Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Petits contes comme ça ...

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 202

    Petits contes comme ça ...

    Au commencement des temps, il n'y avait rien qu'une réalité morne et pesante. Il y eut un homme, il y eut une femme, il y eut un enfant. Et ce premier enfant s'anima et se mit à rire. Et ce rire se brisa en un milliard d'éclats qui transpercèrent le rideau de la réalité et y ouvrir de nombreuses brèches. Ainsi naquirent les contes ...

    Un petit sujet pour les contes. Si des contes vous ont plu, que vous avez envie de les ré-écrire, et même d'en inventer, ce topic pourra les abriter.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 202

    Re : Petits contes comme ça ...

    La voix des sables (PERSE)

    Il était une fois, un lac perdu au milieu d'un désert de sable. Un jour, un nuage l'avait déposé là, il y a si longtemps qu'il ne s'en souvenait plus. Mais il se trouvait là, au milieu de dunes désséchées, recouvertes de sable. Plus aucun arbre ne poussait autour de lui pour lui offrir son ombre. Il pensait sa situation devenir immuable et s'attendait à mourir, asséché dans la plus profonde indifférence.

    Mais une voix venant des sables se fit entendre, mélodieuse, forte et douce.

    "Le vent traverse le désert. Pourquoi le lac ne pourrait pas en faire autant ?"

    Le lac regarda autour de lui. Tout ses chemins n'étaient que des étendues arrides. Et il ne savait pas voler comme le faisait le vent.

    "Fais confiance aux brises. Au grand souffles qui vont. Laisse toi absorber et emporter au loin"

    Comment cela, faire confiance ? Changer d'un coup ? Devenir aussi fragile qu'un souffle et se laisser emporter au loin ? Non, ce n'était pas possible. Il ne voulait pas changer. A bien y réfléchir, il préférait rester tel qu'il était, même s'il devait mourir peu à peu. Après tout, rester tel qu'il était était bien plus enviable que toute autre chose ... Mais la voix des sables reprit :

    "La vie est faite de métamorphoses. Le vent t'emportera au delà du désert. Il te laissera tomber en pluie, tu redeviendras rivière"

    Le lac prit peur et se mit à crier :

    "Mais je veux rester fleuve tel que je suis
    - Tu ne peux pas. Et si tu parles ainsi, c'est que tu ignores qui tu es. Sache que tu fus déja maintes fois emporté par le vent, tu vécus dans les nuages pour à nouveau retomber sur la terre et redevenir tel que tu étais avant"

    Le lendemain, le fleuve se fit brume et le vent l'emporta. Il le porta bien au delà du désert, vers une terre fertile niché doucement au coeur de son nuage et le porta au dessus d'une terre fertile.

    Et la voix des sables annonça.

    "Réjouïssez vous car un nouveau lac va naître. Il va pleuvoir là bas où pousse l'herbe tendre. Nous savons tout des mille visages que peuvent prendre nos vies nous qui sommes tous semblables"

    Et il se mit à pleuvoir. Et petit à petit, le lac se reforma.

    Et la voix sans cesse parle. Comme la mémoire du monde, la parole reste infinie ...

    L'arbre généreux ...(FRANCE)

    Il était une fois un pommier qui aimait un enfant. Et l'enfant aimait l'arbre. Il aimait grimper à son tronc, se cacher dans ses branches. L'arbre lui offrait l'ombre de son feuillage, une cachette et la saison venue ses plus belles pommes. Et l'arbre était heureux ...

    Mais voilà que l'enfant s'en alla. L'arbre attendit longtemps que l'enfant revienne. Et l'enfant revient. Alors, l'arbre demanda à l'enfant s'il voulait de nouveau grimper à ses branches. Mais l'enfant secoua la tête et répondit :

    «*Non, je suis bien trop vieux pour jouer maintenant. J'aurais besoin de bois pour construire ma maison et me chauffer l'hiver ...
    Alors, prends donc mes branches*» dit l'arbre en secouant son verdoyant feuillage.

    Alors, l'enfant prit une échelle, coupa une à une les branches de l'arbre et repartit ...

    Et l'arbre fut heureux ...

    Puis l'arbre attendit de nouveau le retour de l'enfant. Il attendit longtemps, beaucoup pour une vie d'arbre. Et quand l'enfant revint, il avait encore vieilli. Ses cheveux bruns étaient devenus poivre et sel.
    L'arbre était heureux.

    «*Viens t'asseoir près de moi, profite de mon ombre*» dit il simplement.

    Mais l'enfant secoua la tête.

    «*Non, je n'ai pas envie de rester sans bouger. Au contraire, j'ai envie de découvrir le monde. Je voudrais construire un bateau
    Alors, prends donc mon tronc*» répondit bravement l'arbre.

    Alors, l'homme prit une hache et coupa le tronc d'arbre, ne laissant qu'une vieille souche, et repartit. Et l'arbre fut heureux.

    Et l'arbre attendit longtemps le retour de l'enfant. Et quand l'enfant revint, il était devenu un vieil homme.

    «*Te voilà, dit l'arbre tout heureux, mais je n'ai plus ni branches, ni tronc, ni pommes ... Je suis désolé, je ne peux pas t'offrir grand chose ..
    Je suis trop vieux pour grimper à tes branches, je n'ai plus de dents pour les pommes. A vrai dire, je ne voudrais rien faire d'autre que m'asseoir ...
    Alors, viens et assieds toi sur moi, sur cette vieille souche que je suis devenu*»

    Et l'homme posant doucement sa câne s'assit pour se reposer ...

    ... et l'arbre fut heureux ...

    Les babouches d'Abou Kassem (IRAK)

    Abou Kassem était connu dans tout Bagdad comme l'homme le plus pingre, le plus grigou, le plus fesse Matthieu que la terre ait jamais porté. Il était si pingre qu'il se déléctait chez lui de ses monceaux de richesses, se déléctait de mets savoureux, prenait des bains dans du lait d'ânesse, roulait son corps empli de graisse sur des monceaux d'or. Mais quand il allait en ville, il ne voulait pas que sa fortune s'ébruite. Dès qu'il franchissait le seuil de sa maison, il se vêtait comme le plus pauvre des mendiants. La pire pièce de ses vêtements était ses babouches. Maintes fois usées, maintes fois rapiécées, troiées et décornées ... Tout le monde à Bagdad connaissait les babouches d'Abou Kassem.

    Un jour, notre homme en se promenant dans la médina acheta pour une bouchée de pain des petits bocaux de verre et des pétales de rose séchés. Un de ses oncles lui avait appris comment distiller des fleurs pour en extraire une essence des plus raffinés. Voila qui lui rapporterait une fortune. Il se devait de fêter ça. Tout homme qui se respecte aurait organisé un banquet pour célébrer l'événement avec ses amis. Mais notre homme décida qu'il devait se faire plaisir à lui seul. Il s'octroya donc une entrée dans le plus faste des hammams.

    Pour être sûr qu'on ne le reconnaisse pas comme un homme riche, il se dévêtit dans le vestiaire commun et posa là ses babouches. Au bout de la journée, pomponné, propre et rasé de près, sentant le jasmin à plein nez, il regagna le vestiaire.

    Ses babouches avaient disparu. A la place trônaient des babouches magnifiques, brodées d'or et juste à sa taille. Loin de se dire qu'elles ne lui appartenaient pas, il pensa qu'un de ses amis avait voulu lui faire un cadeau en cachette et commença à les essayer. Il s'avéra que les dites babouches appartenaient à un riche magistrat qui s'étant déshabillé peu après lui avait poussé du pied les babouches d'Abou Kassem pour mettre les siennes à leur place.

    Dès qu'il vit ses riches chaussures aux pieds d'Abou Kassem, il conclut à un vol. Notre homme eût beau supplier, avouer sa méprise, le magistrat ne voulut rien entendre. Pour lui, Abou Kassem n'était qu'un vil voleur et il devait payer.

    Abou Kassem se ressortit donc du hammam avec ses vieilles babouches et une forte amende. Furieux, il décida de faire payer ce revers de fortune à ses maudites chaussures. Dès qu'il fut de retour chez lui, il les envoya voler par la fenêtre. Puis, une fois appaisé il se mit à sa table, sortit de son sac ses fioles et ses roses et commença à se mettre à l'ouvrage. Il s'avéra que ses babouches volant hors de chez lui avaient heurté un homme en pleine tête. Celui ci furieux les considéra d'un oeil mauvais. Puis, reconnaissant sans mal quel était leur propriétaire décida de lui renvoyer. Les babouches volèrent donc par la fenêtre dans l'autre sens et vinrent tomber sur la table d'Abou Kassem réduisant à néant les fragiles fioles et les espoirs de fortune d'Abou Kassem.

    L'homme s'arracha la barbe, maudissant l'infortune, son dieu et ses babouches. Il décida de se débarasser une nouvelle fois de ses vieilles chaussures. Vraisemblablement, elles lui portaient la guigne. Il décida donc des les enterrer.

    Cela n'échappa pas à l'oeil de son voisin qui se dit. "Ah, ce filou d'Abou Kassem a de nouveau perçu des richesses et refuse de payer ses impots. Mais cela ne se passera pas comme ça, je vais en informer le vizir".

    Et ainsi fut fait. Abou Kassem fut convoqué. Il eût beau dire que c'était ses babouches qu'il avait enterrées, personne ne le crût. Il dût donc payer une très forte amende qui le dépouilla d'une bonne partie de ses richesses. Il dût vendre le pavillon qu'il avait en campagne. Il maudit la fortune, la justice et ses babouches. Et une nouvelle fois, il décida de s'en débarasser.

    Cette fois, il se résolut à les bruler. Il alla donc sur sa terrasse, rassembla un grand tas de bois posa dessus ses vieilles chaussures et y mit le feu. Il s'avéra qu'un chien alléché par l'odeur pestidentielle des babouches en voie de combustion les sortit du brasier. Mais, se brulant, il les lacha et les fit tomber dans la rue. Le babouches tombèrent sur la tête d'un émir qui voyant son beau turban brûler et reconnaissant encore les babouches d'Abou Kassem en référa à nouveau au vizir. Abou Kassem fut de nouveau convoqué et dût payer à l'émir une nouvelle amende. Cette fois, il dû vendre tous ses meubles pour pouvoir la payer. Ne lui resta plus que son imense maison vide.

    Furieux, il s'arracha la barbe, maudit la fortune, les émirs, la justice, les chiens et ses babouches ... et décida à nouveau de s'en débarasser. Cette fois, il ne lésina pas sur les moyens. Il alla à pied jusqu'à grand lac et les jeta. Il se crût désormais séparé de ses maudites chaussures.

    Hors, il s'avérait que le lac alimentait en eau potable la totalité de la ville. Les babouches furent donc aspirées par les tuyaux qu'elles ne tardèrent pas à boucher. La ville entière se retrouvant asséchée, on fit appel à des experts qui eurent tôt fait de mettre la main sur les babouches. Bien qu'elles furent trempées et élimées, on reconnut sans mal à qui elles appartenaient.

    Abou Kassem fut de nouveau convoqué par le vizir. Pour avoir mis en péril la santé de la ville, il fut condamné à une énorme amende qui l'obligea cette fois à vendre sa maison. Il ne lui resta désormais plus rien.

    Mais cette fois, Abou Kassem ne jura pas, ni ne toucha à un seul poil de sa barbe. Cette fois, il n'avait plus rien à perdre puisqu'il n'avait plus rien. Il se sentit soudain serein, comme subitement allégé.

    Puis, prit soudain d'un immense fou rire d'homme devenu simple et sage, il offrit ses babouches au vizir et s'en fut pieds nus, souriant dans le soleil ...


    Le lièvre généreux (INDE)

    C'était au début de l'hiver. Un tigre, un écureuil et un lièvre discutaient comme ils en avaient l'habitude. Ce jour là, ils devisaient sur l'hospitalité ...

    «*Moi, dit le loup, si un invité me rend visite, je lui offrirai de beaux quartiers de viande
    Quant à moi, dit l'écureuil, je lui offrirai mes plus belles noisettes
    Quant à moi qui ne trouve à présent que quelques racines pour me nourrir, conclut le lapin, c'est moi même que je donnerai à manger en guise de repas*»

    Un grand silence tomba sur ses paroles. Mais, le dieu Brahma, marchant sur la voûte étoilée du ciel l'avait entendu.

    «*Ce petit lièvre m'a l'air bien généreux, dit il un tantinet ému, reste à voir s'il dit la vérité. Je vais de ce pas le mettre à l'épreuve. Et il descendit sur terre sous l'apparence d'un pauvre voyageur. Il apparut devant l'entrée du terrier du lièvre généreux et se mit à appeler :

    «*Y aurait il quelqu'un pour nourrir un pauvre miséreux et le sauver de la douloureuse faim qui lui serre le ventre ?*»

    Le petit lièvre sortit de son terrier.

    «*Bonjour noble visiteur. Je veux bien te donner à manger*»

    Brahma sourit derrière sa barbe.

    «*Tu es bien gentil, mais je ne peux me nourrir de racines. Plus rien de comestible ne pousse pour les hommes en cette saison
    Je sais, répondit le lièvre, mais que dirais tu de manger de la bonne chaire de lièvre ? J'ai engraissé durant l'été et l'automne. Je n'ai pas encore eu le temps de maigrir.
    Attends, le coupa le dieu faussement interloqué, tu te donnerais toi même à manger ?*»

    L'animal hocha la tête. Brahma sortit une écuelle de derrière son dos, pensant que son interlocuteur allait s'enfuir ventre à terre. Mais il ne bougea pas.

    «*D'accord, murmura-t-il admiratif, je vais donc aller chercher du bois pour le feu, attends moi là si tu le veux bien*»

    Et il prit tout son temps, pensant qu'il ne trouverait pas le lièvre à son retour. Mais quand il revint chargé de son fagot, il n'avait pas bougé.

    «*Je vais aller chercher de l'eau pour te faire cuire, dit il de plus en plus étonné, si tu es toujours d'accord attends moi là*»

    Il partit donc chercher de l'eau. Le lièvre l'attendait tranquillement, assis sur ses petites pattes. L'espace d'une seconde, il manqua renoncer à mener son épreuve jusqu'au bout. Le lièvre semblait si sincère ... Mais pour l'instant, il ne l'avait pas mis devant la mort. Peut être aurait il moins de courage.
    Il mit donc le feu au bois et y posa son écuelle.

    «*Maintenant, dit il, si tu le veux encore, sautes dans l'eau*»

    Et c'est ce que fit le lièvre sans hésiter, les yeux fermés. Mais au lieu de ressentir la brulure mortelle qui devait mettre un terme à sa vie, il se sentit entouré d'une douce chaleur. Surpris, il ouvrit les yeux. Il découvrit qu'il brillait de mille feu. Il se trouvait sûr la voûte du ciel, transformé en étoile. A coté de lui, le dieu Brahma souriait dans sa barbe broussailleuse.

    «*Voici pour récompenser ta générosité petit lièvre. Te voilà devenu une étoile. Désormais, ce ne sera plus ton corps que tu offriras aux voyageurs égarés et sans feu ni lieu, mais ta douce lumière. Il en sera ainsi pour l'éternité*»

    C'est ainsi que le lièvre est devenu une étoile. Si un jour, cher voyageur tu es perdu, lève donc la tête. Peut être le verras tu ...
    Dernière modification par Althéa ; 07/07/2008 à 19h46.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages 
    220

    Re : Petits contes comme ça ...

    ça serait peut-être bien aussi de citer la bibliographie ou l'auteur ou le titre...retracer et resituer le conte.

    Un arbre est un arbre, un arbre au milieu d'arbres est un bout de forêt. :-D eheh

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 202

    Re : Petits contes comme ça ...

    Bien dit, je vais le faire. Je vais mettre aussi l'origine du conte. Pour l'auteur, je n'en suis pas l'auteur mais j'ai essayé des les réécrire à ma façon
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages 
    220

    Re : Petits contes comme ça ...

    en fait, je me souviens d'un conte illustré; l'arbre généreux que l'on m'avait lu lorsque j'étais petit.
    Je le trouvais fort triste pour l'arbre, peut-être était-ce le fait des illustrations; c'était comme la vie, doux, amer, triste généreux et injuste.
    Le mieux se sont ces contes qui s'entremêlent à nos souvenirs et qui reposent sur le souvenir du rêve, on n'en est tant imprégné que bref, c'est un autre sujet j'arrête

    Sinon un conte mmmh;


    C'est l'histoire d'un peintre, un grand peintre, qui avait passé sa vie à développer son talent.
    Il peignait les plus beaux portraits, on disait de ses tableaux qu'ils transfiguraient les gens qui posaient les gens dessus et que toute personne posant ses yeux sur le teint clair peint ou la délicieuse courbe d'un trait respirait l'essence même du beau.
    On venait de nombreux coins du pays pour poser devant lui mais il n'ouvrait que rarement.
    Fut un temps ou un visiteur particulier mais commun à chacun frappa à sa porte; la mort.
    D'un pas tranquille le peintre lui ouvrit et d'une voix posée, il lui demanda de bien vouloir attendre la fin de son tableau.
    Respectueux de l'artiste et contemplant le tableau ébauché, la mort lui laissa jusqu'au lendemain.
    Sitôt la mort repartie, notre artiste sortit une feuille vierge et esquissa d'une grimace un portrait, jetant les couleurs et tirant la langue tout en peignant frénétiquement. Après quelques heures, il accrocha la toile avant de retourner d'un pas tranquille à son portrait.
    Le lendemain, la mort vint de bonne heure et s'approchant de la porte pris peur face au portrait que le peintre avait si violemment peint. La mort battit en retraite. En revenant le lendemain, le peintre l'attendait sur le porche, prenant un thé matinal.
    La mort s'approcha précautionneusement, encore un peu vexée de la veille. Elle expliqua comme le ciel voulait son aide pour peindre les nouveaux-nés. Ne pouvant se dérober, le peintre rassembla ses affaires et suivit la mort. Il peint maintenant à chaque naissance. Le dernier portrait qu'il a dessiné sur terre ne se voit qu'au ciel sur les anges et l'avant dernier est celui de la mort, toujours accroché sur sa porte et défendant quiconque d'entrer.

    bon, je l'ai sans doute un peu machouillé comme conte, je ne remets pas la main sur le bouquin, c'est dans les contes chinois, asiatique ne tout cas. je pense et la fin est un peu abrupte et mal dégrossie ...euhhh
    sinon en vrai je n'arrive pas à rendre l'impression.

  6. #6
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 884

    Re : Petits contes comme ça ...

    Sympa tes contes, Althéa. J'aime bien les babouches...
    En plus du sens philosophique, ça me fera des histoires à raconter à ma puce!!! Disons dans 2 ou 3 ans....
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 202

    Re : Petits contes comme ça ...

    Le Loukoum à la pistache (Iran)

    Il était une fois, un sultan et son grand vizir vivant en grande intelligence. Le sultan était juste et son grand vizir le servait au mieux. Après plusieurs années d'étroites collaborations, ils avaient acquis une certaine complicité qui faisait des jaloux dans leur entourage. Mais le vizir, confiant dans son avenir vivait des heures paisibles en compagnie de sa femme, de ses enfants et de ses amis.

    Un jour que le vizir se baignait au hammam, il s'apperçut d'une chose assez étrange. L'imposante bague en or sertie d'un rubis qu'il portait au doigt avait glissé mais au lieu de couler à pic s'était mise à flotter. Le vizir resta un long moment, troublé par ce prodige. Puis, il sortit de l'eau, se rhabilla en hâte et courut chez-lui. Il alla directement voir sa femme et lui dit :

    "Rassemble nos enfants, nos meubles et nos richesses et partez dès ce soir chez ma soeur"

    Son épouse qui avait une grande confiance en lui obéit sans formuler la moindre objection. Il resta seul dans la maison vide. Le lendemain matin, on vint l'arrêter pour trahison. Les hommes jaloux avaient comploté contre lui et formenté un complot si pernicieux que l'amitié et la confiance du sultan s'en étaient trouvées amoindries.

    Il se retrouva donc en prison, nourri au pain sec et à l'eau. L'homme résista malgré les nombreuses privations. Il ne regrettait qu'une chose, aussi futile que cela puisse paraître : un loukoum à la pistache. Il en rêvait le jour, il en rêvait la nuit. Le loukoum à la pistache, symbole des journées douces où il se délectait de la volupté des choses était son obsession.

    Tout les jours, quand le gardien lui apportait son maigre souper, il le suppliait de lui apporter cette douceur. Mais le gardien ne voulait rien entendre.

    Une année s'écoula. Le prisonnier avait maigri, mais restait toujours vif. Il s'était familiarisé avec son géolier. Et celui-ci, au terme de l'année décida de lui offrir un petit cadeau.

    Là, sur son plateau, au milieu du pain et du broc d'eau coutumier trônait un loukoum à la pistache. L'ancien vizir en eût les larmes aux yeux.
    Il fut alors prit dans un dilemme. Devait il manger le loukoum avant ou après le pain rassis.

    Hum, pensa-t-il, si je le mange avant, le goût du pain viendra ternir le souvenir de mon loukoum. Mais si je le garde pour après, il me restera le goût du loukoum jusqu'à demain. Il décida donc de le manger après.

    Pendant qu'il mangeait son pain, un rat vint sur le plateau. Il tenta de s'emparer du loukoum mais ses petites pattes y restèrent collées. Prit de peur, il souilla le loukoum duquel il finit par s'extraire en se débattant, laissant derrière lui son urine et quelque poils.

    En voyant cela, le vizir ne pleura pas. Il regarda même le prodige avec un petit sourire et appela son gardien auquel il demanda d'aller chercher sa femme et ses enfants.

    Le lendemain matin, il était libéré, rétabli dans ses fonctions. Le sultan avait déjoué le complot. Loin de lui en vouloir, il organisa une fête en son honneur. Au milieu des danses et de la musique, il lui demanda comment il avait fait pour être au courant des deux revers du destin.

    "C'est simple, dit le vizir, quand j'ai vu que ma bague flottait au lieu de couler, je me suis dit que j'avais eu énormément de chance, et que je ne pourrais pas en avoir d'avantage. Le vent allait tourner. Et, quand un rat a souillé le loukoum à la pistache que je désirais depuis plus d'un an, je me suis dit que je ne pouvais pas tomber plus bas. La chance allait me sourire à nouveau"
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 202

    Re : Petits contes comme ça ...

    Une aide dangereuse (Afrique)

    C’est une terre fertile à l’embouchure du delta du fleuve. Pourtant, personne n’y a érigé sa hutte, personne n’y a tracé les limites du champ. On dit que l’endroit est hanté par des démons cruels. Vérité ou mensonge*? Fable ou fait réel*? Chut … prête moi ton oreille et écoute son histoire.

    Odiri était venu s’installer avec sa femme, son fils, son bœuf, ses outils et son courage. Il ne possédait rien. Il avait acheté cette terre à prix d’or*: il ne croyait pas aux superstitions. Il prit donc son maillet et commença à planter le premier pieu.

    Une voix s’éleva alors. «*Que fais tu*?*» Odiri sursauta et répondit*: «*Je battis ma hutte*» La voix s’éleva encore.
    «*Attends, on va t’aider*»
    Et soudain, du fleuve sortirent cent hommes et cent femmes munis d’outils qui en riant allèrent battirent la hutte. Odiri remercia humblement. Il s’installa chez lui.

    Quelques jours plus tard, il voulut planter un champ de cannes à sucre. Il prit donc son bœuf famélique, et attacha son soc pour retourner la terre.
    «*Que fais tu*?*» Odiri sursauta comme la première fois. «*Je plante mes cannes à sucre*» Comme l’autre fois, la voix s’éleva.
    «*Attends, on va t’aider*»
    Quelques minutes plus tard, Odiri se trouvait maître d’une plantation de canne à sucre.

    Quelques mois plus tard, les cannes à sucre avait mûri. Odiri les ramassait pour en récolter le sucre. Il avait confié son champ à son fils. Et celui-ci était gourmand. Une canne à sucre attira son attention. Il la cueillit et commença d’en boire la sève.
    «*Que fais tu*?*» Le fils d’Odiri lâcha la canne mais il était trop tard.
    «*J’arrache une canne à sucre pour en boire la sève*» dit il d’une voix tremblante. Il n’avait pas trouvé la force de mentir.
    «*Attends, on va t’aider*»
    Et comme les fois précédentes, cent hommes et sans femmes sortirent du fleuve et arrachèrent chaque parcelle de canne à sucre.
    Odiri trouva bientôt son fils dans un champ de cannes à sucre vide.

    Hors de lui, il lui adressa une claque rude. Et la voix s’éleva de nouveau.
    «*Que fais tu*?*»
    Quelques instants plus tard, cent hommes et cent femmes se jetèrent sur le fils d’Odiri pour le battre. Il mourut sous les coups. La femme d’Odiri s’en fut en courant.

    L’homme resta seul, abattu, devant son champ stérile et sa hutte désertée. C’est là qu’un innocent moustique vint le piquer. Portant machinalement la main à son bras, il se gratta.
    «*Que fais tu*?*»
    L’homme regarda autour de lui apeuré mais il était trop tard.
    «*Je me gratte*» dit il d’une voix tremblante. Et la voix s’éleva pour la dernière fois.
    «*Attends, on va t’aider*»
    Et cent hommes et cent femmes sortirent du fleuve. Et ils lui grattèrent la peau, ils lui grattèrent la chair, ils lui grattèrent les os pour ne laisser sur le sol qu’un tas de poudre blanche.

    C’est une terre fertile à l’embouchure du delta du fleuve. Pourtant, personne n’y a érigé sa hutte, personne n’y a tracé les limites du champ. On dit que l’endroit est hanté par des démons cruels …
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. [BG2][AVIS] Je prends qui comme PNJ ?
    Par Wombatomik dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 13
    Dernier message: 01/11/2008, 23h34
  2. Petits contes à mourir debout ...
    Par Bellatrix dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/06/2008, 10h47
  3. [BT / TUTU] BG1 comme BG2
    Par gyzmo dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 7
    Dernier message: 02/05/2008, 16h23
  4. Comme on se retrouve :)
    Par EricDesMontagnes dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 1
    Dernier message: 20/11/2007, 10h47
  5. Contes de Lune
    Par Shinook dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 07/08/2007, 12h29

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258