Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 35

Discussion: Juste des miettes...

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Juste des miettes...

    Petite tentative de récit, deux "auteurs", pas de plan de départ, on se lance dans l’inconnu... mais c’est quand même prévu pour être de la fantasy... On verra ce que cela nous réserve
    Bonne lecture, soyez indulgents avec le décollage... si on survit aux premiers chapitres, peut-être volerons-nous longtemps dans les hauteurs...

    C'est moi qui attaque...

    ---------------------------------------------------------------------------------

    Chapitre 1.


    Le mois de mars avait pris ses quartiers dans la campagne environnant Gué-aux-Truites, étoilant les sous-bois de jonquilles et les champs de coquelicots timides. Les oiseaux saluaient le dégel de leurs trilles enchantées, on avait aperçu un faon au fond du pré de la vieille Alice, et de nombreux oeufs de grenouille flottaient dans le courant paresseux de la rivière, en aval de la petite cascade moussue. De temps en temps, une giboulée spectaculaire venait frapper les toits du hameau, chassant enfants, chats et volaille à l’intérieur des chaumières, tandis que le chien hirsute du tanneur restait au dehors, museau dressé vers le ciel, frémissant en silence. Les rues boueuses du village le devenaient alors davantage, et les habitants pestaient à haute voix en vaquant à leurs occupations quotidiennes, dans la fange jusqu’aux mollets.

    Martin se souciait peu des caprices du ciel. Assis sur le tronc du vieux chêne foudroyé, perdu dans ses pensées, il essayait de visualiser l’avenir, une activité autrefois inutile qui s’était brusquement révélée cruciale avec la mort de son père. Ses vêtements de deuil, chemise noire et manteau pourpre, le serraient désagréablement et il ne cessait de tirer sur son col, comme pour combattre l’étouffement. C’était un jeune homme de taille moyenne, des yeux sombres dans un visage avenant et le teint rosi par le froid piquant. Et il s’était cru sans histoires, sans problèmes, sans intérêt. Jusqu’à l’avant-veille.
    Vers onze heures du soir, il avait entendu un choc violent à l’étage de la ferme, alors que les animaux et les hommes dormaient depuis longtemps, et qu’il tentait de lire, discrètement, à la lueur mourante de l’âtre. Le plancher avait craqué, sinistre, résonnant du poids qui venait de s’y abattre, puis le silence s’était installé sur la bâtisse, lourd, étrange. Son père n’avait pas crié, pas bougé, pas protesté. Seule la chatte s’était retournée dans son sommeil, présentant un ventre ballonné aux braises, comme pour rôtir les avortons encore enfouis dans ses ténèbres. Martin avait attendu, aux aguets, prêt à dissimuler le livre dans les replis de sa couverture à la moindre alerte, froissement d’étoffe dans la cage d’escalier, grincement de latte, respiration sifflante qui annonce la tempête. Mais rien, pas un son, pas un soupir. Le foyer s’était éclairé brusquement des étincelles d’une bûche moribonde, croulant dans les cendres. Toujours assis, Martin avait guetté les battements de son coeur, emballé puis plus calme, avant de se lever et de gravir les marches de l’escalier. Il s’était immobilisé devant la porte paternelle, hésitant. Il lui avait fallu plusieurs minutes avant de rassembler le courage nécessaire pour frapper, et curieusement, cruellement, le silence qui avait suivi son audace l’avait rassuré plutôt qu’effrayé. A la lueur d’une chandelle malingre, il avait fini par découvrir le cadavre encore chaud du vieil homme, face contre terre, le pot de chambre renversé à bout de bras. La lune était montée haut dans le ciel, Martin n’avait pas bougé, il s’était contenté de s’asseoir sur le lit et de regarder son père. A l’aube, il était descendu pour nourrir les chevaux, avait distribué leurs tâches aux serviteurs, puis s’était mis en route vers le village pour y prévenir ses deux soeurs et le prêtre.

    Martin porta deux doigts au col de sa chemise noire, puis passa une main lasse sur son visage et lâcha un bref soupir. Encore quelques minutes de répit avant les funérailles, avant ce défilé de visages compatissants, cette longue litanie de condoléances creuses, comme quatre ans plus tôt, à la mort de Mathilde. Le souvenir de sa mère lui mena les larmes aux yeux et il les essuya du bout des doigts, machinalement, avec un peu de honte. Un gars de 20 ans ne pleure pas, lui aurait dit son père, en le gratifiant d’une bourrade affectueuse dans le dos. Il n’était plus là pour le tancer, désormais. Qu’est-ce que cela signifiait ? Qu’il était possible de faire marche arrière ? Il avait promis à Mathilde, sur son lit de mort, de garder certaines choses pour lui, de ne jamais les révéler à son père. Mais à présent que ce dernier était parti, pouvait-il les révéler à quelqu’un d’autre ? Au monde entier ?

    Sa rêverie fut interrompue par les mains fraîches d’Emilie qui se posèrent sur ses yeux, accompagnées d’un rire musical comme le chant du rossignol. Sans faire ni une ni deux, la jeune fille enfourcha le chêne, faisant peu de cas de sa longue jupe de laine noire, qui s’étira dangereusement pour accompagner le mouvement. Elle planta son regard limpide dans les yeux sombres de Martin, lui sourit avec enthousiasme, aussi lumineuse qu’il était gris. Plus jeune de quelques années, elle s’était prise d’affection pour lui, et semblait s’amouracher davantage chaque fois qu’il se montrait froid, distant ou franchement désagréable.
    « Tu en fais une tête ! » s’exclama-t-elle.
    « Je te rappelle que nous enterrons mon père. » lâcha simplement Martin, usant d’une justification facile, bien que mensongère.
    Le visage de l’adolescente se colora instantanément, et elle plaça une main vive en travers de sa bouche.
    « Oh Martin, je suis désolée. » bafouilla-t-elle. « Je suis vraiment une cervelle de moineau. Pardonne-moi. »
    Que pouvait-il répondre à cela ? Il se contenta de hocher la tête, avec une légère grimace.
    « Ça doit être si difficile... Vous étiez si proches... Et tu as toujours été son préféré, de surcroît. Je n’imagine pas ce que ça doit être... » continua-t-elle, relancée. « Est-ce que Garance et Brunehaut vont rentrer ? J’ai vu Moline... Quelle élégance... Et Elsa n’est pas en reste, bien sûr. Apparemment, ils ont acheté de nouveaux chevaux, c’est Hubert qui me l’a dit. »
    Emilie se trémoussa sur le tronc, accrocha sa jupe dans un ergot et jura en la détachant, constatant d’un doigt rageur qu’il y restait un trou.
    « Alors ? »
    « Alors quoi ? » répondit Martin, dont le regard s’était à nouveau perdu dans le sous-bois.
    « Garance ? Brunehaut ? »
    « Elles ne viennent pas. Je pense qu’elles sont ravies qu’il ait enfin passé l’arme à gauche. » murmura-t-il.
    Autour d’eux, les branchages s’animèrent comme la pluie recommençait à tomber. Emilie rabattit sa capeline sur ses cheveux blonds, d’un geste distrait, sans faire mine de s’éloigner, et haussa les épaules.
    « Ce qui est sûr, c’est que ça ne changera pas leur vie. » railla-t-elle.
    Cadet d’une fratrie de cinq, Martin était le seul garçon, l’héritier de la ferme, le « successeur » que le père avait attendu pendant plusieurs années, lorgnant le ventre rond de sa femme. Ses quatre soeurs avaient quitté le nid dès que possible, abandonnant Martin dans le giron parental. Seules Elsa et Moline s’étaient établies dans les environs. De Garance et de Brunehaut, on n’avait plus que des nouvelles éparses, une ou deux fois l’an.
    « Qu’est-ce que tu vas faire, à présent ? » demanda la jeune fille, posant une main vagabonde sur les braies sombres de son compagnon.
    Martin se leva brusquement.
    « Nous devrions nous hâter, ils doivent se demander où je suis. » répondit-il et enjambant le tronc, il partit droit vers le village, dissimulé par trois rangées d’arbres couverts de bourgeons tendres. Il entendit Emilie trottiner à sa suite, froissant certainement sa robe déchirée dans les taillis, mais il n’avait pas l’intention de la laisser espérer en se montrant galant.

    Sur la place du village, devant l’édifice usé qui servait de salle du conseil, les notables s’étaient rassemblés autour du corbillard sommaire qui devait emmener Auguste Buteau vers sa dernière demeure, dans la nécropole voisine, à l’ombre du Temple de Mélion. Martin se glissa dans le groupe, furtif, et fut bientôt repéré par Moline, sa soeur aînée, dont la robe de soie bleue n’avait rien d’opportun. Mais l’inimitié entre Auguste et ses filles n’était un secret pour personne et Moline n’entendait pas se draper d’un chagrin factice. Elle était présente pour lui, Martin le savait, et le souci sur son visage n’était pas feint. A passé trente ans, elle était toujours très belle, ses longs cheveux brun sombre ramenés en un chignon étudié encadrant son visage pâle aux yeux clairs.
    « Mon loup. » fit-elle en lui prenant le bras.
    Martin jeta un regard gêné autour de lui, mais aucun de ses amis proches ne traînait dans les parages. Tous attifés comme des chauve-souris, ils réapparaîtraient pour porter le macchabée en terre. Pour l’heure, Auguste avait encore le nez à l’air, profitant du printemps avec ses invités. On avait disposé des objets cassés tout autour du corps, comme le voulait la tradition : toutes les vieilles choses obsolètes étaient jetées de concert, sous l’oeil distrait de Mélion. Le jeune homme réalisa brusquement que sa soeur lui parlait, lorsqu’elle lui pinça la joue pour le rappeler à l’ordre.
    « J’oublie toujours que tu aimais bien ce vieil ours. » fit-elle en haussant ses sourcils arqués.
    Malgré son mode de vie scandaleux, elle vivait hors des liens du mariage avec un homme qui avait presque deux fois son âge, Moline avait toujours bonne réputation au village, et elle distribuait ses sourires enchanteurs à tous ceux qui s’approchaient d’elle. Martin la soupçonnait d’être un peu sorcière et d’avoir ensorcelé les Truiteux pour qu’ils soient éternellement bien disposés à son égard. Auguste la considérait comme une traînée et ne se privait jamais de le clamer.
    « J’étais dans la lune. » répondit Martin.
    Elle lui sourit avec chaleur, et l’entraîna vers l’arrière du chariot, où l’attendaient Elsa et Hubert, ainsi qu’une douzaine de villageois proches du mort. Mais Martin sentait son esprit dériver. Pris en main par sa soeur, il pouvait se retrancher en lui-même, user de sa tristesse légitime comme d’un masque et quitter l’instant présent pour regagner son univers intérieur et les histoires autrement plus riantes qu’il y vivait. A l’abri de ses contrées intimes, il décrocha du réel.

    Ainsi, il ne participa pas vraiment au cortège, entendit à peine l’éloge funèbre, s’agenouilla sans le faire dans la boue de la nécropole, souleva le corps sans échanger de regard avec ses amis qui l’aidaient, regarda la fosse sans rien y voir. Puis vinrent les condoléances qu’il n’entendit pas. Les gestes de réconfort qui frôlèrent sa carcasse sans la toucher. On l’entraîna vers la sortie du temple, et il ne se souvenait pas d’y être entré. Personne ne parvint à l’arracher à son silence, alors que le vent frais agitait les manteaux et les chevelures, dérangeant ses mèches brunes, un peu folles. Et tout le monde comprenait, bien sûr. Pauvre garçon. Cette ferme à gérer, à présent. Quand même un sacré terrain. Et puis des bêtes, près de soixante, disait-on. Et toujours célibataire à 20 ans, quel dommage. Les regards l’évitaient pour se poser sur Elsa, sur Moline, des paroles s’échangeaient, en dehors de son champ de conscience.

    Puis il papillonna des yeux. Une giboulée. Avec des cris, les attardés coururent se mettre à l’abri du temple. Seul Martin resta planté entre deux tombes, debout dans la terre. Et comme le chien du tanneur, il leva les yeux vers le ciel, les ferma, et se laissa transpercer. Ses sens regagnèrent un à un le jour gris, la nécropole de Mélion, l’enterrement du père, abandonnant leur refuge coloré, et il expira brusquement, son manteau alourdi de pluie lui collant à la peau, tandis que sa respiration dessinait des volutes dans l’air glacé.
    Puis le ciel se tut comme il s’était exprimé. Brusquement.
    Le jeune fermier rouvrit les paupières, découvrant les pierres éparses, les quelques tumulus, la silhouette trapue du temple. Le sol fumait un petit peu, exhalant une brume odorante. Plus loin, les bouleaux bruissaient, encore à moitié nus, piquetés de bourgeons verts qui promettaient de s’épanouir dans les jours prochains. Puis son regard dériva jusqu’au portail et au village plus loin, en contrebas de la colline. Progressant sur le chemin de graviers blancs, deux personnes franchissaient les grilles, venant droit sur lui. Martin les regarda approcher sans bouger, à la fois curieux et sonné. Des amis de son père ? Non. Des étrangers. Ils marchaient d’un pas coordonné, presque militaire, bras dessus bras dessous. Vêtus d’une tunique de voyage bleu gris, ils étaient pratiquement identiques, si ce n’est que l’un était une femme, l’autre un homme. Elle portait ses cheveux longs, reposant sur ses épaules en boucles cuivrées et sa poitrine s’épanouissait, généreuse, sous le cuir de sa tunique. Il avait les cheveux courts, dépassant tout juste de son chapeau, un soupçon de barbe, et les hanches sèches. Martin eut un frisson d’effroi. Il avait entendu parler de ces enfants qui naissent le même jour, de la même femme, et qui semblent avoir été façonnés dans le même moule. Mais personne n’aurait jamais élevé ces bébés monstrueux, et l’on étouffait généralement leurs maléfices avant même qu’ils n’aient bu leur premier lait. Alors découvrir une paire d’adultes... C’était tout simplement impensable. Le jeune homme résista à l’envie de se signer alors qu’ils arrivaient à sa hauteur. Il jeta un coup d’oeil plein d’espoir derrière son épaule, mais la nécropole était déserte, il n’y avait que lui. Les visiteurs s’immobilisèrent et sourirent. Ils avaient les traits fins, le nez pointu, et il se dégageait d’eux une impression de malice bienveillante, comme s’ils guettaient l’instant opportun pour vous jouer un tour.
    « Vous êtes... » commença la jeune femme.
    « Martin Buteau. » termina le jeune homme.
    Et ils plongèrent leurs yeux couleur lac de montagne dans les iris noisette de Martin, lequel se sentit soudain l’être le plus pataud et le plus grossier de la région. Il opina avec gêne.
    « Nous avons à parler. »

    ***
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  2. #2
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640

    Re : Juste des miettes...

    Ca commence vraiment bien.

    N'hésite pas à virer mon post par contre si tu trouves qu'il pollue ton superbe récit.

  3. #3
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    20 102

    Re : Juste des miettes...

    C'est prometteur, on attend la suite.... Mais si on te mets des commentaires, gogorafido a raison, ça va gâcher la lisibilité du sujet... Comment faire? Dis-le si tu préfères, par exemple, qu'on réagisse en MP...

  4. #4
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Re : Juste des miettes...

    Ouah... Des lecteurs...

    Non, n'hésitez surtout pas à réagir ici!!! Si ça prend bien, on réorganisera texte et commentaires dans un sous-forum dédié...

    Merci pour vos réactions, d'avance, et merci pour votre curiosité, déjà!

    A bientôt...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #5
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 083
    Ah, et bien si on a le droit de fl… de réagir directement ici, je ne m’en prive pas plus longtemps :

    Pour un premier plantage de décor, je trouve ça très réussi : on vit plus qu’on ne lit les petits détails qui apportent toute la vie à l’ensemble. Un style toujours fluide et riche du mot juste pour nous immerger d’autant plus facilement dans le récit et faire monter notre intérêt sur ce qui va suivre.
    Ce jeu de description nous offre déjà à penser à un univers plus vaste avec ses croyances et ses coutumes propres. Tu trouves même le temps d’amener tranquillement tes premiers personnages pour parachever un démarrage qui capte déjà notre attention.

    Au plaisir de découvrir la suite… N’hésitez pas à nous régaler, il reste beaucoup de place…
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  6. #6
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640

    Re : Juste des miettes...

    Citation Envoyé par Kasumi Voir le message
    Ah, et bien si on a le droit de fl… de réagir directement ici, je ne m’en prive pas plus longtemps :

    Pour un premier plantage de décor, je trouve ça très réussi : on vit plus qu’on ne lit les petits détails qui apportent toute la vie à l’ensemble. Un style toujours fluide et riche du mot juste pour nous immerger d’autant plus facilement dans le récit et faire monter notre intérêt sur ce qui va suivre.
    Ce jeu de description nous offre déjà à penser à un univers plus vaste avec ses croyances et ses coutumes propres. Tu trouves même le temps d’amener tranquillement tes premiers personnages pour parachever un démarrage qui capte déjà notre attention.

    Au plaisir de découvrir la suite… N’hésitez pas à nous régaler, il reste beaucoup de place…
    Ah bah c'est exactement ce que je voulais dire en "mieux dit".

    J'aime cette entrée en matière peu conventionnelle, j'aime ce décalage par rapport à notre culture et ce que l'on croit acquis (love le coup des jumeaux diaboliques) j'aime que ton personnage principal ne poursuive pas la blonde de ses assiduités.

  7. #7
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235

    Re : Juste des miettes...

    L'autorisation de poster est donnée : je viens ajouter mon gain de sel.


    Comme dit Kasumi l'entrée en matière est très bonne :
    Non seulement elle nous immerge agréablement dans l'univers de l'histoire, mais surtout elle pose les premiers mystères qui nous interpellent en tant que lecteurs, et donc nous incitent à découvrir la suite...

    Bref pour l'instant c'est très agréable

    Au plaisir de lire la suite
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Re : Juste des miettes...

    Un petit message à nos chers lecteurs

    Merci pour vos encouragements au démarrage !

    Mon acolyte m'informe néanmoins que le second chapitre ne sera prêt que lundi... Patience, patience, et ne partez pas!

    A bientôt!
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #9
    Avatar de Vel Cheran
    Vel Cheran est connecté maintenant a du RP en retard
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages 
    2 742

    Re : Juste des miettes...

    Très bien écrit et agréable à lire, j'attends la suite avec impatience

  10. #10
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 010

    Re : Juste des miettes...

    Bon et bien, je me lance à mon tour . Désolé d'avoir tant tardé, mais j'ai dû faire face à quelques contretemps... Je tâcherai d'être plus prompt à l'avenir. En tout cas, merci pour votre patience !

    ---------------

    Chapitre 2


    Adalbert Pintesec rentra la tête dans les épaules et resserra sa pèlerine autour de sa silhouette rebondie. La giboulée l’avait surpris à mi-distance du village, alors qu’il longeait les pâtis communaux. Pile à l’endroit, comme fait exprès, où la route n’offrait aucun abri, pas même un arbre, et il n’avait eu d’autre choix que de forcir l’allure sous les trombes d’eau. Et maintenant que la pluie s’était arrêtée, c’était le vent qui se levait. Le bougre le glaçait jusqu’eaux os. Tout pour plaire, décidément.
    Une fois de plus, il se demanda ce qui lui avait pris de se rendre à l’enterrement. Les Buteau ne faisaient pas partie de ses relations. Le père n’avait pour ainsi dire jamais mis les pieds dans l’auberge depuis qu’il en avait la charge, et les visites du fils, si elles avaient le mérite d’exister, n’en étaient pas moins sporadiques. Moline… Moline, c’était différent. Elle ne dédaignait pas l’endroit et avait été toujours amicale avec lui. Mais elle l’était avec tout le monde… De plus, comme l’on pouvait s’y attendre, elle ne semblai guère attristée par le décès. Inutile donc de se voiler la face en prétendant être venu pour la soutenir.
    Et puis, les enterrement lui minaient toujours le moral. Pas tant pour les défunts – on prétendait qu’ils partaient pour un monde meilleur, ce qui aurait dû réjouir leurs parents, n’eut été le vide que laissait le disparu – que pour lui-même. Il se demandait toujours ce que seraient ses propres funérailles et quelles projections qu’ils fisse, il ne voyait guère que le prêtre pour y assister, bien obligé qu’il était par sa fonction, et, dans le meilleur des cas, quelques habitants des alentours venus par solidarité villageoise.
    « Et bien, tu vois, c’est exactement ce que tu as fait, songea-t-il. Ton devoir de Truiteux. Tu serais bien content de savoir que d’autres feraient pareil pour toi. » Oui, peut-être. Cela n’en demeurait pas moins une maigre consolation.
    Une bourrasque particulièrement décidée se fraya un chemin a travers ses couches superposées de vêtements et le fit frissonner de tous ses membres. Pour se redonner du courage, il songea au petit remontant qu’il s’accorderait sitôt regagnées ses pénates. Il avait reçu l’avant-veille une barrique contenant l’un de ses vins dont seuls les coteaux des marches méridionales avaient le secret : sucré, doré, gorgé de soleil, il vous réchauffait tout le corps et vous mettait de joyeuses pensées en tête. Exactement ce dont il avait besoin.

    Enfin, il rejoignit les premières masures du villages. Les rues étaient complètement désertes. Pas même un badaud à qui suggérer de venir prendre un verre. Ah tiens, pas si désertes que ça, tout compte fait : les petits Clairvoie avaient profité de l’accalmie pour sortir patauger dans la boue. Mais aussi délurés que soient ces deux là, il leur faudrait attendre encore quelques longues années avant de pouvoir légalement franchir le seuil d’une taverne. Il était à redouter que le seul remontant auquel ils auraient droit en fuyant la prochaine averse serait la correction maternelle. Voir, s’ils étaient particulièrement en déveine, un séjour prolongé au lavoir pour nettoyer leurs vêtements crottés.
    Un dernier croisement, et ce fut la Grand-Rue, la plus larges de Gué-aux-Truites et la seule entièrement pavées. A une trentaine de pas sur sa droite, juste en face des postes royales et de ses écuries, se dressait l’enseigne fraîchement repeinte représentant un poisson argenté jaillissant des eaux paisibles d’une rivière. La Truite Bondissante. Un nom d’une originalité foudroyante, avait-il toujours pensé. Mais l’on ne rebaptise pas impunément une taverne, malheureusement. C’était l’une des premières choses qu’il avait apprises durant son apprentissage.
    Avec un grognement satisfait, il poussa la porte de son antre et pénétra dans la chaleur réconfortante de la salle commune. Un rapide coup d’œil circulaire lui révéla qu’elle était quasiment vide, ainsi qu’à l’ordinaire en journée, entre les repas. Dans un coin, à sa place habituelle, le père Cailebosse sirotait un verre de gnôle. Son deuxième, vu l’heure matinale. Avant le repas, il en aurait sifflé quatre. « Ça soulage mes rhumatismes », prétendait-il. Et Adalbert n’avait pas de raison d’en douter : lorsqu’il n’était pas établé dans l’auberge, le vieux caracolait par tout le pays pour rendre de menus services. Un bon remède, la gnôle. IL faudrait qu’il y pense, l’âge venu.
    De l’autre côté de la vaste pièce, près de l’âtre où crépitait joyeusement une énorme bûche de châtaigner, les deux marchands qu’il avait accueilli la veille achevaient de vider une chope de bière. Leur discussion était animée et Adalbert tendit l’oreille en les dépassant, guettant sans trop y croire une nouvelle intéressante.
    « Et le plus fort, mon vieux, c’est qu’il les a eues à moitié prix ! » s’exclamait le plus âgé, un grand échalas monté en graine.
    -Pour moitié prix ? s’étrangla son compère.
    -Oui ! L’autre connaissait rien à son affaire. Il s’est laissé embobiner et pour pas entacher sa réputation, il a cédé tout son stock prétendument gâté. Alors que dans le lot, il devait y avait à peine une demie livre de viande un peu faisandée. Mais tout à fait vendable, au demeurant. Jehan s’en est pas privé…
    -Tu m’étonnes ! »
    Voilà ce qui les faisait jaser, tous autant qu’ils étaient, rumina Adelbert en gagnant l’arrière-salle. Les affaires. Et que je me vante ostensiblement d’avoir berné untel. Et que je m’égosille en tonitruantes récriminations parce que le prix de ceci ou de cela a chuté… Misère ! Où étaient les attaques de brigands, les ravages des meutes de loups, les extravagances de quelque hobereau qui, à en croire son père, faisaient autrefois résonner les voûtes de toutes les hostelleries du royaume ? Lui, l’histoire la plus mémorable qu’il eut jamais entendu depuis qu’il était établi ici, c’était le récit pitoyable d’une attaque ratée de diligence. Un fermier sans terres et ses deux fils s’en étaient pris au véhicule avec des fourches… Et cela remontait à trois ans ! Tout ce qu’il avait pu se mettre sous la dent au cours des derniers mois, ce devait être se cavalier désarçonné alors que son cheval s’était emmêlé les pinceaux en tentant d’éviter une poule vagabonde. Cocasse, il fallait l’avouer. Mais pas de quoi animer une veillée. Pour le reste, ce n’était que ragots sordides, racontars de voisins indiscrets. Et élucubrations assommantes des marchands de passage, bien sûr. On ne pouvait y échapper.
    Il atteignait la porte du fond lorsque l’un des commerçant réclama à grand cris une nouvelle chope. Louise, la serveuse, jaillit aussitôt, manqua bousculer Adalbert et lui adressa un sourire indifférent avant de se diriger vers le comptoir. Bientôt, elle ne s’embarrassera même plus de sourires, pensa-t-il en suspendant son manteau trempé à un crochet. Cela faisait dix-huit mois que leurs relations se limitaient à la stricte courtoisie requise entre employeur et employée. Dix-huit mois. Exactement le temps depuis lequel Simon était entré à son service comme apprenti.
    Que pouvait-elle bien lui trouver de plus, à ce godelureau ? De plus, il n’en avait aucune d’idée. De moins, il ne le savait que trop : une décennie. Et une bedaine en voie d’épanouissement rapide… En avait-il fallu si peu pour le priver des égards de la jeune femme ? Allez, il devait l’admettre, Simon avait une prestance qui lui était étrangère. Ainsi qu’une mine avenante. Mais, tout de même…
    Il n’y avait pas de « tout de même ». il fallait qu’il se fasse une raison : la cause était perdue, un point c’est tout. Si un miracle ne s’opérait pas rapidement, il faudrait qu’il se résigne et songe sérieusement à accepter la proposition que lui avait faite le tenancier de la Vieille Chope, à La Crique. Il s’y était refusé jusqu’ici. Non pas que sa fille soit repoussante, mais… Lors de leurs rares rencontres, elle lui avait paru terriblement sérieuse, presque sinistre. Rien à voir avec la pétillante Louise, toute de gaieté et d’éclats de rires… Cependant, s’il persistait dans ses chimères, il finirait trop vieux et trop ventripotent pour intéresser le moindre parti. Après tout, force était de constater que sa prime jeunesse s’était enfuie. Il venait d’atteindre la trentaine.

    Seul le glouglou du vin s’écoulant dans son verre parvint à l’arracher à ses considérations mélancolique. Avec un demi sourire, il remit la bonde en place et huma le bouquet du breuvage doré. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu un si bon cru. L’odeur suffisait à lui rappeler sa région natale, là où l’on pouvait se promener en bras de chemise dès le mois de mars sans crainte d’attraper une pneumonie dévastatrice. La où les rivières ne vous faisait pas hoqueter et grelotter de froid dès que vous y aventuriez un orteil prudent…
    Ne pouvant résister davantage, il portait le verre à ses lèvres lorsque Simon déboula dans la réserve.
    « Ah, patron, content de vous trouver ! » s’exclama le jeune homme.
    A regret, Adalbert rabaissa son verre.
    « Et bien, mon gars. Que se passe-t-il ? Y a le feux aux écuries ? »
    Le jeune homme passa une main nerveuse dans ses cheveux blonds. Il avait le teint rosi par le froid qui régnait à l’extérieur, et ses yeux brillaient.
    « Presque ! Vous devinerez jamais ce qu’on va avoir comme clients !
    -Hum… Laisse-moi réfléchir… Un gros marchand et sa suite ? »
    Simon en était encore à s’esbaudir devant les mises et le train fastueux des riches commerçants. Lui en était revenu depuis des lustres.
    « Non, rien de tout ça, patron ! Des jumeaux ! »
    Adalbert accusa le coup. Pour une surprise, s’était une surprise ! Mais il fit en sorte de ne pas trop montrer son étonnement : il n’allait pas se laisser démonter de la bleusaille, quand même !
    « Ah tiens, fit-il simplement. Quand sont-ils arrivés ?
    -Peu de temps après votre départ. Ils se sont amenés comme ça, même pas gênés, et ils ont demandé une chambre comme si de rien n’était… Je savais pas trop quoi faire…
    -La charte, mon garçon, la charte ! sermonna Adalbert. « Tu serviras chacun avec empressement…
    -…du moment qu’ils paient en bel et bon argent ». Oui, je sais, patron. Mais par chez moi, on dit aussi « Si ta femme t’pond des jumeaux, fous-y les tout d’suite au ruisseau ».
    -On dit des tas de conneries, mon gars. Bon, et alors, qu’as-tu fait ?
    -Ben, comme je disais, je savais pas trop quoi faire, alors j’leur ai quand même loué la chambre.
    -C’est bien, c’est le métier qui rentre. Et ils sont où, à présent, tes affreux ?
    -Aucune idée. Sont partis presque tout de suite. Ils n’ont pas dit quand ils rentreraient.
    -D’accord. Merci de m’en avoir informé. Et maintenant, file, je suis sûr que tu as du travail qui t’attend. »
    Simon acquiesça, visiblement déçu par la réaction posée du tenancier, et s’esquiva hors de la réserve. Dès qu’il eut disparu, Adalbert vida d’un trait son verre et s’en servit un autre. Des jumeaux ! Dans son auberge ! Ah ça, pour sûr, ça en ferait jaser plus d’un ! Il y aurait peut-être même salle comble, ce soir, pour tenter d’apercevoir les spécimens.
    Un large sourire aux lèvres, il regagna la grande salle, jeta un regard vers le comptoir puis se dirigea jusqu’à la table du père Caillebosse.
    « Alors, Anselme, quoi de neuf ? lança-t-il joyeusement en s’asseyant.
    -La vie suit son cours, comme toujours, maugréa le vieux en avalant une lampée de son tord-boyaux. J’dois finir de r’mettre en état le mur du pré d’Alice qui s’écroule de partout. J’sais pas qui l’a monté, mais l’type a bossé en sagouin.
    -Je crois que c’est toi, Anselme.
    -Ah ? Possible. M’enfin comme l’pré est tout en remblais, y presse contre le mur, et du coup les pierres tiennent pas en place. »
    Adalbert acquiesça.
    « Dis, reprit le vieux, c’est-y vrai c’que raconte l’gamin ? T’as des jumeaux à loger ?
    -Oui, il paraît.
    -J’en ai d’ja vu, moi, des jumeaux, souffla l’autre en manière de confidence.
    -Non ? fit un Adalbert sincèrement surpris.
    -Si ! Une fois. Aux Tourbières. L’patron d’la taverne du coin voulait m’mettre dehors. Disait que j’étais fin saoul… Moi, j’voulais pas, j’voulais finir mon verre. Alors il a appelé son garçon d’écurie, j’crois. Et quand il est v’nu, ben il avait son jumeau avec lui. Je l’ai vu comme j'te vosi ! Alors t’imagines, j’ai pas lambiné pour mettre les bouts…
    -J’imagine, oui… » fit Adalbert d'un air entendu.
    A ce compte là, il y en avait eu, des créatures étranges, dans cette salle. Des tas. De mémoire, le plus récent était le serpent à tête humaine que le jeune Chaumier avait vu sortir de la cheminée, la veille de son mariage, alors qu’il était venu fêter l’événement avec ses amis. A l’en croire, c’était les traits de sa future belle-mère qu’arborait le monstre. Le malheureux avait manqué mourir de trouille.
    Adalbert sourit à ce souvenir et but une nouvelle gorgée de vin. A bien y réfléchir, le travail avait tout de même ses bons côtés. Et le meilleur était à venir...
    Des jumeaux !
    Cette idée le réjouit tellement qu’il offrit une tournée générale. La première depuis longtemps.

    ***
    Dernière modification par Taliesin ; 10/12/2007 à 23h17.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  11. #11
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 083
    Ainsi donc voici l’autre co-auteur qui se dévoile enfin ! Te voilà maintenant soumis au même titre que Galathée au feu de la critique ! Et je ne vais pas m’en priver !

    Les traits d’humour dont tu fais déjà preuve dans cette première partie sont prometteurs pour l’avenir de votre histoire. Je gage que vos talents réunis réussiront bien souvent à nous faire passer de bons moments et comme tout lecteur qui se respecte, j’attends avec impatience la suite.

    Je renouvelle donc mes encouragements à votre fameux duo d’écrivains histoire de mettre un peu plus la pression.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  12. #12
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235

    Re : Juste des miettes...

    Toujours présent

    L'histoire est toujours très agréable à lire, et, même si cette partie n'est probablement pas une des clefs de votre histoire, il n'en reste pas moins que l'on prend plaisir à voir ce petite monde et ses ragots, cela nous immerge peu à peu dans l'histoire...

    Mention spéciale à cette haine vouée par tous les habitant envers les jumeaux. Je ne sais pas si c'est une vérité historique où une idée de votre cru mais cette représentation de "gens simples" des campagnes -qui prêtent des mauvais présages à tout ce qui sort de l'ordinaire- est très intéressante, cela nous promet une belle histoire.

    P.S. @ Taliesin uniquement (les autres n'ont pas le droit de lire )
     Cliquer ici pour révéler le texte
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  13. #13
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    20 102

    Re : Juste des miettes...

    Enfin la suite!

    Le suspense durait, j'attendais avec impatience des révélations fracassantes... mais, bien sûr, tu nous laisse sur notre faim! Grrrr!! Va falloir attendre le prochain épisode....

    Je me demandais qui allait co-écrire avec Galathée, mais j'aurais dû m'attendre à Taliesin: il suffit de lire vos aventures RP pour voir que vos deux styles se marient très bien.

    J'aime bien cette idée des jumeaux qui portent malheur, c'est encore le cas dans certaines traditions populaires, ailleurs que chez nous (notamment à Madagascar). J'aime beaucoup le style de vos deux écrits, c'est très agréable à lire tout en étant très riche.

    Bon, et bien... c'est quand la suite?

  14. #14
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640

    Re : Juste des miettes...

    Arrétez avec vos vieux à 30 ans ... vous devenez déprimants.(et désobligeants!)

  15. #15
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Re : Juste des miettes...

    Et hop ! Chapitre 3 !
    Ce n'est pas sorti très harmonieusement, mais bon, on avance

    Bonne lecture !

    ---------------------

    Chapitre 3.

    Martin rentra vers le village encadré par ses deux nouveaux compagnons, qui s’étaient présentés comme Aloysius et Freya Eberhart, de la lointaine cité de Noordenbos. Ils avaient effectivement un petit accent rugueux qui trahissait des origines étrangères, mais s’exprimaient sans faute et avec un vocabulaire bien plus riche que n’importe quel Truiteux. Le jeune fermier commençait à craindre que son père n’ait contracté une dette auprès d’un riche seigneur des environs, voire d’un notable de la cité voisine, lequel lui aurait envoyé cet inquiétant tandem pour faire valoir ses droits. D’autant que les jumeaux avaient refusé de s’exprimer davantage, impatients de regagner la quiétude toute relative de l’auberge du village pour y tenir leur conciliabule. Cette destination avait quelque peu rasséréné Martin : il y aurait des témoins, même s’ils seraient peu nombreux en pleine journée, suffisamment d’oreilles curieuses pour s’intéresser à la moindre parole prononcée par les visiteurs. Ce qu’ils avaient à lui dire n’était donc probablement pas si dramatique.
    Cependant, alors qu’ils cheminaient en silence, le jeune homme ne pouvait s’empêcher d’avoir honte. Il avait honte de s’afficher avec des créatures que l’on savait dangereuses et surnaturelles, et le regard de ses concitoyens n’était pas pour le mettre plus à l’aise. La vieille Gertrude-aux-Biques se signa sur leur passage, des portes claquèrent à leur approche, Henri-sans-poils rentra même son âne dans sa masure, comme s’il craignait qu’on ne le lui vole ou le transforme en scarabée. Martin sentait que son embarras lui rougissait les joues et écourtait sa respiration, et il lorgnait les alentours, craignant d’apercevoir Guillaume ou Florent tapis, interdits, derrière une haie ou une fenêtre.
    Certains ne me parleront plus avant plusieurs semaines, et encore, si je fais pénitence soir et matin, songea-t-il avec amertume, conscient d’être en contagieuse compagnie.
    Mais Martin avait aussi honte de sa propre gaucherie, de ses gros pieds frappant la boue avec moult éclaboussures, comme des briques mal dégrossies, tandis que les bottes des jumeaux foulaient la fange avec souplesse, en cadence, comme s’il s’eut agi d’un tapis d’herbe tendre. Il avait honte de la toile fruste de ses habits du dimanche, et de ses mains usées par le labeur, et craignait l’instant fatidique où il devrait à nouveau leur parler, étaler ses pauvres mots et son manque de finesse devant leurs yeux brillants et leur sourire tranquille. Mais les Eberhart semblaient attendris par sa mise : ils le couvaient du regard avec chaleur, intérêt, voire gourmandise.
    Martin, interloqué au départ, commençait à avoir franchement peur.

    Ils parvinrent finalement au centre du village et à la Truite Bondissante, l’unique troquet du hameau, une enseigne que Martin ne fréquentait pour ainsi dire jamais. En général, muni d’une bonne bouteille du cidre familial, il allait trinquer dans la bergerie vétuste située sous les châtaigniers de Maître Latreille, avec Florent et Guillaume, parfois Simon, Louise ou Emilie. Les rares fois où il s’était introduit, adolescent, dans la salle commune de l’auberge, c’était sous la bonne garde de Moline ou d’Elsa, qui avaient veillé à ce qu’on ne lui serve qu’une bière de table insipide et dépourvue de la moindre graine de folie. Mais les jumeaux semblaient en terrain conquis et ils pénétrèrent dans la gargote sans hésitation, lui tenant la porte comme s’il était un invité de marque qu’ils conviaient à un repas donné en son honneur. En entrant, le jeune fermier fut stupéfait de découvrir la salle presque comble à cette heure creuse. Apparemment Pintesec, le tavernier, partageait sa surprise, car il balayait l’assemblée du regard, les yeux ronds de ravissement, tandis que Louise et Simon s’affairaient pour servir au plus vite tous les assoiffés. Mais le fin mot derrière l’attroupement leur apparut clairement lorsque tous les Truiteux assemblés suspendirent leurs conversations à leur apparition, reportant leur attention inquiète sur les visiteurs scandaleux qu’accueillait l’auberge. Ces derniers ne s’en offusquèrent en rien, et Martin devina qu’au fil des années, ils avaient dû rencontrer leur content de curiosité, malsaine ou intéressée, bienveillante ou meurtrière. Distribuant leur sourire tranquille avec générosité, ils se dirigèrent vers une table vide non loin d’une fenêtre pour s’y installer. Martin se glissa sur la banquette et se retrouva coincé entre les jumeaux. Il sourit timidement à quelques unes de ses connaissances disséminées dans la pièce, mais les gens semblaient trop ébahis pour parvenir à lui rendre ses marques de sympathie.
    Louise était déjà apparue près d’eux et elle jeta un regard nerveux à Martin tandis qu’Aloysius commandait trois verres de vin chaud. Le jeune fermier se serait volontiers passé de cette subite popularité, mais il avait l’impression que plus vite il écouterait les doléances des Eberhart, plus vite il en serait débarrassé. Il essuya ses mains moites sur son pantalon, puis les posa sur la table, tentant de maîtriser leur tension en les croisant d’un air nonchalant. Les jumeaux avaient retiré leur veste de cuir, révélant des chemises presque aveuglantes de blancheur, et promenaient leurs prunelles bleues sur les Truiteux, apparemment distraits, mais forçant peu à peu chacun des villageois à baisser le regard et retourner à ses propres affaires. Louise revint, déposa un pichet fumant devant eux, trois bolées, et s’esquiva rapidement, comme si elle craignait d’être contaminée par quelque chose.
    Au moins un mois de pénitence, songea Martin avec amertume, s’ils ne m’exilent pas en forêt de surcroît.
    Tandis que Freya remplissait leurs verres, Aloysius déposa un petit oeuf métallique sur la table, incrusté de verre coloré, et lui imprima un léger mouvement rotatoire. L’oeuf se mit à tourner sur lui même, en cercles lents, diffusant une lueur multicolore autour des trois convives, comme une sorte de halo à peine perceptible. Martin posa des yeux inquiets sur l’objet, mais ne dit rien. Aloysius saisit néanmoins la direction de son regard.
    « On appelle ça un Menteur. Le nom réel est plus savant, mais ça dit bien ce qu’il fait. Il capte les conversations à l’intérieur de son rayon d’action, puis les restitue à l’extérieur, complètement transformées et sans aucun intérêt. »
    Martin fronça les sourcils, sans comprendre.
    « Tu le troubles... » grommela Freya. « Ce qu’il veut dire, c’est que quoi que nous racontions, les gens autour de nous entendront parler de récoltes et de foins. »
    Le sourire de la jeune femme n’avait rien de rassurant.
    « De foins ? » fit finalement Martin.
    « Enfin, ce que le Menteur estimera approprié dans les circonstances. » fit Aloysius, apparemment très fier de l’objet.
    « Revenons-en à nos affaires. » trancha Freya. « Je peux t’appeler Martin, n’est-ce pas ? »
    « Heu oh, oui. » balbutia-t-il, surpris par la brusque familiarité de la jeune femme.
    Freya lui sourit, repoussa une mèche rousse derrière son oreille, et prit une gorgée de vin chaud. La légère grimace qui déforma son charmant minois indiqua cependant qu’elle n’en pensait rien de bien positif. Elle reposa ensuite ses iris bleus sur lui.
    « Tu ne t’es jamais demandé pourquoi ton père plaçait tant d’espoir sur tes épaules ? Pourquoi il te préférait toi, alors qu’il avait eu quatre filles auparavant ? » commença-t-elle.
    « Ben... C’est normal, je suis... le seul garçon, donc l’héritier... enfin je vais hériter de la ferme, et des champs... » répondit-il.
    Aloysius partit alors d’un grand rire, lequel transforma sa physionomie, humanisant curieusement ses traits ciselés. Sa soeur resta de marbre.
    « Des champs... Excellent ! » fit le rouquin, en s’essuyant le coin des yeux.
    « Sans vouloir t’offenser, Martin... » reprit la jeune femme. « Ton père était propriétaire de quelques champs de mauvaise qualité, et d’une ferme vétuste. Ce n’était pas un imbécile. Il n’avait pas grand chose à te transmettre. »
    Une seconde, le jeune homme vit rouge. A l’aune des Truiteux, sa famille était l’une des plus fortunées du village, et jouissait d’une respectabilité enviée. Les champs portaient leur blé fièrement, et une des génisses avait été primée deux fois lors de la dernière foire agricole au bourg voisin. Sans parler de la qualité inégalée de leur cidre, que l’on vendait dans les meilleures tavernes de la capitale. Mais aucun des jumeaux ne releva son trouble et Aloysius embraya.
    « Soyons sérieux. Auguste avait besoin d’un successeur pour la Confrérie, voilà tout. »
    Martin ne tiqua pas, lorgnant ses mains.
    « Il ne t’a pas parlé de la Confrérie, n’est-ce pas... » lâcha Freya, dans un soupir.
    Il releva un oeil.
    « La Confrérie cidricole ? » osa-t-il.
    « De mieux en mieux. » s’esclaffa Aloysius.
    Cette fois, Martin était franchement vexé, et il croisa les bras, la mine butée.
    « La Confrérie n’a pas d’autre nom. C’est une organisation secrète à laquelle ton père appartenait. A sa mort, tu dois prendre sa place. Nous sommes venus te chercher pour ton initiation. » continua Freya, plus calme, le ton presque caressant, hypnotique.
    « L’initiation... » murmura le garçon.
    « Ensuite tu pourras revenir t’occuper de tes vaches si c’est ce qui t’amuse... » railla Aloysius et Martin lui jeta un regard noir.
    « A moins que nous n’ayons besoin de toi, bien sûr. » trancha la rouquine.
    Comme le jeune fermier ne répondait rien, elle posa une main sur son avant-bras.
    « Nous partons demain. Aloysius va t’accompagner pour préparer tes affaires. »
    Martin recula.
    « Attendez une seconde... »
    Aloysius croisa les bras avec un sourire, comme s’il avait attendu cet instant depuis le début de leur échange.
    « C’est quoi cette Confrérie ? Et partir où ? Je dois... J’ai une ferme dont je dois m’occuper ! » fit Martin avec une fougue retrouvée.
    « Nous ne pouvons rien te dire de la Confrérie avant l’initiation. Tout ce que tu dois savoir, c’est que ton père en faisait partie, et en tant qu’héritier, c’est ton tour... simplement. Quant à notre destination, elle doit également rester secrète. Mais notre première étape ne l’est pas : nous allons descendre à Mont-Les-Ancolies. Enfin, la ferme sera sous la garde d’une de tes soeurs en ton absence. Celle qu’on appelle Moline. Elle a déjà accepté. »
    Martin s’étrangla dans son vin.
    « Quoi ?! »
    Aloysius lui tendit une serviette, affable.
    « Et si je ne veux pas ? Si je refuse ? » s’offusqua-t-il.
    « Ce n’est pas une possibilité » dit simplement Freya, et son regard glacial l’informa qu’elle ne plaisantait pas.
    « Pas une possibilité ? »
    « Ce garçon répète tout ce que tu dis, ma chère. »
    « Pas une possibilité, non. »
    Malheureusement coincé entre les jumeaux, Martin n’avait aucun moyen de se soustraire à leur compagnie sans avoir à en escalader l’un des deux. Ils apprécieraient probablement moyennement. Il jeta des coups d’oeil désemparés sur la salle, mais plus personne ne regardait dans leur direction, comme si en plus de raconter des banalités, ils étaient devenus invisibles.
    « Nous partons demain matin. » ajouta Aloysius en étouffant un bâillement théâtral. « Je t’aiderai à faire ton sac. »
    Martin ne répondit rien, encore sonné, cherchant un moyen, n’importe lequel, de se soustraire à cette maudite engeance.
    « Il reste une chose à régler. » dit finalement Freya, le regard venimeux toujours posé sur le garçon.
    Il ne broncha pas, n’indiquant en rien qu’il avait entendu. Après tout, si cela se trouvait, c’était à son frère qu’elle s’adressait.
    « Regarde cette salle. » continua-t-elle. « Regarde les gens. »
    « C’est à toi qu’elle parle. »
    Martin jeta alors un regard circulaire sur la populace attablée dans le troquet, distraitement, peinant pour dissimuler sa colère.
    « Parmi toutes ces personnes, laquelle compte le moins pour toi ? Laquelle t’est la moins chère ? Si une de ces personnes devait mourir, laquelle te causerait le moins de chagrin ? »
    Il se retourna, incrédule, vers la rouquine. Qu’était-ce pour une question perverse ?
    « Allez, réponds. » fit Aloysius avec un certain agacement.
    Martin fit volte-face en bougonnant et détailla un à un les convives. Il y avait la belle Louise qui louvoyait entre les tables, suivie par le regard affamé du nouvel apprenti de Pintesec, Simon. Le père Caillebotte grommelait dans un coin, sifflant son troisième verre du jour. Appuyé au comptoir, Alphonse, le père de Florent, discutait avec Stéphane, l’ébéniste, sans doute le rachat de plusieurs troncs de son morceau de forêt. D’autres encore, des Truiteux tous, qu’il connaissait plus ou moins bien, qu’il côtoyait à l’occasion, qui faisaient partie de son univers depuis toujours. Plus tôt, deux marchands de passage avaient occupé une table voisine, mais ils étaient partis quelques minutes plus tôt, et il devinait que les Eberhart n’accepteraient pas qu’il se défile en les désignant. Mais qui choisir, dans toute cette foule, et pourquoi ? Mais il n’osa pas leur poser la question. Il les sentait dangereux. Aloysius était manifestement irrité, ses doigts tambourinant sur le bois de la table avec nervosité. Freya était illisible, mais la menace couvait dans son regard.
    Il soupira.
    « Lui. Pintesec. L’aubergiste. » souffla finalement Martin, à regrets.
    « Très bien. » fit Freya en se levant.
    « Qu’est-ce qui va lui arriver ? » demanda le fermier.
    « Il va venir avec nous. » dit-elle. « Je m’en occupe. Aloysius, emmène donc monsieur Buteau faire son sac. »

    ***
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  16. #16
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235

    Re : Juste des miettes...

    Haaaa...

    Et bien maintenant nous sommes servis : l'intrigue de l'histoire nous apparait enfin ! Et celle-ci promet beaucoup : une confrérie, deux jumeaux énigmatiques, un semblant de magie : tout y est !


    Tout est est très bien amené par les chapitres précédent : la mort du père était déjà suspecte et pouvait nous laisser nous interroger mais c'est surtout toute cette description des croyances populaires qui entourent les jumeaux qui fait mouche.
    On se sentais déjà mal à l'aise en leur présence mais maintenant nos interrogations et doutes sont décuplés !


    Je trouve aussi que c'est une très bonne idée de faire correspondre l'apparition de cette société secrète avec l'utilisation du premier objet magique : cela ne fait que renforcer le coté mystique de l'organisation.
    Enfin le coté "violent" que l'on peut voir chez les jumeaux nous laisse craindre une organisation maléfique...


    On est donc en plein suspense, bref que du bon pour moi : c'est très bien mené.

    On attend la suite avec impatience
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  17. #17
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    20 102

    Re : Juste des miettes...

    Tout à fait d'accord avec Latutsa.
    Il a tout résumé, que puis-je ajouter? Que l'atmosphère devient lourde, angoissante, beaucoup moins légère qu'au début; l'intrigue s'enrichit; on n'a plus envie de sourire; on attend la suite..... Est-ce une confrérie maléfique ou non? Et puis, il y avait ce secret qui vient de sa mère, quel est le lien?

  18. #18
    Avatar de Vel Cheran
    Vel Cheran est connecté maintenant a du RP en retard
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages 
    2 742

    Re : Juste des miettes...

    Ahlàlà, le chapitre 2 introduit Pintesec, et dès le chapitre 3 il est désigné pour mourir...
    Bien sympa, toujours bien écrit, on entre vraiment dans l'histoire.

  19. #19
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 010

    Re : Juste des miettes...

    Bon et bien, m'y revoilà !

    Et merci encore pour vos commentaires : ça nous encourage vraiment .

    Chapitre 4

    Après une demi-heure de recherches infructueuses parmi le fatras poussiéreux qui s’entassait pêle-mêle dans le grenier, Adalbert finit enfin par trouver ce qu’il voulait. Là, coincé entre une vieille commode défoncée et une baratte en grès hors d’âge, trônait le havresac dont le souvenir lui était revenu tout à coup, alors qu’il se demandait dans quoi diable il allait bien pouvoir ranger ses affaires. Oh, bien sûr, il avait toujours le coffre de voyage qui l’avait accompagné, une éternité plus tôt, tandis qu’il quittait ses Marches natales pour venir dans se trou perdu débuter son apprentissage. Mais, en ce temps-là, il avait fait la route dans une confortable diligence. Point de cela aujourd’hui : à dos de cheval, le trajet. En emportant le strict minimum. La garce l’avait demandé.
    Demandé… Est-ce que ce genre de personnes demandait ? Non ! Elles exigeaient. Pas comme ces nobliaux arrogants ou ses marchants imbus d’eux-mêmes qui claironnaient leurs ordres comme si tout leur était dû. Non, ça, il en avait l’habitude, depuis le temps. Il ne s’en formalisait plus. Mais elle… Elle, elle enrobait ses exigences de sourires enjôleurs, de paroles sucrées, sans que toute l’affabilité dont elle vous abreuvait ne dissimulât en rien le fait que vous n’aviez pas le choix, que c’était obéir ou…
    Une vague de rage et d’impuissance le submergea, mais il la refoula, serrant les dents, serrant les poings. Ce n’était pas le moment d’y penser. Une chose après l’autre, et toutes également bien faites, comme on disait chez lui. D’abord se préparer. Ensuite le voyage. Enfin l’addition. Oui… Tout le monde devait payer son écot, tôt ou tard. Alors, pourquoi se presser ?
    D’un geste brusque, il tira à lui le sac de cuir usé et l’examina à la lueur vacillante de la chandelle qu’il avait déposée sur une caisse voisine. Aussi usé que dans son souvenir, mais il ferait l’affaire. C’était une chance, a vrai dire, de disposer d’un tel contenant. Carnier, musette et autres gibecières, le moindre des Truiteux en possédait un exemplaire, aussi rapiécé fut-il, qu’il emportait quand il allait travailler aux champs, relever ses collets ou participer à la cueillette des mûres, la saison venue. Mais qu’auraient-ils bien pu faire, tous autant qu’ils étaient, d’un semblable sac ? Eux qui n’allaient jamais plus loin que Les Tourbières ou La crique ?
    D’ailleurs, ce n’était pas d’un Truiteux qu’il tenait l’objet. Mais d’un voyageur de passage arrêté à l’auberge quelques douze ans plus tôt, alors que lui-même n’était encore qu’apprenti auprès de maître Pansedrue. L’inconnu était parti tôt matin en la laissant à côté de la paillasse qu’il occupait dans le dortoir. Inadvertance ? Gueule de bois ravageuse ? Il n’en avait pas la moindre idée. Pansedrue, lui, ne s’en était pas ému : pour être rares, de tels oublis n’avaient rien d’extraordinaire. Le vieux tavernier s’était donc contenté de la garder dans la réserve, au cas ou l’homme repasserait. Après un an révolu, comme il n’en avait rien fait, le havresac et son contenu lui avait échu, tel qu’il était stipulé dans la Charte. Les hardes qu’il contenait avaient été distribuées aux bonnes œuvres, et le sac lui même remisé au grenier « On ne sait jamais à quoi il pourrait servir ! » avait dit le vieux.
    A quoi le havresac allait servir, il ne le savait que trop bien, à présent. Oh oui, il le savait. Et pas à aller cueillir des mûres, malheureusement.
    Récupérant le bougeoir où finissait de se consumer la chandelle, Adalbert redescendit précautionneusement l’échelle raide ouvrant sur le deuxième étage et referma la trappe A pas de loup, afin de ne pas réveiller les rares clients, il se coula dans le couloir, jusqu’à l’escalier. Parvenu sur le palier du premier, il ouvrit la porte donnant sur la grande salle, hésita, puis la claqua violemment derrière lui. Les deux affreux occupaient la chambre voisine. Si le bruit pouvait les tirer en sursaut de leur sommeil… Sa propre mesquinerie le laissa aussitôt pantois, mal à l’aise. Colère, rancœur, était-ce bien lui, tout cela ? Suffisait-il d’une petite discussion pour le transformer à ce point ?
    Petite discussion ? Mon œil, ouais !

    La salle commune, éclairée par les braises mourantes du foyer, était déserte. Tables, chopes, plats, tout avait été nettoyé par la preste Louise qui devait s’en être retournée chez elle depuis un bon moment déjà. Une bougie luisait cependant dans la cuisine. Au moins, il n’a pas oublié… songea Adalbert en s’approchant.
    S’il avait pensé trouver un Simon affalé sur sa chaise, somnolent, il en fut pour ses frais : le jeune homme l’attendait, complètement éveillé, la mine creuse par… de l’anxiété ?
    « Oh, patron, marmonna-t-il. Tout est bouclé. J’suis allé voir à l’écurie, j’ai vérifié l’inventaire…
    -Oui, je suis sûr que tout est en règle, mon gars, t’inquiètes pas pour ça. Mais donne moi une seconde, tu veux ? J’suis à toi tout de suite. »
    Simon l’observa avec cette fois une franche inquiétude tandis qu’il rassemblait du papier, de l’encre, une plume, sans compter deux verres et une bouteille qu’il alla remplir à la réserve avec son fameux vin d’été.
    « Ais-je… ais-je fait quelque chose qui vous a déplu ? » souffla-t-il.
    Adalbert le dévisagea. Il n’avait jamais vu Simon dans un tel état de fébrilité. Cela aussi était-il imputable à la présence des jumeaux ? Hier, il aurait ri de cette pensée. Aujourd’hui, cela ne lui semblait pas inconcevable. D’autant que, à bien y réfléchir, il n’avait jamais vu Simon dans un quelconque état de fébrilité. Toujours si fringant, si sûr de lui…
    « Pas du tout, pas du tout, dit-il d’un ton jovial. Bien au contraire. Tu as toujours fait ce que j’attendais de toi.
    « Alors, c’est à cause de la Louise ? Je sais que…
    – Hé, rien de ça, mon gars ! » Adalbert se pencha et lui tapa sur l’épaule. Décidément, c’était le soir des grandes révélations. Il ne lui était jamais venu à l’esprit que l’apprenti puisse avoir des scrupules à ce sujet… Et, maintenant, il se sentait tout bête. A moins, bien sûr, que ce ne fut ces maudits Semblables qui lui aient complètement retourné les sangs. « Toi et la Louise, vous faites bien c’qui vous chante, ça me regarde pas. Je t’ai pas demandé d’attendre pour te faire de reproches. »
    Simon, pas rasséréné pour deus sous, à court d’idées quant à la raison de la discussion à venir, attendit la suite. Adalbert décida de ne pas prolonger son supplice..
    « Tu as entendu parler de l’Initiation, je présume ?
    -L’Initiation ? Oui, bien sûr, la Grand-Cuite que le maître prend avec son apprenti l’soir d’avant son entrée dans la confrérie…
    -Tout juste, mon gars. Et bien, c’est pour ce soir ! »
    Le jeune homme demeura coi.
    « Mais… finit-il par balbutier. Mais normalement, c’est pas avant deux ou trois ans d’apprentissage…
    -Exact. Sauf en cas de force majeur ou d’apprenti précoce, c’est marqué noir sur blanc dans la Charte. Et on est devant un cas de force majeure. »
    Adalbert remplit les deux verres, tendit l’un d’eux a son apprenti, et entama le sien sans attendre.
    « Un tavernier, c’est comme un capitaine, Simon. Doit jamais quitter la barre d’son rafiot tant qu’il navigue. Et une auberge, ça navigue tout l’temps. Jamais d’escales. Or, je vais devoir partir. Durant mon absence, y a besoin de quelqu’un à la barre de la Truite Sautillante. »
    L’annonce ne produisit pas l’effet escompté. Le jeune homme ouvrit de grands yeux, agita les lèvres un moment sans qu’il en sortit aucun son, puis, s’emparant de son verre, le vida d’une traite.
    « C’est la lettre, c’est ça ? fit-il en s’essuyant les lèvres avec sa manche. La lettre qu’vous avez reçu la semaine dernière ? »
    Fichu lettre, il l’avait complètement oublié. Des nouvelles anodines – sa belle sœur avait accouché de son sixième marmot – mais ça, le jeunot n’en savait rien. Il venait de lui ôter une sacrée épine du pied, et Adalbert s’empressa d’enchaîner.
    « Oui. Mon frère est très malade. Faut que j’aille le voir, tu comprends. J’peux pas attendre ici pendant qu’il agonise dans son lit d’mort. Mais Port-Garrigue, c’est pas la porte à côté. Aller-retour, faut bien compter un mois. Et je sais pas combien de temps je resterai là-bas.
    -Mais… Mais j’suis pas prêt ! protesta Simon. Je fais encore des erreurs dans l’livre de compte, je confonds toujours l’cru l’Abbé avec çui de Masseclos… »
    Sûr de lui, hein ? Serais-tu moins bon juge de caractère que tu ne le crois, mon p’tit père ? songea à part lui Adalbert.
    « T’en feras des gaffes, te bile pas pour ça. J’en ai fait plus souvent qu’à mon tour, au début. Mais tu t’en sortiras très bien. Et t’auras la Louise pour t’aider. Elle est maligne, connaît bien son affaire. »
    Il servit une deuxième tournée et attira à lui papier, plume et encrier.
    « Je vais rédiger ta lettre pour la Confrérie. Tu la porteras demain à la Poste Royale. Je te filerai de quoi payer un messager. Je te fais aussi un acte de gérance : t’es le maître ici jusqu’à mon retour. Ensuite, on gérera ça ensemble, l’temps que tu te trouves un coin à toi. Et si je reviens pas… Ben t’auras ton coin ici.
    -Dites pas d’bêtises, patron. Vous s’rez là pour mai, j’suis sûr. Les routes sont pas dangereuse, de nos jours. Y a rien de plus dangereux que les nids d’poule.
    – On est jamais trop prudent. Toujours parer à toutes les éventualités, comme ça, pas de mauvaise surprises. »
    Et tu sais pas avec qui je pars, mon gars… conclut-il silencieusement.
    Il parapha la lettre, prit une autre feuille et s’attaqua à l’acte de gérance. Rédiger cette paperasse administrative l’émouvait à un point qu’il n’aurait pas imaginé. Bien sûr, Simon était son premier apprenti, c’était un moment solennel. Mais il y avait autre chose. Quelque chose de définitif. Comme un enterrement.
    Et n’était-ce point exactement cela, au final ? Un enterrement ? Celui de son existence bien tranquille ? Celui de son existence, tout court ?
    Il aurait aimé répondre non. Mais ç’aurait été se mentir à lui-même. En vérité, il n’avait pas la moindre certitude.

    L’aube n’allait pas tarder à poindre lorsque Adalbert pénétra dans l’écurie et déposa son lourd havresac pour aller seller sa vieille jument. Cadeau du père Chaumier en remerciement du banquet qu’il avait donné pour son fils, la veille du fameux mariage. Encore une chose dont il avait douté de l’utilité. Jusqu’à aujourd’hui du moins.
    Lui et Simon avaient bamboché des heures durant, réglant leur sort au tonnelet de vin du sud et mettant à mal une barrique de rouge pas piqué des hannetons. Ils avaient terminé dans les bras l’un de l’autre, proférant les serments d’amitié indéfectible que la langue avinée est si prompte à prononcer. Puis il avait dû soutenir le garçon, ivre mort, jusqu’à sa chambre, avant de gagner la sienne pour préparer son paquetage.
    Et maintenant, il était ici, harnachant la jument toute étourdie de se voir tirée de sa stalle à une heure si matinale.
    Comment en était-il arrivé là ?
    Au début, quand Freya – puisque tel était son nom – lui avait débité ses âneries, il l’avait prise à la rigolade, se demandant si son vin chaud n’était pas plus corsé qu’à l’ordinaire. Mais la garce ne s’en était pas laissé compter. Elle avait su trouver les mots pour le convaincre. Ou pour le contraindre, plus précisément. Il avait bien fallu cela pour qu’il se lance dans un voyage vers une destination inconnue, pour des raisons obscures, avec des gens tout aussi inconnus et obscurs. Si l’on exceptait Martin, bien sûr, mais il ne le connaissais presque pas, si l’on pouvait dire.
    Comment elle avait su ? Mystère. Lui même ne se l’était jamais vraiment avoué, n’avait jamais pu en discuter. Et alors ? C’était des choses qui arrivaient, et nul n’en souffrait tant que la nouvelle n’était pas ébruitée.
    Mais elle savait, et elle l’avait menacé de tout révéler. Ç’aurait signifié la ruine de la taverne, sa ruine à lui, complète, absolue. On ne plaisantait pas avec ses choses là, à Gué-aux-Truites comme partout ailleurs dans le Royaume. Plus maintenant.
    Il conduisit la jument dans la rue, alla récupérer son paquetage puis referma soigneusement les portes. Le village dormait encore paisiblement, inconscient des affres où il s’abîmait. Grand bien leur fasse, à tous autant qu’ils étaient ! Il n’y aurait personne pour le regretter. A part peut-être ce pauvre Simon. Et encore… il ne tarderait sans doute pas à l’oublier.
    Il arrima le sac sur la selle de sa monture, prit la bride et l’entraîna vers le lieu de rendez-vous, vers la sortie est de Gué-aux-Truites.
    Comment en était-il arrivé là ?
    Tu n’avais qu’à pas faire ce que tu as fait, bougre d’imbécile. Tout le monde doit payer son écot, tôt ou tard. Toi, tu le payes aujourd’hui. Elle… Eux, ils le payeront demain.
    Un sourire mauvais lui étira les commissures des lèvres lorsque l’image du coutelas, bien emballé dans l'une de ses chemises, lui traversa l’esprit. C’était idiot, évidemment. Jamais il ne ferait une chose pareille. Jamais il n’aurait dû penser une chose pareille. Mais les vapeurs de l’alcool aidant, et la colère couvant toujours, il trouvait cette pensée des plus réconfortantes.

    ***
    Dernière modification par Taliesin ; 21/12/2007 à 16h14.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  20. #20
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235

    Re : Juste des miettes...

    Toujours très bon

    On continue avec cette atmosphère malsaine qui tourne autour des jumeaux et leurs manières "discutables" pour arriver à leurs fins...
    Quel odieux crime Adalbert a-t'il bien pu commettre ?
    Comment ce fait-il que ces diables de jumeaux en ait connaissance ?
    Jusqu'où vont les pouvoirs de cette confrérie ?
    Tu prends un grand plaisir à tourner autour du pot dans toute cette partie, ne nous révélant finalement presque rien. On reste donc l'expectative, nous accrochant à la moindre des informations pour établir une pléiade de théorie fumeuses.

    Sinon je trouve le personnage de Adalbert très intéressant, par ses nombreux côtés humains, ses doutes et ses interrogations... Je n'ose imaginer ce qu'il a pu faire pour être ainsi contrin de quitter son auberge...

    Bref j'attends la suite avec impatience
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  21. #21
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    20 102

    Re : Juste des miettes...

    Moi aussi, je trouve Taliesin très doué pour broder et rebroder en ne révélant finalement pas grand-chose... Un vrai maître du suspense! Comme dit Latutsa, on en est réduits à échafauder nos propres théories...
    En tout cas, on s'imprègne bien de l'atmosphère du récit, on rentre sans problème dans ce monde.
    On attend la suite, bon courage pour maintenir cette qualité d'écriture!
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  22. #22
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640

    Re : Juste des miettes...

    Je rejoins les précedents messages.

    Juste une petite remarque: un peu plus de lignes sautées faciliterait la lecture.

  23. #23
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 209

    Re : Juste des miettes...

    Vraiment bien, vraiment. Un univers bien planté, des héros pas guimauves, un certain humour, des dialogues pas trop bavards ... La suite, la suite !!!
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  24. #24
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Re : Juste des miettes...

    Juste pour rassurer les éventuels inquiets... Je suis toujours là mais je cale un poil sur ce chapitre 5, et les semaines festives n'ont pas été de tout repos... Mais j'espère vous livrer la suite ce soir ou demain...
    Comme quoi, tout vient à point...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  25. #25
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Re : Juste des miettes...

    Voici le chapitre 5... Désolée pour l'attente !

    ***

    Chapitre 5.


    Le pire était que Moline l’ait su et qu’elle n’ait rien dit. Repassant les derniers jours, les dernières heures, dans sa tête, Martin voyait les mille et un moments où elle aurait pu l’informer de la survenue imminente d’un événement grave, d’un bouleversement radical de son quotidien. Quand ils avaient choisi ensemble les vêtements que porterait leur père pour son inhumation, quand ils l’avaient lavé, veillé, quand ils avaient fait l’inventaire des vieilleries qu’ils enterreraient avec lui. Elsa avait parfois été présente, mais souvent, elle s’était esquivée pour leur préparer du thé ou un casse-croûte, les laissant en tête à tête avec le mort, libres d’échanger confidences et rumeurs. Pourtant, sa grande et belle soeur aux cheveux sombres n’avait pas desserré les lèvres, sinon pour l’entretenir de menues anecdotes touchant à son quotidien, des trivialités diverses, des mensonges, peut-être. Et même lorsqu’il était rentré à la ferme, tête basse, escorté par Aloysius, elle n’avait rien dit, même pas commenté le fait étrange qu’elle se trouvât justement là, alors qu’elle n’avait plus résidé entre leurs murs depuis plus de six ans. Martin avait essayé d’accrocher son regard, en vain. Elle s’était effacée pour les laisser entrer, et le jeune homme avait vu, dans un coin, deux malles et son précieux chevalet. Moline s’installait chez eux, tout simplement. Il l’avait détestée de toutes les fibres de son corps alors qu’il bourrait ses propres affaires dans les fontes de sa selle, l’entendant deviser à mi-voix avec le rouquin au travers des lattes du plancher. Parce qu’elle l’avait su, bien sûr. Aloysius l’avait confirmé avec un large sourire : dès la mort d’Auguste, Moline avait su qu’ils arriveraient. Comment ils l’avaient avertie, il n’en avait rien dit, mais apparemment nul coursier n’était impliqué, pas plus qu’un pigeon voyageur. Le jeune homme s’était juste fendu d’un de ces sourires énigmatiques que Martin commençait à franchement exécrer.

    Il rassembla quelques chemises, une couverture, fourra deux bouquins au hasard entre ses frusques, ajouta son encrier et sa plume, puis jeta un regard circulaire et nostalgique sur sa chambre, comme s’il n’y remettrait plus jamais les pieds. Mais ils avaient dit six mois. Que sont six mois quand on n’a que 20 ans ? Moline avait beau lui avoir tu la vérité, elle respecterait son intimité en son absence. Il était au moins sûr de ça.

    En fait, il était plus que probable que Moline le jalousait. Qu’elle enviait cette escapade loin de Gué-aux-Truites. Et peut-être devait-il être fair-play, et la comprendre. Après tout, leur père avait toujours été très explicite dans son désir d’avoir un garçon... Il avait regardé grandir ses filles sans intérêt réel, les laissant à leur mère, se souciant peu de leur devenir. L’arrivée de Martin lui avait mis le sourire aux lèvres comme si c’était le plus beau jour de sa vie. Et ça l’était sans doute. Ses soeurs avaient réagi chacune à leur manière à ce statut de second ordre, Moline l’avait défié, Garance l’avait nié, Elsa l’avait accepté, Brunehaut s’était tue, puis avait disparu. Pour se consoler, toutes avaient pensé que le vieux était conservateur, avare, et qu’il voulait un homme pour reprendre sa ferme miteuse, sa grange humide, ses seize arpents de terre arable et le petit ruisseau qui courait au fond de la pâture. Et quelque part, toutes avaient plaint le pauvre Martin, le petit dernier, qui avait vu vêler sa première vache avant d’avoir 3 ans, qui connaissait par coeur les recoins où allaient pondre chacune des 31 poules, qui pouvait deviner au jour près quand le blé allait sortir de terre, qui savait compter les sacs de grain avant même d’aller à l’école pour la première fois. Apprendre que ce favoritisme n’avait pas été dû à une ferme mais bien à une Confrérie secrète devait être particulièrement choquant, et Moline, l’aventureuse Moline, était certainement la plus surprise.

    Il faut dire que la nouvelle était extraordinaire... Son père, appartenir à une Confrérie ? La Confrérie des vieux rabats joies, oui ! C’était l’être le plus creux que Martin ait jamais rencontré. En dehors de la ferme et de sa gestion quotidienne, il ne s’intéressait à rien. Le travail ne manquait pas, certes, et c’était donc mieux qu’il ne soit pas épris de musique ou de mots. Mais Martin avait toujours eu l’impression qu’il n’avait de passion pour rien, pas même pour son précieux terrain et ses animaux disparates. Auguste avait été un homme éteint, silencieux, presque mort de son vivant. Peut-être en fait cette fameuse confrérie renfermait-elle le secret de son existence terne... Et le jeune homme pria pour que son initiation ne mène pas à la même déconvenue.

    Il essaya ensuite de trouver le sommeil, de glaner quelques heures salvatrices en vue de la route à venir, mais sans succès. Se retournant et se retournant sans cesse, il ne put dormir une minute, avant qu’Aloysius ne vienne tambouriner à sa porte pour lui signifier l’heure du départ. Lorsqu’il descendit dans la salle à manger, alors que les premières lueurs de l’aube pointaient à l’horizon, il constata que Moline s’était éclipsée. Il n’avait même pas pu lui dire au revoir. Pas qu’il en ait eu réellement envie, mais... elle avait toujours été la plus proche de ses soeurs, et disparaître comme un voleur, sans même une étreinte, une promesse de retour, un regard chargé d’affection, lui donna la chair de poule. Monté sur sa jument rousse, Flammerole, il suivit ensuite Aloysius jusqu’au point de rendez-vous, sous le tilleul à la sortie Est du village, où les attendaient Freya et Adalbert. Martin n’osa pas croiser le regard du tavernier, ignorant ce qu’il savait des causes de son départ. Mais l’aubergiste semblait ailleurs, le regard un peu trouble, et le jeune fermier devina qu’il avait bu. Aloysius enfourcha un élégant hongre gris que sa soeur tenait en bride, semblable en tout point à celui qu’elle montait, puis ils partirent, le rouquin en tête suivi de Martin, Adalbert puis Freya fermant la marche. Pas un mot n’avait été échangé.

    Ils cheminèrent ainsi en silence, d’abord au petit galop, puis au pas, alors que l’aurore nimbait le ciel de couleurs douces, pareille à tous ces petits matins glacés où Martin descendait à l’étable pour participer à la traite. Ce détail familier lui réchauffa le coeur. Les circonstances étaient pour le moins originales, mais le monde n’avait pas changé. Ou bien... C’était peut-être l’occasion tant espérée d’échapper au poids des attentes, de pouvoir vivre autrement, d’être quelqu’un d’autre. Après tout, il pouvait gagner la confiance des Eberhart et profiter de la première occasion pour prendre la poudre d’escampette. Flammerole était une bonne bête, rapide et endurante... Si seulement Florent ou Guillaume avaient pu être de la fête ! Pourquoi n’avait-elle pas dit : quel est le Truiteux que vous préférez ? Mais il aurait eu du mal à choisir, entre Florent le magnifique, et Guillaume le preux. Non, pour recommencer une vie, il valait mieux être seul et bien seul. Sans personne pour vous renvoyer au visage ce que vous étiez auparavant. La perspective le fit finalement sourire et il mit sa jument au trot, rejoignant le hongre gris que montait Aloysius. Séparé de son double féminin, ce dernier paraissait moins dangereux. Il avait sans doute une petite trentaine, et ses yeux très bleus éclairaient un visage tout en traits fins. Il avait le port d’un prince, mais Martin savait qu’aucun noble n’aurait accepté d’élever des jumeaux sous son toit et risquer ainsi la ruine et l’opprobre. On disait par contre que des sorcières rachetaient à prix d’or les enfants doubles pour les incorporer à leurs sabbats, vivants ou en morceaux, Martin ne connaissait pas les détails et s’en félicitait. Il n’était pas certain d’apprécier ce qu’il découvrirait sur le compte de ses curieux gardes du corps et de leurs pouvoirs.
    Lorsque le jeune fermier le rejoignit, le rouquin le scruta avec la même bonhomie amusée qu’à l’accoutumée. Il n’avait l’air en rien fatigué, bien au contraire.
    « Quelle est notre prochaine étape ? » demanda le jeune homme, avec curiosité.
    Aloysius resta silencieux une seconde, le dévisageant.
    « Nous allons camper deux trois jours dans la nature. Nous arriverons ensuite à Longue-Sente, où nous nous ravitaillerons avant de monter vers Tristes-Tulipes. »
    Martin secoua la tête.
    « Ce n’est pas la route la plus directe pour aller à Mont-les-Ancolies. »
    « Nous n’allons pas à Mont-les-Ancolies. »
    « Mais vous avez dit... »
    Aloysius se contenta de sourire et Martin blêmit. Mais sa jument suivit le rythme, et il lorgna un instant ses mains, cramponnés aux rênes, les doigts presque blancs.
    « Il y a une Confrérie ? » demanda-t-il finalement.
    « Oui. Ne t’inquiète pas. Nous ne sommes pas des kidnappeurs de jeunes fermiers... » répondit l’autre en se gaussant. « Et si nous l’étions, penses-tu que nous aurions opté pour une crevette dans ton genre ? »
    « Une crevette ! » s’offusqua Martin, bien qu’il sache à peine ce qu’était cette créature.
    Mais leur semblant de conversation fut interrompu par le galop d’un cheval, et Freya surgit entre eux.
    « Nous sommes suivis. » lança-t-elle simplement à son frère.
    « Je sais. » répondit-il. « Et je sais même par qui. »
    Elle lui tira la langue, dans un petit geste léger et familier qui surprit Martin.
    « C’est très bien, mais je pense qu’il faut arrêter là leurs velléités... » continua-t-elle.
    « A tes ordres, ma belle ! » rétorqua le rouquin en immobilisant son cheval avant de le faire volter pour gagner leurs arrières.

    Le jeune fermier l’imita cependant peu après, soudain curieux. Freya et Adalbert s’arrêtèrent à leur tour, quelques mètres plus loin.
    « Nous continuons ! » lança la jeune femme. « Aloysius peut régler ça ! »
    Mais Martin fit la sourde oreille. Qui donc pouvait les avoir pris en charge ? Quelqu’un du village ? Si oui, qui ? Il scruta le chemin qui serpentait derrière eux. Il perçut le roulement des sabots avant d’apercevoir les cavaliers. Une tache claire se dessina sur la terre, puis une deuxième, et Martin se dressa sur ses étriers. Un glissement lui fit tourner la tête alors qu’Aloysius dégainait une longue lame effilée. Martin sentit son sang se figer dans ses veines. Il n’avait jamais vu d’arme, entre les mains de personne. Bien sûr, on racontait que dans un temps pas si éloigné, tout le monde en portait, mais cela semblait appartenir à un siècle mythique, révolu, heureusement révolu, même.
    « Vous n’allez pas... » murmura-t-il à voix basse, mais Aloysius ne l’entendit pas, et talonna son cheval pour le placer en travers de la route.
    Derrière lui, Martin entendit Adalbert poser une question à Freya, mais il était tendu tout entier vers leurs poursuivants. Il reconnut le mulet blanc en premier lieu. Soupçon. Derrière venait le cheval de trait rouan du forgeron. Aloysius rassembla les rênes de sa monture dans une main, raffermissant sa prise sur la poignée de sa rapière. Les cavaliers étaient sur eux et s’immobilisèrent dans un nuage de poussière grise.
    Florent, les cheveux blonds en bataille, était engoncé dans un manteau trop grand pour lui, qu’il avait sans doute subtilisé à son père, et montait son mulet à cru. Ses yeux clairs incisifs étaient posés sur eux, et Martin devinait sa langue prête à poser mille questions. Il croisa son regard et se sentit incroyablement heureux de le trouver là.
    Guillaume était plus grand et plus large, le visage déjà bouffé par une barbe broussailleuse, et son expression était moins amène. Il fixait l’épée d’Aloysius sans discrétion mais sans crainte non plus. Il ne savait probablement pas ce qu’il risquait.
    « Bon les garçons, c’était une chouette initiative, et je suis certain que Martin apprécie, mais à présent, il est temps de rentrer au bercail. » fit le rouquin d’une voix sèche.
    C’était mal connaître Florent.
    « Il n’en est pas question, messire ! Vous emmenez notre ami sans qu’il nous ait expliqué les causes de sa défection précipitée, sans même qu’il n’ait pu nous trousser quelque lettre, voire nous faire ses adieux ! Or nous sommes ses comparses depuis l’aube de nos vies, chacun marchant dans l’ombre des autres, et nous savons, en nos âmes juvéniles, qu’il ne nous aurait point abandonnés s’il n’y avait été contraint par une force malicieuse... Nous en déduisons qu’il ne vous accompagne pas de son plein gré, et il est donc de notre devoir de nous opposer à votre cavalcade ! » s’exclama Florent.
    Un instant, Aloysius resta muet de stupeur.
    « Il parle toujours comme ça ? » demanda-t-il ensuite à Martin, dont le visage s’était fendu d’un sourire rayonnant.
    « Toujours. » murmura-t-il sans vraiment en prendre conscience.
    « Martin prend des vacances, mon grand. Je crois que tu lui casses les oreilles, en fait, et qu’il a besoin d’une pause. Il revient dans six mois, et il t’écrira des lettres merveilleuses pour te raconter tout ce qu’il voit. D’ici là, tu pourrais songer à apprendre à parler normalement avec les gens. » fit alors le rouquin, railleur.
    « Non. » lâcha simplement Guillaume, et son ton ne reflétait pas la moindre trace d’humour.
    « Non ? » répéta Aloysius.
    « Non. »
    Le jumeau soupira et secoua la tête.
    « Je n’ai pas l’intention de vous occire. » dit-il en agitant son arme devant eux. « Par contre, je n’ai aucune pitié pour les mulets et les gros canassons. Si vous ne voulez pas repartir de vous-mêmes, gentiment, vous rentrerez à pied. Ou nous suivrez à pied. Mais vous risquez d’avoir un petit problème de vélocité... Si vous voyez ce que je veux dire, cher ami. »
    Florent ne releva pas le trait. Il se contenta de croiser les bras, comme s’il défiait le rouquin de mettre sa menace à exécution. Martin alla du visage de ses amis à celui d’Aloysius, puis revint à Florent et Guillaume. Ces deux-là ne réalisaient pas que l’étranger était parfaitement prêt à agir selon ses paroles : ils n’avaient jamais vécu que dans le microcosme protégé de Gué-aux-Truites, un endroit où rien ne s’était jamais produit, ou presque.
    « Vous l’aurez voulu. » dit finalement le rouquin, et d’un mouvement d’une promptitude presque surnaturelle, il se porta en avant, monture et cavalier ne formant qu’un, pour frapper l’adversaire.
    Martin bougea en même temps, spontanément, sans réfléchir. Flammerole bondit en avant, heurtant le hongre gris alors qu’elle s’interposait. La lame de la rapière fendit l’air, sinistre, et atteignit la jument droit dans l’encolure, y ouvrant une large plaie bouillonnante. Tout le monde hurla. L’animal comme les Truiteux horrifiés, tandis qu’Aloysius se perdait en jurons fantastiques et sautait de sa selle. Secoué en tout sens par sa monture agonisante, Martin perdit ses étriers et fut projeté dans la haie qui bordait la route, tandis que ses camarades s’égaillaient. Le nez dans les ronces, le jeune fermier entendit le sifflement de la lame qui frappe encore, puis ce fut le silence. Il se retourna péniblement, sans se soucier des griffures qui lui marbraient le visage, et s’assit sur le talus. C’est sans réelle surprise qu’il découvrit le corps prostré de sa monture, désormais immobile. Curieusement, cela ne lui fit rien. Comme si c’était la suite logique des choses, une absurdité supplémentaire, simplement.
    Aloysius s’encadra alors dans son champ de vision, le visage congestionné par la colère.
    « Bougre d’imbécile de crétin ! » fit-il en l’aidant à se redresser.
    « Il n’a rien ? » demanda Freya derrière eux.
    Martin secoua la tête, encore un peu sonné.
    « Ne me fais plus jamais un coup pareil ! » s’exclama le rouquin avec véhémence.
    Mais derrière la fureur d’Aloysius, Martin fut surpris de découvrir qu’il y avait surtout de la peur.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  26. #26
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235

    Re : Juste des miettes...

    Vouf...
    Je passe en coup de vent vous donner mes premières impressions : je reviendrai poster après plus en détails...



    Je ne sais pas si c'est moi qui n'avait pas la tête à la lecture mais je n'ai pas beaucoup accroché à ce passage : non qu'il soit mauvais par la qualité de l'écriture ou les évènements narrés mais je n'ai pas pris autant de plaisir à lire ce passage. Ceci dit je suis dans une période assez chargée et j'ai lu le texte assez vite : le problème vient peut-être de là. (si c'est le cas je suis vraiment navré de vous avoir dit que je n'avais pas
    trop accroché )
    Je repasserai plus tard pour essayer de cerner un peu mieux le texte et faire un rapport plus complet : vous aurez surement d'autres avis entre-temps...

    Sinon je met en vrac des choses qui m'ont parues à retoucher :

    Elsa avait parfois été présente, mais souvent, elle s’était esquivée pour leur préparer du thé ou un casse-croûte, les laissant en tête à tête avec le mort, libres d’échanger confidences et rumeurs. Pourtant, sa grande et belle soeur aux cheveux sombres n’avait pas desserré les lèvres, sinon pour l’entretenir de menues anecdotes touchant à son quotidien, des trivialités diverses, des mensonges, peut-être.
    Je comprends le fait qu'il te faille décrire à un moment ou à un autre les personnages mais à ce moment du récit je trouve celà un peu maladroit :
    Tu es en train de nous décrire les sentiments que ressent Martin envers celle-ci, il peste contre le fait qu'elle ne l'ai pas prévenu et tout d'un coup il ressent le besoin de se la représenter mentalement alors qu'il vient de la voir (et puis il connaît sa sœur...). A ce moment de récit tu dois nommer le sujet (en l'occurrence Moline) : tu as surement utiliser cette description pour éviter une répétition du nom mais je trouve que cela tombe au mauvais moment...

    En fait, il était plus que probable que Moline le jalousait. Qu’elle enviait cette escapade loin de Gué-aux-Truites. Et peut-être devait-il être fair-play, et la comprendre. Après tout, leur père avait toujours été très explicite dans son désir d’avoir un garçon...
    Je ne sais pas si c'est le cas pour tout le monde mais je trouve que les anglicismes dans le médiéval fantastique sont un peu maladroit...


    Enfin pour terminer j'ai été un peu surpris par la réaction des deux amis de Martin :
    Non seulement je me demande comment ceux-ci ont fait pour connaitre le départ de celui-ci avec les jumeaux (et par la même occasion comment ils ont su prendre la même direction) puisque Martin n'a eut le temps de prévenir personne de quoi-que-ce-soit et sont départ a lieu le lendemain de sa rencontre avec les jumeaux; mais en plus pour de braves paysans n'ayant jamais vu une épée et étant naturellement effrayés par les "deux abominations" je les trouve bien courageux pour s'opposer à Aloysius qui ne semble pas près à faire des concession...



    Enfin la je suis très négatif dans l'ensemble mais je suis sur que ce n'est du qu'à mes occupations actuelless et que les autres vont infirmé ce que j'ai ressenti.

    Comme promis je repasse à la fin de la semaine pour plus de détails...

    P.S. J'ai raconté plein de trucs mais j'ai l'impression que ce sont des choses sans importances : n'hésitez pas à me rappeler à l'ordre si je dis des choses stupides
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  27. #27
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    20 102

    Re : Juste des miettes...

    Moi, ça me plait bien. Le sentiment qui domine est... intriguant. C'est quoi cette confrérie, où vont-ils, quel est le rôle de Moline (si elle en a un)...
    Et pourquoi, à la fin, le jumeau a-t-il peur? Et que va-t-il advenir de Florent et Guillaume?
    Bien sûr, je me demande aussi comment ils ont pu savoir ce qui se tramait, mais tu vas peut-être nous éclairer au prochain chapitre à ce sujet!

    Concernant les remarques de latutsa, c'est vrai que le mot fair-play est peut-être mal choisi. Et que la description de Moline casse un peu l'ambiance du début du chapitre. Mais l'intrigue reste... intrigante!

    Bon courage pour la suite.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  28. #28
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 474

    Re : Juste des miettes...

    Merci pour vos première réactions !
    Je suis bien d'accord pour fair-play (d'ailleurs mon co-auteur vous soutient et se joint à votre choeur), un peu plus interdite pour l'affaire de la description de Moline (je trouvais que ça s'intégrait sans réelles difficultés, en réalité, je vais donc réserver mon jugement)...
    Quant au contenu du chapitre en lui-même, et aux questions qu'il soulève... Je ne me prononcerai pas pour l'heure
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  29. #29
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    20 102

    Re : Juste des miettes...

    Après relecture, concernant Moline, c'est peut-être simplement la formulation qui gêne : c'est peut-être un peu trop long. Bizarrement, si on en enlevait un tout petit bout (par exemple, simplement "sa grande soeur aux cheveux sombres"), ça passerait mieux. Je ne saurais pas t'expliquer pourquoi. Peut-être juste une question d'équilibre de la phrase.

    Mais franchement c'est pas dramatique!

    Et pour fair-play... faut vraiment trouver autre chose (bien sûr, tu peux pas mettre compréhensif, ça ferait répétition... va peut-être falloir reformuler la phrase)
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  30. #30
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 209

    Re : Juste des miettes...

    Toujours aussi bien. Peut être l'intrigue est elle ralentie par la description des rapports entre Martin, son père et ses sœurs. En même temps, ce passage aide à comprendre plusieurs choses. J'ai été un peu gênée par le fait que tu emploies "bouffé" pour le visage de Guillaume qui a de la barbe mais bon, je suis peut être vieux jeu . Mais sinon, ça me plait beaucoup.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. pc juste juste ...
    Par Dr4cO dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 11
    Dernier message: 09/04/2004, 16h33

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258