPARUES

    " Le général Jack O'Neil arpentait les couloirs du SGC d'un pas alerte, il aimait revenir à cet endroit quand ses obligations le lui permettaient ce qui hélas arrivait rarement. Au moins ici, n'était-il pas environné d'essaims de grattes papiers qui réclamaient une signature pour un remplacement de cartouche d'imprimantes ou le changement de la couleur des toilettes.
    Dans un couloir il croisa une unité SG qui s'apprêtait à partir en mission, il s'arrêta pour les suivre du regard jusqu'à ce qu'ils aient passé le coin. Il soupira, nostalgique, l'époque où il était sur le terrain lui manquait. Il arriva enfin à destination une porte marquée détention, qui s'ouvrit devant lui.

    Il pénétra dans une salle où se trouvaient trois autres membres du personnel, une femme et deux hommes. Ceux-ci ouvrèrent de grands yeux en apercevant le nouveau venu qu'ils acceuillirent avec de grands sourires:

    - Jack! Quelle bonne surprise!
    - Hello Daniel
    - O'Neil
    - Tealc
    - Général
    - Colonel Carter

    Les quatre amis se congratulèrent au mépris du cadre protocolaire habituel, ils étaient contents de se revoir tout simplement. Ce fut Daniel Jackson l'archéologue qui prit la parole le premier:

    - Que nous vaut le plaisir de votre venue, l'atmosphère de Washington ne vous plaisait plus?

    Jack n'était pas dupe de la petite plaisanterie de Daniel, tous les trois savaient bien qu'il détestait sa nouvelle affection à la capitale fédérale où rester assis la majeure partie derrière un bureau était pour lui une véritable torture.

    - Il faisait un peu calme là-bas et à quoi cela servirait-il d'avoir des aides de camp si on ne peux pas leur déléguer le travail de temps en temps. Comment ça va ici.

    Carter répondit à cette question:

    - Rien de nouveau, le petit train-train quotidien mis à part l'arrivée de ces trois là dit-elle en désignant la prison vitrée.

    L'oficier s'approcha d'une des parois vitrées de la cellule entièrement transparente où se trouvaient trois femmes qui les observaient également avec un léger air de défi dans le regard. Toutes les trois portaient les mêmes vêtements un short et un t-shirt vert qui laissaient dépasser plusieurs tatouages. Le ton d'O'Neil était redevenu plus sérieux:

    - Ainsi voilà nos invitées surprises de ce matin, est-il vrai que le déclenchement du vortex a été instantané?

    Il n'avait cessé d'examiner les détenues pendant ce temps, sa question s'adressait à Carter qui était la plus à même de fournir une explication technique à cette énigme:

    - Oui, quand on observe les enregistrements de la salle d'embarquement on aperçoit clairement que le vortex s'ouvre sans qu'un seul symbole ne s'enclenche au préalable expulsant ces trois femmes avant de se refermer. Je suis désolée mais je ne peux fournir aucune théorie sur le sujet, c'est incompréhensible, je dirais même que ce qui est arrivé est théoriquement impossible.

    La frustration de Samantha Carter était manifeste, au grand étonnement de ses amis qui la voyait sécher totalement pour la première fois.

    - Je vois que mes derniers conseils en matière de sécurité ont été pris en compte.
    - Vous parlez de leurs tenues, en effet maintenant tous les intrus non autorisés sont dépossédés de tous ce qu'ils portent par mesure de sécurité mais nous n'avions que les vêtements qu'elles portent pour le moment en stock.
    - Des armures et des épées c'est ça?
    - oui
    - Daniel de quelle origine sont-elles?
    - Euh, je ne sais pas moi.
    - C'est nouveau ça, en voyant n'importe quel objet vous pouvez nous dire si il y a une lointaine origine romaine ou égyptienne, et là non?
    - Aucune des runes ou gravures qui ornent leur équipement m'est familier. Comme si elles descendaient d'une souche humaine non-terrienne.
    - Vous voulez dire quoi par là, que nous serions en présence de descendantes des Anciens.
    - Non je ne crois pas, mais vous savez Jack je n'ai pas la connaissance universelle.

    Ils interrompirent momentanément leur échange, Jack se tourna vers Teal'c:

    - Teal'c ce ne seraient pas des copines à vous vu le machin qu'elles ont sur le front?

    Celui-ci haussa un sourcil ne sachant pas si la question était sérieuse ou non, il opta de considérer que oui:

    - Non, je n'ai jamis entendu parler de jaffas femmes avec une goutte de sang sur le front, d'ailleurs aucun jaffa ne s'est jamais battu à coup d'épée.

    L'ancien meneur de SG1 croisa les bras en scrutant les prisonnières, l'index droit tapotant ses lèvres comme pour chercher une quelconque expérience divine.

    - Résumons, à 5:42 ce matin un vortex se forme instantanément et expulse trois femmes en cotte de mailles et armées d'épées par la porte des étoiles, les images des caméras montrent qu'elles semblent confuses et perdues ce qui voudrait signifier que leur arrivée est accidentelle, néanmoins lorsque les équipes d'intervention arrivent dans les secondes suivantes elles ont le réflexe de prendre une posture défensive tout en empoignant leurs armes mais sans les sortir de leur fourreau pour autant. Quelle conclusion en tirer Tealc?
    - Réflexes supérieurs à la normale et esprit d'analyse acéré, des combattantes aguerries. J'ajouterai, pour avoir vu les images moi aussi, que à la manière dont elles observaient les armes braqués sur elles, elles étaient dans l'inconnu mais ont deviné leur dangerosité. Selon moi elles ont également l'instinct du guerrier.
    - Au vu de leur attitude, je pense qu'elles vivent dans une société matriarcale assez libérée.
    - A quoi voyez-vous ça Daniel? Vous avez enfin trouvé un moyen de communiquer?
    - Eh bien non, leur langage n'approche rien de ce je connais mais depuis que nous sommes ici, la blonde regarde Tealc avec insistance, la brune assise sur le banc fait de même avec moi, ce qui est assez troublant en fait, et la seconde brune semble plutôt s'intéresser à ... vous Sam.

    Samantha Carter regarda Jackson avec la surprise sur son visage:

    - N'importe quoi Daniel, je ne vous connaissais pas ces fantasmes là ... oh?!

    Elle venait d'observer la femme en question pour s'apercevoir que non seulement cette dernière l'observait avec attention, mais en plus voyant que Sam la regardait se mit à lentement à l'examiner de bas en haut avant de lui faire un clin d'oeil langoureux. Interloquée, la jeune femme émis quelques borgorimes avant de réussir à dire quelque chose de cohérent aussi rouge qu'une tomate tout en détournant le regard:

    - Au moins vous savez ce que je dois subir la majorité du temps en tant que femme.

    Tealc et Jackson acquiessèrent, ils devaient reconnaitre que se faire déshabiller du regard aussi éffrontément était très déstabilisant. Heureusement pour eux O'Neil les ramena à plus de sérieux.

    - Sam le super analyseur Asgard a t-il donné quelque chose?

    Le colonel Carter secoua la tête de dépit, elle ne répliqua même pas consciente que cela ne servirait à rien, l'une des machines héritées des Asgards avant leur disparition était devenue "le super analyseur Asgard" un engin capable d'analyser n'importe quel objet ou être vivant et d'en fournir toutes les informations le concernant.

    - Il a nous a en effet fourni des informations intéressantes mais plutôt inattendues, on a même cru qu'il y avait une erreur au départ...

    Un raclement de gorge de la part de Jack lui fit comprendre d'en venir au fait:

    ... leurs tatouages sont des symbiotes.

    Les trois hommes la regardèrent avec étonnement.

    - Comme les larves go'aulds?
    - Non, les larves go'aulds sont plutôt à considérer comme des parasites que de véritables symbiotes. Ici c'est tout le contraire, c'est une fusion totale, leurs symbiotes font partie intégrante de leur corps comme les mitochondries au sein de nos cellules ou les rétro-virus... aux froncements de sourcils elle se rendit compte qu'elle commençait à dériver vers des contrées inconnues pour ses compagnons, elle essaya de rectifier le tir ...disons que c'est de nouveaux organes sur leur peau... parfois elle avait l'impression de travailler dans un atelier protégé ...qui ont modifié profondément leur ADN.

    Elle fut contente parce que là ils avaient compris, il n'y avait qu'à voir leur air ahuri, même Teal'c avait perdu son masque d'impassabilité.
    Samantha continua profitant de l'effet de surprise:

    - Ralentissement de moitié du vieillissement cellulaire, immunité renforcée, fertilité dopée, capacité de modifications physiques lentes et limitées, développement de capacités mentales limitées, entre autres.
    - Et c'est le bidule truc machin qui vous dit tout ça?
    - Comme je vous l'ait déjà expliqué cinq fois général, la machine effectue un scan complet de l'individu jusqu'au niveau atomique et son programme extrapole d'après les résultats obtenus. Avec ces trois femmes il en ressort que leurs symbiotes sont entièrement liés à leur système nerveux et semblent avoir modifié certaines zones du cerveau et entrainé une légère mutation de certaines séquences de leur ADN.
    Les changements les plus évidents, elles semblent vieillir deux fois moins vite ce qui leur donnerait une espérance de vie moyenne de 150 ans environ, leur système immunitaire semble pouvoir faire face à des maladies avec lesquelles elles n'ont jamais été en contact, une des zones du cerveau modifiées leur permettrait d'avoir des capacités télépathiques limitées qui tendraient vers une puissante capacité empathique, quand à une autre zone elle leur permettrait de contrôler leur propre corps du moins jusqu'à un certain point et peut-être même sans qu'elles en aient conscience.
    - Waow.
    - Dites-moi colonel Carter, qu'entendez-vous exactement par ce dernier point?
    - C'est difficile à dire, même la technologie Asgard a des difficultés à "comprendre", le plus approchant serait de dire que le cerveau peut modifier légèrement leur corps pour le rendre conforme à l'image qui leur sied le mieux, phénomène qui prend plusieurs années.
    - Comme de la chirurgie esthétique? C'est possible ça?
    - Oui mais limité, on ne parle pas de prendre deux tailles de bonnet, mais par exemple la métabolisation des nutriments peut varier. Elles sont aussi dépourvues de système pileux, les racines sont là mais inactives, pas besoin de s'épiler les jambes ou les aiselles. Sur ce point je les envie un peu. Elles semblent également avoir un contrôle total de leur fertilité et de leur production de phéromones.
    - Mmh mmh, c'est un peu gros quand même, le super analysateur Asgard et tout ça, non?
    - Eh! Je ne suis qu'un personnage de fiction, les scénaristes nous font dire ce qu'ils veulent, je n'en peux rien si le dernier se prend pour Beigbeder alors que...
    - ...c'est pas Beibeder.
    - C'est ça.
    - Je crois que c'est juste une manière qu'il a trouvé pour expliquer les choses.
    - C'est pas gagné
    - Ha ha, ah ça non.
    - Dites-moi Daniel Jackson, elles ne parlent pas notre langue n'est ce pas?
    - Non, pourquoi cette question?
    - Elles ont l'air soucieuse depuis quelques minutes, depuis que le colonel Carter a commencé à discuter de leurs tatouages en fait.

    Dans leur cellule les trois détenues discutaient entre elles:

    - Pourquoi cette perplexité ma soeur? Nous ne pouvons comprendre leurs dires puisque le sort de traduction que tu as lancé ne marche que sur toi, que disent ils?"

    15.1. Historique

    Quand les Soeurs du Premier Sang, qui n'était encore qu'un groupe de mercenaires à l'époque, commencèrent à s'installer dans le complexe qui allait devenir leur foyer elles mirent à jour une pièce scellée de dimension moyenne. Celle-ci était vide à l'exception d'un portail, d'un étrange pupitre et des inscriptions qui couvraient les murs en intégralité. Ils leur fallurent plusieurs années pour déchiffrer les inscriptions, celles-ci étaient l'oeuvre de Caltryx mais disposées de manière anarchique et difficiles à agencer en une manière cohérente. Une fois traduites et retranscrites dans un agencement normal, elles s'avérèrent être un manuel d'utilisation du portail et des compte-rendus des excursions de Caltryx au travers ce portail. Ceux-ci étaient fascinant car ils décrivaient des contrées et des plans étrangers à Faerûn et qui n'étaient accessibles que par ce seul portail, excitées par cette découverte les Soeurs firent montre d'une imprudence peu coutumière et voulurent également explorer ces vastes territoires inconnus. Une première équipe d'exploration constituée de vingt membres, combattantes, prêtresses et arcanistes, fut constituée et envoyée à travers le portail mais ne revint jamais, échaudées par cet échec les Soeurs du Premier Sang n'envoyèrent personne d'autres tant qu'elles ne connaitrait pas la raison. A ce jour, le portail est resté inactif.

    2. Connaissances actuelles

    Pendant toute une décénnie, une dizaine de Soeurs du Premier Sang ont étudié toute la bibiothèque de Caltryx pour trouver toutes les informations concernant le portail. Leurs recherches les menèrent vers des abimes de doutes et de confusions mais finirent par leur apporter une compréhension nouvelle de l'univers.
    Tout d'abord, elles découvrirent que jamais Caltryx n'avait emprunté le portail sous sa forme physique mais en utilisant des sorts de scrutation ou en y envoyant son esprit mais jamais très longtemps car le portail ne reste ouvert qu'un temps limité avant de se refermer. Ensuite, elles comprirent que Faerûn ainsi que tous les plans associés (ombre, astral, enfers,...) étaient dans un espace appelé "univers" comparable à une petite goutte d'eau perdue dans un immense océan dont chaque goutte était un univers à part entière. Chacun de ces univers possède ses propres lois et ses propres plans, parfois identiques ou diamétralement différents avec toutes les variantes possibles et inimaginables. Enfin elles découvrirent que les frontières de ces univers particuliers ne peuvent être franchies mais que pourtant une race très évoluée dans un univers proche (où ils sont appelés les "Anciens") a réussi l'impossible et a traversé ces frontières pour explorer les univers proches en installant des portails de leurs fabrication.

    3. Ce que les Soeurs Ignorent

    A l'heure qu'il est même si les Soeurs du Premier Sang de haut-rangs ont plus ou moins une idée du monde qui les entourent elles ne connaissent toujours pas la raison de la disparition de celles qu'elles ont envoyé à travers le portail, qu'elles appelent désormais le "Nexus", et ne savent même pas dire si elles sont mortes ou vivantes.
    Un point important qu'elles ignorent encore c'est que la magie n'entre en rien dans le fonctionnement des portails même si elles savent que la base est mécanique. Ce qui fait que lorsque elles ont utilisé le portail, le vortex créé a interragi avec la magie baignant Toril et a subi un survoltage dispersant ainsi les voyageuses sur des mondes différents et à des époques différentes.

    4. Le présent

    Malgré les années qui passent, le Conseil des Soeurs n'a jamais perdu l'espoir de retrouver les vingt disparues et a toujours encouragé les initiatives pour y remédier. Et enfin une solution a été trouvée, il suffit de s'inspirer de l'exemple de Caltryx c'est à dire d'utiliser l'esprit pour tenter de les contacter si elles sont encore en vie. Evidemment si la solution est simple sur papier, en réalité elle est confontrée à un écueil de poids; même le psionique le plus doué ne peut espérer lancer un message suffisemment puissant pour contacter ne fut ce qu'un moucheron. C'est pourquoi un plan ambitieux mais risqué fut mis sur pied pour remédier à ce léger problème. Il suffisait d'utiliser un cerveau plus puissant, et quels sont les cerveaux les plus puissants sur Toril? Les cerveaux vénérables illithids bien sûr. Ce qui fut fait, une cité de moyenne importance fut désignée, attaquée, tous les habitants tués et le cerveau emporté.
    Evidemment l'opération fut longuement préparée au préalable, malgré sa pleine réussite l'attaque fut loin d'être un pique-nique aux grottes de Han-sur-Lesse, et le cerveau ne fut pas simplement transporté au fond d'un sac. Le cerveau vénérable fut gardé vivant (mais sa personnalité éliminé) et relié à tous les cerveaux prélevés sur les cadavres des illithids de la cité. Le but est qu'ils servent d'amplificateurs aux signaux télépathiques émis par les quelques psioniques au sein des Soeurs du Premier Sang au travers du Nexus.

    5. Les disparues

    Actuellement les disparues sont toutes vivantes mais éparpillées en différents endroits et à des époques différentes mais proches. L'une se trouve sur un monde appelé Krynn, trois se trouvent sur le monde d'origine des Anciens, les autres ailleurs.
    Dernière modification par Ugo ; 09/01/2011 à 15h29.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  26. #26
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    16. LES GROUPES D'ELITES

    "L'atmosphère était chargée d'une tension palpable, celle qui précède les grandes batailles. Unnal Pierremarteau aimait cette sensation, en particulier depuis son accession au Conseil des Soeurs où ses nouvelles responsabilités l'avaient éloigné des opérations de terrain. A ses côtés se trouvaient ses deux lieutenantes, Brilmara Taillecharbon et Zang Li, une duergar et une Shou. Toutes les trois comme les quatre cents Soeurs du Premier Sang présentes alentours portaient en plus de leur équipement individuel une boucle d'oreille en forme de croissant de lune en argent à l'oreille gauche. D'aspect innocent, ce petit bijou était pourtant un puissant objet magique qui immunisait son porteur contre tous les types d'attaques mentales en plus de camoufler totalement les pensées, ce qui était comparable à se rendre invisible pour une créature qui usait de télépathie pour localiser ses proies, très utile au vu de la cible en présence.
    Le moment de l'action était venu, Unnal demanda:

    - Tout est en place?

    La réponse vint de Zang à sa droite:

    - Oui, toutes sont en position et le dispositif est prêt à fonctionner

    La naine sourit sous son masque, le dispositif était une nouvelle arme spécialement mise au point pour cette occasion qui devait leur assurer un avantage décisif dans la bataille à venir.

    - Je dis encore que ta place n'est pas ici.

    La remarque venait de Brilmara, trente ans qu'elle secondait Unnal, trente ans à jouer les gardes du corps trop zélé.

    - L'enjeu est trop important pour que je reste à me tourner les pouces à la citadelle, je me devais d'être là.

    Cela clôtura le sujet, toute la conversation s'était tenue sans que aucune d'entre elles ne détourne la tête de leur cible qui s'étendait sous leurs pieds, une communauté illithid de 2000 âmes environ et son cerveau vénérable leur objectif premier.
    Unnal se concentra pour ressentir les émotions des Soeurs proches toutes étaient prêtres et attendaient le signal, la naine décompta à partir de cinq et à zéro fut satisfaite de voir que son sens du timming était toujours aussi parfait quand a même moment plusieurs cristaux dissimulés à intervalles régulières émettèrent une aura rouge, qui se transforma en rayons qui relièrent tout les cristaux ensemble avant de libérer une déflagration silencieuse qui inonda toute la grotte qui abritait le foyer des flagelleurs mentaux. Si l'effet sur les Soeurs fut nul grâce à la protection de la boucle d'oreille, le résultat sur les flagelleurs mentaux fut particulièrement destructeur. En un instant, un quart d'entre eux tombèrent morts, les autres ne se portant pas vraiment mieux, leurs synapses cérébraux gravement endommagés. Entre les mourants, les inconscients, et ceux incapables de réagir à cause de leurs lésions cérébrales, il ne restait plus que quelques centaines de créatures encore capables de réagir. Les esclaves furent gravement touchés aussi en raison de leurs liens télépathiques avec leurs maitres, cela était bien triste mais le Conseil avait décidé que à l'exception des Soeurs impliquées il ne devait y avoir aucun survivant, les esclaves seraient donc sacrifiés sur l'autel du secret.
    La déflagration fut le signal de l'assaut, les quatre cents combattantes, Unnal en tête, déferlèrent sur leurs victimes en hurlant des slogans guerriers à pleins poumons. Tout en vociférant et chargeant, Unnal espérait que les dommages subis par le cerveau vénérable ne seraient pas irrémédiables"

    Même si la puissance croissante des Soeurs du Premier Sang pourrait mettre à genoux des royaumes voire des civilisations mineures, certaines tâches nécessitent un peu plus de doigté et font alors appel à des groupes plus qualifiés. Les membres de ces groupes se différencient par un tatouage spécifique à la base du cou, sur les joues ou à l'intérieur du poignet mais contrairement aux autres tatouages celui-ci est une simple marque n'accordant aucun pouvoir supplémentaire, ceux-ci étant accordés par des objets magiques spécifiques selon les circonstances. Ces différents groupes bien que agissant pour la communauté sont très libres dans leur choix d'actions.
    Pour être membre d'un de ces groupes il faut remplir quelques critères: être une Soeur depuis au moins 10 ans et avoir au moins atteint le troisième rang dans la hiérarchie.

    1. La Danse écarlate

    La Danse Ecarlate est le seul groupe dit "extérieur" en ce sens qu'il s'agit d'une compagnie de mercenaires comprenant une centaine de membres qui loue ses services au plus offrant, apportant un petit revenu supplémentaire à la commuanuté. Personne à l'extérieur n'est au courant de l'appartenance de la Danse Ecarlate aux Soeurs du Premier sang, et ces dernières font tout pour préserver ce secret pour éviter de se retrouver avec une montagne d'ennemis supplémentaires sur le dos.
    Les Danseuses Ecarlates ont le visage peint en rouge, ce qui fait croire à beaucoup qu'elles appartiennent à une tribu barbare quelconque.

    2. La Piece Trebuchante

    Les caravanes marchandes des Soeurs du Premier Sang doivent être protégées comme toutes les autres, c'est la le rôle de la Pièce Trébuchante. Les Pièces s'entrainent le plus souvent pour aiguiser leur sens du danger et leurs capacités de détection pour pouvoir anticiper les menaces qui pourraient peser sur les caravane dont elles ont la charge, alors que des escortes classiques se contentent le plus souvent d'attendre que la menace arrive pour réagir. Une escorte type de Pièces comporte 50 membres (leur nombre total est de 450 ce qui fait le groupe d'élite le plus important en effectif), dont une dizaine précèdent la procession d'une dizaine de minutes pour pouvoir détecter les dangers éventuels.
    Les Pièces portent comme symbole une pièce d'or à l'intérieur du poignet droit et elles privilégient les objets magiques qui augmentent leurs capacités de détection.

    3. Le Trépas Eternel

    La non-vie est une aberration pour la Déesse qui encourage donc ses adoratrices à l'annihiler dès qu'elle peuvent. Le Trépas Eternel est un groupe d'une vingtaine de membres qui passe l'essentiel de son temps à rechercher et à détruire les morts-vivants et les nécromanciens. Elles portent toutes les mêmes objets dans ce but, un diadème en cuivre qui les immunise contre l'énergie négative et les pertes de niveau tout en renforçant les pouvoirs de renvoi des seules prêtresses et un anneau qui contre les sorts annulant les effets magiques des objets et créatures (très utiles contre certaines liches). La moitié des membres sont des prêtresses.
    Le Trépas entretient de bons rapports avec l'église de Kelemvor et les deux entités ont déjà collaboré à plusieurs reprises ces dernières années, en revanche après quelques échaufourrées le Culte du Dragon est devenu un adversaire régulier qui vise maintenant la destruction de ce nouvel ennemi.
    Le symbole du Trépas Eternel est un crâne humain fendu en deux par une épée flamboyante.

    4. Les Perces-tombes

    Le sous-sol de Toril recèle d'innombrables trésors et secrets ne demandant qu'à revoir de nouveau la lumière du soleil, les cinquante Perces-tombes s'y emploient activement. Exploitant la moindre rumeur, écumant les bibliothèques à la recherche de la moindre information, ou tout simplement en utilisant le Planisphère Torilien (peu s'y emploient car il n'y a aucun plaisir à savoir d'avance où aller sans effectuer la moindre recherche). En revanche quand le site au trésor a été trouvé, son exploration se fera avec le maximum de précautions ; c'est une goutte de sang sur leur front pas une bécasse. Elles utilisent tous les moyens de scrutation connus (et inconnus pour les personnes extérieures) pour explorer au préalable les cryptes, tombeaux et autres donjons, identifier les créatures qui y ont éventuellement élu domicile et se préparer comme il faut pour la confrontation.
    Elles utilisent des objets magiques offensifs et défensifs différents selon les circonstances, mais elles ont des objets usuels qu'elles affectionnent particulièrement qui permettent comprendre toutes les langues mortes, ou l'identification d'objets inconnus.
    Leur symbole est un livre ouvert sur l'avant-bras gauche.

    5. Le Murmure de la Nuit

    Avec les Fouines les Soeurs du Premier Sang possèdent des espionnes et des voleuses hors-pairs, néanmoins parfois même elles peuvent se retrouver face à des obstacles insurmontables, c'est alors que le Murmure entre en jeu. Au nombre d'une trentaine, ces femmes sont des maitresses en matière de collecte de renseignements. Les Murmures de la Nuit tirent leur nom de leur mode de fonctionnement, ce sont des courtisanes hors-pair qui connaissent toutes les subtilités de l'amour. Entre leurs mains, l'extase qu'elles donnent à leurs clients et clientes leur a donné une telle réputation que les plus grands de ce monde veulent y gouter, ignorant le traquenard dans lequel ils tombent. Durant leurs ébats, qui durent au minimum une nuit, un collier avec une perle enserrant leur cou aspire subtilement toutes leurs connaissances qui seront plus tard utilisées par les Soeurs.
    Leur symbole est une paire de lèvres écarlates à la base du cou.

    6. La Destinée Funeste

    Pareillement que pour les Fouines, les Vipères doivent parfois faire appel à plus capables qu'elles. C'est alors que la Destinée Funeste entre en jeu, peu nombreuses (une dizaine à peine), elles agissent rarement sur le Plan Matériel arpentant couramment les autre plans. En terme d'efficacité elles ne sont inférieures qu'au Garrot, la guilde d'assassins extraplanaire.
    Les objets magiques qu'elles utilisent sont nombreux et variés mais toujours en relation avec la dissimulation, la vitesse d'exécution, et tout ce qui facilite le meurtre.
    Leur symbole est une dague noire entourée de flammes mauves qu'elle porte au creux du poignet gauche.

    7. La Lune Sanglante

    Quand les Soeurs du Premier Sang crient vengeance, la Lune Sanglante répond à l'appel. Quiconque aura causé du tort à une Soeur ou à sa famille en payera le prix au centuple, voyant déferler sur lui la colère des Lunes. Leur nombre fluctue sans cesse, cent membres au plus bas et le triple au plus haut. Elles utilisent une amulette qui décuple leur soif de sang, ce qui fait que chaque expédition punitive tourne inévitablement au bain de saing. Leur symbole est un cercle rouge sur la joue droite.

    8. Les Soeurs de l'Eveil

    Les Soeurs de l'Eveil ne sont pas réellement un groupe d'élite, ce sont les Soeurs qui s'occupent de l'initiation sexuelle des jeunes vierges qui en font la demande.
    Elles n'ont pas de symbole sur le corps mais portent un rubis taillé en bouton de rose en pendentif.

    9 Les Soeurs de la Vérité

    Comme les Soeurs de l'Eveil, elles ne sont pas un groupe d'élite, c'est le nom donné aux Soeurs du Premier Sang chargés de l'interrogatoire des prisonniers.
    Elles ne portent pas de symbole particulier.

    10. L'Ordre de la Rose

    Beaucoup des hommes qui partagent la vie de Soeurs du Premier Sang ressentent parfois de la frustation à rester à ne rien faire pendant que leurs compagnes risquent leur vie. Certains ont décidé de changer les choses et se sont regroupés en une bande de mercenaires appelé l'Ordre de la Rose. Ils parcourent Faerûn et combattent pour les idéaux de leurs dames.
    Le Conseil n'approuve pas nécessairement ce projet, mais laisse faire pour le moment.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  27. #27
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076

    Re : Les Soeurs du Premier Sang

    17. LE CONSEIL

    "... concernant la vermine qui a infesté les greniers de Brumeternelle au début du printemps, le problème est considéré comme définitivement réglé. Des mesures sont à l'étude pour éviter ce genre de désagréments à l'avenir.
    Le cas de la petite dernière de Célégil Sélas a aussi été mis à l'ordre du jour, le Conseil a décidé à l'unanimité de rebaptiser la petite Clyto en Indrel comme pour ses trois ainées. Les membres du Conseil comprennent parfaitement que survivre à un coup sur la tête de la part d'un ettin peut laisser des séquelles, mais pour éviter aux enfants de Célégil de futurs séquelles psychologiques une liste de noms pré-établis par le Conseil a été soumis à Célégil pour ses maternités futures.

    Une fois examiné les points mineurs, le Conseil a débattu des points majeurs à l'ordre du jour:

    Premièrement, étant donné la croissance exponentielle du nombre de nos membres, il a été décidé d'accélérer la construction de notre seconde citadelle des Pics Gris et de commencer à repérer le terrain dans la Corne des Tempêtes. Il est important de terminer les travaux d'ici cinq et douze ans pour éviter une surpopulation de la Citadelle de la Lune.

    Deuxièmement, suite aux derniers événements où nous sommes intervenues dans l'Anauroch et le Cormanthor, nous avons établi une relation de confiance avec le Culte de l'Apogée Brisée et les Olin Gisiae. Ils ignorent bien sûr que nous sommes un peu à l'origine des dits événements.

    Troisièmement, nos expériences sur le sang de dragon prismatique dépassent toutes nos espérances. Les premières armes et armures forgées avec cet ingrédient remplaçant le sabg de dragon normal sont d'une puissance sans commune mesure avec ce que nos ateliers ont sorti jusqu'ici. Le principal problème réside dans la faible disponibilité de la matière, au vu du prix demandé par le dragon pour une seule fiole de son sang. Notre trésor s'en ressent encore. Aussi ces objets doivent ils être gardés précieusement et n'être utilisés qu'en cas de nécessité.

    Quatrièmement, pour le Nexus nous avons jugé bon de d'évoquer plusieurs sujets étant donné la complexité du problème. Avant tout le Conseil est tombé d'accord sur le fait que si nous n'arrivons pas à le contrôler de façon optimale cela ne veut pas dire que d'autres civilisations ne le pourraient pas. Au vu du peu que nous avons découvert lors de nos explorations mentales de l'autre côté, il existe nombre de dangers susceptibles de passer le Nexus et de ravager Toril et notre communauté, une optimisation continue de la sécurité des abords du Nexus est mise en place. Ensuite, nos trois membres actuellement bloquées dans l'univers que nous pensons être l'Univers Primal nous ont appris plusieurs choses susceptibles de changer notre perception de nous-mêmes. La magicienne des trois peut lancer ses sorts alors que le monde où elles se trouvent en est totalement dépourvu, il semblerait que nos tatouages nous permettent de nous passer de la Toile mais cela reste à confirmer. Une sérieurse remise en question de nos tatouages est à envisager, nous avons sous-estimé les changements qu'ils nous apportent.

    Cinquièmement, il s'avère que les rejetons de Caltryx présentent un développement trop rapide pour des jeunes dragons normaux, la théorie que leur mère était une race de dragon d'or inconnu est envisagéé.


    Enfin, la naissance de la première Soeur du Premier Sang de la troisième génération soulève de nombreuses questions, la nouveau-née est venue au monde avec ses tatouages et s'est révélée capable de communiquer par télépathie avec sa mère et les prêtresses présentes durant l'accouchement. Nous ignorons à quoi est du cette capacité, si l'enfant développera de nouvelles capacités dans l'avenir, et si cela est transmissible aux enfants mâles. Nous attendons d'attendre de nouvelles naissances.

    Kyriel reposa la note sur le bureau, le reste importait peu. Elle se tourna vers sa soeur:

    - On donne nortre assentiment à tout?
    - Oui, je n'ai aucune objection
    - Moi non plus
    - Bien, je préviens la messagère qui attend de l'autre côté.

    Après avoir approuvé la note du Conseil par écrit Kyriel se leva, ouvrit sa porte et rendit la note à la Soeur qui l'avait apporté qui repartit immédiatement en salle du Conseil.
    La Haute-prêtresse de la Déesse revint s'asseoir et regarda sa soeur sans dire mot. A la fin elle finit par lacher:

    - Clyto

    Les deux jumelles éclatèrent de rire simultanément ne s'arrêtant que lorsque le souffle leur manqua.
    Entre deux hoquets, Rikta lâcha:

    - Et si j'appelais ma prochaine fille comme ça?

    La crise de rire reprit de plus belle"


    Le Conseil des Soeurs du Premier Sang dirige toute l'activité de la communauté de la décision d'anéantir un ennemi potentiel au choix de la couleur du papier toilette. En réalité la décision finale en revient aux jumelles Volaren qui suivent généralement les décisions du Conseil, elles pensent qu'elles ne sont pas éternelles et que un jour elles ne seront plus là, d'où leur décision de se mettre en retrait.
    Le Conseil comprend treize membres, chaque membre est secondée par deux Soeurs d'un rang inférieur. Ces 39 Soeurs possèdent un anneau de fils d'argent tressés et portant une émeraude taillé. Loin d'être un simple objet d'apparat, cet anneau a pour objet de transmettre les connaissances d'un membre du Conseil à ses subordonnées à sa mort si elle arrive brutalement. Ainsi, la remplaçante est apte à reprendre le flambeau immédiatement mais temporairement. Elle sera confirmée ou non par un vote des douze autres membres à la scéance suivante.

    Eshaeris: Présente depuis les débuts de l'épopée des Soeurs du Premier Sang, l'érinye Eshaeris rencontra les Volaren durant leur période de mercenariat dans la Guerre du Sang (la guerre qui déchire diables et démons depuis des temps immémoriaux). Elle trouva plus amusant de s'allier avec elles plutôt que de rester dans les plans infernaux.
    En tant que d'essence fiélonne, il était normal qu'elle s'occupe de tous ce qui à trait aux plans inférieurs en ce y compris la diplomatie et les missions spéciales. C'est également elle qui chapaute les Fauconnes.

    Faeris: La compagne d'Eshaeris est une énigme pour beaucoup de gens, on ignore sa véritable histoire mais il est très possible qu'elle ait été chassé d'un plan supérieur quelconque. Qu'une déva ait pu unir sa destinée avec une erinye est théoriquement impossible, pourtant cela fait 25 années que les deux femmes prouvent le contraire.
    Faeris s'occupe de tout ce qui à trait aux plans supérieurs.

    Zarra Ivarragh: Drow, Zarra est certainement la servante la plus fanatique des jumelles Volaren. Elle dirigeait un groupe de mercenaires chargés de traquer les fugitives à l'époque, trop confiants ils furent massacrés à l'exception de Zarra qui fut capturée et devint ainsi la première prisonnière de guerre. Seconde dans la hiérarchie cléricale de la Déesse après Kyriel, elle serait certainement celle qui prendrait la tête de la communauté si les jumelles disparaissaient, qui risquerait alors de prendre une orientation plus radicale.
    Zarra est aussi reconnue pour être une amante passionnée et agressive qui aurait vu un millier de Soeurs différentes passer par sa couche au cours des ans.
    Elle s'occupe de la sécurité intérieure et de la diplomatie avec les dragons de la région.

    Unnal Pierremarteau: Naine guerrière originaire de la citadelle de Fellbar dont elle fut membre de l'armée pendant 50 ans. Unnal est également une compagne de la première heure des jumelles Volaren. Veuve, elle ne s'est jamais remariée depuis.
    Elle s'occupe de la défense de la Citadelle et des opérations spéciales, elle seconde efficacement Rikta.

    Nadia Matula: Cette humaine originaire d'Everlund est une rôdeuse aguerrie qui a fait ses armes dans les contrées désolées des Marches d'Argent pendant 5 ans avant de rejoindre les Soeurs du Premier Sang il y a 23 ans. Véritable surdouée du combat à deux armes, elle gravit les échelons rapidement pour accéder au Conseil voici un an.
    Yeux bruns rieurs, cheveux blonds à reflets plus sombres coupés courts ou portés longs selon ses humeurs et peau laiteuse, Nadia a une silhouette pleine dont le ventre commence à s'arrondir de son premier enfant bien qu'elle n'ait pas accompli son Chelak. Jusqu'à maintenant elle a tu le nom du père.
    Elle s'occupe de l'organisation des patrouilles et de la protection des zones frontalières. C'est également elle qui chapaute les Louves.

    Jhaumrite Laelitar: Elfe des bois du Boislune, Jhaumrite est une archère de premier plan qui a remporté la moitié des concours de tir organisé au sein de la communauté, et a toujours atteint la finale.
    Longs cheveux bruns noués en queue de cheval et la peau dorée, elle possède comme tous ceux de sa race une silhouette fine mais athlétique.
    Compagne de Maeve Calaumystar, elle chapaute les avants-postes et les Panthères.

    Isabeau Sangnoir: Isabeau est une humaine qui a dépassé les 50 printemps, pendant des années elle a été la meilleure tueuse à gages de Luskan bien que personne n'ait jamais connu son identité. Alors que généralement les assassins sont sveltes et agiles, Isabeau possède un corps bien en chair au sein lourd. C'est pourtant à son corps qu'elle doit sa réussite, puisque officiellement Isabeau était la prostituée la plus demandée de Luskan. De par cette activité officielle, elle fréquentait souvent les chambres de la haute noblesse où elle sévissait. Pourtant personne n'a jamais soupçonné ses activités de tueuse, ce qui s'explique par sa manière originale de tuer. Elle utilisait un poison de sa composition dont elle s'enduisait l'entièreté du corps. Après une nuit d'ébats torrides, la victime satisfaite mais déjà condamné s'en allait la substance circulant dans ses veines. La mort survenait plusieurs mois après d'un seul coup sans que personne ne fasse la corrélation avec Isabeau.
    Bien qu'elle ait abandonné cette activité depuis qu'elle ait rejoint les rangs des Soeurs du Premier Sang, elle a conservé le corps de ses 20 ans et cela ajouté à ses yeux bleus et ses cheveux bruns bouclés qui lui tombent jusqu'à la ceinture fait d'elle une des célibataires les plus courtisées de la communauté, mais elle accorde rarement ses faveurs.
    Ses deux filles, accidents de travail selon elle, ont hérité de la neauté de leur mère.
    De par son passé, il était normal qu'elle organise les meurtres perpétrés au nom des Soeurs et qu'elle dirige les Vipères.

    Calathra Roncepied: Cette halfeline d'âge respectable est originaire de la Mer de Lune, plus particulièrement Mulmastre où elle servit pendant 10 ans comme espionne pour les Lames.
    Elle s'occupe de l'espionnage et des Fouines.

    Calandra Rocnoir: Gnome aux cheveux blancs, aux traits parcheminés et à la silhouette ratatinée, Calandra est à l'origine des plus grandes créations magiques des Soeurs du Premier Sang. Malgré son grand âge évident, elle conserve un esprit vif et une intelligence que lui envieraient nombre d'érudits sur Faerûn.
    Elle s'occupe des recherches et études magiques, et chapaute les Arcanistes.

    Quamara Tarnduth: Cette elfe du soleil originaire d'Evereska est l'élément le plus pondéré du Conseil capable de désamorcer les plus graves crises avant même qu'elles ne se déclenchent. Agée de 300 ans, elle mariée depuis 180 années avec un elfe d'Eternelle Rencontre qu'elle voit trop peu à son gout mais ses responsabilités lui prennent beaucoup de temps. Elle a déjà essayé de le convaincre de s'installer plus près, mais sans résultat jusqu'à présent.
    Ses cheveux blonds descendent jusqu'à la hauteur de ses genous, son regard vert peut virer au gris si elle est en colère. Elle est grande mais menue.
    Elle s'occupe de la diplomatie et gère les compagnies de mercenaires

    Anet Cor Marak: Genasi de feu originaire du Calimshan, Anet s'occupe de l'intendance de la citadelle s'assurant que rien ne manque jamais ou que les réserves soient toujours remplies. Elle a la peau noire et ses cheveux resemblent à une couronn de flammes.

    Grisote Anthracite: Cette vielle duergar originaire d'on ne sait où, fut libérée de son esclavage au sein d'une cité illithid alors que les jumelles erraient encore dans l'Outreterre. Depuis, elle a calqué ses pas dans les leurs les accompagnant jusqu'à maintenant.
    Elle est chargée de l'exploitation minière et du suivi jusqu'à la sortie des fourneaux, ainsi que de la sécurité dans les mines.

    Maeve Calaumystar: Cette ancienne prêtresse de Loviatar du Dambrath est certainement la plus enjoleuse du Conseil. Compagne de Jhaumrite, elle adore lors des scéances du Conseil flirter innocement avec elle tout en continuant à nier leur relation, bien qu'elles sachent toutes deux que plus personne n'est dupe.
    Cheveux noirs coupés courts, regard de braise, corps aux formes plantureuses, elle est tout le contraire de son amante.
    C'est la virtuose des interrogatoirs.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  28. #28
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076
    18. RELATIONS AVEC LES DRAGONS

    "Lesta avait les tripes noués par la peur, c'était la première fois qu'elle accompagnait Zarra dans une mission diplomatique de ce genre. Pour sa part la drow marchait en toute confiance comme si il n'y avait absolument aucun danger à parcourir ces galeries. Pour sa part Zarra Yvarragh jouissait en son for intérieur de la peur des jeunes femmes quand elles venaient ici pour la première fois, surtout au moment où elles réalisaient qui occupait ces lieux.

    Menées par six hogobelins les deux femmes marchaient dans un véritable dédale de couloirs et de tunnels qui remontaient peu à peu vers le sommet de la montagne. Leur escorte rendait Lesta nerveuse, même si on leur avait permis de garder leurs armes, les hogobelins sont des combattant dans l'âme organisés et disciplinés qui n'auraient aucun mal à les éliminer. Le tunnel dans lequel évoluait la procession s'élargit soudain sur une grotte immense, les hogobelins s'arrêtèrent à son seuil et firent signe aux deux femmes de continuer. Lesta avait la déagréable impression d'aller tête baissée dans un piège tandis que Zarra savait ne rien craindre des occupants de la caverne, ils avaient trop à perdre en les tuant.
    Elles s'avancèrent quand une voix tonnante emplit toute la caverne:

    - Qui ose troubler ma quiétude

    Lesta déglutit avec peine se retenant de trembler de tous ses membres et de faire demi-tour prenant exemple sur Zarra bien campée sur ses jambes qui se permettait même de sourire.

    - Allez vieux brigand montre toi, ce tour ne marche plus avec moi depuis longtemps tu le sais bien

    La mystérieuse voix ne répondit pas mais l'occupant apparut alors à leur vue, un dragon bleu de presque 10 mètres de haut, qui salua la drow en ignorant Lesta, mais ça on l'avait prévenue:

    - Bonjour Zarra, c'est toujours un plaisir de te revoir
    - Dis plutôt que c'est ma bourse que tu es content de revoir à chacune de nos rencontres

    Lesta restait bouche bée devant la majesté du dracosire, Roraurim Morueme un des membres du clan dragon qui occupent le complexe de grottes du même nom à l'est des Marches d'Argent"


    18.1. Relations commerciales

    Les Soeurs du Premier Sang ont pris grand soin dès le début de leur installation de nouer des relations commerciales avec les dragons des environs. Premièrement dans un but pratique puisque le sang de dragon est un composant minime mais essentiel de leur alliage particulier et que le monnayer auprès des principaux intéressés était moins dangereux que de les tuer et de le prendre sur leurs cadavres. De par leur magie de transmutation particulière, les transactions en sont grandement facilitées puisque elles possèdent par ce fait des stocks d'or et de gemmes quasi illimités qui leur permettent de répondre aux demandes parfois hors de prix de certains d'entre eux bien que la plupart restent raisonnables pour ne pas voir les Soeurs se focaliser sur un conccurent moins cher et ainsi se voir privé d'une rentrée de richesses supplémentaires facile.

    Pour le moment les Soeurs du Premier Sang se sont toujours cantonnés aux espèces courantes de dragons chromatiques et métalliques, mais ont commencé à parcourir les plans pour compléter leurs stocks avec des espèces plus puissantes comme les dragons prismatiques. En général un dragon accepte de laisser une fiole de son sang pour un prix de 10000 à 25000 PO selon le dragon concerné. Payement en gemmes taillées de grande taille le plus souvent, en métaux précieux ou en oeuvres d'art sinon.

    La deuxième raison de cet accord commercial atypique est de garantir une forme de protection aux attaques de dragons intéressés par les trésors des Soeurs ou par la présence de sept jeunes dragonnes d'or. En effet, un dragon réfléchirait à deux fois avant de priver plusieurs dizaines de ses congénères des revenus substantiels fournis par les Soeurs.

    18.2. Les rejetons de Caltryx

    Sous ce terme il faut évidemment comprendre les sept jeunes femelles dragons dont les Soeurs du Premier Sang durent s'occuper à la mort de leur mère alors qu'elles n'étaient encore qu'une bande de mercenaires à la recherche d'un endroit où se fixer. Si les premiers temps ne furent pas facile, il n'existe pas vraiment de manuel d'élevage pour dragon, les Soeurs eurent la tâce facilité du fait d'une certaine autonomie des jeunes femelles. Si dans un premier temps elles cohabitèrent avec leurs nouvelles tutrices, les wyrms demandèrent rapidement à avoir leur propre tanière, une grotte sur les hauteurs de la future citadelle creusée spécialement à leur intention.

    De nos jours les dragonnes en sont venues à représenter une énigme aux yeux des érudites des Soeurs et ce en raison de différences comportementales flagrantes par rapport au commun des dragons:
    - Elles partagent la même grotte, agrandie de temps en temps, ne possédant même pas de cavité personnelle.
    - Elles n'accumulent pas de trésors, en tant que membres de la communauté ce n'est pas nécessaire.
    - Elles n'ont pas éprouvé le besoin de posséder un nom, elles se surnomment elles-même "les rejetons de Caltryx".
    - Enfin, elles présentent un développement anormalement rapide, possédant une taille triple à celle des dragons d'or de leur age. Ce fait à conduit certaines Soeurs à émettre l'hypothèse que Caltryx était un dragon d'or d'une espèce inconnue à ce jour.
    Dernière modification par Ugo ; 06/06/2011 à 15h17.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  29. #29
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 076
    19. LES SOEURS DU PREMIER SANG EN 1489

    Lorsque l'événement majeur connu sous le nom de Magepeste frappa Faerûn l'Année de la Flamme Bleue en 1386 elle fut plus une source de malheur que de bienfait, notamment pour des contrées comme l'Unther, la Mulhorande, la Luiren ou Halruaa qui furent anéanties. En revanche, pour les Soeurs qui terminaient de se relever après les événements funestes des années précédentes la Magepeste fut plutôt une bonne chose.

    En effet, leur mythal n'étant pas lié à la Toile il remplit parfaitement son rôle protecteur quand l'énergie magique libérée par la mort de Mystra le frappa et la communauté ne subit aucun dégât. Au contraire, ce fait mineur dans l'ensemble des événements survenus durant cette malheureuse période agit comme une lueur d'espoir dans le nord-est de Faerûn attirant une foule de réfugiés qui s'installèrent dans les environs de la Citadelle grossissant la population des protectorats, permettant d'en créer de nouveaux et ainsi de posséder un vivier de nouvelles recrues potentielles dans lequel les Soeurs du Premier Sang puisèrent allègrement.

    Cet afflux rendit la Citadelle de la Lune bientôt trop exigue et accéléra ainsi la construction de nouvelles citadelles. Actuellement il y a sept citadelles en fonction, toutes bâties sur le modèle de la citadelle initiale. La Citadelle d'Argent (1388 CV) sur la pointe est des Montagnes Néthères, la Citadelle de Sang (1395 CV) sur le versant sud des Pics Gris, la Citadelle des Tempêtes (1401 CV) sur le plus haut sommet des Monts Etoilés dans la Haute-Forêt, la Citadelle du Crépuscule (1419 CV) à la pointe sud de la Corne des Tempêtes, la Citadelle d'Emeraude (1430 CV) à la pointe sud des Monts Cimeterres et la Citadelle Brumeuse (1455 CV) dans les Osraunes. A l'heure actuelle trois autres citadelles sont en cours de construction dans les Collines aux Trolls, les Pics Brumeux et les Montagnes aux Trolls.

    Au cours du siècle passé les Soeurs ont grandement gagné en puissance, aidées notamment par la création d'une nouvelle forme de magie divinatoire vers 1402 CV qui permet le déplacement de l'esprit dans le passé. Par ce biais elles ont pu acquérir d'infinies connaissances magiques directement à la source, des anciens empires disparus (Imaskar, Delzoun ou Néthéril), les anciennes nations elfiques d'avant les Guerres de la Couronne, et même des premières civilisations (Sarrukhs, Batrachis).
    Si dans l'année 1378 CV, elles sont arrivés à comprendre parfaitement le fonctionnement du Nexus et à envoyer des personnes au travers sans problèmes, jamais elles n'ont pu le faire plus d'une ou deux fois par an sachant que l'ouverture d'une brèche physique stable entre deux univers ne peut se faire que lorsque les énergies (quantiques, magiques et autres) des univers concernés sont en parfaite harmonie, ce qui peut prendre des années. A la place, elles ont beaucoup utilisé la magie des portails qui fut utilisé par les Imaskaris pour enlever le peuple Mulan sur un autre monde et en faire leurs esclaves ou celui que les orques gris utilisèrent pour dévaster l'est lors de la Guerre des Portorques. Les Soeurs ont créé plusieurs de ces portails pour explorer d'autres mondes de leur univers, éventuellement nouer des relations commerciales quand elles rencontrent d'autres peuples, commencer une colonisation sur les mondes vierges, et surtout voir ce qu'elles peuvent trouver pour encore augmenter leur puissance.
    En 1462 CV, sur un de ces mondes elles ont eu la surprise de trouver une civilisation orque sédentaire et pacifiste en passe d'être éradiquée par un ennemi implacable. Depuis elles mènent une guerre sanglante sur ce monde, cette guerre est devenue un véritable bourbier qui coûte cher en vies humaines et dont elles voudraient bien se dépêtrer sans renier leur alliance avec les orques de ce monde pour autant.

    Ce n'est pas le seul problème que rencontre la communauté, une dissension est apparue au cours des années entre les jumelles Volaren qui s'est élargie au point que les Soeurs du Premier Sang sont désormais au bord d'un schisme entre Rikta qui prône une ligne bien plus dure que maintenant et Kyriel qui veut rester sur la ligne directrice actuelle. Si les deux soeurs n'arrivent pas à se raisonner les Soeurs du Premier Sang pourraient se déchirer dans une guerre civile interne susceptible de causer de grands cataclysmes.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

Discussions similaires

  1. [DAO][DIVERS] Le pouvoir du sang.
    Par tonio601 dans le forum Les Secrets de Dragon Age: Origins
    Réponses: 5
    Dernier message: 27/03/2010, 14h34
  2. [Commentaires] Le prix du sang
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 16/09/2009, 19h18
  3. [Quête] Premier contact
    Par Taliesin dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 156
    Dernier message: 18/05/2009, 17h41
  4. [SOU] Le premier add-on de NwN
    Par valkhar dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 13
    Dernier message: 27/08/2003, 10h23
  5. Un an de Chroniques de sang
    Par Elgaern dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 13
    Dernier message: 09/02/2003, 19h32

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251