Première partie : introduction

MICKAËL


« Cinq quatre vingt quinze, s’il vous plait, dit la caissière avec un sourire figé.
Mickaël avait prévu l’appoint, il fit passer la somme prévu dans la main de la jeune fille. Il ne put réprimer une certaine excitation au contact de ses doigts. Il resta hébété un instant puis prit son livre et sortit. Il fit quelques pas pour s’éloigner de l’enseigne et s’adossa contre un mur. Il sortit une cigarette qui traînai au fond de ses poches et entreprit de fouiller à l’intérieur de sa veste à la recherche de son briquet. Un briquet argent. Il le contempla, le faisant tourner entre ses doigts. Les arabesques qui ornaient ses deux faces le faisait scintiller à la lumière du soleil.
C’était elle. Il en état persuadé. Elle avait changé de coupe de cheveux, elle s’habillai différemment mais son regard était toujours le même : un regard à demi-mort, le regard d’une junkie. Etait-elle sevré ? Difficile à dire. Il y a longtemps, il avait pensé pouvoir jugé de cela mais… Mais c’était impossible. Même elle était incapable de le savoir ! Comment le pourrait-il lui ?
A présent le briquet virevoltait entre ses doigts. Le faisceau de lumiére qu’il réfléchissait s’agitait contre les flanc des bagnoles.
Mais qu’allait-il faire maintenant ? Lui parler ? Stupide ! Pour lui dire quoi ?
Il arrêta le briquet dans sa course. Il ouvrit le clapet puis alluma la clop. Il aspira vite, inhala doucement.
« Putain… « murmura t-il
Il se massa les tempes puis se releva. Il jeta un coup d’œil à sa montre : 11H53. Il allait être en retard, il partit d’un pas pressé.

SOPHIE


Elle ne travaillai pas aujourd’hui, elle avait pris sa journée. Mickaël devait repasser dans l’après midi. Pour récupérer son journal…
Elle n’arrivait pas encore à en revenir ; toute cette histoire était complètement dingue ! Mickaël était en train de perdre les pédales. Oh il avait toujours été un peu particulier, un peu virulent, un peu étrange. Mais là… Ca allait un peu loin ce coup ci, il avait dépassé une certaine limite et elle ne savait pas trop quoi lui dire pour le faire revenir de son coté. Elle s’approcha du comptoir en acacia et pris sa petite bouteille d’anxiolytique ; elle avait besoin d’un petit remontant. Il en fit tomber 3 dans sa main et les avala direct, sans eau.


Puis elle se redirigea sur le canapé et s’y laissa tomber avec lourdeur, elle se remit à lire le journal de mickaël en reprenant du début espérant trouver une solution dans cet amas de propos incohérent :


Debout 6H30, 6H40 je suis parvenu à retrouver ma bouteille de vodka parmi mes fringues et les débris de verres brisés. Je m’enfile quelques gorgées puis sort du lit tout comateux mais me sentant bien. En tant qu’alcoolique étant muni d’un certain sens de l’orientation, je n’ai pas un très grand mal à éviter les éclats de verre. Je vais dans la salle de bain, me passe la tête sous l’eau froide, regarde béatement l’image de déterré que me renvois mon miroir, me brosse les dents, me lave, me rase puis enfin m’habille avant d’aller partir bosser.
A 7 heures je suis dehors, je passe à la pharmacie m’acheter une boite de capote - parfumé à la fraise une veille blague- et repart vers ma voiture. Je met le contact, allume la radio, démarre lentement ; d’abord l’embrayage ensuite la pédale d’accélérateur… Le rythme est lent j’adore ça. Mon pied vibre sur la pédale de frein, ma gorge se contracte, ma main se resserre sur le levier de vitesse. Je me sens allumé des pieds à la tête, mes petites mèches brunes frôlent mes paupières, ça m’excite. Autre détail intéressant : je bande. Cette nouvelle stimulation me pousse à appuyer davantage sur l’accélérateur. Je me fonds dans la vitesse c’est ma désespérance.
Arrivée 8H30, 8H40 je m’assois à mon bureau et commence à éplucher ma paperasse : aucun intérêt. Quelques dizaines d’expressos plus tard, la matinée est fini, c’est l’heure du déjeuner. Comme à mon habitude, je ne suis pas mes collègues concon et culcul au possible, je préfère rejoindre un petit bois pas très loin de là.
12H10, je pleure entre les seins de Clothilde tandis que ma queue la pénètre avec vigueur. Je n’ose regarder son visage de peur d’y voir un sourire, je ne me décide à relever la tête que lorsqu’elle a atteint l’orgasme. Je vois un sourire à demi éteint, comme une moitié de reconnaissance, je vois la frontière de ce que touche son obscur. Je lui caresse les cheveux et observe ces jambes qui m’enserrent ; j’aime la vue de ses cuisses nue. Elle me murmure à l’oreille de sa voix faible mais perçante « Encore.» Ayant joui en même temps qu’elle, j’attrape du bout des doigts un dernier préservatif. Les jambes flageolantes et le bassin tout courbaturé, l’action m’est pénible. Mais un quelconque refus serai totalement irréaliste. Cette fois ci je me contente de la pénétrer. Mes muscles endoloris n’ont plus la force de faire grand-chose, seule l’odeur persistante des pins et du sang entremêlé me pousse à continuer. Elle continue à me lacérer la peau à l’aide de ses ongles. L’évanescence conduit mon corps et le sien en une lente torpeur jouissive, exhaustive. Obsédé par la moiteur de son con, par la raideur de mon sexe. Mes mains se resserrent sur ses fesses le temps d’un ultime orgasme. Tandis que je la regarde, que je me replonge dans ses yeux, que je scrute son anatomie si délicate. Je me dis que j’aimerais mourir libre, sans être enchaîné à ces mailles de la séduction. Connaître l’amour. Quelle idiotie !


Relire ça lui faisait lui faisait beaucoup de mal, elle qui n’avait jamais été rien de plus qu’une bonne copine, une bonne poire. Elle aurait tant donné pour avoir pour avoir le dixième de ces caresses. Elle se pincea les lèvres puis reprit sa lecture reprit :

EDIT : Tiens !? Apparemment j'ai oublié la moitié du texte... C'est cocasse n'est-ce pas ? Bon ben je posterais ça demain où ce soir peut être on verra bien. De toute manière dans l'immédiat vu le nombre de personne qui liront mon texte...