Page 3 sur 3 PremièrePremière 123
Affichage des résultats 61 à 70 sur 70

Discussion: [Histoire] Scribouillon policier 2

  1. #61
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Il fait nuit sur Annecy. Un observateur avisé se rendrait compte qu'il fait nuit bien tôt pour la saison. Il fait aussi de plus en plus froid. L'automne n'a pas laissé le temps à l'été d'expirer avant de planter son drapeau. Dans l'obscurité, des ombres se déplacent. Peu à peu, elles gagnent du terrain. Certains les entendent chuchoter. Prenez bien garde de ne pas écouter ce que disent les ombres, vous en deviendrez fous.

    Elles se rassemblent comme des oiseaux de mauvaise augure au dessus du cimetière du monastère où l'on a creusé des nouvelles tombes. Parfois, elles prennent la forme d'une silhouette humaine. Elles attendent.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #62
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal d'Alix

    Cette nuit, l'orage se déchaîne. Eclairs et tonnerre se succèdent. Ode fantastique par lequel la nature nous démontre ses forces. Face à elle, nous ne sommes rien. Des ombres sur une lanterne magique. Notre passage est si bref.

    La pluie tombe en rafales ininterrompues, presque horizontale. Elle vient s'abattre en grondant sur le toit de notre maison. Cette nuit, aucune d'entre nous ne fermera l'oeil. Nous guettons. L'obscurité nous trouble comme si nous la découvrions. Elle est presque humaine, presque palpable. Cette nuit, nous l'apprivoisons avec nos chandelles. Peut-être demain sera-t-elle annonciatrice de repos.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #63
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann

    Coraline s'affaiblit. A croire que son énergie passe dans le corps de Mya. Notre petite soeur reprend des forces. Mais Coraline pense que si elle remarche, ce sera avec difficulté. Je l'ai entendu lui annoncer tout à l'heure à demi-mots. Elle s'est contentée d'acquiescer, résignée, comme si elle s'attendait à cette nouvelle. Elle dort maintenant. Et nous, nous attendons. Et nos souvenirs reviennent.

    J'ai senti que nous arrivions à un point où tout allait basculer. Ce sur quoi nous comptions, nos repères, nos convictions s'étiolaient, nous laissant démunies. Comme si l'irréalité s'installait autour de nous, nous encerclait.

    Alix le ressentit la première. Depuis quelques jours, je la voyais absente, plongée dans ses pensées. Elle avait encore maigri. Dans l'officine, en compagnie de Pilar et des autres, elle était restée accoudée à la fenêtre sans se mêler aux conversations. Elle avait l'air d'attendre. Tout à coup, alors que Garance s'aprêtait à prendre la parole, elle dit doucement.

    «*Cette nuit, il va neiger.*»

    Elle s'était tournée vers nous et souriait imperceptiblement. Mais à son regard, je vis qu'elle ne plaisantait pas. Et qu'elle disait vrai. Ça, nous le savions toutes. Alix a un étrange don, une perception au delà de la nôtre. Parfois, j'ai l'impression qu'elle n'appartient pas à notre espèce. Cette idée récurrente me perturbe et parfois m'empêche de dormir. Est-ce une fée ? Une créature dont parle nos légendes ? Personne ne le sait. Mais avant tout, elle est notre soeur.

    Les conversations s'arrêtèrent. Je vis Maxime ouvrir la bouche, perplexe puis la refermer sans dire un mot. Jérémie, quant à lui hocha la tête, comme s'il savait. C'est finalement Coraline qui reprit la parole.

    «*Tiens, Garance, dit-elle avec un petit sourire, j'ai un objet merveilleux. Il m'a été d'un grand secours la nuit dernière. *»

    Elle monta à l'étage et revint quelques minutes plus tard, un livre à la main. Je reconnus le livre qu'elle avait soustrait à Thérésa, quelques jours auparavant, le substituant à un ouvrage de médecine. Elle le tendit à Garance avec cette petite phrase à valeur prophétique.

    «*J'ai le sentiment qu'il t'aidera aussi.*»

    Elle ne croyait pas si bien dire ...
    Dernière modification par Althéa ; 04/10/2009 à 20h59.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #64
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Maxime

    Je suis arrivé au carrefour de deux possibles. Partir ou rester. Au moment où j'écris ces lignes, Ils se rassemblent. Je ne sais pas quel nom leur donner. Mais je sais qu'ils sont là, à guetter. J'ai l'impression de devenir fou. Face à cela, je n'ai qu'une certitude : il faut que Jérémie quitte Annecy. Et au plus vite. Je sais que maître Ambroise partage ce sentiment. Lui ne partira pas. Il est trop attaché à la ville, à son passé. Je lui dois trop pour l'abandonner. Pour tout le temps qu'il nous reste, il aura besoin de moi. Et j'ai le sentiment que si je pars, l'ombre s'attachera à mes pas, semant la mort sur mon sillage. Je sais où mes pas me porteraient. Mais Elles n'ont pas mérité cela.
    En ce moment d'accalmie, entre les vertiges de la nuit et les premières lueurs du soleil, je regarde le passé défiler. Il y a des jours comme aujourd'hui où je me sens comme un vieillard. Mes jours sont comptés, je le sais. Pourtant, je ne sens pas de peur. Un étrange sentiment de plénitude. Ces jours-ci, ma vie fut intense. Je ne sais pas ce que je pourrais demander de plus. Peut-être simplement du temps.

    Mais je m'éloigne de mon propos, de notre histoire. Je m'étais promis de raconter. Cette matinée que nous avons passée avec Coraline et ses soeurs. J'ai été frappé par leurs différences qui au bout du compte faisait de leur fratrie un ensemble structuré et cohérent.

    Mya la plus jeune parlant peu, mais écoutant beaucoup. Assise à coté d'elle Garance, vite remise de sa blessure à la tête. Les yeux vifs, parlant avec animation et réfléchissant en même temps. Elle ne croyait pas en l'existence du malin, du moins pas en sa présence dans les murs du couvent. Elle nous parla d'une lettre écrite par la mère supérieure dont elle avait peut-être rêvé, peut-être non. Elle parlerait dans tous les cas à la mère supérieure dès qu'elles seraient rentrées. Louann, assise à la droite de Mya, silencieuse et attentive. Elle fronçait par moments les sourcils, comme si ses yeux étaient fatigués. A coté de Jérémie, Coraline écoutait Garance parler, ponctuant ses phrases de commentaires acerbes. Mais son sourire contrastait avec ses yeux inquiets. Alix s'était assise sur le rebord de la fenêtre. Elle observait la rue. Souriante, loin de nous. Nous pensions tous qu'il n'allait pas neiger le lendemain, mais ses paroles s'étaient imposées comme une évidence. Le gamin, charmé par son aura apaisante avait trouvé refuge sur ses genoux. Il dormait maintenant, en suçant son pouce.

    Il y avait quelqu'un d'autre dans la pièce. Ou plutôt une absence. Une absence pesante. Dans l'unité des soeurs, je sentais une fragilité. La soeur morte dont j'avais oublié le nom. Si Alix les rassemblait, cette mort les éloignait toutes. Elle était présente au milieu de nous.

    J'ignore si mon imagination me joua des tours à ce moment là, mais je la vis l'espace d'un instant derrière Coraline, les mains doucement posées sur ses épaules. Sa chevelure proprement tressée, son visage poupin. Ses yeux bruns brillant d' espièglerie. Et cet imperceptible sourire sur son visage. Les yeux tournés vers moi …

    Je sursautais et me frottais les yeux. Elle disparut. Je me tournai pour voir si quelqu'un avait surpris le phénomène. Alix baissa les yeux.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #65
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline

    Ce matin, j'ai surpris Mya en larmes. Elle a peur de ne pas pouvoir remarcher. J'ignore la cause de ce découragement subit. La fatigue peut-être. Elle a pourtant fait des progrès qui nous stupéfient toutes. Mais elle s'inquiète, s'impatiente. L'immobilité sied mal à une jeune femme de son âge. Mais je suis sure que tout reviendra.

    Pour ma part, je suis fatiguée. Cela fait une éternité que je n'ai pas fermé l'oeil. J'attends un signe, un je ne sais quoi. Plus rien ne me procure d' apaisement. J'espère enfin que tout s'arrête. Parfois, je me surprends à regretter de ne pas avoir sauté du haut de cette cathédrale. J'aurais enfin trouvé le repos.

    Pourtant, parfois, quand viennent les premières lueurs de l'aube, je me surprends à me sentir euphorique. Le manque de sommeil, peut-être. Ou tout simplement voir l'éclosion d'un nouveau jour. Je me surprends à penser à Jérémie, à regretter son absence, à l'attendre. A croire à notre improbable histoire. Dans ces moments, j'ai envie de lui écrire et de lui dire combien il me manque. L'instant d'après, je le maudis. Je perds pied peu à peu, je le sens.

    Tiens, Alix traverse le jardin. Elle se tourne vers moi et me fait signe. Je vais descendre, je crois.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #66
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Louann

    Je les vois toutes les deux, dans le jardin. Leur silhouette se découpe, éclairée par la lune. Coraline et Alix, Alix et Coraline. Dans les hautes branches du vieux chêne. Assises coude à coude. J'imagine qu'elles ne parlent pas beaucoup. Elles observent. Devant elles, le blé bientôt coupé oscille dans le vent lunaire. Garance s'est assise sous la tonnelle, elle les observe. Je pense qu'elle ne les rejoindra pas.

    Hier, j'ai entendu Coraline tousser plus que d'habitude. Elle s'affaiblit encore. Demain, j'écrirai à Jérémie. Je pense qu'il faut qu'il vienne, ne serait-ce que pour quelque jours. Sa présence est bénéfique et cela pour nous toutes.

    Je me replonge dans mes souvenirs. Notre retour au couvent fut sinistre. Mya traînait derrière nous, rechignant à rentrer. Je la sentais inquiète. Alix, sentant son malaise lui prit doucement le bras. Elle lui glissa un petit mot dont elle seule avec le secret. Je la vis sourire. Pilar aussi traînait, s' arrêtant pour regarder en arrière au moins pour les dix pas. A un moment, me voyant m'arrêter à sa hauteur, elle me dit doucement, de son doux accent roulant.

    «*Je n'aime pas ce qui se passe ici. Ce fanatisme, cette peur. Nous sommes toutes divisées alors qu'au contraire, c'est maintenant qu'il faut être toutes ensembles. Et je n'aime pas Thérésa. Elle me fait peur. Elle nous effraie toutes.*»

    Elle se retourna pour contempler une dernière fois le lac. Quand elle me refit face, je vis qu'elle pleurait. Mais elle continua.

    «*Dès que j'en aurai la force, je m'en irai comme Garance. Et je deviendrais aussi libre que vous.*»

    Elle sécha ses larmes d'un coude rageur et se remit en route. Nous arrivâmes au couvent à l'heure du repas. Les tables étaient déjà occupées par les deux clans. Nous fumes accueillies par des regards hostiles venant des nouvelles amies d'Eulalie. Celle-ci servait à table et ne nous regardait pas. Mais, lorsqu'elle vint remplir nos assiettes, son hostilité était presque palpable. Garance, faisant semblant de rien lui glissa.

    «*Au fait, je te remercie de t'être contentée de m'assomée.*»

    Eulalie sursauta et lui fit face. Ses yeux luisaient d'une joie malsaine.

    «*Mais voyons Garance, tu sais très bien que tu as rêvé.
    - Bizarre, mais je ne t'ai parlé d'aucun rêve.*», répondit sèchement ma soeur.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #67
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Maxime

    Je n'ai pas encore parlé à Jérémie. Pourtant, je sais que le temps presse. Cette nuit, je l'ai entendu. Un cri strident, à la limite de l'audible. Ce n'est ni un homme ni un animal. Mais suis-je le seul à l'avoir entendu ? Est-ce seulement dans mon imagination ? Deviendrais-je fou ? Nous sommes tous passés si près de la folie. Coraline …

    Je me souviens. Conscients que nous ne pouvions rester avec l'enfant sur les bras, et dans un univers dangereux de surcroît. Coraline avait trouvé la solution adéquate : le ramener à l'école. Là, le maître l'identifierait sûrement et le ramènerait sans mal à ses proches.

    Le gamin, apprenant la nouvelle, alors que l'on pensait qu'il serait impatient de retrouver sa mère se mit à hurler sans qu'on puisse l'arrêter, victime d'une immense panique. Il voulut même s'enfuir mais Coraline beaucoup plus prompte que nous l'attrapa sous son bras et le ramena à l'intérieur, criant, gesticulant et essayant de la mordre. Elle tint bon. Elle le serra jusqu'à ce qu'il ait retrouvé son calme. Je la regardai interdit. Ses cheveux s'échappant de sa queue de cheval en bataille, ses grands yeux écarquillés elle ressemblait à une sorcière folle essayant d'enlever un enfant. Elle semblait déterminée. Et en même temps, la fixité de son regard et son visage très pâle trahissaient une extrême tension. Elle luttait avec l'énergie du désespoir, pour ne pas céder à la panique. Un rien aurait pu l'ébranler et la faire basculer dans la folie. Elle maintint l'enfant contre elle, alors qu'il lardait ses tibias de coups de pieds. Elle ne semblait pas sentir la douleur. Puis, tout doucement, elle lui souffla : «*Tu peux toujours essayer de me frapper, je ne te lâcherai pas jusqu'à ce que tu te calmes. Alors, je te poserai, et on pourra parler, d'accord ?*» Il y avait dans sa voix un soupçon de colère, mais j'y surpris aussi une certaine ironie et surtout de la douceur. Mais tout comme moi, le petit comprit qu'elle se montrerait inflexible. Il cessa donc de se débattre. Elle le lâcha et s'accroupit en face de lui.

    «*Je sais que tu as peur. , finit-elle par dire quand le calme fut revenu, et tu sais, moi aussi. Mais honnêtement, je pense que tu risques plus en restant ici qu'en retournant chez toi. Tu as bien vu hier ce qui s'est passé. Ils reviendront, j'en suis sûre. En plus, tu retourneras à l'école le temps que l'on retrouve tes parents. Ensuite, tu rentreras chez toi. Et ils te laisseront tranquille. Je te le promets. Alors, tout à l'heure, nous irons tous ensemble là-bas. Et si tu traînes ou que tu t'enfuies de nouveau je te laisse seule ici, d'accord ?*»

    L'enfant hocha la tête. Elle lui sourit.

    Une heure plus tard, nous étions en route pour l'école. D'ordinaire, quand nous passions à coté, la cour de récréation résonnait de cris et de rires d'enfants. Aujourd'hui, l'absence de vie était criante. Les enfants s'étaient rassemblés dans un coin. Ils chuchotaient avec animation. A notre approche, ils se tournèrent vers nous. Leurs regards hostiles regorgeaient d'une perversité malsaine. Ils pesèrent tant sur nous que je sentis l'angoisse raidir mes membres et une sueur glacée couler le long de ma nuque. Coraline attrapa la main de Jérémie et ne la lâchait pas. Heureusement, le curé, sans doute heureux de mettre un peu de distance entre lui et ses agneaux accourut à notre rencontre. Il avisa très vite le petit garçon.

    «*Oh, mais Gabriel, tu es là ? Tu sais que ta maman t'a cherché partout. Allez, vas jouer avec les autres. Tes amis et moi avons des choses à nous dire.*»

    Le dénommé Gabriel hésitant se tourna vers Coraline qui hocha doucement la tête. Je l'entendis chuchuter.

    «*Nous ne sommes pas loin*»

    Peu rassuré, il s'éloigna un peu. Très vite, les enfants coururent vers lui comme pour de joyeuses retrouvailles et firent un cercle autour de lui. Il jeta vers nous un regard désespéré. Coraline secoua la tête, ce qui eut l'air de le rassurer un peu. Le curé, prenant la parole nous détourna partiellement de lui.

    «*Ils sont étranges, n'est-ce pas ? Gentils mais étranges. Toujours à se regarder les uns les autres comme s'ils avaient peur. Comme s'ils cachaient un secret. Pour ce qui est du petit Gabriel, ils habitent la maison en face de l'église. Je le raccompagnerai quand la classe sera terminée. Pour le moment, je n'ose pas les laisser seuls ni même laisser quelqu'un d'autre avec eux. Un pressentiment ...*»

    Nous fûmes interrompus par un faible cri. Le cercle s'était refermé autour de l'enfant. Un cercle si compacte que nous ne le voyions plus. Coraline, sans crier gare s'interposa au milieu, jouant des coudes, les bousculant de bourrades qui n'avaient rien de douces. Elle fut rapidement au beau milieu du cercle. Elle nous dit plus tard que l'un des enfants avait ses mains autour du cou de Gabriel comme s'il s'apprêtait à l'étrangler. Son sang n'avait fait qu'un tour. Elle avait attrapé l'écolier par les cheveux jusqu'à ce qu'il lâche prise et l'avait giflé. Elle était maintenant au milieu d'entre eux. Ils l'observaient sans bouger, les yeux chargés de haine. Elle les observait, le visage impassible, un étrange sourire sur le visage. Je l'entendis murmurer.

    «*Maintenant, on joue plus. Sinon, c'est moi qui vais jouer avec vous. Et je suis très bonne à ce jeu là, croyez-moi.*»

    Ils reculèrent de quelques pas. Elle prit Gabriel par la main et le tira à l'écart. Elle était presque revenue à notre hauteur quand un des enfants – je ne sus jamais lequel – lui cria :

    «*Tu le paieras de ta vie.*»

    Elle tressaillit mais ne se retourna pas.

    «*C'est ce qu'on verra*», finit-elle par dire à haute et intelligible voix.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #68
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Garance

    Les souvenirs affluent. Je ne peux plus les retenir. Jours après jours, je les revis.

    Nous revenons au couvent. Plus personne ne parle. Les différentes tablées s'affrontent du regard. Pilar et Eulalie surtout. Je sens que leur amitié est brisée à jamais.

    Durant la nuit, une caresse sur la joue me réveille. Alix. La lumière éclaire faiblement son visage. Elle me sourit.

    «*Viens voir, il neige*»

    Je sors du lit et sa main prend la mienne. Nous allons à la fenêtre. Et là, je vois. A la lumière des torches qui éclairent la ville, je les vois. Il y en a des centaines, peut-être plus. Arrachées aux arbres par un vent mugissant et glacé, des feuilles tourbillonnent. Un observateur aurait pu les prendre pour de gros flocons de neiges. Neige brune et difforme. Peu reposante, au contraire. La voir me glace le sang. Je voudrais retourner me blottir sous les draps mais Alix me retient par la main.

    «*Louison voulait aussi que je te montre autre chose.*»

    Je sursaute en entendant le nom de notre soeur morte. Je pense à Coraline. Quelle réaction aurait-elle eu en entendant évoquer sa soeur ? Je n'ose pas y penser. Alix ne semble pas se formaliser, ni réfléchir aux paroles qu'elle prononce. Elle sait autant que moi que notre soeur nous a quittés. Mais d'un autre coté, comme nous le savons toutes, elle n'est pas de ce monde. Ou plutôt, elle voit au delà du nôtre.

    Elle passe devant moi d'un pas tranquille et me conduit jusqu'aux latrines. J'ai peur de ce que je vais voir. Elle s'arrête face au mur et se penche.

    «*Louison m'a dit qu'il y avait un chemin*»

    Elle s'accroupit et tâtonne sur le mur. Une brique recule sous sa main. Et bientôt, tout un pan de mur pivote. Alix se retourne vers moi avec un sourire. Elle sait que j'ai passé tant de temps à chercher le passage.

    Elle se détourne et commence à avancer dans le tunnel. Je la suis en silence. Pas besoin de mots. Comme précédemment, mes pas me conduisent vers le bureau de la mère supérieure. A travers la porte fermée, nous entendons des voix. Une voix de femme et une voix d'homme. Je ne les reconnais pas. Elles résonnent dans l'espace silencieux.

    La femme : «*Pensez vous que ce soit une solution ?
    L'homme : Je crois que vous n'avez pas le choix. Il faut sauver leurs âmes. Et quelques béatifications ne peuvent que faire du bien à votre couvent. Bientôt, on ne parlera plus que de vos mystiques disparues. Encore quelques sacrifices et ...*»

    Je ne pus en supporter d'avantage. Il fallait que je voie. Que je mette un visage sur ces voix qui nous voulaient du mal. Alors qu'Alix me fait signe de ne pas bouger, j'entrouvre tout doucement la porte.

    L'homme se tient en face de moi. Je ne le connais pas. Mais dans ma tête, plusieurs zones d'ombre s'éclaircissent. Les sourcils de l'homme se soulèvent.

    «*On nous espionne.*»

    Il avance vers la porte mais Alix et moi avons déjà tourné les talons. Aussi vite que nous le pouvons, nous traversons le couloir et sautons dans notre lit.

    C'est à partir de ce moment là que nous avions atteint le point de basculement.
    Dernière modification par Althéa ; 06/11/2009 à 20h41.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #69
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Journal de Coraline

    Ecrire. Me voici encore ici. Peu à peu, j'ai l'impression de perdre la raison. Est-ce simplement dû au fait que je n'arrive plus à dormir ? Je m'achemine inéluctablement vers un point de non retour. Mais il me semble que plus je m'éloigne, plus je sens sa présence.

    Cette nuit, je suis sortie marcher le long du Rhône. Un brouillard épais courait sur le fleuve et sur le chemin. Un croissant de lune transperçait par instants les nuées. Tout était tellement irréel. Et, l'espace de quelques instants, je l'ai vue marcher à quelques pas de moi. Drapée dans les contours indistincts d'une cape. Mais je savais que c'était-elle. Qui d'autre ? J'aurais reconnu son pas entre mille! Quand j'ai tenté de presser le pas pour la rejoindre, elle avait disparu. Peut-être est-elle venue me chercher ou simplement parler avec toi. Mais j'ai beau ouvrir mes yeux et mes oreilles, je suis aveugle et sourde.

    Louison, ma part de lumière, à moi qui ne suis qu'ombre. Ton souvenir a été ma lumière dans mes instants les plus sombres. Mon seul garde-fou. Tu as été là quand j'ai crû ma fin proche. Peut-être est-ce toi qui m'a envoyé Jérémie.

    Cette nuit … La nuit ayant suivi l'épisode de l'école, je restai dans la cuisine, incapable de dormir. Je m'attendais à ce que les enfants me rendent une dernière visite. Jérémie et Maxime avaient voulu veiller avec moi mais trouvant leur présence était plus pesante qu'appaisante, je les priai de me laisser. Aussi scrutais-je les ombres de la rue sans jamais voir personne. Les heures passèrent, vides de sens. Assise dans un fauteuil, enroulée dans une couverture, je restai immobile, tentant d'attendre la mort avec sérénité. Je savais que cette fois, je n'aurais aucune chance. J'espérais juste que ce soit rapide et que je ne souffrirai pas trop.

    Mais à sa place vient Jérémie. Lui non plus n'arrivait pas à trouver le sommeil. Il vint s'asseoir sur l' accoudoir, sans prononcer un mot. Nous restâmes un long moment immobiles et muets. Puis, au bout d'un moment, je sentis sa main posée sur mon épaule. Comme je levai la tête vers lui, pensant qu'il s'agissait d'une maladresse, je le vis me sourire. Un sourire doux et franc, dont lui seul avait le secret. Sans trop savoir pourquoi, j'eus envie de me blottir dans ses bras. Pas un élan de tendresse, juste un besoin. Tout comme le reste. Il m'embrassa. Pour ce qui est du reste …

    Je voulais être aimée au moins une fois ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #70
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350

    Re : [Histoire] Scribouillon policier 2

    Jérémie,

    Je vous écris pour vous donner des nouvelles de Coraline. A son insu, bien entendu.

    Nous l'avons retrouvée hier matin, gisant inconsciente dans l'atelier. Brûlante de fièvre et la respiration oppressée. Nous l'avons donc conduite chez le médecin. Elle est restée délirante durant toute une journée, criant votre nom. Ce n'est que ce matin que la fièvre est retombée et que sa respiration est redevenue normale. Elle est faible et fatiguée.

    Nous pensons qu'elle ne se rétablira que si vous êtes près d'elle. Elle ne l'avouera jamais mais elle a besoin de vous. Je ne crois pas me tromper en disant qu'elle vous aime.

    Nous attendons votre venue avec impatience

    Amicalement,

    Louann
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Page 3 sur 3 PremièrePremière 123

Discussions similaires

  1. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48
  2. Histoire Romantique
    Par Seina dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 38
    Dernier message: 01/11/2004, 22h02
  3. histoire de dragons
    Par Bouliiar dans le forum Idées
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/08/2004, 16h11
  4. Description de l'histoire
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/02/2004, 19h21
  5. L'histoire d'un mélandien
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 10
    Dernier message: 12/09/2003, 21h32

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250