Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: (Nouvelles)Patates nouvelles

  1. #1
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    (Nouvelles)Patates nouvelles

    En attendant la suite de Tzabaztha (qui arrivera un jour, je le jure ! La tête de mes quatre chats !), j'ai décidé que je ferai un topic au cas-ou il me prendrait l'idée d'écrire des nouvelles, comme ça je pourrai les empiler et les oublier quelque part sur le web et pas sur un DD. D'où en le (nouvelles) dans le titre. Et aussi d'où le "nouvelles" dans le titre. N'ayons pas peur de nous répéter ! En revanche, ceux qui espéraient des patates...
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  2. #2
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Objet: Très cher amour

    De: unedameecrivanttuncourriel@unhebergeur.com
    A: lemecquirecoitlemail@unhebergeur.com
    Objet: Très cher amour

    Bien le bonjour à vous, mon très cher amour.
    Comment vous sentez-vous ? J'ose espérer que votre léger désagrément digestif chronique se porte à merveille. Pour ma part, je me porte très bien, l'éloignement entre mes narines et votre fragrance si particulière ne m'ayant pas, étonnamment, causé des problèmes d'acclimatation plus graves que ceux que ledit parfum subtil et tellement unique en son genre entraînait chez moi.
    Vous avez volé les clés de mon coeur, vous le savez, je sais que vous savez que je sais, et je ne puis que vous supplier à grands cris de me les rendre, impuissante et aveuglée. Par "mon coeur", je veux dire "mon appartement", et par aveuglée, je veux simplement signifier qu'il m'est bien dur d'y voir quoi que ce soit avec du gras sur les vitre de celui-ci. Gras que vous y avez semble t-il laissé la dernière fois que vous fîtes réchauffer votre grillade de boeuf et fromage fondant entre deux tranches de pain moelleux saupoudré de sésame et accompagné de pommes de terre bâtons finement sautées et généreusement arrosée de ce délicieux velouté artificiel de tomates dans la seule poêle propre de notre maisonnée, que je réservais ce soir là à la confection d'un bien minable sauté de poulet et son accompagnement rachitique d'épices asiatiques d'une banalité affligeantes et de riz aux qualités diététiques ennuyeuses à mourir, sans démarrer le système, il est vrai, bruyant, incommode et barbare d'aspiration de la fumée et de l'air gras. Je suis certaine que vous vous souvenez de cette soirée, mon cher, où nous échangeâmes ensuite avec passion de vifs mots lancés à travers la pièce et résonnant à travers l'immeuble de manière telle que nous en fîmes gracieusement profiter nos ingrats et rustres voisins qui se liguèrent pour faire taire le gracieux chant de l'amour.
    Je vous saurais également gré de reprendre votre canidé domestique, me considérant comme indigne de la générosité de cet adorable bichon dont le pelage soyeux s'accumule sur mes tapis comme autant de flocons nuageux en les parant d'un voile propre à réveiller en ma gorge des sursauts éclatants mais quelque peu trop bruyants. J'ajouterais que le brave et gracieux animal s'est trouvé fort épris des vertus gustatives de mes meubles, et, craignant pour sa digestion du fait de leur qualité médiocre au mieux, je ne saurais que trop vous conseiller de le reprendre chez vous afin de fournir à ses pulsions xylophages tous les délices qu'elles méritent.
    Ces deux requêtes maladroites, écrites d'un esprit fébrile et d'une main tremblante, parviendront, je l'espère, à vous, et mon coeur bondirait de joie de les savoir exaucées, ne serait-ce qu'en mémoire de tous ces merveilleux instants que nous avons partagés. Je ne puis les évoquer sans les passer et repasser dans mon esprit.
    Votre sourire, cette agréable exposition de colonnes ivoirines dont le charme n'a fait qu'augmenter avec les ans et le désintéressement, pareille à quelque ruine Grecque antique aux colonnes écroulée et emplies de mystères, me hante et sans cesse je me souviens de l'audace de ses couleurs, de son alliance de noir et de jaune (qui est la couleur de l'or sans le brillant prétentieux et clinquant qui le caractérise) bien loin du blanc plat et terne, vulgaire même, des dents de la plupart de nos semblables. Comment ne pas non plus évoquer votre talent à faire ressortir le meilleur de vous-même (ou au moins de vos cavités nasales) en société, s'attirant une attention méritée et coite de stupéfaction et propre à faire rougir le modeste ornement à vos bras que j'ai eu l'honneur d'être, partout où vous allez ?
    Véritablement, mon vieil amour, cela je ne puis l'oublier. C'est pourquoi je vous écris en ce jour, une flamme au coeur et l'espoir d'être lue et comprise à l'âme.

    Je n'aurai cesse de penser à vous tant que vous ne m'aurez répondu,
    Votre dévouée et malheureuse ancienne compagne.


    De: lemecquirecoitlemail@unhebergeur.com
    A: unedameecrivanttuncourriel@unhebergeur.com
    Objet: Re:Très cher amour

    Hein ?


    De: unedameecrivanttuncourriel@unhebergeur.com
    A: lemecquirecoitlemail@unhebergeur.com
    Objet: Re:Re:Très cher amour

    Rends-moi la clé de mon appart et vire ton clebs de chez moi, ******* !
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  3. #3
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Les formidables aventures de monsieur Guy

    Bon, bah j'aime bien écrire des nouvelles en ce moment (Tzabaztha, je crois que tu es morte, ne m'en veux pas, je suis ton auteure donc je suis sadique, tu ne peux plus qu'espérer que je me mette à la nécrophilie à ce stade). Et j'avais envie d'en écrire une sur un de mes personnages les moins utilisés, qui dira peut-être quand même quelque chose à quelqu'un. J'ai commencé quelques autres nouvelles aussi, ne sais quand les finirai mais les posterai peut-être !

    Les formidables aventures de monsieur Guy

    Il ne pleuvait pas, mais des flaques d'humidité suspectes s'étalaient dans la ruelle brunâtre, discrètement mises en valeur par les néons fatigués dont la mince lumière perçait entre les deux immeubles. Des flaques de rue sombre à une heure du matin en face d'un bar. L'odeur en était aigre et insupportable. Guy plissa le nez. Il n'en quitterait pas son coin pour autant, il était à lui, mais s'il attrapait les porcs qui avaient fait ça, il leur apprendrait volontiers les vertus du fait de ne pas aller pisser dans la ruelle d'un type aussi mal luné que lui.
    Jimmy n'avait pas l'air très incommodé, mais il n'y avait vraiment rien qui l'incommodait. Jimmy était un mou. Oh, certes, une masse de muscle, même plus conséquente que Guy, qui était lui plus du type sec et nerveux, mais un mollasson qui n'avait d'opinions que de la façon d'un buvard, ne s'énervait que quand il sentait vaguement que c'était ce que l'opinion publique supposait qu'il devait faire, et avait besoin d'être guidé même pour les choses les plus simples. Guy ne l'aimait pas. Jimmy était comme un chien idiot et baveux. Mais tous les autres étaient occupés, s'il vous plaît. A quoi ? A pioncer peut-être. Sûr, à eux, il ne leur restait pas de factures à payer, alors ils n'allaient pas lui donner le moindre petit coup de main, hein ? Guy réfléchissait, frissonnant car la nuit était plus fraîche que ce qu'un gilet de jean pouvait compenser, au meilleur moyen qu'il trouverait de se venger de cet affront stupide qu'on lui avait fait. Surtout de l'obliger à se retrouver avec Jimmy. Il se vengerait ; ça allait être petit, mesquin, cruel, sadique, méchant, et il savait qu'il adorerait ça.
    Mais en attendant, il se les gelait, l'odeur de pisse lui montait au nez et il n'avait pas eu un seul, hem, client de la soirée, malgré la vue imprenable sur une rue normalement fréquentée la nuit. Foutues vacances. Personne ne venait jamais ici pendant les vacances, préférant aux bars glauques de proximité les stupides, stupides restaurants du centre.
    Son cran d'arrêt le démangeait et Jimmy, occupé à griffonner des conneries sur le mur de la ruelle avec un cure-dent qu'il se remit ensuite à mâchouiller, lui tapait sur les nerfs par sa simple présence. Il diffusait une de ces envies de le gifler très fort, de lui casser le nez à coup de botte, juste pour voir s'il réagirait seulement...
    Si personne ne se pointait d'ici une demi-heure, il allait se barrer. Il réfléchissait déjà à une escapade discrète, histoire de planter Jimmy sur place sans qu'il ne le remarque. Ce ne serait pas difficile, et il avait une envie démangeante de lui flanquer une bonne terreur nocturne, à ce crétin impotent.
    Guy se retourna. Il ne pouvait plus supporter le visage vide, les yeux de poisson mort et les cheveux dégoulinants de gel de mauvaise qualité de Jimmy. Non, c'était trop. Il sentait qu'il allait vomir. Il se remit donc à scruter la rue chichement éclairée, dans l'espoir d'y voir passer un aviné solitaire qu'il pourrait accrocher et tirer dans la ruelle pour lui soutirer le portefeuille dont il avait éminemment plus besoin que lui.

    Quelques froides minutes passèrent.
    Une tête affublée d'un sourire fatigué mais néanmoins motivé surgit brusquement du coin de l'immeuble, accompagnée d'une main accrochée aux briques. Puis des épaules suivirent le mouvement, apparemment inconsciente du fait qu'elles se trouvaient presque parallèles au sol C'était un homme, et l'homme regardait directement Guy, comme s'il avait deviné sa présence dans la ruelle. Il lui adressa même un signe de main amical avant lancer ses pieds dans la ruelle, se redresser à peu près horizontalement et de de s'avancer en vacillant légèrement, la jambe droite un peu raide, vers le jeune homme. Il ne se départit pas de son sourire niais. Un ivrogne qui se croyait ami avec tout le monde. Son genre préféré. Techniquement, il les détestait, mais Guy se pourléchait à l'idée de l'argent facile qu'il obtenait toujours de ceux là. En fait, il adorait l'argent des ivrognes qui se croyaient amis avec tout le monde -et qui ne déchantaient qu'une fois quinze centimètres d'acier à deux de leur visage.
    "Hey !" Fit le soûlard d'une voix à l'intonation peu claire, puis pouffa. "Je cherche un snack." Il mettait les accents sur les mauvaises syllabes et marquait parfois des pauses étranges dans sa diction.
    Ce disant, l'homme s'avançait toujours sans peur ni reproche ni moindre logique gravitationnelle vers Guy, les bras entrouverts comme s'il cherchait à l'enlacer amicalement quoique brutalement. Guy avait caché le cran d'arrêt, mais tout de même. Même quelqu'un de bien allumé n'allait pas chercher des embrassades d'inconnus en bottes ferrées dans une ruelle. Il avait l'air d'un touriste absolument ignorant du fait qu'il ne se trouvait pas au pied de la Tour Eiffel à 11h30 du matin. Guy ne savait s'il s'en pourléchait ou s'en vexait -il était doué pour avoir l'air d'une petite frappe, tout de même, et en tirait une certaine fierté, habituellement.
    L'ivrogne était vêtu, de plus, d'un costard qui dénotait une furieuse envie de se faire tabasser dans une ruelle. Une espèce de complet blanc, blanc, avec une cravate rouge jetée en travers de sa gorge et tellement mal dénouée que c'en était horripilant. Un costume comme ça puait l'argent sinon l'alcool à cette distance -Guy allait encore le laisser approcher un peu, puisqu'il y tenait tant. Il avait la figure d'un trentenaire, et le jeune homme le devina indien, ce qui lui déplaisait. Dans l'obscurité du contre-jour (contre-néon ?), sa peau apparaissait plus gris foncée que le brun tiède qu'elle devait être en temps normal, mais cela suffisait à en rajouter une couche pour les nerfs de Guy, qui n'était pas particulièrement enthousiaste à propos de tout ce qui avait le mauvais goût d'être un, comme disait son père, produit d'importation. Ajoutant à cela le sourire niais sur un visage dont la régularité de crétin publicitaire et les cheveux de dandy en bouclettes lui donnait envie de faire du Picasso, Guy eut du mal à résister à la pulsion de lui donner, là, tout de suite, un coup de poing dans le nez.
    "-Hé, Jimmy. On a un pote."
    -...
    -Jimmy ?"
    Un très rapide coup d'œil derrière lui confirma que l'abruti s'était éclipsé. L'autre abruti, à présent, était très proche, suffisamment pour que Guy sorte, avec un soupir las immédiatement suivi d'un sourire carnassier, le cran d'arrêt de sa cachette indétectable (à savoir de derrière son dos), et l'agite de manière négligemment menaçante au niveau du menton de l'Indien.
    "Oh." Fit celui-ci, un air de déception au visage. Il retenta, avec un sourire plus timide :. "-Je voulais juste un snack... S'il vous plaît ?
    -Un peu tard pour te balader tout seul, tu ne crois pas, pédé ?
    -Techniquement incorrect. Je ne suis pas intéressé sexuellement par les hommes, monsieur. En revanche, j'aime bien les services de transport publics, les insectes *et* les longues balades au clair de-
    -Rien à carrer. Moi tu sais ce que j'aime ? Les portefeuilles."
    Et il mentait probablement, de toute manière. Il avait l'air trop souriant, trop stupide, trop bien habillé pour pouvoir être autre chose qu'un pédé de toute manière, susurrait avec sa finesse typique et fidèle l'agacement de Guy à sa conscience.
    "-J'ai peur de ne pas pouvoir vous aider. Je cherche un-
    -Je t'ai donné le choix ? Qui, précisément, est le type avec le gros couteau, de nous deux ?
    -Freud ?" Fit l'Indien avec innocence et spontanéité, avant de lâcher brusquement un : "Hé !"
    Il n'eut pas Guy, qui n'était pas idiot au point de tourner la tête au moindre "hé !" subit de la part d'une victime.
    "Blatella germanica. Blatte germanique." Il marqua une pause, avant de reprendre avec enthousiasme, pointant du doigt le sol derrière Guy -qui ne se retourna toujours pas : "Cafard ! Avec des petites papattes et des petites antennes et des toutes petites papattes et des toutes petites antennes !" Continua t-il du ton sucré que prend face à un enfant jugé lent un adulte beaucoup plus stupide.

    La nuit était propice à beaucoup de choses, beaucoup de délires et de singularités. Guy se considérait comme une créature nocturne, une créature nocturne certes facile à agacer, mais blasée avant tout. Les grésillements cérébraux de l'individu devant lui ne faisaient qu'entamer sa patience ; après des années il ne s'étonnait plus de rien. Il posa la lame contre la gorge de l'homme -à plat, lentement, mais fermement, l'accompagnant d'un léger et sec claquement de langue, l'implacable formule habituelle-, appréciant délicieusement la pensée du frisson que le contact froid du métal devait engendrer sur la peau sombre.
    "J'ai. Dit." siffla t-il entre les dents, approchant son sourire crispé et hargneux de l'oreille de l'imbécile qu'il tirait de sa main libre.
    "-Le. Fric. Je ne recommencerai pas.
    -Je crains pour mes biens, donc ? Dois-je craindre pour ma santé ?
    -Si tu t'en sors avec juste une mâchoire cassée d'ici trente secondes, t'auras eu de la chance.
    -Ma vertu ?
    -Va crever !" Cracha t-il, sur le point de lui arracher l'oreille à mains nues -il était presque sûr de pouvoir y arriver, à son niveau d'agacement.
    "Qu'il soit dûment noté que vous avez à mon égard parmi les plus hostiles des intentions. Vous êtes un voyou. Vous me blesseriez sans broncher." Il s'arrêta, probablement fier du niveau de réflexion auquel il était parvenu.

    Puis il remarqua les détails, idiot puisqu'ils étaient plutôt une absence de détails. On les oubliait souvent, ceux-ci à moins de s'appeler Sherlock Holmes, et Guy s'appelait, en fait, Guy. C'était sa mère qui avait insisté à sa naissance, quelque chose à voir avec un oncle ou un cousin mort. Elle aurait mieux fait de rester couchée ce jour là (ce qu'incidemment elle avait fait, la feignasse).
    Le manque idiot de peur, d'abord. Il arborait toujours un sourire quasi figé, très blanc, et pas seulement en comparaison avec sa peau sombre.
    La peau sans chaleur de son oreille. Pas juste froide comme toute oreille qui se respecte dans une nuit glaciale, mais caoutchouteuse, presque artificielle, comme oubliée des veines censées la traverser.
    Le manque total d'odeur d'alcool dans son haleine. En fait, le manque total d'haleine.
    Le visage de l'Indien se fendit en deux d'un sourire immense.
    "Soit je suis très content de vous voir-"

    La douleur, métallique et terriblement aiguisée, perça Guy au niveau de l'abdomen, silencieuse et pure. Il ne cria pas, ne sursauta pas. Il y avait des niveaux de souffrance trop élevés pour ce genre de choses. Il se contenta de lâcher le couteau et de tituber doucement en arrière, tentant sans trop de motivation de crisper les mains sur la plaie béante, mais il avait déjà perdu toute force, le corps rempli d'eau.
    Guy s'effondra sur le dos. Il n'eut même pas un dernier hoquet. La notion de souffle même lui était devenue inconnue. Pendant une fraction de secondes, le jeune homme contempla le ciel, mornement affadi par les lampadaires, étriqué par les toits des deux immeubles. Il ne trouva rien de particulier à dire ou même à penser sur les étoiles calmes qui le scrutèrent en retour, trop occupé qu'il était à penser "Je suis mort ?" avec tout l'ébahissement de ceux à qui ça arrivait pour la première fois. Puis il mourut en silence, immobile, avec les plus extrêmes des politesses et des gentillesses -il fallait un début à tout.

    "-soit j'ai effectivement un sabre dans mon pantalon." Fit Sanjay avec le ton goguenard et complice de ceux qui ne font jamais rire personne mais essaient tout de même, essuyant distraitement la demi-lame sur un coin de sa veste. Elle n'avait plus grand-chose d'immaculée, et arborait maintenant des coupures qui laissaient voir la doublure sale. Il la rengaina dans un très discret baudrier passé sous ses vêtements et attaché à sa hanche. Et aussi rapidement qu'il avait été sorti, le sabre brisé fut dissimulé, présence bien utile le long de sa cuisse, où le contact froid ne lui fit à peu près rien du tout.
    Sanjay s'accroupit à terre sans visiblement craindre le contact entre son bas de pantalon et une quelconque présence de flaque suspecte, et se pencha sur le jeune homme, approchant avec délicatesse sa joue des lèvres entrouvertes de celui-ci. Il parut déçu.
    L'homme passa sa main sur la gorge, encore tiède et intacte, du jeune homme, mais il savait que ce ne serait pas pareil. Fade. Il mesurait tout mal. Il n'avait pas encore le coup de main.
    Sa bouche s'élargit jusqu'à béer, inhumaine, ses dents scintillant mieux que le meilleur des photoshopages destinés à faire vendre du dentifrice, et il se pencha de nouveau sur le cadavre.

    Le bruit métallique d'une boîte de conserve promue ballon de football l'espace de deux secondes se fit entendre. Sanjay s'immobilisa. Rétracta ses lèvres à leurs proportions normales, puis les étira en un mince sourire.

    Un ton traînant fit :

    "Guy ? Ramène-toi, y'a une porte pas fermée au truc en face du PMUuuuuu... Hu ? "
    L'Indien se releva. Il n'était pas très grand, mais aux yeux de Jimmy, pétrifié, il parut se dérouler sur une hauteur infinie couronnée d'un sourire qui n'était naïf, enthousiaste et amical que si on oubliait distraitement de repérer le cadavre.
    "Jeune homme ? Vous tombez bien !" Fit une voix mi miel mi éther mi touriste égaré (un problème d'addition qui aurait dû lui mettre la puce à l'oreille s'il n'avait été aussi mauvais en mathématiques).

    "Je cherche un snack."
    Dernière modification par Zyl ; 14/01/2011 à 23h04.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  4. #4
    Smidge Invités

    Re : Les formidables aventures de monsieur Guy

    Je sais pas trop où poster un commentaire, donc je fais ça à la suite (s'il existe déjà un topic pour ça, merci à un modérateur de déplacer ça).

    Bref, mon avis.

    En un mot, je dirais : sympathique Dans les bon points, je dirais qu'on se sent "en immersion". Tu t'en sors très bien avec un personnage masculin en tous cas. Quelques petits détails croustillants, un peu dégeux, juste ce qu'il faut de vulgaire
    La fin est originale, même si j'ai pressenti petit à petit un dénouement du genre (l'était trop blanc pour être honnête, ce touriste ).

    Deux petites réserves. Quelques phrases un poil trop à rallonge. Ca rend certains passages un peu obscurs. Mais bon, rien de bien méchant, ou qui résiste à une seconde lecture.
    Et enfin, "la Tour Eiffel". Je sais pas si tu t'es déjà rendue sur place... mais tu ne peux pas être au pied de la Tour Eiffel et dans une ruelle sordide coincée entre deux immeubles. En plus, à mon avis, ça n'apporte pas grand chose que ça se passe à Paris. Invente un nom de tour d'immeuble, et ça sera tout aussi bien

    Voilà voilà !

  5. #5
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : (Nouvelles)Patates nouvelles

    Ah j'ai pas dû être claire alors, fichue phrases à rallonge (si ça ne tenait qu'à moi, on bannirait tous les points sauf le final !), justement il n'est *pas* censé être au pied de la Tour Eiffel du tout . Mais paumé. Complètement. Bon, je reformulerai ça plus subtilement un jour.
    Merci, en tout cas !
    A la relecture, c'est un peu crade, effectivement. Bon hein... Ça fait vendre ?
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  6. #6
    Date d'inscription
    April 2007
    Messages 
    388

    Re : (Nouvelles)Patates nouvelles

    Après lecture (accès rapide sans mentir), je constate que ça se prolifère toujours d'idée chez toi Zyl . Comme le souligne Smidge, les phrases sont longues par moment ! Si c'était tout le temps et fait exprès, je ne dirais pas, mais là, c'est clairement visible !


    "Gras que vous y avez semble t-il laissé la dernière fois que vous fîtes réchauffer votre grillade de boeuf et fromage fondant entre deux tranches de pain moelleux saupoudré de sésame et accompagné de pommes de terre bâtons finement sautées et généreusement arrosée de ce délicieux velouté artificiel de tomates dans la seule poêle propre de notre maisonnée, que je réservais ce soir là à la confection d'un bien minable sauté de poulet et son accompagnement rachitique d'épices asiatiques d'une banalité affligeantes et de riz aux qualités diététiques ennuyeuses à mourir, sans démarrer le système, il est vrai, bruyant, incommode et barbare d'aspiration de la fumée et de l'air gras."

    J'en tire une seule pour que tu t'en rendes compte

    Sinon, continue ! j'ai hâte de lire tes autres futures nouvelles.
    " Pour le combat et la victoire ! "
    Balduran

  7. #7
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792
    (Ok, bon ça, c'est la retranscription d'un rêve que j'ai fait il y a un certain temps déjà. Ca commençait comme un film d'amour viellot et barbant, je voulais changer de chaîne (ça vous arrive jamais ? ), mais finalement, heu... Je trouvais ça rigolo. )

    -----------------

    Les oiseaux chantaient, les papillons papillonnaient et la campagne verdoyante s'étalait à la fenêtre comme un paysage de carte postale.
    John était trop euphorique pour comprendre le moins du monde l'inquiétude de Lily, et celle de ses beaux-parents. Ce n'était pas qu'il avait une envie particulière de partir à la guerre, d'ailleurs, à *cette* guerre. C'était moins précis. Mais la promesse d'enfin quitter sa petite ville natale, et d'atterrir dans un pays lointain en sauveur, en pourfendeur de tout ce qui était mauvais, c'était nouveau, et cela le faisait donc délicieusement frissonner. Le prétexte aurait pu être autre, mais John était jeune, bouillonnant, et savait pertinemment qu'il ne réalisait rien de ce qui lui arrivait. Mais il ne faisait aucun effort pour se ramener les pieds sur Terre. Il savait, consciemment ou non, que cela lui arriverait bien assez tôt.
    Les lèvres pincées, magnifique dans sa robe rouge malgré les larmes qui lui avaient rosi les yeux et fait briller les joues, Lily ne parvenait pas à desserrer sa main. John ressentit un pincement au coeur de devoir la laisser, et aussi un énorme, magnifique orgueil, qu'elle fut, en cet instant précis, elle, la plus belle fille de la ville, sur le point de fondre en larme pour lui, qui avait cru jusqu'à leurs fiançailles passer pour invisible aux yeux des demoiselles.
    Les fiançailles en question étaient arrivées assez tôt après leur rencontre. Elle était fille de bouchers, et ses parents avaient été engagés pour fournir le (relativement chiche mais néanmoins délicieux, période de guerre obligeait) buffet lors du mariage d'une des tantes les moins appréciées de John. La jeune femme lui avait paru d'une beauté fatale, époustouflante, mais également timide et réservée, comme perdue dans un coin de la fête, et c'était ce qu'il aimait le plus chez elle. Sa discrétion. Lily n'était pas une belle volage, qui gloussait de voir les hommes l'admirer, mais un bastion de pureté et de douceur. Non, il n'en revenait toujours pas.
    John adorait Lily, et il savait qu'elle l'adorait encore plus.
    La tête posée sur l'épaule de son fiancé, celle-ci retenait bravement ses larmes de couler à nouveau, leurs doigts entrelacés.
    Il savait qu'elle ne le retiendrait pas. La guerre était nécessaire. Il voulait se battre. Il savait que Lily resterait à lui, parce qu'elle lui appartenait déjà totalement. John était donc, en cet instant, ivre de bonheur et d'orgueil.
    La silhouette plantureuse de Morgan apparut dans l'encadrement de la porte. La mère de Lily avait l'air soucieuse. John ne put s'empêcher de remarquer -il ne pouvait jamais s'en empêcher- à quel point Morgan pouvait être belle. Peut-être pas plus que sa fille, mais pas moins non plus. Elle était une Lily mûrie mais pas dans le mauvais sens du terme, et John, malgré leurs années de différence, n'aurait eu aucune réticence à lui céder le monde, n'eut-elle été mariée, et n'eut-il été fiancé à sa fille. Elle portait une robe d'un rouge passé, une espèce de rose foncé, qui mettait sa chevelure encore parfaitement noire et ses lèvres superbement dessinées en valeur. Il savait que l'habit n'avait rien, en fait, d'exceptionnel, mais le voir porté par une telle femme revenait à en faire un objet à la pointe de la mode, oublieux de ce que la guerre avait pu faire subir à l'institution. Une beauté éternelle, c'était cela : Morgan et Lily étaient d'une beauté éternelle.
    Morgan fut rapidement suivie de son époux, Jack, qui adressa en voyant ses affaires déjà empaquetées un mouvement de la main sans enthousiasme à l'adresse de John. John n'aimait pas trop Jack. Il ne détestait pas son futur beau-père, mais ne voyait guère non plus ce qu'il avait d'exceptionnel pour que Morgan l'ait épousé. En un sens, c'était exactement la même chose qu'avec lui et Lily.
    Enfin, le beau-père avait engendré la plus belle des filles du monde, et ne pouvait donc être foncièrement mauvais. Mais Jack faisait plus vieux que son âge, et avait presque perpétuellement l'air malsain et fuyant d'un animal traqué, sauf quand sa femme le rappelait à l'ordre devant les clients. John savait que la guerre, la précédente, lui avait beaucoup enlevé -il parlait très peu de tout ce qui entourait son départ comme son retour, et portait nettes sur sa main les traces circulaires de la blessure qui lui avait amputé l'annulaire. John soupçonnait Jack de cacher bien d'autres cicatrices, et même s'il se reprochait intérieurement son manque de charité, il ne pouvait s'empêcher de considérer l'homme comme un imbécile. Il était revenu d'une guerre que leur camp avait gagné sans cicatrices handicapantes, avec juste de quoi prouver qu'il était un vétéran. Et il n'en profitait pas, il se terrait dans son coin, évitait avec soin ses anciens camarades -certains lui renvoyaient volontiers la pareille-, était en permanence à cacher sa blessure dans la poche de son tablier. Pour John, cela cachait quelque chose, un vice, une lâcheté chez son beau-père, un non-dit de fuyard.
    "John, mon cher. S'il vous plaît. Prenez soin de vous. Par pitié." Fit Morgan d'une voix douce mais infiniment triste. Et ce fut tout, ses derniers mots à John. Elle lui serra l'épaule de ses doigts blancs parfaits, plongea un regard maternel éploré dans celui de John, puis abaissa avec compassion les yeux jusqu'à Lily, et recula d'un pas. Pour John, ces adieux voulaient dire beaucoup plus, et le touchaient bien plus que ceux de sa propre mère, une petite demi-heure auparavant. Morgan évoluait dans une sphère bien au dessus de celle des parents de John, même si leur extraction était similaire. Elle avait ce quelque chose de singulier, une classe de créature mythologique, de sirène plus que d'humaine.
    A sa grande surprise, Jack vint le saluer, une fois Morgan partie épaule contre épaule avec sa fille dans la cuisine -probablement pour aller étouffer ensemble leur chagrin.
    John ne se sentit guère à l'aise lorsque son beau-père l'approcha à une distance aussi peu habituelle, et encore moins lorsque le vieil homme (il n'était pas plus vieux que Morgan, songea t-il, mais il avait l'air d'une telle antiquité !) entama d'une voix sèche et désagréablement confidente :
    "A ton tour gamin. Je suis désolé. Va pas croire que tu trouveras la gloire. Tu seras peut-être plus content si t'es mort. Je sais que j'aurais préféré. Les femmes désapprouveraient que je te dise ces horreurs, mais rhaa... Tiens, prend mes gants."
    Fit-il en lui tendant des lambeaux de cuir rigide et malodorant que John n'avait pas remarqué jusque-là, et en les lui fourrant dans les mains quand le jeune homme hésitait à s'en saisir.
    "Dieu sait si t'en auras besoin. Bon, j'vais aller aider la dame pour les livraisons."
    Jack haussa les épaules et s'en fut. John retourna la paire de gants entre ses mains. Ils étaient vraiment très raides, et avaient probablement été gelés puis séchés jusqu'à prendre la forme des mains. Il se demanda comment plier les doigts dans de telles loques pouvait être possible. Le jeune homme hésita un instant à les jeter, puis se décida finalement à les fourrer en boule dans une poche de son bagage, espérant les oublier rapidement.
    La porte d'entrée claqua, et John sut que Morgan et Jack venaient de partir faire leur tournée des livraisons. Leur commerce marchait au ralenti, mais il marchait malgré tout, et John savait leur attachement aux rituels. En général, Lily les accompagnait, mais d'instinct il sut que ce n'était pas le cas aujourd'hui. Ils ne l'auraient, de toute manière, pas enfermé dans leur propre maison.
    Lily réapparut dans le cadre de la porte menant à la cuisine, avec toute la discrétion du monde, comme si elle avait espéré ne pas se faire remarquer par son fiancé. Un halo rouge souligné de larmes douces s'était formé sur ses joues.
    "Lily." fit-il, les yeux humides de joie et d'excitation, s'avançant vers elle et la saisissant par la taille. "Lily, Lily, Lily, c'est merveilleux." Il enfonça le visage dans ses cheveux noirs, qui avaient une légère odeur métallique, grisante, charnelle, atypique. Bien sûr, il l'entendait renifler, mais même cela, elle parvenait à le faire avec sa grâce et sa retenue habituelle. Une main fraîche se posa sur la joue de John, et sépara tendrement son visage de l'épaule de la jeune femme. Lily rapprocha ainsi leurs deux visages, et déposa sur les lèvres de John un léger baiser. Il se contenta de fermer les yeux et de savourer. Mais il ne put ignorer longtemps l'humidité des cils de Lily contre sa joue, et les tièdes larmes qui s'y déposèrent lors de ce bref contact.
    "John." Fit-elle d'une voix brisée. Brisée mais tellement belle, tellement douce, songea t-il.
    "John." tenta t-elle avec plus d'assurance. "Ce n'est pas merveilleux. J'ai peur. C'est la guerre, John, et je ne peux pas-" Elle étouffa un sanglot en se mordant le dos de la main -il entraperçut ses dents si blanches, si délicates. "-je ne peux pas me défaire du sentiment que je ne te reverrai peut-être jamais plus."
    Il lui jeta un regard du type confus, mais tentant d'être compréhensif.
    "Allons Lily, je ne serai pas loin longtemps. Tu n'as tout de même pas peur qu'une seule de ces femmes là-bas, de l'autre côté, soit plus-" Il chercha le plus grand des compliments qu'il lui put trouver. "-jolie que toi ? Ma douce, ma belle, Lily ma chérie, je t'aime.
    -John, tu es un idiot. C'est une guerre. Les gens meurent. C'est le principe d'une guerre."
    Sa bouche de fleur de coquelicot n'était pas faite pour prononcer ce genre de paroles, s'indigna le jeune soldat intérieurement. Mais peut-être avait-elle raison. Il ne l'avait pas assez rassurée ces derniers jours, tout excité qu'il avait été par la perspective du voyage.
    "-On va gagner, Lily.
    -"On", peut-être, mais toi ? Tu es mortel. Chair et sang." Elle baissa la tête. Elle pleurait maintenant sans retenue, sur son épaule, ce qui faisait frissonner John de manière exquise.
    "-Je reviendrai. Ton père est revenu, mon père est revenu. Ne t'inquiète pas, ma chérie, je serai là. J'ai promis à ta mère qu'on ferait le plus beau mariage jamais vu dans cette ville, après tout ! Tu penses que je pourrais mentir à ta mère ?" Fit-il en souriant, la serrant contre lui, appréciant sa chaleur et sa vulnérabilité.
    "-Mon père est revenu, et il avait changé. John, ce n'est pas comme aller à la foire de la grande ville, d'accord ? Et j'ai tellement peur de te perdre sans plus avoir rien de toi. Aucun souvenir, juste des larmes. Aucun témoignage heureux. Juste des regrets. J'espère que tu comprends au moins cela.
    -Oui, je comprends ma douce. Mais je ne peux rien y faire, j'ai été appelé. Pour tout ce que je t'aime, mes devoirs ne sont pas qu'envers toi. Tout ceci..."
    Il embrassa la petite salle aux murs peints de fleurs roses, qui se trouva conséquemment momentanément chargée de représenter l'immensité du monde et les enjeux de la guerre.
    "-Tout ceci nous dépasse, nous faisons partie d'un dessein supérieur. Et cela, Lily, nous devrions en être heureux !
    -Si, John."
    Il y eut un silence de quelques secondes, pendant lequel John contemplait, des étoiles dans les yeux, le sublime dessein de la porte en planches sur laquelle un cochon au point de croix dans un cadre de rotin était cloué, et Lily séchait à grand peine ses larmes pour pouvoir continuer sa phrase sans interruption.
    "-Si, John, il y a quelque chose que tu peux faire. Pour moi. Nous." Elle releva les yeux, grave. Elle avait deux orbites très bleues, très brillantes, un peu rougies par le chagrin, mais cela n'ôta en rien à l'intensité du regard qu'elle lui lança.
    Ses douces mains s'étaient faites plus fermes sur les épaules de John, et avant qu'il ne s'en rendit compte, elle l'avait poussée avec une résolution tendre mais déterminée dans la cuisine étroite, qui sentait encore la viande fraîche et la lavande, au parfum entêtant presque anesthésique.
    Du pied, Lily poussa la porte derrière elle, et la referma. Le loquet tomba avec un petit claquement.
    "John, nous ne sommes pas mariés, mais je ne suis même plus sûre que nous le serons un jour. Tu pars loin et pour longtemps. Tu peux disparaître, et avec toi tous nos projets." Fit-elle, la lèvre raffermie, son visage très proche de celui de son fiancé.
    "-Je ne veux pas d'une stupide photo ou d'une boîte pleine des lettres que tu m'as envoyées. Je garderai à jamais le ruban que tu as noué dans mes cheveux, la bague que tu as passé à mon doigt, mais tout cela, ce n'est pas toi. Je me souviendrai de la danse que nous avons partagé, de nos rires, mais ce n'est toujours pas toi. Tu vas mourir, John, et je serai perdue.
    -Mais Lily ! Même si je meurs-"Il eut un bref rire embarrassé "-tu seras... Je veux dire, tu ne seras pas seule ! Nous ne sommes pas mariés... Je ne t'interdirais tout de même pas de trouver quelqu'un d'autre, si j'étais mort bien sûr !
    -Mais ce n'est pas quelqu'un d'autre que je veux, c'est toi ! Vraiment toi, John, pas ton souvenir ! Je veux quelque chose que toi seul peut me donner, John. Ce n'est pas une décision facile, mais je préfère mille fois cela à l'idée de me languir seule, oublieuse du goût de tes lèvres, de l'odeur de ta peau, jusqu'à ma mort.
    -Lily ?
    -Je-" Elle balbutia, puis reprit ses esprits, et prononça avec clarté :
    "Je veux ta chair, John, nos chairs unies. Que tu me donnes quelque chose qui ne puisse être qu'à toi. Nous sommes si proches du mariage, ou de ta mort. Tu sais que c'est la seule chose à faire dans les deux cas."
    Il resta un moment pantois. Elle ne l'avait pas lâché, et s'était même agrippé à lui plus fermement qu'elle ne l'avait jamais fait.
    "Mais j'aurais... Peur de te faire mal." Fit-il d'un ton moins assuré qu'il ne l'avait voulu. Beaucoup moins. Elle l'avait avancé dans un domaine qu'il ignorait encore. Et cela, se reprit-il intérieurement, était-ce mal ? Non. Il frissonnait, cependant, et tremblait à présent plus qu'elle. Il la comprenait enfin, et cela lui faisait presque peur. Mais elle avait raison, en fin de compte.
    "Ne t'inquiète pas, John. Je n'aurai pas mal." Elle secoua la tête avec une douceur triste. "Montre-moi ta main." Fit-elle en tentant gauchement de remonter la manche de la chemise de son fiancé. Il la lui tendit, les muscles soudainement cotonneux. Ses petites mains fraîches lui caressèrent le dos de la main, la longueur des doigts, timidement mais sensuellement. Il ferma les yeux.
    "Oui, ça fera l'affaire. Je n'aurai pas mal, mon pauvre trésor. Moi, non."
    Il perçut un bruit métallique lorsque Lily le plaqua, avec brutalité, contre un des petites étagères à ustensiles, dans un baiser d'une intensité vitale, leurs mains entrelacées aussi intensément fondues l'une dans l'autre que l'étaient leurs lèvres.
    Puis il perçut : d'abord le froid brutal, la petite fraction de seconde où les nerfs engourdis se demandaient encore ce qui avait pu se passer, puis la douleur, le mal aigu, la souffrance subite et inexplicable, et il se mit à crier comme un bébé.
    "Chut, mon amour." Lui murmura t-elle à l'oreille, exactement comme à un enfant, détachant d'un coup sec le doigt encore retenu par un lambeau de peau. "Mon très cher amour, ne souffre plus."
    Il avait voulu rouvrir les yeux, mais les larmes de douleur lui brouillaient la vue. Il lui semblait être prisonnier d'une statue de fer qui l'enlaçait férocement, les jambes enroulées autour des siennes, les mains froides comme le métal qui lui retenaient les bras. Lorsqu'enfin il parvint à percevoir une image, Lily lui sourit. Elle avait toujours les lèvres très rouges, et un sourire mutin, son annulaire nu (nu, c'était important) entre les dents. Son sang, son propre sang à lui, lui dégoulinait sur le menton comme du jus de cerise sucré. Le hachoir traînait encore à quelques centimètres de sa main martyrisée, mais il sut qu'il ne l'atteindrait jamais.
    "Oh méchant fianché." Chantonna t-elle, mordillant entre fredonnements le doigt.
    Oh méchant fianché !"
    Elle s'interrompit, s'assura avec un sourire qu'il gardait les yeux ouverts, puis trancha le doigt en deux morceaux de deux coups d'incisive. Elle le goba ensuite d'un coup de langue, étouffant un petit rire gêné si semblable à celui qu'elle avait en prenant des bouchées de tarte trop grosses pour elle.
    "Nous ne faisons plus qu'une chair, mon amour. Même si tu pars, je garde quelque chose de toi. Et tu gardes quelque chose de moi. Une bague de fiançailles est horriblement facile à perdre. Ou à oublier sur la table de ton salon, n'est-ce pas ?"
    L'étreinte parut se relâcher. John prit cela pour une autorisation de tomber dans les pommes.

    Il se réveilla sur un bateau rouillé au milieu de milliers de ses semblables, et ne survécut à la guerre que par inadvertance. Il vit passer des charniers et des amis morts sans fléchir, mais la terreur réelle s'empara de lui lorsqu'il comprit qu'il rentrerait un jour au pays.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  8. #8
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792
    Dans l'enthousiasme général, une nouvelle nouvelle. Ne déchaînez pas trop vos passions !

    -------------

    L'assassin inverse

    L'homme marche dans ma chambre d'hôpital. Marchait ? Les pointes de pied se posent, puis les talons. Je ne peux pas voir son visage, puisqu'il me tourne le dos. Il partait !
    Ce n'est pas quelqu'un de l'hôpital, il aurait pu en être, mais le pyjama n'est pas d'ici, sauf s'il a amené le sien, mais nous ne sommes pas autorisés, je crois, hygiène ou quelque chose. Il a un pyjama vert, à rayures blanches, presque un truc de cartoon, un peu lâche, pas très propre, couvert de mouchetures brunes, qui lui descend jusque sur ses pieds nus. Il ne porte pas de chaussons, dieu merci !
    La pensée de mourir de la main d'un type en pantoufles m'aurait hérissée. Je préfère le pyjama, faute de mieux. Malgré tout, je pleure, pour les quelques instants qu'il me reste, enfin je laisse échapper une larme quand je commence à comprendre clairement le truc de monsieur-marche-à-l'envers. Je ne me lâche pas en sanglots non plus. Je suis assommée, c'est tout. Trois secondes à vivre, c'est très peu, c'est encore moins pour comprendre quelque chose de fondamental, quelque chose à côté duquel je suis passée toute ma vie, quelque chose que j'avais sur le bout de la langue mais qu'aucun effort mental ne m'aurait permis de retrouver sans ce déclic extérieur.
    Bref.
    Je sais que dans trois secondes, je n'ai jamais eu de futur au delà de cette chambre d'hôpital. Il se retourne, tourne les talons dans ma direction, comme vous voudrez.
    J'ai juste le temps d'apercevoir son visage. Il a les yeux fermés. J'aurais les yeux fermés aussi, dans son cas ! Il a l'air calme. C'est un jeune homme, pas très beau, plutôt banal, l'air fatigué. Il me lâche à l'épaule (m'attrapa ?) et ressort (plongea !) doucement sa lame dans ma poitrine. Elle est dégoutante de sang, mon sang, celui qui a taché toute la moquette avant de revenir sur l'acier. Elle ressort propre de mon coeur. Mais moi, je meurs dans mon sens temporel, les yeux grands ouverts.


    Et là
    àl tE


    Comme la peau d'un lapin -désolée des métaphores morbides, je viens de mourir-, les choses se retournent. Se sont toujours retournées. D'un seul coup, j'ai cessé d'avoir un futur. D'un seul coup, je commence à marcher dans l'autre sens, et j'efface le passé, pour laisser la place à mon futur, celui d'un semi-fantôme.
    Voyez-vous, ces histoires de voyage temporel, ça m'a toujours perturbée. Non pas que je n'aime pas ma dose de space opera cheesy, ou même de bonne SF de temps en temps. Simplement, le problème avec toute l'idée de voyage temporel, c'est que je n'y ai jamais réussi à voir l'idée de «*voyage*». Le côté «*temporel*» est assez auto-explicatif, merci bien, mais le reste...
    Bref, il y a une route. Je ne ferai pas de techno-babillage. Pour voyager, il vous faut une route. Et pourquoi tout le monde la prendrait-il dans le même chemin ? Que se passe t-il si quelqu'un... Disons quelqu'un sur le point de mourir, un trou en forme de lame dans la poitrine, décide de se retourner, de faire chemin inverse ?
    Je me lève. Je me suis déjà levée, mais pour la simplicité je ne parlerai plus qu'au présent. Je commence à... Détricoter mon passé. Je créé mon futur ainsi. Je remonte le fil, je refais une pelote avec mon pull, et je me rends compte que j'ai bien mélangé mes métaphores. Ce n'est pas une expérience facile à raconter. Elle est facile à ressentir, passé le choc psychologique. Comme j'ai dit : déclic. Tout est simple.
    L'homme en pyjama est déjà parti. Peut-être n'est-il jamais venu ici ? Peut-être est-il simplement venu me tirer par la manche pour me faire rebrousser chemin ? Ai-je effacé son futur à lui en prenant la même voie ?
    Au fait, j'ai menti quand j'ai dit que tout était simple. Il n'y a pas une seule route. Pas un seul fil. Peut-être un fil par personne. Mais le reste ? C'est un sacré bordel.
    Je sors de ma chambre. Je ne vois pas l'homme en pyjama, le somnambule, mon assassin inverse. Quelque part, je doute l'avoir effacé. Il avait l'air de venir de loin, et j'ai la sensation distincte de ne pas être sa première... «*victime*» ? Compagne de voyage ?

    Je marche dans les couloirs. Je ne sais pas comment les gens me voient, comment ils m'ont vue, comment il me verront. Je m'en moque bien. S'ils réagissent, c'est dans mon passé, leur futur. Moi, je les vois marcher à l'envers, comme une série de moonwalkers acharnés. Je les entend bruisser comme une cassette qu'on rembobine.
    Sans que personne ne m'ait rien dit, je repère du coin de l'œil les autres voyageurs. Ils ont toujours été là, censurés, peut-être, par le sens commun. Nous sommes plus nombreux que je ne pourrai plus jamais l'avoir pensé. Je repère le jeune homme en pyjama, qui nettoie son couteau, les yeux toujours fermés, et me sourit. L'arme paraît de nouveau prête à l'emploi. En silence, je prend la main d'une petite fille perdue, celle d'un business man aux quatre montres folles, et, ensemble, nous commençons à ne jamais avoir existé.

    Muets, nous marchons vers la naissance du monde.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  9. #9
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792
    La reine

    La grande et belle femme marchait, les yeux mi-clos, comme rêvassant, sa longue robe verte traînant derrière elle. Le tissu miroitait doucement, comme du velours très fin. Au niveau des manches, il lui épousait les bras dans une coupe gracieuse. Elle avait aussi derrière elle une grande masse de cheveux lisses et rouges, tenus en petits paquets tressés par des rubans dorés.
    Elle ressemblait à une princesse. Non, pas à une princesse, à une reine ! Et, dans la tête de Mimi, c'est ce qu'elle devint. Maintenant, si elle avais pu seulement réussir à voir son visage...
    La foule était grise, terne, et inélégante autour de la belle femme. Elle dominait la plupart des gens d'une bonne tête, hommes y compris, sans pour autant que sa silhouette n'en soit affectée d'un gigantisme effrayant. Mimi trottinait pour se garder derrière elle, car la femme faisait de très longues enjambées. De temps en temps, la belle reine se retournait et lui souriait, et tout son visage paraissait pétiller de gentillesse et d'intelligence. Elle souriait aussi avec les yeux, de beaux yeux à la limite du vert et du jaune, frangés de sourcils sombres et longs. Elle avait le visage doux, fin, mais pas pointu, avec des pommettes rondes et roses sur sa peau pâle. Un nez à la courbe interne très légère, mais élégante, et une bouche faite pour les sourires.

    «*Tu n'es pas trop fatiguée, Mimi ?*» s'enquit-elle d'une voix chaude. «*Je pourrais te porter, si tu veux.*»

    Mimi releva doucement la tête. Elle n'osait pas demander, même lorsqu'on lui proposait. La femme avait un air tellement aimable et familier, mais elles ne se connaissaient pas depuis assez longtemps pour que la petite fille se sente à l'aise. C'est qu'elle était timide ! Et que la femme était si belle, une vraie reine de conte de fée, qu'elle ne l'imaginait pas porter une petite gamine crasseuse, fatiguée et un petit peu rebondie (disait toujours son père) dans ses bras. C'était juste trop beau. Mimi effaça discrètement de ses lèvres les taches de confiture de groseille qu'il restait. Elle toussota, comme pour se préparer à dire quelque chose, puis, après quelques secondes à sourire bêtement, elle secoua négativement du chef, envoyant ses couettes déjà lâches valdinguer autour d'elle. La femme aux cheveux rouges se pencha sur elle, et lui caressa tendrement les cheveux.

    «*Nous ne sommes plus très loin, mais je ne veux pas que tu sois fatiguée en arrivant, d'accord ?*»

    Elle l'embrassa sur le front, passa un bras sous les genoux de Mimi et un autre derrière ses épaules, et la souleva.
    L'ascension rapide donna le tournis à Mimi. C'est vrai qu'elle était grande ! La petite fille serra autour du cou de la femme ses petits bras grassouillets, pour ne pas tomber. Le passage piéton derrière elles se mit à tanguer lorsque l'adulte reprit la marche. Mimi regarda avec fascination la traîne de la robe sous cet angle nouveau. Elle ondulait sur l'asphalte, comme si un tapis de mousse fine et d'herbe suivait les pas de la grande dame. De temps à autre, une tresse rouge aux rubans dorés volait devant le champ de vision de Mimi. Par jeu, elle les attrapait, mais toujours très doucement, pour ne pas tirer les cheveux de sa porteuse, parce que Mimi était une petite fille calme et douce, et qu'elle ne voulait pas vexer la belle dame.

    Lorsque Mimi avait fêté ses cinq ans, personne ne s'en était préoccupé. Personne à l'école, en tout cas, parce que c'était aussi l'anniversaire de Maudie, et que Maudie, elle, avait amené un gâteau de sa maman à partager avec tout le monde. La maîtresse leur avait laissé la dernière heure de la journée, et, lorsque le gâteau s'était avéré trop petit, avait même réussi à convaincre la dame de la cantine de ressortir les petits pots de gelée de groseille normalement réservés aux collations du matin. C'était une petite école. Tout le monde connaissait tout le monde, et il était fréquent que les élèves soient autorisés à interrompre les cours plus tôt pour pouvoir organiser un goûter général, si c'était leur anniversaire. Cela paraissait normal. Tout le monde avait attendu avec impatience l'anniversaire de Maudie. Tout le monde savait !

    Mimi aussi avait eu cinq ans, mais les gens avaient oublié. Peut-être parce qu'elle ne leur avait pas dit. Ce n'était pas leur faute ! Elle ne les avait pas invités une fête d'anniversaire, l'année précédente. Elle ne pouvait pas vraiment s'attendre à ce qu'ils se souviennent d'elle, quand tout ce qu'elle avait fait avait été de murmurer en regardant ses chaussures qu'elle aussi, elle avait quatre maintenant. Elle était trop timide, voilà tout, c'était sa faute. Et papa et maman n'avaient jamais appris à cuisiner comme les parents de Maudie. Ils savaient, à peu près, faire carboniser les pâtes et réchauffer les surgelés. Elle ne pouvait pas espérer arriver un jour à l'école avec un gâteau maison. C'était simplement une chose qui n'arrivait pas quand on s'appelait Myrtille Squame.
    Elle avait fêté l'anniversaire de Maudie avec tout le monde, quand même. Et par là, il fallait entendre qu'elle s'était tartiné un morceau de pain un peu sec du midi, et était partie avec sa tartine grignoter dans son coin après avoir murmuré un «*joyeux anniversaire*» étranglé à Maudie. Qui était une gentille fille, c'était impossible de lui en vouloir, mais elle non plus n'avait même pas retenu que l'anniversaire de Mimi était le même jour que le sien.

    Simplement, elle avait eu du mal à retenir les larmes en mordant dans sa tartine. C'était bête, de pleurer pour rien, mais c'était si frustrant, de voir portée sur quelqu'un d'autre toute l'attention qu'on aurait aimé avoir pour la même raison ! Avant d'avoir pu comprendre ce qui lui arrivait, Mimi s'était mise à pleurer à chaudes larmes, et s'était tournée vers le muret de la cour pour que personne ne la voie. Ce qui n'avait pas raté : tout le monde l'avait remarquée. Alors ils étaient venus la voir, toute sa classe, quittant les tréteaux sur lesquels le petit buffet avait été installé, certains pour lui demander ce qui n'allait pas, d'autres par simple curiosité animale, certains encore pour se moquer d'elle. Car Mimi était une chouineuse, c'était connu de toute la classe, et il était si facile de la faire pleurer que ça en devenait parfois un jeu. Elle pleurait sans raison, disait-on, à la moindre contrariété, quel bébé ! Et elle ne pouvait même pas les démentir, parce que c'était vrai qu'elle pleurait beaucoup trop pour une petite fille de cinq ans tout juste. Elle aurait bien voulu être différente, elle ne l'était pas. Elle pleurait quand les choses qu'elle aimait se cassaient, ou quand on lui disait qu'elle était grosse. Ou quand ses parents l'oubliaient, et passaient leur soirée ailleurs, et qu'elle était seule à la maison parce qu'elle était désormais «*une grande*» et que personne n'avait plus besoin de lui changer les couches. C'était cela qui faisait une chouineuse comme Mimi.

    Les gens étaient venus la voir. Devant les questions gentilles, devant les soupirs exaspérés et les railleries des garçons, et surtout, en voyant au loin la maîtresse arriver l'air las, comme elle le faisait toujours lorsque Mimi pleurait, elle n'avait pas réussi à tenir. Elle s'était enfui.

    Mimi, comme la plupart des gens, avait dans sa vie déjà fait de nombreux rêves dans lesquels elle volait. Les siens étaient toujours les mêmes, ou en tout cas très similaires. Ils se déroulaient toujours au même endroit, pour commencer, dans cette petite cour d'école qui était la sienne, avec les murets de béton surmontés de grillage que les grands s'amusaient à tordre à la récréation. La cour était vide, ou très peuplée ; ça, ça variait selon les rêves. Le tilleul du milieu, celui dont les racines fendillaient tout l'asphalte de la cour, s'élevait bien plus grand que dans la réalité, et, dans la réalité, il était déjà très grand. Lorsque Mimi levait la tête pour le regarder, et elle le faisait toujours, parce qu'en dehors de l'arbre rien n'était franchement différent de la cour de son école éveillée, l'arbre se penchait vers elle et lui souriait, ses yeux perçant au travers des ailes d'un grand papillon jaune-vert qui lui faisait comme un masque. L'arbre était une dryade. Il n'avait pas l'air très différent, mais c'était une reine des fées et de la nature, et Mimi chérissait le mot «*dryade*», qui était à son avis un des plus jolis à avoir été inventés, du moins de ceux qu'elle connaissait déjà. Elle aimait bien le mot «*éclipse*» aussi, mais c'était sans rapport. La dryade lui parlait alors. Ses branches faisaient comme des bras, et quand elle parlait, elles se penchaient et enserraient tendrement Mimi. Puis sa bouche, une fissure dans l'écorce en dessous du grand papillon, lui insufflait le pouvoir, et Mimi se mettait à flotter.

    Elle ne volait pas réellement, voyez-vous, pas comme volent les oiseaux. A la place, elle devenait plus légère que l'air, capable de se projeter en s'appuyant contre les murets de béton, ou le tronc de la femme-arbre. Elle jouait ainsi dans la cour un moment, tournoyant en apesanteur, puis elle sortait, flottant haut au dessus du portail de métal, et s'en allait.
    Elle ne se souvenait jamais de la suite.

    La raison pour laquelle cette anecdote est importante est que Mimi fit alors exactement cela, du moins il lui sembla. Les gamins de sa classe autour d'elle faisaient un bruit d'enfer, un mélange de poulailler et de cage aux singes. La maîtresse se dirigeait droit sur le groupe, bien décidé à les écarter puis à harceler Mimi de questions («Mais tu sais, si tu as un problème, même si c'est avec tes parents, on peut en parler, je suis là pour ça. Tu ne veux rien me dire ?»). Mimi ne voulait pas. Alors elle se mit à flotter, comme elle le faisait dans ses rêves, poussa sur ses pieds, s'éleva, tira sur le grillage pour se propulser et s'enfuit dans la rue.

    Deux heures plus tard, d'après la cloche électrique de la grande église de la ville, Mimi était serrée dans les bras d'une grande et belle dame, et ne les aurait quittés pour rien au monde.

    Elle avait erré. Elle ne savait pas comment elle avait pu redescendre à terre, ni comment son poids lui était revenu progressivement, dans les bras, les genoux et les pieds. Elle savait juste qu'elle s'était retrouvée dans une rue qu'elle ne connaissait pas, avec beaucoup de voitures, peu de commerces, mais de très grands bâtiments comme celui du boulot de ses parents. Mais pas les mêmes. Pas du tout les mêmes. Elle s'était retrouvée à quatre pattes devant un de ces grands bâtiments, les genoux de son collant gris de saleté, et l'impression de s'être faite arnaquer par Peter Pan.
    Un couple, un monsieur avec les cheveux gris et une dame avec les cheveux encore plus gris sous sa coloration brune, lui avaient demandé si elle était perdue. Elle avait fait comme elle le devait, gardant la bouche hermétiquement close, et secouant la tête de manière négative. Ils avaient insisté, elle avait marmonné «*pasldroitdparlerauzétrangers !*» et s'était enfui en agitant ses petits jambes dodues et fatiguées jusqu'à s'écrouler dans un endroit plus tranquille.

    Ce fut à ce moment qu'elle rencontra la reine. La belle femme.

    Elle s'était recroquevillée dans son coin, sans trop savoir quoi faire, le visage collant de larmes et de confiture. Elle se disait qu'elle avait été stupide, qu'elle ne savait pas ce qu'elle avait fait, qu'elle s'était perdue et que si elle revoyait jamais ses parents, ils lui infligeraient la punition de sa vie. Une main s'était posée sur son épaule, une main fraîche, fine, aux doigts longs, et en remontant le bras de vert vêtu, elle avait vu la reine aux cheveux rouges.

    Elle n'avait pas l'air embarrassé-préoccupé du couple aux cheveux gris. Elle souriait, simplement. Et elle avait un air si familier !
    «*Tu es perdue, petite fille ?*» dit-elle dit. Mimi avait secoué la tête, de plus en plus rouge. C'était ridicule de se perdre quand on avait déjà cinq ans... mais la dame ne lui adressa pas un reproche. Elle se contenta de continuer à sourire, les dents plus blanches qu'un modèle pour publicité de dentifrice. «*Ce n'est pas grave, hmm ? On va voir ce qu'on peut faire. Je te ramènerai là où tu dois être, je te le garantis. Tu peux marcher, Myrtille ?*»

    Et sur ces simples mots, Mimi s'était levée, et avait commencé à la suivre.
    Certaines personnes avaient l'air bien. Elles avaient l'air correctes, bien en place. Au bon endroit, quoi. Comme dans une histoire bien écrite, elles étaient un nœud logique de la vie. C'était des personnes dont on ne pouvait pas douter. La reine était de ces personnes.

    Mimi ne tarda pas à somnoler. Le rythme de la marche de la femme la berçait, et celle-ci ne paraissait pas fatiguer ou la laisser glisser. Elle était svelte, mais sa poitrine et ses épaules étaient confortables à la petite fille fatiguée. Celle-ci resserra ses bras autour du cou de la reine, et se blottit contre son col. Ses cheveux sentaient un peu le frais et la nature, une odeur familière de tilleul. Mimi ne se posa pas de questions. Tout comme certaines personnes paraissaient au bon endroit, certaines révélations, ou certaines idées, n'en étaient pas vraiment. Elles venaient lentement et naturellement, et ne provoquaient ainsi aucun choc, aussi étranges fussent-elles.

    Mimi, à moitié endormie, passa sa main dans les cheveux de la reine, parmi les tresses douces. Elle ne s'arrêta qu'en en y sentant une chose dure, qu'elle tira en ouvrant les yeux. Perplexe, elle inspecta sa main.
    Une grande épine de bois rouge se trouvait dans son poing serré. Elle était trois fois plus longue que son petit empan, et légèrement collante (pas sans rappeler la confiture de groseille, en fait). Elle avait l'air terriblement pointue.
    La mère de Mimi nouait parfois dans ses chignons des baguettes et des épingles ornementées. Mimi aimait imaginer que c'était en cas d'attaque d'un bol de riz sauvage. Mais là, c'était différent. L'épine était très épaisse, en bois pur et légèrement tordu.
    Curieuse, Mimi attendit un passage piéton. Combien de temps avait-elle passé dans les bras de la reine ? Impossible à dire. Elle ne reconnaissait toujours pas la ville. Elle ne s'en sentait pas particulièrement mal. Mais lorsque la reine, prévoyante comme il le fallait, tourna la tête pour vérifier l'arrivée de voitures, Mimi jeta un coup d'œil à l'arrière du crâne, écartant juste du petit doigt la masse de tresses.

    Il y avait un trou. Un trou dans l'arrière de la tête de la reine, là où il n'aurait absolument pas dû y en avoir. Il y aurait aussi dû, peut-être, y avoir un cerveau. A la place, il n'y avait que le trou, profond comme l'écharde, et il ressemblait à du bois fendu entouré de cheveux rouges.
    Mimi fixa l'épine dans sa main en clignant des yeux. L'épine ne disparut pas. En revanche, la reine tourna de nouveau la tête, et le trou dans son crâne disparut à la vision de la petite fille.

    Elle laissa tomber le morceau de bois dans la poche de sa robe-salopette. Il se mit à sauter au rythme de la marche de la reine. Elle n'osait ni le remettre en place, ni le jeter.

    Les alentours s'étaient graduellement faits moins peuplés. Les bâtiments moins hauts. Elles étaient, très certainement, sorties du centre, et en tordant un peu la tête Mimi aperçut des lotissements dans la direction que prenait la reine. Mais pas les siens. Pas ceux de son voisinage. Où étaient-elles ?

    Mimi s'agita un peu. Elle avait vraiment envie de dormir, mais quelque chose clochait. Elle geignit, faiblement. Sans même se contrôler, elle laissa échapper (horreur !) la phrase qui attirait les foudres.
    «*-On est bientôt arrivées chez moi ?
    -Patience, Mimi. Oui, on est bientôt arrivées.
    -Chez moi ?
    -Si tu le veux, oui.*»
    Les longs bras de la reine ne la lâchèrent pas. Tout aussi fermes qu'ils l'avaient été le reste du trajet. Mimi ressentit également qu'elle accélérait le pas.
    Elle ferma les yeux. Les trajets, même dans les bras des gens, passaient plus vite les yeux fermés. Elle tenta même de songer. Mais elle ne parvenait qu'à penser au trou dans le crâne de la reine. Elle rêva donc de craquelures dans le bois. De fissures dans la réalité.

    Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle se trouvait dans une vaste pièce cerclée de chaises. C'était des chaises de jardin, en plastique blancs, et pas des particulièrement récentes. Des enfants étaient assis sur quelques-unes dans elles ; certains à peine tirés du berceau, d'autres presque déjà adultes, des adolescents boutonneux qui avaient pour les autres un certain air de mépris, et se tenaient très raides contre leur dossier là où les enfants les plus agités discutaient ou se chamaillaient.

    La pièce bourdonnait, mais aucune voix ne se distinguait du lot. On aura plus dit, en fait, le bruit d'un guêpier que d'un groupe d'enfants.
    Au bout de la longue pièce se trouvait une grande arcade de plus de trois mètres de haut, qui semblait en être la seule issue. En dehors des chaises, des murs blancs et des enfants agités (cinquante ? Ou encore plus ?), il n'y avait rien dans la pièce. Mimi tira par la manche un garçon, parce qu'il avait à peu près son âge et qu'il n'avait pas l'air aussi occupé à se chamailler avec les autres enfants à coup de bâton que les autres. Il avait les yeux ronds, la peau très sombre, et un t-shirt rouge vif. Lui aussi était couvert de crasse. C'était d'ailleurs un point récurrent chez les gamins de la salle, à l'exception des adolescents.
    «*-On est où ?
    -Nini ?
    -Heu... non, Mimi. Tu sais où on est ?
    -Nini ?
    -Heu... je vais te laisser, hein ? Mi-mi.*»
    Il haussa des épaules, mais la laissa partir. Elle tituba vers l'arcade. Celle-ci était plus éloignée qu'il n'y paraissait, et elle dût à plusieurs occasions enjamber un enfant endormi, ou esquiver deux autres en train de se battre.
    Derrière l'arcade, tout était sombre. Ce qui fit lever les yeux à Mimi. La pièce était éclairée. Pas de source de lumière. Elle se mit à trembler.
    Elle n'aurait su exactement dire le moment précis de sa chute, mais Mimi tomba. Elle finit le trajet à quatre pattes, humiliée, mais trop fatiguée pour se relever, et trop affolée pour se plaindre. Des grosses larmes roulaient sur ses joues, en silence dans le bourdonnement du guêpier. Lorsqu'elle parvint devant l'arcade, elle se releva. L'entrée était massive. Elle donnait sur un extérieur nocturne, pour autant qu'elle puisse en juger, ce qui n'était pas normal. La nuit n'aurait pas dû tomber aussi tôt. Il n'y avait ni étoile ni lune de discernable, et les formes extérieures elles-mêmes semblaient floues et distordues. Mais cela ne pouvait guère être pire que l'intérieur. Mimi fit un pas, retenant sa respiration et fermant les yeux.

    Le nez de Mimi se cogna durement. Elle rouvrit les yeux. Un gros morceau de bois venait d'être placé en travers de sa route, et elle s'y était cognée. Elle protesta machinalement, et versa une nouvelle larme. A côté d'elle, au bout du morceau de bois, se trouvait une petite fille en robe rayée, qui devait avoir environ 8 ans. Le bâton qu'elle tenait était bien plus grand qu'elle, et taillé en pointe, comme les autres morceaux de bois (qui étaient cependant beaucoup plus petits) qui traînaient dans la salle. Elle regarda Mimi avec agression, avant de marmonner quelque chose que la petite fille ne comprit pas.
    «*Je veux sortir, s'il te plaît...*»
    L'autre fille grogna de nouveau dans une langue inconnue, et agita l'épieu pour faire reculer Mimi. Celle-ci, obéissante et effrayée, bougea d'un pas.
    «*S'il te plaît ? Je veux voir la...*» elle déglutit. «*Reine ?*»
    L'autre parut réagir à ce dernier mot. Elle saisit brutalement Mimi par le poignet, et la projeta de toutes ses forces à travers l'arcade. Mimi hurla.

    Son front heurta un sol froid. Elle hoqueta et sanglota, recroquevillée sur elle-même. Elle s'était vraiment fait mal, et elle savait que le filait qu'elle sentait couler le long de son visage n'était plus simplement une traînée de larme. Elle ne se releva pas avant qu'une main tendre ne la saisisse par l'épaule. Alors elle ouvrit les yeux, tandis que la reine l'asseyait, la soulevant par les aisselles.
    Elles se trouvaient au milieu d'un bois désert, sur de grandes pierres posées à terre. La reine était assise à ses côtés, plus grande et majestueuse que jamais, une bûche aussi grande et large que Mimi lui servant d'accoudoir. Il faisait jour, un soleil déclinant filtrant encore à travers les branches. Le silence des bois était soudain, par rapport au bourdonnement de la salle pleine d'enfants. Il fut rompu par la reine souriante.

    «*-Encore toi, Myrtille. Qu'y a t-il ? Tu voulais me voir ?
    -J'étais où ! Je suis où ! Vous êtes-
    -Tu es à la maison.
    -Non !*» fit-elle en couinant, sentant sa voix s'étrangler de nouveau.
    «*-Ma maison. La tienne si tu le veux. Je te l'avais dit, non ?
    -T'avais dit que...
    -La Reine ne ment pas, petite fille. Est-ce tout ce que tu voulais savoir ?*»
    C'était vrai, elle n'avait pas menti. Mimi n'avait pas de nom à donner à ce genre de pratique. Elle n'avait pas menti, mais elle n'avait pas pour autant dit la vérité. Et elle connaissait son nom ! Elle ne lui avait même pas parler ! Quelle mouche avait bien pu la piquer pour se fier ainsi à une étrangère ?
    «*-Z'êtes qui ?
    -Ne le sais-tu ? Tu as dû le deviner, non ? Le ressentir ? Je suis...
    -La reine...
    -Oui, la Reine, ma fille.
    -Mes parents vont me chercher... ma maman-*»
    La reine posa un doigt sur les lèvres de Mimi.
    «*-Tes parents vont chercher leur petite fille, oui. Je la leur donnerai, n'aie crainte.*»
    Son autre main se referma sur la grande bûche à ses côtés.
    «*-Pourquoi tous les autres-
    -Ce sont des enfants comme toi, Mimi.
    -Hm ?
    -Des enfants qui méritaient plus que ce qui leur a été donné. Des graines de princes et princesses, Mimi.
    -Comme...
    -Comme toi, oui, hm ? Des petites chrysalides n'attendant que de donner naissance à des papillons.
    -Chrysalide ?*» (Ça, il fallait l'avouer, c'était un joli mot ! Comme «*dryade*».)
    «*Une enveloppe de peau qui entoure un papillon jusqu'à ce qu'il soit prêt à s'envoler.*»
    La reine eut le plus grand sourire qu'elle avait eu jusqu'ici, et traça du doigt, sur son propre visage, une ligne allant du haut de son front au dessous de sa bouche. La peau de son visage parut s'ouvrir, le long de cette ligne, et se mit à battre. En quelques secondes, deux ailes apparurent là où s'étaient tenus front, yeux & joues. Un papillon lui couvrait le visage.

    «*Ou des... couvains, oui.*»
    Ce mot ci la fit trembler, sans qu'elle ne sache pourquoi. La reine se pencha sur elle et lui prit les deux mains.
    «*-Il faut y retourner, Mimi. Tu vas manquer le tournoi, tu sais ? Tu ne voudrais pas, hm ?
    -Tour... tournoi ?*»
    La reine sourit en secouant la tête. En dehors du sourire, son visage n'avait plus rien d'humain. Et cette demi-lune de dents blanches et parfaitement droites était le trait le plus glaçant de sa tête. Les longues esquilles de bois qui avaient poussé derrière ses cheveux n'auraient jamais su se montrer aussi menaçantes que ce simple sourire de tante parfaite.
    «*-As-tu déjà entendu parler d'un royaume de cinquante princes et princesses, petite fille ? Une reine, petite fille. Une seule. Et une seule vraie princesse dans le royaume, un seul vrai prince. C'est cela, le Tournoi des Couvains.*»

    La Reine Changeline se leva. Sa longue robe glissa lourdement derrière elle. De ses mains délicates, elle releva les amples plis de tissu moussu, et les écarta de son abdomen enflé d'insecte. La partie humaine de son corps, toute grande, élégante, délicate qu'elle eu jamais paru, n'était désormais plus qu'une coquille vide penchée en avant, sans substance, mais toujours ce sourire agaçant collé aux lèvres. L'insecte derrière elle étira ses pattes fourbues.
    «*Les couvains doivent retourner à leur mère, hmm ? Tu seras courageuse, hm ?*» fit la voix qui se faufilait à travers les lèvres du pantin de chair. Les élytres de la créature s'écartèrent de l'abdomen, et la reine souleva de ses deux mains humaines la petite fille tétanisée. Elle la maintint quelques secondes près du visage qui n'était pas un visage, avant de la pousser de force entre ses élytres. Les yeux affolés de Mimi virent la chitine et la chair distendue se refermer sur elle, et tout devint de nouveau noir.

    Les doigts de Mimi se refermèrent sur l'écharde de bois dans sa poche. Et l'enfant se mit à hurler tandis que le tournoi commençait autour d'elle.

     Cliquer ici pour révéler le texte
    Dernière modification par Zyl ; 08/08/2012 à 16h59.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

Discussions similaires

  1. Des nouvelles de l'auteur ?
    Par Armand dans le forum Kim
    Réponses: 4
    Dernier message: 10/10/2009, 12h14
  2. [MOD] Nouvelles races ?
    Par Umbre dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 10
    Dernier message: 05/09/2008, 22h19
  3. [MOD] Peut-on créer de nouvelles races et de nouvelles zones ?
    Par Non inscrit dans le forum Généralités sur la création d'un mod
    Réponses: 4
    Dernier message: 06/01/2008, 10h39
  4. [CONSOLE] Des nouvelles de la PS3
    Par Nathiel Ecthelion dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 61
    Dernier message: 30/03/2007, 00h06
  5. [Consoles] Des nouvelles de la Wii
    Par Duo dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 11
    Dernier message: 01/11/2006, 19h27

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250