Je me suis lancée, il y a quelques mois dans une nouvelle, un roman peut-être et j'aimerais bien avoir votre avis... Ce n'est pas mon style habituel alors... Je n'écris pas assez vite. Je ne vous donne que le premier chapitre (le seul achevé en fait !)... N'hésitez pas à me donner vos critiques, conseils, ...

Rue de la gare.


Chapitre I : Haïr les quais de gare, tout un art !

Ah comme ils sont horribles ces quais de gare. Oui, oui, les quais de gare, vous avez bien lu. Vous savez bien, ces quais sur lequel vous attendez, des heures entières parfois (oui parce que le train préfèrera vous retirer des heures précieuses plutôt que de vous en offrir). Attendez que je vous explique. N'avez-vous jamais eu la joie de retrouver un être qui vous était cher sur un quai de gare ? Quelle joie de le retrouver face à vous, de pouvoir le serrer dans vos bras et l'embrasser. Pourtant, au fond de vous, vous savez que dans quelques jours, vous serez de nouveau là, et que vous serez obligés de vous séparer de cette personne qui était venue vous rendre visite. Alors, oui, les quais de gare sont horribles, ils vous offrent le temps d'un instant de la joie pour mieux vous la reprendre, en emmenant au loin votre ami(e). Et qui plus est, les trains sont sadiques ! Car, réfléchissez deux minutes, il ne vous est jamais arrivé d'attendre un train quand votre ami(e) partait, mais plutôt quand celle ci arrivait. Comme ci le train prenait un malin plaisir à être à l'heure seulement les jours où l'on voudrait qu'il soit en retard. Non, ne cherchez pas à me dire le contraire, les trains sont toujours en retard au moment où il ne le faut pas. C'est pour cela que je me suis... Euh attendez, que je m'étais jurée de ne jamais remettre les pieds sur un quai de gare. Et pourtant, il a fallu que mon patron décide de m'envoyer bosser à l'autre bout de la ville. Et dès que j'ai énoncé le fait que je devrais prendre le train, je me suis vu répondre une phrase du genre « Paris n'est pas si grand, ce n'est pas quinze minutes qui vont vous tuer... Trente si l'on compte le retour. Et si cela ne vous plaît pas, il y a toujours les taxis, les bus, les vélos ou encore la porte ! » Que vouliez-vous que je réponde à cela ? J'ai donc acquiécé sans dire un mot et me voilà, sur ce maudit quai de gare, à attendre ce train qui devrait arriver dans approximativement... Maintenant !

Et en plus le wagon est bondé pour mon plus grand bonheur. Bon, ce n'est pas le genre de trains que prennent les grands voyageurs, c'est plutôt celui pour travailleurs commençant à huit heures mais qui doivent se lever aux aurores pour attraper ce fichu train et tenter d'être à l'heure à son boulot. Cela donne donc une masse informe de costards cravates, de tenues d'ouvriers et de personnes baillants aux éclats et tentant de ne pas s'endormir sur son voisin ou renverser son café quand le train freine ou tourne un peu trop brutalement, chose qui arrive trop souvent à mon goût. Peut-être ne suis-je qu'une rabat-joie mais c'est mon point de vue : Je hais les trains, je hais les quais de gare. Mais je dois avouer que j'aime les réductions qu'offre la SNCF quand vous avez moins de vingt-cinq ans (vous savez, la fameuse « carte 12-25 ans »). Ca permet de faire l'aller retour pour le prix d'un aller et de se voir rembourser le double par votre patron qui se contente juste de vous croire sur parole (avec un petit tarif made in site internet de la SNCF) au lieu de vérifier vos billets de train. Mais ça, c'est lui seul que ça regarde, et je suis sûre que je ne suis pas la seule à le faire. Et puis, on gagne de l'argent comme on peu. Et ne me regardez pas comme cela, j'ai un chat et un cochon d'Inde à nourrir moi !

Je vous disais donc que j'étais dans un train bondé, entourée de personnes moins réveillées les unes que les autres entrain d'écouter une petite voix tenter d'hurler dans un microphone les différentes gares que le train desservirait. Mais à force, je ne l'entendais quasiment plus cette voix, tellement habituée à descendre au troisième arrêt. Tellement habituée qu'un jour, je me surpris à descendre au quatrième arrêt au lieu du troisième (que le train, « erreur technique » selon la SCNF, n'avait pas desservi ce jour là). Bref, les jours se passaient ainsi : Train, boulot, train, maison. Rien de bien passionnant, sauf peut-être les jours de pluie où quand je rentre trempée chez moi, je me prépare un bon petit thé ou un cappuccino.