Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [Histoire] Le prix du sang (titre provisoire)

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    63

    [Histoire] Le prix du sang (titre provisoire)

    Voici l'intro de mon tout dernier RP. Pour l'instant je n'ai pas écrit la suite mais elle ne saurait tarder. (si l'inspiration ne me fait pas défaut)
    Le titre a été trouvé à l'arrache, faute de mieux, pour l'instant.
    Bonne lecture.

    Le prix du sang (titre provisoire)

    Introduction
    Le réveil

    Un hurlement étouffé déchire la nuit.
    Et un long silence s'ensuit.

    Un mouvement finit par suciter l'attention parmis l'océan de cadavres qui jonche ce champs de bataille.
    L'individu qui le provoque doit alors lutter au travers d'une immense pile de corps sans vie avant de pouvoir jaillir dans la lumière de la clarté lunaire.
    Le bruit des cadavres qui tombent de ce golgota funèbre, lors de sa remontée, semble interminable et assourdissant.
    C'est alors qu'une main ensanglantée en surgit.

    L'être qui en sort empli avec force ses poumons de l'air vicié qui l'entoure et pousse un nouvel hurlement. A son tour il finit par s'abandonner à la gravité et il dégringole ce monument de cadavres sans même tenter de s'y agripper pour freiner sa chute.
    Lorsqu'il percute le tapis de corps il ne bouge pas pendant de longues secondes, mais ses yeux restent grand ouverts.
    "Je..., je suis...., je suis......vivant....?" murmure t'il.
    Produisant un effort colossal, il réussit à se relever et contemple alors ce corps qui lui semble étranger.
    Sa respiration se fait soudainement halletante alors qu'il constate que son corps est indemne mais qui lui est, surtout, totalement étranger !
    En tenue d'Adam il constate que sa musculature s'est terriblement diminuée. Lui qui était il y a encore quelques heures d'une force colossale, il se sent alors aussi chétif qu'un nouveau-né !
    Et pourtant, outre cette faiblesse immense, il se sent habité d'un pouvoir incommensurable qu'il n'arrive pas à identifier. Mais il ressent l'aura maléfique dont il est investit.
    Mais qu'est-ce que cette peau froide au teint blafard ? Il constate cependant qu'il n'est pas vraiment mort au ressentit de ses doigts abimés sur cette peau au toucher rugueux. Se prenant la tête entre les mains, il aperçoit alors quelques mêches de cheveux qui dansent devant son visage. Et leur blancheur lui font écarquiller les yeux d'effroi.
    "Que....qu'est-ce je suis devenu?!" se demande-t'il d'une voix tremblante.
    "Tu es devenu moi, tout en restant toi." entend t'il soudainement.
    Cette voix, il la reconnait ! aussitôt il se retourne prêt de nouveau à en découdre avec celui qui croyait mort, le nécromancien Xardall Zend.
    Mais il n'y a personne derrière lui !
    "Bougre d'imbécile ! Cherche mieux et tu me trouvera !"
    Intinctivement, il frappe l'air en face de lui, espérant toucher, et tuer une fois pour toute, le mort-vivant mille fois maudit.
    Mais c'est le vide que son poing rencontre.
    Un rire caverneux résonne à l'intérieur de son crâne lui vrillant le cerveaux au point que des larmes de douleur lui imbibent les yeux.
    Une sorte de révélation lui vient alors. Mais il ne peut y croire. Cette malédiction serait un cauchemar épouvantable !
    "Alors, créature, tu as enfin compris ?!"
    "Non...non...non....mais c'e...c'est impossible !!" dit-il, au comble du désespoir.
    "Ca ne me fait pas plus plaisir qu'à toi, créature. Mais lorsque tu as réussit à me tuer, ma seule chance de survivre fût de transférer mon esprit à travers ton corps agonisant et à la place de prendre celui de n'importe quel quidam j'ai préféré m'emparer du corps de celui qui m'avait pourfendu. Un juste retour des choses, non ? Certains appellent ça une possession démoniaque, d'autres transfert maléfique, moi je l'appelle simplement une porte de sortie !" La voix du nécromancien est au bord de l'hilarité alors qu'il termine sa phrase.
    "Je te tuerai, maudit, dûs-je pour cela y laisser cette vie !!" rugit Draihy.
    Il se précipite alors vers la première lame qu'il aperçoit, mais au moment où il la saisit, une douleur fulgurante lui paralyse le bras. Et dans un cri de douleur le guerrier tombe à genou.
    "Il ne te sera pas aussi facile que ça d'arriver à tes fins. Tes pensée sont miennes dorénavent et je peux lire en toi comme dans un livre ouvert. Alors exécute ma volonté où sinon je te promet que tu souffrira comme tu n'a jamais souffert !!"
    Les dents serrées, le souffle haletant, Draihy se relève lentement, sans mot dire. Ses yeux parlent pour lui à ce moment là. Une haine plus forte encore que les précédentes les anime plus que jamais.
    "Commence d'abord par t'armer et t'habiller, je ne tient pas à ce qu'on se fasse remarquer une fois hors de ce charmant cimetierre."
    "Alors comme ça on à perdu ses pouvoir", grince Draihy. "Je te croyais le plus puissant nécromancien de son temps."
    "Disont qu'ils sont provisoirement en état végétatif. Mais ne t'inquiète pas pour eux et fais ce que je te dis et tout, ou presque, se passera bien pour toi..."


    A suivre....

    +++
    Dernière modification par Kzârdrall Kurzdend ; 13/09/2009 à 16h48.

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    63

    Re : [Histoire] Le prix du sang (titre provisoire)

    Chapitre I : Rémanences (première partie)

    C'est alors qu'il leva les yeux sur ce qui l'entourai.

    Et ce qu'il vit le stupéfia d'effroi. Démeusurée dans ses dimensions, la montagne de cadavre d'où il était sorti le dominait de toute sa hauteur. Elle avoisinait les cinq mètres et était principalement constituée des cadavres de feu son armée.
    Etrangement c'était le seul monticule de ce genre à s'être érigé sur toute la surface du champs de bataille.
    Mais il ne tarda pas à avoir la réponse à la question muette qu'il se posait.
    "Ce sont les corps que tu vois qui ont servi à ta résurection. Et leur essence vitale mourrante qui a contribué à raviver la tienne. Tes blessures étaient profondes, aussi me fallut-il un nombre conséquent de corps afin de ramener à la vie ta carcasse. Tu aurai dût voir ce ballet de corps en train de tournoyer et s'entrechoquer au-dessus de ta tête avant de s'abattre autour de toi. Tu n'aurai pas été déçu du spectacle !!" S'exclaffe le nécromancien.
    "Mais...je t'ai défait de mes propres mains, je m'en souviens ! Comment, maudit....?"

    Il revoit encore sa lame s'enfoncer dans la cage thoracique de ce squelette mille fois maudit alors qu'autour de lui, ses hommes se faisaient massacrer par les légions de morts-vivants du nécromancien. Son corps couvert de blessures le faisait atrocement souffrir pendant cette seconde d'où il émergea de sa rage du berzerk, au moment même où il donnait le coup fatal à son adversaire. Pendant cette seconde le silence ce fit. Les cris de ses hommes, le métal contre le métal, tous se turent. Seul restait le bruit des corps en train de chuter.
    Pendant cette seconde le temps sembla s'arrêter sur le cri muet de stupeur du nécromancien alors que son squelette commençait à se désintégrer en des milliers de fragmants jaunâtres d'où suinta une lueur d'un vert maladif. Même la lame de Draihy accusea le choc d'un contact aussi mortifiant en se mettant à s'effriter comme si elle vieillisait à vue d'oeil.
    Et la seconde suivante vit naitre le chaos.
    Alors que Draihy se retournai déjà, prêt à en découdre avec ses futurs assaillants, le squelette de Xardall Zend explosea avec une violence inouïe, projetant le corps de Draihy ainsi que tout ceux qui l'entourait, sur plusieurs dizaines de mètres. L'armure qui le recouvrait encore en partie ne suffit pas à le protéger alors que son corps se disloquait sous la violence de sa chute sur le sol.
    Pendant qu'il agonisait, il se rendit compte du silence qui l'entourait. Echouer si prêt du but, voila ce qui le meurtrisait le plus alors que la vie s'échappait de son corps. Il avait gagné une bataille mais sa guerre ne connaitrait jamais de victoire. Reste qu'il les reverrai plus tôt que prévu. Et seule cette pensée le réconforta alors qu'il fermait doucement les yeux...

    Mais il était encore en vie. Et l'autre avec....

    Il se rendit alors compte qu'il avait une seconde chance d'assouvir sa vengeance. Et il ne la laisserai pas passer cette fois.

    "Arrête de révasser et commence à te saper !!" ordonne le roi-liche.
    "Va au diable...." murmure le guerrier avant de progresser entre les corps inanimés de ce champs de bataille.
    L'armée du nécromancien s'était effondrée avec son chef, se rendit alors compte Draihy. Et la sienne l'était également mais des mains de l'armée des morts. Il était seul maintenant pour assouvir sa vengeance et il ne pouvait retourner auprès du sultan Arzhakham Zalkadoyll, le seigneur tout puissant du pays des yeux de verre. Il ne restait plus qu'à espérer qu'il le croit mort avec l'armée qu'il lui avait confié...

    "Mais à quoi pense-tu ?? Qu'est-ce donc que cette histoire de vengeance ?"
    "De quoi j'me mèle ??" riposte Draihy, d'un ton sec.
    "Tôt ou tard je finirai par le savoir, tu sais. Alors ne m'oblige pas à effeuiller ton esprit page par page..." menace le nécromancien.
    "Soit mau..."
    "Soit maudit, ça je le suis déjà. Aller ne te fais pas prier !"
    Trop tard pour endiguer le flot de pensées qui fondait sur lui...
    Draihy n'eut nul de besoin de parler. Xardall n'avait qu'à se servir...

    Six années plus tôt...

    Dans les rues de Mordragon, un homme avance péniblement vers la porte de la capitale. Une porte surmontée d'une immense tour sur laquelle est assis, sur un trône démeusuré, un Roi vieillisant et au coté duquel se tient debout un jeune-home au regard attentif de la progression de l'individu en contre-bas. Un mince sourire arbore ses lèvre, mais le Roi est trop affligé dans ses propres tourments pour s'en apercevoir. De l'autre coté du trône, se tient un petit garçon en larmes...

    Une foule hue l'individu enchainé, l'insulte, lui jète tout se qu'elle peut à la figure, ses crachats, ses détritus, sa merde, sa haine...

    Draihy en vient à trébucher sur les déchets qui jongent le sol alors que les quolibets ne cessent de pleuvoir inlassablement. Ils veulent tous sa mort, il le sait, il le sent.
    Si seulement tout avait été aussi facile...

    A ses poignets les chaines qui le lient lui cisaillent cruellement la peau et un fin filet de sang commence à ruisseler le long de ses avant-bras. Mais il n'en a cure. Une douleur plus déchirante encore lui broye le cerveau.
    Il n'ose penser à ce qui c'est passé quelques minutes plus tôt. Pourquoi ? Pourquoi eux. Non, ils ne méritaient pas cette cruauté !!
    Ils croyaient le briser. Ils n'ont fait que nourrir sa haine....

    Derrière lui, sont étendu les les corps décapités de sa femme et ses deux enfants, attendant d'être jetés en pature aux loups de guerre de la grande armée du roi. Tel était le châtiment pour sa présumée trahison au royaume des dragornautes. Il n'aurai jamais convoité le trône du roi Dhorghim. Il ne comprenait pas. Et ce sentiment d'impuissance le rendait fou.

    Enfermé dans les ténèbres et la solitude des cachots de la capitale, ses journées avaient été ponctuées de scéances de torture où sa parole fût inutile. Jamais ses requêtes pour voir le Roi, ne serai-ce que quelques minutes, ne furent entendues. Au contraire, le fer qui pénétra sa chair ne le fut que plus profondément encore, lui arrachant de plus déchirants cris de douleur. Alors, las et fatigué d'espérer, il s'abandonna à ces scéances de tortures, oubliant jusqu'a la souffrance de son propre corps. Ils ne le tuerai pas, il le savait. Tôt ou tard, son jugement serai le point d'orgue de ce cauchemar.

    Alors qu'il essayait vainement de s'endormir entre les immondices et les rats de sa cellule, deux gardes en armure de plaque vinrent le chercher. Incapable de se relever de lui même, de part les scéances de torture dont il était la cible depuis les deux mois que duraient son emprisonnement, il fût relevé sans ménagement et emmené vers le lieu où il devrait faire face à son châtiment.
    Il trébucha fréquemment de par ses jambes engourdies mais les gardes ne lui laissèrent pas le temps de se remettre debout et le frappèrent de plus belle jusqu'a ce qu'il se relève enfin, et tombe de nouveau quelques secondes plus tard, provoquant de nouveau le même ballet de coups sur son corps déjà meurtri.

    Pendant sa marche forcée à travers les corridors de la prison royale il se remit à penser à ce jour où les gardes royaux le surprirent, lui, sa femme et ses deux filles, en plein repas du midi.
    Un martèlement assourdissant secoua la porte de leur demeure et Draihy eu à peine le temps d'aller ouvrir, prêt à invectiver celui qui les dérangeait de la sorte, lorsque celle-ci vola en éclat sous l'effet un violent coup de marteau de guerre. Ses filles hurlèrent d'effroi alors qu'une escouade de gardes surgirent à l'intérieur, l'arme au poing. Face à une situation aussi chaotique, Draihy se précipita vers son arme accrochée près de ses armoiries et se prépara à défendre sa peau et celle de sa famille.
    Mais le nombre de gardes le submergea rapidement et il se retrouva vite plaqué au sol par deux soldats. Une série de pas qui s'arrêtèrent devant lui, le forcèrent à lever la tête.
    - Que signifie cette intrusion, savez-vous seulement qui je suis ?? Je vous ferai pendr..." Un violent coup à la tête le fit aussitôt se taire.
    - Quelle insolence d'oser protester et, pire encore, lever son arme contre la Justice elle même." La voix qui avait prononcé ces paroles était d'une nervosité à peine dissimulée par un calme relatif. Et son auteur etait le Grand-Procureur Doloss Heldrom.
    - De quoi suis-je accusé ?? Parlez !!" S'insurgea avec colère Draihy.
    - Il ose encore demander, le fou !!", répondit dans un soupir exaspéré le Grand-Procureur, "Ce n'est pas en feignant l'ignorance que tu échappera à ton sort, espèce de traitre..."
    - Traitre, moi ? Démence ! J'exige des explications, je n'ai pas trahi qui que ce soit !! Et cet outrage sera sévèrement chatié, vous pouvez me croire !!" Rugit Draihy, alors encore cloué au sol.
    - Tu agrave ton cas, Traitre. Gardes emmenez le, lui et sa famille de parjurés. Peut-être trouvera t'on un moyen de leur raffraichir la mémoire...." répondit le procureur dans un demi-sourire emprunt de véhémence.
    Il fût alors enchainé et séparé de sa famille dont il entendit les cris de peur et de douleur alors qu'on le trainait, à travers ses propres hurlements de protestation, vers un fourgon noir que tiraient deux puissants chevaux noirs.
    Il fût ensuite jeté dans ce cachot qu'il ne quitta que pour se voir subir les sévices qui, dit-on, auraient dû lui faire avouer sa trahison. Mais il ne parla jamais. Qu'aurait'il pu bien avouer ...?
    C'est lors de ses maltraitances qu'il appris qu'on l'accusait également de la mort de la fille du Roi, la princesse Celesnya. Ce dont il se défendit farouchement, au grand courroux de ses tortionnaires qui remplacèrent ses cris de protestation par des hurlemements de douleur alors qu'ils lui plantaient un fer rougit dans un oeil.
    Et ces tourment durèrent jusqu'au jour où on l'en sorti pour qu'il fasse face à son jugement.

    Il grimpait alors avec peine l'escalier en colimaçon qui mènait au grand hall où transitaient tout les prisonniers pénétrant dans la grande prison. Ses jambes tremblaient mais il ne pouvait se permettre de fléchir sous peine de tomber à s'en rompre le cou. et, au bout d'un temps qui lui sembla durer une éternité, il émergea des ténèbres du sous-sol pour aboutir dans cette semi-obscurité et sentir un air presque respirable. Il n'eu cependant pas le temps d'en profiter, les gardes qui l'escortaient étant sur ses talons, ils le poussèrent derechef vers une autre série de marches situées à l'opposé de ce large couloir de pierres. Pour y accéder, il dût franchir une lourde porte de fer gardée par deux gardes en armure lourde et dont le visage était caché par une visière découvrant à peine deux yeux transpirant de mépris à son égard.
    Il s'engouffra alors dans ce nouveau corridor de ténèbres qui ne faisait qu'à peine une dizaine de mètres de longueur. Et il était à peine arrivé à son extrémité qu'une porte s'ouvrit brusquement, laissant se déverser un flot de lumière qui lui fit plisser les yeux
    Malgré le ciel gris qui l'accueillit, il fût éblouit par cette clarté diurne dont il avait été privé pendant si longtemps. Mais, les secondes aidant, il parvint reconnaitre l'endroit où se déroulait depuis toujours les peines capitales.
    Son arrivée fit monter d'entre les murs de la grand-place, une vague de jurons et autres cris de haines de la part de la foule compacte en contrebas.
    Avec ses batiments de pierre noire richement ornés de gargouilles au faciès grimaçant et parcemé de balcons aux excroissances défiant la gravité, la surface de cette endroit paraissait toujours en dessous de sa capacité réelle tant la hauteur de ces murs dépassait l'entendement.
    Mais plus haute encore était la tour du souverain du royaume. Celle-ci dominant la façade de la porte des dragons, elle offrait le spectacle d'un gigantesque pilier à même capable de toucher le ciel. Contre ses murs se distinguaient les carcasses de dizaines de dragons tués par des générations de traqueurs et qui donnaient au monument un aspect des plus sinistre. Et à son sommet, à peine discernable, se trouvait la silhouette du roi assis sur son trône d'os de dragons.

    Voyant sa dernière heure arrivée il lui cria de plus belle son innocence face à l'immonde complot dont il avait été la victime. Mais ce dernier ne lui accorda même pas un regard, prostré qu'il était dans sa propre douleur. Un roi prisonnier de son chagrin qui, pour la première fois depuis le début de son règne, accusait gravement son age. Lui, qui, il y a encore deux ans, chevauchait, fier et droit, aux cotés de Draihy lorsque son devoir de roi-guerrier l'éxigeait. Ce roi là, n'était plus que le fantôme de lui même.
    Dans ce coup d'état la fille cadette du roi avait trouvé la mort, aussi resta-t'il sourd aux protestations de Draihy, qui vit alors que le pilori sur l'échaffaut était déjà occupé. Et à sa grande horreur il en reconnu les personnes.
    Pour avoir déjà assisté à ce genre d'éxecution et même y avoir participé, il savait que rien ne sauverai les victimes de ces éxecutions.
    Mais il ne pouvait croire en une telle injustice. Non, pas eux !!
    Il hurla le nom de sa femme et de ses enfants, tous trois en pleurs face à une foule déchainée qui emplissait la grand-place de la capitale, mais ils ne l'entendirent pas aveuglés par la peur, asourdis par l'horreur de ce qui les attendait.
    Sa femme accusait de nombreux coups au corps et au visage et était à peine reconnaissable tandis que ses filles étaient prostrée, comme faites de pierre, dans une contemplation maladive du sol qui se tenait devant elles.

    On les jeta alors à terre et leur genoux heurtèrent brutelement le sol. Elles le virent alors.
    Pendant une seconde leur regards se croisèrent et alors le temps s'arrêta. Sa femme cria son nom mais le bruit de la foule l'empêcha de l'entendre. Ses deux filles, quant à elles voulurent se relever mais l'un des bourreaux, les remis brutalement sur leur genoux. Il se mit alors à courir vers elles, en invectivant celui qui les brutalisait de la sorte, mais ses gardes l'agripèrent aussitôt, le faisant tomber à la renverse. Et un pied de fer le maintaint fermement au sol pendant que le haut-juge récitait la sentence du roi :
    "Par ordre du roi, le traitre Draihy I-Kazen aura sa tête exposée sur le remparts de la cité. Mais afin que son sang impur ne souille le sol de cette cité, il en sera chassé pour ensuite être traqué comme la bête qu'il est devenu. Les corps de sa famille abjecte nourrirront les créatures du Roi et leurs âmes seront emprisonnées pour l'éternité dans le vortex des dragons flottants. Tel sera le châtiment délivré à Draihy I-Kazen le félon pour haute trahison !! Qu'il soit maudit à jamais !!"
    Le haut-juge se tourna ensuite vers l'éxécuteur et dit:
    "Bourreaux, appliquez la sentence !!"
    Draihy hurla, menaça, supplia mais rien n'y fit. Toutes les trois, jusqu'a la dernière, furent décapitées.

    Et une fois sa besogne terminée, le bourreau jeta de toutes ses forces les trois têtes dans la foule qui s'ammassa pour s'en emparer. La légende racontant que ceux des chanceux qui réussissait à en attraper une seraient assurés d'être protégés contre le mauvais sort jusqu'à la fin de leur jours.
    Les corps sans têtes furent alors jetés dans une cariole dont il connaissait déjà la destination.
    Alors qu'il était sur ses genoux, Une poigne gantée de fer lui tira cruellement les cheveux et il se releva tant bien que mal.
    On lui posa alors de lourdes chaines aux bras ainsi qu'aux jambes. Il fût ensuite brutalement poussé vers les marches du piedestal d'où il chuta aux pieds d'une foule en furie qui lui cracha sa bile sans vergogne.

    Un corridor se forma alors comme naturellement jusqu'aux portes de la capitale vers lesquelles il tituba.
    Au début il ne parvint pas à garder son équilibre alors qu'il évoluait péniblement sur les pavés irréguliers de la capitale. Il trébucha à de nombreuses reprises, s'éeux même le désirant plus que toutposant d'autant plus aux crachats et autres immondices que lui jetait une populace déchainée. Et, au bout d'un temps interminable, il se releva. Mais, la tête lui tournant, il se mit à chavirer en arrière. Par un effort de volonté surhumain il parvint cependant à se redresser et à marcher tant bien que mal.
    Il n'avait plus de raison de vivre mais cela ne l'empêcha pas d'avancer, ne serai-ce que pour leur montrer qu'ils ne l'abattraient pas aussi facilement. Mais il ne pût retenir ses larmes en repensant au sort de sa famille. Un sentiment s'insinua en lui, qu'il n'eu que peu l'occasion de ressentir, s'insinua en lui : la haine de tout, et de son peuple en particulier. Et il y puisa la force nécessaire afin de se défendre contre cette foule qui ne désirait rien tant que le lyncher.
    Mais les gardes veillaient à contrôler tout débordement intempestif, bien qu'ils n'empêchèrent point quiconque de le conspuer à outrance, eux même le désirant plus que tout. Mais ils ne devaient pas laisser son sang couler entre les murs de la capitale. Telle était la volonté du Roi. Et elle serai respectée.
    Cela n'empêcha pas certains de se faufiller et de parvenir à hauteur de Draihy, munis d'une arme, le plus souvent un poignard. Mais ses mois de détentions ne l'avaient pas complètement anéantis et, de toutes ses forces, il se défendit violement contre son agresseur qui, quelques secondes après, reposait dans son propre sang, évanouit voire pire...
    Ce genre d'altercation dissuada les plus téméraires d'attaquer à leur tour Draihy mais ne les empêcha nullement de l'invectiver de toutes sortes. Les gardes eux ne réprimendèrent pas Draihy pour autant, car leur seul devoir était de maintenir en vie leur coupable jusqu'aux portes de la capitale.

    Sous lesquelles il finit par arriver. Le pont levis devant lui s'ouvrit alors dans un fracas assourdissant. Et l'immense herse bardées de métal et d'os de dragons se leva lentement.
    Lui aboyant sauvegement, alors qu'il passait devant eux, une meute de loups de guerres buttaient contre les barreaux de leur cage en le fixant avec avidité. Leur gardien le regardait avec un sourire cruel lui faisant comprendre que bientôt il n'y aurait plus d'obstacle entre Draihy et ses molosses. Ces derniers avaient, comme avant chaque traque, surement été affamés durant plusieurs semaines afin de les rendre encore plus agresifs.
    Mais Draihy n'en avait cure et la tentation de rester devant ces portes à attendre son heure le tarauda. A quoi bon avoir 6 heures devant lui quand, tout autour de la capitale, il n'y avait qu'un désert de montagne et de rochers démeusurés.
    Il aurai eu 6 jours que ça aurait été la faim et la soif qui l'auraient achevé et il ne serai pas sorti de cette terre désolé où cette cité avait trouvé refuge contre les pires dragons de cette région.

    Fûsse alors sa volonté, son instinct de survie ou simplement un désir inconscient de vengeance, mais il avança un pas et un autre et encore un autre. Cependant au bout de quelques pas il trébucha de nouveau et dévala la pente de la grande route. Sa chute finit par s'arrêter d'elle même. Péniblement il se releva à bout de force et commença son périple.
    Il décida assez rapidement de quitter la grand-route et s'aventura parmis les roches du desert de poussière qui entourait la capitale.
    Il les savait peuplé de créatures hostiles mais il ne pouvait se risquer sur cette route d'où il serai toujours visible aux yeux de la capitale et de sa tour-dragon. Bien que par endroit il serai à découvert.

    S'abstenant de penser à ce qu'il y trouverai, Draihy se démena avec ses propres chaines et commença son long chemin.
    Où qu'il aille, tout était hors de portée. La cité-prison de Sombre-Pierre se trouvait au nord-est, à plus d'une semaine de trajet à cheval et était devenue, depuis près de 150 ans, l'un des endroits les plus dangereux de tout les royaumes réunis. Avant cette époque, elle fût l'une des prisons les plus sure mais un mystérieux évènement survint plusieurs décénies auparavent et donna le contrôle de cette prison, batie par ses ancètres, aux mains des pires criminels de tout les royaumes réunis. Elle ne pût jamais être reprise de par son architecture et son agencement qui la rendait très facile à défendre contre toute agression extérieure. Ce qui rendit le mystère de son revirement de situation d'autant plus troublant...
    Plein sud, se situait à deux jours de cheval, la cité portuaire de Haut-Vent et qui était la principale source de denrée de la capitale. Aussi circulait un nombre conséquent de chariots transportant toutes sortes de fournitures aussi bien militaires qu'alimentaires. Mais il était inconcevable qu'il puisse gagner du temps et du terain en s'insinuant d'un l'un de ses convoit. En plus d'être étroitement gardés par des milices armées, en cas de prise se serait l'équipage du chariot qui serait éxecuté avec lui. Peu importe qu'ils sachent ou non si ils savaient qu'il avaient avec eux un passager clandestin.
    Draihy savait qu'un trajet de deux jours à cheval équivaudrai à plus du double à pied. Et encore, en soutenant un bon rythme de marche. Mais dans son état...
    Les autres endroits se situant bien plus loin encore, il se résigna donc à prendre la direction de la mer, sans illusion aucune sur ses chances d'y arriver.

    Et les heures passèrent sans que son chemin ne soit entravé par quelques rencontres inoportunes. Il gravit comme il le pût les masses de roches qui se trouvait devant lui, manquant à plusieurs reprises de se rompre le cou en les descendant mais il tint bon malgré la faim, la soif, la douleur de son corps et les maux de son coeur.
    Il repensa à ce qui s'était passé quelques heure plus tôt et une énergie nouvelle le gagna temporairement. Cela ne pouvait se terminer ainsi, non. Il ne devait que réussir à échapper à ses futurs poursuivants. Justice serai faite un jour. Il leur avait fallu un coupable et dès qu'il l'eurent ils s'acharnèrent sur lui sans même douter de cette vérité. Leur haine envers lui avait été aveugle, sa vengeance envers eux le serai également.

    Une énorme sonnerie lointaine interrompit soudainement ses pensées.
    L'heure de la traque avait commencé.

    Il parvint tant mal que bien à contrôler les battements de son muscle cardiaque et essaya d'accélerer le pas. Il se remémora les énormes loups de geurre qu'il avait croisé à l'entrée. Il les savait extrêmement dangereux, même pour leur maitre. Dès leur plus jeune age, ces créatures n'avait connu que la violence des enclos où y reignait la loi du plus fort. Et au bout de deux années de combats pour leur survie, ils rejoignait l'enclos de la garde royale où ils se nourrissaient exclusivement de la chair des condamnés à mort. Ainsi que de celle des dragons. C'était cette dernière qui leur donnait cette force et cette corpulence formidable. Les plus grands ateignant la taille d'un homme.

    Il savait qu'il n'avait pas dût parcourir une grande distance à cause de son état de faiblesse extrême, mais malgré cela, il essaya d'accélérer le pas. Vainement puisqu'il se remit à trébucher de plus belle.
    Il eu toutes les peines du monde pour relever ce corps à bout de forces, mais il y parvint. Sa marche se fît alors hésitante, sa vue commença à se troubler et des frissons assaillirent son corps.
    Etait-ce la fin, allait-il mourir avant de se faire prendre ? Peut-être que la garde royale retirerai sa tête d'un corps déjà mort. Une fatigue immense l'envahit et le désir de dormir se fît sentir intensivement. Il repensa à sa femme et à ses filles et ses larmes coulèrent malgré lui. Ses genoux touchèrent le sol et il resta comme ça pendant plusieurs minutes.
    Au bout d'un moment ses poings se serrèrent et il rouvrit de nouveau les yeux. Dans ce regard il y avait de la détermination, de la tristesse, mais, surtout, de la haine. C'est ce sentiment qui le poussa à se relever et à avancer de nouveau. Jamais il ne leur faciliterai la tache. Pour lui son peuple avait cessé d'exister le jour où la garde royale avait levé la main sur lui et sa famille. Et tôt ou tard ils payeraient pour ce crime.
    Il avança de plus belle, les jambes tremblantes rendant son pas incertain.
    Et il espéra leur échapper....

    Deux heures plus tard...

    Il ne parvenait plus à marcher à présent. C'est tout juste si il réussissait à tenir debout. Sa gorge était sèche et sa langue gonflée par la soif lui donnait l'effet d'être de cuir. Le poids de ses chaines le courbait en deux et il devait lutter de toutes ses forces pour ne pas se laisser tomber.
    Il avait quitté la grand-route depuis plusieurs heures et sa marche n'avait pas tardé à devenir infernale tant les cailloux et autres roches qui constituaient ce désert de pierres devenaient un obstacle de plus entre lui et une liberté qu'il savait inaccessible. Et malgré la distance qu'il avait parcourut, la tour des dragons était toujours visible de là où il se trouvait, en plein milieu de ces terres stériles. Mais il ne pouvait se résoudre à abandonner. La justice du roi l'avait jugé coupable malgré son innocence, alors il appliquerai la sienne, un jour...

    Un sifflement interrompit alors ses pensées. Et une seconde plus tard, une flèche noire se planta dans sa cuisse droite, lui arrachant un cri de douleur et le faisant chuter lourdement sur le sol caillouteux.
    Le visage grimaçant, il pressa sa jambe blessée et ne put s'empêcher de gémir face à cette souffrance iradiante.
    Mais malgré la douleur, il entendit le trôt précipité des pattes d'un animal qu'il craignait de reconnaitre. Il leva alors la tête.
    A une dizaine de mètre de lui, et la distance se réduisant dangereusement, deux yeux rouges le fixaient intensément dans la pénombre du jour tombant. L'énorme loup de guerre qui le chargeait arborait une sorte de sourire alors qu'il commençait à ouvrir sa gueule avant de bondir sur Draihy.
    La créature était alors à moins de 5 mètres de sa proie qu'un ordre se fit entendre et le loup stoppa net son assaut. Mais ce dernier, luttant contre son instinct naturel, ne pouvait s'empêcher de grogner tout en serant les crocs et en grattant le sol avec nervosité.
    Une silhouette surgit alors d'un groupe que Draihy n'avait pas vu s'approcher tant l'animal qui s'était jeté sur lui avait occupé toutes ses pensées.

    Le groupe en question était constitué de deux arbalétriers et de quatres gardes imposants et lourdement armés. Trois d'entre eux tenaient chacun au bout de lourdes chaines un loup de guerre massif. Alors que le quatrième avait sa chaine vacante, probablement le maitre de celui qui avait rué sur lui.
    L'individu qui s'était démarqué du groupe portait une armure légère qui ne protégeait que ses tibias ainsi que le haut de son corps basané. Celle-ci arborait des excroissances pointues à chacunes de ses articulations et les runes rouges qui décoraient son torse attestait de son rang. Son allure était svelte, ses traits angulaires, son regard perçant et il avait un bouc finement taillé en deux pointes droites. Esquissant un sourire dévoilant des dents blanches et carnassières, Dymôn Gräax, le chef suprême de la garde du roi, prit la parole :
    "Te voila enfin, Draihy. Pour un peu, je croyais que tu avais réussit à nous échapper !"
    Malgré la flèche qui était plantée dans sa cuisse, Draihy produisit un effort colossal et réussit à se relever pour faire face à un de ses anciens frère-d'arme.
    - Toi ? Mais que fais tu, pourquoi participe tu à cette masquarade de justice ??
    - Je ne fais que mon devoir, vieux frère." Répondit un Dymôn si relaché qu'il laissa tomber une tape amicale sur l'épaule de Draihy. Lequel la repoussa vivement avec une grimace de dégout. Manquant soudainement de chuter à nouveau.
    - Mais à quoi joue tu, espèce d'imbécile ?! Tu sais très bien que je n'ai rien à voir dans ce complôt, je me suis échiné à le hurler à travers les barreaux de ma cage mais personne n'a daigner m'écouter. Pas même toi !!
    Soudainement le regard de Draihy s'éclaira. Sa respiration commença à se faire plus forte et ses yeux fixèrent Dymôn avec une haine sans fond.
    - Tu savais..Tu savais et tu n'a rien fait !!" Rugit-il.
    Dans la seconde qui suivit, il se jeta sur Dymôn mais celui-ci le repoussa durement sur le sol caillouteux. Et tandis que Draihy tentai vainement de se relever, Dymôn lui répliqua :
    "Je savais seulement qu'il fallait sauver ma peau, pauvre idiot !!"
    - En me faisant accuser à ta place du meurtre de la fille du roi ?!
    - Mais que crois tu ? Tu sais aussi bien que moi que la loi du sang versé à toujours fait foi dans ce royaume. Sauf que lorsqu'on a appris que notre tentative pour renverser le Roi avait échoué, on avait eu d'autre choix que de t'accuser, toi...
    - Baliverne !!" s'exclama Draihy, "je connais le Roi depuis plus longtemps que toi. Comment a t-il pu croire une accusation pareille ?"
    - Tu sais, on a pas vraiment eu à se fouler quand le fils ainé du Roi nous demande lui-même d'atteindre à la vie de son père. Qui plus est, ce dernier n'est plus que l'ombre de lui même depuis que sa fille est morte. Alors devine qui tient vraiment les commandes, maintenant..."
    Draihy en fût éberlué.
    - Espèce de menteur !! Tu ose maintenant accuser le propre fils du roi maintenant !! Tu es pathétique !
    Dymôn ne put s'empêcher de s'esclaffer. "Ce que tu peux être candide, mon pauvre ami... N'a tu jamais vu le regard du rejeton du roi s'allumer à chacune des croisades de son paternel et se noircir face à ses retours victorieux ? Il crevait d'envie de porter enfin cette fichue couronne, il a alors voulut précipiter les choses et..."
    - ...et vous avez tué sa fille..." acheva Draihy.
    - C'était un accident !!" fulmina Dymôn, "jamais elle n'aurai dû se trouver là à ce moment !"
    - Tu aurai peut-être dû la prévenir que tu allai tuer son père", ironisa Draihy malgré la gravité de la situation.
    Le regard de Dymôn s'emplit alors d'une fureur noire. Il s'avança, l'air menaçant, et, mettant son épée noire au clair dans un léger nuage de poussière, rugit :
    "J'en ai plus qu'assez de ces bavardages inutiles !! Prépare toi à rejoindre ta famille !"
    Il leva alors son arme, prêt à décapiter Draihy lorsqu'un mouvement lui fit lever la tête. Et c'est de justesse qu'il évita un carreau d'arbalète qui vint malgré tout lui griffer cruellement la joue gauche de Dymôn.
    Portant la main à sa blessure, il hurla :
    "Qui ?!! Qui ose ?? Que ce lâche se montre !!

    Une voix forte se fit entendre :
    "C'est moi que tu traites de lâche ? Toi qui allait tuer un homme innocent et désarmé ?!"
    Dymôn ne put s'empêcher de rire en entendant cette voix qu'il ne reconnaissait que trop bien.
    "Layhern.... Layhern de la maison Gorordôn. Tu es enfin de retour.... Ta fuite à été des plus suspecte, tu sais."
    - Je n'ai fait qu'échapper à une parodie de justice !!"
    - Dans laquelle tu te jète maintenant, pauvre idiot !! ricane Dymôn. Il se tourna vers l'origine de la voix et constata que Layhern n'était pas venu seul.
    Une escouade de soldats qui l'avaient suivit lors de sa fuite de Mordragon, l'accompagnaient. Il y avait trois gardes de son ordre des chasseurs de dragons, deux gardes royaux et trois autres soldats de l'armée du Roi. Et devant eux, se tenait leur chef.
    Revétu d'une cote de maille couleur blanc cassé et d'un pantalon de cuir bouillit blanchi à la chaux, Layhern Gorordôn est l'un des fils de la famille la plus influente de la capitale. Contre toute attente ce dernier avait, contrairement aux voeux de son père, endossé l'habit des chasseurs/traqueurs de dragons. Et avait été de ceux qui ont terrassés les plus dangereuses de ces créatures, dont le terrifiant Dragon Rampant, qui est l'un des rares à ne pas posséder d'ailes mais dont la puissance avait anéanti bien des nations.
    Son visage d'habitude harmonieux était maintenant durcit par un rictus de colère qui embrasait son regard encore rougit par les larmes que cachait parfois sa longue chevelure blanche qui flottait au vent. A son bras droit pendait une arbalète dont le carreau était planté dans le sol juste à coté de Dymôn.
    Ce n'était pas seulement la femme de Draihy qui avait été executée mais aussi la soeur de Layhern, qui maintenant arborait ce masque de haine aveugle.

    Dymôn eu alors un sourire mauvais à l'adresse de Layhern.
    - Je suppose que tu ne me croira pas si je te dis que je suis désolé pour ta soeur....
    - Garde tes condoléances, charogne ! Je n'en aurai aucune pour ta dépouille !! Rugit-il avant de se lancer, lui et ses hommes au contact du groupe de Dymôn.
    - Soldats, tuez moi ces chiens ! Tuez les tous !!" Hurla Dymôn.
    Ils lachèrent leur loups de guerre sur le groupe qui envoya plusieurs carreaux qui en terrassèrent deux d'entrée de jeu. Les deux autres ruant dans les hommes à coup de pattes et de machoire. L'un d'eux se jeta sur Layhern qui allait déjà à la rencontre de Dymôn mais un coup d'épée aussi rapide que précis il lui ouvrit la poitrine en deux dans une immense gerbe de sang noir.
    Pendant ce temps ses soldats se battaient farouchement contre leurs adversaires.
    Layhern les laissa, continua sa route, imperturbable, et arriva à quelques mètres de Dymôn.
    Ce dernier allait faire face à Layhern mais Draihy se releva alors brusquement, lui envoyant en pleine figure ses lourdes chaines. Dymôn n'eu pas le temps de les éviter complètement et tomba à la renverse, touché à l'épaule droite.
    Il réussit cependant à éviter un nouveau coup de chaine en faisant une roulade sur le coté et se releva avec l'agilité d'un félin prêt à tuer un Draihy déjà à bout de force de par l'effort qu'il venait de produire.
    Sa lame ruait vers sa tête lorsque qu'une autre se mit en travers de son chemin.
    - Toi, tu commences sérieusement à m'énerver ! grommela Dymôn alors qu'il changea de cible en parant une attaque foudroyante de Layhern qui garda un silence total tout en fixant son regard dans celui de Dymôn.
    Les coups qu'ils échangèrent étaient d'une fulgurance et d'une violence qui éloigna d'instinct tout autres soldats qui auraient voulut leur venir en aide.
    Les attaques de Dymôn étaient les plus puissantes mais celles de Layhern plus rapides, aussi fût-il le premier à blesser Dymôn. Mais, bien que touché sur le coté gauche, il n'en demeura pas moins combatif. Au contraire, ses coups furent de plus en plus rapides et destructeurs, allant jusqu'à entailler profondément la roche qui se trouvait sur son passage.
    Les machoires de Dymôn se crispèrent alors de rage, les muscles de son corps saillirent et son regard se vida de toute humanité. Ainsi était-il entré dans la fureur du berzerk. Un état qui le séparait de la réalité et de toute douleur, ce qui le rendait d'autant plus redoutable.
    Aussi bien pour ses adversaires que ses propres hommes...

    <-+->
    Dernière modification par Kzârdrall Kurzdend ; 14/09/2009 à 20h42.

Discussions similaires

  1. Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]
    Par Oriane dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 10
    Dernier message: 22/06/2010, 08h28
  2. [Commentaires] Histoire policière sans titre
    Par Smidge dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 31
    Dernier message: 30/09/2009, 16h01
  3. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48
  4. [Histoire] Pas encore de titre.
    Par phoeunix dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/06/2009, 23h03

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258