Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 70

Discussion: [Histoire] Scribouillon policier 2

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    [Histoire] Scribouillon policier 2

    Prologue :

    Depuis combien de temps fuyait-il ? Il ne s'en souvenait plus. Il pensait avoir pris assez d'avance sur ses poursuivants. Mais il ne réalisait pas encore. Comment avait ils pu le rejeter, lui le plus juste, le plus droit ? Celui qui allait au bout de ses convictions ? Bien sûr, il était récrié pour ses méthodes jugées trop extrêmes. Mais rien n'était trop pour Dieu. Dieu l'avait choisi pour apporter le salut aux hommes. Déjà, il l'avait investi d'une mission divine. Là, dans ce lieu de perdition. Aux portes de la belle ville d'Annecy, il se mêla à la foule des badauds. La ville lui offrirait un nouveau départ. Et le conforterait dans sa foi. L'épreuve n'était pas facile, mais elle le grandirait aux yeux du très haut. Il sourit dans l'ombre de son capuchon.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline.

    J'ignore ce que je fais ici. A part que c'est malgré moi. Louann nous a donné a chacune un carnet. Elle pense qu'il est important pour nous d'écrire. Pour nous aider à oublier, ou d'extérioriser ce que nous n'osons pas dire. Je ne comprends pas ce besoin puéril qu'ont les hommes à se confier sur le papier. Pour moi, cela n'a rien de rationnel. Toujours, la plume entraîne une distorsion de la réalité qu'on le veuille ou non. On enjolive, on passe sous silence, on décontextualise. Quel besoin vaniteux pour l'être humain de vouloir laisser une trace qui ne fera rien de lui, sinon un souvenir.

    C'est donc contrainte et forcée que je suis assise ici, sur cette chaise qui me fait mal au dos autant qu'au postérieur. Aucune fraîcheur n'entre dans cet atelier et tout vibre dans la chaleur ambiante. J'irais volontiers me promener au bord du Rhône. Mais si aujourd'hui, je couche des mots sur le papier, je ne le fais pas pour moi, mais pour Louison.

    Louison, comme elle le ferait pour tout aurait trouvé l'idée enthousiasmante, et romantique. Elle y mettait du cœur et de la passion. Tout ce que je n'ai pas. Aujourd'hui, elle repose au fond du jardin, à coté de notre mère. Je n'arrive pas à me faire à cette idée.

    Aujourd'hui, plusieurs questions me tiennent éveillée. Aurais-je pu faire quoi que ce soit pour la sauver ? Aurais-je pu intervenir avant qu'il ne soit trop tard ? Serons-nous de nouveau confrontées, mes soeurs et moi-même à la violence et à la mort ?

    Pour conjurer le sort, je me suis remise à l'apprentissage de la médecine. Cela constitue aussi un pied de nez à tous les misogynes qui pensent qu'une femme n'est pas capable ni de penser ni d'apprendre. Je vois le sourire de Louison, si elle avait pu lire ces mots. Peut-être les lit-elle de l'autre coté du temps et des mots. Peut-être là-bas, est-ce moi qui suis partie.. Peut-être ressent-elle la douleur que son absence me cause.

    Ma plume tremble et j'ai du mal à écrire. Je crois que je n'écrirai plus. Pardonne-moi Louison. Ou peut-être devrais-je reprendre notre vie depuis le début.

    Je vois notre domaine comme une maison de folles dans laquelle nous faisons toutes partie intégrante. Nous sommes toutes étranges à notre façon. A vrai dire, seule Louison avait une folie douce. Aujourd'hui, je dirais que la plus normale d'entre nous est Alix.

    Il faut que je l'écrive, comme me l'a conseillé Louann. Sans métaphore, sans euphémisme, avec des mots crus et laids. Louison est morte il y a maintenant deux mois. Louison était ma jumelle. Et je l'aimais. Plus que moi-même. Elle n'est plus.

    Voila, je ne veux plus écrire.
    Dernière modification par Althéa ; 28/06/2009 à 18h09.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann.

    J'ai vu Coraline sortir en courant, le carnet à la main. De la fenêtre de la chambre de notre père, je l'ai vue courir vers le tas de mauvaises herbes.

    D'un geste rageur, elle a donné un coup de pied sur une branche. Elle a déchiré les premières feuilles de son carnet. Puis, c'est tout le carnet quelle a jeté, le plus loin possible. Mais une branche l'a stoppé dans sa chute et l'a renvoyé à ses pieds. Elle est restée longtemps, à le regarder, interdite. Et, contre toute attente, elle est tombée à genoux, secouée de sanglots. De toute notre vie, je ne l'avais jamais vue aussi abattue, aussi fragile.

    Il faut dire que depuis ce qui est arrivé à Mya, tout prend des proportions immenses. Moi-même, à l'heure où je trace ces lignes sur ce carnet, j'avoue ne plus avoir goût à rien. Je pense que grâce à ce carnet, nous arriverons à mettre un mot sur ce que nous ressentons. Car nous avons du mal à parler ensemble. Nous nous fuyons, peut-être de peur que notre peine s'estompe au contact des unes des autres. Comme si nous ne voulions pas être consolées. Comme si chaque mot prononcé pourrait atténuer les chances de survie de notre petite soeur. Mais je le sais, toutes nos pensées et nos prières, à toutes heures vont à elle.

    A dire vrai, seule Alix, comme elle l'a toujours fait, resserre le lien entre nous toutes. Par son affection, par sa douceur, par sa magie.

    Cette nuit, je l'ai vue. Là, sous cette pluie glacée qui tombait drue, sous les nuages courrant en ombres folles sous la lune. Elle était là, simplement vêtue de sa chemise de nuit. Elle dansait. Ce n'était plus Alix, ni n'importe quelle créature humaine. Non, elle s'était faite fée, sorcière ou ange. Sous les éclairs, elle volait. Du moins, je crois que ses pieds ne touchaient pas le sol. Magicienne. Il m'a semblé que la lumière sortait de ses mains.

    Je me souviens cette nuit de fête durant laquelle Mya avait jonglé des torches de flamme. C'était, si ma mémoire ne me fait pas défaut, une semaine après l'histoire du tueur de rousses. De partout, on allumait les feux de la Saint-Jean. Et Mya, pour nous sortir un peu du marrasme et de la peine avait décidé d'égayer un peu la soirée.

    Les torches, lancées d'une main habile éclairaient son visage souriant. Et le feu décrivait des arabesques de lumière. Quelle beauté. Cette lumière des jours enfuis me suivra, je l'espère, bien après ma mort.

    Cela fait quelques heures que je ne suis pas allée voir Mya. Je n'ose pas. Cette immobilité lui sied si peu. Rien à voir avec la jeune fille douce et pleine d'énergie que nous l'habitude de cotoyer. J'aime Mya, même si sa timidité toujours la paralyse. Parfois, le masque tombe et nous la redécouvrons. Un sourire, une parole. Son chant. Il suffit qu'elle chante pour qu'elle se découvre. Ses yeux, surtout s'éclairent. Elle nous transforme et nous emporte.

    Je ne sais pas si nous avons bien fait de la transporter ici depuis Annecy. Coraline pense qu'elle aura moins de mal à se rétablir dans un environnement familier. Et j'ose la croire.
    Mya est jeune et solide. Oui, je crois qu'elle s'en sortira. Et ce ne serait que justice, sans elle, nous n'aurions pas survécu aux événements d'Annecy.

    Je sais qu'écrire ce qui s'est passé nous aidera à alléger notre angoisse et y voir plus clair.

    Mes yeux s'embrument et ma plume tremble. La peine et le sommeil. Je devrais aller dormir.
    Dernière modification par Althéa ; 28/06/2009 à 19h21.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance.

    Louann s'est endormie. Sa plume a glissé sur le parchemin. Et moi, je suis là. Mya met du temps à se réveiller. Des blessures sur tout le corps. Certaines sérieuses. Mais elle devrait s'en sortir.

    C'est ma faute. Je suis leur aînée. Je devais les protéger. Mais j'ai voulu partir à Annecy. Orgueilleuse que je suis. J'ai voulu résoudre l'enquête. Peut-être me réconcilier avec la mère supérieure. Payer ma dette. Mais aujourd'hui, je me suis décidée. Si Mya s'en sort, je reviens dans le siècle. Plus de couvent. Rien. Vivre.

    Je n'aime pas écrire. Je suis fatiguée. J'aimerais ne plus être la plus grande. Ce n'est même pas moi qui réfléchis. C'est Louann. Je devrais partir et les laisser veiller sur les autres. J'aurais dû être à la place de Mya. Ce devrait être moi dans ce lit. Je me déteste. Et je leur en veux de ne pas m'en vouloir.

    Mais elles sont là. Toutes là. Même Coraline. Elle m'a serrée dans ses bras tout à l'heure, après avoir vérifié l'état de ma blessure. Une fraction de seconde. Puis elle est partie. Moi, je n'ose pas me regarder dans une glace.

    Alix reste près de moi. Souvent, elle me regarde en silence et ce matin, j'ai trouvé des violettes dans mon lit. Pas de mot. Les fleurs parlaient d'elles-même.

    Je me souviens des jours avant l'arrivée d'Eulalie. Je croyais que le cauchemar allait s'arrêter. Pas qu'il allait reprendre. Je me suis trompée. Je n'aurais pas dû lui ouvrir la porte. J'attendais avec angoisse une manifestation du couvent. Notre histoire avait fait du bruit. Je m'imaginais une lettre me vouant à tous les diables et qui me souhaiterait bon vent. Comme j'étais dupe.

    Pourtant, je peux le dire, nous étions heureuses. Nous revivions, un peu. Il y avait ce concours de joutes auquel nous allions participer.

    Un concours de joutes masculin transformé en concours mixte grâce à Louison. Elle avait pour cela provoqué l'honneur masculin, prétextant que nous serions meilleurs qu'eux. Elle avait fait courir des bruits de victoire féminine dans telle ou telle ville. Et finalement, ils nous avaient proposé un tournois. Cela faisait deux ans.
    Deux ans qu'ils gagnaient. Mais ils trichent. Et ils sont plus forts. Mais nous plus subtiles.

    Quand elles sont venues nous demander de participer, en tant que soeurs de Louison, j'ai craint le pire. Pour Coraline. Nous souffrons toutes de l'absence de Louison, mais c'est elle qui a le plus mal. Je la vois se cacher pour pleurer. Mais elle souffre. Beaucoup.

    Mais elle a été la première à donner son assentiment. D'une petite voix, sans sourire. Mais ses yeux parlaient pour elle. Ils brillaient. Elle se rappelait sûrement sa soeur, joutant à la moindre occasion. Adroite, légère, fine. Elle n'avait pas son pareil pour désarçonner tous les adversaires.

    J'ai voulu le faire, moi aussi. Pour ne pas laisser Coraline seule. Et aussi, en la mémoire de Louison. Mya, Alix et Louann préféraient regarder.

    Nous nous sommes entraînées durant toute la semaine. Coraline avec acharnement. A la fin, elle avait presque le niveau de Louison. Je pense que nous avions le niveau pour gagner.

    Tiens, la charrette du prévôt s'arrête dans la cour. Il est sûrement porteur de nouvelles.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal d'Alix

    J'en appelle à la lumière de la lune, à la lumière des étoiles, au chant de la pluie. J'en appelle à ce que nous avons de meilleur et de pire en nous. Au sort, au destin, à la chance. A l'amour. A Dieu, s'il en existe un.

    Qu'ils insufflent à Mya la force de se rétablir. Je ne pourrai pas vivre sans elle. Nous avons trop souvent fréquenté la mort. Je la vois souvent, marcher à mes cotés, guettant le moment pour me prendre. Mais je n'ai pas peur d'elle. Pas pour moi.

    Elle est la continuité, la fin logique. Mais je refuse de croire qu'il existe un paradis, ou un enfer. Je pense que notre corps est constitué de poussière d'étoiles. Et qu'à notre mort, nous remonterons là haut, briller pour l'éternité. Et il ne restera de nous que le souffle de notre souvenir. Comme une empreinte que la mer peu à peu efface. Comme ces châteaux de sable qui s'éparpillent lentement au vent.

    Tout espoir est possible parce que Mya vit encore. Elle s'agite, murmure dans son sommeil. Coraline dit qu'elle ne tardera pas à se réveiller.

    Et je veille sur elle.
    Dernière modification par Althéa ; 30/06/2009 à 21h10.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline

    Je les déteste toutes. Elles et leur compassion, leur attention, leur amour qu'elles me témoignent. Je n'en veux pas. Et pourtant, je souffre quand je m'éloigne d'elles. Et si Mya meurt, je crois que j'en mourrai aussi.

    Je hais sa faiblesse, son immobilité. Sa douleur. J'aimerais être à sa place et avoir le choix. Je voudrais m'en aller. Du moins, de façon honorable. Mais qu'on me laisse mourir. Perdre le combat. Qu'on me laisse rejoindre Louison. Je ne veux pas que la douleur s'estompe. Et quelque part, je lui en veux, à elle aussi. Ou à son absence. Et pourtant, c'est pour elle que je vis.

    C'est pour elle que j'ai accepté de participer à ces joutes. Moi qui méprisais ce jeu. Moi qui pensais que ce n'était qu'un amusement risible et que nous, les femmes n'avions rien à prouver. Pourtant, je me rendais toujours jusqu'à ce bras mort du Rhône. Je m'asseyais sur la berge et observais Louison. Louison était habile, et d'une agilité remarquable. Souple tel un chat. Leste et fine stratège, elle anticipait sans mal les réactions de son adversaire, profitant de ses moindres faiblesses. Et elle se montrait digne, aussi bien dans la victoire que dans la défaite. Je me souviens des acclamations qui fusaient quand elle prenait place sur la plateforme à l'arrière de la barque. Elle adressait aux gens un petit sourire timide avant de prendre sa position.

    Je sais pourquoi les amies de Louison ont sauté de joie en apprenant que Garance participerait au tournoi. Garance a une maladresse innée qui la rend dangereuse. A l'entraînement, elle atteignait déjà des sommets. Sa façon de viser, totalement approximative effrayait même les plus aguerris. Certains sont même tombés de la barque à force de rire.

    Mais ce qui arriva ne fut aucunement sa faute, mais celle de Soeur Eulalie. Garance était à l'arrière de la barque, la lance dans les mains. Nous, son équipe nous penchions, les mains sur la tête, dans la crainte de recevoir un coup. Le grand gaillard en face d'elle n'en menait pas large. Je crois que ce qui devait le décontenancer le plus était son sourire. Un sourire guerrier de religieuse fanatique.

    Pour une fois, elle était bien placée. Et sa lance était bien orientée. Et là, l'impossible est survenu. Du coin de l'oeil, je l'avais vue arriver. Une moniale en robe et collerette ressemblant à Garance dans son couvent. Je l'ai vue fendre la foule avec ferveur et taper sur l'épaule de Louann. J'ignore pourquoi, quand elle a montré la barque, j'ai su que l'improbable allait se produire.

    Eulalie a couru sur la berge, les pieds presque dans l'eau. Et là, au moment où la lance de Garance atteignait la targe de son adversaire, cette illuminée s'est mise à chanter.

    "Hosanna, hosanna, au plus haut des cieux."

    Mais Garance, déstabilisée par cette attaque mystique sursauta et se déconcentra totalement. Il ne fallut qu'une poussée à son adversaire. Et notre soeur, bien sûr, se retrouva dans l'eau.

    Oh, Louison, tu aurais dû être là.
    Dernière modification par Althéa ; 29/06/2009 à 13h51.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Je me souviens quand je suis sortie de l'eau sous les acclamations goguenardes de l'équipe masculine. J'étais on ne peut plus furieuse. J'étais prête à noyer l'imbécile qui avait osé crier. Et pour moi, ce ne pouvait être que l'une de mes soeurs. C'est donc vers elles que je me suis dirigée.

    J'étais sûre que ce n'était pas Louann, et je penchais plutôt pour Mya. Mais celle-ci a secoué la tête et s'est écartée d'un air coupable. Derrière elle, Eulalie me tendait les bras. Le saisissement a failli me faire tomber à la renverse.

    Eulalie était mon amie depuis mon arrivée au couvent. Par sa bonhomie à toute épreuve, par sa gaieté, elle avait fait tomber mes défenses. Moi qui m'étais jurée de ne me lier avec personne. Avec elle et quelques autres, nous formions un groupe pour lutter contre le chagrin lié à la solitude et à notre exil plus ou moins volontaire. Quand nous étions ensemble, la vie monastique nous paraissait moins dure et le temps filait allégrement d'une journée à l'autre. Ma fuite m'avait laissé un goût amer de culpabilité. Bien sûr, je ne m'imaginais pas être irremplaçable mais les quitter sans un mot d'adieu n'était pas très correct. Ce qui explique que ma surprise. Quand elle s'est jetée dans mes bras en hurlant, je suis tombée à l'eau, l'entraînant avec moi.

    J'entendis vaguement Coraline lancer un caustique : "Hé bien, le spectacle continue.", en passant près de nous. Et le rire d'Eulalie. Alix nous rejoignit dans l'eau suivie de près par Mya. Seules Coraline et Louann restèrent sur la berge. Si Louann souriait, Coraline semblait exaspérée. Dès que l'occasion se présenta, elle retourna s'enfermer dans l'atelier, prétextant qu'elle avait mieux à faire que de se baigner toute habillée. Nous ne l'avons pas revue de la journée.

    Coraline est dure, fermée, butée. Il se dégage souvent d'elle une violence destructrice. Et il semble que la tempête couve en permanence dans son crâne. Mais malgré tout, je n'arrive pas à lui en vouloir. Elle est cassée, amputée, détruite. Et je doute qu'elle s'en remettra un jour.

    Elle s'est endormie le nez dans son livre. A bout de forces. Alix et moi l'avons mise au lit. Alix la veille. Un voile d'inquiétude plane sur son visage. Elle aussi se rend compte. Je sais qu'elle essaye de l'aider, de l'atteindre. Mais Coraline a réinstallé le mur entre elle et les autres. Un mur plus solide que jamais.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann

    Les jasmins embaument dans cette chambre close. Seul le soleil entre, caressant doucement la joue immobile de Mya.

    C'est Alix qui a apporté le bouquet tout à l'heure. Elle est restée un long moment à coté de moi. J'ai pensé qu'elle voulait me parler, mais elle est restée muette. Un vague sourire sur son visage, à caresser doucement les cheveux de Mya. Puis, inspirée par un rayon de soleil entrant dans la pièce, elle a fait quelques ombres. Des animaux fantastiques ont jailli de ses mains sur le mur, naissant et disparaissant devant moi. Je n'ai pu m'empêcher de sourire. Elle m'a serrée dans ses bras un bref instant avant de sortir de la pièce.

    Elle a changé depuis la mort de Guillemot. La peur l'a quittée. Elle n'a plus une seule crise. Mais une ombre s'est installée dans ses yeux. Elle ne nous le montre pas, mais je sens sa tristesse. Et, par dessus tout, elle a encore maigri.

    Et j'ai l'impression désagréable qu'elle se sent coupable à cause de Guillemot. A moi, elle n'en veut aucunement pour Eric. C'est ce qu'elle m'a dit, et je la crois.

    Je l'ai vue tourner autour du carnet sans écrire. Puis elle a griffonné quelques mots. Elle est partie au bout de quelques minutes, incapable de rester à la même place. Elle a cueilli les fleurs.

    Garance dort à coté de Coraline. Elle aussi est inquiète. Et elle ne parle pas non plus. Elle se montre peu loquace, même avec le prévôt. Quand je l'interroge sur son état de santé, elle me répond invariablement qu'elle va bien. Mais je sais que sa blessure la fait encore souffrir. Sans "le livre", elle ne serait plus là. Et pourtant, nous n'aurions jamais imaginé que nous rendre à Annecy serait si dangereux. Surtout Garance. Pour elle, il ne s'agissait que de retrouvailles informelles avec la mère supérieure.

    Bien sûr, elle n'était pas vraiment rassurée quand Eulalie, une fois séchée lui a remis une lettre. N'osant pas la lire, elle a voulu me la confier, mais Coraline l'a interceptée en route.

    S'en est suivie des lectures assez ... fantaisistes. Je pense que Garance s'en souvient mieux que moi. Je la vois encore blêmir à mesure que nous inventions.

    Coraline a besoin de la place pour examiner Mya. Telle que je la connais, elle doit avoir examiné Garance, sommeil ou non. Il ne me reste plus qu'à descendre.
    Dernière modification par Althéa ; 03/07/2009 à 16h42.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Je crois que j'aurais mieux aimé me reposer encore. Mais Coraline est inflexible. Elle l'était déjà quelque peu avant la disparition de Louison. Maintenant, le trait s'est considérablement accentué. Il fait partie de sa carapace.

    Louann est descendue quelques minutes. Nous avons échangé quelques souvenirs. Depuis quelque temps, nous vivons entre le passé et un futur suspendu. Suspendu à l'état de Mya.

    Louann m'a parlé de la lettre, lue et relue. Je m'en souviens comme si c'était hier. Coraline avait fait mine d'ouvrir de grands yeux. Et pour une fois depuis longtemps, je l'ai vue sourire. Puis elle s'est lancée.

    "Garance,
    je vous prie de bien venir fermer cette fenêtre. Depuis votre départ, cinquante de vos semblables se sont enfuies du couvent et sèment la mort et la destruction partout où elle passent. Je ne sais plus que faire pour les retenir. Pour votre bien, et surtout le notre, pourriez-vous aussi les rappeler à vous. Nous les enfermerons un peu plus hermétiquement. Quant à vous, je ne sais pas ce que nous ferons de vous. Veuillez donc suivre soeur Eulalie sans protester. Nous statuerons alors cordialement de votre sort.

    Claustrophobiquement votre"

    Bien sûr, Soeur Eulalie et mes soeurs ont éclaté de rire. Seule Louann s'est contentée de son habituel sourire sage. Avant que j'aie pu faire ou dire quoi que ce soit, elle a passé la lettre à Mya qui s'est empressée de donner sa version.

    "Garance,
    depuis votre départ, je tourne en rond. Les jours, pour moi sont devenus des nuits. Vous me manquez tant. Quand je vous ai vu descendre avec vos draps, j'ai cru que vous vouliez me retrouver. Mais non. Depuis, mon coeur saigne. Mais je vais vous dire Garance, je suis éperdument amoureuse de vous. Revenez moi vite.

    Hermétiquement votre."

    Eulalie et Alix prirent alors un fou rire. Je me souviens qu'elles se tenaient par l'épaule pour s'empêcher mutuellement de tomber. La lettre a atterri entre les mains de Louann qui a continué la comédie. Fronçant les sourcils, elle m'a gratifié d'un petit.

    "Garance, tu devrais lire. C'est grave."

    Et passa la lettre à Alix qui, incapable de parler la garda en main en espérant que les mots lui reviennent. Mais, en désespoir de cause secoua la tête et me la tendit. Je pus enfin lire.

    "Chère Garance,
    même si je comprends les raisons de votre départ, votre "fuite" manque un peu de correction et laisse un doute dans l'esprit de toutes les autres. J'aimerais que nous parlions un peu toutes ensemble pour éclaircir la situation.

    J'aimerais aussi vous parler de faits étranges se produisant dans le couvent. Et pour cela, l'aide de vos soeurs ne serait pas de trop. Je dois vous avouer que je suis très inquiète. J'espère que soeur Eulalie vous trouvera en bonne forme.
    Que la paix soit avec vous."

    Le message n'avait rien à voir avec ce à quoi je m'attendais. Et les interprétations de mes soeurs m'avaient permis de me détendre un peu. Je ne pus m'empêcher de sourire. Mais l'angoisse revint. Il allait falloir que je monte à Annecy. Elles furent toutes d'accord pour m'accompagner. Sauf Coraline. Elle me dit simplement qu'un peu de distance entre elles et nous serait bénéfique. Aucune d'entre nous ne chercha à la contredire. Mais, au vu du visage des autres, nous n'en pensions pas moins.

    Elle resta inflexible tout du long des préparatifs, jusqu'au moment du départ. Alors que nous nous apprêtions à partir, elle grimpa dans notre charrette sans rien dire, ses affaires en main. Décidée. Mais sans un regard pour nous."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline

    Il ne m'écrit pas. Pourquoi ne m'écrit-il pas ? Pourtant, j'aurais voulu qu'il m'écrive. Je lui avais bien sûr dit de ne pas le faire. Que je ne croyais pas aux relations amoureuses. Que le plaisir d'être deux n'était qu'une illusion. Mais je lui ai menti.

    Il m'a regardé avec ses yeux imbéciles et a hoché bêtement la tête comme il en a l'habitude. Pour une fois, il aurait pu s'énerver, me reprendre. Mais il est resté muré dans son silence. Comme à son habitude. Il n'a rien montré. Ni contentement ni tristesse. Est-il totalement indifférent ? Ou me préfère-t-il Alix. Comme tous les autres.

    Son sourire, sa douceur, les énigmes qu'elle transporte et la magie qu'elle fait naître de chaque situation. Autant de choses que je n'ai pas. Et que je ne veux pas avoir. A quoi cela sert-il ? L'attachement n'est qu'une illusion de toute façon. Car quoi qu'il arrive, nous mourrons seuls. Et c'est tous seuls que nous retournons au néant.

    Je devrais jalouser, haïr Alix mais je ne le peux pas. Comme les autres. Si je n'avais pas accepté de les accompagner à Annecy, rien ne serait arrivé. Mais l'espace d'un instant, je me suis vue seule, sans elles. Et je n'ai pas résisté. J'avais peur. Peur de leur absence. De me retrouver dans une maison vide. Avec les souvenirs.

    Chaque jour, je suis auprès d'elles comme un fantôme. Je profite de leur chaleur, de leur sourire. De tout, d'elles. En échange, elles ne me demandent rien. Peut-être savent-elles que depuis la mort de Louison, je n'ai plus rien à apporter à quiconque. A part cette souffrance que je ne leur ferai pas partager. Elles m'aideraient, je pense. Mais je ne le peux pas. Je ne suis pas encore prête. Un peu de temps encore. Le temps de me retrouver. D'accepter de n'être plus qu'un au lieu de deux.

    Peut-être ais-je essayé de recréer cette dualité avec Jérémie. Dans ce cas, je n'ai pas été honnête avec lui. Et il a bien fait de ne rien me dire quand je suis partie. Il m'a pourtant tellement aidée. Mais aurais-je dû lui dire que je l'aimais, simplement pour cela ? Non, cela aurait été trop hypocrite.

    Peut-être m'a-t-il oubliée ... Tiens, on frappe à la porte.

    Alix. Elle m'a tendu une lettre avec un petit sourire. Et je reconnais son écriture. Visiblement, il a glissé le mot dans une enveloppe destinée à Alix. Un petit mot pour moi. Je ne sais pas si j'ai vraiment envie de le lire.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  11. #11
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann.

    Coraline s'est endormie assise sur le lit. Sur l'autre oreiller est posée une lettre mainte fois dépliée et repliée dont elle ne nous dira rien. Sur ses joues des traces de larmes. Elle s'est rongé les ongles à ras, presque jusqu'au sang. Elle s'épuise. Elle mange peu, dort peu, parle peu et se tue aux études. Et elle veille avec un soin presque maniaque à ce que la tombe de Louison soit toujours propre. A ce rythme là, elle ne tiendra pas longtemps. Sous peu, elle retombera malade, j'en suis certaine.

    Ce qu'elle ne sait pas, c'est que nous avons écrit à Jérémie pour le mettre au courant de son état de santé. Si elle pense que le discours qu'elle lui a tenu - et en public pour être sûre de le heurter - était un tissus de mensonge. Elle se détruit, volontairement. Et je suis prête à parier qu'elle a encore de la fièvre.

    Tout recommence. Comme lors du voyage jusqu'à Annecy. C'est elle qui a conduit la charrette de Soeur Eulalie tout du long. Il pleuvait à verse, et elle refusait de s'abriter. Plusieurs heures de routes interrompues par quelques arrêts élémentaires. Mais ce fut néanmoins un trajet agréable, du moins pour nous qui étions sous les bâches. Eulalie, Mya et Garance s'étaient mises à chanter en canon. Ce qui eut le mérite de faire redoubler la violence de la pluie. A part les intempéries, le voyage s'est passé sans accrocs. A ce rythme soutenu, nous sommes arrivées vers la mi-nuit.

    La mère supérieure et sept autres courageuses étaient restées debout pour nous attendre. Je vis durant quelques instants la panique sur le visage de Garance en voyant s'avancer les moniales. Pour éliminer toute ambiguïté dès le début, elle n'avait pas remis sa tenue de religieuse. C'est donc en robe, et les cheveux libres qu'elle s'était présentée devant elles. Un petit sourire incertain et vaguement inquiet sur le visage.

    Les moniales avancèrent encore sans trop savoir quoi dire. Garance croisa les bras, sur la défensive. Alix vint se placer à coté d'elle, et lui prit la main. Nous nous rapprochâmes à notre tour. C'est alors que l'une d'entre elle se détacha du lot en riant, les bras grand ouverts, entraînant toutes les autres.

    Les sept étaient, je le compris plus tard, les meilleures amies de Garance au couvent. Dès son arrivée, elles l'avaient soutenue quand la solitude et l'isolement avaient été trop lourds à porter. Et Garance, par son caractère facile et ses habituelles maladresse les avait conquises. Même si elle ne l'avoue pas, elles lui manquent toutes.

    Très vite, elles nous ont adoptées. Nous offrant leur chaleur et leurs éclats de rire. Seule Coraline les a fuies, comme si elles avaient la peste. Je crois qu'elle était déjà exténuée et fébrile et qu'elle n'a voulu en rien le montrer. Pour ne pas qu'on s'occupe d'elle.

    La mère supérieure, restée à l'écart pendant les retrouvailles vint à notre rencontre et, après un sourire chaleureux en direction de Garance nous invita à entrer. Il était convenu que nous logions toutes dans le dortoir, en compagnie de la quinzaine de soeurs qui logeaient dans le couvent. Cinq autres avaient fait le voeu d'isolements et dormaient donc en cellule séparées des autres.

    Après une collation rapide, nous rejoignîmes les lits qu'elles nous avaient attribués. Par chance, nous étions regroupées toutes les cinq. Coraline, qui n'avait pas proféré un mot de la soirée se coucha sans attendre. Quelques minutes plus tard, j'entendis sa respiration régulière, indiquant qu'elle dormait. Mais je ne pus m'empêcher de trouver son souffle hasardeux et difficile. Elle était déjà oppressée. Les courants d'air parcourant continuellement le dortoir ont sûrement contribué à empirer sa situation.

    Notre première nuit fut plutôt mouvementée. La soeur couchée à coté de Mya laissait échapper à intervalles réguliers des vents aussi bruyants que destructeurs. Ce qui immanquablement provoquait des crises de fou rire chez Mya et Alix. Garance, habituée depuis les quelques temps où elle fréquentait le couvent se contentait chaque fois de sourire en faisant mine de n'avoir rien entendu. Ce fut donc moi qui fus obligée de les réprimander. Déjà, certaines des soeurs, les plus âgées réclamaient le silence. Quant à Coraline, elle se tournait et se retournait, incapable de trouver un sommeil paisible. Il me semble l'avoir entendue tousser et éternuer plusieurs fois. Mais c'est le lendemain que son état a graduellement empiré.

    Pourtant, elle n'avait rien laissé paraître. Levée tôt avec nous, elle nous avait suivies au réfectoire après le premier office. Bien sûr, elle se contenta de picorer d'un air absent, répondant d'un simple signe de tête aux religieuses qui avaient le malheur de nous interroger.

    Lors du second office, quelques heures plus tard, je vis qu'elle avait du mal à se lever de son banc. Détail qui n'avait échappé à aucunes d'entre nous. Nous la regardions inquiètes. Quelques heures plus tard, elle tenait à peine debout.

    C'est lors du dernier office de la journée, peu à peu avant l'entretien de la mère supérieure et de Garance que ce qui devait arriver se produisit.

    Garance, pour tromper notre angoisse s'était mis dans la tête de nous faire rire. En faisant le pitre. Cela lui arrivait peu, mais un peu trop souvent à notre goût. Elle le faisait très mal. Cette fois, nous nous tenions debout toutes les cinq, derrière les autres religieuses. Sentant les regards de Mya et d'Alix posés sur elle, elle ne trouva rien de mieux à faire que d'écarquiller les yeux et de chuchoter : "Prout, prout, prout." Ce qui d'une part provoqua immanquablement un fou rire chez Mya et fit se retourner la moniale qui se trouvait directement devant nous. "La nonne aux vents destructeurs", comme l'avait déjà baptisée Mya nous fit un grand sourire.

    Mais elle n'eut rien le temps de nous parler car Coraline s'écroula en avant, faisant tomber bruyamment la chaise devant elle.

    J'en tremble encore. Sœur Eulalie se précipita vers elle avant tout le monde. Après lui avoir touché la joue qu'elle décréta brûlante la souleva dans ses bras et se la jeta sur l'épaule. Puis, sans attendre notre assentiment, elle nous enjoignit de la suivre. Elle l'emmenait sans attendre chez des médecins en ville qui soulageaient les maux du petit peuple Nous sûmes plus tard que la Sœur infirmière avait été retrouvée la veille dans les latrines, la gorge tranchée. L'infirmerie du monastère était donc aussi inopérante que déserte.

    C'est à partir de là que des nuages menaçants vinrent s'accumuler au dessus de nos têtes. Que n'avions-nous pas vu les signes avant coureurs ! Nous aurions pu nous préserver, nous protéger tant qu'il en était encore temps ...
    Dernière modification par Althéa ; 02/07/2009 à 22h35.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    "Coraline,
    comme vous le constatez, je n'ai pas manqué de vous écrire.

    Je vous vois déjà contrariée, lançant à ma lettre un regard effarouché. Oui, je vous connais un peu mieux que ce que vous voulez bien dévoiler.

    En vérité, je vais vous le dire Coraline : vous avez peur. Peur de vous investir, peur de donner, peur de perdre. Pire que cela, sous vos grands airs, vous êtes lâche. Lâche et égoïste.

    Oh, vous aimeriez bien que je continue dans ce registre et cela vous plairait sûrement. Pour que vous puissiez vous prouver à vous-même que l'amour, comme la vie n'est qu'une perte de temps.

    Mais je vais laisser là mes récriminations à votre égard. Je viens de recevoir un message de vos soeurs. Il paraît que votre état de santé se dégrade et que vous ne faites rien pour l'en empêcher.

    Qu'est devenue la jeune femme arrogante qui donnait l'impression d'être plus solide que tout le monde ? Qui aurait ordonné au monde de tourner d'un simple regard ? Ou n'était-ce encore qu'apparence ?

    Coraline, il faut vous ressaisir, et vite. Sinon, je serais contraint de descendre à Vienne pour vous botter les fesses.

    Bien sûr, vous allez me dire que vous me trouvez bien loquace par rapport à la personne timide et effacée que vous aviez devant vous. Dites-vous simplement qu'il est plus facile pour moi de vous écrire. En face, vous m'auriez frappé pour bien moins que ça.

    Il ne me reste qu'à vous dire au revoir et vous souhaiter un prompt rétablissement. Vous en êtes tout à fait capable. Oui, Coraline face de lune, vous valez mieux que cela.

    A vous revoir.

    Jérémie."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  13. #13
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal d'Alix

    Je voudrais le modeler, le tuer, le briser, l'éparpiller, en disposer à ma guise. Le temps. Variable étrange, insaisissable, et insatiable qui nous emporte et qui nous dupe. J'aimerais retourner aux parenthèses enchantées ou tout n'était qu'éternité. Dans ces temps, où nous étions heureuses. A présent, s'en est fini de l'innocence. Et l'écho du parfum des fleurs nouvelles s'est déjà effacé. Seules restent les couleurs. Les couleurs du temps, du souvenir. Rires éparpillés comme des paillettes de lumières au quatre vents. Nous dansons, à la lueur des étoiles mortes. Nous sommes en sursis devant ce vide sans fin. Vienne la nuit. La nuit des rois, des gueux et des poètes. Des amants. Comme des preux chevaliers durant leur veillée d'arme. Guetteurs. Mais qu'attendons-nous donc, sans cesse suspendus à la lisière de deux mondes ? Suspendus entre notre commencement et notre fin. Et bientôt, l'immensité. Que la vie et le monde préservent à jamais mes sœurs.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Elles dorment toutes. Et moi, je suis encore là. Écrire me pèse. Et pourtant. Si quelqu'un peut le mieux parler des pensionnaires du couvent de la visitation, c'est bien moi. Sans artifice. Avec mes mots.

    A l'époque où un bon nombre de couvents et de monastère se targuaient d'avoir accueilli dans leurs murs un saint ou un mystique, et où la Sainte-Église prônait la vrai foi, et où on exhalait les vertus d'une vie saine passée entre privation et prières, nous étions toutes assez normales.

    Eulalie, orpheline avait été recueillie par les Soeurs dès sa plus tendre enfance. Aude avait été convaincue que l'amour d'un dieu comblerait le vide affectif de sa vie. Eve - que la Mère Supérieure s'était empressée de rebaptiser Marie - cherchait dans la solitude et le silence la présence de notre créateur. Johanne, la plus jeune d'entre nous et qui me rappelait Mya voulait prouver qu'il n'existait pas. Violette avait voulu comme moi échapper à un mariage forcé. Pilar, une jeune espagnole avait trouvé dans les murs du couvent un refuge contre les persécutions de l'inquisition. Emma ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait ici ...

    Toutes les sept. Un chiffre symbolique. Mes amies. Et les autres. Souvent, la nuit, il me semble encore entendre leurs cris. Et je mets longtemps pour sortir de ce cauchemar. Ni mes soeurs ni moi n'en parlons. Mais nos yeux et notre raison nous ont-ils trompés cette nuit là ? Quelle entité s'est-elle dressée devant nous, à la lueur des flammes ? Il sera temps, un jour de nous poser véritablement la question. Pour le moment ...

    Il m'arrive souvent de penser à Jérémie et Maxime. Ils pourraient aussi apporter une réponse. Et cartésienne.

    La première fois que nous l'avons vu, Jérémie était seul. Son maître et Maxime étaient partis chercher des simples dans les montagnes entourant Annecy. Coraline suffoquait déjà. Depuis l'enfance, elle et Louison avaient les poumons fragiles. Chez les deux, la moindre infection se transformait en gênes respiratoires.

    Chez Coraline, épuisée aussi bien nerveusement que physiquement, la crise aurait pu avoir des effets destructeurs.

    Nous avons couru dans les rues en pente d'Annecy. La lumière était allumée. Eulalie a frappé à la porte. C'est un grand échalas aux cheveux en bataille qui nous a ouvert, les yeux ensommeillés. Un être étrange.

    Jérémie n'a posé aucune question, nous faisant simplement signe d'entrer. Il a aidé Eulalie a allonger Coraline. Puis, comme si nous n'existions pas, il est allé chercher ses remèdes, sans un mot. Et le silence, doucement nous a enveloppées.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Cher Jérémie,

    d'abord, sachez que mon état de santé ne vous regarde guère et que si vous n'êtes pas là, je suis tout à fait à mon aise pour respirer. Merci.

    Vous pensez sûrement que je ne vais pas continuer sur ce registre et pourtant, vous l'avez cherché. Vous me traitez d'arrogante et de lâche. Que devrais-je dire de vous ? Que vous m'ayez soignée ne vous donne aucunement le droit de critiquer ma vie.

    Vous, Jérémie, vous vous sentez sûrement parfait. C'est bien sûr ce que l'on voit quand les yeux se posent sur vous. Déjà, vous pourriez apprendre à parler. Tout du moins à articuler. Cela nous aiderait beaucoup.

    Quant à votre menace de venir chez nous ... Pensez-vous réellement que vous me faites peur ? Vous n'oserez pas. Et je vous le dis : vous êtes un imbécile de proférer ce genre de menaces en l'air. Dans tous les cas, je vous attends de pied ferme. Il va sans le dire que votre idiot de frère est aussi le bienvenu.

    Coraline.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  16. #16
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann

    C'est une matinée comme je les déteste. Peut-être étions nous toutes à bout. Peut-être nous étions nous toutes levées du pied gauche. Dans tous les cas, nous nous sommes disputées.

    Cela a bien sûr commencé par un élément anodin : le passage du colporteur. Garance avait envoyé une lettre au couvent. Coraline, Alix et moi avions comme d'habitude écrit au même destinataire.

    Je pense que je n'aurais pas dû parler de mon intention d'inviter Maxime et Jérémie. Coraline a blêmit tout d'un coup. Mais au lieu de fuir comme elle l'a toujours fait, elle a ouvert de grands yeux et m'a traitée de folle. Pour elle, nous n'avons plus rien à voir avec ces deux personnes, surtout avec Jérémie.

    A l'entendre, elle le déteste. Et pourtant, ils s'écrivent autant qu'il leur est possible. J'avoue que j'ai du mal à les comprendre. Peut-être suis-je devenue trop vieille pour cela.

    Quoi qu'il en soit, Garance a pris ma défense, expliquant à Coraline que de voir nos amis pourrait nous faire du bien, surtout à elle. Garance et sa diplomatie ..
    Bien sûr, Coraline s'est emballée et lui a demandé perfidement si elle se mêlait de ses histoires avec le prévôt.

    Je pense qu'elles se sont calmées depuis mais nous avons une fois de plus frôlé la catastrophe. Alix, seule dans la cour fait voler son cerf-volant. Le même ballet, aérien et translucide, à chaque fois renouvelé. Je les vois qui l'observent, mine de rien.

    Je me souviens de notre rencontre avec Jérémie. Coraline avait du mal à respirer. Je voyais dans ses yeux écarquillés qu'elle était terrifiée. Quant à nous, ses soeurs, nous faisions tout notre possible pour garder notre calme. Jérémie est revenu dans la pièce, portant un fiole oblongue dont il a versé un peu du contenu dans un chiffon. Une odeur chimique fortement nauséabonde a envahi la pièce. Nous avons toutes plissé le nez. A vrai dire, seule Coraline n'a pas cillé.

    Jérémie lui a adressé un petit sourire et l'a mise en position assise. Il s'est placé près d'elle et a posé le chiffon sur sa bouche et son nez, un long moment. Elle s'est laissée faire, habituée au procédé. C'était exactement le même produit que notre médecin utilisait pour lui rendre la respiration plus facile. Et à vrai dire, elle n'avait pas vraiment le choix. Peu à peu, sa respiration s'est faites moins pesante, moins sifflante. Elle a fermé les yeux et s'est laissée tomber doucement sur son épaule, soulagée. Autour, nous faisions silence.

    Il a attendu un long moment, le temps que Coraline retrouve tout à fait son souffle, puis il lui a laissé tenir elle-même le chiffon.

    "Voila, a-t-il dit doucement, je crois que la crise est passée. Pour la fièvre, je peux la faire tomber. Mais il faut qu'elle reste là cette nuit."

    Étant inquiète pour l'état de santé de Coraline, j'ai demandé à rester avec elle, du moins pour cette nuit. Jérémie a hoché spontanément la tête.

    "Il y a un autre lit."

    Soeur Eulalie s'est avancée vers lui et l'a serré brièvement dans ses bras.
    "Jérémie, tu es un ange, comme d'habitude.", lui a-t-elle dit.

    Et là, j'ai vu Jérémie sourire. Un sourire timide. Mais son visage tout entier s'en trouva illuminé.

    Les autres sont reparties au couvent peu après. Jérémie a transporté Coraline dans une pièce attenante. Il ne semblait pas vraiment se préoccuper de ma présence. Ce n'est que lorsqu'il est repassé avec des couvertures qu'il m'a lancé :

    "On va la faire suer. En plein été. Elle n'a pas de chance. Mais pas le choix."

    Il eut durant quelques secondes l'air désolé, avant de repartir comme il était venu. Quand il revint de nouveau, il me fit signe de le suivre. Il avait installé Coraline dans un lit confortable, sous un monceau de couvertures. Sur son front, il lui avait concédé une compresse humide.

    "Pas osé la mettre en chemise de nuit, me dit-il d'un ton d'excuse, je pense que c'est à vous. Après, je lui porterai une tisane. Et elle dormira sûrement. Pour vous, après, on verra."

    Et il ne s'était pas trompé. Quelques minutes après avoir bu, Coraline dormait déjà.

    Je suis allée voir Mya. Elle remue sans ouvrir les yeux. J'ai l'impression qu'elle souffre, malgré les soins de Coraline. Nous ignorons la véritable étendue de ses blessures, mais nous espérons toutes qu'elle s'en sortira ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  17. #17
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Mya se réveille petit à petit. Elle souffre beaucoup. Ses jambes surtout. Coraline fait tout ce qu'elle peut pour atténuer ses souffrances. Elle a veillé toute la nuit auprès d'elle. Elle n'a pas passé le relais une seule seconde. Efficace et opiniâtre. Mais fatiguée. Depuis notre retour à Vienne, elle n'a pas soufflé une seule seconde. J'ai peur qu'elle rechute, comme après son arrivée au couvent ...

    Cette nuit là, nous l'avons laissée chez le médecin avec Louann. Nous étions malades d'inquiétude. Minuit avait déjà sonné. Et pour ne pas déranger les autres nous retournâmes sans bruit aux dortoirs. Si Mya s'endormit très vite, Alix et moi restâmes un long moment les yeux ouverts dans l'obscurité, à nous tourner et nous retourner. A deux heures sonnées, voyant que le sommeil m'avait bel et bien désertée, je décidai de me lever. Une petite voix me demanda alors.

    "Dis, tu y vas ? Je peux y aller avec toi ?"

    Je sursautai et me retournai interloquée. Alix à coté de moi se retourna. La petite Johanne se trouvait debout devant nous. La lune l'éclairait faiblement, mais je voyais bien qu'elle était effrayée. Et je ne comprenais pas du tout de quoi elle voulait parler. Alix, debout à coté de moi avait l'air perplexe.

    "J'ose pas y aller après ce qui est arrivé l'autre jour. Il y en a qui disent qu'il y a le diable qui se cache là, pendant que nous dormons. Mais si tu m'accompagnes pas, je crois que je vais faire pipi au lit."

    Je fronçais les sourcils, de plus en plus inquiète. Johanne se cacha soudain la tête dans les mains.

    "Oh, tu n'es pas au courant. On a retrouvé Soeur Alexandra morte dans les latrines. Et depuis personne n'ose plus y aller. Du moins la nuit."

    Là, je comprenais mieux et au delà la raison de notre présence au couvent. Alix se rapprocha instinctivement de moi. Johanne me prit la main. Sa paume était à la fois moite et glacée.

    "On y va alors ?"

    Moi qui étais prête à évoluer dans le noir me sentis tout d'un coup moins courageuse. Je connaissais très peu Soeur Alexandra. Mais sa mort me fit de la peine autant qu'elle me fit froid dans le dos.

    Fouillant dans ma table de nuit, j'y trouvais un reste de chandelle. Je gagnais prestement la porte du dortoir où une lanterne repoussait en permanence les ombres. Je me dépêchais d'y allumer ma mèche. Et nous partîmes toutes les trois dans l'obscurité des couloirs.

    Celui menant aux latrines était de loin le plus grand. Il était sans cesse parcouru de courants d'air. Cette nuit, il nous sembla entendre des sons étranges venant d'un peu partout.
    Nous soulageâmes nos vessies en vitesse et retournâmes aussi vite au dortoir. L'aube me rattrapa avant que j'aie pu fermer les yeux.
    Dernière modification par Althéa ; 05/07/2009 à 18h21.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  18. #18
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline

    Elles m'agacent toutes autant qu'elles sont. J'en ai assez qu'elles me couvent. Quand je me suis endormie tout à l'heure, l'une d'elle a posé une couverture sur moi. Une couverture en plein été ! Tout cela parce que j'ai eu le malheur de m'assoupir trente secondes.

    Le pire est sans doute les regards affolés qu'elles se lancent quand j'ai le malheur d'éternuer. A croire que je suis condamnée à brève échéance. Et bien sûr, à l'allure où vont les choses, Jérémie doit être au courant de la moindre particule de salive contaminée que j'expulse. Un peu plus et je devrai me cacher pour aller aux toilettes ou sinon Jérémie recevra un échantillon du contenu de mes intestins par courrier. Peut-être trouvera-t-il cela romantique. Il est tellement étrange. Au secours, il faut que je chasse cette horrible idée de ma tête ou elles pourraient y penser.

    Fou n'est pas le mot qui convient. Ailleurs. Différent. Doux patient, gentil, tendre. Non, il faut que j'arrête tout de suite. Mes soeurs me contaminent. D'ailleurs, il faudra que je m'occupe de Mya dès qu'elle se réveillera. Le fait qu'elle ait mal est encourageant quelque part. Tout du moins, elle vit. Je ne dois pas faiblir. Me concentrer. Je dois me concentrer.

    Et dire que Louann a envoyé un carnet à Jérémie. Comme s'il faisait partie de la famille. Déjà, je suis convaincue qu'il va tourner autour en se demandant de quoi il s'agit. Dès qu'on le sort du cadre de la médecine, il est totalement perdu. Déjà, il risque d'analyser les pages pour en observer leur texture. Après, il se demandera quelle métaphysique se cache là-dedans. Pour finir, il va demander à son frère ce qu'il pourrait faire. Et Maxime se moquera de lui. Il se fâchera sûrement et refusera de nous revoir. Ce qui sera enfin une bonne nouvelle.

    Il m'arrive de penser à Annecy. Au chemin bordant le Thiou. Ces derniers temps, ils avaient pris un aspect plutôt inquiétant. Et, à chaque fois que je ferme les yeux, je repense aux enfants. Ou du moins, à ce que nous avons pris pour des enfants. Mais je suis prête à parier qu'il y a une explication rationnelle en latence. A nous de la trouver. Nous sommes au XVIème siècle, que diable !
    Dernière modification par Althéa ; 05/07/2009 à 21h56.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  19. #19
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Chère Coraline,

    oh, que j'aime vous sentir dans une rage folle. C'est dans ces moments là que vous me paraissez le plus humaine. Chaque fois que je vous vois, je ne peux m'empêcher de penser que vous avez besoin d'un bon coup de pied au cul. Ou de coups de fouets si ces derniers n'ont aucun effet sur vous. Mais vous seriez capable de trouver cela drôle.

    Coraline, malgré vous, j'aime vos grands yeux d'écureuils, vos cheveux qui s'échappent sans cesse de votre queue de cheval, vos airs de petite fille plus vieille que son âge, votre mauvaise humeur. Tout ce qui fait partie de vous. De plus, vous êtes sarcastique, ce qui est en soit une qualité.

    Je joins à ma lettre un pot de confiture de cerise. Ne vous effarouchez pas trop vite : il est aussi pour vos soeurs.

    Jérémie.
    Dernière modification par Althéa ; 05/07/2009 à 21h55.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  20. #20
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann

    J'ai l'impression que Mya souffre de plus en plus, au fur et à mesure qu'elle reprend conscience. Mais selon Coraline, les os se ressoudent peu à peu. Pour le moment, nous devons la maintenir immobile, ce qui est très difficile pour elle. Alix reste sans cesse à coté d'elle. Sa douceur l'apaise, je pense.

    La voir ainsi me ramène en arrière, quand Jérémie et moi veillions au chevet de Coraline. Il ne parlait pas beaucoup et se débrouillait toujours pour mettre un meuble entre lui et moi comme s'il pensait que j'allais le violenter. Je crois que la seule question qu'il me posa fut si les autres et moi étions soeurs. Puis, avant que j'aie pu répondre, il se mit en devoir d'aller nettoyer ses instruments.

    C'est alors qu'un cri aigu nous fit sursauter tous les deux. Coraline, rongée par la fièvre appelait Louison. Nous nous levâmes du même geste. Dans la chambre, Coraline s'était assise, fixant dans un coin de la pièce quelque chose qu'elle était seule à voir. Étrangement, elle me fit penser à Alix lors de ses crises.

    Jérémie, posant une main sur le front de ma soeur eut une grimace embarrassée. Il resta prostré durant quelques secondes puis prenant soudain une décision l'arracha à son lit. Elle tomba sur son épaule comme une poupée molle. Il la transporta jusqu'à une salle où l'on avait installé un immense baquet rempli d'eau à ras bord. D'un geste souple et assuré, il posa doucement Coraline dedans. Celle-ci commença à crier et à se débattre mais il la maintint assise. Puis, me faisant signe de prendre le relais, il me laissa seule. Coraline commençait à grelotter et durant quelques minutes, je crus que j'allais la laisser sortir. Mais Jérémie revint à ce moment, portant dans un seau de la glace concassée qu'il déversa dans le bain. Je le traitai de fou, mais il ne sembla pas m'entendre. Je voyais ma déjà ma soeur geler, grelotter de plus en plus puis mourir. Mais les tremblements finirent par se calmer peu à peu. Et enfin, il la sortit de l'eau et la reporta dans la chambre. Là, il me demanda avec un petit sourire d'excuse si je pouvais la sécher et que pour le reste, il n'avait qu'une de ses chemises à nous prêter. Chemise qui de par sa longueur arrivait juste au dessous des genoux de Coraline. Celle-ci s'endormit dès que sa tête eut touché l'oreiller. J'allai rejoindre Jérémie dans la cuisine. Celui-ci me tendit une infusion de thym puis, après une seconde d'hésitation s'éclipsa de nouveau. J'imaginais qu'il allait dormir, vu l'heure tardive mais il revint avec une bouteille d'eau de vie de prune. Comme j'écarquillai les yeux il m'expliqua avec un petit sourire.

    "Pour vous. Vu votre tête, vous allez tourner de l'oeil. Enfin, sauf votre respect."

    Il emplit mon verre à ras bord et se servit une bonne rasade. L'alcool nous donna un semblant de couleur.

    "Votre soeur va aller mieux. Elle a juste eu chaud. Et vous, vous feriez bien de dormir. S'il y a quoi que ce soit, je vous réveillerai."

    Je voulus protester, mais il m'interrompit d'un simple geste.

    "A demain."

    C'est ainsi que je fis la connaissance de Jérémie.
    Dernière modification par Althéa ; 05/07/2009 à 23h13.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Jérémie.

    Un carnet. C'est un carnet. Il n'y a aucun doute là dessus. Apparemment, Louann veut que j'écrive dessus. Et il me sert bien pour mes annotations. Mais je pense que ce n'est pas cela qu'elle veut.

    Si j'ai bien compris, elle veut que je pense avec le carnet. Mais est-ce qu'il faut un carnet pour pouvoir penser ? A mon avis, c'est encore un complot de la gent féminine.

    Je les vois déjà s'extasier sur la forme de leur écriture, la taille de leurs traits. Oh, ma chère, ton chapitre tout en lignes courbes est magnifique, oh, oh. Oh, ma chère votre ligne de "a" est très sensuelle et subtilement ouvragée, ah, ah. Tout cela en mangeant des petits gâteaux secs. D'un coté, je les plains. Heureusement, à nous, on nous impose rarement ce genre de pratiques. Je suis peut-être mal tombé.

    Oh, mais j'ai écrit quelques lignes. Je vais devenir une femme. Mes seins sont-ils en train de pousser ou c'est seulement une impression. Note : penser à vérifier la taille de mes seins. Et il faudra aussi que je demande à Maxime si ma voix n'est pas en train de changer. Sous peu, je vais pouvoir réaliser mon rêve : porter des jupes. Bon, trêve de plaisanterie.

    Finalement, passer l'annonce sans limitation de sexe n'était peut-être pas une bonne idée. Limitation de sexe. Voila qui sonne bien. Je devrais me servir de cette expression plus souvent. Jérémie, vous pouvez m'examiner s'il vous plaît ? Non, j'ai une limitation de sexe. Magnifique. Je devrais faire breveter la formule.

    Dans tous les cas, les demoiselles avaient l'air inoffensives. Surtout Coraline. Il est vrai que vu son état, elle ne pouvait pas faire grand mal. Deux jours à avoir de la fièvre, à dormir. Bon, j'aurais dû me méfier quand elle a commencé à parcourir mon livre d'anatomie que j'avais laissé traîner dans la pièce. Note : ne jamais laisser traîner des livres dans la même pièce que les femmes. Elles en font vite des armes de destruction massive. En plus, ses sœurs venaient souvent prendre de ses nouvelles. J'aurais dû déménager. Je n'étais pas préparé à ces assauts de cette sorte. Quand j'y pense, j'étais tout seul. Elles auraient pu me violer. Mon pauvre Jérémie, tu rêves. De plus, elles ont commencé à parler de choses bizarres qui se passaient au couvent. Le monstre des cabinets. Moi qui croyais que c'était une illusion basique collective hystérique et féminine ! Hé bien, Jérémie, tu t'es bien trompé. Enfin, avec ce qui s'est passé ici, on n'a pas vraiment eu le temps de voir venir.
    Dernière modification par Althéa ; 06/07/2009 à 16h55.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  22. #22
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    A Annecy, les gens commençaient à demander des explications. La ville s'éveillait comme d'un mauvais rêve. Quelques jours auparavant, le couvent de la Visitation avait pris feu, entraînant la mort d'un bon nombre de religieuses. On avait enterrés les corps atrocement brûlés à l'endroit où elles étaient tombées. Dans cette atmosphère lugubre, on ne remarqua pas qu'un des cadavres avait disparu.

    Mais la ville fut touchée en plein coeur quand on trouva parmi les décombres le cadavre d'un enfant. Une vague d'effroi s'empara de la ville. Que faisait donc cet enfant dans les murs ? Les religieuses se livraient-elles à des rituels sataniques ?

    Très vite, l'évêché fit tout pour rétablir l'ordre, proposant la béatification de la mère supérieure. Une Sainte ne pouvait être mauvaise, de même que le lieu où elle avait vécu. Mais le soir, personne ne s'attardait près de ces ruines encore fumantes. On prétendait que la nuit, le cornu y exerçait encore ses diableries.

    Là, à l'abri des regards, les cendres commencèrent à bouger peu à peu, formant d'étranges formes. Lesquelles ? Il ne vaut mieux pas savoir.

    Passant, passe donc ton chemin ....
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  23. #23
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Il y a eu l'entretien que je redoutais tant avec la Mère Supérieure. Compte tenu de l'état de Coraline, nous l'avions repoussé de trois jours. Elle m'a reçu dans un bureau attenant au réfectoire.Je ne l'avais jamais vu. Soeur Thérésa se trouvait avec elle. Une nouvelle religieuse, débarquée peu de temps après mon départ.

    Elle était trapue et athlétique, le visage taillé à la serpe et un regard dérangeant. Elle n'était pas jolie du tout. Elle me regardait, les bras croisés, un sourire moqueur sur le visage.Et elle dégageait une puanteur abominable, mélange de sueur et d'urine.

    Elle parla la première, après un signe de tête de la Mère Supérieure. Rauque était sa voix, glacé le ton qu'elle employa pour me parler.

    "Bienvenue chez vous Garance. Nous nous sommes permis de faire appel à vous. Pas pour votre foi immuable. Ni pour votre fidélité envers vos engagements. Mais notre Mère supérieure a décidé de faire appel à vous. Car, depuis votre départ le mal rôde à travers nos couloirs. Il a déjà frappé il y a quelques nuits. Vous et vos soeurs avez acquis une certaine notoriété pour confondre le "tueur de rousses", comme nous avons coutume de l'appeler. Garance, vous avez une dette envers nous. Votre fuite était inqualifiable. Si nous vous avons rappelé parmi nous, c'est pour racheter votre faute envers le Très-Haut. Vous allez trouver le visage du mal et le pourfendre."

    Sur ce, elle me congédièrent sans aucune autre explications. Je me sentais perplexe. Et un peu inquiète. Mes soeurs et mes amies m'attendaient dans le couloir, je leur racontais tout. Et elles me dirent ce qu'elles savaient en retour. Cette femme, à les entendre était plus mauvaise que tous les démons de l'enfer. En peu de temps, elle avait pris la régence du couvent, faisant régner la terreur.
    La nuit, elle se promenait dans les couloirs armée d'une grande trique, frappant sur les malheureuses qui avaient le malheur de discuter au lieu de dormir. Le jour, elle frappait celles qui ne montraient pas assez d'assiduité dans leur prière. Visiblement, notre présence au couvent l'avait arrêtée. Je leur promis d'en parler à la Mère Supérieure. Je me sentais perplexe.
    Dernière modification par Althéa ; 06/07/2009 à 15h23.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  24. #24
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Jérémie

    Note : il est dangereux de mettre des robes.
    Fait : à deux heures sonnées, j'ai réquisitionné la robe de madame Michu pour mon expérience.
    Expérience : marcher dans Annecy en robe
    Note : elles s'enfilent par le bas.
    Observation : deux menaces de mort, un groupe de femmes courant derrière moi suivi de leur marmaille. Le guet qui a voulu m'enfermer quelques heures.
    Résultat : l'expérience fut une catastrophe. Rendons à César ce qui appartient à César. Je ne porterai plus de jupes.

    Ce carnet exerce sur moi une attirance maléfique. J'ai peur. Il me force à écrire. Il m'appelle jour et nuit. "Jérémie, Jérémie, frotte-moi le dos avec ta plume." Ce carnet est un pervers.
    Note : faire venir un exorciste.

    Mais surtout, ne pas en parler à Maxime, il est plus cartésien que Coraline. Pourtant, c'est moi qui avais raison.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  25. #25
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline

    Nous venons de recevoir des nouvelles de Jérémie, et j'avoue me poser des questions sur son état mental. Maxime dit qu'il l'a vu voler une robe à Madame Michu, sa gouvernante. Il aurait même tenté de s'inscrire au cercle catholique des femmes pieuses d'Annecy mais a bien sûr été refoulé avec perte et fracas. Quand j'ai vécu avec lui, il me semblait pourtant bien plus posé.

    Les deux premiers jours de ma convalescence, lui et Louann m'ont couvée comme des mères poules. Dès que j'avais le malheur de tousser, ils arrivaient dans la seconde. Mais bizarrement, leur présence fut un véritable réconfort. La douceur de Louann m'a rappelé celle de ma mère. Je pense qu'elle m'a grandement aidée à me rétablir. Il ne faut pas qu'elle tombe sur ces mots. Autrement, elle ne me laissera plus tranquille. Et je ne parle pas de mes autres soeurs et des nonnes venant régulièrement demander de mes nouvelles. J'entendais souvent Jérémie leur répondre que j'allais mourir un jour, peut-être, mais en tout cas pas aujourd'hui. Cette petite phrase est devenue chez nous un grand classique.

    Le troisième jour, j'ai commencé à me sentir mieux. Louann, ne voulant pas occasionner d'avantage de travail à Jérémie est remontée au couvent. Et dire qu'il avait fallu que je tombe malade pour être enfin débarrassée de mes soeurs ! Du moins pour quelques heures. Je sus enfin ce que voulait dire le mot "tranquillité." Mais au delà de ce laps de temps, elles me manquaient, je l'avoue. Et quand ont débuté les "événements" au couvent de la Visitation, je me suis fait du soucis pour elles autant qu'elles se sont fait du soucis pour moi.

    Avant cela, j'avais fait la découverte d'un livre d'anatomie posé au pied de mon lit et m'y plongeai avec délice. Je me souviens très bien de la grimace que fit Jérémie en me voyant lire. Les yeux tellement écarquillés qu'ils semblaient sortir de leurs orbites. Puis, après s'être assis le plus loin possible de moi, il me demanda si je m'y entendais en médecine. Comme je hochai la tête, plongée dans ma lecture, il laissa échapper un petit gloussement étrange. Il s'éclipsa sans rien dire, comme il en avait l'habitude. Quand il revint, il déposa un petit panonceau sur mon lit. Je mis du temps à déchiffrer les mots, écrits dans une langue brève et hachée.

    "Recherchons aide supplémentaire. Connaissance en médecine requises, talent culinaire apprécié. Salaire bas, mais c'est ainsi."

    Comme je relevai la tête, Jérémie me fit un petit sourire complice. Immobile. Je pus l'observer pour la première fois à ma guise. Jérémie est grand, très grand. Il a des grandes mains fines et pataudes et de grands pieds. Ses yeux bruns aux longs cils sont immenses et lui donnent toujours l'air de rêver. Ses cheveux bruns et courts sont constamment en bataille. Et il a les oreilles décollées. J'ai essayé de le dessiner mais la copie est beaucoup moins pittoresque que l'original.
    Dernière modification par Althéa ; 06/07/2009 à 18h01.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  26. #26
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann

    Mya se réveille peu à peu. Elle souffre énormément mais ne laisse rien paraître.Elle ne se plaint jamais à part de la soif. Il faut dire qu'il fait chaud dans la pièce. Même sourire lui fait mal mais pourtant, elle sourit quand nous nous asseyons à ses cotés. Alix ne la quitte pas une seconde. Elle a même installé un lit de fortune dans la pièce pour dormir à ses cotés. J'ai peur qu'elle finisse par tomber d'épuisement.

    Cela fait plusieurs semaines que je trouve Alix changée. De plus en plus souvent, je la vois rêveuse, un sourire évanescent posé sur son visage. Chaque jour, elle devient plus fée que femme. Chaque geste, chaque mot nous emporte un peu plus dans l'irréalité. Mais c'est à Annecy que nous avons véritablement franchi la limite.

    Tout a commencé par cette séance d'exorcisme au cour de laquelle les sept amies de Garance projetaient d'exorciser "le démon des latrines", comme elles le nommaient. Pour elles il s'agissait simplement d'un exutoire à leur ennui. Et elles n'avaient en rien prévu ce qui allait se passer. Après ce qui s'est passé avec "le" livre, elles s'étaient senti pousser des ailes.

    C'était environ cinq jours après notre arrivée au monastère. Coraline était presque tout à fait rétablie. Elle était montée au couvent pour nous rendre visite, mais surtout pour nous annoncer qu'elle resterait quelque temps avec les médecins. Ils avaient besoin d'un troisième larron pour venir à bout de leurs tâches quotidiennes. Et apparemment, ils avaient accepté. Sans aucun état d'âme, elle ajouta qu'elle projetait de rester à Annecy bien plus longtemps que ne durerait notre séjour. Ainsi, elle nous laissait ...

    Je vis presque instantanément des larmes apparaître dans les yeux de Mya qu'Alix enserra de ses bras. Garance, comme à son habitude hocha la tête sans rien laisser paraître ni sans rien ajouter. Quant à moi, je ne savais pas quoi dire.
    C'est alors qu'Eulalie est arrivée, tenant un livre dans les replis de son manteau. L'air mystérieux, elle nous fit signe de la suivre. Avec elle, nous sommes entrées dans le potager où nous attendaient les six amies de Garance. Elles s'étaient mises à l'écart, dans un endroit à l'abri des regards, où personne ne viendrait les déranger. A l'approche d'Eulalie, elles furent prises d'une certaine frénésie. Johanne battait des mains en riant. Toutes les autres ébauchaient un magnifique sourire.

    Alors, Eulalie leur tendit le livre et le fit passer à chacune. C'était, si ma mémoire ne me fait pas défaut de la reproduction d'un livre sur les plaisirs, venu d'orient, totalement illustré que l'Église s'était empressée de consigner dans l'Enfer d'une bibliothèque. J'ignore encore comment elles avaient fait pour se procurer l'ouvrage. Mais elles se le firent passer de mains en mains, laissant échapper par moments des "Oh" et des "Ah" de satisfaction. Ce que je vis en prenant le livre me fit rougir. Des corps enlacés dans toutes les positions. Des illustrations assez réalistes. C'est à ce moment là que je me rendis compte des frustrations secrètes et de la solitude des religieuses. Traitées comme des anges asexués, elle n'en restaient pas moins des femmes. Des femmes que l'amour de Dieu ne pouvait pas combler.

    Coraline passa le livre à Garance avec un petit sourire moqueur après avoir tourné rapidement les pages. Mais la rougeur qui lui monta aux joues n'échappa à aucune. Garance quant à elle prit tout son temps pour regarder. En revanche, elle refusa de passer le livre à Mya. Quant à Alix, elle ne se montra aucunement intéressée.

    Au moment où le livre était dans les mains de Violette, une voix rauque retentit.

    "Et vous, qu'est-ce que vous faites. Quel est ce livre ?"

    Les nonnes se resserrèrent les unes contre les autres, épouvantées. Thérésa arrivait à grands pas. Coraline eut alors un réflexe qui nous étonna toutes. Prenant le livre des mains de Violette, elle le camoufla dans la manche de sa veste, lui substituant un livre de médecine qui ne la quittait plus. Elle le montra à la tortionnaire avec un grand sourire.

    "Rien de bien méchant mais très académique. Voyez."

    Étrange Coraline. Elle qui un instant plus tôt se moquait des autres venait de leur sauver la mise. Thérésa prit le livre et le feuilleta avec une ardeur presque démoniaque. Elle soupira déçue. Nous prîmes toutes notre sourire le plus angélique. La tortionnaire émit un bougonnement mécontent. Nous sûmes alors que nous l'avions vaincue, du moins pour le moment. Coraline enfonça le clou.

    "Hé bien, très chère, vous voir a illuminé ma journée. Mais si vous le permettez, je vais rentrer chez moi."

    Et elle s'en fut, emportant les deux livres.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  27. #27
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Jérémie,
    je prends votre invasion intempestive de sucreries pour une agression caractérisée. En effet, Hypocrate dans son traité sur la nutrition affirme que le sucre est mauvais pour la santé. D'autant que vous pourriez vous en servir pour colmater vos oreilles. Profitez-en pour les réduire un peu.

    Au passage, vous connaissez comme moi les vertus de l'hygiène. Tâchez d'y avoir recours plus souvent. Aussi, de grâce, faites attention à vous. Notre monde manque de fantaisistes dans votre genre, Jérémie.

    Mais ne pensez pas que je souffre du mal d'amour et que je soupire après vous. Vous vous berceriez d'illusions. Si je soupire, c'est d'aise quand vous n'êtes pas là.
    Nous ne sommes absolument rien l'un pour l'autre. Laissons donc notre histoire croupir dans le marasme où nous l'avons abandonnée. Ce sera bénéfique pour l'un comme pour l'autre.

    Dieu bénisse les imbéciles et donc vous aussi, Jérémie.

    Coraline

    Ps : j'ai décidé de relater notre "expérience" afin de l'étudier. Il y a une explication plausible. Il y en a toujours.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #28
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Enquête structurale et anthropomorphique portant sur la famille de Saint-Bris - Suivi de l'étude de la nature de l'entité apparue à Annecy il y a quelques jours.

    Note : changer le titre, le rendre plus compréhensible.

    Enquête scientifiquement structuraliste, entomologiste, anthropologique et antagoniste sur la famille de Saint-Bris. Suivi de natura de la entita quia caca - ou plus simplement : dieu existe-t-il car sinon qui a uriné dans la tarte aux pommes que j'avais posée sur le rebord de ma fenêtre ce matin ?

    Note : peut-être ne pas changer le titre.

    Par Jérémie Arouet

    Note : peut-être changer mon nom en Jeronimus Arouetus.

    (C'est un peu stupide comme nom, et ce n'est pas moi qui ai uriné dans ta tarte aux pommes. Je pense que c'est le chat de la voisine. Signé Maxime.)

    Note : Maxime a raison.

    Les soeurs de Saint-Bris ont sûrement des ancêtres venus de la lointaine Irlande car elles ont, à une exception près, le teint très pâle, les cheveux roux, des tâches de rousseur et (sur un cas), les pieds froids. Du moins, ceux de Coraline, les seuls que j'ai touchés. Même si l'un de mes rêves les plus fous est de toucher le pouce d'orteil gauche de Garance.

    Note : éviter de parler de cette histoire de pieds.

    Revenons en à nos moutons (d'Irlande). Seule Mya n'en a pas (pas de moutons mais des cheveux (si, mais elle n'a pas les cheveux roux). Je centrerai mon étude sur Coraline de Saint-Bris.

    Elle a de grands yeux ronds couleur noisette. Ses sourcils forment souvent un accent circonflexe surtout quand elle m'écoute. Ses cheveux sont doux, raides et roux. Elle a des tâches de rousseur sur l'arrête du nez et un peu sur le joues.
    Elle prend souvent un air dur, buté et fier. Mais ses yeux mentent, ils sont tristes.

    Note : pour l'instant, mon écrit est d'une intelligence rare, digne d'une chair à l'université. Trêve de plaisanterie.

    Coraline est une des rares personnes qui, en convalescence aiment compulser des ouvrages de médecine.

    Note : Écrire une thèse sur les vertus thérapeutiques de mon livre de médecine. En poudre ? Baume ? Décoction ? Lotion ? L'avaler pages à pages est il indigeste ou doit-on se l'enfoncer dans l'oreille ?

    Coraline a obtenu la place vacante dans notre officine. Elle a tenu tête à Maxime qui pensait que les femmes n'avaient pas leur place dans ce domaine.

    Note : ce qui nous emmène à ce sujet : les femmes, oui ? Partout ? Pourquoi ?

    Maître Ambroise a fourni un semblant de réponse. Oui, peut-être. Que savez vous faire ? Il lui a posé de nombreuses questions pointues auxquelles elle a répondu sans ciller. Coraline savait déjà beaucoup. Manquait la pratique. Maître Ambroise a dit : oui. Elle s'est tournée vers Maxime, lui a tiré la langue et lui a dit : "Et toc". Elle souriait. Mais c'est après qu'elle a remarqué.

    Note : le "Et toc", un atout en société, un handicap ? Simple injonction ou formule incantatoire des puissances infernales ?

    C'est après que tout a commencé.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  29. #29
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Encore une dispute. Du moins, je pense. Coraline et Alix. Plutôt étrange. J'ai entendu quelques mots chez Coraline. "Trahison", "honte". Impossible de dire de quoi il s'agit sans le contexte. Coraline a refusé de dîner. Alix n'a pas parlé de tout le repas. Elle est partie marcher tout à l'heure, au bord de l'eau.

    Je repense à tout ce temps où ne nous la voyions plus durant le laps de temps où elle vécut à l'officine en compagnie de Jérémie. J'ai fini par l'oublier. Un peu. Avec ce qui se passait au couvent.

    Nous sommes venues le soir, pour la séance d'exorcisme, celle qui était supposée chasser le monstre des latrines. Nous étions toutes ensemble, confiantes, éclairées par de maigres chandelles. Seule Coraline avait refusé de se joindre à nous, nous traitant de folles. Elle et le surnaturel ...

    Eulalie avait trouvé un livre de magie blanche à la provenance floue. Nous avons posé les bougies en cercle. Et Eulalie a commencé à psalmodier. Nous avons joint nos prières à la sienne. Pas de peur. Quelques sourires. Johann riait. Les formules étaient simples, compréhensibles. Nous les répétions toutes. Et notre tension avait l'air de partir.

    Mais tout à coup, le bruit. Un bruit énorme, indéfinissable. Et un immense courant d'air. Et nos chandelles se sont toutes éteintes. Et tout d'un coup, l'obscurité la plus totale. Il y eut des cris de panique. Certaines commencèrent à fuir. Je réussis à retrouver mes sœurs. Ensemble, nous avons rejoint le dortoir. Quand nous nous sommes comptées, Johanne manquait.

    Avec la plupart et des chandelles, nous sommes revenues sur nos pas. Nous ne l'avons pas trouvée. Alors, j'ai compris que nous ne la reverrions pas. Pas vivante. Le lendemain, en allant aux latrines, la mère supérieure l'a trouvée. La tête baignant dans les immondices,sans un souffle, du sang plein la tête.

    Eulalie, Violette et moi sommes allées chercher maître Ambroise dans son officine. Il est venu, en compagnie de Jérémie et de Coraline. Il a laissé ma soeur examiner le corps. Parce que ce n'était plus qu'un corps. Coraline était blême. Mais sa voix n'a pas tremblé quand elle a murmuré que le crâne de Johanne était défoncé. Elle l'a dit en me regardant dans les yeux. Elle préférait qu'on l'emmène pour pouvoir l'examiner tranquillement. Je l'ai détestée à ce moment. Jérémie a vomi. Maître Ambroise a soupiré et lui a demandé d'emporter le corps. Ils sont partis.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  30. #30
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Note de Maxime Arouet, sur l'existence du mal absolu.

    Moi, Maxime Arouet, sain de corps et d'esprit, consigne ces mots pour ne rien oublier. Nous avons, Jérémie Arouet, Coraline de Saint-Bris et moi-même été les témoins involontaires d'une manifestation que pour l'instant, nous n'avons que le choix de qualifier de surnaturelle.

    Tout a commencé avec l'arrivée de Coraline de Saint-Bris dans ce que nous appelons pompeusement notre officine. Il s'agit en fait d'une maison ancienne située près du Tyou. Rien de très spectaculaire à part le plancher grinçant. L'endroit est assez grand et fonctionnel pour accueillir nos patients. Et c'est tout ce que nous lui demandons.

    Coraline de Saint-Bris a répondu à l'annonce stipulant que nous recherchions une aide. Maître Ambroise, contre mon avis a décidé de lui donner sa chance. Il lui a posé de nombreuses questions pratiques et théoriques auxquelles elle a répondu sans mal, même au plus pointues. Et aujourd'hui, même moi, je n'ai pas regretté son passage.

    Cinq jours après l'arrivée de mademoiselle de Saint-Bris dans notre officine, donc trois jours après le meurtre au couvent, le premier cas s'est présenté. La mère du petit Gustave s'est rendue chez nous avec ce dernier afin que nous l'examinions. L'enfant se disait fiévreux et trop fatigué pour se rendre à l'école. Notre maître chargea Coraline d'établir un diagnostic. Elle ne trouva rien. Je ne trouvais rien non plus. Jérémie se chargea donc d'établir un second examen. Pour cela, il nous demanda à tous de sortir, y compris Ambroise et la mère de l'enfant. Quelques minutes plus tard, il refermait la porte et nous annonça que Gustave était un enfant brillant, mais qu'il souffrait de surmenage et qu'il vaudrait mieux le garder avec nous, le temps qu'il se repose. La mère, flattée par ses paroles et rassurée par l'initiative accepta sans mal.

    Quand elle fut partie, maître Ambroise demanda des comptes. Jérémie se tourna vers lui, et, l'air grave nous annonça que l'enfant était malade de peur. Coraline eut tôt fait de lui rétorquer que c'était lui qui était malade. De mon coté, je restais sceptique. Jusqu'à présent, Jérémie s'était trouvé meilleur médecin que nous tous. Jamais il ne s'était trompé. J'allai moi-même parler à Gustave que nous avions installé à l'étage, dans une chambre confortable.

    Je connaissais le gamin. Environ sept ans, d'ordinaire bagarreur et gouailleur. Lui et sa bande d'amis venaient régulièrement jeter des pierres sur nos fenêtres. Comme il avait changé. Le teint pâle, tremblant, les pupilles dilatées. Il ressemblait à un animal aux abois. Et je sais pertinemment qu'il n'avait pas peur de nous. Il refusa de s'alimenter mais Jérémie parvint tout de même à lui faire avaler quelques quartiers de pomme. Mais, pire que tout, il refusait de dormir et de rester seul. Coraline, Jérémie et moi nous relayions en permanence à ses cotés. Jérémie avait raison, il ne s'agissait en rien d'un caprice pour ne pas aller à l'école. Même Coraline finit par l'admettre.
    Jérémie nous raconta ce qui l'avait convaincu de garder l'enfant. Gustave était tout simplement effrayé à l'idée d'aller à l'école. Il se passait là-bas des choses effrayantes dont il refusait de parler. Il restait là, mutique, étendu sur son lit, les yeux grands ouverts.

    Vers deux heures du matin, alors que j'effectuais ma garde auprès de lui, il se décida à parler.
    "Je l'ai tué". Naturellement, je sursautai, et lui demandai de répéter. Il continua. "J'ai voulu participer au jeu. J'ai peur. Il m'a dit de la tuer. Et bientôt, il va demander à quelqu'un de le faire pour moi."

    J'ai légitimement voulu en savoir plus. Mais il se referma totalement, refusant d'en dire plus. Comme il était totalement épuisé, je lui donnai une infusion calmante pour l'aider à dormir. Lorsqu'il s'assoupit, j'allai réveiller les trois autres et leur racontai tout. Seule Coraline le traita encore de fabulateur. Je n'eus pas vraiment le courage de la contredire. Après tout, sa version à elle m'arrangeait quelque peu. Le récit morbide de l'enfant commençait à m'effrayer. Qui pouvait pousser un être innocent et fragile à en tuer un autre ? Non, ce n'était pas possible.

    Peu de temps avant l'aube, alors qu'aucun de nous n'était parvenu à dormir, nous entendîmes un hurlement en provenance de l'étage.

    Coraline fut là haut la première. Gustave se tenait assis sur son lit devant la fenêtre ouverte. Il serrait des doigts impuissants de son cou, d'où s'échappait du sang.. On lui avait ouvert la gorge d'une oreille à l'autre. Se fut elle qui réagit la première. Se jetant sur l'enfant, elle comprima ses plaies, nous criant d'aller chercher des linges. Mais la plaie était trop importante et Gustave se mourrait. Mais elle criait, le serrait dans ses bras, le suppliait de rester en vie. Mais le sang sourdait de sous ses doigts, tâchant ses bras, sa chemise, jusqu'à son visage. Et l'enfant devenait exsangue. Il eut encore quelques convulsions, les yeux exorbités. Puis se fut la fin. Mais Coraline ne voulut pas lâcher prise. Elle le serra plus fort contre elle, tenta de le secouer, de lui insuffler un peu de vie.

    N'en pouvant plus de ce spectacle macabre et pitoyable, Jérémie voulut l'éloigner du petit cadavre. Mais elle s'y cramponna en hurlant. Il fallut l'intervention de Maître Ambroise et la mienne pour y parvenir. Jérémie, la traînant et la portant à demi la sortit de la chambre. Même à travers la porte, nous l'entendîmes hurler. Elle finit par éclater en sanglots dans ses bras. Il réussit à la convaincre de boire une tisane calmante. Elle s'endormit peu après.

    Quand nous descendîmes dans la rue, dans l'espoir d'identifier le coupable de ce meurtre atroce, nous trouvâmes une empreinte de soulier dans la terre battue. Un pied d'enfant. Quand à la fenêtre, elle était étroite et ne permettait le passage que d'une personne de petite taille.
    Le lendemain, maître Ambroise nous offrit à tous les trois un jour de congé.

    Quelle signification donner à tout cela ? Qui peut pousser des êtres innocents et fragiles à s'entretuer ? Le mal, le mal absolu. Je ne vois que ça pour l'instant.

    Ma tête me fait mal. Je reprendrai plus tard le fil de mon récit.
    Dernière modification par Althéa ; 26/07/2009 à 21h29.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 22h48
  2. Histoire Romantique
    Par Seina dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 38
    Dernier message: 01/11/2004, 23h02
  3. histoire de dragons
    Par Bouliiar dans le forum Idées
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/08/2004, 17h11
  4. Description de l'histoire
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/02/2004, 20h21
  5. L'histoire d'un mélandien
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 10
    Dernier message: 12/09/2003, 22h32

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251