Je n'ai plus besoin de toi ...

Il s'était enfin décidé. Partout, au fil des ans s'était déroulé les atours morbides de la solitude. Il avait appris par une lointaine connaissance qu'on en fabriquait, là, dans la boutique d'objets sacrés du coin de la rue. Et cela remédierait sans mal à son manque. Un golem. Un être fait de terre auquel une formule contre nature et complexe donnait la vie. Un être dont il disposerait autant qu'il le voudrait. Un être qui ne le contredirait pas, qui le suivrait où qu'il aille, quoi qu'il fasse, qui lui serait compagnie fidèle dans ses heures creuses.

Il avait fait fi de ses convictions religieuses, des avertissements de toute sorte concernant ces êtres à demi vies. Mais le jeu en valait la chandelle. Enfin, il pourrait être deux.

Il se rendit donc à la boutique. De la terre, un peu de son sang, un mot de pouvoir écrit sur son front. Jamais il n'aurait crû que c'était aussi simple. Quand il n'en voudrait plus, il n'aurait qu'à lui dire : je n'ai plus besoin de toi. Et le golem redeviendrait sable. Mais cela ne serait pas possible. Pour la première fois de sa vie, il sortit accompagné.

Il l'avait voulu homme, à son image. Et il fut heureux. Un compagnon sans vie, comme lui, toujours souriant et disponible. Il ne pouvait rêver de mieux. Ils discutaient jusqu'à pas d'heures, refaisaient le monde, le revivaient selon ses désirs. Sa vie devint doublement agréable. Il décidait des heures, des allées et venues, des sujets de conversation. Et le golem n'avait pas son mot à dire. Il semblait être heureux lui aussi.

Mais alors survint la belle, celle qui allait devenir sa moitié. Et l'amour le frappa sans qu'il ne l'imagine, et la toucha aussi. Il laissa là son golem, le remisant au rabais, au cas où la vie ne lui apporterait que provisoirement ce à quoi il aspirait.

Et contre toute attente, le golem survécut. Il découvrit la douceur des silences, la lumière du ciel en été. Il aima lui aussi.

Et l'amour passa chez son créateur. Il se rendit compte qu'il avait changé. Mais qu'à cela ne tienne, le golem était toujours à lui. Fort de son ascendant, il le maintint dans son ombre. Et l'autre reprit sa vie.

L'amour frappa de nouveau à sa porte. Cette fois serait la bonne, il en était certain. Cette fois, le golem dépérit. Mais la douceur des silences vint de nouveau lui faire des promesses, et l'amour qu'il avait connu lui parut bien plus doux.

Mais cela ne plus pas à son créateur. Il était son golem, sa vie était à lui. C'est à lui qu'il devait parler, à lui qu'il devait obéir, c'est de lui qu'il voulait disposer ...

Alors, il tendit la main vers lui et dit d'une voix d'outre tombe :

"Je n'ai plus besoin de toi"

Aussitôt, il sentit sa peau s'assécher, son corps se flétrir. Il sentit son souffle se tarir et sa vie se quitter.

Quelques secondes plus tard, il ne restait de lui qu'un petit tas de sable ...