Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 86

Discussion: Nivelle Guise

  1. #1
    Cristal Invités
    'jour tout le monde ! well pour ceux qui aiment lire et qui rôdent sur ce forum, voilà pour l'instant le premier chapitre d'un roman de Fantasy... c'est l'histoire d'une demoiselle qui fait son nid dans un monde de Centaures ( ) , de double mystérieux ( ) et autres bricoles un peu magiques ( :love: ) dont vous êtes censés raffoler puisque vous traînez dans les parages :notme:
    well j'espère que vous aurez le courage de lire au moins ce premier chapitre et plus s'il réussit à vous plaire... !
    Any comments are welcome

    PS : je sais, c'est super long, mais je ne sais pas où couper... sorry !

    1 - Où l’on apprend dans quelles circonstances Nivelle Guise est venue au monde

    Guillaume Sagace était un homme riche, fier, et renfermé sur lui-même. Seuls ses clients bénéficiaient de ses attentions, et parfois de son affection. Il s’était marié par respect de la tradition, pour obtenir la bienveillance de la bonne société de la ville d’Ajistre. Il avait rempli ses obligations conjugales afin que ne transpire pas au dehors des murs de sa villa le manque d’amour qui régnait chez lui.
    Guillaume Sagace ne comprenait pas à quoi pouvait bien servir sa femme. Celle-ci, cherchant à attirer les regards de son époux par tous les moyens qui lui venaient à l’esprit, avait fini par croire à ses comédies et à se trouver dans un état de maladie perpétuel. Si on en croyait ses plaintes et ses gémissements, elle aurait dû se retrouver morte par dix fois depuis son mariage. Tentant de rétablir ce travers dans sa vie, elle avait comme M. Sagace centré toutes ses distractions et ses empressements sur elle-même et délaissé leurs quatre enfants.
    Leur troisième, Nivelle, ayant grandi comme ses frères et sœurs sans tendresse et sans complaisance, que ce fut de la part de son père ou de sa mère, avait forgé son caractère à la recherche de cette affection qu’on lui refusait. Elle ne tâchait pas d’attirer l’attention, bien au contraire : toute son attitude n’était qu’effacement et soumission. Elle essayait de se faire aimer par l’obéissance, espérant obtenir de la gratitude en retour, et méprenait ce sentiment pour de l’amour. Malheureusement, ses petits services ne suffisaient pas pour sortir Guillaume Sagace de ses affaires ou bien sa mère de ses maladies illusoires.

    Un soir, la famille Sagace était réunie autour d’un dîner luxueux comme il en dégustaient quotidiennement. M. Sagace se trouvait dans une disposition d’esprit particulièrement sévère ce jour-là. Il avait invité son client le plus important à partager leur repas, et jouait une partie de sa fortune en quelques conversations.
    Lucien d’Ajistre, le Seigneur de la ville, l’homme le plus riche et le plus puissant de la région, dînait donc à la table des Sagace. Observant la famille de son négociant en armes, son regard s’arrêta sur ses deux jeunes filles. Bien que l’aînée eût logiquement dû retenir son attention, il préféra s’attarder sur la cadette. Plus jeune, elle était aussi bien plus jolie, son visage allongé encadré par une forêt de cheveux blonds et mangé par d’immenses yeux émeraudes. En revanche, elle était petite, mais cela n’avait jamais gêné Lucien d’Ajistre.
    Au cours du repas, Nivelle se rendit compte que le Seigneur d’Ajistre tournait souvent les yeux vers elle. Elle n’avait aucune idée de ce que cela pouvait signifier, mais elle aurait bien aimé qu’il prêtât plus de concentration au propos de son père : Guillaume Sagace serait de mauvaise humeur s’il ne réussissait pas à négocier son contrat avec son client.
    En quittant la maison, le Seigneur d’Ajistre exécuta un baisemain des plus élégants sur les doigts fins de Nivelle. Après le départ du grand homme, Philippe Sagace s’approcha de sa petite sœur :
    - Quel charme ! s’exclama-t-il.
    - Que veux-tu dire ? s’étonna Nivelle.
    - Voyons… tu es en âge, à présent. Il n’est que ta première victime.
    - Je ne comprends pas, murmura-t-elle.
    Désireuse de mettre fin à cette conversation qu’elle ne saisissait pas, Nivelle prit congé de sa famille et emprunta les couloirs de l’immense villa pour regagner ses appartements. Quans sa servant l’eût déshabillée, elle se mit au lit, mal à l’aise.
    Elle ne dormait toujours pas lorsque, plus tard dans la nuit, un bruit à sa fenêtre la força à sortir de ses draps. Effrayée, elle s’approcha doucement de la vitre quand l’étrange son se répéta : quelqu’un envoyait des cailloux qui frappaient contre le verre. Elle ouvrit la fenêtre avec hésitation et force tremblements.
    - Mademoiselle Nivelle ! souffla quelqu’un.
    Elle passa son joli visage à l’extérieur et scruta l’obscurité.
    - Qu’y a-t-il ? répondit-elle sur le même ton, sans savoir à qui elle parlait.
    - Le Seigneur d’Ajistre vous envoie cette lettre. Reculez-vous, je vous prie.
    Habituée à obéir, Nivelle ne posa aucune question et fit quelques pas en arrière. On lança une enveloppe qui atterrit à ses pieds.
    « Chère Mademoiselle Sagace, je vous en prie permettez-moi de vous appeler « chère » car vous êtes déjà objet de tendresse à mon cœur.
    Dès que je vous ai aperçue, le visage resplendissant à la lumière des chandeliers, j’ai su que j’étais destiné à cette rencontre. Pas un mot des plus remplis d’or et d’argent de votre père n’ont pu détourner mon regard de votre beauté.
    Je vous en prie, accordez à un cœur aimant une autre rencontre… Ne me laissez pas au désespoir ! Accordez-moi une entrevue demain soir à la douzième chandelle, au milieu de votre parc. Répondez favorablement, je vous en prie, ou je ne réponds plus de mes actes…
    Lucien, qui vous aime pleinement. »
    Tremblante, Nivelle s’assit sur sa couche. Mais on la rappela :
    - Que dois-je répondre à mon maître ? fit la voix.
    Par automatisme, elle se releva et s’avança vers la fenêtre. Une impression lui disait que cette lettre n’était pas une bonne chose. Mais quinze ans passés à essayer de plaire ne pouvaient s’effacer par un vague sentiment d’incertitude. Enfin, quelqu’un l’aimait ! Elle ne voulait pas risquer de perdre cette affection en refusant un rendez-vous. Elle ne se posait aucune question. Elle n'élaborait aucun plan, elle n’était pas intéressée. Elle souhaitait juste répondre à cet amour par son habituelle attitude de dépendance et de soumission.
    - Je viendrai, dit-elle.

    Le lendemain soir, à la lueur d’un rayon de lune perçant entre les nuages, elle descendit les grands escaliers de la villa et sortit dans le parc. Les hauts arbres qu’elle connaissait pourtant si bien paraissaient la menacer de mille malédictions. Elle arriva au milieu de l’allée. Lucien d’Ajistre s’y tenait, comme prévu, son serviteur était un peu plus loin… Nivelle sentit ses jambes se dérober sous ses pas. Elle savait qu’elle n’aurait pas dû se trouver ici, la nuit, avec un homme. Elle manqua de s’effondrer dans les bras du Seigneur de la ville.
    - Mon amour, murmura-t-il.
    Il la serra contre lui, baissa son visage contre celui de la jeune fille. Incapable de réagir, ne comprenant pas ce qui lui arrivait, elle le laissa l’embrasser.
    - Y a-t-il un lieu un peu moins exposé, chère âme ? demanda-t-il, toujours d’une voix douce à laquelle il était bien impossible de résister.
    - La fontaine, un peu plus loin… expliqua Nivelle d’un ton faible.
    Les mots lui manquant, elle leva la main vers une petite clairière en retrait de l’allée. Ils s’y dirigèrent, elle s’appuyant sur son bras pour pouvoir avancer.
    Un bruissement d’eau agréable et reposant émanait d’une élégante fontaine en marbre, qui était comme déposée sur un parterre d’herbe rase. Lucien d’Ajistre entraîna la jeune fille sur le rebord de la fontaine. La tenant toujours près de son corps, il commença à déboutonner le haut de sa robe. Elle ignorait ce qu’il comptait faire, mais elle ne savait pas s’indigner, se rebeller… dire non. Cela ne lui serait jamais venu à l’esprit.

    Lucien d’Ajistre lui demanda un rendez-vous pour la semaine suivante. Et un autre pour la semaine d’après. Jusqu’à ce qu’ils se promettent de se retrouver à la même chandelle, auprès de la fontaine, d’une façon régulière. Il laissait Nivelle l’appeler « mon amour » et parfois, quand il y pensait, répétait que lui aussi ne saurait se passer d’elle.
    Les Sagace vivaient dans cet état de coexistence passive tel qu’aucun membre de sa famille ne remarqua les changements qui s’opéraient en Nivelle. Elle ne parlait pas davantage qu’auparavant et, toujours aussi obéissante, conservait ses habitudes et ses tentatives pour plaire. Cependant un peu plus de gaieté animait ses gestes, on pouvait parfois l’entendre chanter dans les couloirs, ou même apercevoir dans ses yeux d’ordinaire si ternes un zeste de vivacité, de compréhension.
    Malheureusement, Lucien d’Ajistre était homme à s’ennuyer aisément. Il rencontra bientôt une autre jeune fille toute aussi fraîche, presque aussi ravissante que Nivelle à qui il consacra désormais ses soirée. Ainsi, un soir à minuit, Nivelle marcha jusqu’à la fontaine en dessous fins voilés par une robe légère, et attendit près d’une chandelle dans la nuit, et les étoiles pa-raissaient soudain moins belles une fois délestées de son rendez-vous galant. Enfin, des pas se firent entendre sur les graviers. Mais ce n’était pas là Lucien qui arrivait, pressé de s’excuser de son retard, ou enthousiaste à l’idée de la serrer dans ses bras. C’était son domestique, celui qui protégeait, semaine après semaine, leurs ébats nocturnes. Inquiète, anxieuse d’imaginer qu’il eût pu arriver quelque malheur à son amant, Nivelle se précipita vers le serviteur sans souci de décence.
    - Que s’est-il passé ? le pressa-t-elle alors qu’elle arrivait à sa hauteur.
    L’homme, conscient de la tâche qui lui était confiée, mais n’ayant guère plus de scrupules que son maître, ne prit pas la peine d’adoucir le choc.
    - Le Seigneur d’Ajistre ne viendra plus. Il souhaite rompre tout contact avec vous, Mademoi-selle. Bonne soirée.
    Et il s’en retourna sans oser lever les yeux vers les grandes gemmes verdoyantes qui brillaient au clair de lune.
    Nivelle n’eût pas le temps de pleurer –cela viendrait plus tard- et s’évanouit aussitôt qu’elle eût compris ce que signifiait cette terrible sentence. Le reste de la nuit s’écoula sans autre in-cident, et au petit matin le jardinier, arpentant les charmilles du parc comme il était payé pour le faire, râteau à la main, découvrit la jeune fille inerte, vêtue de ses parures éthérées. Sans oser se poser de questions, il la souleva dans ses bras robustes et la ramena toujours incons-ciente à la villa. Il envoya chercher M. et Mme Sagace, qui prirent les expressions que l’on attendait d’eux : les plus indignées, outragées, et indifférentes au visage de leur fille, qui avait prit une couleur légèrement bleue… Philippe Sagace, réveillé par les cris, lui le remarqua, et s’en inquiéta auprès de ses parents.
    - Il faudrait la mettre sous ses couvertures… et vite appeler un médecin… et un Prédicant, on ne sait jamais.
    Ils le regardèrent avec étonnement, comme s’il pouvait penser à cela dans un moment pareil. Puis ils finirent par se rendre compte que la mort de leur fille ne lui rendraient pas une tenue plus convenable et ne leur donnerait aucune explication pour cette nuit passée dehors, et ils convinrent qu’il était donc plus judicieux de la garder en vie.
    Le jardinier, qui commençait à flancher sous le poids de Nivelle, la porta jusque dans sa chambre. On le remercia, Philippe veilla sa sœur en attendant l’arrivée de l’homme de science et de l’homme de l’Ordre.
    Le médecin fut le premier. Il demanda à ce qu’on le laisse seul avec Nivelle. De l’autre côté de la porte, Guillaume Sagace faisait les cent pas, angoissé à l’idée que les domestiques ne commencent à répandre l’histoire en ville… Cela ne pouvait que nuire à sa réputation… s’il ne savait pas tenir ses filles, il pouvait tout aussi mal tenir sa boutique… Le médecin réappa-rut bien rapidement, mais le temps s’écoulait toujours trop lentement pour Guillaume Sagace.
    - Votre fille est d’une nature robuste, dit enfin le médecin comme M. Sagace ne posait aucune question. Ce n’est qu’un coup de froid, elle sera sur pieds dès ce soir. En revanche, et je ne sais si c’est ou non une bonne nouvelle, je me dois de vous annoncer que Mademoiselle Sa-gace est enceinte.
    Aux traits que prit le visage de M. Sagace, le médecin ne songea même pas à réclamer ses honoraires. Au portail, il croisa le Prédicant et lui indiqua qu’il était inutile qu’il se déplace plus avant… mais celui-ci, s’enquérant de l’état de Mademoiselle Sagace, voulut aller confesser la jeune fille de ses péchés. Ils étaient bien graves, puisqu’elle se retrouvait ainsi enceinte hors de tout lien matrimonial. Il voulait repaître ses chastes oreilles de tous les menus détails des errements de la demoiselle. Car ce serait la dernière fois qu’elle aurait recours aux services de l’Ordre : une femme portant la vie sans être passée par les sacrements de l’Ordre qui l’unissent à jamais à un homme était, par la loi de l’Unificateur, ostracisée sur-le-champ.
    Nivelle, à peine réveillée de sa terrible nuit et plongeant dans un nouveau cauchemar dont elle ne saisissait pas encore l’ampleur, recevait donc le Père Agénor à son chevet. Sa famille entière venait assister à sa déclaration, tous debout dans le coin près de la porte. L’autre frère et la sœur de Nivelle avaient été sortis de leur couche et observaient la scène d’un œil endormi, éteint. Mme Sagace pleurait de longues larmes de honte et M. Sagace ne lançait à ses filles que des regards pleins de colère. Seul Philippe comprenait ce qui s’était passé et était plein de pitié pour elle.
    La foi possédait une emprise considérable sur Nivelle, fort croyante. Elle se serait tuée au nom de l’Unificateur, et répondait aux questions intimes et répugnantes du Père Agénor, avec la naïveté emprunte de trouble et de timidité qui la caractérisait. Philippe se rendit vite compte de l’humiliation qu’on lui faisait subir, et préféra épargner cette déchéance à sa sœur. Bien entendu, le Père Agénor protesta, mais Philippe parvint à grands mots autoritaires à le faire raccompagner jusqu’au portail. Il força sa famille à laisser Nivelle se reposer et pleurer autant qu’elle en avait la force sur son sort. Le lendemain, Nivelle devrait quitter la ville, ainsi le voulait la loi pour celles que l’ordre public considérait comme des catins.
    Elle ne put déroger à la règle. Son père, dans un geste de bonté, mettait sa voiture et son cocher à disposition de sa fille, afin qu’elle n’ait pas à marcher jusqu’aux portes d’Ajistre. La famille Sagace serait bientôt remise de ces complications, et s’habituerait bien vite à l’absence de leur deuxième fille, si tant est qu’ils s’en rendraient compte. À nouveau, ce fut uniquement son grand frère qui vint lui témoigner affection à la chandelle du départ.
    - Nous ne nous reverrons jamais… murmura Nivelle, les joues ruisselantes, prête à monter dans la voiture. Ses valises avaient été faites en une nuit.
    - Non, lui confirma son frère. C’est interdit, tu le sais bien. Dis-moi, avant que tu ne partes, qui était-ce ?
    Nivelle comprit la question et pour la première fois de sa vie ne répondit pas à ce qu’on lui demandait. Elle se contenta de secouer la tête, incapable de prononcer ce mot qui lui était inconnu, « non ».
    - Tu as raison de ne pas me le dire. Je serais allé le tuer.
    Devant ses émeraudes épouvantées il osa rire, malgré la situation.
    - Oui, c’est ce que j’aurais fait. Je ne suis pas comme celui qui s’est joué de toi. Je suis toujours gentil avec Jeanne…
    - Tu la vois encore ? fit sa sœur. Mais… ton mariage est dans une semaine, non ?
    - Il n’y aura pas de mariage, déclara Philippe.
    - P… pourquoi ? balbutia Nivelle.
    Il l’aida à monter dans la voiture.
    - Je pars aujourd’hui, moi aussi. Je vais à Vinicia. Nivelle… Ton enfant, ajouta Philippe après une seconde de silence gêné, si c’est un garçon, appelle-le Philippe. Si c’est une fille, Nivelle. Peut-être que comme ça, un jour, si nous nous croisons, j’aurais la chance de reconnaître mon neveu. Elle hocha la tête, marquant son approbation.
    Le cocher vint refermer la portière. Nivelle passa la tête par le cadre.
    - Je suis désolé, Mademoiselle doit être sortie de la ville dans moins d’une demi-chandelle… je suis désolé, mais nous devons y aller, prévint le domestique.
    - Joyeux anniversaire… tu as seize ans aujourd’hui ! se souvint-il, débitant les mots avec précipitation, en une dernière tentative de quitter sa sœur sur une touche de gaieté. Tu es majeure !
    Ainsi écourtés, les adieux s’achevèrent sur une embrassade. Nivelle jeta un dernier coup d’œil à la villa bourgeoise de son père, puis le cocher monta à sa place. D’un coup de rêne, il provoqua le départ.
    Nivelle, sur la banquette de velours rouge, face à ses valises entassées, posa ses mains sur son ventre. Que de drames autour de ce petit cœur qui certainement ne palpitait pas encore en elle…
    Elle ne ressentait aucune haine envers Lucien d’Ajistre, et ignorait que cette émotion aurait dû la submerger à présent. Elle avait juste peur de ce qui allait advenir d’elle… Elle ne savait pas si elle pourrait survivre hors de sa villa. Elle qui n’avait jamais franchi les limites de son quartier… La distance la plus longue qui l’eût séparée de chez elle se comptait en nombre de pas. C’était pour aller à l’église, une fois par semaine. Elle pleura, pleura et pleura, jusqu’à ce que, sans que le temps eût paru s’écouler, le cocher vint frapper à la portière et l’informa qu’ils avaient quitté Ajistre.
    Le cocher était un brave homme. Il connaissait Nivelle depuis le berceau et avait pitié de la situation dans laquelle elle se retrouvait. Dans les montagnes, un peu plus au nord, un de ses amis d’enfance dirigeait un village. Il proposa à la jeune fille de l’y conduire et de la mettre sous la protection de cet ami. Comme elle ne savait pas refuser et qu’elle n’avait guère d’autre alternative, elle accepta.
    - Le village est dans l’état de l’Est, la prévint-il. Mais ne vous en faites pas, je sais qu’on décrit parfois les Estiens des campagnes comme des barbares sans raffinement, mais rien n’est plus faux ! C’est juste que dans les coins les plus reculés, ils ne croient pas en l’Unificateur et n’ont jamais mis les pieds dans une église. Et les Druides empêchent les Prédicants de venir dans leurs villages. Mais sinon ce sont de braves gens, comme vous et moi.
    Nivelle ne voyait rien qu’elle pût partager avec son cocher, et encore moins avec des hommes et des femmes qui ne suivaient pas la voie de l’Unificateur. Cependant, incapable d’exprimer ses pensées, elle se contenta de hocher la tête. Elle força un sourire sur ses lèvres, quoique son âme toute entière fut mortifiée. Une vie d’errance lui paraissait soudain préférable à ce saut dans un inconnu à demi révélé…
    Comme promis, le cocher mena la voiture de Guillaume Sagace jusque dans les Monts Tannés. Le cheval éprouva quelques difficultés à hisser son fardeau dans les pentes escarpées menant au village de Lourdes, mais ils y parvinrent enfin. Le cocher décrivit brièvement au chef du village, Gascot Guise, la situation dans laquelle se retrouvait la jeune fille. M. Guise accepta de prendre Nivelle sous sa protection et il fut décidé qu’elle vivrait chez lui en attendant qu’on lui construise sa propre demeure.
    Nivelle prit bientôt en répugnance sa vie à Lourdes, si différente de celle qu’elle avait menée jusqu’alors. Mais ses habitudes de soumission, qui n’avaient rencontré aucun écho dans son entourage, passèrent aux yeux de cette société nouvelle pour de la bonté d’âme. On la trouva sympathique, l’on eut des attentions pour elle, on la considéra comme faisant partie des villageois, sans distinction aucune. Gascot Guise s’habitua vite à sa présence et la trouva bientôt agréable. Si bien que, malgré l’état de Nivelle, il lui proposa de l’épouser trois mois après son entrée dans Lourdes.
    Nivelle aurait dû être sensible à toutes les marques d’affection dont on l’entourait à Lourdes, mais l’adaptation s’avérait bien plus difficile que le brave cocher ne l’avait imaginé. Cependant, toujours désireuse de ne pas s’attirer de mauvais regards, de ne pas mériter un jour l’adjectif « malintentionnée » ou « malveillante », elle épousa Gascot Guise.
    Après quelques mois de mariage naissait la petite Nivelle Guise.

  2. #2
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Coucou

    Content de te revoir dans le coin
    Je sais que je n'ai pas le talent de critique de Leste-Plume, et que je ne suis pas toujours un lecteur assidu des nouvelles productions couronniennes (même s'il fut un temps où c'était différent). Mais je ne suis pas là pour parler de moi

    Jusqu'ici, ça m'a semblé plutôt une histoire banale, si tu veux bien m'excuser du terme, mais au vu de ce que tu as écrit avant de mettre le chapitre 1, j'ose subodorer que ça ne va pas se dérouler de façon aussi classique que ce que le commencement pourrait laisser prévoir. Je sais, ça n'aporte pas grand chose de constructif, mais je voulais simplement dire que j'aime bien (tu n'as pas diminué en style, je trouve ), et que j'attends la suite, si tu ne décides pas de faire publier celui-là :notme:
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  3. #3
    Cristal Invités
    merci de ton commentair ! yes je sais que l'histoire commence d'une façon plutôt ordinaire... le problème c'est que ça reste de cet ordre là jusqu'au chapitre 4 ou 5 à peu près... ! well, je mets le second chapitre si jamais tu as envie de poursuivre , et puis pour d'autres, peut-être ?

    (c'est super long encore une fois... désolée ! )

    2 - Où la petite Nivelle se voit offrir une formation particulière

    Le village de Lourdes était petit, tant en superficie qu’en population. Cela impliquait que tous se connaissaient, d’Elios le Druide jusqu’à la chèvre du boulanger, laquelle broutait les allées de l’unique rue du village.
    La maison des Guise se situait au bout de cette rue, et comme le chef y logeait, elle était bien plus grande que toutes les autres : les Guise possédaient cinq pièces entières pour trois. M. Guise jouissait donc de petits privilèges mais sa femme, ne retrouvait pas le luxe auquel elle était habituée. Bien sûr, elle n’émettait aucune plainte à haute voix, ni d’ailleurs à elle-même, elle n’aurait pas osé. Elle dût en plus s’adapter au climat rude des montagnes, suppor-ter les rites druidiques d’Elios tout en pensant à ce que le Prédicant de son quartier penserait s’il la voyait assister à cela. Quant elle croisait Elios –ce qui, loué soit l’Unificateur n’arrivait pas si souvent- elle baissait la tête et accélérait le pas, et le vieux Druide souriait dans sa barbe.
    Elle tentait de s’occuper de sa fille comme elle le pouvait, c’est à dire sans grande réus-site. Elle avait souvent besoin de M. Guise, qui s’y prenait bien mieux… Elle avait peur de faire pleurer son bébé, ne supportait pas ses cris, persuadée que sa fille ne l’aimerait jamais à cause de toutes ces larmes. M. Guise essayait de lui expliquer que tous les nourrissons pleu-rent pour signifier leur faim, mais Mme Guise ne pouvait le concevoir. Elle avait tant pleuré sans qu’on y fasse attention, lorsqu’elle était enfant…
    Ce fragile équilibre fut par malheur rompu au bout de deux années : Gascot Guise parti-cipa à une chasse à l’ours, où lui et deux de ses compagnons trouvèrent la mort, plongeant le village dans le deuil. On dut choisir un nouveau chef, et Mme Guise laissa la grande maison aux nouveaux occupants. Sa fille et elle s’installèrent dans deux pièces entourées de murs branlants, lot qui échoyait à la plupart des habitants de Lourdes.
    La petite Nivelle grandit alors sans aucune autorité : sa mère ne pouvait jamais lui dire non –ce mot ne faisait pas partie de son vocabulaire, elle agissait donc selon ses envies et ses pulsions. Dès qu’elle put marcher et qu’elle eût conscience de sa liberté, elle passa ses jour-nées à courir dans la montagne, entourée des autres gamins de son âge –Antonin, Julie, Geof-froy, et d’autres. Nivelle ne reconnaissait aucune tutelle, jouait à sa guise sans apprendre quoi que ce fut, et sans travailler. Elle développa ainsi un caractère sauvage, presque violent, en tout cas plutôt fiévreux et emporté.
    La maison des Guise donnait sur l’unique rue du village, où en se levant le matin Nivelle pouvait, passant la tête par la fenêtre, apercevoir les habitants se mettre petit à petit au travail. Le berger était déjà parti depuis l’aube dans les hauteurs avec son troupeau et son chien, des enfants jouaient sans surveillance sur les graviers. Le chat d’Elios traversait le village d’un air digne, à la recherche d’une souris sans doute non loin de la grange à blé… Nivelle n’attendait pas de dire bonjour à sa mère et rejoignait ses amis à l’extérieur sans la prévenir.
    Ainsi ses journées se déroulaient dans l’insouciance qui caractérisait son âge. Mais bien-tôt Mme Guise dut se mettre à travailler, puisqu’elle n’avait plus d’homme pour la soutenir. Elle fit la seule chose qu’elle eût jamais apprise, elle qui était destinée à une vie oisive et sans grand intérêt auprès d’un époux nanti d’une richesse qui ne serait jamais déterminée : elle broda. Elle vendit ses services auprès des autres femmes du village qui au départ n’en avaient guère besoin mais à qui plurent ses petites fantaisies dans les vêtements ordinaires. Cepen-dant, ce seul travail ne suffisait pas, et Nivelle lorsqu’elle eût cinq ans vint se présenter chez le berger du village pour lui proposer son appui lors de la saison du pâturage. L’homme ac-cueillit tout d’abord sa proposition avec méfiance, il n’était pas certain de vouloir une quel-conque aide lui qui se débrouillait si bien depuis sa plus tendre enfance. Puis il se souvint justement de la façon dont il avait démarré dans le métier, lui qui avait suivi son père dans les montagnes et avait repris le troupeau à sa mort. Comme il n’avait pas d’enfant –son mariage était encore récent- il se prit d’affection pour la petite indocile, et bientôt Nivelle passa ses journées dans les hauteurs. Sa vie s’emprunta alors d’une certaine monotonie, recherchant déjà, quoique plutôt inconsciemment, à éviter la compagnie de sa mère le plus possible.
    Pourtant un événement particulier vint bousculer quelque peu les habitudes de la mère et de la fille. Le Druide Elios vint rendre un matin visite à Mme Guise. Cette dernière le trouva à sa porte et l’accueillit avec surprise, mais ne pouvait décemment pas le laisser sur le seuil, aussi l’introduisit-elle dans ce qui pouvait passer pour la pièce de réception de la maison –en réalité la plus grande des deux pièces de la bâtisse, l’autre servant de chambre. Mme Guise ne comprenait pas ce qui pouvait pousser le Druide à venir lui parler, tous savaient qu’elle ne partageait absolument pas la religion des villageois et qu’elle n’assistait à leurs rites qu’à contrecœur. Aussi s’assit-elle en face du vieil homme, prête à l’écouter mais emplie d’une certaine méfiance.
    Le Druide commença par la remercier pour son accueil, puis aborda bien vite dans le su-jet qui l’intéressait :
    - Nivelle a six ans. Je m’y suis pris peut-être trop tard, c’est vrai. J’ai voulu m’assurer que ce que j’observais confirmait mes espoirs : votre fille possède le potentiel le plus vaste qu’il m’ait été donné de rencontrer. Il faut qu’elle apprenne à s’en servir… et à en faire bon usage.
    Il s’enflammait et, pris dans son discours, il paraissait plus impressionnant qu’à l’ordinaire. Mme Guise, qui n’avait jamais entendu parler de magie qu’en mal avant sa venue à Lourdes, ne comprenait pas l’éloge dont le Druide gratifiait sa fille. Toujours aussi désireuse de plaire qu’autrefois et incapable, à vingt-trois ans, de tenir tête à un homme presque cente-naire, elle ne put que hocher la tête.
    Elios savait à qui il avait affaire. Mme Guise n’avait pas décidé de son propre destin, elle ne pouvait pas d’avantage s’occuper de celui de sa fille. La petite Nivelle était née sans père, venait de perdre son père adoptif, et tentait d’échapper à une mère étouffante qui ignorait to-talement comment l’éduquer. Le Druide n’aimait guère s’ingérer dans la vie d’autrui mais cette gamine l’interpellait. Il comptait bien s’occuper d’elle.
    - En d’autres termes, reprit-il, je vais lui fournir un apprentissage. Je vais l’instruire, l’initier aux rites druidiques. Elle apprendra la magie. En échange, elle m’aidera et sera mon assistante. Qu’en pensez-vous ?
    Il avait l’impression de s’adresser à un fantôme. Mme Guise n’avait aucune volonté…
    - Si c’est ce que vous croyez qu’il y a de mieux pour elle, murmura Mme Guise, tétanisée à l’idée que sa fille ne suive pas la religion des Prédicants. Mais elle doit déjà garder les moutons…
    - Ça ne sera pas un problème, assura le Druide.
    Mme Guise ne put à nouveau que faire un signe de tête pour marquer son accord. Elle se leva ensuite afin d’appeler Nivelle, mais elle se souvint que la petite était partie tôt ce matin à l’appel du berger.

    Un peu plus haut, Nivelle était assise au pied d’un pin persévérant qui après de longues années d’efforts avait réussi à s’implanter sur le flanc de la montagne, seul représentant de son espèce à cette altitude. Nivelle regardait le troupeau d’un air vague, laissant à Fédère, le chien, la plupart du travail. Son esprit vagabondait, elle s’ennuyait seule ici sans ses camara-des pour se distraire. Le travail exigeait une certaine discipline mentale, qu’à son âge et avec son caractère elle était loin de posséder. De là où elle était, elle se prenait pour l’égale des hautes montagnes, compagnes de ses longues journées solitaires, elle dominait toute la vallée et voyait des petites formes s’agiter à leurs tâches quotidiennes sans se douter qu’une enfant les observait de haut.
    Les bêtes s’agitèrent soudain et Fédère étouffa un aboiement surpris. Nivelle se retourna pour voir ce qui effrayait les animaux et aperçut, gravissant la montagne par l’autre côté, le Capitaine Digne. Bien droit sur son étalon gris pommelé, le Capitaine Digne lança un regard noir à la gamine. Seul représentant de l’autorité royale dans les Monts Tannés, il devait sur-veiller les montagnes et assurer la sécurité de ses habitants. Mais l’on ne l’aimait guère dans les Monts Tannés, car l’on détestait le Roi qui récoltait de lourds tributs et ne se souciait guère du bien-être des Lysentins de ce coin reculé du royaume. Et les enfants de Lourdes, sentant bien cette aversion des adultes à l’égard du Capitaine Digne, s’amusaient à l'importuner dès qu’ils en avaient l’occasion. Pour cette raison, le soldat aurait volontiers donné trois gifles à Nivelle mais bien entendu n’osait pas s’attirer d’avantage l’antipathie des villageois. Comble de malchance, sa ronde journalière dans la montagne le forçait à passer par ce sommet, où Nivelle y gardait à présent les moutons la moitié de l’année. Le soldat et l’enfant se confron-tèrent donc du regard, ni l’un ni l’autre ne baissa la tête jusqu’à ce que le Capitaine Digne entame la pente descendante.
    Alors que l’arrière-train du cheval gris disparaissait derrière la pente, Nivelle vit une sil-houette orangée arriver par le même chemin. Fédère se détourna cette fois-ci complètement des moutons pour lancer des aboiements furieux. Nivelle le fit taire et le renvoya à sa tâche, reconnaissant le chat Joseph, l’animal de compagnie du Druide. Le chat se faufila entre les moutons et vint s’asseoir au pied du grand pin, à côté de Nivelle. La fillette se sentit aussitôt mal à l’aise : elle avait l’impression que le chat la dévisageait de ses étranges yeux grisâtres. Il y avait un air de malice et d’austérité dans son regard.
    - Que veux-tu, bestiole ? fit-elle dans son langage d’enfant –elle aimait comme beaucoup faire semblant que les animaux la comprenne et imaginer leurs éventuelles réponses.
    - Sois un peu plus polie, dit le chat d’un ton revêche.
    Nivelle fut trop estomaquée pour élever son insolence face à cette marque d’autorité.
    - Elios est allé parler à ta mère, poursuivit le chat, et elle est d’accord pour que tu devien-nes son élève. Toi, qu’en penses-tu ?
    - Je… Tu… tu parles ? !
    - Ça ne s’entend pas ? fit Joseph, cinglant.
    - Je…je ne sais pas. Je ne sais pas si j’aurais le temps puisque…
    - Ce n’est pas un problème de temps, l’interrompit-il. As-tu envie de recevoir de l’instruction, oui ou non ?
    - Oui, dit-elle, un peu plus assurée –les tours de magie du Druide l’avaient toujours fasci-née.
    - Dès que tu auras enfermé tes bêtes dans leur enclos, viens à la cabane d’Elios, conclut le chat, puis il s’en retourna vers le village.
    La gamine ne parvint pas à penser à autre chose qu’à cette rencontre, et le soir venu elle ramena les moutons et le chien un peu plus tôt qu’à la normale. Sans passer prévenir sa mère de son rendez-vous, elle courut jusqu’à la forêt qui mangeait le bas de la rue. Juste avant les premiers arbres se dressait la cabane du Druide, une masure plus navrante encore que les mai-sons du village : quatre murs, certes, faits de bois, si fragiles que Nivelle hésita à frapper à la porte, de peur que le tout ne s’effondre aussitôt. Mais la flageolante chaumière ne céda pas à ses faibles coups et une haute silhouette lui ouvrit la porte tandis qu’une voix grave l’invitait chaleureusement à entrer.
    - Bonsoir, Nivelle, dit le Druide lorsqu’elle fut à l’intérieur, refermant la porte derrière sa petite visiteuse.
    - Bonsoir, répondit-elle.
    Joseph le chat était présent, lui aussi, enroulé sur un tabouret, prêt de la cheminée, qui prenait presque autant de place que le lit. Le reste de l’espace se divisait entre une armoire pleine à craquer, garnie d’épais livres et d’ingrédients en tous genres, ainsi que d’une table tout aussi comble.
    - Assieds-toi, dit Elios.
    Il n’y avait qu’une chaise, seule, de libre. Nivelle se demanda où lui allait s’asseoir, mais n’osa pas protester, très intimidée, et s’exécuta. Ses pieds ne touchaient pas le sol. Le Druide s’installa sur son lit, position qu’il trouva apparemment très confortable puisqu’un large sou-rire ornait son visage ridé.
    - Est-ce que tu sais pourquoi tu es ici ? demanda le Druide.
    - Pour… pour apprendre la magie ? couina Nivelle.
    Il rit d’un rire rauque mais pas désagréable à entendre. Nivelle se renfrogna, vexée.
    - En partie. Mais cela viendra plus tard. Et il faut d’abord que tu acceptes d’être mon ap-prentie.
    - J’accepte ! dit-elle sans hésiter.
    - Attend, la reprit-il d’un air soudain un peu plus sévère. Tu ne sais pas encore de quoi tu parles. Laisse-moi t’expliquer d’abord.
    Elle arbora un air d’intense concentration, tout son maigre corps tendu vers lui. Il inspira légèrement, comme s’il avait besoin d’assurance, et entreprit ses explications.
    - Je sais que ta mère ne croit pas du tout à ce que je vais te raconter, aussi j’ignore ce qu’elle a pu te dire, mais je te prie de m’écouter jusqu’au bout. Je suis Druide, et nous les Druides vénérons les Centaures. Tu sais que ces Créatures ne se rencontrent pas tous les jours, c’est normal, il n’en existe presque plus… non seulement elles n’ont jamais été nombreuses, mais cela fait mille ans que l’Ordre essaye de les faire disparaître tout à fait. Et quand un Centaure naît, si un enfant humain naît en même temps alors il hérite de ses dons de magie… voilà ce en quoi nous croyons.
    - Vous… c’est vrai ? balbutia-t-elle.
    - Oui. Et voilà ce que je te propose : accompagne-moi ce soir dans la forêt, et quand nous reviendrons tu me donneras ta réponse. Alors seulement tu deviendras mon apprentie.
    - Et j’apprendrai la magie ? insista-t-elle.
    - Ah ! Pas tout de suite. Il faudra que je te juge prête pour cela. Tu as beau avoir l’air prometteuse, il faudra tout de même que je voie comment tu te débrouilles. Mais n’allons pas trop vite. Tiens, mets ce manteau –l’habit était vingt fois trop grand pour la petite, mais au moins il lui tiendrait chaud- les nuits sont fraîches en ce moment. Allez, c’est parti.
    Ils quittèrent la mansarde et s’enfoncèrent dans la forêt, toute proche. Joseph les suivit. Il était silencieux depuis le début de la soirée, si bien que Nivelle crut qu’elle avait rêvé sa ren-contre avec lui un peu plus tôt. Ils prirent des chemins que la fillette n’avait jamais empruntés, mais elle ne protesta pas : elle faisait confiance au Druide.
    Plus ils avançaient plus il faisait sombre, et bientôt Nivelle entendit Elios prononcer une brève formule qui fit apparaître une flamme au creux de sa vieille main calleuse. Elle laissa échapper un « oh » d’admiration mais n’en ajouta pas d’avantage. Le silence du Druide la forçait à se taire.
    Après ce qui lui parut une interminable marche, Elios s’arrêta enfin. Nivelle cligna des yeux : ils arrivaient dans une petite clairière, dans un recoin de la forêt qu’elle n’avait jamais exploré. De plus elle se sentait incapable de retrouver le chemin jusqu’ici, ils étaient montés, puis redescendus, mais à part ça elle ne se souvenait de rien.
    - Que faisons-nous ? demanda-t-elle.
    - Si tu gardes le silence, tu vas bien voir, fut seule réponse que concéda Elios.
    Alors elle se tut et, comme ses deux compagnons, attendit. L’obscurité régnait en maître, hormis le coin de feu vacillant dans la paume du Druide. Mais au bout d’un moment, Elios ferma sa main et écrasa la flamme entre ses doigts.
    - Il arrive… souffla-t-il.
    Nivelle devina qu’il s’adressait plus à Joseph qu’à elle, et, bouillante d’impatience, vou-lut demander de qui Elios parlait. Elle n’en eût cependant pas l’occasion, la réponse arriva d’elle-même.
    De l’autre côté de la clairière, entre les arbres dressés les uns contre les autres, une faible lueur bleutée grandit soudain. Une silhouette se dessina peu à peu au centre de cette lumière, et bientôt arriva face à la petite troupe un être sans commune mesure… un Centaure vint jus-qu’à eux, entouré d’une aura couleur d’azur. Nivelle distinguait mal ses traits à travers cet étrange éclat et ne se rendit compte qu’au moment où il vint s’incliner devant elle qu’il n’était qu’un enfant. Aucune pilosité ne dénaturait son torse nu et son visage resplendissait d’innocence. Jamais Nivelle n’avait contemplé de beauté aussi parfaite…
    - Bonsoir, Nivelle Guise, dit-il d’une voix chantante.
    - B… bonsoir, dit-elle en levant la tête, car elle n’arrivait qu’à la hauteur de son nombril, C… comment connaissez-vous mon nom… ?
    - C’est Elios qui m’a demandé de venir ce soir, mais je connais ton nom depuis ma nais-sance, Nivelle. Nous sommes liés l’un à l’autre, tu sais.
    - Oui, répondit-elle, car à partir de cet instant cette certitude s’installa en elle de façon ir-révocable.
    - Fais bon usage de ton pouvoir, s’il te plaît.
    - Je te le promets ! jura-t-elle avec enthousiaste.
    Elios sourit et posa une main sur son épaule.
    - Frère, dit le vieil homme, va en paix. Ta sœur est vouée à de grandes choses… tu le sais. Porte son nom jusqu’à ta communauté, qu’il sache qu’elle est désormais parmi nous.
    - Oui, Druide Elios, répondit le Centaure, et il lui glissa un petit objet scintillant dans la main, que Nivelle n’eut pas le temps de discerner clairement. Adieu, Nivelle Guise, te ren-contrer m’a rassuré, je peux aller en paix à présent.
    Il les salua en levant la main, puis fit demi-tour et repartit comme il était venu. La lueur bleue s’éteignit petit à petit entre les arbres… Elios ralluma sa flamme dans sa main gauche et se pencha vers Nivelle.
    - Alors… ? Qu’en dis-tu ?
    Elle ne parla pas immédiatement, encore sous le charme de la merveilleuse entrevue.
    - Est-ce qu’il a un nom ? demanda-t-elle.
    - Oui, mais il est caché de nous. Regarde.
    Il ouvrit sa main droite et révéla deux anneaux d’or, luisant à la lumière du feu. Le Cen-taure lui avait glissé ces bijoux dans la main…
    - Si tu acceptes de devenir mon apprentie, je te percerai l’oreille et je t’y attacherai un an-neau. Tout le monde saura que tu as vu ton Centaure. Et le jour où je te jugerai assez fiable pour apprendre la magie, alors je percerai un second trou et tu auras deux anneaux druidiques à l’oreille. Pour tous, cela signifiera que tu seras mon successeur. Qu’en dis-tu ? répéta-t-il.
    Elle hocha la tête, trop fascinée et stupéfaite pour ouvrir la bouche. Elios sourit, attendri. Sans doute cette scène lui rappelait-elle quelques souvenirs. Il déplia les jambes et se redressa.
    - Rentrons maintenant. Nous nous occuperons de ça demain soir.
    Ils repartirent en direction du village. Ainsi commença une vie nouvelle pour la fillette.


  4. #4
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235
    J’aime bien cette deuxième partie, comme Kerdän j’avais trouvé la première un peu classique, sans pouvoir véritablement m’immerger dans l’histoire mais ce deuxième chapitre me paraît beaucoup mieux, tu y pose les bases de ton univers, tu nous dévoile l’héroïne (enfin je pense) et pose les prémices de l’intrigue. J’aime beaucoup cette idée de lien entre les centaures et les druides, cet univers semble très prometteur, et j’attends plus de révélations impatiemment.
    C’est vrai qu’il y a toujours des stéréotypes comme
    - Fais bon usage de ton pouvoir, s’il te plaît.
    - Je te le promets ! jura-t-elle avec enthousiaste.
    mais ils sont moins gênants à mon goût.

    Sinon tu écris bien et le texte est agréable à lire, je crois avoir vu de-ci de-là quelques lourdeurs, répétions ou fautes de syntaxe mais c’est vraiment insignifiant, si tant est que ce ne soit des tours de mon imagination et puis je ne suis pas un grand critique littérair (de toute façon vu la qualité littéraires de mes pots je ne peux critiquer personne).
    Quant à la taille des chapitres personnellement ça ne me pose pas de problème (mais je ne pense pas que ce soit le cas de tout le monde).
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  5. #5
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Ca devient vraiment plus intéressant dans ce chapitre 2 (que je trouve court si je compare à ce que tu nous avais habitués avec "les 3 erreurs" et "Sillages" ), et on découvre enfin (si on n'était pas averti avec ton introduction du premier post) que c'est de la fantasy, vu qu'on aurait pu penser qu'il s'agissait d'un roman historique à la lecture du premier chapitre.

    Je note quelques fautes, parfois de conjugaison ou d'orthographe, souvent un oubli de tiret pour "mots sur 2 lignes", et parfois des trucs que je ne comprends pas...

    Le Druide n’aimait guère s’ingérer dans la vie d’autrui
    Pour moi, "ingérer" veut dire manger, alors "s'ingérer"...

    M. Guise jouissait donc de petits privilèges mais sa femme, ne retrouvait pas le luxe auquel elle était habituée.
    La virgule me semble assez mal placée, soit 3 mots trop tard, soit en trop dans la phrase.

    Mis à part ça (et peut-être des oublis de ma part), j'aime bien.
    que dire de plus ? j'ai toujours eu du mal à faire des critiques très constructives, mais mon impression vis-à-vis de cette histoire est bonne
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  6. #6
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    je rejoins entièrement Latsuta.

    post limite flood, simplement pour dire que tu avais (au moins) un troisème lecteur.

    :fleur: merci de nous faire partager ton oeuvre et ... on attend la suite :notme2:

  7. #7
    Cristal Invités
    merci pour vos commentaires :fleur: ! oui, je suis désolée pour les tirets qui se baladent, c'est que je copie mes textes à partir de Word et après ça fait des trucs bizarres quand je les poste sur le forum...
    ingérer euh well ça me semble correct, je pense au "droit d'ingérence" par exemple entre les pays de l'ONU. enfni j'irai jeter un oeil dans un dictionnaire quand même, par acquis de conscience !
    enfin, je m'excuse je ne suis pas sur mon ordi en ce moment donc je ne peux pas vous mettre le troisième chapitre... et logiquement ça ne sera pas avant mardi :sad: sauf si je me peux me débrouiller...(mais j'en doute )!


  8. #8
    Cristal Invités
    hop le chapitre 3... si vous n'avez pas abandonné en route !
    3 - Où le village se réunit au coin du feu un soir d’hiver


    C
    ertains soirs d’hiver, lorsque l’envie lui en prenait, qu’il ne désirait pas être seul face à sa femme et ses enfants dont la compagnie lui pesait parfois, Richard Huchete, le chef de Lourdes, invitait ceux du village qui le souhaitaient à se retrouver autour d’un grand feu chez lui. Il possédait la maison la plus grande de Lourdes, et sa cheminée avait été construite en conséquence. Dans ces occasions, il rassemblait deux tables massives l’une à côté de l’autre, installait des bancs sur lesquels après une chandelle ou moins d’immobilité les fessiers devenaient douloureux, et trois ou quatre fauteuils où les plus âgés pouvaient s’asseoir, tout près du foyer. Sa femme préparait une grande soupe, pour réchauffer les corps exposés au vent glacial toute la journée, et l’atmosphère chaleureuse renvoyait, longtemps après la tombée de la nuit, les cœurs joyeux et détendus dans leurs lits.
    Cet hiver-là, Nivelle avait sept ou huit ans et, ce soir-là, Richard Huchete les avait invi-tées, Mme Guise et elle, dans leur ancienne maison. Etaient aussi présents la mère d’Antonin –le compagnon de jeux de Nivelle- sans sa ribambelle d’enfants dont elle avait confié la garde à son aîné ; Elios qui ne paraissait pas entièrement lui-même s’il n’était pas talonné par Jo-seph ; une vieille femme, que l’on appelait injustement la doyenne du village bien qu’elle fût beaucoup plus jeune qu’Elios. Elle vivait à la charge de la communauté et elle occupa d’entrée la place la plus proche des flammes rougeoyantes. Le berger qui employait Nivelle d’ordinaire guère sociable, se montra aussi et qui salua la petite fille avec un sourire agréable et discret ; puis quelques autres encore…
    Des groupes de discussions se séparèrent, distinguant comme par instinct les hommes des femmes. Pendant que l’épouse de Richard Huchete apportait la soupe, aidée par ses trois bambins parce que le plat était particulièrement lourd et chaud, ces messieurs pelaient des châtaignes, qu’Elios installait amoureusement ensuite sur les braises dans la cheminée. Ces dames avaient apporté de quoi travailler, c’est-à-dire qu’elles reprisaient des vêtements usés, tricotaient sans même avoir besoin de regarder leur ouvrage tant ces gestes avaient été répétés. Quelques garçons, plus âgés que Nivelle, chantaient dans un coin de la grande pièce, offrant au reste des invités un fond musical fort agréable. Leurs chants racontaient de vieilles légen-des mêlant Centaures et humains ou bien des exploits des hommes de l’Est contre l’envahisseur de l’Ouest, contenu politique qui gênait un peu, cela se voyait bien, Richard Huchete. Il leur demanda gentiment de changer de registre, et ils obtempérèrent avec bonne volonté, se bornant par la suite à de jolis chants d’amour, sans grivoiserie.
    Les conversations parlaient des troupeaux…
    - Si la neige ne s’arrête pas bien vite, mes bêtes vont finir par crever de froid, se plaignait le berger. Je ne vais tout de même pas utiliser mon bois pour les réchauffer, elles !
    … puis de la folie de la volonté royale…
    - Le prix des terres a encore augmenté, seuls les Seigneurs peuvent encore agrandir leurs terrains. Puis comme nous, les paysans, nous n’avons plus rien à manger, ils nous font tra-vailler pour eux, et c’est la vie de misère, racontait Richard Huchete, la pipe à la bouche. Il partageait son tabac avec Elios, qui discutait tranquillement avec la doyenne et surveillait les châtaignes.
    - Oui, c’est malheureux, et avec ces taxes et ces redevances qui sont si lourdes, on dirait qu’ils ne se rendent pas compte de ce qu’est la vie ici. Sans nous, ils mangeraient pas en ville. Le roi, cet espèce d’Unificateur à la manque, s’ils pouvaient le changer, ça ne nous ferait que du bien.
    Les têtes acquiesçaient en plusieurs hochements graves, sérieux.
    - D’ailleurs, j’étais au marché hier, à Ajistre en bas de la montagne, raconta un cultiva-teur. Je voulais voir un peu de ma famille, et j’ai regardé les prix des choses, un peu. Notre prochaine récolte ne sera pas vendue bien chère, c’est moi qui vous le dit.
    Les mines s’assombrissaient un moment. Mais ils ne souhaitaient pas s’attarder sur ces considérations qui annonçaient un avenir difficile. Un contentieux entre voisins fut départagé par Huchete, à la lumière des avis de tous, et les deux parties s’y trouvèrent gagnantes. Ils préférèrent ensuite aborder des sujets moins litigieux comme le temps ou les qualités de cuisi-nière de Mme Huchete. Au bon moment, un paysan dans la force de l’âge, entra dans la mai-son du chef, apportant avec sa silhouette dégingandée un peu du froid qui régnait dehors, et surtout un tonnelet de vin qu’il rapportait de la seule taverne des Monts Tannés située dans le village de Tarnac. On l’accueillit, ou plutôt on accueillit son fardeau comme il se devait : à coups d’exclamations satisfaites et tonitruantes.
    Du côté de la table où les femmes s’étaient assemblées, les mots portaient davantage sur les enfants, le mariage entre cette jolie fille de St-Phéliset et ce garçon libertin de Tarnac, on prédisait un futur peu joyeux pour le jeune couple. Mme Guise ne participait absolument pas à ces histoires, peut-être parce que ça ne l’intéressait pas, à l’évidence parce qu’elle n’osait pas prendre la parole en public. Elle s’occupait de son filage en silence, écoutant, l’ombre d’un sourire aux lèvres. Derrière elle, assise sur le sol froid, Nivelle n’approchait pas les autres enfants. Ses amis à elle n’étaient pas là, Julie, Antonin, Geoffroy dormaient en ce moment même au fond de leurs lits ; elle ne se sentait pas d’humeur sociable ce soir-là.
    Les lueurs rougeoyantes des flammes dessinaient des ombres dans la salle, on eût dit que ces silhouettes participaient elles aussi de la conversation avec leur présence flottante, presque rassurante. Nivelle regardait ces personnages muets contrefaire la pièce donnée par leurs pro-priétaires, comme dans un éternel spectacle qui s’inscrivait dans les murs pour toujours, du moins dans ses souvenirs d’enfant.
    Elios s’aperçut de sa solitude ; délaissant la doyenne à son radotage continu, il interpella son élève. Les soirées passées l’un face à l’autre, tuteur et pupille, avaient tissé un lien entre eux, un cordon d’affection mutuelle qui s’épaississait avec le temps.
    - Nivelle, tu t’ennuie ?
    La petite fille se rapprocha du feu, observant les longues tirades de chaleur s’élancer vers le haut de la cheminée, vers le ciel.
    - Un peu.
    - M. Foursac raconte une histoire, juste là. Tu n’as pas envie d’écouter ? C’est la légende du grand renard qui avait semé la panique jusque chez les Centaures. C’est une belle histoire.
    Il ne la regardait pas, tourné vers ses châtaignes qu’il retira enfin du feu et fit passer à la table des adultes par-dessus son épaule. Le plat traversa l’air sur cette courte distance, à l’aide d’une formule, sans doute, qu’il récita à voix très basse.
    Nivelle releva son petit menton.
    - Je suis grande, je n’écoute plus les histoires comme ça, je n’y crois plus.
    - Bien sûr, bien sûr. Mais tu sais, même à mon âge on a besoin d’histoires. Qu’on y croie ou pas.
    Elle haussa les épaules pour cacher sa curiosité naissante.
    - Il y en a une que j’aimerais bien te raconter, pourtant –les grands yeux verts de la ga-mine se plissèrent- mais bon… tiens, une châtaigne ?
    Nivelle saisit le fruit grillé de deux doigts seulement pour éviter de se brûler, mais elle gardait son visage rivé sur les rides d’Elios. Il était si grand qu’ainsi installé sur un ridicule tabouret, il était obligé de se plier en deux pour approcher son fin visage de la chaleur.
    - Vous pouvez toujours commencer à la raconter, si ça ne m’intéresse pas, tant pis.
    - C’est vrai. Tu es une grande fille après tout, tu n’es pas obligée d’écouter un vieillard jusqu’au bout.
    Elle perçut bien l’ironie mais ne la releva pas, ce n’était pas le moment de se vexer si elle voulait pouvoir entendre son histoire un jour. Il serait bien obligé d’arrêter de taquiner son élève et de commencer son récit. En effet, Elios vit que le jeu avait assez duré. Il jeta un œil au visage si clair encore de Nivelle, qui cachait son tempérament et sa vraie nature comme un masque de carnaval dérobait l’identité des danseurs aux yeux du monde lors d’un soir inou-bliable. Et le lendemain matin, l’on découvrait des beautés plus ou moins accomplies ; sou-vent la surprise du soleil s’avérait aussi agréable que l’inconnue de la nuit... Un jour, Nivelle montrerait son véritable visage mais ce temps n’était pas encore venu… Il tourna à nouveau son regard vers le feu, le sérieux reprenant sa place habituelle dans sa voix sûre et douce :

    * * *

    « Mon histoire se déroule aux confins des temps, bien, bien avant qu’aucun de ceux dont nous ayons jamais entendu parler ne marchent sur notre terre. En revanche elle n’est pas si éloignée de nous dans l’espace car cette histoire s’est passée au pied des Monts Tannés, de l’autre côté du fleuve-frontière. En tout cas, c’est là qu’elle commence.
    En ces temps reculés, les dures rigueurs de l’hiver s’étendaient des montagnes à toutes les campagnes environnantes, et la neige tombait plus intensément et plus longtemps encore qu’aujourd’hui. Les paysans avaient beau travailler d’avant le lever du soleil jusqu’après l’arrivée des étoiles, ils parvenaient à peine à extraire de la terre ce qu’il leur fallait pour sur-vivre. Leur vie se passait à ajouter les jours les uns après les autres, et ils ne voyaient pas plus loin que le lendemain. Leur seule satisfaction au milieu de cette misère, les seules choses qui leur permettaient de croire à l’avenir, étaient leurs Dieux, envers lesquels ils portaient une confiance totale.
    Les Dieux vénérés par les hommes de cette période lointaine n’étaient pas des figures abstraites, des images peintes dans les temples et invoquées par les Druides, mais étaient bien réels et arpentaient la terre, se montraient aux peuples de temps en temps, lorsque l’espoir devenait leur seule raison de vivre. Parmi ces figures chaleureuses et immortelles, les Centau-res bien sûr occupaient une place de choix, mais aussi les Licornes, les Chimères, les Griffons et les Sphinx, et bien d’autres merveilleuses Créatures encore. Elles ne vivaient pas entière-ment au milieu des hommes, mais suffisamment près pour s’occuper d’eux quand le besoin s’en faisait réellement sentir. De cette façon, les êtres humains et les êtres de magie vivaient dans une sorte d’harmonie, une paix partagée et ainsi s’écoulaient les jours malgré le désé-quilibre évident : les hommes n’étaient pas vraiment heureux car ils avaient toujours peur de l’avenir, qui n’annonçait pour eux que mort et désespoir.
    Ainsi donc, au milieu de ce monde à la dérive, qui ne connaissaient de lueurs de bonheur qu’à chaque visite de Centaure ou de Griffon, dans une ville au bas des montagnes, naquit un garçon, pauvre parmi les pauvres. Sa mère avait offert sa vie pour la sienne, quant à son père nul n’a su ni ne saura jamais qui il était.
    Il grandit dans les rues, parfois solitaire, parfois au milieu d’autres enfants comme lui. Il n’acceptait l’aide de personne, car la Nature l’avait doté d’une fierté sans pareille, ainsi que d’une intelligence sans commune mesure. Malgré son jeune âge, il comprenait les choses de la vie bien plus rapidement qu’aucun homme mûr, il se rendait compte de la situation indi-gente dans laquelle il se trouvait et se décida bien vite à y remédier.
    Je dis bien vite, mais les années parurent bien longues à ce garçon, fougueux, déterminé, et perpétuellement insatisfait. Ce désir de perfection le poussait toujours plus loin, toujours vers le meilleur de lui-même et il quitta sa ville natale pour la capitale à l’âge de dix ans. Il prit la route non pas seul mais en grande compagnie, car il avait réussi à entraîner à sa suite tous les garçons et les filles abandonnés, orphelins de chez lui. Ils l’avaient écouté car il par-lait de la plus belle façon du monde, ses mots résonnaient à leurs oreilles comme la voix de la sagesse et désormais ils l’auraient suivi n’importe où.
    La petite troupe arriva à la capitale, bon gré, mal gré, ayant traversé le pays en ces temps parcourus de dangers en tous genres : bêtes sauvages, rôdeurs malveillants, brigands peu scrupuleux… Lorsqu’ils entrèrent dans la capitale –qui n’était alors évidemment pas ce qu’elle est aujourd’hui- ils attirèrent les regards : il n’est pas courant de voir sortir des champs une bande de gamins déguenillés, et il est plus surprenant encore de les entendre réclamer à manger et à se loger. En effet, notre petit héros conduisit ses camarades devant le palais du roi et parlant en leur nom sollicita de quoi les nourrir tous. Il parlait tant, et si bien, que le roi, impressionné par cette détermination et cette verve finit par lui accorder ce qu’il voulait bien que la solidarité fut en ce temps une vertu bien peu répandue. Il était déjà bien assez difficile de se nourrir soi, avant de se soucier des autres.
    En plus de subvenir aux besoins du garçon, le roi se prit d’admiration pour l’enfant et souhaita l’avoir toujours auprès de lui, car il se rendait bien compte que son intelligence dé-passait de loin la sienne et même celle de tous ses conseillers. Ainsi, le garçon devint jeune homme, et le jeune homme devint adulte, protégé de la famine et de la misère grâce à cette royale amitié. Cependant autour du roi, peu appréciaient ce nouvel arrivant, et il dut faire face aux intrigues et aux complots ; mais il en triompha toujours et cela ne fit que renforcer son caractère et son influence.
    En ces temps difficiles, les hommes n’avaient guère le temps de voir leurs cheveux blan-chir avant d’arriver à la mort : bientôt le roi quitta ce monde pour retourner à la Nature. Avant de partir il eût cependant eût une dernière pensée pour son protégé, désirant le mettre à l’abri des difficultés et des jaloux ; le roi légua le trône à cet enfant devenu homme, et nul ne pou-vait remettre en cause le testament royal. Notre homme fut donc couronné, et lui qui jusque là n’avait pas de nom prit celui d’Elyes. Dans cette ancienne langue alors parlée, cela signifiait « l’Ordonné ».

    * * *

    Nivelle secoua la tête.
    - L’Ordonné ?
    - C’est cela, dit Elios.
    - Pourtant, je croyais deviner que… que c’était l’histoire de l’Unificateur, non ?
    Elios acquiesça d’un signe de tête. D’autres gamins l’écoutaient à présent, et même les adultes avaient cessé leurs conversations, décortiquant des châtaignes en silence, captivés par cette histoire qu’ils devaient pourtant connaître.
    - C’est l’histoire de l’Unificateur, mais en son temps, il s’appelait l’Ordonné. Elyes l’Ordonné, c’est ainsi. Les Prédicants ont déformé sa légende pour asseoir le pouvoir de l’Ordre. Je continue ?
    - Oui ! s’exclamèrent les autres enfants, dont certains, les plus jeunes, commençaient à se balancer d’avant en arrière, fatigués.
    - Alors je reprends.

    * * *

    Quand son autorité fut bien assise, que nul n’osa plus la mettre en doute, Elyes entreprit ce pour quoi il est devenu célèbre. Depuis toujours on lui avait dit que les Créatures magiques surveillaient les êtres humains ; matin et soir, tout autour de lui, on priait les Centaures et les autres d’accorder leur bienveillance à ceux qui les vénéraient, on invoquait leur bonté éter-nelle pour sauver un enfant malade ; et plusieurs fois par an de grandes cérémonies en leur honneur appelaient leur regard favorable sur les affaires humaines. Pourtant, Elyes ne contemplait toujours dans son royaume que misère et famine, désespoir et résignation. Mais il n’était pas homme à supporter la pauvreté et la mort, ni à rester sans agir. Il tenait les belles Créatures magiques responsables des catastrophes : puisqu’elles pouvaient apporter le bon-heur, si elles ne le faisaient pas il était simple de dire qu’elles autorisaient le malheur.
    Son raisonnement paraissait intelligent, il est toujours plus d’adopter les voies tracées par d’autres –Elyes en l’occurrence- que de faire face à la tragédie. De plus, son don d’orateur, son charisme et sa gloire entamaient leur pente ascendante, il ne faisait que s’engager sur la voie de son apogée mais déjà il rayonnait de mille talents. Son peuple était prêt à le suivre où qu’il l’ordonne, comme plus tôt il avait entraîné une bande d’enfants nécessiteux sur les rou-tes.
    Un Centaure qui, passant non loin de la capitale, entendit les cris de haine à l’encontre de ses semblables, voulut rencontrer le roi Elyes pour calmer sa vindicte et sa rancœur. Dans la ville les hommes ne s’écartaient déjà plus sur son passage, il n’y avait plus d’admiration et encore moins d’amour dans leurs regards. Une femme se jeta devant ses sabots, le suppliant de guérir son fils ; avant que le Centaure put agir d’une quelconque manière, la foule retira la femme de devant ses yeux et le pressa d’avancer. Elyes fut averti de sa venue, s’il lui organisa un accueil digne d’un humain de même rang, ce n’était guère digne d’une créature vénérée peu de temps auparavant par l’humanité entière. Le Centaure voulut s’indigner, mais si son pouvoir dépassait de loin celui du roi, son éloquence ne pouvait en rien se présenter comme rivale. Le Centaure aurait pu s’offenser de son insolence, de son arrogance et tuer le roi Elyes sur-le-champ, toutefois l’amour des hommes emplissait son cœur, et il décida de s’en aller pour conter à ses pairs ce qui se passait dans l’esprit des hommes et de quelle manière leur égard se métamorphosait en haine.
    Cependant, Elyes était bien trop intelligent pour se lancer en guerre contre les Créatures magiques, certain que les pouvoirs de celles-ci s’élevaient trop au-dessus de lui et de son ar-mée. Afin d’améliorer les conditions de vie de ses sujets, et pour gagner encore en pouvoir et en or car c’était ce qu’il aimait le plus au monde il choisit de s’attaquer au royaume voisin. Ce royaume, à l’ouest, s’enrichissait davantage car les terres étaient plus fertiles. Comme eux ils vénéraient les Licornes, les Chimères, etc. Ce royaume ne s’attendait pas à l'agression et fut rapidement vaincu, les prisonniers de guerre furent mis en esclavage, et Elyes régnait désor-mais sur un territoire deux fois plus grand, deux fois plus peuplé. À partir de cette victoire, on nomma l’unification des deux royaumes Lysence –et l’on parle toujours de l’Etat de l’Est et de l’Etat de l’Ouest.
    L’armée que pouvait réunir Elyes comptait deux fois plus de soldats à présent, et grâce à l’or de l’Etat de l’Ouest, il put acheter des armes nouvelles, plus fortes, à ses voisins. Il fut finalement prêt à chasser les Créatures magiques de Lysence.
    Ainsi fut fait : les anciens dieux résistèrent comme ils le purent, mais les humains étaient bien trop nombreux et trop déterminés. Et puis, les Créatures n’aimaient pas tuer, ce n’était pas dans leur nature, leurs cœurs resplendissaient de pureté, construit uniquement d’amour… Beaucoup furent tuées, la plupart partit au-delà des mers et se réfugia dans un autre empire peuplé d’hommes, et seuls les Centaures, attachés à la terre de Lysence prirent la décision de rester bien qu’il leur fallut vivre cachés. Ils ne voulaient pas que soient totalement abandonnés les Lysentins…
    Le roi Elyes l’Ordonné, surnommé par la suite « l’Unificateur » vécut un règne long et tranquille, les habitants gagnant petit à petit en richesse et en prospérité. Cependant, depuis sa mort, les hommes se sont divisés en deux croyances différentes, car il est vrai qu’Elyes était très sage et qu’il parlait fort bien, aussi il édicta de nombreux principes que tous voulurent appliquer. On l’érigea au rang de Dieu, remplaçant les anciennes Créatures magiques, mais certains hommes continuèrent à adresser leurs prières aux Centaures. Ceux-ci, pour pallier le départ de tous leurs semblables, accordèrent le don de magie aux humains, mais aux seuls humains qui naîtraient exactement au même moment que les Centaures. Ce sont les Druides, évidemment. Les Prédicants, eux, disent que la magie est un don de l’Unificateur.
    Vous comme moi nous connaissons la vérité. Tout ceci ressemble peut-être à une lé-gende, pourtant elle n’est que le point de départ de l’histoire lysentine…


    * * *

    - Merci de m’avoir écouté, conclut Elios, ravi de voir son auditoire aussi attentif.
    On applaudit poliment. Les adultes connaissaient cette histoire, comme leurs enfants au-jourd’hui ils l’avaient entendu au coin du feu, un soir d’hiver.
    - Il se fait tard, murmura Mme Guise, peut-être prononçant là ses premiers mots de la soi-rée. Merci beaucoup pour la soupe –et les châtaignes. Nivelle, viens, tu devrais aller te cou-cher.
    - Non, je ne veux pas ! Je veux qu’Elios m’explique quelque chose !
    Mme Guise resta un moment interdite, tous les regards se tournant vers la mère et la fille.
    - Nivelle, obéit à ta mère, dit Elios d’une voix douce.
    La gamine lui jeta un œil plutôt furibond –mais fatigué- puis se leva et suivit sa mère. La neige avait déposé une épaisse couche cotonneuse dans la rue, mais avait cessé de tomber depuis un moment comme si elle aussi avait choisi d’aller se coucher par cette chandelle tar-dive. Elles rejoignirent leur maison où l’une comme l’autre elles s’endormirent fort rapide-ment, et elles rêvèrent soit d’un roi fier et conquérant, soit de Centaures et de Licornes atten-tionnés…

  9. #9
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Placer le contexte encore plus général aussi tôt dans le récit est selon moi une bonne idée

    Je ne sais pas si c'est une bonne idée de te donner les petites fautes principales que j'ai notées, alors j'attendrais que tu me dises si tu veux bien...


    En tout cas ma lecture t'es acquise, si elle ne l'était pas déjà :fleur:
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  10. #10
    Cristal Invités
    je suis toujours ouverte à toutes les critiques, il n'y a que comme ça que je progresse ! donc au contraire si tu as le temps ça me ferait plaisir de les entendre (ou plutôt de les lire, c'est plus approprié )
    merci encore en tout cas de lire mes tits écrits !

  11. #11
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Alors voici celles qui me reviennent :

    Au 2e paragraphe, encore un petit problème de virgule mal placée (ou de virgule oubliée, ça dépend) et de sens...
    Le berger qui employait Nivelle d’ordinaire guère sociable, se montra aussi et qui salua la petite fille avec un sourire agréable et discret
    Là, le "d'ordinaire guère sociable" montre Nivelle, si on regarde scrupuleusement, et ce même avec une virgule devant "d'ordinaire"... Et je suppose que ça devrait s'appliquer au berger. Donc les 3 mots pourraient être déplacés juste après "Le berger", selon moi. Il faut toujours faire attention avec les "qui" et les "que"
    De plus, la virgule après "sociable" est inutile, et même inappropriée, on ne met pas de virgule devant un verbe.

    Au 2e paragraphe de la 2e partie de l'histoire racontée par Elios, on a ceci
    Son raisonnement paraissait intelligent, il est toujours plus d’adopter les voies tracées par d’autres –Elyes en l’occurrence- que de faire face à la tragédie.
    Il manque un mot après "il est toujours plus"... Je crois le deviner, mais je ne suis pas sûr...
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Pom pom pom ...
    Petit bilan rapide de mon avis sur ces trois premier chapitres. Personnellement, je n'accroche pas encore bien. Le commençement est un peu léger à mon goût, de par un développement relativement commun. Cependant, quelques points originaux sont déjà présents (le lien avec les centaures) et laissent présager d'une suite pas aussi simple que l'entrée en matière. Mais bon, personnellement, se fier à mon avis n'est pas toujours la meilleure des choses, je suis en effet assez difficile à contenter, sur n'importe quel plan artistique :notme: .
    Toujours est-il que, même s'il y a de petites erreurs de construction ici où là, tu as un potentiel certain. Cela se sent quand on te lit, les phrases tournent plutôt bien, et on prend plaisir à lire ton style.
    Reste pour moi à savoir si tu sauras exploiter ton potentiel, mais c'est encore un peu tôt pour juger.

    Wait'n'see ...
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  13. #13
    Cristal Invités
    pour Kerdän : en effet, quelques fautes de construction et un oubli ... c'était "il est toujours plus facile de...". désolée ! pourtant j'ai passé du temps à tout relire... ! mais bon, c'est difficile de ne pas laisser quelques coquilles par-ci par-là :notme:
    pour Mekren : well je te remercie de t'être mis à la lecture, et j'espère ne pas décevoir tes attentes pour la suite... mais je préfère vous prévenir, ce chapitre est on ne peut plus classique... please wait for the prochain chapitre qui sera beaucoup plus important pour le reste à venir... !


    4 - Où Nivelle reçoit sa première leçon de magie

    Nivelle rassembla les moutons rapidement : la nuit s’approchait, tenace, obligeante. Fédère lança deux ou trois aboiements, elle compta les bêtes en descendant la montagne, tout allait bien. Elle avait hâte d’arriver chez Elios.
    Ses moments les plus précieux se déroulaient toujours en compagnie du Druide. Les connaissances qu’elle acquérait dans la petite cabane à l’extérieur du village étaient pour elle des perles qu’elle amassait, pour constituer un trésor au fur et à mesure des jours. Un trésor que nul ne pourrait lui ravir.
    Elle devait bien entendu pour l’instant se contenter d’élaborer différentes potions, breuvages ou parfois de déchiffrer d’antiques runes dont elle apprenait l’alphabet jour après jour. Mais Elios le lui avait promis : « Quand tu seras prête, je t’apprendrais la magie ». Ainsi, elle se rendait chaque fois chez son Maître pleine d’enthousiasme, et préparée pourtant à la même déception qui lui semblait une éternelle malédiction. Il y avait néanmoins toujours quelque chose à découvrir pour maintenir sa curiosité.
    Sa conscience la força à se demander si elle préférait réellement une leçon d’Elios à une escapade avec Antonin, Geoffroy et Julie… un sourire gêné lui vint aux lèvres, elle ne pouvait choisir. Pas vraiment.
    Elle dévala les derniers mètres qui la séparaient de l’enclos, appréciant les battements du vent sur son visage, le claquement des cheveux contre ses oreilles. Fédère glapit, elle lui avait marché sur la queue… Heureusement qu’il ne peut pas s’exprimer comme Joseph, songea-t-elle en enfermant les bêtes dans leur enclos.
    Elle attacha le chien à la maison de son propriétaire, qui lui donna sa paye quotidienne. Nivelle alla ensuite au puits et se lava les mains dans le seau d’eau froide, Elios refusait qu’elle vînt les mains sales préparer des potions.
    Elle courut presque jusqu’à la cabane du Druide. Elle avait un bon pressentiment.
    - Bonjour, dit-elle avec précipitation, en ouvrant la porte assez brusquement.
    - Bonsoir, firent deux voix en même temps.
    Elle accorda un sourire radieux –un sourire d’enfant- au vieil homme et au chat, qui ne purent s’empêcher d’échanger des regards amusés, gagnés par la bonne humeur de la fillette.
    Elios et Joseph étaient assis devant la cheminée, où un bon feu crépitait, l’un sur un vieux tabouret en chêne ; le second pelotonné, le dos exposé à la chaleur agréable de l’âtre.
    - Tu aimes les châtaignes, si ma vieille mémoire ne me trahit pas ? demanda Elios.
    - Oui, beaucoup, dit-elle, une expression gourmande sur le visage.
    Il lui fit signe de s’asseoir sur le tabouret vide à sa gauche. Elle s’avança d’un air étonné : elle n’avait pas de grimoire à prendre, pas de parchemin, rien ?
    - Pas de leçon ce soir, lui expliqua Elios. Pas proprement dite, ajouta-t-il lorsqu’elle se fut assise.
    Nivelle écarquilla ses grands yeux verts. Pas de leçon ? … Peut-être les secrets de la magie lui seraient-ils révélés ce soir. Son regard se fit rêveur, pendant qu’Elios lui tendait un couteau afin qu’elle l’aide à ouvrir les châtaignes.
    Joseph étira doucement ses pattes et se leva. Le silence s’installait et Elios ne paraissait pas avoir envie de le chasser. Nivelle sentait bien que ce n’était pas à elle de le faire, on n’attendait pas d’elle qu’elle parle. Aussi continua-t-elle docilement d’entailler les châtaignes et de les placer dans la poêle. Quand celle-ci fut remplie, Elios se pencha pour la poser comme il le fallait dans le feu.
    - Tu vois, la meilleure façon pour cuire des châtaignes, c’est qu’elles soient sur les braises.
    Soulagée d’avoir enfin l’autorisation de parler, Nivelle ne put s’empêcher de demander :
    - Est-ce que les châtaignes ont un rapport avec la magie ? s’entendit-elle dire, pleine d’espoir.
    Ils rirent assez fort pour la vexer.
    - Pas tout à fait, dit Joseph en bondissant sur les genoux de la petite fille. Dis-moi, est-ce que je t’ai déjà raconté comment je suis devenu un chat ?
    Il jeta un coup d’œil vers Elios, comme pour s’assurer qu’il ne s’était pas trompé… Si le Druide avait répondu à ce signe, ce fut d’une manière trop discrète pour que Nivelle s’en aperçoive. Mais elle conserva ce détail dans un coin de sa tête, ainsi qu’Elios le lui avait appris.
    - Je croyais que tu étais un vrai chat, dit-elle sérieusement.
    - Un vrai chat ne parle pas ! s’indigna Joseph.
    - Je croyais qu’Elios t’avait jeté un sort !
    Le chat sauta à terre, cette fois-ci tout à fait offensé. Il avait cependant assez bien joué la comédie pour intriguer l’apprentie du Druide.
    - Ecoute, j’étais un homme avant. Un beau jeune homme…
    « C’est ça … » paraissaient dire les yeux de Nivelle.
    - Je vivais à Vinicia, et j’étais destiné à devenir Prédicant.
    Il fit une pause devant la grimace dégoûtée qui suivit ses mots. Puis il continua :
    - Je sais que ça peut te paraître invraisemblable, mais, oui, j’ai suivi l’enseignement des Prédicants. Je comprends, depuis que j’ai rencontré Elios, l’aveuglement dans lequel j’étais alors… bref, ne crois pas que je suis une nature influençable.
    Nivelle secoua la tête. Joseph lui avait toujours paru bien plus invincible que vulnérable. Mais songer qu’il avait fait partie du clergé de l’Unificateur, lui qui l’avait si souvent mise en garde contre « des hommes qui ne cherchent qu’à contrôler le pays à travers l’adoration que leur porte la plus grande partie de la population »… Elle se souvenait parfaitement de ces paroles…
    - J’étais jeune, donc ambitieux, continua le chat. Et prêt à tout pour monter le plus rapidement possible dans la hiérarchie. Ma famille, mon frère Obert surtout, sont très bien positionnés dans l’Ordre… mais ce sont des détails. Un jour mon Maître –dont je n’aurais jamais osé discuter le point de vue- m’a promis un avancement si je parvenais à séduire la fille du seul Druide de la capitale. Je n’ai pas hésité, sans compter que cette jeune fille était particulièrement jolie.
    Les yeux de Nivelle brillaient d’intérêt, captivée par l’histoire de Joseph. Elle en oubliait même son tic habituel, c’est-à-dire jouer avec l’anneau suspendu à son oreille droite.
    - Alors ? demanda-t-elle.
    - Alors j’ai séduit la fille du Druide. Et il nous a surpris tous les deux, seuls dans une mê-me pièce, sans chaperon. En ce temps, c’était suffisant pour un scandale. Afin d’éviter l’humiliation publique, le Druide m’a transformé en chat, et a dit à sa fille que j’étais mort…
    - Oh ! … mais comment vous êtes-vous rencontrés ? questionna Nivelle, s’adressant cette fois-ci à Elios.
    - Ma mère l’a découvert vagabondant dans les rues. Joseph a commencé à me parler lorsque je suis devenu Druide, espérant que je pourrais inverser le sort… ce qui n’est toujours pas le cas… Dis-moi, Nivelle, penses-tu qu’il y ait une leçon à retenir de l’histoire de Joseph ?
    La petite fille réfléchit un moment, le front strié par la concentration. Elle releva la tête, les yeux suivant les flammes qui léchaient la poêle et les châtaignes comme avec gourmandise.
    - Peut-être qu’il ne faut pas toujours croire ce que dit son Maître, et qu’il faut réfléchir soi -même à chaque fois. Et il y a des hommes mauvais parmi les Druides… et il faut être capable de… de… de se rendre compte que ce qu’on a appris n’est pas forcément la vérité.
    Elle n’était pas certaine de ses paroles, mais le sourire à la fois fier et satisfait d’Elios lui indiqua qu’elle voyait juste.
    - Je pense que tu es devenue assez grande pour que je te pose la question : est-ce que tu veux devenir Druide ?
    - Oui, dit Nivelle sans hésitation. Je veux faire comme vous : aider les gens, conseiller le chef, faire de la magie ! j’aime bien faire des potions, et lire des livres, et…
    - D’accord, on a compris, coupa Joseph qui avait vite fait de reprendre son austérité habituelle. Calme-toi !
    Nivelle se tut. Elle savait : elle allait apprendre tous les secrets des Druides.
    - Très bien, fit Elios en retirant les châtaignes du feu. Dans ce cas, si tu veux être officiellement mon apprentie, il faudra percer un second trou à ton oreille.
    - D’accord.
    - Bon, commençons. Nous allons débuter par le sort le plus simple. Créer une flamme dans ta main… Une des choses les plus utiles qui soient…
    Cette première leçon fut peu fructueuse. Nivelle avait beau répéter les gestes et les formules du mieux qu’elle le pouvait, rien ne se passait. Elle ne se rebutait cependant pas, sa détermination ne connaissait pas d’égale.
    Entre les encouragements d’Elios et les critiques de Joseph, quelques jours passèrent, puis à l’automne succéda l’hiver, toujours interminable dans les Monts Tannés, et enfin les premières lueurs du printemps arrivèrent, période faste qui s’accomplit dans l’apogée puis le déclin de la belle saison d’été. Apportant avec elles, cette année-là, de bien désagréables aventures pour les habitants des montagnes de l’Ouest…

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    well je te remercie de t'être mis à la lecture
    Etant moi-même écrivain en herbe, j'ai tendance à m'intéresser aux autres écrivains en herbe. Si je peux aider d'autres à s'améliorer comme on m'aide moi, je suis toujours partant.

    please wait for the prochain chapitre qui sera beaucoup plus important pour le reste à venir...
    Je reste sur mes positions, et j'attends ce fameux chapitre 5 pour voir ce que tu nous prépare pour de bon . Ce petit bout de texte n'est une fois de plus pas déplaisant à lire, mais tape toujours trop dans le commun pour m'accrocher à fond. Mais pas d'inquiétudes, j'ai aussi connu un passage dans le genre, ultra-classique et prévisible mais au combien nécessaire pour l'intrigue. Ca fait bizarre d'écrire des choses en dessous de ce qu'on a l'habitude de faire, mais c'est souvent un passage obligé, qui peut nous tomber dessus à n'importe quel moment de l'écriture. En l'occurence, pour un début de roman, poser un monde est une épreuve difficile et pas toujours des plus gratifiantes. Et tu t'en sors déjà pas mal.

    Alors, wait'n'see again.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  15. #15
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Ca me plait de plus en plus.

    Je suis juste un peu perdu dans le "déroulement temporel" de l'histoire.

    J'ai parfois l'impression que tu avances dans le temps et que tu repars ensuite en arrière.

    du coup c'est assez difficile de se faire une idée exacte de la chronologie, de l'écoulement du temps, de l'age de Nivelle.

    Par exemple sur ton dernier paragraphe Nivelle prend sa première lecon de magie, puis en une phrase quelques jours, quelques semaines puis quelques mois se passent.

    Du coup on ne sait pas vraiment la où tu vas reprendre.

    C'est très mineur tout ca.

  16. #16
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Je ne suis pas tout à fait d'accord... La trame est assez aisée à suivre (ce qui ne veut pas dire que c'est simpliste)

    Mais à l'instar de gogorafido, ça me plaît de plus en plus


    Juste une question qui n'a rien à voir : pourquoi cette abondance d'anglais ? :notme:
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  17. #17
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Je précise un peu cette histoire de chronologie.

    y a deux passages où pour moi c'est pas clair (je dis pas que c'est pas clair hein, je veux plutot dire que je ne m'y retrouve pas).

    1) Passage, mort du mari de Nivelle mère.

    Il meurt au bout de 2 ans de mariage donc un peu avant que Nivelle fille ait deux ans.

    juste après on a Nivelle qui dès qu'elle sait marcher et a conscience de sa liberté commence à courir partout ( un peu juste à 2 ans).

    elle prend l'habitude de se mettre à la fenetre de la maison qu'elle doit quitter peu après la mort du mari. (toujours à 2ans ou alors le déménagement prend du temps).

    Puis Nivelle mère doit commencer à travailler (la on a l'impression que du temps passe alors qu'en fait ca doit logiquement être rapide.).

    2) Initiation de Nivelle.

    Le chat va la trouver alors qu'elle garde des moutons ( a priori en été donc).

    puis scène de la cheminée (on se retrouve en hiver).

    puis initiation de la magie (Nivelle redescend les betes de la montagne (donc été) puis à la fin du paragraphe, Nivelle s'en sort pas trop avec ca 1ère leçon, on apprend qu'on est en automne et ... une année repasse).

    Je suis bien d'accord qu'il serait complètement inintéressant d'avoir le détail de journées où il ne se passe rien mais... je trouve qu'il manque parfois une petite phrase de "liasons temporaires" du genre "l'hiver suivant..."

    A moins que ce soit un effet stylistique voulu genre " je revois quelques points marquants de l'enfance de Nivelle en Flash, c'est un peu flou parceque se sont des souvenirs anciens". (je suis désolé d'être primaire).

    Enfin malgrè la longueur de ce post, je confirme que c'est vraiment mineur .

    un gros merci pour ton texte.


    :fleur:

  18. #18
    Cristal Invités
    A moins que ce soit un effet stylistique voulu genre " je revois quelques points marquants de l'enfance de Nivelle en Flash, c'est un peu flou parceque se sont des souvenirs anciens". (je suis désolé d'être primaire).
    well, en fait c'est ça, c'était pour faire un "genre" : je voulais écrire ce roman avec que des moments précis, un peu détachés les uns des autres, tout en espérant que ça reste compréhensible... apparemment c'est pas encore au point :..: je ne m'en étais pas rendue compte. En fait comme vous êtes les premiers à lire cette histoire, vous testez un peu toutes ces incohérences, désolée :notme: !

    et euh, je m'excuse humblement mais le chapitre 5 va devoir attendre un peu... (dur dur d'avoir internet seulement à la fac) so sorry...

    merci encore pour vos commentaires et compliments, sans vouloir faire naïve : ça fait "trop plaisir" !


    (sinon, j'adore caser quelquse mots d'anglais par-ci par-là... c'est juste pour le plaisir en ce qui me concerne )

  19. #19
    Date d'inscription
    septembre 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    235
    J'arrive en retard, désolé ! :blush: :fleur:
    Bon ! Après ce que les autres on dit, il ne me reste plus grand chose à commenter, je me contenterai donc de dire que moi aussi j’ai bien aimé le chapitre 4 qui annonce une suite plus palpitante, pour l’instant j’ai bien suivit l’histoire mais comme gogorafido j’ai un peu de mal à connaître l’age de Nivelle à travers les épisodes, mais bon ce n’est pas dramatique.
    Vivement la suite ! :happy:
    Statut: Présent de temps en temps, lorsqu'il pleut... heu non peut

    Adhère au SdPI : Syndicat des Protecteurs d'Ibsen

  20. #20
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Personnellement, l'aspect temporel décousu ne m'a pas gêné, au contraire. Il faudrait peut-être le retravailler un chtit peu à la fin du chap 4, mais pour le reste, ces petites scènes dispersées dans le temps sont pour moi un bon moyen de résumer l'enfance de Nivelle sans s'attarder trop et ralentir l'arrivée de l'intrigue. Car je suppose, d'après tes débuts, que tu n'es pas partie sur une chronique de la vie enfantine de Nivelle, suivie ensuite de dix-neuf tomes d'intrigue .
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  21. #21
    Cristal Invités
    well je continue tout ça, en espérant que vous aurez toujours envie de lire la suite... (c'est très long once again : neuf pages en Times 12 donc peut-être que vous aurez besoin de le lire en deux fois.)

    5 - Où Nivelle manifeste un certain potentiel

    À l’heure où les églises des villes sonnaient les matines, le soleil resplendissait au-dessus des montagnes. Chaque maison du petit village de Lourdes, reflétant les rayons de l’astre avec leurs murs de chaux blanche, paraissait inonder l’unique rue de lumière.
    Mais beaucoup ne s’annonçaient pas d’humeur à profiter du beau ciel bleu augurant une exquise journée : une foule de paysans de Lourdes mais aussi des villages voisins s’amas-saient devant la porte de la frêle cabane d’Elios. Rien que le souffle provoqué par leurs mur-mures semblait en mesure de la réduire en poussière. Leurs visages crispés et belliqueux ne présageaient pas de bonnes nouvelles, voire au contraire des réclamations. Joseph les retenait de son air autoritaire à l’extérieur –ils ignoraient que l’animal comprenait tout ce qu’ils di-saient, mais ils n’auraient osé chasser le chat du Druide de peur que cela ne leur porte mal-heur- le temps qu’Elios enfile son chapeau et se prépare à recevoir ses visiteurs matinaux.
    Elios ouvrit enfin la porte et fit face, tentant d’apparaître le plus impressionnant et res-pectable qu’il le pouvait, à la vingtaine d’hommes groupés à l’orée de la forêt. Quelques femmes étaient présentes aussi.
    Joseph lança un regard mauvais aux quémandeurs, souhaita bonne chance à son Maître d’un regard et partit vers le village –à la recherche de Nivelle sans aucun doute.
    Un homme s’avança vers le Druide. C’était un cultivateur de blé. Il venait de Tarnac, le village de l’autre côté de la forêt, un peu plus en altitude.
    - Bonjour, dit Elios avec politesse. Que se passe-t-il ?
    - Bonjours Druide. Le Grand Centaure est-il fâché aujourd’hui ? Aucun d’entre nous n’a pourtant rien fait pour l’offenser. Seul un Druide peut amener une colère aussi dévastatrice. Mais nous t’avons toujours considéré avec respect et reconnaissance ! nous savons que tu es indispensable, que…
    Elios leva les mains et l’homme tut aussitôt son flot de paroles quelque peu désordonné.
    - Je ne comprends pas, dit le vieux Druide. De quelle colère parlez-vous ? Qu’est-il arri-vé ?
    Un autre cultivateur parla alors, un habitant de St-Pheliset.
    - Aujourd’hui, en allant surveiller nos champs, nous nous sommes aperçus que la moitié des vergers étaient détruits.
    Elios se raidit. Il savait parfaitement ce que signifiait cette phrase. Une année perdue… une année de misère, et peut-être de famine si les réserves n’étaient pas suffisantes. Tant d’efforts réduits à néant alors que les champs et le soleil promettaient une récolte opulente et des granges remplies…
    - Vous pensez qu’ils ont été détruits par magie ?
    Avec le beau temps des derniers jours, il n’existait que peu d’explications plausibles… un acte de malveillance… ?
    Des murmures d’acquiescement s’élevèrent du groupe de paysans.
    - Bien… Conduisez-moi à vos champs. Si ç’a vraiment été fait par magie, je peux peut-être réparer les dégâts…
    Les sourires commençaient à revenir, et ils allaient se mettre en route lorsque deux en-fants accoururent, venant de la route de St-Pheliset. Ils criaient le nom du Druide. Les hom-mes s’écartèrent pour les laisser passer.
    - Maman est malade ! Maman est malade ! pleurait le plus petit des deux. Il devait avoir dans les quatre ans.
    - Arrête de pleurnicher, lui intima avec sérieux son aîné qui en revanche dépassait la di-zaine d’années. Monsieur le Druide, Maman était très bien hier soir, mais ce matin elle ne peut plus se lever, et elle a la fièvre ! Elle est enceinte, et…
    - Elios !
    Nivelle dévalait le chemin qui menait de Lourdes à la cabane du Druide, Joseph les grif-fes plantées dans son épaule.
    - La femme du berger est malade, elle a les fièvres et elle est enceinte…
    Elle s’arrêta, s’apercevant que tous les regards se tournaient vers elle. Elle atteignit la foule en ralentissant son allure. Elios fronçait les sourcils, concentré et légèrement dépassé par les événements bien qu’il ne cherchât à le cacher. Joseph vint se frotter contre ses jambes.
    - Nivelle, va chercher le Capitaine Digne, dit-il enfin. Il doit retrouver l’auteur de tout cela. Je crains qu’un Renégat ne veuille du mal à notre région.
    L’enfant ne comprenait pas pourquoi il fallait réclamer l’aide de quelqu’un qui venait de la ville, en qui elle n’avait nulle confiance, mais elle avait perdu l’habitude de discuter les décisions d’Elios. Elle n’hésita pas plus d’une seconde et partit en courant. Elle eut juste le temps d’entendre son tuteur annoncer qu’il allait s’occuper des cas les plus urgents.
    Le Capitaine Jacques Digne vivait non loin du moulin, en bas de la vallée. Nivelle courut de toute la force de ses petites jambes jusqu’à la maison du représentant de sa Majesté l’Unificateur dans la région des Monts Tannés.
    C’était une maison isolée, dans une vaste prairie verdoyante, accolée aux flancs des géantes de granit. Le cheval du Capitaine se reposait dans son écurie : il était encore tôt, son propriétaire n’avait pas commencé ses rondes monotones et interminables dans les villages en quête d’occasions pour exercer son autorité.
    Intimidée par le calme environnant, se souvenant avec exactitude des colères phénomé-nales qui avaient fait la réputation du Capitaine, Nivelle frappa timidement à la porte. Elle dut attendre un long instant avant que le Capitaine ne vienne lui ouvrir.
    - Que se passe-t-il ? demanda le soldat d’un ton bourru. Son élégance le démarquait d’ordinaire, mais au sortir du lit il avait les cheveux en bataille et les vêtements défaits.
    - C’est Elios qui m’envoie. Il y a des problèmes… des femmes enceintes sont tombées malades tout d’un coup, et des champs sont ravagés. Il dit que vous devez rechercher un Re-négat.
    Digne prit un temps pour mesurer les paroles de l’enfant, ignorant s’il devait leur donner crédit ou non.
    - Tu as deux anneaux… Tu es l’apprentie du Druide ?
    - Oui, monsieur. Je suis Nivelle Guise.
    - Ah ! Oui, je me souviens de toi –ce commentaire n’était pas forcément gratifiant.
    Il réfléchit à nouveau, mais cette fois-ci Nivelle pouvait voir dans ses yeux et sur ses traits la concentration tendue, les idées débattaient entre elles jusqu’à ce qu’une seule convainque les autres.
    - Retourne au Druide. Dis-lui que je vais revenir avec une garnison et un Prédicant, et nous allons organiser une battue. Qu’il fasse son possible pour rassurer les villageois. Je vais faire vite.
    Nivelle hocha la tête. Elle inspira profondément pour reprendre son souffle, puis repartit en courant. Le retour était plus difficile, la pente était ascendante. Elle prit une seconde pour se retourner vers la maison de Digne : il était déjà prêt et finissait de seller son cheval à la robe pommelée. Il jeta un regard vers elle et se rendant compte qu’elle était arrêtée lui fit un geste de la main pour qu’elle reprenne sa route.
    Elle arriva enfin à Lourdes. Joseph l’attendait devant la maison de Richard Huchete. Sans doute avait-il été prévenu de la situation car on s’agitait à l’intérieur. Elle s’accroupit pour avoir ses yeux presque au niveau de ceux du chat.
    - Qu’a dit le Capitaine Digne ? questionna Joseph, qui éprouvait la même méfiance que Nivelle envers cet envoyé de la ville.
    L’élève du Druide lui répéta mot pour mot ce que le soldat lui avait dit.
    - Bien. Va t’occuper des moutons, comme d’habitude. Je vais transmettre le message à Elios. Il est en train d’essayer de défaire les actes du Renégat. C’est moins évident que ce qu’il avait prévu.
    Nivelle voulut protester. Elle considérait comme son devoir d’aider son Maître du mieux dont elle était capable.
    - C’est lui qui veut que tu restes ici, répondit sèchement Joseph. Il aura besoin de toi plus tard !
    Nivelle laissa son mécontentement s’afficher avec ostentation sur son visage, mais n’ajouta pas un mot. Elle passa chez le berger pour voir si Elios avait réussi à guérir sa femme : le berger était parti, et son épouse en train de faire le ménage dans les deux pièces qu’ils occupaient. Rassurée, Nivelle détacha Fédère, sortit les bêtes de l’enclos et les mena jusqu’au sommet le plus proche, celui qu’elle préférait. Elle s’installa sous le grand pin seu-lement après avoir vérifié que personne ne rôdait dans les alentours.
    Cette rumeur de Renégat ne quittait pas son esprit, mais elle n’arrivait pas à réfléchir normalement, l’esprit comme encombré, obsédé, par une flottante image dont elle ne pouvait se débarrasser. Alors qu’elle ouvrait son petit couffin où sa mère, à son réveil, lui glissait de quoi se sustenter, elle reconnut les pas qui gravissaient la pente face à elle.
    - Antonin ! le salua-t-elle avec transport. As-tu faim ?
    - Non, non, j’ai déjà mangé, l’informa-t-il en venant s’installer à sa gauche, contre le tronc bien droit du grand pin. Alors, tu as entendu parler de ce qui s’est passé dans les champs ?
    Elle hocha la tête. Les yeux étroits de son ami révélaient le même état d’esprit qu’elle : inquiétude, angoisse… voire de l’effroi. Elle s’imagina un spectateur qui arriverait de la montée derrière eux : il pourrait observer deux tignasses, l’une blonde et l’autre brune, la première de cheveux fins et désordonnés, la seconde de boucles épaisses, sauvages.
    - Dis, Nivelle, entreprit Antonin. Puisque tu es l’apprentie du Druide, cette histoire de Renégat, ça te concerne un peu. C’est une histoire de magie… non ?
    Elle le dévisagea, un peu surprise, un peu indignée et honteuse. C’était comme s’il l’accusait de ne pas vouloir aider Elios alors que c’était ce qu’elle réclamait, mais en même temps elle ne se trouvait évidemment pas aux côtés de son Maître, mais en train de garder de stupides moutons.
    - Qu’est-ce que c’est ?
    - Pardon ? fit-elle, brusquement sortie de ses réflexions.
    - Un Renégat. Qu’est-ce que c’est ?
    - Euh… attends que je t’explique… c’est… Des hommes et des femmes formés à la ma-gie. Prédicants ou Druides. Le problème c’est que… pour des raisons qui sont différentes à chaque fois, ils ont étés bannis de leur religion. Et comme ils n’ont plus le droit de pratiquer la magie, leur vie n’a… comment te dire ? leur vie n’a plus de sens. Si tu as le pouvoir de la ma-gie et que tu ne peux pas en faire, c’est comme si… je veux dire, c’est comme si tu n’avait vraiment plus aucune utilité sur cette terre, pour la Nature. Tu n’as plus qu’à te laisser mourir. Alors certains font quand même de la magie, mais si on les en a exclus, c’est souvent pour une bonne raison. Et surtout, enfin, j’imagine, les Renégats doivent chercher à se venger…
    Antonin hocha la tête, assimilant ces informations. La jalousie n’avait jamais gagné le terrain de son cœur quant au fait que Nivelle, entre tous, soit devenue l’apprentie du Druide. Il regrettait juste qu’elle passe tout ce temps sans lui, qu’elle ne participe plus aux jeux avec Julie et les autres car Elios lui prenait tout son temps libre. Souvent, il n’aimait pas qu’elle possède toutes ces connaissances, que lui n’acquérrait jamais, et qu’elle ne partageait guère. Ainsi il appréciait d’autant plus leurs moments, si rares, en tête à tête.
    - Tu as une brebis qui s’en va, lui signala-t-il.
    L’animal s’était soustrait à l’attention pourtant sans relâche de Fédère.
    - Tu crois que le Renégat s’attaque à nos montagnes pour se venger de quelqu’un ? de-manda Antonin comme elle s’éloignait pour rattraper sa brebis.
    Nivelle s’arrêta en plein milieu de ce qu’elle faisait oubliant momentanément tout ce qui l’entourait.
    - De qui ? ou de quoi ? interrogea-t-elle à voix haute.
    Il haussa les épaules. L’enquête ne l’intéressait guère. Il voulait simplement qu’on le protège, mais il se moquait des détails. Cependant Nivelle poursuivit sa réflexion tout haut, d’ailleurs plus pour mettre ses idées en place plus aisément que pour les partager avec Anto-nin :
    - Les actions du Renégat touchent la région entière. Ce n’est pas que Lourdes, ou que Tarnac.
    - Nan, confirma son ami. Des champs d’Ephèz et de Saint-Pheliset aussi ont été ravagés.
    - Qui est-ce qui s’occupe de toute la région ?
    Il réfléchit un instant, comme si elle lui avait directement posé la question.
    - Deux personnes seulement s’occupent de tout les Monts Tannés, finit-il par dire, parce qu’elle ne semblait pas trouver la réponse, ou du moins elle ne lui en faisait pas part. Elios le Druide. Et le Capitaine Digne.
    - Ce sont les deux cibles potentielles pour la vengeance d’un Renégat, résuma-t-elle après un moment mais incapable d’amener plus loin ses raisonnements. Antonin ne fit pas de com-mentaire, se contentant d’admirer la vallée en contrebas.
    Fédère la sortit de ses pensées d’un jappement aigu. La brebis s’en allait… Nivelle rattra-pa l’animal et le reconduisit au milieu du troupeau. Elle se dit qu’elle devait discuter de tout cela avec Elios.
    Antonin lui tint compagnie pour son déjeuner puis rejoignit le village. Le soir venu, quand elle descendit de la montagne et vint frapper à la cabane de son Maître, celui-ci était absent : quelques personnes attendaient devant sa porte, impatients et agités. Ils marmon-naient entre eux, se plaignaient, maugréaient. Nivelle n’avait eu aucun écho des derniers évé-nements, mais à les voir elle ne doutait pas que le Renégat avait causé d’autres dommages. La chaleur de la journée s’entassait et rendait tous les êtres vivants, humains ou animaux, d’une nervosité extrême. Les nuages comptaient s’installer pour la nuit mais la température ne bais-sait pas. Bien que Joseph lui ait dit qu’Elios aurait besoin d’elle, elle n’avait aucune envie de demeurer au milieu d’hommes en colère et aurait voulu regagner les murs frais de sa maison au plus vite.
    Une silhouette s’avança sur le chemin en provenance de Lourdes. Nivelle la reconnut ra-pidement et fut rassurée : arrivait Richard Huchete, le chef du village. Il chemina jusqu’au devant des cultivateurs, les saluant tous par leur nom, car dans les Monts Tannés Richard connaissait tout le monde. Il allait prendre la parole, sans aucun doute pour leur demander de rentrer chez eux, mais le plus vieux des hommes présents avait trop envie d’épancher ses griefs sur une quelconque autorité pour se retenir plus longtemps.
    - Le Druide a fait appel à Digne ! cria-t-il avec hargne. Des Ouestiens sont dans nos montagnes ! Ils disent vouloir nous défendre mais ce sont des espions du roi ! Ils veulent nous contrôler ! Ils ont fouillé mon village, ils…
    - Foursi ! l’interrompit Richard.
    Le vieil homme resta la bouche ouverte, ses derniers mots se perdant dans un grogne-ment. Il jeta un regard agacé à Nivelle, comme si l’enfant était responsable de sa gêne.
    - Foursi Têtedesanglier, reprit le chef de Lourdes. Les soldats du Capitaine Digne sont des Ouestiens, et cela me fait aussi mal au cœur qu’à toi. Mais le Druide et moi, et les chefs d’Ephèz, de Tarnac et de Saint-Pheliset avons admis que nous ne pourrons jamais attraper le Renégat sans leur aide.
    - C’est avec la magie qu’on chasse ce genre de vermine, interrompit un autre paysan comme s’il pensait à voix haute.
    Richard accrocha son regard.
    - C’est par magie qu’on les vainc. Mais pour cela il faut d’abord les piéger. Et le Druide n’a pas fini de former son… il lança un sourire à Nivelle. Son apprentie n’est pas prête. Il est seul. Et seul il ne peut pas explorer les Monts Tannés entièrement. Ces Ouestiens repartiront sitôt que les problèmes cesseront. J’y veillerai personnellement.
    La parole du chef ne pouvait être remise en cause. Car si on ne lui faisait pas confiance, en qui pourrait-on croire ? Les hommes se dispersèrent. Nivelle ne bougea pas. Richard se pencha alors vers elle :
    - Elios ne va pas revenir bientôt. Rentre chez toi. Mme Guise s’inquiète.
    Nivelle fronça les sourcils. Les mots de Richard l’avaient inquiétée.
    - Il aura peut-être envie que je l’aide, dit-elle.
    - Va.
    Son visage ne se déparait pas de sa mimique soucieuse mais elle n’osa pas tenir tête à Richard. Elle fila jusque chez elle.
    Mme Guise l’attendait dans la grande pièce. Elle se leva de sa chaise dès que sa fille ap-parut sur le seuil, et la serra dans ses bras. Nivelle n’avait que dix ans, pourtant mère et fille se ressemblaient déjà énormément.
    - Tu n’aurais pas dû aller au pâturage aujourd’hui. Nous ne sommes plus en sécurité avec un Renégat dans la région. J’espère que le Capitaine Digne le tuera bientôt.
    Nivelle se dégagea des bras de sa mère, puis acquiesça. Mme Guise vouait une grande admiration au Capitaine. Il représentait tout ce qui l’attachait à son passé : les villes, la noblesse, l’Ordre… Nivelle avait vite appris qu’il était inutile de démontrer les abus du Capi-taine ou même sa bêtise. Il était sacré.

    * * *

    Pendant ce temps, le même Capitaine Digne, ignorant ce que pensaient respectivement de lui les deux Nivelle, arpentait les coins les plus sombres de la forêt des Monts Tannés. Der-rière lui, une dizaine d’hommes en armes, l’uniforme couleur azur –couleur de l’Unificateur- le suivaient mal à l’aise dans ces bois qu’ils ne connaissaient pas. La perspective d’un René-gat en colère rôdant aux alentours les effrayait autant que les habitants des montagnes.
    Contrairement à ce que l’on attendait d’elles, les pensées du Capitaine flânaient à des lieues des événements de la journée. En réalité, la survenue de ces problèmes créait pour lui une magnifique occasion. Une dont il rêvait depuis longtemps… Lorsqu’il avait galopé jus-qu’à la ville la plus proche pour réclamer une garnison ce matin, le Seigneur de Nance lui avait fait comprendre que s’il mettait fin à la cause de tous ces dégâts, le Capitaine pourrait recouvrer un poste à Nance, et peut-être même à la capitale… Il sourit. Son contraignant exil serait enfin interrompu… Il reprendrait sa vie luxueuse, dans laquelle il lui serait possible de monter en grade comme il l’avait toujours ambitionné ! Fini les interminables gardes entre les pitons déserts et venteux, où les seules femmes qu’il rencontrait n’étaient que des paysannes sans aucune élégance et encore moins d’éducation. Il retournerait à l’église en espérant qu’entre-temps l’Unificateur ne l’avait pas oublié…
    La lune se permit une éclaircie entre les lourds nuages… Jacques Digne ne pensa même pas à en profiter pour scruter d’avantage les ombres entre les arbres. Dans ses rêves il était déjà reparti à la cour de Vinicia…
    Peut-être aurait-il dû faire preuve d’un peu plus de vigilance… Car un peu plus loin, der-rière l’épais tronc d’un pin majestueux, deux silhouettes étouffaient leur mystère en silence. L’une, voûtée, trahissait l’âge d’un vieil homme. La seconde, plus petite, semblait dessiner les contours d’un enfant.

    * * *

    Le lendemain apporta son nouveau lot de catastrophes. Pendant la nuit, non seulement la battue n’avait servi à rien, mais le Renégat s’était attaqué aux enfants… Au réveil, les habi-tants de Lourdes s’aperçurent que tous leurs gavroches, des nouveau-nés aux adolescents, souffraient de fortes fièvres…
    Nivelle fut épargnée. Grâce à la protection des Centaures, se dit-elle. Ce Renégat devait posséder un incroyable pouvoir, mais il lui eût fallu être un dieu pour le moins pour l’envoûtement des anneaux druidiques.
    Bien entendu, Mme Guise ne connaissait pas tous ces détails, et sa fille ne prit pas la peine d’essayer de les lui faire comprendre. Néanmoins, la jeune mère ne voyait que trop bien que Nivelle courait un danger, et qu’il fût invisible ne changeait rien aux risques encourus. Elle lui interdit donc de sortir de la maison… jusqu’à ce que le Renégat soit enfin capturé. Pour s’assurer de son obéissance –qui n’était jamais chose acquise- Mme Guise décida de rester enfermée en sa compagnie.
    La journée passa lentement. Il apparut que beaucoup d’autres familles avaient fait le même choix que les deux Nivelle, aussi ne reçurent-elles aucune visite.
    Nivelle –l’enfant- faisait le tour de la pièce, encore et encore, inlassablement. Elle perce-vait d’une manière indescriptible qu’elle devait aider Elios. Une pulsion plus forte que ses sens et que sa perspicacité lui dictait d’aller fouiller les Monts à la recherche d’un quelque chose peu défini. Ces sensations lui rongeaient la tête et elle se trouvait dans l’incapacité de faire quoi que ce fut. Elle passa la matinée devant la fenêtre, celle qui donnait sur la rue, à espérer la silhouette du Druide ou celle de Joseph qui viendrait la chercher. L’après-midi, elle se disait qu’elle s’ennuierait moins en lisant le grimoire que lui avait prêté Elios ou en aidant sa mère à la broderie mais cette étrange force le lui interdisait.
    Le soir s’étendit petit à petit, engloutissant dans leurs propres ombres les murs et les toits du village. Mme Guise partit dormir peu avant l’apparition de la lune qui tardait, coquette, à se montrer en ces nuits estivales. Sans doute avait-elle mieux à faire. Mais Nivelle n’y tenait plus. Pendant toutes ces chandelles, le moindre bruit devant la porte lui avait fait espérer la venue de Joseph… Elle mit ses chausses –Antonin lui avait donné les siennes, désormais trop petites pour lui- et sortit doucement de la maison pour courir vers la cabane d’Elios –vide. Nivelle se retourna vers la forêt. Les arbres qu’elle connaissait si bien paraissaient particuliè-rement menaçants ce soir-là. Elle hésitait à entrer dans les bois, confrontée au dilemme de sa peur et l’envie de céder à cette force intrigante, qui la poussait vers ce quelque chose encore inconnu. Les images de son Maître se battant contre le Renégat, avec pour seul allié un Joseph montrant ses griffes surgissaient de temps à autre dans son esprit… Elle sortit un couteau de sa poche. C’était un petit poignard, une arme frêle, qu’elle avait hérité de son père adoptif. C’était une des armes, entre autres massues et épées, qu’il portait sur lui lors de la chasse à l’ours qui l’avait rendu à la Nature.
    Nivelle s’enfonça dans la forêt. L’alignement des arbres abaissait à peine la température, qui ne voulait décidément pas perdre ses degrés malgré la nuit. Pour dissiper les ténèbres qui l’étouffaient elle voulut se servir du sort qu’Elios tentait de lui apprendre depuis plusieurs mois déjà : elle n’obtint qu’une pâle flammèche vacillant au creux de sa paume droite, mais cela suffit à la rassurer et à lui redonner courage. Elle se sentait possédée par la magie et elle arborait plus fièrement que jamais de sa situation d’apprentie Druide.
    Elle ignorait totalement où pouvaient se trouver le Renégat ou Elios. Elle décida de monter vers le plus haut sommet, suivant cette intuition qui la submergeait le matin. Elle choi-sit d’avoir confiance.
    Elle passa devant les arbres défigurés par la lumière tremblante de son sortilège. Elle es-saya d’ignorer leurs formes agressives et presque vivantes… Qui sait, se dit-elle, le Renégat peut les avoir montés contre moi… Elle avançait prudemment, écoutant le moindre bruit avec une attention nerveuse. Peu à peu l’air s’emplissait, humide, d’une odeur sourde, âpre. L’effluve paraissait combler l’espace entier, sans laisser plus de place à quoi que ce fut d’autre, pleine de promesses contradictoires. Cette seule odeur, si enflée, sublimait tous les autres parfums de la forêt, les renforçait en les emportant dans son gigantesque élan. L’orage approchait.
    Ce ne fut qu’une fois parvenue en haut du Pic Edenté que Nivelle crut déceler une respi-ration… derrière elle. La petite fille pivota sur elle-même. Les arbres se faisaient plus rares au sommet, où les hautes herbes s’adonnaient à une douce folie, aidées par un vent pour l’instant encore novice. Elle tendit sa main droite pour essayer de distinguer une ombre parmi les om-bres, et de sa gauche serra plus fort le poignard de son père.
    - Qui es-tu ? Que fais-tu là ? demanda une voix, légèrement inquiète.
    - Nivelle sursauta. Elle ne voyait rien. Sa flamme s’éteignait au fur et à mesure que sa peur s’accroissait. C’était un enfant qui avait parlé, un garçon. Elle n’avait jamais entendu cette voix auparavant. Nivelle ne comprenait pas : elle connaissait tous les enfants des Monts Tannés… Elle décida de répondre.
    - Je suis Nivelle, l’apprentie d’Elios, dit-elle assez fortement pour masquer son angoisse. Elle marqua une pause. Aucune réaction de la part de son interlocuteur. Elle recula de quel-ques pas. – Je cherche mon Maître.
    Alors le garçon marmonna quelques paroles. Elle reconnut aussitôt ces mots : c’étaient ceux qu’elle cherchait à maîtriser depuis un temps qui lui paraissait si long, ceux de la for-mule. Trois flammes jaillirent dans la main d’un garçon face à elle, pleines, lumineuses, et gracieuses et dansantes. Nivelle sentit la jalousie et la frustration l’envahir, chassant la peur.
    - Et toi qui es-tu ? ! fit-elle avec une certaine hargne.
    - Je suis Phaéton. Je suis l’apprenti d’Hermès. Le Renégat, ajouta-t-il.
    Le vent se mit à souffler, balayant les cheveux de Nivelle. Elle leva la tête vers l’élève du Renégat, dont le corps était parfaitement éclairé par ses flammes. Pâle, brun, maigre comme elle, l’air décidé, presque enragé.
    Un éclair balaya le ciel, et avec lui les premières gouttes de pluie, comme pour souligner l’étrangeté de la situation. Quelque part dans les montagnes, Elios et Hermès se cherchaient et c’étaient leurs apprentis qui se retrouvaient prêts à se battre. Nivelle ne sentait plus l’envie de rejoindre Elios, ce qui l’avait poussée à sortir de chez elle s’était soudain apaisé.
    - Mon Maître est venu ici pour se venger d’Elios, commença le garçon, parlant sur les premiers rugissements du vent. Par la faute de ce Druide, mon Maître est devenu un René-gat… ! Par sa faute, il est toujours chassé de tous les villages, et je ne parle pas des villes… ! On lui a brisé ses anneaux d’or, on l’a privé de la protection des Centaures !
    - Si Elios a fait cela c’est qu’il avait une bonne raison ! répliqua Nivelle, criant presque pour couvrir un brusque coup de tonnerre.
    Au lieu de répondre, Phaéton écrasa les flammes, les laissant tous deux aux lumières fur-tives des éclairs, et bondit sur Nivelle, un couteau luisant entre les doigts de sa main.
    Nivelle eut à peine le temps de sauter sur le côté. Elle trébucha contre une pierre et tomba sur le dos dans l’herbe mouillée. Phaéton s’élança pour lui planter son arme dans le cœur et elle dut rouler pour l’éviter. Une nouvelle illumination zébra le ciel : elle vit qu’il était déjà prêt à l’attaquer de nouveau. Cette fois-ci elle était sur ses gardes… Voulait-il vraiment la tuer ? Elle l’ignorait… en tout cas, il savait se battre alors qu’elle s’était juste parfois amusée avec des bâtons en bois face à ses amis. Elle croisa son regard. Elle y vit qu’il se battait pour sa mort… Soudain il tenta de frapper au cœur. La surprise et la peur la frappèrent tant qu’elle ne put réagir assez vite. Nivelle réussit à peine à reculer. Il lui traça à la pointe du couteau une ligne brûlante entre ses deux seins naissants. La douleur la fit revenir à la réalité : la pluie, ses vêtements trempés, les yeux de braise de son adversaire. Phaéton allait revenir à l’assaut. Elle décida de prendre cette fois-ci les devants. Elle le saisit à l’épaule et voulut le pousser de tou-tes ses forces.
    À l’instant où Nivelle le toucha, le temps parut se figer quelques secondes. Une onde instantanée et infinie traversa le paysage. Tout se déforma et tout aurait pu rester ainsi jusqu’à la fin de l’éternité. Mais une explosion de lumière sépara les deux enfants avec une violence immatérielle. Ils se retrouvèrent projetés à plusieurs mètres l’un de l’autre, tout à fait aveu-glés. Quelques minutes passèrent : ils n’arrivaient pas à ouvrir les deux et Nivelle, pour sa part, s’était heurtée à un arbre lors du choc et n’osait pas bouger.
    - Nivelle ! cria soudain la voix d’Elios à travers la pluie et le vent.
    Par un effort qui lui coûta quelques gémissements, Nivelle se remit debout. Elle cligna des yeux. Alterné avec des moments d’obscurité, Phaéton entra à l’extrémité de son champ de vision, étendu dur le ventre, immobile et les cheveux au vent, puis un Elios aux contours flous apparut à son tour.
    - Nivelle ! Est-ce que ça va ? Tu es blessée ! s’exclama-t-il horrifié.
    - Ce… ce n’est rien, balbutia-t-elle. Sa tête lui tournait. Elle ne comprenait pas ce qui lui était arrivé… Cette lumière, cette décharge d’énergie lorsqu’elle avait frôlé Phaéton…
    - Phaéton !
    Une autre voix dans la tourmente. Une voix usée, perçante, retorse… désagréable. Elios, la main sur l’épaule de Nivelle pour la protéger, fixa les arbres qui entamaient la pente de la montagne. Nivelle se retourna et entrevit à la lueur d’un éclair un homme qui marchait péni-blement jusqu’au sommet.
    Elios ne signala pas à Nivelle que ce dos voûté était responsable des catastrophes de ces deux derniers jours : elle l’avait déjà compris. En revanche les doigts crispés du Druide s’enfonçant dans son omoplate indiquaient clairement que le Renégat appartenait à une autre classe que son apprenti.
    Hermès atteignit le sommet et fit face à Elios et Nivelle, quelques mètres à peine les sépa-rant.
    - Que s’est-il passé ici ? fit Hermès, sur la défensive. Tu t’es attaqué à mon pupille ? Cette bassesse ne m’étonnerait pas de ta part, Elios le Terrassé.
    La main d’Elios ne traduisit aucune réaction sur l’épaule de Nivelle, mais il la serrait tel-lement fort que son épaule sortirait plus meurtrie encore de cette aventure que son dos. Elle entendit Phaéton qui commença à gémir un peu plus loin, derrière Elios. Mais Hermès ne lui prêtait plus aucune attention.
    - Je savais que tu réclamerais vengeance, dit Elios calmement –malgré cette tranquillité sa voix paraissait dominer le souffle du ciel. Cependant je ne pensais pas que tu nuirais à tant de personnes pour venir à moi !
    Il tremblait de colère à présent –ou peut-être était-ce de haine. Nivelle ne pouvait croire toutefois qu’Elios tuerait ce Renégat. Elle ne doutait pas qu’il contrôlait assez de magie pour faire descendre un éclair directement sur son ennemi. Mais il n’avait rien d’un assassin.
    - Pas de bons sentiments, Elios… ! L’offense que tu m’as faite vaut bien la souffrance de tes proches ! D’ailleurs j’ai bien plus envie de faire brûler vive ta jeune élève que ton vieux corps devenu insensible à la douleur avec la force des ans !
    Nivelle se raidit. Elle était prête à en affronter dix comme lui, tant que son Maître restait épargné.
    - Maître ! glapit Phaéton.
    Nivelle se dégagea aussitôt de l’étreinte d’Elios pour aller protéger ses arrières. Elle igno-rait encore tout ce dont le garçon était capable. Elle conserva cependant une certaine dis-tance ; c’était quand elle l’avait touché que le phénomène s’était produit. Elle jeta un œil der-rière elle… si elle réussissait à recréer cette explosion tout près du bord –en se situant elle-même du bon côté- et si elle pouvait y entraîner Hermès…
    - Non, dit Elios.
    Elle tourna. C’était bien à elle qu’il s’adressait ! Elle resta bouche bée… il s’était intro-duit dans ses pensées ? Elios reprit, en direction d’Hermès :
    - Tu vas me promettre de ne plus jamais revenir dans les Monts Tannés. Au nom des Centaures, jure-le !
    Hermès ricana, haut et fort, levant la tête vers le ciel noir dans une attitude des plus vul-gaires. Un éclair frappa juste devant son nez, interrompant son atroce éclat. Il leva ses yeux sans fond, semblables à ceux d’une tête de mort, pour croiser le regard du Druide. La foudre tomba à nouveau à ses pieds.
    - Phaéton ! hurla Hermès. Viens !
    L’apprenti passa devant Nivelle qui ne fit aucun mouvement pour l’empêcher de rejoin-dre son Maître.
    - Jure-le, répéta Elios, la voix toujours aussi calme –mais ce calme même se transformait en menace.
    - Je le jure, articula Hermès, crachant aux pieds d’Elios.
    Il tourna le dos et commença à redescendre la montagne. Mais Phaéton ne bougeait pas.
    - Je reviendrai ! cria-t-il. Je n’ai rien juré, moi ! Je reviendrai et je vengerai mon Maître !
    Glapissant ces mots, il fixait plus Nivelle de ses yeux omniscients qu’Elios à qui il s’adressait.
    - Je t’attendrai, petit, murmura le Druide, mais Phaéton partit en courant à la suite de son tuteur, après avoir lancé un dernier coup d’œil à l’apprentie d’Elios. En croisant ce regard, Nivelle sentit une impression de partage, d’unité, qui s’imprégna en son cœur comme s’il avait été marqué au fer rouge.
    Elios se retourna vers Nivelle.
    - Est-ce que ça va ? Ce sang, montre-moi.
    Nivelle balaya ses inquiétudes d’un geste de la main.
    - Ce n’est rien… ma mère aura un baume à la maison.
    Ils restèrent silencieux un long moment, au milieu de l’orage, protégés par les quatre éléments déchaînés.
    - Il ne reviendra pas ? demanda Nivelle, un peu tremblante.
    - … En tout cas, il ne fera plus de mal. Il n’osera pas. Cet homme est profondément lâ-che. Rentrons, tu vas tomber malade et je ne pourrai que te donner une infusion.
    Ils prirent le chemin de Lourdes, sans dire mot. Puis à nouveau Nivelle brisa le silence :
    - Ce qui vous a fait venir, c’était l’explosion de lumière, n’est-ce pas ? C’est arrivé quand je me battais contre Phaéton. Est-ce que vous savez ce que c’est ?
    Elios ne répondit pas immédiatement. Nivelle leva les yeux vers lui. On eût dit qu’il hé-sitait entre vérité et mensonge.
    - Je l’ignore, soupira-t-il enfin. Mais nous chercherons dans mes grimoires. Plus tard.
    - Pourquoi avez-vous fait enlever les anneaux d’Hermès ? enchaîna Nivelle.
    Elios soupira encore, mais avec un sourire cette fois-ci. Il alluma la flamme dans sa main.
    - Il a voulu jouer au savant fou. Il s’occupait de forger les anneaux des Centaures. Il a tenté de créer une boule d’or, un concentré de pouvoir magique. On l’a arrêté à temps. Je fai-sais alors partie du conseil des Druides. Nous ne l’avons pas radié, il est juste redevenu un Druide « ordinaire ». Mais il a poursuivi son idée folle et a récidivé… d’une façon bien pire.
    Ils arrivaient devant la cabane d’Elios.
    - Il a essayé de capturer un Centaure. Je l’en ai empêché. C’était ma parole contre la sienne. Le Conseil m’a fait confiance… Il avait gaspillé sa seconde chance, tu comprends ? J’ai voté sa radiation… Je pense qu’il aurait continué sur cette voie si on lui en avait laissé l’occasion. Mais comme tu l’as entendu, son jeune apprenti est d’un avis tout à fait contraire au mien… !
    Nivelle sourit.
    - J’imagine que tu as d’autres questions, continua Elios. Et c’est normal… Mais pour cette nuit tu dois essayer de profiter des chandelles qu’il nous reste pour dormir.
    - Juste… fit Nivelle.
    - Oui ?
    - Promettez-moi de ne plus jamais lire dans mes pensées. Jamais.
    - Je te le jure. Au nom des Centaures et de la magie, je te le jure.
    Elle hocha la tête, satisfaite.
    - Bonne nuit, dit-elle.
    - Bonne nuit.
    Elle remonta l’unique rue du village, laissant Elios à sa cabane. Elle rentra doucement chez elle –sa mère dormait et ne s’était rendu compte de rien. Elle s’approcha du lit de sa mère :
    - Maman ? murmura Nivelle en lui touchant l’épaule.
    - Que… ? lança Mme Guise, aussitôt réveillée.
    Elle manqua de pousser un cri d’effroi en voyant sa fille trempée, tâchée de sang au torse –sans compter les chausses déchirées.
    - Que t’es-t-il arrivé ? demanda-t-elle d’une voix perçante.
    - Le Renégat est parti, Maman. Il ne reviendra pas.
    - Loué soit l’Unificateur, dit Mme Guise.
    Elle prit sa fille dans ses bras et l’étreignit longuement.

    * * *

    L’image de Phaéton, les yeux fous de l’envie de vaincre, et son dernier regard en partant, restaient ancrés dans la mémoire de Nivelle. Telle une image fantôme qui n’avait aucunement envie de la quitter. Elle hanta ses jours et ses nuits, longtemps… Tant qu’elle fut présente, Nivelle demanda des explications à Elios sur les étranges événements de cette fameuse nuit. Mais il resta toujours évasif et le souvenir fut peu à peu enseveli dans les sillons du quotidien, pour ne devenir plus qu’une ombre au fond de son cœur.

  22. #22
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    ca devient vraiment sympa.

    Tu devrais demander un sous forum dans les oeuvres des couronniens!

  23. #23
    Cristal Invités
    merci !
    euh un sous-forum ? je ne sais pas comment faire et puis, j'imagine qu'il faut ptetre un peu plus de lecteurs, non ?
    je pensais mettre le chapitre 6 mais bon je vais attendre un peu voir s'il y a d'autres réactions... ! :notme2:

  24. #24
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Pour le sous forum, un petit mp à un admin et le tour est joué. mais ne t'inquiètes pas, avoir un gros nombre de lecteurs n'est pas nécessaire (du moment qu'on est trois à te suivre, c'est vraiment pas un problème). D'ailleurs je te conseille grandement de le faire, organiser sa manière de poster est tout à fait intéressant.

    Pour le texte, désolé, je ne l'ai pas encore lu, je suis en TS :snif: ... Mais je m'en vais le faire le plus tôt possible...
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  25. #25
    Cristal Invités
    ok well je verrai pour le sous-forum... en tout cas désolée je ne peux pas poster la suite avant la semaine prochaine !
    bon week-end à tout le monde !

  26. #26
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Et dire que je pensais que c'etait la suite alors que c'était que du flood.


    That's just too sad. :snif:

  27. #27
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Nooon, un peu en retard quand même :rigoler: .
    Enfin, ça valait le temps d'attendre . On a beau rester dans une histoire de "magiciens" relativement simple (prescience, lecture de pensées et zoulis éclairs), on prend pas mal de plaisir à te lire.
    En fait, j'ai une impression de simplicité bien huilée et travaillée. Comme si tu avais un squelette de réçit tout préparé, et que tu brodais par autour. C'est assez difficile a exprimer, mais tu fais cela avec talent, pas de doutes là dessus.
    Bon, quand je parle de simplicité, il faut savoir que j'ai tendance à aimer les trucs ultratordus et complexes au possible... A, le cycle d'Ambre :love: ... Donc, ce qui est simple pour moi relève d'une intrigue certes classique mais pas de la réutilisation de clichés éhontée.
    Un bon travail donc, je suis ta production avec intérêt .
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  28. #28
    Cristal Invités
    merci beaucoup pour ce commentaire : il met bien en lumière le problème de cette histoire. je n'ai pas essayé d'inventer un monde compliqué, complexe plutôt, mais c'était plutôt un travail sur les personnages... c'est pour ça qu'une grande partie de l'histoire peut paraître "hors fantasy" même si au fur et à mesure ça prendra une plus grande part. J'avais lu un article d'une auteur de fantasy, Sarah Douglass il me semble, où elle écrivait qu'un bon roman doit être bien dosé entre les personnages, l'intrigue, le style et l'originalité. J'ai bien peur de manquer d'originalité dans le tas, le style on ne peut pas en être certain... quant aux personnages j'espère que ça ira, c'est le but ! l'intrigue, well, on verra bien ? :notme2:

    allez, chapitre suivant, qui justement fait plus la part belle aux relations entre personnages qu'à un gros bond en avant dans l'intrigue...

    --------------------------------------------------------------------------


    6 - Où Nivelle reçoit une première leçon amoureuse

    Le Capitaine Digne n’ayant rien à voir avec la disparition du Renégat il n’obtint ni la fin de son exil ni son retour à la capitale, comme ses plus hautes espérances le lui avaient fait miroiter. Dès lors, il fut plus exécrable, maussade et trouble-fête qu’à l’ordinaire et sa mauvaise humeur se décuplait étrangement lorsqu’il se retrouvait en présence du Druide ou de son apprentie. Sa bouche se tordait en un rictus haineux quand il devait leur adresser la parole, ce qu’il évitait toujours quand cela lui était possible. Il ne donnait ses ordres qu’aux chefs de villages et, pour communiquer avec Elios, le Capitaine envoyait des porteurs de messages.
    Hormis ces quelques inconvénients qui ne changeaient après tout pas grand chose à sa vie quotidienne, les années s’écoulèrent heureuses pour Nivelle, toujours entre les exhortations d’Elios et les sermons de Joseph, entre le vague à l’âme de sa mère et les rires d’Antonin, de Julie et des autres. Le métier de Druide exigeait efforts et sacrifices qui se révélaient peu à peu. Après sa nuit face à Phaéton, Nivelle prit vite conscience que son apprentissage nécessitait beaucoup plus de travail que de divertissement. Elle restait fermement convaincue que son destin s’accomplirait par cette vocation, cette passion presque, et rien ne pouvait l’écarter de cette route.
    À ses chandelles de pâturages avec le loyal Fédère et les moutons et celles des leçons particulières avec Elios, s’ajoutaient désormais les trajets, les va-et-vient où l’envoyait le Druide. Elle allait de village en village faire des commissions, apporter quelque objet de la part du Druide, amener un médicament ou bien acheter un quelconque artefact dont il avait besoin.
    Mme Guise s’inquiétait toujours que sa fille fréquentât le Druide, elle ne pouvait concevoir que jamais Nivelle ne serait convertie au culte de l’Unificateur. Une fois, après la fuite d’Hermès, Mme Guise avait voulu enlever les anneaux de Nivelle, mais la jeune fille s’était alors enfuie et avait passé trois jours et trois nuits chez Antonin : Nivelle ne se doutait pas que sa mère ne lâcherait jamais prise… elle-même ne tentait pas de lui montrer que la religion des Druides était tellement plus juste que celle des Prédicants… Ainsi la mère et la fille cohabitaient dans une totale incompréhension, l’une murée dans sa nostalgie et son mal-être, la seconde dans son mépris et sa plénitude, englobées toutes deux par leurs aveuglements res-pectifs.
    La formation de Nivelle lui laissait par ailleurs peu de temps pour voir ses amis. Eux aussi étaient entrés, pour la plupart, en apprentissage, Antonin chez le barbier à Tarnac, et Julie chez le pâtissier dans le même village. Nivelle se sentait d’ailleurs jalouse qu’ils puissent passer tant de temps rien que tous les deux, le matin et l’après-midi sur le chemin entre Lourdes et Tarnac. Elios l’avait prévenue, le statut de Druide se détachait des autres professions, l’on y était très solitaire.
    Ce jour-là, Nivelle marchait d’un bon pas dans la forêt, en montant vers Ephèz. C’était une belle journée de printemps : à travers le toit émeraude on devinait une étendue lapis-lazuli dépourvue d’impuretés blanchâtres. Elle avançait dans le chemin tracé à force d’allers et retours entre les fougères. Vêtue d’une légère jupe en lin, tissée par sa mère, Nivelle apparais-sait désormais comme une jeune femme. Sa petite taille l’empêchait de prétendre à une beauté absolue, cependant elle irradiait de bonne humeur et cela suffisait à la rendre plus séduisante que toutes les jeunes filles de la région.
    Elle arriva à Ephèz, saluée par tous ceux qu’elle rencontrait, lui rapportant en mémoire un agréable souvenir : l’an passé, elle était arrivée dans ce même village, pour une commission à la demande d’Elios. Le chef du village avait accouru vers elle pour l’amener au chevet d’un jeune homme transpirant de fièvre.
    - Tu es l’apprentie du Druide, n’est-ce pas ? Nous n’avons plus le temps de faire appel à Elios. Est-ce que tu peux le guérir ? ! avait débité le chef en un souffle comme s’il avait appris cette harangue par cœur.
    Aussitôt, Nivelle s’était sentie trembler. On lui demandait de sauver la vie d’un homme, de prendre une décisions et d’accepter une responsabilité… Elle n’avait cependant pas hésité : elle avait examiné le malade et la cause de la fièvre étant une blessure infectée, avait préparé le baume et la potion adéquats. Le jeune homme avait recouvert la santé et Nivelle, par la même occasion, acquis dans les esprits son statut d’apprentie.
    Nivelle sourit poliment aux hochements de tête qui la suivirent jusqu’à la boutique du forgeron. Le forgeron d’Ephèz était réputé dans tout le royaume, il forgeait même jusqu’aux armes du roi, et malgré d’incessantes propositions il préférait demeurer dans son village natal. Nivelle venait récupérer un nouveau chaudron pour Elios, l’ancien s’étant percé lors d’un mélange un peu trop approximatif.
    Comme la porte grande ouverte l’y invitait gentiment, elle entra dans la boutique.
    - Bonjour, s’annonça-t-elle pour ne pas surprendre l’homme qui maniait des tiges rougies par l’extrême chaleur du feu, tout entier tourné vers l’âtre.
    - Bonjour, fit-il en se retournant.
    Ce n’était pas le forgeron mais un jeune home dont l’âge dépassait à l’évidence la vingtaine d’années.
    - Maître Karles n’est pas là… dit-il, hésitant, comme s’il était aussi surpris qu’elle de se trouver là. Je peux vous aider ?
    - Je viens chercher le chaudron pour Elios le Druide, dit-elle, amusée par son trouble. Maître Karles m’a dit qu’il serait prêt pour aujourd’hui.
    Une expression consternée envahit peu à peu le visage du jeune homme, il manqua de porter la main à son front mais se rappela au dernier moment qu’il tenait une barre de métal brûlant et se ravisa.
    - J’avais complètement oublié !
    Il posa ses outils et s’essuya les mains sur son tablier.
    - Je vais le finir tout de suite, et je vous l’apporterai… où vivez-vous ? demanda-t-il.
    - À Lourdes, mais ce n’est pas la peine, je…
    - Si, si, l’interrompit-il. Ainsi j’aurai l’occasion de vous revoir…
    - Je ne crois pas valoir le courroux de votre Maître ! rit Nivelle. On le dit prompt à la colère ! Je préférerai rester ici et attendre que vous ayez terminé, si ça ne vous dérange pas, bien entendu.
    - Ça ne me dérange pas, si l’on met en pratique le tutoiement, dit-il, gagné par la bonne humeur et l’aise de Nivelle.
    - Très bien, sourit-elle, je m’appelle Nivelle. Tu es ?
    - Olivier Tombedebout. Je viens de Vinicia.
    La capitale. Nivelle eut un imperceptible mouvement de recul. La ville. La seule chose qu’elle eût retenu de sa mère : la ville –et ses habitants- lui évoquaient un danger d’autant plus pernicieux qu’il n’était pas tangible. Sans compter que c’était en ville que sévissaient les Prédicants. Elle maintint cependant son sourire, tant bien que mal.
    L’apprenti forgeron ne se révéla pas aussi effrayant qu’elle l’avait imaginé. Tout d’abord il ne lui fit aucune remarque sur ses anneaux de Centaure, alors qu’elle s’y attendait. Ensuite sa conversation, au fur et à mesure de la finition du récipient, s’avéra gaie, agréable, diverse…
    - J’ai l’impression que vous vivez au ralenti, dans vos villages perdus dans la montagne, lança-t-il alors qu’il avait presque terminé.
    - Mais en réalité c’est parce que tu vis en accéléré dans ta grande ville, répliqua Nivelle souriante.
    À ce moment, Maître Karles rentra bruyamment dans l’atelier. La nuit tombait à peine.
    - Nivelle ! la salua-t-il, légèrement étonné de la voir. Le chaudron ? Il se tourna vers son apprenti.
    - Ce n’est pas encore prêt ? gronda-t-il.
    - Ça y est ! fit Olivier, triomphant.
    - Montre-moi ça, dit le forgeron. Il inspecta l’objet, à peine refroidi, puis le rendit au jeune homme. Du bon travail, mais la prochaine fois ça n’a pas intérêt à être livré en retard ! Pour la peine, raccompagne la demoiselle jusque chez elle, et tant pis pour toi si tu te perds au retour !
    Nivelle allait protester contre cette sévérité, mais par-dessus l’épaule du Maître, Olivier fit de grands signes lui indiquant de se taire. Elle paya donc Karles et s’en alla avec Olivier à ses côtés.
    - Je ne sais pas si tu vas retrouver ton chemin… On n’y voit rien la nuit dans la forêt, dit-elle.
    - Tu n’aurais pas eu peur de rentrer toute seule ? demanda-t-il, à la fois sérieux et taquin.
    - J’ai un bon moyen pour m’éclairer et faire fuir les loups, confia-t-elle.
    - Parce qu’il y a des loups ? Il tenta de masquer l’inquiétude dans sa voix.
    - Et oui… mais ne t’en fais pas, ils ne s’attaquent pas aux hommes, précisa-t-elle, assez amusée de sa réaction.
    - Euh… c’était quoi ton moyen ? fit-il comme ils quittaient le village et entraient dans la forêt.
    Assez fière d’elle, Nivelle marmonna quelques mots, incompréhensibles aux oreilles pro-fanes d’Olivier, accompagnés d’une gestuelle complexe. Trois flammes jaillirent aux creux de sa paume droite. Elle avait mis tant de temps à maîtriser ce sortilège : à présent elle le conju-rait aussi bien que… qu’un certain garçon.
    - Impressionnant, souffla-t-il. Il resta silencieux un moment. Puis :
    - Si tu veux, je connais une bonne manière pour se réchauffer… C’est presque de la magie…
    Il lui prit sa main libre et l’attira à lui, puis, après une légère hésitation, l’embrassa. Elle se laissa faire avec tendresse.
    - C’est moins compliqué que mes grimaces, commenta-t-elle lorsqu’il eut desserré son étreinte. Et bien plus agréable…
    - Nivelle ! s’exclama une voix dans l’obscurité.
    Ils se retournèrent. Nivelle tendit sa main enflammée en direction de l’appel. Elle avait de toute façon reconnu la voix.
    - Antonin ? fit-elle, s’avançant et lâchant les bras d’Olivier.
    Son ami sortit d’entre les arbres.
    - Comme tu ne venais pas, Elios m’a envoyé te chercher, expliqua Antonin, une étrange colère dans la voix. Je vois qu’il n’aurait pas dû se donner la peine.
    - Je viens, assura Nivelle. Elle prit le chaudron qu’Olivier avait posé à terre. Merci d’avoir voulu me ramener, dit-elle à ce dernier. Ce n’est plus la peine. Au revoir, conclut-elle avec gentillesse.
    - Au revoir, dit l’apprenti forgeron.
    Il fit demi-tour vers Ephèz, tandis qu’Antonin et Nivelle prirent le chemin de Lourdes.
    Après un long moment de gène, Antonin lâcha :
    - Passe-moi le chaudron, je vais le porter.
    - Merci, fit-elle en lui donnant.
    - Mais c’est qui ? explosa alors le jeune homme. Comment le connais-tu ?
    - C’est l’apprenti de Maître Karles, dit calmement Nivelle, aussi surprise par sa propre réaction que par celle d’Antonin. Il vient de Vinicia.
    - De la ville. Un Ouestien ! cracha-t-il. Tu avais besoin d’exotisme ? !
    - Peut-être, admit Nivelle.
    Cette réponse coupa court aux désobligeantes remarques qu’Antonin comptait encore répandre. Il se tut, et Nivelle jugea cette solution préférable à toutes celles qu’elle pouvait envisager. Ses pensées se résumaient en cet instant précis à deux idées : elle avait embrassé un inconnu et Antonin s’en montrait jaloux. Deux choses totalement inattendues qu’elle n’aurait pu ni imaginer ni prévoir ce matin en quittant son lit.
    Ils passèrent à la cabane d’Elios, où Nivelle déposa le chaudron et expliqua le motif du retard. Antonin laissa échapper un grognement pendant ses explications. Croyait-il qu’elle mentait et qu’elle avait perdu son temps avec Olivier –ce qui s’avérait vrai en un sens- ? Probablement.
    Une partie de sa conscience se souciait peu de la réaction d’Antonin : en quoi cela le regardait-il qu’elle embrasse un garçon ? Sans doute Antonin aurait-il fait preuve d’autant de jalousie Nivelle s’était entichée d’un garçon venant des Monts Tannés. Malgré cela à un autre niveau de sa conscience, niveau plus retiré mais résonnant tout de même étrangement fort à son esprit, Nivelle ne pouvait supporter la tristesse et les reproches de son meilleur ami.
    Ils remontèrent vers le village. La maison d’Antonin se situait au plus proche de la forêt. Nivelle murmura un bonne nuit mais sûrement ne l’avait-il pas entendu. Il claqua la porte et les quelques personnes encore présentes dans l’unique rue du village le remarquèrent. Nivelle courut presque jusque chez elle, salua à peine sa mère et s’enfonça dans son lit, suppliant le sommeil de se dépêcher ce soir-là. Elle ne voulait pas réfléchir.
    Le lendemain matin, lorsqu’elle alla chercher ses moutons, Antonin l’évita délibérément. Elle préféra ne pas y penser. La journée s’annonçait radieuse, elle détacha Fédère qui aboya de satisfaction, regroupa les bêtes et commença la courte ascension jusqu’au plateau de pâturage.
    Une fois arrivée, elle s’assit au pied du grand pin et s’attacha à réviser le sortilège qu’elle apprenait avec Elios en ce moment. C’était un sort de combat, avec lequel elle se sentait mal à l’aise, mais le Druide insistait, disant qu’il lui serait utile.
    Cependant, elle avait beau essayer de se concentrer, son esprit dérivait inlassablement vers le comportement d’Antonin et même, peu à peu, vers de vieux souvenirs… Phaéton… Il avait hanté ses rêves des mois durants. Elle se surprit à vouloir le revoir, à lui parler. Bien qu’il ait voulu la tuer sans états d’âme. Son visage s’imposait à elle, tout à fait intact malgré les années passées depuis leur rencontre. Tout aussi étrangement, elle avait la certitude qu’il pensait à elle.
    Elle ignorait la nature de ce lien, et tout ce qu’elle pouvait conjecturer à son propos lui paraissait irrationnel. Elle ne pensait même plus à en parler à Elios. Il avait à chaque fois découragé ses inquisitions en ce sens.
    Elle avait relégué Olivier au fin fond de ses pensées, aussi fut-elle doublement surprise en le voyant peu à peu apparaître, gravissant la pente de la montagne, essoufflé.
    - Et tu fais ça tous les jours ? s’enquit-il en guise de salut. Je n’aimerais pas être à ta place !
    Le vieux Fédère s’approcha de lui avec méfiance mais Nivelle le renvoya à ses moutons.
    - À force, j’ai acquis de l’endurance… Tu n’es pas ici par hasard… fit la jeune fille. Comment as-tu su que j’étais là?
    - Tu m’as dit hier que tu gardais les moutons sur le plateau du Pin… je n’ai eu qu’à demander mon chemin.
    - Maître Karles t’a permis de quitter ton travail ? Je le connaissais plus sévère que ça ! s’étonna-t-elle, tout en l’entraînant au pied de l’arbre solitaire.
    - En fait, comme je… je m’en vais demain, je rentre à Vinicia, il m’a laissé ma journée.
    - Tu t’en vas demain ? répéta Nivelle, la voix plus concernée qu’elle ne l’aurait voulu.
    - Oui, donc j’ai voulu en profiter pour te voir.
    Il se rapprocha d’elle pour l’embrasser. Elle se blottit contre lui. Des sensations inconnues l’envahissaient. Elle n’avait jamais lu d’autres choses que les grimoires d’Elios, et ignorait donc les romans d’amour courtois que l’on dévorait avec ferveur à la cour. Tout ce qu’elle comprenait se résumait au fait qu’elle ne connaissait Olivier que depuis une journée. Et qu’il l’avait embrassée. Et elle aimait ça… Elle avait déjà vu sa mère et son père adoptif s’embrasser, longtemps auparavant. Toutes les femmes connaissaient-elles cette chaleur, ces frissons ?
    La main d’Olivier passa autour de sa taille.
    - Il y a du monde qui vient par ici ?
    - Le Capitaine Digne qui revient de sa ronde, peu avant le soir… Pourquoi… ?
    Olivier se contenta de sourire : « tu me fais confiance ? » demanda-t-il.
    - On se connaît à peine, non ? dit Nivelle en haussant les sourcils. J’aimerais deviner où est-ce que tu veux en venir, ajouta-t-elle avec un sourire qui démentait la méfiance de ses premiers mots.
    - Tu vas peut-être deviner… murmura Olivier en se penchant vers elle.

    Quand le soleil atteignait son zénith, Nivelle reboutonnait sa chemise, sous l’œil étonné du chien, et devant le regard attendri d’Olivier.
    - Qu’en penses-tu ? demanda enfin celui-ci.
    Elle l’embrassa pour toute réponse. Elle se tut un moment, paraissant réfléchir.
    - Je ne suis pas amoureuse de toi, dit-elle sérieusement, mais avec une expression résolument enfantine qui marqua Olivier –elle n’avait pas quinze ans après tout.
    - Mais… je sais… moi non plus ! Tu crois qu’il faut être amoureux pour ce que l’on vient de faire ? demanda-t-il avec douceur.
    - Maintenant, je peux dire que non, répondit Nivelle sur le même ton.
    - Tu sais, commença Olivier, je vais te donner mon adresse à Vinicia. Si jamais tu viens jusque là-bas, passe me voir.
    À nouveau elle marqua un silence, qu’Olivier respecta.
    - Mais tu sais que normalement, je ne quitterai jamais les Monts Tannés ! Je vais devenir la Druidesse de la région. Je devrais rester là. Ça veut dire que je ne te reverrai jamais…
    - Est-ce que tu auras envie de me revoir ? interrogea le jeune forgeron en la serrant contre lui.
    - Bien sûr, sourit Nivelle, sa gravité envolée.
    Leur journée passa rapidement. Ils discutèrent bientôt comme deux anciens amis. Olivier lui donna une leçon d’escrime, avec l’épée qu’il portait accrochée à sa ceinture par habitude. Il passèrent le temps entre les fous rires et les baisers. La soirée arriva. Nivelle commença à rassembler les bêtes sous l’œil amusé d’Olivier qui n’avait jamais vu ces animaux qu’en tranches découpées au marché du mercredi matin. Ils s’attardaient à bavarder, et le Capitaine Digne, chevauchant son éternel étalon pommelé, les surprit en train de s’extasier sur la vue que l’on avait du haut du plateau, main dans la main.
    - Bonsoir, lâcha-t-il de sa voix glaciale, sans esquisser un geste ou un sourire qui à l’ordi-naire accompagnaient ce genre de politesses.
    La rancune que vouait le Capitaine à Nivelle paraissait aussi immuable que le cycle du soleil dans le ciel lysentin.
    - Bonsoir, répondit Nivelle qui se sentait d’assez bonne humeur pour lui adresser la parole.
    Elle éprouvait envers le Capitaine Digne une haine au moins égale à celle qu’il lui consacrait. Elle avait fini par comprendre que bien que chargé de la sécurité de la région il laisserait brûler tous les villages si cela lui avait assuré un retour pour la capitale.
    Ils n’échangèrent pas d’autre mot. Il poursuivit son itinéraire journalier, au pas, très lentement, comme s’il savait qu’ils profitaient de leurs dernières secondes à vivre ensemble et faisait exprès de leur gâcher leurs précieux instants.
    Finalement, l’arrière-train de son cheval pommelé disparut dans la descente et Olivier dit :
    - Je te raccompagne chez toi. Après je vais devoir te laisser…
    Nivelle acquiesça. Il était dommage, pensait-elle, qu’elle ne dût jamais le revoir. Cependant, son cœur n’était pas encore ouvert, pas encore demandeur d’amour comme l’avait été celui de sa mère. Peut-être l’aurait-elle suivi dans ce cas. Mais leurs habitudes sans doute différaient trop. Déjà les problèmes de religion se posaient alors qu’elle cohabitait avec sa propre mère, alors vivre au quotidien aux côtés d’un homme qui somme toute lui était étranger… De plus, elle savait bien qu’Olivier ne lui manquerait pas, elle ne regretterait pas sa présence. Elle n’avait besoin que de l’enseignement d’Elios, des reproches de Joseph, et d’un peu d’affection quand elle se trouvait avec ses amis. Elle existait, détachée des êtres. Une seule personne pour l’instant était capable d’occuper ses pensées plusieurs chandelles d’affilée : Phaéton.

  29. #29
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Hé Hé,

    Décidemment les Nivelle mère et fille couchent facilement!

    Et sinon j'insiste.

    Un sous forum! un sous forum!

  30. #30
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Nggg...
    Avis mitigé. A la fois un peu trop rapide, et bien mené. Je trouve, en fait, que la réflexion sur l'inexistence d'amour entre les deux jeunes gens aurait du être plus étalée sur le temps qu'a duré leur courte relation. Là, ça fait un peu coup-de-foudre-ah-mais-non-ils-ne-s'aiment-pas-hop-tout-est-bien-qui-finit-bien-on-passe-à-la-suite. En fait, c'est bien, mais trop court, à mon avis. Ca aurait mérité une rencontre de plus entre la première et la dernière.

    Sinon, dans les défauts (assez rares quand même, ne t'inquiètes pas), je compte juste une oute petite phrase, qui fait quand même sévèrement cliché:
    cependant elle irradiait de bonne humeur et cela suffisait à la rendre plus séduisante que toutes les jeunes filles de la région
    Un peu too much, quand même. Je sais que c'est un réflexe d'auteur de faire des personnages beaux ou séduisants, mais il vaut mieux éviter de faire de son héroïne la PLUS séduisante de la région, ça fait un peu lourd. Enfin, ça c'est juste mon impression personnelle.

    je n'ai pas essayé d'inventer un monde compliqué, complexe plutôt, mais c'était plutôt un travail sur les personnages...
    C'est quelque chose qui arrive à tous ceux qui touchent la plume. De l'originalité, du style, de l'intrigue ou des personnages, tout auteur a tendance à en privilégier le ou les points qui le touchent le plus, et de laisser parfois un peu les autres decôté. Mais ne te focalise surtout pas là dessus, c'est le genre de défauts qu'on gomme plus tard, lorsqu'on a fini son texte et qu'on en a une vue d'ensemble (moi c'est l'univers que je vais devoir retravailler, parce que je me concentre très beaucoup sur mes personnages et sur mon intrigue...)
    Bonne continuation, en tout cas.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258