Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

Discussion: Sans titre pour le moment ...

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Sans titre pour le moment ...

    Il s'était réveillé lentement. La douleur rejaillit aussitôt, réveillant un souvenir. Z avait sorti son taser et elle avait …

    Non, il avait sûrement rêvé tout cela. Ce n'était pas possible, pas sa Conscience tout de même. Mais il se réveillait là. Il regarda autour de lui pendant que sa vision s'accommodait à l'obscurité ambiante. L'air était étouffant, bien loin des odeurs aseptisées dont il avait l'habitude. Il se trouvait allongé dans un lit peu confortable. Un rideau tiré le séparé du reste de la pièce et au bout du lit, il y avait. Il sursauta effrayé.

    Une femme ! Oh, pas de celles dont la plastique faisait vendre n'importe quel produit. Mais une femme tout de même. Un visage pâle, presque lunaire dans lequel brillaient deux yeux sombres. Des cheveux raides et noirs. Des traits fins. Elle n'était pas bien grande. Mais c'était une femme. Et le règlement interdisait de les voir, du moins avant la date du mariage. C'était «*pécher*» disait le grand règlement. Il n'y avait que Z qui avait le droit de le fréquenter. Mais ce n'était pas pareil.

    Son sursaut le fit lever d'un bond.

    «*Mais vous êtes folle, vous n'avez pas le droit d'être là. Le règlement stipule que l'association de deux personnes en dehors des heures de travail est interdit.*»

    La femme eut un petit sourire et hocha la tête.

    «*Vous ne devriez pas être là. Et je ne devrais pas être là non plus*»

    Il regarda autour de lui.

    «*Vous n'avez pas vu ma Conscience ?*»

    Elle secoua la tête, l'air visiblement amusée.

    «*Mais le règlement stipule que …*»

    La jeune fille se mit à glousser. Un bruit étrange, dérangeant. Un bruit que Z appelait le rire. Jusqu'à présent, il avait crû que seule Z en était capable.

    «*Le règlement stipule beaucoup de choses*»

    Elle s'assit au bout de son lit. Le jeune homme horrifié s'assit et replia ses jambes. On l'avait déshabillé puis mis en pyjama. Du moins, c'est de cela que le tissus informe qui l'habillait avait l'air. Il regarda sa montre. Au moins, on lui avait laissée. Une boule inconvenante se forma dans sa gorge et descendit dans son estomac. L'heure …

    «*Mais nous avons manqué le véhicule de retour du travail. Ils doivent nous chercher. Et je dois ensuite me rendre à l'entraînement. Je dois ...*»

    La jeune femme secoua la tête amusée, presque moqueuse. Il la regarda interloqué. Faisait elle partie de ceux qui avaient été déprogrammés, que le Suprèmes faisaient emmener ailleurs ? Un endroit où l'on prenait soin d'eux et où ils vivaient heureux en communauté. Oui, elle devait être de cela. Et si elle restait trop près de lui, elle allait le contaminer.

    Les mots de la procédure lui revinrent à l'esprit. Z lui avait très souvent répétés. Si vous croisez un déprogrammé, téléphonez tout de suite au centre. S'il s'enfuie, repérez où il habite et avertissez. N'agissez jamais seul. Les déprogrammés sont dangereux. Et surtout, n'écoutez pas ce qu'ils disent. Ils sont fous. Et elle avait dit des choses sur le gouvernement. Oui, elle devait être de ceux-là.

    «*Mademoiselle, vous enfreignez la règle. Vous ne devez pas me parler. Il en va de notre bien à tous les deux. Déjà, si l'on nous voit ensemble.*»

    La jeune femme secoua la tête et sans prévenir lui plaqua un doigt sur la bouche.

    «*Maintenant, vous allez m'écouter. Vous n'avez plus de Conscience, plus de médicaments, vous n'êtes pas rentré à l'heure. Mais vous êtes là. Vous ne pensez pas que ce qui vous arrive est bien au delà de votre règlement ?*»
    Dernière modification par Althéa ; 10/04/2009 à 22h15.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Le jeune homme fouilla fébrilement dans ses poches avant de se rappeler qu'il était dans un vêtement qui n'était pas le sien. Et donc que ses pilules … Ses chères pilules qui lui faisaient tant de bien, offerts par cette grande entreprise pharmaceutique. Le dévoué patron leur parlait tous les jours sur sa propre chaîne. Sans lui, aucune menace, aucune infection, rien …

    Il sentit la boule grossir dans sa gorge. Une douleur le prit au ventre. La douleur. Z lui avait parlé de la douleur. Seules les Consciences pouvaient la ressentir. Mais alors, s'il avait lui même mal ? Il poussa un gémissement plaintif et tomba sur le lit en se tenant le ventre, respirant par à coups. La jeune femme se pencha sur lui, tranquille.

    «*Mais ne restez pas plantée là. Vous voyez bien que je suis infecté. Je vais mourir, je souffre. Je ne peux presque plus respirer.
    - Que non, ça s'appelle juste de l'angoisse. Vous allez très bien vous en tirer, vous allez voir. Il suffit juste de bien respirer.*»

    Il roula sur le ventre. De la sueur perlait sur son front. Il sentait son dos moite et trempé. Sauf que d'habitude, il ne suait qu'à la salle de sport. Et il avait mal. Son coeur s'accélérait, il le sentait. Peut-être allait il lâcher. Cela arrivait aux personnes qui n'avaient pas assez pour s'offrir le programme anti-vieillissement. Lui avait pu mettre un peu d'argent, il serait à l'abri. A moins qu'il ne meure là.

    Le monde commença à tourner autour de lui. Et il avait la vue brouillée. Et la douleur se décuplait, gagnait à présent son cœur. Il se sentit sur le point de se noyer. Sa gorge n'était elle pas en train de se resserrer insidieusement, empêchant l'air de passer ? Il rassembla ses forces pour l'appeler à l'aide.

    «*Non, vous voyez bien que je meure. Je n'ai plus de pilule. Et Z n'est plus là. Je suis ici parce que je suis malade. Je suis peut être déprogrammé. S'il vous plaît, aidez-moi.*»

    Il sentit quelque chose couler sur ses deux joues. Une goûte salée lui vint à la bouche. Il manqua s'étouffer. La jeune femme s'agenouilla à ses cotés et tout doucement prit l'une de ses mains qu'elle serra dans sa paume. Il aurait voulu protester, lui dire que les contacts étaient interdits hors du mariage mais il se sentait trop faible pour protester. Si Z avait été là, elle aurait expédié l'inconnue d'une bonne décharge de Taser. Mais Z avait disparu, et il était tout seul comme livré à lui-même. Seul depuis ses cinq ans. Z l'avait accompagné chaque jour de sa vie. Et cela faisait maintenant presque vingt-cinq ans. Il appela mentalement sa Conscience, espérant activer le dispositif de guidage afin qu'elle le retrouve. Mais aucune réponse ne vint. Il était bel et bien seul. Et il allait mourir.

    Il sentit sa vessie se vider sans qu'il la contrôle. Il se souvint fugitivement de Z, restant derrière lui, lui rappelant sans cesse le règlement jusqu'à ce qu'il devienne propre. L'homme devait se soulager dans des toilettes agglomérés une seule fois par jour et à la même heure. Et maintenant, son corps ne lui appartenait plus. Ses yeux se reportèrent sur la jeune femme, elle le regardait sans ciller.

    Puis, tout doucement, elle exerça une légère pression sur sa main. Elle lui parla doucement. Des mots qu'il ne connaissait pas. Arbres, terre, forêt, rivière … Il sentit pourtant l'angoisse et la douleur refluer peu à peu. Dans son pyjama trempé, trempé de sueur et de larmes. Il sentit ses yeux se fermer peu à peu et sombra dans le sommeil.
    Dernière modification par Althéa ; 10/04/2009 à 22h13.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    ***

    «*Je crois qu'il a eu un réveil difficile*»

    Elle avait levé la tête. L'inconnue, rompant le silence l'avait fait sursauter. Elle remonta le drap sur son corps nu. Elle se sentait étrangement calme. Une pièce close, aveugle qui puait le moisi. Après tout, elle avait toujours su que cela arriverait. Elle avait trop de fois détourné le règlement. Et bien sûr, le pire écart …

    «*Vous n'êtes pas comme lui n'est-ce pas ?*Enfin, pas comme tout le monde ...*»

    L'inconnue s'était détournée de la glace sans tain par laquelle elle observait l'autre groupe. Ses yeux d'un gris bleuté avaient capturé son regard. Des yeux dérangeants ne serait-ce que parce qu'ils fixaient les siens. Le règlement ne stipulait il pas qu'il était interdit de regarder les gens que l'on croisait dans les yeux.

    «*Vous pensez que je devrais me rouler par terre en appelant ma Conscience et mes pilules à la rescousse ? Que j'aurais déjà dû vous citer le règlement au moins trois fois ?*»

    L'autre alla jusqu'au lit de camp jumeau du sien au bout de la pièce et s'assit en tailleurs.

    «*Oui, quelque chose comme ça. Si je me souviens bien, vous devez prendre vos pilules toutes les heures sans quoi vos inhibiteurs ne fonctionnent plus. Et cela fait plus de cinq heures que nous sommes ici. De plus, vous enfreignez toutes les règles concernant la pudeur. Quant à votre Consience …
    - Oh, la mienne est partie il y a quelque temps. Je … je lui ai dit d'aller voir ailleurs. Bien sûr, elle n'a pas accepté. J'ai dû sévir. A mon avis, c'est pour ça que je suis là. Au moins, ils ont mis un peu de temps à s'en apercevoir. De même que les inhibiteurs …
    - Donc vous vous souvenez ?*» demanda l'inconnue les yeux emplis d'espoir.

    Elle secoua la tête, les sourcils froncés.

    «*Se souvenir de quoi ? Il n'y a que les consciences qui se souviennent. Du règlement tout du moins. Et aussi de notre Histoire Officielle. De quoi d'autre voulez-vous vous souvenir ? Il y a les bibliothèques pour combler les lacunes. Du moins, pour combler quelques angoisses existentielles ...*»

    Elle marqua un temps d'arrêt.

    «*Et il y a une chose que ma vieille Conscience m'a appris à force de me le répéter. Je dois savoir à qui je parle.*»

    Le visage de l'inconnue se détendit imperceptiblement.

    «*Heureuse de vous rencontrer. Je suis Zélie, Conscience, et vous ?*»
    Dernière modification par Althéa ; 11/04/2009 à 16h47.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    L'autre laissa passer un temps sans vraiment s'émouvoir. Puis répondit.

    «*Puisque vous parlez aussi, crûment. Maëlis. Pute et enchantée de vous connaître.*»

    Nouveau temps de silence. C'était à laquelle briserait le silence, à laquelle s'offusquerait la première. Chacune connaissait de réputation le métier de l'autre. Prostituée était un métier d'influence qui permettait de s'insérer intrinsèquement dans les hautes sphères. Une des rares façon pour les femmes de s'insérer dans la société patriarcale. Conscience c'était …

    «*Zélie … Z … vous êtes donc une Conscience de qualité …, remarqua soudain Maëlis.
    - Plus que médiocre, confirma-t-elle sans se récrier pour autant, j'ai été vendue à bas prix. Parce que …
    - Vous avez vécu là-haut. Vous êtes corrompue.
    - Bigre ...*» commenta modestement Zélie.

    Nouveau silence. Chacune retourna à ses pensées. Zélie se tourna vers la glace sans tain. Kieran s'était endormi, roulé en boule sur son lit. L'autre le veillait, une chance. Elle se demanda qui était cette personne qui ne connaissait pas le chapitre quatre du règlement stipulant que deux personnes devaient se tenir à une distance légale de deux mètres l'une de l'autre – hormis les couples mariés possédant le certificat - sans quoi les Consciences avaient la liberté de considérer le rapprochement comme un rassemblement et donc d'intervenir.

    Elle soupira. Elle aurait voulu rester avec lui dans ses premiers moments de sevrage mais les autres avaient précisé que leur séparation serait bénéfique. Après tout, c'est elle qui avait voulu cela.

    «*Votre protégé vous manque*» commenta Maëlis.

    Elle acquiesça d'un simple hochement de tête puis finit par répondre.

    «*Kieran est un homme intelligent. Il se pose des questions. Il réfléchit.
    - Et vous l'aidez il me semble ...*»

    Zélie se retourna. La femme était perspicace. Elle devinait, tirait une juste conclusion de ce qu'elle entendait. Sûrement son statut privilégié. Les Influents aimaient s'entretenir avec des femmes «*qui en avaient dans la cervelle*» et non avec celles du commun, qui avaient le cerveau ralenti par les médicaments.

    «*Je lui fais prendre ses inhibiteurs toutes les cinq heures. Il m'a crû quand je lui ai dit que c'était un ordre du gouvernement. Son métabolisme a fait le reste.*»

    Maëlis hocha la tête et se rapprocha à son tour de la glace.

    «*Un peu chétif mais plutôt joli garçon. Dans quelle corporation l'a-t-on affecté ?
    - Les ingénieurs-inventeurs. Il n'a eu que deux fautes au grand test. C'est pour cela que je me suis dit qu'il était dommage de gâcher tant de talent.
    - Oh, les pilules n'auraient pas affecté ses facultés pour le travail.
    - Non, elles annihilent juste ses sentiments, ses sensations, ses envies, ses rêves et ses souvenirs. Tout pour qu'il ne voie pas le vrai visage du monde qui l'entoure. Qu'il ne se souvienne plus comment c'était là-haut. Il fait encore partie de ceux qui sont descendus. Il était encore jeune mais pas assez pour ne pas se rappeler.
    - Oh, moi, je sais très bien comment c'était là-haut, je le vois tous les jours. Une de mes fenêtres y donne. Je suis une privilégiée. Pour le reste, je ne veux pas me souvenir ...*»

    Zélie hocha la tête. Elle avait du mal à comprendre. Il n'y avait pas une seule seconde où elle ne songeait pas à là-haut. Au grand extérieur. Ils l'avaient capturée le jour de ses six ans. Une traque d'une semaine. Ses parents avaient été pris lors de la dernière rafle. Des marginaux, ceux qui ne voulaient pas descendre. Ceux qui se demandaient pourquoi seuls les Puissants vivaient en surface et les autres tout en bas. Au début de sa formation, elle avait regimbé, plusieurs fois elle avait tenté de s'enfuir. Calmants, brimades, coups, viols, rien n'était parvenue à lui faire renoncer au monde extérieur. Mais elle avait fait semblant, s'était pliée aux règles en attendant son heure. Elle avait retenu les règles une à une. On avait fini par la vendre, comme Conscience de mauvaise qualité, mais comme Conscience. Sinon, ç'aurait été la mort …

    Mais chaque jour, elle se battait, entretenait sa mémoire, la forçait à se souvenir, de se rappeler les moindres détails. Ne pas oublier. Maëlis avait à peu près le même âge que Kieran. Et elle avait la possibilité de se rappeler. Qu'elle ne le veuille pas était inconcevable.

    Kieran s'animant de l'autre coté de la glace interrompit ses pensées obscures.
    Dernière modification par Althéa ; 11/04/2009 à 17h11.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Kieran eut du mal à se rappeler comment on l'avait rallongé dans le lit. La femme l'avait aidé, manifestement. Elle l'avait touché … Sous peu, ses capteurs allaient être mis en route et l'infraction serait envoyée au siège du Gouvernement. Sous peu, ils allaient recevoir la visite de Consciences. Et Z ne serait pas là pour le protéger, ni le conseiller.

    «*Alors, on se réveille*»

    La voix était douce mais remplie d'ironie. Et à l'entendre, la femme était près de son oreille. Tout près.

    «*Je me suis permis d'enlever votre pantalon. Sans quoi, vous auriez attrapé froid*»

    Elle avait énoncé sans s'émouvoir une vérité strictement interdite, choquante et intolérable. Elle lui avait … enlevé son pantalon. C'est à dire touché et déshabillé, et elle l'avait vu … nu ! Cela, même Zélie n'en avait pas le droit.

    «*Mais vous êtes folle. Votre Conscience a dû vous dire …
    - Arrête ton char, Ben Hur. Je n'ai jamais eu de conscience ...*»

    Il allait lui demander qui était ce Ben machin quand une vérité plus intolérable le glaça jusqu'aux os. La femme n'avait pas de Conscience. Elle faisait donc partie de ces gens dont les informations diffusées par le gouvernement parlaient chaque jour. Les «*Sans-Conscience*» étaient un groupuscule qui avait souhaité s'affranchir des règlements. Ils s'étaient débarrassés de leur Conscience et s'étaient arrêtés de prendre leurs inhibiteurs. C'étaient des …

    «*Terroriste. Vous êtes une terroriste. Un monstre.*»

    Sans réfléchir, il se jeta hors du lit et alla tambouriner à la porte, suppliant qu'on lui ouvre.

    «*Hum, joli petit cul*»

    La remarque le fit stopper net. Un sursaut et il lui refit face.

    «*Oh, là, c'est encore mieux*»

    Effaré, il porta ses mains aux parties de son anatomie que pour l'instant seul son médecin du travail était habilité à voir. Puis, rougissant jusqu'aux oreilles il regagna son lit en crabe. Puis, se drapant dans un drap et le reste de sa contenance, il espéra qu'elle arrêterait ses sarcasmes.

    «*Réfléchissez un peu. Je suis là avec vous. En effet, je fais partie des Sans-Conscience. Mais si vous êtes là, vous êtes aussi impliqué que moi. Alors, si j'étais vous, j'éviterais de me faire remarquer. Je peux vous dire, ils ne sont pas commodes.*»

    La femme le fixa de ses yeux sombres. Il la toisa à son tour, inquiet. C'est alors qu'il remarqua les marques. Une griffure lui barrait la joue gauche. Un bleu violacé marquait sa joue droite. Et sa lèvre était fendue. On l'avait frappée. Et oui – reconnut il pour la première fois – il était avec elle. Dans de sales draps.

    «*J'ai … j'ai déprogrammé le collier explosif de Zélie. Je trouvais la méthode inhumaine. De toute façon, elle ne se serait pas éloignée de moi ...*»

    Il la revit brandissant le Taser face au groupe et … Elle n'avait pu que le défendre. Elle était là pour l'instruire, le servir, l'aider, le conseiller, lui rappeler les règles. Elle n'avait pas pu désobéir.

    «*Donc vous êtes dans la merde*»

    Il écarquilla les yeux. Encore une fois, elle enfreignait le règlement en utilisant un des mots bannis par la langue. Les mots à garder pour soit et ne jamais prononcer dans le cercle public où que l'on se trouve. Les inconvenants se trouvaient rapidement interpellés. Elle sourit derechef en voyant son air.

    «*Si vous voulez, j'en ai d'autres. Merde, saloperie, connard*»

    Il se mit à crier, les mains sur les oreilles. Chaque mot le blessait de plus en plus. Et il sentait de nouveau affluer la panique.

    «*Pitié, arrêtez. Ils vont nous entendre. Et je ne dois pas entendre cela. Vous corrompez mes oreilles. Vous n'avez pas le droit.
    - Pu-tain*» hurla-t-elle en détachant avec délectation les syllabes.

    Il se cacha sous sa couverture, tentant vainement de ne plus rien entendre. La jeune femme jubilait. Elle finit par se laisser tomber sur son lit en riant. Il se calma peu à peu.
    «*Alors, on joue aux cartes, on se présente, on baise ?*»

    Kieran se redressa horrifié.

    «*Pardon ?
    - Non rien, je plaisantais. On pourrait commencer par se présenter. C'est comme ça qu'on fait dans la vraie vie. Je m'appelle Aifé. Et toi ?
    - Kieran, répondit il avec une hésitation, qu'est-ce que vous appelez la vraie vie ?
    - Oh, au point où tu en es, tu n'es pas prêt de le savoir ...*»

    Elle avait prononcé ces mots sans amertume, avec un peu de fatalisme pourtant.

    «*Avant, ce n'était pas comme ça.
    - Avant ?
    - T'occupe ...*»

    Revint le silence ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    **

    «*A mon avis, elle doit lui hurler des choses effrayantes*»

    Zélie et Maëlis étaient retournées à la glace sans tain et n'en avaient pas bougé. Zélie secoua la tête.

    «*Non, à mon avis, elle utilise un langage plutôt fleuri. Et ça a l'air de beaucoup l'amuser. Elle rit*»

    Le visage de Maëlis se teinta d'incompréhension. Zélie fronça les sourcils et hocha la tête. Les inhibiteurs avaient tout de même causé des dégâts. A moins que ce ne soient les règlements stipulant que le rire n'était plus le propre de l'homme et qu'il devait donc être banni.

    Par contre, la jeune femme en face d'elle riait. Et elle n'était pas affolée non plus. Elle portait des vêtements de couleur et non le noir et blanc réglementaire. Et ses cheveux n'étaient pas ras comme ceux des gens du commun.

    «*A votre avis, c'est une Sans-conscience ?*»

    La question de Maëlis la tira de ses pensées. Elle se posait justement la question.

    «*Bien observé. Mais non. Elle est seule. Les Sans-conscience se fondent dans la masse, ce qu'elle n'essaye même pas. Je comprends pourquoi ils l'ont capturée. De n'importe quel bord qu'ils soient. Cette personne n'est pas banale.
    - Et nous autres, pourquoi sommes-nous ici ?*»

    Zélie hésita quelques secondes avant de répondre. Ses années passées en tant que Conscience lui avaient appris à observer.

    «*Nous avons tous quelque chose de spécial. Cette fille est une enfant sauvage, vous vous êtes débarrassée de votre Conscience, Kieran a eu assez d'humanité pour débrancher mon collier explosif et moi … je lui ai donné un coup de Taser.*»

    L'autre la regarda horrifiée.

    «*Pas la peine de me faire ces yeux là. Je ne sais pas pourquoi. J'ai juste pensé que cela serait mieux. Maintenant, hé bien ...*»

    Du mouvement à coté avait interrompu sa phrase. Deux personnes encagoulées étaient entrées dans la pièce. La jeune fille et Kieran s'étaient levés d'un bond. Ils avaient fondu tout droit sur la fille. Elles l'avaient vu frapper, ruer, hurler mais ils l'avaient plaquée sur le lit. Elle avait mordu une main qu'on avait laissé trop près de sa bouche. On l'avait frappée sous le menton. On avait profité du moment où elle retombait assommée pour sortir une seringue. Ils l'avaient emmené hors de la pièce, aussi immobile qu'un pantin pendant au bout de leurs bras. Kieran n'avait pas bougé.

    «*Je ne lui ai pas encore appris à venir en aide aux autres*», commenta Zélie, une pointe d'amertume dans la voix.
    Maëlis avait hoché la tête. Elle n'avait que trop bien compris ce qu'elle voyait. On était venu la chercher. Et sous peu, ce serait leur tour, son tour. Et elle ne reviendrait pas. Elle croisa les bras autour de sa poitrine, comme pour se protéger.

    «*Vous feriez mieux de vous habiller. Ils risquent d'être chatouilleux concernant la pudeur. A mon avis, vous feriez mieux de ne pas ajouter de pièces au dossier*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    ***

    Kieran avait attendu. Combien de temps, combien d'heures, il ne le saurait jamais. L'un des hommes, avant d'embarquer Aifé lui avait jeté un pantalon. Il s'était rhabillé et assis sur son lit, ses bras enserrant ses genoux. Et il réfléchissait comme Z lui avait appris. Cela n'avait pas été facile au début. Il ne comprenait pas ou ne voulait pas comprendre les concepts qu'elle lui énonçait. Ils allaient parfois à l'encontre du gouvernement, il le savait. Mais Z était sa Conscience et donc savait ce qu'elle faisait.

    Le concept le plus troublant était celui qu'elle appelait «*liberté*». A l'entendre, des gens étaient morts et mouraient encore pour cela. Étrange. Z disait qu'il s'agissait de choisir, de faire, de penser sans qu'autrui le fasse à notre place. Quand il lui avait répondu qu'il était libre selon le décret suprême du gouvernement «*les hommes naissent libres et égaux en droit*», elle avait soupiré. Il n'avait pas compris pourquoi.

    Il se rappela du concept de solidarité. En gros, il s'agissait de venir en aide aux autres. Quelque part, il avait aidé Z en désactivant son collier explosif. Il ne voulait pas qu'elle explose si elle s'éloignait trop de lui. C'était une méthode trop barbare. Aurait-il dû venir en aide à Aifé, face aux deux personnes encagoulées ? Rien n'était moins sûr. Elle transgressait à elle seule plusieurs règles. Pire, elle était une transgression à elle toute seule. Ses habits colorés, ses cheveux longs, l'absence de Conscience. Et le fait qu'elle riait, qu'elle ne prenait pas d'inhibiteurs. Peut être avait-on bien fait de l'emmener. Elle serait sûrement emmenée ailleurs. Et il ne la reverrait plus.

    Sans trop savoir pourquoi, il ressentit un petit pincement de cœur. Elle l'avait aidé après tout. Elle avait chassé la douleur, l'avait aidé à respirer. Peut-être aurait il dû attendre la pareille. Et lui aussi avait transgressé les règles. On ne tarderait pas à venir le chercher à son tour.

    Comment était l'ailleurs ? Z, très tôt lui avait parlé du concept d'* «*imagination*». Le jeu lui plaisait beaucoup. Selon elle, il fallait voir la réalité et lui créer d'autres possibles. Il ferma les yeux. Il sortait de cette pièce sans fenêtre et retournait chez lui. Puis, il inspirait l'air à plein poumon. Le parfum de l'herbe coupée.

    Il s'interrompit soudain. L'herbe ? Mais qu'est-ce que c'était au juste ? Ce mot n'existait pas. D'où venait-il ? Sûrement d'une conversation avec Z. Mais l'espace d'une seconde, une couleur et une odeur lui étaient venues en tête. Le vert. Il y en avait sur les vitraux des bâtiments officiels. Il aimait cette couleur que Z appelait l' «*espoir*».

    L'espoir. Encore un sentiment qu'il ne ressentait pas. L'envie d'avancer, de changer les choses, toujours d'après Z. Aujourd'hui, il comprenait la signification. Il espérait pouvoir sortir d'ici.

    Un bruit le tira de ses pensées. La porte s'était rouverte et Aifé était entrée. On lui avait tondu ses cheveux noirs à ras. Son nez saignait. Ses yeux brillaient, peut être de colère et elle affichait un air buté. Elle portait la tenue traditionnelle, grise et noire.

    «*Ils m'ont dit que tu devais venir les voir. Et que si tu n'y vas pas, ils ne nous donneront pas à manger. Moi, j'aimerais bien que tu y ailles parce que je commence à crever la dalle.*»

    Il regarda le sol avec effarement.

    «*Pas celle-là imbécile*»

    Et elle se mettait à employer des noms pas homologués par le Petit Robert en plus … Mais ils l'avaient laissée revenir. Et on allait leur apporter à manger. Alors, il avait peut être une chance. Elle était allée se regarder dans la glace, passant machinalement sa main sur ses cheveux ras.

    «*Rahlala, avait elle maugréé, c'est pas avec ça qu'il va me reconnaître le vieux.
    - Le vieux ?
    - Mon grand-père
    - Ton quoi ?
    - T'occupe*»

    Elle était retournée jusqu'à son lit et s'était assise.

    «*Bon, c'est pas tout ça mais il faudrait que tu y ailles. Ils vont finir par aller te chercher*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    **

    "Bon appétit"

    Zélie regardait d'un air maussade son plateau repas. Ses cheveux ras laissaient voir ses joues creuses et les cernes mauves. Ses yeux en paraissaient plus grands et ronds. Ils brillaient d'un éclat fiévreux.

    "Vous devriez goûter, intervint Maëlis, ce n'est pas de la nourriture lyophilisée mais c'est bien meilleur. Au début c'est bizarre. On finit par s'y habituer, ça a beaucoup plus de goût.
    - Je connais" laissa-t-elle tomber au bout de quelques minutes.

    Elle évitait de regarder son vis à vis. Sa nouvelle tenue la changeait du tout au tout. Elle avait l'air d'une ombre. Et pour ce qu'elle en savait, elle ne valait pas mieux.

    "Non, j'ai toujours détesté les petits pois carottes", tenta-t-elle d'ironiser.

    Kieran n'était pas revenu. Cela faisait environ une heure. Il y avait peut être eu un problème. Peut-être s'était il débattu. Ou peut être l'avait-on un peu trop rudoyé. Maëlis lui avait confessé avoir été traitée sans ménagement. L'autre fille saignait du nez.

    On l'avait peut-être interrogé. Et peut-être n'avait il pas su donner les bonnes réponses. Peut-être … Avec des peut-être, on remuait beaucoup de possibles. Après tout, Kieran pouvait arriver à les imaginer. Et il allait sortir.

    "Il n'empêche que c'est étrange."

    Zélie releva la tête. Maëlis regardait vers la porte.

    "Elle était ouverte depuis le début. Et aucune de nous deux n'est allée vérifier. Nous n'avons pas cherché à nous enfuir.
    - Peut être parce que personne ne nous en avait donné l'autorisation", acheva Zélie.

    Les deux femmes se regardèrent troublées. Incapables de veiller à leur propre survie, de se donner l'impulsion. Rester dans l'attente était plus confortable que de chercher à fuir. Zélie éclata d'un rire amer.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Maëlis avait regardé Zélie. Si elle avait su rire un jour, elle en avait perdu le goût. Puis avait oublié comment on s'y prenait. Et la situation n'avait rien de comique. Troublante peut être mais pas drôle. Pas drôle du tout. On allait les expulser ou pire … Et Zélie riait. Un rire fou, désespéré mais un rire.

    "Moi, j'aurais préféré du chocolat pour mon dernier repas"

    Un hoquet et Zélie s'était interrompue.

    "Du quoi ?"

    Maëlis avait eu un sourire mystérieux. Le chocolat. C'était le mets préféré de ceux qui venaient lui rendre visite. Souvent, ils lui faisaient "cadeau" d'une boîte. Elle soupçonnait que c'était pour en retrouver chaque fois qu'ils venaient la voir. Ils en mangeaient toujours, un grand sourire aux lèvres. Les porcs. Après tout, elle ne comprenait pas vraiment la notion de cadeau.

    "Le chocolat, c'est marron, sucré, doux, ça fond dans la bouche. Mais le pire, c'est que c'est bon. Il y en a de toutes sortes, associés à divers aliments.
    - Kieran vous dirait que le gouvernement l'a interdit pour préserver l'hygiène buco-dentaire. La douceur quant à elle rend les hommes faibles et est donc elle aussi à prescrire."

    Maëlis pâlit légèrement.

    "Vous lui disiez tout ça vous ?"

    Elle marqua un temps d'arrêt, comme si la question l'avait choquée. Mais finit par sourire.

    "A votre avis ?
    - Hé bien, je ne sais pas. Plutôt non. Pardonnez-moi mais vous n'avez pas l'air d'être une Conscience comme les autres.
    - Plutôt non. J'essaye de lui faire comprendre qu'une loi n'est jamais prise à la légère. Ce qu'elle cache. Et à qui elle profite. Ce n'est pas facile. Parfois, je me trompe. Parce que je n'ai pas toutes les cartes en main. J'ai de nombreuses hypothèses, mais jamais de preuves. Ça laisse de la place aux doutes. Et face au gouvernement qui apporte des réponses toutes faites et rassurantes. Des réponses à tout. Enfin, je ne vais pas vous ennuyer avec ça. Oh, regardez, il revient !"

    **

    Il avait marché dans un couloir qui lui avait paru immense. Au bout, un porte était ouverte. Ce qu'Aifé avait appelé l'angoisse était revenu et il avait dû se faire violence pour avancer. On lui en avait donné l'ordre, il ne devait pas reculer.

    Z lui avait demandé s'il croyait qu'il fallait obéir à tout et n'importe quoi. Oui, il en était convaincu. Et Z avait refusé de lui parler durant toute une journée : pour le laisser réfléchir. Il avait tourné le problème dans tous les sens et n'avait trouvé qu'une seule réponse possible. Oui, il fallait obéir. Sinon, on laissait place au chaos, à l'anarchie. On laissait aux autres la liberté de nous faire du mal. Non, il n'y avait pas de libertés sans loi.

    Mais il savait aussi que le libre choix n'était qu'illusion. Des scientifiques et penseurs de renom avaient démontré que l'homme n'était pas apte à choisir pour lui-même. Une infime partie de la population pouvait décider. Ce n'était pas pour rien qu'ils étaient au gouvernement et cela à vie.

    Une voix dans le couloir lui avait demandé de marcher plus vite. Il avait pressé le pas. Il était arrivé dans une petite pièce aveugle, à l'image des autres.

    On l'avait fait asseoir. On lui avait posé des questions. Il avait répondu sans mentir. On lui avait dit qu'il allait avoir de sérieux problèmes, de même que les autres. Z avait mal fait son travail. On lui avait rasé la tête puis on lui avait donné les vêtements obligatoires. Il s'était rhabillé. On lui avait donné l'ordre de retourner dans la chambre puis d'attendre qu'on vienne le chercher. Il avait refermé la porte derrière lui, s'était assis sur son lit et avait attendu.

    Dans le lit à coté, Aifé dormait. Rêvait. Son esprit battait la campagne en liberté. Et elle rêvait de couleurs. Des pigments. Ici, une explosion de rouge. Comme une plaie. Là, du jaune. Une traînée. De la douceur. Du bleu pour apaiser. Et du vert, surtout du vert. Mais aussi du violet. Elle découpait les couleurs, faisait surgir des traits, des spirales. Elle agençait les nuances à la manière d'un chef d'orchestre.

    Kieran fermant la porte derrière lui lui fit ouvrir les yeux. Elle le regarda abasourdie.

    "Attendez, mais vous avez fermé la porte derrière vous. Il n'y a personne qui referme derrière vous ?
    - Non, personne ne ferme la porte. C'était la même chose tout à l'heure."

    Aifé s'était levée d'un bond.

    "Attendez, vous voulez dire que vous avez vu que la porte était ouverte et vous n'avez rien dit ?
    - Oui, répondit machinalement Kieran, elle était ouverte dès le début. J'ai crû que vous le saviez."

    Deux pas et Aifé fut sur lui. Elle l'avait attrapé par le col, le forçant à se pencher. Elle le serrait tellement qu'il pensait qu'elle allait l'étrangler.

    "Mais vous êtes con ma parole. La porte était ouverte. Avec un peu de chance, on aurait pu partir. Mais là, ils ne vont pas tarder à venir. Et là, on sera vraiment bloqué. Crétin.
    - Mais personne ne nous a donné l'ordre de sortir."

    La réplique eut l'air de la calmer. Du moins, elle ne hurlait plus. Mais il vit ses yeux briller. Des yeux agrandis, presque fous.

    "Ah oui, vous, nous n'obéissez qu'aux ordres. Hé bien, ouvrez la bouche et fermez les yeux."

    Il obéit par instinct. Un crochet du gauche le fit tomber. Aifé bondit sur lui, maintenant ses épaules et ses bras au plancher. Elle voulut le frapper à nouveau mais un coup l'envoya au tapis.

    "Houps, je crois que j'y suis allée un peu fort", murmura Zélie en entrant dans la pièce.

    D'une torsion, Kieran fut sur ses pieds. A coté de lui, une autre femme se pencha sur Aifé qui gisait recroquevillée sur elle-même, le nez en sang.

    "Un peu plus et vous lui cassiez le nez"

    Elle ne prit pas la peine de répondre. Ses yeux s'étaient portés sur Kieran et ne le lâchaient plus.

    "Ah Z. Tu es là. Je t'ai cherchée. Tu n'étais pas à mes cotés. Si tu savais comme j'ai eu peur.
    Désolée monsieur, dit elle en baissant la tête, je ne le referai plus"

    Chacun des deux se regarda gêné. Elle se lança dans l'inspection prolongée dans ses chaussures. Et puis soudain, elle releva la tête.

    "Et puis zut. Je m'appelle Zélie, Kieran. Et depuis le temps que nous passons ensemble, tu peux me tutoyer."

    Il la regarda choquée. Un grand silence s'installa dans la pièce.
    Dernière modification par Althéa ; 21/04/2009 à 13h56.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    **

    Elle reprit lentement conscience. Son corps n'était que douleur. Ses blessures la lançaient, comme chauffées au fer blanc. A moins que ce ne fut la fièvre. Bientôt la fin. Ou l'avait elle outrepassée. Elle se souvint d'avoir attendu avec les autres. Des images d'un passé lointain supprimé de l'histoire lui était revenu à l'esprit. Des hommes, des femmes et des enfants rassemblés, rasés dépouillés de leurs effets personnels. Les plus faibles souvent. Le plus souvent les enfants y passaient en premier. Il y avait ensuite les fours crématoires et les charniers. On avait dit qu'on oublierait pas l'Histoire …

    Mais n'en était elle pas arrivée là en voulant la rappeler ? Chaque pays avait sa part d'ombre. Son pays avait eu finalement la pire. En marge de l'Histoire Officielle. Mais on forçait les gens à oublier. Pas de passé, pas d'avenir. Les gens devenaient passifs. Elle aurait peut être dû suivre le troupeau. Ne pas se poser des questions.

    Étourdie, elle avait oublié où elle avait rangé ses inhibiteurs. Peu de temps auparavant, quelqu'un avait fait exploser sa Conscience, sûrement dans le but de la tuer elle aussi. Sûrement quand elle avait découvert ce qui se cachait derrière l'Histoire Officielle qu'on lui faisait écrire avec quelques autres. Puis, elle s'était souvenue de ce qui s'était passé. Les images avaient afflué les unes après les autres.

    Elle avait passé des nuits sans dormir, horrifiée par ses souvenirs. Et puis, petit à petit, elle avait commencé à parler. De plus en plus souvent. Elle n'avait pas été surprise quand on était venu l'arrêter. Et elle était passé de l'autre coté de l'histoire. De l'autre coté du miroir.
    Elle leva le bras pour vérifier. Son matricule était toujours là, tatoué sur sa peau. Marquée.

    Elle referma lentement les yeux. Elle se sentait trop faible. Trop faible pour réfléchir. Juste assez consciente pour sentir qu'elle replongeait.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  11. #11
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    **

    "Déjà, essayons de procéder par ordre. Plus moyen de sortir. Ils ont refermé la porte.
    - Je vous l'avais dit. On aurait pu s'enfuir. Et il n'a pas été foutu de me dire qu'on pouvait sortir."

    Maëlis s'était interrompue. Aifé à coté d'elle ne décolérait pas. En face d'elles, Zélie et Kieran se tenaient chacun à un bout du lit. Ils n'avaient échangé aucun regard ni aucune parole. Ils semblaient gênés. Kieran peut être ne colère si cela lui avait été possible. Il montrait certains signes d'agitation que Zélie voyait apparaître avec anxiété. Il régnait dans la pièce une tension presque palpable, une sorte d'électricité. Et si Aifé ne se calmait pas, ils allaient exploser.

    "Écoutez, si vous n'avez que ce leitmotiv, on n'avancera jamais. Je suis consciente qu'il est frustrant de se dire qu'à l'heure qu'il est, nous aurions tous pu être dehors. Mais je vous rappelle qu'aucun de nous n'a vu que la porte était ouverte. A vrai dire, c'est plutôt compréhensible.
    - Compréhensible pour vous !, s'exclama la jeune femme, mais je suis tombée sur des dingues. Ça, c'est compréhensible. Ou vous êtes des dérangés fanatiques comme tous les autres. Complétement timbrés, des vrais zombies
    - Des quoi ?, demanda Kieran, sortant de sa torpeur.
    - T'occupe je te dis"

    Ils replongèrent dans un silence mutique.

    "Si vous le voulez bien, récapitulons pourquoi nous sommes ici, reprit Maëlis au bout d'un long moment. Aucun de nous n'a été arrêté officiellement."

    Hochement de tête collectif. Kieran observait Zélie, l'air interdit. Elle évitait de croiser son regard. Visiblement, il se souvenait, et se posait des questions. Et tout d'un coup, elle en eut assez.

    "Oui, je l'ai fait. Je vous … t' ai mis un coup de Taser. Parce que je savais qu'ils allaient venir. Ils avaient pris contact avec moi. Et comme je savais que tu ne te laisserais pas enlever"

    Kieran sursauta, les yeux écarquillés.

    "Pardon ?"

    Ils avaient sursauté, sous le choc. Zélie, quant à elle n'avait pas cillé. Au contraire, ses yeux s'étaient arrêtés sur ceux de Kieran et n'en avaient pas décollé. Il avait été trop surpris pour réagir. Détourner les yeux comme le règlement le stipulait.

    "Mais comment as-tu pu entrer en contact avec qui que ce soit. Je n'ai que les sites autorisés sur mon ordinateur. Et il ne s'ouvre que pendant mon heure réglementaire de loisir.
    - Un ordinateur, ça se pirate Kieran, avait elle répondu avec un petit sourire, et contrairement à ce que tu penses, je ne dors pas en même temps que toi.
    - Alors, tu m'as trahi"

    La voix de Kieran n'avait aucune pointe de colère, seulement un peu de déception. Peut-être. Les inhibiteurs continuaient de faire leur effet. Elle soupira. Au moins, il avait compris ce que "trahir" voulait dire.

    "Pourquoi ?"

    Elle eut envie de le gifler pour le faire réagir. Même les coups d'Aifé ne l'avaient pas fait sortir de sa torpeur.

    "Parce que je n'y arrive pas, parce que tu ne te rends compte de rien. Tu continues de vivre comme si de rien n'était. Tu te poses des questions mais tu ne veux rien savoir. Je voulais que tu passes de l'autre coté, que tu saches.
    - Attendez, la coupa brutalement Aifé, tu veux dire que tu sais pourquoi nous sommes ici ?"
    Dernière modification par Althéa ; 21/04/2009 à 13h55.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Zélie secoua la tête avec un soupir.

    "Je pensais le savoir. Mais plus on avance, moins j'y comprends quelque chose. Enfin … Et toi, avais-tu quelque chose à te reprocher ?"

    La question s'adressait sans aucun doute à Aifé. Trois paires d'yeux plein de curiosité se posèrent sur la jeune fille. Elle prit le temps de s'asseoir en tailleurs, le dos au mur avant de répondre.

    "Moi, je fais des photos. Enfin … je crois aussi que c'est que je les expose qui les gêne.
    - Mya ?", demanda soudain Maëlis.

    Le silence tomba l'espace d'une seconde. Aifé demeura quelques instants la bouche ouverte, surprise. Un temps, Maëlis crut s'être trompée. Mais elle reprit.

    "Tu es perspicace,dis-moi.
    - Je les ai vues aussi, intervint Zélie, c'est plutôt … saisissant. Ces hommes, ces femmes rassemblés. Ces sacs ensuite.
    - Des photos, les interrompit Kieran, il n'y a que des photos gouvernementales. Et toi, Z, tu les vois ?
    - Il aurait suffi de lever un peu la tête, soupira l'ancienne conscience, il y en a toujours au même endroit. A la place des portraits de notre gouvernement. Des différentes à chaque fois. Mais quand on est "convaincu" que tout est normal, on ne voit plus ce qui change."

    Kieran croisa les bras. Tout ceci le dépassait. Plus le temps passait et moins il ne comprenait pourquoi il avait été pris avec les autres. Mis à part la déprogrammation du collier de Z – chose qu'il regrettait à présent – il n'avait rien à se reprocher. Il suivait les préceptes à la règle, prenait ses inhibiteurs en temps et en heure et évitait de se poser des questions. Dès qu'il le pourrait, il partirait, et reprendrait sa vie normalisée. La perspective le fit se sentir mieux. Il entendit à peine Maëlis demander.

    "Mais pourquoi Mya ?"

    Aifé mit du temps à répondre, comme si elle laissait le temps à l'interlocuteur le temps de réfléchir à sa propre question.

    "Tu vois ce que c'est d'enfiler sa chemise par le mauvais coté. Se tromper volontairement de bouton ?"

    Maëlis secoua la tête.

    "Hé bien, ça n'a rien à voir"

    Zélie pouffa.

    "Pourquoi ? C'est peut-être moi, va savoir. Peut-être ma mère. Peut être un sigle. C'est ce qu'ils voulaient savoir là bas. Mais je leur ai pas dit. J'ai bien le droit de mettre ce que je veux en signature non ? Et toi, pourquoi tu es là ?"

    Maëlis pesa rapidement le pour et le contre. Puis se décida.

    "Hé bien, à force d'entendre les gens parler, j'ai fini par trop en savoir. Sinon, j'ai fait exploser volontairement ma conscience. Et je n'aime pas les garçons. Du moins, c'est le principal. Enfin, je crois que je suis mal embarquée.
    - Fichtre …" murmura Aifé.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  13. #13
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Le silence tomba à nouveau. Chacun retomba dans ses pensées. Ils savaient . Plus besoin de tergiverser d'avantage, de savoir. La réponse était là, de l'autre coté de la porte. Pas d'échappatoire. Pas d'évasion si ce n'est en soi-même. Seuls, ils l'avaient toujours été en fin de compte, au milieu de la multitude. Seuls jusqu'au bout.

    Zélie se recroquevilla dans un coin de mur, les yeux levés vers le plafond. Il n'y avait pas de fenêtre dans cette pièce non plus. Juste la glace qui leur renvoyait indifféremment leur image. Une pièce étonnamment claire et propre. Mobilier dépouillé se limitant à deux lits se faisant face. Sûrement le dernier paysage qu'elle verrait. Le blanc sur le mur, immaculé.

    Mentalement, elle dessina une porte donnant sur le ciel. Un ciel bleu dans lequel le vent faisait moutonner les nuages. Elle se tenait debout, en plein vent, les bras en croix. Elle s'envolait.

    "Zélie ?"

    En contrebas, une vallée. Des maisons blotties les unes à coté des autres. Un hameau. Et là commençait la forêt. Elle la rejoignait à toute vitesse. Bientôt, elle irait se perdre sous le couvert des arbres.

    "Zélie, tout va bien ?"

    Une main sur son front la rappela à la réalité. Maëlis la regardait, penchée au dessus d'elle, inquiète.

    "Vous frissonnez."

    Un visage empli de sollicitude, des yeux qui comprenaient. Pas les regards vides qu'elle avait l'habitude de croiser. Elle sourit.

    "Je crois que j'ai peur, tout simplement.
    - Je crois plutôt que vous avez de la fièvre. Les Consciences ne peuvent-pas avoir de la fièvre, non ?
    - Ça n'a plus vraiment d'importance"

    Maëlis alla se rasseoir, évitant le regard intrigué de Kieran.

    "Bon sang. Je veux sortir d'ici !"

    Aifé s'était mise à hurler. Non, elle n'en pouvait plus. L'enfermement, la peur. Trop, s'en était trop. Elle courut vers la porte et frappa contre les battants à coups de poings. Les autres la regardèrent médusés, incapables de réagir. Les coups sur les aspérités du bois lui faisaient saigner les poings, elle pleurait.

    Tout à coup, comme pour lui répondre, la porte s'ouvrit, laissant le passage à un homme. Grand, fort, le cheveu roux et ras. Sans un mot, il se saisit de la jeune fille et l'entraîna hors de la pièce. Elle eut beau le frapper, tenter de se débattre, il ne broncha pas. Ils disparurent de l'autre coté du couloir.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    **

    Zélie attendait. Assise, la tête entre ses bras, les yeux fermés. On les avait tous emmenés dans des pièces différentes. Les unes à coté des autres. Elle s'était assise et n'avait plus bougé. On aurait pu croire qu'elle dormait. Mais ses pensées agitées n'avaient rien à voir avec le sommeil.

    "Je voudrais que cette porte s'ouvre."

    Elle se souvenait. Enfant, quand elle était punie après avoir fait des bêtises, on l'enfermait dans sa chambre. Là, avec son imagination, elle ouvrait une porte et s'enfuyait. Derrière la porte, le pont. L'eau au dessous. Elle ne s'était jamais aventurée au delà. Juste le pont. Entendre l'eau couler, profiter du soleil. Au loin, on devinait une île. Mais toujours, elle avait gardé son exploration pour plus tard. Plus elle avancerait dans l'âge, plus elle imaginerait. Elle pensait encore avoir le temps. Elle ne s'appelait pas Zélie à l'époque. Zélie était un prénom de survie, d'emprunt. Un prénom à accoler à la lettre pour ne pas devenir folle. L'autre, elle l'avait presque oublié. Et elle le gardait comme un trésor caché. Plusieurs fois, ils avaient voulu lui faire oublier. Mais elle le répétait toujours, dans l'obscurité de sa chambre, comme une litanie. Lou, Lou, Lou ...

    Elle était justement sur le pont quand ils avaient fait irruption chez-eux. Elle avait entendu les cris et les coups. Son frère avait été maîtrisé le premier, puis sa mère et son père. On les avait emmenés. Elle s'était retrouvée seule dans la chambre vide. Puis ils étaient allée la chercher. Elle avait été incapable de fuir.

    Elle avait brièvement retrouvé son frère au camp d'entraînement des Consciences. Pas de nouvelles des parents. Ils avaient dormi l'un à coté de l'autre à même le sol, au milieu de tous les autres. Pas de couvertures, presque rien à manger. "Une vie à la dure", comme le précisaient leurs commandants. Chaque jour, après une toilette sommaire à l'eau froide venaient les travaux. Des travaux inutiles et pénibles. Porter de lourdes charges, puis les ramener au même endroit. Jusqu'à l'épuisement. Recommencer le lendemain. Encore et encore. Le soir, un Précepteur donnait des leçons de morales à ceux, moins en moins nombreux qui avaient survécu à la journée. L'Etat était bons, et ils lui étaient redevables. Ils devaient le servir sans faillir. Ils devaient apprendre par cœur les règles. Ils devaient se montrer dignes, même dans la douleur. On leur avait parlé des enfants spartiates qui élevés comme eux, à la dure étaient devenus d'excellents soldats. Et les enfants, trop jeunes pour réfléchir, trop épuisés pour regimber, trop brisés pour réagir s'étaient laissés convaincre. Ils avaient haï la médiocrité et embrassé la cause de l'Etat comme leur raison de vivre. Presque tous étaient devenus des Consciences accomplies et étaient montées dans les hautes sphères de la Sécurité. On en avait confié aux fils et filles des plus riches. Ils connaissaient les lois comme eux-mêmes. Et les défendaient avant leur propre vie.

    Pas elle. Une nuit, son frère était mort dans ses bras. Quel était son nom ? Elle ne s'en souvenait pas. Elle se souvenait juste de sa chevelure rousse, à l'image de la sienne. Les privations, les coups, la faim, la maladie. Son départ l'avait amputée d'une partie d'elle-même. Mais il avait fait naître au fond d'elle-même une haine entière et tenace contre le gouvernement et lui avait permis de tenir.

    "Je voudrais que la porte s'ouvre."

    Mais la porte ne s'ouvrait pas. Pas cette fois. Elle était trop effrayée pour la faire s'ouvrir. Il y avait des rumeurs à propos des Consciences qui disparaissaient. On disait qu'elles … Et ne commençait-elle pas à avoir de la fièvre ? Ce n'était qu'un avant goût. Et il y avait aussi cette pièce. Cette pièce nue aux murs blancs dans laquelle on l'avait traînée. Elle devinait la présence des trois autres dans les autres cellules. Elle percevait leurs doutes, leurs tensions. On les avait laissés seuls, et ils avaient peur. Plus le temps passait et moins ils étaient fixés sur leur devenir, une vraie torture. En attendant, il ne lui restait plus qu'une conviction.

    "Lou, je suis Lou, et je voudrais que la porte s'ouvre."
    Dernière modification par Althéa ; 25/04/2009 à 18h43.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Maëlis s'était allongée à même le sol. De toute façon, il n'y avait pas de lit dans cette chambre là. Il n'y avait rien, même pas de couleur. Un blanc sale, maladif. Un blanc de linceul. Un blanc de mort. C'était cela. La mort sourdait le long du mur. Chez elle, elle avait pu avoir de la couleur. Il suffisait qu'elle déploie ses charmes et les couleurs apparaissaient. Elle faisait presque comme les oiseaux, qui étalaient leurs couleurs pour faire venir leurs belles.

    Elle essayait de ne pas penser. Parce qu'elle savait que la Conscience n'avait pas toujours été ce type rasoir et toujours derrière votre dos pour vous rappeler les règles. Elle était toujours capable de penser par elle-même. Et elle se dégoûtait. Cela faisait déjà quelques années.

    Elle avait menti à Zélie. Elle se souvenait. Là haut. Il y avait la mer et elle aimait s'y baigner. Sa peau était halée et non pas blanche à cause de la vie sous terre. Le soleil artificiel n'apportait aucune couleur. Il chassait juste l'obscurité. Mais elle se souvenait surtout de sa fille. Elle n'avait pas respecté les précautions d'usage et s'était retrouvée enceinte. Le responsable lui avait proposé de lui donner sa fille contre un peu plus de liberté. Elle avait accepté. Qu'était devenue la gamine ? Elle ne l'avait jamais su. Et avait préféré ne jamais le savoir. Elle avait vendu sa fille pour une fenêtre donnant sur un carré de ciel bleu à la surface. Et aussi le droit d'aller où elle voulait.

    Et puis, elle ne voulait pas voir. Ceux qui venaient lui parlaient de leur travail, de leurs privilèges, de leur vie. Si elle s'était révoltée au début, elle avait fini par laisser dire, arrêter de se poser des questions. Sinon, elle n'en dormirait plus la nuit. Mais elle continuait de dépérir. Elle se sentait fatiguée, irritable. Prisonnière. Prisonnière, oui, c'est cela le mot. Avant, elle n'était pas derrière les murs d'une prison mais se ressentait une implacable sensation d'enfermement.

    Elle avait minaudé pour obtenir de la lecture, celle qui était prohibée. Certains poètes lui avaient renvoyé une réponse. Le ciel bas et lourd pesait comme un couvercle. Et la pluie dessinait les barreaux d'une prison. Elle s'était réfugiée dans les écrits, ceux qu'elle avait toujours rechigné à lire étant petite.

    Elle n'avait pas été petite longtemps à vrai dire. Fille de parents qui n'avaient pas voulu obéir aux règles, elle aurait dû être déportée à son tour ou devenir Conscience. Elle avait dix ans à l'époque et mourait de peur. Un des généraux avait repéré son joli minois dans la foule. Il lui avait proposé de la prendre sous son aile si elle promettait d'être toute à lui. Elle avait accepté. Il lui avait acheté une Conscience haut-de-gamme ainsi que tout ce qu'elle souhaitait. Quand elle avait eu quatorze ans, il l'avait mise dans son lit. Elle ne s'était pas posé de questions. Il l'avait instruite du mieux qu'il avait pu. Par chance, il était lettré. Trop lettré. Suite à une dénonciation, il avait été déporté à son tour. Elle avait été vendue à une maison de plaisir. Elle était devenue la préférée de tous. Et en avait tiré profit.

    Derrière la porte close, sa conscience l'avait rattrapée. Et elle pleurait sans pouvoir s'arrêter.

    **
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  16. #16
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Les mains attachées dans le dos, appuyée contre le mur, Aifé pensait à Mya. Mya à la cuisine, Mya réparant le toit, Mya et son sourire. Le prénom allait et revenait associé au souvenir. Elle le déclinait à tous les modes, à tous les temps. Au désespoir, à l’angoisse, à la nostalgie. Mi-A, mis a … Mya de pleurs et de dégoûts, Mya de nostalgie, de violence. Mya de colère, de révolte.

    Elle faisait parler sa colère à coups de photos prises sur le vif, placardées sur les murs. Des photos des « déportés » mais aussi du dehors. Des mots, des phrases écrites à la bombe rageuse sur les murs. Elle dénonçait. C’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour ne pas sombrer.

    Elle était seule, seule avec son grand-père. Ils changeaient de maison presque chaque mois pour ne pas être retrouvés. Chaque mois, c’était le même rituel, le même silence, la même fatigue, la même peur. Le vieux commençait à devenir trop vieux pour cela. Il lui parlait déjà de laisser tomber, lui recommandait de le laisser. Mais elle refusait. Il était sa seule ressource, la seule personne qu’elle connaissait.

    Et pourtant, ils ne s’étaient pas toujours entendus ni compris. Un conflit de générations tout simplement. Mais ils s’aimaient sans avoir à se le dire. Ensemble, ils faisaient revivre leurs fantômes, s’animer leur nostalgie. Ils n’étaient pas d’accord sur tout, presque sur rien à vrai dire. Il préférait se cacher et survivre, elle souhaitait agir.

    Et il devait s’inquiéter, pensant qu’elle s’était fait prendre. Et il n’avait pas tort. Les informations du soir le mettraient sûrement au courant de sa capture. De toute façon, ils le savaient très bien l’un et l’autre, elle était en sursis. Et c’était finalement arrivé.

    Il l’attendrait un long moment, comme tous les jours. Puis il déciderait qu’elle ne rentrerait pas. Et petit à petit, il se laisserait dépérir. Ou peut être se ferait il prendre puisqu’elle n’était plus là. Mais elle ne voulait pas penser à lui, ni à ce qu’il allait advenir. Elle pensait à Mya.

    Toute la pièce en était peuplée. Elle sentait sa présence autour d’elle, la pièce était Mya, le monde était Mya. Son univers, une seule personne. Maintenant séparée par un abîme qu’elle ne pouvait plus franchir. Petite, elle avait demandé chaque soir combien de fois il fallait dormir pour retrouver Mya. Il ne lui répondait pas. Elle avait fini par comprendre. A pas de loup, elle avait fini par grandir. A pas de loup, furtive, elle avait appris à survivre. Survivant à Mya, faisant vivre son souvenir. Jusque là.

    Se roulant en boule autant que les cordes le lui permettaient, elle finit par s’endormir.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  17. #17
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    ***

    Kieran regardait sa montre. Mais il savait très bien que le temps n'avait plus cours dans cette pièce là.

    Il vit passer l'heure de rentrer du travail, vint ensuite celle des loisirs imposés (une heure à regarder la chaîne du gouvernement diffusant le Grand Jeu), puis venait l'heure de la toilette et enfin celle de l'extinction des feux. Le sommeil. Normalement, il aurait dû dormir. Mais pourquoi ne dormait il pas ?

    Il sentait passer les heures, et même les minutes. Les secondes inconfortables s'égrainaient à travers lui. Il était homme de temps, et de rigueur. Il était homme de principes et de coutumes, de règles. Et on lui avait fait l'affront de l'arracher à son quotidien, lui qui n'avait rien demandé.

    Il sentait une boule dans sa gorge chaque fois qu'il pensait à Zélie. Il la voyait, toujours à quelques pas derrière lui, docile. Amicale. Avec ses cheveux roux, sa peau pâle et ses yeux ronds. Des yeux constamment étonnés. Et elle l'avait trahi.

    Pour sauver Zélie, tapez 3. Non, il n'en était pas question. Il l'éliminerait si il avait le choix. D'un coup, il arrêta ses pensées, effrayé. Non, il ne voulait pas ça. Mais il ressentait de … de la colère. Oui, c'était ça. Il y avait aussi de l'angoisse qui lui faisait mal à l'estomac et lui asséchait la gorge.

    Il y avaient aussi des images. Des sensations et des odeurs. Des couleurs éclatantes, vivantes. Il entendait des rires autour de lui. Et ce n'était pas le rire de Zélie. Elle riait très rarement. Mais souriait beaucoup. Le sourire était permis mais simplement devant un supérieur. Mais Zélie lui en avait fait cadeau, en cachette. Parce qu'elle disait que le sourire était pour tout un chacun. Il aurait voulu faire de même, essayer de l'imiter. Mais les coins de sa bouche étaient restés immobiles, incapables de bouger. Lui ne souriait jamais. Il ne savait plus pourquoi.
    Il regarda de nouveau sa montre. Théoriquement, il aurait dû se lever. Venait ensuite la demi-heure d'entretien du corps obligatoire, puis la douche obligatoire – seul moment où il y avait de l'eau, puis ensuite le salut du drapeau obligatoire et ensuite le bus qui ramassait les travailleurs serait venu le chercher.

    Zélie lui avait demandé s'il ne trouvait pas étrange, tous ces obligatoires. Non, pas du tout, ils le sécurisaient. Ils structuraient sa vie. Ils étaient sa vie. Et il les aimait. Elle avait soufflé dépitée. Il avait clos le chapitre. De toute façon, c'était l'heure du Grand Jeu, et il fallait qu'ils regardent pour pouvoir voter.

    Tout lui manquait. Et il n'avait plus de base solide. A part la porte fermée qui lui interdisait de sortir …
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  18. #18
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    "Sortez. Vous pouvez sortir. Vous ne risquez rien."

    Les quatre, chacun dans leur cellules avaient sursauté et levé la tête. Un haut parleur au plafond. Aucun d'entre eux ne l'avait remarqué. Peut-être n'avaient-ils pas voulu le voir. Une voix claire au bout d'une éternité de silence. Maëlis sécha ses larmes et se leva lentement. La porte s'ouvrit devant elle comme par magie. De l'esbrouffe. Sûrement un bras automatisé. Pas assez pour l'impressioner. Mais trop pour la rendre méfiante.

    Elle sortit doucement et regarda autour d'elle. Personne. Devant elle, un grand couloir à la peinture défréchie dans la lumière crue. Rien. Sans doute un immeuble réquisitionné puis abandonné par le gouvernement. Puis ensuite repris et emménagé à la va-vite par une organisation quelquonque. Plus personne pour les escorter. Ce n'était pas le local de la police. Devant elle, un grand couloir. Elle avança. En dépit de tout. Elle espéra que si quelque chose devait lui arrivait, cela se passerait vite et plutôt proprement. Qu'on nettoie sur le mur les éclaboussures de son sang ou de sa cervelle lui semblait une perspective assez salissante. Et plutôt désagréable. Au delà du couloir, une porte. Elle l'ouvrit.

    Une personne se tenait debout, à coté de la porte. Maigre, plutôt grande, les épaules un peu voutées. Bien qu'ayant eu peu de temps pour la voir, et encore moins debout, elle la reconnut sans mal. Zélie. Apparemment, elle n'avait pas osé aller plus loin. Ou peut-être attendait-elle quelque chose. Ou quelqu'un. Elle semblait nerveuse, et épuisée. Elle lui tapa doucement sur l'épaule.

    Zélie se retourna avec un sursaut. L'angoisse l'avait obligée à s'arrêter. Visiblement, on l'attendait de l'autre coté de la pièce. Mais elle n'avait pu aller plus loin. Elle s'était arrêtée. Peut être avait on déjà passé les autres par les armes. Peut-être était-elle la dernière. Maëlis, en lui tapant sur l'épaule lui fit la peur de sa vie. Elles virent comme dans un miroir leurs visages pâles et les cernes mauves sous leurs yeux. La nuit avait été mauvaise. Et il y avait de la fièvre dans les yeux de Zélie.

    "Ça n'a pas l'air de s'arranger, on dirait"

    Zélie secoua la tête avec une ombre de sourire. Puis, mine de rien, elle porta son regard vers la porte. Si Maëlis était là, peut être n'était-il rien arrivé à Kieran. Le doute planait plutôt sur Aifé. Mais ce fut elle qui franchit la porte derrière Maëlis, en se frottant les poignets. Elle lut dans les yeux des deux autres un mélange de surprise et de soulagement.

    "Ben oui, je suis là moi aussi. On attend l'autre ?"

    Pas besoin de comprendre de qui elle parlait. Kieran arriva peu de temps après, blanc comme un linge. Visiblement, l'angoisse continuait à le tenailler. Une sensation dont il ne se lassait visiblement pas. En même temps, il n'y avait rien d'autre à éprouver. Ses yeux se posèrent sur Zélie, un bref instant puis se détournèrent. Il ne pouvait pas oublier qu'elle l'avait trahi. Mais en même temps ... Peut-être n'avait-il pas voulu la voir disparaître après tout. Elle lui sourit. Il l'ignora.

    Dans le haut parleur, la voix reprit.

    "Je vous attends"

    Ils se remirent en route sans vraiment y penser. Un pas, deux pas, dix. Ils marchèrent vers le bout de la pièce. Le sol descendait sous leur pas. "Vers quel enfer ?", se demanda fugitivement Maëlis. La pièce leur semblait immense, illimitée, interminable. Ils n'en voyaient pas le bout.

    Kieran d'abord, puisqu'après tout, on lui avait donné un ordre. Maëlis le suivant de quelques pas. Zélie suivait. Aifé marchait à reculons, cherchant le moment propice pour s'enfuir.

    Au bout de la pièce, une sorte de régie, équipée d'écrans et de micros. Ils n'eurent pas le loisir de les contempler. A leur pieds, six cadavres parmi lesquels ils identifièrent à leur vêtements ceux qui étaient venus les chercher. Le sang qui avait giclé dans un premier temps sur les murs coûlait paresseusement à leurs pieds. La plupart tenaient encore leur arme.

    Dans un coin, assise sur une chaise une jeune femme prostrée. Les cheveux ras, on l'avait habillée à la va-vite d'une chemise et d'un pantallon trop grand. Maigre et d'une pâleur cadavérique, aux abois. Elle ressemblait à une des "déportées" dont Aifé placardait les visages au nez et à la barbe du gouvernement. Elle sembla ne pas voir arriver les autres, les yeux contemplant quelque chose qu'elle était la seule à voir.

    Devant elle, un adolescent d'une quinzaine d'années. Le visage déjà marqué. Il sourit à leur approche et leur fit signe d'avancer. Dans sa main, un pistolet renvoyait la lumière crue du néon. Ils obéirent médusés. Il semblait grave, à bout, en fin de course. Et quand il prit la parole, sa voix était si éraillé qu'ils en sursautèrent tous.

    "Déjà, pardonnez moi pour vous avoir fait venir de cette manière. Aifé, vous trouverez votre véhicule au bout du couloir."

    La jeune femme hocha la tête avec un frisson de soulagement. Si on lui indiquait où était son véhicule, peut-être que ... Son regard s'attacha malgré elle aux cadavres par terre. Ou peut être pas.

    "Ils ont choisi, repris le garçon, comme s'il avait lu ses pensées, et il ne vous sera fait aucun mal. Aujourd'hui, vous devez prendre le relai. Maintenant, vous devez être les yeux. Vous devez être le début de la fin. Les déclencheurs. Et peut-être la mort"

    Kieran acquiessa à ce discours cybillin auquel le gouvernement l'avait habitué. Zélie et Maëlis prirent le temps de peser les mots les uns après les autres. Seule Aifé réagit.

    "Attendez, c'est quoi ce délire ? Dites, on est pas dans Matrix là ! Et on veut pas adhérer à la secte des panneaux solaires. C'est clair, coco ?"

    Il lui sourit, d'un air indulgent, comme face à un imbécile qui ne veut pas comprendre. Un cd-rom apparut dans sa main, comme par magie. Il le lui tendit. En l'empochant, elle remarqua que ses mains n'étaient ni couvertes de sang ni de poudre. Pas l'auteur du massacre. Ouf ...

    "Vous devez voir, répéta-t-il comme une litanie, vous devez être le déclencheur, le levier qui soulèvera le monde. Il l'avait dit, il faut un levier solide pour soulever le monde. Vous devez être ce levier. Promettez-le moi"

    Kieran hocha la tête. L'adolescent plaqua le pistolet contre sa tempe.

    "Bonne chance alors. Je vous passe le relais"

    Elles tentèrent de se précipiter, d'arrêter le geste. Le coup de feu sembla résonner indéfiniment dans les couloirs. Le gosse s'effondra, se recroquevillant sur lui-même. Aifé tomba à genoux, Maëlis se tourna pour vomir et Zélie s'évanouit. Kieran, lui, n'avait pas bougé.

    La porte, le pont. Le village derrière. Elle se rappelait d'un film qu'elle avait vu toute petite, dans un autre temps, celui où elle s'appelait encore Lou. Elle ne se souvenait plus lequel. Le héros en mourant franchissait la porte et retrouvait les siens. Elle, elle voyait une île. Ou plutôt son impossibilité. Plus tard, elle en esquisserait les contours.

    "Zélie ?"

    On lui tapotait la joue. Elle ouvrit lentement les yeux. Le visage inquiet d'Aifé lui sourit.

    "Hé, ma grande, c'est pas tout ça. Mais c'est pas trop le moment de faire bronzette."

    Elle lui tendit la main. Une main plutôt menue, et moite pour l'occasion. Maëlis vint en renfort. Elle se releva doucement, les jambes encore tremblantes.

    "Non, dit-elle le coeur au bord des lèvres, on a pas vu ça. Ce n'est pas arrivé.
    - Je crois que si, murmura Aifé, les larmes au bord des yeux, il faut pas rester là. On va aller chez moi. Juste le temps de se reposer un peu. Et de voir ce qu'il m'a donné".

    Elle hocha la tête. De toute façon, pas d'autre choix.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  19. #19
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    "Et elle aussi, si elle veut bien", aujouta Aifé.

    Le regard de la jeune fille se porta vers le fond de la salle. L'inconnue prostrée sur son fauteuil s'était levée. Profitant de la panique générale, elle s'était emparée du pistolet. Elle tenait Aifé en joue.

    "'N'approchez pas. Je n'hésiterai pas à faire feu"

    Un éclair de panique presque palpable passa dans le groupe.

    Aifé, maîtrisant avec peine sa panique leva les mains. Autour d'elle, les autres reculèrent presque instinctivement.

    "Hé, je disais juste ça comme ça. Si vous ne voulez pas venir avec vous, ne venez pas. Pas la peine d'en faire un plat. C'est pas comme si on était en dictature ici."

    L'humour eut l'air de faire mouche car la femme sourit. Maëlis pouffa. Un léger silence. La jeune femme abaissa son arme. La tension commençait à retomber quand elle reprit la parole.

    "Vous n'avez pas compris, mais ils veut qu'on lutte. Tous les cinq. Ils veulent qu'on les fasse réagir. Qu'on lute contre le gouvernement. Et moi, je ne veux pas. J'ai déja essayé. J'ai déjà trop donné. J'ai vu la vraie Histoire, et ils me l'ont fait payer.
    - Attendez, intervint Zélie, de plus en plus inquiète. Quelle histoire ? Qu'est-ce qui s'est passé ?"

    Nouveau silence. Très pesant celui là.

    "Vous ne vous en souvenez pas, hein ? Les bombes, leur plan anti-pollution, et le reste ... Non, ça ne vous dit rien. Vous étiez peut-être trop jeunes. Mais vous allez le voir. Il suffit de regarder au bon endroit. Ils veulent que vous avertissiez les autres. Moi, j'ai déjà essayé. Et personne n'a bougé. Ils ne méritent que de mourir dans leur bêtise. Et moi, j'ai déjà donné"

    Cette fois, elle plaça le pistolet dans sa bouche. Juste quelques secondes. Pas d'hésitations. Elle n'avait pas tremblé.

    Des larmes avaient roulé sur les joues d'Aifé. Elle les essuya d'un revers de sa manche, d'un geste rageur.

    "Bon, je ne sais pas vous, mais je me casse."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  20. #20
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Ils étaient sortis de cet endroit de mort le plus vite qu'ils avaient pu. Comme l'avait promis l'adolescent, la voiture l'attendait au bout du couloir, dans un parking désert à coté d'un parapet. Aifé s'était penchée malgré elle pour regarder. La ville s'étendait en contrebas. La ville. C'était un bien grand mot pour désigner les galeries souterraines dans lesquelles ont avait construit les immeubles, à même la terre. De l'odieux troglodyte dans lequel on venait s'entasser.

    Son grand père lui avait parlé de nombreuses fois du problème de la pollution des airs, jugée la plus grave. Ou plutôt de la façon dont on avait réglé le problème. Selon les scientifiques, il y avait trop de gens donc trop de pollution. Trop en surface. On avait donc décidé de diminuer la population. Du moins, en surface. Il avait donc décidé que ceux qui en avaient les moyens pouvaient rester sur terre. Les autres iraient crever en bas. Crever. Non, plutôt s'abrutir. Mener une vie qui n'en était pas une. Il suffisait de regarder en haut pour le savoir. Les loyers en surface avaient augmenté considérablement, les immeubles en bas étaient presque gratuits. Et puis, après, les gens n'avaient plus eu le choix. Ceux qui refusaient de descendre avaient été "déportés". En bas, les gens pouvaient mourir, on s'en fichait. L'effet de serre avait diminué, le trou de la couche d'ozone s'était reformé, les glaciers s'étaient de nouveau ornés de neige blanche et les eaux étaient redevenues limpides et sans surpêche. Vive le gouvernement ! Et vive la nourriture lyophilisée !

    Quant à la ville en elle-même … Les galeries souterraines étaient éclairées en permanence pour que la sécurité puisse toujours voir les éventuels rebelles. Une lumière crue, artificielle, accusatrice qui vous faisait vous sentir coupable dès le premier coup d'oeil. Les stores vous apportaient un semblant de nuit, mais aucunes étoiles. Presque aucun souffle d'air. Pas de nuages. Et à coté des immeubles, pour permettre la circulation, des autoroutes s'entassant les unes sur les autres pour mieux s'effondrer au moindre séisme. C'est qu'il y en avait du monde, là au dessous. Et le monde dormait, léthargique au milieu des directives. On ne vivait plus, on survivait. Elle soupira.

    A coté d'elle, Maëlis l'observait. Elle devait avoir à quelques années près le même âge que sa fille. Une vingtaine d'années environ. Mais elle savait d'emblée qu'elles ne se ressembleraient pas. Sa fille vivait à la surface. Elle devait avoir le teint rose et le visage poupin. Quant à Aifé … Les traits tirés, la peau si pâle que ses yeux bleus sombres paraissaient presque noirs. Maigre plus que mince. Nerveuse, osseuse. Et les cernes mauves sous les yeux. Ceux qui ne prenaient pas d'inhibiteurs ne dormaient pas dans la ville sans sommeil. Trop de questions, de soucis, de réponses. Surtout quand on avait décidé de ne pas suivre le mouvement. Y avait il une légitimité à la révolte quand il était si facile de se laisser glisser ?

    Son regard se posa sur Zélie. Celle-ci, comme Aifé contemplait la ville. Fatiguée, le teint cireux, les yeux hagards. Les dents serrées. Elle souffrait. Il n'y avait pas de vieux os pour les consciences renégates. Et elle devait le savoir. Et avait choisi en connaissance de cause. Elle commençait déjà à s'affaiblir. Elle ne savait pas ce qu'elle aurait choisi à sa place. La paix avec elle-même ou la vie.

    Au moins, maintenant, elle n'avait plus le choix. Mais elle avait peur, sacrément peur. Pire que ça, elle se sentait effrayée. A partir de maintenant, elle avait basculé dans la plus totale illégalité, de l'autre coté du miroir. Dans peu de temps, on les traquerait. Elle n'osa pas imaginer la réaction de Kieran. Celui-ci se tenait prostré à coté de Zélie, et ne réagissait pas encore. Bientôt peut-être.

    Son regard se reporta sur Aifé. Elle pleurait maintenant, sans se cacher. Sur quoi ? Impossible de le dire. Peut-être simplement de fatigue. Parce qu'elle avait peur peut-être. Ou à cause de ce qu'ils venaient de vivre.

    Sentant son regard posé sur elle, elle se retourna et lui sourit brièvement.

    "Bon, c'est pas tout ça. Mais il faudrait qu'on y aille. Mon vieux va se faire du mouron"
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 227

    Re : Sans titre pour le moment ...

    Ils roulaient à présent, cernés par l'obscurité du tunnel. Un grand voyage dans l'obscurité, voilà comme était la route pendant presque toute la durée du trajet. Pour le moment, ils ne risquaient rien. La brigade de sécurité n'intervenait pas dans les tunnels. Une collision, un accrochage et tout risquait de prendre feu. Puis viendrait la sortie, et les ennuis commenceraient. En attendant, ils roulaient, chacun fixés sur leurs pensées.

    Assise sur la banquette arrière, la tête touchant la vitre, Zélie sombrait peu à peu dans le sommeil. Elle savait qu'elle devait luter, s'accrocher. Mais elle se perdait peu à peu dans les méandres de la fièvre. Non, les Consciences ne devaient jamais trahir, sinon, elles mouraient. Et c'était vraisemblablement ce qui lui arrivait. Et rien ni personne ne le changerait.

    Au camp d'entraînement, on leur avait dit que la mort n'était rien, sinon un long sommeil. Un long repos. Et qu'ils ne devaient pas la craindre. D'autres formateurs, plus durs leur avaient dit qu'ils n'avaient pas à craindre la mort parce qu'ils ne vivaient pas. Ils n'étaient pas là pour vivre, mais pour obéir. Pour servir aussi. Et jusqu'à présent, elle n'avait pas vécu.

    Étrange ironie, ce n'était que maintenant, prête à passer de l'autre coté qu'elle se sentait vivante. Ou peut-être rêvait elle qu'elle vivait. Rien de tout ce qu'elle avait vécu n'était vrai. Sous peu, elle se réveillerait, sous une autre forme, d'autres cieux.

    Elle sentit quelque chose couler de son nez. Elle s'essuya doucement du revers de sa manche et ne fut pas surprise de voir du sang. Le processus était enclenché. Elle le savait déjà. Combien de temps lui resterait-il avant de franchir la frontière ? Aurait elle le temps d'imaginer son île ? Non, il ne fallait pas penser à ça. Avant, il fallait vivre. Se rattacher à la vie. On leur avait donné quelque chose à faire, une mission de vivant. Bien sûr, ils ne comprenaient pas encore. Mais ils allaient agir. Tout simplement parce qu'il le fallait.

    Elle croisa dans le rétroviseur le regard de Maëlis, les sourcils froncés. Elle s'inquiétait. Elle lui sourit et secoua la tête.

    "Courage Zélie on arrive, murmura Aifé, après, tu pourras te reposer"

    Alors, elle aussi s'inquiétait. Elle ferma doucement les yeux.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. Qui joue à IWD II en ce moment ?
    Par Al'thor dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 65
    Dernier message: 29/05/2013, 20h06
  2. [Thema] Le moment le plus épique ?
    Par Thot dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 12
    Dernier message: 01/02/2009, 23h24
  3. [SOLUCE] Titre de propriété de Lancevent
    Par etrigan dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/04/2007, 17h39
  4. [MOD] Edwin part sans prévenir, mod pour éviter ?
    Par Manshoon dans le forum Le Festival de Nashkel : les modules BG1
    Réponses: 9
    Dernier message: 18/10/2006, 12h03
  5. Réinstaller un mod weidu sans désinstaller les suivants ?
    Par zefklop dans le forum Programmation WeiDU
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/01/2006, 12h17

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251