Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 55

Discussion: [Histoire] Histoire policière sans titre

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    [Histoire] Histoire policière sans titre

    Elles étaient sorties d'Annecy dans la matinée. Au dela, la route serpentine montait jusqu'au monastère jusqu'au monastère. En bas, le lac aux eaux limpides sourait dans la chaleur de l'été. Au dela, les montagnes en touraient la ville, penchées comme au dessus d'un berceau.

    Les jumelles, Louison et Coraline ouvrant la marche comme à leur habitude. Louann, la plus agée du groupe rectifiait sans cesse son assiette sur le cheval, nerveuse. Et la plus jeune, Mya fermant la marche en maugréant, comme à son habitude.

    Elles étaient pressées d'arriver avant la nuit et surtout avant les nuages noirs se ruant à l'assaut de la colinne. Heureusement, le couvent n'était plus très loin. Encore fallait il qu'on veuille bien les recevoir.

    "A mon avis, elle ne va pas vouloir nous voir. Elle est encore trop fâchée."

    Les jumelles se tournèrent comme un seul homme vers Louann qui venait de parler. Mya comme à son habitude pestait allègrement en essayant veinement de retenir son capuchon sur sa tête.

    "Oh, ça fait un an. Elle s'est sûrement habituée, lâcha Coraline, une des jumelles, après un silence prolongé.
    "Un an oui, elle a digéré", reprit en écho Louise.

    Mya parla de nouveau dans sa barbe.

    "Et toi, si tu pouvais parler à haute et intelligible voix, on s'en sortirait mieux. Nous savons que tu es jeune, que tu vis mal ton adolescence mais si tu articulais, peut-être arriverait-on à mettre fin à tes tourments d'une manière ou d'une autre"

    Le regard furibond de Mya s'était posé sur celui de Louann. Sa soeur lui sourit et se détourna pour suivre la route. Elle en profita pour lui tirer la langue. Coraline pouffa.

    "Je sais, tu n'es pas obligée de me faire des grimaces. Si tu continues, tu vas rester comme ça.
    - J'en ai marre, martela l'adolescente, articulant exagérement chaque mot, elle ne va pas vouloir nous voir. Encore une fois, elle va nous va nous laisser à la porte. J'ai pas envie de chevaucher pour rien, j'en ai marre de la pluie, j'ai froid, et j'ai mal au cul,"

    D'un seul geste, les deux jumelles se mirent à piailler, les mains sur les oreilles.

    "Oh vous, les jumelles, ça va"

    Les deux autres avaient parlé d'une seule voix. Le silence retomba un peu, seulement ponctué par les éclats de rire de Coraline. Louison, comme à son habitude s'était calmée plus vite.

    "N'empêche, elle n'est pas gâtée.
    - Oh, elle aurait très bien pu se choisir un autre nom.
    - Il paraît qu'il n'en restait plus beaucoup. Juste un soeur laterine, un soeur fenêtre, un soeur cloche et un soeur chiffon.
    - Oui, mais tout de même soeur Porte ...
    - Oui, ils sont pragmatiques là-bas.
    - Oui, mais tout de même. Tu serais pas enragée si on t'appelait comme ça, toute la journée ?
    - Moi, j'aurais choisi Soeur Chiffon, ça aurait été plus drôle.
    - Tu crois qu'on aurait dû faire venir Alix ?
    - Ah non, tu sais bien. Elle est la seule à pouvoir la gérer. Imagine en deux jours de voyage ..."

    Encore une fois, les jumelles se livraient à un interminable concilliabule, que rien ni personne ne pouvait arrêter. Ce n'est que lorsque la porte du couvent apparut devant elles qu'elles se turent. ça y est, elles y étaient.

    Louann mit pied à terre la première, histoire de montrer l'exemple. Elle se tournait vers ses trois cadettes qui la regardaient du haut de leur monture, peu rassurées.

    "Bon, écoutez. Je suis d'accord avec vous, mais nous n'avons pas vraiment le choix. L'heure est grave. Et n'oubliez pas que nous faisons cela pour la protéger."

    Ce disant, elle frappa à la porte. Un vantail s'ouvrit peu après, laissant entrevoir, l'espace d'une seconde, une paire d'yeux verts. Ces mêmes yeux, dont les sourcils qui les réhaussaient s'étaient mués en deux accents circonflexes lancèrent des éclairs et le vantail se referma d'un coup.

    Louann se tourna vers les autres.

    "Bon, je pense qu'elle nous en veut toujours."

    Ses soeurs eurent un soupir de soulagement. Au moins, c'était ce à quoi elles s'attendaient. Elle se retourna vers la porte et frappa de nouveau.

    "Soeur Porte, c'est nous"

    La voix qui s'éleva de derrière les batants était loin d'être aimable, toute de colère et d'énnervements confondus.

    "Oui, j'ai bien vu que c'était vous. Et non, je ne veux pas vous voir.
    - Oui, mais là, c'est important, il faudrait qu'on discute. Allez Garance, sois gentille.
    - Ah non, pas de Garance, hein ? Garance, c'était avant.
    - Peut-être. Mais là, il faut qu'on te parle. Il en va de ta sécurité. Regarde, nous sommes là."

    Le vantail s'ouvrit à nouveau. Derrière Louann, les trois firent leur sourire les plus aimable.

    "Vous n'avez pas emmené Alix ..."

    Ah oui, Alix, Louann savait que ça allait pêcher. De toute façon, elle devrait en passer par là. Garance comprendrait.

    "Non, nous l'avons faite interner pour son bien et surtout le nôtre. Elle s'était mise à annoncer la fin du monde.
    -Oh, mais cela, elle l'a toujours fait.
    - Mais pas avec une casserole, nue dans la cour du chateau. C'était ça ou le pilori.
    - Et j'imagine que si une nonne vient la chercher, on ne fera pas d'histoire pour nous la rendre.
    - Certes, mais nous ne sommes pas venues pour ça. Tu n'as pas entendu parler du tueur aux rousses ?"

    Soeur Porte demeura silencieuse. Louann sourit, elle avait eu son petit effet. Cette fois, la porte s'ouvrit.
    Garance ne prit pas la peine de saluer ses soeurs, ignorant le petit signe de la main des jumelles.

    "Bon, maintenant, vous allez m'expliquer. Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?
    - Un tueur de rousses, commença Coraline
    - Il tue les rousses, compléta Louison
    - Il y en a déjà une quarantaine dans la région. Et déjà quatre dans notre bourg.
    - Hé bien, lâcha Garance, je ne vois pas en quoi tout ceci nous concerne.
    - Hé bien ..."

    Le silence retomba. Les quatre jeunes femmes s'entreregardèrent. Mis à part Mya, venant d'un autre lit, elles avaient toutes une longue crinière de cheveux roux.

    "Ah si, je vois finalement ..."
    Dernière modification par Althéa ; 14/06/2009 à 08h55.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Garance s'adossa à la porte, pour indiquer qu'elle ne resterait pas longtemps. Du moins, qu'elle ne désirait pas rester longtemps. Quelque part, voir ses soeurs réunies lui faisait plaisir. Mais d'un autre coté ... Enfin, c'était peut-être du passé. Après, elle appréciait quelque peu sa petite vie de méditation. Beaucoup mieux la vie avec ce vieux croûlant riche que son père lui avait trouvé. Beurk ...

    "Alors, je vous écoute"

    Petit silence et échange de regards parmi ses soeurs. Puis, sans crier gare, Louann avait voulu prendre la parole, pendant que Mya s'était mise à maugréer et que les jumelles avaient commencé à gesticuler en même temps. Il en était sorti un brouaha informe.

    "Une seule à la fois, je vous prie."

    Nouvel échange de regard. Les jumelles avaient été les plus rapides.

    "Des femmes rousses ont été tuées.
    - De façon vraiment horrible
    - Et plus qu'inqualifiable
    - ça, je ne te le fais pas dire
    - On leur a fait manger leurs cheveux.
    - Ils pensent que c'est des meurtres rituels.
    - Et ils ont tué deux femmes à Vienne.
    - Et même leur chien qui n'avait pas de cheveux.
    - On pense toutes, à part Mya qui ne pense pas, et Alix qui pense à la fin du monde ...
    - Bref, nous pensons qu'il vaudrait mieux que tu restes avec nous.
    - Du moins, le temps que l'histoire se règle.
    - Et nous pourrions l'aider à se règler.
    - Et nous sommes meilleures toutes ensembles.
    - Donc on voudrait que tu reviennes."

    Garance avait croisé les bras. Les jumelles avaient échangé un sourire. Mya s'était remise à maugréer.

    "Moi aussi je suis heureuse de te revoir", répondit Garance avec un sourire. Puis, comme très souvent, elle s'était tournée vers Louann, sa cadette directe.

    "Et que nous dit la voix de la raison ? Au fait, as-tu réussi à poser l'édifice de ta nombreuse descendance ?"

    Le regard de Louann se fit triste. Elle venait de poser la mauvaise question.

    "Non, toujours pas. A croire que l'un d'entre nous est stérile, si cela continue, je ne tarderai pas à être répudiée. Pour ce qui est de notre affaire, je serais plus à l'aise si je te savais avec nous."

    Les autres hochèrent la tête. Pour une fois, elles étaient toutes d'accord.

    "Ecoutez, je ne sais pas. J'ai fait le voeu de ne pas sortir d'ici, je vous le rappelle. Et ..."

    En face, ses soeurs joignaient les mains en guise de prière.

    "Bon, je vais réfléchir. Rendez-vous ici pendant l'office des vêpres."

    Et elle disparut derrière la porte comme elle était venue.
    Dernière modification par Althéa ; 17/05/2009 à 23h15.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    La lune jouait aux ombres chinoises avec les nuages. Le vent s'était levé. Il venait juste de s'arrêter de pleuvoir mais l'humidité les faisait frissonner. Louison et Coraline se tenaient serrées l'une contre l'autre sur une souche d'arbres. Louann avait préférée s'abriter sous la futaie. Mya, quant à elle s'était perchée dans un chêne. De là haut, elle avait une vue imprenable sur ses sœurs auxquelles elle lançait des glands de temps à autre. Un jeu plutôt amusant.

    Louann quant à elle observait ses sœurs. Peu de choses permettaient de différencier Louison de Coraline. Les jumelles en avaient abusé de leur jeune temps. A vint-et-un ans, elles avaient pris le parti de se faire reconnaître. Louison avait les yeux un peu plus foncés et la taille un peu moins fine. Elle portait toujours ses cheveux nattés. Coraline était plus élancée et avait dans les yeux un soupçon d'ombre noire. Elle n'avait aucune patience pour les tresses auxquelles elle préférait les queues de cheval. Mis à part cette différence, Louison et Coraline étaient semblables. Même calme teinté d'espièglerie qui se réveillait à bien des occasions. Mêmes expressions, mêmes gestes. Ce que l'une disait, pensait ou faisait, l'autre le faisait en échos. On les soupçonnait parfois de ne pas avoir besoin des mots pour se parler. Et ceci était vrai dans une certaine mesure. Elles vivaient toutes les deux près de leur père dans un grand atelier qu'elles avaient emménagé à leur convenance. L'une peignait, l'autre sculptait. Elles en étaient heureuses.

    Mya quant à elle était issue d'une union illégitime. Sa mère étant morte en couche, elle avait été adoptée par la maisonnée de son père. De caractère ombrageux, même si tendre parfois. Elle parcourait les routes de France avec une troupe de balladins, passant son temps à écrire et jouer des pièces de théâtre. Elle n'avait pas non plus son pareil pour chanter et jouer du luth. Sur demande, elle était capable de chanter des ballades, de sa voix à la fois douce et éraillée. Des balades qui se finissaient parfois en chansons paillardes quand l'inspiration venait à manquer. Ou quand Garance faisait traîner ses chastes oreilles de trop près.

    Il y avait aussi Alix, née peu de temps après les jumelles. Cinq ans auparavant, on l'avait découverte près de leur mère assassinée, prononçant des mots sans suite. Elle n'avait jamais véritablement retrouvé la raison. Seul un médicament lui redonnait sa tête durant quelques heures, et l'apaisait.

    Elles étaient toutes différentes, et en même temps semblables. Rapprochées peu à peu par la mort de leur mère. Même éparpillées aux quatre vents, même souvent fâchées, elles avaient du mal à se passer les unes des autres.

    "Elle descend", prévint soudain Mya.
    Dernière modification par Althéa ; 10/05/2009 à 18h28.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Au bout de son doigt tendu, une fenêtre située au premier étage s'était ouverte et une corde de drap s'était déployée. Louann écarquilla les yeux. Non, ses yeux la détrompaient. Garance, la raisonnable, jamais un mot de trop et la parole toujours juste. Garance qui ne se rebellait jamais. Garance était en train de se sauver de la fenêtre de sa chambre.

    Les jumelles s'étaient déjà levées d'un même mouvement pour l'attendre en bas. Mya, quant à elle n'arrivait pas à s'arrêter de rire.

    Une silhouette s'encadra dans l'ouverture de la fenêtre. Garance enjamba le parapet. Ses mains tâtonnèrent à la recherche du drap et ne le trouva pas.

    "Non de non, mais elle va se ..."

    Louann avait crié en même temps qu'elle se mettait à courir. Mais déjà, Garance se réceptionnait la tête en bas, s'accrochant fermement au drap avec ses mains et ses genoux. Sa robe, par contre lui tomba sur la tête. En bas, les jumelles l'observaient.

    "Houla, c'est bel et bien du sport, observa Coraline
    - Pour une nonne, elle est bien défroquée, poursuivit Louison
    - Je n'ose pas imaginer la tête que ferait la Mère Supérieure.
    - Oh, on finirait pas l'appeler Soeur ahurie à la longue"

    Toutes les deux se lancèrent un regard entendu et se turent. Un gland siffla aux oreilles de Louison.

    "Oh, et toi ça va.", dirent-elles en même temps sans se retourner.

    Mya grommela comme à son habitude et vint les rejoindre, les mains dans les poches. Une main rageuse agrippa son oreille. Elle se mit à piailler.

    "C'est pas un peu fini maintenant ?", vitupéra Louann.

    Le calme revenu, elles attendirent toutes les quatre, le nez en l'air que Garance pose le pied par terre. La lumière de la lune éclairait leurs sourires.

    Elle leur fit face, les bras croisés pour couper court à toutes effusions. Les jumelles l'imitèrent, le visage sérieux.

    "Hé bien, me voila. Quelque chose me dit que je vais le regretter. Mais je suis là."

    Elle se tourna vers Louann, sa petite soeur directe, celle qui avait toujours suivi son exemple. Du moins ... Quand son père avait voulu la marier à un nobliau notoire, elle avait accepté. Et elle était bien tombée. L'ancêtre étant mort entre temps, son père l'avait donnée à un jeune, de seulement cinq ans son aîné. Elle avait eu de la chance, elle. Et elle n'avait pas proposé qu'elles s'enfuient toutes ensemble pour lui éviter le mariage.Elles l'auraient de toute façon refusé. Elles l'avaient déjà fait. Et, contrairement à elle, elle ne leur en aurait pas voulu.

    "Tu vois, nous sommes là, lui souffla Louison, on ne t'a pas laissée longtemps.
    - Et je pense que nous t'avons manqué en dépit de tout, poursuivit sa jumelle.
    - Même si on sait que tu es encore fâchée.
    - Et que nous voudrions que tu nous pardonnes"

    Elles se jetèrent toutes les deux à genoux. Un sourire se dessina sur le visage de Garance.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    La chambre était spacieuse et ne contenait qu'un seul et grand lit. La jonchée avait besoin d'être renouvellée et un parfum de sauge et de paille moisie embaumait la pièce. L'humidité, que même le grand feu brûlant dans l'âtre n'arrivait pas à tuer se tapissait dans les recoins. L'auberge en elle même n'était pas très propre - en scruttant le plancher pendant un long moment, on voyait passer quelques cancrelats - mais c'était la seule assez loin du couvent et ayant un prix de nuitée raisonnable qu'elles avaient pu trouver. Et surtout la seule dont l'aubergiste avait voulu leur ouvrir la porte à cette heure avancée de la nuit.

    Assise dans l'un des deux fauteuils aux acoudoirs fatigués, racornis et usés, Louann frisonnait malgré le châle épais qu'elle portait sur les épaules. Il faisait frisquet pour un début de printemps. Et cela dans le sud. Bientôt, le beau temps triompherait du marasme hivernal et ce serait le retour de la belle saison. Bientôt. Elle pensa à son époux, resté seul au bourg, à une journée encore de chez son père.

    Suite au quatrième meurtre de rousses dans le bourg, elle avait décidé de rassembler ses soeurs. A part Mya, elles étaient toutes menacées de par leur couleur de cheveu. Et, après l'année passée loin d'elles, elle avait envie de les revoir.

    Coraline, Louison et Alix vivaient encore au domaine familial. Mya était rentrée voila quelques mois, prétendant que son groupe de balladins s'était quitté en mauvais termes. Un mensonge, vraisemblablement. Elle même répugnait à s'absenter trop longtemps. Mais à part Garance et Mya, obligées de s'éloigner par la force des choses pour l'une ou répondant à l'appel de la liberté pour l'autre, aucune ne s'était résolue à s'éloigner. Elles étaient retenues par une force impalpable mais solide, un lien immuable qui refusait de se rompre. Et cela parfois en dépit d'elles-mêmes.

    Garance, accoudée à la fenêtre observait le coucher de la lune. Lune rousse. Il allait geler à pierre fendre cette nuit. Du moins, ce restant de nuit. Mais elles étaient au chaud, du moins sous les couvertures. Elle regarda son reflet dans la vitre et soupira. Son année de solitude lui avait laissé ses cheveux courts et avait amaigri ses traits fins, déjà endurcis par le poids des années. Comme elle se trouvait laide ! Pour passer inapeçue, elle avait troqué sa bure et sa colerette contre des habits d'homme et une cape à capuchon. Louann l'avisée avait tout prévu.

    Le vêtement devait appartenir à Guillemot, l'un des fils du valet de ferme du domaine de leur père. Celui-ci, malgré l'argent manquant de plus en plus cruellement pour payer tout le monde refusait de partir. Ses fils aidaient Mya, Louison et Coraline dans de bien nombreux travaux. Domestiques, valets, laquais, mais aussi menuisiers, défricheurs, moisonneurs, ils occupaient la maison de leur présence utile.

    Guillemot était le seul qui avait sa taille. A vrai dire, il était le seul qui la dépassait. Elle ne savait pas d'où lui venait sa taille, mais elle était grande, très grande. Et elle en souffrait, surtout qu'elle était maladroite. Souvent, elle se cognait dans le haut des portes quand elle n'avait pas le réflexe de se baisser.

    Elle gagna le lit sur la pointe des pieds. Coraline et Mya dormaient déjà, fatiguées par leur chevauchée nocturne. Assise à coté d'elles, Louison était prête à s'assoupir. Quand on y regardait bien, elle avait le visage plus rond que celui de sa jumelle et était beaucoup plus douce quant à son caractère. Dans le duo, elle était celle qui tempérait, celle qui écoutait. Du moins, plus que Coraline. Elle sourit en voyant Garance s'approcher.

    Sa soeur s'assit à l'autre bout du lit, après avoir brièvement caressé la joue des dormeuses et lui avait rendu son sourire.

    "Alors, comment vais-je retrouver père ?"

    Louison, peu habituée à parler sans sa soeur marqua un temps d'arrêt avant de se reprendre. Louann dressa l'oreille.

    "Hé bien, il vieillit. L'humidité fait mal à ses vieilles articulations, si tu savais. Mais il se livre toujours à d'étranges expériences. Des gens étranges viennent lui rendre visite. Une fois, un homme parlant une l'espagnol - à ce que père m'a dit - est venu jusqu'ici. Il fuyait, il me semble. Il lui a fait comprendre qu'il venait de l'autre bout du monde. Et père, bien sûr, l'a cru et a accepté de l'herberger. Il lui a fait un cadeau étrange, dont il ne veut rien dire. Et depuis, d'étranges odeurs sortent de sa cave. A mon avis, il n'en sortira rien de bon.
    - En ça, il n'a pas changé, laissa-t-elle tomber sans amertume, il s'embarque toujours dans des expériences douteuses.
    - Et nous lui rassemblons toutes un peu"
    Dernière modification par Althéa ; 08/05/2009 à 11h48.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Garance hocha la tête. Oui, elles avaient toutes certaines bizarreries, certaines lubies ou manières de penser qui les différenciaient des demoiselles de leurs âges. Ensemble, elles s'en accommodaient raisonnablement. Mais c'était le monde alentour qui ne s'y habituait pas. De loin en loin, on les traitait de folles, et du temps où elle habitait encore au domaine, elle entendait murmurer des choses peu aimables à leur égard. Surtout depuis qu'Alix "déraisonnait" - comme elle et ses soeurs expliquaient ses symptômes, "était devenue folle" comme le disaient les autres. Non, ce n'était pas de la vraie folie, mais des crises de panique si fortes qu'elles la poussaient à des actes insensés. Depuis la mort de sa mère, Alix avait peur de tout, même de son ombre. Et seuls quelques remèdes fabriqués par l'apothicaire du village permettaient encore de l'apaiser. C'était leur principale source de dépense. Mais leur soeur le valait bien.

    Quand elle n'avait pas ses crises, Alix était la plus douce et la plus avenante de la fratrie. Un joli minois presque épargné par les tâches de rousseur. Une peau d'albâtre, des traits fins et réguliers. Mais surtout, des yeux bleus, verts ou gris selon la lumière, limpides comme un lac de montagne. Et un regard franc qui vous désarmait dès qu'il se posait sur vous. Elle avait une douceur et une curiosité naturelle qui la faisaient s'intéresser à tout. Beaucoup d'imagination aussi. Et la patience nécessaire pour s'entendre avec toutes. Et elles lui rendaient toutes, prenant ses crises avec philosophie. Pour elles, il y avait deux Alix. Alix la douce et Alix la folle. Alix qui les rassemblait, Alix qui leur ressemblait, Alix qui les effrayait ...

    "Et Alix ?"

    Louison et Louann avaient pâli en entendant la question. Car c'était bien sur Alix la folle qu'elle les interrogeait. Et sur elle, elles voulaient peu en dire. Ce fut finalement Louison qui se décida à parler.

    "Alix ne va pas très bien en ce moment. Depuis l'augmentation du nombre de meurtres, son angoisse s'intensifie. Elle ne dort presque plus. Elle a encore maigri, tu verras. Les crises ont augmenté aussi. Le prévôt nous a prévenu : si elle recommence à faire parler d'elle, il la fera emprisonner."

    Garance avait hoché lentement la tête. Une voix ensommeillée s'éleva du coté des dormeuses.

    "Je suis sure que nous n'en arriverons pas à cette extrémité là. Notre Alix a de la ressource. Par contre, si vous voulez bien reporter vos conciliabules, j'aimerais bien dormir"

    Mya se redressa sur le coude et se frotta les yeux. Louann se leva sans attendre.

    "Soit, allons dormir ou demain, nous aurons fort mauvaise mine"

    Garance alla prendre place à coté de ses soeurs dans le lit. Louann souffla la chandelle et vint à leurs cotés. Le silence s'installa peu à peu. Au bout de quelques minutes, Garance fut la seule à ne pas dormir.
    Dernière modification par Althéa ; 09/05/2009 à 14h18.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Elles furent réveillées par une employée de l'auberge, les priant de libérer la chambre pour lui permettre de faire son ménage. Après une brève toilette, elles descendirent dans la salle commune.

    Le vent violent avait fait rouler les nuages jusque dans la vallée où ils n'avaient pas cessé de pleurer au dessus des terres, faisant sensiblement monter le niveau du Rhône.

    Les jeunes femmes, chevauchant sur l'ancienne voie romaine étaient trempées depuis longtemps. Chacune d'entre elle serrant qui son manteau, qui les bords de sa cape ou de sa pèlerine en se donnant l'illusion d'avoir un peu plus chaud. Louann éternuait et Mya maugréait. Garance, quant à elle était plongée dans ses pensées.

    Bien que son père fût un homme tolérant et ouvert à toutes les excentricités de ses filles, elle appréhendait quelque peu les retrouvailles. Pas sa réaction, plutôt la sienne. Quelque part, elle lui en voulait encore. Bien sûr, elle comprenait son choix, plus motivé par le fait de la voir vivre dans de meilleures conditions que celui de l'argent que son union aurait pu rapporter. Mais elle n'avait pas supporté le fait que son mariage l'entraîne à l'autre bout du pays. Pour elle, Rouen était l'autre bout de la terre. S'établir dans un monastère à deux jours de voyage de la maison familiale était un moindre mal.

    Louison et Coraline dissertant interrompirent le fil de ses pensées.

    "Et moi, je te dis Bartolomé de la Casas avait raison. Les indiens ont une âme, arguait Coraline.
    - Et moi, je te dis que ton point de vue est défendable. Mais l'Église a statué là dessus, il me semble. Les indiens peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Pas nous, s'était emportée Louison.
    - Comment cela pas nous ?"

    Coraline ouvrait de grands yeux. Louison en profita pour continuer.

    "Mais regarde autour de toi. Tu as vu comment les autres nous perçoivent ? Nous ne sommes pas mariées, et nous savons lire et écrire. Tu as vu la tête des gens quand nous allons à l'Église ? Et je ne te parle pas de ceux qui nous traitent de sorcières quand nous avons le dos tourné, ceux qui évitent de nous croiser ou qui se signent à notre approche. Tout ça parce que nous sommes rousses."

    Coraline interdite voyait sa soeur s'empourprer, levant haut le bras comme si elle invectivait le ciel et les grands arbres.

    "Qu'ils rigolent tous ces hommes avec leurs grandes idées. Nous, nous savons très bien que nous, les femmes, nous avons quelque chose à dire. Qu'ils ne se méfient pas et bientôt, nous prendrons le pouvoir !"

    Comme pour lui répondre, son cheval renâcla, provoquant un fou rire chez les autres.

    "Oh, toi le cheval, poursuivit-elle en essayant de ne pas succomber à l'hilarité, je le sais, tu fais partie du complot. Surveille bien tes arrières que je ne fasse de toi un hongre !
    - Oh, Louison, douce Louison, se moqua gentiment Coraline, je crois que tu t'es trompée de siècle. Mais quelque part, je crois que je suis d'accord avec toi."

    Sa jumelle lui sourit, et se calma. Le reste du trajet se déroula dans un calme relatif. Si la fratrie continua de deviser, plus aucune ne s'enflamma. Bientôt apparurent les portes de "Vienne la Sainte" et plus loin, l'imposante silhouette de la cathédrale. Les jeunes femmes mirent pied à terre, le dos vermoulu, les membres courbatus et trempées jusqu'aux os.
    Dernière modification par Althéa ; 09/05/2009 à 14h46.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Elles firent halte devant les hauts murs et, à l'abri des fourrés, Garance troqua ses habits d'homme contre sa collerette et sa bure. Sans trop savoir pourquoi, elle eut un pincement de coeur en les remettant.

    "Haut les coeurs mesdemoiselles, les encouragea Louann en prenant son cheval par la bride, nous sommes bientôt arrivées"

    Elles marchèrent dans les rues étroites aux rues pavées, héritage des romains. Car Vienne, comme une bonne partie de la France avait été colonisée en son temps par ces envahisseurs venus d'Italie. Les habitants de l'époque, les Allobroges peuple fier et féroce, plutôt que de faire durer une invasion qu'ils étaient sûrs de perdre décidèrent d'ouvrir les portes à l'ennemi. Très vite, une certaine alchimie s'opéra entre les vainqueurs et les vaincus et très vite, ceux qui allaient s'appeler Viennois devinrent citoyens de l'empire romain. Vienne prospéra jusqu'à devenir une des cinq villes les plus importantes de Gaule, et ses collines environnantes ne tardèrent pas à se couvrir de vignobles. Il restait de cette époque bénie de très nombreux vestiges.

    Les jeunes femmes se signèrent en passant devant l'église Notre-Dame-de-la-vie - dont on disait qu'elle avait été un temple romain en son temps et qui deviendrait le temple de la raison presque deux siècles plus tard. Puis, elles arrivèrent enfin devant la prévôté, un bâtiment austère et massif, rehaussé d'une tour.

    La fratrie regarda le bâtiment durant quelques minutes, se demandant comment elle allait procéder, dansant d'un pied sur l'autre. Se furent bien sûr Louann et Garance qui prirent les initiatives. Elles iraient parler au prévôt. Les autres attendraient dehors.

    "Ne vous en faites pas, murmura Louann en frappant à la porte massive, il ne peut rien nous arriver. Au pire, ils nous enfermeront avec Alix"

    On les introduisit assez vite chez le prévôt. Celui-ci, préoccupé par les événements récents ne voulait pas s'encombrer d'Alix plus longtemps que de raison.

    Quelques minutes plus tard, elles étaient assises en face de lui, dans un petit réduit qui lui servait de bureau.
    C'était un homme franc et honnête dont le jeune âge tranchait avec l'importance de sa fonction. Un an auparavant, le prévôt précédent avait trouvé la mort dans une bagarre d'ivrogne. Rigoureux, fin lettré, patient, attentif aux autres et ferme à la fois, on l'avait logiquement choisi pour lui succéder.

    Dans leur jeune temps, il y avait eu – à ce qu'on supposait – quelque chose entre eux deux. Preuve en était qu'on l'avait souvent trouvé dans le sillage de Garance, toujours par le fruit de hasards plus ou moins incongrus. Mais comme les voix du seigneur tout comme l'intimité de Garance étaient impénétrables, nul n'avait jamais osé aborder la question. Même si leur histoire appartenait au passé, ils chérissaient cette époque bénie comme un des meilleurs souvenirs de leur jeune âge. Il avait été surpris et un peu déçu quand elle avait décidé de prendre le voile. Et avait toujours du mal à se faire à cette idée.

    Pour le moment, il observait la bosse violacée commençant à se former sur le crâne de Garance : la porte était basse, et elle avait oublié de se baisser.
    Louann, ne sachant rien de la proximité passagère du prévôt et de sa soeur observait leur manège avec un certain amusement teinté de questions.

    "Vous êtes sure, ma Soeur, que vous ne voulez rien pour votre bosse ?
    - Non, je vous remercie messire, mais je souhaiterais que vous me rendiez ma soeur au plus vite. Nous avons encore un peu de trajet. Et vous savez tout comme moi que le bac n'attend pas.
    - Je ne vois aucune objection à cela, mais j'aimerais vous entretenir à son sujet, ma Soeur.
    - Cela, je m'y attendais, messire.
    - Je ne m'appesantirai pas sur les désordres qu'elle pourrait causer. Cela, vous le savez tout autant que moi. Mais je me fais du soucis pour elle. J'ai peur du mal qu'il pourrait lui arriver. Peut-être est-ce l'époque, mais les gens ont peur. La Sainte Inquisition nous a rendus tous plus regardants vis à vis du très haut. Les gens voient d'un assez mauvais oeil le fait qu'on vienne agiter la fin du monde sous leur nez ou je ne sais quoi d'autre. Et il y a aussi ce fameux tueur de rousses. Je n'oserais imaginer ce qui se passerait si elle, vous ou vos soeurs tombaient entre ses mains ... ma ... Soeur. Je ne saurais que vous prier de faire attention les unes aux autres.
    - Je ne saurai que vous le promettre deux fois, messire. Et pour Alix, ne vous en faites pas, je veillerai sur elle.
    - Je vous fais confiance, ma Soeur" répliqua le prévôt en se levant, signifiant la fin de l'entrevue.

    "Si vous voulez bien me suivre, je vous emmène à Alix."
    Dernière modification par Althéa ; 17/05/2009 à 11h55.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Il les mena à travers les couloirs jusqu'à un grand huis, fermé à clé. Venue plusieurs fois pour y chercher Alix, les jeunes femmes avaient appris que c'était là qu'on enfermait les criminels (il y en avait eu fort peu), les ivrognes, les fauteurs de trouble et accessoirement Alix. Cette année, c'était bien la troisième fois. Et il fallait à tout prix que ce soit la dernière. Le prévôt, bien que patient devrait céder à la vindicte populaire. Leur soeur finissait par faire peur et cela, toutes le savaient ...

    Le prévôt frappa à la porte et demanda à tout hasard.

    "Etes-vous encore là, Alix ?"

    Un léger rire lui répondit. Il se tourna vers les deux soeurs derrière lui.

    "Elle va mieux, apparemment. Guillemot lui a apporté son remède. Je suis resté un peu avec elle car je sais qu'elle n'aime pas être seule.
    - Mais c'est que vous vous rapprochez de plus en plus de la Sainteté, messire, ironisa Garance avec un petit sourire.
    - Oh, n'exagérons rien, ma soeur.", dit il en tournant la clé dans la serrure.

    Alix se tenait assise en tailleurs sur un matelas dont la paille avait été renouvelée de frais. Sur son visage, un léger sourire. Une fois n'est pas coutume, elle fixait un point devant elle. Quelque chose qu'elle était seule à voir.

    Si chaque soeur faisait travailler avec aisance ses mains et sa cervelle, Alix n'avait pas son pareil pour utiliser son imagination. Le moindre détail donnait lieu à la plus rocambolesque des aventures. Petite, elle inventait des jeux ou des histoires pour amuser ses soeurs. Elle avait des talents de conteuse incroyables, avec des fantaisies sans cesse renouvelées. L'âge venant, cette faculté ne l'avait pas quittée, elle en avait même accru ses pouvoirs. Un peu trop parfois. Elle s'en servait pour occuper le temps. Avec elle, pas de monotonie, pas d'ennui. Elle faisait naître des bateaux à la place des nuages, apparaître des farfadets et des mondes imaginaires au détour des sentiers.

    Là, dans sa cellule, elle avait fait apparaître un bout de son jardin. Elle était assise entre le cerisier en fleurs et les roses sur un banc de pierre. Leur parfum embaumait. Le vent était doux et chaud. Elle ne réagit que lorsque Garance lui posa la main sur l'épaule.

    Quelques secondes plus tard, la religieuse se retrouvait au sol, tenant Alix dans ses bras. Celle-ci, dans sa joie de la revoir lui avait sauté au cou. Et elle était tombée, entraînant sa soeur. Elle riait, sans pouvoir se relever, sous les regards interdits du prévôt, et de Louann.

    Quand enfin, elle se calma, elle se remit prestement debout, aidant Alix à se relever à son tour. La jeune femme n'avait pas lâché sa main. Garance était, depuis la mort de leur mère, devenu leur point de cohérence et d'encrage. Une sorte de maman de substitution.

    "Voila pour cette fois Alix, finit par dire le prévôt, j'espère vous revoir le plus tard possible. Je ne saurais que trop vous conseiller d'être prudente. Et ceci vaut aussi pour toutes les quatre".
    Alix hocha la tête sans répondre. Derrière le prévôt, une armure reconstituée, datant du moyen âge lui faisait de grands signes.
    Dernière modification par Althéa ; 10/05/2009 à 17h41.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    "Hé bien, finit par dire le prévôt, je ne vois aucune raison de ne pas vous laisser partir. En revanche, Garance ... Pardon, ma Soeur ... J'aurai besoin d'un service en retour. Résiderez-vous ici longtemps ? Je croyais ne jamais vous revoir ... "

    Garance sentit ses joues s'empourprer. Que dirait le prévôt quand il apprendrait qu'elle s'était sauvée de son couvent, et ceci par la fenêtre et en pleine nuit ? Ce fut Alix qui la tira de ce mauvais pas.

    "Se sont vraisemblablement mes soeurs qui sont allées la chercher car je n'allais pas bien. Garance me manquait. Et je pense qu'elle va rester quelque temps. Jusqu'à ce qu'on retrouve le tueur de rousses. N'est-ce-pas ?"

    Garance hocha la tête et croisa les bras.

    "Dans ce cas, reprit le prévôt, un petit sourire aux lèvres, je vous convoque demain chez moi, à la prévôté. Je viendrai vous chercher."

    D'un geste de la main, il leur donna congé. Elles partirent sans se faire prier. Par une fenêtre, il les vit se rassembler devant la porte et s'affairer pour repartir.

    Cinq soeurs, quatre tons de roux. Celui de Garance était le plus classique. Un roux discret tirant sur le châtain. Quand elle les avait longs, ils retombaient en boucles épaisses sur ses épaules. Il imagina que ce n'était plus le cas. Il avait dû falloir en couper une partie pour les faire entrer sous la collerette. Ceux de Louann, délicatement ondulés étaient plus clairs et tirant vers le blond. Louison et Coraline avaient la teinte la plus vive. Un roux vif, presque couleur de carotte. Elles les avaient raides et longs. Les cheveux d'Alix étaient de loin les plus beaux, malheureusement emmêles, la plupart du temps. Une épaisse crinière de cheveux raides et fins, couleurs de flammes vives. Comme à ses yeux, la lumière leur donnait toutes sortes de nuances. Et il y avait aussi leurs yeux. Bleus clairs et en amande pour Garance. Verts et ronds pour Louann. Bruns et grands ceux des jumelles. Changeants, d'un bleu ombré de vert et de gris pour Alix. Et d'un bleu très foncé pour Mya.

    Un de leurs aïeux, à ce qu'on disait, avait ramené d'un royaume du nord une femme aux cheveux roux. Ils avaient prospéré et s'étaient multiplié, ce qui expliquait - toujours d'après ce qu'on disait - le grand nombre de têtes rousses dans la région.

    Garance, levant la tête vers sa direction lui adressa un petit signe de la main. Les autres l'imitèrent. Alix lui adressa un pied nez appuyé. Il se prit à sourire.

    Les demoiselles descendirent jusqu'aux quais du Rhône, passant à coté de l'église Saint-Pierre, vieil édifice de pierres froides bâti au VIème siècle, et longèrent les berges du Rhône en remontant vers le Nord. De là, on voyait le château de la Batie sur le mont Salomon, imposante forteresse qui dominait la ville. Elles chevauchèrent encore durant quelques minutes et arrivèrent au bac.

    Sorte de radeau muni de gardes fous, le bac permettait de traverser le Rhône sans danger. Il était tracté d'une rive à l'autre par un système de ficelles et de poulies. Un homme à une rive, un autre à la rive opposée, tirant dans un sens ou dans l'autre. Après avoir négocié avec le passeur, elles convinrent avec le passeur qu'il y aurait deux voyages. Le premier pour les chevaux, le second pour elles.

    "Hé bien, je crois que ça sera notre dernière chevauchée avec eux. Du moins toutes ensemble.", soupira Mya en regardant les bêtes s'éloigner de la berge.

    Garance intriguée jeta un regard en coin à ses soeurs qui hochèrent la tête, tristement.

    "Leur entretien coûte cher et la maison tombe quelque peu en ruine. Il a fallu choisir.", expliqua Coraline.

    Le premier voyage se passa sans problème. Une fois les chevaux attachés par la bride à un arbre, le passeur effectua le voyage du retour. Elles prirent place en silence, sentant peser sur elles la fatigue du voyage et de tristes pensées.

    Presque au bout du trajet, une secousse ébranla l'embarcation. Les demoiselles sursautèrent et resserrèrent leurs mains sur le parapet, quelque peu effrayées. A la deuxième secousse, la plupart étaient au bord de la panique.

    "Pas de panique, ils maîtrisent la situation", souffla Garance.

    Leurs regards se portèrent sur la rive opposée qui ne leur avait jamais parue aussi loin. Là bas, il n'y avait plus de second passeur.

    Le bac s'immobilisa quelques instants avant d'être emporté par le courant, traînant derrière lui une corde coupée.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Les jeunes femmes se cramponnèrent les unes aux autres, effrayées. De l'autre coté, le passeur tentait de retenir l'embarcation à la seule force de ses bras. Mais les flots puissants lui rendaient la tâche difficile. L'esquif restait immobilisé en équilibre instable, en grand danger d'être emporté. Il ne tarderait pas à être emporté. Non conçu pour la navigation, il ne tarderait pas à basculer et être envahi par les flots, ce qui signifierait très probablement la noyade pour ses occupantes.
    Sur la rive,, des gens accouraient. Qui hurlant de frayeur, qui les montrant du doigt. D'autres, un peu plus censés que les autres allèrent chercher des cordes. Et, de l'autre coté du Rhône apparut Guillemot. Elles le virent s'immobiliser devant les flots puis héler un badaud et lui prendre sa corde. Sans hésiter une seconde, il avança dans l'eau jusqu'à la taille et lança le lien un peu en aval d'elles. Elles l'entendirent crier.

    "Vous n'avez pas le choix. Faut sauter, et attraper la corde. Vite !"

    Les demoiselles s'entre-regardèrent pour désigner la première qui serait sauvée. Comme toujours, leur regard s'arrêta vers Mya. La jeune fille, cramponnée au garde-fou secoua la tête, les yeux agrandis de terreur, incapable de bouger.

    "Allez Mya, nous n'avons pas le choix, la pressa Louann, Guillemot va te rattraper."

    Il y eut une autre secousse. Garance qui se tenait mal bascula dans les flots la tête la première. Le courant commença à l'emporter. Mais déjà, Guillemot avait lancé sa corde. Toussant et crachant, elle s'y cramponna. Il ne tarda pas à la tirer de l'eau.

    Dans le bac, les naufragées regardaient le sauvetage avec appréhension.

    "Allez, aux autres.", cria Louann pour couvrir le bruit de l'eau.

    Les regards se portèrent de nouveau sur Mya, qui secoua la tête. C'est Alix qui trouva la solution.

    "Allez, accroche toi à moi. On y va".

    Elle lui tendit la main. Mya résista quelques secondes avant de céder. Le bac fit une nouvelle embardée. Elles se jetèrent à l'eau. Grossies par la fonte des glaces, les eaux du Rhône étaient tumultueuses et gelées. Elles sentirent comme des éclats de glace les transpercer de part en part. Mais elles parvinrent à attraper la corde.

    Les jumelles se tournèrent vers Louann. Celle-ci secoua la tête et leur fit signe d'y aller. Elles obéirent à contre-coeur, sachant qu'elles n'avaient ni le temps de discuter ni de la faire céder. Louann était têtue. Au moment où elles posaient le pied sur la berge, la seconde corde cassa. Le bac fit une ultime embardée. Louann, qui ne s'y attendait pas tomba et se cognant la tête disparut dans l'eau.

    Guillemot, une nouvelle fois fut le plus prompte à agir. Prenant un bout de la corde, il se rua dans les flots après avoir confié l'autre extrémité aux demoiselles. Il disparut pendant d'interminables secondes. Elles le crurent perdu à jamais, avec leur soeur. Mais il reparut peu de temps après, tenant Louann d'un bras et la corde de l'autre.
    Quelques secondes plus tard, il étendait la jeune femme sur le sable. Celle-ci toussait sans pouvoir s'arrêter. Mais elle était vivante.

    Après, le temps qui était devenu éternité l'instant du naufrage reprit lentement son cours. On apporta des couvertures et des tisanes. On assit les demoiselles sur l'herbe pendant que Guillemot était parti chercher la charrette. En état de choc, aucune d'entre elle ne souffla mot. On avait trouvé le second passeur, décapité d'un coup de hache, dans les broussailles environnantes.
    Dernière modification par Althéa ; 11/05/2009 à 13h51.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Partie deux

    Elles s'étaient regroupées dans l'atelier des jumelles. Une vaste pièce aux nombreuses fenêtre. En chemises de nuit, enveloppées dans des couvertures, elles se remettaient doucement. Leur père, parti faire une course en ville était absent.

    Coraline assise dans un baquet d'eau chaude finissait d'enlever les traces de boue et de vase sous ses pieds. Louison lui versa un nouveau seau d'eau tiède sur la tête. Ses cheveux reprirent leur teinte habituelle.

    Contrairement au tout venant à cette époque qui pensait que le bain était nocif, elles se fiaient au textes antiques ventant les vertus de l'hygiène. Leurs bains suscitaient soucis et amusement dans la maisonnée et alentour. C'était avec tout le reste une de leurs bizarreries. Celle-ci suscitaient le rire derrière leur dos. Elles ne s'en formalisaient pas.

    Coraline sortit de l'eau. Louison l'enveloppa dans une serviette et la laissa se sécher. Elle enfila une chemise de nuit propre et s'assit sur son lit. A coté d'elle, Louann tentait de démêler les cheveux de Mya et Garance s'occupait d'Alix.

    Celle-ci, à peine rentrée avait été prise d'une énorme crise de panique. Il avait fallu la maintenir au sol pour lui faire avaler son remède. A présent, elle avait cessé de prononcer des mots sans suite, mais n'arrêtait pas de trembler. Garance la serrait dans ses bras en la berçant doucement. Les yeux mi-clos, elle s'apaisait peu à peu.

    Quand elle se fut endormie, elle rabattit les couvertures sur elle et se rassit à ses cotés, évitant les regards inquiets de ses soeurs.

    "Ce n'est rien. Demain, il n'y paraîtra plus."

    Louann lui adressa un léger sourire. Et vint s'asseoir à coté d'elle. Mya et les jumelles firent de même. Serrées dans le grand lit, elles se sentirent plus à l'aise, dans la chaleur des unes des autres. Tranquilles. Là, elles pouvaient parler.

    "Hé bien, commença Louann, je crois que nous avons eu plus de chance que ce pauvre passeur.
    - Oui, reprit Louison, nous au moins, nous n'avons pas perdu la tête.
    - Mais pourquoi à ce moment, et à cet endroit là ?, demanda Coraline
    - Au bord du Rhône et dans les broussailles, c'est assez discret, murmura Garance, tout en sachant que l'effervescence que son acte allait provoquer lui permettrait de fuir.
    - Certes, poursuivait Louann, mais pourquoi nous ? Vous ne croyez-pas que le tueur de rousses ?"

    Un silence se fit. L'angoisse s'installa imperceptiblement. Mais Louann chassa finalement le doute.

    "Non, le tueur de rousse ne procède pas de cette façon. Il s'en prend toujours à des femmes isolées. C'est nous donner trop d'importance. Je pense que nous avons juste été là au mauvais endroit et au mauvais moment. Ce qui ne nous empêche pas de redoubler de vigilance. Le prévôt nous l'a encore répété."

    Elles hochèrent la tête. Oui, elles ne le savaient que trop bien. Le silence retomba. Louann alla chercher son matériel de broderie et Mya son luth. Coraline retourna à sa table broyer les herbes dont elle extrayait les pigments nécessaires à ses peintures. Garance prononça une prière pour le repos du malheureux passeur et Louison s'assoupit.
    Dernière modification par Althéa ; 12/05/2009 à 22h29.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Alix se réveilla en fin d'après midi. La lumière déclinait mais on y voyait encore bien. Ses soeurs n'avaient pas bougé. Elle se frotta les yeux. Il régnait dans la pièce un moment d'éternité. Le temps, sans qu'elles le sachent venait de se suspendre. Pour elles seules seulement. Elle sourit. Son imagination ranima les couleurs, chassa toute trace d'ombre. Heureuse du tableau, elle se leva. Puis, devant l'air intrigué des autres, elle s'expliqua.

    "J'ai envie de faire du cerf-volant"

    Plusieurs secondes passèrent. Mya reposa doucement son luth, Coraline abandonna son pilon, Louann ses travaux astreignants de couture. Quelques minutes plus tard, elles se tenaient au milieu d'un champ en chemises de nuit, le nez en l'air.

    Alix et son cerf-volant. C'est elle qui avait assemblé ses matériaux un par un. Des armatures légères, beaucoup de voilage, quelques plumes. Louison et Coraline y avaient ajouté des couleurs. Rien de plus. .

    Et le ballet, comme chaque fois se mettait en place. Commencer à dérouler la ficelle doucement, pour l'emmener sur les chevaux du vent. Se tourner pour lui faire prendre la courbe. Comme un oiseau, trouver les courants ascendants. Et tout d'un coup, changer de sens pour le surprendre, tout bouleverser. Mais ne pas lâcher prise. Voler, danser.

    Au bout de la ficelle, Alix n'avait plus les pieds sur terre. Non, elle était là-haut, où rien ne pouvait l'atteindre. Ses soeurs observaient le ballet, les yeux écarquillés et le sourire aux lèvres. Alix rayonnait. La lumière jouait avec ses cheveux de flamme et faisait briller ses yeux. Dans ces moments là, leur soeur était presque normale. Non, pas normale, mais au dessus des autres. Une sorte d'ange étrange tombé du ciel. Alix n'était pas de ce monde.
    Une rafale soudaine lui fit cependant perdre le contrôle et expédia le cerf-volant dans un arbre.

    En quelques secondes, les six couraient vers l'arbre en riant. Mya prit la tête des opérations. Elle grimpa avec agilité dans les frondaisons. Quelques secondes plus tard, ses soeurs l'entendirent hurler. Elle descendit doucement, sans le cerf-volant. Son visage pâle comme la mort, contrastant plus que jamais avec ses cheveux de jais. Elle articula doucement.

    "Là, un cadavre ... dans l'arbre ..."
    Dernière modification par Althéa ; 13/05/2009 à 07h55.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Ses soeurs avaient pâli d'un coup. Alix poussa un cri inarticulé et se réfugia dans les bras de Garance. Les jumelles se rapprochèrent instinctivement l'une de l'autre. Louann leva la tête. C'est alors qu'elle le vit.

    Au dessus des frondaisons, bien visible de la route - les jeunes femmes, tout à leur amusement ne l'avaient pas remarqué - on avait accroché un cocker. Les quatre pattes clouées, il pendait la tête en bas, dans une grotesque parodie de crucifixion. Auparavant, on avait offert au chien roux son premier sourire d'une oreille à l'autre.

    Doucement, Mya ouvrit une main écorchée par les branches. Quelqu'un, sur un morceau de vélin taché de sang avait tracé ces mots.

    "Partez tant qu'il est temps. Premier avertissement".

    Dans un geste rageur, Mya voulut déchirer le parchemin mais Garance l'en empêcha. Comme la jeune fille l'avait présumé, le texte s'adressait bien à elles. L'analogie n'en était que trop clair. On voulait les effrayer, ou les mettre en garde. Sûrement les deux.

    "Attends. Je sais que ce n'est pas agréable mais il vaut mieux le garder. Je le montrerai demain au prévôt pour voir ce qu'il en pense"

    Louann hocha la tête, l'air grave. Autour d'elles, le monde avait perdu de sa magie, de sa couleur. L'endroit qui leur avait paru féerique leur apparaissait soudain hostile. Elles se dépêchèrent de rentrer.

    Elles furent à peine arrivées chez elles que la pluie se mit à tomber, obscurcissant définitivement leur horizon.

    Alix alla s'asseoir dans un coin, se balançant lentement d'un coté de l'autre, étrangère. Quand Garance voulut la réconforter, elle la repoussa et s'enferma dans ses pensées. Autour d'elle, il n'y avait plus que la couleur noire.

    Assises sur le lit, les jumelles se taisaient. Louison pleurait doucement, Coraline serrait les poings. Louann, à coté d'elle rangeait ses travaux d'aiguille. Mya tirait des notes discordantes de son luth et Garance faisait les cent pas.

    "Alors, quelqu'un nous en veut et veut que nous partions, finit elle par dire, pour le moment, il s'en tient à des menaces. Ce qui viendrait appuyer l'hypothèse que ce qui s'est passé sur le Rhône n'était pas pour nous. Du moins, c'est ce que je pense. Et ...
    - Et moi, je crois qu'il ne s'en est pas tenu à des menaces.", l'interrompit Coraline.

    Ses soeurs, se retournèrent d'un bloc et levèrent leurs yeux vers elle. Louison hocha la tête. Coraline poursuivit.

    "Cela fait plusieurs mois que quelqu'un arpente notre maison, la nuit.
    - Une ombre tout au plus, des bruits. Nous l'entendons. Et chaque fois que nous prenons notre courage à deux mains pour le confondre, il disparaît, poursuivit Louison.
    - Nous pensons qu'il s'agit d'un fantôme.
    - Ou de quelqu'un qui cherche quelque chose"

    Les jumelles frissonnèrent.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Les jumelles frissonnèrent. Louann allait intervenir quand la porte s'ouvrit à la volée, les faisant toutes sursauter. Leur père fit irruption dans la pièce. Les yeux presque exorbités, échevelé, inquiet.

    "Guillemot m'a averti. Comment allez-vous ? Surtout, ne me cachez rien, je veux savoir."

    Garance se leva d'un bond. L'espace d'un instant, il ne la reconnut pas. Qui était donc cette grande jeune femme en chemise de nuit et aux cheveux courts ? Pas Garance tout de même.

    "Et si, c'est moi", dit elle pour lever le doute.

    Ils se regardèrent pendant de longues minutes sans trop savoir quoi dire. Cela faisait tant de temps qu'ils ne s'étaient pas adressé la parole, et qu'elle était fâchée. C'est finalement lui qui se détourna avec un sourire.

    Il les regarda tour à tour pour s'assurer de leur bonne santé. Alix avait levé la tête et lui avait souri. Garance, les jumelles, Louann et Mya. Quelque part, elles étaient ce qu'il avait fait de mieux. D'un autre coté, il n'avait jamais vraiment su les comprendre. Toujours, il avait gardé une distance.

    Même s'il le déplorait, il n'était pas homme de discours, et très démonstratif. S'il lui arrivait arrivait de se dévoiler, c'était par petites touches. Et cela par des biais détournés. Les voir lui rappelait souvent ses errances, ses manquements. Il ne s'attardait pas auprès d'elles. Souvent, il essayait de se rattraper avec des cadeaux, des gestes d'attention. Et cette fois là, il avait justement rapporté un présent.

    Il sortit un livre de sa poche et s'approcha des jumelles.

    "Je l'ai trouvé, il est là. C'est qu'il se vend presque sous le manteau à présent."

    Coraline prit le livre qu'il lui tendait. Louison l'embrassa sur la joue.

    "Gargantua !, s'exclama Louison, mais nous sommes gâtées.
    - Il a dû coûter une fortune, reprit Coraline gênée, je crois que tu n'aurais pas dû, papa."

    Le visage de l'homme s'illumina d'un coup.

    "Mais si. Aujourd'hui, je peux vous le dire. Bientôt, nous serons riches, vous verrez."

    La fratrie sourit au vieil homme avec indulgence. Devenir riches ... Cette ambition ne les avait jamais vraiment tiraillées. Tout ce qu'elles souhaitaient, elles l'avaient déjà. Même si elles ne vivaient pas dans l'opulence, qu'elles avaient recours à leur force plutôt qu'à celle de domestiques pour les travaux domestiques, si leur table n'était pas chargée de victuailles et si elles n'organisaient jamais de réceptions fastueuses, elles avaient un toit au dessus de leur têtes où elles étaient en sécurité, non loin les unes des autres. Et cela suffisait. Mais, par respect pour lui, elles se contentèrent de sourire et de hocher la tête. Il sourit brièvement en retour.

    Puis, prenant conscience qu'il n'avait plus rien à dire, il dansa d'un pied sur l'autre, comme à son habitude.

    "Oh, j'allais oublier, dit il avant de quitter la pièce, vos cousines m'ont fait part de leur désir de vous rendre visite. Quant à moi, je serai absent quelques jours. Mais nous nous verrons sûrement demain à la messe."

    Et il partit comme il était venu.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  16. #16
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Le lendemain était jour de messe. Les villageois s'étaient rassemblés sur le parvis de l'église Saint-Maurice, dressant fièrement jusqu'au ciel ses tours et sa façade nouvellement achevée. Le frimas et les péripéties macabres de ces derniers mois avaient découragé un bon nombre de fidèles. On se terrait chez soi, priant pour que que la tranquillité revienne avec les beaux jours. Et à part la fratrie, aucune rouquine n'avait osé pointer le bout de son nez.

    Sur le parvis, les langues et les regards se déliaient. Les soeurs faisaient l'objet de nombreuses conversations. L'incident du bac avait fait parler de lui. On les épiait à la dérobée, guettant leur réaction, sans pour autant se mêler à elles . Au contraire, on les fuyait, comme si elles avaient été atteintes d'une maladie infectieuse et mortelle. En ce beau dimanche, il ne faisait pas bon être roux. Et on les fuyait comme la guigne.

    Les soeurs, comme à leur habitude faisaient semblant de rien. Louann retrouvait des visages devenus lointains. Là, dans un coin, le prévôt, sa femme et son jeune fils. L'enfant, toujours dehors était une sorte de petit sauvage, toujours à courir par monts et par vaux. Les cheveux ébouriffés, le regard lointain, il n'avait pas l'air d'avoir changé. Non loin d'elle, la famille de Guillemot. Leur vieille mère souffrant de la goûte qui avait de plus en plus de mal à venir. Jean-Loup, le grand frère. Robuste, dévoué, amical, brute, toujours le mot pour rire. Une force de la nature. Et les jumeaux Hugues et Johann dont le comportement rappelait celui des jumelles. Un peu plus loin, une famille au complet, vivant non loin de leurs terres. A la première occasion, ils conspuaient contre elle, guettant la moindre occasion pour multiplier les ragots. Et ils n'en manquaient pas. Le père, la mère, quatre gaillards solides. Souvent, ils leur lançaient des pierres et leur cassaient des vitres, en compagnie d'autres enfants de la ville. Rien de bien méchant, somme toute. Tant qu'on n'en venait pas au meurtre ... Perdu dans la foule, il y avait aussi Anselme, l'érudit qui secondait le prêtre dans tous ses déplacements. Un homme obséquieux, débordant de foi. Il ne lui avait jamais vraiment inspiré confiance. Il y avait aussi d'autres familles dont elle avait oublié les noms mais qui visiblement ne les avaient pas oubliés. Ils se signaient en prononçant leur nom.

    Mya était allée saluer la famille de Guillemot. Petite, brune, des yeux d'ange. Le monde avait tôt fait de s'habituer à sa présence. Discrète naturellement, elle savait se rendre invisible quand il le fallait. Pour les uns et les autres, elle n'avait pas vraiment de rapports avec la famille. Tout simplement à cause de l'absence de cheveux roux. Les jumelles quant à elles ne bougeaient pas. Des commentaires étaient parvenus jusqu'à leurs oreilles et les avaient blessées. Si Coraline voulait intervenir, Louison au contraire aspirait au calme. Pour le moment, elle retenait sa soeur par la main. Mais sa douceur avait du mal à compenser les mots qu'elles avaient entendus. Des larmes vinrent aux yeux de Coraline. Larmes qu'elle essuya d'un geste rageur. Louann était allée parler à l'homme d'église. Celui-ci attendait le rassemblement de ses ouailles, attendant le moment opportun pour les faire entrer dans la maison de Dieu. Alix, quant à elle, demeurait impassible. A coté de ses soeurs, elle affichait son habituel sourire. La nuit avait chassé ses peurs et ses doutes. Et, contre les mauvaises pensées de mauvaises gens, elle avait son bonnet.

    C'était un bonnet de laine bleue que sa mère lui avait tricoté, peu de temps avant de mourir. Elle le portait chaque jour, quelque soit la saison, chaque fois qu'elle était confrontée au monde. Et il la protégeait. Oui, il était magique, du moins elle le pensait. Avec lui, quoi qu'il se passe, elle gardait la tête au chaud.
    Dernière modification par Althéa ; 30/05/2009 à 19h09.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  17. #17
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Le prêtre, d'un geste invita ses fidèles à le suivre. La foule afflua en bon ordre pour prendre sa place. Les respectables devant, les responsables au milieu, les infréquentables derrière. Il y avait un grand un grand espace vide du coté des six soeurs. A part la famille de Guillemot, les autres évitaient les bancs devant, derrière, ou celui d'à coté. Louann avait pris la chose avec philosophie, Coraline comme un affront, Louison comme une variable comme une autre, Garance s'en étonna un peu et Mya soupira.

    Alix quant à elle réagit à sa façon. Sans crier gare, elle se leva et alla s'asseoir à coté d'un petit groupe. Lequel, après quelques regards de plus en plus inquiet se leva à l'unisson pour aller s'asseoir un peu plus loin. Alix, sans se décourager se releva et revint se poser à coté d'eux. Ils déménagèrent aussitôt. Elle allait se relever quand une petite main attrapa la sienne. En se retournant, elle vit Matthieu, le fils du prévôt. Celui-ci la gratifia d'un petit sourire et sortit quelque chose de sa poche. Elle manqua s'étrangler de rire en voyant qu'il s'agissait d'un bonnet. Un clin d'oeil et il s'assit à coté d'elle. Il n'avait pas lâche sa main.

    La messe se passa, interminable et paisible. A la sortie, le soleil scintillant parmi les ormes incita les gens à s'attarder. La petite place de l'église s'emplit d'un petit monde bariolé, en costume du dimanche.

    Le prévôt et sa famille avaient rejoint les jeunes femmes. Une famille plutôt harmonieuse mais peu assortie. Le prévôt était brun et trapu autant qu'elle était élancée et blonde. Elle avait un accent lent et roucoulant du sud et lui un parler à couper au couteau. Leur fils était un brillant mélange des deux. Plutôt fin mais robuste, des cheveux châtains clairs. Que demander des plus. Tout naturellement, le prévôt alla trouver Garance.

    "Ma soeur, dit il après un léger salut, tout à l'heure, si tout va bien, je vous emmène pêcher.
    - Oooooh !, commentèrent les jumelles d'une seule voix.
    - Au bord du Rhône, nous serons à l'ombre et loin des oreilles indiscrètes.
    - Aaaaaaaah !"

    Matthieu éclata de rire. Garance se tourna vers les autres scandalisée.

    "Pardonnez-moi, messire. Chacun porte sa croix, et moi, je porte mes soeurs."

    Tollé général chez les autres. Se fut à son tour de rire. Les autres croisèrent les bras et lui tournèrent le dos. Elle les entendit glousser.

    "Je crois qu'elles s'en remettront, se reprit-elle au bout d'un moment, pêcher pour une nonne. Mais est-ce vraiment convenable ? J'en entends déjà certains jaser et faire de gros yeux.
    - Oh, ils se tairont quand en voyant la bonne friture que vous aurez rapporté" roucoula Alicia.

    Garance fit semblant de peser le pour et le contre. Bien sûr, d'un coté, elle avait envie d'un moment tranquille en bonne compagnie. D'un autre coté, elle devinait que le prévôt n'allait pas lui parler de choses agréables.

    "Je viendrai, je pense, finit-elle par se décider, mais après déjeuner.
    - Soit. Je viendrai vous chercher."

    Il allait tourner les talons quand la cloche se mit à sonner. Cela ne ressemblait en rien au bourdon joyeux accompagnant la sortie de la messe. Non, lourd et funèbre sonnait le glas. Un coup, deux, trois ... La foule se figea, l'oreille aux abois. Quatre, cinq, six, sept. Louison prit la main de Coraline dans la sienne et la serra fort. Matthieu se blottit dans les bras de sa mère. Autour, on frissonna. Sept, huit, neuf, dix, onze, douze. On respira sensiblement. Et tout à coup, le dernier coup retentit, porteur de malheurs et de malédictions à venir. Treize.

    Les gens s'entre-regardèrent. Des murmures commencèrent à s'élever. Et très vite, on commença à chercher les responsables d'une telle diablerie. Et ils furent tout de suite désignés. Des regards acérés se perdirent en direction des rouquines. Des "sorcières" commencèrent à fuser. Le septuor se regroupa, vite rejoint par la famille du prévôt et de celle de Guillemot, formant un rempart protecteur autour d'elles.

    "Mesdemoiselles, vous devriez partir", leur intima le prévôt.

    Si Louann, Louison et Mya hochèrent la tête, Coraline, Garance et Alix n'étaient pas disposées à s'en aller. Les unes à coté des autres, elles défiaient la foule du regard. Non, ce n'était pas à une foule écervelée et avide de persécutions qui allait décider si elles allaient s'en aller ou pas.

    En face d'elles, un petit groupe commença à se former, les poings serrés. Alors, les trois autres vinrent se place à coté de leurs soeurs. Sans le montrer, Louann était au comble de l'effroi. Ces gens étaient prêts à se battre, voire pire. Ces gens, qu'elle avait fréquenté durant de si nombreuses années avaient peur. Trop d'effroi, trop de mystères tapis autour d'eux. Ils n'avaient que la foi pour éloigner la peur du noir. Et que les persécutions pour la vaincre. Parfois, la peur menait au pire.

    Le prévôt vint se placer devant elles, pour prévenir tout débordement. A ce moment, le prêtre sortit, le visage décomposé. Lui aussi avait entendu les treize coups. Il était monté voir là-haut, du coté des cloches qui était le mauvais plaisantin. Mais il n'avait trouvé que la corde se balançant au dessus du vide ...

    En voyant l'échauffourée qui se préparait sur son parvis, il se dirigea entre les groupes et leva les mains en signe d'apaisement. Puis, d'une voix ferme mais douce, il envoya chacun prolonger ses prières en sa demeure. La foule se dispersa. Ne restèrent bientôt que les rouquines, leurs amis et le prévôt.

    Elles attendirent que la place soit vide pour se remettre en route. Elles étaient presque arrivées chez elles quand une pierre surgie de nulle part frôla Louison, lui éraflant méchamment l'oreille. Le groupe se retourna. Comme par enchantement, l'agresseur s'était enfui. Elles n'entendirent que des rires et des bruits de pas.

    "Heureux les simples d'esprit", souffla Garance.

    Elle se retourna pour examiner l'oreille de sa soeur. La plaie saignait abondamment mais n'était pas profonde. Et déjà, Coraline y avait appliqué son mouchoir. Le reste du parcours s'effectua dans un silence maussade, mais sans autre incident.
    Dernière modification par Althéa ; 18/05/2009 à 10h06.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Le déjeuner eut grise mine et fut vite expédié. Les incidents à l'Église leur avaient coupé l'appétit. Seule Alix mangeait avec un enthousiasme qui faisait plaisir à voir. Louison et Coraline en revanche, avaient refusé de passer à table et s'étaient retirées dans leur chambre. S'isoler ensemble après des moments rudes était leur seule façon de s'apaiser. La plaie à l'oreille de Louison avait cessé de saigner mais elle continuait de porter à l'oreille le pansement que sa soeur lui avait confectionné.

    Dans la cuisine, Garance s'efforçait de détendre l'atmosphère en faisant la conversation. L'objet en était pour le moment Louann qui picorait dans son assiette avec une application nerveuse.

    "Alors, comment se passe ta vie avec ton homme, es-tu heureuse ?"

    Louann releva les yeux de son assiette et hocha doucement la tête.

    "Oui, on peut dire que je suis heureuse. Eric passe peu de temps au clos et me laisse énormément de latitude. Oui, je suis une femme comblée."

    L'espace d'un instant, Garance entrevit une ombre grise passer dans ses yeux. Mais Louann, reprit rapidement contenance et lui sourit. Mais elle n'était pas dupe. Quelque chose clochait. Son regard croisa celui d'Alix qui secoua la tête avec un soupir.

    "S'il-vous plaît, parlons d'autre chose", soupira Louann.

    Son regard se posa sur Mya. Mya, la plus petite et paradoxalement, la plus indépendante. La plus sauvage aussi. Elles l'avaient accueillie trois ans après sa naissance, le temps que leur mère pardonne et accepte le fait qu'elle existait. Avant, elle avait été élevée par une nourrice. Elle se souvenait de son arrivée au domaine, frêle silhouette aux yeux écarquillés et aux cheveux sombres ébouriffés, regardant le monde autour d'elle avec méfiance. Paradoxalement, se fut leur mère qui perça la première ses défenses. Elle la voyait encore la suivre partout, pleurant quand elle la perdait de vue. La seconde à l'avoir adoptée avait naturellement été Alix. Sa douceur et son enthousiasme naturel l'avaient conquise. Ensuite, elle s'était sentie en confiance et s'était adaptée. Quatorze années après sa naissance, elle était partie intégrante de la fratrie. Même sa chevelure très brune donnait l'impression d'être rousse. Seul son comportement d'enfant sauvage ne l'avait pas quittée ...

    "Et toi Mya ? Comment se passe le théâtre ?"

    La jeune fille soupira, projetant des miettes de pain devant elle et prit le temps de déglutir avant de prendre la parole.

    "Hé bien, ça ne m'intéresse plus. J'en ai assez de me déguiser en homme pour ensuite jouer le rôle d'une fille. D'ailleurs, je me demande pourquoi on interdit les femmes sur scène. C'est bien connu, nous nous débrouillons bien mieux qu'eux."

    Garance sourit. En cela, Mya ressemblait beaucoup aux jumelles.


    "En fait, c'est pour cela que l'Elglise nous ferme tant de portes. Pour ne pas que les hommes voient que nous faisons tout mieux qu'eux !"

    Alix éclata de rire.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  19. #19
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Le repas fini, les quatre soeurs allèrent s'asseoir sur le banc, à coté de la maison. Il était, par temps de grand soleil un de leurs endroits préférés. Au dessus, sur une tonnelle s'entrellaient glycine et lilas blanc, embaumant l'atmosphère de leur subtile étreinte. Le temps s'écoula paresseux, jusqu'à ce que le prévôt vienne chercher Garance. Elle le suivit de bonne grâce, quelque peu inquiète toutefois.

    Il l'emmena au bord du Rhône, à l'abri des saules et des roseaux. Il lança les lignes, puis, comme elle avait glissé dans l'eau l'avait repêchée, il la fit s'asseoir.

    "Hé bien, ma Soeur, dit il en riant, si j'avais su que vous vouliez vous baigner, je vous aurais apporté une serviette."

    Elle sourit légèrement et ôta sa collerette afin de la faire sécher.

    "S'il vous plaît, vous ne m'avez pas emmenée ici pour louer mes talents de nageuse, ni même pour me parler friture, il me semble. Oh, et au fait, appelez-moi Garance, ce sera plus pratique pour nous deux."

    Elle lui sourit pour atténuer la sécheresse de sa demande. Il se reprit.

    "Hé bien, exactement. Je ne vous ai pas fait venir pour vous compter fleurette. Je ne devrais pas vous parler de tout cela mais je ne peux pas me confier au prêtre qui penserait qu'il s'agit de l'oeuvre du diable alors que je cherche quelqu'un de bien vivant.
    - Et avez-vous quelques idées pour que vous vous en remettiez à dieu ?" grinça-t-elle.

    Il fronça les sourcils et l'espace d'un instant, elle crut qu'il allait s'emporter, mais il secoua la tête.

    "Non, mais il me semble qu'il s'agit de quelqu'un de lettré. Quelqu'un qui connaît parfaitement la bible. Voyez : la première victime a été tuée non loin de Valence. Quelqu'un l'avait égorgée, puis suspendue à un arbre, par les cheveux.
    - Laissez-moi deviner, l'interrompit la religieuse, nous avons affaire à une imitation de la fin d'Absalon, le fils de David. Il se pendit accidentellement par ses cheveux alors qu'il chevauchait ...
    - On ne peut rien vous cacher, s'enthousiasma le prévôt, la seconde a été retrouvée, un peu plus près de chez-nous. On lui avait coupé les cheveux.
    - C'est ce qui permit aux Philistins de battre Samson, avec la traîtrise de Dalilha."

    Le prévôt hocha la tête, l'air sombre.

    "Il y a eu plusieurs autres victimes. L'une avait des sauterelles plein la bouche, une autre a été retrouvée pendue, une autre poignardée. A chaque fois, les corps se trouvaient de plus en plus près d'ici. Il se rapproche. C'est pour cela que je vous prie de rester prudentes."

    Garance hocha la tête.

    "Un seul des meurtres reste pour moi une énigme." finit-il par dire, après un temps de silence.
    Elle attendit en silence, les yeux élargis. Après les plaies d'Egypte, la mort de Judas et le meurtre de Caïn, quel scène de la bible avait-t-on rejoué ?

    "La dernière en date avait les cheveux exagérément parfumés. J'avoue que j'ai du mal à comprendre.
    - Moi pas, répondit-elle l'air sombre, notre assassin a simplement voulu reprendre l'épisode où Marie-Madeleine a oint la tête du Christ.
    - Je vois ..., j'aurais préféré que notre homme cesse avec sa macabre suite. J'aurais aimé voir qu'il avait quelque peu dévié.
    - Pointilleux, minutieux, maniaque, poursuivi par son obsession", conclut Garance.

    Elle frissonna. La main du prévôt vint se poser dans la sienne. Elle la retira doucement, mais fermement. Il ne sembla pas le remarquer.

    "Et vous, qu'êtes-vous devenue durant cette année, ma chère Garance ?
    - Hé bien, disons que je m'habitue. Mais il m'est difficile de ne pas voir toutes les personnes qui font partie de mon quotidien, surtout mes soeurs. D'un autre coté, c'était le prix à payer pour ne pas perdre ma liberté. Après coup, je me demande ce qui était le pire.
    - Voudriez-vous revenir dans le siècle ?"

    Garance soupira. La main du prévôt revint se poser sur son épaule. Elle le regarda interdite.

    "Oui, j'avoue que j'aimerais. Au lieu de me fâcher et prendre la décision de mon père comme un affront, j'aurais du discuter avec lui. Il serait revenu sur sa décision. Du moins, c'est ce que suppose. Il était aussi embêté que moi."

    Elle eut un rire amer.

    "Elles me manquent, vous savez ? Même nos voisins me manquent. Même vous, vous me manquez"

    La bouche du prévôt se posa soudain sur la sienne. Elle fut si surprise qu'elle fut incapable de bouger. Doux, passionné. Et ses caresses lui firent fermer les yeux. C'est alors qu'elle se souvint qu'il n'était pas à elle. Et l'énormité de la situation lui apparut dans toute son horreur. Elle se dégagea d'une secousse.

    "Non mais, ça va pas ?, hurla-t-elle en se remettant debout, est-ce ainsi que vous avez juré fidélité à votre femme ?"

    Il baissa la tête gêné. Elle leva les yeux au ciel.

    "Garance, je suis désolé. Mais depuis très longtemps, je n'arrive pas à vous oublier. Dites-moi ce que je dois faire."
    - Prier, beaucoup prier, répondit elle avec amertume, et retourner à votre femme."

    Ses yeux descendirent malgré elle.

    "Oh, et prendre un bain d'eau froide pour faire retomber tout ça".

    Elle fit volte face et s'en fut sans demander son reste.
    Dernière modification par Althéa ; 17/05/2009 à 15h20.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  20. #20
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : Histoire policière sans titre

    Garance rentra au domaine trempée, avec en tête un fort sentiment de culpabilité. Et comble du comble, elle avait oublié sa collerette. Elle se sentit on ne peut plus idiote. Pourquoi avait-elle accepté pareille invitation ? Bien sûr, elle ne se doutait pas de ce qu'elle allait provoquer. Mais ne l'avait-elle pas incité en acceptant la partie de pêche ?

    Sans plus s'attarder, elle regagna l'atelier à grands pas furieux. Louann avait repris son travail de broderie. Mya raccordait son luth. Coraline et Louison, leur livre à la main se disputaient.

    "Non, Jean n'est pas un saint, protestait Louison, je te concède que sans lui, l'abbaye de Seuilly aurait été envahie sans son aide. Mais était-ce une raison pour massacrer les blessés et d'autoriser les moinillons à achever les survivants avec un petit couteau à noix ?
    - Non, mais je crois que c'est ce que Rabelais veut dénoncer quand il l'appelle Saint Jean, répliqua Coraline, ce n'est pas pour rien qu'il le surnomme Saint Jean des Entommeurs. Le Saint Jean des massacreurs. Pour démontrer les atrocités perpétrées au nom de la religion. Comprends-tu ?"

    Louison hocha la tête et porta la main à son oreille. Oui, elle le savait. Même si c'était difficile à admettre. Coraline soupira.

    "Hé bien, plaisanta Garance en se débarassant de sa robe trempée, vous devriez arrêter les livres. Comme ça, vous n'auriez plus de sujet de discorde.
    - Oh, ce n'est pas un sujet de discorde, s'insurgea Coraline
    - Nous argumentons, poursuivit Louison.
    - Et Alix arbitre" conclut sa soeur.

    Les jumelles regardèrent autour d'elles, soudain inquiète.

    "Mais où est Alix ?", demandèrent-elles d'une seule voix.

    Une angoisse glacée s'empara soudain de la fratrie. Toutes se levèrent d'un bond. Mues par un mauvais pressentiment, elles arpentèrent les pièces en criant le nom de leur soeur. Mais pas de réponse. Leurs pas les menèrent jusqu'à la porte de sa chambre, un réduit où elle venait se réfugier quand ses crises étaient trop fortes. La porte était fermée. A l'intérieur, elles entendirent du bruit.

    "Alix ?", appela doucement Louann.

    Toujours pas de réponse, elle se tourna vers ses soeurs. L'inquiétude l'avait rendu si pâle que ses tâches de rousseur paraissaient noires.

    "Comptons jusqu'à trois. Et après, ouvrons."

    La porte s'ouvrit à la volée. Ce qu'elles virent les laissa d'abord sans voix, les yeux écarquillés. Garance se signa et détourna la tête. Guillemot se leva d'un bond et attrapa la première chose qui lui tomba sous la main. Un oreiller. Peu pour cacher toute son intimité. Mais au moins, cela masquait le principal. Alix vint se placer devant lui, les joues empourprées.

    "Je ... , parvint à articuler Louann, nous sommes désolées.
    - Oui, reprit Louison le feu aux joues, nous ne savions pas.
    - Non, intervint Coraline, nous ne savions pas
    - Nous sommes désolées, ajouta Mya
    - Oui, tellement désolées, compléta Garance
    - Et si vous nous laissiez ?" conclut Alix avec un petit sourire.

    Elles hochèrent la tête et seraient restées là encore une longue minute si Louann ne s'était pas reprise. Retrouvant ses esprits, elle prit ses soeurs par le bras et les emmena hors de la pièce.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  21. #21
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    Elles retournèrent s'asseoir dans l'atelier, le rouge aux joues et l'esprit troublé. Encore d'entre elle ne savait quoi dire, ni comment reprendre la parole. Coraline et Louison se plongèrent dans l'inspection de leurs chaussures, Mya dans celle du plafond, Garance enroula un châle autour de ses épaules et Louann alla se perdre dans la contemplation du jardin.

    "Hé bien, sacrée Alix", finit-elle par murmurer par murmurer.

    Les autres hochèrent la tête. Les jumelles se lancèrent un regard entendu avant de se décider à parler.

    "En fait, nous le savions, commença Coraline
    - Du moins, nous le supposions, commenta Louison.
    - Et cela ne date pas aujourd'hui.
    - Oui, du moins si l'on en juge les oeillades qu'ils se lancent
    - Ces deux là sont inséparables.
    - Et ils avaient tout pour s'entendre.
    - Et Guillemot est un homme de bien.
    - Toujours prêt à rendre service.
    - Il ne refuse aucune corvée, ni aucune course dont le charge papa.
    - Courageux, gentil et dévoué. Tout ce qu'il faut à Alix."

    Elles se sourirent et hochèrent la tête.

    "Ce n'est pas comme ce fourbe d''Anselm. Il riait sournoisement en jouant avec ses deniers." continua Mya.

    Garance sursauta et se tourna vers elle. Mya, si elle parlait peu était celle qui observait le plus. Ses grands yeux curieux saisissaient en un clin d'oeil les moindres détails. Et elle avait une mémoire phénoménale qui avait toujours enthousiasmé ses soeurs. Et elle ne prononçait jamais rien à la légère.

    Le fait qu'Anselm acceptait de l'argent était sommes toutes étrange mais pas impossible. Être croyant n'était pas synonyme d'incorruptible. Bien au contraire parfois.

    "As-tu vu où il se trouvait quand on a sonné les cloches ?"

    Elle prit le temps de réfléchir puis secoua la tête, catégorique.

    "Par contre, c'est après que je l'ai vu jouer avec ses pièces. Il y en avait beaucoup. Du moins, il avait l'air plutôt content de sa récolte. Dans tous les cas, je ne l'ai pas vu qui lui avait donné.
    - Alors de deux choses l'une, murmura Garance l'air sombre, en s'asseyant, il est peut-être notre sonneur de cloches ou notre lanceur de caillou.
    - Ou peut-être aucun des deux", souffla Louann.

    Garance acquiesça. A ce moment, Alix entra dans la pièce. Les pieds nus, les cheveux emmêles, mais des étoiles brillant de mille feu au fond des yeux. Dans sa robe bleue, aérienne, elle avait plus que jamais l'air d'un ange. Elles restèrent un long moment sans parler, gênées, s'attendant à des reproches ou pire, à une crise. Mais Alix leur sourit, montrant de ce fait qu'elle ne leur en voulait pas le moins du monde. Au contraire, le sourire de leur soeur se changea très vite en rire franc et clair dans lequel elles la rejoignirent toutes.

    Leurs cousines arrivèrent à la tombée du jour. Léonie, Clara, Olivia et Lucille habitaient à Lyon. Elles venaient avec leur charrette au moins une fois par semaine. Presque du même âge que la fratrie, elles ne manquaient pas une occasion pour s'amuser ensemble. Elles s'installaient toutes les trois dans un cabanon au fond du jardin. La maison s'emplissait alors de rires et de discussions sans fin.

    Léonie était la plus âgée du quatuor. Les cheveux d'un beau blond vénitien, la poitrine généreuse, le teint de porcelaine, elle était resplendissante de beauté. Lucille venait ensuite. Les cheveux très noirs, elle avait hérité du charme latin de son père. Clara quant à elle tenait d'avantage de sa mère qui avait hérité du même roux que sa soeur. Olivia était une petite, rousse, nerveuse et guillerette.

    Comme d'habitude, la table avait été mise sous la tonnelle et des lampions éclairaient la soirée d'une douce lumière. Le vin déliait les langues et les conversations allaient bon train.
    Dernière modification par Althéa ; 17/05/2009 à 22h40.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  22. #22
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    "Alors, comment va votre père, demanda soudain Léonie, a-t-il toujours dans l'idée de devenir riche ?"

    Les conversations s'arrêtèrent d'un coup. Mais la question avait été posée sans ironie méchante, mais par simple curiosité. Se fut Louann qui répondit la première.

    "Oh, tu le connais. Il a ses lubies bien à lui. Et avant tout, il veut nous mettre à l'abri du besoin. Mais pour répondre à ta question : oui, il caresse toujours ce projet."

    Léonie sourit d'un air bonhomme. Oui, elle connaissait le vieil homme et ses idées. Pour elle, c'était un homme taiseux mais sympathique, qui les laissait s'amuser autant qu'elles le voulaient avec ses cousines.

    "Et toi Garance, pourquoi es-tu sortie de ton monastère ?", interrogea Lucille.

    Garance interrompit derechef la conversation qu'elle tenait avec Olivia. Elle hésita quelques secondes avant de se lancer.

    "Ne le dis à personne mais je me suis enfuie. Mes soeurs sont venues me chercher. Elles voulaient m'avertir pour le tueur de rousses. Je suppose que vous avez entendu parler de cette affaire.
    - Et à juste titre, répondit Léonie, tout Lyon en parle. Nous ne sortons plus seules, même pour des simples courses. Nous vivons un véritable cauchemar. Chaque recoin de traboule nous paraît hostile. J'espère qu'il n'arrivera rien à aucune d'entre nous.
    - Que Dieu t'entende." souffla Garance.

    Vivante la soirée. Et les lampions firent danser les papillons noctambules jusqu'à une heure avancée de la nuit.
    A l'aube, Mya n'y tenant plus sortit pour soulager sa vessie. Les yeux au ciel, elle contempla les étoiles pâlir avant l'arrivée de l'astre solaire. Elle aimait cette heure indécise où l'impensable laissait place au possible. Elle sourit.

    C'est alors que des bruits parvinrent à ses oreilles. Des frottements dans les buissons, un bruit de pas. Elle se redressa d'un coup, remettant en place sa chemise de nuit. Elle regarda autour d'elle. Il n'y avait que les ombres. Pourtant, elle entendait toujours le bruit de pas. Il se rapprochait d'elle. Elle se mit à crier.

    "Laissez-moi tranquille. Je ne suis pas rousse. Et laissez aussi mes soeurs, ou vous allez le regretter."

    Les pas se rapprochèrent. Une main attrapa son poignet. Elle hurla et se retourna.
    Garance se trouvait devant elle, une lanterne à la main. Elle se blottit dans ses bras.

    "Mya ?, demanda-t-elle en la berçant doucement, mais que t'arrive-t-il ?"

    Sa soeur resta un long moment avant de répondre, le corps agité de frisson, elle avait du mal à parler.

    "Il y a quelqu'un ici. Quelqu'un qui nous espionne. Et qui nous veut du mal, je le sens."

    Garance leva sa lanterne pour percer les ténèbres. Mais les ombres se tapissaient dans l'obscurité.

    "Allons, c'est sûrement un animal nocturne, dit elle en prenant sa soeur par la main, à mon avis, il a eu aussi peur que toi. Maintenant, si tu veux bien, rentrons."

    Mya ne se fit pas prier. Sa nuit fut emplie de cauchemar et d'ombres rampantes. Le lendemain, Clara manquait à l'appel du petit déjeuner.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  23. #23
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    Elles la cherchèrent partout, séparées en petit groupe. Lucille, Léonie et Garance d'un coté, partirent chercher du coté du lavoir. Alix, Louann et Olivia allèrent plutôt du coté de la ville. Et les jumelles et Mya du coté du jardin.

    Le jardin. Cet endroit était une merveille pure. Tout dans un fouillis organisé en une ritournelle de couleurs. Saisons par saisons, les fleurs et les plantes se succédaient si bien que le jardin était vivant, été comme hiver. Un verger au milieu, là, une tonnelle, là un cerisier. Plus loin, un bosquet de fleurs sauvages. Des plantes médicinales. C'était bien sûr Alix, magicienne en ce lieu qui l'avait agencé. Et Louison, qui avait la main verte l'avait secondée. Mélodie universelle de couleurs et de parfums,kaléidoscope de motifs et d'arômes différents. Embaumant à toute heure et charmant les passants ...

    Se fut le dernier groupe qui retrouva Clara, assise sur un banc où elle avait passé la nuit. Elle leur tournait le dos. Avec un soupir de soulagement, elles allèrent doucement à sa rencontre. Elle ne réagit pas. Elle dormait, visiblement. Elles sourirent, soulagées.

    Mais quand Mya lui posa tout doucement la main sur l'épaule, Clara s'affaissa. Sa tête tomba et roula sur le sol. Longtemps, très longtemps, les cris des jumelles et de Mya résonnèrent dans le jardin.

    ***

    Partie trois.

    L'auberge était tapie au coeur d'une traboule. Le dîner prit à la hâte avait eu une saveur morbide et s'était déroulé dans un parfait silence. L'enterrement de Clara était prévu pour le lendemain. Les croques-mort avaient exigé ce délai pour "préparer le corps" - comme chacun le disait pudiquement. Mais tout le monde savait qu'on entendait par là lui rattacher sa tête. Léonie, Olivia et Lucille avaient préféré s'isoler avant l'enterrement. La fratrie était donc demeurée seule.

    Autour, les conversations les emportaient, montant et descendant de table en table comme des vagues ininterrompues, rompant pour quelques instants leur monotonie et leur faisait oublier le funeste sort de leur cousine.

    "Ce cher Rabelais a le feu au cul.
    - Il va falloir trouver une autre main d'oeuvre maintenant qu'ils disent que les Indiens ont une âme.
    - Mais moi, je te dis que c'est vrai. Cela s'appelle "chocolat", et toute la cour d'Espagne en raffole.
    - Oh, regarde-moi la table de rouquines, je me demande laquelle sera la prochaine. Dommage, elles m'ont l'air bien jolies.
    - En tout cas, la prochaine fois qu'ils lancent une expédition pour le nouveau monde, je m'embarque.
    - Moi, je trouve Gargantua totalement irrévérencieux. Ce fichu déterreur de cadavres devrait se repentir.
    - Si nous n'y prêtons pas garde, on va nous dire que la terre tourne autour du soleil.
    - Oui, elles sont vraiment très jolies. Même celle avec son bonnet bleu.
    - Heureusement, notre Église veille.
    - Si cela se trouve, ce sont des sorcières. Et elles vont t'ensorceler."

    Alix redressa la tête et posa sa fourchette, fixant l'homme qui avait prononcé les derniers mots. Enhardi par le vin, il ne baissa pas la tête. Un grand et bel homme dont l'habit de draps fins rappelait l'appartenance à la bourgeoisie. Avec un grand sourire, elle fit quelques gestes amples dans sa direction. Toutes le virent pâlir. Satisfaite, Alix se leva. Les autres l'imitèrent et toutes ensembles allèrent retrouver le calme réconfort de leur chambre.
    Dernière modification par Althéa ; 20/05/2009 à 08h22.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  24. #24
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    La nuit qui suivit fut morose et agitée. Elle se para d'une chaleur suffocante, peu propice au sommeil pour ensuite revêtir son habit d'orage. Une lumière crue illuminait le ciel, vite suivie par un fracas épouvantable. L'orage déchaînait sa colère au dessus de la ville.

    Mya se réveilla en sursaut. Elle resta un long moment tiraillée dans les limbes du rêve dont elle avait du mal à s'extraire. Un rêve horrible, dans lequel ses soeurs mouraient atrocement. Et, tapi dans l'ombre, quelqu'un riait. Elle se redressa sur les coudes. Non, ce n'était qu'un rêve. Ses soeurs étaient bien là. Et vivantes.

    A coté d'elle, Garance sur le dos ronflait légèrement à coté de Louann qui parlait en dormant. Tête-bêche Alix dormait, blottie dans les bras de Coraline. A coté, la place de Louison était vide.

    Les ténèbres de son rêve la reprirent d'un coup. Elle allait crier quand la lumière de l'orage éclaira la pièce, révélant un instant l'ombre de sa soeur. Louison se tenait devant la fenêtre, le nez en l'air. Les mains jointes, elle avait l'air de prier. Mya se leva et vint jusqu'à elle.

    Elle se tourna en l'entendant approcher. Ses grands yeux ressortaient à chaque explosion de lumière. Ils paraissaient agrandis sur son visage pâle.
    "Toi non plus, tu n'arrives pas à dormir"

    C'était plus une constatation qu'une question. Mya hocha la tête. Elle lui fit signe de venir à ses cotés.

    "Nous avons un bel orage."

    L'une à coté de l'autre, elles regardèrent l'orage se déchaîner. Explosions de lumière, grondements du tonnerre. Des ombres naissaient et mouraient dans la rue et dans la pièce. Jeu de lumière et d'ombre. Lumière ténébreuse et ombre lumineuse. Puis, le vent soufflant du sud dispersa l'orage et la colère du ciel laissa place à la pluie. En quelques secondes, la rue fut trempée. Elle regardèrent l'eau couler le long des gouttières et descendre en ruisseau le long des caniveaux.

    C'est alors qu'une silhouette encapuchonnée traversa la ruelle. Une fraction de seconde,, elle leva la tête et la lanterne éclairant la façade de l'auberge révéla ses traits. Les jeunes femmes eurent un mouvement de surprise. Mais déjà, l'inconnu était reparti dans l'ombre.

    "Est-ce que tu crois que c'est lui ?" demanda Mya au bout d'un instant de silence.

    Louison tenta de percer l'obscurité de la rue à la recherche de l'inconnu. En vain. L'ombre avait déjà englouti ses pas. Elle finit par secouer la tête.

    "Non. Que veux-tu qu'il fasse là ? Il serait venu nous trouver, tu ne crois pas ?"

    Mya hocha pensivement la tête. Pourtant, il lui avait semblé ...
    Dernière modification par Althéa ; 20/05/2009 à 08h21.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  25. #25
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    L'enterrement se déroulait sous un ciel paré de gris. De loin en loin, on apercevait quelques touches de bleu. Une lumière presque irréelle éclairait le cimetière.

    La foule était rassemblée devant la fosse, en habits noirs. Léonie effondrée pleurait dans les bras de Louann et les jumelles s'efforçaient de consoler Olivia et Lucille. Autour d'elles, la foule se tenait solennelle, au milieu des sanglots.

    Louann tenait Léonie dans ses bras. Sa cousine,blanche comme un linge lui semblait prête de s'évanouir. Les yeux fixes, elle scrutait la tombe comme si elle allait elle-même y tomber. Elle sursauta quand une main vint se poser sur son épaule. En se retournant, elle se trouva face à la femme du prévôt. Celle-ci, les yeux rougis par les larmes leur tendit les bras.

    "Chère Léonie, nous avons su. Je ne sais pas quoi te dire."

    Léonie, éclatant en sanglot vint s'y blottir. Louann, restée par le fait de coté s'éloigna un peu. Elle avait besoin de calme, de s'éloigner de cette fosse ouverte qui semblait l'appeler. Et par dessus tout, elle avait besoin de soutien. De son soutien. Mais une nouvelle fois, Eric n'était pas auprès d'elle. Oh, comme elle aurait souhaité qu'il soit là. C'est alors qu'elle le vit.

    Là, appuyé contre le mur du cimetière, en retrait. Silhouette longiligne et dégingandée aux cheveux blonds. Eric, on époux. Quand il croisa son regard, il lui fit signe. Non, ce n'est pas possible, il ne pouvait pas être là. Pour chasser l' illusion, elle se frotta les yeux. Quand elle regarda de nouveau du coté du muret, il avait disparu ...

    "Cet endroit morbide me provoque des hallucinations", pensa-t-elle en frissonnant.

    Seule Alix semblait s'accommoder de cette ambiance délétère. Un peu en retrait des autres, elle observait le cimetière. Pour elle, l'enceinte mortuaire déployait ses charmes les plus troublants. Là, sur une pierre tombale, une pleureuse releva la tête et lui sourit. Plus loin, un christ en croix lui fit signe. Une croix non loin d'elle se pencha sur son socle et caressa les cheveux d'un homme au passage. Elle sourit.

    C'est alors que tout près d'elle, un ange de pierre se mit à battre des ailes. Intriguée, elle lui fit face. Alors, sensiblement, la statue commença à changer. Lentement, la rigidité de la pierre laissa place à la chair. Des cheveux roux commencèrent à apparaître. Les yeux s'ouvrirent. Et soudain, Alix se trouva face à sa mère.

    Sa mère souriante et bien vivante, dans sa robe pourpre. Sa mère qui n'avait rien à voir avec le cadavre percé de coups de couteaux qu'elle avait retrouvé. Ce presque cadavre dont elle avait recueilli le dernier souffle. Elle n'avait pas vu son assassin s'enfuir.

    Sa mère vint jusqu'au bord de la tombe et s'assit. Elle regarda autour d'elle, inspirant profondément sans se soucier de la mort qui régnait autour d'elle. De la mort qui l'avait emportée. Elle murmura longuement dans l'esprit d'Alix hocha la tête en retour. Puis, doucement, elle retrouva son immobilité. De chair, elle redevint pierre. Et Alix s'évanouit.
    Dernière modification par Althéa ; 20/05/2009 à 22h27.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  26. #26
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    La carriole cahotait au rythme des ornières. Louann avait du mal à mener la vielle carne récalcitrante qui semblait chercher toutes les occasions pour leur meurtrir le dos et produisait des vents pestilentiels et tonitruants à intervalles réguliers. Assises sur le banc à coté d'elles, Mya et Garance se cramponnaient. Assises derrière, les jumelles encadraient Alix. Leur sœur n'avait ouvert les yeux que pour replonger dans le sommeil, une heure après. Rien, pas même les aspérités de la route ne semblait pouvoir la réveiller.

    "Je vous dis qu'il n'y a pas à s'inquiéter, intervint soudain Garance, coupant court au silence du trajet, vous l'avez vu aussi bien que moi, elle s'est contentée de jouer avec sa fourchette comme à son habitude. Dans quelques heures, il n'y paraîtra plus."

    Ses sœurs rassurées avaient hoché la tête. On n'entendit plus que les roues frottant contre les pavés et les pets du cheval.

    "Je n'aimerais pas être à sa place."

    La fratrie se tourna vers Mya qui, réalisant qu'elle avait pensé tout haut rougit jusqu'aux oreilles.

    "De qui parles-tu ?, demanda Louison intriguée.
    - De Léonie. Quand je suis sortie le fameux soir, avant que tu n'arrives Garance, je les ai entendues se disputer. A mon avis, c'est pour cela qu'elle est allée prendre l'air. Si je me disputais avec l'une d'entre vous et que vous mourriez par la suite, ça me rendrait malade."

    Garance fronça les sourcils mais ne pipa mot. Si Mya avait raison, Léonie devait vivre des instants horribles. Elle ne pouvait que se souvenir des traits livides de sa cousine, de son visage hagard. Oui, elle aussi serait malade si Dieu lui enlevait une de ses sœurs. Alix, murmurant dans son sommeil les fit sursauter.

    "Elle dit maman", murmura Coraline en caressant les cheveux de sa sœur, humides de sueur, pour l'apaiser.

    Les yeux de Louison s'emplirent de larmes. Les autres soupirèrent.

    "Et si tu nous chantais une chason, Mya ?" proposa soudain Louann.

    Pour une fois, la jeune fille s'abstint de refuser.

    "Dans le silence,
    règne l'absence,
    et le passé,
    et dans mon cœur, règne encore
    ta présence éclairée.
    Parce que mon âme,
    Malgré les drames,
    Ne veut pas oublier,
    Et je célèbre,
    Sourire aux lèvres,
    Ton âme qui renaît,
    Ton souvenir,
    Dans mon cœur chavire,
    Et jamais oublié …"
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  27. #27
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    Elles arrivèrent chez elles en fin d'après midi. L'air était lourd et chargé de menaces. Alix ne se réveilla que le temps de passer de la carriole à son lit. Les autres se rassemblèrent dans la l'atelier. Mais l'enthousiasme des retrouvailles s'était émoussé, laissant place à fort sentiment d'inquiétude. La maison des jour bénis de leur enfance était devenue en l'espace d'une nuit le théâtre d'un meurtre effroyable. Seule Louann parvint à se concentrer sur sa broderie. Louison se leva pour retourner à son travail de sculpture mais réalisa très vite qu'il lui manquait de la terre. Toute à l'angoisse des jours précédents, elle avait oublié de se réapprovisionner. Dépitée, elle retourna s'asseoir. C'est alors qu'elle vit Matthieu, franchir la barrière et venir jusqu'à leur porte d'un pas décidé.

    "Tiens, voila Matthieu."

    Aussi ravies de voir le fils du prévôt que de trouver dans sa venue une distraction bien venue, les soeurs se ruèrent sur la porte. Seule Garance, refroidie par ce qui s'était passé au bord du Rhône se montra moins pressée.

    L'enfant, habitué à voir la fratrie se déplacer en nombre ne parut pas décontenancé. Pourtant, il affichait un air inhabituel air triste qui augmenta le malaise de la religieuse.

    "Alix n'est pas là ?" finit-il par demander.

    Alix, et lui - elles le savaient toutes - avaient développé une complicité presque fraternelle. Ses traits retombèrent encore quand il les vit secouer la tête.

    "Alix est fatiguée, elle se repose, commença Coraline.
    - Nous avons eu une journée difficile, continua Louison.
    - Mais si tu veux la voir tu peux l'attendre avec nous.", finit par proposer Louann.

    Matthieu ne se fit pas prier. Une heure plus tard, c'est une Alix des mauvais jours qui entra dans l'atelier. La mine défaite, des ombres mauves sous les yeux. Son sommeil, peuplé de cauchemars ne lui avait pas permis de se reposer. Sa chemise de nuit flottant autour d'elle tant elle avait maigri ces derniers temps était à peine plus blanche que son visage. Quand à ses tâches de rousseur sur l'arrête du nez et les joues, elles semblaient sur le point de disparaître. Elle sourit néanmoins en voyant Matthieu. S'asseyant sur le lit, elle lui fit signe. Il vint s'asseoir à coté d'elle.

    "Alors, qu'est-ce qui ne va pas ?"

    Ses soeurs se regardèrent et échangèrent un signe de tête. Une fois n'est pas coutume, Alix faisait preuve d'intuition. Son empathie était telle qu'elle devinait l'humeur de son entourage dès le premier coup d'oeil. Matthieu hésita un long moment avant de se lancer.

    "Ce sont mes parents. Depuis quelques jours, ils se disputent. Oh, bien sûr, ils se disputaient avant, mais maintenant, c'est pire. Père accuse mère d'avoir égaré de l'argent et bien sûr, elle s'en défend."

    Il se tut, la mine sombre. Mya fronça les sourcils et ne pipa mot. Garance, en face d'elle la vit pâlir légèrement. Alix, quant à elle ébouriffa les cheveux du gamin.

    "Allez va. Je ne pense pas que ça soit si grave. Je te parie que dans peu de temps, tout rentrera dans l'ordre. En attendant, si tu te sens trop triste, passe par ici. Pas de nuages, pas de grise mine, rien. Ils ne sont pas bienvenus ici."

    Matthieu haussa les épaules peu convaincu.

    "Allez, oublie. Du moins le temps où tu te trouves ici."

    Elle lui sourit. Un sourire émanant de tout son visage, qui creusait des fossettes à ses joues et faisait briller ses yeux. Un sourire auquel il ne put que répondre.

    "J'aime mieux ça", conclut Alix.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  28. #28
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    Le lendemain était jour de grand soleil et de lessive, parce qu'il fallait continuer à vivre malgré tout. Les rouquines et Mya, les unes derrière les autres, les bras chargés de draps et de vêtements marchaient vers le lavoir. Ce n'était qu'un petit bassin d'eau claire alimenté par un ruisselet venant tout droit du Rhône. On y accédait par un petit sentier partant de leur jardin et serpentant entre les arbres. Une corvée prosaïque dont elles s'accommodaient avec philosophie. C'était l'occasion de grandes discussions et d'amusements divers.

    Louann, les mains dans l'eau froide s'était attaquée à une robe. Elle frottait sans enthousiasme, perdue dans ses pensées. Eric lui manquait plus que jamais. Le fait d'avoir cru le voir avait accentué le manque. Cela faisait longtemps qu'elle ne se faisait plus d'illusions sur son couple. Depuis le début, il battait de l'aile. Eric, qui, tout feu tout flamme avait demandé sa main à son père ne l'avait jamais aimée. Mais elle n'arrivait pas à tirer un trait.

    Garance tentant de faire disparaître une tâche d'herbe de la tunique de Mya l'observait à la dérobée. Louann, la plus jolie de la fratrie semblait soudain vieillie prématurément. Pas de ride encore, mais un pli soucieux barrait désormais son front en de nombreuses occasions. Et elle parlait si peu. Son mariage ne lui semblait pas avoir été profitable. Elle aussi se faisait du soucis. Quelque chose planait au dessus d'elle et de ses soeurs. Quelque chose d'inquiétant, de malsain et quelque part inéluctable. Et la mort de Clara n'était que le début ...

    D'un bout à l'autre du bassin, les jumelles lavaient un draps. Mêmes expressions, mêmes gestes. Mêmes airs tranquilles même s'il n'était qu''apparence chez Coraline. Dans le crâne de la jeune femme, une colère sans nom couvait. Une colère destructrice et indicible qu'elle n'arrivait pas à dire, pas même à sa soeur. Si Alix avait été grandement affectée par la mort de leur mère, elle avait été blessée encore plus, refusant le deuil. Chaque jour, elle avait empli le vide de l'absence par une révolte dont elle alimentait sans cesse le feu. Et ce feu consumait Louison malgré elle. Même si Coraline ne trouvait pas les mots, elle percevait sans mal son mal-être. Elle avait tenté de prendre une partie de sa douleur en plus de la sienne. Mais Coraline, toujours s'y était refusée, se refermant un peu plus au moindre signe d'approche, bâtissant un mur de silence autour d'elle. Et l'ombre de ce mur ternissait irrémédiablement leur complicité, enfermant l'une et faisant souffrir l'autre.

    Mya frottait à s'en faire mal au main la robe de sa soeur, tâchée par le sang de Clara. Elles ne l'avaient pas remarqué tout de suite mais le banc tout entier était tâché de sang. Elle essayait d'oublier. D'oublier l'image de la tête se détachant du corps. Oublier que ce sang pourrait très bien être celui de ses soeurs. Et elle frottait, frottait encore pour que le cauchemar se dissipe comme avec le savon.

    Les pieds dans l'eau, Alix faisait des bulles de savon. Ses joues avaient repris un semblant de couleur et elle-même un semblant d'énergie. Les bulles montaient, une à une, arcs-en-ciel évanescents et fragiles. C'était encre un art qu'Alix maîtrisait. Les effleurant à peine, elle jonglait avec, telle une balladine de l'intangible. Puis, dans un dernier salut les laissait s'envoler.

    Les autres avaient peu à peu levé la tête. Puis, tout doucement, elles s'étaient laissées ensorceler par le moment de poésie. Elles s'étaient prises à sourire.

    C'est alors que se leva le vent. Un vent presque irréel, effrayant et glacé. Il souleva la terre sèche et la poussière qu'il emporta dans des tourbillons. Hurlant, il emporta soudain les bulles. Des nuages noirs coururent dans le ciel. Les soeurs levèrent la tête. Les ombres planèrent au dessus d'elles, fantasmagoriques et malignes. Alix y vit une chasse fantastique, peuplée de monstres sans nom. Elle recula et se heurta à Louann qui l'entoura de ses bras. Instinctivement, les soeurs se rapprochèrent les unes des autres.

    "La mort est sur nous", murmura Garance en se signant.
    Dernière modification par Althéa ; 25/05/2009 à 07h21.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  29. #29
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    Le linge fut étendu dans la cour de la maison sur un grand fil. D'ordinaire, cela donnait lieu à des parties de cache-cache et à des rires sans fin. Mais cette fois, le coeur n'y était pas. Le vent avait éparpillé la magie de l'instant et laissé place à une atmosphère pesante et inquiète. La fratrie retrouva l'ombre de l'atelier. Le banc sous la tonnelle demeura à l'abandon. Après la mort de Clara, le jardin ne les attirait plus. Du moins pour le moment.

    Les soeurs s'assirent sur les lits avec un soupir. Elles se sentaient fatiguées, alourdies de soucis. Rien à voir avec ce qu'elles étaient, quelques années auparavant. Autrefois, la pièce résonnait de leurs rires et de leurs jeux, de discussions sans fin et de promesses. Qu'en restait-il aujourd'hui ? Au bout d'un moment, Garance se leva.

    "Je vais à l'église rendre visite à Anselm. L'une d'entre vous veut-elle m'accompagner ?"

    Ses soeurs s'entre-regardèrent. Alix la première secoua la tête. Elle se sentait fatiguée. Coraline, assise près d'elle, la tête dans ses bras ne prit pas la peine de répondre. Depuis la mort de sa mère, elle en voulait à Dieu. Avec lui, elle avait fait un pacte. Elle continuait d'aller à la messe pour ne pas choquer son entourage. Le reste du temps, elle demeurerait loin de sa maison le plus souvent possible. S'il n'était pas content, il n'avait qu'à s'en accommoder. Louison secoua la tête. Elle voulait rester auprès de Coraline. Mya quant à elle avait trop peur pour ressortir. Ce fut finalement Louann qui se leva à son tour.

    Elles partirent d'un bon pas, frissonnant dans le vent mauvais. Comme il n'était plus question qu'elles prennent le bac, elles allèrent jusqu'au pont. Au début, elles restèrent silencieuses jusqu'à ce que Garance se décide à parler. Et comme à son habitude, elle le fit sans détour.

    "Tu n'es pas vraiment heureuse avec Eric, il me semble."

    Louann s'arrêta net. Même si elle s'attendait un peu à la question, se l'entendre poser avait remué le couteau.

    "Non, je ne suis pas heureuse, avait elle fini par dire, Eric ne m'aime pas. Du moins pas autant que je le voudrais. Je crois même qu'il me trompe. A bien y réfléchir, j'aurais bien aimé être à ta place."

    Garance eut un léger rire. Cela, elle ne l'avait jamais entendu, même venant de ses soeurs.

    "Oh, moi non plus je ne suis pas heureuse. Dieu est un mari peu causant. Plus le temps passe et plus j'ai l'impression d'entendre ses silences. J'ai l'impression que ce que j'ai pris pour une vocation n'est en fait qu'un pitoyable échappatoire."

    Louann écarquilla de grands yeux.

    "Allez, n'en parlons plus" finit elle par dire, en lui posant la main sur l'épaule.

    L'église était à cette heure-ci le sanctuaire de l'obscurité et de la fraîcheur. Par ce temps lourd et orageux, l'abri de ses murs de pierre était bienvenu. Mais les treize coups avaient émoussé l'enthousiasme religieux des fidèles. A cette heure, à part quelques pèlerins allant à Saint-Jacques, et Anselm priant près d'une statue de la Vierge, l'édifice était vide.

    Louann prit place sur un banc à coté de la porte. En priant, elle regarda sa soeur s'agenouiller à coté du serviteur de l'Église. Garance resta silencieuse un long moment, faisant semblant de prier en silence. De loin en loin, Anselm l'observait, lui lançant des regards de plus en plus contrariés puis poussant des soupirs de plus en plus audibles. Elle finit par se tourner vers lui.
    "Tiens, bonjour Anselm, dit-elle avec un petit sourire, je ne vous avais pas vu"

    Il la regarda un long moment puis finit par répondre.

    "Tais-toi putain du diable, je n'ai rien à te dire.
    - D'accord, je vais m'adresser à Marie, si ça ne vous dérange pas", murmura-t-elle avec un grand sourire.

    Il soupira et s'éloigna un peu. Elle pria à voix haute.

    "Vierge Marie, toi qui nous inspires le meilleur et nous souffle les réponses. Pourras-tu me dire si c'est pour nous lancer le caillou ou si c'est pour sonner treize fois les cloches que l'épouse du prévôt a payé notre cher Anselm."

    Il fut sur elle en un bond, les joues empourprées et les yeux injectés de sang. Il l'attrapa par le cou et la força à se lever. Plus grande que lui, elle était obligée de se baisser pour ne pas tomber. Derrière elle, Louann s'était levée à son tour.

    Lui jetant à la figure son haleine fétide chargée de postillon, Anselm murmura à la religieuse.

    "Tu ferais mieux de partir, putain du diable. Tes habits de religieuse ne trompent personne. Nous voulons tous que tu partes, toi et ta maudite famille."

    Il commençait à lui faire mal. Pour ce qui était de lui faire peur, elle en avait vu d'autre.

    "Oh Anselm, très corruptible Anselme. Voir à quel point votre culpabilité vous pèse fait plaisir à voir."

    Le coup de poing l'atteignit sous la pommette. Elle ferma les yeux. Dans le même temps, son genou se déplia sans qu'elle le veuille vraiment. Anselm tomba sur les dalles, plié en deux.

    "Non mais"

    Garance porta la main à sa joue qui commençait à l'élancer douloureusement et grimaça en y voyant du sang. Puis, relevant la tête, elle se signa, murmurant un "désolée" sincère à la Vierge. Puis, Anselm s'étant accroché à sa jambe qu'il menaçait de mordre, elle le repoussa du pied et tourna les talons. Attrapant Louann par la main au passage, elle sortit de l'Église et rentra chez elle sans se retourner.
    Dernière modification par Althéa ; 25/05/2009 à 09h05.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  30. #30
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    10 008

    Re : [Histoire] Histoire policière sans titre

    Un moment plus tard, elle était assise dans l'atelier, entre Louison et Coraline qui s'efforçaient de la soigner.

    "Aie, mais ça fait mal !, grimaça-t-elle les dents serrées.
    - C'est sûr, murmura Louison, il ne t'a pas manquée.
    - Mais quelle idée aussi d'aller l'affronter toute seule, reprit Coraline
    - Oui, tu aurais dû nous le dire. Nous y serions allées toutes ensemble.
    - Toutes ensemble, il se serait méfié, maintenant, j'ai mes réponses. Aie. Maintenant, ça suffit"

    Elle s'écarta de Louison qui lui appliquait un linge, trempé dans de l'alcool.

    "Mais comment as-tu deviné ?", demanda Louann.

    Garance se tourna vers Mya avant de répondre. Celle-ci hocha la tête.

    "Hé bien. Vous vous en souvenez peut-être : Mya l'a vu à la sortie de l'église, tenant des pièces d'argent. Peu de temps après, les cloches sonnaient treize coups et Louison recevait le caillou. Et hier, Matthieu nous disait que ses parents se disputaient à propos d'argent soit disant égaré. Étrange non ?"

    Ses soeurs hochèrent la tête mais n'ajoutèrent rien d'autre. Une question inquiétante venait de les effleurer. Une question qu'elles n'osaient pas se poser. Se fut finalement Mya qui en eut le courage.

    "Croyez-vous qu'il s'agisse du tueur de rousses."

    Toutes sursautèrent en l'entendant. Mais au moins, la problématique était posée.

    "Je ne sais pas", articula péniblement Garance.

    Elles retombèrent dans un silence inquiet. Le reste de la journée se déroula dans une ambiance maussade. Ce n'est qu'à la tombée de la nuit, quand Guillemot décida de se montrer de nouveau que la maisonnée reprit un semblant de vie. Et les demoiselles eurent tôt fait de retrouver l'abri de la tonnelle. L'air bruissait agréablement du chant des grillons dans l'air du soir. Le sourire d'Alix, que lui avait rendu Guillemot redonna une part d'insouciance à sa fratrie.

    Durant la nuit, Louann se leva en sursaut. Elle avait entendu du bruit. Là, non loin d'elles, quelqu'un marchait, le plus discrètement possible. Elle se redressa sur les coudes.

    "Vous avez entendu ?"

    Garance, Coraline et Alix se redressèrent à leur tour, dressant l'oreille. Le bruit s'intensifia quelque peu.

    "Je crois que ça vient de la cave."

    Les soeurs se regardèrent, soudain pâles d'inquiétude. La cave était un espace immense dont les combles s'étendaient sous toute la maison. Il y avait dans ce dédale impénétrable un bric à brac que leur père avait installé au fil des ans. Enfants, elles jouaient à s'y perdre, des heures entières. Mais cette nuit, l'idée qu'un inconnu y marchait en toute impunité ne leur paraissait en rien amusante. Bien au contraire.

    "Nous devrions aller voir", proposa Louann en se levant.

    Garance hocha la tête. Son regard inquiet se porta sur Alix. Celle-ci avait de nouveau pâli et tremblait. Elle la sentait tout près d'une nouvelle nouvelle crise.

    "J'aimerais mieux que tu restes ici pour surveiller les autres, si ça ne te dérange pas."

    Alix secoua la tête et se rassit. Elle se tourna vers les deux autres.

    "Il nous faut une chandelle et des armes. Du moins, celles dont nous disposons.
    - Je crois que nous avons seulement des ustensiles de cuisine" répondit Coraline d'une voix blanche.

    Elle hocha la tête. Quelque part, c'était mieux que rien, et ça ferait l'affaire. Alix se leva d'un bond et partit en courant. Ses sœurs se regardèrent perplexes. Quand elle revint, elle tenait trois de ses meilleurs bonnets. Ses sœurs se laissèrent coiffer sans rien dire. Pour Alix, ils avaient le pouvoir de talismans précieux et ne les portait qu'en de très rares occasions, et les prêtait encore moins.. Elle les avait renforcés avec de la terre, soit disant pour éviter aux mauvaises pensées d'atteindre ses oreilles. C'était, en temps de crise les meilleures armes dont elle disposait. Louann, émue par ce geste la serra dans ses bras.

    Quelques minutes plus tard, elles descendaient dans la cave. Coraline, en tête portait un candélabre dont elle avait allumé toutes les bougies, Garance suivait armée d'un rouleau à pâtisserie, Louann quant à elle tenait un couteau une broche à volaille.

    Le bruit qu'elles avaient entendu s'arrêta d'un coup, les laissant dans une pénombre humide et silencieuse peuplée d'ombres angoissantes.

    "Il y a quelqu'un", murmura Coraline.

    Elles avancèrent lentement, croisant ça et là des caisses et des chevaux de bois, des meubles dépareillés et des vieilles tentures. C'est alors qu'elles virent la lumière. Une chandelle posée sur une table, là, tout droit devant elles. Une chandelle qui s'éteignit en une fraction de seconde. Il y eut un grand bruit.

    "Il est là", cria Coraline en se mettant à courir vite suivie par ses sœurs. Malheureusement, trop vite car elle se prit les pieds dans ceux de Garance. Elles trébuchèrent toutes deux et vinrent et s'affalèrent sur le sol humide. Seule Louann continua à l'aveuglette. Là, devant elle, juste avant la pénombre, elle avait vu une ombre bouger. Elle s'avança.

    C'est alors que l'ombre bougea, levant un objet métallique qui lança un éclair d'argent en captant la lumière de la lune. Louann leva les bras. En vain. Un bruit phénoménal emplit soudain la cave lorsque l'arme entra en contact avec le bonnet. Louann s'écroula sur le sol, sans connaissance. L'ombre disparut. Garance en rampant se précipita vers sa sœur. Le bonnet avait été réduit en fragments. Elle sentit du sang sous ses doigts. Louann était immobile comme une morte. A coté d'elle, Coraline hurla.

    Ce n'est que lorsque leurs sœurs, alertées par le bruit descendirent avec une autre chandelle qu'elles se rendirent compte de l'état de leur sœur. Une plaie profonde s'étendait sur sa tempe et un filet de sang lui coulait de l'oreille. Mais elle respirait faiblement. A ses cotés gisait la pelle souillée avec laquelle on l'avait frappée.
    Dernière modification par Althéa ; 25/05/2009 à 11h39.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Commentaires] Histoire policière sans titre
    Par Smidge dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 31
    Dernier message: 30/09/2009, 16h01
  2. [Histoire] Pas encore de titre.
    Par phoeunix dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/06/2009, 23h03
  3. histoire de dragons
    Par Bouliiar dans le forum Idées
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/08/2004, 16h11
  4. Description de l'histoire
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/02/2004, 19h21
  5. L'histoire d'un mélandien
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 10
    Dernier message: 12/09/2003, 21h32

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250