Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: "Au sens propre."

  1. #1
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    "Au sens propre."

    Comme chaque matin, Stan était allé chercher son courrier et ses journaux dans la boîte aux lettres, traversant son menu jardin avec tasse de café à la main, chaussons aux pieds et peignoir sur le dos. C’était le seul moment de la journée où il se montrait au monde sans arborer son éternel chapeau qui le faisait souvent passer pour un sheriff. Cela dit, en tant que journaliste, il estimait que son rôle était autant celui d’écrivain que de détective pour apporter le plus d’exactitude à ses articles. Retourné entre les murs de sa maison, il tourne à gauche dans le couloir après avoir franchi le pas de la porte pour rejoindre la table de sa cuisine et y déposer ses papelards. Il mit de côté le courrier qui n’avait à vue d’œil rien de réjouissant pour se pencher sur un journal auquel il était abonné depuis quelques jours seulement. Son premier réflexe fut de consulter le nombre de pages du numéro d’aujourd’hui.

    «17 pages ?»

    Il n’en revenait pas. Chaque jour, le quotidien semblait gagner en épaisseur.

    *Au Sens Propre*
    *A la Une, aujourd’hui :
    10 000 décès référencés dans notre journal cette année. (Graphiques et tableaux en page 3) Découvrez le palmarès des expressions françaises qui ont fait le plus de mort. Le Professeur Vitzenberg a émis les premières hypothèses… (suite en page 2)*

    Il parcourut en vitesse les premières pages du journal, s’arrêtant plus particulièrement sur certains passages. Une colonne attira particulièrement son attention.

    *Brèves.
    Une petite fille de 5 ans est morte de peur lundi dernier dans la petite commune de Mouligeois. A l’origine de l’incident, un caniche nain à poil ras aurait surgi précipitamment d’un buisson. L’animal n’avait même pas levé les crocs sur l’enfant, cependant les parents de la victime ont réclamé l’euthanasie systématique du canidé estimé dangereux pour son entourage. Bilan : 2 morts.
    Une Suédoise a été retrouvée morte dans une chambre d’hôtel dans des circonstances obscures. Elle a été retrouvée dans ce qui semblait être une insupportable agonie. L’autopsie a révélé que l’intégralité du sang de cette personne a été inexplicablement remplacé par de l’encre noire. Dans son journal intime, elle écrivait la veille de sa mort se faire un sang d’encre à propos du voyage retour en avion dans sa ville natale. Bilan : 1 mort.
    Un quinquagénaire originaire de la Creuse est mort de rire suite à…*

    Il referma le journal d’un geste brusque, exaspéré.
    C’était un canular, ce n’était pas possible !
    Cela faisait dix-huit mois qu’«Au sens propre» existait et publiait en toute impunité des informations prétendument réelles mais relayées par aucun autre média. La critique s’est unanimement prononcée contre ce nouveau journal dénoncé comme étant un déballage d’énormités, qualifié par certains d’arnaque pure et simple et par d’autre de journal tout juste humoristique. Pourtant, le succès de ce journal ne faisait qu’augmenter un peu plus de jour en jour, attirant chaque semaine de nouveaux lecteurs. Stan, quant à lui, ne savait plus quoi penser.
    Dernière modification par phoeunix ; 04/05/2009 à 19h04.

  2. #2
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : "Au sens propre."

    Son trouble était d’autant plus grand qu’il n’avait toujours pas pris de décision concernant le billet qu’il avait reçu dans sa boîte une semaine plus tôt. Son travail actuel lui plaisait bien et il ne se sentait pas prêt à hypothéquer une valeur sûre contre un flou artistique dans lequel il ne voyait pas bien quel serait son rôle.

    En même temps, il avait toujours rêvé d’aventures et c’était peut-être le signe du destin, l’occasion rêvée qu’il attendait depuis si longtemps d’apporter une contribution plus grande que du « simple » journalisme vite lu et oublié sitôt que le journal traverse la gueule de la recycleuse à papier.

    La tendance actuelle obligeait les journalistes à survoler chaque article, il fallait toujours faire plus, toujours plus vite pour faire face au fleuve d’informations qui débordait quotidiennement. Plus de temps pour l’analyse, il fallait produire, aller à l’essentiel, se contenter du strict minimum. La concurrence de la presse numérique et gratuite était déjà suffisamment forte pour empêcher la presse papier d’embaucher d’autres journalistes sous peine de faire faillite. Ce n’est pas comme ça qu’il avait imaginé sa carrière, sa conscience professionnelle commençait déjà à lui valoir des remarques au sein de son staff, dans un monde rattrapé par le rendement et les quotas.

    Le bout de papier à l’origine de ses doutes trônait triomphalement entre deux presse-papier sur une étagère du buffet. Stan aurait juré que la lettre le narguait sur cette seule satisfaction : avoir amené un peu de désordre en sa demeure comme en sa tête. Il attrapa le courrier pour le relire une centième fois.

    « Cher M. Desmitt,
    J’ai personnellement suivi de très près votre parcours et je souhaiterais m’entretenir avec vous au sujet d’une éventuelle collaboration.
    Si une telle offre vous intéresse, veuillez contacter directement ma secrétaire, Isabelle, au 555-2475 pour fixer un rendez-vous selon votre convenance.
    Si je n’obtiens pas de nouvelles de vous dans la semaine qui suit la réception de cette lettre, j’estimerai que vous n’êtes pas intéressé et l’offre sera perdue.
    Cordialement, Mme Sochin, Directrice en chef du journal « Au Sens Propre. » »

    C’était le dernier jour pour prendre une décision. Après cela, la porte serait close probablement de façon définitive.
    Une « collaboration » ? Qu’est-ce qui pouvait bien se cacher derrière ce mot ? Alors comme ça, cette Mme Sochin l’avait suivi de près, ou bien l’avait-elle « fait » suivre par un de ses « journalistes »…

    Il ne voulait rien avoir à faire avec un milieu où la transparence n’était pas au rendez-vous. En même temps, il n’avait pas pour habitude de prendre ses décisions sur des rumeurs, il préférait voir par lui-même, se faire sa propre opinion après avoir passé tous les détails au microscope. La confrontation était inévitable et lui paraissait à présent comme une évidence.

    Il décrocha son combiné et composa sans réfléchir le numéro qu’il connaissait par cœur pour l’avoir si souvent lu. Au bout du fil, sans grande surprise, une voix féminine et agréable, presque stéréotypée, annonça une formule mille fois ressassée :
    « Bureau de Mme Sochin, j’écoute. »

  3. #3
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : "Au sens propre."

    - Allô, c’est Stan Desmitt à l’appareil, vous devez être Isabelle, je présume. » dit-il d’une voix neutre.
    - M. Desmitt, quel plaisir de vous entendre ! » reprit-elle d’un ton joyeux et convaincant « A vrai dire, je commençais à désespérer d’entendre le son de votre voix virile. Et en effet, vous présumez bien. »
    - Avez-vous pour habitude de flirter ainsi avec tous les gens que vous avez au téléphone et est-ce un honneur que vous me réservez tout particulièrement ? » renchérit-il.

    Il n’avait pas prévu de faire de l’humour dans une situation qui lui apparaissait déjà bien assez comme une vulgaire farce.

    - Je traite chaque interlocuteur avec le respect qui lui est dû, si c’est ce que vous voulez savoir. Je m’arrange pour connaître un maximum de choses des gens dont je sais qu’ils vont m’appeler. Je suppose que vous m’appelez pour fixer un rendez-vous avec Mme Sochin. »
    - Si ce n’était pas le cas, je n’aurais pas pris la peine d’appeler et j’aurais laissé passer l’échéance. »
    - Que diriez-vous de jeudi prochain à 13h30 ? »
    - C’est drôle, c’est exactement le créneau que je m’apprêtais à proposer. »
    - Comme ça vous pourrez tranquillement prendre votre déjeuner après votre revue de presse de la matinée et vous n’aurez aucun souci pour être à l’heure pour votre séance de tennis de 15h30 avec votre professeur et ami Marc Lamerreau. » dit-elle d’une voix enjouée. Stan avait la nette sensation qu’Isabelle savourait à l’autre bout du téléphone son petit effet d’un air mutin.
    - J’en étais sûr… Bah, je ne sais même pas pourquoi je suis surpris. Une mafia comme la vôtre a son réseau d’informateurs et peut obtenir n’importe quelle information sur n’importe qui à tout moment. Je n’aime pas du tout cette façon de faire. Qu’est-ce qui me certifie que si je refuse la fameuse offre de votre patronne, vous ne me ferez pas disparaître parce que j’en sais déjà trop ? »

    Un éclat de rire enfantin dans le combiné.

    - M. Desmitt, vous regardez trop de films policiers. Et si nous étions une mafia comme vous le prétendez, croyez-vous que nous aurions nos locaux situés en plein Paris avec pignon sur rue ? De plus, l’intégralité de nos journalistes, de nos informateurs et de nos intervenants ponctuels sont tous référencés et déclarés comme il se doit. Sur notre site internet, vous trouverez pour chaque article les références et les sources sur lesquelles ils sont basés. Quant à votre offre d’emploi, si vous la refusez, vous repartirez comme vous êtes venu et puis basta. Nous n’avons rien à cacher… »
    - Vraiment ? Même l’endroit d’où vous tirez vos scoops ? Comment expliquez-vous que vous êtes les seuls à publier ces informations insolites ? » s’emporta-t-il.
    - Nous avons nos sources, c’est tout. Et ne vous vient-il pas à l’idée que nous sommes les seuls à trouver ces informations car nous sommes les seuls à les chercher ? Mais ce n’est pas mon rôle… Je ne suis qu’une secrétaire après tout. Vous aurez tout le temps d’en discuter avec Mme Sochin. Pour l’heure, si vous pouviez prendre un papier et un crayon pour que je vous communique l’adresse de nos bureaux. »

    Stan s’empara d’un stylo noir et d’un papier sur lequel il griffonna pour vérifier le débit d’encre.

    - J’écoute ? »
    - Il s’agit du 15 Boulevard de la Roseraie d’Edgar Amer. Ho mais vous savez quoi, pourquoi ne vous enverrais-je pas plutôt un taxi pour vous conduire en sortant de votre boulot ? »
    - Tant qu’il a des poignées sur les portières, ça me convient. »
    - C’est parfait. Dans ce cas, à jeudi prochain et bonne semaine d’ici là, M. Desmitt. »
    Stan raccrocha et resta quelques instants sonné par cet appel. Il se demandait dans bien dans la gueule de quel loup il était en train de se jeter car il savait ne pas être à l’aise avec la situation.

Discussions similaires

  1. [NWN1] Problème avec le sort "Bouclier d'ombre"
    Par Finrod Felagund dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 4
    Dernier message: 23/04/2009, 08h31
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 20/02/2008, 20h36
  3. [BG1] Parité "Homme"/"Femme" dans votre équipe
    Par Ake dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 20
    Dernier message: 18/09/2006, 11h27
  4. [BG1] De "Baldur's Gate 1" à "Throne of Bhaal"
    Par daidoji dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 47
    Dernier message: 21/02/2006, 13h13

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251