Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Poèmes à chuchoter

  1. #1
    Date d'inscription
    mai 2004
    Localisation
    Angers
    Messages 
    1 102

    Poèmes à chuchoter

    Une idée de thème que j'ai eu après avoir fait un poème pour une copine. J'aime assez bien pour le moment, voici les quelques poèmes que j'ai fait pour le moment. J'écris en masse pour le moment ( enfin, si on veut ), je sélectionnerai ensuite ceux qui permettront de rester cohérent dans mon thème. Les poèmes suivants ne sont pas dans un ordre précis.

    Poèmes à chuchoter…


    Introduction

    Toi qui m’écoute, ne répète pas cela
    Toi qui m’écoute, souviens-toi de moi
    Caché au fond d’un trou ou sous ton lit
    Assure-toi que les murs ne t’entendent
    Et jamais ne réponds à leurs demandes
    C’est à toi que je dédie mon récit.
    Maintenant tourne la page et découvre
    Ce monde entier que je nous ouvre
    Approche l’oreille pour mieux y voir
    Laisse-moi chuchoter et m’asseoir

    Chhhht, c’est le début de l’histoire !




    FLEUR DE MAI

    Je te tiens dans mes mains fragiles.

    Agitée par le vent léger
    Qui soulève ta robe de Mai
    Je tente une conversation.

    Alors dis-moi petite paquerette
    Quel est ton véritable nom ?
    Pourquoi de ta bouche ne sort-il aucun son ?

    Emerveillé par ta beauté
    Je songe à des amours lointains
    En déchirant ta robe de mes mains
    Qui s’envole par un vent d’été.

    Le soir s’avance et me dit de partir
    Je reviendrai demain, tant pis
    Pour parler avec tes amies
    Et ne plus jamais revenir.



    LUEUR D’ESPOIR

    Espoir, espoir, espoir
    La haine n’existe pas
    Le bonheur est devant toi.

    Espère, espère, espère
    Fuyons les chemins obscures
    Qui s’allongent qui se perdent.

    Espoir, espoir, espoir
    Le chemin soudain s’éclaire
    A la lueur du soir.

    Espère, espère, espère
    Suis-le, il est là pour toi
    Il t’accepte et te fait renaître.







    AME EN PEINE

    Le jour avance moi je suis la nuit
    Je fuis les malheurs et la misère d’un jour
    Dont l’éclat plus jamais ne luit.

    Devant moi ni peur, ni haine
    Seulement la rancœur d’un monde hostile
    Qui n’accepte ni cœur, ni âme fragile.

    Puisque notre destin semble se fâner
    Puisque le feu du lendemain est inanimé
    Silencieusement, nous marchons…



    AUBE SANS FIN

    L’aube sans fin renaît
    Plus beau, plus magnifique qu’il n’y paraît

    Sans détours, son aura imprègne le ciel,
    Qui bientôt s’élargit aux lendemains et gèle

    Pour laisser place aux horreurs du soir qui tarde,
    Et enfin reparaître dans l’immensité qui se hasarde.



    VENT DU SUD

    Souffle, souffle,
    Vent de loin, Vent du Sud,
    Vent de rien, Vent qui s’exulte

    Entends ces chants miséricordieux
    Emprunts de légendes et d’un hommes si vieux

    Que renient les gens au Nord d’ici
    Blafards et cruels au point d’être serviles

    Sans qui le monde serait sans doute mieux
    Sans qui l’on se sentirait bien là où il pleut

    Cerf-volant et tempête,
    Vole jusqu’aux murs infernaux qui t’arrêtent

    Entre par les trous jusque dans leurs demeures
    Entre dans leur bouche jusque dans leurs cœurs

    Et transmets-leur l’espoir d’un jour meilleur
    Pour qu’enfin cessent mes nuits de pleurs.
    SEULS SUR TERRE

    Le monde est trop grand pour moi
    Je préfère rester sous mon toit
    Le monde est trop petit pour nous
    Trop pour que l’on puisse être tous
    Alors j’entame une toile gigantesque
    A la hauteur des étoiles ou presque
    Je rencontre des hommes et des femmes sur ma route
    Je ne retiendrai aucun de leur nom sans doute
    Car aussi purs et humains uqe soient nos cœurs
    Aussi sûres et certaines que soient nos erreurs
    Nous marchons désespérément seuls
    Et nos vies ne sont que puzzles.




    SUR LE TOIT DU MONDE

    Je suis seul au-dessus de l’univers
    Et mon œil voit jusque sous la mer
    Je suis le Savoir mais n’habite aucun être
    Je suis Roi mais n’ai aucun sceptre
    Viens à moi, je te révélerai mon secret,
    Celui qu’on cherche et qu’on dit sacré.
    Tu es là ? Alors écoute cette vérité
    Qu’un jour l’Homme oublia par facilité
    « Il n’est aucun dieu en ce bas-monde où tu vis
    S’il en existait un, il vous aurait tous banni
    L’Homme est son propre Dieu
    Il ne porte pourtant pas les bons yeux
    Ceux quivoient vos cœurs si creux
    Ceux qui aperçoivent les gens malheureux
    Ceux qui savent qui est vraiment pieux. »

    Garde cela pour toi, après tout
    Là où tu vas, tout le monde s’en fout
    Tu oublieras vitecette petite entrevue
    Que tu as tant cherchée et le chemin parcouru
    Car il n’est d’espoir assez grand au bout
    Pour recommencer l’histoire du début, pauvres fous.



    CHER FRERE

    Le 18.07.57
    Cher frère,

    Je te vois encore partir ce frêle matin d’été
    Ton sac, tes chaussures, ta canne à la main
    Longeant le petit ruisseau reuisselant au bas de chez moi.

    Oh, s’il-te-plaît, reviens me voir à l’automne,
    Lorsque les feuilles sont mortes.
    Emmène avec toi le sourire des journées d’antan
    Qui illuminaient tant nos souvenirs brumeux
    Et raconte-moi les soirées passées loin du feu
    Les soirs d’ombres, les soirs à deux, les soirs de miel
    Ensemble, rappelons-nous nos sourires de merveilles.

    Ton frère


  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Triste

    J'iame beaucoup le 1er et le dernier poème (non, je n'ai pas lu que ces deux là, je les ai lu tous !). J'aime bien la "légéreté" du premier, quand on le lit, les mots semblent défiler tout seul (j'sais pas si je suis compréhensible là O_o).

    Le dernier, j'aime bien parce qu'il parle d'un frère parti, c'est sentimental tout simplement...


    Mais tu écris aussi bien que tu dessines mon cher Shinoonet d'amour qu'on aime tant. *Et paf, t'as plus de crédibilité !*
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  3. #3
    Date d'inscription
    mai 2004
    Localisation
    Angers
    Messages 
    1 102
    Le dernier est un peu spécial, car quand je l'ai écrit, je ne cherchai pas du tout à faire des rimes, j'ai écrit ce qui me passait par la tête, et ça a donné ça. Ca n'a rien à voir avec ma vie privée par contre, je sais pas d'où je sors ça .


    Mais tu écris aussi bien que tu dessines mon cher Shinoonet d'amour qu'on aime tant. *Et paf, t'as plus de crédibilité !*
    Ouais enfin j'ai encore pas mal de progrès à faire dans l'un come dans l'autre :S. Par contre, on dirait que je m'oriente de plus en plus vers le domaine de l'édition. Si vous entendez parler d'une nouvelle maison d'édition, c'est peut-être moi XD.


  4. #4
    Date d'inscription
    mai 2004
    Localisation
    Angers
    Messages 
    1 102
    Un autre poème que je viens de faire et dont je n'ai pas encore trouvé de nom. Attention, beaucoup de choses à comprendre, beaucoup de choses à ne pas comprendre... A vous de trouver. Lisez le poème "Fleur de Mai" avant celui-ci :348:.


    Dans son lointain royaume de Janvier
    Perché dans sa tour comme un épervier
    Le Dieu aux deux visages contemplaient
    L'Homme dans toute sa nature figée

    Sur son trône de neige il écoutait
    Chaque parole qui s'entrecroisait
    Se demandant d'une part comment l'aider
    Et d'autre part quelle punition lui donner.

    "Comment mesure-t-on la valeur dun homme ?"

    La question résonna jusqu'à son Autre
    Réveillant partout ses corbeaux apôtres.

    Est-ce par la force de ses deux bras ?
    Non, l'homme fort n'est pas moins lâche
    L'homme faible a peur et fuit sans relache

    Est-ce la manière dont il se bat ?
    Non, par fourberies l'homme est vil
    Par conviction il est imbécile

    Est-ce la volonté de faire le bien ?
    Non, car trop il est étouffant
    Car pas assez il est hésitant

    Est-ce simplement en ne faisant rien ?
    Non, voyant l'injustice il est complice
    Renonçant à la justice il est vice

    Déconcerté par les réponses de son frère
    L'Un ne savait plus ce qu'il devait faire
    L'Autre lui chuchota alors
    Loin des oreilles de la Mort

    "Un homme est avant tout valeureux
    Lorsqu'aucun mal à personne il ne veut"

    Janus s'en trouva finalement satisfait
    Et se dit qu'un jour il le répéterait
    Un jour à la fleur de Mai.

    Edit : à l'origine, je voulais que ce poème soit beaucoup plus long, dans le même genre que le poème "les planches courbes" d'Yves Bonnefoy. Mais j'avais pas le temps ce matin, j'ai donc fait ça rapidement. Peut-être que je le referai dans sa version longue si cette version ne plaît pas.
    Dernière modification par Shinook ; 08/08/2007 à 21h44.


Discussions similaires

  1. Les poèmes de Lies
    Par Lies dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 47
    Dernier message: 08/11/2007, 23h58
  2. Les Poèmes de Mekren
    Par Mekren le maudit dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 05/05/2007, 20h11

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251