Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Poèmes de 1921

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    100

    Poèmes de 1921

    Et voilà...comme on dit, je prends mon courage à deux mains. Je n'avais jamais même montré mes écrits auparavant...


    Création du second jour

    Elle dort. Dort-elle ? Elle pense. Son front cintré d’ombres se penche au-dessus de son ventre rouge. A sa hanche, la lumière repose, couvrant ses cuisses nues. Elle est évanouie, et des orages l’appellent, - chantent, et retombent. Esquifs fragiles dessinés par les coraux et les vapes fumantes des oiseaux qui passent. Elle rêve.

    **

    Je suis Nyx, et mon nom ne connaît pas de lois.
    Je n'ai pas de pas. Pas d'orgueil. Pas de veines.
    Ma voix, c'est celle des milliers de nocturnes
    Qui copulent au fin fond de leurs villes putrides.
    Parfois,
    Je respire.
    Mes yeux jamais ne se ferment. Je suis Nyx,
    Je n'apprends pas de mes erreurs.
    Mes ongles grattent la terre plus que le Diable lui-même.
    Lorsqu'il pleut,
    J'accompagne
    Les gouttes dans leur chute. Lumineuse et obscure.
    Fulgurante, et d'une infinie longueur.



    Trente et un d'octobre


    Comme le ciel est sombre et les arbres sont gris,
    A Samhain.
    Il n’y a plus de son. Plus de voix. Plus d’appels.
    Pourtant, nous les entendons.
    Ils glissent, ils volent, leurs longs corps d’astral
    Déploient des traînes immatérielles.
    Ils se hissent sur des branches
    A Samhain.
    Ils soufflent, murmurent, chantent. Nous sommes moins seuls.
    Le ciel s’éclaire des lumières d’un autre monde
    Vois-tu les blés couchés, les éclats des abîmes ?
    Les reflets distordus d’images avortées,
    Ils dénudent nos sens, jettent à terre nos mensonges
    Se fondent dans l’éther et le bleu des fumées.
    Voilà qu’ils reprennent.
    Nos os craquent. Le rythme s’insinue dans nos moelles.
    Ta tête est pleine. Ton corps est lourd. Repose-toi.
    Là où le temps n’a plus court, là où ton épaule
    S’appuie et creuse les plissures du voile.
    J’irai dès ton sommeil faire l’amour à la lune
    O Dieux que le ciel peut être sombre
    A Samhain.
    La peur de tomber : voilà ce qui fait grimacer les pendus.

    Eléa insulte, mord et radote en #A6F15B

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210

    Re : Poèmes de 1921

    Beaux poèmes. D'un coté, je les trouve désespérés. A part celui qui inaugure ton topic, sur la dormeuse. Celui-là a un rythme presque berçant, caressant, apaisant. Quant aux autres, je les ai trouvés sombres et entêtants, en même temps. Un rythme un peu hypnotique. La fascination du désespoir. Ils évoquent un peu Baudelaire. Bravo, vraiment
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    100

    Re : Poèmes de 1921

    Arf, que de beaux mots...Je ne sais pas s'ils sont justes, quoiqu'ils en soient, ils me touchent ( et lorsqu'on invoque Mr Baudelaire, je suis toujours au rendez-vous - un peu trop marquée par Lesbos, sans doute ) Je suis contente si j'ai réussi à donner cette impression un peu hypnotique, caressante. C'était en tout cas ce que je ressentai, lorsque je voyais ces images, sans pour autant les sentir déprimantes ou tristes, elles étaient...étranges, déplacées, immanentes. Et les mots sont parfois si durs à manipuler, on ne sait jamais quelles émotions ils transporteront chez les autres . Alors, merci pour ta remarque
    La peur de tomber : voilà ce qui fait grimacer les pendus.

    Eléa insulte, mord et radote en #A6F15B

  4. #4
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141

    Re : Poèmes de 1921

    Je rejoins l'avis d'althea, vraiment magnifique. Le rytme est trés agréable c'est une balade melancolique comme je les aime. Tu parlais d'image et c'est vrai que c'est la premiére sensation que j'ai eu : des images. On y plongent littéralement et tu as aussi ce que j'aprécis beaucoup dans ce genre de texte; tu utilise vraiment tout les sens. Par ailleurs ta petite intro est pas mal bien que j'aurais aprécié que genre de texte soit plus long...

    En résumé : y'en veut d'autre ! y'en veut d'autre ! y'en veut d'autre ! y'en veut d'autre !

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  5. #5
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    100

    Re : Poèmes de 1921

    Yeah Armand

    Je te remercie pour ces gentils mots. Althéa et toi m'avez vraiment motivés. Surtout si les images se véhiculent vraiment si bien et vous plaisent, c'est génial pour moi

    Il y a quelque chose que je ne suis pas sûre d'avoir bien compris, est-ce que tu pourrais m'expliquer ? C'est lorsque tu dis : 'tu utilises vraiment tous les sens '
    La peur de tomber : voilà ce qui fait grimacer les pendus.

    Eléa insulte, mord et radote en #A6F15B

  6. #6
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141

    Re : Poèmes de 1921

    Oh quand je disais sens je parlais "des sens" (l'odorat,la vue,le goût, le toucher). Même si en l'occurrence il n'y avait pas vraiment de goût le fait que ce soit pas mal imagé donne vraiment le sentiment de ressentir les choses. Voila je crois que c'est tout, j'espère avoir été plus clair...

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  7. #7
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    100

    Re : Poèmes de 1921


    Suspension


    La Mort a pressé ses mains sur ses cuisses. Elle a ri, ôtant le brouillard de son indolence.
    Puis,
    La couleur a coulé sur les dalles
    La neige, en s’enroulant, a cru
    Sentir deux corps briser l’absence
    De leurs battements de bras.
    **
    Le soir a brûlé tard, cette nuit-là,
    Le sein manque à ses mains.
    **
    De sa gourmandise il aurait pourfendu le ciel
    Sans savoir que la nuit lui était déjà ouverte
    Il est aveugle, il ne sait ce qu’est la beauté
    Il est sourd et il n’a aucun goût dans la bouche.



    Nudité
    ( E Horoa ma'hoa te ute aroha )

    J’ai marché au détour des pierres, les pieds nus
    Au plus près de la terre et au plus près du corps
    Ceux qui savent l’entendent respirer,
    Tout bas, tout bas, à peine si on entend
    Sa poitrine qui enfle et retombe.
    Les crépitements de son feu intérieur.
    Je marche.
    Au détour des brasiers éteints, je danse
    Mes pieds nus raniment des étincelles que j’avais oubliées d’aimer
    La nuit est grande, le ciel est beau et tendre
    Le sable s’infiltre dans les pores de ma peau
    Le soir est soir de fête
    Je m’endors sur la plage embrassée par la mer
    Ses vagues emportent tout, elles me recouvreront.
    Je me réveille le corps imbibé de sel et gorgé de soleil
    Mes mains effleurent une roche rouge, les cheveux
    De l’homme que j’aime.
    Adam et Eve du premier soir, couchés sur les bandes de terre
    Sur le bord des falaises de pourpre et de sombre
    Nous regardons le monde.
    Nos baisers sont des échos de nos âmes, nos corps
    Sont des cascades.
    Les mots s’effacent,
    La terre rougeoie de milles promesses.
    C’est un jour parfait qui vient se coucher sur la plage
    Embaumé de tendresse et d’étoiles naissantes
    Si vous saviez comme je l’aime.
    Lentement, longuement, la mer embrasse le sable noir
    Le vent emporte, doucement
    Un grain de sable
    Au loin
    Parfaitement nu.
    La peur de tomber : voilà ce qui fait grimacer les pendus.

    Eléa insulte, mord et radote en #A6F15B

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210

    Re : Poèmes de 1921

    Hé bien ...

    J'ai encore plein d'images qui me viennent quand je lis tes poèmes. Des images de chaleur. Il y a un mot qui me vient : sensualité. Une sensualité aux courbes douces, pas provocantes. Beaucoup de lumière aussi. Un certain apaisement par rapport aux autres poèmes. Le calme. Dans ton premier poème, on voit presque la mort se faire femme. La voir rire lui donne presque quelque chose de sympathique. La mort associée à de la couleur, je trouve ça beau, aussi.

    J'adore tes poèmes.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. Quelques poémes éparses
    Par Armand dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/09/2009, 13h45
  2. [Commentaires] Quelques poèmes éparses
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 2
    Dernier message: 24/09/2009, 15h33
  3. Les poèmes de Lies
    Par Lies dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 47
    Dernier message: 08/11/2007, 22h58
  4. Poèmes à chuchoter
    Par Shinook dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 08/08/2007, 11h14
  5. Les Poèmes de Mekren
    Par Mekren le maudit dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 05/05/2007, 19h11

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251