Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    A mon tour, je me lance... Je vous propose un texte qui a été écrit sur un autre forum. J'ai pensé qu'il pourrait être intéressant d'avoir des avis extérieurs...
    Il s'agit d'une réalisation collective, en cours d'écriture. Chaque auteur incarne un personnage et écrit un passage du point de vue de celui-ci. Ne vous étonnez donc pas des changements de style entre deux posts...Pour que ce soit plus clair, j'écrirai le nom du personnage au début de chaque texte que je posterai. Si ça intéresse, je pourrai envoyer un petit complément d'information pour chaque personnage (on a des fiches quelque part...), ça peut aider à situer plus facilement.
    Pour ce qui est de l'histoire, ça se passe dans un univers plutôt steam punk, et dans l'idée ce serait un peu une histoire d'aventure sur fond d'enquête scientifique. Les grandes lignes du scénarios sont à peu près déterminée, mais on continue à mettre pas mal des choses en place au fur et à mesure, donc si vous voyez quelque chose qui ne vous semble pas très cohérant, n'hésitez pas à le signaler.
    Bonne lecture...

    ***

    Elisabeth Andersen

    Interactions mutualistes chez les insectes eusociaux. H. Møller et al.
    Installée dans un coin tranquille de la bibliothèque de l’université de Silkeborg, Elisabeth Andersen feuilletait un exemplaire de la revue Entomology. Elle s’était arrêtée sur cet article, écrit par son ancien directeur de thèse et ami Henrik Møller. Elle l’avait déjà lu, elle avait toujours suivi les travaux du professeur avec un grand intérêt, et l’article datait d’un an à peine. Depuis, Møller était parti pour une expédition, au-delà du cercle polaire, à quelques centaines de kilomètres au nord de la Scandinavie et n’avait plus donné de nouvelles. Jusqu’à sa réapparition, deux semaines auparavant. La jeune femme se surprit à sourire. Il avait alors mentionné une découverte inattendue et tout à fait exceptionnelle. Une découverte qui allait révolutionner l’univers des sciences, bien au-delà du domaine de l’entomologie, et qu’il dévoilerait dans à peine trois jours, lors d’une conférence à laquelle elle espérait bien assister. Cette pensée la tira de sa rêverie, elle referma la revue et alla la ranger avec les autres. Puis elle remballa rapidement ses affaires – un stylo plume usé et un cahier couvert de nombreuses notes, dont beaucoup avaient été prises au cours des deux heures qui venaient de s’écouler – et sortit de la bibliothèque.

    Elle ne marcha pas longtemps, le bâtiment principal de la faculté des sciences de Silkeborg se situait à peine à une centaine de mètres de la bibliothèque universitaire. Elle entra dans le hall du bâtiment, sans prêter attention à l’agréable clarté de l’endroit, qu’elle connaissait par cœur. Une large coupole de verre occupait une grande partie du plafond, les murs étaient peints en blanc, agrémentés ça et là de portraits des grandes figures scientifiques des dernières décennies et le sol était couvert d’un parquet clair qui ajoutait à la luminosité de la pièce. Quatre portes à battants conduisaient aux différentes ailes du bâtiment. Sans hésiter, la jeune scientifique emprunta la porte du fond à droite pour se rendre dans l’aile sud, dévolue à l’étude des insectes.

    Elle s’arrêta quelques instants dans la salle qui faisait office de bureau pour tous les membres de l’équipe. Une fois n’est pas coutume, la pièce était vide de tout occupant. La plupart des chercheurs et autres enseignants en entomologie s’étaient déjà rendus à Copenhague, afin d’assister à la conférence du professeur. Elle-même serait bien partie avec eux, mais elle avait tenu à boucler les derniers préparatifs, en vue de la nouvelle étude que l’équipe de recherche devait commencer une dizaine de jours plus tard. Elle espérait profiter de ce laps de temps entre la conférence et le début de l’étude pour passer quelques jours dans la capitale et, pourquoi pas, s’entretenir avec Møller. Elle secoua la tête, revenant à des considérations plus urgentes, ouvrit le tiroir de son bureau et en sortit une clé qu’elle glissa dans la poche de son tailleur, puis elle repartit vers les sous-sols du bâtiment. L’endroit était plus sombre, faiblement éclairé par quelques fenêtres placées en hauteur. Elle entra dans le laboratoire. C’était une pièce relativement grande, aussi peu lumineuse que le couloir. Une grande table en bois trônait au milieu de la salle, faisant office de plan de travail. Plusieurs étagères se partageaient deux murs. Sur certaines étaient disposés plusieurs vivariums dont la plupart était vide, les élevages se trouvant dans une pièce adjacente. Sur d’autres, on pouvait voir plusieurs instruments, un peu de verrerie et quelques microscopes. Un réfrigérateur d’où partait une demi-douzaine de gros câbles alimentant l'appareil et lui fournissant l'azote liquide indispensable au système de refroidissement occupait à lui seul le dernier mur.

    Elisabeth alluma l’un des deux manchons à incandescence, qui étaient suspendus au plafond par un T renversé et alla chercher le seul vivarium habité pour le déposer sur le plan de travail. Elle alla ensuite récupérer un couteau sur l’étagère, et une petite boîte en verre contenant une sorte de pâte nutritive dans le réfrigérateur, puis elle s’assit face au vivarium dont elle ôta le couvercle. Il était séparé en seize compartiments qui chacun contenait une petite chenille d’un joli bleu-vert. Elle découpa consciencieusement un premier morceau de pâte nutritive, qu’elle déposa avec délicatesse dans le premier compartiment. A peine avait-elle retiré ses doigts que la chenille commençait à glisser en direction de la nourriture. L’insecte en mangerait une petite partie, la quantité était suffisante pour lui permettre de se nourrir pendant une bonne semaine. Elisabeth renouvela ainsi l’opération une quinzaine de fois et referma le vivarium. Il ne lui restait plus qu’à demander à Basile, leur nouvel assistant, de veiller à ce que tout se passe bien et à leur donner un peu d’eau chaque jour. Quand elle reviendrait de Copenhague, les chenilles auraient au moins triplé de volume et le nouveau projet pourrait débuter.

    Il était quinze heures à peine et le train à destination de Copenhague était sur le point d’arriver en gare. Il avait quitté Silkeborg en début de matinée et le voyage s’était déroulé sans incident jusqu’à la capitale. Elisabeth en avait passé une bonne partie le nez plongé dans les derniers articles écrits par Henrik Møller, considérant qu’une relecture des derniers travaux du scientifique lui permettrait sans doute d’aborder la conférence avec une idée suffisamment claire sur l’avancée de ses recherches pour saisir toutes les subtilités entourant cette fameuse découverte. L’un de ces articles, en particulier, l’avait fascinée. Il traitait de l’évolution de certains comportements sociaux chez les insectes et avait été particulièrement controversé, l’idée d’une évolution des espèces n’était pas si vieille, et nombreuses encore étaient les personnes qui ne l’avaient pas acceptée. Elle n’en faisait pas parti bien sûr. D’après elle, la théorie était on ne peut plus logique, chaque nouvelle approche ne faisait que la renforcer.

    Le train s’arrêta. La jeune scientifique réprima un soupir. A quoi bon se perdre dans ces réflexions ? Pour que cette théorie soit acceptée, il faudrait que les mentalités changent, et cela n’arriverait pas avant un long moment encore. Elle rangea sa montre dans sa poche et se leva, réajusta son long manteau noir et son chapeau, attrapa son sac à main, sa valise et descendit du train. Elle fut immédiatement assaillie par le brouhaha qui parvenait jusqu’aux quais. La gare de Silkeborg n’était pas très grande, et les voyageurs n’y étaient guère nombreux. La gare de Copenhague au contraire était immense, et surtout bondée. Tous les âges, toutes les classes sociales y étaient représentées : de l’aïeule fortunée accompagnée de son serviteur zélé au petit vendeur de journaux en passant par l’homme d’affaire pressé et la mère de famille entourée de sa marmaille. On pouvait y voir les adieux déchirants d’un homme et sa jeune fiancée, les retrouvailles touchantes d’une mère et de son enfant et une multitude d’autres scènes du même genre. Elisabeth se fraya un chemin au milieu de tout ce beau monde, à grand renfort d’excuses et de sourires polis, et finit par arriver dans la rue. Le contraste était saisissant, surtout en ce qui concernait le bruit. Là, les voix des passants étaient remplacées par les pas des chevaux sur les pavés usés de l’avenue principale et le bruit de la pluie martelant les toits. La jeune femme remonta le col de son manteau puis, d’un pas rapide, prit la direction d’une vieille bâtisse de brique rouge de l’autre côté de la rue. Elle poussa la porte, surmontée d’une enseigne où le dessin d’un feu de bois côtoyait l’inscription « Au coin du feu ».

    Le soleil couchant commençait à percer les nuages lorsqu’elle quitta l'auberge pour se rendre à l’Institut Royal de Recherche Danois. Le bâtiment où devait avoir lieu la conférence lui sembla aussi imposant que dans son souvenir. C’était là qu’elle avait soutenu sa thèse de fin d’étude. Elle n’oublierait jamais cette journée et les trois années qui l’avaient précédée, l’enthousiasme devant son projet d’étude, fascinant, les périodes de découragement, à se demander si tout ce travail déboucherait sur quelque chose de concret. Ç’avait été le cas finalement, elle avait trouvé un poste d’assistante de recherche à l’université de Silkeborg, un poste de moindre importance, compte tenu de son niveau d’étude, mais un poste tout de même. L’appui du professeur et de son mari, Peter Andersen, avait été décisif. Sans eux, elle n’aurait sans doute pas pu arriver aussi loin dans un domaine plutôt réservé aux hommes. Elle entra dans le hall, son regard s’attarda sur les bancs de pierre appuyés contre le mur. Elle s’efforça de chasser l’image de Peter, assis sur l’un de ces bancs, de son sourire lorsqu’il la voyait arriver, et se dirigea vers les escaliers, passant entre plusieurs groupes de personnes probablement venues assister à la conférence.

    Elle arriva dans l’auditorium et balaya la pièce du regard, à la recherche d’un visage familier. Il y avait vraiment de tout : scientifiques connus, personnalités politiques, mais également de nombreux inconnus, dont d’autres scientifiques sans doutes, des journalistes et quelques curieux. A quelques mètres de la scène, elle finit par apercevoir plusieurs de ses collègues, en pleine discussion. L’un d’entre eux vit la jeune femme et lui adressa un signe de la main, l’invitant à les rejoindre. Elle répondit par un sourire et se faufila entre les sièges et les spectateurs en direction du groupe.
    Dernière modification par Oriane ; 14/07/2009 à 14h53.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Fritz Zeigman

    « Mesdames et messieurs, à présent sous vos yeux incrédules, l’Incroyable Ribaldi va vous présenter l’un de ses plus grands tours, l’Attrape balle. »

    Fritz se dirigea vers les spectateurs, qui s’étaient arrêtés devant l’étrange spectacle que formaient ces deux hommes qui accomplissaient des tours de magie en pleine rue, un revolver à la main. Il observa les visages tantôt curieux, ébahis, ou franchement suspicieux.
    « Avant toute chose, je vais devoir désigner quelqu’un parmi vous pour m’assister durant ce tour. »

    La principale condition pour réussir l’Attrape balle était de trouver un spectateur avec suffisamment de cran pour tirer sur le jeune magicien, mais néanmoins suffisamment naïf pour ne pas regarder l’arme de plus près, sans compter le fait qu’il devait avoir l’air de la manier correctement. Bien entendu, Silvio, son vieux maître, aurait pu jouer ce rôle, mais le fait de faire appel au public rassurait ce dernier quand à la possibilité qu’il y ait tricherie.
    « Vous monsieur, approchez je vous prie, ne soyez pas timide. »

    Son choix se porta sur un homme d’âge mur, à l’air affable. Ce dernier se s’approcha timidement de la scène improvisée bricolée à la va-vite dans les rues de Copenhague. Fritz lui donna le pistolet avant de se mettre à une faible distance, afin de limiter les risques qu’il le rate.

    « Et maintenant, cher public, notre ami… euh...
    - Erik
    - Notre ami Erik va me tirer dessus. Allez-y.
    - Vous êtes sur ?
    - Ne vous faites aucun souci. »
    Après une brève hésitation, Erik pointa l’arme sur le magicien, qui leva la main d’un air concentré.
    « Un instant, je dois faire appel à toute ma concentration pour briser les limites de l’espace et du temps, et ainsi rattraper la balle. »

    Fritz ferma les yeux, puis prit une grande inspiration, avant de regarder fixement l’arme.
    « Allez-y. »
    Erik pressa la gâchette, faisant retentir un coup de tonnerre dans la ville. La main du magicien se ferma presque aussitôt, tandis qu’un sourire victorieux marqua son visage. Rouvrant sa main, il leva le bras et montra la balle au public subjugué.
    « Il l’a fait ! Le défi semblait impossible, mais rien n’est irréalisable pour le grand Ribaldi, dépositaire du légendaire enseignement de moines tibétains. On l’applaudit bien fort mesdames et messieurs. »

    « Tu devrais arrêter de faire ce tour. C’est trop dangereux. »
    Tout en rangeant leur matériel, Fritz leva la tête en direction de son vieux maître, Silvio.
    « Bah, aucun danger, c’est vous qui me l’avez appris. »
    Et il songea avec amusement à la première fois qu’il avait vu son maître accomplir ce tour sous ses yeux, alors qu’il n’avait que neuf ans. A l’époque, il avait cru à un miracle.
    « Tu pourrais te blesser.
    - Aucun risque avec une balle à blanc. »
    Puis, il avait appris que tout avait un truc, particulièrement ce qui semblait hors du commun.
    « Tu sais ce que je veux dire. Il suffit qu’un petit malin décide de la remplacer par une vraie balle pendant que tu as le dos tourné et tu perds ta main.
    - Mais les gens adorent ce tour.
    - Les gens attendent que tu te blesses. Et ce ne sont pas eux qui m’inquiètent. »

    Le vieux Mazetti poussa un soupir. Cet enfant… Cet homme aimait trop le risque, sans doute car il avait été totalement absent de sa vie antérieure.
    « Enfin. C’est vrai qu’il rapporte. Tu comptes te rendre à cette conférence ? »
    Le sourire de Fritz s’élargit.
    « Bien sur. Vous imaginez ? Des insectes dotés de capacités mentales hors du commun.
    - Ca a l’air impressionnant, mais je ne vois toujours pas en quoi cela nous regarde.
    - Peut être qu’ils peuvent être apprivoisés. Voire accomplir des tours comme les chiens. Imaginez. “Ribaldi, le maître des insectes”. Un numéro comme personne n’en a jamais vu. Avec ça, notre gloire sera assurée.
    - Mais rien ne dit qu’ils sont apprivoisables.
    - Cela ne coûte rien d’aller vérifier. Et puis, c’est pour cela que nous sommes en ville, rappelez-vous. »
    Silvio Mazetti poussa un long soupir. Il avait pratiqué les tours de magie les plus dangereux pendant quarante ans. Il n’avait pas peur du danger, et lui même avait cherché pendant longtemps le tour qui marquerait sa carrière. Mais pour une raison qu’il n’arrivait pas à déterminer, il n’aimait pas cette histoire d’insectes. Cela sentait mauvais.

    Plus tard dans la journée, Fritz entra dans l’auditorium. Bien qu’il soit venu avec une bonne demi-heure d’avance, la salle était déjà à moitié pleine. Il fallait dire que l’impact qu’avait eu la découverte de ce scientifique, Møller, avait été proportionnel au désintérêt poli que suscitait sa carrière auparavant.
    « Comme quoi, songea le magicien, cela prouve que tout le monde a sa chance dans ce vaste monde. »

    L’entomologiste n’était pas encore arrivé. Fritz s’installa dans un fauteuil situé ni trop prêt de la scène, ni trop loin. S’il savait comment attirer l’attention, il savait aussi comment se faire oublier. Et pour l’instant, il ne tenait pas à faire le malin. Ce qui ne l’empêchait pas d’être excité comme une puce. Il regarda sa montre. Encore vingt cinq minutes avant le début de la conférence. Cherchant à tromper son ennui, il observa la foule qui commençait à s’amasser dans l’auditorium. Il y’avait beaucoup de scientifiques, dont certains assez connus - puisqu’il avait vu leurs photographies dans des journaux -, mais également pas mal de badauds, des curieux passionnés comme lui par cette science qui avait changé leur époque, et hissé leur civilisation au sommet. Même s’il devait bien admettre que sa passion était plus intéressée que la leur.

    Toujours pas de traces de Møller. Fritz jeta un nouveau coup d’œil à sa montre. Encore vingt-quatre minutes avant le début de la conférence.
    « Pffffff. »
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Karl Schneider

    Karl passa les portes de l’amphithéâtre et regarda sa montre gousset. Il ne restait plus que quinze minutes avant que Møller n’arrive et commence son exposé. Il se choisit un siège sur la droite, et s’installa au dernier rang, le moins éclairé. Il préférait la discrétion. Il s’assit et soupira légèrement, il ne restait plus qu’à attendre. Karl songeait aux évènements qui l’avaient poussé à assister à cette conférence, à laquelle il ne comprendrait probablement pas grand-chose. Il y avait quelques semaines de cela, il tentait de séduire une charmante demoiselle, qu’il avait eu beaucoup de mal à mettre dans son lit. Il avait passé plusieurs mois à la courtiser dans les règles de l’art, malgré les défiances de son père et de son chaperon.

    Il ferma un instant les yeux pour se remémorer les derniers instants qu’il avait passés avec elle. Il était arrivé tard dans la soirée. C’est elle qui lui avait demandé de venir, elle voulait lui parler. Karl s’était rendu jusqu’à sa demeure cossue de la WilheimStraße, et elle lui avait elle-même ouvert la porte, ce dont il avait été plutôt intrigué. Elle lui avait intimé le silence, puis pris la main, laissant le lourd battant se refermer derrière eux. Et elle l’avait conduit jusqu’à sa chambre. Il s’était attaché à lui plaire, à paraître respectable, et il avait réussi.

    « Que se passe-t-il ? » avait demandé Karl, bien que la réponse semblât évidente. Elle avait hésité un moment, puis s’était rapprochée de lui timidement et avait répondu d’une voix à peine audible :
    « Faites-moi l’amour, Karl. »
    Il avait mimé la surprise, tandis qu’au fond de lui, il était très satisfait d’arriver enfin à son but. Il avait joué, comme d’habitude, son rôle.
    « Je ne suis pas sûr, avait-il dit d’une voix hésitante. Votre père…
    - Mon père est en voyage pour plusieurs jours, avait-elle répondu.
    - Et votre chaperon ?
    - Elle dort profondément, j’ai pris les dispositions nécessaires pour qu’elle ne se réveille pas avant l’aube. »
    Karl avait été étonné par l’audace de la jeune fille. Aller jusqu’à droguer son chaperon… C’était la première fois qu’une des demoiselles qu’il convoitait allait aussi loin.
    « Je ne suis pas certain. Je ne veux pas que vous vous sentiez obligée par quoi que ce soit. »
    Elle ne paraissait plus du tout hésiter, c’est finalement Karl qui semblait avoir cédé à sa conquête. Il avait enlevé son manteau et déposé ses lunettes, puis avait déshabillé la jeune fille avec tact. Dans l’amphithéâtre, il sentait encore sous ses doigts la douceur de sa peau. Ensuite, il l’avait allongée nue sur le lit, la caressant avidement. Il l’avait sentie frissonner lorsqu’il l’avait embrassée. Karl sentait son désir croître de seconde en seconde. Il avait souri en sentant des doigts graciles tenter maladroitement de défaire les boutons de son gilet.
    « Je suis désolée si… avait commencé la jeune fille.
    - Ne vous excusez pas, avait-il répondu. Je comprends que vous ayez peur. Peut-être devrions-nous attendre encore ?
    - Non, je ne veux plus attendre. »
    Karl s’était de nouveau incliné. Il avait aidé la fille à dénouer son foulard et à déboutonner sa chemise. Il s’était de nouveau allongé sur elle, alors elle l’avait embrassé.

    Soudain, la porte s’était ouverte avec force. Karl s’était retourné, s’attendant à voir entrer le père de la jeune fille, furieux. Mais il avait découvert deux hommes, vêtus de noir, le regard sombre, tous deux de carrure massive. Il avait rapidement sauté du lit. La jeune fille ne criait pas. Elle était restée interdite, oubliant de couvrir sa nudité. Karl avait voulu s’emparer de son revolver, resté dans son manteau, mais l’un des hommes pointait déjà le sien vers lui. Il était coincé.
    « Je vous le déconseille fortement, Herr Schneider » avait dit le deuxième homme, en récupérant l’arme de Karl, avant de la faire disparaître dans la poche intérieure de son pardessus.
    « Vous allez nous suivre sans faire d’histoire. Notre employeur a un travail pour vous » avait-il dit en lui rendant son vêtement. Karl, qui avait commencé à se rhabiller, allait dire qu’il était disposé à les suivre calmement, mais l’homme avait repris la parole :
    « Si vous refusez, nous nous verrons alors dans l’obligation de prévenir le père de cette jeune demoiselle que vous étiez sur le point de lui prendre sa vertu. »
    Karl plissa légèrement les yeux mais ne dit rien de plus, suivant les hommes à l’extérieur.

    Ils l’avaient fait monter dans une voiture stationnée un peu plus loin, un troisième individu plus mince servant de cocher. Il s’était retrouvé face à ses deux ravisseurs pendant tout le trajet.
    « Il n’était pas nécessaire de me menacer de prévenir son père, avait-il dit en boutonnant tranquillement sa veste, l’air narquois.
    - Nous avons pensé que cela serait plus prudent. Une sorte de couverture pour vous. Il valait mieux que la fille pense que nous ne vous laissions pas le choix, plutôt qu’elle s’aperçoive que vous vous souciez d’elle comme d’une guigne. Ainsi, elle préfèrera ne rien dire à son père plutôt que de l’envoyer après vous.
    - C’était très gentil à vous de prendre ces précautions. Mais comment avez-vous su que je serais ici et non chez moi ?
    - Nous vous suivons depuis quelques temps. C’est notre travail.
    - Et qu’en est-il de celui qui m’attend ? avait demandé Karl quelque peu agacé de n’avoir pas remarqué la filature.
    - Vous en saurez plus lorsque nous serons arrivés. »
    Karl s’était donc résolu à attendre, essuyant ses lunettes pour se donner une contenance.

    Une demi-heure plus tard, il était arrivé devant une demeure de belle facture. On le conduisit dans ce qui se révéla être la bibliothèque. Les deux hommes en noir avaient fermé la porte clé derrière lui. Quelques minutes plus tard, un petit homme entra, légèrement rebondi, des lunettes sur le nez.
    « Ah ! Herr Schneider ! Le voyage n’a pas été trop difficile, j’espère ?
    - Long et peu intéressant, avait-il dit avec un léger sourire. Puis-je savoir la raison de ma présence ici ?
    - Oui, oui… Voulez-vous boire quelque chose ? Un verre de vin, peut-être ? avait demandé l’homme en se dirigeant vers un petit meuble en bois sombre. »
    Il en avait sorti une bouteille de vin rouge et deux verres.
    « Non, merci, avait répondu Karl. J’aimerais assez que vous en veniez au fait. Je n’aime guère être interrompu lorsque j’entreprends certaines affaires.
    - Oui, je vous comprends. Oh, comme je vous comprends. »
    Le petit homme s’était avancé vers lui avec son verre de vin à la main et avait bu une gorgée.
    « Excellent, avait-il commenté. Une vieille cuvée de vin de Bordeaux. »
    Il avait ensuite tourné son regard vers Karl et il avait pu y lire un certain agacement.
    « Je vous ai fait venir car j’ai du travail pour vous. On m’a assuré que vous étiez le meilleur dans les missions que l’on vous confiait.
    - Je fais de mon mieux, avait dit Karl, soudainement plus intéressé. Que dois-je faire ?
    - J’aimerais que vous vous rendiez à la conférence du docteur Møller. En avez-vous entendu parler ?
    - Vaguement. Que voulez-vous que je fasse de ce docteur Møller ?
    - Je veux que vous assistiez à sa conférence et que vous m’en rapportiez les détails. Voyez-vous, je m’intéresse de très près à ses découvertes. Et je me suis laissé dire qu’il ferait ce jour-là des révélations de la plus grande importance. Malheureusement, je ne peux m’y rendre, ayant d’autres obligations ici.
    - Et donc, vous voulez que j’assiste à cette conférence. C’est tout ?
    - Pour l’instant. Vous serez grassement payé, bien entendu.
    - Si vous voulez. C’est d’accord. Mais mes services sont payables d’avance, avait précisé Karl en souriant.
    - J’avais été prévenu. »
    L’homme était retourné en direction du petit meuble et en avait extrait une épaisse enveloppe. Lorsque Karl l’avait ouverte, il n’avait pu s’empêcher d’être surpris à la vue de la somme très conséquente qui s’y trouvait, pour un travail qui ressemblait finalement beaucoup à celui d’un secrétaire. Il en fit la remarque.
    « Oh ! Assister à la conférence ne sera qu’une partie de votre travail. Il y a de grandes chances que j’ai besoin de vos services pour autre chose, en fonction de ce qu’aura découvert le professeur. »

    Et il était désormais assis dans l’amphithéâtre, en train d’attendre que le fameux Møller se présente. Peu lui importaient le nom de son commanditaire, ou les raisons qui l’avaient réellement poussé à louer ses services. Ce qui lui importait, c’était la somme qu’on lui avait payée pour assister à cette réunion, qui promettait pourtant d’être fort ennuyeuse. Mais après tout, si quelque riche gentleman avait envie de donner un peu de son argent pour ce genre de chose, il n’allait pas s’en plaindre.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Hannah Jansen

    Ces jours derniers, l’activité de la bibliothèque de l’Institut Royal de Recherche avait décuplé. Les annonces fracassantes que Møller avait promis de faire lors de sa communication avaient poussé de nombreux entomologistes à venir parfois de très loin pour y assister. Un certain nombre d’entre eux était arrivé à Copenhague plusieurs jours à l’avance, et avait occupé le temps qui les séparait de l’événement à étudier plus en détail les travaux précédents du professeur. Celui-ci était en effet relativement peu connu, même dans son milieu, et ceux qui connaissaient ses recherches avaient le plus grand mal à l’imaginer révolutionner la science des insectes ; c’est pourquoi beaucoup désiraient lire ou relire certains de ses rares livres, ou des articles qu’il avait publiés dans des revues savantes. Le fait était que sa bibliographie ne laissait rien soupçonner des extraordinaires capacités mentales qu’il affirmait avoir découvertes chez les insectes qu’il avait étudiés récemment. A ce public qui savait exactement ce qu’il cherchait s’ajoutaient quelques curieux intrigués par la publicité donnée par les journaux à une conférence qui ne s’adressait, après tout, qu’à quelques érudits qui s’étaient spécialisés dans un domaine très pointu. Ceux-là, qui n’avaient pas l’habitude de fréquenter les bibliothèques, semblaient très intimidés, et demandaient d’une toute petite voix au bibliothécaire des ouvrages généraux sur les insectes.

    Le cadre n’avait rien pour les rassurer. En effet, la bibliothèque, tout comme le reste du bâtiment de l’Institut au premier étage où la salle de lecture avait été installée, avait été construite récemment sur les plans d’un architecte connu. La reine Margrethe Ière de Denmark, qui tenait beaucoup à l’Institut auquel elle accordait, à titre privé, de généreuses contributions prises sur sa cassette personnelle, avait personnellement supervisé les choix d’architecture et de décor, et elle avait souhaité leur donner un lustre et une magnificence propres à manifester la foi d’une époque dans la science et le progrès. L’entrée de la bibliothèque était ainsi particulièrement monumentale, la porte étant surmontée d’un fronton triangulaire porté par deux pilastres à l’antique, et de là, on pénétrait dans un hall d’accueil dallé de marbre et lambrissé de bois précieux, où un préposé invitait le lecteur à déposer ses affaires, à l’exception de son nécessaire à écrire, au vestiaire prévu à cet effet.

    On pénétrait ensuite dans la salle de lecture, tout aussi somptueuse avec ses lambris et son beau plafond à caissons, et pourvue de vastes tables de travail munies de pupitres ainsi que de lampes ouvragées pour compléter l’éclairage fourni par de grandes fenêtres qui occupaient tout un mur. Pour consulter le catalogue, il fallait avoir recours aux fichiers, des meubles discrètement ouvragés mais fonctionnels, également en bois, qui occupaient tout un angle de la salle. A côté, assis à un élégant bureau, le bibliothécaire vaquait à ses occupations, renseignant les lecteurs qui avaient recours à lui (généralement en leur indiquant le catalogue du doigt d’un air pincé, daignant parfois leur expliquer comment trouver ce qu’ils cherchaient dans les fichiers), surveillant les ouvrages précieux qui avaient été communiqués, corrigeant ou rédigeant des fiches pour le catalogue. En face de lui, le mur était percé de guichets de bois, où les lecteurs pouvaient déposer des demandes d’ouvrages aux préposés pour qu’ils aillent les chercher dans les magasins après autorisation de consultation par la directrice de la bibliothèque, dont le bureau était situé juste derrière, et qui communiquait aussi bien avec la salle de lecture qu’avec les guichets. A tous les endroits libres, de hautes étagères étaient chargées de livres ; une galerie ornée d’une rambarde en fer forgé courait tout le long de la salle, à mi-hauteur, et donnait accès à un second niveau de rayonnages disposés le long du mur.

    Cela avait des airs de fourmilière : les préposés se pressaient entre les guichets, les magasins et la salle de lecture en poussant de lourds chariots chargés de livres de toutes sortes, tandis que le bibliothécaire maugréait qu’il n’arrivait plus à rédiger les fiches d’ouvrages nouvellement acquis et non encore signalés dans le catalogue. Les lecteurs n’étaient pas en reste : certains spécialistes tournaient furieusement les pages des revues qu’ils consultaient tout en prenant des notes d’un air rageur, d’autres s’appuyaient au dossier de leur chaise en regardant le livre dans lequel ils étaient plongés d’un air perplexe ; les néophytes, pour leur part, se trahissaient par la façon précautionneuse dont ils tournaient les pages, comme s’ils osaient tout juste les toucher. Quant à la directrice, Hannah Jansen, elle ne cessait de signer des autorisations de consultation, tout en s’efforçant de recevoir certains lecteurs pour décharger le bibliothécaire présent dans la salle.

    Le docteur Hannah Jansen avait obtenu le titre prestigieux de conservateur et la direction de la bibliothèque quelques années auparavant, lorsque l’âge avait forcé son prédécesseur à se retirer pour bénéficier d’un repos bien mérité. C’était une assez belle femme, de taille moyenne. Elle avait des yeux noisette qui ne manquaient jamais de scruter ses interlocuteurs d’un regard perçant, et imposait le respect par son maintien. Toujours strictement vêtue, mais de façon élégante et avec goût, elle était généralement sanglée dans un tailleur de couleur sombre, qui ne laissait apparaître que le col montant de son chemiser, agrémenté d’un petit médaillon. C’était le seul bijou qu’elle portait, avec des boucles d’oreille et une montre à gousset. Lorsqu’elle sortait, elle passait un long manteau noir, des gants, et plaçait sur ses cheveux d’un blond doré, coiffés en un chignon strict, un petit chapeau à voilette.

    Son exceptionnelle promotion avait suscité de la jalousie et quelques quolibets narquois de la part de certains de ses collègues masculins qui désiraient ce poste, et ne comprenaient pas qu’on leur ait préféré une femme. Elle avait auparavant occupé plusieurs années la fonction de bibliothécaire au sein de l’Institut, forçant le respect par sa capacité de travail. C’était par ailleurs une scientifique reconnue, docteur en biologie et spécialiste d’entomologie. Elle avait été formée à cette discipline dès son plus jeune âge par son père, le professeur Peter Jansen, l’un des meilleurs entomologistes de son temps, professeur à l’Université et titulaire de la chaire de biologie de l’Institut, sous la direction duquel elle avait mené son doctorat, et dans le laboratoire duquel elle avait mené d’intéressantes recherches qui avaient conduit la communauté scientifique à la considérer comme la digne héritière de son père. Cependant, à la mort de celui-ci, peu après l’achèvement de sa thèse d’Etat, ses pairs masculins avaient mis une réticence certaine à ce qu’elle obtienne un poste à l’Université, à moins qu’il ne s’agisse de fonctions de secrétaire. Elle était alors entrée à la bibliothèque, menant de front sa carrière et ses recherches. C’est ainsi qu’elle avait également acquis une certaine expertise des livres anciens, et en particulier des livres scientifiques, qui lui avait valu sa nomination à la tête de la bibliothèque.

    Elle soupira. Le public avait été particulièrement nombreux le jour de la conférence, mais au fur et à mesure que l’heure prévue pour celle-ci approchait, la salle de lecture se vidait, revenant peu à peu au calme. Bientôt, on n'y entendit plus que le pas des préposés qui collectaient les volumes consultés pour les ranger, et le couinement des roues des chariots destinés à ramener les ouvrages dans les magasins. De temps en temps, un grognement s’élevait : le bibliothécaire, qui inspectait les livres rendus, avait découvert une page légèrement cornée, ou une lourde reliure de cuir un peu desserrée par la lecture. L’heure qui séparait le début de l’allocution du savant de l’horaire de fermeture de la bibliothèque ne serait pas de trop pour achever de tout remettre en place. De l’extérieur de la bibliothèque provenait en revanche un brouhaha confus, qui s’amplifiait de minute en minute, pour atteindre son plus haut volume dans le quart d’heure qui précédait l’heure fixée pour la conférence. C’était un vrai succès : sans cesse on entendait de nouvelles personnes arriver en haut de l’escalier d’honneur à proximité duquel se situait l’entrée de la bibliothèque, qui faisait face à l’entrée du grand amphithéâtre d’honneur de l’Institut où Møller avait promis de donner un nouveau visage à l’étude des insectes.

    Elle se perdit dans ses pensées. Elle aurait aimé assister à cela, mais le soin de la bibliothèque le lui interdisait : elle avait eu beaucoup trop de travail ces derniers jours pour pouvoir se le permettre. Le retour au calme qui s’annonçait ne serait pas de trop : il n’y avait plus maintenant dans la bibliothèque que quelques érudits à qui les insectes étaient totalement indifférents, deux physiciens et un professeur brittanien venu consulter l’exceptionnelle collection de traités de mathématiques anciens détenue par la bibliothèque. La pensée de ce professeur, qui l’avait sollicitée pour trouver un ouvrage datant du XVIIe siècle, la ramena à son travail ; l’Institut était maintenant totalement silencieux. Son collègue devait maintenant avoir commencé à parler. Hannah se plongea dans son travail, se concentrant sur des découvertes publiées deux cent cinquante ans plus tôt.

    Soudain, le brouhaha reprit de plus belle à l'extérieur. Elle regarda sa montre : dix-huit heures passées de quinze minutes. Elle s’en étonna, puis tenta de se replonger dans ses travaux. Il ne lui restait plus beaucoup de temps avant la fermeture de la bibliothèque, et son lecteur attendait. D’ailleurs, le bruit diminuait à nouveau : elle se dit que Møller n’avait jamais été bon pour les introductions, et qu’il avait dû choquer une partie du public par manque de prudence. Brusquement, un vacarme la fit sursauter. Il y avait des cris, et manifestement, les gens couraient en tous sens. Hannah se demanda ce que le bon docteur Møller avait bien pu dire pour provoquer une panique pareille, et ne put s’empêcher de se faire la réflexion qu’un peu de retenue ne ferait de mal à personne. La vie de l’Institut ne s’était pas arrêtée pour cette communication, et d’autres gens travaillaient, ou s’efforçaient de le faire. Mais c’était bien une panique : à la réflexion, elle trouva cela étrange. La conférence n’était censée avoir commencé qu’une demi-heure auparavant, et même s’il avait commencé à l’heure, l’entomologiste ne devait en être qu’au début de sa démonstration, et non aux conclusions fracassantes. Quand bien même, des annonces de découvertes scientifiques dans une réunion de spécialistes n’avaient jamais produit, à sa connaissance, de panique des auditeurs. Ce n’était pas normal, il se passait quelque chose. Elle sortit de son bureau et se rendit dans la salle de lecture, où les trois savants qui y étaient restés échangeaient des regards interrogateurs avec les préposés. Même le revêche bibliothécaire avait levé le nez de ses fiches, et semblait légèrement inquiet. Elle se dirigea vers le hall de la bibliothèque, curieuse de savoir ce qui se passait à l’extérieur.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Lyuba Rodionovna Vassilieva

    Il était maintenant six heures passées de cinq minutes, et il régnait dans le Grand Amphithéâtre une chaleur suffocante, sans doute due à la foule qui s’y pressait. Lyuba Rodionovna Vassilieva, assise au second rang du carré des officiels, se félicita intérieurement d’avoir choisi le matin un léger chemisier de coton. Il fallait bien l’admettre, par rapport à Petersburg, Copenhague en octobre semblait d’une douceur printanière. Juste devant elle, le vieux général Petroff, qui, lui aussi, était souvent convié aux missions de représentation les plus ennuyeuses, suait à grosses gouttes, à tel point que son crâne chauve en était tout luisant. Autour d’elle, d’autres représentants diplomatiques extrayaient leurs montres de leurs gilets, et un murmure impatient s’élevait dans les rangs. Les scientifiques, malgré la rigueur exigée par leur travail, passaient pour des gens peu ponctuels, sans doute car on aimait leur attribuer de plus intellectuelles considérations. Visiblement, Møller ne faisait nulle exception. Lyuba, elle, n’était jamais en retard, car comme elle se plaisait à le penser, « la ponctualité est la politesse des rois ».

    Arrivée de la capitale tsariste la veille au soir, elle n’avait disposé que de peu de temps pour les emplettes. Pour son fils Rodion, elle avait choisi une nouvelle pièce pour sa collection de miniatures de trains, reproduisant fidèlement, semblait-il, un des premiers modèles de locomotive du rail danois. L’engin était, naturellement, déjà obsolète, mais à coup sûr son fils lui trouverait un charme fou. Le jeune homme l’entretenait régulièrement des progrès merveilleux qu’avait fait le chemin de fer. Quand on pensait à ce à quoi il ressemblait encore trente ans auparavant, disait-il, lors de la mise en service des premières lignes, on pouvait à peine croire que d’ici cinq ans au plus tard, les trains rouleraient à plus de cent kilomètres par heures ! Lyuba trouvait à cette passion quelque chose d’assez puéril, mais en temps que mère, elle était rassurée de voir dans son unique descendant un futur ingénieur, financièrement indépendant, et non un de ces rentiers arrogants qui envahissaient la ville. Certes, les traditions de la noblesse recommandaient l’oisiveté, mais les temps changeaient, et quelque chose disait à Lyuba que bientôt le titre de son époux perdrait définitivement le peu de valeur qui lui restait. Pour Ivan, justement, une bouteille d’alcool local - un distillat assez suspect de malte et de fruits des bois - ferait très bien l’affaire. Elle n’avait encore rien pris pour Macha, la vieille bonne, et songeait à ramener quelque chose comme un joli châle, qu’elle achèterait le lendemain sur un marché avant de se rendre à la gare.

    Cette question réglée, l’attention de Lyuba se reporta sur l’amphithéâtre autour d’elle. La plupart des murs, lambrissés de bois sombre, était plongée dans l’obscurité. Du même bois étaient les sièges des huit rangées de gradins, qui lui semblèrent particulièrement inconfortables. La diplomate russe se félicita de sa fonction, qui lui assurait un fauteuil délicieusement molletonné et tendu de cuir vert. La partie la plus intéressante de l’édifice en était le plafond, qui était couvert d’une vaste fresque. Certes, celle-ci était peinte dans un style horriblement pompeux, mais elle aurait peut-être le mérite de la distraire jusqu’à ce que l’entomologiste daigne enfin faire son apparition.

    Malgré le manque de lumière, on distinguait huit figures féminines, drapées de voiles lévitant mystérieusement devant les zones prohibées de leurs anatomies. Elles flottaient dans un ciel d’un bleu idyllique, clairsemé de nuages blancs et d’amours à l’expression béate. Dans la figure centrale, qui occupait le sommet de la voûte, Lyuba reconnut la Philosophie. De sa poitrine s’écoulaient sept sources, qui conduisait aux sept autres femmes, représentant chacune l’un des arts libéraux. A l’extrême gauche se trouvait la Grammaire tenant des verges et un livre, puis suivaient dans l’ordre la Rhétorique, la Dialectique, la Musique brandissant sa harpe, l’Arithmétique, la Géométrie, et enfin l’Astronomie, tenant un boisseau plein d’eau dans lequel se reflétaient des astres probablement imaginaires, et qui en tout cas ne figuraient nulle part ailleurs dans la composition. Finalement, tout cela n’était pas passionnant.

    Six heures et quinze minutes. Un quart d’heure était la limite tacite entre une inconvenance mineure et la franche impolitesse. Et l’estrade, vivement éclairée par d’énormes lampes électriques qui étaient certes utiles mais devaient sans doute être comptées dans les frais de représentation, était toujours désespérément vide. Quelques dames très apprêtées, de gigantesques plumes sur leurs canotiers, se levèrent bruyamment du premier rang des auditeurs libres et partirent exprimer leur indignation à l’extérieur. Les places libérées furent immédiatement investies par ceux du deuxième rang, et ainsi de suite jusqu’en haut des gradins. Lyuba sortit son petit carnet relié de cuir noir et son stylo à plume - une merveilleuse invention, qui tranchait avec le temps de ses études, et était l’un des seuls avantages qu’elle voyait à la modernité. Elle se demanda si le retard de Møller était une information utile à consigner dans son rapport, si quoique ce soit fût destiné à l’être. On la désignait toujours pour les missions les plus ennuyeuses.

    On s’agitait en coulisses. Depuis quelques minutes, des commis de l’Institut traversaient l’estrade en toute hâte, tentant de se faire les plus discrets possibles dans le cercle de lumière crue – peine perdue, autant le dire. Soudain, un homme moustachu à l’allure de vieux fox terrier s’avança nerveusement jusqu’au pupitre. La salle retint son souffle, mais il ne put que bredouiller quelques vagues mots d’excuses en germain, langue que comprenait la plupart des auditeurs. Que l’on se rassure, le professeur Møller serait là dans quelques instants, une avarie matérielle, sans doute. Le ton était implorant, la réputation de l’Institut Royal de Recherches danois en jeu. De part et d’autre, Lyuba entendit jurer avec l’accent prussien ou français.

    La tension était maintenant palpable. De plus en plus de personnes tentaient de quitter l’amphithéâtre, mais la foule de ceux qui n’avaient pas encore pu y entrer formait un barrage trop dense pour leur permettre de sortir. Quelques hommes, depuis les derniers rangs, interpelaient en danois quiconque se faufilait hors des coulisses, tandis que les doyens de l’institution, assis aux places d’honneur, avaient bien du mal à garder une contenance. Soudain, l’homme-fox terrier jaillit à nouveau en pleine lumière, et, sans attendre d’atteindre le pupitre, il s'écria :
    « Mon Dieu ! Y’a-t-il un médecin dans la salle ? C’est urgent.
    - Moi, je suis médecin », s’écria un gentilhomme du troisième rang avec un fort accent britannique. Empoignant un sac de cuir brun, il rejoignit le petit moustachu, et tous deux disparurent dans l’arrière salle.

    On n’entendait plus de quolibets vengeurs, le volume sonore des conversations avait baissé d’un coup. Maintenant, chacun murmurait des réflexions de circonstance à son voisin. Au fond, Lyuba était sûre que tout le monde était content. Derrière les visages tendus, l’excitation provoquée par l’odeur du malheur promettait aux honnêtes citoyens venus se cultiver à l’Institut que leur visite en ces lieux de science ne serait pas vaine. Peut être même allait-on assister à un évènement qui ferait les gros titres du lendemain. Lyuba avait tout consigné. De l’extérieur parvenait nettement la rumeur de conversations enflammées, car la nouvelle n’avait pas mis longtemps à y parvenir.

    Au bout de quelques minutes, un commis roux qui ne devait pas avoir plus de quinze ou seize ans s’avança timidement dans la lumière des lampes électriques, visiblement impressionné par les centaines de paires d’yeux posées sur lui. Se tordant les mains et fixant l’extrémité de ses chaussures, il annonça la mort du professeur Møller.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  6. #6
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Thomas Hearn

    En octobre 1899, la médecine connaissait une évolution fulgurante et quotidienne. Thomas Hearn était un médecin d’une cinquantaine d’années. En tant que tel, il était très conscient de la rapidité de cette évolution et tenait absolument à être de la partie. Il aurait aimé voir son nom donné à un traitement, une maladie qu’il aurait découverte, et ainsi laisser son empreinte dans l’histoire de la médecine. Ce jour là, il se trouvait à Copenhague, loin de son service de cardiologie, dans un hôpital londonien. Il avait eu vent de la conférence du docteur Møller dans une revue scientifique très en vue. Il entrevoyait une possibilité de se servir de ses recherches pour servir sa profession et ses ambitions.

    Le docteur Thomas Hearn n’était pas seulement un médecin ambitieux, c’était aussi un homme très consciencieux - trop, même, disaient certains. Il passait plus de temps dans son service, à surveiller le travail des infirmières, qu’auprès de sa famille. Pourtant il était marié depuis une trentaine d’années, et avait deux enfants : une fille de vingt-quatre ans, mariée depuis peu à un aristocrate de la cour du royaume brittanien, et un fils de seize ans qui serait un jour médecin comme son père. Même si depuis prés d’un siècle, il était nécessaire d’être diplômé pour exercer, la médecine restait avant tout une tradition familiale. Il aurait été de toute façon peu convenable qu’il fasse autre chose.

    Thomas n’avait pas la moindre confiance dans ses infirmières, car la majorité d’entre elles n’étaient pas passées par toutes ces écoles récemment bâties et dédiées à leur formation. Un personnage avait été déterminant dans le développement de leur profession : Florence Nightingale avait fait en sorte que l’hôpital soit réparti en différents services, que les infirmières fassent des études ; elle avait aussi révolutionné les soins apportés aux patients. Il n’en demeurait pas moins que pour Thomas cette évolution n’allait pas assez loin. Selon lui, de ces écoles ne sortaient que des femmes justes bonnes à obéir aux médecins et non à penser. Il aurait souhaité ne travailler qu’avec des infirmières aussi compétentes que Nightingale. N’étant pas patron de son hôpital ni chef du service auquel il était affecté, ce n’était pas lui qui se chargeait du recrutement. Cependant, il était si dur avec les jeunes recrues que bien des départs lui incombaient.

    Ce jour là, il était très loin de son pays et n’avait pas les moyens de vérifier que le travail était fait correctement, et ça ne l’enchantait pas. Mais il allait assister à une conférence qui l’intéressait particulièrement, et il pouvait bien déserter son service quelques jours. Thomas était particulièrement agacé par la diversité des personnes présentes dans l’amphithéâtre. Il était de ceux qui pensaient qu’il fallait faire des études pour comprendre la complexité de la science, et être réellement conscient de son importance grandissante. Pour tromper l’attente, Thomas essayait de reconnaître les vrais connaisseurs des badauds. Cela ne l’amusa pas longtemps, il n’était pas de nature patiente. Il fut donc presque soulagé d’entendre qu’on avait besoin d’un médecin. Il avait répondu à l’appel sans vraiment savoir de quoi il s’agissait. Il s’adressa à l’homme moustachu qui l’avait appelé :
    « Excusez-moi, mais pourrais-je savoir ce qu’il se passe exactement ?
    - Comment vous dire, docteur ? Il s’agit du professeur Møller. Je préfère que vous voyez par vous-même, ça à l’air sérieux. »

    Thomas suivit l’homme qui le mena jusqu’au premier étage et poussa la porte d’un bureau, qui était sérieusement endommagée. Il vit un homme assis dans un fauteuil, la tête posée sur son bureau, le visage tourné vers la porte, les bras ballants, la bouche ouverte, avec juste un filet de bave le long de la commissure de ses lèvres. Du sang s’écoulait de son oreille droite. Un autre homme se tenait debout, l’air inquiet. C’était un homme grand, blond, avec la carrure de ces hommes de l’est, aux traits durs. Il s’approcha de Thomas :
    « Bonjour. Vous êtes le médecin, je présume ?
    - Vous présumez bien. Que ce passe-t-il ici ? »
    Thomas s’approcha du professeur, inconscient, regarda ses pupilles dilatées, mis deux doigts sur son artère jugulaire pour sentir la présence d’un pouls, et regarda s’il respirait. Alors qu’il auscultait, le grand blond lui expliquait la situation :
    « Je m’appelle Riis, je suis l’assistant du Dr Møller, dit-il en montrant l’homme inconscient. Je me questionnais sur son retard, alors je suis allé frapper à sa porte, sans réponse. Il s’était enfermé. J’ai appelé Herr Schmidt, dit-il en désignant cette fois-ci l’homme moustachu, pour qu’il m’aide à la forcer. Nous l’avons découvert ainsi. Votre diagnostique, docteur. C’est grave ?
    - Et bien, monsieur Riis, sans pouls et sans respiration, vous pouviez en déduire que cet homme est mort.
    - Mon Dieu...Mais de quoi ?
    - Je n’en sais rien, il faudrait que je puisse l’examiner de plus prés, répondit Thomas, dans un hochement de tête.
    - Herr Schmidt, il faut renvoyer les personnes qui attendent inutilement dans l’amphithéâtre !
    - J’y vais Herr Riis, je vais envoyer le jeune Bjorn au public. Dois-je appeler la police ?
    - Pourquoi faire ? Il ne s’agit pas d’un meurtre. N’est-ce pas, Docteur ?
    - Hum... je ne saurais dire. Le professeur Møller avait-il des soucis de santé ?
    - Oh non, répondit Schmidt, il était robuste, il...
    - Quoique un peu pâle ces derniers temps, rajouta Riis en se frottant l’aile du nez.
    - Je pense donc qu’il serait plus judicieux d’en avertir les autorités policières, conclut Thomas. »

    Schmidt quitta la pièce, toujours livide. En fait, Thomas était lui aussi dépassé par cette histoire. Il soignait les gens, il ne s’occupait que rarement des morts. Il ne pouvait que constater le décès de Møller, il n’avait pas eu le temps d’en déterminer la cause. Cette mort ne lui semblait pas naturelle, il ne savait pas trop dire pourquoi. Peut-être ce regard fixe, cette position si simple. S’il était mort d’une crise cardiaque, on aurait du lire la douleur sur son visage. Il n’aurait pas pu être simplement assis dans son fauteuil. Le filet de sang sortant de l’oreille pouvait être le signe d’une hémorragie interne mais il aurait fallu un coup violent pour cela, et Møller avait été trouvé sans marque visible, sans plaies, ni blessure par balle. Oui, Thomas trouvait cette mort louche.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  7. #7
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    James Dunmore

    James Dunmore haïssait Copenhague.

    Bien sûr, il avait dit la même chose de toutes les villes qu'il avait été amené à visiter, depuis Leeds jusqu'à Dehli, et pour des raisons qui se ressemblaient toujours. Mais aujourd'hui, il lui semblait qu'il le pensait vraiment pour la première fois. Comme les fois précédentes. Il détestait ces rues étroites et sales, les odeurs nauséabondes qui venaient agresser les narines du passant, cette neige noirâtre à moitié fondue qui recouvrait les chaussées, cette foule bruyante qui se pressait dans ses artères comme une colonie d'insectes. Même la lumière du soleil y semblait plus froide, et les rayons de la lune ne pouvaient pas l'atteindre ici. Autant dire que l'explorateur était arrivé en ville d'une humeur exécrable, et son arrivée à l'auditorium n'avait rien fait pour arranger son humeur. Il exécrait ces bâtiments pompeux et prétentieux rehaussés de dorures, aux sculptures finement ciselées proclamant la suprématie de la civilisation. Il vouait aux gémonies cet amphithéâtre et tout ses occupants, singes savants en tenue d'apparat à cotés desquels le quinquagénaire faisait figure de barbare tout droit sorti de quelque steppe lointaine, malgré ce costume détrempé qu'il avait loué pour l'occasion la veille, bien étroit pour un homme de sa corpulence, et ce nœud papillon qu'il ne cessait de comparer à la corde du pendu. Le brouhaha ambiant et l'atmosphère étouffante des pièces closes l'insupportait au plus haut point. Et au moment où il pensait que les choses ne pouvaient pas être pire, un jeune blanc-bec était monté à l'estrade et annoncé le décès du docteur Möller.

    James Dunmore haïssait vraiment Copenhague.

    Ignorant les murmures choqués et inquiets qui commençaient à monter de l'assistance, Dunmore se leva brutalement, manquant de peu de renverser son fauteuil, avant de se diriger d'un pas décidé vers les coulisses de l'auditorium, écartant sans ménagement un officiel désireux de lui en barrer l'accès avant de s'engager dans les couloirs en claudiquant, maudissant la douleur à la jambe qui venait de se réveiller, le cerbère toujours sur ses talons.

    « Mais enfin monsieur! Vous ne pouvez pas... »

    Le vieil anglais daigna enfin se retourner, avant de toiser l'homme qui faisait pourtant une bonne tête de plus que lui; il ne s'était pas battu sur la moitié du globe au service de sa gracieuse Majesté et n'en avait pas exploré l'autre moitié cette fois au service de son seul intérêt pour qu'un larbin en grand tenue lui dise ce qu'il pouvait faire ou pas, avec une prononciation anglaise détestable, qui plus est.

    « Écoute, bonhomme, ce Møller me paye pour mes services, et voilà maintenant qu'on m'annonce qu'il mange les pissenlits par la racine, donc je crois que ça me regarde, tu vois? Maintenant rends toi utile et montre moi le chemin, cette foutue baraque est un vrai labyrinthe. »

    L'intéressé resta un moment interloqué, incertain de la conduite à tenir envers cet homme qui semblait si peu à sa place dans l'entourage d'un illustre professeur comme le docteur Henrik Møller. Mais peu désireux d'avoir maille à un personnage aussi teigneux et rude que semblait l'être cet étrange intrus, il préféra acquiescer et se débarrasser au plus vite de cet encombrant personnage. Quelques minutes plus tard, les deux hommes étaient à l'étage, le guide improvisé désignant à Dunmore une porte usée, et ne recevant pour sa peine qu'un « c'est pas trop tôt » grommelé en guise de remerciement.

    L'explorateur pénétra dans ce qui devait être le cabinet personnel du docteur Møller, à la décoration sobre et au mobilier limité, si l'on exceptait un bureau usagé et un fauteuil d'aspect rustique, occupé par le corps sans vie de l'entomologiste. Autour de lui se trouvait deux hommes, l'un étant visiblement le médecin venu constater le décès et peut être pratiquer l'autopsie. Il se tourna vers le nouveau venu, la surprise se mêlant à l'agacement sur son visage.

    « Qui êtes vous? J'ai demandé à ce que personne ne vienne me déranger... »
    « Ce n'est rien, Herr docteur, je connais cet homme. Il s'agit du guide que ce pauvre Møller avait engagé pour ses travaux dans le nord. »

    Effectivement, Dunmore reconnaissait cet homme, Riis, ou quelque chose du genre. Il avait accueilli Møller à Copenhague, et s'était enfermé avec lui pour parler de sujets auxquels le vieux britannique n'entendait goute. L'expression du médecin resta néanmoins fermée, même si le ton s'était un peu radouci.

    « Bon, peut être allez vous pouvoir m'expliquer ce qui se passe, alors, si vous avez voyagé avec lui. En règle générale, j'aime bien savoir pourquoi je me retrouve avec un cadavre sur les bras. »

    Le vieil homme haussa les épaules, passant machinalement une main dans ses cheveux grisonnants. Au moins l'homme était il aussi anglais, et pas un de ces baragouineurs vikings au patois grossier.

    « Qu'est ce que j'en sais, moi? Il allait bien la dernière fois que je l'ai vu, il y a deux jours. C'était un gars solide, pour un savant, et il a bien tenu le coup là haut, mais j'en ai vu des meilleurs que lui crever en quelques heures à cause de saletés de microbes où je ne sais quoi. C'est vous le docteur. Tout ce que je sais, c'est que si il est mort, me reste plus qu'à refaire mes valises et à aller chercher le reste de l'équipe là ou on les a laissés. »

    Sans compter que c'était sans doute la seule façon d'espérer être payé pour ses services. Pour toute réaction, l'autre poussa un soupir fatigué.

    « Attendez, reprenons du début, j'y verrai peut être plus clair. Qui êtes vous et quels sont vos rapports avec Henrik Møller? »
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  8. #8
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Elisabeth Andersen

    L’annonce l’avait d’abord laissée sans voix. C’était impossible, ils devaient se tromper. Elisabeth imagina même, pendant un bref instant, qu’elle avait simplement mal compris, que le jeune garçon avait annoncé la mort de quelqu’un d’autre. Elle sentit une main se poser sur son épaule, croisa sans le voir le regard compatissant de l’un de ses collègues. Elle vit les spectateurs se lever et prendre la direction de la sortie, qui bousculant ses voisins pour se frayer un chemin plus rapidement, qui se retournant toutes les deux secondes pour chercher un visage connu dans la foule, le tout au milieu d’un brouhaha assourdissant. Mais elle ne réalisait pas, pas vraiment. La jeune femme sortit de l’amphithéâtreà son tour, arriva dans le hall d’entrée. Elle s’arrêta un instant, hésitante, puis prit la direction des escaliers, menant au premier étage, et au bureau du professeur.

    « Elisabeth ? »

    La jeune femme leva les yeux, chercha du regard dans la foule la personne qui venait de l’interpeller et finit par l’apercevoir, à moins de deux mètres sur la droite, près de l’entrée de la bibliothèque. Hannah Jansen n’avait pas changé depuis deux ans, et elle la reconnut sans mal.Son tailleur impeccable, son chignon parfaitement tiré lui donnaient toujours cet air sévère qu’elle lui connaissait bien. Son expression, en revanche, était assez inhabituelle, empreinte de perplexité.

    « Tu sais ce qui se passe ? La conférence n’est tout de même pas terminée ?

    - Elle n’a pas eu lieu. Le docteur Møller est... Il serait mort. »

    La phrase sonnait curieusement. Elisabeth tourna la tête vers les escaliers puis revint vers Hannah.

    « J’allais monter, voir ce qui se passe.
    - Je te suis. »

    Les deux femmes arrivèrent devant le bureau du professeur. Elisabeth poussa la porte entr’ouverte. Quatre hommes étaient debout, près de l’entrée, en grande discussion. Elle reconnut parmi eux l’assistant du professeur, un certain Riis, qu’elle avait aperçu rapidement lors de sa dernière visite. Le deuxième devait être un médecin, comme pouvait en témoigner le stéthoscope accroché à son cou. Le troisième, un homme assez massif, qui d’emblée lui sembla peu à sa place dans cette pièce, lui était inconnu. Elle avait déjà croisé le quatrième, un petit moustachu d’une cinquantaine d’années du nom de Schmidt. Près du bureau, deux officiers de police s’affairaient. L’un d’eux fit un pas de côté et elle put voir le professeur, affalé sur son fauteuil, les yeux grands ouverts et désormais aveugles. La jeune entomologiste sentit toute couleur quitter son visage.

    « Qu’est ce que vous faites ici ? »

    Elle tourna la tête vers le médecin. Elle avait porté la main à sa bouche, senti son cœur se soulever.

    « Il est mort.
    - Brillante déduction. Maintenant si vous voulez bien sortir... »

    Il désigna la porte d’un air entendu. La jeune femme continua néanmoins.

    « Que s’est-il passé ?
    - Mesdames, à moins que vous ayez une bonne raison de vous trouver là, je vais vous demander de quitter la pièce. »

    Riis ouvrit la porte en grand, comme pour appuyer ses paroles. Elisabeth ne bougea pas d’un pouce, son regard allant du corps au bureau, recouvert de paperasses. Elle sentait confusément que quelque chose lui échappait sans qu’elle réussisse à trouver quoi. Elle se força à inspirer profondément tandis qu’Hannah prenait la parole :

    « Non, nous ne partirons pas avant d’avoir des réponses claires. Cette jeune femme était une amie du professeur, je suis moi-même une de ses collègues. Nous avons le droit de savoir ce qui se passe.
    - Son bureau, il était dans cet état quand vous êtes arrivés ? »

    Le médecin et l’assistant échangèrent un regard, puis ce dernier, haussant les épaules, consentit à répondre :

    « Pour autant que je me souvienne.
    - C’est étrange. »

    Elisabeth se rapprocha du bureau, ramassa quelques articles qui traînaient sur le sol. Elle reconnut le premier pour l’avoir relu quelques heures auparavant. Le médecin reprit la parole :

    « Nous ne savons pas ce qui s’est passé. Il a été retrouvé sur ce fauteuil, la porte était fermée.
    - Ce n’est pas dans son habitude de laisser traîner ses affaires.
    - Ce n’était pas. Et c’était un scientifique. Ils sont brouillons, par définition. Ne dit-on pas après tout que les plus grandes découvertes ont été faites par accident, à cause d’un oubli ? »

    L’un des officier acquiesça tandis que Schmidt s’éclaircissait la gorge. Elisabeth secoua la tête. L’argument de Riis ne la convainquait pas.

    « Je connais peu de personnes aussi pointilleuses que lui. On dirait presque que quelqu’un a fouillé ses affaires. »

    En cet instant précis, elle n’aurait absolument pas pu dire si cette observation pouvait aider à comprendre ce qui s’était passé, ni même si elle avait la moindre importance. Elle s’était simplement contentée d’énoncer ce qui lui apparaissait comme une évidence. Le médecin se rapprocha du corps, pour un refaire un rapide examen, vraisemblablement. Puis il se tourna vers Riis et lui demanda, visiblement
    préoccupé :

    « Serait-il possible d’effectuer une autopsie ici ?
    - Vous pensez qu’il pourrait s’agir d’un meurtre ? s’enquit l’un des officiers.
    - Je pense que cette mort n’est pas naturelle. Le professeur m’a tout l’air d’avoir été empoisonné. Je ne pourrais pas en jurer pour l’instant, mais il faudrait que je puisse pratiquer cette autopsie le plus rapidement possible. »

    Riis sembla réfléchir un instant, puis secoua la tête.

    « Je ne pense pas que ce soit possible ici même.
    - Et dans un laboratoire ? »

    L’assistant se tourna vers Elisabeth, et elle cru lire un reproche dans son regard. Elle baissa les yeux. Elle avait fait cette proposition sans réfléchir, sans songer que cela pourrait poser problème.

    « Ça devrait faire l’affaire. J’aurai certainement besoin de quelqu’un pour m’assister pendant l’autopsie.
    - Je peux vous aider. »

    La jeune entomologiste avait répondu sans réfléchir à la demande du médecin. L’idée qu’il puisse s’agir d’un meurtre ne la quittait plus. Apporter son aide, en plus de lui occuper l’esprit, lui permettrait d’apprendre au plus vite de quoi il retournait.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  9. #9
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Thomas Hearn

    En l'espace de quelques instants, Thomas Hearn s'était retrouvé au centre d'une agitation frénétique. On se bousculait, s'invectivait, s'interrogeait dans la plus totale confusion. Au milieu du chaos, il tentait de garder son calme. Une douleur sourde commençait à lui vriller les tempes sur lesquelles son sang cognait si fort qu'il eut l'impression que les battements de son cœur allaient s'entendre dans toute la salle. Au fond de lui, la panique s'installait. Sa vieille agoraphobie, endormie par des années passées dans l'ambiance studieuse et confinée de son laboratoire, venait de se réveiller. Quelques souvenirs qu'il avait réussi à réprimer durant de nombreuses années refirent surface. Mais les circonstances étaient étrangement analogues. Quelqu'un lui avait dit que l'enfer était la répétition. A l'époque, il ne l'avait pas pris au sérieux. Aujourd'hui, il ne le comprenait que trop bien. La scène se rejouait devant ses yeux, à part qu'une autre personne se trouvait à la place de Møller.

    L'espace de quelques secondes, la panique menaça de le submerger et il dut enfouir sa figure dans ses mains le temps de se reprendre. Mais quand il releva la tête, le témoin avait laissé la place au médecin renommé et respectable qu'il avait toujours été. Et quand il parla, ce fut d'une voix claire et assurée.

    « Le plus tôt sera le mieux. Le plus vite vous aurez descendu le corps … »

    On emmena le corps dans un laboratoire l'institut . Nu, allongé sur une paillasse, Møller n'était plus un homme, mais un sujet d'expérience. Adieu le scientifique tombé au plus fort de sa gloire, alors qu'il allait offrir à la face du monde une découverte de la plus haute importance. Maintenant, c'était lui la découverte … Cruelle ironie. On était bien peu de choses. Il réprima un léger rire.

    Ce n’était plus qu’un tas de viande qu’il observait avec le regard froid du praticien expérimenté. Pas de traces de coups, pas d'ecchymoses, pas de traces de piqures, de brûlures et encore moins de coupures. Pas de strangulation non plus, ni de fibres sous les ongles. Un regard rapide aurait pu faire passer Möller pour un simple dormeur. Une analyse plus approfondie du cadavre s'imposait. Il demanda le scalpel.

    A ce moment, il vit la jeune femme qui l'accompagnait faire une grimace éloquente. Visiblement, elle aurait préféré se trouver ailleurs qu'ici. D'une voix qui n'avait rien d'aimable, il lui demanda si elle allait faire un malaise. Dans ce cas, elle ferait mieux de sortir car il avait besoin d'une aide et non d'un boulet. Mais la jeune femme se ressaisit très vite et resta sans broncher.

    Avec son aide, il ouvrit la cage thoracique qu'il écarta sans ménagement. Rien dans l'estomac, ni dans la gorge. Son attention fut attirée par l'abondance de sang à l'intérieur. On aurait dit que le corps avait subi une multitude d'hémorragies internes. Il dut utiliser une pompe pour pouvoir y voir quelque chose. L'apparence du cœur lui fit lever un sourcil. Le muscle paraissait avoir doublé de volume. Sa couleur elle-même avait changé. D'un rouge sombre habituel, il avait viré au bleu malsain. Le sang semblait avoir jailli de l'organe comme s'il avait été pressé dans un étau. Plus besoin de pousser plus loin pour connaître les causes du décès. Le cœur tout à coup s'était emballé envoyant le sang noyer les organes, provoquant des hémorragies. Une seule conclusion s'imposait.

    « Je le confirme, finit-il par dire, cette mort n'a rien de naturel »

    Son constat ne l'étonna pas outre mesure. C'était dans l'ordre des choses. Les recherches provoquaient des passions, ou bonnes ou mauvaises. Møller ne serait pas le premier scientifique à ne pas survivre à ses découvertes.

    Thomas se tourna vers l'assistance et, sans fioriture aucune il demanda à parler à la police. On le conduisit en haut, accompagné par une Elisabeth au bord de la nausée. Il trouva les forces de l'ordre en train d'interroger l'assistant du professeur. Le médecin remarqua qu'il n'avait pas l'air dans son assiette mais n'y prêta pas plus d'attention. A son approche, ils s'interrompirent et se tournèrent vers lui, curieux d'entendre ce qu'il avait à dire.

    « Messieurs, cet homme a été assassiné. J'irais jusqu'à dire qu'il a été empoisonné. Un produit rapide, efficace qui ne lui a laissé aucune chance. Son cœur a tout bonnement explosé ... »

    Il y eut un instant de flottement et l'un des lieutenants demanda à l'assistant de vider ses poches, ce qu'il fit après quelques hésitations. Quelques billets froissés, de la menue monnaie et une plaquette de pilules dont un des policiers s'empara aussitôt pour les montrer à Hearn.

    Le médecin identifia rapidement des médicaments pour le coeur. Pas besoin de chercher plus loin pour trouver l'arme du crime. Il se contenta de hocher la tête. Quelques instants plus tard, le suspect était emmené menottes au poignet entre deux policiers.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  10. #10
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Fritz Zeigman

    Lentement, Fritz referma la porte du bureau de feu Herr Møller. Il n’avait pas été facile de distraire le policier en faction devant la porte. Mais quelques couronnes avaient suffit à s’octroyer les services d’un passant pour « faire une bonne blague ». Comme quoi, on trouve toujours des gens prêt à faire n’importe quoi. Un peu comme lui en ce moment. Il fallait être le dernier des imbéciles pour se balader sur les lieux d’un crime de cette façon. Mais bah… c’était juste trop tentant. Møller, victime d’un simple malaise ? Tu parles ! Il était loin de tout comprendre, mais c’était bien commode en tout cas qu’il meure au moment de présenter la plus grande nouvelle de sa carrière.

    Un bref instant, il envisagea de retourner sur ses pas, et de laisser tout ça tomber. Mais cela signifiait retourner à l’ennui. Il devait bien l’admettre, sa carrière de magicien s’enfermait dans une certaine routine. Il maîtrisait trop ses tours de magie pour ressentir l’exaltation des débuts. Ce n’était pas très fin, c’est vrai. Tant pis.

    Un bref coup d’œil suffit à lui apprendre qu’il était loin d’être le premier à passer ici depuis le décès, même sans tenir compte de la police. Comme si quelqu’un avait fouillé le burau, en quête de quelque chose. Sa curiosité piquée au vif, Fritz jeta un coup d’œil au verra posé sur la table. Un verre vide, mais avec un fond d’eau. Qui donc buvait de l’eau tout seul dans son bureau, se mit-il à penser. Si le jeune magicien avait bien appris une chose de ses voyages, c’est que les gens qui buvaient autre chose que de l’alcool le faisaient contraints et forcés. Mais il ne trouva aucune trace d’un quelconque médicament dans les tiroirs, ni rien de bien intéressant, du moins à ses yeux. Bizarre.

    Bien que presque prêt à admettre que Möller buvait de l’eau uniquement pour le goût, une soudaine intuition le poussa à jeter un œil dans la poubelle. Après avoir jeté quelques papiers froissés, visiblement des ébauches de son discours à venir, il trouva , bien au fond, comme caché en vitesse, des médicaments, sortis de leur emballage . Ceux de Möller ? Mais si on voulait les lui prendre, pourquoi ne pas les avoir emportés ? Ceci étant, qui penserait à chercher ce genre de choses dans la poubelle ? Surtout si l’emballage avait caché autre chose qu’il aurait pris pour ça. Sans doute , si jamais les soupçons de Fritz se confirmaient, l’homme avait dû penser que la police conclurait à l’accident.

    « On ne bouge plus ! »

    Surpris par l’ordre du policier de faction, Zeigman leva les mains avec hâte, lâchant les médicaments qui roulèrent au sol.

    « Heu.. bafouilla-t-il. Ecoutez, tout ceci est une simple méprise, et…
    - Plus un mot, ordonna le policier tandis que nombre de ses collègues arrivaient sur place. Regardez, il a quelque chose dans la main.
    - Ho, ça ? Heu.. c’est simple il s’agit juste d’un…
    - Embarquez-moi ça. »

    Un instant sans voix devant le retournement de la situation, Fritz ne réagit que quand il fut ceinturé par les agents de police, qui entreprirent de lui lier les mains. Il résista tant bien que mal à l’emprise de ces hommes, sans grand résultat.

    « Hé ! Lâchez-moi ! C’est n’importe quoi ! Je veux qu’on me lise mes droit ! Je veux un avocat ! Je veux un Schwarzwälder Kirschtorte ! »

    ***

    Il jeta un œil par la fenêtre de sa cellule, pour constater que le soleil était couché depuis longtemps. Cela faisait un bon bout de temps qu’il était coincé ici. Toute l’après-midi apparemment. Il avait eu droit au petit interrogatoire d’un officier de police braillard, ce qui avait eu le don de le mettre de mauvaise humeur. Apparemment, ils avaient quand même finit par comprendre qu’il n’avait rien à voir avec la mort de Møller, et que cela n’était qu’une grosse méprise.

    Sans doute pour cela qu’ils s’étaient concentrés sur le type de la cellule en face. S’il croyait ce qu’il entendait, ils avaient trouvés les trucs qui avaient tué Møller dans ses poches. Il avait pu écouter l’interrogatoire de là où il était. Le type n’avait répondu à aucune des questions du policier braillard. En fait, il n’avait strictement rien dit. Il était resté là , la tête baissée, muet comme une tombe. Il avait d’ailleurs l’air très inquiet. Fritz se demanda pourquoi. Il était terrifié à ce point d’avoir été attrapé par la police ? Enfin, quoiqu’il en soit, le policier braillard finit par renoncer, après des heures à répéter les mêmes questions, et était parti. S’accoudant contre les barreaux, le jeune magicien observa le suspect. Ce dernier finit par lever la tête, et regarda dans sa direction.

    « Salut, lança Fritz, accompagné d’un geste de la main.
    - Ho.. bonjour.
    - Il gueule fort hein ? j’ai cru que j’allais devenir sourd au bout d’un moment. »
    Seul le silence répondit à ses paroles. Un temps gêné, il tenta de reprendre la conversation.
    « Alors ? Tu l’as tué, Möller ? »
    Aucune réponse. Le regard du type se durcit. On aurait presque dit qu’il avait peur.
    « Hé, le prend pas mal, reprit le magicien, je demande ça comme ça. T’avais sans doute tes raisons. T’aimes peut être pas les insectes après tout.
    - Excusez-moi.
    - Oui ?
    - Il vous aime ?
    - Pardon ?
    - Il vous aime ?
    - Qui m’aime ? »
    A cet instant, Fritz aperçut brièvement une lueur de soulagement dans le regard de l’autre prisonnier.
    « Non, rien reprit-il. Je me suis trompé. »

    Fritz commençait à chercher une réponse appropriée quand la porte s’ouvrit, révélant un policier portant les repas. Attendant que les prisonniers se remettent au fond de leur cellule, il posa le premier plat devant à l’entrée de la cellule de Fritz. De loin cela ressemblait à une bouillie de rat crevé. Autant dire qu’il n’était que peu motivé pour l’avaler, aussi resta-t-il au fond de la cellule. Le suspect, lui, s’était littéralement jeté sur la nourriture, ce qui amusa Zeigman. En tout cas, on ne pouvait pas dire que l’angoisse lui avait enlevé son appétit. Mais à peine avait-il avalé la première bouchée que le policier s’approcha et lui murmura quelque chose à l’oreille. Fritz se raidit. De là où il se trouvait, aucune personne normale n’aurait entendu ce que le policier avait dit, mais un bon magicien avait une ouïe parfaitement exercée, notamment pour entendre les indications de ses assistants durant le tour, que seul lui devait percevoir.

    « Il vous aime, lui avait-il soufflé. »

    Lâchant la nourriture, le prisonnier jeta un regard implorant à son geôlier, qui s’éloigna sans un mot. Ce fut quelques minutes après seulement qu’il fut pris de convulsions, tout en s’effondrant sur le sol crasseux de la cellule. Conscient de ce qui se passait, et comprenant que crier n’amènerait que le gardien responsable de son état, Fritz n’ouvrit pas la bouche. Sous ses yeux, l’autre prisonnier était en train de mourir. Ce dernier hoquetait, et tentait de lever la main vers Fritz, qui ne fit pas un geste dans sa direction, choqué. Puis il mourut. Et Fritz le regardait toujours, immobile, assis au fond de sa cellule. Un frisson lui parcourut l’échine. Quoique tout cela signifiait, c’était quelque chose de gros, si jamais la police était impliquée ne serait-ce que sommairement.
    Il ne toucha pas à la nourriture. Il ne tenta pas de s’endormir. La nuit durant, il observa le corps inerte, comme incapable de s’en détacher.
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

  11. #11
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Sur l'ombre Terre
    Messages 
    590

    Re : Les Chroniques du Blizzard [nom provisoire]

    Hannah Jansen

    Dix jours s’étaient écoulées depuis la mort du docteur Møller. Celle-ci avait provoqué une agitation sans précédent au sein de l’Institut. Entraînée par son amie Elisabeth, qu’elle appelait familièrement Else, Hannah était montée dans le bureau du professeur immédiatement après l’annonce du décès, avant même que la police vienne faire ses constatations. La tension y était palpable : Else était bouleversée, l’assistant du conférencier étrangement distant, voire un peu brusque ; le médecin n’avait pas l’air de comprendre ce qu’il voyait, à tel point qu’il avait souhaité faire une autopsie ; il y avait également un petit homme d’un certain âge, qui prétendait que le docteur lui devait beaucoup d’argent, et qui était de fort mauvaise humeur. La scène était particulièrement vivace dans la mémoire d’Hannah : comment oublier cet étroit bureau, les papiers épars répandus, et l’aspect répugnant du corps de son pauvre collègue ? Assurément, il ne fallait guère s’étonner si les personnes présentes sur place avaient eu un comportement parfois étrange : c’était sans doute sous le coup de l’émotion.

    Ce n’était que le lendemain qu’elle avait appris, par les journaux, que la police avait arrêté Riis, l’assistant du professeur, pour meurtre, et que le jeune homme s’était suicidé dans sa cellule durant la nuit. L’enquête avait été classée, et les journaux n’avaient pas manqué de gloser sur les possibles mobiles du crime. Il fallait dire que l’affaire était passablement mystérieuse. Cependant, au sein de l’Institut, chacun faisait son possible pour minimiser voire ignorer le scandale, et retourner à ses travaux quotidiens. Après tout, Møller n’occupait qu’une place secondaire dans le monde de l’entomologie. Une fois les désagréables visites de la police dans les locaux de l’Institut terminées et l’agitation retombée, les journaux avaient trouvé de nouveaux objets d’indignation et la vie quotidienne avait retrouvé son cours à la bibliothèque.

    Une seule personne semblait ne pas se résoudre à clore le dossier. Else persistait à parler de la mort de Møller et de son extraordinaire découverte. Du point de vue d’Hannah, cette obstination était malsaine : elle avait l’impression que son amie n’arrivait pas à se résoudre à la mort de son collègue, et même, qu’elle doutait que le suicide de Riis en soit vraiment un. La directrice de la bibliothèque trouvait cela ridicule, et s’efforçait, en vain, de faire entendre raison à la jeune entomologiste. D’interminables discussions avaient eu lieu à plusieurs reprises dans le bureau du premier étage de l’Institut, et elles s’étaient prolongées à plusieurs reprises par une invitation à dîner chez Hannah. Rien n’y avait fait : Else s’obstinait, mais à présent, elle voulait organiser une expédition sur les traces de son défunt ami pour tenter de savoir ce qu’il avait bien pu découvrir pour faire autant de bruit et même susciter un assassinat. La seule chose positive était que cela avait considérablement rapproché les deux femmes, qui s’étaient perdues de vue deux années durant.

    Cependant, ce dimanche midi, Hannah avait d’autres soucis en tête. Comme chaque semaine, elle avait accompagné sa mère au culte dominical. Et comme chaque semaine, sa mère s’était longuement attardée après la célébration pour discuter avec le pasteur, et l’inviter à déjeuner. Martin Joscka était jeune, et célibataire, et pour Sarah Jansen, il faisait figure de gendre idéal. A trente-cinq ans, il était plutôt bien de sa personne, avec ses épaules carrées et son visage avenant, quoiqu’assez quelconque. Ses yeux bleus étaient d’une grande expressivité, et sa chevelure châtain lui donnait un petit air ombrageux. D’une grande culture, il était d’une conversation agréable, mais Hannah n’avait jamais su s’il s’intéressait réellement à elle ou s’il ne faisait que se prêter au jeu de sa mère pour lui faire plaisir. A vrai dire, cela ne l’intéressait guère : elle n’était pas pressée de se marier, ce qui était synonyme pour elle d’enfermement domestique et de renoncement à la bibliothèque et à l’entomologie. Sarah n’avait jamais compris l’acharnement de sa fille à vouloir marcher dans les traces de son père, et désespérait de voir un jour ses petits-enfants.

    Hannah soupira. L’après-midi s’annonçait aussi ennuyeuse que jamais. La semaine avait été intense, et elle n’était pas fâchée de pouvoir se reposer. Cependant, malgré toute l’estime qu’elle portait au révérend Joscka, elle aurait aimé pouvoir consacrer quelques heures à la lecture d’articles récents qui l’intéressaient, et à la rédaction de quelques pages du livre qu’elle préparait. Mais c’était ainsi. Le dimanche était un jour sacré pour sa mère qui, depuis son veuvage, avait une forte tendance à la mélancolie. Se plier au rituel dominical était pour Hannah le meilleur compromis qu’elle avait trouvé pour ménager Sarah. Elle ne s’y serait soustraite pour rien au monde.

    Son assiduité au temple et sa complaisance pour les intrigues matrimoniales de sa mère lui attiraient parfois les taquineries plus ou moins aimables de ses collègues masculins, qui plaisantaient sur le paradoxe de sa dévotion aux sciences naturelles et de son engagement dans la foi protestante. Elle les ignorait généralement avec un sourire plus ou moins ironique : contrairement aux idées reçues, elle n’avait jamais éprouvé de difficulté à concilier foi et raison. Cependant, cela ajoutait à son austérité, que certains interprétaient comme de la hauteur et du dédain, ce qui ne lui valait pas que des amis.

    Le mardi suivant, en début d’après-midi, Else déboula dans son bureau comme un boulet de canon, l’air surexcité. Elle avait une nouvelle fracassante à annoncer à son amie : c’était décidé, elle allait la monter, cette expédition, elle avait obtenu des financements pour cela. C’était l’Institut lui-même qui lui fournissait une partie de l’argent nécessaire à une telle entreprise. C’était incompréhensible. Hannah n’en croyait pas ses oreilles. Elle tenta une nouvelle fois de faire entendre raison à la jeune entomologiste, mais celle-ci était en réalité venue la persuader de se joindre à elle.

    « Tu te rends compte ? On va peut-être enfin savoir ce qu’il s’est passé ! J’ai tout prévu, tu verras… J’ai même trouvé un guide.
    - Else… non mais tu te rends compte ? Il est mort, te dis-je ! Il va bien falloir que tu t’y fasses… Ton expédition ne le fera pas revenir à la vie, et tu le sais très bien.
    - Tu ne comprends pas… tu… tu n’as pas envie de savoir quelle était cette révélation fracassante qu’il s’apprêtait à faire ?
    - Si, bien sûr… mais je doute que ce soit la clef du mystère, ni qu’il y ait un mystère à résoudre, d’ailleurs !
    - Tu ne peux pas dire ça !
    - Bien sûr que si… Riis avait une dent contre Møller, Dieu sait ce qu’il a pu se passer entre eux durant cette fameuse expédition, et si tu veux mon avis, je n’ai aucune envie de le savoir.
    - Moi qui comptais sur toi pour m’aider…
    - Attends, tu ne croyais tout de même pas que j’allais t’accompagner dans cette aventure sans queue ni tête ? Je ne peux pas t’empêcher de faire une sottise, mais je peux m’abstenir d’y tremper !
    - Hannah, tu es dure…
    - Mais que veux-tu que je te dise ? Et même si je le voulais, je ne pourrais pas. Mes recherches, la bibliothèque… Et puis je ne peux laisser Mère seule aussi longtemps.
    - Elle n’est pas sénile, tout de même… A moins que ce ne soit ce cher Martin qui te retienne ? »

    La conversation dévia sur la possibilité qu’Hannah finisse par se laisser fléchir et l’épouser. Les deux jeunes femmes se mirent à moquer gentiment le pasteur, puis, rappelées à leurs devoirs respectifs par le tic-tac incessant de l’horloge qui ornait la cheminée du bureau, elles se séparèrent. Quelques heures plus tard, une secrétaire se présenta à la bibliothèque avec une convocation pour la directrice. Le directeur de l’Institut désirait s’entretenir avec elle le lendemain matin. Le docteur Jansen se demanda ce que cela signifiait, et se mit à préparer divers documents pour justifier de sa bonne gestion de la bibliothèque. Avec un peu de chance, elle réussirait à faire admettre à son supérieur l’idée d’abandonner le catalogue imprimé des ouvrages de la bibliothèque, qui prenait beaucoup de place sur les rares rayonnages de la salle de lecture et était rendu presque inutile par la présence des fichiers. Si sa publication était justifiée pour qu’il soit présent dans d’autres bibliothèques, elle aurait du moins souhaité pouvoir le stocker dans les magasins.

    Le lendemain matin, avec une ponctualité parfaite, elle se présenta devant le bureau d’Eric Matterson, l’influent directeur de l’Institut. Malgré elle, elle était tout de même inquiète : cette convocation n’avait rien d’ordinaire. Elle se demanda brièvement si son statut de femme n’allait pas encore lui valoir une injuste remise en cause de ses compétences. C’est ainsi que, lorsqu’elle pénétra dans le bureau, introduite par la secrétaire, elle était légèrement tendue.

    Elle fut tout à fait surprise de constater qu’Else l’avait précédée, et se tenait là, un sourire en coin. Matterson leur fit signe de s’asseoir à toutes les deux. Elle eut un mauvais pressentiment. Le directeur de l’Institut prit la parole pour les accueillir et, avec un air malicieux, demanda à la directrice de la bibliothèque si elle avait envie de vacances. Du ton le plus froid et le plus professionnel qu’elle le pouvait, Hannah répondit en proposant à son supérieur de lui présenter un bilan de sa gestion.

    « Mais enfin, docteur Jansen, il est bien évident que je vous fais toute confiance pour les missions que je vous ai confiées ! Rassurez-vous, vos compétences ne sont absolument pas en jeu, bien au contraire !
    - Venons-en au fait, alors, je vous prie. Je vois qu’Else a réussi à vous convaincre de soutenir son projet insensé. Par pure curiosité, puis-je savoir ce que l’Institut aurait à y gagner ?
    - Vous savez à quel point les découvertes de Møller étaient annoncées comme importantes. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser ces recherches à l’état d’abandon. Il y va également de l’honneur de l’Institut, étant donné que notre noble institution, bien malgré elle, a été la scène d’un crime affreux…
    - Certes, mais…
    - J’ai donc chargé Madame Andersen de poursuivre les recherches du docteur. Cela implique de reprendre ses notes et ses carnets, bien sûr, mais aussi de partir sur les traces de l’expédition où notre regretté collègue avait observé les phénomènes extraordinaires qu’il annonçait.
    - Certes, mais cela n’explique toujours pas pourquoi vous m’avez demandé de venir…
    - Oh, ne vous faites pas plus sotte que vous n’êtes, docteur Jansen. Vous avez très bien compris. Je souhaiterais que vous l’accompagniez, au nom de l’Institut. Puisque nous finançons l’expédition, il est normal que nous soyons représentés. Et il se trouve que vous êtes une entomologiste plus que qualifiée. Je vous charge donc de cette mission.
    - Mais… c’est…
    - C’est un ordre, mademoiselle. »
    "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis." (Edgar Allan Poe)
    RP : Théodora d'Orival, paladine

Discussions similaires

  1. [CFA] Chroniques de Krondor
    Par Bhall dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 13
    Dernier message: 07/05/2006, 07h52
  2. Les Chroniques du Chaos
    Par Chaos dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 04/08/2004, 21h04
  3. Les Chroniques de l'Ours
    Par Calinours dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 13
    Dernier message: 14/12/2003, 11h32
  4. Avenir des Chroniques
    Par Elgaern dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 25
    Dernier message: 17/01/2003, 16h26

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251