Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Contes de Lune

  1. #1
    Date d'inscription
    mai 2004
    Localisation
    Angers
    Messages 
    1 102

    Contes de Lune

    Contes de Lune ( titre à revoir )

    Introduction


    - Bouh ! Elle n’a même pas d’amis !
    - Bouh ! Elle sait même pas se battre !
    - Alors, on a perdu sa langue ?!
    - Mais tu sais bien qu’elle sait pas parler, elle passe sa vie dans des livres stupides !
    - Ohh, pauvre petite, elle pleure… Ha ha ha !

    Assise dans la boue et sous une pluie battante, la jeune enfant se contentait de fixer une pierre posée à ses pieds. Se mordant la lèvre pour s’empêcher de pleurer, elle attendait avec impatience le moment où elle serait enfin seule, débarrassée de ces mômes cruels, qui avaient décidé de la prendre pour cible dès qu’ils surent marcher sur leurs deux pieds. Ils formaient un cercle autour d’elle, afin qu’elle ne puisse pas s’échapper, idée qu’elle avait abandonné depuis fort longtemps, car ils s’arrangeaient toujours pour se retrouver seuls avec elle et la coincer. Parfois ils se contentaient de l’insulter, d’autres fois ils lui volaient ou cassaient ses affaires, et d’autres fois encore elle ressortait de ces embuscades avec quelques hématomes qu’elle tentait à tout prix de dissimuler à son père, car elle savait que cela ne pourrait lui apporter que plus de misères.

    Cylia n’était pas une enfant du village. Elle y était arrivée un jour alors qu’elle n’était encore qu’un nourrisson, dans les bras d’un vieil homme qui se disait érudit, mais que tout le monde soupçonnait de s’adonner à des pratiques plus louches depuis des années. L’arrivée mystérieuse de cet enfant n’avait rien arrangé aux rumeurs, et les villageois préféraient se tenir éloignés de cet homme et de sa fille. Il ne raconta jamais d’où venait l’enfant, car on ne crut jamais qu’il fut le sien, aussi les enfants du village la désignèrent comme un être nuisible et se plaisaient à l’utiliser comme « défouloir », ce qui n’était d’ailleurs qu’une excuse qu’approuvaient largement les adultes.
    Dès qu’elle en eut l’âge, la petite fille aux cheveux pourpres se mit à lire les nombreux livres qui composaient la bibliothèque de son vieux père. Elle y apprit l’Histoire du monde, la Géographie, et s’émerveilla devant des légendes venues de pays lointains. La lecture était pour elle une passion et elle y laissait libre cour chaque fois que ce fut possible. Elle était en outre avide de savoir et avait commencé l’apprentissage de langues dont la majorité des villageois n’avait jamais entendu l’accent. Il était donc clair pour ces gens de la campagne que cette enfant ne pouvait être qu’une future mage noire, de la même race que celui qui sévissait dans la région et qui les avait terrorisé plusieurs décennies auparavant. Ainsi valait-il mieux s’en méfier…

    Les enfants lui envoyaient maintenant de la boue sur le visage, si bien que Cylia n’y voyait plus grand chose. Elle avait fermé les yeux et espérait de toute son âme que ce supplice s’arrête bientôt.

    - Alors, pourquoi tu bouges pas ! Allez, défends-toi !

    Elle entendit les bruits de pas d’un des enfants pataugeant dans la boue et se rapprochant dangereusement d’elle. Elle rouvrit alors subitement les yeux pour apercevoir juste à temps un pied se balançant vers elle et la frappant en plein visage. Le coup l’avait faite chuter et elle se retrouvait à présent à quatre pattes, les mains et les genoux s’enfonçant dans la boue. Son nez lui faisait atrocement mal, et quelques gouttes de sang venaient se perdre dans la boue et la pluie abondante. Son petit corps tremblait tout entier, non pas de rage ou de colère, mais de solitude et de tristesse. Que n’aurait-elle pas donner pour avoir un ami pour la défendre à ce moment précis ? Elle serrait les dents autant qu’elle le pouvait, mais elle n’arriva plus à retenir ses larmes qui coulèrent le long de ses joues, se mêlant aux gouttes de pluie. Cylia savait malheureusement que l’assaut n’était pas terminé, et qu’il lui faudrait essuyer d’autres coups du même genre, sans pouvoir se débattre.

    Les autres enfants autour d’elle s’approchèrent à leur tour avec la vive envie de décharger toute leur cruauté sur elle. Ils étaient presque à bout portant lorsque soudain…

    BRRRRRRRRRRRRMMMM !!!

    Un coup de tonnerre se fit entendre, mêlé aux rugissements d’une énorme bête qui venait d’apparaître aux côtés de Cylia, en position d’attaque, les crocs acérés et dangereusement sortis. Il n’existait pas en ce monde de monstre au pelage si noir et aux yeux si intensément blancs, c’est du moins ce que croyaient ces enfants qui n’avaient entendu parler de ces créatures que dans des histoires terrifiantes. Ils s’étaient tous brusquement arrêtés dans leur élan, pétrifiés par une vision d’horreur. Leurs pieds se mirent à marcher à reculons, très lentement, comme pour ne pas attirer l’attention de la bête. Cependant celle-ci avançait et tenait les enfants à distance.
    Cylia se retrouvait à présent seule, au centre d’une situation quelque peu inquiétante. Elle était accroupie par terre, et son regard était fixé sur l’imposante créature.

    - « Ne leur fait pas de mal, s’il-te-plaît !»

    Le message était passé entre la petite fille et la créature sans qu’aucun son ni aucun mouvement n’émanent de sa bouche. Comme si elle avait compris, la silhouette noire, tout juste éclairée par une lanterne accrochée au mur d’une maison, s’arrêta, continuant de fixer fixer ses proies. Plusieurs secondes passèrent sans que personne ne bouge, laissant place au bruit des gouttes de pluie tombant sur les toits. Puis, dans un geste désespéré guidé par la peur, un des enfants brandit la pierre qu’il avait gardé dans sa main et balança son bras en arrière pour le jeter sur Cylia, comme si elle allait faire disparaître la créature. Mais se fut cette dernière qui réagit en premier, ayant perçu le mouvement de l’enfant et plongea sur lui. Tout était allé si vite qu’aucun n’eut le temps de crier. La bête avait frappé de sa patte la main de l’enfant, l’obligeant à lâcher la pierre, mais laissant au passage un coup de griffes qui fit une longue marque le long de son avant-bras. L’enfant laissa échapper un petit cri de douleur et tomba à la renverse, impressionné par la carrure de la bête. Presque aussitôt, tous les enfants se mirent à courir à toutes jambes, marmonnant dans la nuit des jurons et des promesses de vengeance, accompagnés de quelques sanglots.
    Tout était redevenu calme, et il n’y avait plus dans la rue que la jeune fille accroupie et la bête sans nom, qui trottinait maintenant vers elle. Comme par magie, au fur et à mesure qu’elle se déplaçait, l’étrange bête rapetissait et changeait de forme. Lorsqu’elle parvint au niveau de Cylia, elle n’avait plus que l’apparence d’un petit chat noir avec ces mêmes yeux insondables.

    - «Tout va bien, maîtresse ? Vous pouvez vous relever ? »
    - « Oui, merci. Rentrons à la maison ».

    Cylia se releva, tourna les talons, et disparut dans la nuit, suivie par le mystérieux chat noir…


    ***


    - Ils t’ont encore attaqué, n’est-ce pas ?
    Le vieil homme ne semblait pas attendre de réponse, il la connaissait déjà, pour l’avoir posée de nombreuses fois depuis des années. C’était devenu une habitude, qu’il ne pouvait que constater et admettre, le prix à payer pour avoir une fille telle que Cylia.
    La jeune fille aux cheveux de feu était assise sur un tabouret recouverte d’une serviette chaude, le regard fixé sur la pluie à travers la fenêtre de la salle à manger. L’homme était agenouillé par terre et nettoyait le sang séché autour du nez de Cylia qui ne coulait plus à présent.

    - Tu sais, ils ne sont pas si méchants, ils ne comprennent simplement pas qui tu es et d’où tu viens. Avec le temps, ils t’accepteront sûrement.

    Les paroles du vieil érudit étaient d’habitude réconfortantes, cependant cette fois-ci, elles cachaient mal sa scepticisme et son pessimisme. Cylia ne répondit pas, elle n’en avait pas envie. Elle sut dès le premier jour qu’elle ne serait jamais acceptée, et elle s’était faite à l’idée de devoir rester seule, peut-être même toute sa vie.

    - Pourquoi ne partons-nous pas ?

    Le regard du vieil homme se leva vers celui de Cylia, chargé d’excuses et de compassion.

    - Malheureusement tu sais bien que c’est impossible. Ce serait trop dangereux pour toi. Je n’ai plus l’âge ni la force de te protéger. Ici au moins, nous pouvons dire que nous sommes en sécurité… temporairement.

    Cylia s’attendait à ce réponse. C’est la seule qu’elle ait jamais eue à cette question. Mais rien ne la retenait ici. Personne ne l’aimait, mis à part le vieil homme et l’étrange sorcière qui habitait dans la forêt. Elle allait régulièrement lui rendre visite, rapportant de chez elle le médicament qu’elle préparait pour le vieil homme, atteint de problèmes cardiaques sérieux. Elle aimait bien cette personne, car comme elle, les gens lui attribuaient des pouvoirs maléfiques et la craignaient, Cylia en apprenait davantage sur les vertus curatives des plantes et apprenait même à les préparer.

    Elle revint soudain à la réalité, interrompue par des cognements violents sur la porte d’entrée. Les coups revinrent par trois fois avant qu’une voix vienne enfin briser le silence.

    - Ouvre-nous vieil homme ! Nous savons que toi et ta fille êtes là !

    Il y avait dans cette voix de la rage, de la colère, de la haine. Cylia savait par instinct que cela ne laissait rien présager de bon, et le vieil homme semblait penser la même chose.
    Il se leva enfin et alla ouvrir la porte, laissant apparaître dans l’entrée de nombreux visages en colère et éclairaient par des lanternes. Plus inquiétant encore, beaucoup d’entre eux étaient armés de faux et d’épieux. Ils venaient certainement pas en amis.

    - Que se passe-t-il messieurs ? Pourquoi tout ce tapage ?

    La voix du vieil érudit semblait calme et en même temps impatiente.

    - Ce qui se passe, vieil homme ? Ta fille a blessé l’un de nos enfants, voilà ce qu’il y a ! Il y a trop longtemps que vous nous terrorisez tous les deux, il est temps de payer pour cela, une BONNE-FOIS-POUR-TOUTE !!
    - Peut-être que si vos chérubins ne l’avaient pas…

    Les paroles du vieil homme furent interrompues par un coup de poing dans le visage. Tenant dans sa main la partie de son visage qui avait été frappée, il était à présent à demi-couché par terre. N’ayant désormais plus d’obstacle, la majorité des villageois pénétrèrent dans la maisonnée, et l’un d’eux s’approcha de Cylia, apeurée.

    - TOI !!

    L’homme la prit brutalement par les cheveux et la traîna derrière lui. Avant qu’il n’ait pu faire un seul pas, il lâcha prise ( à la grande surprise de Cylia ), écarté par l’énorme félin noir qui lui avait bondi dessus. L’homme était couché sur le dos, la bête sur son torse, l’écrasant de tout son poids. La douleur était telle qu’il ne pouvait ni bouger ni parler. Il ne pouvait que contempler le regard vide du félin et ses crocs inquiétants se rapprochant de son visage terrorisé. Soudain, l’animal fut projeté sur le côté et couvert d’un filet dans lequel il peinait à se débattre. L’homme à terre se releva et empoigna Cylia par les cheveux, l’entraînant jusqu’au seuil de la porte. La pauvre tentait de se débattre, mais rien n’y faisait. Là, il la jeta dehors sous la pluie et dans les flaques de boue. Elle fut rejoint de la même manière par le vieil homme qui semblait mal supporter tant de brusqueries. En effet, il n’arrivait pas à se relever et respirait difficilement, tenant d’une main ferme l’endroit de sa poitrine où se trouvait son cœur.

    - Non, père !

    Cylia venait de se souvenir qu’il n’avait pas encore bu le breuvage qu’il devait boire quotidiennement pour éviter ce genre d’attaques. Elle s’était précipitée à côté de lui pour l’aider, sous les regards intéressés des villageois. Mais il n’y avait rien à faire, c’étai trop tard. La tension de la situation avait probablement empiré son état, et trop faible pour se maintenir à genoux, il dut se laisser tomber sur le dos, disparaissant à moitié dans la boue. Il respirait à présent à toute vitesse, laissant échapper de longs soupirs et le regard perdu dans le ciel orageux. Cylia ne pouvait plus que tenir sa main et pleurer pour que n’arrive pas ce qui était malheureusement inévitable.

    Il y eut un long moment pendant lequel tout semblait figé. Le vieil homme ne bougeait plus, sa main toujours tenue dans celles de Cylia, le visage ruisselant de larmes. Les villageois avaient observé la scène du début à la fin, indifférents, à la lumière de leurs lanternes. Ils ne savaient pas quoi faire, et avaient déjà fait plus qu’ils ne le voulaient.
    Alors que Cylia continuait de pleurer la tête baissée, les yeux fermés, elle sentit une énergie la traversait dans tous ses membres, nourrissant sa colère et sa tristesse. Elle ouvrit enfin les yeux, mais ceux-ci n’étaient plus les mêmes, ils avaient changé d’aspect. Ils étaient à présent aussi vides que ceux du félin noir et luisaient d’un lumière bleuâtre. Son visage se défigura peu à peu, les traits beaucoup plus marqués, les dents serrées, les sourcils froncés. Elle avait lâché la main du vieil homme inconscient et serrait à présent les poings autant qu’elle le pouvait. Sa respiration se fit de plus en plus rapide comme si elle allait exploser, et libéra enfin toute sa peine dans un cri adressé au ciel.


    ***


    La vieille femme était sortie de sa cachette depuis laquelle elle avait pu suivre toute la scène. Elle paraissait quelque peu terrifiée par ce qui venait de se produire, mais pas aussi surprise que les villageois qui étaient à présent tous allongés par terre, apparemment inconscients. L’étrange femme se déplaçait de maison en maison, comme si elle craignait qu’on la voit, et lorsqu’elle fut certaine d’être seule, elle marcha plus paisiblement vers un petit corps inanimé aux cheveux pourpres.

    - « Cela devait arriver, c’était inévitable », pensa-t-elle en contemplant la jeune fille.
    - « J’aurais préféré que cela se produise plus tard, quand tu aurais été prête. Mais tu es encore si jeune. Puisse la déesse, ta mère, nous porter aide et protection ».

    La vieille femme enveloppa Cylia dans une longue cape et la prit dans ses bras. Elle s’éloigna enfin de la ruelle dévastée et s’enfonça dans la forêt et la nuit noire.


    Musique de transition entre l'introduction et le chapitre 1 : http://perso.orange.fr/shinook/introfin.mp3 ( dont certains vont reconnaître l'origine )
    Dernière modification par Shinook ; 27/07/2007 à 09h42.


  2. #2
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 503
    Toujours à l'affût, je me profile... Ce qui suis n'est bien sûr que mon point de vue personnel, à prendre ou à laisser.
    J'ai bien lu ce premier chapitre, prometteur, mais c'est difficile d'en dire plus à ce stade. Pour l'instant, la trame me parait un peu classique, c'est pourquoi je suis curieuse de voir la suite, de comment tu vas traiter ta thématique...
    Le style est agréable à lire, le début surtout m'a paru particulièrement bien écrit, même s'il y a peut-être un peu trop d'insistance sur la pluie et la boue à certains endroits (un détail).
    Bref, pas grand chose à ajouter, sinon... que j'attends d'en lire plus !
    Et la petite musique de transition, c'est très sympa, ça donne une couleur au récit!
    Bonne écriture! :fleur:
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #3
    Date d'inscription
    mai 2004
    Localisation
    Angers
    Messages 
    1 102
    Oui oui je sais, ça fait classique comme ça, mais attends de voir la suite ( qui n'est pas faite, même pas das mon esprit ). Petit spoil tout de même histoire d'annoncer la couleur :
     Cliquer ici pour révéler le texte


    Je suis en train de réfléchir à un petit poème d'introduction ( du même genre que dans le SdA à propos des anneaux ) qui permettra de comprendre un peu où je veux en venir avec ce personnage. *A paraître en début du prochain chapitre probablement*

    En tout cas merci de passer par là ça fait plaisir. :fleur:


  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Triste

    Tu vois qu'on te lit ...

    Tout comme Galathée l'a dit, à ce stade, on ne peut dire grand chose. Le style est plutôt pas mal, facile à lire. Il "détend", si je peux employer ce mot pour un style d'écriture.

    L'histoire a un quelque chose de la bête du Gévaudan. Le félin noir aux yeux blancs, inconnus des villageois. Monstre qui veut protéger ses "maîtres". Enfin c'est ce à quoi me fait penser ton introduction.

    Comme Galathée, je pense que la répétition de la pluie et de la boue, c'est pas le "plus mieux" mais ce n'est qu'un détail. Au pire, change-le au début : Vu qu'elle est dans le village, elle peut très bien être au bord d'un ruiseau ou quelque chose dans le genre.

    Mais j'attend de voir la suite avec impatience et te donner un peu plus mon avis sur la chose .
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


Discussions similaires

  1. Petits contes comme ça ...
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 7
    Dernier message: 20/08/2008, 17h34
  2. Petits contes à mourir debout ...
    Par Bellatrix dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/06/2008, 10h47
  3. [BG1] Xan et Lame de Lune
    Par hylander dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 15
    Dernier message: 18/10/2004, 21h40
  4. [MORRO] Doux sucre de lune !
    Par Ignacio dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 7
    Dernier message: 28/02/2004, 18h17
  5. [Guilde] La Harpe de Lune
    Par Elegyr Menahel dans le forum Les Archives des Structures de Manost
    Réponses: 25
    Dernier message: 23/10/2003, 17h51

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251