Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: [Histoire] Pas encore de titre.

  1. #1
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    [Histoire] Pas encore de titre.

    La tempête de sable se levait comme chaque fois à la tombée du jour sur les hauts plateaux de l’Hétéra ,situés entre ciel et terre, aux reliefs abrupts et aux falaises plongeant à pic dans une mer de nuage or et ocre. Ces régions de haute altitude étaient connues de par le monde pour leur combinaison tout à fait particulière de climat froid et de déserts de sable situés à des dizaines de milliers de mètres d’altitude, leur valant la réputation d’être le lieu de rencontre entre les Dieux et les hommes.

    Pour avoir vécu toute sa vie sur ces plateaux d’altitude, Lucilea ne croyait pas vraiment à ces légendes, n’ayant elle-même jamais croisé de Dieu, d’avatar ou même de séraphin. Assise sur le bord d’une falaise s’avançant en une fine bande de terre, les mains posées au sol et les pieds se balançant au-dessus du vide, elle dévorait des yeux l’immensité de nuages à perte de vue. Personne ne pourrait lui voler son coucher de soleil cette fois-ci !

    Le village n’était qu’à deux lieues, elle parviendrait sans problème à regagner à temps la maison familiale à la nuit tombée, avant même que les bourrasques nocturnes ne se réveillent. Elle était jeune, agile, aérienne et rapide et avait un sens aigu du terrain, il ne lui faudrait pas longtemps pour arriver à bon port. Ne serait-ce que par pur esprit de contradiction, elle voulait prouver à grand-père Ernest qu’il avait tort et que son interdiction de se balader hors du village la nuit ne valait pas un clou. Ce à quoi il aurait immanquablement répondu que cette recommandation ne venait pas de lui et que c’était une consigne observée par l’ensemble du village depuis toujours. Lucilea s’en moquait bien, elle allait leur montrer de quoi elle était capable, ce n’était pas une vulgaire bourrasque qui réussirait à la tuer ou à la foutre dans le ravin.

    Mais pour l’heure, elle était à tout autre chose tandis qu’elle savourait les derniers instants de la vie de l’Astre Roi avant qu’il ne tire sa révérence pour une nuit seulement. Le soleil, si clair et lumineux en journée dans le ciel d’azur, amorçait sa descente dans l’océan de nuages blancs en contrebas et déjà les rayons dorés se muaient en ondes orangées filtrant confusément au travers de l’armée de coton baignée de toutes les teintes possibles d’ocre.

    Blanc cassé, ocre, beige, tout semblait répondre à ce genre de couleur ici-haut à commencer par le sol rocheux et d’argile sec, la poussière et le sable soulevés par des vents invisibles. Lucilea aussi se fondait dans ce décor, vêtue d’une combinaison près du corps bien qu’épaisse en cuir d’arachor d’un blanc laiteux la recouvrant des pieds jusqu’au cou. Seul son visage laissait paraître l’éclat de sa peau naturellement basanée par le soleil des hautes sphères. Ses cheveux d’un blanc éclatant étaient ramenés en arrière en queue de cheval et virevoltaient sous la brise, bien qu’enroulés par le voile de l’écharpe ramenée en capuche en partant du cou et rabattu comme un masque sur le bas du visage.

    Tels étaient les Alassiliens, ce peuple à la peau bronzée, aux cheveux clairs, blonds ou blancs, les yeux légèrement bridés et les traits burinés par le vent et le froid. Peuple pacifiste et solidaire, ils étaient issus des peuplades de l’Atamo, les « tribus de la brume », venues coloniser les plateaux de l’Hétéra pour échapper, fuir, s’isoler à tout prix des tourments et des conflits qui frappaient les peuples de l’En-Dessous. Par là il fallait comprendre en-dessous de l’Océan de Nuages, cette épaisse couche brumeuse, sombre, qui apportait eau et vie à l’ensemble du monde mais qui ne laissait filtrer presqu’aucun rayon de soleil. Ils avaient payé leur survie au prix de grands sacrifices, abandonnant leurs terres sacrées, leur mode de vie nomade pour se lancer dans l’ascension pénible des plus hauts sommets du monde connu en espérant qu’aucune âme qui vive n’ait l’idée de les suivre et de mettre en péril le fragile équilibre pour lequel ils se battaient continuellement. Car en Hétéra, chaque besoin élémentaire avait un prix. Dans l’Au-Dessus, il ne pleuvait jamais, les nuages n’arrivaient pas jusque-là. Sans eau, pas de culture ni de plantation, et peu d’espèces végétales pouvaient survivre à ces conditions climatiques. Les Alassiliens avaient dû tout construire de leurs mains : creuser des puits pour faire jaillir les sources d’eau et les nappes phréatiques constituées par capillarité, construire des maisons capables de résister au vent, faire pousser des plantes à l’abri du froid… Avec le temps, l’expérience et des siècles d’adaptation, les Alassiliens avaient atteint une certaine prospérité, entretenue par leur savoir et leur expérience, qui en faisait le seul peuple réellement capable de vivre dans ces régions.

    Les Anciens aimaient raconter ces histoires-là surgies d’un passé de plusieurs siècles d’âge, Lucilea les avait entendues plus souvent qu’à son tour mais tout ceci lui semblait lointain, abstrait. Elle aimait sa vie, elle aimait sa terre et ne l’aurait échangée pour rien au monde. Les Anciens n’avaient à la bouche que la survie, les dangers, la peur de mourir, la crainte que leur peuple ne s’éteigne. Ils mettaient en garde la jeunesse contre cette Nature ou plutôt cette absence de Nature qui pouvait les conduire à leur perte s’ils ne prenaient pas garde. Lucilea ne comprenaient pas ce qu’ils voulaient dire par là, elle ne voyait pas le danger, elle avait depuis longtemps accepté ce mode de vie, ces contraintes et ces risques, c’est ce qui faisait le charme de ces terres arides et désolées.

    Ses yeux vert-de-gris étaient toujours rivés sur le spectacle qui s’offrait à elle, le soleil couchant qu’on lui avait toujours refusé de contempler. A présent un dernier croissant irradiait encore au-dessus de l’horizon confus et il descendait inlassablement un peu plus comme dévoré par la marée de nuages noirs enfouie sous la fine couche de brume blanche.

    Lucilea était transportée par cette vision féérique, elle se sentait quitter son corps. Elle n’était plus assise sur un bord de falaise, elle n’était plus elle, elle n’était plus *que* elle, elle était tout ! Elle était la falaise, majestueuse et lumineuse d’un éclat marbré sous les rayons du soleil, elle était le vent, virevoltant, entamant une danse avec le sable et la poussière d’argile, elle était les nuages dans leur infinie souplesse et onctuosité mais surtout elle était les rayons du soleil, irradiant de toute part et fusionnant avec tout, elle était le plein, le tout, à la fois l’épicentre et l’entièreté de cette immensité.

    « Lucilea ! »
    Dernière modification par phoeunix ; 20/05/2009 à 06h05.

  2. #2
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : [Histoire] Pas encore de titre.

    Les échos de son prénom parvinrent à grand peine jusqu’à ses tympans avec tout ce vent qui lui sifflait aux oreilles. Ce n’est qu’au troisième appel qu’elle revint sur terre, dans son corps frigorifié d’être resté si longtemps immobile face à la morsure da la brise du couchant. Qui pouvait bien avoir l’outrecuidance d’interrompre de façon aussi désinvolte cet instant magique ? Elle avait sa petite idée et ne fut pas surprise quand elle se retourna.

    « Alec, tu m’emmerdes, tu le sais ça ? » hurla-t-elle à son tour, sourire aux lèvres.

    Elle pouvait s’estimer heureuse : si son grand-père avait eu la pleine possession de ses moyens, c’est probablement de ce dernier qu’elle aurait dû subir la présence. Bien que bon pied bon œil pour un vieux, ce genre d’escapade n’était plus de son âge. Alec était un bon compromis finalement…

    « Tu as vraiment le don d’arriver pile au mauvais moment » reprit-elle d’une voix forte, « tu as tout fichu en l’air ! »

    Il s’était déjà précipité au début de la bande de terre qui s’étirait jusqu’à la pointe saillante de la falaise sur laquelle Lucilea était assise.

    « Lucy, arrête tes caprices maintenant et bouge tes fesses de là ! Tu veux vraiment crever, ma parole ! » cria-t-il sur un ton qui ne laissait pas de place à la plaisanterie.

    En réponse, elle lui tourna à nouveau le dos, visage fermé, bras croisés. S’il voulait la faire bouger, il n’avait qu’à venir la chercher par la peau du cou avec tous les risques que ça comportait. Il en était bien capable, le bougre.

    *Pourvu qu’il tombe, je serais enfin tranquille… Bah à quoi bon…*

    Il avait déjà tout gâché de toute façon. Finalement, elle se dressa sur ses jambes chancelantes avec toutes les précautions possibles et sautilla comme un cabri de pierre en pierre jusqu’à lui, se jouant bien du sol scabreux et du vent qui menaçait de la faire chavirer.

    Alec la réceptionna en l’agrippant au poignet d’un geste vif qui trahissait une certaine appréhension. Il planta un regard autoritaire dans ses yeux qui ne cillaient pas.

    « Eh bien, tu es finalement revenue à la raison… Maintenant, on-se-dé-pê-che ! » insista-t-il en détachant chaque syllabe.
    « C’est ça, ouais, cause toujours ! »

    Cinq minutes avant la tombée de la nuit, ce serait vraiment difficile, même au pas de course. Il ne préféra pas y penser et se mit à courir, tirant Lucilea à sa suite. Après quelques instants à flanc de colline, ils s’engagèrent sur un sentier étroit bordé d’un côté par une pente rocheuse et de l’autre par le vide. A un certain point, ils ne pouvaient plus courir sous peine de perdre l’équilibre avec ce vent qui leur dessus soufflait dans tous les sens. Ils arrivèrent au passage le plus périlleux : une corniche d’un pied de large à peine qu’ils durent négocier en marchant en crabe.

    « Ne regarde pas en bas, un pied après l’autre et tout se passera bien. »
    - Ho, je t’en prie, Alec, je connais cet endroit comme ma poche et je traverse cette zone les yeux fermés quand il n’y a pas de vent ! Garde tes conseils pour ceux que ça intéresse. »
    Il l’accueillit en lui prenant les mains à l’issue du passage difficile.
    - Que dois-je faire pour que tu réalises que je risque ma vie pour toi, là ? » siffla-t-il entre ses dents.
    - Tu le fais uniquement parce que mon grand-père te l’a demandé, sinon tu ne serais pas là… »

    Alec lui lança un regard plein d’éclairs et se remit à avancer, furieux sans pour autant perdre sa vigilence. Elle ne comprenait décidément rien à rien, ou bien elle faisait semblant de ne pas comprendre. Lucilea affichait aussi une mine contrariée, elle détestait qu’on lui fasse la leçon et encore plus qu’on lui donne des ordres. Ils marchaient à nouveau à vitesse raisonnable mais ça ne suffirait pas. Ils n’étaient qu’à mi-chemin du village et déjà les premières étoiles apparaissaient dans le ciel d’encre. Dans quelques instants, le vent soufflerait encore plus fort et la température chuterait de façon drastique. Il fallait trouver une alternative et vite. A la croisée de deux chemins, Alec s’engagea sans hésiter sur celui de gauche et il sentit un pincement sur son bras.

    « Quoi encore ? »
    - Qu’est-ce que tu fabriques ? Le chemin vers le village est à droite. »
    - On n’aura pas le temps d’arriver au village, notre seule solution est de se planquer à la mine. Et d’abord, c’est moi qui décide alors arrête de discuter. »
    - Pas question que je passe la nuit dans une vieille mine sinistre et crasseuse ! Je veux aller au village. »

    Alec ne l’écoutait plus et la tirait déjà derrière lui contre son gré. Malgré toute la volonté du monde, elle n’était pas de taille à lui tenir tête physiquement ni même à le ralentir. Par contre, lui faire passer une nuit affreuse et lui reprocher tout du long de l’avoir emmenée de force, elle y était tout à fait disposée !

    Ils arrivèrent rapidement face à l’entrée de la mine creusée à même la roche.
    Dernière modification par phoeunix ; 18/05/2009 à 00h39.

  3. #3
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : [Histoire] Pas encore de titre.

    Détail surprenant : une lueur voluptueuse émanait du seuil de la grotte. Les mineurs avaient-ils simplement oublié de tout éteindre, ce qui ne leur ressemblait guère, ou bien étaient-ils restés sur place pour la nuit, ce qui leur correspondait encore moins ? Peu importe, Alec courut avec soulagement les derniers pas qu’il lui restait pour se réfugier au sein de la caverne, le bras tendu face à lui pour se cacher les yeux de la poussière soulevée par légion par les bourrasques de plus en plus véhémentes. Lucilea entra à son tour sur la pointe des pieds, le souffle court et le visage rougi par le froid, avec la fâcheuse sensation d’être une intruse qui entrerait sans y avoir été conviée. Les prunelles en feu, ils scrutèrent avec attention l’intégralité de l’immense grotte. Personne.

    Ils dénouèrent leurs écharpes montées en passe-montagne et se faufilèrent entre les caisses de matériel, observant distraitement les tables de pierre couvertes d’outils, impeccablement ordonnées. Chaque chose semblait être à sa place et rien ne perturbait cette parfaite harmonie. Au fond de la grotte naturelle se trouvait le wagon indispensable pour récolter les minerais de charbon. Déjà plein des outils nécessaires pour le travail du lendemain, il était posé sur des rails que l’on devinait s’enfoncer dans les boyaux des galeries de la mine à proprement parler.
    Tout à coup, des éclats de voix se firent entendre dans leur dos. Lucilea sursauta et laissa échapper un cri de surprise. Ces rires gras et francs l’avaient détournée de sa contemplation des murs de la grotte qui s’élevaient en arches à des hauteurs vertigineuses. Ils provenaient de derrière une paire de rideaux maintenus tirés par des cordes sur une partie plus petite de la grotte : la salle de repos et accessoirement le garde-manger. Alec se frappa le front de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il eut un sourire quand il vit surgir son frère de deux ans son aîné d’entre les tentures.

    « Joe, qu’est-ce que tu fabriques ici à cette heure-ci ? »

    Joe accueillit son frère cadet d’une accolade avant de planter un bisou bruyant sur le front de Lucilea.

    « Manquerait plus que je te rende des comptes maintenant. Je bosse dans cette mine, j’te signale ! Par contre, qu’est-ce que *vous* faites là, les deux tourtereaux ? A force de gazouiller, vous avez perdu la notion du temps ? J’ai comme l’impression que vous n’êtes pas venus juste pour me faire plaisir. »
    - Que… Quoi ? » Avant qu’il n’ait pu se défendre de quoi que ce soit, Alec avait déjà le feu aux joues. La réaction de Lucilea, qui gardait la tête froide, elle, ne se fit pas attendre.
    - Les tourtereaux ? Avec lui ? » Elle leva les yeux au ciel en secouant la tête de désapprobation. « Ce qu’il ne faut pas entendre… Faut arrêter la picole, ou du moins, éviter de commencer à descendre les bouteilles en milieu d’après-midi, ça ne te réussit pas ! »
    - Depuis quand Petite Sœur est-elle devenue si caustique ? Peut-être à cause de ses dix-sept ans, la majorité lui monte à la tête. C’est trop mignon ! »
    - Joe, elle a toujours été comme ça, c’est juste que jusque là, elle t’épargnait mais que veux-tu… tu ne l’impressionnes plus autant qu’avant. »

    Ils éclatèrent tous les deux d’un rire convenu.

    Elle croisa les bras, cette conversation commençait à lui courir sur le haricot et ce n’était pas en utilisant son surnom de Petite Sœur qu’on allait l’amadouer. Intérieurement, cependant, elle souriait chaque fois que celui qu’elle considérait comme un grand-frère l’appelait comme ça. Joe était le genre de colosse au sourire d’ange que n’importe qui aurait voulu pour grand-frère protecteur. Plus grand et plus costaud qu’Alec, leur ressemblance frappait au niveau du visage : un nez droit, une bouche rieuse à fossette, des pommettes rebondies et des arcades sourcilières d’autant plus saillantes que leurs yeux en amande s’enfonçaient dans leurs orbites. Pour le reste, Alec avait la peau plus mâte que son frère et portait des cheveux blonds courts plutôt que longs.

    « Je vous conseille de pas trop me chercher, les gars, parce que je suis pas d’humeur. Entre le sale coup d’Alec et vos blagues qui ne font rire que vous… »
    - Alec, qu’est-ce que tu lui as encore fait comme méchanceté ? »
    - Hé, me regarde pas comme ça, tu connais l’histoire : Lucy rentre pas à la maison à l’heure qu’il faut, alors son grand-père s’inquiète et vient frapper chez nous et qui est-ce qui doit aller la chercher ? C’est bibi… Encore un peu et on se faisait piéger par le vent et le froid… C’est pour ça qu’on est venus ici, on n’aurait pas eu le temps d’aller jusqu’au village. »
    - Et voilà, tu racontes ça comme si c’était de ma faute… » renchérit-elle.
    - Mais *c’est* de ta faute ! »

    Toute cette conversation lui donnait froid et elle n’était d’ailleurs pas tout à fait réchauffée.

    « C’est que vous tremblez comme des feuilles tous les deux, venez donc vous réchauffer auprès du feu plutôt que de rester dans les courants d’air. »

    Ils se réfugièrent tous les trois à l’abri des épais rideaux isolant la salle de repos du vent et du sable. Deux couches étaient occupés par deux camarades mineurs de Joe qui s’étaient montré incroyablement silencieux jusque là et qui, de par leurs yeux pétillants de malice et leurs sourires en coin, n’avaient apparemment pas perdu une miette de la discussion qui venait d’avoir lieu.

    « Bonsoir les jeunes. » s’exclama celui de droite.
    « Salut vous deux. » renchérit celui d’en face.

    Alec reconnut aussitôt Rigald et Yoni qui passaient souvent à la maison en rentrant du charbonnage et qu’il connaissait bien. Ils semblaient bâtis sur le même moule que Joe : grands, forts, les épaules carrées, les bras et le buste sculptés par de nombreux mois passés à la mine. Rigald arborait une barbe courte et un visage particulièrement anguleux et marqué. Yoni, quant à lui, avait une particularité célèbre dans tout le village et qui se retrouvait chez chaque membre de sa famille : des cheveux châtains foncé, presque de jais qu’ils étaient les seuls à avoir. En outre, il possédait des yeux argentés à la fois fascinant et envoûtant pour ceux qui les croisaient. Sans être vraiment beau, ces deux qualités lui donnaient un charme incomparable.

    « Bonsoir les amis. » se contenta de dire Alec avec un signe de la main.

    Lucilea hocha la tête en signe de salutation, ponctuant son geste d’un sourire mutin. Puis elle s’assit sur la troisième couche située au niveau du sol avant de libérer sa queue de cheval, sa chevelure de neige retrouvant toute leur souplesse et la beauté de ses boucles au contact de ses épaules. Alec posa son foulard sur l’une des trois couches superposées au-dessus des autres et s’accroupit auprès du feu de charbon sur lequel sifflait le couvercle d’une casserole en ébullition.

    « Vous avez de la chance qu’Hector, Phili et Connor aient décidé de rentrer au village sinon vous auriez couché par terre. » reprit Joe en enroulant une cape de fourrure autour des épaules de Lucilea qui accueillit d’un sourire cette délicate attention. Il souleva le couvercle de la casserole pour surveiller sa cuisson. « Vous n’avez pas dîné, je suppose ? Vous devez avoir faim. »dit-il pour lui-même en ajoutant deux poignées de fève en plus dans l’eau parfumée à la sauge, aux algues séchées et au romarin.

    « En effet, il se fait faim… » répondit Alec en portant une main à son estomac qui gargouillait. « Et pourquoi êtes-vous restés ici pour la nuit ? »
    - Tu sais ce que c’est, une journée de folie au charbon et nos jambes n’ont plus la force de nous porter jusqu’à nos demeures, reprit Yoni. Les trois autres ont eu le courage de rentrer mais… ils ont une femme et des enfants qui les attendent, c’est pas pareil. »
    - On a mis les bouchées doubles aujourd’hui en prévision du convoi qui part dans deux jours, il faut qu’on charge les arachors de ressources jusqu’au cou, et comme l’a dit Yoni, on avait plus la force de se traîner jusqu’à nos piaules. » Rigald s’interrompit avant de porter son regard sur Lucilea. « Au fait Alec, tu lui as annoncé la bonne nouvelle ? »

    Lucilea fronça les sourcils d’un air dubitatif.

    - J’allais le lui dire, mais je ne sais pas si elle le mérite pour le coup… » dit-il avec un sourire taquin.
    - Qu’est-ce que c’est ? Allez, accouche, de quoi il s’agit ? » trépigna-t-elle d’impatience.
    - Tu ferais bien de lui dire où elle va nous bassiner toute la nuit » dit Joe en goûtant sa préparation.
    - D’accord, d’accord… » Il regarda Lucilea droit dans les yeux. « Ton grand-père a enfin accepté que tu participes à la prochaine expédition. Demain, prépare tes affaires car tu ne reverras pas ton petit pépé pendant deux mois ! »

    Une expression rayonnante s’empara du visage de la jeune fille l’espace d’un instant. Mais tout à coup, elle revint à la réalité. Non ce n’était pas possible, Alec se moquait d’elle une fois de plus, son grand-père ne la laisserait jamais partir comme ça, il s’y était farouchement refusé depuis des années et même la majorité de la jeune fille n’y avait rien fait. Elle regarda les trois autres d’un air incrédule qui hochèrent la tête positivement en souriant.

    Alors elle laissa enfin exploser sa joie, embrassant tour à tour la joue de chacun des mineurs et même celle d’Alec. Partir en expédition, parcourir tous les plateaux de l’Hétéra, elle en avait toujours rêvé : voir de nouveaux paysages, visiter d’autres villages, rencontrer chaque jour de nouvelles personnes, l’optique d’une telle expérience lui donnait le tournis. Elle n’attendait qu’une chose, que ces deux jours qui la séparaient du départ s’écoulent le plus vite possible pour partir au loin.

    « Tu pars aussi, n’est-ce pas, Alec ? C’est quoi… ta quatrième expédition ce coup-ci ? » reprit Joe après cet instant d’euphorie.
    - Exact. Une par an depuis mes seize ans. Tu verras, Lucy, le premier voyage est vraiment un souvenir que tu garderas toute ta vie. »

    Lucilea n’avait pas prévu ça… Bah, un empêcheur de tourner en rond serait de la partie ? Peu importe, il en faudrait bien plus pour entacher son humeur.
    Dernière modification par phoeunix ; 20/05/2009 à 06h06.

  4. #4
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : [Histoire] Pas encore de titre.

    L’instant d’euphorie laissa place à une douce quiétude et le reste de la soirée s’écoula sur une note guillerette, chacun sauçant à convenance dans sa gamelle d’étain son bouillon d’herbes aromatiques avec de l’huile d’éthikar, accompagnant admirablement les fèves juste cuites et croquantes à cœur. Joe avait ce talent de confectionner un bon plat à partir de trois fois rien. Les réserves du garde-manger étaient prévues pour tenir un siège de cinq jours pour les six charbonniers et contenaient des aliments choisis pour leur durée de conservation plus que pour leurs qualités gustatives.

    Chacun s’enroula dans une bonne épaisseur de couettes, les uns cherchant à éteindre la douleur de leur corps transi de fatigue et courbaturés de haut en bas, les autres à apaiser leur esprit voguant sur des pensées extatiques de voyage et de découverte. Cette nuit-là, Lucilea rêva qu’elle volait parmi les nuages, caressant leurs contours éthérés du bout des doigts. Mais aussi cette présence dans son dos, désagréable, qui observait ses moindres gestes. Et impossible de tourner la tête, elle sentait cette présence mais tout son corps l’empêchait de capter l’origine de l’intrus. Le réveil fut pénible, tranchant, lorsque son rêve mué en cauchemar la précipitait dans l’immensité noirâtre de l’Océan de Nuages.

    Sa première pensée lucide alla pour son grand-père qui, ne la voyant pas revenir pour la nuit, s’était probablement fait un sang d’encre et aura trouvé dans l’absence d’Alec une raison de plus de se faire du mouron. Elle n’avait plus de force rien qu’à l’idée de la bataille qui s’annonçait sans l’ombre d’un doute et ce fut un Joe avec une petite mine ensommeillée qui la secoua légèrement pour mieux finir de la convaincre de sa voix douce de se lever. Elle s’assit au bord de sa couchette pour attraper une poignée de fruits secs dans le pot d’argile que lui tendait Yoni et commencer à grignoter avec un appétit non dissimulé.

    Ce frugal petit-déjeuner dans la panse, les mineurs profitèrent d’avoir quelques paires de main en plus pour répartir leur récolte de charbon dans un panier à bretelles supplémentaire. Leurs camarades avaient embarqué la veille, sur leur dos et celui de leur arachor chargé à bloc, le plus gros de la récolte. Lucilea dut batailler bec et ongle pour qu’on lui accorde le droit de participer au transport des ressources minières et, conscients de livrer une guerre qu’ils ne pourraient pas gagner, les quatre hommes cédèrent leur galanterie pour lui accorder d’enfiler un panier à moitié rempli. Ainsi harnachés de leur lourd fardeau, la fine équipe quitta le refuge de la grotte de granit pour entamer la courte marche à pied les séparant du village, de leur village : Edorin. Le vent de la nuit s’était calmé, tenu en respect comme à chaque fois par le soleil rutilant de son plus pâle éclat dans le firmament d’azur, dégagé de toute trace de nuage.

    La marche fut tranquille, Yoni marchait en tête en échangeant quelques mots et des rires avec Rigald et Joe, Lucilea et Alec fermaient la marche, écoutant d’une oreille distraite. Lucilea avait les yeux tournés vers les nuages comme à son habitude, le souvenir de son rêve encore bien vivace dans sa tête, elle aurait aimé en cet instant caresser du bout des doigts les nuages, tel le dresseur qui tient son fauve en respect. Alec manqua de lui rentrer dedans quand elle s’immobilisa d’un seul coup devant lui.

    « Qu’est-ce qui se passe ? Tu as mal aux pieds ? dit-il d’un ton exaspéré par la surprise.
    - Les nuages… Je ne m’en rends compte que maintenant… Tu n’as rien remarqué ? dit-elle d’une voix blanche.
    -Quoi, les nuages ? Ils sont pareils que d’habitude non ? On n’a pas tous le luxe de pouvoir avoir la tête dans les nuages à longueur de journée comme tu le fais. Il y en a qui bossent, entre autres choses…

    Secouant la main comme pour éloigner une mouche aventureuse, elle tendit un doigt vers l’horizon, sans trembler vers un point précis.

    « Là, regarde ! Des nuages noirs… Ils n’apparaissent jamais en surface au cours de la journée, ils sont toujours couverts par le manteau de nuages blancs, plus légers à cette heure-ci » reprit-elle, on ne peut plus sérieuse.
    - Hum… Si tu le dis… Mais qu’est-ce que ça change ? dit-il d’une voix peu concernée.
    - Je ne suis pas sûre… mais ça m’inquiète. Ce n’est pas *normal*. »

    Inquiète, Alec ne se savait pas que ce mot faisait partie du vocabulaire de le jeune fille insouciante. Il était une nouvelle fois rempli par l’impression qu’elle se moquait de lui. Mais en même temps, elle n’était pas du genre à plaisanter quand il s’agissait de nuages, de soleil et de vent.

    - Ce n’est peut-être qu’une impression, reprit-il, mais tu devrais en parler avec notre savant fou. Il saura sûrement t’aiguiller.
    -Tu sais que tu as des idées intelligentes quand tu veux ? Zou, il faut qu’on rattrape les autres, ils ne se sont même pas rendus compte qu’on avait disparu.

    Le naturel revenu au galop, elle repartit d’un pied léger pour remonter son retard, Alec à sa suite. Ils arrivèrent rapidement en vue du mur d’enceinte qui entourait Edorin. D’une hauteur de trois mètres, le rempart de pierre blanche et de calcaire, miroitant sous les rayons de soleil, ceinturait l’ensemble du village, perforé seulement à quelques endroits seulement, délimitant les points d’entrée des sentiers qui partaient dans toutes les directions. Ce barrage était l’une des combines permettant aux maisons de tenir si bien l’assaut du vent nocturne et les soirs calmes, on pouvait se promener au clair de Lune dans ce cocon sans trop de risques.

    Passant sous l’arche blanche, les deux jeunes gens furent rattrapés par les relents nauséeux provenant des étables de la ferme des Jabboth sur leur droite. A leur gauche, une drôle de maison semblant plus haute que large et aux murs formant des angles plus qu’improbables. Elle donnait l’impression au spectateur qu’elle pourrait s’effondrer à chaque instant. Pour autant, elle se permettait pourtant le luxe de dépasser plus largement que les autres le mur d’enceinte du village. En réalité, tout avait été calculé au millimètre près par le propriétaire des lieux qui n’était autre que Norbert Virin, le scientifique délicieusement zinzin et totalement timbré du village. Une fine tige métallique partant du toit et surmontée d’une girouette à hélice fignolait l’originalité de la demeure de ce personnage haut en couleurs. Lucilea hésita un moment avant de passer son chemin. La priorité était de rassurer son vieux, elle viendrait parler météorologie avec Norbert plus tard…

  5. #5
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : [Histoire] Pas encore de titre.

    Ils continuèrent sur l’artère qui se faufilait, large, entre les maisons plus ordinaires, de taille et de forme semblables. Ce n’était qu’une question de minutes avant que Lucilea n’aperçoive son grand-père par-dessus le parapet entourant leur parcelle, assis sur le banc jouxtant la maisonnette, légèrement voûté sur le relief de sa canne. Ses yeux perçants cernés de rides croisèrent les siens et il se précipita en leur direction d’un pas rapide sur ses trois jambes. Elle redressa la tête avec fierté pour faire bonne figure mais elle était plus dans ses petits souliers qu’elle ne voulait bien l’admettre. Le vieil homme avait cette emprise sur elle, cette faculté d’un foudroiement de regard de lui donner l’envie de se faire toute petite.

    « Je… je m’excuse de ne pas vous l’avoir ramenée hier soir mais nous avons été pris de court… » dit un Alec intimidé par la tension du vieillard qui ne demandait qu’à éclater. Lucilea était déjà agacée que l’on parle d’elle comme d’un ustensile de cuisine qu’on aurait oublié de rapporter à temps.
    - Tu n’as rien à te reprocher, mon garçon, bien au contraire. Je te suis reconnaissant d’avoir fait ce qu’il fallait pour tenir mon idiote de petite-fille hors de danger. Encore une fois, j’ai pu compter sur toi et je t’en remercie. Espérons qu’elle finira par prendre un peu de plomb dans le cervelle… »

    A présent, Lucilea serrait les poings pour ne pas exploser.

    - Si tu veux, je peux prendre ton panier et le ramener avec moi, ça t’évitera d’avoir à passer à la maison, reprit Alec à l’adresse de celle-ci dans une tentative d’abréger au plus vite l’échange et de profiter de la dernière éclaircie avant que la tempête n’éclate. Il avait appris à ses dépends qu’il était rarement bon d’être dans les parages quand se déclarent les hostilités entre ces deux-là, ne serait-ce que pour la santé de ses tympans.

    Il récupéra le fardeau tandis que le vieillard fusillait sa petite-fille du regard, guettant du coin de l’œil le moment où le jeune homme serait à distance suffisante, porté par ses jambes qui étaient pressée de détaler au loin.

    - Bonjour, grand-père, tu ne t’es pas trop inquiété, j’espère ? dit-elle d’un ton faussement dégagé.
    - Insolente ! rugit-il entre les dents de son dentier.

    La main racornie du vieillard claqua comme un fouet sur la joue de la jeune fille. Avec le temps, elle avait appris à évaluer le niveau d’inquiétude de son grand-père à partir du degré de force qu’il lâchait dans ses gifles. Celle-ci était particulièrement cuisante et promettait une belle prise de becs en perspective. Mais cette pensée était loin de la faire rire. Quand il s’agissait de cet homme-là, Lucilea perdait toute distance et second degré. C’est en général le lot des gens qui nous connaissent depuis notre naissance : ils savent appuyer exactement là où ça fait mal.

    Ernest empoigna le bras de sa petite-fille pour l’entraîner entre les murs de la maison. Le couvert des murs offrait l’isolation sonore nécessaire pour ne pas rameuter la moitié des villageois, catastrophés par ce qui pourrait ressembler au préambule d’un meurtre du point de vue d’un œil non averti. Il claqua la porte et la fixa si intensément qu’elle finit par baisser les yeux.

    « Te souviens-tu de ton cousin Eloïc ? demanda-t-il, presque rhétorique.
    - Non, répondit-elle agacée. Elle savait où se profilait cette conversation mille fois ressassée.
    - Et pour cause, il est mort deux ans avant ta naissance, de froid et d’avoir enfreint le couvre-feu.
    - Serais-tu en train de me comparer à un enfant de huit ans ? Je me sens insultée, siffla-t-elle d’un ton ironique.
    - Ho, mais c’est que ça te fait rire en plus ? Parce que tu crois être plus mature qu'un bambin peut-être ? C’est ça ? Plus intelligente que tout le monde ! Arrogante, explosive, ça pour ouvrir ta bouche tu es forte mais le jour où tu tomberas dans le ravin, tu seras bien maligne ! Qu’est-ce que j’ai fait pour hériter d’une gamine pareille qui ne s’intéresse qu’aux nuages et à me faire tourner en bourrique ?
    - Oui, oui, toujours la même rengaine, tu aurais été tellement plus fier d’avoir un petit-fils à la hauteur de tes espérances ! Tu n’as qu’à adopter Alec tant que t’y es… Ho, mais j’y pense, qui voudrait d’un vieillard sénile et moralisateur de ta trempe comme grand-père ? Tu n’arrêtes pas de radoter les mêmes sornettes à longueur de temps !
    - Tu vas baisser d’un ton ma petite-fille et vite ! Tant que tu vivras sous ce toit, tu suivras mes règles même si cela implique que je doive systématiquement te protéger contre toi-même.
    -Et ça continue ! Les règles, les règles, tu n’as que ce mot à la bouche à longueur de journée. J’en ai marre de tes règles, de *vos* règles à vous tous. Ne pas faire ci, faire ça, moi je m’en fiche, je veux vivre !
    -Que se passe-t-il ici ?

    La voix eut été claire et chantante si elle s’était élevée plus haut qu’un léger murmure. Pourtant, ce souffle léger transperça la cacophonie ambiante et atteignit les oreilles du vieil homme aux cheveux grisonnants, qui ne s’étaient jamais vraiment décidés à devenir blancs, et de la jeune fille élancée qui lui tenait tête. Ils tournèrent leurs visages vers le haut de l’escalier de pierre où se tenait une silhouette longiligne enroulée dans une robe de chambre beige en flanelle. Des cheveux pâles et bouclés tombant longs sur ses épaules, identiques à ceux de sa fille, trahissaient un teint livide sur le visage accusant la fatigue d’une maladie incurable. A l’ombre du soleil, même une Alassilienne finit par perdre la splendeur de sa peau hâlée.

    « Ce n’est rien Alice, reprit le grand-père d’une voix on ne peut plus calme, j’annonçais juste à ta fille qu’elle ne participerait pas à la prochaine expédition. »

    La voix résonna dans sa tête comme un glas, lui provoquant haut-le-cœur et lui en glaçant le sang tout à la fois. Elle tourna des yeux incrédules et reconnut l’expression implacable de la victoire dans les yeux du vieil homme. Elle étouffa un cri, le prolongement du hurlement de haine qui monta dans tout son corps, la seule manifestation de sa hargne résidant dans ses griffes se plantant dans le tendre de ses paumes jusqu’à s’en faire péter les articulations. Elle ne pouvait pas crier ni exploser devant sa mère. C’était bien la seule règle qu’elle se tenait à observer rigoureusement. Sa mère, si douce, si calme, un modèle de tempérance et de patience, elle affrontait en silence tous les problèmes qui se posaient en elle, alors elle méritait bien un peu de paix et de sérénité en retour. Des larmes de fureur au bord des paupières rougies, elle se précipita pour engloutir les marches et s’engouffrer dans sa chambre sans échanger un regard avec l’auteure de ses jours. Elle claqua la porte, c’était fini. Elle ne se soustrairait pas si facilement de cet enfer aseptisé dont elle était à semi captive. Majeure ou pas, un mot de son grand-père au chef de convoi et son nom serait rayé de la liste des départs pour l’expédition sans autre forme de procès.
    Dernière modification par phoeunix ; 03/06/2009 à 06h16.

Discussions similaires

  1. [Commentaires] Histoire policière sans titre
    Par Smidge dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 31
    Dernier message: 30/09/2009, 17h01
  2. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 22h48
  3. Sans titre pour le moment ...
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 20
    Dernier message: 05/05/2009, 20h54
  4. [Commentaires] Sans titre pour le moment
    Par Smidge dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 15
    Dernier message: 04/05/2009, 21h00
  5. [SOLUCE] Titre de propriété de Lancevent
    Par etrigan dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/04/2007, 17h39

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251