Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

    Salut à tous! J'ai commencé à écrire l'aventure D'Altaîr, un jeune guerrier.Voici un petit récapitulatif:

    Les temps sombres approchent à Nalaran, les plaines du Soleil: des hordes en mouvement vers la grande cité de Danor inquiète les hauts seigneurs qui prennent les armes en recrutant les plus valeureux soldats qu'ils trouvent.Altaîr,un jeune homme dont la vie dans le village de Clair-Bois était paisible, se retrouve plongé avec ses amis dans ce conflit. Il apprendra que toute victoire a un prix, qui est parfois cher. Les tambours résonnent dans les Cols Gelés, et seul Altaîr semble capable de les renvoyer vers leurs terres glaciales...

    Voilà un résumé qui ferait certainement le 4eme de couverture
    Je vous post le prologue et je suis en train d'écrire le chapitre 1. Bonne lecture! et mettez vos avis, je n'ai que 15 ans et donc toute les remarques sont bienvenues!!
    P.S: Mes héros ne sont pas immortel, donc ne vous étonnez pas si la mort les guettent souvent, car une simple flèche peut faire tomber le plus grand des héros...

    ------------- Message complété par l'auteur -------------
    Les Conflits de Glace:
    I-La guerre du col gelé






    Prologue:




    Altaîr était seul. Personne ne viendrait le sauver cette fois ci. Les cris de gobelins résonnaient dans le col. Les flèches pointaient sur lui. Il allait mourir et on l'oublierai ,le comptant parmi les maintes victimes de cette bataille. Il lâcha son épée,qui tomba sans bruit dans la neige, et s'agenouilla de fatigue. Il souhaitait maintenant mourir ,et rapidement. Les arcs décochèrent leurs projectiles qui fonçaient sur Altaîr. La neige devint rouge, et sa vue devint flou,les échos des cris de victoire des gobelins se faisait entendre. Il regarda son torse, et il vit plusieurs flèches ensanglantées. Il s'écroula,en pensant a ses amis, qu'il connaissait depuis ses débuts dans l'art de la guerre et la libération du pays des hordes d' orcs, de gobelins et des gobelours...Des cris d'hommes se firent entendre et les gobelins commençaient à se mettre en formation de phalange, qui était d'ailleurs très grossière. Un gobelin, qui semblait être le chef, chevauchait un loup blanc comme la neige. Sa lance pointa sur le rassemblement d'hommes, mais les gobelins était déjà éparpiller sur le champ de bataille. La neige empêchait Altaîr de bouger,et des hommes le soulevèrent, l'emmenant dans un endroit plus sûr pour lui appliquer les premiers secours. Il était très mal en point,sa peau était pâle et ses blessures étaient sérieuses. Un prêtre pria Elia, la déesse de la vie, pour panser les blessures du jeune guerrier à l'agonie. Une lumière bleu apparut sur les plaies qui se refermaient à vue d'œil. Eliodan, le prêtre qui avait appliquer les soins, remercia la déesse pour son aide et souleva doucement la tête de son compagnon,qui reprenait peu à peu ses esprits:
    «-Tu a bien failli y passer cette fois,mais les gobelins ne sont pas discret,nous avons pus entendre leurs cris avant de décocher toute ces flèches. J'ai demander à Edgar de prendre un bataillon d'infanterie et nous avons couru à ton aide. Ce commandant est arrogant, mais il a su faire ce qu'il fallait.
    -Merci... Eliodan,comment vont les autres...désolé de vous avoir emmener dans toute cette pagaille...
    -Les autres sont en sécurité, mais Nalia est parti à ta recherche et j'ai peur qu'elle ne soit tomber dans une embuscade. Je vais aller la chercher avec les autres. Toi, reste ici et repose toi. »
    La nuit commençait à tomber et Eliodan parti vers le camp de réfugié. Altaîr n'avait pas la conscience tranquille. Il pensait à Nalia,elle est en danger à cause de lui. Il a mené ses compagnons à une mort qu'ils ne méritaient sûrement pas. Elle devrait avoir un mari, des enfants, habiter dans la campagne de Clair-Bois, et ne pas avoir à endurer tant de souffrances et vivre dans la guerre, Quand il revit un visage très familier...
    « -Te revoilà enfin...dit le nouveau venu,avec un grognement enragé...

    ***

    « -Altaîr! »
    Nalia essayait de marcher a travers la neige qui lui montait jusqu'au genoux. Elle utilisa un sort de cercle de feu afin de fondre la neige et de passer librement. Elle l'imaginait couvert de blessures graves,suppliant qu'on l'achève. Des larmes coulaient sur sa joue pâle. Son meilleur ami était seul et avait besoin d'aide...Un grognement la ramena sur terre: Un loup noir avançait lentement vers elle,en grognant. Il était bien plus grand que les loups normaux,noir, les dents jaunes et acérées,les griffes aiguisées,prêt a tuer rapidement sa proie. Nalia mit sa main en face d'eux. Une bulle rouge se forma autour d'elle,et elle commença à croiser ses mains. Des mots de pouvoir sortit de sa bouche:
    « -Inceltes Potia Impiero! »
    La neige se rassembla pour former de la glace et des pointes foncèrent vers le loup, qui les esquiva sur le coté. Mais il ne s'attendait pas a ce que les pattes se figèrent dans la glace. Un jappement s'échappa de la mâchoire du loup surpris,et la glace commença a le recouvrir. En quelques secondes, il ne restait qu'un bloc de glace. Elle couru à travers la neige jusqu'à se trouver en haut d'une falaise,ou elle vit un spectacle qui la terrifia :Altaîr seul,devant une division de gobelins,prêt à être exécuter... Elle hurla mais sa voix ne semblait pas l'atteindre. Alors elle vit l'armée d' Eliodan séparer les gobelins et Altaîr partir aux soins d'urgences...Elle descendit sur le côtés, brûlant quelques gobelins autour d'elle. Altaîr se trouvait à l'autre bout du champ de bataille, et elle devait le passer sans se faire remarquer par les gobelins, qui la tueraient assez facilement dans l'état ou elle est:Son combat contre le loup l'avait épuisé. Elle trouva Zerthan qui la couvrait avec son arc. Elle rejoignit Altaîr,quand elle le vit, étrangler par un gobelours. Ce gobelours, elle le connaissait: C'était Grakan , le chef de l'armée. Une flèche qui frôla son œil lui fit lâcher Altaîr, qui se traina péniblement avec son épée vers Nalia et Zerthan ,avec Eliodan qui les avaient rejoint...Le groupe était prêt à mourir pour la liberté...Levant son épée, Altaîr chargea le premier.
    Dernière modification par Rhonin ; 12/06/2009 à 17h11. Motif: Fusion automatique du multi-post

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Re : [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

    PS: Je post la suite dès que j'aurai assez écrit :P








    Chapitre I:Une dernière fois...

    « -Altaîr!Viens voir par ici! »
    Du coin de l'arbre,un visage masqué par une capuche sourit. Il se leva et alla voir son interlocuteur, qui était l'une des seules personnes à pouvoir le trouver ici. Cette personne était Zerthan. Zerthan était un jeune homme aux yeux marrons,comme la plupart des personnes,cheveux noir,court avec une barbichette au menton. Depuis tout petit, il s'amusait à entrer discrètement dans les granges et à voler des pommes,qu'il partageait volontiers avec ses amis. Il tenait un papier, qui ressemblait à une invitation. Le papier était froissé, abimé par le manque d'entretien de son ancien propriétaire,car, Zerthan s'était sûrement introduit chez quelqu'un,vu son regard fier et heureux. Altaîr ne put éviter qu'un grand sourire apparaisse: il aimait le manque de maturité de son ami,qui évitait volontier les tâches ménagères en s'expliquant avec des histoires sans dessus-dessous,ce qui faisait pleurer de rire ses amis,et hurler de rage les habitant de Clair-Bois,mais sa gentillesse leurs a vite fait oublier les problèmes occasionnés. Il agitait le papier dans tous les sens le temps qu' Altaîr arrive devant lui.
    " -Qu'est ce que tu est encore allé voler?
    -Je n'ai rien volé,Nalia à laisser un parchemin devant chez moi: c'est une invitation pour son examen final
    -Tu as raison,allons y!".

    La forêt était illuminée par des halos de lumière qui perçaient les feuillages denses. Des barrières de bois s'étalaient aux bords des routes,et le petit chemin de terre qui servait de route n'étaient pas très droit. Les villageois ne s'occupaient pas des routes,préférant préserver le côté naturel de la campagne aux routes pavés incessantes des grandes cités. Des fleurs poussaient ici et là et donnaient au village un aspect coloré qui avec l'eau et le soleil faisait rêver. Les gens étaient respectueux envers eux mêmes, mais ils n'aimaient pas trop voir la milice du roi passer dans le village, car cela voulait sans doute dire que des choses se trame dans la région. La taverne était un point de rendez-vous fréquent car les soldats passaient se restaurer et se reposer avant de repartir à leur poste,et donnaient les nouvelles des grandes cités. Le village se situait dans les plaines du Soleil, en elfique : « Nalaran »,car selon les légendes,Les hauts rois elfes ont repoussé les démons dans ces plaines, qui n'étaient qu'alors des terres désolées. Elia répondit à leurs appels et perça les nuages grâce à la lumière du soleil. Les démons devenaient ainsi aveugles et les elfes ont réussi à percer leurs rangs. Ces derniers ont ensuite laissés les humains s'installer dans ces plaines, et ils fondèrent la grande cité de Danor, qui est aujourd'hui le siège parlementaire pour les relations diplomates des hommes et des elfes. La cité humaine à repris le nom du Haut roi elfe en hommage à son sacrifice lors de la libération des plaines du soleil. Les colons sont partis ensuite aux alentours et le village de Clair-Bois à ainsi été crée. Le village est à l'ouest de Danor et au pied de montagnes ou de vielles légendes font mention de civilisations disparues et de grandes batailles. Derrière ces montagnes se trouvait les Landes enneigées,ou la plupart des races connus n'étaient pas présente. Seule la mort y habitait, mais les rumeurs font mention de personnes et de créatures qui ont su s'adapter au climat froid et agressif des landes. Ces rumeurs venaient souvent d'aventurier ivres qui s'arrêtaient à la taverne,mais Altaîr ne savait pas quoi penser, imaginant que ces rumeurs était des illusions suite à l'alcool.

    Ils descendaient maintenant une pente qui n'était pas très basse. La brise releva la capuche d' Altaîr et lui caressait le visage. Il aimait son village, ou les habitants vivaient dans la joie et la tranquillité. La route devint droite, et les maisons des habitants commençaient à apparaître au bout du chemin .Le chemin menait au centre du village,qui possédait une rivière qui passait par ce centre. L'eau était pure et sortait des cavernes du côté de la montagne. Un pont traversait la rivière,avec un chêne sur le côté gauche du pont. La mairie, l'église et l'école de magie se trouvaient à la grande place, avec les marchands et tout autre bâtiments importants pour l'économie et l'instruction du village. La cloche de l'église sonnait les deux heures de l'après midi.

    On pouvait entendre des échos de discussions,de sortilèges sortirent de l'école de magie. Le bâtiment qui servait de salle d'apprentissage était en pierre,et ressemblait étrangement à l'église. Mais la pierre était grise,et les vitraux assez peu colorés:Il y en avait 2 rangées de quatre : Rouge , vert , bleu et jaune .L'intérieur était plutôt grand, une soixantaine de mètre carré environ. Une allée perçait les deux rangées de tables,et laissait ensuite un peu d'espace pour la pratique des sorts. Un grand bureau faisait face aux deux rangées et au terrain d'entrainement, c'était certainement celui du professeur. Des allées d'étagères s'étalaient contre les murs latéraux,en dessous des vitraux. Elles débordaient de parchemins et de livres,certains étaient en piles devant les livres qui étaient rangés,surement dus aux élèves peu soigneux qui étudiait assez peu et ne s'occupaient pas de ranger correctement,considérant cela comme une besogne. Une porte en bois clouté se trouvait sur la gauche du bureau du professeur, et menait vers la cour.

    Des élèves discutaient entre eux, mais une jeune fille se tenaient à l'écart avec le professeur qui demanda tout de suite le silence. Le professeur se nommant Gandrin,lança un sort de mutisme à deux élèves qui continuaient de parler. Les autres éclatèrent de rire en les voyant sursauter de surprise. Gandrin leva son bâton et un éclair jaillit dans le ciel. Les élèves se calmèrent à l'instant et Gandrin commença à parler:
    « -Aujourd'hui certains élèves passent les test pour passer au rang de mage. Veuillez les respecter dans ces moments difficiles! ,Sa voix résonnait dans la tête de tout les élèves, sauf celle de la fille qui se tenait à ses côtés,Nalia va passer l'examen maintenant. »

    Nalia était une jeune fille brune aux yeux bleus. Elle portait sur elle une robe bleu,qui portait des motifs runiques au bout des manches. Elle avait une ceinture de cuir qui transportait une dague et un étui à parchemin. Elle avait la vingtaine, comme Altaîr et Zerthan, mais elle était plus mature que ses amis. Son entrainement l'à poussé à rester sérieuse dans n'importe quelles situations. Mais elle restait douce et joyeuse en compagnie d' Altaîr et de ses amis. Elle était assez mince et avait une taille normale, comme la plupart des jeunes femmes du village.

    Elle regarda Gandrin qui lui donna le feu vert: Il prononça une incantation ,puis fit un cercle autour de Nalia: Là ou son doigt passait,des flammes jaillirent du sol. Puis il croisa les mains et une lueur violette en jaillit. Un cercle avec des marques se forma devant Nalia, qui se tenait prêt à l'attaque. Une araignée géante commençait à se former sur le cercle de puissance, et Nalia recula de surprise. Elle s'attendait à une invocation, mais pas de ce niveau là. Elle voulut lancer un sort mais l'une des pattes de l'araignée se jetait sur elle. Un bond en arrière lui fit éviter l'énorme patte velue. L'araignée poussa un cri strident d'énervement qui tétanisait à présent Nalia: Que pouvait elle contre une créature aussi rapide et agile qu'une araignée? Sa main fit une bande entre elle et l'araignée. Un mur de pierre se formait depuis le sol entre la créature et la magicienne. Elle espérait être en sureté au moins un instant mais un fil de toile toucha son pied et la fit revenir sur terre. L'araignée allait franchir le mur et attaquer de nouveau. Le fil s'enroula autour de sa cheville,et l'empêchait de bouger. Elle récita une formule rapidement et de l'acide se projeta de ses mains. L'acide tomba sur l'araignée qui poussait maintenant un cri de douleur. Nalia forma une boule de feu de ses mains et l'envoya. L'acide s'embrasa et l'araignée ne put que pousser un cri d'agonie. Elle entendit ensuite des échos,et sombra dans l'inconscience: utiliser tant de sorts pour un apprenti était extrêmement fatiguant. Elle ferma les yeux et poussa un soupir...
    ***
    Gandrin ne put masquer un sourire en voyant Nalia s'écrouler. Il entama un nouveau rituel d'incantation et des portes jaillirent aux quatre coins de l'arène. Deux orques sortaient de chaque porte, et s'approchaient dangereusement de la jeune femme inconsciente...

    ***
    Altaîr et Zerthan n'en croyaient pas leurs yeux:Gandrin savait que Nalia était inconsciente mais il continuait à invoquer des créatures. Les 8 orques s'approchaient dangereusement de Nalia, elle si ils ne faisaient rien, ils verraient leur ami mourir d'une manière sans doute atroce: les orques prenaient plaisir à torturer les victimes impuissantes avant de les tuer. Le groupe orque était constitué de trois épéistes, deux guerriers équipées de hache à deux mains, deux lancier et un orque mystérieux caché par une peau de loup . Altaîr regarda autour de lui: il lui fallait une arme, et vite. Il vit sur une longue table rectangulaire un groupe d'aventurier qui parlaient entre eux:leurs armes étaient posées sur la table. Il y avait une épée, deux dagues et un arc. Il fit signe à Zerthan qui courut vers la table et sauta sur cette dernière. Les aventuriers furent étonnés de voir leurs chopes voler en l'air et Zerthan vola les deux dagues et l'épée.

    « -Je vous les rendraient! » cria t-il.
    Il lança l'épée à Altaîr qui sauta au dessus du mur de flamme à partir d'une barrière en bois. Zerthan arriva quelques secondes plus tard; après avoir fait tomber un tonneau d'eau sur une partie du mur de flamme et s'était ouvert un chemin, la partie du mur n'étant maintenant que de la vapeur d'eau. Il jeta sa cape qui maintenant, était trempé par les vapeurs bouillantes, et fonça sur l'un des orques. D'un geste vif, la dague passa en travers de la gorge de la créature, qui mourut rapidement. Altaîr était dans un coin , entre le mur de feu et deux orques .Il ne pouvait s'échapper. L'un deux chargea, et se prit le pied du jeune homme dans la tête. Le deuxième fit de grands moulinets avec sa hache, et chargea à son tour. Il voulu trancher Altaîr en deux avec un coup latéral, mais le guerrier fit un bond sur la gauche. La hache fit une entaille au bras droit d' Altaîr , qui proféra un juron et s'écrasa au sol. Alors que le guerrier orque allait l'achever, une lame lui sortit du ventre: une lame courte et légèrement courbée. L'orque s' effondra dans un spasme de douleur, et Zerthan apparut derrière lui. Altaîr lança son épée qui empala l'orque qui venait de se relever. Il pressa son pied contre la poitrine de l'orque et reprit son épée. L'un des orques était vêtu d'une peau de loup, et avait des défenses, ainsi que des motifs peint sur son visage et son torse. Il avait un bâton sur lequel pendait un crane relié à une chaine, et il s'en servait pour frapper au visage. Il cachait le haut de son visage avec la tête du loup. Il semblait qu'il était un chaman Il prononça des paroles orques, et leva son bâton qui commençait à avoir une aura noir de plus en plus épaisse. Les deux compagnons chargèrent vers les 3 épéistes orques, quand le chaman frappa le sol avec le bâton:Une onde heurta les attaquants qui tombèrent à la renverse. Zerthan bondit et aidait maintenant Altaîr à se lever. Le mage traversa les flammes et murmurait un mot:Le chaman et ses frères d'armes devinrent de plus en plus transparent, avant de disparaître complètement . Les flammes rentrèrent sous terre, mais Nalia ne se relevait pas...
    Altaîr courait vers l'église voir le prêtre, avec Nalia dans ses bras. Zerthan le suivait de près, après avoir sermonner Gandrin, qui leur demanda alors de le voir dans l'école après leurs passage à l'église. Zerthan passa devant Altaîr et poussa l'une des grandes portes renforcées , ou l'on pouvait voir une jeune femme elfe gravée sur le bois.

    En entrant , il se couvrit les yeux avec sa cape, car la salle rayonnait de lumière, le plafond était constitué de grandes vitres, qui laissait baigner les rayons du soleil dans la salle. Des trous dans les murs permettaient l'aération de l'église, car les rayons du soleil pouvait faire une canicule dans la salle à eux seuls, et il serait donc insupportable de venir prier dans cette chaleur. On pouvait voir des orbes lumineux tournoyer à l'intérieur de la chapelle, avant de revenir vers la statue d' Elia combattant le dieu des ombres, Krainor, représenté en humain avec une épée à deux main et une armure lourde. On pouvait aussi remarquer que son visage était défiguré: il y avait la face gauche de son visage dénue de peau et de muscle,dévoilant ainsi un crâne d'on l'œil n'était qu'une lueur. Sur le socle de cette représentation, il y avait les autres dieux du côté de leur alliés: Alogir, dieu du givre et maître des landes gelées, et Neckar , le géant de feu qui domine le monde souterrain se tenaient au côté de Krainor. Altaîr ne put voir les autres, car du fond de la chapelle, Eliodan arrivait en pressant le pas. Il fit signe à Altaîr d'amener Nalia dans la salle de soins. Il l'à posa délicatement, et laissa Eliodan faire son travail. Le prêtre se mit à genou et ferma les yeux. Nos deux combattants l'entendaient chuchoter, mais ils ne pouvaient pas comprendre le langage des prêtres. Puis après quelques secondes d'incantation, Eliodan se releva et ouvrit les yeux, qui étaient à présent éclairé en bleu. Il put examiner les organes internes de Nalia sans faire la moindre opération. Après quelques minutes, il revint vers les deux guerriers avec un sourire:
    « - Elle va bien, la fatigue l'a fait perdre connaissance. Une bonne journée de repos et elle ira beaucoup mieux! ».
    Altaîr et Zerthan décidèrent de rester dans le temple en attendant son réveil.
    ***
    Le jour fit place à la nuit, et Altaîr n'arrivait pas à dormir: Il se posait des questions. Pourquoi Gandrin voudrait faire du mal à Nalia? Pourquoi avoir invoqué des orques alors qu'elle était inconsciente? Mais une bruit le ramena à la réalité: Quelqu'un entrait... Altaîr sortit son épée du fourreau et se retourna rapidement devant l'ombre qui s'approchait. La lumière ne parvenait pas à montrer le visage de cet homme, mais il retira tout de suite sa capuche et leva une main en signe de paix. Cet homme, c'était Gandrin. Altaîr pointa l'épée en direction du mage, prêt à bondir à la moindre tentative de ce dernier. Il était déchiré à l'idée qu'un maître puisse vouloir du mal à son élève, alors que Nalia travaillait dur afin d'arriver à ce résultat. Sa main tremblait nerveusement, et l'envie de tailler le mage ne lui déplaisait pas vraiment. Mais les yeux du mage devinrent bleu ,et une onde dévala la chapelle. Les lumières furent repoussées , les bancs étaient envoyés sur les côtés, et l'épée vola de la main d' Altaîr. Le mage prit enfin un air neutre, et commença à parler:
    « -Est ce qu'elle va bien? Demanda le mage, l'air inquiet . Altaîr resta malgré tout sur ses gardes...
    -Elle irait bien si vous ne l'aviez pas fait combattre un ennemi si puissant! C'est encore une apprentie! Mais le mage gardait l'air inquiet, et n'avait pas l'air de culpabiliser pour ce combat dont l'issue était certaine: une invocation peut tuer un homme, mais elle est en général moins puissante que la créature qu'elle représente,car la magie ne permet pas de recopier totalement les caractéristiques d'un être vivant: ainsi, un troll invoqué frappera moins fort qu'un vrai troll.
    -Vous n'aviez donc pas compris, reprit le mage.Je n'ai pas voulu la tester , mais je voulais VOUS tester, toi et ton ami. Je crains que votre vie tranquille ne touche à sa fin, car vous partez demain. Altaîr comprenait mieux à présent: le mage n'avait utilisé Nalia pour les pousser à se battre contre des ennemis. Et apparemment, Gandrin n'a pas été déçu. Il savait qu'ils n'étaient pas invincible:le combat l'avait bien montré. Mais ils étaient assez intelligent pour se battre côte à côte et veiller l'un sur l'autre...
    -Comment va ton bras? Reprit le mage...
    -Il va bien, Eliodan est un bon prêtre, répondit nonchalamment Altaîr
    -Je vais t'expliquer pourquoi vous devez partir. Comme tu le sais , le dieu de la mort à été banni par Elia dans les landes enneigés, afin qu'il ne puisse plus répandre le mal sur nos terres. Mais il y à eu de récentes attaques près des montagnes, et la grande cité de Danor commence à s'inquiéter. Je pense évidemment que tu ne veux pas être recruter dans le groupe des sentinelles. Tu vas donc porter un message au Seigneur Gurnav . Tu lui donneras cette lettre. Ne pars pas seul, car les hommes du dieu de la mort sont partout... » Mais Altaîr ne l'écoutait plus à présent. Les sentinelles existaient donc vraiment? Ces hommes et ces femmes qui, dans l'ordre secret du roi Danor ont chassés et repoussés les hordes du Seigneur de la mort jusqu'à aujourd'hui. Les légendes font souvent mention d'hommes et de femmes qui excellent au combat. Ils étaient mortel au corps à corps mais savaient aussi manier la magie avec aisance. Cette lignée de guerrier commençait hélas à disparaître, ce qui encourageaient les monstres à revenir dans les terres de l'est. A ce moment précis, Zerthan entra dans la pièce , l'air fatigué et énervé:
    « -Si les guerriers partent demain, peuvent-ils dormir? » Demanda t-il au mage. Gandrin approuva cette demande et leur donna rendez vous le lendemain à l'aube devant la place du village...
    ***
    Altaîr ne trouvait toujours pas le sommeil: Toute son enfance était ici, dans le village de Clair-Bois. Il sortit afin de revisiter le village qu'il connaissait tant, car demain, il ne le reverrait peut être plus.
    « -Une dernière fois » pensa t-il...

    Dernière modification par Rhonin ; 23/09/2009 à 13h07. Motif: beurk, des fautes à la relecture :P

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Re : [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

    Resalut à tous!
    Je vois que mon récit ne vous intéresse pas vraiment... Suis je vraiment un mauvais écrivain? J'ai vraiment essayer de faire une description de certains lieu (l'église et l'école de magie entre autre), et la personnalité des personnages apparaitra plus tard.

    Le prologue n'est pas le début: à la fin il y a un retour en arrière, car vous avez bien deviné, le prologue représente une partie de la bataille des Cols Gelés.Si vous pouviez me donner des avis sr cet extrait , histoire que je gagne un peu d'experience au niveau de ma plume...
    Merci et bonne journée!

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Re : [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

    Voilà le début du tant attendu Chapitre II ! ce n'est qu'un petit extrait, je réfléchi à ce qui pourrait se passer à Danor pendant ce temps Bonne lecture!



    Altaîr se leva tôt le lendemain: l'idée de quitter Clair-Bois l'avait empêchée de dormir. Les rayons de l'aube ne pointaient pas encore à travers le plafond vitré de l'église, mais on pouvait apercevoir un ciel rose qui , lentement, s'éclaircissait. Il alla se rincer le visage à la rivière qui traversait le village, puis il vérifia son équipement: Il ne voulait pas qu'une dague viennent se planter dans son dos. Il avait un plastron en cuir bouilli, une épaulière gauche en cuir, et une épée longue. Une inspection dans son sac à dos l'assura au niveau des provisions: Ils devraient se faire le moins remarquer possible, et la quantité de vivre leur permettraient peut être de faire le voyage sans halte dans une ville ou un village. Il aperçu une carte de la région, avec le trajet à suivre: Ils iront vers l' Est , mais feront un détour au nord : Les éventuels poursuivants, car il s'attendait bien à en avoir, chercheraient à les coincer dans les villes: une pause à l'auberge et votre vie pourrait bien s'arrêter.
    Mais pourquoi ils seraient poursuivi? Ils passeraient facilement pour un groupe de personnes allant en ville s'approvisionner de vivres et d'objets exotiques... Un soupir le tira hors de ses pensées: Nalia venait de se réveiller. Il ne pouvait qu'afficher un grand sourire en allant voir son amie.
    ***
    Nalia se réveillait: elle s'attendait à se trouver dans l'arène, mais elle était dans un matelas confortable, et des orbes de lumières volaient doucement autour d'elle. Ils étaient de couleur bleu, et leurs voix douces résonnaient dans l'église. Puis elle vit Altaîr arriver vers elle en courant. Il sauta dans ses bras, heureux qu'elle aille mieux. Elle avait tant de questions à lui poser, mais elle remarqua Zerthan qui dormait profondément à côté d'eux, et elle n'osa pas le réveiller. Altaîr l'emmena plus loin afin de l'expliquer la situation:
    « -Nalia, je suis désolé de te le dire maintenant , mais je vais partir bientôt avec Zerthan...
    -Attends, que c'est-il passé quand je me suis évanoui? -On est venu te sauver! Dit Altaîr en montrant la cicatrice qu'il avait au bras. Gandrin avait invoqué des orques pour nous voir nous battre. On les a éliminé, sauf quelques uns et un espèce de mage, un chaman je pense... Puis Gandrin les à révoquer et nous t'avons emmener voir Eliodan.
    -Pourquoi vous partez? Demanda Nalia, perplexe...
    -Gandrin nous envoie dans la cité de Danor porter un message au Seigneur Gurnav . Puis il se rappela que le mage l'attendait à la place du village. Viens avec moi! Dit Altaîr en entrainant Nalia par le bras. »

    Le mage attendait effectivement sous le chêne. Il sourit à la vue de Nalia, et retira son capuchon . Altaîr vit des doutes dans son regard, mais il préféra ne pas y faire allusion. Il savait que cette simple « mission » ne serait certainement pas facile, car les serviteurs de Krainor pouvaient être n'importe qui, mais il espérait qu'ils passeront inaperçu durant leurs voyage. Le mage frappa son bâton sur le sol et un cercle mauve apparaissait. Puis Zerthan se matérialisa en l'air, à moitié endormi, s'écrasant sur le sol. Altaîr, Nalia et Gandrin ne pouvaient pas s'empêcher de rire, et Zerthan se releva sur le qui vive, la dague en main et bougonnant... Quand il vit que les ennemis n'étaient que ses amis, il rangea l'arme dans son fourreau, marmonnant un tas d'insultes pour Gandrin. Le mage essaya de reprendre un ton sérieux, puis regarda Nalia, le sourire aux lèvres:

    « -Je vois que vous allez mieux, et cela me réchauffe le cœur. Sachez que je ne l'ai fait que parce que j'y était contraint. Vos deux amis partent dans une heure vers la grande cité de Danor, ou ils porteront un mess...
    -Altaîr me l'a déjà dit, coupa Nalia. Mais que vous le voulez ou non, je viens avec eux! Dit-elle en faisant un clin d'œil à ses compagnons.
    -Je connais votre entêtement, et je ne m'y opposerais pas: Vous aurez besoin d'un mage, la route sera longue et dangereuse... »
    Altaîr serra la poignée de son épée afin de garder courage. La cloche sonnait les 6 heures du matin, et Nalia fila chez elle prendre ses affaires. Zerthan n'avait pas commencé et alla au marché. Mais il ne voyait pas l'ombre se faufiler derrière lui...
    ***
    à suivre
    Dernière modification par Rhonin ; 14/08/2009 à 13h36.

  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Re : [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

    Salut à tous! Après un long moment d'attente (désolé, je suis pas ponctuel :/) je peux vous poster une nouvelle partie du chapitre II! Bonne lecture! Vos avis me sont d'une aide indispensable: je pourrais orienter le récit selon vos critiques. Donc n'hésitez pas!

    Le Commandant Gurnav s'agitait ce matin là : la nouvelle de l'arrivée des caravanes des nomades du Sud avait attiré son attention. Il parcourait rapidement les couloirs du Chateau de Danor, qu'il connaissait depuis son admission à la cour, il y a déjà plusieurs décennies. Cet homme était légèrement plus grand que la moyenne , et portait une armure abimée et rayée, montrant ainsi son expérience dans le combat. Il utilisait une grande épée à deux mains dans les combats en défaveur numérique, ses moulinets étant réputés pour les cadavres qu'elles laissaient...
    Gurnav avait déjà perdu son épée en combat , et gardait donc une épée courte dans son fourreau, sur sa jambe droite. Mais ce qui inquiétait le plus l'ennemi était son talent de commandant: Il avait maintes cicatrices, dont l'une qui allait de ses lèvres au menton, et il possédait un talent oratoire certain. Sa voix a déjà retourné des combats en sa faveur, et ses yeux marrons portaient une lueur de furie guerrière. Il avait les cheveux chatain coupés en brosse, avec une queue de cheval au niveau de la nuque.
    Dans son passé , il a perdu son fils au combat, lors d'une attaque des Halars, des hommes qui sont prisonniers des démons avec qui ils ont fait un pacte. Depuis sa vie ne vaut plus grand chose pour lui, et ses journées ne sont que des répetitions de combats et d'événements.
    On pouvait maintenant voir une grande porte au fond du couloir, et les vitraux laissaient passer la lumière du soleil, qui baignait la pièce et rendait la pierre blanche, comme le voulaient les elfes lors de la construction du fort.Des tableaux de personnages célèbres faisaient leurs apparitions. On voyait , entre autres, Nerius, le mage qui a été l'architecte de ce château.Les remparts de cette forteresse formaient un cercle, avec en son centre le plus grand bastion que le monde des humains ai connu.Trois tours trônaient ensemble sur le fort : une au nord, une au sud-ouest et une dernière au sud-est.

    Les environs de la cité se composent de collines et prairies, avec beaucoup de clairières et de fermes. Loin à l'ouest se trouvait Clair-Bois et les Landes enneigées, avec comme barrière naturelle une chaîne de montagne surnommée "Le dos du Dragon". Au sud du village se trouvait les Terres Noires, une région ou les pierres volcaniques se mettent à voler selon les derniers rapports de la Garde impériale.A l'est des Terres Noires se situe le Désert Venteux, ou vivent les caravanes de nomades. Il y a beaucoup d'autres régions , mais les scientifiques ne les ont jamais toutes rassemblées dans une carte complète, car les archéologues devaient se renseigner sur les faits qui s'y seraient produit avant de pouvoir les nommer et définir leurs frontières...

    Il avançait maintenant dans le hall d'entrée du fort, quand un homme drôlement habillé l'interpella: Il s'agissait du marchand Desmar. Ce dernier mesurait dans le mètre quatre vingt, portait une turbine sur la tête. Personne n'a jamais vu son visage. On ne savait de lui que peu de chose, si ce n'est qu'il à dû se battre maintes fois pour garder ses marchandises dans le désert ... Ses yeux noirs fixaient sans cligner des yeux Gurnav. Une toge grise cachait son corps, mais la garde d'une arme tranchante dépassait de manière volontaire, afin de dissuader les personnes indiscrètes.Sa voix grave tonna et se repercuta dans le hall:
    "-Te voilà , Gurnav! Les nouvelles de mon arrivée sont donc parvenu à toi.
    -Qui n'entendrais pas parler de Desmar et de ses richesses ambulantes? rétorqua Gurnav, le sourire aux lèvres.
    -Cela fait plaisir de te voir. Il y a longtemps que je n'ai pas eu de conversations intéressantes: les mercenaires n'ont pas grand choses à dire.Il se passe beaucoup de choses en dehors des plaines du Soleil, et les embuscades sont de plus en plus fréquentes. J'ai perdu trois hommes durant la nuit dernière: des nains renégats...
    -J'en suis navré, répondit Gurnav en regardant le sol, l'air désemparé.Mais une idée lui fit reprendre son sourire habituel:
    -Il y a une réunion ce soir: viens en parler aux rois des plaines, ils pourront sûrement t'aider!
    -Je te remercie mon ami! Eh bien, fais moi visiter tes quartiers! lança Desmar en tapant l'épaule du commandant."
    Et ils partirent ensemble vers les quartiers du commandant...

    ***

    Zerthan sifflotait en traversant les rues du village, une lyre à la main. "J'ai le temps, et p'is on doit juste donner un message!" se disait-il. La chaleur de la forge le mena devant le fourneau: des lames chauffaient , et le forgeron, un vieux nain, coupait des lanières de cuir. Zerthan se cogna malheureusement la tête sur la cloche de l'entrée, et le nain fit volte-face, surpris:
    "-Qui c'est que voilà? disait-il , l'air méfiant.
    -Personne, juste un gamin qui veut deux trois bricoles, répliqua Zerthan.Le nain s'approcha alors du comptoir , et la main pleine de suie, prenait des modèles d'articles.
    -J'ai pas grand chose, c'est pas dans un village qu'on vend beaucoup d'armes, alors je me suis mis aux feux d'artifices. C'est alors que , près du fourneau, jaillit un missile bleu, qui traversa la pièce rectangulaire et finit dans la cloche. Une série de jurons sortit de la bouche du nain rabougris.Le voleur, un peu géné, regarda alors autour de lui: Une Hache pendait au plafond. Mais en l'essayant, il n,'arrivait pas à la soulever. "Zut! Ca ferait massif, pourtant!" Le nain, riait en regardant les bras du jeune homme: ces derniers étaient aussi plat qu'une baguette de pain. Il essaya alors une épée courbe, mais la lame était tellement grande que ses gestes étaient lourds et lent. Le nain, fatigué de voir tout ces jeunes essayer n'importe quoi, s'exclama alors:
    -Mais tu veux tailler un arbre ou quoi? Je pense avoir ce qu'il te faut: je te l'offre , mais arrête tes assauts ridicules! Il parti pendant quelques minutes, et revint accompagné d'un boucan du tonnerre: il tenait maintenant un coffret en bois.Zerthan l'ouvrit avec précaution et tomba sur deux dagues avec des inscriptions gravées le long des lames. Les poignées en cuir rouge s'accouplaient parfaitement avec ses mains, et les lames était légèrement courbées. Et en essayant ces dagues sur une cible en bois, Zerthan était devenu un félin: Il tourbillonait à une vitesse impressionnante, ses lames touchaient les articulations avec précision. Il accrocha les deux fourreaux à sa ceinture et remerçia le nain:
    "-Ces lames sont magnifiques, que puis-je faire pour vous remerciez?
    -Si tu t'approche du dos du dragon, cherche une grotte: certains de mes ancêtres y vivaient. Ramène moi un des leurs bien.
    -Je vous le promet, disait Zerthan avec sérieux."
    Il sortit de la forge avec sa lyre, et se mit à chantonner en sautillant vers sa maison...

    ***

    Quelques minutes plus tard, Zerthan arrivait chez lui: une petite maisonnette au sommet d'une colline, sur le versant de la montagne.Des nuages gris menaçaient le ciel de leurs éclairs et de la pluie.En entrant,il trouva Altaîr ,qui était en train d'attiser le feu avec des brindilles. Celui-ci lui lança un sourire et une phrase dans le but d'amuser son ami, qui adore les farces et les blagues, surtout quand c'était lui qui les faisaient et les autres qui trinquaient:
    "-Tu joue de mieux en mieux de la lyre! Tu pourrais travailler dans une taverne, tu sais?
    -J'y ai pensé, mais je serais pas assez bien payé pour mon talent, ajouta Zerthan en riant.
    -Tu est prêt à partir? les nuages grondent dehors...
    -Il me faut juste le destrier et... mais un vase tomba. Les deux compagnons se tournèrent vers la sortie, les armes en main.
    -Viens avec moi, j'ai ton cheval! dit Altaîr en prenant une bûche brulée et en la lançant dans le toit de la maison, qui prit très vite feu.
    -Mais c'est chez moi!! Hurla Zerthan, horrifié."
    Un éclair tonna alors dans le ciel, et la pluie se déchaina sur le village. Zerthan voyait cela comme une mauvaise blague des divinités et leurs lançait des jurons que mêmes certaines personnes n'oraient osé dire. Altaîr le traina hors de la maison et le fit monter à cheval. Ils se lancèrent alors au galop vers la place du village ...

    ***

    Nalia arpentait les rangées de livres qui peuplaient la bibliothèque: mais une lueur rouge l'amena vers l'entrée: elle découvrit avec horreur la maison de Zerthan en feu, et 3 personnes à cheval. Il y en avait deux devant , sûrement Altaîr et Zerthan, et un mystérieux assaillant les suivaient de très près. Elle jeta alors les livres à terre, et fonça vers un bureau: celui de Gandrin. En ouvrant un tiroir, elle aperçu un étui à parchemin et un grimoire. Nalia , les glissa dans sa besace et courait à présent vers son destrier, qui s'élança alors vers la place du lieu, lieu de rendez vous initial. Son capuchon cachait le haut de son visage, et l'on pouvait apercevoir sa bouche en train de psalmodier des incantations: des globes bleus flottaient au dessus de ses mains...

    ***

    Altaîr tremblait : Il avait froid. Sa cape était toujours, si elle n'avait pas brulée, dans la maison de Zerthan.Ils descendaient la route qui menait à la place du village. Sa vue était trouble suite aux torrents qui s'abattaient sur eux. Il se retourna afin de voir Zerthan et l'assaillant: Son ami était debout sur sa selle, deux dagues en mains. Mais que faisait-il avec ces armes ? Volées , sûrement...
    Ils étaient presque sur la place, et la cloche de l'église résonnait maintenant. Le cri d'Altaîr se perdit entre les tintements de cloches et les explosions: des globes bleus s'abattaient sur leurs route, et Zerthan avait chuté. Il était seul face au cavalier...

    ***

    Le voleur, fou de rage en voyant sa maison partir en fumée, essayait maintenant de se mettre debout sur sa selle. Une première tentative a failli le faire tomber. Il réussi à se mettre en position accroupi, puis il se leva doucement. Une fois debout, il dégaina ses dagues et se chuchotait pour lui même:
    "Tu vas payer pour ma maison, sale corniaud! "
    Le cavalier ressemblait à un humain ou à un elfe , mais son teint était bleuté et il avait des marques étranges sur le visages; similaires aux tatouages de l'orc chaman. Sa cape et son capuchon empêchait le voleur de pouvoir connaitre ses origines...

    Des sifflements dans le ciel le tirèrent hors de ses réflexions: Des flèches bleutées pointaient sur lui.
    "-Mais c'est pas vrai! hurla t-il avant qu'une salve de projectile explose en pleine route."
    Le cheval se cabra , apeuré, et le voleur chuta violemment contre le sol. Il roula sur plusieurs mètres, entraîné par la vitesse du destrier. Il se releva péniblement, désarmé et éraflé de partout suite aux projections de cailloux qui constituaient les routes.

    Le cavalier se tenait devant lui, une épée longue à la main. Mais Zerthan fut le plus rapide: il courut vers son assaillant, et se jeta entre les pattes du destrier. Une fois en dessous, il frappa le cheval de toute ses forces, et la bête se mit à ruer dans tout les sens. Le cavalier, désemparé, essayait de raisonner sa monture, mais cette action donna le temps au roublard de prendre une de ses dagues perdues.

    "-Pourquoi c'est toujours à moi que ça arrive, les trucs comme ça? se plaignait-il."
    Le cavalier descendit, et retira sa cape: Il avait des jambières en cuir, Des gantelets en métal, et le bras gauche ainsi que l'épaule étaient protégés par des plaques de d'acier. Une cotte de maille noire comme la cendre lui protégeait le torse,mais un trou dans celle-ci donna de l'assurance à Zerthan: il avait été touché par la salve de projectiles. Son bras droit était sans aucune protection, et il tenait fermement son arme.

    L'assaillant releva alors la tête, c'était un autrefois un elfe, se disait le voleur. L'elfe fonça sur Zerthan, qui dû parer une série d'attaques rapides. La dague tenait bon devant la force de l'ennemi, mais Zerthan commençait à fatiguer. Le Halar tenta une attaque latérale visant à trancher Zerthan, qui se baissa et répliqua par une balayette, qui déséquilibra l'adversaire emporté par l'élan de son arme. Ce dernier chuta et Zerthan Bondit sur lui afin de l'empaler. Mais le bras métallique stoppa la lame, et un poing ganté arriva sur le visage de Zerthan. Le coup le repoussa , et il tituba de quelques pas en arrière.

    Le voleur essayait de réfléchir, mais le coup l'avait légèrement désorienté: comment pouvait-il toucher son adversaire avec une seule dague? Le même sifflement retentit, et il se mit à courir pour ne pas se retrouver dans la zone d'attaque. Bien lui prit, car quelques instants après qu'il ai commencé à courir, une seconde salve de projectiles s'abattait sur son ennemi, et il ne restait qu'un nuage de poussière...

    ***

    Altaîr arrivait, son épée en main , et Nalia, légèrement derrière lui. La pluie s'intensifiait , et leurs vêtements était trempé.
    "-Altaîr, couvre moi, Zerthan n'est plus en état de se battre. dit-elle avec assurance.
    -Pas de problème, dit Altaîr avec un clin d'oeil . Il pénétra alors dans le champ de fumée. Un cri rageur l'avertit d'une attaque sournoise, et il fit volte-face, l'épée le long du torse, les muscles tendus afin de bloquer l'attaque. Un clinquement métallique lui donna le sourire : il repoussa la lame et commença alors un combat de bretteur impressionnant.
    L'elfe attaquait avec rage, tandis qu'Altaîr parait et ripostait avec peu de difficulté: les coups de sont adversaires étaient prévisible, et sa lenteur lui permettait de construire une défense efficace. Mais tout ce corsa quand l'elfe ramassa la seconde dague de Zerthan, et il bourdonneait maintenant à une vitesse supérieur, visant la gorge et les articulations tout en bloquant la lame d'Altaîr...
    Nalia, elle, lisait un parchemin en direction des chevaux: elle n'avait que peu de temps avant que l'elfe prenne l'avantage sur Altaîr, qui n'était pas formé au combat. Son arme venait de son père, milicien du village. Il lui avait appris quelques attaques et bottes, mais les entrainements se faisait dans l'amusement ; il n'y avait pas la fureur du combat...

    Les chevaux se retrouvèrent entourés d'un halo blanc, et ils se déplaçaient maintenant bien plus rapidement. Elle aida Zerthan à monter en selle, et se plaça devant lui avec les rennes.
    "-Altaîr! Viens vite! hurla t-elle, inquiète."
    Ce dernier entendit l'appel, et essaya alors une de ses bottes: attaqua son adversaires de plusieurs coups horizontaux en alternant le flanc gauche et celui de droite, destinés à le désorienter, puis il lui envoya la paume de son épée dans le visage. L'elfe proféra un juron et lâcha la dague, qu'Altaîr attrapa en vol et courait maintenant vers sa monture.
    Et ainsi ils filèrent vers Danor, à travers les prairies et les champs...

    ***
    Dernière modification par Rhonin ; 17/10/2009 à 15h39.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Re : [Histoire]Conflit de Glace I : La bataille des Cols Gelés

    Ajout d'un nouvel extrait ci dessous. Bonne lecture!

Discussions similaires

  1. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48
  2. Le champ de bataille du temple de glace
    Par Silvermoon dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 38
    Dernier message: 25/09/2008, 19h37
  3. [RTS] SDA : La Bataille pour la Terre du Milieu
    Par shadows-2003 dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 11
    Dernier message: 15/03/2005, 21h11
  4. [SCREEN] Bataille pour la Terre du Milieu
    Par Oblivion dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 10
    Dernier message: 13/01/2005, 10h25
  5. Champ de bataille !
    Par Beorn Devir dans le forum Les Archives de la vie mélandienne
    Réponses: 61
    Dernier message: 20/08/2003, 23h03

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258