Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: Memorium

  1. #1
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Memorium

    Le noir. Un noir pur, d’obsidienne. Pas une lumière, pas un reflet auquel l’œil aurait pu s’accrocher. La notion même de dimension en perdait son sens.

    Telle fut la vision de l’homme lorsqu’il ouvrit les yeux. Mais les avaient-ils seulement ouvert ? Cette obscurité ne pourrait-elle être le résultat de l’obstruction de son champs de vision par ses paupières ? Non, il essaya plusieurs fois de les ouvrir et des les fermer, et il sentait bien la peau glisser sur la surface gélatineuse.

    Etait-il devenu aveugle ? Cela semblerait la seule explication logique. Mais il devait bien entendre quelque chose. Même dans le plus profond silence, nous sentons et entendons les battements de notre cœur. Mais rien, aucun son ne parvenait à ses oreilles. Que se passait-il donc ?

    L’homme tenta donc de chercher dans sa mémoire ses derniers souvenirs. Mais une nouvelle fois, il se heurta au vide. Son nom même, il ne le connaissait pas. Sa vie, pour lui, n’existait pas.

    Il était là, dans le noir, sur avec le vide son esprit. Combien de temps était-il resté ainsi, seul avec ses pensées, qui par absence d’apport extérieur, finirent très vite par tourner en rond ? Deux secondes, deux heures, deux mois ? Impossible à dire. Il ne ressentait ni la faim, ni le froid, ni la déshydratation.

    La question se posa donc très vite pour lui. Etait-il mort ? Cela paraissait vraisemblable. Cette absence de repères physiques, cette obscurité… Mais que ce passait-il donc ? Devrait-il rester ici pour l’éternité, à se morfondre dans cet état végétatif ? Ou bien était-ce une sorte de passage, ou encore un test ?

    Il devait se résigner, et attendre.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  2. #2
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    Petit à petit, le bruit se fit plus fort. Une bruit de suçussion, comme celui d’un siphon qui se vide. D’où venait ce bruit, impossible à dire. Mais il fut bientôt si intense qu’il commença à en devenir douloureux.

    Soudain, le bruit s’arreta, et le silence fut en d’autant plus assourdissant. Etrange phénomène. Mais à peine l’homme avait-il pu commencer à y penser que tout d’un coup il se senti aspirer vers le bas. Autour de lui, tout passa de l’obscurité la plus parfaite à une clarté pure et intense. Il lui semblait s’éloigner, partir de plus en plus vite, de plus en plus loin.

    Son attente devait être terminée. Qu’allait-il advenir de lui ?

    Il s’éloignait, encore et encore, aspiré par une force mystérieuse. Mais… qu’est-ce ? Autour de lui, tout devient sombre à nouveau. Aussi sombre ? Non, sur l’étendue sombre, l’homme pouvait maintenant apercevoir de nombreux points blancs, d’autres traces bleutées.

    Il resta un bon moment à comprendre ce qu’il contemplait, avant de réaliser qu’il regardait les étoiles, comme par une nuit d’été parfaitement dégagée. Ce fut comme si c’était la première fois qu’il observait ce magnifique spectacle. Il s’amusa à lier les étoiles entre elles, comme d’imaginaires constellations.

    Il déplaça son regard sur toute l’étendue que ses yeux lui permettaient d’observer. Mais bientôt, ce champs d’investigation fût trop étroit. Il n’avait plus assez d’étoile devant lui, il devait en trouver d’autres, il devait dessiner d’autres constellations sur cette gigantesque toile.

    Inconsciemment, il tourna la tête. Arriva alors une chose des plus étranges. Sa première sensation d’impact d’un monde extérieur sur son corps. En effet, alors qu’il tournait lentement la tête de coté, quelque chose de doux lui caressa la joue. Etrange sensation… Il tenta alors de bouger ses bras, et ressenti la même chose. Qu’était-ce donc ? Une nouvelle épreuve ?

    Non point. Peu à peu, l’homme actionna tous les muscles de son corps, jouant avec cette étrange et douce sensation. Il comprit bien vite qu’il ne ressentait ceci que dans son dos et sur toute les parties de son corps exposées derrière lui.

    Bientôt, le ciel d’un noir d’encre commença à virer peu à peu vers le bleu. La nuit faisait place au jour.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  3. #3
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    Le viel homme parcourait les étendues vertes depuis plusieurs jours maintenant, sur des pistes que seuls les rares passages de voyageurs rendaient encore visibles. Seul, sur son mulet, il errait, apparemment sans but. Certains disait de lui qu’il était devenu ermite. Il préférait penser qu’il cherchait la quiétude, tout simplement. Il avait passé la nuit à dormir, chevauchant la pauvre bête de somme, ainsi qu’il lui arrivait souvent. Ce fût le soleil naissant qui le réveilla, apparaissant de derrière les montagnes pour parcourir un ciel sans nuage. Nul doute, ce serait une belle journée.

    L’ermite s’arrêta pour laisser le mulet se reposer quelques instant, occasion pour lui aussi de se nettoyer dans la toute proche rivière. Il repartir une petite heure plus tard, ayant tout deux de plus empli leur estomac d’une bonne nourriture solide.

    Ils n’avaient pas de but, pas de direction vers laquelle aller, pas d’objectif atteindre. Cependant, il s’efforçait de suivre des routes tracés, quitte à faire de mauvaise rencontre. Enfin, qui aurait pu chercher querelle à un pauvre ermite, ayant pour celle richesse les vêtements de jute qu’il portait sur le dos…

    Alors qu’il laissait son esprit divagué à diverses réflexions poétiques, qui était sa distraction principale, son œil fut attiré par une forme sur l’herbe tendre que la pluie abondante des derniers jours avait rendu plus verte que jamais. Tout d’abord, il crut à un animal, mais il dût bien vite se rendre compte que cette forme, ce corps, était celui d’un homme.

    Un homme entièrement nu, étendu les bras en crois sur l’herbe, les yeux ouverts fixés sur les étendues insondables du ciel. Que faisait donc cet homme à des lieux de la plus proche habitation ?

    L’ermite crut d’abord à une agression, mais il n’y avait point de trace de lutte, ou même de passage. L’ermite devait être le premier à passer ici depuis bien deux semaines. Il n’y avait pas non plus trace de l’homme, comme si il était apparu là, comme posé au sol depuis les cieux.

    Il couvrit le corps nu de l’homme d’une épaisse couverture de laine, et tenta de le redresser. Puis, tant bien que mal, il le posa en travers du mulet, le regard hagard de l’homme fixé sur lui.

    L’ermite savait qu’il n’avait qu’un seul choix à faire. Il se devait d’emmener le malheureux à l’auberge la plus proche, où il pourrait recevoir des soins et des vêtements neufs, et où il pourrait tâcher de comprendre ce qu’il lui était arrivé. Deux jours de marche à bonne allure, voilà ce qui les attendait.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  4. #4
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    Le trajet fut des plus étranges. L’ermite ne pouvait qu’observer du coin de l’œil l’homme qu’il avait trouvé, celui-ci refusant obstinément de lui adresser le moindre mot. Il regardait autour de lui d’un air hagard, semblant s’émerveiller de tout ce qu’il l’entourait, comme un aveugle qui aurait recouvert la vue aurait pû s’émerveiller des couleurs qu’il n’avait jamais pu voir. Il ne mangeait rien, ne buvait rien. L’ermite s’en inquiéta, bien sûr, mais rien n’y fit.

    Au milieu de l’après-midi de leur premier jour de marche, la pluie se remit à tomber en fine bruine, comme le faisait si souvent dans cette région. L’atmosphère ne fut bientôt que gouttelettes, s’immisçant partout, transformant les chemins de terre en une gadoue infâme. Les nuages grisâtres se furent toujours plus bas, jusqu’à plonger la région dans un épais brouillard.

    Ce fut à l’aube du troisième jour de marche que la masse grise disparu peu à peu, laissant quelques rares rayons de soleil percer. Leurs vêtements, complètement détrempés, sèchèrent peu à peu, avec cette odeur forte de l’herbe humide. Aucun mot, aucun regard n’avait été changé pendant toute la route. L’ermite commençait vraiment à se demander qui était ce mystérieux étranger. Un fou ? Un attardé ? Un poète maudit ? Un envoyé des dieux ? Du coin de l’œil, il l’observait, épiant le moindre de ses rares gestes. Rien, rien ne pouvait trahir un éventuel signe de folie, à part ce regard perdu dans le vague.

    Au fond d’une vallée flanquée de deux massifs montagneux, il y avait une auberge. Perdue au milieu de nulle part, elle était le seul signe de civilisation restant sur cette ancienne route commerciale. Les voyageurs y arrivèrent alors que le soleil s’imposait dans le ciel. Les tenanciers avaient entouré la bâtisse d’un muret de pierre, que l’on passait entre deux colonnes de loses superposées, sur lesquels se reposaient deux chats, qui tels des sphynx gardaient l’entrée. Dans la cours, il y avait maints animaux : une basses-cours complète ! Au milieu des animaux, une petite fille distribuait les graines. Quand elle vit arriver l’ermite, tenant son mulet par la bride, elle disparu dans la maison. La bâtisse était basse, le seul étage étant en son coin nord-est. Cependant, elle avait une grande emprise au sol, vestige d’une grandeur passée où toutes les chambres étaient toujours occupées. Aujourd’hui, une grande partie de l’aile ouest était en ruine. Tout le reste du bâtiment dénotait un cruel manque d’entretient. Enfin… ils n’avaient pas d’alternative, et les gens ici étaient reconnus pour leur hospitalité.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  5. #5
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    Dans toutes les histoires où l’on en rencontre, les aubergistes et autres taverniers sont connus sous deux stéréotypes. Les premiers sont les rustres, des gens basiques, servant leur bière dans des pots non lavés, et à peine plus aimable que le moins causant des cailloux. Les seconds sont souvent de bons vivants, à la panse bien grasse et bien remplie, autant que leur cœur l’est de bonnes intentions.
    Les aubergistes ici étaient des gens bien simple. La famille des gérants et quelques domestiques étaient aussi paysans, vivant de la terre tant les voyageurs étaient rares. Mais ce n’était pas pour leur déplaire, bien au contraire. Eux qui avaient connu la ferveur de la ville, voulait que leurs enfants grandissent au contact de la nature. Et ils avaient bien réussi. Leurs quatre enfants se portaient merveilleusement : tous blond, bien nourris et athlétiques, le regard vif et intelligent. L’aîné, et seul garçon, était un bon gaillard, cultivé comme un prince, et fort comme un bœuf. Ce fut lui qui accueillit notre bon ermite.

    Sortant de la bâtisse, un chapeau de paille vissé sur la tête, il pria l’ermite d’entrer, avec toutes les politesses d’usage, sans néanmoins jeter un coup d’œil soupçonneux à l’individu pendu à son épaule. A l’intérieur, il trouva une enfant d’environ douze ans, assis devant une pile de livres, une dame élégante aux cheveux grisonnant perchée au-dessus de son épaule.

    L’ermite était bien connu ici. Il avait été un des premiers à rendre visite aux nouveaux aubergistes quand ils étaient arrivés. Depuis lors, il était toujours le bienvenu sous ce toit. C’était même lui qui avait offert ses derniers livres à la famille, jugeant qu’ils auraient mieux à faire dans les mains de jeunes assoiffés de connaissance que dans celles d’un vieillard rabougri.

    A l’entrée de son invité, la femme leva la tête, et révéla un sourire radieux. Oh ! Qu’elle avait été belle plus jeune. Et les traces de cette beauté étaient encore loin d’être effacées sur son visage fin, d’un blanc plus pur que la plus blanche des neiges. Une bien belle femme, et fort instruite. Elle avait été médecin, avant de tout abandonner pour se réfugier dans ce lieu isolé avec son mari. Un métier bien rare pour une femme ! L’ermite lui rendit son sourire, d’un air gêné, et leurs regards se posèrent conjointement sur l’homme, qui fixait le sol de terre battu d’un air ahuri. Sans mot dire, elle renvoya un regard interrogateur au vieil homme, qui lui répondit d’un air désolé. Toujours sans mot dire, elle le conduisit dans une chambre, où ils le couchèrent, prenant bien soin de fermer la fenêtre, et de retirer tous les objets dangereux de la pièce.

    Une fois retournés dans la pièce principale, elle servit à son hôte un pot rempli d’hydromel, et une gamelle de lard aux haricots blancs. L’ermite, en mangeant, conta toute l’histoire de cette curieuse rencontre.


    « Je ne sais trop quoi faire, voyez-vous… Cet homme n’a peut-être même pas conscience qu’il existe ! Enfin… Tout cela est bien étrange… Comment a-t-il pu se retrouver là, à des lieux de toute habitation, sans une trace de saleté, et complètement nu ! C’est proprement incompréhensible, dit l’ermite.


    -En effet, tout ceci est bien étrange. Quoiqu’il en soit, restez donc ici le temps de vous reposer, et le temps qu’il se repose. Qui sait, peut-être ouvrira-t-il la bouche un peu plus tard ! Les greniers sont bien remplis, et comme vous le savez, les voyageurs sont plutôt rares ! »

    C’est ce moment que choisit son mari pour faire son entrée. Un homme grand et fort, le teint halé, taillé comme un athlète antique. Quand il aperçu l’ermite, il ne put s’empêcher de lâcher la lourde hache qu’il portait dans les mains, et s’empressa de donner l’accolade à celui qui était devenu son ami, depuis le temps. Derrière lui apparu sa fille la plus âgée, une splendide créature de dix-sept ans, que l’ermite salua avec la courtoisie, comme il eut fait avec une princesse.

    L’heure était déjà bien avancée, et le vieil homme s’empressa d’aider les aubergistes à préparer le dîner, malgré les protestations amusées de la femme.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  6. #6
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    Le dîner était un instant bien particulier. Tous, de la famille, les paysans des alentours, les domestiques, les voyageurs de passage, mangeaient tous ensemble autour de la grande table en chêne de la salle à manger. La cheminée ronflait, chaleur rassurante dans la nuit qui venait de tomber. Au milieu de la table trônait une énorme marmite, ce soir pleine d’un pot-au-feu. L’ermite était assis comme un membre de la famille, rigolant de bon cœur, ce qu’il n’avait que peu l’occasion de faire dans sa retraite solitaire. Tout le monde était de bonne humeur autour de la table, et ils avaient bien raison ! Une belle journée, à manger dans leur assiette, et point d’autres tracas ! Tous ? Non. La cadette, cette sublime jeune fille, restait les yeux dans le vague, fixés sur un morceau de poireau. Dans la joie environnante, nul ne le remarqua.

    Nul ne remarqua non plus quant elle quitta la tablée, pour errer on ne sait où dans la grande maison, loin de toute cette bonne humeur. Les pas lents de ses pieds nus sur le sol n’émettait aucun bruit. Sa chevelure blonde reflétait les torches aux murs, illuminant les alentours d’une aura… magique. Un ange. Oui. Quiconque aurait pu contempler ce visage triste et parfait, n’aurait pu que tomber sous le charme.

    Et c’était bien là son problème. Dix-sept ans… Elle avait l’âge de connaître l’amour ! Mais qui allait lui en donner dans cet endroit perdu ? Sûrement pas ces passants ingrats, qui ne pensait qu’à lui toucher les fesses quant elle servait les repas à l’auberge. Elle avait besoin d’autre chose que cet endroit si paisible pour vivre. Et cela, ses parents ne pouvaient comprendre. Elle avait bien essayer de leur faire comprendre, avec des allusions à peine voilée, mais c’était peine perdue…

    Sa main passait avec légèreté sur les tapisseries élimées ornant les murs. Ces tapisseries qu’elle connaissait par cœur. Elle se demandait d’ailleurs si ce n’était pas la seule chose qu’elle connaissait. Elle avait tant lu, tant pu s’imaginer d’autres vies, d’autres sentiments que ceux qu’elle aurait pu éprouver dans cette ferme sordide ! Enfin, quel choix avait-elle… Elle n’allait tout de même pas se lancer à l’aventure seule, sans savoir où aller, elle qui n’avait jamais quitter sa maison des yeux !

    Une larme roula le long de sa joue, avant d’aller s’écraser sur le sol. Une larme de désespoir, sans doute. Ou bien de résignation ? Elle était animée de sentiments si contradictoires…

    Soudain, elle ne se sentit pu la force de se tenir sur ses jambes, et s’écroula à terre, reposa son dos sur le mur de terre séchée, enfouie sa tête dans ses bras, et pleura en silence… Après quelques secondes, elle sentit comme une drôle d’impression. Intriguée, elle leva la tête. Les larmes arrêtèrent de suite à alimenter les fleuves qui parcouraient ses joues. Cette impression se confirmait : elle n’était pas seul dans les environs. Il y avait un bruit, comme une respiration profonde et calme. D’où cela pouvait-il venir ? D’une des chambres ? Non, il n’y avait personne ces jours-ci dans l’auberge : elle avait choisi cet endroit pour s’isoler car elle savait que personne ici n’irait la déranger. Quoique… Le vieil ermite n’avait-il pas parlé d’un autre homme qu’il avait trouvé durant ses voyages ? Se pourrait-il que… Elle devait en avoir le cœur net - était-ce par curiosité ? D’un geste décidé, elle se leva, et poussa la porte la plus proche, d’où semblait provenir cette curieuse respiration.





    [HRP : A ceux qui auront lu jusque là, je tiens à les en remercier profondement. Que vous ayez aimé ou pas, je serais heureux d’avoir des retours sur ce texte !
    Mais avant de poursuivre, j’aimerai vous faire part du pourquoi de ce texte. Si vous vous en foutez comme de la première marmotte venue, chose normale, je pourrais éventuellement vous en excuser. Quoique…
    Tout est parti de cette idée : un homme, perdu au milieu du néant, sans la moindre idée de pourquoi il est là. Le reste n’est qu’expérimentation. Si il y a un fil conducteur à l’histoire, la suite de ce que j’écris est constamment modifié. Cela peu paraitre peut-être un peu confus de prime abord, mais c’est un des buts recherchés.
    Je voulais éviter un récit « classique », pour m’orienter vers un fil conducteur plus « recherché » qu’un simple énième RP sur les dragons . Un imaginaire proche du donquichottisme, aucun nom/prénom, pas de descriptions réellement précises des personnages principaux : mon but premier – allez savoir si c’est un succès ! – est de laisser couler un doute, des vides, propice à tout ce que pourrait imaginer le lecteur. C’est une liberté, celle d’imaginer, qui est fondamentale pour moi dans tout récit. La liberté de pouvoir être un des héros, de voir en sa dulcinée l’héroïne qui finira par se marier et avoir beaucoup d’enfants avec ledit héros, d’imaginer les paysages, les gens, à partir d’une trame toute simple…
    Il me paraît bien égocentrique pour quelqu’un qui écrit (aurais-je dis un écrivain !?) de fixer dans le marbre son imaginaire. Si on publie un texte, par quelque moyen que ce soit, c’est pour le partager, pour faire partager cet imaginaire, et que tous puissent adapter le leur sur celui du récit.
    Mais ce concept a sûrement ses limites. Au fur et à mesure du récit, des éléments plus précis seront donnés, en tentant de contrarier le moins possible l’imagination du lecteur. C’est là le problème en toutes questions de liberté. Trop de liberté d’imagination du lecteur dénaturerait le récit. C’est un juste équilibre qui n’est pas des plus faciles à atteindre. Enfin, tout ceci n’étant qu’un essai, je fais tout pour rendre la lecture agréable et aisée pour tous.
    J’espère ne pas trop vous avoir ennuyé avec ces petites lignes de blabla, mais il est important pour moi de faire comprendre à ceux qui me lisent (et que je ne saurais que remercier du fond du cœur pour cela), pourquoi je me mets devant le clavier, à taper des mots et des mots dans un rythme effréné !
    Encore une fois, je serais très heureux d’avoir des échos, en bien ou en mal ! N’hésitez surtout pas !]
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  7. #7
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    Une chandelle solitaire, posée sur la table chevet, tentait de tenir au loin l’obscurité, par la seule force de sa flamme vacillante. La jeune fille poussa doucement la porte, prenant bien garde de ne pas la faire grincer. Quand l’ouverture fut suffisante, elle y passa la tête.

    L’homme était étendu sur le lit, les yeux fixés au plafond. On l’avait vêtu d’habits de paysan, portant sûrement encore la crasse de leur précèdent possesseur. Il avait l’air calme, serein. Ou absent ?

    Non, pas absent. Par mégarde, la jeune fille poussa il peut violement la porte qui grinça doucement sur ses gonds. Le bruit attira la curiosité de l’homme, qui tourna lentement la tête de côté, découvrant cette nouvelle expérience sensorielle. C’est alors qu’il remarqua la jeune fille, dans les pommettes commençaient à rosir, quelque part un peu gêné de faire irruption ainsi dans la chambre d’un inconnu. Tellement gênée qu’au bout de quelques instants, elle prit ses jambes à son cou, fuyant loin l’objet de sa curiosité. Elle se réfugia dans la chambre qu’elle partageait avec ses frères et sœurs, qu’elle trouva vide : les autres n’en était rendu qu’au fromage, et personne encore ne semblait avoir remarqué son absence.

    Cet homme… Qu’il était beau ! Beau et mystérieux. Ce visage fermé, les traits tirés et inexpressifs ; il avait quelque chose de… mystique. Quel âge pouvait-il bien avoir ? Il paraissait plus âgé que son frère mais sûrement pas de beaucoup… Ah… Et comment aurait-elle pu oublier ses yeux noisettes, fixés dans les siens dans ces quelques instants d’éternité !

    Elle s’allongea sur son vieux matelas, les yeux elle aussi fixés au plafond. Des idées folles emplirent sa tête, et se fut à peine si elle se rendit compte qu’elle tombait dans les bras de Morphée.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  8. #8
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    Ici ! Ou là, en fait.
    Messages 
    16

    Re : Memorium

    « Qu’est-ce que tout ceci ? »

    Tels furent les premiers mots qui vinrent à l’esprit que notre étrange inconnu. Il y avait maintenant de nombreuses heures qu’il était allongé là, à contempler le plafond. Ce plafond qui l’empêchait d’admirer le ciel étoilé.

    Mais, alors que le sommeil commençait à le gagner, une lueur brillante l’aveugla. Une lueur jaune, et brillante. Une lueur, qui venait de la porte de la chambre. Une lueur étrange.

    La chevelure blonde et soyeuse illuminait la pièce tel un astre nocturne. Fasciné, l’homme ne pouvait s’en détacher. Puis, il se rendit compte que cet étoile avait un visage, comme ciselé dans du marbre blanc. Et ses yeux, d’un bleu profond, mais émettant comme une aura chaleureuse.

    Il se souvenait des femmes. De leur contact. Pas de visages, juste des sentiments fugaces, autant d’idées abstraites que tout ce qu’il pouvait observer. Il jugeait que cette charmante enfant était bien joli. Enfin, selon les critères qui lui restait, au fin fond de son subconscient. Jamais il ne vit que sa tête, qui disparu bien vite dans l’entrebâillement de la porte. Mais cette tête, ce charmant visage, resta gravé dans son esprit, pour jamais ne s’en effacer.

    Et la nuit l’emporta. Il ferma les yeux une dernière fois, avant de tomber de sommeil. Ce sommeil qui pour lui n’avait pas plus de réalité que son éveil.
    Egoïn,
    Défendre les Loutres, tel est mon credo.

  9. #9
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Environs de Nantes
    Messages 
    234

    Re : Memorium

    Et bien... ca fait pas mal de lecture en une fois, mais j'accroche bien. Décidément le talent n'est pas absent sur ce forum. Je serais ravi d'en lire un peu plus.
    Un petit ajout personnel aux oeuvres couroniennes : ici

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258