Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: petites morts

  1. #1
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    petites morts

    Ceci est un essai(merci d'être indulgent)


    Les lumières s’agitent et les loups cavalent. Les lumières clignotent et la meute détale. Du sang afflue à son cerveau, son frère et sa sœur sont étendus là, par terre, vivants mais choqués devant ce spectacle assez particulier. La porte de la chambre des parents est ouverte, dévoilant leurs parents gisant dans leur propre sang, qu’a-t’il donc bien pu se passer ?
    Ils regardent leur grand frère, effrayés par ce demi-sourire ce demi regard consterné, à moitié en train de rire à moitié en train de pleurer devant cette situation insensée. Leur grand frère, qui leur dit : « ne me rejetez pas, aidez-moi sinon je vais basculer à jamais »
    Le couteau de boucher tombe de ses mains alors qu’il s’affaisse sur le sol, mettant ses mains devant son visage comme pour arrêter les larmes qui ne cesseront jamais de couler de cette blessure béante, appelant les loups et la meute.
    Alors que la meute s’éloigne, il entend les voix s’élever, un chorus d’enfants en train de crier de supplier, de pleurer.
    Il commence à supplier lui-même : « assez, assez, taisez-vous, cela ne se peut, ça va s’arranger, ça va s’arranger »
    « Vous vous souvenez, le temps où on était heureux »
    Les 2 gosses avaient les larmes aux yeux, la petite sœur commençait à demander en reniflant « qu’est-ce t’as fait, Ry, qu’est-ce t’as fait à papa et à maman ? » avant de recommencer à chialer
    Gary, continuait à parler, incapable de retenir les larmes de ses yeux : « vous vous souvenez quand on était heureux, vous vous souvenez ? »
    Il regardait les 3 gamins.
    A part, les 2 petits enfants, frères et sœurs, se réconfortant mutuellement comme pour mieux échapper à cette situation, le grand frère agenouillé près d’eux, tremblant, la maison comme repeinte rouge sang et quelques cadavres récents, rien d’autre ne semblait s’attacher à cet événement.
    2 enfants, Lila et Walt et un adolescent, Gary, se tenaient à cet instant, dans un couloir qui leur apparaissait 10000 fois trop grand, trop distant, trop froid pour leur permettre la moindre chance de se sentir réellement présents.
    « pou… Pourquoi as-tu fait ça, Ry, pourquoi ?
    Tu avais dit que tout s’arrangerait un jour, pourquoi ? »
    Ry regardait sa sœur d’un air triste et affolé en même temps. Lila, déboussolée essayait tant bien que mal de réconforter son petit frère, qui gémissait « papa, maman »
    « Je n’ai pas fait ça, Lila, Walt, Amy ne me laissez pas tomber, nous devons rester soudés. Ce sont les marcheurs qui ont tué papa, maman et les autres invités, je n’ai pas fait ça, ce n’est pas vrai, restez avec moi je vous en prie, nous devons rester unis » suppliait Gary
    « Amy est morte, Ry, qu’est-ce que tu dis ? » lâcha Lila, tremblante, ne pouvant retenir les larmes qui coulaient.
    Gary entoura les 2 gosses de ses bras, essayant de les réconforter avant d’expliquer et trouver les mots qui les sauveraient : « J’avais du mal à m’endormir et je les ai entendu arriver, une porte claquait, ils devaient être 2, 3 ou toute une meute, masqués, je crois, je ne sais pas. J’étais effrayé lorsque je les ai vus sortir de la chambre de papa et maman avant de partir, c’est l’un d’eux qui a laissé tomber ce couteau de boucher dans le couloir. J’ai cru au départ que ce devait être un mauvais cauchemar, je ne voulais pas y croire, je l'ai ramassé, il était ensanglanté. Je les ai vus partir mais je ne sais pas où ils sont allés. Peut-être que vous devriez vous cacher pour que je puisse vérifier en vous sachant en sécurité »
    Walt sortit un instant de sa torpeur « n’y va pas, Ry, ne nous laisse pas tout seul »
    Gary serra fort son frère et sa sœur contre lui « jamais je ne vous abandonnerai »
    Mais il savait, savait qu'au fond de lui le trou noir était en train de le ronger, que les vers s'agitaient, que ses noires pulsions grandissaient et qu'il lui était de plus en plus impossible de se contrôler.
    Dernière modification par loqueteux ; 11/04/2009 à 20h03.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  2. #2
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : petites morts

    La première question qui me vient est : est-ce que tu as prévu une suite à ce texte ?
    Parce qu'en fait, à la fois j'aime bien ce texte pour son début d'histoire, à la fois il me perturbe par les débuts de réponse qu'il apporte.
    En fait, je trouve ces réponses très floues et très difficiles à cerner. La dernière phrase laisse penser que le frère est rongé par on ne sait trop quoi et donc que ce serait effectivement lui l'assassin. En tous cas si c'est le cas, il y a une belle relation de bourreau à prisonniers vis-à-vis de sa fratrie qui se prépare avec chantage émotionnel etc.

  3. #3
    Smidge Invités

    Re : petites morts

    j'aime bien moi aussi

    juste un petit détail : évite les chiffres, écris les plutôt en lettre.

    sinon, même chose que Phoeunix : la suite

  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 275

    Lecture Re : petites morts

    Je n'osais pas le demander mais effectivement, le texte pose plus de question qu'il n'en résout...

    Ce qui ne l'empêche pas d'être intéressant...

    Donc...

    La suite !!!
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  5. #5
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    Re : petites morts

    La suite n'est pas forcément une suite chronologique.
    Si les réponses sont très floues et difficiles à cerner, c'est qu'elles se mélangent aux perceptions plus ou moins altérées de la réalité. Enfin, ces trois personnages ont un point commun: ils sont prisonniers...
    J'écrirai la suite quand elle monopolisera mes pensées.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  6. #6
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    Re : petites morts

    Dans les replis les plus obscurs de sa mémoire, Gary perçut les murmures du passé : "il n'y aura pas d'échappatoire, aucune, fin de l'histoire"
    Il entendait ses parents discuter dans le jardin situé derrière leur nouvelle maison. Ils venaient de déménager. D’Omaha, une ville que de toute manière Gary connaissait peu, à Des Moines, toujours dans l’Iowa, une autre ville sans grande signification pour lui. Par contre, son père avait des connaissances dans le coin, de quel genre, Gary pourrait peut-être bientôt s’en apercevoir.
    Il observait le jardin où ils discutaient, il faisait beau dehors, Gary était dehors à s'amuser avec ses parents qui le propulsaient sur la balançoire. Non, ces souvenirs étaient faux, il n'était pas dehors, il était derrière la fenêtre, à l'intérieur, derrière une fenêtre, derrière des barreaux.
    Son père, Kurt, un banquier qui venait d’accepter un emploi financièrement plus intéressant et sa mère, Liliane, une infirmière qui avait également retrouvé quelques repères dans cette ville, étaient en train de discuter sur les conséquences de leur déménagement.
    Kurt, un bras entourant Liliane par la taille, l'autre s'agitant pour marquer ce qu'il voulait exprimer, s'échinait à rassurer Liliane sur la justesse de leur déménagement.
    "Ecoute, Lili, c'est l'occasion de découvrir de nouveaux horizons, une autre vie, se faire de nouveaux amis. J'ai plein de connaissances qui sont prêtes à nous aider ici." Kurt avait une carrure imposante, des lunettes cachant des yeux noirs, des cheveux bruns très foncés bien coiffés et il était du genre à sourire facilement. Son regard, lorqu'il se mettait à parler, cherchait à estimer si son discours avait eu l'effet escompté.
    "c'est pour nous comme, imagine Lili, comme un nouveau paradis. Le temps de bien nous installer ici et tu verras que c'était le meilleur choix pour nous, de partir d'Omaha."
    Liliane avait le regard dans le vague, blonde aux yeux noirs "je ne sais pas, kurt, c'est comme si tout ceci s'était passé trop vite. J'ai comme une impression bizarre d'avoir oublié ou d'avoir perdu quelque chose. Et puis, à Omaha, mes parents comme les tiens n'étaient pas très loin de chez nous. Et puis, tu n'allais pas avoir de toute manière une meilleure opportunité là où tu travaillais? Etait-il réellement nécessaire de partir aussi vite?"
    Kurt souriait comme s'il avait toujours su ce qu'elle venait de lui dire "Lili, écoute, chérie, les parents, les anciennes connaissances, les terres de notre enfance, c'est passé maintenant. Il faut se tourner vers l'avenir, notre avenir, ce que nous forgerons nous-mêmes avec les opportunités que nous ouvre notre nouvelle vie. J'ai choisi ce poste à Des Moines tout simplement parce qu'il m'offre beaucoup plus d'opportunités dans la durée. Nous avons plus de possibilités par ici, plus de libertés aussi. Et beaucoup de gens influents sont prêts à nous aider, les Dewertz, les Chickey, les Jonas, bref, ils sont nombreux. Nous sommes ici parce que c'est ici que notre vie prendra le plus grand essor, crois-moi et pas ailleurs. Tu peux trouver des clubs de lecture ailleurs qu'à Omaha, nos racines ne doivent pas pour autant nous immobiliser."
    Gary écoutait son père et sa mère parler de leur situation mais en même temps, il entendait ces répétitions de son père"assis, debout, couché, ne bouge plus, ne baisse pas les bras tant que je ne te l'ai pas annoncé, assis, debout, couché, il faut te dresser et je vais le faire, fiston, pour ton bien, tu comprends.
    Assis, debout, couché, une raclée si c'est mal exécuté."
    La vitre et les couleurs s'effaçaient devant Gary, laissant un spectacle de parents discutant sur un semblant de gris et de blanc. Happy face, le surnom secret qu'il donnait à son père, souriait, sa mère à ses côtés, Gary les regardait, un sourire sur son visage, un sourire mauvais.
    Il avait envie de s'évader, de partir, loin, très loin d'ici, d'être totalement libéré de cet endroit, de tout laisser s'écrouler, de démolir ces barreaux en acier, cette vie, ce passé et passer à autre chose.
    Au fur et à mesure qu'il regardait, une partie de lui sombrait.
    Dernière modification par loqueteux ; 20/04/2009 à 00h05.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  7. #7
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    Re : petites morts

    La fin des vacances se profilait à l'horizon et Gary attendait que tout cet espace de temps abstrait finisse par se mélanger à d'autres périodes inertes, mornes, mortes et stériles qui iraient rejoindre et construire les gouffres du passé.
    Dehors, d'autres enfants riaient, s'amusaient, se blessaient, expérimentaient, lui, d'ici, ne pouvait tout au plus que les observer.
    Gary n'avait physiquement pour lui aucun handicap personnel, son handicap était plutôt limité aux ordres que lui dictaient ses parents, en particulier son père, Kurt.
    Pour son âge, presque 7 ans, Gary avait lu beaucoup de livres, beaucoup plus que de nombreux enfants plus âgés que lui. Il comprenait des choses qu'il avait vécu, beaucoup plus que son père ne l'aurait cru, il aurait encore plus serré la bride à son fils s'il l'avait su.
    Kurt, entre expliquait clairement à Gary:"Personne n'est vraiment gentil dans la vie, Gary, si tu reçois quoi que ce soit, attends-toi toujours à une contrepartie. Si quelque chose t'est offert, c'est souvent parce qu'il y a une raison, un but ou une pression. Si je te flanque des raclées, c'est pour que tu apprennes d'une part à les encaisser et, d'autre part, à bien assimiler le fait que quelque part tu t'es planté et que tu les as bien recherchées. De toute manière, Gary, que tu te trompes ou que tu fasses des conneries, des personnes seront souvent là pour te le montrer si ce ne sont pas les conséquences de tes actions qui te reviennent en pleine face. Je t'avais dit ce que tu devais faire, tu ne l'as pas correctement fait, alors à toi d'assumer.
    Face à tes erreurs, tu seras souvent tout seul, que quelqu'un te rappelle que tu en as fait, ce sera surtout à toi de les et de te corriger. Ne compte pas sur d'autres pour les assumer."
    Il avait appris à Gary à encaisser les coups que la vie lui réserverait, à faire face aux horreurs en souriant. Il avait déjà pas mal d'expériences dans ce sujet, comme les quelques bleus sur son visage en témoignaient, mais préférait le cacher. D'ailleurs, il préférait se cacher et esquiver les coups à encaisser, quitte à se faire discret ou à obéir aveuglément à tous les espoirs que Kurt lui attribuait. De qui tenait-il son abnégation face à ces bouleversements? Sa mère aussi savait bien encaisser les épreuves mais était tenace et faisait toujours face, ce qui suffisait souvent à les réduire à néant.
    Apprendre tout seul à jouer les ignorants, Gary s'était aperçu que parmi les inconvénients les avantages étaient néanmoins bien présents.
    Si tout ceci sentait la fin des vacances, cela annonçait en même temps le début de bien des tracas, pour Gary, comme passer de Charybde en Scylla.
    Néanmoins, de toute cet océan temporelle fade et terne succédant au déménagement et se terminant avec les vacances, Gary trouva deux ilôts émergeants parmi cette immensité vide.

    Si la plupart des voisins de leurs voisins semblaient accoutrés d'une respectabilité made in USA, quelque chose sembla bouleverser Gary lorsqu'il la vit. Les lueurs de la journée n'allaient pas tarder à s'éclipser. Elle traversait la rue, passant devant sa maison, la plupart des gamins ne lui faisaient pas attention, elle se fit bousculer par un lascar qui ne prit même pas la peine de lui dire pardon, s'occupant uniquement de son ballon. Elle regardait par terre, essayant d'éviter d'attirer l'attention, mais portant son regard hagard suffisament loin pour se diriger avec précaution. Gary s'aperçut qu'elle était affublée de marques, de marques aux visages, marques qu'il craignit emblème de quelques actions qu'il pourrait reconnaître sans peine. Alors qu'il la voyait disparaître, aspiré par la rue du bord de sa fenêtre, il se dit qu'elle repasserait par le même chemin peut-être. Il se remit le nez dans l'un des nombreux bouquins que son père lui avait fortement conseillé de lire, qui s'intitulait "comment bien gérer un budget?", un des livres qu'il aurait bien délaissé pour des contes fantastiques ou énigmatiques qui lui paraissaient nettement plus intéressants. Sa chambre était remplie de bouquins jouxtant quelques jouets que Kurt avait bien voulu lui laisser."Tu es grand maintenant, Gary, inutile de gaspiller ton temps sur des âneries"
    Alors qu'il était pratiquement englouti par les thèmes rébarbatifs d'un livre qu'il ne croyait pas pouvoir un jour en terminer, une sombre pensée effectuait en lui une percée. Et si la fille qu'il avait vu ne repassait plus jamais, si elle le laissait, lui, tout seul, avec cette triste vérité. Il ne comprenait pas pourquoi, mais il sentit de plus en plus de difficultés à retenir des larmes. Je ne dois pas le faire, si papa le voit, il me punira. "Les pleurs sont pour les mauviettes Gary, pour ceux qui se permettent d'être faibles dans un monde qui est pour eux inadéquat. Pleurer, Gary, c'est montrer aux autres que tu es faible. Il vaut mieux pour toi que tu ne le fasses pas"
    Ces pensées refluèrent au fur et à mesure qu'il se replongeait dans les passages compliqués et interminables du livre sur lesquels il croyait de plus en plus qu'il allait s'endormir. Il lui semblait que le temps s'allongeait depuis que la fille qu'il avait aperçu avait disparu dans cette rue. Il ne pouvait s'empêcher de regarder de temps à autre l'endroit où elle était auparavant passée entre deux plongées de lecture, comme pour reprendre son souffle. Il crut un moment la revoir mais comprit que ce n'était qu'une illusion, une zone d'ombre, un tour de son imagination. Puis vint le moment où sa silhouette se profila à travers sa fenêtre, prenant toute sa place dans le décor ambiant et éclipsant presque entièrement l'environnement.
    La fille marquée avait ses mains encombrées de sacs de courses diverses et autres fournitures.
    La chambre de Gary, de la rue, était située au coin arrière droit de sa maison. Deux fenêtres lui permettaient de voir derrière la maison, une partie de la rue et la maison des voisins à sa gauche. Les deux fenêtres se retranchaient derrière deux volets, qu'il lui fallait refermer la nuit"les gens n'ont pas besoin de voir ce que tu fais le soir, Gary", eux-même retranchés derrière de beaux barreaux gris torsadés.
    Malgré la distance qui les séparaient, Gary essaya de se faire remarquer, se demandait ce qu'il fallait exactement improviser pour qu'elle se retourne de son côté. Le tout en évitant d'attirer l'attention de ceux dont il ne voulait pas s'encombrer. Il ouvrit légèrement la fenêtre, prit son souffle et siffla dans sa direction. Elle marqua une pause, hésita, il siffla une deuxième fois. la curiosité l'emporta, elle se retourna pour voir d'où ce son provenait. Gary agita les bras, remarqua une certaine réticence de la part de la fille marquée à s'attarder ainsi qu'une relative absence d'insouciance, Il lui sourit, fit une grimace qui avait pour but d'essayer de lui arracher un sourire avant de prendre une grande feuille blanche et de la maintenir contre la fenêtre.
    Il improvisa un petit spectacle d'ombres chinoises se succédant les unes aux autres. Un lapin traversa la scène suivi de près par un chien. Une perruche les observait d'un point de vue élevé alors qu'un prédateur plus imposant approchait. Le lapin continua son chemin dans la direction du prédateur plus imposant avant de s'écarter de son passage, adoptant la discrétion. Le chien tomba truffe à gueule avec le grand prédateur qui l'engloutit en une bouchée. Fin du spectacle, la feuille blanche est tombée.
    La fille sourit un peu, lève la main, fait un signe comme pour saluer puis repart. Gary voit puis revoit la scène comme dans un brouillard. A un moment, il se demande si son esprit ne lui a pas laissé voir ce qu'il attendait quelque part. Si cette fille n'était pas une imagination de sa part. C'était absurde, de toute manière, tous ces détails, toutes ces perceptions et ces retours, ces impressionsne pouvaient pas être la seule création de son inconscient. Si cette fille n'était pas réelle alors comment l'environnement avec lequel elle interagissait aurait pû l'être. Gary se mit ainsi à espérer que ce qui s'était passé aujourd'hui ne fut pas une énorme illusion comme ces figures qu'il avait créées derrière sa feuille blanche. Au moment du diner, Kurt lui demanda"J'ai entendu quelqu'un siffler, Gary, alors que j'étais bien occupé avec certains papiers, j'ai l'impression que ça venait de chez toi..."
    Gary répondit machinalement"Si quelqu'un a sifflé, ce ne pouvait pas être moi, je suis bien assez occupé à lire les livres que tu m'as donné à consulter, p'pa"
    "j'espère que tu dis vrai, Gary, cela me décevrait beaucoup si tu ne faisais pas ce que je te disais, se cultiver, fiston, est la clé d'une vie réussie"
    Liliane essaya de changer de conversation"Allons Kurt, tout le monde a le besoin de souffler de temps en temps. Nous sommes réunis en ce moment pour manger, nous ressourcer, pas pour constamment épier ce que chacun fait"
    "Ah, Lily, je sais que tu as une certaine sympathie pour le mouvement hippie. Bon sang, mais quelquefois, je serais vraiment content que ça rentre dans vos petits crânes. Les hippies, c'est des gens qui soufflent tout le temps, qui favorisent le n'importe quoi pour favoriser quoi, d'ailleurs, une pseudo-révolution? Ce sont des gens qui préfèrent suivre leurs rêves et leurs idéaux tellement parfaits pour eux-mêmes qu'ils en viennent à exclure d'autres personnes de leurs phénomènes. Quelqu'un qui veut se battre pour réaliser ses rêves n'adopte pas ce genre d'attitude, de rejet des responsabilités à moins qu'il ne veuille créer un chaos formidable. J'ai du mal à l'admettre, mais ce sont ces putains de japs qui sont pour moi un modèle de société bien plus fiable et respectable, bien plus que tout ce qu'on veut nous faire croire. Que ce soit par le biais de cette poubelle télévisuelle ou des idiots passant à la radio. Maintenant, on nous parle de la guerre froide, pff... Comme s'il y avait plusieurs camps auxquels adhérer. La guerre froide, comme toutes les autres guerres auparavant, n'ont jamais cessé d'exister. En vérité, nous sommes tous des bouchers, des bouchers qui se prétendent civilisés. Si des bouchers veulent faire la paix? Mais s'ils veulent faire la paix, qu'ils s'entretuent jusqu'au dernier. Voilà, la guerre pour la paix. Non, c'est aberrant, le mieux n'est ni la guerre ni la paix mais la discipline et bien élever ses enfants pour éviter qu'ils ne se comportent plus tard comme des bouchers. Gary, tu m'entends?"
    Gary faisait semblant d'écouter ce refrain qui revenait souvent accompagner l'heure du diner"ordre, discipline et s'estomper" Oui, Gary s'estompait devant les arguments de son paternel comme s'il y consentait mais il savait que quelque chose au plus profond de lui l'empêchait d'y adhérer, la même chose qui le rapprochait de la fille marquée, chose qui toutefois commençait à violemment le ronger.
    "oui, Papa, oui, être discipliné, se cultiver, c'est la clé d'une vie réussie"
    Kurt continuait en même temps qu'ils mangeaient"parce que tous ces gosses qui trainent dans la rue sont confrontés à eux-mêmes, un peu comme abandonnés. Leurs parents ne s'occupent que de leurs propres priorités avant de vouloir les retrouver et de les ramener chez eux. S'ils voulaient des enfants pour s'écarter un peu de leur monotonie quotidienne, pourquoi les laissent-ils parfois face à eux-mêmes? Parce qu'ils sont incompétents bien sûr, n'ont pas pris en compte toute l'importance de s'occuper de leurs mômes et n'ont pas pris en compte tout ce qu'impliquait le fait d'en avoir et de les élever. En fait, ces enfants que tu voies quelquefois s'amuser, se promener ou s'ennuyer sont bien une preuve de l'irresponsabilité de certaines personnes dans notre société. Cela ne tiendrait qu'à moi, je leur ôterai la garde de ces enfants qu'ils ne surveillent pas constamment. Après, ça s'étonne et ça vient pleurer parce que des gamins en tuent d'autres dans la rue, que des petites frappes ou des p'tits cons pourrissent notre société. Mais rien de tout ça n'arriverait si tout le monde était cultivé, discipliné et assumait ses responsabilités."
    Gary ajouta malgré lui"Développer des idées, ce n'est pas les confiner"(car elles pourrissent, tout finit par pourrir, les volontés et les étendues, isolées et abandonnées, les étendues désolées), il ne se rendit même pas compte qu'il avait réellement marmonné quelque chose dont l'origine lui échappait, peut-être des traces tronquées de rêves, souvent synonymes de cauchemars pour Gary.
    "Qu'est-ce que t'as dit, Gary?"demandait son père, toujours souriant.
    Gary se rétablit par un"développer des idées, c'est être cultivé et discipliné"
    "Exactement" poursuivit Kurt "une organisation et une cohésion de la population est nécessaire pour fonder une nation"
    "Qu'est-ce que t'as dit, Gary?" Gary eut sur le moment l'impression que le disque de la conversation de son père était rayé, résultant d'un cerveau mal réglé, endommagé. Il était en train de mastiquer et faillit avaler de travers à la question disque rayé de son père.
    "Je n'ai rien dit p'pa"
    Kurt en revint aux convictions qu'ils déballaient après avoir lancé"J'avais cru, Gary, qu'à un moment tu avais dit quelque chose mais je me suis peut-être trompé"
    Liliane tenta entre deux pauses de Kurt un"dépêchez-vous de manger, la suite va bientôt arriver"
    Mais avant que la suite n'arrive, des bruits violents de disputes passagères se répercutèrent dans la rue, mettant temporairement un terme au discours de discipline paternelle. Alors que la dispute se faisait plus vive, Kurt souriait, un sourire qui avait presque pour Gary quelque chose d'exagéré, de la jubilation peut-être.
    Un homme et sa femme supposée fournissaient à tous leurs voisins proches et un peu éloignés les sons d'un chaos bouleversant le fragile calme ambiant "Céline, mais t'es donc trop conne, ma pauv' fille, je te l'ai dit et répété pas une fois mais plusieurs fois --- comment j'aurais pu savoir qu'elle se gourerait, j'avais d'autres choses à faire Tom, t'es pas le seul à avoir une activité, tu crois que tu peux te permettre de me juger, t'es jamais là pour voir comment ça se passe --- vous êtes aussi bien irrécupérables l'une que l'autre, impossible de vous laisser toutes les deux, c'est aussitôt la calamité, je comprend pas comment cette maison n'a pas encore explosé. Bon sang, et ça ne devait arriver qu'à moi, ce genre de trucs. T'imagines, Céline, je pars en patrouille puis je reçois un appel:"Tom, ta maison est en train de bruler", qu'est-ce que je dois faire, Céline, hein? --- Tu crois qu'on le fait exprès, Tom? Espèce de salop! "

    La dispute semblait s'être terminée mais Kurt affichait un air satisfait, ayant apprécié une chose à une valeur que lui seul paraissait assimiler.
    "Vous voyez, qu'est-ce que je vous disais? Les valeurs se perdent. Les gens n'affichent plus aucun respect pour autrui. Si quelqu'un gueule aujourd'hui, il s'assurera de faire de son mieux pour faire le plus de bruit, quitte à ce que son message arrive à quelqu'un qui n'en aura rien à foutre. Oui, c'est ça le partage aussi, partager surtout ses problèmes, ses erreurs et ses soucis. Ca me fait penser à ces foutus communistes qui affichent bien haut leurs foutus idéaux comme des masques absurdes rigolos. Le communisme ou l'excuse des ratés. Comment dire à quelqu'un qui s'est battu toute sa vie pour obtenir ce qu'il a eu qu'il doit l'abandonner? Eh bien, c'est ça, le communisme, c'est la blague assez mauvaise que tu sers aux imbéciles qui se seront dévoués à la communauté, des mots et rien de plus."
    Ainsi se déroulait régulièrement les événements servant à se réunir familiailement autour d'une table pour partager ses pensées. Seulement, dans ces réunions régulières, Gary savait surtout qu'une personne n'essayait pas d'échanger ses idées mais plutôt de les inculquer, de les marteler, de les imposer à toutes les autres qui l'entouraient. Où était donc le partage? Mais peut-être que ce n'était pas la raison primordiale que se faisait ses parents d'une famille unie. Si l'unité ne servait qu'à calquer ses pensées sur son fondateur, à quelle place se destinaient celles des autres?


    [à éditer:développement du passage de ces cons de hippie par Kurt et de l'art et la manière de bien élever ses enfants aujourd'hui toujours du même auteur puis passage bien réel de la fille marquée]

    ...

    Les deux ilôts se reliaient par un océan de rêves mornes et inquiétants.
    "Se reposer c'est mourir un peu"
    "Espèce de salopard mon frère et mes sœurs, connard, tu crèveras pour ça sois en sûr
    Espèce … de salopaarre…fererre seeuur, connaaar, creveraaa suuuur…"
    « Tu crèveras pour ça sois en sûr » sa propre image noire et livide lui renvoyait ses propres mots à la figure.
    Le couloir était vide pourtant la présence était limpide, sa propre présence, il ne pouvait échapper à sa propre présence.
    Les couloirs sombres et ténébreux ne semblaient habiter que par des souffles glacés et amers.
    "je suis tooaaa" lui parvint de ce gouffre de ténèbre avant qu'il ne se retrouve complétement piégé à l'intérieur de celui-ci. Il avait l'impression de mourir.

    Gary se sentit froissé, comme si le présent appartenait au passé, comme s’il était emprisonné, qu’il était grotesquement emmêlé à la réalité.

    ...

    Le deuxième ilôt se caractérisait par l'arrivée des marcheurs.

    Les marcheurs ne marchent pas pour marcher droit ou pour dégager une voie. Non, ils marchent pour ne pas se faire remarquer et pour écraser ce qui se trouve sous leurs pas. Ils ne se mettent pas en marche pour leurs prochains, ils se mettent en marche pour détruire tout ce qui se trouve sur leurs chemins. Et ceux qui se mettent en tracers de leur route ont un sombre destin.
    Laissez passer les marcheurs et admirez le vide qu'ils laissent sur leurs passages, un gouffre béant.
    Kurt appartenait à la catégorie des marcheurs.

    Des coups sourds retentissaient tout au fond de son être, pour aller se répercuter en écho jusqu'aux tréfonds des idées noires de sa tête. "I only wanted to be myself away maybe one time or another day then before i go away"
    Il aimait faire la lumière noire sur ces idées si claires et si néfastes.
    Quelque chose guettait en gary des brèches pour sortir, la malveillance.
    nota benêt:à eddieT
    Dernière modification par loqueteux ; 31/08/2009 à 20h22.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  8. #8
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    Re : petites morts

    Je continue, je m’arrête? Des suggestions peut-être?
    Edit: je suis assez mauvais pour aérer(autant que pour rédiger comme je le souhaiterais), une bonne partie du tout de cette histoire est confinée
    Dernière modification par loqueteux ; 01/05/2009 à 19h10.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  9. #9
    Smidge Invités

    Re : petites morts

    pas la peine d'attendre qu'on te le demande hein
    si j'avais une suggestion, ça serait d'aérer un peu plus. Peut être à cause du manque de dialogues ? Mais ça va peut être arriver

Discussions similaires

  1. Petites blagues entre amis
    Par Calawen dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 134
    Dernier message: 19/02/2013, 19h54
  2. [LIONHEART] Petites questions...
    Par Aragorn dans le forum Les autres RPG
    Réponses: 62
    Dernier message: 11/02/2012, 11h01
  3. Vos petites manies...
    Par Lies dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 28
    Dernier message: 23/04/2007, 13h51
  4. [Obl] Petites explications
    Par eden dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/04/2006, 00h26
  5. [Obl] Petites explications 1
    Par eden dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/03/2006, 21h34

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251