Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: Griim le Lycan

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2010
    Messages 
    16

    Griim le Lycan

    Griim respire à peine.
    Ses poumons se vident lentement, comme son esprit.
    Il ne bouge, ni ne tremble. Seul les palpitions régulières de son diaphragme compte le temps dans sa poitrine. Malgré le froid implacable et ses morsures cuisantes, son grand corps est assujettis à sa seule volonté, parfaitement insensible à la bourrasque qui s’abat tout autour de lui.
    Immobile et nu, campé sur ses deux pieds enfouis jusqu’au chevilles dans la neige, Griim exhale l’ultime et mince filet de buée qui s’échappe de ses lèvres à vifs, couvertes de croûtes.
    Les frénésies venteuses hurlent à ses oreilles, Harpies invisibles aux litanies stridentes qui précipitent grêle et neige à l’horizontale sur cette vaste étendue de terre désolée.
    Leurs gifles cinglantes et les tourbillons du grésils coupant comme le verre tailladent son torse robuste, blessent ses larges épaules, les muscles saillants de ses cuisses, autant que ce visage impavide et jusque ses longs cils poudrés de frimas, sous ses yeux fixes.
    Parce qu’au travers l’écran instable de neige et de glace, Griim observe sans frémir et ses paupières jamais ne se ferment. Au dessus de son front que le froid a griffé d’écarlate, sa longue chevelure voltige à tous vents, serpents et lianes mêlés, véritable danse guerrière à la gloire des éléments déchaînés.

    Griim ne respire plus.
    Sa bouche esquisse à peine un sourire et la satisfaction se devine sur le faciès de ce masque stoïque.
    Son être astrale apparaît alors en expansion à la surface de l’épiderme ; l’Aura s’extrait de l’intérieur, mobile et pressé, l’ectoplasme se dessine en parfaite opposition avec cette statue de chair, exsangue, momentanément privé de son âme. Une ombre fauve se dévoile, brutale émanation de l’esprit guerrier, dernier effort avant de laisser libre court … à la Chasse.
    L’Aura se redresse et se déplie tout à coup au dessus du corps, Lycanthropie trop longtemps contenu, avide de se lancer dans la tourmente, et le hurlement de la bête se mêle soudain au grondement de la tempête, tel deux guerriers puissants, prêts à s’affronter, ou ne faire plus qu’un.

    Griim est un Loup. Un loup au contour et à la forme humaine. Un grand prédateur qui s’élance sur la lande lacérée, un Chasseur implacable sur une terre abandonnée à la furie des éléments, livré à lui-même dans cet endroit improbable, inculte et sauvage, inhospitalier à toute forme de vie. Mais l’Animal totem qui s’éloigne à grands bonds successifs ne se retourne pas pour voir disparaître dans le brouillard, la statue de son autre corps, figé la-bas, dans une mort provisoire.

    Il sait aussi qu’à l’extrémité de cette lande déserte, sa proie à sentie sa présence .

    A quelque lieues, en effet, sur le flanc déchiqueté des hautes falaises qui depuis les origines résistent au courroux d’une mer que rien ne peux calmer, se dissimule un sorcier souffreteux, hanté par la peur, rongé de l’intérieur par la maladie de ceux qui invoque trop longtemps les esprits belliqueux de la Terre des Morts.
    Recroquevillé sous une épaisse peau d’ours, l’immonde Invocateur se tord les doigts en écoutant l’écho de la tempête qui claque jusque sous la voûte suintante de la grotte ou il a cru trouver un refuge. Des ossements à moitié calcinés jonchent le sol, des cranes renversés ou fume encore les restes de concoctions sensés lui dire l’avenir…son avenir. Ce qu’il a entrevue dans les signes ne fait que confirmer l’effroi qui lui noue l’estomac, cette mort violente qui ne tardera plus à venir.
    Il est trop tard pour Invoquer,
    trop tard pour supplier,
    trop tard pour ordonner aux esprits de faire obstacle à la venue du Loup. Déjà il sent à l’entour la sueur et le goût âpre du sang, les mâchoires puissantes du fauve qui bavent d’impatience et son galop silencieux qui ne laisse aucune trace dans la neige.
    Le vieux thaumaturge cache ses deux yeux sous le parchemin flétri de ses vieilles mains ridés, et bientôt, sous ses paupières closes, il voit le grand corps souple s’élancer vaillamment au travers les éléments déchaînés. Ses muscles puissants qui roulent sous le pelage d’un noir bleuté, la brume tiède de la sueur à la surface de son corps, et puis au-delà de l’Aura guerrière, il reconnaît cette détermination si particulière qui lui font comprendre à quel point le combat est inégale. Le Sorcier se met à envier quelques instants son adversaire, cette formidable alchimie qui lie la bête et la tempête, le guerrier prodigieux chevauchant tonnerre et orage, ses alliers invincibles qui le porteront sur les ailes de l’aquilon furieux.

    En retenant son souffle, le Sorcier laisse glisser ses mains le longs de ses joues creuses et ouvre doucement les yeux, puis tandis qu’il réprime un hoquet d’épouvante, il discerne très nettement la gueule de la bête qui fume encore, juste là, face à lui, si près qu’il peut presque sentir l’haleine chaude du fauve, ce regard flamboyant dans lequel il ne lit aucune pitié, cette odeur âpre de grand carnassier, enfin le grognement sourd du prédateur face à sa proie muette.
    Devant le regard exorbité du Sorcier, passe une éclair blanc. Il plisse très fort les paupières et serre les dents ; un instant plus tard, il n’entend plus la tempête, il n’entend plus son cœur qui cognait violemment dans ses tempes. Il ouvre une dernière fois la bouche pour hurler, mais aucun son ne sort. Le vieillard n’a pas encore réalisé qu’il était décapité.
    Griim regarde la tête de l’Invocateur rouler dans la poussière, entre les cranes, puis il se tourne pour contempler le buste secoué par les dernières convulsions, et les longs filets écarlates qui éclabousse les murs au rythme des soubresauts cardiaques.

    A l’origine, il y avait deux tribus…


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Il n’y a jamais eu que deux tribus.
    Rien d’autre.
    C’est ce que se répète le Lycan en redescendant de l’autre versant des falaises abruptes, battues par les vents. C’est bien là ce que les Anciens ont transmis, c’est là tout notre savoir.
    Et aussi tout l’art de les combattre. Parce que toute sa vie, et puisqu’elle est courte, l’homme - Loup se consacrera à la Meute, à la survie des plus endurants, à la mise à mort des plus faibles et par dessus tout, à se dresser contre l’autre clan ; ceux qu’il abhorre depuis qu’il est née : les Invocateurs.
    Griim les déteste, comme un homme peut détester, il aime l’odeur acre du sang comme l’aime le Loup affamé, à l’affût de la moindre empreinte de ces lâches égrotants, ces habitants des sous-sols, cette région putride dont les Anciens n’ont jamais connu ni le lieu, ni même le nombre exacte de leurs repaires. C’est aussi à ce sujet que de générations en générations, la Meute s’abreuvent d’histoire fabuleuses, de combats sans merci ou tant et tant de sang ont été versé que l’on pouvait s’y baigner. D’aucuns prétendent que très profondément enfouis dans leurs abris sous la terre, les Invocateurs ont vu les murs de leurs grottes suinter le fluide écarlate de leurs congénères écorchés vifs...

    Les Lycans nomment ces souterrain maudits : les « Régions Inférieurs » et tout comme ils guettent ces dévots des ténèbres depuis la nuit des temps, Griim guette aussi toute les odieuses tentatives de ces êtres chétifs, d’usurper les âmes guerrières de ses frères pour s’en repaître et renouveler ainsi leurs vitalités à jamais défaillantes. Ainsi donc, ces Sorciers cacochymes envient la force brute et l’instinct tribal. Griim, quant à lui, se repaît de leur sang.
    C’est bien suffisant.
    C’est ainsi que tout est à sa place. Depuis des temps immémoriaux, c’est là l’ordre et la norme, et nulle place est faite pour s’imaginer un autre possible. Griim approuve cette réflexion d’un grognement sourd et retourne d’un pas sûr vers sa tanière. La nuit sera tombé lorsqu’il apercevra les feux de son camp.
    Une journée de marche, à peine. Les Invocateurs ne s’approchent jamais trop près de la Meute. Ou alors, c’est qu’ils ne sont pas seuls.

    Lorsqu’il franchi enfin l’entrée de la vaste enceinte ou vivent les Grands-Prédateurs, Griim est toujours nue et c’est de cette façon qu’il lui faut revenir afin que ceux de sa meute reconnaissent qu’un des leurs est parti « chasser ». Il ne lui sera fait aucun accueil, si ce n’est pour s’assurer qu’il est toujours utile pour défendre le Clan.
    Il avance donc à travers le camp et jusque devant la hutte du Dominant, le Lycan nue s’arrête aussitôt. C’est le premier signe de soumission, devant celui qui conduit tout le Clan. Debout, campé sur ses deux jambes écartés, parce qu’on ne s’agenouille que pour être bannis ou pour mourir, il attend un instant devant celui qui pour le moment ne lui accorde pas le moindre intérêt. il jette alors fièrement la tête de sa victime vers le chef de meute qui lui tourne le dos.

    Avant même qu’elle ne roule dans la poussière, la main terriblement puissante du Grand-Mâle la saisie en plein vol. Un instant il penche la tête pour observer les yeux vitreux du décapité, puis tout en tenant le trophée à bout de bras, il se tourne doucement vers Griim. Ce dernier sait comment luisent les pupilles mordorés dans la nuit, même si l’astre nocturne ne dispense plus ses pâles luminescences, quand bien même les feux qui crépitent aux quatre coins du camp seraient tous éteints, Il voit ces deux yeux incandescents qui maintenant le regarde avec une intensité qu’il faut soutenir sans jamais se détourner.

    A la clarté vacillantes des feux, tous les muscles de son corps - fauve ont frémis sous sa peau cuivré, mais Griim a le sourire des carnassiers qui reviennent avec encore dans la bouche, le goût de sa victime, et cela n'est pas pour déplaire au Dominant ; sur sa face aussi se dessine l’ombre d’un sourire vainqueur qui tarde à s’évanouir.

    « était-il seul ? » demande enfin le chef de meute en observant encore une fois la tête et ses deux yeux révulsés. Il leva plus haut la dépouille au bout de son poing pour mieux scruter cette bouche déformée par une langue longue et noire qui pendait lourdement sur le coté.
    « La peur l’a contraint». répond simplement Griim, et dans le langage guerrier, cela sous-entends que l’invocation a échouer.
    « Une proie facile… un novice peut-être. » s’interrogea le Dominant sans chercher à cacher son scepticisme.
    « Il m’attendait. Il avait déjà sentis ma présence. » ajouta Griim pour confirmer les doutes de son interlocuteur.
    « Etait-ce là un sacrifice ? Ou bien peut-être un traître… ». pensa tout haut le chef de meute, puis il s’avança jusqu’au centre du camp et tous se tournèrent pour écouter.

    « Ceux qui s’adonnent à la Magie sont des êtres faibles. »
    « Ceux qui usent d’Artifices pour supporter ne serait-ce qu’une heure, leurs misérable vies ne méritent pas qu’elles perdurent. »
    « Nous sommes, nous, de la tribus des Lycans. Nul place pour le faible et pour le souffreteux. Seuls les plus Braves survivront. »
    « Demain, nous nous lèverons encore, et nous chasserons le Magicien, lui et son algèbre noire, nous les supprimerons, comme l’ont fait nos ancêtres, depuis le commencement ! »

    Ainsi tonitrua le Grand Dominant en brandissant la tête décapité et tous les membres du clan saluèrent son discours à l’unisson.


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    La nuit est propice aux réjouissances.
    Tous les Lycans firent jaillir un grand feu selon l’ordre donné par le Grand Dominant, au centre du camp. Puis ils se regroupèrent, mâles et femelles, formant un cercle à l’apparence humaine, une ronde qui peu à peu se pétrifie dans un silence qui ne fut pas même troublé par le föhn chaud et sec, sous le ciel noir et tourmenté.
    Les langues de feux qui s’élèvent en crépitant vers les hautes ténèbres creusent d’étranges ombres sur les visages impavides, des sillons sous les yeux fixes et droits, les rides profondes et changeantes qui trahissent lentement les formes spectrales sous la peau de ces corps de chairs.
    Les Homme-Loups exècrent les dieux et leurs magies, ils n’ont jamais célébré autre chose que leurs forces, leurs puissances, et ne vivent que pour affermir l’esprit belliqueux, ils fêtent toute la véhémence de cette ultime triomphe qui les fera mourir au combat.

    Nombreux sont ceux de la tribus qui doivent être bannis pour leurs faiblesses, ou mourir pour n’avoir pas su remporter la victoire sans des blessures qui feront d’eux des mutilés. Ceux là n’ont plus leurs places au sein de la meute, ils sont devenu inutiles et deviennent une charge pour tous. c’est donc dans la soumission de ces règles qu’ils acceptent l’exile… ou la mort.
    La meute toute entière s’apprête ainsi à célébrer la victoire, pourtant bien maigre, d’une nouvelle victime sacrifié sur l’autel de leur art guerrier.

    Le silence est brutalement brisé par l’apparition première du Dominant. Son être astrale surgit du corps sous un mugissements des flammes hautes qui se tordent dans une sarabande lascive, à moins, peut-être, que ce ne soit le vent qui tout à coup se lève, balayant les braises et la poussière sur le cercle figée de la horde.
    A sa suite, tous les autres laissent libres court à leurs furies lycanthrope. Un à un, tous s’extirpent en hurlant de joie, exultant la férocité d’une énergie difficilement contenue dans ces vases organiques.

    Mais le Dominant est différent. Son grand corps de fauve éthéré a des reflets de chrome et d’acier éblouissant, il dépasse par sa taille tous les autres Lycans. Superbe dans son arrogance, son orgueil et l’invincibilité que lui prête tous ses semblables. Magnifique est-il dans la pose ramassé du grand prédateur tout prêt à bondir et le grondement impatient de son souffle rauque, entre ses mâchoires effrayantes.
    Il déploie alors ses deux bras aux reflets d’argent et gonfle sa poitrine large et robuste vers les nuées sombres qui s’amoncellent au dessus du camp, puis il pousse un long hurlement guttural qui déclenche un orage et fait claquer le tonnerre, à l’instant même ou se mêle l’approbation bestiale de la meute.

    Griim observe tout cela, il se sait envahi par tout l’orgueil de sa tribu, il arbore toujours ce même sourire vainqueur en voyant se déployer tout autour de lui, la tourmente qui gronde maintenant sur le camp, combiné aux hurlements répétés de ses frères.
    Parfaite est la communion qui fusionne et se confond entre les éléments et l’âme exalté de ses semblables.
    Parfaite est sa joie qui se transforme peu à peu en un désir irrésistible.

    Cependant, la métamorphose de son âme Lycanthrope ne s’opère pas. L’homme - Loup sent monter cette nuit, dans sa chair d’homme, un besoin lascif de s’unir aux chants de victoires des Lycans. Il cherche du regard dans le cercle des corps prostrés, la femelle qui répondra à son appel silencieux, celle qui connaîtra l’impatience palpable de son avidité.
    Enfin ses narines se dilatent sur toute la concupiscence musqué qui lui parvient comme une réponse à son appétence, et déjà, une femme se détourne de la sarabande barbare pour venir, droite et fière, féline et hautaine, provocatrice jusque dans ses moindres gestes.

    Elle s’abandonne avec délectation à l’exhibition de son corps, se plait à accentuer la cambrure de ses reins, s’applique dans sa démarche lente et suggestive, et jusque dans la franchise de son regard brûlant, toutes les flagrances tactiles de son corps fait cogner plus fort le cœur dans la poitrine du Lycan.
    Elle s’avance encore et se tient maintenant immobile, sur la pointe des pieds, à fleur de peau de l’homme – Loup.
    Celui-ci penche la tête vers la courbe de son cou, à la naissance de l’épaule et ferme les yeux de plaisirs en s’enivrant de ce parfum de femme…Louve.
    Du bout des ses doigts, la femme trace une ligne entres les deux boucliers vigoureux que forment le thorax de ce mâle qui ne contient déjà plus les saccades de sa respiration. Lui l’entoure doucement de ses bras aux muscles durcies par le désir contenue se la serrer fort. Très fort.
    Elle étouffe un soupir sans jamais le quitter des yeux. Elle glisse lentement en suivant la chute de ses doigts curieux et ardent. A genoux, maintenant, elle enfonces ses ongles autour de la taille du mâle impatient qui saisit à deux mains la longue chevelure noir de jais.

    Autour du couple, le reflet astrale des fauves virevoltent et se mélange dans une danse guerrière, la nuit même semble s’accoupler à cette fête tribale et la Lune pleine perce de temps à autre l’amoncellement des nuées sombres, baignant tout le camp des ses lueurs lactescentes.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    « Ils arrivent ! »
    La sommation claque dans l’esprit embrumé de Griim, et l’homme - Loup ouvre des yeux exorbités devant une évidence qui n’apparaît qu’à lui, et qu’à lui seul. Il aspire, par instinct, une grande bouffée d’air saturé d’eau de pluie, et réalise tout en même temps.
    L’orage déclenché par la folie collective qui entraîne loin de sa tanière, tous les Lycans, toutes leurs âmes enivrés d’un orgueil démesuré, cette femme qui à présent l’observe d’un air soupçonneux, aussi l’odeur corrompue d’une autre meute qui s’approche à grands pas, et puis cette certitude, cette détresse d’être le seul. Le seul à ressentir tout le pressentiment qui l’accable en un instant.

    « Lycan ! Nous nous mentons par ignorance ! La menace est bien plus grande… »
    Griim entend sans comprendre l’injonction, cette gifle dans sa tête ; il repousse la femme d’un geste brusque et s’avance en chancelant jusqu’aux porte du camp.
    Derrière lui, les corps figés forment un cercle autour du grand feu, mais lui reste seul, tandis que l’esprit de sa meute s’est éloigné pour se livrer à de vaines réjouissances, lui mesure l’ampleur du danger imminent qui guette tous ceux de son clan.

    Déjà, se précipitent les démons invoqués, en un instant ils sont aux portes de la faction inanimée, vociférant, gesticulant devant cette victoire facile, ces corps engourdis qui ne peuvent ni entendre, ni réagir face au péril qui les submerge.
    Griim n’a pour sauver sa vie qu’un ultime recours, celui de se cacher, de fuir tel un lâche devant le déferlement furieux de ceux qui surgissent en brandissant les armes. Il sait, pour les avoir longtemps combattus, que son corps d’homme n’est d’aucun secours. Le temps lui manque pour laisser son âme de Loup surgir, et quand bien même… ceux là sont nombreux. Beaucoup trop nombreux.

    Le dos plaqué contre l’épaisse palissade de bois qui jouxte l’entrée offerte à ses ennemis jurés, Griim est le témoin d’un carnage. Les démons venus tout droit de la Terre des Morts s’engouffrent dans l’enceinte, envahissent dans une hystérie et un désordre terrible jusqu’au grand feu, au sein même de la tribu Lycan. Il assiste impuissant à la mise à mort de ses frères qui tombent les uns après les autres, pantins désarticulés et déjà privés de vie, corps démembrés sans la moindre réaction des siens, il n’est plus, lui, que le témoin vulnérable d’une boucherie implacable.
    Le dernier à tomber, déplorable marionnette sans âme, est le Grand Dominant.

    Autour des cendres encore fumantes du grand feu, gisent par dizaines, les corps lamentables dans un cercle de sang dilué par la pluie cinglante, dans la boue d’un noir mêlée d’écarlate. Les démons difformes se poussent et se défient mutuellement, dans des ricanements obscènes, les armes ensanglantés, tout autant que le tégument putrescent qui recouvrent leurs esprits damnés, et dont ils se badigeonnent en se provoquant les uns les autres.

    Alors viennent les Invocateurs.
    Ils ne sont qu’une poignée, et pénètrent en seigneurs dans l’enceinte de ce qui fut la tanière de Griim. Blottis dans de longues pelisses, la tête couverte par de large capuche qui ne laissent rien percevoir de leurs visages, ils s’avancent et les démons s’écartent sur leurs passages en faisant silence.
    Griim observe et ne peut s’empêcher de s’étonner devant la soumission obséquieuse de ces vils créatures venus tout droit des enfers.
    Les sénescents ont sur ces êtres immondes, un contrôle étonnant, de plus, ils distillent une peur, une crainte indicible que l’homme - Loup ne s’explique pas. Enfin, ils s’arrêtent devant la dépouille du Dominant.
    La troupe des damnés fait maintenant un nouveau cercle autour des cendres trempés d’eau de pluie et le silence devient si pesant que l’on peut bientôt entendre l’averse qui bat sur les capuches des magiciens nécromants.

    « Que s’est-il passé ? » demande l’un d’entre eux d’une voix nasillarde qui écorche les oreilles de l’homme – Loup.
    « Il semblerait qu’ils aient été averti… » répond un autre, d’une voix toute semblable.
    « Averti… peut-être, mais trop tard ! » confirme une dernière voix exhalée d’une autre capuche.

    Les Invocateurs resteront encore quelques temps à déceler les signes, et leurs démons feront profil bas, en attendant d’être à nouveau renvoyés dans leur monde, mais tout cela, Griim ne s’attardera pas à le contempler. Il a décidé qu’il valait mieux pour lui de fuir. Discrètement, les mains comprimés contre ses oreilles pour tenter de faire taire ses pensées qui lui hurlent un seul et même adjectif :
    Griim le Lâche.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Griim le lâche a couru, couru jusqu’à perdre haleine. Il a pris la fuite vers l’est, vers l’antique forêt qui s’étend très loin par delà les bordures du monde connu.
    L’homme – Loup a parcouru la vaste plaine aride, sans jamais prendre le temps de se retourner, non pas qu’il ait peur de mourir comme ses frères, mais c’est la honte et le désespoir qui l’ont conduit jusque la lisière des forêts.

    Possédé par les turpitudes de ses pensées accusatrices, incapable de dominer cette laideur morale, il a couru tel un dément, en étouffant ses cris de douleurs, et puis il s’est engouffré dans les bois sombres et humides.
    Là, la bête blessé, privé de sa raison, à titubé en s’appuyant maladroitement d’arbres en arbres, griffé par les ronciers, à peine capable d’avancer dans cet univers étriqué ou les frondaisons sont si denses que bientôt, il n’a plus la force de progresser, et préfère dans un dernier râle, se laisser choir entre les racines torturés qui forment un entrelacs tout autour d’un arbre majestueux.

    Mais c’est une nuit de tourments, et non de repos qui poursuit Griim sans relâche, et tandis qu’ il espère avoir enfin trouvé asile au cœur de la sylve, voici que de nouveau une voix tristement familière, retentit dans sa tête.

    « Grande est notre ignorance… »

    Le Lycan épouvanté regarde autour de lui, mais ses yeux d’homme ne sont pas capable de percer les ténèbres mouvantes de la forêt. Alors il enfouis son visage entre ses mains calleuses, et sous ses paupières crispés, il commence à discerner.

    « C’est une sorcellerie… » dit-il dans une plainte sourde, la gorge serrée par un phénomène qu’il refuse de s’expliquer.

    « Ce que j’ai découvert… » continue la voix, mais ce n’est plus un simple écho sous le crâne de Griim, c’est maintenant, une parole bien réelle à peine à quelques pas de là.

    « L’ignorance est l’aboutissement de notre vanité. Tout était très différent à l’origine. » Cette fois, l’homme – Loup ouvre grand les yeux et s’enfonce un peu plus entre les racines, dans les gestes brusques et maladroits de l’animal traqué.
    Là, devant lui, flotte à quelques mètres du sol la tête décapité du vieux magicien.

    « Tu es mort ! Mort ! C’est… c’est de la magie ! » Hurle t’il en tendant ses mains vers l’apparition, pour tenter en vain de se cacher cette horreur suspendue au dessus du sol.

    « Qu’importe ce que c’est ! Il faut écouter ce que j’ai à te dire ! »

    « Retourne ! retourne d’ou tu es venu ! Ta place est auprès de ceux que tu invoquais quand tu étais encore en vie : sur la Terre des Morts ! »

    « Tu as pris ma vie, c’est vrai. Et je n’ai rien fait pour m’y opposer, Lycan ! Mais je n’ai pas échoué dans cette endroit maudit ! Je me suis laissé trouver par toi, pour échapper à ceux de ma race ! »

    « Maudit sois ta race ! Maudit sois les invocateurs ! »

    « Ils me cherchaient, eux aussi. Longtemps j’ai tenté de les fuir ; mais toujours, ils me retrouvaient. Parce qu’ils savaient ce que j’ai découvert ! »

    « Que me veux-tu Invocateur ? » Hurla Griim, et sa voix brisée résonna sous les frondaisons.

    « Je suis un proscris. Tout comme toi, Lycan… désormais, tu n’es plus digne d’appartenir à ceux de ton clan. »

    °°°°°°°°°°°

    « Je rejoindrais d’autres Meutes ! Je trouverai un autre clan, et nous vous pourchasserons jusque dans vos souterrains ou vous vous terrez comme la vermine ! » aboya l’homme – Loup, mais sa gorge était serré, et dans sa poitrine, un étaux se resserrait inexorablement.

    « Les morts vont vite, Lycan ! Les âmes errantes de tes frères massacrés ont été entendu, et ta fuite est une opprobre aux yeux des autres Dominants…C’est n’est pas la mort ou l’exile qui t’attend, non, ils te veulent vivant, ils te veulent pour être condamné à une peine autrement plus difficile à supporter pour l’être fier et arrogant que tu es : Porter pour le reste de tes jours, la marque de l’infamie qu’il te graveront au fer rouge sur le front ! »

    « Alors, pourquoi viens-tu me tourmenter ? Abomination que tu es, qu’est-tu venu chercher ? Est-ce la ta seule consolation d’avoir été vaincu : Me voir et te délecter de ma souffrance ? »

    « Je suis venu t’apporter une solution. Ta souffrance m’indiffère autant que ma mort. J’ai découvert... autre chose. »

    « La solution n’existe pas. Les Anciens ont dit qu’il fallait s’entretuer… » Ces mots restèrent coincés dans la gorge de Griim ; la monstrueuse apparition se rapprocha tout à coup, dégageant autour d’elle un remugle de mort qui le fit grimacer de dégoût.

    « La solution n’est pas collective. » chuchota le décapité , et ses deux yeux sans pupilles se plantèrent dans le regard effaré du Lycan.

    « Nous n’existons que par le groupe. » bégaya Griim, incapable de contrôler le tremblement dans sa voix.

    « Il existe autre chose Lycan. Je l’ai rencontré. »

    « Tu profites de ma faiblesse, tu veux me faire basculer dans la folie ! Nous autres Lycans, nous n’avons que faire de telles artifices ! Mais c’est là votre seule arme contre nous, Invocateurs de morts ! »

    « Est-ce folie que de voir la tête décapité d’un Nécromant qui converse avec toi ? Faut-il que tu t’identifies aussi à une autre meute pour imaginer qu’il y a encore ici les convictions de tes ancêtres ? En vérité, tu constates déjà qu’il y a beaucoup plus. Seulement tu t’obstines. Tu t’obstines parce qu’il n’est pas aisé de s’affranchir. »

    « Nul ne peut vivre sans la meute ! »

    « Je peux t’y aider. »

    « Qu’as tu donc découvert pour prétendre autre chose que cette inimitié ? »

    « Accepte de me suivre, et je te guiderai jusqu’à elle… »

    « Elle ? »

    °°°°°°°°

    Dans les yeux morts du décapité, une lueur étrange fit tressaillir le Lycan. Poussé par une volonté qui ne lui appartient pas, il se leve péniblement et suit son sinistre compagnon qui déjà s’enfonçe dans les profondeurs de la sylve.

    Ils progressèrent ainsi à travers les futaies, empêtré dans l’enchevêtrement d’un voyage interminable. L’Invocateur n’accordait pas la moindre attention à la fatigue et aux efforts continues que l’homme - Loup devait constamment fournir pour tenter de rester dans son sillage.
    Il lui conta alors une bien étrange histoire, sans se soucier de savoir si celui qui lui avait ôté la vie eut encore la force de réfléchir à son discours abscons.

    Le Nécromant parlait sans cesse, pressé de bien se faire comprendre ; il prétendait qu’il y avait là, quelque part, caché au plus profond de la forêt, une créature venu tout spécialement pour lui, comme elle s’était déjà dévoilé à lui aussi quelques temps plus tôt. « Elle » venait d’un autre plan, une région inconnue ou nul n’avait jamais mis les pieds.

    « …j’ai longtemps recherché une terre inconnue, disait-il, par delà les frontières du pays des Morts, je ressentais dans mes nuits interminables, que toutes nos invocations étaient pour le moins aussi limités que l’étroitesse d’esprit de tout nôtre soi-disant « savoir » et notre science occulte n’était rien de plus qu’une vulgaire récitation qui à fait de nous ce que nous sommes : des êtres viles… »

    « Pourquoi veux-tu partager ton secret avec moi ? » souffla Griim en écartant les branches basses qui lui barraient le passage.

    « Tu comprendra peut-être lorsqu’ Elle t’apparaîtra. Il n’y a rien de moins sur, mais lorsque cela se fera, tu devras respecter une règle ; c’est la seule, mais tu n’auras pas la possibilité de tricher ! »

    « Parleras-tu toujours de façon énigmatique, maudit sorcier ! A quel règle devrait-je encore me plier ? » suffoqua le Lycan, exténué de repousser sans cesse les fougères hautes qui lui faisait perdre de vue la tête décapitée de son guide.

    « Sois honnête. Quoi que tu puisses voir avec tes yeux d’homme, pèse bien chacun de tes mots… »

    « Est-ce encore une de vos méprisables divinités vers laquelle tu m’entraînes ? »

    Sans relever l’offense, le magicien continua, absorbé dans son récit, et son incroyable découverte.

    « Ceux de ma race ont finalement compris que j’avais un secret. Quelqu’un m’avait trouvé, une créature issue d’un monde qui fut le notre, bien avant que ne débutent nos luttes fratricides, et toute ma magie était dorénavant concentré sur ce murmure que je ne parvenais pas encore à déchiffrer. Finalement « Elle » consentit à me rencontrer, à l’endroit ou je te mène maintenant.
    La forêt, vois-tu, n’est pas son royaume, c’est l’unique lieux ou nous pouvons nous rencontrer dans une relative sécurité. »

    « Prétends-tu qu’Elle m’attend, moi aussi ? »

    « C’est Elle qui m’a demandé de me sacrifier. »

    « Quoi, tu as accepté de mourir pour une…une chimère ? »

    « Il fallait que je cesse d’être ce que mes ancêtres m’ont inculqué… »

    « Et bien tu as réussi ! te voilà mort… bien plus que cela, tu n’es guère plus qu’un épouvantail ridicule ! »

    Le Nécromant s’arrêta brutalement et se retourna vers son pitoyable ennemie. Ce dernier s’approcha en trébuchant, les deux mains calés sur ses reins endoloris.

    « Nous arrivons bientôt, Lycan. Saches qu’Elle a voulu que deux membres de nos tribus respectives se rejoignent ici. C’est ce qu’Elle m’a demandé, et peut-être comprendras-tu dans un instant pourquoi j’ai accepté sans aucun remords de devenir un « épouvantail », plutôt que de demeurer dans mon incrédulité. »

    Malgré toute la fatigue, et tout le désespoir qui l’accablait, Griim ne put s’empêcher de froncer les sourcils en observant cette tête grotesque qui flottait à quelques pas de lui, et durant un court instant il fut saisis par la détermination de ce mort – vivant qui n’avait pas hésité à perdre sa vie pour quelques mystérieuses inepties.
    L’autre brisa ce silence d’une voix sentencieuse.

    « Ils me poursuivent, Lycan. Ceux de ma tribu, et la tienne aussi. Ils ne nous cherchent certes pas pour les même motifs, et chacun de nos deux clans ignorent que l’un et l’autre, nous sommes pourchassés, mais si par malheur, nous usions, toi et moi de nos pouvoirs respectifs, ils nous trouveraient sans délais, avant même que nous puissions les fuir.
    La forêt est notre refuge, la nuit la rend inextricable pour quiconque voudrait s’y aventurer, mais pour préserver notre anonymat, il ne faut en aucun cas puiser dans nos ressources… comprends-tu cela, homme – Loup ? »

    « Finissons-en, vieille épouvantail, amènes moi jusque ton potentat. » répondit Griim d’une voix éteinte, affligé tout à coup par les vérités de son compagnon d’infortune.

    °°°°°°°°°°°

    Ils débouchèrent enfin dans un endroit insolite.
    Bordé par la forêt sombre, au cœur de cette nuit de ténèbres, grande fut la surprise de Griim lorsqu’il découvrit une petite clairière baignée d’un faisceaux de lumières diffuses, mouvantes, parsemées d’une multitude de minuscules étincelles d’un vert émeraude, transparente comme le cristal.
    Au centre de la clairière, un tapis de verdure tendre faisait flotter à sa surface un léger brouillard chatoyant et un chêne colossale se dressait au beau milieu de ce cercle de feuillaison aux luminescences troublantes.

    Une balançoire faite de longues tresses de lierres accrochée à l’une des branches fortes et noueuses attira aussitôt l’attention de l’Homme – Loup.
    Une petite fille se balançait joyeusement en chuchotant une comptine, une douce mélopée qui faisait vibrer tout autour les myriades d’étincelles et leurs reflets cristallins n’avaient rien à envier à la petite voix flûtée de l’enfant qui semblait beaucoup s’amuser avec elles.
    Lorsqu’ enfin, elle daigna accorder quelque importance aux nouveaux venus, elle s’exclama en applaudissant et sa joie enfantine se déversa dans toute la clairière, illuminant tout le décor d’une auréole étrange qui fit reculer les ténèbres à la lisière des bois.

    « Tu as réussi ! C’est magnifique ! je te félicite, Magicien ! »

    Griim regardait tour à tour, à ses cotés cette tête desséchée et l’esquisse d’un sourire gâché par le rictus de sa face de mort, aussi le contraste saisissant de cette enfant aux joues rondes et rubicondes, ses yeux pétillants de vie et puis cette innocence radieuse, totalement inconnue à toute la science primitive d’un Lycan. La petite créature se riait de lui sans le craindre aucunement, et son trouble s’accentua lorsqu’elle l’interpella d’une voix cristalline.

    « On dit que les Loups mangent les enfants ! Loup y es-tu ? Me mangeras-tu, toi aussi ? »

    « Quel est cet endroit… quel est donc cette créature ? » laissa échapper le Lycan vers son compagnon qui lui répondit dans un silence et un froncement des sourcils réprobateur.

    « C’est ici la frontière entre ce que tu sais…et tout le reste ! Moi, j’ai répondu à tes questions, mais pas toi ! » dit-elle d’un ton espiègle, satisfaite et ravie.

    « Je dois répondre ? Mais je ne comprends pas… tes questions. » hasarda Griim tout en se rappelant tout à coup que le vieux sorcier l’avait bien prévenu de peser chacun de ses mots.

    « Me mangeras-tu, toi aussi ? » reprit la petite sur le même timbre joyeux.

    « No... non… Je ne suis pas un Loup comme tu le décris… Je suis… je suis… »

    « Beaucoup plus dangereux ? » dit-elle sur un autre registre, dans un grand sourire triste.

    « Seulement lorsque je vis en meute. » avoua Griim en repoussant d’un geste nerveux la crinière hirsute de ses cheveux au dessus de son front.

    « Alors sans la meute, te voilà bel et bien perdu ? » s’inquiéta l’étrange petite fille en cessant brutalement de se balancer.

    Griim l’observa un bref instant. Sa peau diaphane avait des reflets bleutés et ses longues oreilles pointues dépassaient de chaque cotés d’une longue cascade de cheveux roux. Un nez petit, retroussé, laissait toute la place à une bouche gourmande, mais ce qui envoûtait mieux encore dans ce visage de poupée, c’était ses yeux en amande, si larges et si longs qu’ils éblouissaient totalement cette frimousse enfantine.

    « Vous m’avez fait venir. Dites moi ce que je fait là. » fit le Lycan, éludant la douloureuse question mais pas le désespoir qu’il étouffait tant bien que mal.

    « J’ai besoin de toi, le Sans-Meute ! J’ai besoin de ton compagnon aussi. » dit-elle avec dans sa voix une autorité si particulière que l’homme – Loup eut un sursaut de surprise.

    °°°°°°°°°°°°°

    C’est à peine si Griim sentit la nuance imperceptible dans les couleurs qui pâlirent un bref instant tout autour de la clairière.
    La petite venait de descendre de sa balançoire et ses quelques mots chuchotés tintèrent dans cette espace dégarnis d’arbres, dans un long écho de cristal.

    Une lumière aveuglante éclaboussa toute la clairière et l’homme – Loup discerna tout en même temps.
    La tête du vieux Nécromant qui tombait lourdement au sol, dans un dernier râle, son propre corps qui brutalement se figea pour devenir plus dur que la pierre, enfin un portail jaillissant de cette luminescence éclatante.
    Comme la foudre lorsqu’elle frappe, l’arc lumineux disparut aussitôt dans un fracas électrique.

    Toute la forêt fut de nouveau plongée dans les ténèbres, seule le portail luisait encore par de faibles intervalles d’éclairs d’un bleue métallique qui parasitait le silence à l’entour.

    Prisonnier dans son corps, Griim ressentit qu’il était devenu statue de pierre, que son infortuné compagnon gisait entre les feuilles séchés et puis cette enfant qui s’approchait maintenant en se tenant sur la pointe des pieds pour mieux observer ce regard fixe.

    « Veux-tu me suivre, Lycan ? » fit la petite fille dans l’obscurité. Griim ne pouvait compter à cet instant que sur son ouïe pour tenter de déceler sa présence.

    « Ne t’inquiète pas pour ton acolyte. Il est tout dévoué à ma cause, et il m’attend déjà de l’autre coté de ce portail. » Et tout en terminant sa phrase, elle poussa du pied le crâne qui tomba instantanément en poussière.

    « Et quoi ? Tu pensais que notre ami le magicien avait encore besoin de sa tête ? » s’exclama l’enfant dans un grand sourire que l’homme - Loup ne pouvait voir.

    « Veux-tu savoir ce qu’il pense, lui, de ton corps de pierre ? » chuchota la petite fille, et l’épouvante saisi Griim qui devina plus qu’il ne le vit le geste brusque de l’enfant.
    Et tandis qu’elle poussait vigoureusement de ses deux mains pour le faire basculer, elle s’écria :

    « Il dit qu’il ne te sert plus de rien ! » et la statue se rompit sur le sol en une multitude de morceau.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°

    « Lycan ? »

    « Lycan ? »

    Etre inconscient, et malgré tout deviner son état. Entendre indistinctement le rythme léger d’un tambourin, la mélodie allègre d’un pipeau, et puis les cris joyeux d’enfants mêlés aux rires d’hommes et de femmes… les chants d’oiseaux et quelques applaudissements de part et d’autres.

    Griim se demande tout à coup s’il respire encore, si tous les sons qui l’environnent deviendront bientôt assez précis pour qu’il puisse seulement les identifier. Il lui semble n’être rien de plus qu’une bulle d’air qui remonte peu à peu à la surface, et cette voix qui paraît si proche demeure encore déformé par l’abîme qui le sépare du réel. Un autre réel.

    « Lycan ? »
    Cette fois, il en est certain, c’est bien la voix du vieux Nécromant qui lui parle.

    « Ha ! Enfin tu es de nouveau avec nous ! J’ai bien cru que tu ne te réveillerai jamais ! »

    Une lumière d’abord diffuse, puis de plus en plus aveuglante le force à plisser ses paupières et d’un geste instinctif, ses mains viennent protéger son visage. C’est la lumière du jour.
    Son corps est engourdie et il n’a conscience que d’une partie de lui-même. Sa bouche essaye d’articuler quelques mots, mais en vain.

    « Les gens pensent que tu es ivre mon ami, mais à trop resté dans cette état, tu vas vraiment attiré l’attention sur nous ! Allons, il est temps ! Lève toi donc ! »

    Griim se redresse en s’appuyant sur ses deux coudes. Sa vue quoique encore trouble lui permet tout de même de discerner l’étrange activité qui l’entoure.

    « Mais quel est cet…endroit ? » marmonne t-il d’une voix empâtée.

    « Tu vas bientôt le savoir, mais par tous les démons sortis des enfers, je t’en conjure, lève toi ! »

    C’est une place.
    Une place de village avec l’eau vive de sa fontaine qui coule en son centre.
    Et tout autour, quelques femmes revêtues de longue robes élégantes, aux couleurs vives qui conversent et rient toutes ensemble, doucement appuyés sur le muret qui borde la source.

    La place est pleine d’une joyeuse pagaille, ou se mêlent une troupe de musiciens qui soutiennent de leurs mieux un chanteur fier et fat dans la prévention excessive de sa personne, au sons pas toujours justes des lyres et des cithares.

    Aussi des jongleurs burlesques et leurs accoutrements de bouffons ridicule et drôles, des équilibristes également, qui défient sous le regard médusé des spectateurs ravies, les lois de la gravité, perchés sur un fil à quelques centimètres du sol ou juchés sur des échasses.
    Et puis là, un cracheur de feu aux cotés d’une diseuse de bonne aventure à la porte de sa roulotte, toute appliquée qu’elle est à astiquer sa boule de cristal, qui bien entendu n’est pas en cristal. Ici un charmeur de serpent, et plus loin deux mimes qui tentent en vain de sortir d’une cage imaginaire, dans une gestuelle exagérément ralentis.
    Tout ce monde bariolé forme une farandole bruyante qui donne le vertige à l’homme – Loup. Son ami l’aide maintenant à se dresser sur ses deux pieds.

    « Quand vas-tu donc cesser de tituber de la sorte ! Tu nous ridiculises à demeurer de cette façon ! Allons presse toi, on nous attends ! » S’empresse le vieux magicien en soutenant le Lycan par la taille.

    « Tu… es vivant ? » grommelle Griim en passant son bras autour des frêles épaules de son vieil ennemi.

    « Ce que tu peux être ennuyant… regarde donc autour de toi : tous ces gens sont-ils vivant seulement en apparence ? »

    « Ou est la petite fille ? »

    « Elle nous attends dans le magasin, la-bas, de l’autre coté de la place. »

    « Un magasin ? »

    « Oui… une espèce d’endroit ou l’on achète et ou l’on vends. »

    « Je ne comprends pas… je n’est jamais de ma vie entendu pareils choses. »

    « Je te l’ai dit déjà… Il y a ici beaucoup plus que les croyances primitives de nos deux peuples confondus. »

    « A commencer par ce…magasin ? » dit le Lycan en montrant l’établissement d’un mouvement vague de la tête.

    « Oui. C’est en réalité un magasin… de jouets. »

    Ils traversèrent ainsi tant bien que mal la place bondé et s’arrêtèrent un instant devant la façade de l’établissement. Un large écriteau barbouillé de peintures retenu par deux chaînes indiquait en grosses lettres le nom du propriétaire : - Maître de l’Illusion -.

    « Es-tu déjà venu ici ? » demanda Griim en s’essuyant le visage comme pour chasser les derniers relents nauséeux qui l’accablait.

    « Jamais. Mais je connaissais l’existence de tels lieux. » et ce faisant, il poussèrent la porte et entrèrent d’un pas hésitant dans le magasin.

    Quelle furent leurs étonnement lorsqu’il découvrirent tout le capharnaüm qui s’empilaient à même le sol, sur de nombreuses étagères qui pliaient sous le poids d’un nombre incalculable de poupées de bois, entièrement articulés et qui toutes, les unes après les autres se tournèrent vers les nouveaux venus.

    Au fond de la salle, plongée dans la pénombre, un vieil homme sans age, revêtu d’un longue robe de mage et affublé d’un long chapeau conique recouvert de symboles sibyllins, s’entretenait à voix basse avec la petite fille sagement assise sur un escabeau. Ils étaient tous deux penchés l’un vers l’autre dans le plus grand sérieux et restèrent encore un moment à parlementer avant que de prêter attention aux deux visiteurs.

    « Ha ! voilà enfin nos deux rescapés ! » s’exclama le vieux mage en se levant péniblement de son siège. Il s’avança en époussetant d’un geste las sa robe d’un blanc froissé.

    « Je suis on ne peux plus heureux de vous voir enfin ici. Ce petit rossignole a bien fait tout ce que je lui avait recommandé, et je crois que nous pouvons en être fier ! » dit-il en désignant la petite, et les poupées toutes ensembles firent claquer leurs minuscules mains de bois. La fillette s’empourpra aussitôt et son sourire illumina tout son visage.

    « J’ai pourtant cru que nous étions bel et bien mort. » fit à voix basse l’homme – Loup.

    « C’est bien ce qui c’est réellement passé… pour le peu de savoir que vous possédiez alors ! » répondit le Mage en les invitant à s’assoire autour d’une table bancale qui croulait sous une piles de livres chancis.

    « En vérité, je n’ai pas d’autre moyens pour effacer toutes traces de notre… intrusion dans votre monde. » continua le vieil homme en déblayant la table.

    « Mais comment mon compagnon a t-il de nouveau une tête… et un corps ? » hésita Griim, irrité par sa propre maladresse.

    « Je vous l’ai dit ! Vous êtes bel et bien mort de l’autre coté du portail qui vous a propulser jusqu’ici. Seulement, je suis, moi, le Maître de l’Illusion comme il est écrit sur la devanture de ce bel établissement, et ce qui est tenu pour véridique pour vos pauvre esprits étriqués, n’est en réalité qu’un savant tours de passe-passe, pour le vieil homme que je suis. »

    « Alors, c’est d’accord grand père ? Nous pouvons commencer les recherches ? » s’enthousiasma la petite fille en gesticulant d’impatience sur son perchoir improvisé.

    « Allons, allons, petit rossignole… pas d’actions précipités. Il en va de l’avenir des nôtres. ».

    « Tout cela n’est qu’une sombre mascarade de plus, destinée à me plonger encore plus profond dans la folie et le désespoir !» éclata le Lycan en frappant du poing sur la table qui céda sous l’impact brutal.

    «…et cet avenir est pour le moins incertain » conclue le vieux mage d’un ton morose.

    Il se leva sans un mot et se dirigea d’un air pensif vers une armoire ou s’entassaient des parchemins pour la plupart effrités par le temps. Un instant songeur, il lissa sa longue barbe tout en jetant un regard inquisiteur sur les nombreux rouleaux. Enfin il saisit avec satisfaction l’un d’entre eux et retourna vers ses invités incrédules.

    « Mes amis, j’aimerai vous conter une histoire dont vous n’avez pas idée, mais elle est si longue et le temps n’est plus en notre faveur. » fit-il d’une voix lasse, puis il déroula le parchemin qui dévoila le dessin d’un orbe encerclé de dizaines de commentaires écrit à l’encre, dans une sorte d’algèbre abstrus.

    Dans un élan de curiosité, l'Invocateur se leva et s’approcha pour mieux examiner l’objet de toutes les convoitises.

    « Qu’est-ce donc que ceci ? » fit-il d’un air confondu.

    « C’est là que ce trouve l’Essence primitive. C’est dans le sein de cette orbe qui se nomme en réalité la Corps Gemme, que réside les origines de vos deux races. »

    « Hé, quoi ! Etes vous en train de nous convaincre que nous sommes issues d’un même sang ? » tempêta Griim qui n’accordait toujours aucun crédits à ces discussions.

    « Ce que j’essai de vous dire, mon impétueux ami, c’est que depuis le commencement, on vous trompe. »

    « Je suis, Moi, un guerrier Lycan, et voici mon plus vieil ennemi, l’Invocateur qui se nourris de mes frères ! Pourquoi nous avoir réunis ? » aboya t-il en se penchant au dessus de la table à moitié affaissée. Le Mage continua sans s’alarmer aucunement de la colère froide de son convive.

    « J’ai une proposition à vous faire. »

    « Qu’attendez-vous de nous ? » répondit l’Invocateur sur un ton plus doux en fronçant les sourcils en direction de son irascible compagnon.

    « Il me faut cette orbe. Lorsque je l’aurai en ma possession, il sera temps pour moi de vous offrir ce dont vous rêvez tous deux. »

    « Et quel est donc, s’il vous plait, ce rêve que je convoite tant ? » rétorqua aussitôt Griim.

    « Mais voyons, ce n’est pas difficile à deviner. Il me suffit de discuter un bref instant avec vous pour m’en apercevoir ! Vous vivez dans l’espoir d’avoir un jour la victoire. Une victoire définitive. Et moi, j’ai le moyen de vous l’offrir. »

    °°°°°°°°°°°°°°

    Les épuisés veulent le repos ; c'est le bonheur des guerriers et des conspirateurs ; les riches et les vivants veulent la victoire, l'extension de la puissance par le jeu violent de leurs caprices. La grande méprise de ceux qui écrivent l’histoire, c'est de ne pas séparer ces deux espèces de plaisir.
    Griim et le vieil Invocateur n’auront pas su, mais peux t’on les en blâmer, tempérer tout l’espoir d’en finir un jour avec cette guerre sans nom qui depuis toujours les oppose.
    Le vieux mage eut un sourire malicieux que nos deux héros n’eurent pas le loisir d’interpréter, que déjà il se retournait vers la fillette qui jouait maintenant avec deux poupées, dont l’une très suffisante faisait la leçon à l’autre, apparemment triste et résignée.

    « Petit rossignole ? » fit-il d’une voix grave et douce.

    « Oui, je sais. N’est-ce pas malheureux d’être obligé toujours de convaincre un sceptique ? » dit-elle dans un soupir, les yeux fixés sur ses poupées comme s’il s’agissait seulement d’un dialogue entre elles.

    « C’est vrai ma chérie, mais entre tes mains, toutes les poupées, et tous les pantins que je pourrai créer ne saurait résister au moindre de tes caprices… Ils sont d’une humeur si imprévisible que je désespère de n’être jamais capable de les satisfaire un jour ! » fit-il en la regardant jouer avec une infinie tendresse.

    La petite fille répondit dans un sourire mauvais, en arrachant d’un geste sec les bras de la poupée triste et résignée.

    « C’est normal et tu n’as pas à t’en vouloir… peux t’on imiter un caprice ? » Elle jeta la poupée désarticulée par dessus son épaule, puis elle tendit dans son poing l’autre marionnette dans un geste emphatique, en direction du Lycan pour que celui-ci comprenne bien qu’une parodie avait bien lieu ici, comme il l’avait suspecté un peu plus tôt.

    Griim écouta la question, étonné d’avoir les yeux fixé sur la figurine.

    « Iras-tu, oui ou non, chercher mon orbe, le Sans-Meute ? »

    « Pourquoi faut-il que tu t’adresses à moi ? » rétorqua l’homme – Loup. La gamine répondit avec la lassitude d’une enfant qui répète pour la énième fois la même récitation.

    « Parce que je suis une petite fille… et que les petites filles n’ont rien à faire là ou tu vas ! »

    « Ou donc dois-je aller ? Est-ce donc si terrible pour toi et ce vieil illusionniste, d’aller vous même la chercher, cette orbe ? »

    Le mage s’éclaircie la voix et répondit.

    « C’est à dire qu’elle est retenue quelque part… sur la Terre des Morts. »

    °°°°°°°°°°°

    De nouveau La colère froide du Lycan fit sursauter bon nombre de marionnettes qui dégringolèrent des étagères.

    « J ‘ai raison de dire que tout ceci n’est qu’une mascarade, un carnaval grotesque ou ce vieux fou m’a entraîné pour se venger de la mort qui s’est abattu sur lui par la seul force de mes crocs ! » hurla t-il en pointant du doigt le Nécromant.

    Le Maître des Illusions replia soigneusement son document , puis tandis qu’il le replaçait au bon endroit, il employa le ton satisfait de celui qui vient de faire une bonne affaire.

    « Bien… petit rossignole, il est temps de nous aérer, veux-tu, afin d’adoucir nos humeurs ? »

    « Oui, oui !! Allons nous promener avec nos nouveaux amis jusque la Salamandre bleue ! » acclama l’enfant en sautant de son escabeau.

    « C’est très bien la Salamandre… oui, je n’y avais pas pensé, c’est une très bonne idée ! Et puis je crois que le Barde y chante depuis quelques jours… »

    C’est ainsi qu’il quittèrent le magasin pour se mêler à la cohue toujours plus gaie et bruyante qui encombrait la place.
    D’une façon un peu étrange, le mage et la fillette n’étaient jamais malmener par la foule, et en observant attentivement, Griim aurait juré que ces gens se déplaçaient sans même s’en rendre compte au passage du couple, ce qui n’était malheureusement pas le cas, ni pour lui, ni pour son antique ennemi qui devaient se frayer un chemin aux travers les badauds hilares.
    Amusé et enthousiaste aux frasques de la fillette, le vieux mage se laissait conduire tandis qu’elle le pressait en lui tenant la main, de stands en spectacles improvisés, ce qui eut le don d’exaspérer l’homme – Loup bien incapable de supporter une telle affluence.

    Ils advint qu’ils arrivèrent devant la roulotte de la diseuse de fortune… ou d’infortune comme elle se plaisait à le répéter en croassant d’infectes litanies.
    Un attroupement de curieux riaient de bon cœur en écoutant la voix grêle et nasillarde de la vieille femme aux mains rongés d’arthrite, figés au dessus du fichus qui coiffait la filasse éparse et jaunâtre de ses cheveux.
    Griim n’accorda aucune attention à ses deux serres de poules qui tremblotaient au dessus de cette face au teint cireux et plus ridé qu’un parchemin. Mais tandis qu’il allait tourner les talons, La sorcière ricana en le désignant du bout de ses doigts aux ongles noirs, édentés.

    « Ha ha… celui-ci ! C’est celui-ci ! » et tous les regards de se tourner vers le Lycan qui tressaillit un instant.

    La fillette fit un grand « OUI !! », reprit aussitôt par tous les curieux qui firent tous ensemble un autre « OUI ?? » Et quant elle applaudit en riant de bon cœur, l’auditoire fit de même au point que même le vieux mage ne put s’empêcher de s’esclaffer à son tour.
    La diseuse fit signe à la foule de se taire, et prit la parole.

    «Tu es le miroir à la croisée des chemins. Miroir ! Miroir ! Sais-tu le reflet que tu à choisis à la croisée ? » et à peine avait elle fini sa phrase, qu’elle saisit le poignée du Lycan qui ne put s’empêcher de grimacer à ce contact.

    « Laisse la faire, le Sans - Meute… je veux savoir, moi, qu’elle est la devinette ! » chuchota la fillette à l’oreille de Griim et les spectateurs mirent tous le doigt sur leurs bouche en cœur pour faire « Chuuut ! »

    « Ce n’est point là une autre charade, ma jolie Maîtresse… c’est… c’est le destin de cet… de ce…mais enfin qu’est-ce donc là ? » fit la sorcière en fouillant dans la paume ouverte du Lycan.

    « C’est un très puissant guerrier ! » se rengorgea l’enfant en affichant un grand sourire vainqueur.

    Mais la diseuse rejeta brutalement la main de Griim en s’essuyant les mains l’une contre l’autre comme si le feu lui brûlait la peau.

    « Je sais !! Moi je sais » criait-elle en pointant sur lui un doigt accusateur.

    « Tu es un Loup ! Et tu es dangereux, très dangereux ! Belle Maîtresse, c’est folie de jouer avec tant de puissance aveugle ! » et sa voix tremblait presque autant que ses deux mains paralysés par la terreur, recroquevillés par l’ inflammation maligne.

    Enfin toute l’assistance manifesta son assentiment dans une kyrielle de murmures, en hochant gravement de la tête, et certains se risquèrent même à apprécier tout le maintien de l’homme – Loup, en le dévisageant de la tête aux pieds.

    « Ou donc as-tu connu que je suis un Loup, répugnante sorcière ? serait-ce dans cette vulgaire breloque que tu puise ton misérable savoir et mon funeste avenir aussi ? » fit le Lycan, les dents serrés.

    « Et quoi ? Tu veux parler de cette boule de cristal ? Alors ta sottise n’a d’égale que la puissance qui fait de toi un terrible prédateur ! En vérité chacun sait bien ici, qu’elle n’est pas en cristal, que tout n’est qu’Illusion, et qu’enfin et surtout rien ni personne n’aurait l’audace de s’en plaindre ! »

    Un silence lourd s’abattit tout à coup autour de la roulotte, mais le vieux mage, avec sa bonhomie toute particulière mit une claque affectueuse sur l’épaule de l’homme – Loup et badina sur un ton si léger qu’aussitôt le silence pesant s’étiola pour faire de nouveau place au vacarme joyeux de toute la place du village.

    « Allons, ne vous ai-je pas fait une promesse ? Alors chose promise ? chose due ! Nous irons tous ensemble écouter la poésie magnifique du Barde ! Allons ! Tous à la taverne ! »

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Lorsqu’ils poussèrent la porte de la taverne, un souffle chaud, chargé de relents d’hydromels, aussi les odeurs acres des convives inondèrent le Lycan qui réprima difficilement sa répugnance naturelle à se mêler à la populace agglutinée en un tel endroit.
    Ils se frayèrent tant bien que mal un passage entre les tables poisseuses et trouvèrent finalement une desserte inoccupée.
    Griim restait silencieux, absorbé malgré lui à l’étude de tout ce remue-ménage, le tapage assourdissant du commensal qui emplissait cette pièce baignée de la seule lumière d’un grand feu de cheminée et d’une multitude de bougies éparses.

    Les luminosités dansantes ne dévoilaient les visages que par le jeux des ombres et les regards ne se croisaient que dans les contres-jours. Le rire gras et l’haleine chargé des odeurs de bières se mêlaient aux expressions tapageuses de quelques marins saouls qui se levaient tout à coup en s’écriant :
    « Le ciel vire ! Que je ne sois damné avant d’avoir vu les seins de la Madone ! ». D’autres brandissaient aussitôt leurs chopines ruisselantes de mousses ambrées en approuvant la maxime d’un beuglement qui déclenchaient autant de répliques grivoises.

    De part et d’autres, quelques serveuses toutes ruisselantes de sueurs faisaient le tour des tables en offrant à la volée les chopes et autres commentaires ou le vulgaire est de rigueur pour peu qu’on ne veuille pas s’attirer l’hostilité de la plèbe. Quoique très souvent bousculés par les grosses mains baladeuses des clients, Griim s’amusa un moment de toute la dextérité avec laquelle elles savaient se faufiler sans jamais se laisser serrer de trop près.

    « Ce qu’ils sont drôles ! » pouffa la fillette en posant doucement sa tête sur l’épaule du vieux mage.

    Ce dernier caressa tendrement les boucles de cheveux qui tombaient en cascades tout autour de ce visage gracile et quelques fois si grave.

    « Rien n’est plus important pour moi, que ton bonheur, mon cher petit rossignole… »

    L’Invocateur réfléchissait, quant à lui, à la façon la plus délicate, toute faite d’obligeances et d’affectations comme il se doit, lorsque l’on a à sa table quelques personnages prestigieux qu’il faut complimenter, ne serait-ce que pour s’attirer l’approbation d’un sourire, lorsqu’un chahut d’applaudissement retentit dans la salle.

    Le Barde venait de faire son entrée sur la minuscule estrade qui servait de scène, au centre de la salle.
    Tous l’applaudirent et le pressèrent aussitôt de chanter tel ou tel refrain qui faisait sa réputation à la Salamandre Bleue.

    C’était un homme assez grand, d’une corpulence admirablement élancé, presque féline, d’une taille si gracieuse, qu’il y avait quelque chose d’équivoque, de presque féminin dans toute son attitude. Une expression dans le comportement de tout sa personne qui contrastait de façon étrange avec la faune locale, et qui fit la plus mauvaise impression au Lycan.

    Le Barde promena un regard blasé sur l’ensemble de la pièce surchauffé, comme un artiste qui se désespère de chanter pour un public qui ne lui convient pas, puis il salua d’un profond hochement de tête, la fillette et le vieux mage qui lui rendirent sa révérence par un sourire chargé d’une bien curieuse satisfaction.

    Griim observait tout cela et son âme de guerrier Lycanthrope ne savait trop quoi penser de cet individu à la nature suspecte et pour le moins ambiguë. Quel fut aussi sa surprise, quand il réalisa que le Barde l’observait à son tour, d’un air soupçonneux, ses longs sourcils en accent circonflexe, froncé au dessus de son regard devenu pour un instant seulement, scrutateur et très attentif, comme une question pressante qui n’obtiendrait pas de réponse.

    Enfin il gonfla la poitrine, et d’un geste leste, repoussa par dessus ses épaules étroites un large châle qui recouvrait son cou fin et délicat.

    « Belle princesse, j’ignore encore ce qui me vaut le plaisir de votre visite, mais pour vous, et pour vous seulement, je chanterai de nouveau l’exceptionnelle beauté de votre royaume… » dit-il dans un dernier regard glaciale lancé vers l’homme – Loup, et qui ressemblait fort à un reproche.

    « Non, non ! répondit aussitôt la petite fille, Je veux que tu chantes la bravoure ! Je veux que tu me contes les exploits et les combats épiques des guerriers féroces, leurs batailles sanglantes et leurs victoires aussi, aux prix de nombreuses camardes ! »

    Le désir de l’enfant fut salué par un tonnerre d’acclamation et pendant un moment que Griim trouva fort long, tous supplièrent le Barde de chanter le combat et la guerre.
    Sans chercher à dissimuler davantage son ennui, le Barde soupira et fit un signe de la main pour faire taire les suppliques incessantes du public.

    « Si c’est là, votre plus ardent désir… » fit le Barde, puis il se fendit d’un large moulinet du bras qui fit une roue élégante jusqu’à effleurer le plancher.

    Nouvelle ovation et la petite, emportée par l’excitation, monta sur la table en tapant dans ses mains. Le Maître des Illusions se renversa sur son siège en se tenant le ventre, tant il riait de bon cœur devant la spontanéité de son enfant chéri. Et si le Nécromant souriait gauchement comme un homme qui n’aurait pas compris la plaisanterie, Griim, lui, sentait sous sa peau toute son âme lycanthrope qui fulminait tel un fauve derrière ses barreaux.

    « Voici, et vous devez m’en croire tout à fait, ce qui était et bien plus encore, ce qui sera le destin de celui qui combat dans l’adversité, sans se soucier jamais du sombre dessein qui tôt ou tard causera sa chute… » lança le barde, l’index levé et le regard sévère à l’instar de quelques professeur qui ferait la leçon à ses étudiants turbulents.

    « Qu’est-ce donc, vieil homme ? grommela Griim en se penchant vers le mage, une autre histoire pour les petites filles ? » Le vieux mage repoussa doucement le guerrier d’un geste de la main qui semblait lui dire : attendez, vous allez voir !, puis fit un signe du menton vers le Barde, et le Lycan jeta un regard oblique vers l’artiste qui conclue ainsi son introduction :

    « …de ce sombre destin qui ne conduit jamais qu’à sa seule mort. »

    Le silence qui s’ensuivit fit naître un sourire à la commissure des lèvres blanches et très fines du Barde. Il pris de nouveau une grande inspiration et commença son poème. Le sien, son unique moyen de survivre.


    « L’ombre des choses à venir,
    « sombre et tout près de ternir,
    « n’a jamais, si j’en crois ma mémoire,
    « connu sa fin dans quelques grimoires.

    « Il faut qu’en tout temps, et à chaque heures,
    « l’ineffable parodie naisse, vive et meure,
    « tel est le paradis dont je suis fort aise,
    « la catin et son règne, qu’il faut bien que je b….

    « c’est là un honneur,
    « le nom que je donne à ma peur,
    « et tous ses sujets, à genoux les mains tendus,
    « n’éprouve aucun regrets, à moins d’être pendue.

    « Il y a aussi, c’est très curieux,
    « le pas léger des ballerines,
    « éclaboussés de sang, les belles héroïnes
    « écrasent distraitement une larmes aux coins des yeux.

    « Les barbares, enfin, nous promettent la souffrance,
    « et le guerrier s’en va, impatient et joyeux,
    « avec une question en signe d’adieu,
    « ô dieux, faut-il que je meurs par inadvertance ?

    « A chaque combat naît l’espérance,
    « qu’une mort prochaine soit délivrance,
    « pour chacun de ceux qui corps et âme,
    « se livrent et s’abandonne comme on se damne.

    « La bête est furieuse, celle qui gronde en secret,
    « l’homme dompterait-il la bête, une vie toute entière,
    « mais pour elle, nul repos, elle exècre la paix,
    « l’homme s’affine alors à son contact comme le fer contre le fer.

    « Voici, c’est mon énigme, c’est notre mystère,
    « je ne puis te révéler davantage,
    « après cela je me dois de me taire,
    « et m’effacer pour laisser place… au Mage.


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Le Lycan a sursauté sur son siège. Il est pourtant certain de n’avoir jamais cesser d’écouter, et d’observer aussi, mais ce qu’il constate à présent fait frémir son grand corps d’homme - fauve.

    La salle est vide.

    Près de la cheminée ou crépitent encore les braises, adossé contre une chaise, le vieux mage est courbé.
    Et il pleure.

    Pleurer n’est pas le bon terme, c’est plutôt… qu’il se lamente. Griim le contemple sans mots dire, à l’autre bout de la pièce, essayant tant bien que mal de réunir ses pensées et son esprit engourdie.

    Les tables délaissées luisent encore de la graisse des gueuletons abandonnés à la hâte. La cire tiède des bougies éteintes s’étalent mollement entre les flaques de gnoles visqueuses. Seule la lumière ocre du feu fait danser l’ombre du mage sur le plancher gluant.
    Celui-ci ne semble n’avoir plus aucune attention pour son invité, et même lorsque ce dernier fait grincer sa chaise en se levant lentement, le vieux Maître, perdue dans une rêverie toute mélancolique, continue toujours de geindre en éparpillant les braises avec la pointe d’un tisonnier.

    Griim s’avance en tendant l’oreille vers les murmures larmoyants et tandis qu’il s’approche doucement de son hôte, son instinct de Loup a déjà tous ses sens aux aguets.

    « Ou sont-ils, vieil homme ? Ou sont-ils tous passés ? » chuchote le Lycan en se penchant jusqu’aux oreilles du mage.

    « Hélas… hélas !! Quel imbécile ! Ce jocrisse inconscient, ce… ce saltimbanque même pas capable de faire… de chanter ce qu’on lui demande. » continue le Maître des Illusions, sans se soucier de la question.

    « Ou est le Barde ? Et votre… votre fille ! » s’impatiente Griim en se redressant de toute sa hauteur.

    Mais le vieil homme semble prostré dans ses lamentations. L’homme – Loup se saisit alors du tisonnier, d’entre les mains de son hôte et frappe d’un coup sec sur le faîte de la cheminée.

    « Vieux fou, n’espérez pas me tromper encore avec toutes vos simagrées ! Je veux savoir qui vous êtes ! Je veux savoir ou sont passé tous les autres, à commencer par cette Invocateur qui m’a conduit ici, et qui, à n’en point douter, n’est rien de plus q’un complice, un traître que vous aurez soudoyer pour mieux me compromettre ! » Aboya cette fois le Lycan en saisissant le mage par le col de sa robe.

    Le vieil homme fit un geste las entre son visage trempé de larmes et la face crispée du Lycan.

    « Vous ne comprenez pas… c’est de sa faute, il a tout fait rater ! »

    « Vous parlez de ce Barde ? » s’étonne Griim en relâchant son étreinte, et du même coup tout le corps pesant du mage qui s’affaisse sur son siège.

    « Mais oui… Mon petit rossignole ne lui demandait rien d’autre qu’une belle poésie, une ode à la guerre et tous ces valeureux guerriers… et cet impertinent n’en fait qu’à sa tête ! Voilà qu’il nous délivre quelques vers d’une affligeante grossièreté, un pamphlet inacceptable pour ma petite… ô ma cher petite ! »

    « Hé quoi ? cette gamine capricieuse n’a pas aimé la poésie, Est-ce là tout ? Et c’est pour cette raison que je vous entends geindre depuis tout à l’heure ? »

    « Mais n’y a t-il donc aucune sensibilité dans votre âme de brute ? N’avez-vous jamais éprouvé la moindre pitié ? Ne voyez-vous pas que je m’évertue nuit et jours à lui offrir tout ce que son cœur désir ? » se plaignit le mage en joignant ses deux mains devant le Lycan.

    « Elle a donc renvoyer tout cet attroupement, et vous a laissez seul ici ? Elle est partie parce que le Barde n’a pas chanter comme elle le lui ordonnait ? Est-ce la tout ? » demanda Griim sans croire un instant à cette version des faits.

    « Vous ne savez rien de son histoire ! Vous ne savez rien et vous avez maintenant l’outrecuidance de faire des conjectures sur une réalité qui vous échappe totalement ! » se plaignit le vieillard esseulé.

    « Alors finissons-en et dites moi qu’elle est cette… créature ! » ordonna le Lycan en pointant sur lui le bout du tisonnier fumant.

    « Ho ! Et puis qu’importe que vous sachiez, ou non son histoire… je l’ai recueilli lorsqu’elle n’était encore qu’un bébé. Elle ne sait rien de son passé, et je ne vous le raconterai pas ! Sachez cependant que tout ce que vous voyez, tout ce que vous touchez, sentez, enfin tout ce qui existe ici, je l’ai créer pour elle ! » et sa voix se brisa dans une plainte misérable.

    Il essuya d’un geste nerveux les larmes qui firent de longs sillons dans la crasse de ses joues creuses, puis il cria de nouveau, et les fêlures dans ses mots créaient la fissure dans le certain, le moment propice à l’hystérie, enfin ses deux mains s’agrippèrent en tremblant à sa longue barbe pour tenter d’en arracher des poignées toutes entières.

    « Oui, je l’ai fait pour la voir rire, oui, OUI, j’ai tout inventé pour n’avoir ne serait-ce qu’un sourire d’elle, une parole aimable, un regard qui me dirait combien elle est fière ! Ho ! comme Je voudrais tant qu’elle soit fière ! Fière de moi, et heureuse comme une petite fille dans un monde féerique ! »

    Et le Maître des Illusions s’effondra tout à fait sur sa chaise, son visage entre ses mains trempées de larmes. Griim quant à lui, ne démordait pas de sa suspicion, et le chagrin du vieil homme n’eut aucun effet sur son âme de Loup féroce.
    Entre ses doigts le vieux mage l’observait à la dérobée, inquiet et curieux de voir l’émanation transparente qui flottait déjà à la surface de l’épiderme. La gueule du lycanthrope apparaissait par intermittences par dessus le visage ulcéré de l’homme – Loup, tel un fauve que sa cage ne peux plus contenir.

    « Vieillard débile et démoniaque… qu’ai-je donc à faire dans toute cette histoire ? » dit le Lycan entre ses dents serrés.

    « Allez jusqu’au port… prenez l’embarcation qui vous attends, puis partez ! Partez jusqu’au bout du monde ! Allez me chercher cette maudite gemme ! » murmura le mage d’une voix éteinte.

    « La Terre des Morts ? Vous voulez que j’aille sur cette terre de vaincus pour trouver votre orbe ? »

    « Lorsque vous aurez la Corps Gemme entre vos mains, vous saurez, vous comprendrez, et bien plus encore, vous aurez votre victoire… »

    « Est-ce là encore un caprice de votre - petit – rossignole - ? »

    « Non. Ce n’est que la solution. »

    Griim jeta une dernière fois un regard chargé de mépris à cet anachorète perdu dans ses illusions, puis il traversa à grands pas l’obscurité qui grandissait au fur et à mesure qu’il s’éloignait du mage et s’approchait de la porte. Trop pressé de sortir de cet endroit ou les miasmes d’alcools et d’odeurs d’hommes l’insupportait, Griim ne prêta aucune attention à son instinct primitif qui tentait en vain de l’avertir.

    Au fond de la salle, le Maître des Illusions agitait doucement les braises avec le tisonnier, le regard absent, mais sous sa barbe blanche un sourire sardonique trahissait ses pensées.

    « …ce n’est que ma solution. »
    Dernière modification par Yrgriin ; 20/07/2010 à 21h24.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251