Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

Discussion: Les Foudres de Taranis

  1. #1
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Edit du 03/07/2007: J'ai commencé une nouvelle version de ce récit. Les deux chapitres présentés ici n'ont plus d'intérêt réel mais je les laisse sinon les posts de critiques des lecteurs ne voudront plus rien dire. Pour le récit nouvelle version, voyez ce post !

    Je me suis lancé hier dans l'écriture d'un roman orienté science fiction alors voilà le premier chapitre. Si vous voulez bien me donner vos avis :blush: .

    Les Foudres de Taranis


    Chapitre premier : Découverte.

    « [...]Taranis fait partie de ce qu'on appelle vulgairement Les Cinq Mondes.
    Il s'agit d'une vieille communauté à une lointaine extrémité de la Galaxie.
    [...]La particularité de Taranis est qu'elle est couverte d'un orage permanent.
    C'est pourquoi toutes ses villes sont souterraines. »
    Extrait de « Les mondes aux conditions extrêmes » par Taerk Ogmios.


    Allongée sur sa couche, les mains jointes sous son oreiller, Sikarra observait le vide de l'Espace à travers la vaste vitre. Elle apercevait des mondes au loin et des étoiles brillantes. Elle poussa un soupir et se leva. Elle était nue. Sa longue et lisse chevelure d'un rouge sang cachait la nudité de sa poitrine. Elle frissonna lorsqu'elle sentit le contact du sol avec ses pieds. Elle fit quelques pas et attrapa ses vêtements qui traînaient sur une table. Elle passa une combinaison bleue sombre et jeta une cape blanche, qui s'arrêtait en dessous de sa taille, sur ses épaules. Alors qu'elle se coiffait, un bip étouffé rompit le silence. Elle s'approcha de son bureau et passa la main sous des cartes et autres documents afin de prendre son communicateur Herm-316, elle le porta près de ses lèvres et déclara d'une voix monotone.

    « Sikarra, j'écoute. »
    « Ambassadrice, fit la voix sortant du Herm-316, nous arriverons sur Taranis dans quelques minutes. Tandis que vous vous reposiez, je me suis arrangée pour nous éviter les formalités à la station spatiale douanière. »
    « Merci Esméra. Je te rejoins au poste de pilotage dans un instant. »

    Puis Sikarra coupa la communication, et plaça le petit objet rectangulaire dans un des poches de sa ceinture. Pressant un bouton, elle ouvrit la porte de sa cabine et sortit. Elle marcha lentement dans quelques coursives arrondies avant d'arriver dans le cockpit. Le pilote, Kaj Prasso, était un jeune diplômé de l'Institut Staéhr de pilotage et des mèches blondes rebelles tombaient devant ses yeux bleus. Il salua l'Ambassadrice d'un sourire. Alors qu'il revenait aux commandes de son appareil, Esméra indiqua un fauteuil à Sikarra. L'assistante de l'Ambassadrice n'avait pas 25 ans et en faisait déjà 45. Ses cheveux bruns attachés dans son dos en une fine natte n'arrangeaient pas son cas, pas plus que la robe grise qu'elle portait qui, elle, faisait ressortir sa maigreur presque squelettique. Mais elle était douée, c'était indéniable se dit Sikarra. Elle était l'une des rares humaines à parler la quarantaine de langues officielles du Consortium couramment, ce qui lui avait valu de sortir à la tête de sa promotion à l'Académie d'Ogmios. Dévouée corps et âme à l'Ambassadrice, Esméra était devenue son amie la plus proche et sa confidente même si un rapport hiérarchique important subsistait entre elles.

    « Tour de contrôle, ici Staéhr-400, commença Kaj en activant la radio de bord. Allons entamer notre entrée dans l'atmosphère. Demandons confirmation. Le corridor est-il dégagé ? »
    « Le corridor est dégagé, Staéhr-400. Prenez gardes ! Restez loin des parois ! répondit l'homme de la tour de contrôle. »

    Kaj grommela quelque chose d'inintelligible. Il n'aimait pas qu'on remette en cause ses capacités. Impassible, Esméra lisait un document alors que Sikarra fixait l'épaisse vitre du poste de pilotage. Elle poussa un cri sourd lorsque que le vaisseau plongea dans l'atmosphère. Malgré les stabilisateurs, le choc restait fort. Kaj stabilisa le vaisseau au dessus de la couche nuageuse sombre. Il scrutait un écran.

    « Ha ! Le voilà ! »

    Il avait indiqué un large conduit métallique noir qui émergeait de la couche nuageuse.

    « Le corridor de Taranis ! Celui-là même qui va nous permettre de pénétrer sur la planète. »

    Restant à une bonne distance des nuages, Kaj pilotait prudement. Lorsque que le Staérh-400 fut placé à la verticale du « couloir », le pilote se retourna et lança un regard malicieux à ses deux passagères.

    « Accrochez-vous. »

    Il poussa le levier de commandes et le vaisseau piqua brusquement dans le gigantesque tunnel de métal. Dans la descente vertigineuse, Sikarra distinguait à peine le bout du tunnel à travers la vitre. Harnachée solidement à son fauteuil, elle craignait plus pour ses boyaux que pour sa vie. Finalement, le vaisseau perdit de la vitesse et le corridor s'incurva. Et au détour d'un virage, Sikarra constata que le vaisseau se trouvait maintenant dans le haut du spatioport de Taranis. Le corridor n'en était que la sortie. A ce moment, la radio cracha un son.

    « Staérh-400, ici tour de contrôle. Bienvenue sur Taranis ! Vous pouvez vous poser dans le hangar BZ-1138. »
    « Bien reçu, tour de contrôle. »

    Au même instant, Kaj recevait les coordonnées de ladite plate-forme sur l'écran de contrôle. L'atterrissage se fit en douceur. A travers la vitre, on aperçut une délégation qui pénétrait dans le hangar. Kaj se détacha et dit alors à Sikarra.

    « Ambassadrice, l'équipage et moi allons nous charger de débarquer vos affaires. Ce sera rapide. »
    « Il n'en sera rien, répliqua Esméra d'un froid sourire. L'équipage le fera. Vous allez venir avec nous, capitaine Prasso. En tant que gradé de la Flotte, vous êtes considérés comme un important représentant du Consortium. »

    Sikarra étouffa un rire. Esméra avait été si sérieuse et avait dit à Kaj qu'il était important sur un ton presque désagréable. Remarquant que cela amusait l'Ambassadrice, Kaj répondit d'un ton solennel.

    « Il en sera ainsi, Dame Esméra. »

    Le jeune capitaine appella son second grâce à son Herm-316 et lui expliqua qu'il débarquait avec l'Ambassadrice. Kaj sortit en tête suivit des deux diplomates. Il ouvrit l'épaisse porte qui scellait la sortie du vaisseau et pressa un bouton afin de déployer la rampe d'accès. Arborant avec fierté son uniforme de la Flotte du Consortium et son ceinturon auquel était accroché son arme, un déstructurateur T-47, le capitaine Prasso descendit tranquillement la rampe puis se décala sur le côté pour laisser passer Sikarra et Esméra. En bas, les attendaient une demi-douzaine de personnes. Il y avait là 4 policiers, et deux hommes. Celui qui était le plus avant, un homme bedonnant d'une cinquantaine d'années sans le moindre cheveu sur le crâne, prit la parole.

    « Bienvenue sur Taranis. C'est un plaisir de vous recevoir ici ! Permettez-moi de me présenter, je suis Arhibal Sleug. Gouverneur de Taranis. »
    « Ancien gouverneur, coupa Esméra. L'Ambassadrice a rôle de gouverneur. Elle représente la plus haute autorité du Consortium dans cette région reculée. »

    Une veine gonfla sur le front de Sleug et il leva une de ses mains grasses.

    « C'est un outrage ! hurla-t-il d'une voix ridiculement aigue. J'en ferai appel au Haut Conseil ! »
    « C'est le Haut Conseil qui vous démet de vos fonctions, dit alors Sikarra sortant de son mutisme. »

    Sleug devint livide, et Esméra sortit une lettre de son porte documents.

    « Draco ! beugla l'ex-gouverneur à l'attention de son assistant qui se tenait derrière lui. Allez me chercher ça. »

    Obéissant en silence, le jeune homme tout vêtu de noir et aux cheveux du même vert émeraude que ses yeux, prit la lettre des mains d'Esméra et revint à côté de Sleug. Draco arracha le cachet après avoir vérifié son authenticité et lut à voix haute.

    « Par décision du Haut Conseil du Consortium, le gouverneur provisoire de Taranis en poste depuis 5 ans, Arhibal Sleug, se voit démis de ses fonctions pour les motifs suivants : corruption de fonctionnaires, contrebande, traffics de produits illégaux et esclavage.

    L'Ambassadrice Sikarra Kanalba occupera le poste de gouverneur et veillera à mettre fins aux dérives initiées par Arhibal Sleug. Ce dernier sera mit aux arrêts puis extradé vers Evoros pour être jugé par la plus haute cour du Consortium. »

    « La plus haut cour du Consortium, fit Sleug d'une voix tremblante. C'est... »
    « Le Haut Conseil lui-même, termina Sikarra. »
    « Le document porte la signature du Ghis Bred Ctica ! s'exclama Draco. »
    « En effet, répondit Sikarra. C'est le Ghis qui a secrètement mené l'enquête sur les activités de l'ex-gouverneur Sleug. »
    « Balivernes ! cria Sleug. Emparez vous d'eux ! Indiqua-t-il aux policiers derrière lui. »

    Les hommes ne firent pas un mouvement. Sleug blêmit à nouveau.

    « Policiers, dit tranquillement Sikarra. Veuillez mettre cette immonde vermine aux arrêts. »

    Les 4 hommes s'exécutèrent. Sleug fut rapidement maîtrisé et une fois que des menottes magnétiques furent placées autour de ses poignets et de ses chevilles, Sikarra s'approcha de lui.

    « Notez que le Ghis a prit le temps d'infiltrer des hommes de confiance, en qui le Consortium peut croire, dans votre entourage. Il n'y a plus rien pour vous sur Taranis. »

    Sleug ne répondit rien. Quand les policiers l'emmenèrent, l'Ambassadrice s'approcha de Draco.

    « Votre travail a été excellent, Draco. Vous êtes bien le frère de votre soeur ! »

    Les joues de Draco rosirent.

    « Ce fut un honneur pour moi de servir le Consortium et de démasquer un traître, répondit-il dans une légère révérence. »
    « Je te félicite ! déclara Esméra en affichant un sourire chaleureux, ce qui surprit Sikarra. Tu as été très doué, petit frère. »

    Quelques pas à l'arrière, on entendit des applaudissement lents. C'était Kaj qui était resté en retrait.

    « Félicitations. Je n'y ai vu que du feu. Ambassadrice, quelle est la suite du programme ? »
    « Nous allons prendre nos quartiers. Et dés demain, nous mettrons tout notre talent à la tâche qui nous attend. Faire de Taranis un monde civilisé digne de faire partie du Consortium. »
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  2. #2
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Je prends la liberté de donner mon avis même s’il n’est pas forcément tout miel parce que je sais qu’il n’y a rien de plus pénible quand on écrit que de n’avoir aucun retour :blush: (politesse à me retourner à l’occasion)

    Rien à dire sur l’écriture, ni sur la façon de présenter les choses. Tu as parfaitement assimilé les codes et trucs d’écriture du genre.

    Mais c’est précisément ce qu’on pourrait reprocher à ce premier chapitre : il est terriblement classique. Une ambassadrice, un haut conseil interplanétaire, un monde au climat hostile, un consortium, de la corruption, un limogeage. ça y est, j'ai trouvé! Star Wars!

    Pis, ma deuxième critique, qui n’engage que moi et qui pourrait hélas s’appliquer à beaucoup d’œuvres de science fiction : tes personnages paraissent sans âme, froids, un peu stéréotypés. Je me désintéresse de leur destin. A la rigueur, tu donnes l’impression d’être en train d’écrire le script d’un film, et de compter sur les acteurs et les plans fixes pour combler les lacunes en descriptions des décors et des caractères. Peut-être gagnerais-tu à aller moins vite dans ton récit. Ou à adopter un point de vue interne. Ce ne sont que des pistes…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 552
    Je voulais réagir aussi, donc je le fais... C'est comique, le titre, j'ai cru que ce serait un roman gaulois... Mais soit, association d'idées un peu pourrie :notme2:

    Je tiens d'abord à dire que je lis très peu de SF, donc je ne suis pas une lumière en la matière, mais bon... Comme Loth, j'ai trouvé que ce premier chapitre était assez classique, et je me demande si tu ne devrais pas le sauter complètement et commencer ton récit dans le feu d'une action plus tardive, quitte à revenir sur cette première scène par flashs-backs, on-dits, souvenirs d'un personnage qui se remémorerait la scène, même quelques heures plus tard... Ce serait une manière de raconter la même chose mais sans l'exposer comme tout premier chapitre de ton roman. Ce n'est qu'un avis, cela dit...

    Sinon, rien à redire au style. J'aime beaucoup les dialogues, c'est certain que ça donne une ambiance filmique mais ça ne me gêne pas.

    J'attends donc de voir où nous allons... :fleur:
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  4. #4
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Tout d'abord, merci à vous deux pour vos réponses :fleur: . J'admets que je suis allé assez vite pour la mise en place de l'histoire et je reconnais aussi qu'ils peuvent paraître froids dans les premières lignes. Ca fait assez film mais c'est comme ça que j'aime écrire les histoires :notme: , mais il faudra sûrement que je change des choses dans le premier chapitre. Je reste rarement figé à ma première idée pour un début. Toujours est-il que les personnages vont se dévoiler petit à petit. Je vais prendre en compte vos conseils et critiques pour la suite :fleur: . En attendant, voici le deuxième chapitre !

    PS: L'association d'idée n'est pas pourrie Galathée . Je n'ai pas choisi le nom de Taranis pas hasard pour cette planète de foudre, Taranis étant le dieu du tonnerre de la mythologie celtique gauloise .

    PPS: Je vais probablement revoir le premier chapitre et y introduire une scène qui se passe avant tout ça histoire de commencer plutôt dans le feu de l'action.

    PPPS: Loth, je sais ça sent Star Wars mais on peut pas toujours s'en défaire. Et pis ya des inspirations bien plus diverses . (je suis en train de lire Dune ) Mais c'est vrai qu'en relisant mon premier chapitre, j'ai du mal à reconnaître les personnages . Bref, je reverrai un peu ça. Place à la suite ! Vos critiques sont toujours les bienvenues .

    PPPS: C'est n'importe quoi mon ordre de réponse, je sais. Notez au passage que c'est la première fois que je raconte une histoire avec un nom féminin. C'est pas évident .

    Chapitre second : Installation.

    « Les humains de Taranis sont appelés les Colons tandis que les indigènes non-humains (comme Aélis) sont les Taranns. [...] Les Colons ont prit une curieuse habitude venant des Taranns. En effet, pour eux une foudre désigne à la fois le tonnerre, l'éclair et la foudre. Ainsi pour eux, les gigantesques tours paratonnerres qui couvrent la planète sont des parafoudres. »
    Extrait du journal de Sikarra Kanalba.

    Sikarra avait découvert ses quartiers la veille au soir. Ils étaient sobres. Très sobre. Une vaste pièce avec un sofa, une table basse et un écran de télévision intégré au mur, tenait lieu de salon. Juste à côté, séparé du salon par une paroi coulissante, se trouvait le bureau de l'Ambassadrice. Un grand bureau fait d'une matière blanche et lisse dont les pieds étaient ancrés dans le sol, un fauteuil et deux étagères. L'une contenait des documents officiels et un ensemble d'ouvrages consacrés à la loi du Consortium et à Taranis, et l'autre était vide pour l'instant. Un écran était intégré au bureau et s'inclinait par une pression sur un bouton. Il en était de même pour le clavier. Enfin, il y avait un appareil de communication que Sikarra n'avait jamais vu. On aurait dit un communicateur mais il était posé sur un socle, lui aussi intégré au bureau. Il restait deux portes dans le salon. Tandis que la plus imposante conduisait dans les couloirs de la résidence, l'autre menait à la chambre de Sikarra. A peu près aussi vaste que le salon, en son centre trônait un lit, ou plutôt un matelas posé à même le sol. Il y avait également, près du lit, une tablette blanche qui sortait du mur et où se trouvait un autre appareil de communication similaire à celui du bureau. Dans le mur de gauche, se trouvait un vaste placard avec une penderie et la paroi du mur de droite coulissait pour laisser voir un espace de salle de bains avec des toilettes et une grande baignoire ronde, et un lavabo. Sikarra fut frappée par l'étrangeté de l'agencement. Tout les meubles étaient intégrés au sol. Et tout, à l'exception des coussins du sofa et du matelas, était fait dans la même matière blanche. Nulle décoration, nulle fenêtre.

    « Lumière...murmurra Sikarra. »

    Une lueur blanche illumina la chambre. L'Ambassadrice repoussa la couverture et s'assit sur son lit. Il faisait bon ici et elle n'avait pas prit la peine de mettre une chemise de nuit. Elle fut surprise par la tiédeur du sol lorsqu'il entra en contact avec ses pieds nus. En fait, tout était d'une agréable tiédeur dans cette pièce. Sans se poser de questions, Sikarra fit coulisser la paroi de salle de bain et fit couler l'eau de la baignoire. Elle se plongea doucement dans ce bain chaud et y resta un long moment. Elle remarqua d'ailleurs que l'eau ne refroidissait pas.

    « Quelle étrange monde. »

    S'arrachant, à regrets, de son confortable bain, elle se laissa sécher par les jets d'air chaud venant du sol et du plafond. Elle traversa la pièce et ouvrit sa penderie. Elle choisit une tenue qu'elle affectionnait particulièrement. Une robe noire couverte de motifs de sa fleur préférée, la Gedwë, et tombant en diagonale sur ses genoux. Serrant la robe dans ses mains tremblantes, elle chuchota.

    « Bred... »

    Une larme coula sur sa joue. La balayant d'un geste vif, elle enfila la robe et des sandales de cuir avant de quitter sa chambre. Elle jeta un oeil à son Herm-316. Il indiquait déjà 10h30. Elle le fixa à sa ceinture et quitta ses quartiers. Elle traversa quelques couloirs, tentant de mémoriser son chemin, et trouva finalement la salle à manger de la résidence. Elle y trouva Kaj, Esméra et Draco qui prenaient tranquillement le petit déjeuner. Alors qu'elle les saluait, une femme fit son entrée dans la pièce par une porte dérobée. Tout en s'asseyant, Sikarra la dévisagea. Elle avait de longs cheveux bouclés d'un blond doré. Sa peau était d'un bleu presque gris. Mais ce n'était pas de la peau, c'était des écailles. Elle portait une robe blanche et un tablier noir. Hormis les écailles, elle était semblable en tout à une belle humaine d'une vingtaine d'années. C'était une Tarann, pas une humaine.

    « Aélis, c'est bien ça ? demanda Sikarra à la femme qui l'avait conduit à sa chambre la veille au soir. »
    « Oui Amassadrice, répondit Aélis en souriant. Puis-je vous apporter quelque chose pour le petit déjeuner ? »

    Sikarra constata qu'il y avait déjà suffisamment à manger sur la table.

    « Juste une tasse d'infusion de Gedwë, je vous prie. »
    « Bien madame. »

    Puis, s'inclinant, Aélis repartit comme elle était venue.

    « Bien dormi ? lança Kaj. »
    « Très bien, capitaine Prasso. Comment sont vos quartiers ? »
    « Comme les vôtres, d'après ce qu'a dit Aélis. Et comme ceux d'Esméra et Draco. J'aurai bien ajouté une petite touche de décoration mais je ne compte pas m'éterniser ici. »
    « Oh si, vous y comptez, répliqua Esméra. »
    « Qu'est ce que vous racontez ? »
    « Ca ira Esméra, coupa Sikarra avant de se tourner vers Kaj. J'ai une faveur à vous demander, Kaj. J'ai déjà l'accord du Haut Conseil. Je voudrai que vous restiez ici pour assumer le rôle de chef de la sécurité et représentant du Ghis. »

    Le jeune capitaine resta bouche bée.

    « C'est... c'est une grande promotion pour moi, commença-t-il. Représentant du Ghis de façon planétaire, cela m'assurait le grade d'Amiral et le commandement d'un croiseur dans moins de deux ans. »
    « Tout à fait, acquiesça Esméra, cependant nous comprendrons si vous refusez... »
    « Vous plaisantez ? C'est une occasion qui ne se présente pas deux fois ! J'accepte, Ambassadrice. »
    « Fort bien, dit Sikarra dans un sourire. Vous aurez sous vos ordres le détachement policier et vous conservez vos prérogatives de capitaine de vaisseau. Cela vous donne droit à un logement dans cette demeure. »
    « Bon. Dans ce cas, il conviendra de décorer un petit peu, répondit-il en faisant un clin d'oeil. »
    « C'est vrai. Il faudra que je décore mes appartements également. Oh ! fit Sikarra. J'allais oublier. Draco ici présent sera votre assistant, capitaine. Il est au fait des rouages de l'administration et fera tout pour vous rendre la vie facile. D'ailleurs, ses quartiers sont juste à côté des votres. »
    « Parfait ! s'exclama Kaj. C'est une bonne journée, non ? Ne vous inquiétez pas, Draco. Je ne vous tuerai pas à la tâche. »
    « Vous êtes trop bon capitaine, répondit Draco en souriant. »

    En voilà un qui est moins froid que sa soeur, pensa Sikarra. Il doit avoir le même âge que le capitaine. Ils vont bien s'entendre, c'est certain. Un sourire se dessina sur les lèvres de l'Ambassadrice. Elle vivait ici désormais avec des gens sympathiques. Kaj, Draco, Esméra et aussi Aélis qui semblait fort aimable. C'est à cet instant, qu'elle revint avec la tasse d'infusion de Gedwë pour Sikarra. Elle la déposa devant l'Ambassadrice et alors qu'elle repartait, toute la pièce trembla. La lumière s'éteint et revint par intermittence jusqu'à revenir complètement. Sikarra s'aperçut alors que Kaj était tombé à la renverse. Elle-même n'avait rien mais son infusion s'était renversée. D'un air désolé, Aélis prit la tasse et s'apprêtait à retourner la remplir quand Sikarra lui demanda ce qui venait de se passer.

    « Une foudre pour sûr, Ambassadrice. Il arrive de temps en temps qu'un parafoudre reçoive une charge trop importante. pas bien grave mais le courant se coupe préventivement. »

    Puis, elle s'en alla. Lisant sur le visage de Sikarra que l'explication d'Aélis ne lui avait pas suffit, Draco expliqua.

    « Vous vous demandez pourquoi le courant se coupe, n'est ce pas ? C'est assez simple. Vous avez remarqué, je suppose, que tout les instruments électriques sont intégrés aux murs et au sol. Et bien c'est parce que la matière blanche qui compose presque tout, est une matière isolante à l'extérieure mais qui conduit l'électricité à l'intérieure. Elle alimente tout les instruments et nous protège des décharges. Elle chauffe naturellement grâce au courant qui circule en son sein. Cet électricité vient des parafoudres, euh des paratonnerres. Ils injectent directement le courant dans le réseau. Si paratonnerre est surchargé d'énergie, l'électricité pourrait ne pas être contenu par l'Avoro – c'est le nom de la matière blanche – et cela tuerait tout le monde. En conséquence, quand la charge est trop forte. Le courant se coupe. Rassurez-vous, c'est rare. »
    « Rare peut être, répliqua Kaj, mais pas rassurant ! »
    « Vous savez capitaine, c'est cela qui permet de vivre dans un tel confort sur un monde aux conditions de vie si extrêmes. L'énergie est illimitée sur Taranis. »
    « Le confort est indéniable, ajouta Sikarra. Nos quartiers sont sobres, car il y manque notre touche personnelle, mais ils sont agréables, non ? »

    Personne ne répondit. L'Ambassadrice avait bien résumé la situation. Aélis lui apporta son infusion et elle la but avec plaisir.

    « Puis-je vous faire part du programme de la journée, Ambassadrice ? demanda Esméra. »
    « Je t'en prie. »
    « En premier lieu, nous allons visiter la ville et... »
    « Pardonne-moi, coupa Sikarra, mais quel est le nom de cette ville ? »
    « Bélisama, répondit Esméra. Donc, nous allons la visiter puis dans l'après midi vous avez de nombreux rendez-vous. Tout d'abord avec le gérant de la société Bélisima-Elec qui gère les paratonnerres et le réseau électrique de Bélisima. Ensuite, vous devez voir quelques autres industriels locaux, les directeurs d'écoles, la directrice de l'hopital et l'Ambassadeur de Llyr qui est de passage demande à vous voir. »
    « L'Ambassadeur de Llyr ? Qui est-ce déjà ? »
    « Ran Sponer. »
    « Je ne le connais pas, je crois. Soit, je le rencontrerai. C'est tout ? »
    « Il y a aussi le gala de bienvenue en votre honneur, ce soir. »
    « Et pour nous, commença Kaj, quel est le programme, mon cher Draco ? »
    « Tout d'abord, vous devez gérer le départ de l'astronef qui va conduire l'ex-gouverneur vers Evoros. Et cet après-midi, vous rencontrez vos surbordonnées. Les commissaires de police des différentes villes de la planète. »
    « Des différentes villes de la planète ? s'exclama Kaj. Mais, combien sont-ils ? »
    « Seulement cinq, monsieur. »
    « Vous voulez dire qu'il n'y a que cinq villes sur cette planète ? »
    « Cinq villes au sens strict, monsieur. Elles sont tellement vastes et continues. »
    « Je vois... et ensuite ? »
    « Dans la soirée, il y a donc le gala de bienvenue pour l'Ambassadrice qui sera organisé à la suite d'une représentation théâtrale. Vous êtes tenus d'y assister. »
    « Moi aussi ? demanda Sikarra d'un air malicieux. »

    A sa grande surprise, cela fit sourire Esméra. Ils finirent alors leur petit déjeuner en parlant de sujets plus légers.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  5. #5
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    hey hey hey

    tu as gagné un nouveau lecteur.

    Merci de nous offrir ta prose :fleur:

    J'aime beaucoup le premier passage, qui est effectivement "classique" mais efficace. Franchement j'accroche.

    Juste deux petites remarques personnelles:

    1) un détail, le herm-317. Je pense que tu n'es pas obligé de redire à chaque fois "317".

    C'est comme si tu disais, "elle regarda l'heure à son nokkia G 300. Je pense que tu peux juste utiliser la marque, comme si elle allait de soit à partir du moment ou on "connait" le modèle.

    2) un détail aussi, prend garde à ne pas utiliser des "rebondissements" qui donnent du rythme à l'intrigue mais qui sont moyennement crédibles.

    Je pense à trois choses,

    1 l'arrestation du gouverneur en place, on peut pas tellement dire qu'elle soit "hyper préparée", le pilote futur chef de la garde est même pas au courant, ton héroine a de la chance que ca se passe bien (ok ce point c'est très discutable).

    2 la nomination de kaj. Surprise, Kaj t'as une promotion. Heureusement que t'as pas de famille, pas d'affaire à récupérer dans ton précédent appart, pas de clés à rendre, pas d'amis à qui dire au revoir, pas de chat que t'as laissé à ton voisin.

    Le pauvre kaj il vient avec 2 slips de rechange, déposer l'ambassadrice et hop... il se retrouve bloqué deux ans... Elle pouvait pas lui dire avant le départ, non non non c'est moins drole.

    3 pour donner des info au lecteur tu utilises un questionnement des personnages. CA se fait beaucoup en bd sauf que... je trouve pas top crédible que l'ambassadrice ne sache pas le nom de la ville ou elle est en poste, que le pilote ne sache pas qu'il y ait que 5 villes...

    ah et pour la route "gérant" ca fait petite boite, "président" c'est mieux non?

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 552
    Je suis toujours cette aventure interstellaire, moi aussi... :fleur:
    Les personnages sont assez sympathiques, et je suivrai leur cheminement avec plaisir...
    Quelques commentaires en vrac:
    * je rejoins complètement Gogorafido sur le côté trop ignorant de l'Ambassadrice et de son capitaine... Ne pas savoir dans quelle ville elle a atterri ??? C'est un peu énorme, ça la décrédibilise beaucoup. Je pense que tu peux glisser ces infos dans le texte "off" et utiliser tes dialogues (très bien troussés, au demeurant) pour autre chose.
    * Un bête détail spécial lecteurs de la CC... Aelis, c'est le prénom de l'héroïne des Damnées d'Althéa... Peut-être varier les patronymes? (non, je sais, c'est bête, mais du coup, ça place déjà une attente de ma part sur le personnage... je vais faire abstraction).
    * Point de vue stylistique, tu souffres à mon avis du même défaut que moi. Je ne sais pas si c'est un véritable défaut, d'autres le diront, mais en tout cas, personnellement, il me dérange dans ma propre prose, et donc m'interpelle dans la tienne: cette propension à faire commencer les phrases par "Elle" + passé simple. Je sais que c'est dur de faire autrement, mais nous devons trouver une solution! Peut-être n'est-il pas nécessaire de décrire toutes les actions? Je n'en sais rien, comme je te le dis, c'est un problème partagé...
    * Et je pense toujours que tu gagnerais à commencer ton récit dans le feu d'une action plutôt que par l'exposition. Mais je suis certaine que les aventures ne tarderont pas à commencer...

    Bon, ça fait beaucoup de points, mais c'est creusé, voilà tout! :fleur:
    Maintenant...

    La suite ! :rigoler:
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #7
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    pour préciser un peu ma pensée, si tu décides de choses potentiellement "illogiques" pour nous comme par exemple l'ignorance de l'ambassadrice, il faut que tu l'expliques un peu plus. (d'une manière ou d'une autre)

    Ca peut venir d'elle, elle est particulièrement incompétente, indifférente, elle souffre d'un mal de l'espace...

    du monde dans lequel elle vit, son titre est purement honorifique, elle appartient à une caste qui laisse ce genre de détails à ses subalternes...

    A mon avis il faut une réaction de l'entourage (qui hausse les yeux au ciel, houla elle a encore sa crise...) un commentaire du narrateur...

    Après tu peux aussi faire exprès de nous surprendre et nous faire comprendre certaines subtilités de ton monde petit à petit.

    Allez, maintenant on attend avec impatience la suite!!!!!!!

    Edit: et après pour contredire Galathée un des meilleurs romans de SF (à mon sens), "Fondation" commence par l'arrivée d'un scientifique sur la planète Trantor, tu es donc à bonne école.

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 552
    Originally posted by gogorafido@Friday 29 June 2007 à 17:22

    Edit: et après pour contredire Galathée un des meilleurs romans de SF (à mon sens), "Fondation" commence par l'arrivée d'un scientifique sur la planète Trantor, tu es donc à bonne école.
    [snapback]279453[/snapback]
    Autant pour moi :timide: ! J'avais bien dit que je n'y connaissais rien en SF. Si je ne m'abuse, Hypérion commence aussi assez mollo... Je ne dis donc rien (se ratatine et disparait).
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #9
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    nan, disparait pas, c'est pas parceque Asimov l'a fait que ton opinion n'est pas digne d'intéret.

    Pour te remonter le moral Galathée, Star wars commence par une méga baston avec un croiseur de plus d'un Km de long. alors...

  10. #10
    Date d'inscription
    juin 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433
    C'est pas mal du tout, mais comme je suis un chieur je t'ai félicité en cinq mots et je vais critiquer en beaucoup plus... Ca reste du bon travail !

    Tout d'abord, ça fait terriblement penser à Dune... En fait, c'est le même début (arrivée d'un groupe sur une planète très hostile pour la gouverner). A cela s'ajoute les "citations" en tête de chapitre, tout à fait dans le genre de celles de Dune.

    Le reste sera plutôt scientifique comme commentaire... Je ne sais pas quelles études tu as fait, mais plusieurs choses heurtent mon sens physique...

    Question de vocabulaire d'abord. Tu dis que les indigènes font un amalgame entre "tonnerre" et "foudre" et qu'ils nomment donc "parafoudre" ce que nous appelons "paratonnerre".

    Le problème est ici que nous faisons nous même déjà cet amalgame. Je m'explique : le tonnerre est une manifestation sonore de la foudre. Hors, les "paratonnerres" ne nous protège que de la décharge électrique, pas du bruit qu'elle fait (vous entendez toujours les éclairs, même s'ils tombent sur un "paratonnerre") et devraient donc être nommés des "parafoudres" par nous même (irl).

    Je ne sais pas si je suis clair (dites moi si ce n'est pas le cas), mais dire que les autochtones font un amalgame alors que c'est nous qui en faisons un, ça me semble bizarre. En gros, ils ne font pas d'erreurs, ils corrigent la notre.

    Ensuite, une remarque sur l'Avaro. Ce type de matériau me semble difficile, sinon impossible à concevoir, étant donné que les conducteurs conduisent naturellement le courant en surface et qu'il y en a très peu à l'intérieur... mais bon, c'est de la SF

    Question cohérence sinon, c'est assez étrange que l'ambassadrice arrive comme une fleur avec zéro gardes du corps dans une planète isolée et qui a vraisemblablement été mise en coupe par son gouverneur (vu le nombre de crimes qui lui sont reprochés). de même, il serait bon qu'elle connaisse un minimum son sujet et que ses compagnons soient un petit peu moins ses "potes" (il doit bien y avoir un protocole, des gardes...)

    Mais ne te décourage pas, la critique est plus longue que l'éloge mais ça ne veut rien dire

  11. #11
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    *prépare des enveloppes d'anthrax pour tout le monde*

    (ça va, je déconne)

    Hum, quel plaisir de voir que ce petit bout d'essai déchaine les foules (et les foudres, oui je sais, je sors ). Alors, essayons d'être clair dans la réponse .

    Originally posted by gogorafido
    1) un détail, le herm-317. Je pense que tu n'es pas obligé de redire à chaque fois "317".

    C'est comme si tu disais, "elle regarda l'heure à son nokkia G 300. Je pense que tu peux juste utiliser la marque, comme si elle allait de soit à partir du moment ou on "connait" le modèle.
    C'est pas faux , au début j'utilisais "communicateur" mais c'était un peu trop long à dire. Faudrait que je trouve un autre nom .

    Originally posted by gogorafido
    2) un détail aussi, prend garde à ne pas utiliser des "rebondissements" qui donnent du rythme à l'intrigue mais qui sont moyennement crédibles.

    Je pense à trois choses,

    1 l'arrestation du gouverneur en place, on peut pas tellement dire qu'elle soit "hyper préparée", le pilote futur chef de la garde est même pas au courant, ton héroine a de la chance que ca se passe bien (ok ce point c'est très discutable).
    Ca se passe bien parce que les hommes du Ghis tiennent la police mais c'est vrai que c'est à revoir (surtout ce pauvre Kaj).

    Originally posted by gogorafido<div class='quotetop'>QUOTE(gogorafido)</div>
    2 la nomination de kaj. Surprise, Kaj t'as une promotion. Heureusement que t'as pas de famille, pas d'affaire à récupérer dans ton précédent appart, pas de clés à rendre, pas d'amis à qui dire au revoir, pas de chat que t'as laissé à ton voisin.

    Le pauvre kaj il vient avec 2 slips de rechange, déposer l'ambassadrice et hop... il se retrouve bloqué deux ans... Elle pouvait pas lui dire avant le départ, non non non c'est moins drole.[/b]
    Je vais revoir ça aussi pour appliquer les précédentes remarques de Loth et Galathée ('vais mettre des flashbacks).

    gogorafido

    3 pour donner des info au lecteur tu utilises un questionnement des personnages. CA se fait beaucoup en bd sauf que... je trouve pas top crédible que l'ambassadrice ne sache pas le nom de la ville ou elle est en poste, que le pilote ne sache pas qu'il y ait que 5 villes...

    ah et pour la route "gérant" ca fait petite boite, "président" c'est mieux non?
    Sauf que je prévoyais de dire plus tard que l'Ambassadrice a été nommé à la dernière minute . Et le pilote, selon le raisonnement précédent, il avait que 2 slips de rechange XD. (oui je sors encore).

    Originally posted by Galathée<div class='quotetop'>QUOTE(Galathée)</div>
    * Un bête détail spécial lecteurs de la CC... Aelis, c'est le prénom de l'héroïne des Damnées d'Althéa... Peut-être varier les patronymes? (non, je sais, c'est bête, mais du coup, ça place déjà une attente de ma part sur le personnage... je vais faire abstraction).[/b]
    Je changerai ça, je savais pas .

    Galathée

    * Point de vue stylistique, tu souffres à mon avis du même défaut que moi. Je ne sais pas si c'est un véritable défaut, d'autres le diront, mais en tout cas, personnellement, il me dérange dans ma propre prose, et donc m'interpelle dans la tienne: cette propension à faire commencer les phrases par "Elle" + passé simple. Je sais que c'est dur de faire autrement, mais nous devons trouver une solution! Peut-être n'est-il pas nécessaire de décrire toutes les actions? Je n'en sais rien, comme je te le dis, c'est un problème partagé...
    C'est vrai mais je pense que, malheureusement, ça se voit encore plus parce que ya pas vraiment de scènes d'action.

    Originally posted by Gogorafido
    Edit: et après pour contredire Galathée devil.gif un des meilleurs romans de SF (à mon sens), "Fondation" commence par l'arrivée d'un scientifique sur la planète Trantor, tu es donc à bonne école.
    Fondation, un des mes bouquins favoris .

    Originally posted by QDI
    Tout d'abord, ça fait terriblement penser à Dune... En fait, c'est le même début (arrivée d'un groupe sur une planète très hostile pour la gouverner). A cela s'ajoute les "citations" en tête de chapitre, tout à fait dans le genre de celles de Dune.
    Je suis en train de lire Dune en ce moment même si à la page 76, le voyage vers Dune n'a même pas commencé . Pour les citations en tête de chapitre, ce n'est pas inspiré de Dune. Dans un bon nombre de livres de SF (Fondation par exemple), il y a ce genre de choses et je trouve ça très pratique pour poser le récit.

    Originally posted by QDI
    Question de vocabulaire d'abord. Tu dis que les indigènes font un amalgame entre "tonnerre" et "foudre" et qu'ils nomment donc "parafoudre" ce que nous appelons "paratonnerre".

    Le problème est ici que nous faisons nous même déjà cet amalgame. Je m'explique : le tonnerre est une manifestation sonore de la foudre. Hors, les "paratonnerres" ne nous protège que de la décharge électrique, pas du bruit qu'elle fait (vous entendez toujours les éclairs, même s'ils tombent sur un "paratonnerre") et devraient donc être nommés des "parafoudres" par nous même (irl).

    Je ne sais pas si je suis clair (dites moi si ce n'est pas le cas), mais dire que les autochtones font un amalgame alors que c'est nous qui en faisons un, ça me semble bizarre. En gros, ils ne font pas d'erreurs, ils corrigent la notre.
    Ce tu dis est vrai mais dans notre langage, on dit un paratonnerre et seul les habitants d'un monde disent parafoudre, c'est donc eux qui sont pas méchants et pas beaux .

    Originally posted by QDI
    Ensuite, une remarque sur l'Avaro. Ce type de matériau me semble difficile, sinon impossible à concevoir, étant donné que les conducteurs conduisent naturellement le courant en surface et qu'il y en a très peu à l'intérieur... mais bon, c'est de la SF.
    J'ai jamais dis qu'il était conçu artificiellement et puis oui, c'est de la SF .

    Merci à tous d'avoir lu et d'avoir critiqué aussi précisément . Demain, je vais revoir les deux premiers chapitres et commencer le troisième !

    Edit: ya un problème bizarre avec les quotes, désolé.

    Re-édit: problème réparé ? euh par contre je vais revoir les chapitres lundi ou mardi, désolé.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  12. #12
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Voici donc la nouvelle version du début de l'histoire. J'ai fais de mon mieux pour tenir comptes de vos nombreuses remarques . J'espère que ça vous plaira comme ça !

    Chapitre premier

    « La Congrégation des Planètes fut fondée il y a plusieurs millénaires après la chute du Consortium qui fut jadis le plus vaste rassemblement de mondes. Sa chute était juste, c'est notre Seigneur et Maître, le grand Yénaos, qui détruisit cette nation impie. »
    Extrait de « Histoire sommaire de la Congrégation » par Hermaol Anakir, ancien Yéanos-kir(1).

    C'était l'aube sur Alabrinor. Les rayons du soleil bleu perçaient entre les tours imposantes où à toute heure du jour et de la nuit, on traitait des affaires, des contrats étaient signés, des alliances de faisaient et se défaisaient. Une vaste étendue fleurie séparait le centre-ville de la Chambre de la Congrégation. Le majestueux bâtiment pyramidal aux parois de verre était coiffé d'une tour pointant vers les cieux, « Le Sanctuaire ». Les marches de la Chambre étaient désertes, et l'on n'entendait rien hormis le bruit sourd du balais contre le marbre. Alors qu'un Zharal, un être de classe D au corps couvert d'épines, nettoyait le sol, une femme commença l'ascension des marches. L'attention du Zharal fut détournée de sa tâche par la beauté de la jeune humaine. Il l'avait déjà vue plusieurs fois sur l'holovision. Il aurait reconnu cette longue et lisse chevelure couleur rouge sang et ces yeux noirs entre mille. C'était Sikarra Kanalba. Vêtue d'une robe blanche qui révélait ses chevilles, elle passa devant le Zharal sans même lui accorder un regard. Elle était suivie de près par une autre femme au visage austère portant ouvertement une arme à son côté. Ses épaules étaient larges et ses muscles apparents. Elle portait une combinaison grise couvrant tout son corps. Alors que les deux femmes arrivaient en haut de la volée de marche et qu'elles s'engouffraient dans la pyramide, le Zharal reçu une décharge électrique dans la nuque. Il avait été inactif trop longtemps et son collier de contrôle le lui rappelait. Après cette brève interruption, il se remit au travail se disant que de s'être trouvé si près d'une telle femme – Sikarra – allait éclairer sa journée.

    Le grand hall de la chambre était vide. Les pas des deux femmes résonnaient sur les dalles de marbre. S'approchant d'un bureau proche de l'entrée, Sikarra se racla la gorge détournant la secrétaire de son moniteur. Affichant une moue dubitative sur sa peau bleue, la secrétaire mi-humaine mi-Aario passa un doigt sur sa tempe près de la fine ouverture qui lui servait d'oreille et dit d'une voix monocorde.

    « Inquisitrice Kanalba. Vous êtes attendue au Sanctuaire. »
    « Je sais, indiquez moi quel ascenseur je dois prendre. »

    La secrétaire cilla à plusieurs reprises avant de répondre.

    « Turbo-ascenseur numéro 1-1-3-8. Quatrième sur votre gauche. Bonne journée. »

    Mettant ainsi fin à la conversation, la secrétaire, une « bâtarde » mi-humaine donc de classe B, revint à son holo-écran où elle passait inlassablement en revue le programme de la journée.

    « Je n'aime pas l'idée qu'une classe B soit en charge de la logistique de la Chambre, grogna l'autre femme alors qu'elles attendaient l'ascenseur. »
    « Moi non plus Esméra, mais de toutes façons c'est l'ordinateur qui travaille. Elle n'est qu'une coquille vide tant que le réseau « synaptique » est connecté à son système nerveux. Ha ! Mais voilà notre ascenseur. »

    En quelques dizaines de secondes, l'élévateur s'arrêta et une voix digitale résonna en son sein.

    « Sanctuaire, avant-dernier niveau. »

    La porte s'ouvrit sur une salle circulaire vitrée avec en son centre une plate forme ronde et une ouverture de même taille dans le plafond juste au dessus. Sikarra se tourna vers Esméra et lui posa une main sur l'épaule.

    « Esméra, tu dois m'attendre ici. Seul les inquisiteurs peuvent pénétrer dans la chambre du Haut Conseil. »
    « Mais, vous êtes ma Chaik ! On pourrait vous attaquer ! »
    « Rassure toi, il ne m'arrivera rien. Tu es une bonne Imhpâ. Sûrement la meilleure depuis des générations. Mais là où je vais, tu ne peux me suivre. Ce ne sera pas long. »

    L'Imhpâ savait que sa Chaik avait raison. Elle alla s'appuyer contre la paroi vitrée, ne s'attardant pas sur la vue impressionnante sur Alabrinnor qu'offrait l'avant-dernier niveau du Sanctuaire. Sentant le désarroi de son Imhpâ, Sikarra posa, à regrets, les pieds sur la plate forme qui s'éleva aussitôt la conduisant dans une salle pyramidale. Elle s'immobilisa au centre d'une table triangulaire. Derrière chaque côté du triangle se trouvait un homme assis dans l'ombre. La lumière tamisée de la pièce tombait uniquement sur Sikarra l'empêchant de voir les trois hommes. Ils étaient cachés, invisibles, mais Sikarra les connaissait eux et leurs voix.

    « Inquisitrice Sikarra Kanalba ! commença une voix forte mais peu virile. Vous êtes prompte à répondre à notre convocation. C'est là une vertu appréciée de Yéanos. Je vous en félicite. »
    « Merci à vous, Yéanos-kir. »
    « Pourquoi pensez-vous être ici ? demanda une autre voix, calme et posée. »
    « J'imagine que le Haut Conseil souhaite me confier une mission, répondit Sikarra humblement. Suis-je dans le vrai, Azarg ? »
    « Sans aucun doute ! affirma la troisième voix, virile et rassurante. »
    « Je le pensais bien, Ghis. Quelle est la nature de cette mission ? »
    « C'est plus qu'une mission ! s'exclama le Yéanos-kir. C'est un don de Yéanos ! Inquisitrice Kanalba, le Haut Conseil de la Congrégation des Planètes fait de vous sa représentante sur le monde éloigné de Taranis ! »

    Sikarra en resta bouche bée. On lui accordait le titre de Grande Inquisitrice. Elle aurait une planète sous sa coupe. Elle n'en croyait pas ses oreilles quand elle répondit, troublée.

    « Je suis honorée d'une telle preuve de confiance de la part du Haut Conseil. Soyez assurés que je servirai Yéanos et la Congrégation au mieux. »
    « Ha ha ha ! s'esclaffa le Ghis. Ce n'est pas un cadeau que nous vous faisons, Inquisitrice. Taranis est une planète conflictuelle. D'ailleurs... »
    « Assez ! coupa le Yéanos-kir d'une voix tonitruante. Cela n'est pas le sujet. Inquisitrice, vous vous entretiendrez avec le Ghis plus tard pour les détails. Pour l'heure, veuillez répondre à cette question. Acceptez-vous le poste de Grande Inquisitrice de la Congrégation sur le monde de Taranis ? »

    Hésiter eut été une pure folie. Le conseil pourrait la jeter en prison si elle refusait. Ou pire. Il pourrait la rétrograder. Faire d'elle une classe E ... une esclave, du même rang que les non-humanoïdes. A cette pensée, elle frissonna.

    « J'accepte avec joie, Ô Yéanos-kir ! »
    « Cela est parfait, dit l'Azarg. Votre suite vous suivra-t-elle ? »
    « Ma suite se résume à mon Imhpâ, Azarg. Elle me suivra, comme elle l'a toujours fait. »

    Sikarra sentit que l'atmosphère était devenue plus oppressante. Et, alors qu'un blanc s'installait, elle poursuivit.

    « Je suis sa Chaik et nul ne pourrait la séparer de moi. A l'heure actuelle, elle souffre de devoir se trouver à un endroit différent du mien. »
    « Et vous n'en souffrez pas ? fit le Yéanos-kir en ricanant. »
    « Non, répondit Sikarra d'un ton incisif. L'Imhpâ est formée pour se soucier de sa Chaik. Elle ne vit que pour la Chaik, tandis que cette dernière est éduquée pour considérer l'Imhpâ comme un simple compagnon. »
    « Je vois, affirma l'Azarg. Les traditions de Glaranost sont intéressantes... »
    « Bien ! fit le Yéanos-kir Voilà qui conclut cet entretien. Inquisitrice ! Que Yéanos vous protège ! »
    « Gloire à Yéanos, déclarèrent les membres du conseil. »
    « Gloire à Yéanos, répéta Sikarra. »

    Alors, la plate forme redescendit.


    (1)«Kir » signifie « Elu » dans la langue divine.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  13. #13
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 548
    « Mais, vous êtes ma Chaik ! On pourrait vous attaquer ! »
    « Rassure toi, il ne m'arrivera rien. Tu es une bonne Imhpâ. Sûrement la meilleure depuis des générations. Mais là où je vais, tu ne peux me suivre. Ce ne sera pas long. »
    C'est curieux, ces titres me rappellent vaguement quelque chose

    Sinon, c'est un bon début... Mais mystérieusement, d'un coup, ces personnages me paraissent beaucoup moins sympathiques :notme2:

    Et Mr QDI, pour les citations en début de chapitre, il n'y a pas ça que dans Dune Dans un style totalement différent, lis l'Assassion Royal, par exemple
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  14. #14
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Comme je l'ai déjà dis plus haut, les citations en tête de chapitre je l'ai vu dans Fondation, Dune et même dans Skinn Mac Dana (vous connaissez pas hein ? c'est le roman de science fantasy de Gilles Servat). Bref, c'est propre à la SF et la Fantasy .
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  15. #15
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    C'est marrant on n'a plus l'impression de lire la même chose.

    Je suis d'accord avec Arkseth, c'est un bon début.

    Pour le capital sympathie des personnages... je ne me prononce pas pour l'instant.

    Juste: 1) Dans la première version j'aimais bien les références à la nudité et à la "sensualité" de marcher pieds nus. Souvent dans les récits de SF l'aspect "corporel" est totalement gommé, comme si les personnages n'avaient pas de sens tactile.

    Bon c'est vrai que pour l'instant il n'y a pas de raison que ton héroine soit nue, c'était juste pour dire, "remets ce genre de chose dans ta nouvelle version", personnellement,
    c'est ce genre de détails qui m'a fait accroché à la lecture de ton oeuvre.

    2) Fait attention avec toutes les appelations "exotiques" Zharal et autres, c'est bien, il en faut ca peut donner de la profondeur à ton récit, mais il ne faut pas en abuser (je n'ai pas dit que tu en abusais) sinon on arrive à l'effet inverse, ca fait "collage".

    Voila encore merci de nous offrir ta prose :fleur: et ... on attend la suite.

  16. #16
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    T'inquiète pas, je compte pas non plus parler de trop d'espèces (vu que les humains sont dominants) et pis sur Taranis ya que les colons et les Taranns.

    Pour ton autre remarque, vis à vis de la sensualité et de l'aspect corporel, je compte bien réutiliser cette partie là du récit .

    Et c'est vrai qu'on a plus l'impression de lire la même chose, j'ai eu beaucoup d'idées entre l'écriture des deux versions. J'ai cherché à faire original. Je me suis qu'une théocratie qui méprise les non-humains pouvait être une voie intéressante à explorer.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  17. #17
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 552
    J'abonde dans le sens de mes prédécesseurs: je trouve cette entrée en matière beaucoup plus prometteuse que la première version... Et ce n'est pas plus mal si les personnages ne nous apparaissent pas d'emblée sympathiques: nous avons le temps de les découvrir !

    Pour ce qui est de la corporalité-sensualité, je ne me prononce pas. Je n'ai pas l'impression que la SF en soit si avare (je pense à Philip José Farmer, par exemple, qui adore la corporalité), mais nous verrons comment tu la gères... Je reste donc "open-minded"...

    Bonne continuation, bonne écriture et surtout... bon amusement!
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  18. #18
    Date d'inscription
    juin 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433
    Du bon boulot pour sûr. C'est déjà beaucoup plus original : même si maintenant ça fait inmanquablement pensé au Meilleur des Mondes, cela reste très différent donc pas de problème.

    Deux trois détails qui me viennent.

    1/

    « Je suis sa Chaik et nul ne pourrait la séparer de moi. A l'heure actuelle, elle souffre de devoir se trouver à un endroit différent du mien. »
    « Et vous n'en souffrez pas ? fit le Yéanos-kir en ricanant. »
    « Non, répondit Sikarra d'un ton incisif. L'Imhpâ est formée pour se soucier de sa Chaik. Elle ne vit que pour la Chaik, tandis que cette dernière est éduquée pour considérer l'Imhpâ comme un simple compagnon. »
    « Je vois, affirma l'Azarg. Les traditions de Glaranost sont intéressantes... »
    Cela m'a paru un peu bizarre que quelqu'un sache ce que sont Chaik et Imhpâ (il connaît visiblement le principe) mais semble quand même chercher des informations sur le sujet ("je vois"= je ne savais pas avant je commence à comprendre).

    2/

    Quand elle arrive au conseil, tu mets deux fois "virile" en quelques lignes.

    3/

    Tu précises deux fois les origines de la secrétaire, une suffit je pense

    4/

    Ton début est TRES TRES bien (1er paragraphe), vraiment TRES bien

  19. #19
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Tout d'abord merci Galathée :fleur: .

    @QDI: Le meilleur des mondes n'est pas ce qui m'a inspiré la classification des races. C'est venu tout seul quand j'ai commencé à décrire une théocratie homophobe.

    Ensuite, le conseil sait ce que sont l'Imhpâ et la Chaik parce qu'ils connaissent déjà (bien, mais ça vous le saurez plus tard) Sikarra. Et comme ya un blanc, elle se sent obligé d'approfondir . Le "Je vois" de l'Azarg c'est plus pour dire, je savais déjà ce que c'était mais là je comprends mieux.

    Les origines de la secrétaire, faut que je vois comme introduire mieux le fait que les bâtards sont classe B .
    Et merci de ta réaction vis à vis de mon premier paragraphe, c'est ce qui m'a prit le plus de temps (remerciements spéciaux à Ombre et Kerdän qui m'ont aidé sur une phrase qui bloquait).
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  20. #20
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Voici venir le chapitre 2. Désolé du délai mais j'ai manqué de temps et d'inspiration jusque là.

    Chapitre second

    « Chaque monde de la Congrégation a une délégation qui siège à la Chambre. Cette délégation est composée d'individus de classe A ou B (C le cas échéant). [...] La Chambre propose des lois et vote leur application. L'approbation suprême reste entre les mains du Haut Conseil. En cas de désaccord au sein du conseil, la décision appartient au Yéanos-kir. [...] La Composition du Haut Conseil fut ordonnée par Yéanos. Les trois membres de ce Conseil sont le Yéanos-kir, qui est le chef suprême de la Congrégation et le plus haut représentant de l'Eglise, le Ghis, qui représente la justice, la police, l'armée et la diplomatie et enfin l'Azarg dont les attributions sont l'économie, la culture et l'éducation. »
    Extrait de « Les institutions de la Congrégation » par Gheorg Anoush, professeur de droit de l'université d'Ogmios.

    Quelques minutes plus tard et après un nouveau trajet dans les dédales d'ascenseur et de couloirs du palais de la Chambre, Sikarra était assise dans un confortable sofa faisant face à une immense baie vitrée surplombant les jardins de la Chambre. Elle se prit la tête entre les mains afin de faire du tri dans ses pensées. Elle venait d'hériter d'un poste très important sur une planète inconnue. Elle quitterait bientôt Alabrinor. C'était une nouvelle page de sa vie qui se tournait. Absorbée par sa réflexion, elle n'entendit pas la porte qui s'ouvrit derrière. Un homme venait de pénétrer dans la pièce. Il s'approcha du sofa doucement et posa délicatement ses mains sur les épaules de Sikarra en lui murmurant à l'oreille.

    « Bonjour mon amour. »

    Elle sortit de sa rêverie et déposa un baiser sur les lèvres de l'homme. Il vint s'asseoir près d'elle et lui prit la main. Il était grand et avait les cheveux d'un bleu intense et sombre, à l'image de celui de ses yeux. Les boucles de ses cheveux tombaient élégamment sur son front et son visage d'ébène.

    « Bref, commença Sikarra, je... »
    « Tu voudrais savoir si j'ai profité de ma position de Ghis pour t'obtenir ce poste. La réponse est non. Je ne suis pas intervenu. J'ai juste approuvé une suggestion émanant de l'Azarg avec le consentement du Yéanos-kir. Ce poste de Missionnaire te revient de droit. »

    Sikarra tiqua et eut un léger mouvement de recul, desserrant son étreinte sur la main du Ghis.

    « Missionnaire ? Je croyais être Haute Inquisitrice. Le titre de Missionnaire n'est plus attribuée depuis des décennies. »
    « Je sais, ma douce, répondit Bred en caressant la joue de Sikarra de sa main libre, mais c'est ainsi. Tu possèdes toutes les prérogatives d'une Haute Inquisitrice. Tu portes le titre de Missionnaire car ta mission est plus importante. »
    « Mais que signifie ce titre ? »
    « Le rôle d'un Missionnaire de la Congrégation est, en plus d'administrer une planète, de convertir la population locale à la voie de Yéanos. »

    Le visage de la jeune femme blêmit si rapidement que Bred se demanda si sa main en contact avec sa joue allait blanchir. Repoussant le Ghis, elle se leva et commença à marcher dans tout les sens en ruminant.

    « Quelque chose ne va pas ? osa le Ghis timidement. »
    « SI CA NE VA PAS ? beugla Sikarra si brusquement que Bred sursauta sur son siège. J'ai étudié le droit et la diplomatie pendant six longues années. Je suis au service de la Congrégation depuis sept années. Sept années de bons et loyaux services. Et voilà que pour me remercier on m'envoie convertir des barbares ? »

    La respiration haletante et les yeux exorbités, Sikarra fixait Bred.

    « Tu as terminé ? demanda-t-il d'un ton visiblement agacé. La situation est légèrement différente, ajouta-t-il en venant se placer devant la femme. »
    « Et en quoi ? rétorqua-t-elle sur la défensive. »
    « Le monde en question, Taranis, est propriété de la Congrégation depuis bientôt neuf ans. Les colons humains s'y trouvent depuis des décennies et ils sont originaires de la Congrégation. »

    Le calme revint en Sikarra et ses joues rosirent lorsqu'elle demanda.

    « Et... en ce cas, qui dois-je convertir ? »
    « Les indigènes. On les nommes les Taranns. »

    Il s'approcha d'un bureau qui se trouvait à l'autre bout de la pièce circulaire et pressa quelques boutons. Un hologramme jaillit du centre du bureau affichant une représentation en trois dimensions d'un humanoïde qui était assez similaire à un humain à l'exception de la peau écailleuse.

    « Les naturalistes supposent que les Taranns sont originaires de ce monde, expliqua Bred. Mais une théorie adverse prétend qu'ils sont à la base des humains qui se sont adaptés aux conditions de vie sur Taranis. »

    Sikarra s'était détendue. Elle s'approcha de Bred et s'appuyant sur le bureau avec ses coudes, elle demanda.

    « Parle moi donc des conditions de vie sur Taranis. Je suis curieuse de les connaître. »
    « Oh tu vas voir, c'est exotique. »

    Il pianota sur un clavier et le Tarann s'évapora, laissant place à une sphère sombre.

    « La planète, commença le Ghis, est couverte d'un orage permanent. On ne sait pas vraiment pourquoi, il y a des tas de théories dont l'Azarg m'a parlé mais ça n'a rien d'intéressant. On dénote quelques chaînes de montagnes et des ravins dans le relief de la planète. C'est à peu près tout. Les villes sont souterraines. »

    Alors qu'il parlait, des points s'affichèrent sur le globe.

    « On en compte une douzaine. Elles sont reliées entre elles par un réseau de galeries. La capitale se nomme Bélisama et elle est peuplée d'un peu moins d'un million de personnes. Des humains et des Taranns. Bélisama se situe à l'extrémité de ce que l'on nomme « Le Corridor de Taranis ». Je t'expliquerai ce que c'est plus tard. Tu as des questions, amour ? »
    « Est ce que tu m'aimes ? fit elle en souriant. »
    « Oh non, Yéanos m'en garde. Non, mon cas est bien pire. »

    Affichant une moue attristée, elle implora son amant du regard.

    « Tu vois, poursuivit-il, je ne t'aime pas. Je t'adore. »

    La jeune femme bondit littéralement et se jeta dans les bras du Ghis et ils s'embrassèrent amoureusement. Ils finirent par s'allonger sur le sofa. La tête posée sur la poitrine de Bred, elle lui demanda.

    « Comment peut-on se poser sur Taranis malgré l'orage ? »
    « C'est là que le fameux Corridor entre en scène. Il s'agit d'un vaste tunnel. Il traverse l'atmosphère de Taranis et ressort au delà de la couche nuageuse permettant aux vaisseaux de s'y engouffrer. Nul ne sait exactement à quand remonte sa construction mais on suppose que ce serait l'oeuvre de l'Empire Gottan. »

    Apeurée, la jeune femme se releva légèrement.

    « L'Empire Gottan ? répéta-t-elle. »
    « Oui, fit Bred gêné, Taranis ainsi que les autres mondes du système Bélénos étaient autrefois sous la juridiction de l'Empire Gottan mais il les a perdu dans le traité de la dernière guerre. La présence de la Congrégation sur Taranis revêt également une importance stratégique et militaire. »
    « Je comprends... enfin je crois. »

    Puis, d'un accord tacite, ils mirent fin à ce briefing et restèrent simplement en amoureux tandis que Esméra, installée tranquillement au niveau inférieur se reposait, sachant sa Chaik en des mains dignes de confiance.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  21. #21
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Ca vallait la peine d'attendre :happy: .

    J'aime bien ce nouveau démarrage de ton roman, j'avoue que je ne m'attendais pas à la liaison entre ton héroine et le Ghis.

    Juste quelques remarques assez subjectives (donc contestables) et mineures.

    1) sur le mode de gouvernement. J'étais d'abord dans l'idée d'une "théocratie dictatoriale". Le petit paragraphe d'introduction du deuxième chapitre (ca a un nom mais... impossible de m'en rappeler) laisse entrevoir en fait une "théocratie parlementaire".

    Je pense que ca serait pas mal à moment donné que tu précises comment sont choisis les membres des délégations qui siègent à la Chambre. J'imagine assez bien des membres du clergé choisis par exemple par les inquisitueurs... (donc pas si démocratique que ca le système).

    A moment donné aussi il faudra que tu donnes plus d'information sur le "dogme" de ta religion. Pour l'instant à part le vocabulaire religieux, inquisiteur, conguégration... on se sent plus dans un modèle fasciste fondé sur l'inégalité des races que dans une théocratie.

    Peut être une petite coloration avec des rites aiderait? les religions adorent les rites ou rituels (en entrant dans une pièce, en fonction de l'heure, une prière un geste, un salut à une icone, une bougie qui brule, une sonnerie d'appel à la prière.... fais toi plaisir invente).

    2) sur l'ignorance de Sikarra quant au monde sur lequel elle va.
    Ca passe mieux que dans la première version. Mais à moins que dans ton monde il y ait des milliers de mondes habités (et auquel cas, il faut l'indiquer) , je ne suis toujours pas complètement convaincu.

    Qu'elle ait besoin d'un brieffing d'accord, qu'elle ne soit pas spécialiste du monde ok. mais quand même, elle a même pas les bases. Si tu fais une comparaison avec notre monde à nous, je suis sur que tu as un minimum d'information sur les 180 / 200 pays qui composent notre bonne vieille planète. Ou ca se trouve en gros, la religion des gars, des infos sommaires sur le climat, la situation économique.

    En plus tu n'es pas diplomate comme ton héroine.

    Je pense que tu n'as pas besoin de tout réécrire et que ca peut s'adapter facilement, par exemple Sikarra qui une fois ou deux coupe son partenaire pour dire je sais tout ca, "oui le fameux corridor qui troue la couche... et dont on attribue la construction à l'empire..." pof tu repasses la parole au Ghis "exactement ...(et qui nous parle du traité)" et... l 'affaire est dans le sac.

    3) On a une scène intime mais sans grande sensualité. j'aimais bien dans ta première version ce genre de précision "Elle frissonna lorsqu'elle sentit le contact du sol avec ses pieds." voila la il s'embrasse, se touche... on se sait rien des sensations que cela leur procure. Ca fait (très) vieux couple englué dans la routine.

  22. #22
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Merci de ta rapide réponse .

    Pour les rites, la religion et le gouvernement, ça viendra mais je ne voulais pas vous barber avec tout d'un seul coup.

    Et pour le fait qu'elle ne connaisse que très peu le monde en question, c'est assez simple. Déjà que je l'explique, Taranis ne fait partie de la Congrégation que depuis quelques années. Cette congrégation compte plusieurs centaines de planètes à travers au moins 3 galaxies (je sais, je ne l'ai pas encore dis).

    Pour la scène intime, je n'ai pas trop su comment faire mais ça vrai qu'à la relecture, ça fait vieux couple . Faudra que je retravaille ça.

    Merci bien de tes commentaires .
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  23. #23
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Originally posted by Duorok Gutrash+samedi 14 juillet 2007 à 14:44--><div class='quotetop'>QUOTE(Duorok Gutrash &#064; samedi 14 juillet 2007 à 14:44)</div>
    Merci de ta rapide réponse . [/b]
    héhé c'est que je surveille le sujet.

    Duorok Gutrash
    @samedi 14 juillet 2007 à 14:44
    Pour la scène intime, je n'ai pas trop su comment faire mais ça vrai qu'à la relecture, ça fait vieux couple tongue.gif. Faudra que je retravaille ça.
    Elle pose sa tete sur sa poitrine. Des odeurs? Un parfum? une chaleur corporelle, le bruit d'un coeur qui bat, d'une respiration (dans le cou?) un sentiment de bien être? un désir? une main qui joue avec un boucle de cheveux, qui descend le long du dos?

    ta pas besoin de faire du X hein.


  24. #24
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Merci de tes conseils . Je me resservirai de ça pour retravailler une partie du chapitre .
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  25. #25
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 552
    Comme gogorafido, j'aime mieux ton nouveau départ, même s'il nous ramène en arrière plutôt que nous projette en avant (cfr. mes tous premiers commentaires). Mais ton univers prend mieux corps, on en ressent plus clairement les spécificités. Personnellement, ça ne me dérange pas de les découvrir peu à peu plutôt que de lire un paragraphe ou deux sur l'organisation du système. Je préfère ces contenus intégrés à l'intrigue, quand c'est bien sûr possible.
    Quant aux scènes romantiques, c'est toujours casse-gueule de ne pas virer dans le cliché. Mais je pense que tu peux y revenir par la suite. Moi ce qui me frappe à ce stade, c'est que ce couple n'a pas l'air de s'en faire des masses à l'idée d'être séparés par des milliers d'années lumière, mais peut-être ne suis-je pas assez carriériste... :350: Je reconnais aussi qu'un échange sur ce thème est potentiellement... pas évident!
    Sinon, je n'ai pas grand chose à dire, j'attends la suite avec impatience!
    Courage et inspiration sont ce que je te souhaite!!! :fleur:
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  26. #26
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Mode revendications ON

    On veut la suite !! on veut la suite !!

    Mode revendication OFF

  27. #27
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Cela viendra en temps et en heure . Je termine le boulot demain, après j'ai mon ptit week end tranquille donc je m'attaque à ça probablement mercredi !
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  28. #28
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Yahou :fleur::fleur::fleur:.

    Par contre, je me casse en vacances (yahou aussi).

    Je lirai ca à mon retour (nerf les retours).

Discussions similaires

  1. [Lieu-dit] Le bosquet des foudres
    Par Beorn Devir dans le forum Les Terres du Basilic
    Réponses: 73
    Dernier message: 24/09/2006, 22h59

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250