Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Le jeu des Ténèbres

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2007
    Messages 
    388

    Le jeu des Ténèbres

    Le jeu des ténèbres est le genre de jeu qui est déconseillé aux âmes sensibles ou aux personnes qui croient que ce jeu n'est pas aussi terrifiant que son nom. La règle de ce jeu me demandez-vous. Ha haha, laissez-moi plutôt vous compter son histoire avant de vouloir y jouer. Cela se passe au XV siècle, en France.

    Haa! Une bonne époque pour participer à des défis et aux jeux interdit. "Les duels d'honneur", je pense que vous en avez entendu parler, c'était le jeu préféré des nobles. En jouant sur l’honneur, les deux adversaires s’affrontaient à l’escrime. Mais, ici, on n’avait pas d’armure et d’épée munit d’un caoutchouc: le duel s'arrête quand l'un des deux saigne ou meurt.
    Un noble, un des meilleurs escrimeurs de Paris, profitait des Duel d'honneur pour tuer l'également. En effet, sur les 99 adversaires, aucun n'avait survécu, il faut avouer que ses coups préférés étaient de transpercer le cœur, la gorge, les artères ... Il avait une bonne connaissance sur l'anatomie humaine pour donner des coups mortels. Pour sa centième victime, il lui fallait un homme spécial. Il dût attendre une semaine dans son auberge préférée pour avoir ce qu'il voulait: un vagabond. Pourquoi un homme pareil? Le vagabond est un homme sans nom, ni destinée, ni célébrité... Notre noble voulait graver sur la pierre tombale : "Ma centième victime" pour qu'il ait une place dans l'histoire. Quel meilleur cadeau pour une personne inconnue aux yeux de tous?
    Le vagabond portait une cape à capuche noire déchirée vers le bas. Sous sa capuche, on ne pouvait voir que sa bouche et son menton mal rasé. Il avait une mine de déterré, couvert de boue, la peau pâle et il ne sentait pas spécialement bon: à croire que c'était un mort-vivant. A sa main droite, il avait un bâton qui faisait sa taille et qui avait des lambeaux de cuir pour le tenir. Quand il traversa l'auberge pour aller à la rencontre du patron, tout le monde s'était retourné pour le regarder: ils n'avaient vu personne utiliser son troisième pied avec autant... de force. Au bruit, on avait l'impression qu'il y allait avec tout son poids. Le sol même émettait une plainte pour les traces laissées par le bâton. L'aubergiste qui était derrière son comptoir ressentait les coups que subissait sa demeure, les mini séismes lui remontaient dans le dos. Quand le vagabond arriva face à lui, le patron voulait lui dire d'aller voir ailleurs et de trouver une autre auberge à torturer. Mais la vue d'un sac de pièces d'or sur le comptoir l'obligea à dire “ bonsoir mon seigneur, bienvenue dans mon humble demeure” (à croire que l'or est capable d'effacer la douleur). Il venait d'inviter un homme qui ressemblait à la mort.

    Au moment où le vagabond allait réserver une chambre pour la nuit, notre noble intervînt. Il le salua, puis il lui offrit sa chambre en posant une pièce d'or (beaucoup plus que sa valeur) sur le comptoir. L'aubergiste comprit vite la manœuvre : il était habitué. Maintenant, le patron sait que le mort-vivant face à lui allait retourner dans une tombe demain. Le noble invita le voyageur à sa table. Le vagabond demanda pourquoi autant de faveur pour un homme qui ne le connaissait pas. En s'asseyant à la table centrale, le riche seigneur lui répondit qu'il aime entendre les histoires des voyageurs ce qui était plus ou moins. Mais la réaction du voyageur n'était pas tout à fait ce qu'il attendait : il avait une très mauvaise expression au visage. En s'asseyant à son tour, il posa son bâton au milieu de la table dessinant ainsi une frontière.
    “Pourquoi cette triste mine, demanda le noble ? Tu n'as pas d'histoire à raconter? Je suis sûr que tu en as. Cassis, mon petit fruit (s'adressant à une serveuse), sert nous deux verres”.
    Elle était déjà prêtre à agir. Elle servit d'abord le noble, puis... Rien. Le vagabond mit sa main sur le verre en terre cuite. Le riche seigneur était surpris:
    “Tu refuses de prendre ce que l'on t'offre? Veux-tu m'offenser?”
    Le vagabond sourit: “Désolé, mais je refuse ce verre pour deux raisons: je n'aime guère l'alcool et ce n'est pas de cette façon que l'on me défie.”
    L'étonnement était à son comble, sa tactique n'avait pas fonctionné.
    « Bien dans ce cas là je n’ai plus rien à faire ici. »
    Le noble se leva, mais le petit rire du vagabond l’arrêta dans sa lancée. Il distingua une proposition. Il se rassit pour l’écouter. L’homme face à lui allait pouvoir faire ce qu’il voulait. Il lui proposa donc un jeu. Pas n’importe lequel « le jeu des ténèbres ». Tout le monde avait entendu la conversation. Au mot « ténèbres », un silence s’installa. Un vent glacial entra dans l’auberge. Puis un grondement de chuchotement pris place. Tout le monde parla de ce jeu en prononçant « malédiction » « dangereux » « mort » ... le noble était intéressé et il releva ce nouveau défi. Alors les autres commencèrent à craindre et ils voulurent fuir pour appeler un inquisiteur. Le seigneur s’y opposa et avertit que quiconque chercherait à fuir serait condamné à faire un duel avec lui. Homme ou femme ajouta-t-il à la fin en voyant une serveuse qui faillit s’éclipser.
    « Vous n’oseriez pas, implore t’elle ? »
    « A la chasse, on ne fait pas la distinction entre les mâles et les femelles. Alors entre deux bouseux, rugit le noble. »
    Elle rejoignit les autres pour former un cercle autour de la table. Maintenant tout le monde était curieux de connaître ce jeu. Le vagabond expliqua d’une voix simple qui était un véritable supplice pour les spectateurs.
    « Les deux joueurs proposent trois types de châtiment. L’un d’eux est celui que nous désirons ne jamais subir. Le but est de trouver cette réponse. Les perdants devront alors se faire le châtiment et les ténèbres, arbitres officiels, seront là pour faire respecter le contrat. Toujours joueur ? »
    Le noble accepta. Les autres commencèrent à croire que le diable était venu. Pour commencer, il fallait deux personnes qui joueront le rôle du gardien du secret. Le noble choisit Cassis, sa maîtresse dans cette auberge, pour le Vagabond. Le Vagabond désigna Lucie, celle qui voulait partir pour le noble (Comment connaissait-il son prénom ?). Ensuite les deux femmes partirent dans la cuisine. Les propositions allaient être lancées. Les clients et l’aubergiste écoutèrent avec toutes les oreilles valides. Quel genre de châtiment pourrait faire souffrir un homme ? La question allait avoir ses réponses.
    Le vagabond prit l’initiative. Étant l’inventeur du jeu, il montra en premier le genre de proposition que l’on peut proposer. Sa première réponse était « la torture ». Le public chercha à ressentir la torture. Plus ils y pensaient, plus il était difficile de trouver pire. La deuxième était « tuer un homme ». Pas d’hésitation, un grand rire s’abattit dans l’auberge. Pour les hommes du XV siècle, le meurtre était monnaie courante. Il ne connaissait pas la douleur interne d’avoir les mains tachées de sang. La dernière proposition fut de « briser mon bâton et de ne plus en utiliser ». Un autre rire allait gronder, mais ce fut le silence qui s’installa. Les clients ressentirent des tremblements, des séismes en particulier. Ils se rappelèrent tous de l’arriver du vagabond. L’aubergiste caressa sa nuque à nouveau endoloris.
    Puis vint le tour du noble. Ce fut bref et rapide. Ses trois propositions étaient « se couper la main droite » ; « ne plus faire de duel » ; « se suicider purement et simplement ». Alors, arriva ensuite la deuxième partie du jeu : deviner. Le vagabond commença à nouveau en premier. Il choisit la deuxième réponse. Le noble se mit à rire (sa réponse était la mort). A son tour, il choisit la troisième réponse du vagabond qui perdit son sourire. En regardant tous pensaient que le noble avait gagné. Les deux femmes revinrent dans la pièce pour donner les réponses.
    Ce fut Cassis qui commença à répondre. Elle donna la « torture », ce qui permit au vagabond de reformer son sourire encore plus marqué. Tout le monde fut admirablement bluffé. Puis ce fut le tour du Lucie. La réponse était « ne plus faire de duel ». Le seigneur resta figé un instant. Il avait pourtant dit la « mort ». Croyant avoir mal entendu, il demanda à Lucie de répéter. « Ne plus faire duel » répéta-t-elle machinalement.
    « Outrage, gronda le noble ! Vous mentez ! Je vous avais soufflé la mort et vous persistez dans votre mensonge ? Je ne puis tolérer une telle chose. Votre sang va couler catin ! »
    Regardant la scène, les clients ne purent agir assez vite. Le noble sortit l’épée de son fourreau et s’avança vers Lucie. Dans un geste plus vif, le vagabond utilisa son bâton comme un bouclier pour défendre la pauvre serveuse. Un terrible bruit sonna dans la pièce. L’épée du noble fut brisée et le choc le propulsa en arrière. Il comprit trop tard que le bâton était en vrai une barre de métal rouillé. Mais cette vision lui fit comprendre sa défaite dans le jeu : le bâton ne pouvait être brisé.
    Le noble se mit à rire « Alors bouseux ! Tu as gagné. Je te félicite. Mais je ne croîs pas aux ténèbres que tu oses servir. Par conséquent, je continuerai mes duels sans aucune retenue. »
    « Tu as sous estimé la puissance des ténèbres. Je suis venu ici pour venger les morts de ton passé, répondit calmement le vagabond. Je vais maintenant te donner une dernière leçon. Demain, je te provoque dans ton duel. Le rendez-vous est dans le jardin au bout de la rue, au levé du soleil. Je vous attendrai une demi-heure puis je partirai car vous ne viendrez pas. »
    « Pauvre fou, rugit le seigneur. Tu signes ta mort car tu mourras demain. Ainsi, je prouverai que les ténèbres n’existent pas et j’aurai obtenu satisfaction. A demain Bouseux ! »
    Le noble rentra chez lui se préparer et le vagabond prit sa chambre à l’auberge.
    Au lever du soleil, l’homme sans domicile et les clients d’hier étaient au lieu de rendez-vous. D’autres curieux vinrent agrandir la foule. Ils furent mi à jour de la situation actuelle. La plupart voulut partir chercher un inquisiteur, mais on leur proposa de rester car déjà trois personnes étaient en chemin. Le temps passa et le vagabond plia bagage comme il l’avait signalé la veille. On le laissa partir sans agir. Où est le noble ? Où étaient les inquisiteurs ?
    Pour les trois messagers, on les retrouva morts. L’un, le plus proche du rendez-vous fut écrasé par un carrosse. Le deuxième, à mi-parcours, reçut une tuile sur la tête. Le dernier, presque arrivé, eût une crise cardiaque à cause d’un pigeon qui vola juste devant lui.
    Quand au noble, on le retrouva mort lui aussi. D’après l’enquête, le Seigneur s’était coupé la main droite, puis, à cause de la douleur, il s’était jeté du haut de son balcon du troisième étage. Il fut embroché par les grilles de son portail (mystérieusement hors de portées avec un saut standard). Mais comme une telle chose ne pouvait se finir ainsi, les inquisiteurs devaient châtier une personne. Ils prirent l’aubergiste pour le soumettre à la question. Il avoua tout et il fut mis au bûché. Quand au vagabond, plus personne ne le revit.
    Voilà l’histoire du « jeu des ténèbres ». Alors toujours joueurs ? Vous ne me croyez pas ? Vous me demandez une preuve ? Et bien trouvez le noble qui repose dans l’un des cimetières de Paris. Pour le retrouver, il vous suffira de lire : « Suicidé à cause de sa centième victime. »
    Bonne chasse !



    Voici l'une des premières nouvelles (vieille de 6 ans) que j'ai composé. L'histoire est simple et original. Il m'a fallu 4 versions pour obtenir cette définitive.
    Il en existe une suite récente. Mais les manuscrits sont entre les mains de mon professeur de culture générale. Si je le récupère je vous posterai ça bientôt

    Je dispose d'autres nouvelles de la même période que la celle que je vous présente ainsi que des histoires en quelques chapitres (un journal d'aventure + un récit secondaire dans wow ; une histoire de RPG rédiger ; A.Q.G.F. [pièce de théatre genre Naheulbeuk]). Il sagit d'essais, de bonnes expériences d'écriture, pour mon oeuvre ( et j'ose vous le dire sur ce forum) l'histoire de BALDUR'S GATE version pc en roman. J'ai posté quelques pages de la version [BD] dans la section "livre set bandes dessinées". En attendant de mettre la suite à l'encre (au crayon ça ne passe tip top sur scan), je vais vous poster mes petites collections
    Dernière modification par balduran[fx] ; 02/04/2008 à 16h55.

  2. #2
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391

    Re : Le jeu des Ténèbres

    L'intrigue est originale en effet, ça fait un peu penser aux contes médiévaux sur le diable, en moins moralisateur (et c'est tant mieux!). Le suspens fonctionne bien, il y a de belles trouvailles narratives.


    Côté négatif, je t'avouerai qu'au début j'ai cru que tu nous faisais le script d'un jeu de rôles par cartes, à cause du ton "vendeur-publiciste" adopté par ton narrateur. Un peu déplacé, en fait. Ça casse l'ambiance fantastique plus que ça ne la sert. L'expression n'est pas toujours au point non plus, avec ces phrases coupées n'importe comment, ce qui gêne la lecture. Dommage, avec quelques retouches cosmétiques, tu tiens un récit efficace.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Environs de Nantes
    Messages 
    234

    Re : Le jeu des Ténèbres

    Je suis le seul à trouver que ça sonne un peu comme une "légende urbaine" ? Personnellement, j'ai trouvé ton petit essai assez prenant.
    Un petit ajout personnel aux oeuvres couroniennes : ici

  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2007
    Messages 
    388

    Re : Le jeu des Ténèbres

    "légende urbaine" Tu es le premier à me le dire enfin :o . Personne ne l'avait remarqué ! J'ai d'ailleurs créé une suite à cette histoire pour ça ! Si tu aime ce genre Zayn, je pense que "Jugement des ténèbres" te plaira !

    Merci de tes critiques Lothringen, j'en prends note pour l'avenir. C'est vrai que le défaut de mes vieilles histoires, c'est leur côté enfantin et le titre n'a pas trop aider : le jeu des ténèbres confère un manga malheureusement connu pour les très jeunes ... (ce qui n'est pas dans ces origines qu'on ne trouve qu'en version papier et pas série télé).

    Par contre, il y a malheureusement un défaut lorsque j'ai copié/collé, les espaces avant chaque paragraphe ont sauté. Une gène énorme dans la lecture :x

Discussions similaires

  1. [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...
    Par Galathée dans le forum Les Montagnes de Fer
    Réponses: 322
    Dernier message: 24/03/2019, 09h01
  2. ELEND - Les Ténèbres du Dehors
    Par Stargazer dans le forum La Chronique des forumeurs
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/01/2006, 06h52
  3. Les compagnons des ténèbres
    Par Elegyr Menahel dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 10
    Dernier message: 06/01/2004, 17h04

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251