Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Discussion: [Histoire]Tzabaztha

  1. #1
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 1: Fiançailles, mon @#%! amour

    Je me nomme Tzabaztha-Eugènie De Baspin, présente héritière de la maison éponyme, mais ça, vous le savez presque mieux que moi. J'ai un jour grappillé un "guide des curiosités" de Zeppelin, et, visiblement, je suis dedans, entre la Taverne du Zodiaque Zézayeur et la Ville-aux-morts. On me considère visiblement comme une des curiosités de la ville, et je ne saurais que trop vous conseiller l'achat de cet excellent manuel, qui me relègue au rang de meuble ou de monument historique, pour savoir tout ce qu'il vous faut savoir à mon propos, espèce de [gribouillis] de [gribouillis] sa mère! [série de gribouillis visiblement furieux et injurieux].

    La main blanche et veinée de bleu de Tzabaztha froissa le délicat vélin sans considération pour sa qualité. Elle en fit une boulette et l'expédia prestement dans sa corbeille à papiers. Puis, remontant ses gigantesques lunettes sur son nez irrité par les premiers pollens du printemps, elle fut prise d'un instant de réflexion, en contemplation devant son bureau.
    Il y régnait un fatras digne d'un souk troglien. Des morceaux de papier et de parchemin, déchirés, chiffonnés, à carreaux, sans, couverts de son écriture fine ou vierges, maculés d'encre ou tachés de graphite, des plans, des lettres, des essais jetés de nouvelles follement romantiques dont l'héroïne était toujours une solide gaillarde, et même quelques bouts du Livre d'Aur, qui avaient servi de pose-tasse, de brouillon ou de mouchoir beaucoup plus souvent que de supports à prières du soir. On ne pouvait pas dire que Tzabaztha était très croyante, et la tendance actuelle allait sans son sens. Si elle croyait en quelque chose, c'était la Science, et avec un "S" tellement grand qu'elle raturait sans cesse ses articles en écrivant le mot. Il y avait un astrolabe en pièces, une belette endormie paresseusement entre deux versets du Livre passablement mâchouillés , la queue trempant négligemment dans un encrier, un réglet tordu, des ressorts en vrac, et, pour une raison que Tzabaztha ne comprenait pas vraiment, une broderie représentant une chèvre ailée en train de converser avec ce que la jeune femme identifiait comme une patate, mais avec des dents.
    Son bureau était toujours plein de surprises. Le jour précédent, encore, elle y avait retrouvé le prototype de son Harnais De Chasse Mustélin, qu'elle avait construit il y avait de cela quelques années. Le harnais en question n'avait jamais vraiment fonctionné, parce que Tirlenne était une fainéante notoire, et que Tzabaztha avait eu des problèmes pour trouver des stimulants adaptés au corps d'un carnivore de dix centimètres de long. Sa mère avait préféré adopter un chat miteux pour servir de ratier, en dépit des protestations de Tzabaztha, qui était sûre de pouvoir y arriver un jour. pfeuh!
    Tzabaztha dégagea une mèche châtain clair de son front. Elle était censée écrire une @#%! de réponse à un @#%! de fiancé, et elle n'avait vraiment aucune @#%! d'idée de comment s'y prendre.



    Dérive est, si on se fie à nos navigateurs, le seul et unique continent de Bleue. A l'exact opposé de Dérive se trouve une île plus grande que celles de Barrière, et surtout, isolée. Le débat pour savoir si Équinoxe doit être ou non considérée comme un deuxième continent fait rage. Notre méconnaissance de l'île est particulièrement affligeante, mais, compte tenu du coût, du danger et de la durée d'une expédition pour l'explorer, compréhensible. Y a t-il, là-bas, un peuple humain indigène? Cette question est d'une importance capitale si on considère que les [gribouillis sur toute une ligne] Dérive comme berceau de toute civilisation. Et serions-nous prêts à accepter l'existence de gens aussi différents et semblables? Il suffit de regarder la vieille inimité tacite entre Dériviens et Trogliens pour se rendre compte que le mépris de la différence est inscrit dans l'instinct de l'espèce humaine. Même entre les diverses peuplades Dériviennes, les conflits font rage, et le racisme, bien que condamné par la Charte Universelle des Gens Civilisés, est omniprésent. Vivez donc à Zeppelin, décidez de vous installer dans une autre cité-état, même pas forcément lointaine, comme Rodr, et voyez si les passants ne se mettent pas à vous éviter dans la rue: Votre visage, vos habitudes, vos vêtements, porteront la marque d'une autre cité. A noter qu'il n'est pas nécessaire de voyager pour être victime de sa différence, particulièrement à Zeppelin qui est connu pour sa violence envers les "rebuts" de sa société.
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Les De Baspin étaient une des plus vieilles familles nobles de Zeppelin. Baspin avait longtemps été une ville relativement prospère sous leur juridiction, et maintenant que Bourg-Zeppelin s'étendait jusqu'en bas du mont éponyme, elle s'y fondait peu à peu. Cela faisait une dizaine d'années, et autant de temps depuis que Baspin avait adopté un régime démocratique. Ce n'était pas un hasard. Zeppelin avait toujours été le symbole du progrès. Maintenant, Baspin avait un maire, des conseillers assortis, et deux places honorifiques au conseil municipal pour Tzabaztha-Eugènie De Baspin et son frère Mercure-Phillipin-André. De la dame du manoir, Andréa-Mirabelle, il n'était point question. Elle avait assez mal vécu les changements politiques de la ville, et, morose, sortait de moins en moins. Par contre, on lui devait le droit de vote pour les femmes. Elle avait surpris tout le monde quand elle s'était avancée sur l'estrade, le jour du changement de régime, pour défendre avec ferveur et logique celles de son sexe. Si Baspin se voulait démocratique, il lui était formellement interdit d'ignorer la moitié de la population.
    Elle avait tendance à bouder sa belle-fille et son fils, ces derniers temps, mais Mercure mettait cela sur le compte de son âge (qui n'allait pas en s'améliorant). Pourtant, à cinquante ans, Andréa-Mirabelle, veuve de feu messire Eugène-Phillipe, n'avait rien d'une vieillarde grognarde et décatie. Elle avait su garder une ligne et un maintien princiers, et portait ses robes avec bien plus d'élégance que la jeune Tzabaztha. Andréa était une femme de grande taille, aux longs cheveux noirs nattés dans le dos et aux yeux sombres. Elle avait offert à son fils sa peau d'un caramel aussi appétissant qu'une pâtisserie sucrée, et sa constitution solide.
    Ce n'était pas de trop, se plaisait-elle à répéter, parce qu'il fallait bien quelqu'un pour compenser la santé défaillante de sa belle-fille Tzabaztha, qui s'enrhumait trois fois par jour et attrapait des coups de soleil à une vitesse phénoménale. Ses relations avec la sa belle-fille n'étaient pas ce qu'on pouvait appeler tendues: après tout, Andréa était arrivée dans la vie de Tzabaztha peu de temps après sa naissance.
    Tzabaztha l'Aînée, mère de la Jeune, était morte en couches en même temps que l'une des jumelles qu'elle portait, et elle avait cédé à son enfant survivante sa fragilité. Andréa était comme la mère de la jeune femme. Mais sur bien des plans, elles s'opposaient. Tzabaztha aurait pu être l'archétype de la jeune fille délicate et fragile comme un bouton de rose. Fragile, elle l'était, délicate, cela restait à prouver.
    Tza avait la langue aussi bien pendue que l'était un voleur récidiviste sur la Place Maraîchère, et un sacré panel de jurons à son service. Les garçons d'écurie avaient une certaine tendance à la fuir, parce qu'elle leur était supérieure en ce domaine. Elle avait étudié la zoologie. Tout un tas de noms d'oiseaux, pas forcément méchants mais toujours impressionnants, traînaient dans son cerveau. La plupart des gens, dans le doute, prenaient un air affreusement choqué quand elle les traitait de "tardigrade microcéphale"



    Trogle et Dérive sont deux contrées aux relations uniques. L'araignée Troglienne, souterraine, étend ses pattes presque jusqu'aux confins de notre continent, et est reliée à presque toutes les villes de la surface par un réseau métropolitain d'une grande efficacité. Trogle, à la différence de Dérive qui n'est qu'un amas de cités-états sans vrais liens entre elles, est un royaume aux rouages huilés, gouverné depuis trois siècle par la dynastie des Q'e. L'unité du royaume de Trogle lui permet une organisation sans faille, et c'est pourquoi le peuple Troglien nous est nettement supérieur en terme de transport et de commerce. Toutefois, Trogle commence à connaître des dissidences: longtemps les Q'e ont incité leur peuple à s'enrichir de l'expérience de la surface, et beaucoup en sont revenus des idées de démocratie plein la tête. S'il est vrai que certaines de nos cités-états sont encore des duchés, la plupart des villes de Dérive sont à présent gouvernées par un Conseil, dont la forme et la composition peuvent varier, au même titre que la légitimité de leurs pouvoirs. Des rumeurs parlent d'une ville déjà soulevée, au sein même de Trogle, mais la reine Pazchan s'est refusée formellement à toute déclaration publique.[...] Une révolution Troglienne pourrait avoir des conséquences sans précédent sur la vie des peuples de la surface.

    Andréa-Mirabelle De Baspin, la politique Troglienne expliquée à mon fils.


    Mercure bondit en avant, un air féroce sur son visage encore juvénile. Son adversaire n'avait pas une seule chance. Il s'écroula sous le poids du jeune noble, qui, combattant comme un lion, eut tôt fait de mettre à mal sa coiffure ordonnée. Cris de protestation. Après un moment d'hésitation, un sourire illumina le visage de Mercure, et ses yeux clairs pétillèrent. Il entreprit de chatouiller mortellement sa victime, qui se mit à hurler de rire, se tortillant dans tous les sens sur l'herbe verte.
    Samian n'avait pas un rire très mélodieux, et, après une boutade à ce sujet, Mercure le relâcha. Les deux adolescents se relevèrent, se regardèrent l'air grave, et rirent de nouveau, se soutenant mutuellement pour ne pas tomber à la renverse. De loin, on aurait pu les croire ivres. Le petit noble et son garçon d'écurie traversèrent la pelouse, riant toujours bêtement.

    Tzabaztha posa la main sur la vitre. Ils étaient un peu idiots. Elle soupira. Que jeunesse se passe. La sienne était passée tellement rapidement qu'elle n'avait pas eu le temps de la voir, et elle n'avait que vingt-deux ans! D'enfant hâve et alitée, elle était passée à adulte fébrile et maladive. Pas de grande différence entre les deux. Un peu plus d'autonomie, peut-être. Mais elle conservait un corps sans âge, petit, maigrelet, toujours souffrant, plus pâle et froid qu'un marbre, agité de tremblements perpétuels. Sa respiration était sifflante, sa voix rauque et éteinte, ses yeux plus rouges que bleus, toujours cernés d'un noir violacé et agrandis plus que de raisons par ses lunettes aux verres épais.
    Elle avait l'air d'une chouette géante, une dame-blanche qu'on aurait déplumée et nourrie avec un yaourt par semaine. Sans elles, son visage était plus présentable, bien que vieilli avant l'âge. Ses traits étaient banals, certes, mais on pouvait trouver de l'attrait à la coloration porcelaine de sa peau. Elle avait de jolis yeux myosotis, un des rares héritage de son père, les mêmes que son demi-frère. Ils pleuraient perpétuellement. Les gens y voyaient volontiers le reflet des malheurs d'une enfant accablée par sa santé défaillante. Mais vraiment, ce n'était qu'un @#%! de problème de @#%! de pollen! Son corps, elle avait appris à vivre avec. Son budget annuel de mouchoirs aurait pu faire vivre tout un village.
    Et elle était un génie. Elle le savait. Tout le monde le savait. Elle avait étudié auprès de beaucoup de professeurs divers et variés. Tous s'accordaient sur un point: sa mémoire était parfaite. Et elle était devenue une encyclopédie sur pattes. Malgré cela, elle était incapable de partager. Mercure ne comprenait pas. Il la croyait égoïste. Dispensée des cours d'équitation, d'escrime, désertant les cours de maintien, elle avait pu profiter de tout ce que la science avait à lui offrir, et elle ne pouvait pas partager avec son petit frère! Mais comprendrait-il seulement? Ce n'était pas seulement une question de paraître intelligente en société, et fabriquer des gadgets à tour de bras. Il y avait quelque chose qui venait avec la connaissance. Une paix, un douce tranquillité, un bain où s'abîmer et oublier son asthme, un havre mental où elle pouvait refaire le monde avec de simples calculs.
    Et pallier à ses déficience. Elle jeta un regard tendre au bras-machin-à-force-bidullique, posé sagement au pied d'un rideau de sa chambre. C'était une petite merveille, du moins l'estimait-elle. Lorsqu'elle portait cet amalgame complexe de ressorts, de petites poulies et d'engrenages, elle était une autre femme. En tout cas, elle était capable de donner des claques sacrément douloureuse. Le bras comprenait le moindre de ses gestes, et il ajoutait la force qui lui manquait désespérément.
    En tout cas, cela ne l'aiderait pas pour ce qu'elle avait à faire pour le moment. Elle jeta un dernier coup d'œil par la fenêtre. Mercure et Samian avaient visiblement entrepris une ballade à cheval, elle venait de les voir sortir Va-vite et Doux-pas des écuries, à l'Est du manoir. La chambre de Tzabaztha se trouvait à peu près au centre du deuxième étage, et tout le mur Est, qui donnait sur le parc, était une baie vitrée.
    D'ici, elle voyait tout, et même, au loin, la belle Baspin, et sa forêt qui reculait inexorablement devant l'avancée des industries. Baspin finirait par être Basrien. Tza admirait le progrès, mais il avait tendance à se montrer... Dévorant. Oh, bien sûr, cette forêt l'avait toujours rendue malade: l'odeur trop forte de la résine la faisait tourner de l'oeil. Mais tout de même. Si tous les arbres finissaient comme combustible pour le cheval de fer dont les rails, gracieux élan métallisé, s'élançaient à travers l'horizon, la ville de son enfance risquait de se corrompre. Il fut un temps, Baspin avait abrité plus de chasseurs que d'ouvriers. Mais elle avait à peine connu cette époque parce que, confinée dans sa chambre avec n cataplasmes un peu partout, elle l'avait passée à étudier dans des livres.

    Lasse, Tza jeta un coup d'œil désespéré à son bureau, et à la lettre étalée en son centre. Un fiancé. Et il fallait lui répondre. La jeune femme se demandait sérieusement ce qu'elle devait écrire. Les mots doux n'étaient pas son fort, et elle doutait de le voir intéressé par ses projets en cours (une baignoire auto-nettoyante, une robe à propulsion et un passe-partout universel). Pfff! Un fiancé! Est-ce-qu'elle avait besoin d'un fiancé? Bon, oui, peut-être. Les finances des De Baspin étaient au plus bas, c'était vrai, et l'homme qu'on lui avait attribué était de la riche bourgeoisie. Sa belle-mère avait vendu sa main. Très bien, si cela lui chantait! Mais il aurait à perdre, ce... (Elle se pencha de nouveau sur la lettre qu'il lui avait écrite. Il avait une jolie écriture, en tout cas, mais un style déplorable et maladroit. Elle n'avait même pas pris la peine de relever son nom.) Hugues. Hugues Callist. Curieux. C'était un Troglien, pourtant, elle le savait, mais il avait un nom de Dérivien, comme elle. Sa famille devait être installée à la surface de Dérive depuis relativement longtemps. Elle se sentit déçue. Elle qui ne voyagerait jamais, elle perdait une occasion de plus d'en apprendre sur la culture Troglienne. Le peuple des profondeurs la fascinait, et elle allait se retrouver avec une espèce de mannequin qui avait tout perdu des traditions de ses ancêtres. Les Trogliens qui remontaient faisaient des efforts d'adaptation immenses, et désiraient plus que tout se fondre dans la masse. Bien souvent, ils étaient des artisans hors pair, mais les Dériviens, et encore plus dans les alentours de Zeppelin, faisaient toujours preuve d'une haine raciste à peine croyable à leur égard. Il pouvait s'agir de jalousie, mais le plus souvent, c'était leur apparence exotique qui était moquée.



    A monsieur Hughes Callist, 3 rue des Orfèvres, Centre-Zeppelin.
    Monsieur,
    J'ai bien reçu votre lettre, ainsi que votre bague de fiançailles, très jolie au demeurant et ne ternissant en nulle manière la réputation de votre maison. Il semblerait que nous soyons à présent liés, grâce soit rendue à nos parents respectifs. J'ose espérer que vous ne placez pas d'attentes en ma personne: Pour moi il est clair qu'il ne s'agit que d'un mariage d'intérêt. Un titre noble à apposer sur ses bijoux pour votre clan, un gain d'argent pour le mien, et c'est tout. Vous avez entendu parler de moi, j'imagine. Je suis une scientifique et je ne supporterai pas le poids d'un mari perpétuellement sur mon dos: aussi, si c'est une épouse affectueuse, aimable et obéissante que vous cherchez, passez votre chemin car je ne nous considèrerai que comme associés perpétuels. Mes recherches ne sauraient souffrir au profit d'un époux. En échange, liberté totale vous sera accordée sur mon domaine et l'utilisation de mon nom. J'ai un frère de votre âge, désœuvré, je vous prie d'en toucher un mot à vos parents. Il est peut-être un peu tard pour le placer en apprentissage, mais, derrière ses airs de gamin impossible, il apprend vite et n'a pas peur de travailler. Vous aurez à disposition notre cheptel équin et canin, de très bonnes lignées, mais le manoir restera la possession de ma mère jusqu'à sa disparition, après quoi il appartiendra, et ce de manière égale, à mon frère Mercure, à vous et à moi.
    Je vous invite également chez nous aussitôt que vous le pourrez: vous connaissez l'emplacement du manoir, j'imagine, et, alitée, j'y demeure en permanence. S'il s'avère que vous êtes un gros porc prétentieux, sachez que ma mère se fera un plaisir de vous renvoyer et d'annuler notre engagement. Elle est traditionaliste, mais pas stupide au point de vouloir un gendre vain et abruti. Bien à vous, mon ami,
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin.


    Hugues se gratta le crâne, perplexe. Elle lui avait envoyé l'équivalent d'un contrat, assorti d'insultes. Il ne savait qu'en penser. Il imaginait sans peine la frustration de la jeune femme, qu'on disait très attachée à son indépendance et à l'esprit tellement brillant qu'elle faisait grincer les dents de bien des pairs masculins, mais avait-elle vraiment eu besoin de l'agresser comme cela? Il n'avait rien demandé non plus!
    Il s'était efforcé, dans sa première lettre, de se montrer courtois. Ses parents voulaient un héritier. Pour sa part, à dix-sept ans, Hugues s'estimait trop jeune, mais quand parlait le couple Callist, il n'y avait pas de place pour la discussion. Qu'est-ce-que cette fille à papa orgueilleuse croyait? Qu'il tenait absolument à épouser une inconnue? Elle avait cinq ans de plus que lui, et, disait-on, une apparence repoussante. Les murmures allaient bon train quand à son excentricité, et certains la pensaient même folle.
    Le jeune homme s'étira et bâilla. Il n'avait rien à faire. La boutique fonctionnait très bien toute seule: seule la crème de la crème était engagée comme apprentis, et il n'y avait pas de risque de vol. Leur maison était Troglienne, et il ignorait totalement si cela la servait ou la desservait. Les Zeppelinans étaient affreusement racistes, c'était vrai, mais d'autre part, tout le monde savait que son peuple possédait un talent artistique prononcé. C'était dans la culture. Il n'y avait pas grand-chose d'autre à faire dans les villes souterraines.
    Hugues se releva. Il était de taille relativement petite, et habillé d'une tunique vert tendre sur un pantalon plus foncé. C'était là des vêtements modestes, sans trop d'apparats, mais d'excellente coupe et dans un tissu de qualité. Il portait aux doigts quelques bagues de bon goût, et au cou un médaillon gravé d'un chat enroulé sur lui-même, le symbole de la bijouterie.
    Hugues avait la peau cendrée de ceux de son peuple, des yeux gris et étirés, un visage tout en pointes et longueur, atypique sans être désagréable. Son oreille était décorée d'un demi-anneau, et ses cheveux noirs étirés et nattés en arrière pour lui dégager le front.
    Il traversa l'atelier, où quelques employés étaient occupés à graver avec soin des bijoux, puis la boutique. Saluant d'un geste pressé la vendeuse enjouée et potelée qu'il savait avoir un faible pour lui, il sortit de la boutique.
    Le calme de la bijouterie fit rapidement place au bruit assourdissant de la ville, et ses oreilles se mirent à siffler. Quelques passants lui jetèrent des regard à peine intéressés. La rue des orfèvre était plus métissée que le reste de la ville, comme les autres rues marchandes. Il respira un grand coup, sentit l'odeur de fumée si particulière à Zeppelin lui envahir le nez et se mit à tousser. Quelques fois, il regrettait que la rue des parfumeurs ne fut pas plus proche de celle des orfèvres. Tzabaztha disait dans sa lettre qu'il pouvait venir n'importe quand. C'était parfait. Elle ne s'attendait sûrement pas à le voir quelques heures à peine après avoir envoyé son coursier.
    Hugues eut un sourire, et entreprit le long trajet de descente du Mont-Zeppelin jusqu'à Baspin.



    Ma santé fragile m'a toujours empêchée de pratiquer la moindre activité sportive, équitation comprise. Pourtant, j'aime beaucoup les chevaux, et c'est sûrement un de mes regrets les plus amers. Mais la présence de ces nobles bêtes a tendance à me donner des plaques rouges. Ce qui n'est pas le cas de mon demi-frère, un entêté qui a pratiquement passé sa vie à traîner avec les garçons d'écurie. Ce qui ne veut pas dire qu'il est bon en équitation. Il est juste très, très, très obstiné.
    Tzabaztha

    Samian donna du talon à Doux-Pas, qui, malgré leurs noms respectifs, rattrapa aisément Va-Vite. Mercure eut un rire chaleureux qu'un hoquet coupa. Son imprudente monture, furieuse d'être rattrapée, avait accéléré et venait de trébucher sur une bûche. Le nobliau fit un vol plané qui, fort heureusement, se termina sur l'herbe. La chute lui avait cependant coupé le souffle, et, quand Samian lui demanda si ça allait, il ne put répondre. Il attendit de reprendre son souffle, et gémit, le dos douloureux:
    "-Samiaaaan... Rattrape-laaaa!"
    Va-vite en avait effectivement profité pour sauter une barrière et aller se régaler de luzerne dans le champ voisin. La jument regardait les deux jeunes homme d'un air placide, tout en mastiquant avec appétit sa bouchée d'herbe, mais Mercure aurait juré qu'elle lui aurait tiré la langue si elle l'avait pu. Samian leva les yeux au ciel.Malgré l'amitié qui liait les deux garçons depuis leur enfance, il ne risquait pas d'oublier qu'il était le garçon d'écurie. Mercure montait de façon désordonnée. D'accord, Va-vite était une jument plutôt caractérielle, mais il continuait d'estimer que s'ils avaient inversé leurs montures, il n'y aurait pas eu de problème. Las. Mercure était impossible à raisonner! Moins bizarre que sa sœur, collée à sa vitre à longueur de journée, mais aussi têtu. Samian s'approcha doucement de Va-vite, qui recula d'un pas.
    "-Ma belle..."
    La jument recula de nouveau, sans cesser de mâcher sa précieuse luzerne. Samian soupira et sortit un trognon de pomme de sa poche. Va-vite parut nettement plus intéressée.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h26.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  2. #2
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 2: Pour vos beaux yeux
    Certains humains prétendent posséder ce qu'on appelle pouvoirs parapsychiques. Télépathie, télékinésie, contrôle de l'esprit ou du corps, clairvoyance, etc. De bien jolis mots, toujours élégants sur la carte de visite d'un escroc. Il n'y a jamais eu de preuves de l'existence de telles capacités, et il n'y en aura probablement jamais. Les seules choses prouvées à ce jour sont qu'il existe des gens crédules, et des profiteurs, et je ne parlerai même pas des illuminés qui ont reçu un truc trop lourd sur le crâne.[...] L'esprit humain est une chose merveilleuse, mais faut pas pousser mémé dans les orties, nom d'un lama laineux!
    Tzabaztha-Eugènie de Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Les jambes d'Hughes commençaient à fatiguer. De sa boutique jusqu'au manoir De Baspin, il n'y avait que de la descente, mais en quelle quantité! Il regretta que le réseau métropolitain soit toujours bondé à cette heure. Les rues l'étaient aussi. Il avait dû esquiver une manifestation, ce qui lui avait fait perdre une demi-heure en arrivant à Bourg-Zeppelin, la partie la plus populaire de Zeppelin. Des ouvriers réclamant de meilleures conditions de travail. Il n'y avait que cela, ces temps-ci.
    Zeppelin était niché dans les montagnes, près des mines qui fournissaient la matière première à nombre de ses industries, et grouillait littéralement de travailleurs pauvres.
    Ville-aux-morts, le cimetière, débordait littéralement ces temps-ci. Hugues en ressentait de l'écœurement, et de la peur. Il était affligé d'une empathie qui l'handicapait. Il se savait malléable, facile à emporter, parce qu'inconsciemment il adoptait toujours l'état d'esprit des autres. Il savait pourquoi les ouvriers protestaient. Il avait beau être issu de la riche bourgeoisie, il savait tout, et cela le rendait malade. Toujours cette odeur de fumée. Cet hiver, pas moins d'une dizaine d'entrepôts avaient été brûlés par des manifestants mécontents. Il espérait que l'odeur tenace de cendre n'était dû qu'aux fourneaux de l'aciérie géante nichée dans le creux de Bas-Zeppelin.
    Dans le ciel, un dirigeable flottait, majestueux, lent, son enveloppe parée des couleurs de la ville: cuivre et noir.
    A Bas-Zeppelin, l'odeur se fit plus tenace. La tête d'Hughes lui tournait. Les ruelles devenaient crasseuses et mal pavées.
    Bas-Zeppelin avait été construit à la hâte. Des masures de pierre friable et de bois vert avaient été érigées, et les effondrements n'étaient pas rares dans cette partie de la ville. La zone était entièrement tâchée de suie, et par terre traînaient copeaux de bois et détritus divers. Les usines s'élevaient, orgueilleuses, froides et immuables comme des pierres tombales. Hugues pressa le pas.
    La zone n'était pas sûre, surtout lorsqu'on portait les traits d'un Troglien et des habits aussi voyants que sa tunique verte. Il rangea avec précaution ses bijoux dans une bourse qu'il cacha dans sa manche. Passant près de lui, une vieille femme au chignon gris et au châle déchiqueté lui jeta un regard noir qui capta les yeux d'Hughes dans ses rets. Elle était visiblement courroucée de son étalage de richesse. Hugues ne put se détourner. Sa tête se mit à l'élancer violemment.
    Elle. Iris bruns. Son fils était mort brûlé par un jet de vapeur bouillante. Pupilles noirs. Sa belle-fille avait un fils à élever, maintenant, et ne connaissait qu'un moyen de ramener quelques pièces de cuivre chaque jour. Œil injecté de sang. Et la vieille dame était malade des poumons.
    Il ignorait si ce que son cerveau lui dictait était vrai, mais il fut pris de nausée. C'était quelque chose de probable. Sûrement. Il avait de l'imagination. Il fallait faire quelque chose.
    "Oui."
    L'ancêtre le regarda avec un air surpris. Il avait un air véritablement affligé, ce rejeton de bourge. Elle ne cherchait pas sa pitié. Elle ne voulait pas être prise pour une mendiante. Qu'il cesse donc de la regarder avec cet air de gobe-mouche!
    "Oui..."
    Répéta t-il, le regard dans le vague. Il fit tomber la bourse de sa manche, la ramassa, et la lui tendit, souffrant visiblement. Il avait horreur de ces migraines. Elles le prenaient et le faisaient agir comme s'il ne contrôlait plus son propre corps. Mais c'était le seul moyen de les dissiper.
    Avec un geste respectueux, il offrit ses bijoux à la femme, souffrant d'autant plus qu'il savait pertinemment que si elle ne les écoulait pas dans la journée, elle se ferait tuer par des jaloux.
    Hugues ne se prenait pas pour un parangon de vertu. On l'avait élevé avec des valeurs qui n'étaient pas celles de la charité. La fortune des orfèvres, elle reviendrait à une famille noble à laquelle ils allaient se lier, pas aux miséreux. Mais il était influençable, et deux armées de principes se battaient dans son crâne. Il lui suffisait de croiser un regard...
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h28.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  3. #3
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 3: Thé, suie et allergies
    [...]Je ne comprends pas vraiment les ambitions de mes parents. Je t'ai parlé de leur projet de me lier à la noblesse, non? Et bien ça c'est fait, encore plus rapidement que ce que je redoutais. On m'a fiancé à une femme que je n'ai jamais vue, une certaine De Baspin. Et, comme de juste, je n'ai pas eu mon mot à dire. On m'a dit qu'elle était plus vieille que moi. Pas de beaucoup, mais suffisamment pour que nos centres d'intérêt divergent. Oh, à quoi bon? Notre commerce est prospère! Est-ce-qu'un "de" dans notre blason va changer grand-chose à la manière avec laquelle le peuple nous considère? Nous sommes des étrangers, c'est marqué sur notre chair, dans notre visage, notre peau grise, et à Zeppelin plus qu'ailleurs on rira des efforts de mes parents pour m'"intégrer". Ils m'étouffent, et heureusement que je t'ai comme confident et dernier lien avec la terre de mes ancêtres. Je fais le serment qu'un jour, je me libèrerai de ces entraves! Malheureusement, telles que les choses sont parties, ce ne sera qu'à la mort de mes parents, et je risque alors d'avoir une femme à nourrir. Mais un jour, dussè-je la traîner dans nos souterrains, je te promets que je verrai Trogle. [...]Affectueusement,
    Ton Hugues (déprimé).
    PS: Je joins à cette enveloppe de l'argent. Je t'en supplie, Azzq, trouve-moi une jolie peinture de nos terres enfouies et envoie-la moi. J'ai le mal d'un pays que je n'ai jamais vu...
    Hugues Callist (lettre à un ami)


    Andréa soupira avec délice en reposant sa tasse de thé sur le guéridon. C'était une jolie tasse, la dernière de son service malheureusement, et elle était ébréché. Les crises d'éternuements impromptues de Tzabaztha coûtaient cher en vaisselle, sans compter la maladresse enthousiaste de Mercure. A côté d'elle, Ursuline s'agitait et rangeait le salon avec célérité et habitude. Le protocole voulait qu'elle évitât de le faire en présence de la dame du château, mais Ursuline était aussi imperméable au protocole qu'à l'eau. Elle carburait à l'eau-de-vie, et pourtant on ne la voyait jamais ivre ou migraineuse. Tzabaztha avait un jour déclaré avec amertume que la gouvernante aurait constitué un magnifique sujet d'étude sur l'adaptabilité de l'organisme.
    Pour l'heure, elle mettait de l'ordre dans une bibliothèque qu'on avait dérangée, avec autant d'assurance que si elle était chez elle. Ce qui était en partie le cas, pensa Andréa. Ursuline connaissait tout le manoir, et y était depuis plus longtemps qu'Andréa.
    Elle ne vivait pas ici, elle nettoyait, elle farfouillait, elle connaissait les secrets et les recoins de l'imposant bâtiment. L'ex-comtesse savait qu'Ursuline regrettait la lente décrépitude du château. Ce n'était pas toujours perceptible: les pelouses étaient entretenues, le sol briqué, les meubles cirés, mais le manoir devenait peu à peu un havre d'ennui beaucoup trop grand pour ses résidents.
    Elle songea même qu'on pourrait déplacer le quartier des serviteurs à l'intérieur du bâtiment. Ils avaient tellement de pièces! A quoi bon trois salles de bain pour trois résidents? A quoi bon une dizaine de chambres? Mais Andréa était traditionaliste. Elle avait l'impression que détruire ce qui restait de protocoles mettrait fin au sens de son existence. Elle avait conscience de la stupidité de toute cela, mais persistait. Tant qu'elle resterait en vie...
    Elle entendit un toussotement étouffé et sursauta, en parfaite synchronisation avec Ursuline. Le toussotement reprit.
    "Heu... Bonjour?"
    Andréa soupira. La voix étouffé provenait du tube acoustique relié à la porte d'entrée. Elle ne s'y était pas habituée. Mais Tza avait longuement insisté sur la commodité de l'objet, soutenue par son frère enthousiaste.
    L'ex-comtesse s'approcha du tuyau d'où s'échappait la voix étouffée.
    "Bonjour."
    Silence.
    "-Nous n'attendions pas de visiteur. Déclinez votre identité, mon ami.
    -Callist, Hugues. Votre fille a...
    -Ah. "
    Andréa prit un ton plus joyeux. Cela allait peut-être la distraire. Elle n'avait pas beaucoup vu son gendre. Les fiançailles s'étaient organisées entre elle et les parents Callist, des gens très biens.
    Le moment était venu de mettre l'heureux élu à l'épreuve. C'était sûrement une idée de Tza. Il fallait intervenir avant elle, sinon elle allait le soumettre à un interrogatoire en règle sur ses connaissances en mécanique, en biologie ou elle ne savait trop quoi, et lui faire peur.
    "-Bienvenue, monsieur Callist! Ma fille ne m'avait pas avertie, la sotte, j'imagine que vous êtes là sur son injonction. Je descends vous ouvrir. Ursuline! Remettez une bouilloire à chauffer, je vous prie."
    Ladite Ursuline grimaça. Elle ne comprenait pas comment la comtesse pouvait se gorger de thé à longueur de journée. La gouvernante sortit une petite bouteille d'eau-de-vie de mûre de son tablier, en but une gorgée et descendit en direction des cuisines.
    "-Comment vous portez-vous, monsieur Callist?"
    Elle ne voulait vraiment pas savoir. Il avait une tête d'enterrement. Il sentait la fumée des bas-quartiers, c'était inévitable au vu du trajet qu'il avait dû emprunter, mais il n'y avait pas que cela. Les petites tresses de sa coiffure étaient éparpillées sur son crâne, sa peau était plus verte que grise et il avait l'air nauséeux.
    "-Je suis légèrement fatigué.
    -Asseyez-vous. Le trajet a dû être long!
    -Plutôt."
    Il avait un ton morose qui ne plaisait pas à Andréa. Assez d'une Tzabaztha cynique dans la maison! La femme ne comprenait pas. Elle l'avait déjà vu chez les Callist, et il paraissait alors heureux comme un pinson.
    Aur fasse qu'il ne fut pas de santé fragile! Ses parents n'avaient rien dit à ce propos... Elle leur en voulut un moment. Et si celui-là et sa belle-fille donnaient naissance à une créature encore plus souffreteuse que Tza?
    Andréa soutint Hugues, qui ne parut même pas s'en apercevoir, pour l'asseoir sur un divan. Il parut reprendre soudainement ses esprits.
    "-Excusez-moi. La traversée des bas-quartier est toujours éprouvante."
    Elle se mit à le regarder de manière à la fois soupçonneuse et compatissante.
    "-J'ose espérer que vous n'avez pas fait malencontre! Vous avez l'air de revenir de Ville-aux-morts!
    -Non, ma Dame. Il y a que les gens là-bas sont particulièrement miséreux, et que cela m'affecte.
    -Vous êtes un brave homme. Mais nous ne pouvons rien faire pour ces mendiants."
    La morgue dans son ton fit se hérisser Hugues, encore sous le coup de sa rencontre avec la vieille femme. Il évitait soigneusement de regarder De Baspin dans les yeux.
    Un silence s'installa, qui devint particulièrement gêné lorsque la voix d'Ursuline chantant une chanson aux paroles douteuses, dans la cuisine, se fit entendre. Fort heureusement, Tzabaztha choisit ce moment pour entrer en scène, descendant les escaliers d'un pas boiteux. Elle s'était foulée une cheville en prenant son bain.
    Elle portait une robe pêche, sans corset parce qu'il n'y avait rien à affiner et rien à mettre en valeur, et un ruban dans ses cheveux châtains désordonnés. Portée par une autre, la robe aurait pu être pleine d'un charme simple mais élégant. Mais elle s'empêtrait dans ses jupes, dont l'ourlet aurait bien eu besoin d'être refait. C'était un spectacle à la fois touchant et pitoyable que de la voir descendre les escaliers ainsi. Visiblement, elle avait essayé de se faire belle. Elle portait des lunettes qui lui dévoraient moins le visage que sa paire habituelle.
    Andréa fut prise d'un élan de gêne et de pitié pour sa fille. Mais Hugues ne pouvait pas se permettre d'être trop exigeant. Tzabaztha s'était habillée à la va-vite, elle avait dû oublier qu'il viendrait. Et lui-même était dans un état douteux, avachi sur le divan.
    Les regards des deux fiancés se croisèrent. La première chose qui vint à l'esprit d'Hugues, c'était que cette créature famélique qu'on lui présentait ne devait pas avoir plus de quatorze ans, et qu'elle avait des yeux d'une taille abominable. Puis il rectifia sa pensée. Son petit corps paraissait trop jeune pour son visage d'adulte, mais on l'avait averti que c'était là la faute de la maladie mystérieuse qui la consumait. Et son hypermétropie l'obligeait à porter des lunettes.
    Tzabaztha se livra à une analyse plus poussée de son fiancé. Il avait l'air épuisé. Elle savait vaguement que le trajet de sa boutique au manoir n'était pas de toute repos, mais il aurait pu faire un effort! Son visage, de coloration déjà terne par nature, était taché de suie. Il avait de jolis yeux gris. Pour un orfèvre, il était étonnamment dépourvu de bijoux. Elle ne voyait qu'un anneau scintillant à son oreille. Bien. Au moins, il avait voulu éviter de trop lui rappeler les raisons de leurs fiançailles. C'était suffisamment touchant et subtil de sa part pour pouvoir être noté. Elle remarqua qu'il essayait de se détourner du regard curieux qu'elle lui adressait. Ses yeux gris et allongés flanchèrent devant son immense regard myosotis. Elle le vit perdre volonté, et s'affaler encore un peu plus sur l'épaule d'Andréa, chose que celle-ci évita avec tact de reprocher à son hôte.
    "-Bonjour. Hugues, j'imagine?"
    Il sursauta en entendant la voix rauque de Tzabaztha. Il s'était attendu à une voix flûtée de gamine, ou peut-être à un chuchotement discret, pas à ce grincement enroué.
    "-Oui. Docteur De Baspin, je présume?"
    C'était gentil de sa part de l'appeler ainsi, mais pas tout à fait exact. Docteur, elle aurait pu l'être, et ce dans plusieurs domaines, si elle n'avait eu cette incapacité chronique à rédiger des textes un peu sérieux. Sans compter que les écoles dignes de ce nom étaient loin, qu'elle ne supportait pas les voyages et qu'elles acceptaient rarement les femmes.
    "-Vous présumez un peu trop, mais je suis bien Tzabaztha, et apparemment nous sommes fiancés.
    -Enchanté, mademoiselle."
    Il bâilla de manière ostentatoire, faisant prendre à Andréa un air totalement choqué. Tza acheva sa descente des escaliers, et fit un geste de main agacé à l'adresse de sa mère trop protocolaire. Le jeune homme était visiblement épuisé. Il rougit soudainement sous son masque de suie, s'apercevant de l'inconvenance de sa conduite.

    Elle s'avança jusqu'au divan avec un air digne, tenta de relever Hugues pour le remettre dans une position plus correcte, puis s'agenouilla, sortit un mouchoir propre du sac qui pendait sur son flanc, le trempa dans la bouilloire que venait d'amener Ursuline, et entreprit de nettoyer le visage du jeune homme avec une application teintée d'agacement. On aurait dit une grande sœur débarbouillant son petit frère qui avait abusé de la confiture, et ce fut trop pour Andréa qui dut détourner le regard. Tzabaztha exagérait. Le visage d'Hugues redevint rapidement rouge écrevisse, autant à cause de la température de l'eau que de la familiarité de la jeune femme. Leurs deux visages étaient proches, mais il ne lisait nul romantisme dans les yeux rougis de la scientifique, seulement un énervement contenu. Quand à lui, il se sentait particulièrement misérable. Il aurait dû attendre le retour de ses parents, et une visite plus officielle. Qu'est-ce-qui l'avait pris?
    Andréa évitait soigneusement de les regarder, servant le thé avec plus de lenteur qu'il n'en fallait. Tzabaztha fourra son mouchoir sale dans son sac avec un petit claquement de langue satisfait, se releva, choisit un fauteuil et s'y installa.
    "-Tzabaztha, où est votre frère?
    -Parti il y a quelques heures faire un brin d'équitation pour profiter du soleil. "
    Il y eut ensuite un dialogue de regards entre la mère et la fille, qu'Hugues suivit et crut entendre aussi clairement que si elles avaient parlé en hurlant. Il était parti avec son ami des écuries, encore. Ni Tza ni Hugues n'étaient présentables, mais ce serait encore pire si Mercure revenait maintenant, couvert de bleus, de crottin, d'herbe et soutenu par un Samian hilare. Cela se passait toujours comme ça. Andréa fronça les sourcils comme pour reprocher à sa fille de ne pas s'être suffisamment préparée à la venue d'Hugues, ce à quoi Tzabaztha répondit (double battement de paupières) qu'elle ne l'attendait pas si tôt, et qu'elle était profondément navrée si elle ne pouvait pas avoir l'élégance permanente de sa mère.
    "-Bien, alors j'espère qu'il nous rejoindra à temps pour que nous puissions vous le présenter, Hugues."
    Andréa n'espérait rien du tout, pas la peine de posséder la sensibilité d'Hugues pour s'en apercevoir. Son crâne le vrillait de nouveau.
    "-C'est un garçon tout à fait charmant et à peu près de votre âge. Il est important que vous vous entendiez bien avec notre famille."
    Si Mercure avait eu la mauvaise idée de passer, l'entrevue aurait réellement tourné au cauchemar. Fort heureusement, il ne montra pas le bout de son nez. Le thé fut servi et savouré, des biscuits à la cannelle apportés. Hugues, revigoré par cette collation imprévue, redevint rapidement un jeune homme élégant et amical, ses pensées encore un peu tourmentées par ses brusques accès de sensibilité empathique.
    "-Je suis heureuse que vous et Tzabaztha vous compreniez, vraiment! Ma fille peut être un peu indélicate, parfois. Mais c'est une dame, et elle connaît ses manières! Nous sommes entre nous..."
    Tza soutint le regard sombre de sa belle-mère. Non elle ne connaissait pas ses manières, parce qu'elle avait eu un professeur pédant et des bouquins de géologie terriblement plus attirants. Mais de toute manière, ce n'était pas comme si Hugues comptait organiser des dîners mondains au manoir, non? Pauvre homme. Sa vie allait être terriblement ennuyeuse. La jeune femme espérait vraiment que l'orfèvrerie le passionnait, parce qu'il n'aurait pas grand-chose d'autre à faire.
    Elle se sentait très lasse. Leurs parents avaient décidé qu'ils allaient passer leur vie ensemble, sans se voir, sans se parler, sans se toucher, parce qu'ils vivaient dans des mondes plus éloignés que Dérive l'était d'Equinoxe. S'en étaient-ils seulement rendu compte? Ce n'était qu'un mariage d'intérêt, une mascarade assumée beaucoup trop facile à déceler. Tzabaztha n'était pas une femme à vouloir se marier. Ni même à vouloir se lier. Elle n'avait pas d'amis, et la seule compagnie qu'elle appréciait était celle d'une belette endormie les trois quart du temps.
    C'était de notoriété publique qu'elle ne prêtait de l'attention aux êtres humains que quand il s'agissait de dissections. Ou de traités de philosophie. Elle en avait lus beaucoup, pensant peut-être que cela compenserait.
    Elle plaignait Hugues. Il avait l'air d'aimer la chaleur, au contraire. Hé bien, s'ils se mariaient vraiment, elle ne lui interdirait pas les amantes, s'il savait se montrer discret. Elle n'était pas cruelle.
    Elle n'était qu'une jeune vieille folle solitaire, après tout.
    Son regard explora la pièce alors que sa mère continuait à débiter avec expertise des banalités auxquelles Hugues se contentait de répondre par des phrases courtes. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était obligée de rester. Visiblement, Andréa s'était mise en tête de faire la cour pour elle, parce qu'elle n'était pas assez dégourdie. Elle aurait très bien pu remonter et continuer ses travaux. Elle ne voyait pas ce qui l'en empêchait, à part le protocole qui voulait qu'une fiancée n'abandonne pas son fiancé avec sa belle-mère. Oui. Peut-être.

    Tzabaztha se mit à rougir, et cela n'avait rien à voir avec une quelconque gêne. A la première toux rauque, les deux bavardeurs s'interrompirent et la regardèrent. La jeune femme se grattait comme une possédée, les joues couvertes de plaques rouges Quand ses chairs commencèrent à gonfler de façon tellement effarante qu'Hugues craignit de voir ses yeux énormes sortir de ses orbites, Andréa, très digne, appela un valet pour s'occuper d'elle. Ursuline apparut, et l'ex-comtesse la fustigea pour sa bêtise. De la cannelle dans les biscuits! Avec les allergies de Tzabaztha! Tenait-elle absolument à faire s'éteindre la famille des De Baspin? Pour Andréa, un air penaud. A Tzabaztha, qu'elle portait à l'étage, Ursuline eut un sourire entendu. La jeune femme lui répondit avec un "blblblbptheutheeeeu" complice.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h29.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  4. #4
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 4: Vingt heure passées
    La Barrière est sans doutes le plus grand archipel de Bleue. Il s'étend, comme une ceinture, tout autour de la planète, à égale distance d'Equinoxe et de Dérive. Si la plupart de ses îles sont inconnues, nombre d'entre elles dépendent des cités-états qui les ont colonisées. Zeppelin est une des rares cités de l'intérieur à bénéficier d'un vaste territoire d'outre-mer, grâce aux dirigeables qui firent sa réputation. Et pourtant: Pic-de-silence, Ciel-d'or, Zibeline, qu'évoquent ces noms pour nous sinon des indications abstraites sur les caisses de café ou de tabac du quartier des docks? On peut regretter une colonisation beaucoup trop commerciale de ces endroits uniques, ces berceaux d'une faune et d'une flore différentes de celle de Dérive, que les biologistes n'ont que trop rarement l'autorisation d'étudier. A regretter aussi les mensonges que l'on nous sert que trop souvent quand à la réalité des contacts avec les indigènes. Maudite soit mon affliction, car je ne crois pas un traître mot de ce que racontent ces marins vantards à propos de sauvages plus bêtes que leurs pieds, et j'aurais grandement voulu aller voir par moi-même les réalités de la colonisation. On parle de massacres ou d'esclavagisme, et ce sont des rumeurs suffisamment inquiétante pour faire tiquer n'importe quel humain censé! Las, nos dirigeants ferment les yeux. Où peut-être ne peuvent-ils voirs que les profits, en dépit de la Charte Universelle des Gens Civilisés. Doit-on rappeler la censure dont furent victimes les journalistes Louis et Amanda Lunont à la parution de leur Carnets de voyage en Zibeline et Ciel-d'or? Je n'ai personnellement pas réussi à mettre la main sur un exemplaire du livre, qui paraît avoir subi un autodafé intégral de sa seule et unique édition, peu de temps après sa sortie!
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Une farce. Tout se jouait comme dans une de ces farces à trois pièces de cuivre la place qu'on passait dans les théâtres populaires pour distraire des ouvriers qui n'avaient même plus de cœur à rire aux gags grossiers. Acte un, scène un: la mère, la fille, le fiancé. Acte un, scène deux: la mère, le fiancé. Le scénario n'était même pas bon. L'héroïne n'était franchement pas la plus romantique qu'on puisse faire. Elle se pâmait, d'accord, mais pas de manière très artistique. Pour l'heure, la Mère discutait avec le Fiancé, et se rendit soudainement compte que la nuit était tombée.
    Mercure devait être rentré depuis longtemps. Il avait dû passer par derrière. Brave garçon. Brave garçon, brave garçon. Il ne pouvait pas être allé au bourg pour boire, oh noooooon. Il était noble. Enfin presque. Même si un petit "de" devant son nom et un manoir comme dortoir étaient les seules marques restantes de son état. Andréa fut soudainement prise d'un doute affreux. Ses fréquentations laissaient à désirer. Elle savait que tout le monde détestait quand elle prenait ses airs hautains à propos des serviteurs, mais à quoi servaient-ils, sinon à prendre des airs hautains à leur propos?
    "-Ah, mon ami, la nuit est tombée. J'espère que le métropolitain est toujours en fonctionnement. Quelle heure est-il?"
    Hughes sortit une montre à gousset de sa tunique.
    "-Vingt heure. Déjà!"
    Il avait pâli. Il dépendait encore de ses parents, et ceux-ci étaient strictes sur ses horaires de retour, plus particulièrement ces derniers temps. A croire qu'ils craignaient une fugue. Il était ici pour servir leurs desseins, mais ceux-ci l'ignoraient. Et bien, ils devraient faire avec son retour tardif. Le retour l'inquiétait plus. S'il n'avait pas de métro, il serait bon pour l'ascension à pieds, et cela risquait de l'achever.
    Parler avec Andréa avait été un exercice plus qu'épuisant. La noble savait tenir une conversation à la fois insipide et interminable. Il n'y avait eu que la crise d'allergie de sa... Fiancée, puisqu'il lui fallait la considérer ainsi, pour le distraire.
    Et il avait eu la désagréable impression d'être jaugé, inspecté, scruté par la mère alors qu'elle lui parlait de la pluie et du beau temps. Cette femme devait posséder une technique redoutable, pour parvenir, à partir d'une discussion sur la pluie et le beau temps, à connaître son adversaire. Un truc de noble. C'était sûrement de cela qu'il s'agissait. Savoir bien paraître en société, était-ce aussi savoir disséquer une âme en lui faisant parler de n'importe quoi? Il vit Andréa se mordre la lèvre inférieure, en proie à une intense réflexion.
    "-Pourquoi ne pas rester cette nuit? Notre dîner est bientôt prêt, et vous en auriez pour une heure de trajet, au moins. Je peux envoyer un coursier à cheval porter un message à vos parents. Après tout, vous allez faire partie de la maison. S'il-vous-plaît... Si ma fille ne va pas mieux et mon fils ne revient pas, je vais dîner seule, et vous êtes d'une compagnie agréable."
    Hugues se mit à bredouiller.
    "-Ah... Pourquoi pas? Après tout, je *vais faire partie de la maison*."
    Il n'avait pas pu empêcher l'amertume de teinter ces derniers mots. Une épouse qui ne lui portait aucune attention, une belle-mère franchement collante, un beau-frère visiblement peu concerné composait la "maison". Il espérait vraiment que les domestiques seraient d'une compagnie plus agréable, parce qu'il n'aurait pas grand-chose d'autre dans les années à venir.

    Mercure dormait sagement, avachi sur une table du quartier des serviteurs, lesquels, pour l'heure, se demandaient ce qu'il fallait faire de lui. Il n'était pas présentable. Sa chute de cheval avait occasionné des bleus, ses cheveux étaient ébouriffés et (Aur soit clément!) il bavait en dormant.
    En tout cas, il avait l'air plus heureux que Samian, qui sentait avec angoisse venir le blâme. Mercure buvait l'hydromel comme du petit lait, sans que rien ne laissât penser à une quelconque ivresse, jusqu'à son écroulement sur la table, un air de bienheureux sur son joli visage. Et il laissait ses amis, plus particulièrement le garçon d'écurie, dans un embarras profond. Samian n'avait certainement pas la force de le porter seul à sa chambre, et les autres évitaient avec soin de regarder le jeune maître.
    Oh, et puis tant pis! Ce n'était pas une nuit passée endormi sur une table qui allait rendre ce solide jeune homme souffreteux comme sa sœur. On le regarda partir avec curiosité, puis, quand il revint avec un oreiller et une couverture, on se mit à rire. Il glissa le coussin avec précaution sous la tête de Mercure, qui grogna, et le recouvrit de la couverture, de facture assez laide mais chaude. Puis il recula, contemplant son œuvre.
    Le rouquin distribua des regards venimeux à l'assemblée ricanante, et chacun se remit au travail.

    Le visage tuméfié de Tzabaztha s'était peu à peu dégonflé. Ursuline était une alliée de poids, elle l'avait oublié. Tzabaztha attira à elle un miroir. Plutôt de l'urticaire que deux heures dans un fauteuil à regarder parler sa mère et Hugues. Sa crise ne l'avait pas embellie, mais elle savait que ça passerait. Ses joues étaient écarlates et la démangeaient comme si elles avaient servi de piste de danse à une fête mondaine pour puces.
    Elle avait revêtu une tenue plus confortable que sa robe insensée, et se baladait à présent avec lenteur dans ses appartements, un bouquin de chimie à la main et une livrée de servante sur le dos, mâchouillant un sandwich. (Au poulet. Elle n'était pas allergique au poulet. C'était bon, le poulet.)
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h32.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  5. #5
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 5: Un long dîner de fiançailles
    Je n'ai jamais eu beaucoup d'amis. Mes parents, que je préfère qualifier de "sur-manipulateurs" plutôt que de "sur-protecteurs", ne me l'ont jamais permis. Mon cercle s'est souvent restreint aux employés de la bijouterie, aux apprentis avec lesquels j'ai appris la gravure, la ciselure, la forge et l'estimation. J'ai été élevé pour l'utile, non pour l'agréable. Je suis allée dans de bonnes écoles privées, bien Zeppelinannes, et je n'y ai rencontré que froideur de la part des élèves et des professeurs. Les enfants bien éduqués ne jettent point de pierres, mais se contentent de dédain, ce qui est, de mon point de vue, bien pire. Si j'eus quelques amis durant ma jeunesse, ils furent trop rares, et rapidement éloignés de moi. Je me sentais perpétuellement seul. Ce serait mentir que de dire que mon enfance fut la période la plus heureuse de mon existence. Au moins, à la bijouterie, j'ai su me faire des amis. Même s'il y a une chose que ma proximité avec les apprentis de mon âge n'a jamais pu effacer: mon statut de fils de patrons... Et le leur d'employés.
    Hugues

    Vint le dîner: perdrix aux champignons finement arrosée du flot continu de paroles de l'ex-comtesse, suivie d'une tarte à la rhubarbe saupoudré de questions. Les oreilles d'Hugues bourdonnaient. Andréa lui donnait envie de se tuer. Elle ne lui faisait pas du charme. On ne pouvait pas dire cela comme ça. Il doutait de réellement intéresser la noble pour autre chose que l'argent de ses parents.
    Mais elle essayait, pour il ne savait quelle raison, de mettre son âme à nue, de l'écorcher, de lui soutirer tout ce qui pouvait l'être. Par devoir de belle-mère stéréotypée? Pour le plaisir? Pour s'assurer de sa loyauté?
    Il répondait machinalement. Il n'aurait pas dû, il le savait. Surveiller sa langue, mentir par omission, pas trop mais suffisamment pour ne pas être la merci de son interlocutrice, voilà ce qu'il aurait dû faire. Bon sang, il ne connaissait cette femme que depuis quelques heures!
    Elle le troublait. Elle n'était pas vraiment belle, mais tout en elle respirait la grâce. Elle avait un maintient impeccable, et paraissait facilement une quinzaine d'années de moins que son âge véritable. Les quelques rides qui sillonnaient sa peau brune ne faisaient que mieux ressortir l'éclat de son sourire et la douceur trompeuse de ses yeux sombres. Elle était une Dame.
    Pauvre Tzabaztha! Elle n'aurait su tenir la comparaison. Alors que les cheveux d'Andréa étaient impeccablement nattés dans son dos, Hugues se rappelait ceux de sa fiancée comme une explosion de bouclettes désordonnées, façon pissenlit à anglaises dynamitées.
    Et d'un autre côté... Andréa était dotée d'un esprit vif et d'une intelligence tranchante qui contrastaient nettement avec la géniale folie de sa belle-fille. Elle n'avait aucune imagination. C'était frappant, et effrayant aussi. C'était pourquoi, par d'habiles feintes dignes d'un escrimeur (ivre), il évitait de croiser son regard. Il *voyait* trop dans les yeux. Si Andréa savait disséquer une âme par la parole, lui, il lui suffisait d'un regard, mais c'était au prix de sa personnalité. Et il ne voulait surtout pas assimiler, même momentanément, celle de la noble. Comme il maudissait sa mollesse! Il était naïf, influençable, tout le monde en profitait, ses parents gluants les premiers, et c'était comme si le fait d'en être parfaitement conscient l'empêchait de changer.
    "-Vous aimez la science? Ma fille en est folle. Oh, je sais, il y en a qui disent qu'elle est folle tout court, mais je ne pense pas. Tzabaztha est un génie. Elle n'aime pas partager son savoir malheureusement...
    -La science? Quelle science, ma dame? J'ai fait quelques études, sans pouvoir me vanter d'affinités particulières avec ces matières.
    -Toutes, et c'est bien là le problème. Elle passe de l'astronomie à la médecine, sans transition. Elle a l'air de penser que tout est lié, mais elle exagère. Elle fait de gros efforts pour comprendre le monde, voyez-vous, mais la pauvre, cloîtrée dans sa chambre comme elle l'est, elle ne peut pas confronter ses points de vue à des gens aussi intelligents qu'elle. Mais vous avez l'air d'avoir l'esprit vif, je ne serais pas étonnée que vous lui appreniez quelques petites choses."
    Oh que si, elle en serait très, mais alors vraiment très, étonnée. Elle avait une très haute estime de l'intelligence de sa fille, supérieure même à la réalité. On avait les fiertés qu'on pouvait.
    Hugues fut vexé de se rendre compte qu'elle le prenait pour un imbécile inculte, mais comme elle le menait par le bout du nez, soupira t-il intérieurement, elle n'avait peut-être pas tord.
    "-Vous, Hugues, vous êtes un artiste. Normal pour un fils de joailler! Personnellement, il m'arrive de m'adonner à la peinture, et Mercure est tout à fait respectable au clavecin. C'est notre côté de la famille. Tzabaztha n'est pas de mon sang, donc j'imagine que c'est de sa mère qu'elle tient ses dons. A ce propos..."
    Et ainsi de suite jusqu'à la fin du dîner. Lorsque Hugues se leva de table, il était plus épuisé que s'il avait dû effectuer une dizaine de fois le trajet boutique-manoir. Sa bouche était pâteuse, sa tête lourde et ses paupières irritées par la chaleur de la pièce. Il demanda poliment à la maîtresse de maison l'autorisation de se retirer. A
    ndréa lui fit un sourire absolument charmant, et le précéda dans les escaliers pour le guider à sa chambre. Ça, il était presque sûr que ça n'était pas protocolaire du tout. La rampe d'escalier. Il se focalisait sur la rampe d'escalier, et ses motifs de serpents marins, de dragons, de sirènes, de sirènes, de sirènes, de sirènes... L'ex-comtesse sentait fort le parfum. Ce n'était pas désagréable, parce qu'il s'agissait de fragrances florales et non de musc, mais il ne pouvait s'empêcher de percevoir une légère odeur de fumée en note de fond. Décidément, la fumée le suivait partout. Ces derniers temps, son odeur imprégnait la ville, et jusque sur cette élégante elle apposait son sceau métallique.
    Tout était clair. Zeppelin finirait par brûler. Les soulèvements n'étaient pour le moment que les balbutiements d'un gigantesque incendie qui brûlerait tout et emporterait tout sur son passage, sans considération pour le bien-fondé des revendication des uns ou des autres, des mesquineries, des amitiés, des trahisons. Cela commençait par la fumée des industries, et finirait par la cendre universelle, le bouillon humain, le bal des cadavres carbonisés parmi lesquels Andréa-Mirabelle de Baspin ne serai pas différente de la vieillarde aux yeux noisette....
    Hugues était morose. Cynique, même (cela résultait-il aussi de sa très longue discussion avec Andréa? Cette fois, il en doutait). Il voulait dormir.
    Il eut l'impression d'être jeté dans la chambre qu'on lui avait attribuée, même si c'était avec une révérence tout ce qu'il y avait de plus gracieuse qu'Andréa congédia son hôte.
    Silence. Pressentant des rêves agités mais n'ayant nulle envie de veiller et s'épuiser pour en retarder inutilement la venue, Hugues s'effondra tout habillé sur son lit, le menton dans l'oreiller et les chaussures sur la couverture.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h32.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  6. #6
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 6: Concerto pour une agonisante
    L'angoisse de la mort est tout à fait humaine. Je dirais même qu'un homme ou une femme ne craignant nul poignard ou poison, ou feu ou révolution, est à éviter comme la peste. La religion, surtout, dans notre contrée, celle d'Aur qui promet réincarnation aux "bons" (qui ne sont, comme c'est pratique, que les Aurites) offre un abri aux esprits trop faibles pour ériger leurs propres murailles. Ma muraille à moi, c'est la science, et je m'y perds de toute mon âme parce que mon corps dépérit depuis ma naissance. J'ai peur de la mort. Ce mystique convaincu, ce révolutionnaire, eux aussi en ont peur. Même ce fou furieux qui se projette sur les baïonnettes ennemis en a peur. Tous ne le savent pas, et beaucoup érigent, comme moi, leurs propres remparts: idéaux, sentiments... Tout cela repose sur le pouvoir de persuasion que l'on a sur soi-même: la tromperie de son propre esprit est une chose délicate, cependant beaucoup la pratiquent de manière inconsciente. S'obliger sciemment à oublier la mort, ou à s'y précipiter sans but avoué est beaucoup plus dur. En fait, sauf dans les cas de folie grave, je ne pense pas que ce soit réellement possible.
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Et ils rêvèrent beaucoup...

    Tzabaztha secoua sa chevelure désordonnée. Elle était très fatiguée physiquement, mais toujours en pleine forme morale, et ne voyait pas l'intérêt d'aller se coucher puisqu'il n'était, d'après l'horloge de sa chambre, qu'une heure du matin, et qu'elle était encore loin d'être satisfaite de ses bottines à réaction. Elle se gratta le crâne. Il y avait un problème de vapeur. Il y avait toujours un problème de vapeur, dans la plupart de ses inventions. Tzabaztha tira la jambe hors de son bain de pied glacé. Elle en serait bonne pour des orteils écarlates et un brin douloureux pour quelques jours.
    Elle avait des pieds assez réglementaires: cinq orteils à chacun, et même s'ils étaient un peu trop tournés vers l'intérieur et qu'ils la faisaient marcher d'un pas erratique, ils paraissaient moins... Maladifs? que le reste de son anatomie. Bon, d'accord, ses chevilles avaient la particularité de se fouler en toute occasion.
    Tzabaztha retira ses pieds menus du baquet d'eau glacée, se saisit d'une serviette de tissu bleu particulièrement fatigué sur une table proche et entreprit de les sécher avec délicatesse.

    Des cris de femme, étranglés, désespérés, fous même, retentirent dans tout le bâtiment.
    Reconnaître la voix de contralto d'Andréa n'était pas bien dur, même dans ces hurlements désordonnés entrecoupés de glapissements plus aigus et de râles rauques.
    Tzabaztha sauta sur ses pieds nus, et le poids de la fatigue qui tomba soudainement sur ses épaules ne put l'arrêter dans son élan. Elle se mit à sautiller, orteils à l'air sur le froid plancher, ses jupons et jupes voletant autour d'elle comme autant de papillons retraités et arthritiques.
    Ces cris... Si elle n'avait su reconnaître la voix de sa belle-mère, elle aurait juré que quelqu'un égorgeait un cochon dans le grand hall. Ou plutôt qu'on égorgeait une portée de porcelets munis de porte-voix, sous les yeux de leur mère elle-même cantatrice d'opéra. Ils résonnaient dans le manoir, sinistres, sans fin, avatars d'une douleur inhumaine,
    On assassinait l'ex-comtesse.
    Des mots qui avait du sens séparément, mais mis ensemble...
    Tzabaztha trébucha. Pesta.
    Non, effectivement, cela n'avait pas de sens.
    Mauvais couloir. Oh, comme ils se ressemblaient tous!
    On n'assassinait pas Andréa-Mirabelle de Basbin.
    Et pourtant, c'était sa voix, sa chambre.
    Ce n'était pas... Protocolaire.
    Un train mou et en colère percuta Tzabaztha de plein fouet. Il sentait très fort l'eau-de-vie bon marché. Ursuline. Elle braillait, pleurait. Elle aussi avait entendu les cris. Tzabaztha ne l'avait jamais vue dans cet état. Elle paraissait... Ivre. La jeune fille fut désorientée par la collision.
    "Où..."
    Ursuline était partie. Tzabaztha se releva, vacillante et choquée. C'était un de ces moments au cœur de la nuit, irréel, ou on ne prêtait plus aucune attention à la petite malade qui jouait avec la science pour tromper son ennui.
    C'était un de ces moments où on pouvait voir Andréa-la-parfaite se mettre à hurler comme une démente, où on décidait d'assassiner quelqu'un qui ne pouvait pas mourir parce que ce n'était pas *convenable* de mourir assassinée, où Ursuline perdait toute résistance au poison alcoolisé qui était comme son deuxième sang, et où Tzabaztha pleurait à chaudes larmes d'enfant parce qu'on l'avait renversée sans lui prêter attention, parce qu'on avait fait d'elle un simple obstacle sur la voie qu'on voulait emprunter...
    Tzabaztha se fustigea, se maudit. On tuait sa mère, et c'était pour elle-même qu'elle pleurait, alors qu'elle ne se le permettait jamais. Mais les larmes ne cessèrent pas de couler, et elle reprit sa route en hoquetant, trottinant, boiteuse, jusqu'à la chambre d'Andréa. Solo des battements erratiques de son cœur...
    Plus de cris.
    Plus de cris!
    Plus de cette mélodie désespérée, cette chanson d'agonie: les dernières notes s'étaient jouées alors que démarrait la symphonie des sanglots de la jeune femme.
    Porte fermée.
    Porte fermée? Non, pourtant. Mais la main de Tzabaztha était tremblante, la poignée était immuables, et la porte lourde, si lourde, les charnières dures, si dures...
    Il y avait cette pièce, qu'elle connaissait à peine. Le sanctuaire d'Andréa. Tout comme sa belle-mère ne se permettait pas d'entrer dans la chambre de Tzabaztha, cette dernière évitait soigneusement de troubler l'intimité de l'ex-comtesse. Là, bien sûr, c'était différent, puisqu'on l'avait assassinée, son précieux protocole était mort avec elle. mais la jeune femme ne put s'empêcher de reculer, jusqu'à heurter du dos l'autre côté du couloir. Elle s'était attendue à une pièce obscure, à un corps tordu, souillé de sang, au milieu de tentures lacérées.
    Les lanternes murales étaient toutes allumées, et projetaient une flamme qui eut presque pu paraître paisible sur le boudoir. Bureau: encrier, plume, cire à cacheter, lampe à pétrole, le tout rangé de manière si parfaite que c'en était exaspérant. Un moustique tournoyait autour d'une des lanternes, et son bourdonnement assourdissait la jeune femme, à la respiration toujours entrecoupée de hoquets. Il y avait des rubans, une robe posée sur un fauteuil garni de velours, des armoires d'acajou élégant, pleines de monstres, des tiroirs soigneusement fermés qui ne contenaient, elle en était sûre, que poisons et dagues. Une étagère pleine de livres aux couvertures de cuir fines et colorées, qui à la lumière des lanternes malicieuses prenaient l'apparence de manuscrits interdits.
    Un décor de théâtre. La farce muée en drame. Oh, comme le procédé était désagréable! Comme il était cruel de se rendre compte qu'on ne connaissait pas son texte, que le metteur en scène était mort et que les acteurs s'entre-déchiraient!
    Déjà l'acte II! Déjà! Scène I...
    Elle savait que c'était exactement ce à quoi devait ressembler le boudoir de sa mère. Impeccable jusqu'au dernier recoin. Rien n'avait été touché, et pourtant, il y avait une impression de faux, de déplacement.
    Peut-être à cause du corps d'Andréa si délicatement bordé, qui, l'écume aux lèvres, les yeux grands ouverts et hagards, n'avaient même pas eu la force de se tirer de ses draps.
    Peut-être à cause de celui, évanoui, d'Hugues, ses yeux gris pareillement ouverts, qui fixait le plafond avec une terreur que l'inconscience ne parvenait pas à effacer.
    Peut-être à cause du hoquet choqué qui s'échappa d'entre les lèvres d'Andréa, et de la bulle de salive grisâtre qui éclata à la commissure de celles-ci.
    Oh oui. Peut-être bien.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h33.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  7. #7
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 7: Douloureuse aube
    Grand-carcère est la prison de Zeppelin. Par le passé, les criminels de Baspin étaient transférés à Tours-de-fer, une ancienne raffinerie où ils étaient bien souvent condamnés aux travaux forcés. De nos jours, Tours-de-fer a été rasée et à la place s'élève une "école" pour enfants difficiles, dont on ne dit pas que du bien. La fonction globale reste donc la même, seuls les bâtiments et l'âge des locataires changent. A présent que Baspin et Zeppelin sont en cours de fusion, les bagnards sont directement envoyés à Grand-carcère, qui, d'après une enquête parue dans L'aiguille du Pin, possède les conditions de détention les plus déplorables de toutes les villes Nord-Dériviennes. Cet article interrogeait notamment un ancien détenu emprisonné pour vol, qui faisait état de traitements dégradants, de cellules sales et surpeuplées, de manque d'alimentation et de gardes ou débordés ou fort peu professionnels. Ma place au sein du conseil municipal m'ayant permis d'accéder aux registres, j'ai moi-même fait un bien triste constat à propos de Grand-carcère: un quart des prisonniers qui y entrent pour une durée déterminée en sortent les pieds devant, et je ne parle même pas des condamnés à perpétuité. Ces hommes ont commis des crimes, certes, mais pour moi comme pour d'autre, la prison devrait être une mesure autant rééducative que punitive. Une fois leur peine purgée, que penseront-ils d'une société qui, à grands coups de taloche, leur a expliqué qu'ils n'avaient plus du tout leur place en son sein? Croyez-vous vraiment que c'est ainsi qu'on décourage la récidive? Pensez-y, et même si leurs crimes vous inspirent une haine qui peut se montrer légitime, réfléchissez. Il n'existe point de monde bipolaire, seulement des êtres humains avec leurs vices, leurs faiblesses et leurs folies -mais leurs qualités aussi.
    Tract anonyme distribuée dans les rues (imputé, mais sans certitude, à Tzabaztha-Eugénie de Baspin). La réponse de monsieur Ferrand, actuel directeur des prisons de Grand-carcère, s'est faite le jour suivant, en première page de l'Aiguille du Pin, et expliquait avec un certain agacement que c'était bien gentil à vous de critiquer, mais qu'il aurait bien voulu vous y voir, vous, à diriger quelque chose qui menaçait en permanence d'exploser tout en faisant avec le budget ridiculement petit alloué au secteur.


    Le moins qu'on puisse dire, c'était que le réveil d'Hugues fut un des plus désagréable qu'il eut jamais connus (y compris la fois où sa grande-tante lui avait balancé son bol de porridge sur le visage parce qu'il était "encore en train de feignasser, fils d'imbéciles, je ne sais pas ce qui me retient de coller une mandale à tes abrutis de parents").
    D'abord à cause des fers. C'était un signe qui ne trompait pas. Quand on se réveillait menotté jusqu'au sang, les mains dans le dos, il était peu probable que le reste de la journée se montre agréable. Hugues était en chien de fusil sur un dallage de pierre froide qu'il ne connaissait pas. Son dos était douloureux, sa tête aussi. En fait, songea-t-il avec amertume, faire l'inventaire des endroits qui ne l'élançaient *pas* aurait été nettement plus rapide. Sa colonne vertébrale était tellement tordue par son improbable position qu'il ne parvint qu'à s'arracher un gémissement de douleur en essayant de lever la tête pour inspecter son environnement. Hugues déplia les jambes, lentement. Chacune de ses articulations lui faisait mal, et il lui semblait que son genoux gauche ne répondait plus,
    Hugues était à présent allongé dans une cellule tout sauf accueillante, les bras dans le dos, avec une migraine qui menaçait de lui faire exploser le crâne. A part ça, tout allait bien de son côté.

    "-Morte?"
    Le regard myosotis de Mercure, plongé dans celui, identique, de sa sœur, était flou et larmoyant. Les cheveux ébouriffés, les yeux cernés, la lèvre tremblante, le jeune homme avait pour l'heure perdu de sa sauvage et énergique magnificence. Il vit sa sœur hésiter, mordiller frénétiquement sa lèvre inférieure sans paraître s'en rendre compte. Elle avait un air pitoyable. Les bouclettes de sa chevelure étaient toujours dans un désordre innommable, mais elles pendouillaient maintenant tristement des deux côtés de son visage bouffi par le chagrin. Elle pouffa en retenant un sanglot. Mais un pâle sourire naquit sur ses lèvres minces, gercées par ses mordillements incessants.
    "-Officiellement..."
    Mercure retint un hoquet de surprise. Sa sœur venait de se précipiter avec maladresse, de se serrer contre lui avec toute la force de ses bras rachitiques, la tête posée sur sa poitrine, l'inondant de larmes. C'était tellement... Tellement peu Tzabazthien.
    "-Officiellement... Morte."
    Mercure n'avait vue Tzabaztha dans cet état qu'une seule fois. Et ç'avait été à la mort de leur père. Et encore. Le comte s'était éteint tranquillement, succombant en silence et dans son lit à la maladie qui avait fait de lui une statue paralysée. Vers la fin, ses enfants en étaient même venus à lui souhaiter la mort, tant il était visible que la vie lui était pénible. Andréa... Était différente. Ils la croyaient plus ou moins éternelle. Elle était de ces gens qui sont, tout simplement. On ne l'imaginait pas mourir, et on imaginait encore moins quelqu'un tenter de l'assassiner. Et pourtant...

    Tzabaztha recula. Hors de l'étreinte de sa demi-sœur, Mercure parut s'affaisser. Ils allaient avoir besoin de se soutenir. La jeune femme essuya bravement ses larmes d'un revers de manche, et se tint droite, un peu trop même, en face de son frère. Elle lui débita d'un ton monocorde la situation.
    "-Officiellement... Hugues s'est introduit dans ses appartements pour... L'assassiner. On l'a retrouvé évanoui près d'elle, des griffures au visage. Et il y avait du sang sous les ongles de Mère, et des traces rouges sur son coup. Vraisemblablement, le serpent a essayé de l'étrangler. Elle... Elle suffoquait quand je l'ai trouvée. Elle n'a pas passé la minute, petit frère... Je suis... Déso..."
    Sa voix finit par s'étrangler. Elle n'avait aucun lien biologique avec Andréa, mais l'avait toujours considéré comme sa maman plutôt que comme sa belle-mère, la deuxième femme de son père. Ce devait être aussi dur pour elle que pour lui, songea Mercure en une pensée sensée au milieu du brouillard de chagrin qui embrumait son esprit. Tzabaztha était une femme de science, Andréa une élégante jusqu'au bout des ongles, pourtant il y avait toujours eu un lien entre les deux. Il avait conscience d'être une partie de ce lien, une partie importante. Et s'il n'avait pas existé? Tzabaztha pleurerait-elle autant? Le jeune homme s'avança vers sa sœur, craignant qu'elle ne perde conscience. Il la prit à son tour dans ses bras. S'il tremblait, ce n'était rien en comparaison des spasmes qui agitaient le corps de Tzabaztha.
    "-Il est... A Grand-carcère... Hugues... Maintenant..."
    Pourquoi avait-il été retrouvé inconscient? Cela ne collait pas. Il avait tué Andréa. La révélation de sa propre abomination pouvait-elle faire perdre conscience? Il n'avait jamais vu cet homme. Andréa n'aurait pas choisi un fou, mais avait-elle pu s'être trompée?
    Et que faisait-il dans sa chambre à une heure aussi avancée de la nuit? Mercure se refusait à l'imaginer. Et pourtant, il allait falloir tirer tout cela au clair. L'intelligence de Tzabaztha lui aurait bien été utile, mais la pauvre était tellement effondrée... Et ce n'était sûrement pas la police qui allait l'aider. Bien que membre de la municipalité, Mercure n'avait aucune confiance en elle. Il avait un contact en son sein, et ses rapports faisaient souvent état de procédés plus que douteux.
    Tzabaztha, toujours perdue dans les bras immenses de son frère, ne vit pas l'air furieux qui balaya les larmes du visage de celui-ci. Hugues Callist. Cet homme allait payer.

    Tzabaztha était sur le seuil. Qu'est-ce-qui l'empêchait d'entrer? Les deux corps étaient parti: l'un reposait en prison, l'autre dans des draps blancs. Tête haute, elle s'engouffra dans la chambre d'Andréa. Elle était identique à son image nocturne, à cela près que le soleil perçait entre les rideaux et que les lampes s'étaient éteintes d'elles-même depuis longtemps. Les yeux rougis de Tzabaztha se promenèrent sur la chambre. Semblable... Et différente. Qu'est-ce-qui l'avait tant effrayée? Sa conscience lui souffla la réponse: la présence d'Andréa et d'Hugues. Non. Elle repoussa cette idée. Il était normal de ressentir un *petit* choc en voyant sa mère bavante et assassinée dans son propre lit, et son fiancé à côté, mais ce n'était pas de cela qu'il s'agissait. Elle avait perçu quelque chose dans la pièce. Quelqu'un, Ursuline sûrement, avait entrouvert la fenêtre. C'était quelque chose de singulier, parce que la tradition Dérivienne voulait que soit laissée intacte la chambre d'un défunt, au moins jusqu'à son enterrement. Et elle savait Ursuline un brin superstitieuse.Tzabaztha effectua un retour arrière. Les fenêtres étaient déjà ouvertes la nuit du meurtre. En fait, elle les avait vues, cachées derrière les rideaux mais ouvertes quand même, laissant passer un courant d'air froid dans la pièce. La jeune femme ne put que remercier sa formidable mémoire. Nuls doutes qu'elle lui serait très utile.
    Il fallait quelqu'un pour enquêter sérieusement sur cette affaire. Elle eut un pâle sourire. Elle ne pouvait faire confiance qu'à elle-même. Pourquoi ces imbéciles de la police n'avaient-ils rien relevé? Elle les savait corrompus.
    Et elle, Tzabaztha, elle savait tout. Ou du moins, une grande partie du tout. Et c'était de son devoir de faire la lumière sur cette affaire.
    Mercure. Pauvre Mercure. De son côté, il allait penser la même chose. Mais il n'avait pas été là. Il ne savait rien, sauf si... Ah!
    Tzabaztha avait de très bonnes raisons de lui mentir. D'excellentes, même. Mais cela lui brisait le cœur. Les larmes sur lesquelles il s'était mépris tout à l'heure recommencèrent à dégringoler des yeux bleus de la jeune femme. Il adorait sa mère. Ce n'était pas feint. Il n'avait pas de mobile. Mais il avait les moyens, et l'occasion.
    Elle ne pouvait avoir confiance en personne. Tzabaztha gratta la gorge de sa belette, enroulée sur son épaule comme un petit serpent paresseux et couvert de fourrure. C'était ridicule. Elle connaissait Mercure. C'était encore un enfant. Elle rit avec amertume d'elle-même. Cinq ans les séparait, si peu, et elle considérait encore le jeune homme comme un "enfant".
    Et dans quatre, il serai majeur. Quatre ans de "régence" qu'elle allait devoir assurer, à la place de sa belle-mère disparue et de son demi-frère trop jeune. Régence de quoi? Il n'y avait plus de comté. Il y avait une ville, ses citoyens, son conseil. Mais il restait le château, et toutes ces tâches absurdes qu'on cédait en général à ce qui restait de la noblesse décorative, pour faire bien (comme l'inauguration très solennelle de nouvelles toilettes publiques). Elle n'était même pas certaine de se montrer meilleure que lui à la tâche. Mais on attendait d'elle qu'elle prenne les choses en main, et, secrètement, on s'attendait aussi à ce qu'elle échoue: tout le monde connaissait la distraction de Tzabaztha et son manque d'intérêt pour les choses immédiates. Oh, ils verraient. Tous ces serviteurs... Il allait falloir en renvoyer. Ni Mercure ni elle n'avait franchement besoin d'une dizaine de personnes à leur service seul.
    L'attitude de la solide, la concrète Ursuline était suspecte également. Elle était la première à avoir vu les corps, avant Tzabaztha même... Et pendant qu'Andréa était toujours... "Vivante". Tzabaztha ne lui en avait pas parlé. Elle ne s'enfuirait pas. Après tout, Tzabaztha était la seule à avoir des raisons de la soupçonner.
    Hugues. Il fallait qu'elle le voie. Elle doutait d'être admise à Grand-Carcère, et encore moins pour visiter l'homme qu'on disait l'assassin de sa mère. Mais elle devait le voir. Il détenait sûrement des éléments importants, voire très importants. Elle sentait venir la mort du jeune homme, qu'elle n'osait plus appeler "son fiancé", aussi sûrement qu'elle sentait venir la pluie quand toutes ses articulations lui faisaient mal. Les procès dans ce genre ne traînaient pas. Elle était loin de s'en réjouir. Elle était fortement opposée à la peine de mort, et même dans ce cas où tout le monde s'attendait à ce qu'elle manifeste une haine tenace envers le jeune homme. Pourquoi la voyaient-ils tous aussi effondrée? Elle était triste, en colère, nuls doutes là-dessus, mais elle savait garder la tête froide. Personne ne le comprenait. Et c'était tant mieux. Moins on se douterai de ses soupçons, moins le meurtrier verrai le coup venir. Ils étaient tous suspects: frère, serviteurs, fiancé, inconnus qui auraient pu s'introduire nuitamment dans la chambre de sa mère...

    Andréa. Pauvre Andréa. Étranglée, morte et bientôt enterrée... Il aurait mieux fallu qu'elle l'ait réellement été.
    Car le poison de son meurtrier l'avait condamnée à un sort pire que la mort aux yeux de Tzabaztha: la folie.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h35.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  8. #8
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 8: Un ruban pour Samian
    A monsieur Victorin-André de Lha
    Andrea-Mirabelle De Baspin assassinée-Assassin de votre sœur arrêté-Procéderons à l'enterrement ce 3 Merveille prochain conformément à vos coutumes-Sincères condoléances-
    Tzabaztha-Eugénie De Baspin


    Ce que tout le monde savait, c'était que Tzabaztha avait décidé de se montrer stoïque et efficace. Tout le monde savait qu'elle pleurait avec grande affliction la mort de sa mère, mais ce n'était désormais plus qu'en privé, même si on l'avait vue fondre en larmes dans les bras de son frère, à plusieurs reprises, comme si en sa présence la digue qu'elle reconstruisait toujours avec patience était de nouveau broyée par les flots qui traversaient ses joues rougies. Les gens du manoir passaient rapidement leur chemin quand une de ces crises la prenait. De toute manière, leur fréquence s'était faite décroissante au fil de l'irréelle journée qui suivit la découverte de la "mort" d'Andréa, et, le soir venu, c'était une jeune femme très raide, très pâle mais aux yeux secs qui fit à l'assemblée des locataires du manoir. Mercure mis à part, il ne restait plus que le personnel, une dizaine de personnes en tout. Personne n'était parti, ni gouvernante, ni cuisiniers, ni écuyers: ce n'était pas forcément bon signe. Pour ce qu'elle en savait, l'assassin avait au moins cinquante pour cent de chance de se trouver parmi les habitués du château. Elle ignorait encore de quelle manière on avait empoisonné Andréa, si on l'avait bien empoisonnée, mais un résident permanent du château aurait eu mille fois plus d'occasion qu'un étranger d'administrer un venin à la noble, et d'ensuite s'en tirer sans laisser de traces. Elle les dévisagea un instant. Qu'ils étaient graves! Mais elle devinait sans peine que l'air froid et distant de leurs visages faisaient écho à sa propre expression. Elle bouillonnait intérieurement, autant de colère, de tristesse, que d'une espèce de curiosité morbide qu'elle avait vainement essayé de repousser toute la journée, en ne parvenant qu'à l'accroître. Mais son visage était un masque, un authentique, et plus personne ne pensait à rire de ces énormes yeux bleus derrière leur vitrine d'un demi-centimètre, parce qu'il reflétait la blancheur et la gravité d'un masque mortuaire. Par mimétisme animal, son auditoire avait adopté le même air de marbre froid, à part peut-être la rousse sœur de cet écuyer -Samian- occupée à natter les cheveux de son frère avec une concentration maniaque, ce qui indisposait nettement le jeune homme sans qu'il n'osât protester. Elle était très petite, et avait donc dû escalader le fauteuil près de lui pour pouvoir mettre en application ses diaboliques plans capillo-fraternels. Ses propres cheveux à elle formaient une auréole rousse derrière son visage aux rondeurs encore enfantine. Elle ne devait pas très bien comprendre ce qui se passait, et Tzabaztha l'excusait. Tout le monde allait lui présenter des condoléances. Certains s'étaient réjouis pourtant de la mort de leur trop guindée et méprisante ex-comtesse. Ou ils devaient penser Tzabaztha sourde, ou ils n'avaient pas connaissance des tuyaux de cuivre qui reliaient les pièces entre elles. La jeune femme s'était sentie affreusement mal à ce propos. On avait dit du bien d'elle, ou plutôt du bien de son laxisme et de son manque de conformisme, et du mal d'Andréa. Elle s'était sentie comme une étrangère, une espionne, chez elle, dans son... Propre manoir. Elle ne parvenait pas à s'y faire. Son manoir. Qu'est-ce-qu'elle allait bien pouvoir faire avec toutes ces pièces? Même en en transformant la moitié en atelier et un quart en piste d'essai pour bottines à réaction ou ombrelle à vapeur, il y aurait toujours trop de salles vides. Il y en avait toujours eue. Il fut un temps, peut-être avaient-elles été suffisamment remplies d'enfants, de cousins de la noblesse, de serviteurs affairés, de dames de compagnie, mais à présent la noblesse était morte -et Tzabaztha ne souhaitait aucunement sa résurrection, même si, ce faisant, elle avait l'impression de trahir sa mère- et tout était vide, de présence humaine comme de sens.
    Tzabaztha se rendit compte qu'on la regardait fixement depuis une minute. Elle eut une toux embarrassée. Ce n'était pas le moment de se perdre dans ses pensées: elle aurait toute la nuit pour ça. Le masque glacé revint promptement s'afficher sur son visage, et elle entama d'une voix moins ferme qu'elle ne l'aurait voulue:
    "-Je sais que cette journée, et la nuit dernière, ont été infernales pour nous tous. Comme j'ai pu voir que la confusion régnait, voilà les faits, exprimés aussi clairement que je le puis. Personne n'ignore que la nuit dernière a vu mourir notre Comtesse de manière fort peu naturelle. Je sais ce que l'on dit! Le coupable a été mis aux arrêts aussi promptement que... Que possible... Et vous n'êtes pas sans ignorer qu'il s'agit de l'homme qui devait se marier avec moi. Heu... Les fiançailles sont rompues..."
    Il y eut quelques rires discrets, mais pas de bouches pour les prononcer. Pour être discrets, ils étaient discrets. Elle n'aurait jamais dû prononcer cette dernière phrase. Elle reprit, effaçant de ses lèvres tremblantes le trouble qui les animait:
    "Le procès du scélérat se tiendra d'ici un mois, et j'insiste pour que tous ceux en mesure de témoigner le fassent. Vous pouvez d'ore et déjà... Faute de mieux, vous adresser à moi si... Si vous avez un élément à apporter à l'enquête. Les policiers sont "débordés"."
    Elle avait presque prononcé les guillemets. Nouveaux rires, mais ils ne la dérangèrent pas cette fois.
    "Je tiens à ce que tout le monde reste calme... Vos emplois resteront saufs jusqu'à la fin de l'année."
    Il y eut un soupir général de soulagement. Elle aurait volontiers participé si son rôle n'eut exigé un peu plus de tenue. Ils avaient besoin d'argent. Ils avaient des familles, et les emplois stables et sûrs étaient devenus bien trop rares pour être sacrifiés. Et Tzabaztha avait besoin d'eux. Besoin de connaître, de manière presque maladive, tout ce qui pouvait l'aider à comprendre l'attentat contre Andréa. Elle n'était pas la plus populaire des De Baspin parmi les serviteurs, mais était-ce suffisant pour que l'un d'eux ait eu envie de la tuer? En tout cas, personne n'avait fui. Ils étaient tous là, droits, dans l'attente, sauf Samian et sa sœur qui en étaient à présent à cheveux tirés, l'ajout d'un ruban rose sur la création de la petite ayant eu raison du reste de patience du jeune homme.
    "L'enterrement de dame Andréa-Mirabelle se déroulera demain dans la matinée. Je sais que cela peut paraître empressé, mais conformément à la coutume de la cité de Lha d'où elle était originaire, il n'est point permis à la... La déchéance d'emporter le corps avant sa mise en tombe."
    C'était providentiel. Lha interdisait également que les proches puissent voir le corps plus que nécessaire. Tzabaztha avait dore et déjà empaqueté du sable et des pierres dans un linceul qui reposait à présent dans son... Cercueil. Ils avaient tous vu les employés des pompes funèbres apporter ce dernier. Elle espérait que cela suffirait. Sa supercherie la dégoûtait, du moins essayait-elle de s'en persuader. Elle ne devait pas céder à la tentation de mentir plus que de raison. Elle était une femme intègre. Enfin elle l'espérait...
    "La famille de dame Andréa ne sera donc pas présente, le temps pour faire le trajet lui manquant. Ils comprendront."
    Oh oui, ils ne comprendraient que trop bien. Mais ils allaient tout de même sûrement se déplacer, ne serait-ce que pour fleurir la tombe. Le problème était encore loin. Elle s'en occuperait plus tard.

    Tzabaztha annonça ensuite les modalités de l'enterrement. Elle avait hâte d'en finir, et cela se ressentait dans son discours, qui prenait un ton fébrile et énervé. Plusieurs des spectateurs attendaient de voir si elle allait se prendre les pieds dans le tapis sur lequel elle trépignait depuis maintenant une petite dizaine de minute. Ceux-là furent relativement déçus.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h36.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  9. #9
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 9: Une demoiselle a de bonnes raisons de cacher son journal intime, non mais sans blague
    Les traditions varient grandement d'une cité Dérivienne à l'autre. Beaucoup considèrent d'une importance capitale ces différences de culture, parce qu'elles sont le fondement de la diversité de Dérive. D'une ville à l'autre, ni les habitudes ni les spécialités culinaires ni le système politique ne seront les mêmes, encore que des villes proches aient tendance à s'influencer, ou, comme dans le cas de Baspin et Zeppelin, à fusionner pour ne plus former qu'une seule entité, à la population mêlée, mais il est bien rare que plus de trois cités aient des traditions semblables. C'est ce qui fait la richesse culturelle de Dérive, et, hélas, entraîne aussi ses conflits les plus sanglants. On se souvient sans peine de la guerre de l'Oeuf brisé, qui, pour une simple méprise linguistique, a entraîné la mort de trois mille personnes, civils comme soldats, des cités de Tor et Mécanique. De là partent bien souvent les désirs de conquête, d'unicité qui animaient les autoproclamés "Empereurs de Dérive". Rappelons le cuisant échec de Théobald d'Erlue, qui, après avoir fédéré (non sans mal) les peuples des côtes Ouest, a vu se dresser contre lui son propre "peuple", les habitants des différents comtés n'étant unis que par la haine qu'ils lui portaient. Ironiquement, c'est sa chute qui entraîna une meilleure entente entre ces différents comtés, et les premiers traités de commerce et d'alliance du continent. Sazcha l'Aînée de Tarentule, dite Sazcha du Poison, fut quand à elle la première à atteindre un statut de monarque reconnu par plusieurs villes, mais ses habitudes peu orthodoxes pour éliminer ses rivaux, une fois révélées, eurent raison de sa popularité, et la légende dit qu'avant même que son assassin lui ait enfoncé la dague qui lui était destinée entre ses omoplates, elle avait déjà absorbé une drogue mortelle, ne cédant à ses adversaires aucune victoire. Matthéon d'Erlue, petit-neveu du Théobald précédemment cité, fut quand à lui un jeune rêveur trop passionné par le passé, et à qui on avait remis trop de pouvoir. Il fut rapidement broyé par ses propres désirs de conquête, qui le virent périr à même pas vingt-cinq ans devant les murailles de Baspin.
    Il est possible de découper Dérive en régions. Je ne parle pas ici seulement des comtés, qui dépendent chacun d'une ville et peuvent contenir en plus quelques villages, mais bien de zones de cultures cousines. Bien souvent, la situation géographique entraîne quelques ressemblances entre les traditions, ne serait-ce que pour le côté pratique: dans la région désertique qui s'étend de Bordesable à Lha, les coutumes funéraires sont presque toujours identiques: la faute à la chaleur qui entraîne une décomposition rapide du corps, et, par conséquent, exige une inhumation rapide et propre.
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Tzabaztha s'assit. Il faisait une chaleur infernale dans sa chambre. Du bout de sa bottine de cuir bleu, elle ramena un repose-pied de sous son bureau et y installa les parties de son anatomie conçues pour y reposer (à savoir ses pieds, pour les lecteurs qui n'auraient pas suivi). Puis elle s'enfonça dans son fauteuil, de velours violacé assorti au repose-pied, orné de motifs floraux élimés, et remonta ses énormes lunettes sur son nez. Puis elle avança sa main délicate que déparait des ongles rongés jusqu'au sang par dessus les feuillets éparpillés sur son bureau, et s'immobilisa. Elle songea avec cynisme qu'elle en était revenue à son point de départ, seule devant un bureau, à devoir écrire quelque chose d'indicible. Mais sa présente rédaction serai probablement encore plus délicate que l'écriture d'une lettre d'amour. Bah au moins, elle n'aurait pas à s'encombrer de @#%! de formules de politesse. Ce qu'elle s'apprêtait à écrire n'allait probablement jamais être lu. Elle se saisit d'une plume d'oie qui portait de nettes traces de dents de belette, la tint un instant, tremblante, en suspension au dessus de son encrier, et l'y trempa finalement jusqu'à ce que le noir remonte, par capillarité, dans le duvet de la plume. Agacée, elle la secoua pour la débarrasser de son trop-plein d'encre, et ne réussit qu'à consteller ses papiers et son visage de petites taches sombres. Elle était peut-être un génie, mais, songea-t-elle avec lassitude, elle manquait sérieusement de sens pratique. La journée avait été réellement épuisante, et elle n'avait guère dormi. Mais c'était un luxe, que, une nuit de plus, elle ne pouvait pas encore se permettre. Il y avait des choses à faire. Elle retourna une feuille qui avait visiblement servi à la fois de lit pour Tirlenne et d'essai littéraire pour sa maîtresse (on pouvait lire "Rosine se pencha, ses yeux troublés par l'eau qui coulait de ses yeux telle, ben de l'eau, c'te question, nundidju, faut vraiment tout leur expliquer à ces lecteurs"). L'encre avait un peu traversé, mais ce n'était pas grave. Elle suçota un moment le bout de la plume, sans se rendre compte que l'encre colorait ses lèvres et sa langue de noir (au moins étaient-elles assorties à la constellation noire qui concurrençait maintenant ses taches de rousseur en terme d'envahissement de nez). Puis elle reposa finalement celle-ci dans son écritoire, se leva et entreprit de rassembler des objets éparpillés dans sa chambre. Une fois sa tâche achevée, elle déposa le monceau hétéroclite au sol, sans se préoccuper de l'état de la moquette, qui, au vu des nombreux trous, traces de brûlure et de masticage mustélin qui la parcouraient, était habituée aux mauvais traitements.

    Il y avait là une boîte à bijoux qui n'avait pas beaucoup servi, un réveil au lent et placide tic-tac, toute une série de verrous, des rivets, des morceaux de cuivre à la fonction indéfinie, un petit marteau, une pince coupante, et un petit flacon de colle extra-forte (formule personnelle. Elle avait déjà causé à un Mercure imprudent la quasi-paralysie de deux doigts pendant trois jours.). Et son bras mécanique, qu'elle reprit sitôt qu'elle l'eut posé, pour l'enfiler avec précaution.

    C'était la meilleure de ses inventions. Pour être honnête, la plupart de ses grands projets avaient une certaine tendance à exploser ou tomber en miettes. Sur le plan théorique, ils étaient toujours parfaits, mais la réalité (cette @#%!) venait toujours s'en mêler, et soit elle ne parvenait pas à faire ses soudures correctement, soit elle n'arrivait pas à produire des piles assez puissantes pour les alimenter... Ou alors le personnel égarait des pièces vitales en voulant faire le ménage. Bref, elle était souvent plus heureuse devant ses plans. Tzabaztha souleva le bras. Il était assez lourd, mais une fois porté son poids disparaissait comme par magie. Avec un petit claquement, l'épaulette vint se caler sur son bras. La jeune femme referma la lanière de cuir qui la maintenait en place avec moultes précautions, puis entreprit d'équiper avant-bras et main. Les pièces étaient toujours un peu douloureuses contre ses chairs, malgré l'épaisseur de sa robe de travail, mais c'était le prix à payer. Elle plia et déplia les doigts. En tout cas, le bras ne rouillait pas, aussi efficace qu'aux premiers jours. Elle le plia à son tour. Au premier essai, elle s'était froissé un muscle, mais cela ne risquait plus guère d'arriver. Elle avait revu son système de poulies.
    Elle n'avait peut-être pas l'air d'une dame, avec cet ersatz de bras hypertrophié, mais c'était un regard fier qu'elle jeta au miroir. Quelque part, c'était ce à quoi devait ressembler une héroïne: une femme qui avait bâti son propre pouvoir toute seule. Ou alors c'était peut-être juste qu'avoir un bras mécanique lui donnait sacrément la classe. Elle effectua un geste large, comme pour saluer son miroir. Il avait son avantage pour le bricolage, et elle eut un petit rire en se souvenant de la difficulté qu'elle avait eu pour l'assembler lui.
    Puis elle se saisit du réveil et entreprit de le démonter sauvagement, en dépit de ses tic-tac suppliants. Elle avait sa petite idée pour cacher des secrets qu'il ne valait mieux ne pas révéler pour le moment.
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h39.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  10. #10
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 10: Mon petit déjeuner au lit, merci
    Les lois Zeppellinanes sont particulièrement sévères. La récente explosion démographique de la ville, et donc l'augmentation brutale du nombre de criminels éventuels, explique en partie l'empressement qu'ont les juges à prescrire la potence à nos frères, comme s'il s'agissait d'un remède souverain contre une de ces affreuses grippes hivernales. Mais en fait de docteurs du peuple, Zeppelin a surtout le droit à des bouchers qui prétendent guérir le crime en exécutant jusqu'au moindre des pickpockets: s'il est vrai que couper un bras empêche de ressentir la douleur d'un ongle incarné, la solution n'est-elle pas un peu trop radicale? Punir ce mendiant, qui ne veut rien d'autre que nourrir ses enfants pour un jour encore, de la même manière que celui qui massacre père et mère et frère et sœur dans un bain de sang? La mort, la mort pour les deux? Est-ce en accord avec la Charte [Universelle des Gens Civilisés, nda]? Vraiment? Les hommes ne sont jamais autant égaux en droit que dans la mort, mais pourquoi faire? [Les phrases suivantes sont barrées d'un grand coup de plume, et comportent de nombreux pâtés aux formes abstraites mais néanmoins dignes d'attention pour qui a du temps à perdre.]Oh, bon sang de bordel, qu'est-ce-que j'aimerais bien savoir faire des belles phrases qui pètent! J'en ai marre marre marre de rédiger ce [gribouillis illisible qui peut prendre la forme d'un poussin ou d'une tête de dragon si on le regarde en biais] qui ne sera jamais publié!
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Hugues rouvrit les yeux, à la manière d'un automate soudainement remis en fonction, et se mit à fixer avec insistance la sombre muraille devant lui, oubliant presque de cligner des yeux de temps en temps. Il avait rêvé. Le souvenir était là, réel, aussi complet qu'il pouvait l'être, et pourtant il fuyait comme une biche apeurée en zigzaguant dans les recoins de sa conscience. Il allait le perdre. Il ne le fallait pas. Gris, très gris était le mur, suintant d'humidité. C'était important. Pourquoi était-ce important de rêver? Il le perdait. Il devait se souvenir sans se remémorer, ou le contraire. C'était subtil. Il n'avait que les quatre murs humides de sa geôle. Rêver lui était vital. Aur prenne pitié de lui! Il sombrait déjà!
    Ses grands yeux gris et trempés comme la pierre commençaient à s'ouvrir sur des abîmes tourmentés, des tumultes de folie. Et il fallait rattraper ce fuyant souvenir, qui, sans quitter sa mémoire, se dérobait à son regard. Il le fallait, parce qu'il allait devenir fou, il allait devenir fou, il allait devenir fou. Un fou haletant aux yeux hagards, corps fiévreux et trempé de sueur sur le dallage glacial, tremblant de maladie, de peur, qui avait oublié toute sensation, peur et désarroi mis à part. Hugues était damné. Il le savait. Il était dément. C'était pourtant quelque chose d'évident. S'il ne l'avait pas été, pourquoi l'aurait-on jeté pieds et poings liés dans l'antichambre du gibet? Pieds et poings liés? Il ramena ses mains délicates devant son visage. Les marques rouges et écorchées sur ses chairs osseuses témoignaient des fers qui avaient étreintes celles-ci, mais ses bras étaient libres de leur mouvement, pour autant qu'il puisse bouger quoi que ce soit avec toute cette douleur qui lui vrillait le corps. Il ne devenait pas fou. Non. Il devait cesser de s'en persuader. Ça, c'était au moins un fait réel. Il pouvait s'y raccrocher. On lui avait mis des fers et on les lui avait enlevés. C'était simple. C'était marqué sur son corps. Il n'aurait pas de mal à s'en souvenir. Toujours se souvenir! Il lui fallait s'accrocher. Relève la tête; Hugues. Oui, je sais, ça fait mal. Debout, Hugues. Non, Hugues, ce n'est pas grave. Oui, ça glisse. Appuie-toi sur le mur. Tu as de la fièvre et mal au ventre. Tu peux réclamer un médecin pour t'examiner. C'est dans tes droits. Ils n'avaient pas le droit de te maltraiter. Vont-ils seulement t'entendre, Hugues? Oui, il y a un garde, Hugues. Il viendra si tu l'appelles, et peut-être qu'il t'écoutera. Ils ont fait une erreur, Hugues, mais tu es dans ton droit, et tu vas leur dire. Brave Hugues. Ce n'est qu'une méprise. Et ce n'est pas parce que tu es en train de parler avec une partie indépendante de toi-même, dans ta propre tête, que tu dois t'inquiéter. Je t'assure...
    Tu n'es pas fou, Hugues.
    Oh, tiens donc un peu ton rang, un peu que courage et d'élégance, que diable! Ou essaie au minimum de vomir de manière plus élégante.
    Hugues?

    L'adolescent perdit de nouveau conscience. Son front gris heurta le pavé avec brutalité, mais, alors que le choc n'aurait dû qu'accroître les douleurs qui l'accablaient, Hugues perçut dans un dernier instant que tout était clair comme de l'eau. Évident comme la douleur sur ses poignets broyés.
    Le problème, c'était qu'il ne se souv...
    Dernière modification par Zyl ; 02/06/2009 à 20h40.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  11. #11
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 11: Triste glaçon et grains de sable
    A mademoiselle T-E. De Baspin
    CONFIDENTIEL

    Tzabaztha,
    J'ai oublié de vous demander s'il y avait des mesures particulières à prendre concernant l'alimentation de notre amie. Elle est encore presque totalement immobile, et je me vois obligée de lui servir la même bouillie qu'à mon petit dernier pour réussir à lui faire avaler quelque chose. J'arrive encore relativement à m'en sortir: même si elle bave encore perpétuellement, j'ai réussi à lui faire saisir une cuillère. Je ne désespère pas de lui faire comprendre qu'il faut qu'elle la ramène à sa bouche, la prochaine fois. J'ai vu pire de bien pires catatonies chez d'autres de mes protégés. En attendant, et comme nous avons affaire à une empoisonnée, il est impératif que vous m'envoyiez la liste de tous les aliments qu'elle ne supporte pas. Elle pourrait énormément souffrir d'une faute bénigne. Je ne vous en veux pas de m'imposer de m'occuper de cette femme, après tout vous me payez suffisamment pour ça, et c'est ma vocation, mais je veux que vous m'aidiez. Je n'ai pas plus envie que vous de la voir régresser ou mourir, mon amie, c'est pourquoi je vous conjure de concentrer vos recherches sur le poison qui lui a été administré. Pour l'amour d'Aur, mon amie! Cette femme souffre de manière tellement évidente que je me demande s'il [cette phrase a été barrée avant que sa rédactrice ne puisse la finir]. Excusez-moi. Je vous enverrai, comme convenu, mes prochaines lettres tous les cinq jours. S'il vous faut m'envoyer un message, et qu'il contient des informations que vous ne voulez révéler, passez-le à mon fils aîné qui travaille chez l'apothicaire rue Saint-Dragon ou faites-le porter par une personne en qui vous avez entièrement confiance. En tout cas, je ne vous trahirai point. Prévenez-moi aussi de l'avancée de votre enquête, si vous le voulez bien. Je sais qu'un secret et quelque chose de lourd à garder, et comme vous m'avez mise dans la confidence, je vous propose en toute amitié de le partager avec moi. Je ne dirai rien à ma famille, pas plus qu'à mes amis. Je veux simplement vous aider, mon amie. Si toutefois vous ne m'accordez pas votre confiance à ce point, je comprendrai. Que la chance soit avec vous.
    Amicalement,
    Lumi Lepuis

    Puis elle contempla son œuvre un long moment. Sous le bois pâle et verni, le mécanisme cliquetait avec régularité, de manière presque imperceptible pour qui ne voyait qu'un petit coffret à bijoux en la création de Tzabaztha. C'était rassurant de savoir sa confession en sécurité. Pour trois jours, précisément. Elle était heureuse que son idée eut fonctionné du premier coup. Elle n'avait même pas fait de plans, mais les rouages huilés de feu son réveil ne l'avaient pas trahie. Le mécanisme était plutôt simple, en fait. Un système de verrou dépendant d'un autre d'horloge, qui bloquait la boîte pendant trois jours à compter du moment où elle le remontait. La réactivation en elle-même était cryptée de manière assez basique, un cambrioleur expérimenté n'aurait aucun mal à en venir à bout, mais elle était la seule à connaître la bonne combinaison des minuscules leviers qui se hérissaient sur le dessus de la boîte. Il y en avait une dizaine: des faux en grand majorité. Elle avait réfléchi au délai. Elle avait bien l'intention de mener son enquête, et de prendre régulièrement des notes. Si elle venait à disparaître, quelqu'un trouverai forcément la boîte dans sa chambre. Elle n'avait pas l'intention de céder le code à qui que ce soit -n'importe qui était un coupable potentiel-, mais au moins aurait-on une chance de reprendre son flambeau, si ce n'était pas l'assassin qui trouvait la boîte le premier. Elle était fière, la pauvre Tzabaztha, chancelante comme une brindille au vent, mais droite à défaut d'être stable, dressée sur ses pieds menus, avec dans le regard ce qui, chez elle, pouvait le plus s'apparenter à de l'amour. De l'affection pour sa création. C'était une aventure qu'elle pouvait faire. Elle seule. Elle pouvait faire quelque chose de sa vie. Elle pouvait trouver celui qui avait tenté d'assassiner sa belle-mère.
    Car ce n'était pas Hugues, elle en était maintenant persuadée. C'était beaucoup trop évident. Grossier, même. La mise en scène était l'œuvre d'un amateur. Si la police locale n'avait pas été aussi impuissante et corrompue, n'importe qui aurait pu deviner. En fait, elle la soupçonnait de savoir quand même qu'il fallait rechercher quelqu'un d'autre, mais de s'en moquer éperdument. Jusqu'à quel point était-elle corrompue? Et, plus important, par qui? Par des syndicats du crime, sûrement, mais elle voyait mal ce que cela avait à faire avec la famille De Baspin. A moins qu'Andréa n'ait secrètement trempé dans des affaires illégales. C'était assez absurde. Elle tenta, avec difficulté, d'imaginer sa mère vivant une double-vie. En vendeuse d'armes? En dirigeante de secte? En maquerelle? En trafiquante de substances illicites? Non, non, non. Et pourtant, les faits étaient là. On avait tenté de l'assassiner. Bon sang, elle s'était même retirée de la politique de Baspin! Mais il ne fallait rien négliger.
    Crime passionnel? Andréa avait peu quitté le manoir, ces dernières années, et recevait bien peu. Quand à l'hypothèse qu'elle ait voulu séduire Hugues, ou celle qu'Hugues ait voulu d'elle, elles étaient toutes les deux aussi grotesques que possible. Mais la jeune femme n'ignorait toutefois pas que l'idée d'un crime passionnel était tout à fait plausible. Sa belle-mère l'était effectivement, belle. La jeune femme se fustigea un moment pour ne pas s'être intéressée plus que cela à la vie de ses proches. Puis elle se fustigea pour s'être fustigée, et il en résultat une dispute interne plutôt confuse entre sa conscience "Des relations humaines? Pourquoi faire?" et sa collègue "Il faut tout savoir sur tout le monde".
    Vengeance? Tzabaztha savait bien peu du passé de celle qui lui avait tenu lieu de mère. Andréa avait déjà une trentaine d'années quand elle l'avait adoptée. Elle venait du désert, et Tzabaztha connaissait mal sa famille, et les amis qu'elle avait pu avoir avant. Andréa était, malgré ses manières élégantes avec tout le monde, parfois bien dure à supporter. C'était en grande partie dû au mépris voilé mais instinctif qu'elle avait pour tous ceux d'un rang inférieur.
    Quoi qu'il en était, si la tentative de meurtre avait pour mobile une des deux raisons précédemment citées, cela disculpait la plupart des résidents du manoir, à moins que l'un d'eux n'ait servi de main exécutrice à un tiers. Tzabaztha lâcha un juron aussi original qu'indécent, et serra le poing. Tout cela, elle l'avait déjà écrit sur les feuillets qui résidaient à présent dans leur écrin mécanique. Elle était dans un brouillard presque total.
    On avait empoisonné Andréa, c'était sûr. La jeune femme avait eu le temps de passer dans la chambre de l'ancienne comtesse, et, après une inspection en règle malgré son dégoût et sa peur irraisonnée, elle avait fini par trouver des traces suspectes dans les lampes à huile et à pétrole, une espèce de suie qui n'aurait pas dû y être. Probablement un poison suffoquant qui expliquait les légères marques au cou d'Andréa: par réflexe, elle avait dû porter ses mains à sa gorge, et, mue par les spasmes et la terreur frénétique, s'y blesser. La fenêtre avait été ouverte, probablement par le meurtrier: soit parce qu'il en était venu, soit parce que c'était ce qu'il voulait faire croire. En tout cas, c'était peut-être ce qui avait "sauvé" sa mère. Sauvé? Mais pouvait-on encore l'appeler vivante? Retrouverait-elle jamais ses esprits? La suffocation pouvait entraîner des séquelles cérébrales irréversibles.
    Elle l'avait vue, cette femme élégante, en train de baver et de balbutier des propos incohérents, alors qu'elle l'avait menée, tant bien que mal, hors du manoir.
    Il était tout de même étonnant que Tzabaztha ait été la seule à s'apercevoir de la vie qui battait encore dans les veines d'Andréa, mais il fallait dire qu'elle avait fait un cadavre plutôt crédible, le teint gris, les yeux glauques, allongée, les membres tordus, dans son lit. Inconsciente, alors.
    A présent, Andréa se trouvait chez une infirmière venue d'une cité lointaine, en qui Tzabaztha plaçait toute sa confiance depuis qu'elle l'avait guérie d'une de ses mauvaises toux qui lui avait fait craindre de ne pas passer l'hiver. De toute manière, il fallait bien quelqu'un pour garder Andréa. Lumi vivait en dehors de la ville, dans la relative sécurité d'un sanctuaire pour incapables, et était aidée de ses fils et son mari. Tzabaztha regrettait quelque peu de leur imposer le fardeau d'une femme catatonique, mais elle n'avait pas le choix.
    Andréa avait été empoisonnée par les lampes. Tzabaztha n'était pas parvenue à identifier la substance (il existait beaucoup de poisons et les résidus n'étaient que des traces ténues). En tout cas, elle devait être plutôt puissante. Un point la turlupinait. L'inconscience d'Hugues. La chambre qu'on lui avait donnée était la plus proche de celle d'Andréa, soit. Logique donc qu'il ait été le premier sur place. Les griffures sur son visage venaient probablement de la noble: il avait dû tenter de l'aider, et elle, dans son délire, l'avait griffée. Jusque-là, tout allait bien... Mais pourquoi diable s'était-il retrouvé dans les pommes? La faute au poison? C'était possible, mais quelque chose ne collait pas exactement. Il avait eu l'air... Assommé. Et ce n'était sûrement pas une quinquagénaire agonisante qui aurait pu le frapper suffisamment fort pour ça. Tzabaztha doutait très fortement de la thèse du choc. Il avait tenté d'aider Andréa malgré les coups d'ongle de celle-ci: il était fort peu probable qu'il l'eut fait pour mieux reculer ensuite et s'évanouir comme une demoiselle trop délicate de contes.
    Oh, il fallait qu'elle voie Hugues. Il le fallait. Pour lui, c'était une question de vie ou de mort: elle fut surprise de remarquer qu'elle, elle s'en moquait éperdument. Elle voulait la tête de celui qui avait essayé d'assassiner sa mère. Horrifiée, elle contempla son reflet dans sa glace verticale. Elle portait toujours son bras mécanique et son épaule commençait à s'engourdir. Croisant son propre regard, elle baissa les yeux. Elle ne déservait pas sa réputation de glaçon sur pattes, songea-t-elle avec douleur. Et même en se forçant à devenir un être moral, en écrivant d'interminables et douloureux pamphlets sur la condition humaine, elle restait une énorme hypocrite, piégée dans sa propre toile. Tzabaztha était trop intelligente pour réussir à se duper. Elle voulait savoir, tout savoir. Quelque part, en écrivant "les humains", comme elle l'avait fait tant de fois sur son essai d'essai, elle s'en excluait. Elle se mit à trembler, et ses cils se firent les vecteurs de larmes qui vinrent tremper les verres épais de ses lunettes, comme pour lui épargner la vue de son miroir.
    Elle était dans une détresse tellement arrogante qu'elle aurait voulu pouvoir se gifler toute seule.

    Les rousses ondulations qui échappaient à son catogan encadraient le visage de Samian en lui donnant l'air d'un hybride de lutin et d'ange. Pourtant, une ombre soucieuse s'étendait sur ses yeux verts. Quand à sa bouche, elle avait ce pli caractéristique qui signalaient chez lui soit une culpabilité dissimulée soit une désapprobation silencieuse. En l'occurrence, il devait s'agir d'un peu des deux, et Mercure ne put s'empêcher de se sentir un peu coupable par rapport à son confident. Mais Samian était son meilleur ami, et il avait besoin d'aide. D'autant que le rouquin n'avait pas mis beaucoup de temps à se décider à partager le point de vue du nobliau. Sam n'était pas idiot, c'était même plutôt le contraire. Quelque chose ne tournait pas rond, autant avec le meurtre qu'avec Tzabaztha... Tzabaztha agissait de manière vraiment étrange. Pour Samian, qui ne l'appréciait pas énormément, elle trempait dans l'affaire. Pour Mercure, elle ne faisait que jouer sa cachottière, sa "tu-comprendras-quand-tu-seras-grand-Mercure-laisse-faire-les-adultes", une fois de plus et sûrement pas la dernière.
    Il était hors de question d'aller l'interroger, d'abord parce qu'il était tard et ensuite parce que cela ne servirait à rien. Quand Tzabaztha voulait se taire, elle le faisait avec expertise. Et elle avait une de ces techniques pour vous faire comprendre que vous étiez idiot d'aller l'interrompre dans ses travaux...
    D'un coup de tête, Samian signifia à Mercure la voie libre. Il fallait dire que les cryptes des manoirs quasi-vides étaient rarement fréquentées, encore plus à trois heures du matin. En fait de crypte, la salle était relativement quelconque, plus petite que ce dont elle l'avait l'air de l'extérieur. Elle ne servait guère qu'à entreposer les corps des De Baspin, depuis des génération, en attendant leur enterrement. Une table de pierre ornée de serpents entrelacés trônait en son centre. Sur les murs se retrouvaient divers motifs, abstraits pour la plupart. Des deux cariatides à l'air blasé qui gardaient l'entrée, l'une avait perdu le nez et l'autre une bonne partie de sa poitrine, la faisant ressembler à une curieuse divinité androgyne. Quelques touffes d'herbes naissaient çà et là entre les pavés, mais n'y poussaient pas de gaieté de cœur. Vu de l'extérieur, la crypte était une espèce de sanctuaire en semi-ruine au milieu des tumulus et des pierres tombales désassorties presque tous marqués du nom des De Baspin.
    Samian tremblait, Mercure le voyait. Lui-même s'efforçait de ne pas trop penser à ce qu'ils étaient en train de faire. Si ses soupçons se confirmaient, il en serait quitte pour une bonne douche froide, mais s'il avait tord... Hé bien, disons que le visage de sa propre mère le hanterai un bon moment. Il avait un peu bu, croyant se donner du courage, mais sauté son dîner: à présent, il avait envie de vomir ou de s'enfuir à toute jambe. Mais il fallait aller jusqu'au bout. Samian fronça un sourcil à son adresse. Ils n'avaient pas besoin de mots.

    Sam déglutit. Mercure allait trop loin. Tête brûlée! Mais que pouvait-il lui refuser? Le nobliau dégageait un charisme féroce, presque écrasant, qui faisait qu'il était bien dur de lui dire non. Le même que feue la comtesse... Le mépris en moins. Il ne pouvait pas dire qu'il la regrettait des masses. Mais un assassinat était un assassinat. Il était attachée à la notion de justice, bien qu'elle fut très abstraite dans le monde de Baspin-Zeppelin.
    Faire justice, cependant, c'était une chose, et violer un cercueil, une autre. Il s'efforça de ne pas écouter le grincement des charnières du cercueil, alors que son comparse, le visage brillant de sueur dans l'obscurité, soulevait le couvercle. Il tenta également de ne pas regarder la forme oblongue dans son linceul. A côté de lui, Mercure respirait fort, autant effrayé qu'excité. Samian ferma les yeux et s'abîma dans le bruit de cette respiration régulière et lourde, alors que ses propres mains aveugles défaisaient doucement les pans blancs du linceul là où aurait dû se trouver la tête d'Andréa.

    Mercure passa des doigts encore tremblants sur la courbe d'un sac de sable. Le contact rêche de la toile de jute, et, sous lui, celui mouvant des grains de sables, n'avait rien à voir avec celui de la chair froide et morte d'un être aimé.
    Il n'en était pas franchement plus soulagé. Cela voulait dire que quelqu'un avait volé le corps. Volé. Le. Corps. Et ce ne pouvait être le bougre qu'on avait emprisonné. Samian ouvrit les yeux. Leur éclat gris-vert était brouillé d'eau salée, comme une mer dans la tourmente. Mais il avait l'air brave, et c'était d'un ton relativement détaché qu'il siffla:
    "-Pour une fois, tu sembles avoir été dans le juste.
    -On a volé son corps."
    La voix de Mercure était blanche et ses yeux hagards. Il avait un air d'enfant perdu. Samian n'ignorait pas qu'il avait prononcé cette dernière phrase uniquement par automatisme. Le rouquin releva les yeux pour pouvoir croiser le regard de son compagnon plus grand que lui. Il lui fit un mince sourire.
    "-Oui. Mais heu, on le retrouvera."
    Il n'était pas adroit avec les mots. Fort heureusement, songea-t-il avec un certain agacement, Mercure ne l'écoutait en rien. Il se contenta de hocher du chef, le regard toujours dans le vague. Les longs doigts de Samian quittèrent le rebord du cercueil, et vinrent pincer le menton du jeune noble pour le forcer à baisser le visage.
    "-Je te le jure, tête de mule. On les retrouvera. Je suis là."
    Une larme soudainement libérée de ses paupières serpenta sur sa joue, minuscule ruisseau salé sur galets de taches de rousseur. Il l'essuya d'un revers de sa main libre. Sa bouche à la courbe douce afficha un sourire qui se voulait rassurant.
    Puis il se hissa sur la pointe des pieds et déposa, du bout des lèvres, un baiser très léger sur celles de son compagnon.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  12. #12
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 12: On ne dit pas "chienne de guerre" mais "cabot de combat". Et c'est "monsieur le cabot".
    A monsieur le directeur Ferrand
    Prison de Grand-Carcère
    CONFIDENTIEL
    Monsieur,
    Parents du dénommé CALLIST Hugues, récemment interné dans votre établissement, et n'ayant pas réussi à joindre l'inspecteur en charge de l'enquête sur l'affaire où notre enfant est, à tord, inculpé, nous nous en remettons à vous pour entendre notre plaidoyer. Sachez avant toute chose que cette situation est scandaleuse et que la diffamation ternit le nom de notre famille, qui a de l'influence et une réputation d'honnêteté sans faille. C'est donc passablement agacés que nous vous écrivons pour exiger la libération immédiate et sans conditions de notre fils, qui n'est, dans cette affaire, rien de plus qu'une victime. La Charte des Gens Civilisée est ici violée, la présomption d'innocence totalement ignorée et les droits d'un mineur bafoués (notre fils n'ayant que dix-sept ans, il est considéré comme dépendant de notre tutelle pour encore quatre ans, or nous n'avons été avertis que plusieurs heures après les évènements et son emprisonnement). Sachez que nous avons eu un vent très défavorable des conditions d'internement de votre établissement, et, sans vouloir vous brusquer la main, soyez averti que nous avons les moyens de vous causer plus qu'une petite page de scandale dans l'Aiguille du Pin ou tout autre torchon qu'affectionne le peuple. Les preuves contre notre enfant n'étant pas assez nombreuses, et des témoignages rapportant d'autre part qu'il aurait également été assommé par l'assassin, nous jugeons son embastillement totalement illégal. En lieu et place du soutien aux victimes dont nous aurions dû bénéficier, la police de Baspin et Zeppelin n'a fait que jeter l'opprobre à la face de notre famille. Nous joignons à notre lettre la somme de dix Grandeurs, en preuve de notre bonne volonté à votre égard, et vous enjoignons à faire justice vous-même et à libérer notre héritier et à nous le renvoyer sur l'heure.
    Bien à vous,
    Lacanth et Ashalv Callist.


    "-Je sais, mais...
    -Tzabaztha!"
    Ce devait bien être la dixième fois qu'il braillait le nom de sa sœur. Elle recula, l'air très lasse. Ses cernes énormes, accentuées par les loupes de ses lunettes, encadraient des yeux qui avaient autant d'éclat qu'un bout de carton trempé. Ses cheveux pendouillaient lamentablement sur ses épaules et ses oreilles. Elle était épuisée. Nulle peur, nulle colère, nulle honte ne parvenaient à disputer la suprématie de la fatigue sur son visage. Elle n'était simplement plus en état de ressentir quoi que ce soit. Elle voulait juste qu'il s'arrête. Qu'il se taise, ce frère, ce lion, cet être furieux aux traits aimés baignés de larmes de rage et de tristesse. Il l'avait acculée dans ses dernières limites. Ne pouvait-il la laisser dormir? C'était tout ce qu'elle voulait.
    Elle avait des comptes à lui rendre. La jeune femme l'avait trahi, lui avait menti. Pour cela, elle avait pleuré, mais en cette nuit sombre, elle n'en avait plus la force. Elle s'affala avec mollesse sur son fauteuil, s'y enfonça comme si elle pouvait conjurer son frère en furie en se roulant en boule et en rentrant la tête dans sa carapace. Il la souleva sans ménagement, la secoua sans se rendre compte qu'elle était vide. Ses lunettes glissèrent de son nez, tombèrent à terre, et elle releva les yeux.
    "Mercure..."
    Elle ne voyait que sa silhouette floue. Il était bien plus grand qu'elle, monolithe à la crinière échevelé, aux yeux bleus, le visage déformé par le sourire tordu de ceux à qui les larmes ne suffisent plus pour exprimer la douleur. Il se mit à parler, rugissements entrecoupés de hoquets, mais elle n'y comprenait pas grand-chose. La tête lourde de Tzabaztha vacilla sur son cou gracile.
    "-Mercure, il faut que tu dormes...
    -Pas avant tes explications! Tzabaztha!
    -Je connais mon nom. Demain...
    -Demain rien! Tza... Tu m'as menti!
    -Demain."
    Elle avait rassemblé ses dernières réserves d'énergie pour adopter le ton dur et catégorique qui lui servait habituellement de bouclier pare-gêneurs. Leurs paires d'yeux jumeaux s'affrontèrent, bleu myosotis contre bleu myosotis. Finalement, et Tzabaztha elle-même en fut étonnée, son jeune frère baissa le regard. Il lui broyait encore les épaules de ses paumes musclées, mais ne paraissait nullement s'en apercevoir.
    "Maintenant..."
    Elle passa sa langue sur ses lèvres sèches. Elle avait la bouche pâteuse, mais s'efforça de ne pas prendre un ton trop léthargique:
    "Va dormir. Je t'expliquerai tout demain. L'enterrement aura lieu, Mercure. Je vais te demander de jouer la comédie... S'il-te-plaît."
    Elle marqua une pause, cherchant ses mots, qui se bousculèrent dans sa bouche pour finir par s'étaler misérablement sur le paillasson de sa langue:
    "En vie, enfin elle est en vie. Andréa. Arrête tes larmes. Et ne dis rien, Mercure..."
    Sous sa peau naturellement hâlée, il pâlit. Elle ne le perçut pas, floue qu'était sa vision de son frère.
    "-Même pas à Samian. S'il-te-plaît!
    -Il sait déjà."
    Il se mordit la lèvre inférieure, puis lui jeta un regard agacé. Il était trop tard. Et ses secrets étaient ceux de Samian. Mercure n'était pas le genre à mentir à ses proches. Lui. Avec un grognement, il lâcha sa sœur, qui manqua de peu de s'étaler au sol. Puis il repartit, le dos courbé, la tête martelée du sang qui battait à ses tempes. Son pas était légèrement arythmique. Il avait une façon particulière et involontaire de montrer son désarroi. Les gens le qualifiait facilement de sanguin. En réalité, en dix-sept ans d'existence commune, Tzabaztha ne l'avait vu que quelques rares fois en colère. Il était exubérant, mais sa naïveté et la férocité de ses réactions cachaient une espèce d'ironie que bien peu comprenaient. Et une énorme fragilité, aussi. Tzabaztha secoua la tête. Il était un enfant malgré tout. Sans Samian pour le soutenir, il n'était pas grand-chose. Et Samian sans lui redevenait un palefrenier taciturne et blasé.
    Elle l'acceptait mal. Jalousie fraternelle, sans aucun doute, elle ne se faisait guère d'illusion sur la bassesse de ses propres sentiments. Samian était le fils de l'ancien palefrenier, lui-même issu d'une famille prolétaire. Le père et le fils avaient eu de la chance. Il y en avait de l'âge de Mercure ou Samian qui avaient déjà l'air de vieillards, brisés par le travail, les yeux irrités par les cendres ou la suie, le dos courbé d'avoir dû trop souvent ramper dans des boyaux miniers ou de l'offrir au fouet des contremaîtres. Mais Samian était quelqu'un d'engagé, malgré tout, et peut-être plus qu'il ne le pensait. Il faisait partie d'un large clan, les Tardefeux, qui, s'il n'avait guère de poids politique, était connu et respecté par tout le bas-peuple de Zeppelin et Baspin. Son oncle était un syndicaliste actif de la Grande-Fonderie, un gréviste acharné qui avait pour seule foi celle des fusils et des fourches. Tzabaztha ne désapprouvait pas les révolutionnaires. En tout cas, elle s'efforçait avec acharnement à les approuver, même si l'idée de violence la répugnait. Elle avait du mal à la justifier auprès d'elle-même. Aur qu'elle était lasse! Elle réfléchissait trop, à des choses qui ne la concernaient pas. Elle passait du coq à l'âne, dissertait intérieurement sur des sujets qu'elle pensait connaître, mais qu'elle n'avait jamais vus. Samian n'était pas un révolutionnaire. C'était un palefrenier. L'ami de son frère. Le frère de son frère, même. Elle étouffa un sanglot. Elle faisait une abominable grande-sœur. Heureusement que Mercure avait eu quelqu'un pour grandir avec. Samian était important. Plus que cela, il était la béquille qui empêchait leur famille de basculer dans la folie, à présent.
    Cependant, elle ne pouvait pas s'empêcher de le jalouser. Elle était humaine aussi, bien humaine malgré ses instants de froideur et d'éloignement. Elle avait des sentiments! Et Mercure ne lui avait jamais confié un seul secret. Ils n'avaient jamais joué dans le parc, à se lancer des mottes de terre en été, de neige en hiver, sous le regard désapprobateur d'Andréa. Ils avaient partagé des goûters, mais sans rires, sans se lancer des piques. Ils ne savaient même pas se chamailler correctement, bon sang!


    "-Elle te dois la vérité, Mercure.
    -Je sais bien. Mais que veux-tu que je lui dise? Elle me la dira demain. Ce n'est pas facile de la faire changer d'avis... C'est même impossible. Elle me prend toujours pour un enfant. Mais Sam! Ma mère est vivante!"
    Mercure eut un sourire qui, s'il n'avait pas eu le visage encore couvert de larmes, aurait pu être qualifié d'enthousiaste, auquel Samian s'efforça de répondre avec courtoisie. Ses sentiments étaient particulièrement mitigés. Il n'aurait pas réussi à se les décrire lui-même. Il se moquait d'Andréa. Il y avait Mercure, Mercure, Mercure l'ignorant, l'aveugle, ses beaux yeux bleus qui pleuraient, et sa main tremblante qu'il saisit avec précaution entre les deux siennes sans qu'il ne parût le remarquer.
    "-Vivante!"
    De sa main libre, Mercure essuya ses larmes. Samian ne partageait pas totalement sa joie. Il se sentait blessé. Il ne pouvait pas exiger de son ami qu'il soit à l'unisson de chacun de ses sentiments, mais tout de même! Andréa était vivante! Et ce n'était pas un mensonge cette fois. Sa mère respirait, quelque part. Cela, et la présence à ses côtés de son plus vieil ami, l'être auquel il portait le plus d'amour au monde (à moins que le poulet aux amandes grillées puisse être considéré comme un être aussi: dans ce cas, Samian n'était que deuxième) lui suffisaient pour effacer de sa mémoire tristesse, colère et horreur. Le monde s'était remis en place. On n'assassinait pas Andréa de Baspin, c'était une loi de la physique aussi élémentaire que celle de la gravité. Le rouage défaillant était revenu à sa place avec un claquement sec et rassurant, et l'horloge égrenait de nouveau ses secondes.
    "Merci Samian. Tu m'as été d'une grande aide."
    Mercure soupira de soulagement et se répéta, le regard dans le vide:
    "Merci, vieux frère."
    Samian ignorait totalement s'il se sentait blessé ou non que le léonin jeune homme ait totalement ignoré le baiser qu'il lui avait donné dans la crypte. Un baiser de serviteur renouvelant son allégeance à son maître. Peut-être que ce n'était que ça. Mais Samian n'était pas aveugle sur ses propres sentiments. Il n'aimait aucun maître. Il adorait un homme, un humain aux yeux obstrués par la profonde et longue amitié qui les liait. Comme c'était ironique. Parce que Mercure avait trop d'affection pour lui, il ne prenait jamais rien au sérieux, et parce qu'il l'aimait comme un ami, il le blessait. Il agissait par habitude. Le cœur de Samian lui était comme un objet tellement familier qu'il n'avait plus besoin de le regarder pour le connaître dans son ensemble et s'en rappeler chaque détail. Mais il avait changé, pourtant. Il avait trop changé. Le jeune palefrenier s'en était d'abord horrifié, mais il n'était pas le genre à essayer de changer sa propre nature. Et après tout, ce n'était pas les hommes qu'il aimait. Il aimait un homme, le plus beau que Bleue ai jamais porté sur elle, le plus gentil. La seule créature au monde avec laquelle il pouvait partager ses sentiments sans être jugé, parce qu'elle avait souvent exactement les mêmes. Mais maintenant, pensa-t-il avec amertume, ce n'était plus vrai. Il ne pouvait pas dire à Mercure ce qu'il ressentait. Parce qu'il aurait fui, ou aurait dénoncé son penchant aux autorités qui se seraient fait un plaisir de trouver un prétexte pour faire, aux yeux de l'opinion publique, du clan Tardefeux un ramassis de dégénérés.
    Ou pire. Il l'aurait regardé avec des yeux tristes et sans vie, et murmuré d'une voix faible: "Ah bon."
    Mais Samian ne désespérait pas. Les semi-aveux qu'il faisait restaient sans réponse (la main de Mercure était flasque et molle entre les siennes, brûlantes de fièvre), mais un jour, il trouverai du courage. Et si cela devait le détruire, en en serait ainsi. Mais un jour, ils domineraient au monde, les cheveux au vent et les mains étreintes, et personne n'oserait rien dire. Ou alors ils se retireraient en pleine campagne et élèveraient des poules naines jusqu'à la fin de leurs jours, mais c'était beaucoup moins romantique. Et ça avait un goût désagréable de fuite. Il se forçait à l'optimisme.
    "Mais de rien mon grand. C'est toujours un plaisir d'aider un ami à découvrir que sa mère clamsée ne l'est pas, en fin de compte."

    Il se réveilla de nouveau. Il songea avec lassitude qu'il ne faisait que ça. Se réveiller, pour sombrer de nouveau dans l'inconscience quelques instants plus tard. Au moins cela meublait-il son profond ennui. Et les rêves qu'il faisait, sans être agréables, l'emmenaient loin de sa cellule. Mais il ne s'en rappelait pas. Il valait peut-être mieux. Il y avait eu des yeux noirs, et une profonde amertume, dans le dernier, qui avait pourtant été, sans qu'il ne puisse se souvenir pourquoi, profondément intéressant. Il se sentait légèrement mieux. C'était peut-être à cela qu'ils servaient, ces songes. A le guérir du monde réel. Son genoux le lançait toujours. Les ligaments étaient probablement déchirés. Son estomac vide grinçait autant qu'il le pouvait pour ramener son cerveau à l'ordre. On lui avait visiblement servi un bol de gruau durant son inconscience, mais la pâte de blé était à présent froide et grisâtre dans son bol, surmontée d'une pellicule graisseuse qui coupa tout appétit au jeune homme. On aurait dit du cerveau passé au hachoir. Le sien, peut-être. Il sentait sa tête très vide et très lourde à la fois. L'eau qui accompagnait son repas était servie dans un bol ébréchée, exactement comme ce qu'on aurait donné à un chien. Lui-même, agenouillé sur un sol crasseux, ses vêtements sales, puant la peur d'être puni, ne se sentait plus, et ne sentait plus très humain. C'était probablement ce qu'on attendait de lui. Ses mains maigres amenèrent à lui le bol. L'eau avait un arrière-goût acide. Il pria pour qu'un garde ait eu la charité de l'empoisonner, ou au moins d'y verser un soporifique. Mais à part sa délicieuse saveur de croupissure, il ne percevait rien de particulier sur son palais torturé. Où étaient ses parents? S'il comptait juste, et à en croire la très mince lucarne qui éclairait son oubliette, il était emprisonné depuis deux matins. Ou plus, mais il doutait d'avoir dormi toute une journée. Il se lécha les lèvres. Ce ne fut qu'une fois sa soif épanchée qu'il se rendit compte qu'il avait énormément manqué d'eau. Sa gorge était asséché, sa langue pâteuse, sans compter l'horrible odeur qui émanait de lui-même. Un bain et un repas chaud... Ou plusieurs, même, le séparaient encore de son humanité. Pour le moment, il n'était qu'un chien sauvage qu'on avait piégé à renfort de collets cruels, et jeté dans une niche trop étroite. Il plongea le nez dans son écuelle dégoûtante. Il avait faim, finalement, et s'efforça de dévorer son repas sans en perdre un seul grumeau. Il n'aurait cependant pas beaucoup de scrupules à re-vomir après. Mais que cela lui serve au minimum à souiller les chaussures du juge qui signerai son arrêt de mort.
    Il ressentait avec énormément de joie ce qui s'apparentait le plus, chez lui, à de la haine. Il était un garçon pacifique, en temps normaux, mais sa situation pouvait difficilement être qualifiée de "normale". Il était un chien sauvage, maigre, galeux, enragé. Et un chien sauvage n'avait aucun scrupules à mordre de toutes ses dernières forces la main qui le nourrissait.
    "Geôlier?"
    Appela-t-il d'une voix cassée mais sûre d'elle. Après tout, il avait fait un rêve intéressant. Une voix caverneuse, qui évoquait le raclement d'une pierre sur une autre, lui répondit d'un ton ensommeillé:
    "Ouais?"
    Hugues avait dû interrompre sa sieste, vue l'énergie qui de dégageait de la voix de l'homme. Il s'en réjouissait. Pour le moment, il ne souhaitait que du mal à tous ceux qui avaient œuvré pour faire de lui, en quelques jours à peine, cette loque humaine qu'il savait désormais incapable de supporter la vue d'un miroir. Il se releva, le dos douloureux, appuyé sur celle de ses jambes qui le faisait le moins souffrir. Avec ses yeux plus rouges que gris, ses tresses éparpillées autour de son visage et engluées dans sa nuque, il avait l'air d'un démon antique. Hugues Callist, dix-sept ans, fils de hauts bourgeois, venait de laisser derrière lui tout ce qui formait son identité.
    Sous la forme d'un bol brisé à coups de mâchoire furieux, d'éclats de terre cuite répandus sur un sol humide et souillé.
    Chien décoratif, on avait par erreur décrété qu'il valait moins qu'un coyote. Et bien, il allait leur montrer ce que valait un bichon frisé, quand on l'énervait suffisamment.
    Croisant le regard brun du garde à travers la mince ouverture grillagée de la porte de sa cellule, il frappa, un hurlement de folie et de rage s'échappant d'entre ses dents couvertes d'une écume grise et rouge.
    Mord, mord, mord, mord, mord, mord, tue, tue, tue, tue, tue, tue.
    Donne un sens à cette folie.
    Dernière modification par Zyl ; 08/06/2009 à 21h22.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  13. #13
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 13: Hein, que, quoi, où, comment?
    L'histoire de Baspin est riche d'assassins raffinés et particulièrement excentriques. Des études ont été menées, qui se contredisent avec un plaisir manifeste. Le dr. Laroche invoque, je cite "un climat montagnard à l'air vicié, qui, contrairement à la croyance populaire, fait plus de mal que de bien à l'esprit en le privant de son sens commun", tandis que le pr. Deluis parle quand à lui, dans sa "nouvelle étude des caractères criminels" de "naturels plus violents chez les peuples nordiques" et de "propension congénitale à la violence ne pouvant être traitée en aucune manière". Ces deux [série d'insultes variées, intégralement barrée.], de plus il reste encore à prouver que le sens commun est une vertu propre aux habitants des climats désertiques (qui, comme chacun le sait, sont les inventeurs de la religion d'Aur, qu'à titre personnel je qualifie de "vénération du Grand Nombril de la Vérité Suprême et tellement incontestable que tous les autres sont des abrutis"), ou que monsieur Deluis n'a lui-même pas une propension congénitale à prendre les autres pour des abrutis finis.
    Toujours est-il que la longue histoire de Baspin n'a pas été écrite que par des héros de guerre ou des scientifiques de génie. Louisianna-aux-mains-blanches, Frederick Martre dit "Fred Tailletête", ou encore le mystérieux Mardi Rouge qui ne fut jamais identifié, tous ceux-là ont marqué leur temps aussi sûrement que nos héros. Pour la bonne et simple raison que ces hommes et ces femmes, ces tueurs en série, savaient passionner le public. Ils savaient ménager le suspens, instiller à eux seuls un climat de terreur dans la ville. Ils attiraient sur eux la haine, et parfois un étrange amour, une passion difforme, par un jeu d'attraction-répulsion que les psychologues se plaisent à disséquer. Et quoi de mieux, avec son thé de cinq heure, que de suivre, confortablement assise dans son salon, la frissonnante chronique des aventures d'un fou furieux occupé à massacrer les autres? Les autres. Après tout, sur toute une ville, il y a vraiment peu de chance que le tueur en série du moment tombe sur vous. Et puis vous, vous n'êtes pas, cochez la bonne case: une prostituée -blond avec un costume bleu-résident du quartier des mouettes-autre (précisez). Non. C'est ce sentiment mélangé de distance et de proximité avec l'assassin, ce jeu d'attraction-répulsion qui créé chez les hommes l'amour de leurs propres bourreaux.
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Lucile reposait, à la manière d'une statue antique, sur le bureau de son mari. C'était une belle composition, et aucun peintre n'y aurait trouvé à redire. Même le sang était bien dosé, et mettait en valeur l'éclat de sa pourtant très simple robe verte de femme du peuple. Ses yeux étaient ouverts, et bientôt la mort se chargerait de les rendre vitreux et glauques, mais pour l'heure ils arboraient encore l'éclat noisette qui avait longtemps fait la fierté de son visage de déesse de pierre. Ses cheveux s'étalaient en une auréole blond cendré autour de l'ovale de chair pâle de celui-ci, reposant tels des fils d'or terne sur le bois brut. Quelqu'un avait soigneusement posé la main potelée de Lucile sur sa poitrine, là où s'étalait la tache rouge vif de son sang. Elle avait l'air d'une martyre, le visage levé vers le plafond et les lèvres légèrement entrouvertes dans une prière muette. Ses jambes nues et inertes avaient glissé du bureau, si bien qu'elle donnait l'impression d'avoir été figée dans le temps, accoudée sur le bureau comme pour tenter de se mettre à l'abri de son assassin. Mais Lucile était morte, bien morte. La couleur de la vie avait quitté ses joues d'albâtre, et rien ne soulevait plus sa poitrine. A côté d'elle, on avait déposé un poignard dont l'éclat illuminait la scène. Lui aussi était barbouillé de ce rouge vif qui tachait la robe verte de la jeune femme. Sobriété, élégance, efficacité du tableau: le meurtrier avait indubitablement cherché à faire quelque chose de joli. Une bougie presque entièrement consumée éclairait la scène de sa lumière pâle, y ajoutant un plaisant effet de clair-obscur. Seul un élément jurait vraiment dans la composition. Quelqu'un avait attaché trois grelots, du genre qui parait les harnais de fête des poneys, dans la chevelure ondulée de Lucile. Cet élément, simple en apparence, ajoutait à la scène un cynisme déplaisant, une moquerie funèbre.

    Pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche. L'épaule de Mercure commençait à se faire douloureuse. Il tentait avec difficulté d'éviter d'y penser, mais son esprit n'avait pas grand-chose d'autre à explorer. Ses genoux aussi le faisaient légèrement souffrir: à cause de sa taille supérieure à celle des trois autres garçons portant le cercueil, il était obligé de les fléchir. Et cette grosse boîte de bois était tellement, tellement lourde. Il chercha du regard le soutien de Samian, mais le rouquin, à sa droite, était distant, son regard aqueux figé droit devant lui. Il marchait avec raideur, et s'il ressentait la fatigue de Mercure, il ne le laissait pas paraître. Une fois n'était pas coutume, il avait ramené sa tignasse rousse en un catogan très serré, qui lui donnait un air sinistre encore plus surement que son visage à l'air crispé. Finalement, c'était la froide indifférence de son ami qui acheva d'abattre Mercure. Personne n'était censé avoir l'air gai à un enterrement, mais l'expression atterrée qu'il finit par adopter tira quelques murmures de petit comité dispersé devant eux autour de l'entrée du caveau familial.
    Tzabaztha était celle qui se tenait la plus proche de l'ouverture de la tombe fraîchement descellée, et elle n'avait pas particulièrement l'air plus à l'aise. Des cernes énormes, disgracieuses et presque aussi sombres que sa robe de deuil ornaient le pourtour de ses yeux injectés de sang. Elle était appuyée sur le buste de marbre blanc de feu sa mère, et la ressemblance entre les deux étaient d'autant plus flagrante que Tzabaztha avait le teint d'un cadavre et l'immobilité d'une statue. Du côté droit de la tombe, un buste semblable du défunt Comte se dressait, la moustache au vent. Mercure se demanda avec détresse quelle serait la place de sa mère dans ce caveau déjà occupé. Son père avait tout compliqué en réclamant à être enterré avec sa première femme... Et maintenant, qu'aurait-il pensé de ce très singulier ménage à trois? Et Tzabaztha l'Aînée, aurait-elle approuvé qu'une inconnue gagne le droit de reposer à ses côtés parce qu'elles avaient partagé le même homme? D'accord, Andréa n'était pas morte, mais Mercure en savait si peu qu'il préférait encore se raccrocher au mensonge mis en place par sa sœur. Ils allaient enterrer des sacs de sable et des pierres. Des pierres. Pas sa mère. Mais quelque part, il restait perturbé. Sur la pierre qui ornait la première marche du caveau, on avait déjà fait graver le nom de naissance de sa mère, en dessous de celui, érodé, des deux époux Baspin. Comme si Andréa n'avait jamais été qu'une étrangère à la famille, une usurpatrice jusque dans le tombe. Aur merci, personne ne le lui avait encore fait remarquer, même pas Samian avec le sarcasme grinçant qu'il avait un peu trop tendance à utiliser ces derniers temps.
    Il y avait un prêtre d'Aur dans la petite assemblée, mais à voir l'expression qu'il arborait, Tzabaztha devait déjà avoir eu avec lui une conversation plutôt salée. Il ne pipait mot, et serrait le livre d'Aur dans sa petite main potelée, comme pour vérifier s'il ne s'agissait pas d'un artefact lui permettant de se téléporter le plus loin possible du cimetière des De Baspin. Les autres étaient tous des serviteurs, plus quelques membres du conseil de Baspin qui n'avaient pas dû pouvoir échapper à l'"invitation" faute d'alibi correct dans leur agenda. On avait épargné la seule enfant du château, la petite sœur de Samian, de venir, semblait-il. Tant mieux. Mercure la voyait très mal au milieu d'une assemblée aussi lugubre.
    Il lui semblait que deux heures s'étaient écoulées lorsqu'ils parvinrent enfin devant le caveau. Les quatre porteurs s'immobilisèrent. La partie la plus difficile était encore à venir. Il allait leur falloir rester debout pendant le discours de Tzabaztha, qui s'annonçait long et ennuyant au vu de l'épaisse liasse de notes que la jeune femme, qui avait à présent posé sa tête sur celle de la représentation de sa mère, portait entre ses bras maigrelets et menaçait de laisser tomber.

    Il y eut ensuite un très long et très pénible blanc.
    Puis Tzabaztha émit un ronflement sonore, et il est presque inutile de dire que l'ambiance, déjà peu enthousiasmante, se refroidit avec la rapidité d'un cadavre plongé dans des eaux arctiques. Quelqu'un, une vieille servante vêtue d'une robe d'un noire approximatif, lui donna un discret coup de coude, avec un "ahem" qui en disait long sur l'état d'esprit de toute l'assistance. Tzabaztha sursauta, ouvrit grand ses yeux de chouette, et, choquée, lâcha ses notes en manqua de s'éclater le crâne contre le marbre du buste de sa mère.
    "Hein, que, quoi, où, comment? Heu... Ah... @#%! de quetzal à plumes longues!"
    Mercure cligna des yeux avec lenteur. Tzabaztha se releva, l'air hagard, au milieu d'une nuée de feuillets désassortis que le vent emportait déjà. La jeune femme trébucha dans sa jupe, et retomba, flasque, sur la statue. Il y eut des murmures, puis des rires. Tzabaztha-Eugénie, misérable, se redressa pour la deuxième fois, ne paraissant même plus avoir la force d'insulter l'assemblée comme elle l'aurait fait en temps normal. Elle ne s'économisait pas particulièrement, d'habitude, mais Mercure savait qu'elle connaissait les limites restreintes de son propre corps. Cette affaire faisait d'elle... Autre chose. Elle n'était pas Andréa. Elle ne pouvait pas diriger son monde avec efficacité et rigueur sans que cela ne se ressente sur elle. Pauvre Tzabaztha. Il avait beau être ce qu'il était, une force de la nature presque infatigable, il comprenait parfaitement ce que subissait Tzabaztha. Mais il ne pouvait pas lui offrir d'épaule secourable (elle était déjà prise par un cercueil). Il lui en voulait toujours un peu, mais l'attitude perdue et fragile de Tzabaztha lui toucha le cœur avec violence. Il aurait voulu crier sur ceux qui riaient, conseillers comme serviteurs, palefreniers comme nobliaux de passage. Une boule lui nouait la gorge. De l'autre côté de la vilaine boîte de bois, Samian était plus raide que jamais, et contemplait avec dureté Tzabaztha, les lèvres pincées. Il n'y avait, sur son visage, aucune trace de moquerie, mais il la condamnait. Samian n'était pas un tendre ni un patient, même si son laconisme empêchait la plupart des gens de connaître ses pensées, Mercure ne s'y trompait pas.

    Et puis vint la cavalerie pour sauver Tzabaztha de son humiliation. Une bien funeste cavalerie, d'ailleurs. Elle allait à pied et courait comme un dératé, prenant la forme bedonnante et couronnée de roux d'un oncle-anonyme-numéro-douze(au moins)-de-Samian, qui braillait à plein poumons. Tous les regards se tournèrent vers le petit homme, qui, esquivant avec habileté une pierre tombale, manqua de peu de trébucher sur une autre, et finit par atterrir, exténué, aux pieds des quatre porteurs de cercueil. La langue pendante, haletant, il releva les yeux vers Samian.
    "-Sa-ah-ah-mian, ga-ah-min, Lu-uh-cile a.
    -Tenez-moi ça, voulez-vous?" Fit Samian avec un certain agacement, alors qu'il lâchait son coin du cercueil. Les trois autres porteurs, Mercure compris, lâchèrent à l'unisson un "heuf!" de protestation, mais il n'y prêta guère l'oreille, et releva avec assez de brutalité son oncle. De sa voix chuintante, celui-ci couina d'une traite ce qu'il avait à dire:
    "-Ils ont tué la petite Lucile, la femme de ton frangin... Sam, on a besoin de toi, il va faire quelque chose!"
    L'assemblée déçue n'eut pas le droit à la définition du "quelque chose", qui devait être un code propre au clan Tardefeux. Cependant, l'expression parvenant à être à la fois lugubre, furieuse et affolée qui s'afficha sur le visage couvert de taches de rousseur de Samian était relativement éloquente.
    Dernière modification par Zyl ; 24/06/2009 à 21h48.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  14. #14
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 14: Démons gardiens
    Il existe certaines drogues capables d'altérer à jamais l'esprit d'un homme, en détruisant une partie de son âme, en le rendant fous. Ces poisons, considérés comme parmi les plus sadiques existants, permettent, donnés en une seule fois et en grande quantité ou en petites quantités régulières, de totalement faire perdre pied à un être sans que la véritable raison n'en soit jamais trouvée. Un cerveau mort l'est une bonne fois pour toutes, même après la disparition totale des toxines dans l'organisme et il n'y a guère que les cuistres qui préfèrent procéder à un assassinat pur et simple de leurs ennemis. Nombreux peuples considèrent la folie comme pire que la mort, et estime cette seconde comme un moyen charitable de guérir cette première. Et bien, qu'ils croient les inepties qu'ils veuillent! Tous, vous me pensez folle, et cruelle d'avoir infligé le sort de la folie à d'autres par le biais de mes poisons! Mais sachez, enfants du mensonge, que jamais sur ma vie ou sur ma mort, vous n'aurez autorité. En folle je quitte ce monde, puisque j'y étais la seule lucide!
    Dernier discours de Sazcha l'Aînée de Tarentule, dite Sazcha des poisons, quelques heures avant son assassinat.


    Hugues. Hugues. C'était son nom, Hugues. Il songea avec cynisme qu'il n'en avait plus vraiment besoin, de ce nom. Pour ceux qui passaient, il n'était pas différent du Pierre à sa gauche ou du Paul à sa droite. Il avait l'air d'une épave. Il ramena ses jambes sous son menton et posa sa tête sur ses genoux qui perçaient à travers le tissu écorché et malmené de son pantalon. Il avait maintenant la preuve que quelques jours en prison, plus une accusation injustifiée de meurtre suffisaient à faire d'un fils de riches bourgeois une loque comme les autres. Ses tresses noires étaient dans un désordre incomparable, ses vêtements déchirés et il sentait mauvais. Néanmoins, il était parvenu à un certain état de paix. Il était libre. En prison, on ne ressentait que soi-même, et finalement, c'était encore pire que de ressentir trop de monde. La foule l'entourait sans le voir. Il était au milieu de mendiants. Il était un mendiant, le genre distrait qui oubliait de tendre la main quand on voulait lui donner une pièce. Il était avec ses pairs. Il pouvait partager son fardeau. Il était bien. Hugues s'était creusé une niche au milieu de ses malheurs, et s'y était roulé en boule pour retrouver un peu de chaleur. Il ne pouvait pas descendre plus bas. Au moins, les pavés étaient stables, l'odeur de vinasse de ses compagnons l'était aussi, et il était à l'abri. Il n'avait toujours pas mangé quoi que ce fut de décent, mais son organisme, las de lui répéter les mêmes messages de faim et de fatigue depuis plusieurs heures, avait décidé de ne plus le harceler.
    "Hé, Les Tresses. Faudrait voir à se bouger un peu. Jack va se ramener, et je serais toi, je me tirerais avant qu'il n'arrive. L'est pas tendre avec les nouveaux. En plus, avec ta gueule d'ange bourge, je préfère pas te dire ce que tu vas te prendre. Chuis désolé. Moi chuis pas sectaire, t'vois, mais c'est Jack qui commande par ici. C'est pas un quartier sûr pour toi. T'faut un protecteur, mais c'pas ici que t'en trouv'ras. J'veux dire, franchement, chais pas où tu pourrais crécher, mais tu vas pas faire de vieux os si tu restes dans le coin. Me regarde pas comme ça. J'y peux rien! Oh, debout, là! Il va rappliquer, le Jack!"
    Hugues releva des yeux larmoyants sur celui qui l'invectivait, une homme très carré, assez petit bien que plus grand que lui et pourvu d'une abondante barbe poivre et sel. Il n'avait pas retenu son nom. Mais ce n'était pas grave, parce apparemment lui non plus. La gorge d'Hugues était douloureuse, comme s'il avait avalé une enclume glacée enrobée de piquants. Il croassa néanmoins à l'adresse de son singulier et très momentané compagnon:
    "Oui. Heu... Merci."
    L'homme avec des yeux d'un bleu très clair, glacial, propre aux gens des montagnes de Zeppelin. Hugues baissa le regard. On ne pouvait pas soutenir la vision d'yeux comme ceux-là, à peine pouvait-on la subir pendant quelques secondes. Un vrai regard de loup, mais le mendiant n'était pas un mauvais bougre. Son air de bête féroce ne faisait peut-être pas beaucoup pour lui, mais, du peu qu'Hugues avait bien voulu entrevoir, il avait bon cœur. Le jeune homme se releva donc de mauvaise grâce, la tête toujours courbé, et s'étira. Des articulations craquèrent dont il ne soupçonnait même pas l'existence quelques jours auparavant.
    "Merci de m'avoir prévenu. Heu... J'vous donnerais bien quelque chose mais..."
    L'homme eut un hochement de tête agacé.
    "Ouais, ouais, je sais. Bon, dégage. Les fuites les plus courtes sont les meilleurs."
    Hugues eut un très long soupir, auquel l'homme répondit par un "pfeuh" avant de prendre la place que le jeune homme avait laissée libre au milieu des chiffons. Même debout, on ne le remarquait pas. Enfin si, les passants s'écartaient de lui, mais c'était un réflexe. Il n'était ni grand ni large, ni d'une physionomie particulièrement remarquable en dehors de sa peau grise. Mais dans le quartier, tout était gris, d'un gris de suie qui tachait jusqu'aux visages des enfants. Sa tunique n'avait plus qu'un très vague souvenir de ce qu'était la couleur verte. Bon sang qu'il était sale. Pris d'un réflexe risible, il se mit à frotter sa tunique du plat de la main, alors qu'il commençait à marcher d'un pas incertain. Il ne réussit qu'à salir un peu plus ses doigts arachnéens, et à ajouter à sa lassitude. En vérité, il avait trouvé un réconfort bien éphémère dans la compagnie des mendiants. Le repos qu'il s'était octroyé n'avait duré que quelques minutes, lui sembla-t-il soudain. Ce qui autrefois l'effrayait l'attirait à présent terriblement. Il avait besoin de compagnie. Il avait besoin de ressentir de l'empathie avec ces êtres, ses semblables, les humains. Ou sinon, il allait mourir de solitude. Même ici, au milieu de la rue, il était seul, comme une motte de terre soudainement arrachée à une berge, et qui ballotait dans l'eau sans trop savoir s'il fallait nager ou flotter. Il ne voulait pas redevenir fou. On l'avait accusé d'un meurtre, la première fois. Et la deuxième fois, il avait vraiment tué quelqu'un. Comme ça. Il avait arraché une vie, et ce faisant, il s'était blessé. Il n'avait pas de mots pour décrire son tourment. Tout son monde, jusqu'ici aussi rangé que les pièces d'une montre sur le velours d'un bijoutier, était soudainement devenu fou et sans repères. Il y avait les yeux, cette obsession des yeux, partout. Que les joyaux fabriqués par l'enseigne de ses parents lui paraissaient bien ternes quand il y avait ces organes, ces merveilleuses immondices plantées au milieu de la figure des gens, du plus riche au plus pauvre. Il avait vu beaucoup d'yeux. Beaucoup d'yeux l'avaient vu. Mais il évitait de regarder, même si c'était à chaque fois une expérience aussi agréable que terrifiante. Hugues avait la conviction que quelque chose se passait en lui. Ou alors il devenait vraiment fou à lier. Mais quand regardait à l'intérieur de ces yeux, il savait.

    Il y eut un choc très doux, ouaté, celui des épaules de quelque contre les siennes, et il sentit des bras s'enrouler autour de sa taille et l'emporter ailleurs comme s'il n'avait été qu'une brindille. Il leva un regard éperdu sur l'homme, le corps aussi mou et léger qu'une poupée de chiffons. Puis il pensa enfin à pousser un cri de surprise, mais il l'avait déjà emporté bien loin de la foule, dans une ruelle anonyme et sombre, entre deux hauts bâtiments dont les toits orangés se touchaient presque. L'homme le lâcha, et la vie reprit un cours brutal lorsque Hugues heurta tête la première les pavés. A moitié assommé et la vision troublée, il vacilla à quatre pattes, ne sachant quelle direction prendre pour fuir. Toute la mesure de sa faiblesse lui revint soudainement en mémoire, et, résigné, il se laissa retomber à terre, le front contre la pierre et les jambes emmêlées. Une main le saisit par le col effrangé de sa tunique et lui releva la tête. A travers le flou de sa vision, il aperçut un visage tout en angles, un crâne lisse et pâle et des yeux brun clair. La main. La main avait une poigne plutôt douce, mais elle mettait Hugues dans un inconfort profond en lui faisant plier la nuque selon un angle qui n'était pas naturel. L'homme dut s'en apercevoir, parce qu'il relâcha le col du jeune homme, le saisit sous les bras et le fit s'asseoir contre un des murs de la ruelle, sans que celui-ci ne puisse esquisser le moindre mouvement de lui-même. Puis une voix parla, rauque mais étrangement ponctuée de passages plus aigus, comme si l'homme avait été un adolescent en pleine mue:
    "Hugues Callist."
    Il ne paraissait attendre aucune approbation, parce qu'il continua quelques secondes plus tard, se massant distraitement le crâne de sa main gantée.
    "Vous avez été une plaie à retrouver. Ce n'est pas très gentil de votre part, mon petit Hugues, de fuir comme ça à peine les portes de la prison ouvertes."
    Hugues se glaça, et passa d'une catatonie nébuleuso-assommée à une angoisse profonde nervo-paralysée. Il recula en tentant d'enfoncer son dos dans le mur (on ne savait jamais), mais cela eut pour seul effet d'arracher à son interlocuteur un sourire sarcastique. Agenouillé devant lui, il portait une curieuse tenue de cuir souple et de tissu sombre comme entortillée sur ses membres longs et fin. Il était très maigre, plus encore que Hugues, mais, à voir la facilité avec laquelle il l'avait traîné, ne manquait pas de force. Des balafres dessinaient sur son visage et son crâne rasé des arabesques qu'en d'autres circonstances le jeune homme eut trouvées fascinantes.
    "Je ne suis pas garde, Hugues. Je ne vous y ramènerai pas, mais j'ai mes ordres."
    Il se détacha du dos un sac de toile gonflé de biens, et en sortit des vêtements ainsi qu'une énorme miche de pain. Son expression était aussi naturelle que s'ils se connaissaient depuis longtemps et que leur situation était on-ne-peut-plus logique. Logique. Un inconnu l'entraînait dans une ruelle sombre pour lui donner du pain et des habits propres. Hugues renonça à essayer de comprendre, et renifla la micha avec méfiance, comme un animal sauvage. Nouveau sourire ironique de la part de l'homme. Finalement, le jeune homme repoussa ce qui lui était offert et considéra son sauveur avec un regard perplexe. Il y avait quelque chose de surnaturel chez cet homme. Un grand mensonge, quelque chose qu'il ne parvenait pas à percevoir, comme si son regard marron était vide de toute signification. Hugues adopta un ton cynique qu'il ne se connaissait guère et marmonna:
    "Je sais que ça peut paraître TELLEMENT hors de propos, mais... Qui êtes-vous?"
    L'homme lui tira la langue avec un air gamin et se releva en esquissant quelques pas vers la sortie de la ruelle, sifflotant un de ces airs révolutionnaires que scandaient les ouvriers en colère lors des manifestations. Puis il jeta un dernier regard à Hugues, haussa un sourcil et repartit aussi sec, les mains dans ses poches.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  15. #15
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 15: La princesse, le château, les petits oiseaux qui chantent et tout ce genre de trucs

    Il était une fois, dans un royaume lointain, une princesse plus belle que l'aurore et gentille comme le lapin à poils longs. Vous pouvez ajouter d'autres adjectifs, mais les faits sont là: la princesse doit être belle, parce qu'après tout, on ne va pas attendre d'elle qu'elle fasse de la politique, hein? Bon. Étape suivante: dans un autre royaume lointain, un prince. Lui, il est sûrement beau aussi, mais aussi courageux et plus fort que tout le monde, parce que c'est un prince. Il arrive un problème quelconque à la princesse: un dragon l'enlève, sa belle-sœur (laide et méchante) tente de l'assassiner, elle tombe à court de miel pour son thé. Le prince arrive et vient la sauver, ils se marient, vivent heureux et ont beaucoup d'enfants (des choses qui sont parfaitement contradictoires si vous voulez mon opinion). Et voilà, vous avez un conte. Je suis noble, mais ni belle ni douce. Il n'y a nul prince charmant qui veuille de moi, et je me satisfais de cette situation, si vous voulez savoir. Je suis Tzabaztha-Eugénie de Baspin, et le seul dragon qui me garde est mon corps maladif qui m'empêche d'aller ou je veux ou de faire ce que je veux. Je hais souvent les contes anciens, parce qu'ils trainent avec eux une morale hors d'âge. Je ne veux pas être la princesse de la tour, et pourtant je suis condamnée à l'être par ma fragilité physique. Rha, bon sang de bison en bois laqué, j'en ai marre. Je ne suis pas faite pour écrire un recueil de littérature, j'en ai peur.
    Tzabaztha-Eugénie de Baspin, introduction à Les @#%! de contes de Baspin et d'ailleurs.


    Le plafond n'était pas particulièrement élégant. Cela faisait belle lurette que les peintures n'avaient pas été refaites, et les moulures de plâtre commençaient à s'effriter. Les boiseries étaient les seuls à peu près intactes, quoi qu'elles auraient eu besoin d'un bon coup de plumeau elles aussi. C'était un bien pitoyable ciel que le sien, songea Tzabaztha avec lassitude. Elle avait vécu, mettons, la moitié de sa vie dans cette pièce. Elle en connaissait chaque détails, et avait vu la décrépitude peu à peu s'emparer du manoir de Baspin. C'était quelque chose de lent mais sûr, une très longue agonie irréversible, parce que ce n'était pas seulement une question de ménage bien fait ou de pelouse entretenue. La noblesse était chose morte. Les sentiments de la jeune femme à ce propos étaient plus ambivalents que ce qu'elle voulait bien laisser voir. Tout le monde la prenait pour une idéaliste résolue quoique un peu fofolle, bon sang. Mais elle manquait de conviction, et le savait. Le monde changeait. Sa chambre ne changeait pas, mais tout ce qui l'entourait avec mué en autre chose en une vingtaine d'années. Elle se sentait presque comme une vieille femme alitée, au seuil de la mort, ne reconnaissant plus ni les amis ni la famille qui l'entouraient.
    Elle cligna des yeux derrière la vitre épaisse de ses lunettes. Son attitude lors de l'enterrement avait été pitoyable, et ses nuits blanches à tenter d'élucider le mystère de la tentative d'assassinat sur sa belle-mère l'étaient encore plus. Elle était pitoyable. Le crâne enfoncé dans son oreiller moelleux, les jambes étalées par dessus sa douce couverture, elle se sentait affreusement mal. Elle n'était pas seulement cloîtrée au manoir par la force de sa propre volonté, elle était aussi et surtout enfermée dans son corps fragile, cet amas d'organes, de muscles prêts à lâcher prise à la moindre occasion. Et elle séchait devant ce qu'elle avait décidé d'appeler son "énigme personnelle". Elle était peut-être trop bête, trop hypermétrope, ou simplement trop orgueilleuse. Les trois, sans aucun doute. Son esprit vif la lâchait et il ne lui restait rien de plus qu'une chambre décrépie à la légère odeur de renfermé, au sol jonché de maquettes stupides et de plans inutiles. Tzabaztha ferma les yeux. En cet instant, s'imaginer morte n'était pas bien difficile. Son corps était lourd de fatigue, son esprit las et embrumé. Elle ne voulait que se reposer. Elle n'avait pas d'obligations en ce monde: ses écrits n'intéressaient personne et ses inventions encore moins. Elle était pitoyable en tutrice de Mercure et en gérante de manoir. Son corps s'enfonçait dans la mollesse des draps. Comment arrivaient-ils à sentir et la lessive fraîche et la poussière?
    "Tzabaztha?"
    Mercure n'était pas doué dans le domaine du chuchotement. Lorsqu'il parlait, il était bien dur de s'empêcher de "voir" un point d'exclamation à la fin de chacune de ses phrases. La jeune femme soupira et releva sa tête échevelée, ouvrant péniblement ses yeux collés par les allergies et les larmes.
    "-Oui?
    -La cérémonie est finie."
    Il s'assit sur le lit de sa sœur, qui grogna pour la forme avant de se laisser retomber sur son oreiller. Machinal, il se mit à lisser les plis de la robe noire de Tzabaztha, alors qu'elle articulait péniblement:
    "J'imagine que le moment des révélations tragiques est venu, alors? Bon..." Elle prit une grande inspiration et démarra, sur un ton morne:
    "-Mère n'est pas morte. Je te l'ai dit. Tais-toi, laisse-moi parler. Elle est à l'abri, pour autant qu'il y ait encore quelque chose à protéger. Non non, tu t'tais. C'est moi qui parle, et si tu m'interromps toutes les deux secondes pour poser des questions, on ne va pas aller loin. Je suis fatiguée, Merc. Pitié, laisse-moi expliquer, abruti. Andréa a été empoisonnée, et je pense que c'était via ses lampes. Quelqu'un a mis dans l'huile et le pétrole des lampes de m'man quelque chose de suffisamment fort pour la faire suffoquer et assommer ce pauvre crétin d'Hugues qui s'est précipité à son secours en entendant ses cris. Ça ou on l'a frappé. C'est pas lui, en tout cas, enfin c'est peu probable. Andréa... A subi des dommages au cerveau. Elle était inconsciente quand je l'ai trouvée, mais bien vivante. Je l'ai veillée, alors qu'on murmurait déjà à propos de son enterrement, et l'ai emmenée chez une amie qui tient un hospice. Mercure... Il est peu probable qu'elle se remette jamais. Le poison était violent, et elle en a respiré énormément avant de se rendre compte de ce qui se passait. Je ne sais pas... Je ne sais pas ce qu'on va faire.
    -Pourquoi ne m'as-tu RIEN dit?" Rugit son frère. "Tu pensais que j'aurais pu, MOI, essayer d'assassiner MA mère, Tza?!
    -J'étais dans le brouillard... Aïe... Ce qui est fait est fait, imbécile, et je m'en excuse. Je suis une andouille pur porc, mais mets-toi à ma place. J'étais paniquée. Je suis désolée de ne pas m'être tournée vers toi. Je pensais que je pourrai m'en sortir seule. Il y a beaucoup de choses à propos de cette tentative d'assassinat qui me titillent... Il a été indubitablement mis en scène, mais le poison était réel. Je ne sais pas s'il était prévu que Hugues soit accusé d'emblée, mais ça doit bien arranger le vrai assassin. Dis-moi paranoïaque si tu veux, mais j'ai la quasi-certitude que la raison pour laquelle on a tenté de tuer Andréa n'était pas politique. Et pourtant, c'était la dernière noble du coin, à par nous qui nous sommes ralliés au conseil de Baspin. Je veux dire... C'aurait pu être une stupide histoire de symbole, mais dans ce cas on aurait probablement évité d'accuser un riche bourgeois. Personne n'a rien revendiqué, tu vois?
    -Heu...
    -Oui, je sais, tu ne comprends rien. Je suis désolée, Mercure. C'est déjà tellement compliqué pour moi..."
    Son frère grinça des dents.
    "-Merci de me rappeler que je suis l'idiot de la famille, Tza-chérie...
    -Je n'ai pas envie de me disputer, Merc, mon choupinet frère adoré. Je suis fatiguée."
    Ils marquèrent tous deux une pause, par un accord tacite. Puis, au bout de quelques minutes, le jeune homme, qui n'avait jamais été d'une grande patience, reprit d'une voix un peu hésitante:
    "Qu'est-ce-qu'il faut faire?"
    Qu'est-ce-qu'il fallait faire? Mourir, pensa Tzabaztha. Mais si l'assassin s'en prenait à Mercure à son tour? Après tout, il avait beau être beaucoup plus grand et fort qu'elle, c'était son *petit* frère et elle lui devait la protection, sans compter qu'abandonner Andréa à la pauvre Lumi qui s'en occupait n'était guère charitable. Bon, apparemment, la fatigue et la maladie allaient devoir attendre au moins la fin de l'enquête avant d'emporter la jeune femme, qui sentit un peu d'énergie lui revenir et trouva le courage de se relever et s'asseoir sur son lit. Ses habits de deuil la gênaient, mais leur couleur était assortie à son humeur.
    "-Je propose qu'on parte à la chasse au rouquin.
    -Aux rouquins? Qu'est-ce-qu'il y a avec les rouquins?" Fit Mercure d'un ton surpris, haussant un sourcil et tentant de croiser le regard bleu de sa sœur comme pour y lire une explication.
    -Un seul rouquin, le tien. J'ai comme dans l'idée que ton Samian va m'êt... Nous être utile, ne serait-ce que pour te tenir en laisse."

    Mercure hésita un moment entre cri de joie et protestations indignées, puis se décida finalement pour un air faussement boudeur. Tzabaztha lui tira l'oreille avec dureté, un petit sourire sarcastique sur ses lèvres sèches.
    Dernière modification par Zyl ; 05/07/2009 à 21h13.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  16. #16
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 16: Pauvre Lucile

    Les droits des femmes en Baspin-Zeppelin. Sujet intéressant, pas vrai? En vérité, on en a assez vite fait le tour: ils sont bien peu nombreux, ou ignorés. En cet âge de progrès qui est le notre, nombreux sont ceux, ou même celles, à penser qu'une femme est, excusez-moi du terme, un appareil reproducteur et éleveur de marmaille sur pattes. J'ai la chance d'être une femme éduquée, parce que je suis noble, mais que dire à celles à qui on a seriné toute leur vie qu'elles n'étaient ni assez fortes pour avoir le droit de défier un homme, ni assez intelligentes pour avoir celui de protester, ni assez futées pour comprendre quoi que ce soit à la politique? Et pourtant, les femmes ont toujours été là: je dirais même que les hommes seraient sacrément dans la fiente sans elles. L'inverse est vrai aussi, notez bien. A titre personnel, je rêve d'un monde qui cesse de tout polariser, de se focaliser sur le sexe, mais aussi la couleur, l'âge, ou n'importe quoi, de l'individu, pour se concentrer sur ses idées, ce qu'il peut apporter à la société et [tache de thé mêlé d'encre, texte illisible sur une dizaine de lignes. Il reprend tout en bas de la page, en petits caractères serrés:] scrogneugneuh, c'est un monde, une femme parle et même sa bouteille d'encre essaie de la faire taire.
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    Les Tardefeux étaient plus qu'une famille, c'était un clan. Un réseau soudé par des liens maritaux ou filiaux. Qu'un Tardefeux meurt, on voyait à son enterrement tout un cortège de cousins, d'oncles et de tantes qui ne le connaissaient même pas forcément. Être Tardefeux impliquait souvent d'avoir le crin roux et les descendants nombreux, encore que ces deux choses ne fussent pas systématique, et d'être loyal à la famille quoi qu'il arrivât. Beaucoup se méprenaient sur la nature du clan Tardefeux: ils n'étaient ni une organisation criminelle ni un parti politique. Samian soupira. Des fois, la famille pesait vraiment trop lourd. La pauvre Lucile était morte, mais qu'y pouvait-il? L'air las, il contempla un moment le corps de celle qui avait été sa belle-sœur. Elle n'avait pas de blessure visible, et on avait aspergé sa poitrine d'encre rouge. Même pas du sang de porc ou de poulet, de l'encre rouge vif qui faisait une tache brillante sur le vert de sa tenue. Elle était morte. Morte. Les gens avaient beaucoup tendance à mourir autour de lui, ces temps-ci, pensa-t-il. Il était plus que désolé pour son frère, et choqué du meurtre d'une Tardefeux, mais il n'avait guère eu l'occasion de connaître Lucile. Pauvre femme. Elle était si jeune, à peine plus que Samian, et l'absence de blessures la faisait paraître simplement endormie. Mais sa chair était froide et ses lèvres exsangues. Elle était pour l'heure allongé sur le bureau de Louis, singulier lit de mort, et attendait avec une patience infinie que s'achève la crise de colère et de larmes de son mari effondré sur son siège. Samian avait toujours eu une certaine admiration pour Louis. Son frère. Le tonnant, l'impétueux Louis, l'engagé, le révolutionnaire. Il avait du courage à revendre, et bien aussi une certaine envie de tout faire exploser. Même en dehors de la famille Tardefeux, Louis était connu. Craint, souvent, par ses alliés comme par ses ennemis, et autant admiré. C'était, comme beaucoup d'autres, un ouvrier au fonderies. Il était également représentant syndical, et ne s'embarrassait guère de légalité pour faire valoir ses revendications.
    Qui avait tué Lucile? Elle n'avait jamais été que l'ombre de son flamboyant époux. Samian se souvenait d'une ouvrière plutôt timide, pas mal portée sur les sucreries, une fervente admiratrice de Louis qui, toute étourdie, avait accepté la demande en mariage de celui-ci à peine deux semaines après l'avoir rencontré. Et c'était ainsi qu'elle finissait. Elle avait vécu en ombre, et était morte en ombre, car ce n'était sûrement pas elle qu'on avait cherché à atteindre. Elle était un vecteur, c'était évident aux yeux de Samian. Quelqu'un tenait à exciter la rage de son frère. Samian remerciait du fond du cœur sa propre lucidité et celle de son oncle: peut-être réussirait-il à faire entendre raison à Louis, qui pour le moment parlait d'aller placer des explosifs dans le fondement de ses ennemis divers et variés (certains imaginaires, d'ailleurs). Il ressentait la mort de son épouse comme une attaque personnelle. Ce n'était presque pas une question de tristesse: il était trop fier pour vraiment aimer qui que ce soit. Lucile était sa propriété et on la lui avait ravi. La bouche de Samian prit un pli amer. Pauvre, pauvre femme. Les journaux qui titreraient feraient de sa mort leurs gros titres le lendemain n'évoqueraient sûrement même pas son nom. Samian lui-même était incapable de se rappeler du nom de jeune fille de sa défunte belle-sœur. Elle avait été, et serai désormais à jamais "La femme du syndicaliste L. Tardefeux".
    Il ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine empathie pour elle. Ils avaient eu une vie semblable. Tous les deux dans l'ombre de ceux qu'ils aimaient, tous les deux trop éperdus pour oser s'imposer. Samian secoua la tête et se maudit de cet affront à la mémoire de la jeune femme. Elle avait eu une existence bien plus misérable que la sienne, et, sans rien pouvoir y faire, il s'agaçait de sa tendance à tout ramener à sa passion contrariée. Il était libre, il était vivant, et Mercure avait pour lui plus de respect que n'importe quel autre. Peut-être qu'il devrait s'en contenter. Il posa une main compatissante sur l'épaule de son frère, l'accompagnant de quelques mots rassurants. Louis grogna, ce qui était sûrement mieux qu'aucune réponse. Samian ne put s'empêcher de pousser un énorme soupir. Mercure, Louis... Les gens devaient vraiment penser que "papier buvard anti deuil" était marqué sur son front en grosses lettres d'or.
    Il aurait bien aimé qu'on fasse appel à lui pour autre chose, de temps en temps.
    Samian fit le tour de la chaise sur laquelle était affalé son frère, et s'accroupit en face de lui. Les traits de Louis, habituellement assez lourds mais allégés par les aigrettes de cheveux roux indisciplinés, étaient boursouflés par les larmes, mais aussi la colère. Il était d'un rouge concordant avec sa tignasse et la couleur du feu qui donnait son nom au clan. Méthodiquement, le jeune homme entreprit d'essuyer le visage de son frère à grands coups de mouchoir, avec la patience teintée d'agacement de quelqu'un de rôdé à une tâche désagréable. Il parlait, noyant les jérémiades furieuses de son frère sous un flot tranquille de consolations factices. Finalement, Louis n'avait plus grand-chose d'admirable. Pourquoi avait-il été aussi aveugle? Une fois son éclatante peinture de figure de proue écaillée, il n'y avait plus rien. Plus rien d'autre qu'un homme jaloux qui en voulait à son épouse de s'être faite tuer par un autre. Mercure valait mieux. Il aurait voulu être à ses côtés. Il y avait plus sa place.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  17. #17
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 17: Ficelles
    Les hôpitaux, en Zeppelin-Baspin, sont de qualité variable. Très variable, presque autant que le lièvre du même nom, mais en moins mignon (et moins comestible). Aucune des deux villes ne possède de véritable système de santé. Il s'agit là d'un héritage de la tradition montagnarde la plus antique qui veut que "si ça passe pas avec un coup de gnôle, c'est que y'a plus rien à faire, ou alors on ampute". Il faut prendre le mot "hôpital" avec des pincettes, en Baspin. Certains, comme le sanctuaire de la Sainte-Bleue, ne sont que des mouroirs où les seuls pansements offerts aux misérables qui y trouvent asile sont des prières. M'est d'avis que même la solution "gnôle" est plus efficace, en fait. Loin de moi l'envie de blâmer notre très cher, adoré, vénérable, magnifique, toujours avisé et aimable clergé d'Aur (et même si je suis athée, je *peux* reconnaître leurs efforts). Ils manquent de moyens, depuis qu'ils ont arrêté de prélever leurs taxes et que leur a été retiré le soutien de Tour-d'Aur. Passons sur le sujet de l'église d'Aur, j'avais dit que je me concentrais sur le système hospitalier pour le moment. D'abord. Il y a les infirmeries de quartier. En général, elles ne gardent pas de patients, mais elles sont plutôt bien équipées, même si ça varie beaucoup d'un quartier à l'autre. Attention ! D'expérience, si vous le pouvez, évitez les infirmeries côtoyant tout ce qui est abattoir ou charcuterie. Tout le monde n'a pas les moyens d'une formation spécialisée (même s'il faut reconnaître que ces gens savent amputer). Il y a aussi les asiles, les maisons de repos, de retraite, et en fait j'en ai assez de cette liste. Retenons simplement que le meilleur moyen, selon moi, pour se faire soigner en Zeppelin-Baspin, c'est acheter des livres de médecine un brin sérieux et les potasser. Ca ne marche pas VRAIMENT dans mon cas, mais enfin, c'est toujours mieux que les grogs. Je suis allergique aux grogs.
    Tzabaztha-Eugènie De Baspin, @#%! de foutu essai d'essai sur la nature humaine.


    "-Et?
    -Il explosera. Tôt ou tard, madame. Celui qui a tué... Ma belle-sœur... Lucile, il savait ce qu'il f'sait. Et ce n'est pas moi qui vais le retenir. Louis serait capable de déclencher une guerre juste pour dire qu'il ne se laissera pas faire."
    Samian haussa un sourcil.
    "-Il aura des ouvriers derrière lui, plus des Tardefeux d'un peu partout. Sincèrement, ça m'est égal, maintenant. Ça devait arriver tôt ou tard que Louis... Enfin, je veux dire, Zeppelin-Baspin a déjà connu des révolutions, et ces derniers temps, tout le monde en est à couteaux tirés. Tout le monde. Et quelqu'un a sacrifié une femme innocente pour accélérer le processus.
    -C'est... Le même."
    Tzabaztha frissonna. Elle regardait d'un air distrait sa fourchette, le regard perdu dans les reflets du métal. En face d'elle, Samian avait posé les coudes sur la table et la tête sur les poings. Mercure se tenait à ses côtés, et dévorait son repas avec un appétit de bienheureux. La conversation glissait sur lui comme l'eau sur de la toile huilée. Il n'avait ni dieu ni maître, mais quand son estomac parlait, il obéissait avec enthousiasme. Il savait qu'il n'aurait pas dû, que c'était important, mais l'air lugubre de sa sœur et son meilleur ami lui minaient le moral. Pas étonnant que ces deux là ne s'entendent guère: ils ne se ressemblaient que par trop, parfois. Il les soupçonnait de déteindre l'un sur l'autre, ce qui n'était pas bon. Il aimait le Samian pince-sans-rire et la Tzabaztha distraite par ses travaux. La mort était une sacrée garce, qui venait troubler sa vie paisible en dénaturant ses proches. Ils n'avaient pas besoin de ça!
    "-Vous croyez? Vous voulez dire...
    -Oui. Je pense-"
    Tzabaztha leva sa fourchette d'un air autoritaire, son regard s'emplissant d'un air conspirateur plus ridicule qu'autre chose.
    "-que quelqu'un cherche à semer le désordre dans cette ville. On s'en prend à l'ancienne noblesse, puis à l'une des plus importantes figures ouvrières.
    -République de propriétaires..." Fit Samian avec un gros soupir, dérobant un morceau de pain à un Mercure absorbé par sa cuisse de poulet aux herbes.
    "-Non, non. Je sais que pour vous, tout est de la faute de la bourgeoisie, mais moi je... Enfin... Ça paraît pas un peu gros, quand même? Regardez comment tout ça a été mis en scène! On a essayé de faire accuser Hugues, le parfait petit gamin de hauts bourgeois. Et on a poussé le grotesque jusqu'à peinturlurer la robe de votre belle-sœur comme si on l'avait poignardée. On voit les ficelles, et je pense que quelqu'un le veut. Avec suffisamment de ficelles, on peut cacher n'importe quel décor. C'est du théâtre, Samian... Mercure, s'il te plaît, par pitié, essaie au moins de faire semblant d'écouter! "
    L'air grognon, le jeune homme repoussa son assiette.
    "Grmbl."
    Deux paires d'yeux le fusillèrent avec sévérité, et il cessa ses grognements. Tzabaztha reposa sa fourchette.
    "-Il faut retrouver mon... Enfin. Hugues. Ouais, mon fiancé, j'imagine. Le type qu'on a accusé du meurtre d'Andréa. Il est autant une victime qu'elle, mais surtout un témoin. Aur sait où il peut être maintenant! Quelqu'un l'a aidé à s'évader de prison hier. D'après les gardes, il n'avait plus toute sa tête. Du peu que j'en ai vu, il avait l'air... Sensible. Pas étonnant que des accusations de meurtre sur sa future belle-mère et un séjour en prison l'aient un peu secoué. Sans compter que le poison dans l'air de la chambre d'Andréa a tout aussi bien pu l'affecter.
    -Fascinant."
    Tzabaztha ignora le sarcasme de Samian. Ils n'étaient pas encore décidés à s'entendre.
    "-J'ignore qui lui est venu en aide, mais je penche pour ses parents. De ce que j'en sais, ils sont assez... Hum... Ils ont une espèce de fierté familiale assez prononcée. Et ils ont l'argent pour corrompre les gardes.
    -Me parlez pas de fierté familiale, madame, pitié. J'ai eu ma dose pour aujourd'hui, je crois. Et qu'est-ce-que vous suggérez de toute manière? On va voir ces gens, on leur demande "Coucou les amis, vous auriez pas votre fils accusé de meurtre caché quelque part derrière votre tas d'or?"?"
    Les doigts blanchâtres de Samian tapotaient avec agacement le bois dur de la table, qui n'avait pas été dressée. Tzabaztha toussa un instant puis lui jeta un regard mauvais.
    "-Ça serait sûrement plus productif que de rester ici à... A rien faire!
    -Mais agissez un peu en adulte, madame! Vous avez l'air de penser que c'est une fôooormidable aventure fôooollement romantique et que vous en êtes l'intrépide héroïne! Mais ce type, qui que ce soit, a déjà tué une personne et transformé une autre en légume! Ce ne sont pas des inconnus qui sont visés, De Baspin! Je veux dire... Madame."
    Leurs regards furibonds s'affrontèrent. Mercure regardait avec fascination le fond de son assiette vide, inspectant avec détermination une fêlure dans la faïence. Puis il secoua la main avec agacement, et, sans prévenir, frappa du poing la table. Qui trembla.
    "Assez!" Rugit-il de sa voix de Stentor, et là où Tzabaztha glapit de surprise, Samian se contenta d'un regard posé et vaguement fier pour son ami. Puis Mercure, en panne d'inspiration, se ré-affala sur la table en marmonnant, la force de sa voix allant décrescendo:
    "Heu... Faudrait faire quelque chose, quoi, non mais c'est vrai, à la fin..."
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  18. #18
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 18: Le marchand de sable est passé
    Il y a ce conte. Une méchante belle-mère (les belle-mères sont toujours méchantes dans les contes, un peu comme les vizirs d'ailleurs) a un fils, lequel est aussi méchant que sa mère (parce que c'est connu que ça se transmet), et tant qu'à faire, laid et cupide puisque l'auteur semble ne pas du tout aimer la demi-teinte. Il y a le gentil roi qui a un fils d'un précédent mariage. Devinez quoi? Son fils est beau, courageux, gentil, etc. Et c'est l'héritier légitime du trône (souvenez-vous de la règle : les héritiers légitimes du trône sont toujours les meilleurs), ce qui ne satisfait pas sa belle-mère, qui décide tout naturellement de l'assassiner. Le gentil prince dort avec la couronne de son père, et le méchant prince sans rien. Mais, le hasard est bien fait, pas vrai ? Dans la journée, les deux princes, jouant ensemble (oui, le gentil prince est gentil avec le méchant parce que c'est pas gentil d'être méchant, même avec les méchants), décident d'inverser leurs rôles pour une journée : le méchant prince prendra la couronne (pensez s'il est content!), et le gentil prince aura le droit en échange à quelque chose comme la collection de boutons à coudre du méchant prince, dans cet ordre d'idée.
    Le méchant prince s'endort donc avec la couronne du gentil sur la tête. Et là, vous savez ce qui se passe. Non seulement une mère et un fils conspirateurs ne sont pas capables de se coordonner, mais en plus la belle-mère se fie à la simple présence ou absence d'une couronne sur la tête de quelqu'un pour savoir si c'est son fils ou celui qu'elle veut tuer.
    Tzabaztha-Eugénie de Baspin, les deux princes et la couronne, in Les @#%! de contes de Baspin et d'ailleurs.


    La silhouette se mouvait avec grâce. Le très léger tintement des grelots rythmait chacun de ses bonds de cabri, alors qu'elle escaladait le toit avec autant de fluidité de s'il s'était agi d'un escalier. Mince et vêtue de noir, androgyne au possible, la forme maigre se découpait en marionnette d'ombre sur le fond bleu-rouge de nuit polluée de la ville aux fumées. Deux protubérances cornues semblaient jaillir de son crâne, lui donnant l'apparence de quelque malicieux diablotin prêt à entraîner les mortels dans la folie et la débauche. Et, quelque part, cette impression n'était pas totalement biaisée. La silhouette allait sans visage, légère sur les toits de tuiles, engrenant dans son sillage la chaotique mais douce mélodie des clochettes accrochées à ses manches. Prestidigitateur de nuit, elle poussait au chaos des êtres qui ne demandaient qu'à sombrer, en les frôlant à peine, elle entraînait leur chute. Délectable. Elle aimait se tenir sur le fil, parfaite équilibriste, et pousser hors de sa mince voie tous ceux qui n'étaient pas dignes d'y régner. Entropie était sa maîtresse, nuit était son foyer. Le poison n'était pas la flèche, estimait la silhouette, mais l'arc. Personne ne comprenait la magnificence de sa folie à l'état pur, absolument personne, même ceux qui se targuaient d'expliquer par la science ce qui ne pouvait être expliqué. Elle faisait corps avec la nuit, s'y harmonisait en y introduisant sa propre mélodie. Et que les humains en souffrent! Ils n'avaient pas de place en ce monde d'entropie s'ils ne comprenaient pas la portée de leurs actes. Tout était chaos. Une braise tranquille couvant depuis des années pouvait devenir feu ardent au moindre souffle; des petites filles se transformaient en assassins; un mendiant revenait à la vie grâce à un quignon de pain et un sourire. La silhouette servait le chaos. Il n'y avait pas de meilleur maître au monde. Il n'était ni bon, ni mauvais, ni juste, ni injuste. Il était Chaos, et les motifs infinis qu'il dessinait dans la toile de la vie étaient les plus beaux qui soient. Cuistres hommes qui ne voyaient que bonheurs et malheurs, égoïstes incapables de faire face à l'aveuglante beauté de l'entropie!
    La silhouette s'immobilisa sur un toit surplombant une maison à colombages anciens, puis, précautionneusement, se défit des grelots sur ses manches pour les fourrer dans d'invisibles poches sur ses cuisses. Elle se laissa glisser du toit jusqu'à une fenêtre à jalousie, posant ses pieds bottés de singulières chausses à bout pointus sur la mince corniche qui d'ordinaire devait servir de perchoir à pigeons ou linge. La fenêtre n'était pas verrouillée. Qui fermerait des volets à une telle hauteur, quand les nuits commençaient à se faire tièdes? Il n'y avait guère que les fous pour vouloir se balader nuitamment sur les toits des patriciens, et les acrobates suicidaires pour y arriver. Le diable nocturne se flattait d'être l'un et l'autre: c'était là ses plus précieux talents. Il se coula dans l'ouverture, souple et mince comme un chat des rues, et atterrit en silence sur le plancher de la chambre. On avait tord cependant de dire que la nuit était muette: les grelots de ses manches ne chantaient plus, mais le souffle d'un dormeur remplaçait fort bien leur aria. Une respiration régulière, paisible. Ordonnée. Trop ordonnée. Et la silhouette pariait que la pièce allait à l'unisson de cette trop régulière mélodie: rangée et impeccable. Elle n'était pas parfaitement nyctalope, mais sa vie nocturne l'avait sensibilisée aux différentes nuances de la nuit. Elle parvint sans encombre à ce qui paraissait être une table de chevets aux contours flous. Sa main gantée tâtonna un moment, en douceur, à la surface de celle-ci, et s'agrippa à l'excroissance cireuse d'une bougie éteinte à mi-chemin de sa vie. Puis son autre main descendit le long de son propre corps, avec une lenteur précautionneuse, pour sortir d'une de ses improbables poches un briquet.

    La lumière vacilla. Le démon arbora un léger sourire. Il aimait la lumière des bougies. Elle était chaos et incertitude. Il arracha de sa manche une petite pochette de tissu, l'examina dans la clarté douteuse de la bougie et en décousit l'ouverture d'une main experte. Une poudre tomba en crépitant sur la flamme en manquant de peu de l'étouffer. Puis elle se dilua dans la petite mare de cire fondue à la base de la mèche.

    Une fois de plus, ses doigts arachnéens redescendirent dans ses poches, les fouillèrent un moment avant de se refermer avec tendresse sur un morceau de ce qui avait la consistance du papier et la douceur de la soie. Le diablotin sortit le pliage d'entre les plis de tissu de sa poche, le défroissa du dos de la main, avec amour, et le déposa doucement sur l'oreiller du dormeur, à quelques centimètres de son crâne.

    Et la silhouette repartit, sans vraiment un regard pour l'endormi, l'occupant de la chambre au visage poupin et auréolé de bouclettes brunes. Leur visage importait, à vrai dire, très peu. Il n'y avait que leur nature et les dégâts que leur mort pouvait causer qui avaient de l'importance.

    L'air du dehors était frais et doux sur son visage. Mais il lui restait encore une chose à faire. Il-elle déposa une paire de clochette sur la petite corniche de la fenêtre, referma du mieux qu'elle le put les volets et disparut d'un saut de cabri sur le toit.
    Dernière modification par Zyl ; 03/08/2009 à 10h25.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  19. #19
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 19: La fumée nuit à votre santé et à celle de votre entourage
    Cher papa, chère maman,
    Ne me cherchez pas. Je suis mort. Pour vous comme pour d'autres. Je sais que ce n'est pas important, mais c'est vrai. Je veux que vous quittiez cette ville maintenant. J'ai marché dans la rue et je les ai entendus qui disaient que le monde allait se refermer sur lui-même, qu'on couperait tous les accès et que la ville serait débarrassée des étrangers qui l'exploitent. Prenez un zeppelin et oubliez votre fils, ça ne vous sera sûrement plus très dur maintenant. J'ai tué quelqu'un, j'ai vraiment tué quelqu'un, je vous le confesse et ça sera le dernier souvenir que vous aurez jamais de moi, alors je vous conseille de désirer l'effacer et recommencer ailleurs. Partez avant que tout n'explose, je suis mort de toute manière et je ne peux pas vous revenir. J'espère que ce message vous parviendra, mais je me moque de savoir si vous parvenez à vous échapper ou non, parce que je vous oublie, je vous ai déjà oublié et je deviens complètement fou. Je la confie à quelqu'un. Je ne sais pas qui, mais je trouverai. Vous aurez ma lettre. Oubliez-moi et oubliez-la.
    Votre fils,
    Hugues


    Hugues marchait. Il ne savait pas exactement dans quelle direction, mais il marchait. S'immobiliser, c'était mourir. Dormir, c'était le faire pour la dernière fois. Quelqu'un voulait sa mort, il en était à présent sûr. Et pourtant, quelqu'un d'autre tenait à le voir rester en vie. Et il gageait que, cette fois ci, ses parents n'avaient pas grand-chose à y faire. Ils étaient intelligents, certes, brillants et manipulateurs, mais cela ne leur ressemblait pas. Il doutait de toute manière qu'ils aillent jusqu'à l'élimination d'un fils dont la disgrâce aurait pu s'avérer gênante pour les affaires : ils n'étaient pas sans cœur. S'ils avaient souvent oublié de lui manifester de l'amour, c'était qu'ils étaient par ailleurs trop occupés. Hugues priait, sans vraiment s'en rendre compte. Ce n'était pas ses parents. Il espérait que ce n'était pas ses parents. Quelqu'un lui avait imposé un billet pour l'échafaud. On l'avait accusé d'un meurtre qu'il n'avait pas commis...
    ... Et cela lui avait fait tuer quelqu'un. Étrange comme la plupart de ses souvenirs de la prison étaient brouillés, à l'exception de celui-ci. Il avait tué un homme pour s'échapper. Les murs le rendaient fou. Il avait tué un homme, et il ne savait même pas comment. Hugues leva à hauteur de ses yeux ses mains grises et veinées, qui tremblaient autant qu'elles le pouvaient. Elles étaient sales, mais nul sang ne les couvrait. Non. Il ne pouvait pas avoir tué quelqu'un à travers une porte de prison. Il fallait qu'il maintienne en place le peu de raison qui lui restait. Il le fallait. Il fallait... Il fallait qu'il se venge de celui qui avait assassiné l'ex-comtesse de Baspin en lui faisant porter le chapeau. Celui-là, il le tuerait. S'il ne le tuait pas avant. Hugues soupira, tout en continuant de marcher, le pas arythmique et les genoux fatigués.

    Il y avait le problème inverse. S'il n'avait pas tué son geôlier, alors qui? Qui avait ouvert la porte de sa cage, qui avait éliminé suffisamment de gardes dans son passage pour qu'il puisse s'évader? Et qui était venu lui remettre vêtements et nourriture? Le même?

    Qui cherchait à faire de lui un fou paranoïaque? Qui donc jouait avec sa tête, qui s'insinuait dans son esprit en y répandant des peurs étranges, des rêves, des maléfices, en trompant ses perceptions?
    Et qui, pour finir, avait mené ses pas machinaux jusqu'en Baspin?

    Hugues s'arrêta. Ses genoux tremblaient. Ne pas s'arrêter, lui soufflait son instinct. Il ne l'écouta plus. Il y avait ici quelque chose d'anormal. De nouveau, cette violente et entêtante odeur de fumée, l'encens des villes. Ce n'était jamais bon quand la fumée se faisait sentir. Elle était le fruit du presque-esclavage, piquait les yeux, embrumait les pensées...
    Tuait? La fumée était l'odeur de la mort, il s'en souvenait à présent. Des frissons glacés le parcoururent. La fumée était mauvaise. Métallique comme une dague, mais infiniment plus sournoise. Elle s'infiltrait partout, et laissait sur les murs des traces de suie.

    Chapitre 20: Verts yeux
    Ensuite, on a cette histoire. C'est un berger, dans ce qui ressemble fort à Baspin parce que les conteurs n'ont pas énormément d'imagination pour inventer des lieux exotiques, et que ma ville bien-aimée est quand même une jolie montagne. Quand ça ne sont pas des princes(ses), ce sont des berger(e)s, qu'on se le dise.. Bon, le berger aime la princesse, forcément. Mais le roi -le père de la princesse-, pour une raison quelconque, décide de bannir le berger. Je crois me souvenir que cela avait à voir avec un gigot mal cuit, mais à vrai dire les détails de cette partie de l'histoire se sont perdus au fur et à mesure qu'elle a été contée. Les enfants ne sont pas très réceptifs aux récits qui parlent de cuisine, en général.
    Le berger est donc banni. Bien sûr, il est beau et gentil [Note en marge : Merci de l'expression qui m'a été suggérée par cet adorable éditeur qui a déjà refusé mes travaux malgré l'usage de trois noms aussi différents les uns des autres que masculins. J'étais partie sur "bonne poire et stupide comme tous les @#%! de héros de conte". Je ne désespère pas, monsieur l'éditeur.], et donc il ne proteste pas trop, se disant que le souvenir de sa princesse l'aidera à tenir dans le neigeux désespoir dans lequel il est projeté.[Le paragraphe suivante est écrite en petites lettres presque illisibles et a été soigneusement barré tout de suite après sa rédaction, mais il est néanmoins possible de discerner quelques fragments de phrase. Visiblement, il est question d'une main droite salvatrice, et l'auteur a dû beaucoup glousser en rédigeant sa critique au vu des tremblements dans la ligne de l'écriture.].
    Après moult péripéties incluant quelques trolls et une non moins terrifiante visite chez sa grand-mère, notre berger commence à désespérer de revoir jamais sa belle, et accessoirement à ne plus sentir ses pieds. Il parvient à un foyer perdu au milieu de la tourmente, plein de fagots miraculeusement secs, et d'ailleurs l'auteur devrait revoir sa logique, du bois SEC en plein hiver montagnard ? mais hélas, rien pour les allumer. Un brin démoralisé, notre berger se roule en boule, sans même un mouton pour lui tenir compagnie (où sont-ils passés ? Ont-ils seulement existé où n'ont-ils jamais été que les fruits hallucinés de son imagination délirante ? Mystère frustrant, tous les lecteurs en conviendront, et qui n'est résolu à aucun moment du récit), avec dans l'idée de geler sur place et mourir.
    Apparaît une fée, sous la forme d'une jeune femme au riche manteau bordé de petites bestioles à fourrure innocentes, parce que raconter à des enfants une histoire où le héros se contente de se tuer après à peine quelques trolls sans que personne ne vienne lui sauver la mise serait un peu glauque. La fée demande au berger ce qu'il fait : "Je meurs.", lui dit-il, visiblement les fées sont un peu myopes par nature. "Pourquoi ?" "Le feu est éteint." Confirmation de la myopie féérique. Il continue "Mon amour est lointain et sa vue m'est interdite, pourquoi vivrais-je ?". La fée se met à rire et retire sa capuche. "Le feu a toujours été allumé, plutôt que de l'enflammer, cherche les braises que tu ne voyais pas.." (Sont-ils TOUS myopes ? Je me sens moins seule à avoir des problèmes de vue, au moins.) "Ton amour est là, et tu ne le vois pas. Si tu ne la vois pas au loin, alors c'est parce qu'elle est à tes côtés.". Et là, en fait, la fée se révèle comme étant la princesse du début. Vous n'avez rien compris, et moi non plus.

    -Je ne suis pas persuadée de l'intérêt de ce conte. Sa signification m'échappe quelque peu, comme toujours en ce qui concerne les métaphores amoureuses à l'eau de rose. Je reste persuadée que la plupart des parents inventent des contes pour leurs enfants lorsqu'ils sont pleins à craquer de vin bon marché*.
    *Les parents.
    Tzabaztha-Eugénie de Baspin, le Berger et le foyer magique in Les @#%! de contes de Baspin et d'ailleurs.


    Samian releva les yeux. Une Tzabaztha excédée venait de quitter la table (@#%! de @#%! de @#%! de plantain lancéolé de @#%! à museau court, pour résumer), sûrement autant pleine de plans loufoques pour faire progresser ce qu'elle avait fini par nommer "Ma @#%! d'enquête, @#%! de cerf élaphe sourd-muet!", ce qui ne voulait pas dire grand-chose aux oreilles des autres mais signifiait apparemment tout pour elle. Ce n'était pas qu'elle était bête, d'ailleurs. Elle était brillante, trop même, et ne manquait jamais de le rappeler. Mais elle était dispersée. Elle mettait un point d'honneur à faire comprendre aux autres que son esprit fonctionnait peut-être à l'envers, mais qu'au moins il fonctionnait vite. Le problème cette tendance à ignorer tout ce qui ne s'accordait pas avec ses idées. Cela allait parfois jusqu'à certaines loi de la physique qu'elle se faisait pourtant un plaisir régulier de réciter ou au plus pur sens commun.
    Mercure arborait un sourire qui lui remontait jusqu'aux oreilles, Samian ne s'en que aperçut trop tard.
    "-Vous êtes mignons, tout les deux."
    A cela, le jeune homme ne sut que répondre. Il se contenta de hausser les épaules, avec une moue qui aurait pu s'apparenter à du mépris -mais il savait que Mercure ne s'y tromperait pas. Il réussissait peut-être à le bluffer sur certains sujets, mais il y avait des limites. Il était embarrassé, et l'autre, qui lui administra une bourrade moqueuse dans les côtes, le savait bien. Les joues de Samian se colorèrent. Comme il ne disait rien, son ami reprit, le ton plein d'une délicieuse ironie :
    "-Je suppose qu'on ne reverra pas ce heu... Enfin, le... Lui, là, de sitôt. L'espèce de fiancé."
    Ses lèvres élégantes -oh combien attirantes- remuèrent encore quelques secondes, en silence, comme s'il avait voulu ajouter à sa phrase déjà hésitante quelques mots supplémentaire. Mercure haussa les épaules.
    "-Tu as le champ libre, Sam.
    -Imbécile.
    -Je sais, merci. Je crois qu'on me l'a suffisamment répété aujourd'hui."
    Le jeune homme s'étira, et dans un bruit inélégant de raclement, fit effectuer à sa chaise un quart de tour.
    "-Non, sérieusement, Sam... Qu'est-ce-que vous fabriquez, tous les deux ?
    -Elle... Désolé, mais elle m'énerve. Elle ne m'a jamais vraiment apprécié, de toute manière. Elle a l'air de penser que c'est un jeu, ou une expérience, je ne sais pas quoi... En toute franchise, Mercure, je ne sais pas si je vais rester. Avec les problèmes actuels, je ne pense pas pouvoir continuer à vivre comme ça. Personne n'a besoin d'un garçon d'écurie quand tout le monde se met à assassiner tout le monde, hein ?
    -Tu veux *partir* ? Sam ?
    -Hm. Toi mon beau, tu deviens de plus en plus vif d'esprit d'année en année. Oui, c'était ça l'idée.
    -Je ne comprends pas. Tu es juste... Bizarre. Je ne pensais pas que la mort de..."
    Mercure déglutit.
    "-De maman puisse te toucher à ce point.
    -Il y a des problèmes en ville, et je crois que je me sens fatigué. Très fatigué. Sans compter le fait que j'aimerais autant ne pas mourir piétiné dans une manifestation ou tué par un fou maniaque. Si possible. J'ai une cousine à la campagne. Mercure, j'ai besoin de vacances. Longues. Je suis désolé."
    Il prit un air misérable, si brièvement que Mercure n'aurait pas dû s'en apercevoir. Mais visiblement, c'était le cas. Le jeune noble fronça les sourcils et saisit le rouquin par les deux épaules, si brusquement qu'il sursauta de ce contact inattendu. Il avait un air inhabituellement sérieux, ce qui inspira à Samian une curieuse impression de pitié.
    "-Sam, je sais quand tu me caches des choses. Tu es distant. Je crois qu'il vaut mieux crever l'abcès maintenant.
    -Et dire quoi ? "Oh, désoléééé, Mercure, mais je ne supporte plus ta... Ta sœur, grand bien lui fasse, je préférais encore ta psychorigide de mère à cette furie prétentieuse, alors si tu veux bien m'excuser, je vais aller prendre l'air avant de me faire assassiner comme ma belle-sœur et mon ancienne patronne" ?
    -Cesse de te recroqueviller dans ton cynisme à chaque fois que je te parle. Je sais qu'il y a quelque chose, même si cela a l'air de t'amuser de me faire mariner et passer pour un sot. As-tu des problèmes avec la famille ? Non. Ça n'est pas ça. Quand c'est ça, tu as cette espèce de regard... Pas le regard que tu as en ce moment, en tout cas.
    -S'il te plaît, lâche-moi. Tout de suite.
    -Est-ce-que je t'ai vexé ? Répond-moi ! Tu traites ma sœur d'enfant inconsciente, mais crois-moi, tu ne vaux pas mieux qu'elle ! Et arrête de me regarder comme si j'étais un inconnu ! C'est la mort de ma mère qui te dérange ? Tu n'as pas envie de traîner là... Où des fantômes rôdent, ou je ne sais trop quoi ?
    -Lâche-moi, Mercure." Fit Samian d'un ton doux "Ou je te gifle. Maître. Laisse-moi respirer un peu. Au cas ou sa seigneurie inquisitrice ne l'aurait point remarqué, elle est en train de me broyer les épaules.
    -D'accord, mais avoue ! Je suis ton seigneur, je peux... Je peux... Je peux... Au moins... "
    Samian soupira. A partir du moment où Mercure se mettait à clamer "Je suis ton seigneur" dans une conversation, les choses retombaient. Il avait une manière particulière de le dire. Qui faisait comme une boucle : tellement sérieuse qu'elle en devenait infiniment moqueuse. Mercure ne pensait pas la moitié de ce qu'il disait, et heureusement pour Samian. Ils n'auraient jamais pu devenir amis sans cela. C'était étrange. Il ne se rappelait pas d'une seule de leurs disputes sérieuses. Il y en avait eu, pourtant, il le savait. Mais c'était comme si son esprit les gommait au fur et à mesure. Vexant, dans un sens. Cet imbécile de Merc. Il s'en voulait de l'aimer, et il lui en voulait d'être adorable.
    "-Je peux te faire mener à la salle de torture et te soumettre à la question, fil faquin ! Je t'obligerai à apprendre, hm... La physique avec Tza, jusqu'à ce que tu parles ! Et je mangerai du fromage devant toi. Sans t'en passer un bout."
    Le regard du jeune noble se perdit dans le vague.
    "-C'est bon, le fromage. Qu'est-ce-que j'étais encore en train de dire ?
    -Tu voulais me passer à la question.
    -Ah oui. S'il te plaît, as-tu besoin d'être toujours aussi grognon ? Oui, je SAIS. Tu vas me répondre "Est-ce-que tu as besoin d'être aussi chiant, heu, pertinent, mon seigneur vénéré?".
    -Grmbl. Et est-ce-que c'est pire que le "Vouiiiii !" bienheureux que tu vas me lancer après. Et "Mais pourrrrquooooooooooooooi tu es grognon, dis, dis, dis ?".
    -Et tu vas ENCORE refuser de me répondre.
    -A raison. Mais je ne pense pas que ça te découragera.
    -Oh non. Et toi non plus. "Mercure soupira. "Je pense que te comparer à une mule serait plutôt méchant pour le docile animal.
    -De toute manière on finira par en arriver au silence gêné. Indiscutable. Silence gêné. Tooooujours. Alors autant ne pas recommencer avec cette conversation."
    Il se turent d'une manière pesante. Samian se servit un verre d'eau depuis la cruche fendillée, et le sirota avec un grand intérêt, les yeux rivés sur les ridules dans son verre.
    "-Et donc..."
    Ils avaient parlé en même temps. Ce qui fit immédiatement avorter tout espoir de relancer la conversation. Mercure était occupé à se mordiller les ongles. Se mordiller les ongles. Étonnant comment il parvenait à rendre une sale manie *élégante*. Fa n'était vraiment pas juste, se dit Samian, pas juste du tout.
    "-Bon, Sam..."
    Mercure croisa les bras et poussa un grand soupir.
    "-Je crois que tu me prends pour un imbécile, et que je te crois stupide, et que nous sommes deux idiots. Je crois que tu n'es même pas capable de parler et que je ne suis même pas capable de poser une question.
    -Hu. Tu te débrouillais plutôt bien jusqu'ici, mon grand, pour ce qui était de poser des questions. J'ai hâte de voir ce que c'est quand tu t'en sens capable.
    -Samian. Tu m'aimes.
    -Ah bon ?
    -Je suis catégorique, maintenant."
    Il n'était pas si catégorique, le Mercure, à voir la pointe de pourpre qui était venue colorer ses appétissantes joues caramel, mais que pouvait-il dire d'autre ? Samian piqua un fard à son tour, et lui jeta un regard dur, qu'il fut pourtant incapable de maintenir quand Mercure le lui renvoya une expression infiniment désolée. Il avait envie de pleurer. En fait, il pleurait. C'était humiliant. Il avait pensé être en paix avec lui-même. Il l'avait vraiment cru.
    "-Est-ce-qu'on pourrait passer directement à la phase "expliquons-nous joyeusement entre hommes de raison sur un sujet embarrassant" ? Je crois qu'on a suffisamment fait durer celle du "silence affreusement gêné et pourvu en moult joues rougissantes" pour aujourd'hui."
    Samian se mordit la lèvre jusqu'au sang.
    "-Hé... Sam ?
    -Non, tu as raison."
    Il secoua la tête.
    "-Comment est-ce-que tu peux faire pour rendre une situation encore plus bizarre qu'elle devrait déjà l'être, Mercure ?
    -Donc j'ai raison.
    -Oui, espèce de triple... Je sais pas quoi ! "
    Il regretta un instant, un très bref instant, de ne pas avoir la faculté à transformer en insulte tout ce qui passait à portée de Tzabaztha.
    "-Whou. Ma mère a été assassinée par un fou monte-en-l'air, ma sœur pique des crises de nerf et mon meilleur ami a décidé de m'aimer.
    -Je n'ai *décidé* de rien. Mercure, c'est humiliant..."
    Mercure prit un air blessé.
    "-Je ne voulais pas te faire de mal. Sam, je ne suis pas, hum, de ce bord, mais...
    -Alors arrête avec tes... Tes "hum", et tes gentillesses ! Arrête ! Et par pitié, arrête de m'annoncer ce que je vais dire. Ça n'a pas sa place dans une discussion, pour l'amour d'Aur !
    -Donc j'ai le choix entre me comporter comme tu t'imagines sûrement que je devrais me comporter, en jetant des cailloux pointues et autres objets contondants à la personne que je connais le mieux et apprécie depuis ma plus tendre enfance, ou te tomber dans les bras ?
    -J'ai dit ARRÊTE. Je ne veux pas en parler, et surtout pas avec toi. Tu me méprises. Non, arrête d'être gentil, je sais qu'au fond de toi tu vas me mépriser. Et je ne dis pas ça parce que je crois que tu as des problèmes avec les chaispasquoi, appelle-moi inverti si ça te fait plaisir. Je suis ton meilleur ami. Enfin, j'imagine que maintenant, on va opter pour "j'étais". Tu sais que tu peux me balancer tout ce que tu veux sur le dos sans que je ne me mette en boule. C'est quand tu es compréhensif que tu m'énerves... Ngh... Comme si j'avais tord d'être amoureux, mais que tu ne le disais pas pour ne pas me vexer."
    La voix de Samian commençait à faiblir. Il faisait de gros, gros efforts pour éviter qu'elle ne monte dans des aigus hystériques. Mais c'en était trop. Il l'avait rejeté, et il voulait le garder, il était d'une politesse et d'une délicatesse insupportables. Et le pire, c'est que Samian le connaissait trop bien pour ne pas deviner qu'il était franc, entièrement franc. Il tenait réellement à lui, l'idiot. Et il ne comprenait pas *vraiment*. Il devinait, il devinait tout parce qu'ils se connaissaient sur le bout des doigts, mais il ne savait pas. Il était persuadé que les derniers jours riches en émotions aussi diverses que variées lui avaient simplement fait perdre momentanément l'esprit.
    Samian était cramoisi, les poings serrés comme s'il avait essayé de briser ses phalanges entre elles.

    Dans le doute, Mercure tenta les deux petites tapes sur l'épaule assorties d'un "là, là". En rétrospective, c'était une très, très, très mauvaise idée avec un Samian qui commençait à dégager autant de vapeur par les oreilles que tous les véhicules de Baspin et Zeppelin réunis. Il avait l'air furieux. Mercure l'avait piégé, et Mercure savait qu'il le savait. Samian détestait mentir autrement que par omission. Particulièrement à son ami.
    Ainsi, il l'aimait. La tête de Mercure bourdonnait. C'était une situation inédite. Il ne s'était jamais vraiment posé de questions. Ce sujet, sa mère lui avait élégamment dit qu'il était de bon ton pour les gens du monde de l'ignorer en soirée, ou au maximum de plaisanter avec esprit et grâce sur le sujet, et de s'en moquer une fois hors d'atteinte des oreilles de ceux qui auraient éventuellement pu être concernés, et à condition d'avoir suffisamment abusé des drogues et alcools pour pouvoir se déculpabiliser le lendemain matin. Mais Mercure n'avait jamais eu l'occasion d'aucune soirée mondaine, et à vrai dire il avait toujours cru qu'il s'en moquerait. Il se moquait de beaucoup de sujets. Le jeune homme voyait sans cesse Tzabaztha, mais aussi Samian, se torturer les méninges sur des problèmes de société, les disséquer jusqu'à s'en arracher des larmes, les triturer et les retourner dans tous les sens. Et il ne comprenait pas pourquoi.
    Sauf que son meilleur ami était amoureux de lui. Il était perplexe. Et effrayé, également, pas parce qu'un homme était attiré par lui, mais parce qu'il sentait qu'ils se tenaient en équilibre au bord du gouffre. Non, même pas. En équilibre sur les orteils et en train de jongler avec des quilles. Enflammées, les quilles. Il tenait à Samian plus qu'à n'importe qui. En tant qu'*ami*.
    "-Et-et... Je suis désolé... D'être aussi, aussi stupide, Merc. Ça n'est pas une manière de déclarer son amour, même à quelqu'un qui ne vous aime pas. Ah, je n'en aurais même pas été ca-capable si tu ne l'avait pas deviné toi-même. J'exige trop de toi, non ? Peut-être que j'aurais dû apporter des fleurs. Peut-être que je n'aurais pas dû être aussi pitoyablement maladroit et brutal et insultant et peu romantique..."
    Un Samian sanglotant se moucha -mais de manière romantique- dans le col de son ami, les bras jetés autour de son cou, non pas dans l'abandon mais crispés à s'en rompre sous la tension de forces contradictoires.
    "-Tu ne m'as rien fait, Sam. C'est moi qui t'ai brutalisé, je crois. Je suis désolé. Vraiment désolé, pas désolé-condescendant. J'avais oublié depuis trop longtemps qu'un ami n'est pas une béquille. Ce n'est pas parce qu'on connaît un livre par cœur qu'on a l'autorisation d'en arracher les pages. Je..."
    Il hésita de nouveau. Samian releva la tête, se rendant compte que son ami tremblait autant que lui sinon plus. Et, pour ce que Sam en savait, la voix de celui-ci n'avait jamais autant été hésitante.
    "-C'est... Bizarre. Je ne sais plus ce que je voulais dire. Aha."
    Avec un rire nerveux, Mercure baissa les yeux vers le visage de Samian, et se rendit compte d'un détail. Un tout petit, minuscule détail. Mais il était toujours passé à côté. Il se demandait pourquoi. Maintenant qu'il lui apparaissait, c'était une évidence. Peut-être qu'il l'avait ignoré par habitude, même quand on lui avait mis sous le nez avec force cris -et des larmes, aussi, beaucoup de larmes. Puis le jeune noble articula avec lenteur :
    "-Tu as les yeux verts.
    -Oh. Les yeux, forcément.
    -Je veux dire, tu as des yeux. Verts. Des yeux. Verts. Et verts, aussi."
    Samian retint son souffle. Il fit bien, d'ailleurs, au vu de la longue et délicieuse apnée dans laquelle, après quelques secondes de flottement, hors du temps et de l'espace, ils se plongèrent mutuellement, les lèvres et les mains jointes, les fronts posés l'un sur l'autre, l'humidité des larmes encore présentes sur leurs joues ne parvenant guère à éteindre le feu qui venait de se réveiller et les enveloppait de sa chaleur, non pas destructrice mais bienveillante, infiniment bienveillante et protectrice au milieu de l'hiver.
    "-Tu aurais dû choisir le lancer d'objets contondants."
    Fit le rouquin avec un sourire mince et moqueur lorsque leur étreinte se desserra deux secondes. Mercure ouvrit la bouche comme pour lui répondre, mais son compagnon ne lui en laissa guère le temps et le fit taire d'un nouveau baiser. Non mais. Il l'avait, il le gardait, maintenant. Et qu'elle revienne, la fée de l'indécision et de la peur, ils sauraient se débarrasser d'elle.

    Quelque part, une grande sœur décida, en rougissant suffisamment en une seule fois pour pouvoir se passer de fard dans les dix années à suivre et en souriant jusqu'aux oreilles, de cesser définitivement d'espionner son petit frère et de retourner à ses préoccupations scientifiques.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  20. #20
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : [Histoire]Tzabaztha

    Chapitre 21: Balade au clair de Rouge-ou-blanche
    Dors
    Dors
    Mon enfant, dors encore
    Le feu est beau et doux
    Ton lit est chaud et mou
    Dors
    Dors
    Car même si dehors
    Il fait froid et il grêle
    Je suis là et je veille
    Dors
    Dors
    Et ne crains pas la mort
    Ni ici ni en rêve
    Elle est loin et en trêve
    Dors
    Dors
    Mon enfant, dors encore
    Et encore, dors
    Et encore, dors

    Berceuse traditionnelle de Baspin


    Dors
    Dors
    Ou écoute et sois fort
    Mon enfant des merveilles
    Pour chasser les croque-âmes
    Je conseille un coup d'canne
    ENTRE LES DEUX OREILLES

    [couplet optionnel généralement laissé de côté par les parents avisés]


    Mercure se réveilla en sursaut, renversa d'un coude malavisé la carafe restée sur la table, retomba en se cognant le menton contre une surface tendre et tiède qui s'avéra plus tard être la nuque de Samian (qui lui avait apparemment servi d'oreiller), et finalement ouvrit les yeux en marmonnant "hein ? Hein ? Hein ?" d'une voix alarmée. Il faisait noir, pas totalement mais suffisamment pour que ses yeux fatigués s'affolent le temps de s'habituer à la pénombre. Un mince rayon lunaire rosâtre traversait entre les tentures de la fenêtre de la cuisine. Oh, la cuisine. Ils avaient dû s'endormir en Tas Informe, une formation de sommeil dans laquelle ils étaient tous deux forts spécialisés depuis l'enfance. Et à présent qu'ils avaient passé toute une soirée à se faire des aveux qui en rétrospective avaient dû sembler bien décousus et bégayant, elle prenait forcément une dimension différente.
    Lorsque ses yeux furent accoutumés à la pénombre, le premier point à accrocher leur regard fut le visage de Samian, dormant encore à poings fermés, la tête sous son bras et un air de bienheureux que Mercure ne lui avait finalement pas si souvent connu. Sa peau était très pâle sur le bois noir, presque surnaturellement lumineuse au sein de la nuit. Ses cheveux roux détachés flottaient en halo décoiffé autour de son crâne. Il respirait très doucement, d'une manière égale et délicate, comme un chat assoupi.
    Mercure recula sur le banc, sans toutefois se lever de peur de réveiller son... Son ami ? Il ne savait même plus comment il pourrait l'appeler à présent. Il savait qu'il ressentait à son égard des sentiments plus confus encore que l'inventaire de la chambre de Tzabaztha. Non, se corrigea t-il, ils ne sont confus que parce tu préfèrerais que tu te sois trompé. Pas vrai Mercure ? Mais je ne savais même pas... Peut-être pas, mais maintenant, tu sais. Tout est clair. Non, tout s'est passé *vite*. Ça ne veut pas dire que les choses soient claires. Très bien, alors imaginons que tu ne sois *que* le grand, le seul et le meilleur ami de cet exquis spécimen de rouquin ironique qui dort. En tant qu'ami, l'envie de te serrer contre lui, de plonger ton visage dans ses cheveux et de mourir heureux ainsi, à ne plus sentir que l'odeur de sa peau pour l'éternité ne t'est sûrement pas passée par la tête, correct ? Tiens, pas correct ?
    Mercure fronça les sourcils.
    C'est un homme. Ça n'est pas une femme. Et moi non plus je ne suis pas une femme. Je deviens...
    Fou ? Mon pauvre Mercure, dans ce cas il y a eu beaucoup de fous avant toi et il y en aura sûrement énormément après. Mais merci tout de même de réussir à pointer du doigt les évidences physiologiques qui vous concernent tous les deux.

    Je devrais vraiment arrêter de me traiter d'adolescents incapable d'avoir la moindre assurance à propos de ce qu'il a dans le cœur. Ça commence à devenir stupide.
    En fait, le cœur a très peu à voir avec ça, Mercure
    , se rectifia t-il tout seul. Je crois qu'il se contente de pomper du sang dans ton corps. Ce qui est important aussi, mais tu devrais te remercier de ne pas avoir de vrais problèmes de ce côté là.
    Au secours. Ma conscience a le caractère de ma sœur. C'est abominable. Je vais mourir.

    Mercure soupira doucement. Il aurait dû être en paix comme son compagnon endormi, il le savait, mais il n'était pas Samian, et malgré son impulsivité naturelle et sa tendance à ne pas se poser de questions, il avait parfois beaucoup de mal à se prendre au sérieux lui-même. Tout le monde le regardait toujours avec admiration, parce qu'il avait, il imaginait, l'air magnétique. On le lui avait déjà dit et il n'avait jamais vraiment compris pourquoi, et il restait bien trop souvent là, les bras ballants, à ne pas savoir que faire de la confiance que les autres lui accordaient spontanément. Il avait la sensation d'être un idiot complet quand les gens estimaient qu'il devait être un héros parce qu'il en avait... L'aura ? Et tant pis s'il n'y avait pas d'aventures à vivre.
    Voilà. Il était Mercure De Baspin, ce grand gaillard optimiste, à la beauté légèrement exotique héritée de sa mère qui faisait roucouler les demoiselles (et pas qu'elles), facile à vivre et infiniment plus sociable que le reste de sa maisonnée, et franchement il ne savait pas quoi faire du tout. Il aurait volontiers échangé toute sa prestance, grand bien lui fasse, contre un morceau du cerveau de Tzabaztha -non, peut-être pas quand même-.
    Et Samian, Samian le sarcastique, le caustique, d'apparence presque fragile avec sa peau pâle de roux et son corps mince, surtout en comparaison de son compagnon, Samian avait subi suffisamment de désillusions sur les autres pour ne plus s'étonner de rien ni ne paraître s'intéresser à la considération qu'ils avaient de lui, quelle qu'elle fut. Mais en général, personne ne le remarquait vraiment, et cela avait toujours paru lui plaire. Mercure le jalousait quelque peu sur ce point. Il était, à sa manière, plus sûr de lui que n'importe qui, parce que la plupart n'attendaient pas grand-chose de lui. C'était injuste, d'ailleurs. Samian avait beaucoup de bon sens, et, à sa manière, il était beaucoup plus droit et désintéressé que la plupart des humains. Seulement, on ne le remarquait pas, parce que "aimable & altruiste" n'était pas écrit sur son front, et que beaucoup s'arrêtaient à son verbe parfois acide et à son air perpétuellement agacé. Le jeune homme se demanda vaguement si Sam se rendait compte de sa propre situation. Probablement. Il se questionna sur ses sentiments à ce propos. Sam savait dissimuler ce qu'il ressentait, y compris
    à Mercure quand il le fallait réellement, il n'y avait pas de problème sur le sujet.
    Il doit beaucoup m'aimer si j'ai pu voir à travers lui.
    Bien sûr qu'il t'aime, idiot. Mais je ne suis pas sûr que cela, il ait voulu te le cacher, justement. C'est ta cervelle qui a contribué au principal du camouflage, parce que mon ami, tu peux vraiment être obtus quand tu t'y mets. C'est à dire tout le temps.
    Oh, est-ce-que je t'ai fait souffrir, Sam ? Sûrement.
    Lui aussi, sûrement, et vous vous êtes aussi fait souffrir tout seuls, selon toute probabilité. Et après ? Recrache un peu la confiture qui te ballonne l'estomac et la pourriture qui t'empoisonne la tête, Mercure, regarde les choses en face et cesse de te tourmenter, ça n'est pas pour toi. Maintenant, vous vous aimez tous les deux et que vous en êtes informés, la vie est belle et sans remous -assassins et émeutes mis à part-.

    Le jeune homme se leva finalement du banc, excessivement lentement, tâchant de ne pas déranger son compagnon. Compagnon, c'était un mot étrange à considérer. Il était heureux de toujours être l'*ami* de Samian, mais il fallait trouver un autre mot, à présent. Ou le fallait-il ? Il y en avait nombre, et beaucoup d'injurieux ou d'inexactes. Non, compagnon, c'était bien. Il n'y avait même pas eu d'accord entre eux, pas de pacte, ils n'avaient presque pas parlé. Il n'était même pas sûr de leur statut. Il doutait fortement que Sam apprécie désormais de se faire appeler "mon canard en sucre", quoique il avait un sens de l'humour flegmatique dont les ramifications échappaient parfois à Merc. Est-ce-qu'il était seulement censé se souvenir qu'ils s'étaient embrassés avec entrain avant de tomber endormis quand ils étaient venus à bout de leur retard en la matière, d'ailleurs ? Probablement, tout de même.

    Il se dirigea d'un pas ralenti par l'obscurité vers l'entrée. Bien sûr, il avait l'habitude du château, mais la nuit, c'était différent. Tout était silencieux. Il songea avec un certain effroi que la nuit où on avait tenté d'assassiner sa mère -mais avait-on bien tenté ? Si, réellement, elle était devenue folle, alors elle était aussi morte en son cœur que si elle avait cessé une bonne fois pour toute de respirer- n'avait guère dû être différente. Tranquille et silencieuse, froide bien sûr mais il ne faisait jamais vraiment chaud ici, et solitaire, très solitaire. L'envie de se revenir sur ses pas et de retourner au galop près de Sam s'imposa à lui, mais il la chassa. Il n'avait plus le droit de craindre le noir depuis longtemps, et quoi qu'en disait Tzabaztha, il était un adulte. C'était ridicule d'avoir peur.
    Dans une maison qui attire les fantômes et la ruine ?
    Bah ! Il n'était pas une vieille femme endormie, que diable. Il songea avec un certain amusement teinté de cynisme que pour ce qu'il en savait, le tueur en question n'en était pas à s'arrêter aux portes où au nombre de personnes dans la maison. Si c'était bien lui qui avait également tué la belle-sœur de Samian, pourtant mariée à une espèce de colosse nourri à la viande rouge et doté de beaucoup d'influence, il le prouvait une deuxième fois et dans ce cas il ne paraissait pas y avoir grand-chose à faire pour le contrer, et si ce n'était pas lui alors cela aurait très bien pu être un simple maraudeur, qui ne reviendrait probablement jamais.
    Peut-être que Tzabaztha se torturait pour rien. Il l'espérait.
    Il l'espérait ? Voyez-vous cela. Il espérait que l'assassin de sa propre mère n'était qu'un voleur qu'on ne confondrait sans doute jamais, alors ?
    Peut-être, oui. Peut-être que ça vaudrait mieux. Mais tout était bien trop bizarre pour cela.
    Tout à sa réflexion, qu'il jugea un peu trop morbide à son goût, Mercure se cogna violemment la main contre une porte fermée, tenta de jurer mais se retint car il était un garçon bien élevé et à vrai dire trop peu imaginatif pour trouver une grossièreté propre à compatir avec ses phalanges martyrisés. Il chercha à tâtons la poignée, l'abaissa doucement et poussa la porte.
    Elle ne grinça pas, solidaire du sommeil de Samian et de la nuit feutrée. Ou peut-être simplement bien huilée.
    Dans l'entrée, la clarté lunaire de Rouge-ou-blanche, rendue diffuse par quelques nuages, pénétrait par les larges fenêtres et venait éclairer toute la pièce de sa douceur rosâtre. Il y voyait beaucoup mieux que dans la cuisine qu'il venait de quitter, mais Mercure songea avec un certain agacement que Tzabaztha avait négligé les tentures et que la pièce était glaciale. Ce qui était injuste de sa part, à la réflexion, parce qu'il aurait tout aussi bien pu y penser, et que d'ailleurs cela valait pour n'importe lequel des habitants de la maison. Si les serviteurs commençaient à calquer leur comportement sur celui de leur nouvelle maîtresse de maison, les choses allaient réellement devenir problématiques. Tzabaztha n'avait presque aucune des exigences de feu la vieille Comtesse, ou plutôt se révoltait très certainement contre le fait d'employer des gens à la servir, mais s'attendait tout de même à ce que sa demeure reste un écrin de bon fonctionnement autonome, comme si le simple fait de désirer être nourrie et avoir des vêtements propres suffisait quand on y pensait vraiment très très fort et qu'on faisait les yeux ronds à son mobilier.
    Au moins, moi je sais que je suis un sale gosse gâté incapable de faire quelque chose de ses dix doigts. Ah, bien sûr, je sais monter à cheval, mais si seulement je savais rester dessus... Et Sam est beaucoup plus doué de toute manière.
    Il appuya son front contre la vitre froide. Rouge-ou-blanche était floue, et paressait dans le ciel en s'entortillant dans d'épaisses couvertures nuageuses, affichant avec fierté aux humains minuscules une partie de son gros ventre, pas encore tout à fait plein, d'astre intouchable. La minuscule lune Larme, collée à sa sœur qui l'éclipsait presque, paraissait à côté d'elle rabougrie et misérable, comme si elle craignait que Rouge-ou-blanche ne finisse par l'avaler et voulait paraître la moins comestible possible -c'était curieux de penser à un astre comme à une chose comestible, mais hé, il y avait bien une branche du clergé d'Aur qui prétendait que les deux lunes de Bleue étaient des sucreries géantes promises aux bons croyants, alors on ne savait jamais.
    Mercure eut soudainement envie d'aller faire un tour dans le jardin. Puis il songea qu'il ne s'était jamais encore évadé nuitamment sans la compagnie de Samian, aussi loin que remontaient ses souvenirs, et cela provoqua en lui une étrange sensation, comme s'il le trahissait.
    Il appuya sur la poignée travaillée de la porte d'entrée, et poussa. Puis rien. Elle était fermée, bien sûr, se dit-il en se mordant la langue, une curieuse et stupide envie de rire lui montant à la gorge. Tzabaztha avait au moins songé à cela. Où les clés pouvaient-elles être ? Probablement dans la chambre de celle-ci. Si le château de Baspin était un microcosme, alors la pièce de sa sœur en était les terres les plus dangereuses, peuplées de bêtes sauvages et dangereuses -sans compter Tza elle-même, l'équivalent miniature d'une tempête divine ou au moins d'une épidémie de peste-, il valait mieux oublier l'idée. La vieille Ursuline en avait un double, il le savait pour les avoir dérobées plusieurs fois, mais il avait la sensation qu'il ne les trouverait pas simplement posées sur sa table de chevet, cette fois, pas après ce qui était arrivé à Andréa. Il frémit. Peut-être valait-il mieux ne pas sortir du tout et aller chercher une couverture pour Samian ? Il se blâma de ne pas y avoir pensé, d'autant plus qu'il savait pertinemment que cela aurait été la première chose passée à l'esprit de son compagnon si leurs rôles avaient été inversés.
    La nuit du meurtre... D'accord, c'était étrange de dire "du meurtre", mais faute de meilleur mot... La nuit du meurtre, il s'était réveillé sur la table de la cuisine, une couverture tiède posée avec affection sur ses épaules, un coussin sous l'oreille et même une lampe mise à sa disposition, en prévision de son réveil. Il s'en souvenait à présent, avec une vive émotion teintée de culpabilité. Pourquoi devait-il toujours être aussi égoïste ? Puis il songea qu'il ne se payait en réalité même pas ce luxe : il était distrait, simplement, d'une distraction qui le rendait plus coupable qu'une simple nature profiteuse.
    Il avait déjà tourné les talons lorsqu'un son, en provenance de la grande porte, se fit entendre. Mercure se retourna avec lenteur. Quelqu'un dehors passait une clé dans la porte, ou plutôt, à en juger par les cliquetis furieux, tentait de participer à la grande compétition annuelle de la serrure la plus massacrée. Il tournait, raclait, frappait, triturait le fer avec force et obstination, se souciant comme d'une guigne du bruit qu'il pouvait causer. Le noble crut entendre une respiration sifflante, ponctuée de soupirs d'effort à peine humains, qui lui rappelèrent des grognements sourds de bête sauvage et lui firent se dresser les cheveux sur la tête. Était-ce un quelqu'un ou... Un quelque chose ? Quelque chose...
    Quelque chose qui avait eu de prime abord grand mal à ouvrir la porte, mais -le jeune homme crut que son cœur allait cesser de battre- acheva finalement de la décoincer, avec le simple "clac" le plus sinistre que Mercure ait jamais entendu de toute son existence.
    Ses mains s'étaient refermées sans lui donner son opinion sur le premier objet contondant qui était venu à leur portée. Il s'aperçut dans la pâle lumière qu'il s'agissait d'une ombrelle à fanfreluches, et n'eut pas le temps de se sentir ridicule.
    La porte humidifiée par la rosée grinça dans ses gonds, et les bras de Mercure, prolongés par son arme à dentelle, s'abattirent avec toute la force dont le jeune homme disposait dans sa terreur.

    Pour la deuxième fois de la journée, quoique cette fois ci d'une manière beaucoup plus littérale, un homme lui tomba dans les bras.

    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

Discussions similaires

  1. [MORRO] Trame de l'histoire
    Par Unnamed Unknown dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 9
    Dernier message: 22/12/2004, 14h06
  2. Histoire Romantique
    Par Seina dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 38
    Dernier message: 01/11/2004, 22h02
  3. histoire de dragons
    Par Bouliiar dans le forum Idées
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/08/2004, 16h11
  4. Description de l'histoire
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/02/2004, 19h21
  5. L'histoire d'un mélandien
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 10
    Dernier message: 12/09/2003, 21h32

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256