Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Souvenirs - Comptine

  1. #1
    Trichelieu Invités

    Souvenirs - Comptine

    Premier message, première larme versée ... Non, c'est trop théâtral. Prenons juste la plume. S'il y a des fautes ... d'orthographe notamment ... j'en suis navré, je relirai mieux pour les corriger. Bref, besoin curieux de partager ce genre de choses, après tout ce temps ... Bonne lecture, si vous appréciez



    Comtine d'Eauprofonde I

    Il avait pour maison la félicité même,
    Et par toute saison, il vivait sa Bohême ;
    Il allait simplement, fort de son doux sourire,
    Dérobant le meilleur et délaissant le pire.

    Ce barde ne savait pas ce qu’était une arme :
    Il avait investi sa force dans son charme,
    Et si ses sots refrains saisissaient les esprits
    Sa joie, comme un soleil, éclairait le ciel gris.

    Un jour, je me souviens, j'ai vu son indécence
    Répandre autour de lui un peu de sa jouvence.
    Ses blonds cheveux jouant dans la garrigue blanche,
    Il était seul dehors quand arrivait dimanche.

    Je pensais qu’il n’était qu’un simple baladin,
    Itinérant maudit sans trajet ni chemin,
    Clandestin, vagabond, au cœur comme le ciel,
    A l’œil comme la lune et la peau comme miel.

    Un beau soir de janvier, le soleil se couchant,
    Je rentrais. Mais alors, le ciel se déchirant,
    J'entendis un long cri parcourir l'horizon
    Comme je vis de loin le feu sur ma maison.

    Je ne connus jamais une douleur plus forte,
    Et d’un sombre avenir j’entrouvrais grand la porte.
    Mais comme j’avançais, fuyant et hébété,
    Une main me saisit le bras. Je m’arrêtai.

    « Eh bien, par où vas-tu ? » S’écria l’étranger.
    « Quel est ce trouble qui rend ton pas si léger ? »
    Mes yeux qui s’affolaient plongèrent dans les siens,
    Et je vis près de moi le fils des bohémiens.

    Je ne lui parlai point, mais il comprit très vite
    En voyant dans mes yeux la flamme qui crépite.
    « Ami, tu as perdu, aujourd’hui, bien des choses
    Et c’est jusqu’à ta mort que ces métamorphoses

    Emaneront de toi. Je sais que le chagrin
    A trouvé en ton cœur un formidable écrin.
    Les heures de tes nuits seront lentes, funèbres,
    Et tu te couvriras d’un manteau de ténèbres

    Alors qu’autour de toi tout semblera briller,
    Tu n’auras que la nuit pour t’écouter crier.
    Mais si tu suis mes pas, si tu venais vers moi,
    Tu apprendrais la vie, envers et malgré toi ;

    Tu apprendrais comment l’autonomie s’acquiert
    Dans un monde où enfin tu pourrais être fier.
    Et contre l’injustice à jamais répétée,
    La loi n’est plus jamais celle qu’on t’a dictée.

    Viens avec moi, bats-toi enfin ! c’est important,
    Laisse toi pénétrer par cet air envoûtant !
    Dans ce monde où plus rien n’est jamais respecté,
    Nul n’a jamais vécu s’il n’a jamais lutté. »


    Chaotique Cantique I


    Ô Roi de tous les rois, des seigneurs le Seigneur !
    De tous vos ennemis vous êtes le vainqueur !
    Chantons tous ces exploits qui dressent votre gloire
    Au sommet des piliers du temple de l'Histoire.

    Souvenez-vous toujours de vos fiers camarades
    Qui pour vous sont tombés lors de vos cavalcades
    Contre ces rois païens venus de Calimport :
    De tous ces paladins vous êtes le plus fort !

    Rappelez-vous aussi de l’éternel complot
    Qu’ont tissé contre vous les nobles d’Eauprofonde ;
    Ils voulaient votre chute, Ô grand maître du monde !

    Les fous sont morts, perdus et noyés dans le flot
    De votre omnipotence à jamais consacrée :
    Qu’ils baignent dans le sang de la vie massacrée !
    Dernière modification par Trichelieu ; 01/06/2008 à 11h00.

  2. #2
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Environs de Nantes
    Messages 
    234

    Re : Souvenirs - Comtine

    Bien le bonjour, poète corbeau.

    J'ai beaucoup aimé tes deux écrits. J'ai notamment remarqué l'effort fait sur le format uniforme des vers, tous alexandrins, du moins je le crois. Tes deux poèmes s'inscrivent par ailleurs dans deux registres différents, l'un tragique et promesse de renaissance, l'autre élogieux (et tu n'as guère choisi le candidat idéal). Le second me fait penser à une sorte de cantique adressé à un dieu chaotique et icônise plutôt bien notre mégalomane préféré. Il m'est venu à l'esprit que l'admiratrice anonyme n'était autre que Tiax lui-même.

    Je serais ravi d'en lire un peu plus.
    Un petit ajout personnel aux oeuvres couroniennes : ici

  3. #3
    Trichelieu Invités

    Re : Souvenirs - Comtine

    Ravi je le suis également, d'avoir suscité quelqu'intérêt . Bien, une petite amusette pour patienter et une édition prochaine.

    Comtine d'Eauprofonde VI

    La nuit s’est habillée d’un manteau de désir
    Pour plaire au voyageur venu de Calimport :
    Dans ces lieux j’ai connu l’ivresse et le plaisir,
    Embrassant le sein doux des filles de la Mort.

    Nichée dans la vallée aux versants couverts d’or
    J’ai vu la Cité Reine et ses rayons d’argent ;
    Des femmes de Thétyr je me souviens encor :
    Ô fouge impénitente, appétit diligent !

    Tristesse étrange et lasse à cette évocation !
    J’ai voyagé longtemps, nourri par ma passion
    Pour m’avancer toujours et ne jamais finir.

    Ô combien sont partis sans jamais revenir ?
    La mort les a surpris sur le glorieux chemin
    Du héros qui, toujours, connait sa triste fin.

    La Plume Noire - Prologue

    Amis, où êtes-vous ? Il n’y a donc personne ?
    Nul n’entend ce refrain que, gaiement, je fredonne ?
    Les vers s’enfuient, les mots sont comme des pétales
    Et je les sais fuyant les tragiques Vestales
    Qui vivent dans ce lieu. Dois-je vous les montrer ?
    Près d’elles voulez-vous, voleurs, vous infiltrer ?

    N’ayez pas trop d’espoir, Amour s’est envolé.
    Cet altruiste enfant, toujours immaculé,
    A préféré l’azur au sentier solitaire
    Où nous marchons. Voyez ! L’astre solaire
    Admire Amour qui vole et fuit le ciel en feu.
    Croyez-vous, vil voleur, que l’enfant soit heureux ?

    Cherchez-vous Liberté, cette enfant capricieuse ?
    Guettez-vous ses ardeurs, fraiches et délicieuses ?
    Elle a pris tant d’amants pour partager sa couche,
    Mais qui connut jamais la douceur de sa bouche ?
    C’est un calice obscur, où coule un doux nectar
    Que vous pensez saisir alors qu’il est trop tard.

    Quant aux autres, Franchise, Affection, Loyauté,
    Ne cherchez pas ici. Lasses, elles ont déserté
    Ces bosquets si charmants où chantent les oiseaux,
    Ces bosquets envoûtants bercés du chant des eaux
    Protégeant ces abris de ces vils ennemis
    Qui troubleraientt la paix des arbres endormis.

    Triste est votre regard ? Chers amis, qu’avez-vous ?
    Est-il si malheureux de marcher à genoux ?
    Vos yeux s’enfuient. Pourquoi ? Vouliez-vous donc tant voir
    Ces icônes sacrées messagères d’espoir ?
    Vous arrivez bien tard, ou peut-être trop tôt.
    Songez que désormais, l’avenir est bien clôt.

    Mais vous priez, je vois. Croyez-vous que les nues
    Ecouteront des voix sûrement inconnues ?
    Laissez-moi-vous compter une tragique histoire
    Où la vertu se mêle à la sinistre gloire
    D’un seigneur ténébreux dormant dans ce caveau,
    Où l’épée se repose à l’ombre du tombeau.

    Comtine d'Eauprofonde IV

    Vous n’avez jamais su qu’avec et près de lui
    Je trouvais un refuge à l’abri de l’ennui.
    Désormais qu’il est loin, je peux le raconter :
    Entre ses bras l’hiver s’apparente à l’été.

    Contre son cœur j’ai vu le monde disparaître,
    Et fuir dans le néant ce que j’ai pu connaître
    Car rien n’existait plus que son si beau sourire
    Dessinant ce sillon par où la joie respire.

    Je sais bien qu’il est vain de chanter ses louanges,
    Que nul n’entend ce cri, sauf peut-être les anges …
    Et qu’importe aujourd’hui qu’il sache que je l’aime ?

    Si le souvenir las s’éteint quand vient le soir,
    Faut-il jeter la rose, offrir un chrysanthème
    Pour sceller à jamais le tombeau de l’espoir ?


    Comtine d'Eauprofonde III

    On connait les raisons, souvent, de son bonheur :
    Tel aliment nous plaît ; tel être nous ravit ;
    Toujours notre plaisir croît avec la douceur
    Des heures endormies dans les bras de son lit.

    Mais connait-on toujours les raisons de sa peine ?
    Quand le cœur devient lourd dans le jour si léger,
    Quand au bord de nos yeux coule une ondée sereine,
    Sait-on pourquoi les pleurs viennent nous déranger ?

    La nuit, parfois, s’abaisse, embrasse notre front :
    Quand la noirceur du soir cache un sombre trépas,
    L'enfant seul, chaque soir, s'amuse avec la Lune,

    Innocent de tout crime, ignorant l'infortune
    Il sait le jeu fini quand les ombres s'en vont,
    Car s'il s'est endormi, il ne sommeille pas.

    Carnets de Bhaal II

    Loin, sur les champs de blés où le soleil se noie,
    Les oiseaux dans le ciel font l’étrange alphabet
    Qui dans l’azur inscrit le fabuleux ballet
    De l’automne insolent qui partout se déploie.

    Elle a des cheveux blonds comme le blé fuyant :
    Un ange rayonnant s’avance vers nos terres ;
    Elle a tressé sa robe avec des fleurs légères
    Et tient dans sa main droite un épi flamboyant.

    Les ailes étendues, l’œil triste et solitaire,
    L’ange a vu de l’horreur la vile incarnation
    Répandre le chagrin, le sang, la corruption
    Dans l’esprit des humains qui cultivent la Terre.

    L’ange est venu l’œil clos et l’épi sur le flanc,
    Dans ce champ où le blé caresse ses mains nues.
    Reconnait-il enfin sa mère revenue
    Du panthéon céleste ou fleurit le lys blanc ?

    Le soleil lui aussi est-il impénitent ?
    La juste punition détruira l’âme impure
    Qui renie les bienfaits des fruits de la nature
    Dont l’ange est le gardien depuis la nuit des temps.

    Comtine d'Eauprofonde II

    Lui qui tient dans ses mains l’avenir et l’été
    Il oublie que l’automne un jour apportera
    Dans ses bras la fraicheur et l’hiver qui viendra
    Presser contre son cœur son cœur ensanglanté.

    Quand revient l’hirondelle et s’en vont les mésanges
    Le ciel s’abaisse et prend contre lui l’océan
    Qu’il protège auprès de son corsage géant,
    Fredonnant dans le vent le bel hymne des anges.

    Sur la plaine l’enfant dresse sa tête brune
    Et le vent le caresse et l'embrasse la lune ;
    Sais-tu qu’en revenant, c’est la Vie qui te suit ?

    Reviendrais-tu toujours si s’éveillait la nuit ?
    Non ! Ne pars pas ! Reviens ! Reviens vers ta maison !
    Ne laisse pas l’amour maîtriser ta raison !
    Dernière modification par Trichelieu ; 01/06/2008 à 10h58.

  4. #4
    Trichelieu Invités

    Re : Souvenirs - Comtine

    Souvenir - L'Océan.


    Vaste océan sans fin, je te vois dépérir !
    Une larme a coulé sur ta joue, et l'écume
    A semblé renchérir
    Sur le jeu doux des spectres cachés dans la brume.

    Il y avait, là-bas, une île où tu dormais.
    Là tes eaux languissaient dans un lagon rêveur
    Où, le soir désormais,
    Les ondins font la ronde et guettent ta faveur.

    Tes vagues vont parfois embrasser les étoiles,
    Et souvent le matin sombrant dans le sommeil
    Elles glissent sur tes toiles
    Et s'endorment, laissant s'éveiller le soleil.

  5. #5
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Re : Souvenirs - Comtine

    Comme je te l'ai dit en privé, j'ai vraiment adoré tes poèmes. Très bien écrits et plein d'émotions.

    Je ne sais pas combien de Couronniens les auront lu également, mais je m'étonne de ne pas voir plus de commentaires de leur part.

  6. #6
    Trichelieu Invités

    Re : Souvenirs - Comtine

    Souvenir - Vous.

    Ah, qu'il est difficile aujourd'hui d'exprimer
    Ce que d'autres ont vécu, ce que d'autres ont rimé
    Pour qui sent sur sa tête peser le regret
    De n'avoir jamais su conserver un secret.

    Savez-vous qu'aujourd'hui, sortie de son domaine,
    Ma conscience meurtrie s'est faite plus humaine ?
    Un art ancien renaît de mes doigts frénétiques
    D'où se sont envolées des chimères antiques ;

    Ô train miraculeux, divine diligence !
    Tu m'emmenais si vite au pays de l'enfance !
    Et vous fier cocher, vous meniez les chevaux
    A travers les forêts, les vallées et les eaux.

    Mais une fin amère attend notre voyage ...
    Après le doux zéphyr, voici venir l'orage !
    Je ne reverrai plus vos yeux, votre sourire.
    Mais pour l'éternité ... Cela devrait suffire.


    Pour phoeunix : Ravi que ça te plaise. (a) Me tarde de voir publier les tiens *sifflote*

  7. #7
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141

    Re : Souvenirs - Comptine

    J'aime bien tes comptines. Mais de maniére générale j'aime bien les poémes ou les chansons qui racontent des histoires. On peut se laisser emporter par le rythme...

    Dans tous les cas, ce qui a le plus attiré mon attention c'est ton petit dernier : Souvenir - Vous.

    Comment dire... Il touche au coeur, il frappe, il cogne. Il a vraiment quelque chose et je me suis même surpris à le lire à voix haute !

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

Discussions similaires

  1. Souvenirs au coin du feu
    Par Chalindra Pharn dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 30
    Dernier message: 29/01/2009, 10h48
  2. Souvenirs de Faerûn
    Par Vel Cheran dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/01/2009, 21h57
  3. Souvenirs de Kasumi
    Par Kasumi dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 5
    Dernier message: 02/01/2009, 22h24
  4. [THEMA] Souvenirs Souvenirs
    Par Lerne de Hydre dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 1
    Dernier message: 13/12/2005, 20h27
  5. Les souvenirs d'un elfe noir
    Par Misdrha'al Hymmet dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 7
    Dernier message: 27/04/2003, 11h55

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258