Page 3 sur 3 PremièrePremière 123
Affichage des résultats 61 à 86 sur 86

Discussion: Nivelle Guise

  1. #61
    Cristal Invités
    merci !
    c'est vrai que j'aurais pu en dire plus sur ce que pensait Nivelle... ou plutôt détailler dans le sens où elle n'a pas envie, elle, d'y penser beaucoup plus que ça. Elle n'a pas envie de s'attarder sur cet sorte d'échec sentimental, elle préfère l'évacuer pour se concentrer sur autre chose. Elle se rend compte qu'elle a autre chose à faire... c'est cet aspect que j'aurais dû développer un peu plus en effet.

    quant aux autres défauts comme toujours c'est indiscutable... j'aurais cru que la rencontre avec le haut prédicant gênerait, je n'en étais pas vraiment satisfaite personnellement !

    bon, ben tant que tu as le courage de continuer ... je mets les chapitres 9 et -10 à la suite, ils sont plutôt courts l'un et l'autre :

    -------------------------------------------------------------------------

    9 - Où de vieux parchemins ressortent des tiroirs où ils étaient oubliés

    Le Père Obert ne se rendit pas au dîner organisé par le roi. Après sa brève rencontre avec Nivelle, il entra dans son presbytère, accolé à la chapelle royale. Il fouilla dans ses grimoires entassés de façon brouillonne dans une vieille armoire. Il n’usait pas de son pouvoir pour posséder une habitation luxueuse. Sur ce point, le Saint-Père respectait les préceptes de sa religion.
    De sa petite bibliothèque, il retira un vieil objet, dont les ans ne pouvaient plus su comp-ter. C’était quelques feuilles reliées délicatement entre elles par un fin cordon jaunissant. Obert souffla sur les feuillets pour enlever la poussière qui les recouvrait. Il ne prit pas la peine de les regarder davantage, la bouche entrouverte, il récitait des mots appris par cœur longtemps auparavant ; et ses longs doigts arqués et fripés caressaient les vieux papiers d’un geste mécanique.
    Il sonna un domestique, qui accourut, et lui ordonna d’aller chercher le Père Alaart.
    Le Père Alaart avait été l’élève du Père Obert. Contrairement aux Druides, les Prédicants pouvaient enseigner à plusieurs pupilles à la fois. Mais le Haut Prédicant avait choisi d’entretenir une relation privilégiée avec Alaart, qui était particulièrement brillant. Tous sa-vaient qu’Alaart était son successeur désigné. La fonction du Saint-Père, et surtout sa soif de pouvoir, l’avaient amené à se défier de tous. Mais il avait confiance en le Père Alaart.
    Celui-ci arriva bien vite. Il s’essuyait encore un coin de bouche, comme il sortait du dî-ner. Il avait réussi à obtenir une invitation pour le premier étage, et voilà qu’on l’appelait d’urgence…
    - Vous m’avez fait demander ?
    - Venez vous asseoir, lui intima Obert sans le regarder.
    Alaart obéit. L’attitude de son ancien Maître lui paraissait anormale. Il était dans un état de surexcitation qui ne seyait ni à son âge ni à ses fonctions.
    - Alaart, connaissez-vous ces textes ? s’enquit le Haut Prédicant en lui tendant la liasse de parchemins prêts à tomber en poussière au moindre choc.
    Le Prédicant les prit dans ses mains, délicatement, et y jeta un œil.
    - J’en ai entendu parler, dit-il avec précaution. Ce sont les plus vieux textes qui existent… Ils ne sont pas à la Bibliothèque, je les croyais donc égarés, disparus ou peut-être volés.
    - Non, non, ils sont bien en ma possession.
    Alaart lança un regard en coin au Saint-Père qui décidément l’inquiétait.
    - Que se passe-t-il ? demanda le plus jeune des deux hommes.
    - Lisez, lisez. Quand vous arriverez à la troisième feuille, lisez à voix haute.
    Alaart n’osa pas poser de questions et s’exécuta. Au troisième feuillet, il déclama :

    « Deux enfants de l’Unificateur,
    Deux dons sans commune mesure
    Femme pécheresse et Homme vengeur
    A l’inimaginable stature
    L’un est soleil, lumière et clarté,
    L’autre est lune, nuit et obscurité
    Ils apparaîtront à l’aune des temps
    Imprévisibles ils n’en seront que plus puissants
    Chacun n’existera que par l’autre entité
    Car leur vie n’aura de sens qu’ensemble.
    Et la mort ne pourra les prendre
    Que si de l’autre c’est la volonté,
    Et leur alliance n’aura d’autre but
    Que d’une religion provoquer la chute. »

    - Les deux derniers vers sont un peu bancals, tenta de plaisanter Alaart. Comme Obert n’eût d’autre réaction que celle de froncer les sourcils, il reprit plus sérieux : C’est une vieille légende, une vieille prophétie, commenta-t-il. On ignore même qui a écrit cela.
    - Peu importe qui l’a formulé, reprocha Obert. Je l’ai vue.
    - Pardon ? Vu qui ?
    - Nivelle Guise, ça ne vous dit rien ?
    Le visage d’Alaart prit une expression tourmentée.
    - Une adoratrice des Centaures, nourrie, blanchie, logée par sa Majesté. Je ne comprends pas qu’on la tolère en ces murs. Il y a longtemps qu’on aurait dû la torturer pour faire sortir le démon qu’il y a en elle, comme on devrait le faire pour tous les Druides qui peuplent ce royaume. Savez-vous qu’elle a une fois sauvé une Espérantine de la lapidation. J’aurais dû la faire arrêter ce jour-là. Mais j’espérais encore qu’elle se convertirait… j’ai eu tort, Saint-Père, je le confesse. Elle est sous l’aile des Seigneurs d’Ambre, mais ces vieux crapauds ne possè-dent plus aucune influence, bien entendu…
    - Vous l’avez approchée, souligna Obert qui n’avait guère écouté le discours de son an-cien élève. Vous l’avez approchée et vous n’avez rien remarqué ? Ne vous ai-je donc rien appris ?
    - J’ai vu que la magie bouillonne en elle… Mais c’est une élève des Druides, et…
    Alaart se tut. Il regarda les parchemins qu’il avait en main et relut le vieux poème. Puis il se leva, assez brusquement, et se mit à faire les cent pas dans le bureau du Saint-Père. Il se prit le front dans les paumes, murmura quelques mots inintelligibles. Pendant ce temps, Obert hochait la tête et se parlait lui aussi à mi-voix.
    - J’ai toujours craint cette venue… Tous mes efforts pour éradiquer les Centaures rendus à néant… Par une gamine… La fin des religions… !
    - Attendez, lança Alaart. Il faut bien qu’ils soient deux ! La première est du côté des Druides, mais peut-être que l’autre est dans nos rangs !
    - Je préfère ne pas compter là-dessus, déclara le Haut Prédicant, qui recouvrait soudain son esprit de stratège habitué aux intrigues. Ils faut songer aux moyens de… nous ne pouvons pas la tuer, seul l’autre élu le peut… Il faut la mettre à notre merci. Qu’elle nous obéisse… ou mieux encore, la priver de son pouvoir et s’en emparer.
    - Elle n’a pas l’air d’ailleurs de se rendre compte de ses habilités, remarqua Alaart.
    - Non. Et il ne faut pas qu’elle sache.
    Obert se leva à son tour.
    - Que comptez-vous faire, Saint-Père ? interrogea Alaart.
    - Pour ce soir, rien. Juste dîner. Mais demain j’irai rendre une visite qui, bien qu’elle me soit désagréable, pourra faire avancer cette affaire. Surtout, pas un mot à quiconque. Si vous n’avez pas su repérer le potentiel de cette enfant, j’ose espérer qu’aucun de nos frères n’y sera parvenu.
    L’autre acquiesça d’un signe de tête.
    - Je vais la faire surveiller. Ce chat qui est toujours avec elle me semble suspect…
    - Très bien. Et envoyez des Soldats du Culte parcourir le pays à la recherche de l’autre élu. Qu’ils vérifient la magie dans tous les garçons de seize ans, très bruns, qui veulent se venger de quelque chose… Cette description est peut-être vague, mais c’est tout ce que nous avons. Et qu’ils m’amènent les plus puissants. Qu’aucun village de Lysence ne soit épargné.
    Sur ces derniers mots, ils sortirent du presbytère et se rendirent au dîner a premier étage, chacun enfoncé dans ses propres pensées, réfléchissant à un avenir qui s’annonçait sombre…

    ---------------------------------------------------------------------------------

    10 - Où l’on assiste à une discussion au sommet, et où la princesse évoque quel-ques souvenirs d’enfance

    Le Haut Prédicant traînait sa haute silhouette disloquée, s’appuyant sur une cane, dans les longs couloirs du Palais sans prêter attention à ce qui l’entourait. Les pages, les courtisanes, les serviteurs ; les tableaux et les statues, les grandes fenêtres donnant sur la ville au réveil ; tout cela ne pénétrait pas ses réflexions assombries. Ce qu’il s’apprêtait à faire lui répugnait mais la cause était trop importante.
    Il monta le Grand Escalier, se penchant un peu vers la rampe sculptée finement dans un marbre rosé. Arrivé au premier étage, il se dirigea vers la droite, frappa à une porte de bois peinte d’un vert émeraude.
    - Qui est là ? fit une voix féminine de l’autre côté.
    - Le Haut Prédicant.
    Le Saint Père n’employait jamais de domestique ou de page pour se faire annoncer ou prendre rendez-vous. Il était au-dessus de ce genre d’usages. D’ailleurs, nul n’oserait lui refu-ser un entretien, quelle que fut la chandelle. Même sa plus grande ennemie. En cet instant, pourtant, il ignorait quelle était l’ennemie qu’il devait terrasser la première. Un comble pour lui qui méprisait les femmes plus encore que les Druides.
    Une jeune suivante lui ouvrit. Naïade prenait soin d’engager des femmes moins belles qu’elle afin e se sentir constamment en situation de supériorité. Cependant il fallait lui recon-naître qu’il était très difficile de trouver des jeunes femmes dont la beauté surpassait la sienne. Mais Obert n’était pas un très bon juge pour ce genre de critères. Il n’avait jamais regardé une femme de sa vie.
    Il entra dans les appartements de Naïade. La fille d’Eric était nonchalamment allongée sur des coussins disposés au milieu de la pièce. Les mesures de la chambre avaient été conçues pour respecter une perfection absolue : les bords constituaient un carré et le plafond était à la même hauteur. On avait découpé les fenêtres proportionnellement à ces mesures.
    Obert méprisait tout dans l’attitude de Naïade. Sa position langoureuse, ses vêtements de la plus belle soie espérantine reposant contre sa peau mat, ses yeux scrutateurs et légèrement inquiets… Il ne l’admirait même pas pour sa capacité à lui tenir tête. Naïade avait très tôt compris que la force du Haut Prédicant résidait en la religion : les foules le suivaient parce qu’il représentait le culte de l’Unificateur, bien plus que sa Majesté Eric. Ainsi, Naïade entre-prenait depuis un an ou presque une campagne pour saper cette influence. Que l’on mit la religion ainsi au service du politique faisait frémir le Saint Père d’angoisse. Car malgré toutes les intrigues qu’il était capable de fomenter, tous les assassinats qu’il avait pu imaginer, s’il avait foi en une chose, c’était bien en sa religion. C’était par elle et pour elle qu’il s’accrochait si désespérément au pouvoir…
    - Je n’ai pas l’habitude des visites matinales. Encore moins de votre part, Saint-Père, dit Naïade.
    Affalée sur ses coussins, elle ne proposa pas au vieil homme de s’asseoir. Il n’avait pas envie de supporter ses insolences. Il n’était pas venu pour se battre. Les temps appelaient à la trêve. Du moins, pour le moment…
    - Apportez-moi une chaise, ordonna-t-il à l’une des quelques suivantes qui s’affairaient dans la pièce. Pendant que l’on exécutait sa commande, il se décida à aller droit au but. Il ne voulait pas perdre son temps en inutiles palabres décoratives.
    - Est-ce que le nom de Mademoiselle Guise vous rappelle quelque chose ? demanda-t-il sèchement.
    Alors que le masque de beauté de la princesse demeurait indifférent, les autres femelles se mirent à pépier à pleins cris, s’agitèrent sans but puis se plongèrent chacune dans l’occupation qui était sienne comme s’il ne s’était rien passé. Obert et Naïade partagèrent alors, fugitivement, un même air de lassitude. Le Saint-Père s’assit avec dignité sur le fauteuil bleu pervenche qu’on lui avança.
    - Evidemment que son nom me dit quelque chose. J’ai fait quelques recherches après cette fameuse soirée qui a tant marqué les esprits. Cela a beaucoup amusé que cette demoi-selle tourne autour de M. de Baillenval. On a ri, on m’a tourné en dérision. Moi, l’héritière –elle insista sur ce mot comme pour provoquer la contestation du Prédicant, mais il ne broncha pas, il n’était pas là à ce sujet- l’héritière de Lysence, descendue au niveau d’une paysanne… ? ! sur le terrain de l’amour ? ! Je n’ai certes pas oublié ni son nom, ni son visage, ni le fait qu’elle devra payer d’une manière ou d’une autre.
    Obert fronça les sourcils. Il savait parfaitement que l’union entre Davi et Naïade ne rele-vait aucunement d’un sentiment d’amour, mais d’un parfait calcul pour s’assurer une estime dans le royaume –du moins du côté Ouest. Ils avaient été fiancés dès leur arrivée sous le re-gard de l’Unificateur et cette alliance était un atout pour la princesse. La mère de Davi avait été très populaire de son vivant car elle avait voulu pousser à des réformes favorables aux pauvres et au peuple en général, et Davi jouissait de cette confiance. Naïade n’avait jamais éprouvé un quelconque amour envers son cousin… mais elle faisait semblant. Et puis, c’était une question d’honneur, si l’on pouvait considérer les choses ainsi. Une paysanne ne pouvait pas lui ravir ce qui lui appartenait de droit. Les choses étaient en fait aussi simples que ça.
    - Vous vous demandez peut-être en quoi cette histoire concerne notre… différent, dit le Saint-Père, voyant qu’elle avait fini sa diatribe, virulente dans les propos mais prononcée d’un ton calme et détaché comme il seyait à son rang.
    - J’avoue que cette question me traverse l’esprit, répondit Naïade, plissant ses grands yeux noirs, si distinctifs de son sang royal.
    - Pour des motifs qui vous intéresseront peu, je souhaite aussi me débarrasser de Made-moiselle Guise. Plus précisément, je veux lui faire du mal. Au sens littéral, je veux briser son esprit.
    En effet, Obert avait consulté quelques grimoires poussiéreux, enfouis sous ceux qu’il ouvrait plus fréquemment. Puisqu’il ne pouvait pas tuer Nivelle, il avait décidé de lui enlever ses pouvoir pour la mettre hors d’état de nuire avant qu’elle ne rencontre son double. La meilleure façon de s’emparer de la magie de l’apprentie druide était de la mettre dans un état psychologique tel qu’elle ne pourrait plus faire usage de ses sens…
    Naïade le regarda avec un peu plus d’intérêt et un peu moins d’animosité, d’autant plus qu’il s’exprimait avec une certaine déférence –mais cet entretien requérait une adroite dose de diplomatie et de fermeté, que le Haut Prédicant menait fort bien, elle devait en convenir.
    - Je n’arrive pas à voir quels bénéfices vous retirez de cette histoire… peu importe, après tout. Que proposez-vous ?
    - Une répartition des tâches, dit aussitôt Obert, saisissant l’occasion de trouver Naïade si bien disposée à son égard.
    Il ne s’était pas attendu à une collaboration aussi spontanée de la part de sa rivale. Cet homme qui régissait Lysence, qui avait le royaume à sa merci et le pressait de toutes parts en impôts et en taxes, conservait paradoxalement cette tranche de naïveté, symptôme à la fois de sa vieillesse et de sa foi. La religion conduisait les hommes à toujours s’émerveiller, tout au long de leur vie. Seulement ainsi pouvait s’expliquer cette oxymore dans le cœur de pierre du Haut Prédicant, à la fois inflexible et ingénu.
    - Les femmes ont un certain don pour répandre le fiel à travers les âmes, exposa le Saint-Père. Je vous propose d’user de ce talent, vous et vos suivantes, pour, comment dire, pour saper le moral de Mademoiselle Guise. Isolez-la, plus encore qu’elle ne l’est actuellement, faites-lui sentir qu’elle n’est absolument pas à sa place. Qu’elle se sente humiliée. Quant à moi et à mes services, nous allons nous renseigner sur son passé, et faire en sorte de détruire ce que nous pouvons, détruire ce à quoi elle tient. Bien que je doive admettre que pour l’instant nous ne possédons aucune piste.
    Naïade avait écouté tout cela avec une attention intense. L’idée de détruire l’âme d’une personne la réjouissait, lui procurait un sentiment d’excitation et de satisfaction qu’elle avait du mal à comprendre. Elle se découvrait un penchant carnassier qu’elle n’avait jusqu’à pré-sent jamais remarqué en elle. Elle observait par là même le Saint-Père d’un œil nouveau : si posséder le pouvoir absolu signifiait anéantir ainsi des hommes et des femmes, ce n’était pas totalement ce qu’elle avait imaginé. Bien sûr, elle avait déjà fait assassiner des opposants, elle possédait quelques mercenaires à son service, et tout une partie de la cour lui était dévouée. Mais là, cela touchait à quelque chose de plus intime, de plus personnel… Ce n’était pas ôter la vie de quelqu’un et en finir une fois pour toute, c’était lui enlever son identité, lui gâcher l’existence à jamais. Oui, elle avait hâte de mettre tout cela en pratique, d’observer les consé-quences… Pas une seconde un sentiment de pitié n’effleura son cœur : cette Nivelle Guise avait failli lui ravir Davi… personne au monde n’avait le droit d’enlever Davi de l’avenir de Naïade. Personne.
    - Très bien. Je m’occupe d’éliminer son présent, vous de son passé, résuma-t-elle. Nous sommes d’accord.
    Obert se leva sans attendre qu’elle tente de le congédier. Malgré cette alliance ponctuelle, ils restaient ennemis. Tous deux des vautours assoiffés de réussite, planant dans le ciel nua-geux du roi Eric. Il salua d’un fugitif signe de tête et sortit de la pièce carrée de ses pas de vieil homme… Naïade le regarda partir, puis quitta ses coussins soyeux pour aller se changer. Elle donna de brèves instructions à l’une de ses suivantes pour que celle-ci entreprenne la filature de Nivelle Guise. Mais la visite du Saint-Père avait réveillé en elle des souvenirs, des images trottant devant ses yeux, refusant de la quitter…

    * * *

    Dans la grande salle des Envies, au premier étage du palais. On a installé un table, comme tous les matins, au milieu de la pièce. Davi écrit sérieusement, penché sur un parche-min. Son petit dos voûté se termine par une crinière de cheveux noirs qui tombent devant ses yeux. Le grincement de la plume contre la peau vélin est irritant. Naïade soupire et regarde par la fenêtre, d’où elle aperçoit la fontaine du bassin. Quelques oiseaux chantent, dehors. L’instructeur l’observe et soupire lui aussi, pour une autre raison. Il est impossible de lui faire faire quoi que ce soit, bien qu’elle ne manque ni d’intelligence ni de vivacité. Mais elle ne peut pas se concentrer sur une seule chose, pas plus de quelques secondes. Son esprit est trop plein, trop occupé à tracer son futur. Davi est studieux, lui. Il veut faire aussi bien qu’elle. Il veut être à sa hauteur.
    Naïade jette un œil méprisant, d’un noir si profond qu’on l’aurait confondu avec la nuit elle-même, et sa pupille luit comme une lune hautaine, sur le dos de Davi. Il ne pense qu’à travailler, qu’à obéir. Il a le droit de ne pas se soumettre, pourtant il choisit d’être un inférieur. Il ne sait pas prendre les devants, il ne sait pas diriger. Alors qu’elle, elle est faite pour ça.
    - Davi, allons-nous en, j’en ai assez de cette leçon.
    Il lance un coup d’œil derrière son épaule, inquiet. Elle veut encore qu’il fasse quelque chose d’interdit.
    L’instructeur soupire à nouveau. Pauvre garçon, pris entre deux feux.
    - Mademoiselle Naïade, vous devriez prendre exemple sur votre cousin.
    - C’est mon fiancé.
    - Oui. Il vous sera nécessaire plus tard de maîtriser la langue de Falaise. Cela pourra vous être utile.
    - J’ai ma grand-mère pour m’apprendre. Pas besoin de vous.
    Et elle relève son petit menton fiérot vers la fenêtre, signe d’un dédain extrême. L’instructeur n’insiste pas, il avait depuis fort longtemps compris que c’était inutile. Et puis, il ne veut pas perdre sa place.
    Davi craint que Naïade ne se fâche contre lui. Elle se fâche si facilement ! Mais il craint aussi le courroux de son père, si sévère. Pris entre deux feux, un dilemme éternel, voilà sa situation quotidienne. Son père lui dit de n’être jamais inférieur à Naïade, car cela serait dés-honorer son nom. Puis il dit de toujours s’appliquer à ses leçons, car c’est ainsi qu’il sera un homme et l’honneur de la famille. Davi n’a pas de frère, n’a pas de sœur. Tout repose sur lui.
    - Allez, viens, on va se promener.
    Naïade se lève et se dirige vers la porte. Davi jette un regard d’excuse, d’un air las que l’instructeur est étonné de l’absence de cette étincelle qui orne un regard d’enfant. Tous les enfants offrent la vie entière dans leurs yeux. Pas Davi, il n’est déjà plus un enfant.
    Il suit Naïade dans les couloirs, étrangement vides à cette chandelle-ci et ils se faufilent dans les jardins. Ils ne devraient pas être sans surveillance, mais l’instructeur préfère qu’on lui reproche de les avoir laissés seuls plutôt que d’avoir contrarié la princesse. De toute façon, tant qu’ils restent dans l’enceinte, ils ne risquent rien. Les gardes ne les laisseront pas passer dans la ville, et le blâme retombera sur eux.
    - Si on allait voir grand-mère ?
    Davi se renfrogne.
    - Elle se repose, on n’a pas le droit d’aller la voir.
    - Mais si, elle sera contente d’avoir de la visite. Viens.
    Ils marchent un petit peu à travers le parc, leur grand-mère est installée dans le presby-tère, près de la chapelle. Elle va bientôt mourir, dit-on, alors elle doit être proche de l’Unificateur. Mais les deux enfants savent que grand-mère n’y croit pas, grand-mère n’a ja-mais aimé l’Unificateur. Elle leur parle de Centaures, de Licornes et d’oiseaux chimériques qui vivent libres de l’autre côté de l’océan.
    Ils entrent dans le presbytère, la journée est ensoleillée, et les oiseaux les appellent à leur tenir compagnie dehors plutôt que de s’enfermer au chevet d’une vieille femme. Mais Davi et Naïade ne les écoutent pas, ils sont déjà auprès de leur grand-mère.
    Le visage autrefois beau de la Falaisienne n’est plus qu’un amoncellement de traits tirés qui s’entassent en désordre entre ses yeux et sa bouche. Son front est fier, encore pour un peu de temps. Ses yeux noirs sont plissés par la fatigue, ils ne voient plus très bien ce qui les en-tourent. Elle peut entendre, cependant, les voix flûtées de ses petits-enfants.
    - Que faites-vous là ? demande-t-elle amusée. Vous ne travaillez pas ?
    - On préfère être avec toi, répond Naïade.
    - Je vais me faire gronder à votre place, on va dire que je vous empêche d’apprendre vos leçons.
    Elle sourit, au fond de son lit, à l’inquiétude qui module la voix de la princesse. Davi est presque en colère à présent, mais il ne sait pas s’énerver, il est bien trop calme pour ça.
    - Partons tout de suite ! siffle-t-il.
    - Personne ne peut gronder la reine mère, l’informe Naïade. Qui pourrait la gronder ? Le roi est son fils, et un fils ne peut pas gronder sa mère.
    Le raisonnement se tient, Davi se tait. Mais il n’est pas à l’aise ici, il sait qu’il devrait être autre part.
    La peau noire de leur grand-mère paraît absorber toute la lumière de la pièce. Ils ont hé-rité d’une partie de cette obscurité, leur peau à eux est couleur de miel.
    - Vous êtes tellement beaux, mes petits, souffle la reine mère.
    - Toi aussi, tu es belle, grand-mère, répond aussitôt Naïade.
    - Oui, confirme Davi.
    - Moi, je suis vieille, et les vieilles femmes n’ont plus le temps d’être belles. Approchez-vous un peu, je vais vous raconter une dernière histoire, une que les Prédicants ne connaissent pas.
    - Il y a plein d’histoires que tu connais et qu’ils ne connaissent pas. Ils disent que les Centaures n’existent pas, et que…
    Elle rit doucement, au fond de son lit, et le rire secoue légèrement ses épaules.
    - Pas de Centaures… ! mais comment pourraient-il faire de la magie s’il n’y avait pas de Centaures ? Non, non, venez par là, je vais vous raconter ce que je vais devenir après ma mort, pour que vous ne soyez pas tristes pour moi, et que vous sachiez que nous nous retrou-verons un jour. Vous êtes la seule raison pour laquelle je suis heureuse d’avoir quitté mon pays, mes petits. De là où je serais, je vous regarderai bourgeonner et fleurir, et je sais que vous deviendrez des arbres merveilleux, l’un et l’autre. Alors, voici, écoutez-moi bien, j’ai un peu de mal à élever la voix. Lorsqu’une personne meurt, cela se passe tout doucement. Une fois que ses yeux se sont clos, et que son cœur cesse lentement de battre, et que sa poitrine ne se soulève plus seconde après seconde, son âme peut s’envoler en paix. Le corps et l’âme sont liés tout intimement, par des milliers de fils de lumière, si nombreux mais si fins que nul ne peut les apercevoir. Alors quand le corps d’un homme est en paix, son âme l’est aussi. Et les fils ne bougent plus, ils ne sont plus agités par les mille soucis, petits ou grands, qui préoccu-pent un homme tout au long de sa vie. Quand les fils ne bougent plus, ils se détachent, et l’âme peut alors partir.
    - Elle va chez l’Unificateur, c’est ça, hein ? dit fièrement Naïade.
    - Tais-toi, fait Davi. Bien sûr que non.
    - Non, Naïade, reprend leur grand-mère, non, l’âme ne va pas chez l’Unificateur. Elle rend visite aux Centaures, et aux Licornes, aux Belzébuths et aux Chimères, qui lui rendent sa forme naturelle. L’âme retourne à la Nature, redevient un arbre, ou une rivière, ou un oiseau, selon ce que les créatures magiques auront décidé pour elle. C’est ainsi que l’homme est tran-quille pour longtemps, une fois mort, et qu’il peut regarder avec détachement et bonheur ce qui se passe dans le monde autour de lui.
    Davi et Naïade regardent leur grand-mère avec un peu d’incompréhension, et aussi de dé-ception. C’est si différent de ce que disent les Prédicants ! Peut-être même préfèrent-ils leur version, car auprès de l’Unificateur, tout est beau et agréable, on peut vivre une seconde vie, et on ne devient pas un arbre stupide et immobile jusqu’au bout de l’éternité. Mais c’est leur grand-mère qui raconte, elle, elle y croit du plus profond de son cœur. Comme elle va bientôt mourir, ils ne veulent pas la contrarier, ils veulent qu’elle soit heureuse.
    - Je deviendrai un bel arbre, tout au fond du parc, continue-t-elle. Vous pourrez venir me rendre visite, et venir me parler, cela me fera plaisir.
    - D’accord, disent-ils l’un après l’autre.
    Un silence se fait, comme pour sceller cet accord entre eux trois. La reine mère leur fait confiance, ils sont du même sang qu’elle, c’est-à-dire du sang de l’honneur et de l’honnêteté. Jamais ils ne trahiront une promesse.
    - Vous devriez y aller maintenant, dit-elle du fond de son lit, épuisée, lasse, souveraine. Vos leçons vous attendent.
    Davi lui dit au revoir, pressentant de son cœur de petit garçon que ce sera la dernière fois. Il sort du presbytère pur offrir son visage bronzé au soleil de Vinicia. Mais Naïade reste quel-ques secondes de plus avec sa grand-mère.
    - Naïade… murmure la vieille femme. Tu sais, tu sais pourquoi je suis venue à Lysence ?
    - Pour faire la paix avec Falaise, récite fièrement la petite fille.
    - Oui, c’est cela même… Pour faire la paix…

  2. #62
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Raah, DEL, saleté de bug de forums!
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  3. #63
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    j'aurais cru que la rencontre avec le haut prédicant gênerait, je n'en étais pas vraiment satisfaite personnellement !
    Personnellement, elle ne m'a pas gêné. Elle n'a pas l'aspect mélodramatique dans lequel tu aurais pu tomber, elle est simple mais efficace, à mon avis. Elle pourrait bien sûr être amélioré, mais je ne pense pas que ce soit indispensable.

    bon, ben tant que tu as le courage de continuer
    Mais ce n'est pas du courage, c'est un plaisir. Surtout que Sahmaz n'officie pas par ici, alors je peux réfléchir et commenter sans subir l'influence du maître commentateur :notme2: .

    Pour ce passage, il est globalement bon, mais je ne vais pas m'empêcher de faire des remarques. La plus importante ne sera pas de forme, mais de fond, et elle concerne l'intrigue. Comme on a déjà pu le voir par le passé, tu es toujours assez prévisible dans ton déroulement, puisque tu ne sors que très rarement des sentiers battus. J'apprécie beaucoup ta méthode de travail qui transforme ce déroulement classique en quelque chose de très agréable à suivre malgré les moments un peu attendus, cependant je me fais un petit peu de souci. Il ne faudrait pas en effet que ces éléments classiques étouffent toute originalité. Tu as jusqu'ici su éviter ce genre de pièges, mais j'espère que tu as tenu sur la durée. Ici, l'histoire revient sur la prophétie, qui est réellement un élément des plus classiques dans la fantasy, et ça m'a un peu fait tiquer. Du moment que tu as réussi à te dépêtrer des rails tous traçés, ça ne devrait aucunement porter à préudice, mais dans le cas contraire il y a un vrai risque d'effondrement. Wait'n'see.
    Je dis cela parce que j'ai un peu l'impression, à l'issue de ce chapitre, de pouvoir poser sur le papier le déroulement de tout un pan de ton intigue à venir. Je suis peut-être un gélnie visionnaire ( :notme: ) mais j'aimerais que la suite me prouve le contraire.
    Ce chapitre neuf, donc, mis à part ce problème de fond, m'a semblé plutôt bien écrit, et je n'y ai pas relevé d'incohérences particulière. Il ne casse pas des briques non plus, mais se laisse lire sans réticences. Pas grand chose à rajouter dessus.

    Passons donc au chapitre dix. La première partie ressemble un peu à la précédente, puisqu'elle est de même traversée par le même problème de fond, quoi que de manière moins appuyée. Elle se démarque malgré tout et se fait un bon morceau de littérature, à mon sens plus intéressant que le précédent. En cause le fait que tu retournes un peu plus au fond des personnages (oui, je sais, je suis très sensible à l'introspection) et que tu étoffes un peu mieux, et le prédicant, et Naïade. J'aime particulièrement ce moment où les deux adversaires partagent un moment d'agacement contre les servantes. Le façe à façe est bien mené, et donne un peu de charisme supplémentaires aux deux personnages.
    Deux reproches à faire, cependant: le premier est que Naïade cède réellement trop rapidement. La proposition est pour le moins brutale, et elle devrait plus réfléchir au choix à faire entre accepter de se compromettre avec l'un de ses deux pires ennemis contre l'autre, ou celui de ne pas s'impliquer mais de ne pas pouvoir se venger de Nivelle. Il est parfaitement normal qu'elle accepte, mais elle a à peine une seconde d'hésitation. Cela me rappelle un peu la révélation du pouvoir de Nivelle par Phaëton, où tu montrais un peu la même tendance à la précipitation dans des choix clé qui se devraient d'être plus développés.
    Le deuxième reproche est encore une fois quelque chose qui n'est pas à appliquer sur le texte immédiat, mais à voir sur la longueur. J'espère en effet que tu ne vas pas trop charger ni le haut prédicant (quoi qu'ici tu montres déjà que tu peux t'en sortir avec l'homme à la fois profonde qui se cache en lui) ni la princesse. Dans le genre pourri-gâtée insupportable, elle est déjà plutôt gratinée, alors fais juste un peu attention à ne pas en faire un monstre complet non plus.

    Enfin, dernier passage. Je trouve que c'est le plus réussi des trois. Tout d'abord parce que je n'ai pas trouvé grand chose à lui reprocher, mis à part peut-être un ton un peu mielleux sur la rencontre avec la grand-mère. Ensuite parce que tu te sors très bien de l'épreuve du présent de narration, qui est pourtant assez casse-gueule. Enfin, parce que tu ramènes un peu de suspense dans l'affaire avec la question: mais quelle influences ces souvenirs vont-ils bien avoir sur la suite des évènements?

    En bref, c'est un passage agréable, pas exempt de défauts, mais déjà dépouillé de toute incohérence. Comme d'habitude, j'attends la suite .
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  4. #64
    Cristal Invités
    gros merci as always pour tes commentaires qui me permettent de progresser !
    oui, la prophétie, c'est quand même un incontournable... que je n'ai pas réussi à éviter ! c'est dur de sortir des sentiers battus en Fantasy, le système est tellement bien rôdé, tu ne trouve pas ?

    je te mets la suite... j'ai un peu peur de ce que tu vas dire sur ce chapitre, il est assez... particulier on va dire

    11 - Où Nivelle renoue avec son passé dans d’étranges circonstances

    Obert avait déclaré ne posséder aucun indice quant à l’histoire de Nivelle, hormis bien sûr le nom de son village, mais un événement vint lui procurer, sur un plateau garni ce qu’il désirait si ardemment. Cet incident eut un retentissement dans tout Vinicia, mais s’avéra particulièrement décisif pour le Haut Prédicant ainsi que pour la jeune apprentie épéiste.
    Le temps coulait toujours, sans que rien ne le dérange ni ne l’arrête, comme à son habitude. Nivelle prenait ce jour-là une leçon d’équitation, sous les ordres de Maître Irina, guère adoucie au fil des mois, en compagnie de Bertaut et d’Agace qui, en revanche, commençaient à reconnaître que Nivelle était peut-être fréquentable. Ils avaient daigné lui adresser quelques mots, elle ne les avait pas acceptés immédiatement, fierté oblige, puis avait admis une part de sincérité dans leur démarche. Ils trottaient tous trois dans l’allée au fond du parc, appelée la « promenade de la princesse » où Nivelle avait autrefois pris une leçon de danse auprès de Davi. Elle songeait parfois à ce temps qui paraissait irrémédiablement révolu, Davi ne se montrant dans leurs leçons qu’à de rares moments, et évitait Nivelle avec une habileté qui ne devait rien au hasard.
    Nivelle, Bertaut et Agace amorçaient donc une conversation timide, sur laquelle pesaient des mois de silence et d’indifférence. Leurs chevaux avançaient doucement dans l’allée de platanes, grands arbres majestueux formant des rangs de gardes du corps de chaque côté des cavaliers, mais aussi humiliés, comme s’ils offraient aux hommes une place qui n’était pas la leur. Maître Irina les attendait à l’autre bout de l’allée, plongée dans des réflexions dont ils ne connaîtraient jamais le contenu. Sa ressemblance avec son neveu paraissait toujours plus poussée, mais c’était sans doute parce qu’ils s’en rendaient compte au fur et à mesure qu’ils la côtoyaient.
    Etrangement, leur discussion avait pour sujet Thoumas Delème-Antibe, qui désormais faisait une cour officielle auprès d’Agace d’Elbe, et cette dernière en était particulièrement fière. Un mariage se profilait à l’horizon, bien qu’ils ne fussent pas encore vraiment fiancés.
    - Il espère obtenir le poste de diplomate à Falaise. J’irais apprendre leurs techniques de combat à l’épée, et ils ont les plus beaux chevaux de ce monde, là-bas, se rengorgea-t-elle. Maître Irina avait sur ce point légèrement déteint sur elle : hormis les armes et l’équitation, ses centres d’intérêts ne s’élargissaient guère.
    - Il ne peut pas devenir diplomate tout de suite, il est bien trop jeune, rappela Bertaut, agacé devant ses utopies et sans doute un peu jaloux.
    - Il sera assistant, au début, fit Agace avec irritation, n’aimant pas qu’on la retire de ses rêves.
    Nivelle se contentait de sourire, appréciant de découvrir deux nouvelles personnes dans sa vie. De temps en temps, elle prenait part au débat, légèrement hésitante. Les deux autres appréciaient cet humilité qu’ils ne lui connaissaient pas –d’ailleurs, tout ce qu’ils avaient ima-giné sur son caractère s’avéra d’une fausseté confondante et ils revirent bientôt leur jugement à zéro.
    Soudain, au bout de l’allée, Maître Irina cessa d’observer leur conduite équestre, pour se tourner complètement jusqu’à leur présenter l’arrière-train de sa jument et son propre dos. Une silhouette se découpa dans l’ombre, elle aussi à cheval, pour parler avec la maître d’armes. Les trois apprentis furent incapable d’identifier son interlocuteur de là où ils se trou-vaient, aussi accélérèrent-ils le pas, mus par la curiosité.
    Cependant, en s’approchant, Nivelle crut reconnaître la monture de l’inconnu. Un bel étalon fier, droit, sage, à la robe grisonnante et pommelée. L’évidence était telle qu’elle se refusait à le croire, la coïncidence si impossible que son esprit ne parvenait pas à rejoindre tous les indices jusqu’à parvenir à la conclusion qui s’imposait, tellement criante et saugrenue.
    Ce n’est pas possible, se répétait-elle inconsciemment. Pourtant, n’avait-il toujours pas dit qu’il reviendrait à Vinicia ? N’était-ce pas là son rêve le plus cher ? Et Irina qui parlait avec lui…
    - Mademoiselle Guise ! l’interpella justement la maître d’armes en tournant légèrement son visage dans l’ombre, vers les trois jeunes gens qui n’étaient à présent plus qu’à quelques mètres d’elle et de son interlocuteur. Voici quelqu’un qui vient du même village que vous.
    - Pas exactement, corrigea l’autre avec une grimace.
    Nivelle eut un sourire. Dire du Capitaine Digne qu’il vient des Monts Tannés… voilà une belle insulte à lui crier au visage… Voilà, elle l’avait admis, elle l’avait reconnu. Le Capitaine Digne se trouvait devant elle, dans le parc du palais royal… Cet homme qu’elle connaissait si bien la dévisageait, la regardait de haut en bas, son regard s’attardant jusqu’aux sabots de sa jument, comme s’il ne pouvait réaliser qu’elle montât à cheval, qu’elle ait d’une certaine ma-nière obtenu cette égalité par rapport à lui. Il n’aurait jamais imaginé voir cette petite gamine, si insubordonnée et désagréable, poser son derrière sur l’animal noble qu’était le cheval. C’était un privilège, une supériorité que Digne avait toujours eue par rapport aux habitants des Monts Tannés, le signe qu’il possédait une autorité sur leurs petites vies méprisables.
    - Que faites-tu ici ? demanda-t-il d’un ton à la fois détaché et accusateur, manquant d’ajouter « sur cette jument ? ».
    - Vous ne vous souvenez pas comment je suis partie ? répliqua Nivelle, bien droite. Je suis une Tribut.
    - C’est vrai, c’est vrai, fit Digne, balayant ces souvenirs d’un geste de la main.
    - Vous me demandiez un garde de plus ? coupa Irina qui n’aimait pas ne pas comprendre de quoi on parlait, je vous confie Mademoiselle Guise.
    - Impossible, dit aussitôt le Capitaine, il…
    Il allait expliquer quelque chose, mais en trois mots Irina lui conseilla fermement de ne pas insister, aussi leur tourna-t-il le dos et s’éloigna vers la salle des gardes.
    Comme ils descendaient tous de leurs montures pour les ramener aux écuries, Nivelle s’approcha de la maître d’armes.
    - Pourquoi le Capitaine Digne est-il ici ?
    - Oh, il a capturé un dangereux rebelle Estien, aussi on lui a accordé –enfin- son retour à Vinicia. Je vais devoir travailler avec lui, à présent. Il est revenu avec un beau poste.
    Nivelle sourit –ainsi, l’histoire du Capitaine Digne était connue- et un sentiment de fierté se répandit en elle : on venait de lui confier sa première mission, on la reconnaissait comme faisant partie du système. Une voix en elle lui signalait que ce n’était pas forcément ce dont elle avait toujours rêvée, et cette voix ressemblait fortement à celle de Joseph, mais elle ne l’écoutait pas.
    - Ah, j’oubliais, ajouta Irina lorsqu’ils se séparaient pour aller déjeuner dans la grande salle, tu feras équipe avec Davi pour cette histoire. Ce prisonnier ne doit en aucun cas s’échapper, le Haut Prédicant a déjà proclamé son exécution en place publique. Tu iras voir Davi après le repas, il t’expliquera.
    Le cœur de Nivelle fit un bond. Elle devait empêcher quelqu’un de se dérober à sa mort promise. Elle n’avait jamais ressenti de sympathie particulière pour les sécessionnistes, pour elle les deux Etats de Lysence ne faisaient qu’un depuis trop de temps pour chercher à les séparer à nouveau. Cependant, elle ne leur vouait pas de haine particulière, tout en n’appréciant pas forcément leurs méthodes de guérilla, de terreur contre des paysans qui n’avaient rien demandé, pas plus d’être Estien ou Ouestien que d’être pillé par les séparatistes ou par l’armée royale. Irina dut lire ses doutes et ses hésitations sur son visage, car elle pro-nonça encore quelques mots :
    - Un soldat ne se pose pas de questions. Un soldat obéit.
    Nivelle lui lança un regard noir. Décidément, même après tout ce temps l’épéiste n’avait pas compris qui était son élève. Obéir n’était pas un mot fait pour séduire Nivelle. Elle sou-haitait être libre, comme tous, mais elle avait cet avantage de savoir ce qu’elle voulait faire de sa liberté. Cette notion n’était pas pour elle une promesse vague et dépourvue de tout conte-nu ; c’était une réalité si concrète qu’elle avait à certains moments presque pu la frôler des doigts. La liberté, c’était le pouvoir de choisir, de décider, lors des grands carrefours de la vie quel chemin lui convenait le mieux, le plaisir de se lancer dans un imprévu que l’on tentait de maîtriser par des mots, par des rencontres, dont on ne pouvait cependant jamais être certain entièrement. Nivelle avait choisi de ne pas suivre Phaéton, prenant le risque de se tromper, mais elle ne regrettait pas cette décision, parce qu’elle l’avait prise de son plein gré, assumant les conséquences. Elle se demanda si elle serait capable d’assumer cette mission consistant à conduire un homme à la mort. Est-ce qu’elle pourrait regarder sa conscience en face ?
    Si Davi peut le faire, je le peux aussi, lui rappela sa fierté, il est impassible, je le serai. Ce n’est pas là une question de métaphysique ou quoi que ce soit d’autre. C’est une mission. C’est tout. Mais elle ne croyait pas du tout à ce qu’elle se disait. Pour porter cette appréhen-sion à son comble, l’image de Davi ne lui adressant la parole que pour lui communiquer les instructions pendant toute la durée de la mission tordait son cœur d’un sentiment amer. Elle commençait à avoir des regrets, chose qui ne lui était jamais arrivée, préférant n’avoir jamais tenté d’embrasser le fiancé de Naïade, ne jamais avoir eu à essuyer ce « non » si péremptoire.
    Elle se morfondit donc tout au long du repas, alors que Bertaut et Agace l’apostrophaient avec une pointe de jalousie –on ne leur avait pas confié de charge quelconque, à eux- lui sou-haitant bonne chance et bon courage. Ils supposaient que son air douloureux ne venait que de la peur de mal faire. Elle jetait de temps en temps des coups d’œil au Capitaine Digne, qui était le seul militaire avec Maître Irina à manger à la table du roi.
    Après la salade de fruits qui composait le dessert, Nivelle rejoignit Davi devant le Grand Escalier. Il se tenait très droit, mais sa main qui passait sur le pommeau de son épée en avant et en arrière trahissait sa nervosité. Cependant, même ce geste irritant finit par s’arrêter, il était totalement maître de lui-même.
    - Le prisonnier est arrivé ce matin, expliqua-t-il. J’ai discuté avec des hommes qui l’ont vu arriver, il paraît qu’il était intenable ce matin, mais qu’il est maintenant prostré dans un état de rage telle qu’il ne bouge même plus.
    - Un type dangereux donc, commenta Nivelle.
    - Oui.
    Ils s’écartèrent pour laisser passer une dame qui descendait les marches.
    - On doit y aller maintenant, ajouta Davi.
    - D’accord. Attends-moi un instant, je vais… chercher quelque chose dans ma chambre.
    Bien entendu, elle ne voulait que parler à Joseph de ce qui se passait. Elle le trouva sur le rebord de la fenêtre, la queue tiquant par moments, à observer la vie dans le parc du château.
    - Tu ne devineras jamais qui est là, dit Nivelle.
    - Jacques Digne, je l’ai vu. Il a enfin réussi à revenir ? Tu sais comment il a fait ?
    - Il a capturé un chef rebelle Estien.
    Les moustaches du chat vibrèrent.
    - Eh bien… !
    - Et je dois aller le surveiller avec Davi. Le Haut Prédicant va le faire exécuter… Je… je ne sais pas si je vais avoir pitié de lui ou pas. Il n’aura pas de procès, si ça se trouve, il n’est pas séparatiste du tout. Le Capitaine a peut-être eu un cruel éclair de génie, a capturé un pau-vre bougre au hasard et l’a déclaré chef rebelle.
    - Non, c’est impossible, ils connaissent les noms, si ce ne sont pas les visages. Mais ils viennent tous se cacher dans les Monts Tannés, côté Est, et après ils sont impossibles à retrouver. Ça ne m’étonnerai pas que Jacques Digne ait préparé son coup depuis quelques an-nées déjà, et qu’il attendait la bonne occasion. Elios et Huchete se méfiaient de lui. Pas simplement parce qu’il est au service du roi –la plupart des gens n’aimaient pas Digne pour cette seule raison- mais surtout parce qu’il n’a jamais voulu du bien aux villageois, il a toujours cherché à nous nuire. Méfie-toi de lui encore plus à présent : tu es une image de cette période de sa vie qu’il voudrait effacer totalement, et je pense que si on lui pose des questions sur ton compte il ne va pas te ménager. Evite-le tant que tu le peux…
    Nivelle hocha la tête. Ce raisonnement lui paraissait sage et elle n’avait en aucun cas en-vie de se retrouver à parler avec le Capitaine Digne.
    Elle s’apprêtait à sortir de la chambre quand il la rappela :
    - J’ai l’impression que des Prédicants me tournent autour ces derniers temps.
    - Toi aussi ? J’en vois tout le temps autour de moi.
    - Tu as discuté avec l’un d’entre eux récemment ? fit Joseph d’un ton certain et réproba-teur.
    - Récemment, non. Il y a quelques temps, j’ai rencontré le Haut Prédicant un soir. Je ne sais plus quand est-ce que c’était, c’était au début du printemps, je crois. Et l’été est bien avancé… Il m’a parlé d’aura ou je ne sais quoi, puis il est parti.
    Les émotions ne pouvaient se lire sur le visage de Joseph, il n’avait qu’un visage de chat. Il se contenta de fermer les yeux, mais Nivelle sentit que quelque chose n’allait pas. Comme Davi l’attendait depuis déjà plusieurs minutes, elle préféra ne pas poser de questions auxquel-les d’ailleurs Joseph aurait sans doute refusé de répondre. Elle rejoignit son collègue là où elle l’avait laissé.
    Ils sortirent de l’enceinte du palais, prenant une direction que Nivelle n’avait encore ja-mais empruntée. D’ordinaire, elle passait par la porte ouest et sortait vers le quartier des no-bles ou celui des artisans. Là, ils se dirigeaient vers des lieux encore inconnus pour elle… Elle sourit. D’une manière qu’elle ne comprenait pas, son cœur était à l’aise, au repos. Rien ne tourmentait son esprit. Peut-être était-ce la présence enfin retrouvée de Davi qui lui faisait tant plaisir, elle l’ignorait et ne souhaitait pas enquêter plus en profondeur. Tout allait bien se pas-ser.
    Comme elle s’y était attendue, Davi ne disait pas un mot. Il promenait son regard autour d’eux, comme si lui aussi découvrait cette partie de la ville. Il y avait une certaine continuité dans l’architecture, mais on voyait bien que ce n’était plus les mêmes bâtiments que chez les nobles. L’ambiance aussi était différente : les bruits et les odeurs, subtilement, n’étaient plus les mêmes. Ce n’étaient plus les mêmes hommes non plus : pas de voitures de nobles tentant de passer dans les rues étroites, pas de domestiques revenant de courses diverses, mais des hommes et des femmes habillés dans une mode décalée de celle du palais, avec le même type de vêtements mais la qualité était ostensiblement inférieure. Ils paraissaient plus pressés aussi.
    Toute à ses observations, elle se rendait à peine compte de la présence de son compagnon, d’autant plus que celui-ci conservait un mutisme glacé. Mais ils empruntèrent une rue soudain beaucoup plus large que les autres et débouchèrent sur une place gigantesque : hexa-gonale, sa superficie devait être au moins égale à celle du palais et de son enceinte. Grouil-lante de monde, la place semblait elle-même vivante, des étals alignés tout le long de son pourtour derrière lesquels s’époumonaient des individus de tous types, souvent protégés de leur marchandise par un tablier crasseux et odorant. Nivelle eut l’impression qu’elle avait ouvert sans s’en rendre compte ses sens druidiques, mais non, tout était amplifié simplement par le nombre et l’intensité des voix, des odeurs, par la multiplication des nouveautés qui s’offraient à ses sens à la fois émerveillés et agressés.
    - Mais où sommes-nous ? demanda-t-elle à Davi, élevant un peu la voix pour qu’il l’entende sans trop de difficulté.
    - C’est la place du Grand marché. Tu vois les remparts, là ? –ils étaient en effet arrivés aux rebords de la ville et les murailles s’élevaient haut derrière les maisons- Regarde la grande porte, elle est tournée vers la mer intérieure, et c’est de là qu’arrivent les marchands et leurs convois tous les matins. Vinicia entière, ainsi qu’une bonne partie de la région environ-nante, s’approvisionne ici. La prison n’est pas loin, c’est là qu’elle a été construite parce que tu peux imaginer que cet endroit recèle aussi la plus grosse concentration de voleurs, détrous-seurs et autres larrons du pays.
    Une fois sa précise explication terminée, le guide de Nivelle ne prononça pas un mot de plus qui put engager une quelconque conversation. Nivelle murmura un « merci » un peu dé-couragée.
    … Très bien, c’est fascinant tout ça… Dès que cette mission sera terminée –elle ne vou-lait pas penser dès que ce rebelle sera sacrifié- j’essaierai de visiter la ville vraiment entière-ment. Je veux connaître tous ses recoins… Elle jeta un regard en coin vers Davi qui leur frayait un passage dans la foule dense et mouvante. Il est destiné à devenir roi, enfin, si Naïade parvient à monter sur le trône avant son petit frère. Pourquoi a-t-il éprouvé le besoin de concourir pour le titre de Tribut de Vinicia, et de se soumettre aux ordres de sa tante, d’accomplir des tâches comme celles-ci, que les nobles considèrent presque dégradantes, subalternes ? Bien sûr, il est maintenant un guerrier totalement accompli, certainement la meilleure lame de Lysence après Maître Irina. Tout de même… Elle avait beau s’étonner, ces considérations ne faisaient que renforcer sa sympathie envers Davi.
    Ils atteignirent enfin la prison de Vinicia. Elle paraissait apporter une souillure à l’architecture élégante de la capitale, comme quelque chose qu’on aurait raté dans l’édification de la ville, ou bien un brouillon. Nivelle retrouvait un peu de l’âme vinicienne dans les hauts murs peu engageants, et la même pierre avait été utilisée pour les construire ; cependant, et c’était après tout normal, quelque chose de moins ouvert, d’effrayant presque semblait être la nature profonde de ce bâtiment. Plus de soldats gardaient la seule porte que tous ceux répandus devant les différentes percées de l’enceinte du palais.
    - Bien… Allons-y, nous sommes attendus n’est-ce pas ? fit Nivelle. Que devons-nous faire, exactement ?
    - Normalement, juste prendre connaissance avec lui, pour voir s’il pourrait nous réserver un vilain tour demain après-midi. Nous sommes surtout chargés de le surveiller pendant son transfert jusqu’à la place de l’exécution demain. Mais on m’a aussi demandé de l’interroger, essayer de… de prendre les noms de ses collègues.
    Nivelle sombra à son tour dans le silence alors qu’ils passaient devant les gardes et en-traient dans la prison. Elle ne prêta guère attention à la grande cour déserte qu’on leur fit tra-verser, ni aux couloirs bordés de petites grilles derrière lesquelles, si elle avait tendu l’oreille, elle aurait entendu gémissements ou menaces, souffles douloureux ou plaintes sordides. Leur guide tenait un trousseau de clefs clinquantes, les clefs de la liberté pour tous ces hommes enfermés… Soudain, au milieu d’un escalier obscur qu’ils descendaient depuis un moment déjà, elle s’arrêta.
    - Tu vas l’interroger ? Tu vas lui demander de dénoncer ses amis, ses compagnons ? Tu vas vraiment faire ça ? Si ça se trouve, il a été pris par hasard, si ça se trouve il n’a jamais fait de mal à personne, ce type.
    Davi baissa la tête.
    - Je sais.
    - Pourquoi fais-tu tout ça ? Tu n’en as pas besoin ! Que cherches-tu à prouver ?
    Il jeta un œil plein d’appréhension vers le gardien, lequel écoutait leur discussion avec avidité.
    - Si tu as des états d’âme, il fallait t’en soucier avant. Tu avais tout le temps de me le dire, dit-il sévèrement mais avec un cruel manque de conviction. Un soldat obéit aux ordres.
    - Mais un homme n’obéit qu’à son cœur, répliqua Nivelle.
    - Le cœur n’est bon qu’aux faibles. Pourquoi crois-tu que ce prisonnier s’est retrouvé là ? Il a suivi ses impulsions, sa passion pour sa « patrie », son Etat. S’il avait plutôt obéi à sa rai-son, peut-être aurait-il mieux bénéficié à sa cause. Mais ce n’est vraiment ni le lieu ni le mo-ment…
    Elle n’écoutait pas ses supplications.
    - Ce n’est pas toi qui parles, Davi ! Je ne te connais pas beaucoup, mais suffisamment pour savoir que tu es quelqu’un de bien !
    - J’ai pris une décision, celle d’exécuter ces ordres, et je ne reviendrai pas dessus ! Et il est hors de question que tu t’en ailles, toi aussi tu as accepté.
    - Tu détestes tergiverser, n’est-ce pas ? Et tu refuses que d’autres se soustraient à ce code moral, ces principes d’honneur que tu t’appliques à toi même.
    Il lui jeta un regard noir, puis lui tourna le dos et poursuivit la descente, le guide lui emboîtant le pas après avoir souri d’une manière fort désagréable à Nivelle. Elle ferma les yeux un instant, respira profondément, Grand Centaure, aidez-moi je vous en prie, puis offrit de nouveaux ses prunelles au monde, portant son regard à travers la mince fenêtre derrière la-quelle flottait un nuage solitaire, puis s’enfonça à son tour dans les sous-sols de la prison.
    Davi et le gardien avaient pris un peu d’avance, mais elle n’accéléra pas son allure. Le couloir sur lequel débouchaient les escaliers était humide –elle pouvait même entendre des gouttes égrener le temps qui passe quelque part au-devant d’elle- très sombre et assez ragoû-tant. Une ombre fila devant elle et elle aurait juré que c’était un rat. Elle perçut la voix de Da-vi demander au gardien de les laisser, un peu plus loin ; elle croisa le gros homme, la main crispée sur son trousseau comme si ç’eût été l’enjeu de sa vie et il remonta lentement les esca-liers en colimaçons derrière elle. Elle s’avança un peu dans le couloir au fond duquel deux torches brûlaient, jetant une clarté presque inconvenante dans l’austérité de ces cachots. Davi se tenait debout, devant l’unique cellule.
    Ses yeux s’habituaient à peine à la pénombre qu’elle rejoignit Davi et se mit à ses côtés, devant le fameux prisonnier.
    Pour l’instant, le rebelle estien était accroupi au fond de son cachot, le visage baissé contre ses genoux, les vêtements tailladés, les cheveux sales et broussailleux.
    - Non… souffla Nivelle.
    Ce seul son suffit à lui faire relever la tête. Mais elle n’avait pas eu besoin de voir ses traits pour le reconnaître, elle l’avait deviné à sa seule silhouette, à cette seule attitude n’appartenait qu’à lui. C’était ainsi qu’il faisait toujours lorsque de violents sentiments le pre-naient, et Nivelle y avait assisté assez souvent. Il ne faisait que prendre de l’élan pour mieux sauter au cœur de la tempête.
    Lui aussi l’avait reconnue, rien qu’au rythme de ses pas, rien qu’à ce souffle incrédule et désespéré.
    Elle ferma les yeux, espérant que lorsqu’elle les ouvrirait, tout ceci s’avérerait n’être qu’un cauchemar.
    - Antonin Poque, c’est cela ? fit Davi, mais pressentant un éclat, un problème.
    - Lui-même, répondit Antonin en se mettant debout.
    Il avait grandi, ses muscles s’étaient étoffés, son visage s’était durci. Il n’accorda pas un regard à Davi et s’adressa à Nivelle avec véhémence :
    - J’aurais dû le savoir que t’étais pas des nôtres. Ta mère est une Ouestienne, ton père sans aucun doute aussi, de toute façon tu as déjà montré que tu es attiré par les Ouestiens, ne croie pas que j’ai oublié ce forgeron ! Tu es partie pour l’Ouest, et voilà dans quel déguise-ment je te retrouve ! Tu es méprisable ! Tu as abandonné ta mère en pleine nuit, et je parle pas du Druide, ni de moi ! J’étais prêt à mourir, mais maintenant j’ai honte d’être conduit à la mort par quelqu’un comme toi !
    Il fit un pas pour lui cracher au visage, puis, étrangement, se retint.

  5. #65
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Bon, je suppose que tu sais déjà sur quoi je vais hurler :notme: .

    Je prends tout au fil de la lecture, avec quelques heures de recul. Le début du passage est agréable lire, et voit un léger rapprochement entre les trois apprentis. Ce n'est pas une mauvaise chose que tu aies choisi cette voie, d'abord parce qu'elle est plus réaliste, ensuite parce qu'elle permet de ne pas tomber dans le mélodrame avec les gentils et les méchants. Tu traites cela assez bien, avec un dialogue un peu hésitant, et une Nivelle légèrement en retrait, en cours d'intégration au groupe. Tout à fait le type de comportements qui peuvent avoir lieu dans la réalité, et ta justesse dans cette description n'en est que plus appréciable. J'ai cependant noté un petit problème de style: tu as cherché à sophistiquer un peu la description de l'allée, et cela passe assez mal comparé à ton habituel style simple. Le problème est là:

    grands arbres majestueux formant des rangs de gardes du corps de chaque côté des cavaliers, mais aussi humiliés, comme s’ils offraient aux hommes une place qui n’était pas la leur
    La structure est très maladroite. d'un côté, on a une action qui n'a rien de passif (celle de former une garde), et de l'autre on a un état (ici celui d'humiliation). Si les deux étaient séparés clairement, il n'y aurait as de choc à la lecture, mais ici, les deux éléments sont rapprochés par le mais comme s'ils étaient comparables, ce qui n'est pas réellement le cas, du fait de cette opposition action/état. Il suffirait simplement de transformer la virgule en point et de formuler la deuxième phrase ainsi: Pourtant, ces arbres semblaient humiliés, comme s'ils... Autre petit problème, je ne suis pas certain que le verbe humilier soit pertinent, mais là c'est réellement une question de goût littéraire, à mon avis.

    Pour la suite des évènements: l'arrivée de Digne n'est pas du tout choquante en soi. Je n'ai pas grand chose à redire sur le dialogue qui suit. Par contre, le "dangereux rebelle estien" m'a immédiatement fait tiquer. J'ai perdu... Oh, deux secondes et demi avant de trouver qui il était dans ma tête, et la fin de chapitre n'a pas désaouvé ma supposition. Toi qui d'habitude, évite parfaitement le mélo, tu es ma foi retombée en plein dedans. Et pas avec délicatesse, c'est le moins qu'on puisse dire, puisque le pavé que tu jettes dans la mare est vraiment imposant et ne parvient même pas à créer un petit effet de surprise. Cest un peu le retournement du pauvre que tu nous sert là. je n'ai qu'une chose qui me vient à l'esprt pour décrire ça: tiré par les cheveux.

    Bon, je passe, et je continue. Tu renoues déjà avec le bon, puisque tu nous sert un passage à nouveau très pertinent sur les sentiments que Nivelle ressent à l'entente de sa mission (vive l'introspection, vive l'introspection :rigoler: ). Rien à dire sur la suite des évènements, ça se laisse lire avec intérêt et la conversation avec Joseph est bien menée. De même la discussion Nivelle/Davi dans la prison. Puis, on revient sur la catastrophe :notme2: .
    Je ne m'épancherais pas plus sur la corde (je ne peut plus dire ficelle, c'est vraiment trop gros ) d'auteur, je la trouve mauvaise à souhait, mais je dépasse. L'éclatement d'Antonin et sa trade me semblent ici à la hauteur de la bourde scénaristique: tu risquais le émlo, tu as plongé dedans, et tu t'enfonçes. Trop rapide, pas d'instant d'hébétude, pas d'hésitation, un discours comme déjà répété plusieurs fois avant, pas du tout naturel, très mélodramatique, à l'image de la situation, il faut bien le dire. Si tu traites bien l'avant, et certainement l'après, tu t'es complètement plantée sur le corps du passage. Je sais pertinement que ton intrigue à besoin de cet évènement, mais contrairement aux autres fois, ton développement est décevant, et ne permet pas de ramener un peu d'air frais dans les convenances. ici, pas d'originalité pour rattraper le nouveau tournant prévisible, et c'est grandement dommage. Ce passage mérite réellement d'être retravaillé, réhumanisé, et je dirais même, reconquis. Car je sens que ce bout de texte à échappé à ton influence créatrice, et s'est retrouvé commun, sans ta griffe personnelle dessus. Il suffirait d'assez peu, je pense, pour que tu parviennes de nouveau à faire passer ce nouveau revirement prévisible, mais cela risque de demander pas mal de travail. Personnalise la situation si tu veux qu'elle passe, c'est le meilleur conseil que je puisse te donner, à part refaire toute ton intrigue pour évacuer cerevirement :notme: .

    Bon, je me suis un peu beaucoup lâché sur ce coup là, mais vu que tu m'as habitué à un certain niveau d'écriture, j'en suis d'autant plus exigeant. Déçu je fus donc, bien que tout le reste soit pareil à ce que tu produis d'habitude. J'attends la suite, pour voir comment tu à géré la suite, je referais peut-être un commentaire plus précis sur l'ensemble du passage litigieux lorsque j'aurais tout entre les mains .
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  6. #66
    Cristal Invités
    aarg je m'en doutais bien... c'est tout un passage à réécrire ! bon cette tirade je l'ai pensée et repensée, tellement qu'elle paraît mécanique. En fait je crois que je la décalerai dans le chapitre suivant et que je l'entourerai d'un peu plus de précautions ... (je me comprends)
    here is la suite : (il reste encore trois chapitres dans la 2ème partie, puis la 3ème en comptera 12... )

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    12 - Où Antonin réussit à s’enfuir non sans quelques complicités

    Nivelle sentait son sang bouillir en elle. Elle avait toujours été l’égale d’Antonin pour s’emporter, ils avaient tous deux l’âme enragée, enflammée. Elle avait été la seule à pouvoir lui tenir tête, dans leur plus tendre enfance, et la réciproque était vraie. C’est pour cette raison qu’ils s’appréciaient tant, ils ne retrouvaient chacun que dans l’autre celui qui éprouvait les mêmes sentiments. C’était différent de ce qu’elle pouvait ressentir pour Phaéton, Phaéton et elle possédaient exactement la même nature. Nivelle et Antonin n’avaient de commun que cette énergie, ainsi que tous leurs souvenirs, mais c’était déjà quelque chose de grand. Cependant, en cet instant, elle savait que la chandelle n’était pas à laisser le contrôle à ses nerfs, mais à sa raison. Elle ne tourna pas la tête vers Davi, mais le sentait prêt à intervenir derrière son calme absolu. Elle gardait les yeux rivés sur ceux, noisette, d’Antonin. Il ne pense pas ce qu’il dit. Il a peur, il est sous le choc de me revoir. Moi aussi je suis sous le choc. J’ai beau penser à toute vitesse, je n’arrive pas à parler… Antonin lui avait déversé toute sa peine, et non toute sa colère, toute la tristesse qu’il avait ressenti lors de son départ et qu’il n’avait jamais pu lui exprimer. Les mots qui lui vinrent aux lèvres sonnèrent de façon bien incongrue à ses oreilles, pourtant elle sentit qu’il n’en existait pas d’autres pour calmer les relents de rage d’Antonin :
    - Comment va ma mère ? réussit-elle enfin à prononcer.
    Il sursauta presque face à son calme. Mais elle avait dit ce qu’il fallait : il n’avait en effet pas pensé une seule de ses insultes. La surprise de la voir, l’angoisse de la mort, et toute la tristesse causée par l’absence de Nivelle… C’était son cœur et non sa tête qui avait fait vibrer ses cordes vocales. La fausse haine quitta ses yeux : il redevint Antonin à nouveau.
    - Et bien… en réalité, bien. Je crois que tout ce dont elle avait besoin, c’était d’être seule. Tu lui faisais peur, tu sais.
    Nivelle hocha la tête.
    - Bien sûr.
    Ils se regardèrent, et Nivelle dut détourner ses émeraudes pour ne pas les recouvrir de larmes.
    - Davi ?
    Davi la fixa sans mot dire.
    - Est-ce que… est-ce que tu pourrais aller chercher le gardien, s’il-te-plaît ?
    - …
    - Fais-le, je t’en prie.
    Il ferma les yeux mais n’hésita pas et partit à grands pas comme s’il était pourchassé par les Ténèbres tout entiers. Elle s’approcha des barreaux de la cellule.
    - Pourquoi tu défens ça ? L’Etat de l’Est… ? demanda-t-elle.
    - On nous exploite, Nivelle. Tu n’as pas déjà oublié comment c’était la vie, là-haut ? Nous pourrions vivre bien, même nous développer, si le Roi et ses impôts, ses soldats, ses Prédicants ne nous gâchaient pas la vie… Je ne veux qu’une vie juste, mais il faut se battre pour ça.
    Dans ses yeux, de la même couleur que les Monts Tannés, brillaient l’envie d’accomplir quelque chose de plus grand que lui, de faire partie de l’histoire, de donner un sens à sa vie, en somme. Elle savait qu’il n’existait pas d’autre destin pour lui.
    - Pourquoi es-tu partie ?
    - Tu as dit que tu te tuerais si tu devenais Tribut. Je ne voulais pas que ça arrive. Ni pour toi ni pour aucun d’entre vous. Il ne fallait pas que le destin entre en jeu, car le Grand Centaure n’aurait jamais accepté que cela tombe sur moi, et je n’aurai pas supporté de te voir partir, toi, ou Julie, ou Geoffroy, ou Anne, ou n’importe lequel d’entre nous.
    - Nous, on a dû supporter ton absence. Si tu voyais l’état d’Elios…
    Elle ferma les yeux.
    Davi revenait, accompagné du gardien des clefs.
    - Mais vous n’avez pas le droit de le sortir, même pour l’interroger, disait le gros homme, phrase qu’apparemment il répétait depuis un moment.
    - Nous sommes ici sur ordre de sa Majesté, claqua la voix de Davi. Nous avons besoin d’être plus près du prisonnier, c’est ainsi que l’on procède.
    - Ne vous en faites pas, ajouta Nivelle. Nous sommes bien en mesure de lutter contre lui.
    Le gardien regarda la frêle jeune fille, puis Davi, qui malgré ses larges épaules n’était guère à la hauteur de la stature impressionnante d’Antonin.
    - Nous sommes armés, lui rappela Nivelle qui avait compris le sens de son hésitation. Obéissez, monsieur.
    Cette injonction le poussa enfin à s’approcher de la cellule. Nivelle s’écarta pour lui lais-ser l’accès à la serrure. Dès qu’il introduisit la bonne clef dans la serrure, elle déboucla son fourreau et l’utilisa pour assener un grand coup sur le crâne à moitié chauve du gardien. Ce-lui-ci s’écroula à ses pieds avec pour seul bruit un petit éclaboussement, car son ventre plein avait recouvert une petite flaque, héritière de cette eau qui gouttait, le Grand Centaure seul savait où précisément, dans les cachots.
    - Comment comptes-tu le sortir de la ville ? demanda Davi pendant que Nivelle ouvrait la grille et qu’Antonin enjambait le corps inanimé de son geôlier.
    - Tout d’abord je compte le cacher.
    - Où ?
    - Chez un ami.
    Même Antonin lui jeta un regard incrédule et presque inquiet.
    - Ils vont fouiller la ville de fond en comble.
    - Ils chercheront dans les coins mal famés.
    - Tu n’espères pas que les Seigneurs d’Ambre accepteront de l’héberger ! Personne ne se-ra assez fou pour t’aider dans cette histoire.
    - Sauf toi.
    Il haussa les épaules.
    - Je ne pensais pas aux d’Ambre, poursuivit Nivelle. Mais à un artisan.
    Davi réfléchit le temps d’un brève seconde :
    - Oui, ils ne penseront pas à chercher dans le quartier des artisans, du moins pas tout de suite. Mais le problème c’est que c’est de l’autre côté de la ville.
    - Alors dépêchons-nous.
    Antonin prit une chaîne, suspendues à un crochet à côté de la torche qui commençait par ailleurs à s’essouffler.
    - Attachez moi les mains, vous direz que…
    - Que le Haut Prédicant souhaite t’interroger personnellement, dit Nivelle.
    - Ça ne passera jamais, marmonna Davi. Les gardes ne nous laisseront jamais sortir avec lui…
    Elle ne répondit pas, attacha les mains d’Antonin, et bientôt ils furent dans la cour inté-rieure de la prison. Ils s’avancèrent vers la sortie et lorsqu’ils passèrent devant les gardes, ceux-ci les empêchèrent d’aller plus loin : trois hommes se postèrent juste devant chacun des trois jeunes gens. Ils refusaient de laisser Antonin sortir de la prison car sur le laissez-passer de Davi et Nivelle n’était pas indiqué un quelconque transfert. Ils réclamaient un ordre écrit confirmé par un cachet royal. Nivelle donna un coup de coude à Davi, qui se mit à invoquer à contrecœur ses prétentions royales, la protection de Naïade, et les pauvres soldats furent bien obligés de reculer. Nivelle sentit un recoin de sa mémoire venir frapper à son esprit, elle en-tendait Elios lui parler d’un sort d’oubli, mais elle était incapable de voir plus loin que ça. Les gardes les regardèrent partir, un peu perplexes et humiliés par cette autorité qui se voulait in-contestée.
    Nivelle, Antonin et Davi marchaient rapidement à travers la ville, utilisant le plus possi-ble tous les ruelles peu fréquentées. Antonin, les mains liées, avançait péniblement. S’il avait ostensiblement éprouvé des doutes à l’égard de la sincérité de Davi, à présent il paraissait plus confiant bien qu’il ne comprit pas vraiment ce qui poussait cet Ouestien à l’aider. En vérité, Nivelle non plus ne déchiffrait pas les sentiments derrière le revirement de Davi, lui qui quelques instants plus tôt était prêt à aller jusqu’au bout de la mission qui lui avait été confiée. Elle préférait réfléchir à ça, qui n’avait après tout pas grande importance, plutôt que d’imaginer ce qui allait se passer une fois qu’elle aurait déposé Antonin chez Olivier. Elle ne doutait absolument pas que le forgeron l’aiderait, elle ne se posait même pas la question, mais elle savait que l’alerte serait donnée rapidement, dès que le gardien se remettrait de son évanouissement.
    En revanche, Davi échafaudait tous les scénarios possibles, toutes les différentes réac-tions qui pourraient les accueillir lorsqu’ils retourneraient au Palais, et leur point commun à tous était l’exécution de Nivelle sur la place publique. Le Haut Prédicant préférerait largement montrer la mort d’une Druidesse qu’un rebelle estien, cela correspondait plus à son combat. Parfois, dans quelques-unes de ses hypothèses, Antonin parvenait à s’enfuir : si on ne le trou-vait pas après vingt-quatre chandelles, la ville était grande après tout, il aurait une chance de s’échapper. Quant à lui-même, il n’encourait qu’un blâme, au pire, Naïade le protégerait de toute sentence, même s’il refusait de dévoiler le lieu où Antonin était dissimulé. Mais il ne regrettait pas sa décision. Il ne regrettait jamais rien. Nivelle avait raison, en trois mots elle lui avait fait comprendre que parfois le cœur passait avant l’ordre. L’individu avant le système. Il n’aurait pas agi ainsi pour une autre personne que Nivelle : elle seule possédait la fougue ca-pable de retourner ses convictions en un instant, en une seule fois. Davi ne changeait jamais d’avis progressivement, l’Unificateur savait ô combien il était peu influençable : le fiancé de Naïade n’était pas fait pour hésiter. Il n’existait pas d’autre explication à son brusque chan-gement d’attitude…
    Enfin ils arrivèrent aux premières rues du quartier des artisans et Nivelle guida ses com-pagnons jusqu’à la rue Montfranc. Ainsi que la dernière fois où elle l’avait rencontré, Olivier travaillait dans sa boutique qui s’étalait dans la rue. Il tenait un fer rouge d’une main, un début d’épée dans l’autre et soufflait un peu. Comme les trois fuyards approchaient presque en cou-rant, il releva la tête pour voir ce qui se passait. Trois émotions passèrent successivement sur son visage : le plaisir en apercevant Nivelle, l’étonnement en reconnaissant Antonin, puis une totale incompréhension quand Davi compléta ce tableau dans son champ de vision.
    - Que… bafouilla-t-il en posant ses instruments de travail sur l’enclume.
    Nivelle se précipita au devant de lui.
    - Qu’est-ce que tu risquerais pour moi ?
    - Je… tout … !
    - Antonin est recherché, expliqua-t-elle, entraînant Olivier à l’intérieur afin que les pas-sants ne surprennent pas un mot de leur conversation.
    Suivis par Davi et Antonin, ils s’installèrent autour de la table des Tombedebout, au mi-lieu de la pièce tout aussi mal entretenue que lorsque Nivelle était venue. Anna, la femme d’Olivier, se dressa d’un bond sur ses pieds en voyant autant de visiteurs à la fois, prête à les accueillir comme il se devait, mais en identifiant Nivelle ses beaux yeux bleus se plissèrent d’indignation. Elle lui portait une véritable haine, qu’elle avait dû entretenir et attiser pendant tout ce temps. Nivelle tenta d’ignorer son regard vipérin et raconta à Olivier ce qui venait de se passer.
    - Il faut qu’il sorte de la ville. Il faudrait que tu l’héberges juste jusqu’à demain matin. Aujourd’hui ça va être trop difficile, tous les gardes autour des remparts seront en alerte.
    - Ne vous en faites pas, je connais un bon moyen de sortir de Vinicia sans être vu. La dif-ficulté sera de rejoindre ce passage… et de cacher Antonin s’il y a une fouille entre maintenant et le lever du soleil… Mais ce qui me préoccupe vraiment, c’est ce qui va t’arriver à toi.
    - Ça fait deux fois que tu te sacrifies pour moi, dit Antonin d’une voix sourde.
    Nivelle lui sourit d’un air un peu fatigué, l’anxiété commençant à percer sur ses traits.
    - Ne t’inquiètes pas pour moi. Fais juste en sorte de sortir de cette ville vivant.
    Antonin détourna le regard. Il était difficile de se séparer ainsi, alors qu’ils venaient de se retrouver.
    Davi se leva. Nivelle l’imita.
    - Merci beaucoup, dit-elle à Olivier avec toute la sincérité et la gratitude qu’elle pouvait mettre dans sa voix.
    Davi hocha la tête, puis sortit de l’échoppe. Nivelle salua les deux hommes et Anna, puis lui emboîta le pas. Ni l’un ni l’autre ne lâchèrent un son, l’appréhension et presque la peur tendant tous leurs muscles, enserrant leur cœur dans un étau douloureux.
    L’enceinte du palais se dressa bientôt entre les maisons nobiliaires et Nivelle se sentit trembler. Elle regarda Davi, à ses côtés, qui regardait droit devant lui et espéra pouvoir pren-dre un peu de son courage. Elle avait suivi ses impulsions, au fond des cachots, elle n’aurait pas pu agir autrement qu’elle l’avait fait… mais à présent elle craignait les représailles… Ils vont me torturer, n’est-ce pas, pour savoir où est Antonin… le rebelle, le séparatiste… À peine eurent-ils posé un pied dans le parc du château, que deux gardes se précipitèrent sur eux et prirent chacun une épaule de Nivelle, la tenant fermement. Le Père Alaart et derrière lui le Saint-Père, qui devaient guetter l’arrivée des élèves d’Irina depuis les fenêtres du Palais, bon-dirent dans la cour, contournèrent la fontaine, et arrivèrent devant eux les visages pleins de la même fureur.
    - Conduisez-la à la prison, ordonna Obert d’une voix forte, mettez-la à la place de celui qu’elle a délivré.
    Nivelle n’eut guère le temps de comprendre ce qui lui arrivait, ou peut-être au contraire le réalisait-elle trop bien, qu’elle était soulevée du sol et déjà repartie sur le chemin de la prison de Vinicia.
    Le Saint-Père se tourna alors vers Davi, sa rage à peine contenue :
    - Vous… ! Nous croyions pouvoir vous faire confiance ! Si vous n’étiez pas… si vous n’étiez pas ce que vous êtes, je vous aurais fait exécuter avec cette fille !
    - Je n’en doute pas, dit Davi, froidement, sa tranquillité détonnant encore plus face à l’excitation du vieillard.
    - Où est-il ? cracha le Père Alaart. Où est le rebelle ? !
    Seul un silence glacial lui répondit.
    - Suivez-moi, somma le Père Alaart. Suivez-moi.
    Davi obéit, et le Haut Prédicant se retrouva seul –ou presque- au milieu du parc. Quel-ques nobles qui avaient assisté à la scène s’interrogeaient sur ce qui venait de se passer devant leurs yeux, mais étrangement ils furent bientôt tous au courant de l’évasion du séparatiste qui avait été enferré ce matin même. Alors qu’Obert essayait de rassembler ses pensées au milieu de sa colère et de ce bruit, Irina de Cotille et le Capitaine Digne s’empressèrent auprès de lui.
    - Saint-Père, fit Maître de Cotille, Saint-Père, que s’est-il passé ? ! Répondez, je vous prie, il s’agit de mes pupilles !
    - Et de mon prisonnier, surenchérit Jacques Digne.
    Il les dévisagea avec mépris, ces deux soldats qui osaient s’adresser à lui en ces termes.
    - Ce sont plus que vos pupilles, ce sont des Tributs du Roi, et c’est au Roi qu’ils devront répondre de leurs actes. Quant au rebelle, vous l’avez peut-être arrêté, Monsieur, mais il est à présent sous la responsabilité de notre royaume tout entier, c’est-à-dire de sa Majesté l’Unificateur. Il est tout à fait impertinent de le qualifier comme « votre » prisonnier. Laissez-moi, vous aurez tous deux des nouvelles en temps voulu sur les événements de cet après-midi.
    Il leur tourna le dos et rentra dans le palais, laissant derrière lui les deux chefs d’armée pleins de ressentiment. Le soleil brillait encore avec force dans le ciel lysentin à cette chan-delle, malgré l’été qui entamait son déclin. Obert n’appréciait guère ce soleil éclatant, pour lui l’astre du jour ne devrait pas briller de cette façon avant que ne soient définitivement abattus ses ennemis et ses objectifs atteints. Qu’il était difficile et fatiguant de gouverner un royaume à la force de son autorité et de sa magie ! À présent, ce nouveau problème, cette Nivelle Guise, qui paraissait révéler précisément ses faiblesses… Il lui fallait masquer l’événement au peuple, nul ne devait savoir que l’on bafouait ainsi ses ordres au sein même de l’élite de l’armée. Malheureusement, pour les nobles c’était trop tard ; les nouvelles circulaient trop vite ; les hommes étaient trop proches les uns des autres. Il serra les dents. S’il ne punissait pas Nivelle, et si cette druidesse ou Davi ne dévoilaient pas le lieu où s’était réfugié le rebelle, il perdrait la face, son autorité s’en trouverait amoindrie, et cela il ne pouvait se le permettre : par principe tout d’abord, mais aussi parce que Naïade était capable d’exploiter la moindre faille, le plus minime et insignifiants des échecs pour renverser la situation à son propre avantage et renforcer sa position au sein du jeu politique. C’était sur ce genre d’erreurs que l’on perdait un royaume. Naïade, dès qu’elle serait au courant de tous les détails –son réseau d’information et d’informateurs était moins bien organisé et moins puissant que celui du Haut Prédicant- réclamerait publiquement une mort, elle lancerait un appel au sang. Mais le Saint-Père ne pouvait faire de mal à Davi de Baillenval, Obert était incapable de le toucher. Dans les veines du jeune homme s’écoulait un sang royal, même s’il ne faisait pas partie de la bran-che principale ; l’amour que portait le peuple à sa mère et qui depuis la mort de celle-ci s’était reporté sur Davi le protégeait presque aussi sûrement ; enfin, pour cette dernière raison, Naïade mettrait toute sa volonté et toute sa force dans une défense acharnée de son cousin et fiancé, aussi complice ou coupable qu’il fut. En revanche, faire décapiter Antonin ne posait théoriquement aucun problème, les Lysentins étaient friands d’exécutions publiques et plus encore lorsque les condamnés leur permettaient d’exprimer leur haine à l’encontre des sépa-ratistes. Seulement, en pratique, Antonin Poque était introuvable.
    Restait Nivelle Guise, qui pour la populace symbolisait une même hérésie par rapport à l’idée qu’on se faisait de Lysence et de l’unité nationale, et pour cela méritait bien cette mort honteuses qu’était une exécution publique. Mais. Car le « mais », se dit Obert, était ici plus important encore que dans les deux autres cas, bien plus insurmontable puisqu’il tenait à la nature même de Nivelle, cet obstacle se dressait irrémédiablement entre Nivelle et lui : Obert ne pouvait pas la tuer, nul ne le pouvait sauf une personne, et le Haut Prédicant n’avait pas encore découvert qui était cet individu. Le Haut Prédicant craignait que, s’il envoyait Nivelle à l’échafaud, la puissance magique de la jeune femme n’éclate, ne se manifeste aux yeux de tous, et là s’en était terminé de son règne, voire de la foi de l’Unificateur… Nivelle n’aurait pas eu besoin de son double pour accomplir les anciennes écritures… Obert eut un demi-sourire teinté d’ironie et d’amertume : il ne voulait pas être celui qui précipiterait la chute de l’Unificateur mais celui qui prolongerait son règne d’un autre millénaire. Mais le Saint-Père se trouvait là dans une impasse ou plutôt dans un tunnel sans fond dont les parois seraient trop lisses pour qu’il stoppe sa chute et remonte à la surface. Toute la magie des Prédicants ne lui était là d’aucune aide –il avait bien dit à ses subordonnés d’observer la ville grâce à une vi-sion améliorée à l’aide de potions élaborées et complexes, ce qui permettrait sans doute d’accélérer les recherches concernant Antonin Poque, mais le véritable problème n’était pas là, il l’avait bien compris.
    Soudain, sa vieille main comme allongée par le poids des ans découvrit une pierre plus saillante que les autres dans ce puits d’obscurité et il s’arrêta de tomber. Un franc sourire s’étala sur son visage ridé.
    Le prestige dont jouissait encore le roi, sa Majesté Eric l’Unificateur, que contrôlait Obert et qui rayonnait sur la masse ignorante des réalités du pouvoir, allait servir au Haut-Prédicant une fois de plus, bien que ce fut cette fois-ci d’une façon retorse.
    Alors que ses pas l’avaient instinctivement mené au premier étage vers les appartements royaux, il fit demi-tour et se retrouva dans le parc, où l’on tenta à nouveau de l’arrêter pour lui demander des détails sur l’évasion, qui devenaient de toute façon de plus en plus connus, mais il ne s’arrêta pas et atteignit le presbytère. Là, dans la pièce la plus proche de l’église, où Obert et ses Prédicants entreposaient leurs habits nécessaires aux cérémonies liturgiques, le Père Alaart faisait face à Davi de Baillenval. Alors que le Prédicant était debout, Davi était assis, l’un en face de l’autre, et le jeune homme était un modèle de sérénité. Obert savait par-faitement que ce n’était qu’une façade, car à l’intérieur Davi bouillait d’impatience et de rage mais son éducation le forçait à n’en rien montrer.
    Les deux hommes levèrent la tête vers la petite porte du presbytère en entendant le Saint-Père entrer. L’un montra son étonnement, l’autre demeura impavide.
    - Père Alaart, permettez-moi de prendre part à cet entretien, fit Obert d’une voix fielleuse, s’asseyant lui aussi.
    - Je vous en prie, dit Alaart comme s’il avait le choix.
    Davi tourna son regard vers le Haut Prédicant et ses yeux couleur de nuit ne quittèrent plus ceux, grisâtres, du Saint-Père.
    - Monsieur de Baillenval, j’ai un marché à vous proposer.

  7. #67
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    C'est déjà mieux . J'avoue quepour une fois, je ne suis pas très inspiré pour commenter. Pour faire simple, je n'ai pas repéré d'erreurs excepté peut-être une ou deux bricoles par ci par là. Le tout est agréable à lire. La situation se complique singluièrement, tant pour Nivelle que pour le haut prédicant, et c'est plutôt réussi. De même, tu parviens de nouveau à mettre un peu de suspense dans l'affaire, puisque la situation est désormais floue, mais qu'Obert semble déjà avoir un plan en tête.

    Enfin, bref, je n'ai pas dit grand chose, mais ce passage rattrape assez bien le précédent.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  8. #68
    Cristal Invités
    ouf, je respire ce que j'écris n'est pas totalement illisible et je n'ai pas perdu mon seul lecteur :rigoler: merci toujours de me dire ce que tu penses
    alors tant que c'est possible, on continue :


    13 - Où Nivelle fait le dur apprentissage de la félonie

    Antonin Poque demeura assis à la grande table des Tombedebout, tandis qu’Olivier retournait travailler comme si de rien n’était. Antonin ne lui jeta pas de regard noir dans son dos, la reconnaissance se mêlant par trop à l’ancienne jalousie qui avait pu lui ronger le cœur. D’ailleurs, il lui semblait que ce n’était plus d’Olivier Tombedebout qu’il devait se méfier, mais de ce Davi. Nivelle avait l’air bien trop proche de lui… Antonin sourit à ces sentiments qui avaient sommeillé en lui pendant un an, un an d’absence à combler, d’une façon ou d’une autre. Nivelle avait bien changé pendant ces douze mois, une seule courte entrevue avait suffi à Antonin pour s’en rendre compte. Elle qui avait autrefois si peur de la ville et qui refusait d’entendre parler du Roi sans faire une grimace de dégoût, voire de haine, s’était parfaitement adaptée à son nouvel environnement. L’envie de parler à son amie lui tiraillait le ventre ; il savait hélas que c’était impossible. Impossible jusqu’à une prochaine rencontre, s’il y en avait une. Il rit de sa jalousie, il avait toujours aimé Nivelle du plus profond de son âme, et il avait fallu en passer par là pour qu’il l’admette. Pourtant, peu après le départ de l’apprentie druide, il avait épousé Julie… par dépit, par colère, par désespoir… ? Il ignorait laquelle de ces raisons prédominait, peut-être était-ce pour toutes à la fois… Julie, qui devait se morfondre au fond de leur petite maison qu’Antonin avait bâtie avec l’aide des hommes du village… Depuis combien de temps était-il parti de chez eux pour cette opération d’assassinat ? Un mois, peut-être, puis Digne l’avait arrêté… Il tremblait encore à cette traîtrise ; il n’avait bien sûr jamais porté le Capitaine dans son cœur, comme tous dans les Monts Tannés, et le Capitaine le lui rendait bien. Mais Digne devait les protéger, c’était là sa mission officielle ! Pas les mener à l’exécution ! Bien sûr, Digne devait entendre ça comme protéger les habitants des rebelles… Mais Antonin et son groupe ne s’attaquaient jamais aux Estiens. Jamais.
    Pendant que ses réflexions s’éloignaient peu à peu de sa condition présente, conduites par son caractère emporté, Anna n’était pas retournée à ses occupations quotidiennes. Elle n’avait pas bougé d’un pouce depuis que Nivelle et M. de Baillenval avaient quitté son foyer. Son regard s’attardait sur Antonin et dans ses yeux clairs se refléta soudain la même haine qu’elle portait à Nivelle. Et à la aversion s’ajoutait la peur, la peur d’être découvert, d’être puni… Peur que les voisins ne jettent un œil à l’intérieur, qu’un ami vienne rendre visite… Antonin pouvait peut-être se dissimuler dans la mezzanine, au milieu des objets peu usités qui s’entassaient, bien que les Tombedebout n’habitent pas rue Montfranc depuis longtemps. Mais cette cachette ne résisterait pas une perquisition un tant soit peu fouillée…
    Anna ne ressentait déjà plus d’amour particulier pour Olivier, si jamais cet intense senti-ment avait jamais pu la saisir. Il la traitait bien, bien sûr, il était plein de tendresse pour elle. Mais Anna se sentait soumise, et l’amertume la gagnait car elle ne savait ni comment sortir de cette situation, ni si elle la trouvait vraiment inconfortable. Elle voyait toute la médiocrité de son caractère, à vingt ans à peine, et cette médiocrité même l’empêchait de chercher une solu-tion, un changement. Elle reportait toute ces mauvaises sensations, cette dégoût et cette soli-tude intérieure sur Olivier. Il n’y était pour rien, au fond : si elle ne l’avait pas épousé lui ça aurait été un autre, peut-être pas aussi attentif ou peut-être plus riche, mais la condition d’Anna aurait finalement été identique à celle dans laquelle elle se trouvait à présent. Même si un lien l’unissait désormais à Olivier, un lien indestructible devant l’Unificateur, rien ne l’obligeait à se plier à sa folie, aux exigences de ses amis à lui, amis qui n’étaient pas les siens à elle. Anna tentait déjà de justifier cette traîtrise qui se préparait en son cœur. Elle ne consi-dérait pas les choses comme une trahison : elle haïssait Nivelle, pour l’affection qu’Olivier lui témoignait, et surtout elle portait une hostilité plus profonde et plus sourde, moins spontanée et en un certain sens plus rationnelle envers tout ce qui était relié aux Druides, tout ce qui pouvait nuire à l’Unificateur.
    Ce fut donc autant l’animosité qu’elle éprouvait pour Nivelle que l’espoir d’aider à l’ordre établi de l’Unificateur qui la poussèrent à glisser un châle autour de ses épaules me-nues et dire à Olivier qu’elle portait rendre une visite, puis à s’éloigner à petits pas timides en direction du palais.
    Antonin la suivit du regard, son cœur battant avec méfiance. Une impression désagréable saisit son estomac, puis sa gorge, jusqu’à ce que tout son corps se fige. Mais il ne comprit pas ce que cela signifiait, et resta assis à ruminer de sombres considérations.
    Et comme Anna marchait dans les rues encombrées de Vinicia, lentement, le Haut Prédi-cant s’installait face à Davi.
    - J’ai une proposition à vous faire, M. de Baillenval.
    Davi ne répondit rien et garda son regard à la hauteur de celui du Saint-Père.
    - Je vous autoriserai à plaider la cause de Mademoiselle Guise à sa Majesté Eric.
    Le Saint-Père marqua une pause. Davi, poli, le laissa terminer sa phrase sans se compromettre par un parole prononcée trop hâtivement.
    - En échange, je vous demande de me dire où Mlle Guise et vous avez conduit Antonin Poque.
    - Non, je refuse de dénoncer M. Poque, répliqua immédiatement Davi. Quant à Nivelle, j’irai demander sa grâce avec ou sans votre autorisation.
    Obert eut quelque difficulté à cacher sa satisfaction derrière un masque de fureur. Davi ne coopérait pas, il s’y était attendu, le garçon était bien trop honnête pour cela. Mais comme Obert l’espérait, Davi comptait user du droit de grâce que possédait sa Majesté, et c’était là que le Haut Prédicant ne perdait pas la face. Le peuple verrait qu’il respectait la volonté de l’Unificateur, ce qui ne pourrait que renforcer la popularité d’Obert… Il se frottait mentalement les mains. Naïade n’allait évidemment pas comprendre ce qui se passait, mais le Haut Prédicant se garderait bien de lui révéler l’entière vérité sur le cours de la journée.
    - Vous comptez donc vous opposer au Saint-Père, chef absolu de l’Ordre, à qui vous de-vez tout le respect dont vous êtes capable ? s’indigna Alaart.
    - Je ne m’opposerai pas à la volonté du Roi, répondit Davi. Lui seul possède l’autorité légitime, lui seul représente l’Unificateur.
    - Vous allez vite rejoindre votre camarade dans les cachots si vous continuez sur ce ton, menaça Alaart.
    - Père Alaart, fit Obert, lui signifiant par cette simple intervention qu’il n’était pas autorisé à prendre des initiatives, laissons M. de Baillenval réfléchir un moment. Il a besoin de considérer ma proposition, il me semble qu’il n’en a pas pris le temps.
    Alaart regarda Obert comme si la vieillesse avait commencé à lui faire perdre la raison ; ils savaient tous deux que Davi de Baillenval ne revenait jamais sur ses mots, ils avaient l’un comme l’autre donné des leçons au jeune homme encore garçon en compagnie de sa cousine Naïade. Davi avait beau n’avoir qu’une vingtaine d’années, il était aussi déterminé qu’un vieux taureau à qui on a déjà dévoilé toutes les ficelles du combat.
    - Nous vous rappellerons dans le courant de la soirée, dit Obert au jeune homme. Laissez-nous à présent.
    Davi se rendait bien compte que le Haut Prédicant avait quelque chose derrière la tête en le laissant filer ainsi, mais il préféra ne pas se le faire répéter et sortit du presbytère.
    Alaart se tourna vers Obert, n’osant pas réclamer des explications. Cependant son visage parlait pour lui, et le Haut Prédicant se dit qu’il pouvait se confier à son ancien élève.
    - Il faut qu’il aille demander la grâce de Nivelle Guise, expliqua-t-il avec un soupir de fatigue –toutes ces manipulations n’étaient plus de son âge.
    - Pourquoi ? Je ne comprends pas. Nous la tenons, nous pouvons la faire exécuter dans l’indifférence, voire avec l’approbation générale. Pourquoi le lui permettre… ? !
    - Vous avez déjà oublié ce que je vous avais fait lire ? Vous commencez à vieillir à votre tour, ricana Obert. Nous ne pouvons tuer Nivelle Guise, elle est protégée… Il n’y a qu’un homme qui puisse mettre fin à ses jours, et ce n’est ni moi, ni vous, ni aucun bourreau que nous désignerons pour accomplir cette tâche.
    Alaart ouvrit la bouche, aucun son n’en sortit. Le Saint-Père soupira à nouveau.
    - Si je ne veux pas être ridiculisé dans cette affaire, il faut que ce soit Eric qui lui accorde sa grâce. C’est aussi simple que ça.
    Il se leva de sa chaise en se tenant le dos d’une main.
    - Bien, j’ai des choses à faire. Cette histoire aurait pu très mal tourner… et elle n’est pas encore terminée : il nous faut mettre la main sur le rebelle Poque. Veillez à ce que ce soit fait le plus vite possible. Tuez-le sur-le-champ, je ne veux pas avoir à refaire tout cela.
    Alaart hocha la tête, salua et sortit. Comme il faisait trois pas dans le parc, où la tempé-rature commençait à faiblir et l’ombre à gagner peu à peu du terrain, un soldat vint vers lui en courant. Alaart s’arrêta et attendit que l’homme le rejoigne. Un sourire éclairait sa face simple.
    - Que se passe-t-il ? demanda le Prédicant.
    - On sait où est caché le rebelle, répondit le soldat. La fille qui l’héberge est venue le dénoncer. C’est dans le quartier des artisans.
    - Evidemment, souffla Alaart. Evidemment, c’est là où nous aurions fait inspecter en dernier… … A-t-on envoyé une troupe le… le cueillir ?
    - Maître Irina s’en occupe, mon Père.
    - Très bien, très bien…
    Le soldat s’éloigna, retournant d’où il venait. Alaart jeta un œil par-dessus son épaule : le Saint-Père se tenait, appuyé sur sa cane, dans l’encadrement de la porte du presbytère, et hochait la tête d’un air satisfait.

    * * *

    Nivelle savait que ce n’était pas par hasard qu’on l’avait jetée violemment dans la cellule où Antonin s’était retrouvé prisonnier ce matin même. Ce n’était pas par hasard que le même gardien des clefs était responsable d’elle. Il avait lui-même attaché chaque main de la jeune fille à un lourd anneau de plomb ancré dans le mur. Puis le gros homme avait lâché un brutal coup de poing dans l’estomac de Nivelle. La jeune fille avait eu la respiration coupée quelques secondes. Mais elle n’avait pas lâché un cri.
    Heureusement, après lui avoir craché au visage, il s’en était retourné à ses autres prisonniers et elle avait accueilli cette solitude avec reconnaissance. Les perspectives s’annonçaient aussi sombres que son cachot. Une idée seulement lui permettait de ne pas pleurer ni de s’apitoyer sur son sort : Antonin allait peut-être s’en sortir. Elle faisait confiance à Olivier, il aiderait son ancien rival.

    … Perdition… Désordre… Folie. Diverses impressions atteignaient son âme, au fur et à mesure que le temps s’écoulait, sans qu’elle en ait conscience et sans qu’elle puisse le mesurer. Elle croisait Phaéton dans ses pensées, des images du jeune Druide traversaient son esprit, un peu floues, un peu vagues. Il l’incitait à se servir de son pouvoir, de sa magie, du moins c’était ce qu’elle comprenait des mouvements de ses lèvres dont aucun son ne sortait. Et la folie et presque le désespoir revenait par vagues successives : elle possédait tant en elle, tant qu’elle ne pouvait faire sortir. La magie était aussi prisonnière de son corps que Nivelle l’était de sa cellule.
    La lumière du jour ne perçait pas jusque dans les sous-sols de la prison vinicienne. Nivelle n’avait aucune nouvelle de ce qui se passait au-dehors, aucune nouvelle ni d’Antonin ni de Davi. Toujours attachée par les poignets à ces anneaux, son corps s’engourdissait tout entier, si bien qu’elle finit par ne plus rien sentir. Pour la nourrir, un homme vint forcer quelques morceaux de pain dans sa bouche, puis la fit boire un plein pichet d’eau. Bientôt les rats s’habituèrent à cette nouvelle présence et vinrent la visiter en passant à travers les barreaux de sa geôle. Elle savait qu’elle était destinée à l’échafaud, mais ce qui la gênait c’était surtout de ne pas connaître l’échéance. Peut-être que si elle avait su, cette attente aurait été plus supportable. Elle aurait pu se concentrer sur des prières adressées au Grand Centaure, penser une dernière fois à ceux qu’elle aimait, mais tant qu’on ne lui annonçait pas clairement son exécution son cœur voulait encore espérer. Aussi demeura-t-elle dans l’angoisse, dans la douleur, et au bout d’un moment les larmes finirent par couler sur ses joues et tâcher d’une façon éphémère les dalles sous ses pieds.
    Le garde qui la nourrissait répéta son manège quatre fois. Un soir –ou ce que Nivelle imaginait être un soir car peut-être il faisait un peu plus noir- il essaya d’abuser d’elle, mais elle réussit à lui donner un coup de pied tout en se débattant, et elle s’en tira avec une gifle aguerrie qui lui fit tourner la tête pendant un long moment. Le garde ne devait pas en avoir grandement envie, il ne réitéra pas sa tentative.
    Puis, un jour, les pas résonnant le long des escaliers changèrent de rythme et d’intensité. Ce n’était pas la même personne qui descendait la toiser. Elle se demanda ensuite si ce fut une intuition, ou bien le parfum, la présence qui la prévint, en tout cas elle sut avant d’apercevoir son visage que c’était Davi qui venait la voir. Le gardien des clefs avait prêté son précieux trousseau au jeune homme, qui étouffa un cri d’horreur ou d’indignation en voyant Nivelle dans cet état. Il se précipita sur la porte de la cellule et essaya les différentes clefs les unes après les autres, sans parvenir à prononcer un mot, jusqu’à ce qu’il trouve le bon sésame. Il délivra les mains de Nivelle de leurs cerbères d’acier, et rattrapa la jeune fille avant qu’elle ne s’effondre sur le sol. Il passa un bras de Nivelle par-dessus son épaule et la soutint pour qu’elle avance, au moins hors de sa cellule.
    - Tu peux marcher ? demanda-t-il.
    - Je… je ne sais pas, dit Nivelle.
    Il y eut un moment de silence où elle essaya de tenir seule sur ses jambes –en vain. Davi s’était douté qu’elle ne serait guère en bonne condition, mais il devait à la prévoyance de sa tante d’avoir amené avec lui une voiture. Le véhicule les attendait de l’autre côté des hauts murs de la prison. Davi, avec l’aide du cocher, hissa Nivelle sur la banquette puis se glissa à son tour à l’intérieur du petit coche dont la portière était frappée des armoiries des Baillenval –une belette entourée d’une rose.
    - C’est un moyen bien luxueux d’être emmené vers sa mort… dit Nivelle en forçant un sourire qui s’effaça aussi vite qu’il était apparu.
    Davi haussa un sourcil.
    - Tu n’es pas condamnée.
    - … ? !
    - Le Roi a ordonné ton amnistie. Je suis allé la lui demander, ajouta Davi, voyant l’incrédulité se mêler à la douleur sur les traits de Nivelle.
    - Merci… souffla Nivelle.
    Elle ferma les yeux pour apprécier la nouvelle dans toute son intensité. Elle se sentit vé-ritablement allégée, son corps lui paraissait moins pesant tout d’un coup, c’était comme si ses plaies la faisaient moins souffrir.
    - Et Antonin… ? Tu sais si Olivier a pu le faire sortir de Vinicia ?
    - Antonin est mort, lui dit Davi –sans la moindre prévenance.
    Nivelle baissa les yeux ; le regard de Davi, plein de pitié, démentait son ton dur. Il ne sa-vait pas exprimer ce qu’il ressentait, on lui avait toujours appris à le cacher. Mais Nivelle ne voulut pas reconnaître cette compassion dans les yeux de charbon du jeune homme. Elle au-rait voulu pleurer seule, pleurer jusqu’à qu’elle se noie dans ses larmes et que Davi ne le sa-che pas. Elle fit un effort pour ravaler ses sanglots, son désespoir et pour demander des expli-cations.
    - La femme de ton ami forgeron, Anna, je crois que c’est son nom –cette fois un peu de colère était perceptible dans la voix de Davi- est venue au Palais, et elle a dénoncé Antonin.
    Il préféra ne pas préciser que Maître Irina, pour rattraper le fait que ses propres élèves fussent à l'origine de cette crise, était allée chercher le rebelle et l’avait elle-même transpercé de part en part alors qu’il tentait de s’enfuir. Nivelle apprendrait bien assez tôt le geste de la maître d’armes.
    Nivelle tenta de se retenir un peu plus longtemps, mais elle éclata tout à fait, de petits cris de douleur –de tristesse- lui échappant de temps à autre et de façon d’autant plus disgracieuse qu’elle essayait de les étouffer. Davi ignorait totalement comment réagir, aussi ne disait-il rien et fixait le plancher de la calèche avec une intense concentration comme s’il n’entendait pas.
    - Que va-t-il se passer pour Olivier et Anna ? Ou que s’est-il passé ? articula-t-elle avec appréhension.
    - Rien. Ils auront même une récompense, Anna leur a raconté je ne sais quelle histoire, comme quoi Antonin s’était réfugié chez eux et qu’ils l’avaient gardé exprès pour pouvoir le livrer. Elle a protégé Olivier.
    Les épaules de Nivelle s’affaissèrent, et elle put retourner entièrement à son affliction et à son deuil. Ils ne dirent plus rien jusqu’au Palais, qui n’était par ailleurs plus très loin. Davi aida Nivelle à descendre, renvoya le petit coche chez lui, puis ils eurent à peine le temps de faire quelques pas dans la cour qu’une jeune femme courut vers eux. Le soir tombait à peine mais la soirée s’annonçait particulièrement agréable, donc les courtisans profitaient de cette douceur pour s’asseoir, se promener dans le parc autour de la fontaine ou bien dans la « promenade de la princesse » c’est-à-dire la grande allée bordée d’arbres. Davi avait prévu ce monde, aussi avait-il demandé au cocher de s’arrêter du côté du passage le moins fréquenté afin de ne pas subir les assauts curieux des nobles. Nivelle n’était pas en était de supporter leurs regards inquisiteurs ni leurs accusations indignées –l’opinion de la cour n’était guère en la faveur de la jeune fille, la plupart des aristocrates ne comprenaient pas pourquoi le Roi l’avait graciée, bien que la mort d’Antonin ait certainement calmé les passions. Aussi Davi fut-il fort étonné, et agacé, de voir accourir cette jeune femme. Il voulait épargner à Nivelle tous les inconvénients possibles.
    - Monseigneur, laissez-moi m’occuper de Mademoiselle… Ce n’est pas une tâche pour vous.
    Davi eût un mouvement de recul. Nivelle, qui à nouveau s’appuyait sur le jeune homme, un bras passé par-dessus son épaule, releva la tête pour voir qui est-ce qui souhaitait la pren-dre en charge. Elle fronça les sourcils car il ne lui semblait pas connaître cette jeune femme. Mais vu l’était où je suis, je doute que je puisse reconnaître Joseph au milieu d’autres chats… se dit-elle.
    - Justine, c’est bien ça ? fit Davi, qui apparemment, lui, avait déjà rencontré l’inconnue.
    - Oui, Monseigneur.
    - Tu es au service de Naïade, n’est-ce pas ?
    Justine hocha la tête, s’avançant pour soutenir Nivelle par son autre bras.
    - Qu’est-ce que Naïade veut à Nivelle ? demanda Davi, directement.
    La suivante recula d’un pas.
    - Je… mais rien, je passais par là et… j’ai pensé aider, vous aviez l’air en difficulté alors… Monseigneur… balbutia-t-elle.
    Le mensonge était trop évident, Davi attrapa Nivelle plus fermement et fit quelques pas, dépassant Justine. Cependant, il se retourna vers la jeune femme tremblante :
    - Tu pourras dire à ta maîtresse que si elle souhaite s’en prendre à Nivelle, elle devra dé-sormais savoir que je serais toujours en travers de son chemin.
    Puis il poursuivit sans attendre de réaction, parvint ensuite à amener Nivelle jusqu’au dernier étage du palais. Passant devant l’une des premiers portes proches du Grand Escalier, il entendit une clef se tourner dans une serrure : Bertaut passa sa tête par l’entrebâillement de sa porte et voyant qui étaient les deux intrus dans le couloir sortit complètement de sa chambre.
    - Davi ? Nivelle ? Comment va-t-elle ?
    - Pas très bien, répondit l’intéressée qui paraissait sur le point de s’effondrer –elle n’avait pu ni s’allonger ni s’asseoir depuis son embastillement.
    - J’ai récupéré ton chat. Il t’attendait devant la porte de ta chambre… pauvre bête. Par contre, il a refusé de manger quoi que ce soit, pourtant j’ai acheté la pâtée de la meilleure qualité possible…
    Nivelle sourit en imaginant Joseph manger de la pâtée pour chat.
    - Merci beaucoup… Dis, je ne comprends pas très bien que tu veuilles encore me parler après ce qui s’est passé… ?
    Bertaut se redressa : « Je viens de l’Etat de l’Est, moi aussi. Et puis, le Capitaine Digne nous a raconté que ce rebelle était ton ami d’enfance. Je ne sais pas ce que j’aurais fait à ta place… Tiens, voilà ton chat. »
    Joseph apparut à la porte de la chambre de Bertaut. Il suivit Davi et Nivelle jusque chez cette dernière. Davi avait la clef, qu’il posa sur le bureau de la jeune fille une fois que celle-ci se fut étendue peu gracieusement, d’un geste brusque mais libérateur, sur son lit. Elle le re-mercia faiblement une dernière fois, puis il fit un pas en direction de la porte.
    - Je t’envoie un Prédicant, dit-il. Il faut que quelqu’un t’examine, tu as reçu des mauvais coups.
    - Ne t’en fais pas, je m’occupe de ça, dit Joseph –Nivelle eût juré que sa voix tremblait.
    Davi hocha la tête, lança un dernier regard un peu inquiet à la jeune fille puis s’en alla en fermant doucement la porte.
    Nivelle ferma enfin les yeux et les larmes se remirent à couler de plus belle.
    - Ils ont tué Antonin, dit-elle.
    - Je sais, je sais, fit Joseph. J’ai entendu ça.
    Il y avait une réelle tristesse dans sa voix. Nivelle essaya de fouiller dans sa mémoire, mais, non, elle ne l’avait jamais entendu comme ça.
    - Joseph… ? sanglota-t-elle.
    - Oui ?
    - J’ai eu de la chance.
    - Oui. Heureusement que Davi était là. Mais je me suis rendu compte avec cette histoire que plus que je ne l’imaginais ne te veulent pas de bien, ici. Déjà, le Capitaine Digne n’a ja-mais compté comme un de tes amis. Mais je crois que la princesse Naïade est définitivement contre toi. Je me promenais aux alentours de sa chambre, l’autre soir, et elle était tout à fait furieuse que son père t’aie graciée. Méfie-toi d’elle.
    - Davi pense ça aussi. J’ai l’impression, tu sais, que tu me dis tout le temps de me méfier, de tout le monde, de tous depuis que je suis ici…
    - Dors, maintenant. Je ne devrais pas te parler de ce genre de choses maintenant. Dors.
    Nivelle aurait été incapable de faire autre chose qu’obéir. Elle n’était pas du tout en condition de percevoir la réelle inquiétude derrière les propos de Joseph –elle était trop habi-tuée à son caractère soupçonneux et revêche. Mais en vérité son vieux mentor commençait à ressentir une plausible impression d’insécurité : désormais, où qu’il soit dans le palais ou dans le parc, il se trouvait un Prédicant dans son champ de vision. Son expérience lui disait bien que cela posait problème mais il ne pouvait croire qu’on avait découvert sa vraie nature. Pour le moment, son cœur pleurait lui aussi la disparition du jeune Antonin Poque, et il s’endormit tout contre la joue de Nivelle, preuve qu’il était capable de tendresse de temps en temps…

  9. #69
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Nop.

    Bon, je vais t'avouer que je ne trouve pas le personnage d'Anna des plus réussis. Il est émotionellement bien conçu, mais je le trouve peu convaincant dans la mise en application. Peut-être l'impression que finalement, en temps qu'actant un peu secondaire, tu nous a mis en place une machine émotive apte à faire avançer le scénario, et pas réellement un personnage vivant et "charismatique" (entendre ici, qui se montre comme attachant pour le lecteur, puisqu'Anna n'est par définiton pas un personnage charismatique au sens rôliste du terme). Pourtant, j'aime bien les ordures ou les personnages dominés par leurs émotions, ou tout autre personnage négatif, mais là, booof. A nouveau, un peu trop mécanique, paradoxalement. Du moins, c'est l'impression que j'en ai.
    Par contre, je suis content que tu aies sacrifié Antonin. Au moins, tu ne tombes pas dans les travers eau de rose habituels, et c'est tout à fait louable. Le reste du passage est de bonne qualité, et se lit agréablement. L'emprisonnement en particulier, et la sortie, sont très bien rendus.


    Bon, comme ma tête est toute occupée à ce que j'écris actuellement, mes commentaires diminuent nettement de taille. En tout cas, ce passage est aussi d'un bon niveau, et se conjuge bien avec le précédent, si ce n'est le problème Anna qui me gêne un peu. Voilou.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  10. #70
    Cristal Invités
    Pour Anna, oui, je comprends qu'elle soit un peu mécanique. C'est que j'ai voulu expliquer au mieux les raisons de son geste, du coup elle est très très rationnelle. Elle n'agit pas par méchanceté pur, ce n'est pas un geste irréfléchi. Bref c'est mal encadré, je le reconnais. En tout cas elle n'est pas faite pour attirer le dégoût ou la sympathie du lecteur, mais plutôt la pitié...
    enfin, j'arrête de me justifier, c'est la chose à ne pas faire et je te mets la suite, si tu as le temps, toujours

    14 - Où arrivent à Vinicia de lointains visiteurs

    La crise suscitée par l’évasion d’Antonin Poque grâce à l’action de Nivelle Guise et de Davi de Baillenval –quoique la complicité de ce dernier fut souvent omise des différentes versions de l’événement- n’eût pas seulement de conséquences pour ses principaux protagonistes. Maître Irina de Cotille fut aussi mise en cause, car Nivelle Guise était son élève. Néanmoins, puisqu’elle s’occupa personnellement de dénouer l’affaire, son nom fut rapidement lavé de tout soupçon de complicité. Et le Capitaine Jacques Digne eût aussi droit à son lot de reproches : il était parfaitement au courant du lien existant entre Nivelle Guise et Antonin Poque. Il dut même aller s’expliquer en personne avec le Haut Prédicant qui le reçut en tête à tête au presbytère. Cependant, à la grande surprise de tous, le Capitaine Digne ressortit de cette entrevue sans même un blâme. On se doutait bien qu’un accord, sous quelque forme que ce fut, avait été arrangé entre les deux hommes, mais l’on ignorait absolument le contenu de cette alliance.
    Si l’autorité du Haut Prédicant ne se trouva pas remise en question dans cette affaire –il était même plus puissant que jamais- Naïade en profita toutefois pour marquer son opposition sur un nouveau terrain, et ses critiques redoublèrent, d’officieuses devinrent officielles. La rivalité entre les deux pouvoirs de l’ombre arrivait à un certain paroxysme, et l’on en vint à plaisanter sur le fait que le roi ne pourrait longtemps survivre avec de tels charognards si près de lui.
    Un sujet de conversation autrement intéressant vint peu à peu détourner la cour, toujours volatile, de cette histoire : le diplomate falaisien, Cournyn Al’Dars, avait réussi par de subtils moyens dont on ignorait véritablement la teneur, à organiser une visite de son propre roi, le Cheik Jourdain Al’Falil de Falaise, à Vinicia. L’événement était historique et l’on en avait conscience, aussi les discussions ne faisaient-elles plus qu’imaginer avec quelle magnificence le Cheik allait débarquer sur les côtes lysentines.
    Maître Irina décida d’envoyer Davi et Agace en tant que gardes du corps pour son Excellence Al’Dars et retint Nivelle à la capitale pour deux raisons. La première, conséquence logique de sa courte disgrâce, était que l’on se méfiait désormais des coups de tête de la jeune fille, il fallait lui réapprendre la discipline ; l’autre : Agace avait expressément demandé à partir afin de pouvoir accompagner son fiancé, Thoumas Delème-Antibe qui faisait partie de la délégation de diplomates entourant Al’Dars.
    Nivelle fut donc forcée de regarder les envoyés du Roi sortir du Palais et s’enfoncer dans le dédale des rues viniciennes alors qu’un crépuscule hivernal étendait son ombre du côté du ciel. Elle se tourna vers Bertaut, tout aussi déçu qu’elle d’être laissé derrière. Tout comme Nivelle, il n’avait jamais vu la mer et aurait voulu saisir cette occasion.
    Leurs regards se croisèrent, d’un hochement de tête ils se mirent d’accord pour monter au dernier étage du Palais. Arrivés en haut du Grand Escalier, Bertaut émit une réserve :
    - Que l’on s’installe dans ta chambre ou la mienne pour bavarder, ça va jaser. D’habitude Agace est toujours avec nous.
    Nivelle haussa les épaules, mais elle savait que Bertaut attachait de l’importance à ce genre de détails –elle s’en était aperçue dès le premier jour. Il s’était émerveillé de l’apparente indifférence avec laquelle elle avait supporté les campagnes de rumeurs qui surgissaient de temps à autre.
    - Tu préfères que l’on aille s’asseoir dans le parc ? Mais il va faire froid –et nuit.
    - Non, viens posons-nous sur les marches.
    - Ils en ont pour longtemps ? demanda Nivelle lorsqu’ils se furent assis dans les escaliers.
    - Je ne sais pas vraiment. Deux semaines au moins, j’imagine.
    Nivelle retint un soupir. Quinze jours sans Davi, en tête à tête avec Bertaut risquaient de paraître d’une longueur indéfinissable.
    - Ça dépend aussi du Cheik Al’Falil, enfin, du nombre de gens qui l’accompagneront. J’espère qu’il n’est pas venu avec toute sa cour, on ne pourra jamais tous les loger.
    - Il doit bien en laisser quelques uns à Falaise pour régner en son nom entre-temps.
    - C’est vrai, acquiesça Bertaut.
    - J’espère que le Roi va survivre d’ici-là, soupira Nivelle. Ça fait longtemps qu’il n’est pas descendu au déjeuner, non ?
    - Il reprend des forces, dit-on. Je crois qu’il y a trois Prédicant guérisseurs à son chevet. Ils le maintiennent en vie.
    - Mais il faudra bien qu’il vienne accueillir le Cheik, de toute façon. C’est déjà peu hospitalier qu’il ne soit pas allé le recevoir au port.
    Bertaut préféra ne pas faire de commentaire. Comme tous dans la capitale, y compris Davi –et hormis le Haut Prédicant et Nivelle sans doute- il vouait un profond respect à sa Majesté Eric, et ne le tenait en rien responsable des difficultés qui pouvaient survenir dans le royaume. Nivelle trouvait ce mythe de l’Unificateur fort bien construit : le roi possédait un pouvoir absolu, parce qu’il représentait l’incarnation du dieu sur terre, et pour cette raison même on ne pouvait rien lui reprocher. Elle sourit. Il serait bon que les Lysentins se rendent compte du carcan dans lequel ils s’étaient enfermé… Elle regarda Bertaut, son ventre tendu et ses yeux un peu niais et se dit que la tâche était bien trop vaste pour elle… Elle n’était pas révolutionnaire, bien au contraire Antonin l’avait dissuadée de marcher sur cette voie. De plus, elle avait fini par se dire que ce n’était pas par la faute du Roi Eric qu’elle devait rester à Vinicia, mais à cause d’une vieille tradition ; Antonin n’avait pas été exécuté sur ordre du Roi mais tué par quelqu’un en qui elle avait confiance… Nivelle en se rapprochant des cercles du pouvoir, avait une vision plus floue encore des vrais responsables que lorsqu’elle habitait à Lourdes.
    - Stentor est parti à sa place, dit Bertaut. Il représentera la famille royale.
    - Il n’a que dix ans ! s’exclama Nivelle.
    Un noble –le jeune sire Tête-haute- releva la tête de ses songes alors qu’il arrivait à leur hauteur dans le Grand Escalier.
    - Vous ne devriez pas rester au milieu du chemin, marmonna-t-il.
    Il les dépassa sans qu’ils aient bougé d’un pouce. Derrière lui, une forme orangée, pleine de poils, dévia de sa route et vint s’installer sur les genoux de Nivelle.
    - Bonjour Joseph, murmura-t-elle.
    - Je peux ? s’enquit Bertaut en avançant sa main.
    - S’il n’en a pas envie, il te le fera savoir.
    En effet, Joseph repoussa la proposition de caresse du jeune homme d’un coup de griffe, menue mais acérée.
    - Il a sale caractère, ton chat.
    Nivelle préféra ne rien dire, mais Joseph aperçut son sourire ironique et lui tourna le dos.
    - Je me demande ce que le Haut Prédicant pense de cette visite du Cheik, fit Nivelle, pensant à voix haute. Si Al’Dars a pu négocier sa venue, c’est que le Haut Prédicant l’a permis…
    - Sans aucun doute, approuva Bertaut. Peut-être s’est-il rangé enfin vraiment du côté de la religion : l’un des sept principes de l’Unificateur édicte clairement qu’il faut préserver la paix.
    À nouveau, Nivelle se tut. Comment un garçon aussi terre-à-terre que Bertaut pouvait être si naïf ? Tout le monde savait –enfin, ceux qui prenaient la peine de savoir- qu’Obert voulait la guerre, pour pouvoir éradiquer toutes les Créatures magiques qu’abritait Falaise. Nivelle craignait qu’il n’eût fait venir le Cheik qu’à la seule fin de le faire assassiner. Mais oserait-il ? Elle n’avait pas eu le temps de faire par à Davi de leurs soupçons –Joseph pensait comme elle. Ce qui devait être la célébration de la paix la laissait plutôt soucieuse, elle redoutait que cela ne tourne au cauchemar. D’ailleurs, ces derniers temps, malgré son nouveau rapprochement avec Davi et l’amitié naissante avec Bertaut et Agace, la vie au Palais lui semblait si pesante qu’elle l’eût presque sans hésitation qualifiée de cauchemar. L’ambiance lui paraissait plus difficilement supportable. Davi ne remarquait guère de changement, mais Nivelle avait constamment un Prédicant dans les parages, lui faisait une remarque sur son attitude, la priant d’enlever ses anneaux druidiques ; ou deux jeunes femmes conversant à son propos, mentionnant le nom de Nivelle, comme par hasard sur son chemin ou devant sa chambre, émettant de médisantes remarques… Nivelle se retrouvait continuellement sur la défensive, et elle avait beau essayer d’être indifférente, ses nerfs s’épuisaient à lutter contre ces ennemis aux mille visages. La mort d’Antonin ne quittait pas son esprit –il n’avait même pas été inhumé selon les rites des Centaures. Elle avait réussi à payer un messager pour qu’il fasse un détour jusqu’à Lourdes sur sa tournée habituelle. Afin de compléter le mot du gouvernement informant sans tact la mort d’Antonin, elle avait rédigé une lettre à l’adresse de la mère de son ami –la blanchisseuse. Nivelle n’avait pas osé s’étendre et parler de sa vie depuis qu’elle les avait tous quitté, ce n’était pas le propos. Nivelle raconté simplement ce qui s’était passé depuis qu’elle avait vu le Capitaine Digne jusqu’à ce qu’elle apprenne que son meilleur ami avait été tué.
    - Que penses-tu du Capitaine Digne ? s’entendit-elle demander à Bertaut.
    - C’est un bon soldat, répondit-il d’un ton neutre.
    Elle sourit. Davi n’aurait pas répondu ça, lui. – Que penses-tu du Capitaine Digne ? – Je sais bien que tu ne l’apprécies pas, Nivelle, mais je trouve que c’est un homme intègre, juste, courageux, et tout à fait digne de respect voire de sympathie. Son sourire se poursuivit un moment, elle aurait aimé avoir Davi auprès d’elle en cet instant, avoir son amitié solide à portée de main. Mais il était parti sur les routes de l’aventure, sans elle…
    - Le dîner doit être servi, signala Bertaut, comme ils entendaient du monde s’agiter au rez-de-chaussée.
    - Je te rejoins, dit Nivelle en se levant, Joseph dans ses bras.
    Elle alla ouvrir sa chambre et Joseph se faufila dans l’entrebâillement et s’installa sur le lit.
    - Tu restes là pendant le dîner ? questionna Nivelle.
    - Oui. Dépêche-toi, j’ai quelque chose à te dire.
    Nivelle hocha la tête et referma la porte. Une demi-chandelle plus tard, elle remontait dans sa chambre, certaine que Joseph allait lui dire :
    - Tu en as mis du temps !
    - Désolée.
    Elle s’assit à son bureau, alluma sa bougie car il faisait trop sombre pour travailler sans la lueur d’une flamme.
    - Tu avait quelque chose à me dire ? demanda-t-elle.
    - Je suis allé me reposer à l’étage des appartements royaux cet après-midi, sur le banc devant la porte de chez la princesse.
    - Tu la surveilles toujours ? Depuis… depuis le jour où Antonin… est mort, quand cette fille a soi-disant voulu m’aider, depuis cette fois-là Naïade n’a rien tenté contre moi.
    - C’est une de tes ennemies déclarées, lui rappela sévèrement Joseph. Et puis, c’est ce que tu vas voir : j’étais donc dans le couloir, et trois suivantes de la princesse sont arrivées en pouffant et jacassant. J’essayais de ne pas trop y prêter attention mais elles parlaient vraiment fort, j’ai entendu ton nom au passage. Elle s’amusent de toi, Nivelle. Elles font exprès de te provoquer. Il semblerait que Naïade leur en a donné l’ordre. La princesse veut te faire « craquer » même si je ne vois pas très bien ce qu’elle veut signifier par là.
    - Elle est si jalouse… s’émerveilla Nivelle. Je ne pensais pas qu’elle était amoureuse de Davi. Lors du bal, en tout cas, elle n’en avait pas l’air. Mais elle doit l’être, sinon elle ne s’offenserait pas comme ça de l’intérêt –relatif- qu’il me porte… Après tout, peu lui importe une fois qu’elle sera sur le trône de qui siègera à côté d’elle…
    - Peu importent les causes ! s’emporta Joseph qui ne supportait pas sa rêverie. Peu importe que M. de Baillenval soi amoureux de toi ou non –d’ailleurs, même si je n’aime pas me mêler de ce gendre d’histoire, je doute qu’il admette un jour cet amour , il ne veut pas te mettre en danger. Ce qui compte c’est que Naïade te veut du mal et qu’elle est en action. Tu dois te garantir, te renforcer, ou mieux être indifférente, vernissée !
    - Mais moi je ne suis pas comme ça, j’ai des sentiments ! Et je n’aime pas m’écraser ! Je ne eux pas jouer avec leurs règles à eux ! La prochaine fois, j’aurais un message pour Naïade, que ces cruches transmettront. Davi le leur a déjà dit, ce jour-là, d’ailleurs… Si elle veut me parler qu’elle le fasse directement. Ces histoires de cour commencent à me fatiguer au-delà de mes limites. Ces gens disent que les paysans sont brutaux et mal élevés mais ici les gens sont hypocrites et pervers, ce qui est bien le comble de l’impolitesse !
    Joseph la regarda en secouant la tête. Au-delà d’une vision réaliste des choses –Naïade ne s’abaisserait jamais plus à parler à Nivelle, la seule fois où c’était arrivé lui en avait coûté- il percevait ce que traduisait le ton excédé et las de Nivelle : elle avait toujours eu le sang chaud, un don pour s’énerver rapidement ; Elios avait réussi à lui à apprendre à canaliser cette énergie… Mais les piques assidues des confidentes de Naïade et surtout la mort d’Antonin l’avaient affaiblie. Nivelle ne dormait pas ou peu, car des images sanglantes et cauchemardesques l’assaillaient dans son sommeil. Le fragile équilibre qu’elle s’était construit à Vinicia était renversé, et Joseph s’inquiétait pour l’avenir.

    * * *

    Pourtant, au fur et à mesure que des messagers arrivaient au Palais, annonçant l’approche, jour après jour, du Cheik et de la délégation d’Al’Dars, Nivelle paraissait reprendre des forces.
    Joseph observait ce rétablissement sans faire le lien avec la visite des étrangers, constatant simplement que sa protégée était plus calme et plus enthousiaste à la fois.
    Nivelle aussi sentait son âme s’apaiser un peu, et bien qu’elle n’en comprit pas totalement la raison, dès qu’elle entendait des nouvelles du Cheik son cœur remontait des tourments dont il était prisonnier. On eût dit qu’une force invisible la poussait à relever la tête et à écouter la conversation dès qu’elle percevait le mot Falaise autour d’elle. Elle ne saisissait pas vraiment ce qui la poussait à se comporter ainsi, mais elle se réjouissait d’apprécier d’avantage ce qui se passait autour d’elle. Ainsi, le matin où elle apprit que les Falaisiens arriveraient à Vinicia le lendemain, elle obéit sans rechigner à Maître Irina qui les fit réviser leur grammaire falaisienne, elle supporta les plaintes et les remarques inutiles de Bertaut toute la journée sans le prier une seule fois de se taire.
    Quant au lendemain, il lui parut durer bien plus des dix chandelles normalement requises… Elle sourit difficilement, lors du déjeuner chez les Seigneurs d’Ambre, aux compliments de Dame Gaëlle qui lui trouvait une « bonne mine », mais s’intéressa fort –alors que c’était un sujet auquel elle n’avait jamais prêté attention de sa vie- à la monnaie que transportait le Cheik dans ses coffres et qui attisaient la curiosité d’Etienne d’Ambre, qui se découvrait numismate.
    En fin d’après-midi, bien couverte d’un long manteau doublé pour se protéger d’un froid guerrier soutenu par un vent agressif, Nivelle, avant l’annonce des hérauts, se posta à la porte sud de l’enceinte du palais, sachant à l’intérieur d’elle-même que les visiteurs arriveraient de ce côté-ci ; La même force immatérielle lui commandait d’attendre dans le froid au lieu de se frayer une place près de la cheminée dans la salle Léonard d’Host avec toute la cour attentive et curieuse. Seules quelques personnes, comme elle, voulaient être parmi les premières à apercevoir le Cheik de Falaise, mais pour l’instant il n’y avait que Nivelle et les deux gardes de faction à la porte sud. Sa conscience, quelque part au fond d’elle même, lui criait « qu’est-ce qui te passe par la tête, là ? ! » mais son envie de rester immobile ici était trop forte, aussi elle resta à guetter par la porte sud, écoutant distraitement la discussion entre les deux gardes. Ils commentaient les cris, un peu plus loin dans les rues : les badauds viniciens acclamaient sans doute les Falaisiens sur leur passage, bravant le froid pour participer à leur façon à l’événement.
    Finalement… Un premier cavalier franchit l’enceinte, au pas, dans le parc, la peau très noire. Suivaient d’autres cavaliers, puis des chevaux au dos libre mais tirant par leurs efforts des chariots recouverts de tentures où, allongés dans des coussins mordorés, des hommes et des femmes admiraient le décor… Le convoi n’était pas si fourni que Nivelle l’avait imaginé, mais déjà assez garni pour soulever dans son imagination des images mystiques et lointaines. Elle repéra aisément le Cheik Al’Falil, dans sa « voiture » et avec lui se trouvait le diplomate Cournyn Al’Dars et le prince Stentor. Quelques hommes blancs, si pâles au milieu de ces visages d’ébène et de nuit, apparaissaient au milieu du convoi : les Lysentins qui étaient partis à leur rencontre. Nivelle distingua Davi dans le convoi. Par sa peau de soleil, il faisait le lien entre les uns et les autres. Il montait une jument et se tenait à la droite d’un autre cavalier, un blanc quant à lui, mais ils ne bavardaient pas et semblaient au contraire éviter de se regarder…
    Davi s’aperçut de la présence de Nivelle, et quand il passa devant elle lui adressa un sourire. Mais elle ne le lui rendit pas. Elle ne le regardait pas pourtant sa tête était tournée dans sa direction… Il se demanda qui est-ce qu’elle pouvait regarder avec autant d’intensité et de passion dans ses yeux verts, sentant à sa grande honte une pointe de jalousie.
    Nivelle ne voyait pas Davi, mais seulement celui qui chevauchait à ses côtés. Elle comprenait à présent cette élan qui l’avait emportée sans qu’elle contrôle quoi que ce soit. Elle avait déjà éprouvé cette sensation, et cela l’avait à chaque fois mené à lui.
    Phaéton. Dans les yeux du jeune homme brillaient la même surprise et la même joie mêlée d’appréhension. Ils se retrouvaient à nouveau, pour une occasion qui les dépassait. Et pourtant, il leur semblait que c’était fait pour eux, pour qu’ils puissent se parler et peut-être se rejoindre cette fois-ci.
    Bientôt d’autres voitures, d’autres cavaliers passèrent devant Nivelle, Phaéton et Davi s’éloignant. Elle regarda le convoi en entier, incapable de la moindre réaction. Phaéton était à Vinicia… Que faisait-il avec les Falaisiens ?
    Le vent finit par la déloger. Elle regagna le Palais transie de froid, mais le cœur plein de violence et d’émotion.

  11. #71
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Houlà, je suis en retard, pour cause d'écriture intensive. Je rattrape ça tout de suite.

    En tout cas elle n'est pas faite pour attirer le dégoût ou la sympathie du lecteur, mais plutôt la pitié...
    Bah ça ne marche pas :notme2: ... Bon, j'arrête de te charger avec ça, je passe à la suite.

    Bon, vu que mon sens critique est un peu émoussé du fait de ma phase d'écriture actuelle, je donne les impressions qui me passent par la tête sans trop creuser.

    La première est que tu as encore réussi à éluder une possibilité d'incarner un peu plus les d'Ambre, je vais finir par sévir :notme: . Après tout, s'ils sont les protecteurs de Nivelle, faire autre chose qu'écrire deux lignes sur eux tous les cinq chapitres ne pourraient pas faire le moindre mal, et surtout arrêterait de frustrer le Mekren . Bon, c'est vrai qu'il n'est pas toujours facile de creuser les personnages secondaires, mais c'est vraiment un plus lorsque c'est fait.

    La deuxième est que je n'ai pas grand chose d'autre à relever (ou du moins, que je n'ai rien remarqué). Le deuxième passage avec Bertaut est assez commun, mais a l'avantage de le mettre un peu plus en scène, et permet d'étudier un peu mieux la nouvelle relation qu'il noue avec Nivelle. Ca fait partie des passages un peu moyens, mais nécessaires à l'intrigue et aux personnages, alors je ne râle pas trop. La conversation avec Joseph est de bonne qualité (comme souvent, j'aime beaucoup ce personnage, d'ailleurs). Enfin, le dernier passage pose agréablement le retour en piste de Phäeton, sans brusquer le lecteur, avec un petit artifice simple mais efficace, et pas étouffant pour un sou.

    Donc, bah, j'attends la suite.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  12. #72
    Cristal Invités
    oki ! merci toujours pour tes commentaires, il n'y a pas de retard de toute façon ya pas d'heure les d'Ambre on va les revoir un petit peu plus dans quelques chapitres, mais ce sera un passage plutôt court encore. Juste une conversation !
    en tout cas voilà le dernier chapitre de la 2ème partie :

    15 - Où Nivelle retrouve Phaéton et procède à des discussions sérieuses

    Le soir même de l’arrivée des Falaisiens, Nivelle eût l’occasion de parler à Phaéton. Il était toujours derrière le Cheik Al’Falil, mais elle n’avait pas encore compris quel était son rôle exactement. Elle comptait bien le lui demander…
    Etrangement, ce fut grâce à une mauvaise intention de la princesse Naïade que Nivelle put discuter avec Phaéton : Naïade organisait un bal en l’honneur des étrangers, une fête où n’étaient conviés que les nobles falaisiens et les proches de Naïade –enfin, ceux dont elle avait besoin pour s’installer sur le trône à la mort de son père… La princesse avait bien évi-demment invité Davi, mais elle avait réclamé un garde devant la porte du salon des Envies pour assurer la sécurité, au cas où il y aurait un problème et par une heureuse, ou malheu-reuse, coïncidence, Nivelle avait été désignée pour cette tâche.
    Elle devait donc passer sa soirée plantée devant la porte à double battants de la salle des Envies, en écoutant la musique et les rires de l’autre côté, sans pouvoir y prendre part.
    Les premiers invités arrivèrent aux alentours la troisième chandelle de la soirée. Nivelle se tenait bien droite, une main sur l’épée, vêtue de l’uniforme royal –et c’était peut-être cette humiliation qu’elle abhorrait le plus.
    Elle savait que Davi serait parmi les premiers présents, et elle n’avait pas tort. Il s’arrêta devant elle, élégant comme toujours. Il lui sourit.
    - Je te cèderai volontiers ma place, tu sais, fit-il. Naïade m’est de plus en plus insupporta-ble.
    - Il ne faut pas parler ainsi de sa famille, dit Nivelle sagement –mais cela l’étonna, Davi ne se plaignait jamais, d’ordinaire.
    - C’est vrai. Et puis, il y a ce garçon, quel est son titre, déjà ? « Conseiller aux affaires étrangères du Cheik ». Phaéton Figuier, c’est son nom… Je l’ai rencontré pendant le voyage du retour. Je crois que je n’ai jamais autant détesté quelqu’un ! dit-il avec un rire presque gê-né.
    Nivelle baissa les yeux pour cacher son trouble. Cela n’échappa pas à Davi qui, discret, préféra ne pas insister.
    - Bien… alors bonne chance… dit Nivelle. Bonne soirée.
    - Merci.
    Davi entra dans la salle de réception royale, et de l’autre côté de la porte un majordome annonça son nom entier « Davi Juste de Baillenval » ! clama la voix fatiguée.
    Juste… répéta intérieurement Nivelle. Ce nom lui va parfaitement. Davi Juste de Baillen-val.
    Après quelques Falaisiens dont Nivelle ignorait l’identité, le Cheik Jourdain Al’Falil et sa femme, Lys Al’Falil, se montrèrent. Derrière eux arriva Phaéton, vêtu à la mode falaisienne –ce qui ne lui allait pas si mal- c’est-à-dire une longue toge, mais dont la couleur était un peu terne puisque les Falaisiens ne bénéficiaient pas des techniques espérantines. La robe du Cheik était d’un bleu sombre, majestueux, mais celle de Phaéton était beige, comme pour souligner son teint pâle. Nivelle attrapa son regard et lui défendit –par le langage des yeux- de se détourner d’elle. Phaéton soutint le défi, et ne la quitta des yeux que lorsqu’il dut suivre son nouveau maître dans la réception offerte par la princesse.
    Nivelle demeura longtemps seule, un peu tremblante, à garder la porte. Elle n’écoutait pas les bruits étouffés qui lui parvenaient par les murs épais, ni les airs entraînants entamés au violoncelle. Elle ne pouvait défaire son esprit de ce visage, de cette image obsédante : Phaéton sur son cheval alezan, pénétrant dans le parc du palais royal… Les émotions étaient si épui-santes et si puissantes qu’elle dut se laisser glisser le long du mur pour s’asseoir et réussir à respirer un peu.
    Au bout d’une demi-chandelle environ, les portes à sa droite s’ouvrirent. Elle aperçut des pieds recouverts d’une toge flottante. Elle leva la tête. C’était lui.
    - Nivelle… Relève-toi, voyons.
    Elle obéit. La dernière fois qu’ils s’étaient vus, ils faisaient à peu près la même taille, mais il avait plus grandi qu’elle entre-temps. Il avait désormais son visage d’adulte : un peu plus creusé, un peu moins fin, mais l’essentiel des traits restaient les mêmes. Il avait toujours les cheveux noirs attachés sur sa nuque, et ses yeux noirs trahissaient toujours une intelligence acérée.
    - Si j’avais imaginé te revoir ici, dans cet accoutrement ! Toi, guerrière au service de sa Majesté l’Unificateur ? !
    Sur le moment, elle ne sut pas quoi répliquer. Elle était en train de réaliser le pire de ses cauchemars, Phaéton la méprisait ! La « vraie » Nivelle tenta de reprendre un moment le des-sus :
    - Je n’ai absolument pas choisi ça ! Pour qui te prends-tu, à me juger ainsi ? D’ailleurs, qu’est-ce que tu fais au service du Cheik de Falaise ? !
    - Je t’ai dit, la dernière fois, que je veux détruire les Prédicants, siffla Phaéton entre ses dents. Le meilleur moyen est de pousser Falaise et Lysence à la guerre ! Pour ça, j’ai réussi à devenir l’homme de confiance d’Al’Falil.
    - Mais comment ? souffla Nivelle, à la fois admirative et effrayée.
    - La magie, voyons ! dit Phaéton. Je ne comprends pas que tu en saches aussi peu alors que tu as été apprentie-druide plusieurs années tout de même ! Ah… j’oubliais… ton maître n’a pas voulu t’apprendre ce qu’il sait. Il a vu qui tu étais, et il a eu peur… Il eu peur que s’il t’en apprennes un peu trop, tu échappes à son contrôle… !
    - Tais-toi ! grogna Nivelle, prête à lui bondir à la gorge. Ne parle pas ainsi d’Elios. Même à toi, je ne peux pas te le permettre… Il n’avait pas peur de moi, c’était un bon tuteur… Re-garde qui était ton maître avant de parler, le Renégat !
    - Je dois reconnaître qu’Elios était plus doué qu’Hermès, fit Phaéton d’un air soudain songeur. Mais justement : Elios a été capable de voir le pouvoir en toi, et il a eu peur de t’enseigner la magie. Quant à Hermès, il était si peu doué qu’il ne s’est pas aperçu de ma vé-ritable nature et il m’a tout appris.
    Un silence troublé suivit ces mots. Nivelle se mit à trembler : elle aurait voulu qui ne s’arrête pas de parler, qu’elle puisse écouter sa voix jusqu’à la fin de ses jours. Phaéton res-sentait vraisemblablement la même chose, il tentait de ne pas le montrer mais il ne pouvait ôter ses yeux des émeraudes de Nivelle. Il aurait voulu lui parler de tous ses projets, de ses intrigues pour lancer la guerre tout en sachant qu’elle le désapprouverait, mais il avait peur que quelqu’un ne passe dans le couloir ou ne sorte de la salle de réception et ne surprenne leur conversation.
    - Pourquoi… ? murmura Nivelle. Pourquoi a-t-on ce pouvoir, toi et moi ? Je crois que je devine pourquoi ça nous échoit, mais dans quel but ? Je ne sais pas… Parce que tout a une fin, n’est-ce pas ? Tout a une intention…
    - Tu as deviné pourquoi c’est tombé sur nous ? répéta Phaéton, sans étonnement. C’est assez évident, oui.
    - Les Druides –ou les Prédicants- qui ont eu les pouvoirs les plus grands jusqu’ici étaient ceux qui naissaient en même temps que le Grand Centaure… Mon hypothèse, dit Nivelle avec un sourire un peu las, est que le Grand Centaure a eu des… des jumeaux. Et nous sommes leur « équivalent » chez les hommes. C’est tout. Mais après, pourquoi ce hasard ?
    - Tu ne devines pas ? souffla Phaéton. Si seulement tu voulais accepter de venir avec moi… Viens à Falaise, je pourrais facilement décider tes généraux à te confier une mission. Pourquoi refuses-tu encore… ?
    Ces mots finirent par énerver Nivelle. Ne comprenait-il donc pas ? Pourquoi ne cessait-il pas de la tourmenter, elle aurait tout donné pour le suivre, mais ce qu’il lui proposait était trop contraire à ce en quoi elle croyait.
    - Je ne veux pas déclencher de guerre ! dit-elle, haussant le ton. Jamais je ne serais res-ponsable d’aucune mort.
    - Ah ! Et tu dis ça avec une épée suspendue à ta ceinture !
    - Je ne l’ai pas choisi ! dit à nouveau Nivelle. Je ne m’en servirai jamais !
    Des pas claquèrent dans le couloir. Aussitôt, les deux apprentis druides se turent. Nivelle sentit qu’elle connaissait cette résonance comme en déséquilibre, un peu claudicante. Le Haut Prédicant apparut au bout du couloir et s’approcha d’eux.
    Il arriva en silence, et les observa sans mot dire. Nivelle était quelque peu étonnée de son attitude : il les scrutait l’un et l’autre, avec presque un air de peur dans ses prunelles grisâtres et fatiguées.
    Phaéton se rendit soudain compte de qui était en face de lui et son regard rencontra celui du Saint-Père. Il le dévisagea, un masque de haine recouvrant soudain son visage aux traits délicats. Nivelle eut un mouvement de recul devant l’intensité de l’émotion, alors que le Haut Prédicant ferma son visage aux sentiments devant une telle déclaration. L’entretien muet dura ainsi quelques secondes, puis le Haut Prédicant passa devant eux et entra dans la salle des Envies d’où on entendait rire la princesse Naïade.
    Nivelle poussa un léger soupir pour évacuer la tension générée par cette étrange entrevue. Mais Phaéton ne lui laissa guère le temps de souffler :
    - Tu vis au même endroit que lui ? ! Et tu… tu n’as jamais essayé de le tuer ? ! fit-il agressif. Tu… comment peux-tu vivre aussi proche de notre plus grand ennemi ?
    Il paraissait complètement estomaqué. Il regardait Nivelle avec un air d’incompréhension totale.
    - Sache que si tu veux vraiment déclencher un guerre entre Lysence et Falaise, alors le Haut Prédicant est ton plus grand allié. À part évincer Naïade de la course au trône, c’est son souhait le plus cher, dit doctement Nivelle.
    - Tu vois que tu peux m’aider, quand tu veux, dit Phaéton avec un sourire carnassier.
    Nivelle baissa les yeux. Elle ne se sentait pas de taille à lutter contre lui. Cela revenait à livrer une bataille contre elle-même.
    Il ne dit rien de plus. Il ouvrit la porte de la salle des Envies pour retourner aux festivités. Comme il faisait un pas dans le grand salon royal, Davi sortait exactement au même moment de la pièce. Davi évita délibérément de le regarder et rejoignit Nivelle. Phaéton leur jeta un œil curieux, puis referma la porte derrière lui.
    - Tu parlais avec lui ? s’étonna Davi, un peu méfiant.
    - Ah ! Mais qu’est ce que vous avez tous ce soir ? ! s’exclama Nivelle, à bout de nerfs.
    - Très bien, je te laisse, dit Davi en faisant demi-tour.
    - Non, non, excuse-moi, le retint Nivelle. C’est juste que… je ne comprends pas très bien ce qui m’arrive, là. Désolée.
    Davi ne fit aucun commentaire.
    - Reste, s’il-te-plaît, plaida Nivelle.
    - Nivelle, Naïade sait que je suis sorti, elle sait que je suis avec toi en ce moment même.
    - C’est vrai, je l’oublie tout le temps, celle-là, grimaça la jeune femme.
    - Comment peux-tu l’oublier ? s’indigna Davi. C’est elle qui te menace le plus !
    - Il faudrait savoir, grommela Nivelle pour elle-même.
    Encore, Davi ne réagit pas. Si Nivelle était de mauvaise humeur, il savait qu’il valait mieux ne pas insister et attendre que ça passe. Entre la princesse et la paysanne, il avait fait son choix, mais en ce moment il était plutôt prêt à regagner sa chambre.
    - Alors, pourquoi es-tu sorti, si ce n’est pas pour rester ? fit-elle, assez méchamment.
    - Juste pour voir si tu ne t’ennuyais pas trop.
    - Tout glisse sur toi, n’est-ce pas ? dit-elle avec un vilain sourire. Tu t’en moques que je te parle sur ce ton ?
    - C’est ce type qui t’a mise dans cet état ?
    - Pourquoi est-ce que tu le hais comme ça ? Tu ne le connais pas !
    - Je le connais assez pour savoir qu’il est auprès du Cheik à la seule fin de le pousser à la guerre. À cause de lui, le Cheik est venu à Lysence pour « tester » en quelque sorte le Roi Eric. Si le Roi répond comme il le faut, le Cheik repartira sans problème. Sinon…
    Nivelle se tut.
    - Il faut prévenir le Roi, finit-elle par dire.
    - Les Prédicants Guérisseurs refusent de me laisser aller à son chevet. Je finis par me de-mander si le Cheik et le Haut Prédicant sont de mèche. Mais c’est impossible, les deux hom-mes se haïssent.
    - Pourquoi le Cheik voudrait-il faire la guerre ? s’écria Nivelle, un vent de désespoir s’abattant sur elle.
    - Parce que ton Phaéton l’en a convaincu, je ne sais pas quel moyen.
    Nivelle ne put s’empêcher de sursauter en entendant Phaéton lui être attribué ainsi.
    - On dirait que tu es jaloux. Je n’ai fait que discuter avec Phaéton un moment. Tu ignores de quoi nous avons parlé…
    - Il se pourrai que je sois jaloux, en effet, admit Davi.
    Nivelle leva les yeux. Il ne pouvais s’empêcher d’être honnête et sincère, c’était ainsi. Mais c’était pour cela qu’elle l’admirait… et qu’elle l’aimait, peut-être ?
    Elle s’approcha de lui, un peu gênée par son uniforme de soldat et son épée à la ceinture. Il n’eût aucun mouvement de recul. Mais un bruit sec les interrompit : la porte de la salle des Envies s’ouvrit une fois de plus, laissant passer cette fois-ci Naïade et avec elle deux de ses suivantes.
    - Davi… siffla-t-elle. Si jamais je te revois avec elle, je la fais tuer sur-le-champ.
    - Pourquoi ne t’adresses-tu jamais directement à moi ? demanda Nivelle avec provoca-tion.
    - Une princesse ne parle pas à un soldat, répondit l’une des suivantes à la place de Naïade.
    Nivelle devint rouge, et alla se mettre juste devant la princesse –celle-ci était bien plus grande, mais Nivelle était armée…
    - Je me souviens pourtant d’une fois où cela ne t’a pas dérangé de me parler. Que se passe-t-il ? Aurais-tu peur ?
    - Nivelle ! dit Davi avec une certaine sévérité, la saisissant par le bras.
    Naïade l’observait avec un mépris souverain et absolu, la bouche pincée comme si elle se trouvait devant un tas d’ordures et qu’elle cherchait à ne pas en respirer l’odeur.
    - Naïade, je vais prendre le tour de garde, dit précipitamment Davi. Je crois que Mademoiselle Guise devrait se retirer dans sa chambre.
    - C’est une bonne idée, dit la princesse. Mais ne l’accompagne pas, je ne voudrais pas que la réception reste un instant sans surveillance. C’est une question de sécurité.
    Nivelle jetait des regards furieux aux deux cousins, à l’un comme à l’autre. Mais elle n’osa pas ajouter un autre mot, de peur de rendre la situation de Davi plus difficile encore. Elle ne les salua pas, manquant à toutes les règles de l’étiquette comme à celles, plus élémen-taires, de la politesse, et monta quatre à quatre les marches du Grand Escalier pour se retrou-ver devant sa chambre. Joseph l’attendait devant la porte fermée à clef. Elle entra la première, le temps de se déshabiller et d’enfiler sa robe de nuit, puis elle laissa Joseph venir à l’intérieur. Elle ne se coucha pas immédiatement, préférant s’accouder à la fenêtre, sentant le froid qui contaminait la vitre s’écouler peu à peu en elle, calmant étrangement les battements de son cœur. Joseph s’était installé sur le lit.
    - Dis-moi, Joseph, fit soudain Nivelle, pourquoi Elios avait-il peur de moi ?
    Elle était décidé à l’entendre dire la vérité. Elle ne doutait pas de Phaéton, jamais cette pensée ne lui serait venue à l’esprit, mais elle voulait que Joseph lui confirme qu’Elios et lui étaient au courant du statut… spécial de Nivelle.
    - Que dis-tu ?
    - Elios avait bien peur de moi, non ? S’il refusait toujours de m’apprendre de nouveaux sortilèges, c’est qu’il avait peur ?
    - Il pensait que tu n’étais pas prête, ça n’a rien à voir avec de la peur.
    Joseph était sur la défensive. Mauvais signe.
    - Pourtant, j’étais son élève pendant dix ans, et je ne connais que quatre sorts. Ce n’est pas normal.
    - D’où est-ce que tu sors ces idées ? À qui as-tu parlé ?
    - J’ai parlé à l’Autre. À celui qui est comme moi.
    Un silence, un silence abominable.
    - Qui est-ce ? demanda Joseph.
    - Tu te souviens du Renégat qui avait causé quelques problèmes au village ? C’est son élève, enfin, c’était son élève. Ça fait un bout de temps que je le connais. Il m’a dit la vérité, sur lui et moi. Enfin, je ne veux pas t’en dire plus sur lui. Mais je veux savoir pourquoi Elios ne m’a jamais rien dit sur ce que je suis vraiment. J’ai d’ailleurs comme l’idée que c’est toi qui l’as convaincu de garder le silence. Je me trompe ?
    Elle avait débité tout ça sur un ton monocorde, comme si les sentiments qui bouillaient en elle s’étaient tout d’un coup évaporés. En réalité, elle était amoureuse de Davi, complètement bouleversée par sa conversation avec Phaéton et surtout très en colère contre le chat.
    - Elios a su dès ta naissance que tu étais la fille du Grand Centaure. Mais il ne savait pas que tu serais associée à un jumeau. Tu vois, ce garçon et toi, vous êtes destinés à de grandes choses, mais les Druides ne sont pas censés connaître ça, les anciens écrits sont tombés aux mains des Prédicants, il y a fort longtemps. Mais, comme tu le sais, j’ai été novice un mo-ment, j’ai des… liens familiaux parmi les ministres du culte de l’Unificateur, et j’ai raconté cette histoire à Elios quand je l’ai rencontré.
    - À quoi Phaéton et moi sommes-nous destinés ? le coupa Nivelle, assez brutalement.
    - Oh, il ne te l’a pas dit ?
    - Il a été plutôt évasif sur le sujet.
    - Evidemment, il n’a jamais lu la prophétie, il n’a fait que deviner… Vous devez bien sûr ramener les Créatures magiques à Lysence, c’est aussi simple que ça. Après, je ne connais pas les détails, ajouta Joseph avec une once d’humour qui lui était peu ordinaire. Elios est quel-qu’un de naturellement bon, et je crois qu’il t’a transmis sa peur de la violence… Pourtant, je crains que ce ne soit dans ta nature et dans ton destin de semer la mort, les anciens Dieux ne reviendront pas à Lysence sans une guerre…
    - Phaéton dit la même chose, dit Nivelle la voix tremblante de rébellion. Je ne suis pas d’accord…
    - Tu n’as pas le choix. Si tu veux tout savoir, je te donnerai un dernier détail : tu étais vraiment intenable, quand tu étais petite, et Elios craignait que si tu apprenais à maîtriser ton pouvoir tu ne deviennes complètement incontrôlable. C’est pour ça qu’il ne t’a pas appris grand chose.
    Nivelle ne dit rien, digérant ces révélations comme elle le pouvait.
    - Mais cela ne signifie pas qu’il ne t’aimait pas, tu sais, finit par dire Joseph pour essayer de la consoler.
    - Oui, c’est ça… Comment aimer quelqu’un dont on a peur ?
    - Je t’interdis de dire ça ! cracha Joseph. Elios t’aimait comme si tu étais sa propre fille !
    - Et moi je l’aimais comme s’il était mon père. Mais est-ce que je le reverrai un jour ? fit Nivelle.
    Joseph se tut, le silence étant la plus éloquente des réponses. Nivelle s’éloigna de la fenêtre, tira les lourds rideaux brunâtres et ainsi se conclut cette turbulente soirée.

  13. #73
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Rien à redire. Le passage se lit avec plaisir, et traite sans pompe un passage clé plutôt réussi. La discussion entre Nivelle et Phaëton est bien gérée, et mieux encore celle de Davi et de Nivelle, avec des réactions très justes de la part de celle ci. L'état d'esprit de Nivelle me semble être l'intérêt particulier du passage, et est développé avec finesse. Ce post est horriblement court comparé à ce à quoi je t'ai habituée, mais c'est plutôt bon signe :notme: .

    Pas d'erreur grossière dans ce passage, donc, peut-être quelques maladresses, qui me passent un peu sous le nez vu que j'ai l'esprit encombré, mais rien de dramatique, en tout cas, sinon je l'aurais remarqué.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  14. #74
    Cristal Invités
    bonjour ! désolée d'avoir mis tant de temps à mettre la suite mais je n'avais plus trop accès à internet... j'espère que tu n'as pas décroché !


    Troisième partie :
    1 - Où une confrontation insidieuse aurait pu tourner au drame

    Le lendemain matin eût lieu la rencontre officielle entre les deux chefs d’Etat, entre le dirigeant affaibli du royaume le plus puissant de ce monde et son rival de toujours, le Cheik de Falaise. Ce dernier était au fait de son rayonnement en tant qu’homme : il s’approchait de la quarantaine, mais doucement, il n’était pas précisément beau mais il dégageait une assurance qui attirait les regards.
    On avait installé à la droite du trône d’Eric un autre siège semblable, afin que le Cheik ne se sente pas rabaissé ; il n’était pas venu ici comme un féal mais comme un égal. Du moins, c’est ce que l’ambassadeur Al’Dars proclamait. Les forces armées de Falaise équivalaient à peu près à celle de Lysence, en nombre de soldats comme au niveau de la technologie des armes, mais les Falaisiens ne connaissaient pas la magie, ce don n’avait pas été donné à ce peuple. C’est ce que le Saint-Père Obert s’attacha à rappeler au Cheik juste avant la réunion des deux souverains, en organisant un défilé militaire de la milice de l’Ordre : un petit millier de Prédicants qui avaient appris à se battre comme de grands guerriers ; les talents de combattants couplés à ceux de la magie faisant d’eux de véritables machines à tuer, presque impara-bles. Le Cheik assista à cette procession avec un petit sourire aux lèvres, comme si tout cela n’était qu’une mascarade. En revanche Phaéton, à ses côtés, arbora un air soucieux tout le long de la parade. Visiblement, les Prédicants en uniforme et en armes l’inquiétaient forte-ment.
    Eric l’Unificateur n’avait pas assisté aux mises en scène du Haut Prédicant et attendait son illustre visiteur sur son trône dans la salle Léonard d’Host. Le Roi n’avais pas fait d’apparition en public depuis plusieurs semaines. Nivelle, se postant comme elle le devait à la gauche du trône –Agace adoptant la même position à droite- se dit que le Roi aurait d’ailleurs mieux fait de rester au lit. Elle tenta de se rappeler là dernière fois où elle l’avait aperçu, à un petit-déjeuner, et il lui semblait qu’alors il n’était pas aussi pâle. Mais il était difficile de voir une réelle différence.
    De là où elle se trouvait, Nivelle put voir le Cheik entrer, sa femme à sa suite, dans la plus belle salle du Palais. Les monarques de Falaise s’avancèrent avec distinction sur le tapis déroulé en leur honneur. Eric se leva en chancelant. Nivelle sentit la chaleur due à la fièvre émaner de son corps fragile. Avec l’entraînement qu’elle avait reçu, Nivelle aurait pu le tuer sans que le Roi réussisse à se débattre une seconde. Elle sourit à l’indignation qu’aurait ex-primé Davi s’il avait su quelles pensées l’occupaient à présent. Davi qui, à côté de Bertaut et Maître Irina défendait l’entrée du Palais, dirigeant la centaine de soldats déployés pour d’importantes mesures de sécurité. On craignait une attaque des séparatistes…
    Nivelle se souvint des craintes dont Davi lui avait fait part la veille. Elle se demanda de quelle façon le Cheik comptait tester Eric ainsi au milieu de tous. Elle repéra Phaéton dans la foule ; il la regardait elle, mais détourna les yeux pour fixer le noble maintien de Jourdain Al’Falil. Nivelle était étonnée de la noblesse –il n’y avait décidément pas d’autre mot- du dirigeant Falaisien. Naïade et Davi possédaient bien aussi un port de tête haut et fier, mais chez Al’Falil il n’y avait aucune expression de dédain, même involontaire. Il était roi et c’était ainsi, il savait qu’il ne le devait pas à autre chose qu’à sa naissance. En revanche, le Cheik ne pouvait cacher un air de satisfaction, derrière sa barbe luisante et bien taillée, en voyant le roi lysentin dans un tel état de faiblesse.
    Le Cheik s’avança jusqu’au bout du tapis. Nivelle eût un frisson d’appréhension et jeta un œil en coin à Agace. Il existait une limite –imaginaire- pour la sécurité du roi que nul ne devait franchir. Mais Maître Irina les avait bien prévenues : elles ne devaient agir que si le Cheik la franchissait vraiment, il ne fallait en aucun cas heurter l’honneur des Falaisiens.
    - Seigneur Eric, dit le Cheik en saluant d’un signe de tête.
    Les deux rois se trouvaient exactement au même niveau. Eric répondit :
    - Seigneur Jourdain ; avec la même gestuelle.
    - Je veux tout d’abord vous remercier de votre hospitalité, dit le Cheik. L’accueil s’avère digne de vos qualités d’hôtes.
    Il parlait avec un accent chantant que Nivelle n’avait encore jamais entendu. Le diplo-mate Cournyn Al’Dars vivait à Vinicia depuis si longtemps qu’il avait effacé de ses paroles son accent d’origine et s’exprimait en Lysentin avec une perfection désarmante. Mais Jour-dain n’avait bien entendu pas l’habitude de parler la langue de ses puissants rivaux. Cepen-dant, il n’y avait aucune faute.
    - Nous souhaitons être à la hauteur de nos visiteurs, répondit l’Unificateur sur le même ton de politesse neutre et formelle –Nivelle aurait juré entendre Davi.
    Le Cheik se contenta d’incliner la tête à nouveau. Eric s’écarta pour le laisser accéder à « son » trône. La femme de Jourdain –on racontait que ce n’était que la favorite parmi une dizaine d’autres- prit place de l’autre côté du siège d’Eric.
    Une petite cérémonie eût ensuite lieu pour que les Falaisiens présentent leurs multiples cadeaux à l’Unificateur. Nivelle redoubla d’attention, supposant que c’est là que devait se trouver le piège. Elle avait peur que ce ne fut quelque chose de violent –comme un animal sauvage- et qu’elle dut intervenir. Et puis elle avait promis à Bertaut de tout lui raconter en détail, son ami enrageait de ne pas assister à la cérémonie ; il avait toujours l’impression d’être mis à l’écart.
    Au fur et à mesure que des serviteurs d’ébène ouvraient les cadeaux aux pieds d’Eric qui avait de plus en plus de mal à maintenir son attention, des gouttes de sueurs perlant en grand nombre sur ses temps, Cournyn Al’Dars détaillait leur contenu à voix haute pour les courtisans relégués au fond de la salle près des fenêtres et disait qui était leur expéditeur. Les grands dignitaires de Falaise, qui n’avaient pu faire le voyage au côté de leur Seigneur, désiraient tous se faire bien voir de Lysence. Car si le Cheik se déplaçait personnellement dans le royaume lysentin, ce n’était bien sûr par seulement pour l’acte symbolique, mais aussi pour tenter d’établir quelques liaisons commerciales, qui étaient toujours fragiles entre les deux grands voisins.
    Je ne comprends pas comment Jourdain Al’Falil peut se laisser persuader par Phaéton…s’interrogea Nivelle. Son royaume a besoin de commercer avec nous… Phaéton, si tu fais échouer cette visite… !
    Devant elle donc, ou plutôt devant le Roi, s’étalaient des trésors d’orfèvrerie, d’épices que l’on ne trouvait que dans le désert falaisien, et même un domestique amena un animal étrange dégingandé et bossu, et elle se demanda à quoi ce chameau pouvait bien être utile. D’après les explications du Seigneur Al’Dars, il pouvait parcourir des trajets entiers sans boire ni manger. Elle regarda la bête partir avec curiosité.
    La cour commençait à s’ennuyer de ce défilé de richesses et les conversations devenaient de plus en plus nombreuses. Mais les présents ne cessaient d’affluer…
    Les chandelles se consumaient, marquant le temps qui passait. Nivelle sentit ses jambes se figer, gagnées par des milliers de morsures aussi minuscules qu’infinies. Sa poigne se relâ-chait sur le pommeau de son épée.
    Le Cheik ne montrait aucun signe d’impatience ni d’intérêt. Son regard croisait de temps en temps celui de Phaéton, mais Nivelle était sans doute la seule à le remarquer. Elle ne com-prenait pas ce que pouvaient avoir mis au point ces deux-là.
    Ça doit être quelque chose de très subtil. Quelque chose que Lysence ne pourra absolu-ment pas reprocher à Jourdain. Par la barbe du Grand Centaure, qu’est ce que ça peut être ? ! Voyons voir, voyons…
    Elle jeta un œil à la longue liste que le Seigneur Al’Dars tenait entre ses mains. Il énumé-rait toujours les dons les uns après les autres. Il venait à peine de dépasser la moitié… Nivelle prit son mal en patience. Elle ne risquait tout de même pas de tomber dans les pommes ! L’entraînement de Maître Irina portait ses fruits, elle avait acquis une véritable résistance physique, quoique, elle avait plutôt renforcé cette endurance, étant donné que les années pas-sées dans les Monts Tannés l’avaient déjà en partie formée.
    Elle chercha Phaéton du regard, il était toujours au même endroit. Il lança à Nivelle un sourire de défi : « Regarde ce que j’ai réussi à accomplir. Tout cela, c’est moi qui l’ai organisé. »
    Mais dans quel but ? se lamenta Nivelle. En quoi est-ce que tu cherches à éprouver le roi Eric ?
    Enfin, elle tourna légèrement la tête vers le trône à sa gauche et elle parvint à obtenir sa Majesté à l’extrémité de son champ de vision : ses mains s’agrippaient aux accoudoirs du trône comme si sa vie même en dépendait ; ses traits fins étaient complètement défigurés par l’effort et la fièvre ; le buste un peu penché en avant, son corps ne pouvait se tenir tranquille et il se balançait légèrement comme s’il se trouvait sur le pont d’un navire.
    Nivelle tourna la tête de l’autre côté : le Cheik ne pouvait retenir un sourire enchanté. Elle comprit alors le plan qu’avait fomenté Phaéton, et fut effrayée par sa simplicité autant que par sa perversion. Si Eric s’effondrait, les Falaisiens pourraient aisément le prendre pour un af-front si ce n’est volontaire du moins fort désobligeant… et s’en servir comme prétexte pour lancer une guerre contre Lysence… D’où l’idée de faire durer la cérémonie de présentation aussi longtemps que possible, afin de confronter Eric à ses limites… jusqu’à ce qu’il ne tienne plus. Le Roi lysentin était bien conscient du danger et se retenait à son fauteuil de toutes ses forces. Nivelle éprouva un fort sentiment de solidarité –sinon de sympathie- envers son sou-verain, elle qui n’avait jamais réussi à apprécier cet homme qu’elle tenait toujours pour responsable des misères du peuple ; elle ne l’avait pas même bien considéré lorsqu’il l’avait gra-ciée, adressant toute sa reconnaissance à Davi. Mais en cet instant, elle se sentait presque pa-triote.
    Presque une demi-chandelle fut épuisée… quelques courtisans avaient osé quitter la salle Léonard d’Host, dépassés par l’ennui et la fatigue. Nivelle vit que les Seigneurs d’Ambre étaient toujours là, même si Dame Gaëlle avait déplié un petit tabouret pour reposer ses jambes vieillissantes. À un moment, le Capitaine Digne –qui se chargeait de la sécurité avec Irina et ses élèves- avait même passé sa tête honnie par la grande porte du fond pour voir ce qui se passait.
    Mais Eric tint. Il tint même, jusqu’à ce que le Cheik le salue –en revanche seul les per-sonnes les plus proches entendirent son murmure signifiant « à bientôt »- et que sa longue toge blanche contrastant si bien avec sa peau noire disparaisse par la porte à la suite de toute la cour vinicienne.
    Puis le Roi s’effondra dans son trône, et il se serait retrouvé par terre si Agace et Nivelle n’avaient pas été là pour le retenir. Les regards des deux jeunes femmes se croisèrent, expri-mant la même inquiétude : était-il sur le point de mourir ?
    Il ne restait plus qu’elles, ainsi que Naïade et Stentor dans l’immense salle. Les deux hé-ritiers s’approchèrent de leur père, dont le cœur battait faiblement entre les bras de Nivelle.
    - Ecartez-vous ! commanda Naïade. Mademoiselle Guise, partez immédiatement chercher les Prédicants Guérisseurs ! Ils doivent être dans la chapelle royale ou au presbytère avec le Saint-Père. Mais retenez Obert, vous m’entendez-bien ? Il ne doit pas voir sa Majesté dans cet état. Dites lui que c’est sa Majesté elle-même qui l’a ordonné.
    Nivelle hocha la tête, oubliant toutes les tensions qui l’opposaient à Naïade pour courir dans les jardins. Ce n’était pas le moment de tenir tête à la princesse, il lui fallait oublier ses propres sentiments.
    Elle eut du mal à avancer rapidement dans le parc : tous les nobles qui avaient assisté à la cérémonie regagnaient leurs habitations et se pressaient aux différentes percées dans l’enceinte du château. Il y avait plus de monde encore qu’à l’habitude, car si le Cheik et sa femme résidaient au Palais, toute la délégation falaisienne logeait à l’Ambassade et des voitures les attendaient de l’autre côté des murs. Tentant de faire au plus vite, elle bouscula quelqu’un. Phaéton.
    - Nivelle ! s’exclama-t-il. Où cours-tu comme ça ?
    - Va-t-en, tu as presque gagné cette fois-ci… mais tu n’auras pas de seconde chance, je t’en empêcherai !
    - Ah, tu étais donc au courant, fit-il avec son air de corrupteur habile qui fascinait tant Nivelle. Ça a failli marcher, tu l’admets.
    - Pousse-toi, je dois y aller, je n’ai pas le temps de te parler, dit-elle en évitant délibéré-ment son regard –elle savait qu’elle ne saurait y résister et qu’elle resterait là au milieu de la foule à lui parler.
    Elle s’enfuit sans attendre sa réponse. Enfin elle émergea de l’amas de courtisans et se mit à courir en direction de la chapelle et du presbytère. Là, dans l’église, trois hommes en robes vertes priaient à genoux devant l’hôtel de l’Unificateur. Nivelle marqua une hésitation : même si elle n’avait pas la même foi, elle respectait la religion des autres et ne voulait pas les perturber. De plus, c’était la première fois qu’elle mettait les pieds dans une église… Mais elle n’avait ni le temps de tergiverser, ni le temps d’admirer, aussi s’avança-t-elle d’un pas décidé vers les ecclésiastiques en prière. Elle frôla l’épaule de celui qui était du côté de l’allée centrale.
    - Monsieur…
    L’homme sortit lentement de sa transe. Ses compagnons tournèrent aussi leur visage vers elle. Ils aperçurent aussitôt les boucles d’oreilles de Nivelle et leur visage calme se mua aussi-tôt en un masque furieux.
    - Comment osez-vous pénétrer dans ce sanctuaire ! l’apostropha celui qu’elle avait dé-rangé.
    - Le Roi est mal ! cria Nivelle pour couper court à toutes leurs remontrances. Les héritiers réclament votre assistance immédiatement.
    Il n’en fallut pas davantage pour que les Prédicants se relèvent complètement, oublient Nivelle et sortent de la chapelle en essayant d’être à la fois rapides et dignes.
    - Prévenez le Saint-Père, lui fit l’un des trois juste avant de disparaître dans le parc.
    Nivelle déglutit. Elle devait aller mentir à Obert. Aucun moyen d’échapper à cette tâche. Elle fit quelques pas en direction de l’autel de l’Unificateur sans oser regarder les images représentant celui qui avait chassé les Créatures magiques de Lysence. Comme si sa présence en ce lieu défiait à elle seule tout le culte de l’Unificateur… Elle cherchait la porte qui donnait directement sur le presbytère, elle savait qu’il existait une telle voie. Elle passa par le déambu-latoire, fit le tour de l’autel, et vit la petite porte en bois sombre.
    Alors qu’elle avait la main sur la poignée et qu’elle s’apprêtait à ouvrir, pleine d’appréhension, des bruissement lui parvinrent aux oreilles. Elle identifia aisément deux voix : l’une un peu chevrotante du Haut Prédicant ; l’autre grave et dure du Capitaine Digne.
    - Ainsi, vous n’avez jamais entendu parler de ce Phaéton Figuier ?
    - Très Saint-Père, non, et je ne comprends pas pourquoi cela vous inquiète.
    - Mais vous m’aviez bien certifié, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, que vous connaissiez toute la vie de Nivelle Guise lorsqu’elle résidait dans les Monts Tan-nés… ? !
    - Oui, Saint-Père. Si elle connaît M. Figuier, je doute que la rencontre ait eu lieu dans les montagnes. En tout cas, ce n’est ni un habitant de Lourdes, ni de Tarnac, ni d’Ephèz, ni de…
    - Capitaine, épargnez-moi la liste de toutes les maisons des Monts Tannés, je vous prie ! Je dois savoir qui est ce garçon, quelle est leur relation, comment ils se sont connus.
    - Et bien, hormis Antonin Poque, je crois que celui qui était le plus proche de Nivelle était son maître, le Druide Elios…
    - Elios ? Elle avait Elios le Jeune pour professeur ? s’écria le Haut Prédicant, plus excité que jamais.
    - Oui, Saint-Père.
    - Pourquoi connaît-elle si peu de magie alors… ? Elios le Jeune… un Druide qui m’a causé beaucoup de difficultés… Enfin, il faudrait l’interroger, à ce que je vois.
    - Certainement il en saura plus que moi sur ce M. Figuier. Si je puis me permettre, j’aurais une remarque à vous soumettre, Très Saint-Père.
    - Je vous écoute.
    - Comme vous le savez, j’étais en charge de mettre en place la sécurité avec Irina de Cotille ainsi que Bertaut Ankhène et Davi de Baillenval. J’étais en train de donner des ordres à un groupe d’hommes, lorsque j’ai vu passer un chat… Vous allez croire que ce n’est qu’un fait anondin, mais j’étais persuadé que ce n’était autre que celui qui tenait compagnie au Druide Elios.
    - Oui, Nivelle Guise a amené cet animal avec elle. Nous le faisons surveiller, et j’ai chargé un Prédicant de lancer faire boire une potion de vérification à ce chat. Vous ne l’avez ja-mais entendu parler lorsque vous étiez en poste dans les Monts Tannés ?
    - Non, fit le Capitaine Digne, s’autorisant un rire. Jamais.
    Un léger silence s’ensuivit. Nivelle se jura de courir prévenir Joseph dès qu’elle en aurait fini ici. Elle avait complètement collé son oreille contre la petite porte, et jetait de temps en temps des regards vers l’entrée de la chapelle pour vérifier que personne n’arrivait. De l’autre côté de la porte, la discussion reprit :
    - Bien, je vais faire envoyer un détachement de la milice de l’Unificateur à Lourdes. Vous êtes un homme de l’armée, mais je vous prie de ne pas vous offenser, je tiens à ce que cette mission soit parfaitement exécutée. Je veux qu’ils rasent ce village. Que toutes les maisons soient brûlées jusqu’à leur fondations ; qu’il n’en reste plus rien.
    Nouveau silence. Nivelle retint sa respiration, se forçant à se calmer et à ne pas donner un coup de pied dans la porte sur-le-champ pour s’expliquer avec le Haut Prédicant.
    - Vous haïssez Nivelle tant que ça ? s’étonna le Capitaine Digne –et pourtant, il ne portait pas la jeune fille dans son cœur.
    Obert émit un petit ricanement.
    - Cette gamine hante mes cauchemars. Mais je ne souhaite pas m’étendre sur le sujet. Vous pouvez disposer, merci pour les renseignements.
    Nivelle se raidit, prête à s’écarter de la porte ; bien que Digne devrait sortir par un autre chemin. Mais elle n’entendit aucun bruit.
    - Votre Sainteté, s’il-vous-plaît, j’aimerais… ajouter quelque chose.
    Obert eût un soupir impatient.
    - Allez-y.
    - Ne faites pas détruire Lourdes.
    - Pardon ? Vous m’aviez bien signifié, si ma mémoire est bonne, que vous exécriez tous vos souvenirs en rapport avec ce village, est les Monts Tannés en général.
    - … Saint-Père, l’Unificateur n’a-t-il pas dit que…
    - Ce n’est pas à moi que vous espérez apprendre les préceptes de l’Unificateur, Capi-taine ? s’écria Obert d’une voix soudain dangereuse.
    - Bien sûr que non, votre Sainteté. Mais Nivelle Guise était le seul élément vraiment fâ-cheux de ce village. Elle, et le Druide, bien sûr, ajouta-t-il avec une certaine précipitation. Les autres habitants sont des gens honnêtes et tranquilles. Antonin Poque n’y est plus pour faire de l’agitation, d’ailleurs ils n’ont jamais écouté ses discours extrémistes.
    - Hum, je trouve que cela fait beaucoup d’éléments subversifs pour un petit hameau, mais soit, Capitaine Digne… Je dois de toute manière réserver mes propres hommes pour des tâches plus importantes que l’exécution d’un sentiment personnel. Ce n’est pas ça qui va me débarrasser de Nivelle Guise.
    Nivelle entendit alors les pas lourds du Capitaine Digne s’éloigner, puis une porte grinça et elle sut qu’elle devait maintenant rapporter au Haut Prédicant le mensonge de Naïade. Elle préféra ressortir de la chapelle royale et entrer dans le presbytère par l’extérieur. Elle croisa le Capitaine Digne qui évita bien sûr son regard. Elle ne put s’empêcher de le dévisager : il ve-nait après tout de sauver son village… Il était toujours tel qu’elle le connaissait, rustre, méprisant et méprisable, s’écrasant devant les puissants, autoritaire et désagréable.
    Mais il avait bravé l’autorité du Haut Prédicant pour épargner Lourdes. Le temps lui manquait pour réfléchir à ce comportement, les ordres passaient avant tout, hélas. Elle frappa donc à la porte du presbytère.
    - Entrez, grommela Obert de l’intérieur.
    Lorsque leurs regards se croisèrent, ce fut pleins d’une haine réciproque. Si, la veille, c’était Phaéton qui avait exprimé le plus d’hostilité envers Obert, désormais Nivelle et son double se trouvaient à égalité.
    - Que voulez-vous ? demanda le Haut Prédicant sans la moindre politesse.
    - Un Prédicant Guérisseur m’a demandé de vous informer qu’à la suite de la cérémonie avec le Cheik Al’Falil, sa Majesté Eric l’Unificateur s’est trouvé mal…
    Le Haut Prédicant se leva de sa chaise avec fracas et saisit sa cane.
    - Où l’a-t-on installé ?
    - Mais sa Majesté a demandé à ce que vous ne le voyez pas dans cet état, ajouta Nivelle en le regardant droit dans les yeux, comme pour le défier de mettre sa parole en doute.
    - Que dites-vous ? ! rugit Obert.
    - Sa Majesté ne veux pas que vous le voyez dans l’état de grande faiblesse où elle se trouve actuellement. Le Roi demande à ce que vous attendiez qu’il soit remis.
    Le Haut Prédicant tremblait d’envie d’écarter Nivelle de son chemin –ce qu’il aurait pu aisément réaliser grâce à un sortilège- mais il ne pouvait ainsi défier la volonté du Roi. Il dé-visagea Nivelle pour voir si un mensonge se trahissait sur son visage, mais elle réussit à de-meurer imperturbable en pensant à l’exemple de Davi. Alors il se rassit et la congédia d’un geste de la main.

    Une fois dehors, Nivelle poussa un long soupir de soulagement.
    Elle n’avait plus qu’à dire à Joseph de bien faire attention à ce qu’il buvait…

  15. #75
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Je suis toujours là, pas d'inquiétude .

    Quelques petites fautes de structure:

    Devant elle donc, ou plutôt devant le Roi, s’étalaient des trésors d’orfèvrerie, d’épices que l’on ne trouvait que dans le désert falaisien, et même un domestique amena un animal étrange
    La phrase sonne un peu bizarrement, parce qu'on a d'abord l'impression que tu vas nommer un objet de plus. or, on se retrouve avec un serviteur, pas un présent. Et même si ledit serviteur tient l'animal qui est un présent, ça choque un peu à la lecture. Séparer en deux phrases semble approprié.

    Elle chercha Phaéton du regard, il était toujours au même endroit. Il lança à Nivelle un sourire de défi : « Regarde ce que j’ai réussi à accomplir. Tout cela, c’est moi qui l’ai organisé. »
    Mais dans quel but ? se lamenta Nivelle. En quoi est-ce que tu cherches à éprouver le roi Eric ?
    Ici, je suppose que le dilogue ne se fait que dans la tête de Nivelle. cependant, la présence de guillemets fait croire que Phaëton s'exprime à voix haute et que Nivelle garde sa réplique pour soi. Supprimer les guillemets, et à mon avis exprimer ces répliques d'une manière plus passive ne pourra qu'améliorer ce petit bout.

    Nivelle tourna la tête de l’autre côté : le Cheik ne pouvait retenir un sourire enchanté.
    Un peu bizarre, vu qu'il est censé être impassible. Le passé simple serait plus approprié, pour exprimer un sourire échappé de manière ponctuelle.
    Sinon, j'ai relevé un petit problème de déroulement de temps. Tu parles de plusieurs chandelles se consumant, puis du fait que l'action a pris une demi-chandelle. En fait, vu que la chandelle exprime une unité d'heure, c'est un peu problématique de revenir sur la chandelle en temps qu'objet sans le préciser. A toi de voir.


    Pour la passage en général: la première partie est bonne, agréable à suivre. Rien à dire à part les petits trucs ci dessus, c'est à dire finalement pas grand chose. La deuxième partie me paraît plus douteuse, simplement de fait que surprendre la conversation me paraît un peu téléguidé, pas très naturel. C'est certes pratique, mais un peu bof, si tu veux mon avis. Sinon, le contenu en lui même est de bonne qualité, c'est agréable de voir que Digne n'est pas totalement monstrueux.
    Bon, après, c'est à toi de décider si tu mets cette discussions avec ou sans Nivelle derrière la porte, je ne suis qu'un simple lecteur.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  16. #76
    Cristal Invités
    merci de suivre toujours l'histoire !
    euh, oui, le fait que Nivelle surprenne la conversation est un peu surfait... apparemment c'est quand même mon défaut principal : ya des passages qui sont vraiment pas très subtils. dans ce cas-là vu que je suivais Nivelle j'ai trouvé normal qu'elle entende l'échange entre Digne et le Haut Prédicant, mais bon tu dois savoir ce que c'est : quand on est dans l'histoire on ne se rend pas toujours compte de ce genre de trucs un peu illogiques aux yeux des lecteurs ! j'essaye de garder ça en tête mais ce n'est pas facile ! :notme:

    Bon, le chapitre suivant, comme son titre l'indique, est un peu une transition, bien qu'il relate des événements très importants pour Nivelle ! mais il ne fait pas vraiment avancer l'intrigue, je dois bien l'avouer ...

    Troisième partie :
    2 - Où l’on observe les événements suivre leur cours

    Heureusement, les Prédicants Guérisseurs parvenaient de temps à autre à être efficaces, ainsi grâce à quelques potions Eric reprit connaissance dans l’après-midi, et une nuit de sommeil réparateur lui permit de recevoir Jourdain Al’Falil en privé le lendemain. Ils devaient échanger quelques mots sur la situation entre leurs deux royaumes ainsi que sur les relations avec les autres pays jouxtant Lysence –Akan et Ralliement- puis négocier avec leurs conseillers respectifs au moins un traité commercial.
    Tout se passa au mieux ; le Cheik avait laissé son sourire narquois pour faire place à des sentiments plus bienveillants. Après tout, les deux hommes étaient cousins… et une consolidation des échanges ne pouvaient qu’améliorer la santé économique de Lysence et Falaise.
    La visite des Falaisiens se conclut donc sur une déclaration commune. Eric avait obtenu qu’elle soit lue par leurs ambassadeurs : Cournyn Al’Dars le Falaisien et Gevenote d’Anchantaman, la lysentine normalement en poste dans la capitale falaisienne. Ainsi, le Roi n’eût pas à faire de discours devant la population vinicienne rassemblée devant la cathédrale –et même devant quelques lysentins venus d’autres endroits du royaume spécialement pour l’occasion. Un texte rédigé conjointement par le Cheik et le Roi ne s’était pas vu depuis plusieurs centaines d’années, au moins. La menace de la guerre, éloignée par la mère d’Eric quelques décennies plus tôt paraissait définitivement éradiquée…
    Nivelle se prit au jeu. Comme Phaéton repartait avec le Cheik de l’autre côté de la mer, elle voulut oublier qu’il s’était juré de déclencher la guerre et qu’il n’était pas homme à renoncer. Et surtout, qu’il avait les moyens de réussir. Même Maître Irina pourtant toujours sur le qui-vive relâcha la pression. Seul Davi demeurait soucieux, pour la santé de son oncle et pour celle du royaume… Par ailleurs, les avertissements de Naïade l’éloignaient à nouveau de Nivelle, même s’il en souffrait beaucoup. Elle aussi se trouvait plus solitaire bien qu’elle eût désormais l’assurance de l’amitié de Bertaut et d’Agace. D’ailleurs, Nivelle se retrouvait de plus en plus dans l’entourage de Thoumas Delème-Antibe, comme le mariage s’approchait, et leur ancienne inimité s’en trouvait ravivée. Si Bertaut et Agace s’étaient avérés finalement plutôt sympathiques, celui-là lui était franchement insupportable. Mais elle ne disait rien et regrettait d’autant plus la présence de M. de Baillenval.
    Ainsi qu’elle s’y attendait, Joseph agit comme si rien ne s’était passé entre eux, et lorsqu’elle vint lui donner un avertissement il répondit aussi sèchement qu’à l’ordinaire : « Crois-tu que je sois stupide au point d’avaler tout ce qui passe sans faire attention ? ». Enfin, c’était peut-être mieux, cela signifiait qu’il n’y avait aucun changement dans leur relation. Nivelle avait posé ses questions, il y avait répondu, point final.
    Peu après le départ des Falaisiens, peut-être une quinzaine de jours, une initiative du Haut Prédicant vint confirmer les inquiétudes de Davi.
    À la sortie d’une célébration particulière, qui rassemblait tous les Lysentins dans une journée de profonde dévotion, sur le parvis de la cathédrale, le Saint-Père fit un discours que tous les Prédicants dans tout le royaume répétèrent au même moment à leurs fidèles. Contrarié par l’entente entre les deux souverains qui mettait en péril ses rêves d’invasion de Falaise, Obert avait décidé de passer à l’offensive. Une offensive religieuse.
    « L’Unificateur se trouble de voir sa foi contestée ainsi par tant d’hommes et de fem-mes. »
    « Falaise défie l’établissement de l’Unificateur, de par son soutien aux Créatures infâmes, sorties tout droit des Ténèbres. »
    Ainsi parlait le Saint-Père, et chaque Prédicant devant chaque église du pays entier. Mais si dans quelques campagnes plus pieuses que d’autres ces paroles s’ancrèrent dans les cœurs et donnèrent naissances à des cris de guerre, dans Vinicia et la plupart des grandes villes on n’avait pas oublié les récents traités entre Eric et Jourdain. Les commerçants et les artisans se félicitaient des accords obtenus, quant aux nobles cela faisait longtemps qu’ils ne se rendaient plus à l’église que pour se montrer. Ils ne juraient par l’Unificateur que par habitude… Puis, ils avaient apprécié les cadeaux des seigneurs falaisiens.
    Aussi, le Haut Prédicant décida d’attendre encore un peu, et se concentra sur son autre tâ-che : empêcher Naïade de prendre le trône à la mort –désormais imminente- du roi. Naïade pour sa part faisait attention d’entretenir le mystère quant à ses positions, elle voulait éviter que l’on pût lui reprocher une quelconque contradiction. Elle œuvrait d’une manière moins éclatante que celle du Haut Prédicant, car elle n’avait pas légitimement d’autorité, mais dans les couloirs du palais nombreux étaient ceux gagnés à sa cause. Pour beaucoup, la domination d’Obert n’avait que trop duré… Cependant, le calme asseyait toujours son règne à Vinicia comme dans le reste du pays, bien que la tempête n’attende qu’un élément déterminant pour se déclencher.
    Si la mort du roi était attendue par tous, mettant la cour entière sur le qui-vive ce qui n’améliorait guère l’ambiance des couloirs du palais, un autre décès vint causer une certaine effervescence…
    Les Prédicants guettaient à présent Joseph toute la journée. Celui-ci s’en inquiétait de plus en plus mais ne faisait guère part de ses frayeurs à Nivelle. Il doutait qu’elle pût l’aider en quoi que ce soit, et de toute manière il ne souhaitait pas rester enfermé toute la journée dans la petite chambre. Même s’il se faisait discret quelques temps, les Prédicants n’allaient pas l’oublier. Joseph était presque certain qu’ils avaient deviné sa véritable nature.
    Malgré une vigilance accrue ajoutée à sa méfiance naturelle, Joseph ne put échapper aux Prédicants bien longtemps. L’histoire commençait d’une manière pourtant anodine : un matin, alors que Nivelle était partie, Joseph se décida à aller faire un tour en cuisine –sa jeune protégée ne se souciant guère de le nourrir- et une fois arrivé dans les sous-sols du château une cuisinière –par ailleurs fort brave- qui avait les chats en horreur, lui donna un coup de rouleau à pâtisserie sur la tête avant qu’il ne réalise ce qui lui arrivait. Comme nous l’avons dit, les chats lui répugnaient et elle n’osait pas prendre Joseph inconscient dans ses mains pour poser son corps inanimé hors des cuisines. Elle interpella donc la première personne venue : une jeune suivante de Naïade, Justine, qui venait prendre des petits gâteaux pour sa maîtresse. Justine fronça les sourcils, agacée, car elle avait du mal à porter le chat sous son bras droit et garder son plateau en équilibre sur sa main gauche. Mais comme la cuisinière n’avait guère l’air commode, elle ne fit que marmonner de basses insultes à l’adresse de la femme qui re-tournait à ses fourneaux. Ensuite, Justine se dit que Naïade apprécierait le cadeau –en ce mo-ment la princesse était très préoccupée et une présence animale, autre que sa centaine d’oiseaux encagés dans la volière au milieu de parc, la calmerait peut-être. Malheureusement, Justine, la tête pleine de cette bonne idée qui lui attirerait les faveurs de sa maîtresse, bouscula un homme dans les Grands Escaliers. Non seulement toutes les sucreries matinales demandées par Naïade se renversèrent sur les marches, mais en plus cet homme n’était autre que le Père Alaart qui reconnut aussitôt Joseph dans les bras de la jeune femme. Le Père Alaart, fort de l’aubaine, usa de son autorité morale pour réclamer le chat. Tandis que Justine se lamentait sur sa journée qui commençait si mal, Alaart s’éloignait, descendant le Grand Escalier, puis contournant le grand bassin du parc et quittant l’enceinte du château pour monter dans sa voiture qu’il avait fait atteler. À l’intérieur de la petite calèche conçue pour deux personnes seu-lement, Joseph commença à reprendre conscience et à donner des coups de griffes dans le vide. Alaart n’était pas habitué lui-même à la violence, cependant la gifle qu’il administra à Joseph suffit pour que celui-ci cesse de s’agiter totalement.
    La voiture d’Alaart le conduisait à travers les ruelles de la capitale jusqu’à l’extrême ouest de Vinicia, à la limite entre le quartier des artisans et le quartier des miséreux, là où l’on avait bâti l’Université théologique. C’était l’un des tous premiers édifices de Vinicia, fait de la même pierre que les murailles qu’il jouxtait. Là, tous les Prédicants faisaient leur noviciat puis une fois leurs huit années d’études de théologie –qui comprenaient l’apprentissage de la magie- accomplies, ils partaient aux quatre coins du royaume, là où le culte de l’Unificateur nécessitait leurs services. Dans cette Université étaient aussi formés les futurs miliciens… Alaart devait ce matin-là y donner un cours mais son précieux colis le requérait d’urgence. Alaart, sur les ordres du Saint-Père, avait fait suivre le chat un peu partout sans pouvoir ja-mais déterminer sa véritable nature, bien qu’ils aient quelques soupçons. L’occasion s’offrait enfin à lui de découvrir la vérité.
    Le chat toujours sous le bras, il descendit de la voiture lorsque celle-ci s’arrêta et entra dans le grand bâtiment abritant de si nombreux novices sans prêter attention à ceux qui le sa-luaient. Il ne prit pas les escaliers menant aux salles de conférences, mais au contraire se faufila par une petite porte qui découvrit quelques marches en direction d’un sous-sol. Il n’aimait guère se rendre dans ces lieux où les Prédicants stockaient leurs ingrédients pour leurs potions ainsi que des organes flottant dans des verreries poussiéreuses, nécessaires aux cours pour les Prédicants Guérisseurs. Dans la vaste pièce rassemblant tous ces objets d’étude, deux jeunes Frères s’affairaient, l’un changeant quelques écriteaux et l’autre rassemblant sans doute des ingrédients particuliers correspondant à une liste. Alaart s’avança vers eux.
    Ils l’aperçurent et s’inclinèrent.
    - Père Alaart, le saluèrent-ils.
    - Frères, cessez vos tâches présentes, j’ai besoin de votre aide, et il faut que ce soit rapide.
    - Oui, mon Père, dirent-ils en chœur.
    - Rassemblez-moi les ingrédients nécessaires à la composition d’une potion de vérité.
    Même réplique, puis ils partirent chacun de leur côté à la recherche, parmi toutes les étagères pleines à craquer, des éléments réclamés.
    Un petit bout de chandelle plus tard, Alaart s’installait dans son officine, au premier étage de l’Université, et broyait plusieurs feuilles dans une coupe d’où s’échappaient des effluves qui lui taquinaient les narines. Sur une chaise de l’autre côté de son bureau, il avait attaché le chat au cas où celui-ci s’éveillerait, mais Joseph était toujours plongé dans l’inconscience.
    Enfin, Alaart leva une fiole pleine d’un liquide rougeâtre dans la lumière qui lui parvenait par de larges fenêtres placées en hauteur, et arbora un air satisfait. Au même moment, Joseph ouvrait ses yeux de félins et se rendit compte qu’il n’était pas là où il devrait être.
    - Bonjour, minou, fit Alaart narquois en faisant le tour de son bureau et s’approchant du chat. Tu as le choix. Soit tu me dis quelques mots maintenant et on en finit tout de suite. Soit je te fais avaler ça ce qui nous embête l’un comme l’autre.
    Joseph lui lança un regard noir, si tant est que c’était possible avec ses pupilles rétrécies, mais choisit de se taire.
    Alors Alaart le força de deux doigts à ouvrir la mâchoire, fit couler le contenu de sa fiole dans la gueule de Joseph, puis refermant la mâchoire et tenant fermement cette position il obligea le chat à déglutir.

    Nivelle rentrait, le cœur plutôt léger, de plusieurs chandelles studieuses passées à la Grande Bibliothèque. Elle s’était cette fois-ci plongée dans des livres relatant une histoire récente, celle de la dernière guerre falaiso-lysentine, et comprenait tout à fait l’ampleur sans précédent de la visite de Jourdain Al’Falil à Vinicia. Ses réflexions s’attardaient donc sur cette leçon d’histoire plutôt que sur l’image obsédante de Phaéton qui avait remplacé celle, dévastatrice, d’Antonin dans ses songes. Elle se souvenait que les dernières fois où elle avait rencontré l’apprenti du Renégat, il avait occupé son esprit des mois durant. Aussi prenait-elle son mal en patience et ne se plaignait à personne, surtout pas à elle-même.
    Comme elle passait devant les gardes postés à l’entrée de l’enceinte du palais, elle s’aperçut qu’ils étaient dans un état plutôt excité par rapport à leur placidité coutumière. Ils sautillaient sur place et lançaient des regards intrigués vers l’intérieur du parc.
    - Que se passe-t-il ? leur demanda-t-elle.
    En tant que soldat d’élite elle possédait une certaine autorité sur eux. Elle savait même, par exemple, que ces deux-là étaient frères. Ils rechignaient toujours à lui obéir, haïssant comme la plupart des Lysentins tout ce qui était connoté à la religion des Centaures. Cependant cette fois-ci ils répondirent sans penser à sa nature de Druide.
    - On ne sait pas vraiment, dit le premier
    - C’est du côté de la chapelle, il y a un rassemblement… Apparemment le Père Alaart a découvert un cadavre, précisa tout de même le second.
    - Merci, fit Nivelle en se hâtant dans la direction de la chapelle royale et du presbytère. Je reviendrai vous raconter, si on ne vous a pas déjà mis au courant d’ici là.
    Ils hochèrent la tête et elle s’éloigna en courant.
    Comme les soldats le lui avaient décrit, un attroupement était formé autour de l’entrée de l’église, composé de nobles mais aussi de jardiniers et autres serviteurs. Nivelle n’aurait ja-mais pu espérer voir la scène qui avait déclenché la curiosité si le Capitaine Digne, dominant la foule d’une bonne demie-tête, ne l’avait interpellée et fait des signes pour qu’elle le rejoi-gne. Nivelle grommela intérieurement, se demandant pourquoi il voulait qu’elle approche, mais elle ne pouvait se défiler car il était hiérarchiquement son supérieur et elle n’avait plus le droit à aucun écart. Maître Irina la réprimanderait si jamais elle refusait d’obéir à l’injonction de Digne.
    Les gens s’écartèrent donc pour la laisser retrouver le Capitaine. Elle arriva ainsi à l’intérieur de la chapelle, jusqu’au milieu de la nef, où elle aperçut justement la fine silhouette aux épaules démesurées, la tresse entre les omoplates, de Maître Irina de Cotille. Le Père Alaart, qu’elle reconnut, se trouvait aussi présent ainsi que le Haut Prédicant.
    - Nivelle, fit Irina en se retournant, aide le Capitaine à contenir la foule.
    Nivelle acquiesça. Elle se permit de jeter un œil au corps nu, allongé sur le sol marbré de la chapelle, dont on avait couvert par respect l’entrejambe avec un drap blanc. Elle ne put voir son visage car Irina était en partie dans son champ de vision, mais se dit qu’elle ne le connaissait probablement pas. Nivelle sortit alors son épée de son fourreau –elle la portait constamment sur elle depuis quelques mois, sur l’ordre de Maître de Cotille- et se plaça face aux nobles à la droite du Capitaine Digne qui demanda à ces derniers de reculer de plusieurs pas. Aussi curieux et assoiffés que les badauds qu’elle avait affrontés lorsqu’elle avait sauvé la petite Espérantine, les aristocrates s’exécutèrent à contrecœur.
    Mais dans son dos la voix d’Obert retentit :
    - Non, Maître de Cotille, j’aimerai que Mademoiselle Guise vienne observer la dépouille.
    Sa voix soudain suave et mielleuse provoqua un frisson qui parcourut Nivelle de la plante de ses talons jusqu’à la pointe de ses mèches rebelles. Le Haut Prédicant paraissait, à l’entendre, particulièrement satisfait et cela n’augurait rien de bon pour Nivelle, au contraire elle se sentait dans une position des plus dangereuses. Face à elle, quelques personnes qui la reconnaissaient la dévisagèrent avec impolitesse, attendant sa réaction avec une furieuse indélicatesse. Elle ne put retenir un rictus désabusé devant ces visages grimaçants et contorsionnés puis leur tourna le dos. Elle aurait pu ressentir un certain soulagement à quitter ces faces désagréables mais elle devait désormais se tenir devant Obert ce qui était bien pire.
    Elle rejoignit à nouveau Maître Irina qui était la personne en qui Nivelle avait le plus confiance dans ce lieu –c’était dire… Elle se plaça à côté de sa tutrice. Le corps se trouvait en travers de la travée centrale qui séparait les groupes de bancs où normalement les fidèles s’asseyaient pendant les célébrations. Nivelle serra les lèvres : on l’avait égorgé et il reposait dans son propre sang qui se vidait encore. La scène était répugnante à voir. Nivelle et Irina étaient debout du côté de ses pieds tandis qu’Obert et Alaart étaient du côté de sa tête.
    S’il avait été assassiné, le mort n’aurait cependant pas pu rester en vie bien longtemps, étant donné son grand âge. Parcouru de fines stries qui paraissaient le décorer de motifs runi-ques, son visage était celui d’un vieillard, les lèvres sèches et les yeux grisâtres. Il n’avait guère plus de cheveux blancs pour orner son crâne. Quant à ses membres nus, l’on voyait bien qu’ils étaient fragiles et qu’ils soutenaient leur possesseur avec difficulté. Au total, le corps appartenait à une silhouette de petite taille, maigre et pâle, et la première remarque que Ni-velle émit, puisqu’on lui demandait son avis, fut :
    - Saint-Père –ces mots lui écorchaient la gorge- cet homme vous ressemble, non ?
    Ceux qui avaient pu l’entendre –Irina, Alaart et Obert- se raidirent. Ils ne répondirent pas immédiatement, bien que les deux Prédicants furent choqués, et détaillèrent à nouveau les traits du cadavre.
    Obert recula de quelques pas.
    - Alaart, est-ce que vous l’avez fait parler de lui ? murmura-t-il.
    - Non, votre Sainteté, simplement de la Prophétie… Je… Qu’avez-vous ? Qui était-il ?
    Nivelle n’avait rien perdu de leur échange et tenta de déchiffrer ces mots énigmatiques. Elle posa à nouveau son regard vers le défunt.
    Son air… Il avait les yeux ouverts et « regardait » le plafond de la chapelle avec ses yeux gris. Il a l’air en colère… Que s’est-il passé ? Elle leva la tête vers les deux Prédicants qui conversaient toujours à voix basse.
    - Je… je n’ai pas voulu le tuer ici, se justifiait Alaart. Je venais vous l’apporter, il se débattait et…
    Les mains du Père Alaart… Pleine de griffures… Sur son visage aussi, il a une fine balafre, constata Nivelle.
    Elle eût un haut-le-cœur. Une dernière fois ses émeraudes rencontrèrent les yeux du mort et elle sut enfin qui avait vécu dans ce corps ensanglanté.
    - Vous l’avez tué… dit-elle, très distinctement, s’adressant à Obert.
    - Si j’avais su, répliqua celui-ci en secouant la tête. Petite sorcière, n'est-ce pas toi et tes semblables qui l’avez enfermé sous cette forme ? Seule votre magie nauséabonde peut faire cela à un homme !
    - Vous l’avez tué ! répéta-t-elle, haussant le ton.
    - Capitaine Digne, faites évacuer la foule, ordonna Maître Irina, sentant que la situation se dégradait et risquait de passer hors de contrôle.
    Nivelle sentit les larmes s’amasser au bord de ses yeux puis se déverser en torrents dévastateurs le long de ses joues. Mais en même temps que ces flots amers, elle sentit un autre sentiment la submerger, une haine à la fois malsaine et féconde, sentiment impur qui lui apportait cependant un pouvoir immense. La magie que lui avait autrefois révélée Phaéton venait en elle par grandes vagues, et elle retenait à chaque à-coup un peu de pouvoir dans ses mains. Elle était prête à se jeter contre le Haut Prédicant et à le tuer sur-le-champ sans considérer une seule fois les conséquences. Peu lui importaient les conséquences : Joseph était mort, elle était seule, et Elios ne lui pardonnerait jamais cette perte. Les paroles de Phaéton, un soir dans la forêt qui recouvrait les Monts Tannés, lui revinrent en mémoire avec une acuité déconcertante : "Tu ne peux te nier. Ta nature est de tuer. Tu es faite pour tuer. C’est ce que tu es." Il avait donc raison… Elle avait toujours refusé son pouvoir, ce pouvoir qu’ils possédaient tous deux, mais aujourd’hui elle l’accueillait avec gratitude. Elle en avait besoin.
    Obert et Alaart la regardaient avec des yeux ronds, effrayés tels deux enfants devant un chien enragé. Ils n’avaient jamais été témoins d’une telle décharge de magie. Il était évident que Nivelle Guise ne contrôlait rien, cependant… cela n’en restait pas moins extraordinaire. S’ils avaient pu la tuer, ils l’auraient fait sans hésitation, hélas ils savaient fort bien que c’était impossible et ils avaient peur, extrêmement peur. Il ne restait qu’à la calmer, ils n’avaient pas d’autre solution pour éviter la mort. Un seul coup d’œil sur les traits déformés avait convaincu Obert, il connaissait bien cette expression : Nivelle comptait les tuer. Obert prit l’initiative, avec toute la mauvaise foi dont il étaient capable :
    - Mademoiselle Guise, sachez que les coupables seront punis. J’ignore ce qui vous rattachait à cet homme pour que vous soyez si affectée par sa mort, mais il était mon frère –à ce moment Alaart lui jeta un regard désespéré- et mon cœur réclame vengeance comme le votre.
    Nivelle le regarda de ses yeux furibonds, jamais Obert ne s’était adressé à elle avec sollicitude, elle ne comprenait pas ce qu’il voulait… Elle ne comprenait pas à quel jeu il jouait.
    - Obert, dit-elle d’une voix dure sans la moindre once de respect, c’est lui qui a tué Joseph et sur votre ordre sans aucun doute –elle pointait Alaart du doigt. J’ignorais que Joseph était votre frère, il ne m’a jamais mentionné quoi que ce fut de son passé. Mais si vous devez châtier quelqu’un, c’est votre subordonné.
    Voilà, elle avait posé ses conditions. Un étrange sentiment de satisfaction vint envahir son cœur : le Haut Prédicant allait céder, elle le savait. Jamais elle n’aurait cru éprouver tant de joie à l’anticipation de la mort de quelqu’un. La magie se concentrait tellement à présent dans ses mains qu’elles luisaient dans l’obscurité de la chapelle sans qu’elle ait conjuré le moindre sort. Irina se taisait, tentant de paraître neutre à la scène qui se déroulait devant elle, mais sa respiration saccadée trahissait son trouble.
    Les pupilles grisâtres d’Obert croisèrent le regard désemparé d’Alaart. Cela faisait bien des lustres que l’âme du Haut Prédicant s’était fermée au plus infime sentiment et le sort de son ancien élève ne le tourmentait guère. Mais céder à cette druidesse lui répugnait tant… ! Le fait de revoir son frère, disparu depuis près d’un siècle ! dans ces conditions le perturbait en revanche au point qu’il crut que la vieillesse venait de remporter la bataille contre sa raison. Il tentait de réfléchir aux conséquences de sa décision mais la lumière émanant des mains de Nivelle le déconcentrait, attirait son esprit dans des méandres où il ne souhaitait pas s’aventurer. À l’entrée de la chapelle, Digne apparut, sa mission accomplie, puis s’arrêta évidemment surpris par le silence théâtral qui régnait dans l’église de l’Unificateur.
    - Alors ? le pressa Nivelle. Ce n’est que justice, vous savez qu’Alaart a tué Joseph. Joseph qui n’a rien fait de mal sinon être transformé en chat il y a bien longtemps par un Druide.
    Obert s’étrangla en entendant cette explication.
    - C’est donc bien un Druide qui l’a fait disparaître ! Il était si prometteur… ! Je devrais vous faire tous brûler vifs… ! cria-t-il.
    - C’est ce que vous et votre Ordre essayez de faire depuis des siècles sans y parvenir, répliqua Nivelle. Alors, condamnation en place publique pour un meurtre commis dans un lieu sacré ? fit-elle, harcelante.
    - Oui, oui ! Ce que vous voulez mais sortez de cette chapelle et n’y remettez plus jamais les pieds ! hurla Obert, hors de lui. Si jamais vous soufflez un mot à quiconque… Et c’est valable pour vous aussi, Digne et Cotille !
    Les trois membres de l’armée s’éloignèrent sans plus tarder, laissant les deux Prédicants s’expliquer entre eux. Ils entendirent le Saint-Père faire appeler le chef de la milice, qui mit Alaart aux arrêts et le conduisit sans aucun doute jusqu’à la prison où Nivelle avait eu droit de séjour.
    Alors qu’Irina se murait dans un silence accablant, Digne ne put s’empêcher de lancer un regard admiratif à Nivelle qui avait su faire plier le Saint-Père à ses exigences. Cependant il ne dit mot lui non plus, et ils arrivèrent tous trois au Palais, où on les assaillit de questions pour obtenir ne serait-ce qu’un détail de plus que son voisin, afin d’épater la galerie au dîner de ce soir. Bien entendu, ils ne desserrèrent pas les dents, aussi on ne put s’empêcher de médire par ressentiment à leur propos et Nivelle fut bien vite, comme d’ordinaire, la cible privi-légiée des conversations. Elle savait par habitude quelle attitude adopter, ellequitta donc la table sans avoir touché à aucun des délicieux mets exposés au dîner –la cuisinière s’était sur-passée. Davi, à droite de la princesse, tenta d’accrocher son regard lorsqu’elle passa devant lui mais elle ne lui fit même pas la grâce de tourner la tête dans sa direction. Elle monta les Grands Escaliers quatre à quatre et s’enferma dans sa chambre, plus seule que jamais. Solitude, songea-t-elle, si j’avais cru un jour que je te connaîtrais si bien… Là, Nivelle s’assit sur son lit, plia les jambes en les encerclant de ses bras, et se balançant d’avant en arrière put pleurer tout son soûl. À sa douleur d’avoir perdu Joseph s’ajoutait une haine indescriptible. Sa soif de vengeance n’était pas désaltérée, elle brûlait de rage contre le Haut Prédicant mais aussi contre Phaéton qui lui disait encore et encore qu’elle était faite pour tuer, et elle devait admettre qu’il ne se trompait pas. Au début de la nuit, Bertaut et Agace vinrent frapper à sa porte, pour la consoler des rumeurs répandues sur son compte et sans deviner la vraie raison de sa peine. Elle ne répondit pas à leurs mots sincères et ne leur ouvrit pas la porte, prostrée sur son lit, secouée de sanglots ininterrompus. Puis Davi lui-même vint à sa porte, exigeant sans brutalité qu’elle lui ouvre. Mais Nivelle n’entendait plus rien, et s’endormit alors qu’il était toujours dans le couloir à la conjurer de le laisser entrer. Il entendait ses pleurs très dis-tinctement, enrageant de ne pouvoir la réconforter comme il se devait. Ils passèrent la nuit proches l’un de l’autre, mais chacun d’un côté de la porte.

  17. #77
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    T'as tué mon personnage préféré, méchante :snif: !

    Sinon, de manière générale, le passage est un peu moyen, pas fondamentalement mauvais mais il pèche malheureusement par plusieurs défauts assez gros à mes yeux pour gâcher le reste, et c'est un peu dommage.

    La première partie est un peu bancale. Tu fais un résumé des évènements, mais tout ça me paraît un peu léger sur le fond. En effet, si Phaëton a convaincu le cheik de Falaise de venir pour tenter de déclencher une guerre, de deux choses l'une:
    -le cheik abandonne immédiatement la lutte une fois le petit piège échoué. C'est tout à fait possible, mais je l'aurais plutôt vu chercher encore à provoquer un autre accident. Et si pas lui, du moins Phaëton, puisque celui-ci est là pour cela. Surtout que si, comme tu l'as évoqué une fois, le cheik a été convaincu par un tour magique de Phaëton, celui-ci devrait avoir pas mal de mal à s'en dégager aussi facilement. Dans une telle situation, après avoir poussé le roi à faire une erreur diplomatique, il aurait plutôt dû pousser le cheik a faire lui même l'incident diplomatique pour lancer Lysence contre Falaise. Parce que lui sert sa propre cause, et pas celle de Falaise, il n'a donc pas besoin de chercher à préserver l'honneur du cheik: s'il est capable de le manipuler et de lui faire occuper la place peu honorable du provocateur, il DOIT le faire, à mon avis.
    -ensuite, les deux dirigeants tombent d'accord ensuite, et ce sans tirages, ce qui est un peu étonnant, puisque je doute qu'Eric et ses collaborateurs n'aient pas remarqué le but de la petite manoeuvre organisée par Phaëton. La confance ne devrait plus régner entre ces deux là après cela.

    Ensuite, je trouve que les phrases des prédicants sont un peu faiblardes pour ameuter une populace, surtout la première, qui à mon humble avis n'est pas prête à faire trop bouger les masses. Pas assez rentre dedans. se trouble, contestée, homme et femmes, il y a là des termes qui dervaient être remplaçées par s'offusque, baffouée, hérétiques... Bon, à toi de voir, mais dans la bouche des ecclesiastiques incitant à la haine, va faire un tour du côté des discours des inquisiteurs du moyen âge, c'est toujours exubérant. Et tu devrais mettre tout ça à l'exclamative, ça passerait déjà un peu mieux.

    Ensuite, l'abandon immédiat du haut prédicant me semble aussi une mauvaise tactique. S'il devait revoir sa méthode, il devrait plutôt chercher une victoire sur le long terme, faire des insinuations de manière régulière dans le sermon des prêtres, pour instiller peu à peu l'idée au coeur de ceux qui assistent aux offices.

    Dernier problème, qui n'existerait pas sans un tas d'autres petits faits du même genre, c'est encore une fois le truc qui s'arrange bien: Obert et Joseph frères, ça tombe une fois de plus bien. c'est un petit retournement important, je le sais, et il passerait sans problème si tu n'avais pas un peu trop de choses qui s'arrangent tout à coup bien (à voir la première rencontre avec Olivier à Vinicia, le fait que Nivelle surprenne la conversation entre Digne et Obert, etc...). Toujours le même problème, donc, tu tombes un peu trop souvent dans le piège de la facilité scénaristique, ce qui fait qu'à forçe ça ne passe plus.



    J'arrête d'être critique, et j'attends la suite :notme: .
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  18. #78
    Cristal Invités
    et oui je suis désolée d'avoir dû me séparer du chat ... C'était vraiment ton personnage préféré ? il était un peu insupportable, quan même, non ?
    pour te répondre : oui, Phaéton et le cheik abandonnent, pour cette fois-ci. Comme tu l'as dit, c'est Phaéton qui manipule le cheik, et Phaéton est quelqu'un de très très patient, qui voit sur le long terme. Il sait que s'il a échoué cette fois-ci il réussira la prochaine fois, il préfère vraiment maîtriser ce qu'il fait et créer les bonnes conditions... En tout cas, il faudra que je précise ce trait de caractère là un peu plus alors, pour que ça passe mieux.
    Pour le fait que Obert et Joseph soient frères : j'avais essayé de glisser quelques indices... ! bon, je te l'accorde, très très minimes... dans le récit de Joseph quand Nivelle est toute petite. Puis sur leurs yeux, j'ai insisté tout au long, ils ont tous les deux les yeux gris. J'avais l'impression de le marteler, mais bon, ce sera à revoir...
    Quant aux autres remarques que tu as faites, là je n'ai rien pour ma défense... Je suis d'accord avec toi :notme2: c'est vraiment des choses dont j'aurais pu me rendre compte moi-même. enfin... merci de m'en faire prendre conscience !

    -----------------------------------------------------------

    après tout ce blabla, voici là suite :

    3 - Où un second décès occulte quelque peu les conséquences du premier

    Nivelle se réveilla sans avoir trouvé le repos, aussi épuisée que lorsqu’elle s’était endormie. La magie l’avait quitté et le vide qu’elle laissait provoquait une étrange réaction chez la jeune femme : un mélange d’amertume déçue et de soulagement délivré. Son esprit s’embrouillait de ces émotions contradictoires, elle ne savait dans quel sens diriger son cœur car quel que fut le sens qu’elle privilégie elle avait mal. S’ajoutait à cela la blessure à vif causée par la mort de Joseph et sans doute c’était là qu’elle souffrait le plus.
    Elle n’avait pas eu le courage de se déshabiller la veille, mais elle se força à changer de vêtements et à se rincer le visage dans la bassine d’eau froide posée dans un coin de sa chambre, ne serait-ce que pour se sentir un peu plus propre sur elle. Ne serait-ce que pour bouger, un peu, coincer son esprit dans un coin et qu’il cesse de se contorsionner.
    Mais à peine s’était-elle frotté les joues avec un peu de savon que les larmes coulèrent à nouveau, elle ne pouvait les arrêter, et les sanglots reprirent de plus belle. Joseph n’est plus là ! Quelques éclairs de certitude traversèrent soudain son esprit, lui disant qu’il allait bientôt venir gratter à la porte, et pourtant ses pleurs lui signifiaient que sa mort était la seule vérité possible.
    Antonin, Joseph… On aurait dit que le sort s’acharnait à la détacher de sa vie à Lourdes, que les Centaures voulaient qu’elle se détourne une fois pour toutes des Monts Tannés.
    De derrière la porte, un bruissement parut réagir à ses larmes.
    - Nivelle ? fit la voix encore pâteuse de Davi.
    - Davi ? ! s’exclama-t-elle, sincèrement surprise.
    Elle passa ses mains sur ses joues, les mouillant plus qu’autre chose, puis s’empressa de lui ouvrir.
    - Que fais-tu là ? s’étonna-t-elle, s’écartant pour le laisser passer.
    - Tu ne m’as pas entendu hier soir ? Je voulais savoir ce qui te mettait dans cet état. Tu as quitté la salle Vivienne avec précipitation… et fracas, hier.
    - Non, je ne me souviens pas t’avoir entendu.
    - Mais que t’es-t-il arrivé ? Tu pleures encore.
    Nivelle lui tourna le dos, s’essuya les mains sur son pantalon.
    - Joseph… Tu te souviens, mon chat, vous avez échangé quelques mots.
    - Je me souviens, fit Davi en la contournant, cherchant son regard. Que lui arrive-t-il ? Il s’est perdu, il n’est pas revenu hier soir ?
    Nivelle émit un ricanement forcé, un peu comme si elle avait soudain perdu la raison. Son sourire distordu ressemblait à celui d’une démente.
    - Ah ! Si seulement ça pouvait être ça ! Si seulement… !
    Davi se raidit. Il connaissait ce genre d’expressions et tout ce qu’elles impliquaient.
    - Tu as bien sûr entendu parler du cadavre qu’on a retrouvé dans la chapelle royale ? dit Nivelle, le ton de sa voix lui échappant complètement, l’ironie perçant ses lèvres malgré elle. Et bien, figure toi que ce n’était autre que celui de Joseph. Dans la mort, il a retrouvé sa véritable apparence ! Le pauvre, il ne se sera jamais revu sous la forme d’un être humain !
    Elle ricanait sans pouvoir s’en empêcher, le chagrin noyant sa raison.
    Davi la prit par les épaules puis la serra contre lui et elle pleura, pleura jusqu’à n’en plus pouvoir contre son cœur. Elle put ainsi évacuer toutes les larmes dans lesquelles trempaient son âme. En même temps, Davi lui caressait les cheveux sans même s’en rendre compte, presque bouleversé par son chagrin –mais hormis ce détail, il restait tout à fait maître de lui-même.
    Ils restèrent ainsi longtemps –le petit-déjeuner devait être débarrassé depuis une demi-chandelle au moins et Maître Irina devait les attendre avec colère devant la salle des gardes.
    Soudain, des cris stridents résonnèrent dans les couloirs, montant par les Grands Esca-liers.
    Ils s’éloignèrent instinctivement l’un de l’autre. Si Nivelle osa lever les yeux vers Davi, celui-ci se détourna et ouvrit la porte assez brusquement.
    - Que passe-t-il ? murmura-t-il pour lui-même, jetant des regards presque courroucés dans le couloir.
    D’autres nobles dans le couloir avaient eu la même réactions et sortaient leur tête de leurs appartements. Aussitôt, Davi se rabattit à l’intérieur de la chambre pour éviter qu’on le voie en compagnie de Nivelle sans chaperon ni pour l’un ni pour l’autre. On avait dû remarquer son absence chez lui et le lien entre son découchage et sa présence chez Nivelle serait vite établi par les mauvaises langues. Nivelle ne put s’empêcher de lui jeter un regard amusé, ac-compagné d’un sourire redevenu taquin, son véritable sourire, puis se plaça dans le couloir à sa place.
    - D’où viennent ces cris ? demanda-t-elle à son voisin de chambre.
    Le Seigneur Tête-haute haussa les épaules, il n’en savait rien.
    Nivelle aurait voulu se rendre compte par elle-même de ce qui se passait, mais elle ne voulait pas devoir enfermer Davi dans sa chambre, ce qui pouvait leur causer quelques tracas à l’un comme à l’autre.
    Enfin tous choisirent de descendre les Grands Escaliers, à quelques secondes d’intervalle, car les cris se poursuivaient aux étages inférieurs. Nivelle et Davi purent se faufiler à la suite des autres habitants du Palais sans se faire remarquer.
    Ils n’eurent pas besoin d’arriver sur les lieux du drame pour entendre et comprendre que le roi avait enfin rendu l’âme…
    Davi serra la main de Nivelle puis murmura :
    - Je dois y aller, excuse-moi.
    Il fendit alors la foule, parvint en bas des marches du premier étage et disparut au détour du couloir qui menait aux appartements royaux. Nivelle préféra ne pas s’attarder. Elle ignorait ce qui allait se passer à présent mais elle savait que les prochaines chandelles seraient déterminantes pour l’avenir de Lysence. Elle rejoignit Irina, Bertaut et Agace à la salle des gardes, où la Maître épéiste l’accueillit sans compassion pour son deuil ; mais Nivelle la prit de court en lui annonçant la terrible nouvelle.

    * * *

    Davi entra dans la chambre du Roi. Comme les appartements de la princesse, cette pièce devait représenter la perfection architecturale : toutes les mesures étaient proportionnelles. Davi fit grincer le plancher en s’avançant jusqu’au lit d’Eric. On avait tiré les rideaux et seul un petit rai de lumière filtrait entre les deux lourdes tentures éclairant avec ironie le visage de Naïade. Celle-ci se tenait debout devant le visage de son père, tenant ses mains entre les siennes. Alors que son visage était stoïque, ce geste trahissait son émotion. Stentor lui pleurait de tout son corps, enfoncé dans l’un des larges fauteuils qui entouraient le lit du Roi. Davi soupira cela faisait beaucoup de larmes pour une seule journée. Il s’approcha de son petit cousin, passa sa main dans ses cheveux bouclés.
    Le dernier témoin de cette scène était le Haut Prédicant. Lui aussi installé, mais plus dignement, dans un fauteuil de velours, il gardait les yeux rivés sur Naïade prêt à contre-attaquer à n’importe quelle de ses tentatives. Davi était triste que le Saint-Père ne témoigne pas d’avantage de respect à l’homme qui lui avait permis d’obtenir tant de pouvoir. Mais ce n’était qu’une amertume. Il s’agenouilla à côté de son défunt oncle, de l’autre côté du lit par rapport à Naïade. Cette dernière croisa son regard –œil sombre sur œil sombre- mais se tut –pour le moment, laissant Davi à son deuil. Il était le seul dans cette pièce à avoir vraiment respecté et apprécié Eric. Peut-être même le seul dans tout le royaume qui l’aimait pour qui il était et pas pour son statut royal. Naïade haussa les épaules et croisa les mains de son père sur sa poitrine immobile. Elle se préparait à la lutte à venir.
    Naïade vint se poster devant Stentor. Percevant son mouvement, Obert se leva aussitôt. Il n’avait guère mieux dormi que Nivelle, réfléchissant à la vie qu’avait pu être celle de son frère sous la forme d’un chat. Mais il était en pleine possession de ses moyens, la perspective d’une lutte lui rendant presque l’énergie de sa première jeunesse. Davi se leva aussi. La ten-sion qui régnait dans la pièce était extrême, et il voulait éviter des éclats trop violents. Soudain, il se rendit compte de ce que Naïade voulait de son petit frère : dans ses mains le fils d’Eric tenait… la couronne. Le symbole de la royauté…
    - Saint-Père, dit-elle avec une certaine douceur, je me demandais pourquoi vous aviez cédé à Nivelle Guise ainsi…
    Obert sursauta dans son fauteuil, il ne s’attendait absolument pas à ce qu’elle aborde ce sujet et surtout pas en présence de deux autres personnes qu’il ne souhaitait pas voir au courant de leur accord.
    - Moi, j’ai tenu ma part du marché… poursuivit Naïade sans le regarder. J’ai ordonné à mes suivantes de la harceler, et Nivelle est apparue plutôt en position difficile ces derniers temps. Pour tout dire, nous lui avons rendu la vie impossible.
    Obert ferma les yeux. Que lui passait-il par la tête, à cette petite idiote ?
    - Mais vous ? Qu’avez-vous fait, Très Saint-Père ? –son ton ne posait aucune question, Naïade posait plus un constat qu’autre chose.
    - J’ai fait tuer deux personnes qui lui étaient chères, mais je ne suis pas parvenu à mon but et j’ai même l’impression qui la situation s’aggrave. tes-vous certaine que c’est le moment et le lieu pour discuter de Mademoiselle Guise, Princesse ? ! fit-il d’un ton lourd de me-naces.
    - Oui, car il me semble que lorsque la situation dans laquelle nous nous trouvons sera réglée, nous ne pourrons plus jamais discuter, Saint-Père.
    La tension semblait à son comble. Davi se redressa très lentement, discrètement.
    - Je vois que vous voulez dire, dit Obert en faisant quelques pas dans sa direction.
    Voyant qu’il s’avançait, Naïade fut la première à agir avec violence : elle arracha la couronne des mains de son frère qui poussa un cri de surprise entre deux sanglots. Ces quelques phrases, elle les avait prononcées pour le distraire, et elle y était presque parvenue.
    - Il y a déjà eu des Reines à Lysence ! cria-t-elle en se retournant brutalement vers Obert.
    - C’étaient des accidents de l’histoire ! rugit celui-ci avec une vigueur inattendue pour un homme de son âge. Elles ont fait assassiner leur mari, ou ont pris la place de leur fils ! Les femmes ne sont pas faites pour régner ! conclut-il sourdement.
    - Vous êtes d’une misogynie d’un autre siècle ! hurla Naïade comme si elle rêvait depuis longtemps de lui lancer cette phrase au visage. Je suis l’aînée et selon les traditions de Lysence, c’est l’aîné qui revêt la couronne ! Vous ne pourrez aller contre un millénaire d’usage, Obert.
    - Si jamais vous volez le trône à votre frère, j’ordonne à tous les croyants de tenter de vous tuer ! Une femme sur le trône, c’est une hérésie ! Une insulte faite à l’Unificateur en personne !
    - Assez ! tonna Davi encore plus fort qu’eux.
    L’effet fut immédiat, les deux adversaires se turent et se tournèrent vers lui avec un air déchaîné sur le visage. Ils étaient pleins de la même exaltation, ils se battaient pour leur vie. Car que l’une atteigne le pouvoir ou que l’autre s’y maintienne, leur première action serait de tuer leur rival.
    - Est-ce donc le seul moyen que vous ayez de régler votre « différend » ? Plonger le pays dans la guerre civile ? ! s’écria Davi plein de colère.
    - Non, ce serait inéquitable, il peut faire de la magie, dit Naïade comme une enfant bou-deuse.
    Davi ferma les yeux et se mordit les lèvres. Si c’était tout ce qui empêchait Naïade de déchirer Lysence…
    - J’ai quelque chose à vous proposer.
    - Ah ! ricana Obert. Je te vois venir, Davi de Baillenval. Pour toi Naïade sur le trône signifie aussi ton élévation au rang de Roi consort ! Je suis en position de force ici, vous le savez pertinemment tous deux. Je pourrais vous tuer en une formule mais je ne veux pas me mettre le peuple à dos ! Allons les enfants, rendez-moi cette couronne et je vous laisserai en paix. Sinon, attendez-vous à voir les Ténèbres se déchaîner contre vous dès les premières se-condes de votre « règne » ! ! !
    Un masque de folie recouvrait les traits du Haut Prédicant, mais Davi ne se démonta pas.
    - Saint-Père, je vous en prie écoutez-moi et toi aussi, Naïade. D’abord, donne-moi cette couronne.
    La princesse s’exécuta, certaine comme le Haut Prédicant que Davi voulait le trône et par conséquent qu’il était de son côté. Toujours au fond de son fauteuil, Stentor pleurait, mais en silence pour ne pas attirer l’attention.
    - Tout d’abord, avant de menacer d’envoyer votre milice contre Naïade, sachez que l’armée se rangera de son côté –le Haut Prédicant était sans doute mieux renseigné que lui, Davi risqua tout de même cette assertion. Ensuite, j’ai à cœur, comme vous j’espère, d’éviter la division du royaume en deux camps ennemis. C’est pour cela que peut-être vous pourriez régler votre problème un peu plus tard et surtout de manière pacifique. Je vous propose de le faire devant des envoyés de tous les Seigneurs de Lysence ainsi que, si vous l’acceptez, devant des émissaires du peuple. Ils pourront statuer de votre querelle…
    - Notre querelle ! s’écria Naïade, éclatant de rire. Tu sais choisir tes mots ! On parle de l’avenir de Lysence, là !
    - Laisser le peuple décider… Quelle idée ! s’emporta Obert.
    - Vous préférez mettre le pays à feu et à sang ? demanda Davi, tentant de garder son calme.
    Un long silence suivit. La princesse et le Haut Prédicant continuaient à se fixer l’un l’autre sans parvenir à se décider.
    - D’accord, dirent-ils en même temps.
    Néanmoins l’un comme l’autre se jurèrent intérieurement de ne respecter la décision des Lysentins qu’à la condition qu’elle se fasse à son propre avantage.
    - En attendant, j’assurerai l’intérim, dit Obert d’un ton qui ne souffrait aucune réplique.
    Et il sortit de la pièce sans plus tarder. Les trois cousins l’entendirent aboyer aux nobles de lui faire place, et donner déjà des ordres pour envoyer des messagers aux quatre coins du royaume.
    Davi évita de croiser le regard de Naïade comme celui de Stentor terrorisé et retourna aux côtés du défunt Roi. Il ferma les yeux et inspira profondément. Il espérait que la situation se résoudrait au mieux, par malheur rien n’était moins sûr.
    Par l’Unificateur, pourvu que je ne voie pas mon pays en guerre. Ce serait mon pire cauchemar.
    Naïade vint derrière lui et posa ses mains sur les épaules. Il contrôla son corps, s’empêcha de frissonner.
    - Je serai fière de t’avoir comme époux, mon amour, lui susurra-t-elle à l’oreille.
    À nouveau il s’empêcha de réagir. Mais elle émit un petit rire : elle savait très bien ce qu’il pensait.
    - Tu viens, Stentor ? Tu vas aider les Prédicants à préparer l’enterrement de Père. Il fau-dra que tu sèches tes larmes, d’accord ? Et nous préparerons tous les deux un discours pour la cérémonie.
    Le petit prince hocha la tête et se leva difficilement de son fauteuil.
    Davi fut le dernier à quitter la pièce après avoir rouvert les rideaux. Le soleil lysentin inonda la pièce de lumière, sans parvenir à raviver le cœur du jeune homme, noir d’inquiétude et d’angoisse.

    * * *

    Bien que la journée ait décrétée deuil national, certaines professions ne cessèrent pas leurs activités pour autant. Le bourreau, par exemple.
    Nivelle assista à l’exécution du Père Alaart le cœur presque léger. Le Haut Prédicant n’avait pas voulu faire traîner les choses. Alors que ce n’était guère dans leurs mœurs, beaucoup de membres de la cour vinrent voir la pendaison : ils fuyaient l’ambiance morose du palais, soit par chagrin à cause de la mort d’Eric, soit par appréhension, par crainte d’une confrontation armée entre les partisans de Naïade et ceux d’Obert. Et puisque personne n’était censé travailler, Alaart eût droit à un certain succès pour sa mort.
    Comme la foule se dispersait, Nivelle aperçut les Seigneurs d’Ambre dans les rangs réservés aux aristocrates. Elle parvint à les rejoindre avant qu’ils ne montent dans leur voiture, et ils l’invitèrent à se joindre à eux.
    Ballottés par les pas assurés des chevaux, et s’arrêtant souvent à cause du monde qui quittait la place des exécutions, les Seigneurs d’Ambre et Nivelle restèrent un moment silencieux en essayant de chasser de leur esprit l’image de destruction qu’ils venaient de supporter. En vérité, ils regrettaient tous trois d’être venus voir. Puis Nivelle, qui était à côté de Dame Gaëlle face au Seigneur Etienne, se pencha un peu en avant et demanda :
    - Que va-t-il se passer maintenant ? Je veux dire… pour le pays. Vous croyez qu’il y aura la guerre civile ? Obert et Naïade sont-ils vraiment incapables de se départager autrement ?
    - Apparemment, on a vu des messagers partir du Palais. On raconte que les Seigneurs de Lysence vont venir discuter à Vinicia, expliqua le Seigneur Etienne d’une voix rassurante.
    - Vous allez pouvoir aller donner votre avis, vous aussi ? s’enquit Nivelle.
    - Oui, dire les époux en même temps.
    - Pour qui allez-vous voter… ? demanda la jeune fille, peu certaine que cette question rentrait dans les normes de politesse.
    - Oh, pour Naïade, évidemment. Même si Stentor est placé sur le trône, il est évident que c’en est fini de la famille royale, et que l’Ordre réussira à prendre la mainmise totale sur le royaume. Je n’apprécie guère la princesse, mais au moins son autorité sera légitime.
    Dame Gaëlle marqua son approbation d’un hochement de tête.
    - Mais… les autres Seigneurs ? Vous croyez qu’ils… qu’ils choisiront Naïade ? Je veux dire, beaucoup de gens pensent que les femmes sont inférieures, enfin c’est ce que la religion de l’Unificateur dit, n’est-ce pas ?
    - Et bien… le Saint-Père a tendance à mettre en avant cet aspect de la religion. Mais sur-tout, il s’appuie beaucoup sur les Seigneurs locaux. Alors que Naïade, bien qu’elle ne l’ait jamais proclamé mais on en est certain, préférera renforcer plus encore le pouvoir central. C’est surtout pour ça que cette assemblée pourrait la désavantager.
    - Oui, toutefois je pense que la plupart seront comme toi, ils préféreront marquer leur al-légeance à la famille royale et non à l’Ordre, rappela Dame Gaëlle.
    La voiture s’arrêta brutalement et ils furent projeté les uns contre les autres. Alors que Gaëlle poussa un cri de surprise et d’indignation, Etienne et Nivelle préférèrent en rire. Un domestique vint leur ouvrir la portière.
    - Vous êtes arrivés, Mes Seigneurs, Mademoiselle.
    Ils descendirent devant la maison des Seigneurs d’Ambre, entrèrent et s’installèrent confortablement dans la salle de réception près d’un feu déjà préparé pour eux. La pièce était chaude et agréable. Ils purent poursuivre leur conversation tandis qu’un serviteur leur appor-tait des boissons chaudes à leur demande.
    - Alors il est impossible de prévoir l’issue de cette réunion ? fit Nivelle.
    - Impossible, répondit Dame Gaëlle, l’air sombre. Ce genre de chose n’est jamais arrivé à Lysence. Bien sûr, il y a toujours eu des conflits intestins pour la prise de pouvoir, et je ne dis pas que cela s’est toujours fait pacifiquement. Mais cette fois-ci, cela prend une ampleur jamais atteinte : tout le monde sait, tout le monde est au courant. Ce gendre d’histoire se règle normalement dans les couloirs du Palais. Là, l’ambition de ces deux prétendants exsude par toutes les conversations, par toutes les imaginations.
    - Allons, allons, voulut les rassurer Etienne. L’assemblée des Seigneurs de Lysence et les émissaires du Roi sauront bien se décider et trouver un souverain qui convienne au pays.
    - Et tu crois que celui qui est rejeté se pliera à leur choix ? répliqua Dame Gaëlle, agacée par la naïveté de son conjoint.
    - Combien de temps cela risque-t-il de prendre ? demanda Nivelle immédiatement pour éviter une humiliation au Seigneur Etienne qui n’avait aucune répartie et se faisait toujours dominer par sa femme.
    - Oh, plusieurs semaines au moins, répondit le Seigneur d’Ambre.
    - Vous ne croyez pas que Falaise en profiterait pour nous attaquer, par hasard…
    Ils ne répondirent pas tout de suite. Puis Dame Gaëlle prit la parole entre les craquements des flammes qui s’étiraient dans la cheminée :
    - J’ose espérer que les Lysentins oublieront leurs querelles si cela devait arriver. Lors de la dernière guerre, Ouestiens comme Estiens ont courageusement combattu. Aujourd’hui en-core, c’est ce qui se passera si une telle situation se produit.
    Ils n’ajoutèrent plus rien de la soirée. Mais lorsque Nivelle regagna sa chambre vide au Palais, elle aurait aimé partager ses impressions avec quelqu’un d’autre, qui n’était plus là.

  19. #79
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Bon, sorry for the waiting time, my bac is méchant with me so I don't have suivi you like I wanted because of very very plenty of boulot that encombre très beaucoup the mind of me. Si tu vois ce que je veux dire :notme2: ...

    Pour ce qui est de la relation de parenté Obert/Joseph, j'avais remarqué les indices, mais c'est pas vraiment la brusquerie de la nouvelle qui me gêne, c'est juste le petit arrangement de plus qui aide bien le scénario. Un + un + un = beaucoup, et donc parfois trop. Et sinon oui, Joseph était bien mon préféré. Justement, son côté bougon me l'a toujours rendu sympathique, alors que certains personnages me semblent un peu fades (bon, ça va quand même, tu n'écris pas comme Marc Lévy *vérifie que Lies n'est pas dans les parages et qu'il peut taper sur Lévy comme il veut*) ou du moins avec une dimension un peu moindre. Obert se plaçe en second, un peu pour les mêmes raisons. et les d'Ambre viendraient juste après si tu prenais la peine de les développer plus.

    Alooors, avis sur le petit dernier. D'abord, les détails.
    Davi entra dans la chambre du Roi. Comme les appartements de la princesse, cette pièce devait représenter la perfection architecturale : toutes les mesures étaient proportionnelles.
    Les mesures étaient proportionnelles sonne un peu bizarrement, de même que le devait; en fait, la description est trop courte, et on a l'impression que tu cherches à instiller un certain doute quant à la réelle perfection de l'architecture sans pousser ta pensée. Et de fait, on ne sait pas trop ou se plaçer. De plus, parler de mesures proportionnelles pour une chambre est un peu maladroit, puisque par nature les mesures d'une pièce carrées sont TOUJOURS proportionnelles. Un petit bout à revoir, je pense, et à étoffer.

    On avait tiré les rideaux et seul un petit rai de lumière filtrait entre les deux lourdes tentures éclairant avec ironie le visage de Naïade
    Mgnmgnmgn... Pas vraiment une faute, mais... Soit il y a un problème de structure, et c'est le visage de Naïade qui est ironique, soit il y a un petit anthropomorphisme mal fichu dans ta phrase. En fait, la lumière qui éclaire avec ironie, ça ne sonne pas trop bien, du fait de cette oposition chose inerte/homme dont je t'avais déjà parlé plus haut, à propos de l'allée d'arbres. Un comme par ironie, ou toute autre formule du genre, serait plus adaptée, mettant en valeur la comparaison, et non l'image directe, un peu dérangeante à mon sens.

    bon, c'est tout ce que je vois comme ça, avec des maths plein la tête et un sens critique un peu émoussé . maintenant, bilan: premier passage: bien. Le traitement est assez léger, le sens correct, bref c'est agréable à lire alors que tu aurais pu faire un drame national de cette mort et t'épancher dessus; Tu ne l'a pas fait, et c'est un bon point. Deuxième: la confrontation est bien menée, seulement... problème: Obert et Naïade évoquent l'affaire qu'ils ont à propos de Nivelle devant Davi. D'un: soit ils ne l'auraient jamais fait, et c'est une erreur grossière que de la mettre là, soit Naïade n'a que faire que Davi la prenne encore plus en grippe, auquel cas on devrait absolument avoir un apreçu des réactiosnde Davi quant aux jeux enfin dévoilés. parce qu'il a beau soupçonner, obtenir la confirmation de ses soupçons ne doit certainement pas lui faire plaisir, et ici on a un peu l'impression qu'il n'entend pas ce que disent les deux autres. Bien sûr, il est doué pour garder son calme, mais tu pourrais au moins faire remarquerqu'il garde son calme, sinon il y a cette impression d'apparté bruyant totalement irréaliste qui gâche un peu tout. Le reste du passage est bien.

    Enfin troisième: ah toi mais je vais me fâcher un jour, tu n'utilises les D'Ambre que pour les discussions de fond que Nivelle ne peut avoir avec Davi. A quand un passage sur eux, rien que sur eux, histoire qu'ils changent de leur aspect de chroniqueurs des évènements pour lecteur peu perspicace? Bon, c'est vrai que ce genre de discussion doivent être faites, mais les pauvres eeigneurs sont vraiment cloisonnés dans leur rôle, c'est vraiment dommage, toujours parce que depuis le début je sens qu'il y a un potentiel derrière ces personnages et que tu ne le développe pas. Je vais finir par devenir méchant :eye: ...

    Bon, en bref, c'est pas mal, mis à part le gros couack de milieu de texte, et le dernier passage n'est pas mauvais du tout, seulement tu sais ce qui me gêne dedans (et de ce point de vue là c'est assez subjectif). Bah, à la suite.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  20. #80
    Cristal Invités
    Don't worry ! prends le temps que tu veux (peux)

    En ce qui concerne les d'Ambre, tu risques vraiment de t'énerver par la suite Ils n'auront pas de rôle plus important, et le seigneur Etienne ne sera pas autre chose qu'un moulin à informations servant à faire avancer l'intrigue... Mais tu verras sans doute ça plus tard (encore 8 chapitres avant la fin) !
    merci toujours de suivre l'histoire

    -----------------------

    4 - Où le Haut Prédicant tire son épingle du jeu

    Alors qu’il était en position de force à la mort du Roi, Obert se retrouvait dans une impasse fort désagréable. Les Prédicants officiant dans les diverses églises de la capitale lui racontaient l’humeur dans laquelle se trouvait le peuple, et les nouvelles n’étaient pas vraiment bonnes à entendre. Naïade remportait la plupart des suffrages, en partie grâce à l’image de Davi de Baillenval –enfin, que ce dernier tenait de sa mère. Les conseillers venus de tous le royaume logeaient dans la capitale depuis trois ou quatre jours déjà, mais l’on attendait que tous soient présents pour la réunion officielle. Obert captait quelques rumeurs de couloirs et elles ne lui étaient guère favorables. Les représentants du peuple, surtout, ne voulaient pas de Stentor comme roi et ils étaient presque majoritaires.
    Il lui fallait donc agir. Il lui fallait prendre les devants, retourner la situation à nouveau à son avantage.
    * * *
    Nivelle aimait l’ambiance agitée qui régnait dans le Palais. Tous les courtisans, qu’en fin de compte elle méprisait autant qu’ils la détestaient, avaient du mal à s’adapter aux nouveaux venus, aux émissaires du peuple qui allaient avoir droit à un avis sur l’avenir du royaume. Les servantes ne savaient pas comment s’adresser à eux, les représentants eux-mêmes ne savaient guère quelle attitude adopter. Maître Irina avait nommé Nivelle en charge de la sécurité de ces nouveaux arrivants et la jeune femme dut admettre qu’elle y prenait un certain plaisir. Cela l’amusait d’avoir tant de responsabilités et que tant de personnes comptent sur elle. Et puis, cela l’empêchait aussi de trop s’attarder sur la mort de Joseph… Le commandant en chef des armées lysentines, celui-là même qui occupait le poste qui revenait normalement à Maître Irina, le Commandant Sevestre, avait fini par nommer Davi capitaine, et ses trois camarades possédaient désormais le grade d’Eclaireurs. Nivelle jouissait donc d’une petite autorité, assu-rait son travail du mieux qu’elle le pouvait, et l’on était plutôt satisfait de ce qu’elle faisait. Davi était très occupé, mais pas vraiment à cause de ses nouvelles fonctions, plutôt parce que Naïade le sollicitait continuellement à la fois pour ses conseils et pour… préparer leur ma-riage.
    Nivelle en étant très souvent en contact avec les représentants lysentins, avait du essuyer une déception assez profonde : elle avait secrètement espéré que l’un des envoyés du peuple soit Richard Huchete, ou même Elios. Mais ni l’un ni l’autre ne se montrèrent au Palais, les habitants des Monts Tannés ayant choisi pour les représenter le chef du village de St-Phéliset, qu’elle n’avait jamais aperçu que deux ou trois fois dans son enfance et qui d’ailleurs ne la reconnut pas.
    Un matin où l’on annonçait la réunion générale comme imminente, le Haut Prédicant choisit de célébrer lui-même la cérémonie hebdomadaire de l’Unificateur à la cathédrale. Plu-sieurs émissaires –ainsi que quelques Seigneurs- manifestèrent leur désir d’assister à l’office et Nivelle s’engagea à leur fournir une escorte dont elle prit la tête.
    Les premières fleurs du printemps bourgeonnaient avec difficulté dans le vent vinicien, mais Nivelle et sa dizaine de protégés ne s’en rendirent pas compte car les rues de la capitale ne comptaient que très peu d’arbres. Cependant ils avaient bien conscience de ce vent auquel les provinciaux n’étaient pas habitués ; Nivelle en revanche avait appris à aimer cette petite rafale qui lui mordait les joues et jouait avec quelques mèches de sa crinière blonde –Maître Irina lui avait formellement ordonné de s’attacher les cheveux car selon elle c’était ainsi que procédaient les femmes engagées dans l’armée.
    Ils parvinrent à la cathédrale et ne percèrent un chemin parmi le fidèles qu’avec difficulté. Mais Nivelle avait prévu suffisamment de soldats pour permettre à tous ceux sous sa garde d’entrer dans le religieux édifice. Nivelle s’était toujours dit que les clochers de la cathédrale s’élevaient vers le ciel en un geste peu révérencieux, mais apparemment elle était bien la seule à penser ainsi, aussi gardait-elle cette réflexion pour elle-même.
    Heureusement pour elle, Nivelle avait obligation de rester à l’extérieur de la cathédrale, sur le parvis, afin d’assurer un minimum de surveillance. Alors que ses soldats tendaient l’oreille pour percevoir le sermon du Haut Prédicant, elle soupirait d’aise de ne pas avoir à trahir, ne serait ce que pendant une demi-chandelle, sa propre religion.
    Quelques bribes lui parvinrent cependant, elle avait trop en horreur la voix du Haut Pré-dicant –qui finalement, se rendait-elle compte, ressemblait beaucoup à celle de Joseph, ils possédaient la même intonation de constante irritation- pour réussir à l’ignorer complètement.
    « Chers frères, chères sœurs, vous savez comme moi que la chandelle est grave… »
    « …L’Unificateur est inquiet du futur du royaume, Il ignore encore ce que nous allons choisir, mais Son cœur est à la dérive… »
    Oui, bien sûr, toujours justifié par ça… Dès que l’on prononce le nom d’Unificateur, ils sont prêts à tout, se dit Nivelle.
    « …Vous êtes tous prêts à vous entre-déchirer pour une parcelle de pouvoir, est c’est ce qui remplit notre Dieu de tristesse… »
    Quoi ! Et ils gobent ça ? C’est lui qui est la cause première de tout ça !
    « …C’est pour cela que l’Unificateur, par ma voix et par celle de l’Ordre toute entier, ap-pelle ceux qui veulent le trône de notre pays sacré à aller se purifier là où notre Dieu repose pour l’éternité. De Sa tombe, Il peut lire dans leur âme sans que rien ne puisse Lui être caché. L’Unificateur saura punir ceux qui ne recherchent que leur profit personnel à travers le trôbe, Sa colère s’abattra sur eux. Mais ceux qui reviennent blanchis de leurs mauvaises actions, alors ceux-là pourront guider Lysence dans le chemin droit… Que la princesse se rende en pèlerinage ! »
    À l’issue du discours, la cathédrale entière se leva pour applaudir et marquer son appro-bation. Comme presque toute la capitale était présente, cela faisait un certain vacarme, que Naïade, qui avait droit à une cérémonie privée au Palais, perçut peut-être. Car ces paroles la concernaient directement. Obert venait de lever un autre obstacle sur le chemin de son acces-sion au trône. Nivelle tremblait devant la fourberie et l’ingéniosité du Haut Prédicant. Rien ni personne ne pouvait donc se mesurer à lui ? Il était trop habile, trop puissant.
    Les émissaires du peuple sortirent dans les derniers. Ils palabraient entre eux, les visages tendus. Ils prirent Nivelle à partie dans leur discussion, sur le chemin du retour, ils se fiaient à elle car elle non plus ne venait pas de Vinicia.
    - J’ai beau respecter le Saint-Père par ma piété, il faut admettre qu’il a là ignoré notre droit de décision, la réunion ne servira qu’à avaliser sa proposition ! se choquait un conseiller originaire de la région d’Outtac.
    - Mais, vous pouvez encore vous y opposer, dit Nivelle. Rien ne vous oblige d’accepter.
    - Voyons, Eclaireur Guise, qui veut aller contre la volonté de l’Unificateur ? fit celui en-voyé par les Irynes –l’autre chaîne de montagnes du pays- indigné que l’on put douter de sa foi.
    - Non, le problème est qu’il en ait parlé en public, car c’est cela qui nous bloque vrai-ment. Nous sommes censés représenter le peuple et ici les Viniciens ont acclamé la parole de sa Sainteté. Nous n’avons aucune raison de présumer que les habitants des autres régions réa-giraient différemment, expliqua une vieille femme qui, elle, arrivait des alentours de la Baie-de-Jour. Si le Saint-Père avait évoqué la volonté de l’Unificateur que Naïade aille se purifier sur sa tombe lors du Conseil entre nous et les Seigneurs, peut-être que nous aurions pu inflé-chir le cours des choses. Mais je crains désormais que nous n’ayons fait ce voyage jusqu’à Vinicia pour rien…
    - Pourquoi Naïade serait-elle la seule concernée ? s’interrogea Nivelle, plus pour elle-même que pour ses protégés. Stentor aussi est, soi-disant- prétendant à la couronne.
    Tous –à part deux émissaires provenant des campagnes les plus reculées de Lysence- lui jetèrent un regard soit vraiment noir soit simplement étonné.
    - Le prince Stentor a, quoi, douze ans ! ? s’exclama celui qui venait d’Outtac.
    - Les enfants ont le cœur pur, quoi qu’il arrive, poursuivit la femme de Baie-de-Jour.
    Nivelle se tut et pressa le pas. Ce devait être un autre des principes de l’Unificateur, dont elle entendait si souvent parler depuis qu’elle était arrivée ici. Jamais elle ne s’était donné la peine de les connaître tout entiers, à cause d’un mépris dont, elle devait l’admettre, elle éprouvait une certaine honte. Là, elle avait sans aucun doute du proférer quelque chose qui s’apparentait au blasphème… Comme si elle avait évoqué la possibilité que tuer n’était fina-lement pas quelque chose d’aussi épouvantable que ça.
    Ils atteignirent le palais et chacun regagna ses appartements. Nivelle alla faire son rapport au Commandant Sevestre –homme qu’elle appréciait particulièrement peu, il lui rappelait trop le Capitaine Digne. Elle traîna un peu dans l’après-midi dans la salle des gardes, observant avec une certaine fainéantise Bertaut et Agace s’entraîner pendant qu’elle restait assise au bas d’un mur. Il la taquinèrent sur sa paresse mais elle ne bougea pas d’avantage. Le soir, les trois Eclaireurs s’autorisèrent à passer une chandelle entière dans une taverne dans le quartier des commerçants, en compagnie d’un Thoumas Delème-Antibe taraudé par la culpabilité, fébrile, et ne pouvant se séparer même pour si peu de temps de quelques dossiers, dont il perdit d’ailleurs un papier apparemment d’importance. Bertaut et Nivelle se gaussèrent du fiancé d’Agace avec un malin plaisir, mais leur amie le défendait avec une certaine répartie tandis que Thoumas ne faisait que s’énerver et menacer de les provoquer en duel –un duel où bien sûr il n’aurait aucune chance de survie… Ils se lassèrent tous bien vite de ce petit jeu, et la conversation se reporta évidemment sur la grande réunion qui avait été décrétée pour le lendemain.
    Lorsqu’ils rentrèrent, tard, au Palais ils virent que de la lumière émanait des fenêtres de la salle des gardes. Curieux, les trois Eclaireurs s’en approchèrent –mais Thoumas déclara qu’il allait se coucher et rentra dans le château d’un pas chancelant- pour voir qui était encore oc-cupé à cette chandelle. Comme les fenêtres étaient situées très en hauteur, ils décidèrent que Bertaut hisserait sur ses épaules la plus légères des deux jeunes femmes. En l’occurrence, Nivelle, la plus petite et la plus fine, fut choisie pour cette petite escalade.
    - Alors ? murmura Agace. Qui c’est ? Ou ils ont juste oublié d’éteindre les chandelles ?
    - Attends, tu peux te mettre sur la pointe des pieds, s’il-te-plaît Bertaut ? Je ne suis pas encore assez haut.
    - Ah ! J’aurais dû monter, s’énerva Agace.
    Nivelle lui fit signe de se taire. Bertaut ayant obéi à son injonction, elle pouvait désor-mais apercevoir l’intérieur de la grande salle des gardes. Cela lui procurait un étrange sentiment de la voir ainsi vidée de tous les soldats et les officiers, hommes et femmes, qui s’entraînaient toute la journée à l’intérieur. Elle aperçut enfin, dans un coin, celui qui excitait leur curiosité : le Capitaine Davi de Baillenval… Il s’exerçait contre un adversaire imaginaire, épée au poing… Sans aucun doute, il trouvait ainsi un exutoire à tout ce qu’il devait supporter de la part de Naïade. Nivelle ne doutait pas que la princesse s’amusait avec sadisme à le gar-der tout le temps avec lui… Nivelle plissa les yeux pour étudier le visage de Davi ; comme elle ne voyait pas grand chose avec cette faible lumière, elle fit appel à ses sens druidiques qui décuplèrent sa vision : de longues gouttes de sueur noyaient les tempes du jeune Capitaine, montrant qu’il ne renâclait pas sur l’effort. Il plissait le front, ce qui indirectement fronçait son long nez pyramidal, et serrait les lèvres jusqu’à ce qu’elles deviennent rouges.
    - Alors, alors ? fit Agace, impatiente.
    - Il n’y a personne, répondit Nivelle.
    - Oh, fit sa collègue, déçue. Tu es sûre ?
    - Certaine.
    - Alors tu descends, déclara Bertaut qui commençait à vaciller sous les jambes de Nivelle.
    Nivelle sauta à terre. Ses compagnons s’aperçurent qu’elle tremblait.
    - Bah, on dirait que tu as vu un fantôme ! railla Agace alors qu’ils contournaient le bassin du parc pour entrer doucement par les portes toujours ouvertes du palais –les gardes les reconnurent et ne firent que sourire à les voir passer, un peu éméchés.
    - On ne m’avait pas dit que le Palais était hanté ! répliqua Nivelle.
    Ils rirent doucement pour ne pas réveiller la cour endormie. Nivelle souhaita une bonne nuit à ses amis puis partit s’allonger dans sa propre chambre. La tête lui tournait un peu. Mais elle ignorait si c’était à cause de l’alcool, ou bien d’un certain jeune homme…
    * * *
    Le lendemain, comme les émissaies du peuple s’y étaient attendu, la réunion autour de Naïade et de Stentor ne fit qu’avaliser le discours du Haut Prédicant la veille, sans que la princesse puisse rien y faire.
    Naïade sortit de la salle Vivienne furieuse, sans jeter un œil aux émissaires et aux Sei-gneurs, tous lâches et soumis au premier discours religieux venu. Elle claqua la porte sans souci du protocole, elle d’habitude si maîtresse d’elle-même. L’idée de retarder encore son couronnement lui faisait perdre tous ses moyens. Nivelle, qui était de l’autre côté des grandes portes, au garde-à-vous avec la main sur le pommeau de son épée, ne dut qu’à ses facultés particulières de ne pas être écrasée par le battant que Naïade ouvrit si violemment. Nivelle regarda la princesse s’éloigner dans le couloir, son longue robe à traîne balayant le sol marbré à la place des servantes et de leurs balais. Nivelle ne put s’empêcher de sourire. Comme les hommes et les femmes quittaient la salle Vivienne un à un, elle estima que sa mission était terminée. Elle regagna sa chambre : puisqu’elle avait assuré la surveillance ce matin, Maître Irina la dispensait de leçon. Elle avait sa journée pour elle…
    Nivelle. Une voix dans sa tête. Pas n’importe quelle voix.
    "Phaéton ?" fit-elle, tout en sachant très bien que c’était lui.
    "Enfin. Cela fait une demi-lune que j’essaye de te joindre."
    "Tu peux… ? Où es-tu ?"
    "Nan, nan, je suis toujours à Falaise. Mais j’ai appris un nouveau sort, je peux parler par la pensée ! Il avait l’air vraiment satisfait de lui-même."
    "Comment est-ce possible, les Druides à Falaise n’ont pas de magie. Personne n’a pu te l’apprendre."
    "Ah, la, la, quelle vision réductrice. Si tu viens, je t’expliquerai."
    Nivelle se tut, mais elle avait l’impression qu’il pouvait explorer chaque recoin de son esprit. Bien qu’elle aime l’entendre, elle aurait souhaité qu’il ne s’immisce pas ainsi dans ses pensées les plus intimes.
    "Que veux-tu?" demanda-t-elle enfin.
    "Je t’ai entendu, l’autre jour, tu sais."
    "Entendu quoi ?" fit-elle, soudain inquiète.
    "Les vibrations de ta magie me sont parvenues. J’ai vu à travers tes yeux, je t’ai vu mena-cer le Haut Prédicant. En fait, je m’entraînais pour ce sort, et je suis venu jusqu’à toi. Je t’ai entendu dire que tu étais faite pour tuer. Tu l’as reconnu."
    "J’étais dans un moment de haine. Ça ne compte pas… Quand le meurtrier de Joseph a été pendu, j’ai eu la nausée."
    "Bah, avec ton nouveau métier, tu seras forcée de tuer quelqu’un de tes propres mains, un jour ou l’autre. Là, tu verras."
    "Toi, tu as déjà tué quelqu’un ?"
    "Oui."
    Elle ne préféra pas s’enquérir des détails. Cela la révulsait assez comme cela.
    "Tu vas t’ingérer dans mes pensées souvent ?"
    "Oui… j’ai promis à Jourdain de le tenir au courant de ce qui se passait à Lysence. Le Cheik n’a plus confiance en son ambassadeur : Al’Dars est trop amoureux de Naïade pour être partial. Sauf si tu me demandes d’arrêter, je trouverai bien quelqu’un d’autre qui ne per-cevra pas ma présence. Toi, tu le sauras trop vite, si je suis dans ta tête."
    "Alors ne le fais plus. S’il-te-plaît."
    "D’accord."
    Et la présence de Phaéton disparut. Nivelle éprouva une forte envie de pleurer : jamais elle ne s’était sentie aussi proche de lui, alors que des lieues et des lieues les séparaient l’un de l’autre.
    Puis elle se ressaisit. Elle descendit dans le parc pour rejoindre Irina et les autres. Il allait bien falloir organiser le pèlerinage de Naïade, et elle avait comme l’idée que cela allait leur échoir. Un voyage de l’héritière du trône devrait être pourvu d’une sécurité à toute épreuve…
    En effet, le Commandant Sevestre avait déjà transmis des ordres, et comme les quatre élèves d’Irina avaient déjà prouvé qu’ils faisaient partie des meilleurs éléments de l’armée ils furent vite désignés pour escorter personnellement la princesse…
    Nivelle était la seule à ignorer que la tombe de l’Unificateur se trouvait sur l’île Jeanne, un petit bout de territoire à égale distance des côtes lysentines et falaisiennes et donc assez contesté, mais comme ce nom revenait fréquemment dans les conversations elle en déduisit qu’il s’agissait là de leur destination finale.
    Davi, Bertaut, Agace et Nivelle assistèrent à un conseil militaire, en compagnie des plus grands généraux du royaume et du Commandant Sevestre, pour élaborer précisément le plan de route. Ils devaient être les seuls au courant, même Naïade devait ignorer les détails des étapes du voyage. Ils se sentirent tous quatre investis d’une mission réellement importante, la première de cette conséquence, et firent de leur mieux pour écouter et participer au conseil, affichant tous une concentration intense. On craignait une attaque des séparatistes, voire même une incursion falaisienne dans le territoire –on ne savait jamais ce qui pouvait passer par la tête de ces barbares.
    Le départ fut fixé après que tous les différents Seigneurs et représentants du peuple eurent quitté la capitale, ce qui l’amena aux derniers jours du printemps.

  21. #81
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Si tu reprends ton récit tu as retrouvé un lecteur.

  22. #82
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Je suis toujours là, moi aussi :fleur:
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  23. #83
    Cristal Invités
    Bonjour ! ravie de voir que vous êtes toujours dans les parages ! j'espère que tous vos exams se sont bien passés ?
    hum en fait je pourrais dire que ça m'arrangeait que vous ne suiviez plus cette histoire ... à partir de maintenant, tout est plus ou moins à réécrire, j'ai un peu raté la fin de l'histoire... :omg:
    enfin, c'est à vous de voir ! Bonne lecture :fleur:

    -----------------------------------------------------

    5 - Où Nivelle est de retour sur les routes lysentines

    La cohorte entourant la carriole où Naïade était confortement installée sur des coussins et autres conforts de loin plus agréables qu’une selle, se composait d’une vingtaine de soldats, hommes et femmes, en comptant Nivelle et ses trois acolytes.
    Tout ce petit monde était rassemblé dans les jardins. Davi, Nivelle, Bertaut et Agace étaient à cheval, et le premier recevait, un peu en arrière, les derniers conseils de sa tante qui avait peine à cacher son appréhension. Elle aurait sans doute aimé se charger elle-même de cette affaire, mais on avait besoin de ses talents à la capitale. Toute la noblesse s’était rassem-blée, devant le palais et répartie autour de la fontaine, car le vent ne soufflait pas ce jour-là et un merveilleux soleil resplendissait entre des nuages évasifs. Le Haut Prédicant brillait par son absence –soi-disant appelé par des affaires plus importantes concernant le royaume. Naïade se séparait de se sa cour, cela donna lieu à quelques larmes de la part de ses suivantes. Al’Dars vint lui baiser la main en personne, sans oublier de jeter un regard empli de jalousie, voire de haine, à Davi de Baillenval.
    Nivelle s’impatientait, sa jument le ressentait et s’agitait quelque peu. Mais ce n’était pas à elle de donner le signal du départ, Davi était mieux gradé.
    Enfin, Maître Irina le laissa partir et Davi prit la tête du convoi. Ils sortirent de l’enceinte du palais pour se retrouver dans les rues de la capitale, où l’on avait pris garde de faire vider les rues sur leur itinéraire.
    Agace et Bertaut discutaient allègrement, ravis du voyage et si fiers d’avoir été désignés pour le diriger. Nivelle restait devant, comme cela avait été décidé, mais arborait une mine songeuse. Elle se laissait transporter par sa jument, laquelle suivait docilement l’étalon de Davi devant elle. Au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient des remparts, Nivelle sentait un poids immense se soulever de sa poitrine. Ils passèrent au bout d’un certain temps sous les immenses murailles de la ville, les gardes saluant la princesse d’une révérence un peu trop raide pour être élégante, et Nivelle se rendit alors compte à quel point elle s’était sentie pri-sonnière entre les murs de la capitale. Davi se retourna légèrement en entendant son soupir soulagé. Nivelle se sentait soudain beaucoup plus légère, plus gaie et plus heureuse, comme si elle retrouvait un ancien camarade, un vent différent des bourrasques saisissantes de Vinicia, et peut-être que c’était la liberté. Les rumeurs n’existaient plus, les intrigues sournoises de la cour, la présence pesante du Haut Prédicant et de tout ce qu’il représentait. Elle talonna légè-rement sa jument, qui rejoignit vite Davi et le dépassa même de quelques pas. Nivelle se te-nait bien droite et étalait un sourire si joyeux qu’elle communiqua son allégresse à Davi –il réussit à sourire… Il lui semblait qu’elle retournait à ce qu’elle aurait pu nommer l’ « ancienne » Nivelle, celle qui parcourait les montagnes avec une robe déchirée, qui rêvait de devenir Druide pour « aider les gens » et qui était encore entourée de Joseph et d’Antonin…
    Ils avançaient dans la lande qui s’étalait directement entre Vinicia et la mer intérieure. Vaste étendue qui s’apparentait rapidement à des marécages, quelques villages se dressaient hors de la vase de temps à autre, et de temps en temps des hommes et des femmes, profitant du soleil radieux, venaient sur le bord du chemin pour saluer le passage de la princesse. Bien-veillante, Naïade quittait les quelques femmes qui l’avaient suivies pour s’installer à côté du postillon à l’avant de la carriole et agitait la main en direction de la populace. Nivelle ignorait si Naïade prenait plaisir à ce genre de manifestations ; il fallait pourtant croire que oui puis-qu’elle rentrait sous la toile protectrice de la carriole un grand sourire aux lèvres.
    Ils avaient quitté Vinicia depuis une chandelle tout au plus, lorsque Nivelle se sentit d’humeur plus sociable et rejoignit Bertaut et Agace qui, à droite de la colonne de soldats, connaissaient un silence dans leur tête-à-tête. Ils l’accueillirent d’un sourire, ravis qu’elle vienne relancer la conversation.
    - Vous avez peur ? demanda-t-elle sans aucun préambule, un petit sourire aux lèvres, res-tes de ses agréables pensées précédentes.
    - Peur ? De quoi devrait-on avoir peur ? s’étonna Agace.
    - De rien, justement. Qui s’attaquerait à la princesse ? Le seul qui a intérêt à la voir morte est Obert. Nous ne servons qu’à décorer, qu’à entretenir une ambiance pour l’excursion de son Altesse.
    Nivelle réfléchissait au fur et à mesure qu’elle parlait, elle avait juste envie de lancer une discussion, et ne savait absolument pas d’où elle tenait toutes ces idées. Cependant, elles lui semblèrent justes. Elle regarda ses deux amis pour étudier leur réaction.
    - Et les séparatistes ? tenta Bertaut. Ils sont prêts à tout pour déstabiliser le royaume.
    - C’est vrai, admit Nivelle en haussant les épaules. Mais depuis la mort d’Antonin, Anto-nin Poque, précisa-t-elle bien que ce fut inutile, ils n’ont rien tenté de particulier. Enfin, ils se sont contentés de petites actions au fin fond de l’Etat de l’Est. Ils ne se risqueront pas jus-qu’ici.
    - Oui, mais nous allons devoir traverser le fleuve-frontière pour rejoindre le port, lui rap-pela Agace.
    Nivelle haussa les épaules encore une fois.
    - Bah, vous savez comme moi que les séparatistes ne sont qu’une menace fantôme, un groupe minoritaire. C’est le Roi qui gonfle la menace pour établir une répression féroce et ponctionner les paysans d’impôts encore plus sévères –elle sourit intérieurement, car elle se souvenait que ces paroles étaient exactement celles prononcées par Richard Huchete, un soir au coin du feu.
    Ils la regardèrent avec des yeux ronds, et Bertaut et Agace se regardèrent mutuellement. Nivelle décidément ne venait pas du même milieu qu’eux, et près de deux ans au Palais n’avaient toujours pas arrangé ses idées saugrenues… –mais Davi qui avait tout entendu, un peu plus en avant sourit à la route qui se déroulait devant lui.
    - De toute manière, la princesse aura besoin de nous sur l’île Jeanne, décréta Agace en le-vant un doigt de sagesse et en levant le front. Imagine que les Falaisiens attaquent pendant que l’Unificateur la purifie ? Il faudra bien la défendre.
    Cette fois-ci, même Bertaut osa un rire, mais c’était un rire un peu jaune :
    - Si les Falaisiens débarquent sur l’île Jeanne, même s’il y a une garnison sur place, il y a peu de chances qu’une garnison faible comme la nôtre tienne plus d’une demi-chandelle !
    Davi vit soudain volte-face avec son étalon noir.
    - Ça suffit ! Nous sommes là pour protéger son Altesse des brigands qui voudraient s’en prendre à sa personne ou à ses biens, alors cessez de démoraliser les troupes, s’il vous plaît !
    Ils baissèrent les yeux, déconfits. Agace souffla « pour qui se prend-il » et Nivelle n’était pas loin de penser la même chose, mais Bertaut dit simplement « pour notre futur roi » et elles se turent.
    La princesse souhaitait évidemment que le voyage s’accomplisse le plus rapidement pos-sible, aussi maintirent-ils une allure élevée la première journée de voyage. Ils durent camper cette première nuit dehors. Naïade vint se plaindre de cette situation –en réalité, elle envoya une de ses suivantes, Justine, qui faisait partie du convoi, mais tout le monde conviendra que cela revenait à un message de la part de la princesse, et exigea que Davi vienne en discuter à l’intérieur. Les soldats, comme Nivelle et les deux autres Eclaireurs, passèrent la soirée à chercher ce que leur Capitaine avait pu dire pour que Naïade accepte de rester à l’extérieur. D’autant plus qu’elle et sa suite bénéficiaient de l’abri de la carriole, tandis que tous les autres devraient dormir à même le sol, avec de minables de couvertures. Naïade, elle, avait un vrai lit et des coussins…
    Davi fut d’ailleurs convié à passer la nuit aux côtés de la princesse, ce qu’il ne put refuser si tant était qu’il avait envie de décliner cette invitation à passer une nuit confortable. Les trois Eclaireurs se mêlèrent à la petite vingtaine d’hommes et de femmes qu’ils avaient sous leurs ordres, autour de trois feux joyeusement allumés. Le sol était un peu bourbeux, aussi ce ne fut pas de la plus grande commodité mais Nivelle, au moins, apprécia les conversations et les chants des soldats. Elle était assise entre deux hommes bien plus âgés qu’elle, qui avaient d’ailleurs quelques réticences au fait que des vétérans comme eux dussent obéir à des gamins mais qui reconnurent finalement volontiers la compétence des élèves de Maître Irina. Dans le chariot qui transportait les provisions nécessaires à la première étape du voyage, on alla se servir d’un tonnelet de vin et les langues sortirent le grand jeu, devenues de véritables moulins à parole. Alors que Nivelle posait une question révélant largement son ignorance des choses vraies, on ne lui fit pas de remarques et on embellit la légende :
    - Qu’est-ce que Naïade aura à faire à l’île Jeanne ? c’est quoi cette histoire de purifica-tion ? interrogea-t-elle, elle aussi moins précautionneuse qu’à l’ordinaire, car elle aussi avait cédé à la tentation de l’alcool.
    - Ah ! Mais voyons c’est là que le Très Haut Unificateur a choisi d’être enterré, dit une femme, de l’autre côté du feu, de l’âge de Nivelle à peu près mais qui n’avait pas eu la chance d’être Tribut et qui n’avait pas eu droit aux leçons privées de Maître de Cotille. Dans cet en-droit, l’Unificateur peut parler directement à ceux qui sont admis dans le sanctuaire de son tombeau.
    - Ceux qui sont admis ?
    - Oui, il y a un rideau de lumière à franchir, et certains qui sont passés de l’autre côté près du tombeau, une fois qu’ils ont posé la main sur le sarcophage de pierre…
    - Sarcophage ? l’interrompit Nivelle, les yeux fixant la soldate par-delà les flammes qui les séparaient. Il n’est pas enterré ?
    - Non, non, dit l’autre, la voix éraillée par le vin, le Grand Unificateur a été embaumé et sa dépouille, toujours intacte, est conservée dans un sarcophage, mais laisse-moi finir, veux-tu ? Sauf ton respect, Eclaireur Guise, se rattrapa-t-elle. Et donc certains qui se sont risqués à poser la main sur le sarcophage ont été réduits en poussière ! ça veut dire que l’Unificateur n’a pas voulu les purifier…
    - Réduits en poussière ? s’exclamèrent plusieurs, qui ne connaissaient apparemment pas cette sinistre partie de l’histoire.
    - Comme je vous le dis ! Réduits en poussière, répéta la jeune femme.
    Plusieurs têtes se tournèrent vers la carriole de la princesse. Une lumière éclairait la charrette de l’intérieur, projetant contre la toile de grandes ombres éthérées. Mais peut-être étaient-elles floues du fait de l’alcool qui leur brouillait la vue.
    Nivelle jeta un regard à Bertaut, un peu plus loin, autour d’un autre feu. Il n’avait pas bu.
    - Ce n’est pas sérieux, grommela-t-il. Nous ne devrions pas, nous trois, boire avec les hommes. Si Davi nous voit comme ça, il va faire la gueule. Ce n’est vraiment pas être à la hauteur de boire ainsi. On nous fait confiance !
    Nivelle se contenta de rire, incapable d’émettre la moindre réponse sensée. Au moins, si Bertaut était sobre, cela suffirait. De toute manière, elle se sentait capable de se battre en cas d’attaque, mais tous étaient très insouciants. Ils s’endormirent donc sa difficultés, laissant simplement deux sentinelles veiller sur le campement.

    * * *

    Ils atteignirent Bordelac au bout d’une semaine de route. Comme la plus grande partie d’entre eux étaient à pied, il n’était pas évident d’avancer aussi vite que l’aurait voulu Naïade.
    Davi passait la plupart de son temps en compagnie de la princesse, devant laisser le commandement à ses camarades. S’il ne disait rien au début, il n’arrivait pas toujours à cacher ses soupirs exaspérés lorsque les suivantes de la princesse l’appelaient sous la toile. Nivelle se disait qu’elle aurait pu trouver le voyage presque agréable si elle avait pu discuter avec Davi, mais elle souffrait du fait que Naïade l’accapare ainsi. Alors qu’au Palais elle pouvait songer à Davi en occultant son mariage avec sa cousine, ici la situation lui rappelait sans cesse cette union de plus en plus proche… Après les noces, Davi lui échapperait pour toujours… bien sûr, il aurait pu la prendre comme maîtresse, et Nivelle s’accoutumait petit à petit à cette idée sans la trouver répugnante du tout, elle savait cependant que jamais Davi ne consentirait à s’écarter des voies maritales. C’était son sens du devoir, ici bien épaulé par son sens de l’honneur, qui l’empêcherait de même regarder Nivelle comme il avait pu parfois le faire jusqu’alors. Nivelle enrageait de penser qu’il écouterait sans broncher les frasques entre Naïade et Al’Dars alors que lui ne s’autoriserait aucune incartade.
    Bertaut aussi regrettait la compagnie de Davi, évidemment pour une autre raison : bien qu’il apprécie fort la conversation et les caractères joyeux de Nivelle et Agace, elles n’en restaient pas moins des femmes, et elles ne comprenaient pas les choses de la même façon. Et bien qu’il ne le montre guère, discuter avec des subordonnés lui répugnait, c’était ainsi, il ne lui serait pas davantage venu à l’idée d’engager la conversation avec Justine, la suivante favo-rite de Naïade, qu’avec l’un des soldat qu’il commandait.
    À Bordelac, ils entrèrent dans la ville où on les accueillit comme il se devait, avec même un certain enthousiasme. On se trouvait encore dans la région très influencée par Vinicia, et les habitants étaient loyaux à la famille royale. On s’adressait d’ailleurs à Davi exactement comme à Naïade, et on lui accordait les mêmes égards qu’à la princesse : les Baillenval étaient originaires des alentours de la Mer Intérieure, et la mère de Davi, la sœur du défunt Roi Eric, avait beaucoup fait pour les habitants du pays.
    Nivelle s’intéressa beaucoup au paysage qu’offrait Bordelac, bâtie exactement sur la rive de la Mer Intérieure. La ville était ainsi nommée car les premiers habitants avaient cru en arrivant s’installer au bord d’un lac, mais ils s’étaient ensuite rendus compte que si l’on pouvait en faire le tour par la terre d’un côté, de l’autre côté il fallait prendre le bateau… L’architecture était plus rustique qu’à Vinicia, avec des rues bien plus espacées, et davantage de maisons construites en bois qu’en pierre, mais Nivelle ne sut départager les deux villes dans son cœur, elles étaient trop différentes. De toute manière, se dit-elle, nous ne restons pas assez longtemps pour que je sache si j’aimerais vivre ici. Elle se rendit alors compte qu’aussi beaux que soient les endroits qu’elle allait visiter, il n’existait qu’un endroit au monde où elle aimerait finir ses jours, même s’il lui en restait encore longtemps à vivre…
    Elle se jura alors, entre Bertaut et Agace qui se dégourdissaient les jambes avec elle dans larges rues, très solennellement, qu’elle ne remettrait plus les pieds dans Vinicia. Quand Naïade aura accompli son stupide rituel, par ce lien qui m’unit à l’un des jumeaux du Grand Centaure, je jure que je monterait aussitôt sur un cheval et que je galoperai jusqu’à Lourdes. Il n’y a que là que je saurai être heureuse.
    Comme Bertaut et Agace étaient pris dans une de leur disputes plutôt habituelles, elle laissa ses pensées vagabonder jusqu’aux Monts Tannés, elle vit le pin agrippé au flanc de la montagne et les moutons qui paissaient tout autour, c’était le début de la saison hors de la bergerie… En fermant les yeux elle sentit presque le parfum de sa mère qui s’était installée dans la rue pour sa broderie, la fumée s’évaporant de la pipe de Richard Huchete qui remontait jusqu’à sa grande maison, et même l’amertume des larmes de Julie qui pleurait Antonin tous les jours.
    En réalité, autour d’elle c’était le vent marin qui amenait le relent des algues séchées sur le port de pêche, et les cris soudain de plus en plus forts de ses compagnons qui atteignaient ses sens.
    - Que se passe-t-il ? demanda-t-elle, soucieuse de calmer leurs vociférations réciproques.
    Comme ils ne disaient rien, et même qu’ils baissèrent la tête, elle insista. Nivelle vit Agace rougir.
    - Ce n’est rien. Une petite dispute, c’est tout…
    - Mais à quel propos ? s’inquiéta Nivelle.
    - Oh, une histoire… un peu de gamins, dit Bertaut en forçant un rire.
    - Alors pourquoi vous crier dessus ? s’emporta Nivelle.
    - Juste, euh, c’était pour savoir qui aurait le meilleur lit à l’auberge ce soir…
    Nivelle leva les yeux au ciel. Ils arrivaient justement à l’auberge où Naïade avait choisi de descendre et la princesse les admit ce soir-là à sa table. Peut-être en avait-elle assez des tête-à-tête avec Davi…

    * * *

    La poursuite du voyage prouva le contraire : Davi passait quasiment tout son temps en compagnie de sa cousine, à peine le voyait-on le matin pour donner les indications de route. Ensuite, il était forcé de laisser les Eclaireurs prendre les décisions, et ils osaient à peine le consulter dans la carriole de Naïade de peur de courroucer la princesse. De temps à autre, Naïade sortait de son trône ambulant pour prendre un peu l’air, réquisitionnant un cheval et galopant en tête du convoi. Cela arrivait assez souvent pour que Nivelle lève les yeux au ciel dès que Naïade réclamait une monture –mais en réalité cela ne la gênait pas beaucoup, Nivelle était plus jalouse de l’extrême habileté équestre de la princesse, largement supérieure à la sienne.
    Leur trajet les amena à faire le tour de la Mer Intérieure par la terre, passant au pied des Irynes, la seconde et dernière chaîne de montagne que comptait Lysence après les Monts Tannés. Ils voyagèrent pleins de contemplation pour ce paysage magnifiques, coincés entre une géante de l’eau et les géantes de la terre ; vers le sud les eaux placides et troublantes ; et vers le nord les éminences assurées qui paraissaient les protéger de leurs flancs charnus. Peu de gens parmi la petite troupe avaient emprunté ce chemin –hormis Davi et Naïade, en fait per-sonne n’était jamais passé par ici- et l’on s’émerveilla des nuits durant d’être ainsi entouré par la nature dans toute sa splendeur.
    Ils approchaient, toujours à un rythme soutenu, de la seconde étape. Le temps qui s’était fait clément depuis Vinicia vira soudainement à un air de fin d’automne bien que l’on entrait dans les jours normalement chaleureux de l’été. La route moins marécageuse qu’aux environs de Bordelac se transforma tout de même en un champ de boue avec les pluies torentielles qui se déversèrent sur les voyageurs.
    Après avoir traversé le fleuve-frontière, non sans quelques péripéties, ils entrèrent donc dans la ville de Deux-rives avec quelques jours de retard par rapport à ce qu’ils avaient prévu, et accompagnés d’un ciel impitoyable relâchant au moins le contenu d’un océan entier sur les terres lysentines.

  24. #84
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    C'est classique mais/et c'est bien.

    Juste je reviens sur le passage précédent plus particulièrement sur:

    et comme les quatre élèves d’Irina avaient déjà prouvé qu’ils faisaient partie des meilleurs éléments de l’armée
    Bah... ca me gène un peu qu'ils fassent tous les quatre partis des meilleurs éléments de l'armée... qu'il y en ait un de vraiment exceptionnel pourquoi pas, qu'ils soient bon d'accord, mais je pense quand même qu'une armée a forcément des éléments d'élites et des troupes de vétérans. Si les quatre nouveaux sont les meilleurs.... ou font partis des meilleurs... ca doit vraiment être une armée d'opérette.

    Faudrait pas genre un officier un peu expérimenté pour encadrer tout ca? J'imagine mal la sécurité d'un de nos chefs d'état commandée par quatre officiers sortant juste de l'école.

    en attendant merci d'avoir repris :fleur:

  25. #85
    Cristal Invités
    merci de poursuivre la lecture !
    ***mode my life on : désolée de ne pas être plus souvent là, suis actuellement à l'étranger pour un an donc je pense moins à passer sur le forum... mode my life off***

    en effet ce que tu dis paraît d'une logique assez implacable, c'est le genre de détail auquel je ne pense pas quand j'écris... j'écris ce qui m'arrange pour mon histoire quant à l'ordre normal des choses... je l'oublie

    voici la suite : (je mets même deux chapitres d'un coup !! lol )

    6 - Où une humiliation se transforme en triomphe

    Deux-rives, comme Bordelac, tirait son nom d’une situation particulière, mais Nivelle ne trouva cette fois-ci personne pour le lui expliquer. Enfin, elle était certaine que Davi aurait pu lui raconter cette histoire-là, mais il était trop occupé à s’employer comme chevalier servant pour Naïade pour venir passer un peu de temps avec elle.
    Deux-rives était bien plus petite que Bordelac, aussi les soldats qui escortaient son Al-tesse ne trouvèrent-ils pas où se loger. Ils s’installèrent donc devant les remparts assez éner-vés dans l’herbe et surtout sous la pluie incessante, alors que leurs officiers rejoignaient l’auberge où Naïade était descendue.
    La nuit tombait presque aussi vite que la pluie, il faisait trop sombre et trop humide pour que Nivelle s’attarde à admirer les maisons de pierre foncée qui composaient l’ensemble de la ville. Elle courait derrière Bertaut et Agace et bien qu’ils eussent fait vite, ils entrèrent tout à fait trempés dans l’auberge du Vieux chêne.
    Pour que la princesse bénéficie d’un plus grand confort, le patron avait chassé tous ses clients, essentiellement des Espérantins dont le peuple, toujours en voyage, s’était installé dans les parages pour un nombre de jours indéterminés. Naïade avait relégué ses deux suivan-tes et ses trois pages dans le coin le plus sombre, et elle occupait la table principale avec Davi ainsi qu’avec le chef de la ville, honoré de l’invitation de la princesse.
    Bertaut et Agace s’assirent après avoir fait une révérence un peu mouillée à la princesse, mais quand Nivelle voulut à son tour prendre place, Naïade prit la parole d’une voix qui ré-sonna désagréablement dans le silence de la pièce :
    - Vous avez laissé les soldats sans commandement ?
    - Nous avons désigné un chef de troupe, répondit Nivelle, surprise.
    - Ne faudrait-il pas qu’un officier supérieur les encadre ?
    - Ce n’est pas nécessaire, intervint Davi, tandis que les trois Eclaireurs se raidirent, com-prenant où Naïade voulait en venir.
    - Je crois que si, Capitaine de Baillenval, dit la princesse.
    Le tavernier s’avança pour prendre les commandes pour le dîner, mais devant le silence tendu qui régnait, il décida d’attendre quelques instants.
    - Eclaireur Guise, rendez-vous auprès de vos hommes pour les surveiller. Vous y resterez toute la nuit –telle fut la sentence, pressentie, de Naïade.
    Nivelle fut trop déconfite pour réagir tout de suite, puis quand ses sens lui revinrent et qu’elle commençait à rougir, Davi lui lança un regard interdisant toute réplique. Elle claqua ses talons l’un contre l’autre, salua son Altesse et sortit, d’un pas moins déterminé qu’elle ne l’aurait souhaité, sous la pluie drue. Elle se sentait aussi en colère que ce fut contre l’un ou l’autre des deux cousins.
    Elle rejoignit le camp des soldats de l’autre côté des remparts, loin de la chaleur de l’auberge mais aussi loin des fumets de lapin rôti émanant des cuisines du Vieux Chêne. Elle s’approcha de la tambouille près de la carriole de provisions. Les soldats la reconnurent, quel-ques uns la saluèrent d’une tape dans le dos, mais s’apercevant bien vite de sa mauvaise hu-meur ils la laissèrent tranquille. Elle tendit une écuelle au marmiton qui leur servait de cuisi-ner. Le jeune homme y déversa une louchée d’une bouillie où pouvaient parfois flotter quel-ques morceaux d’agneau. Nivelle la mangea à l’écart des tentes dressées dans la plaine. Une tente avait bien été montée pour elle mais les frêles toiles n’étaient pas de taille contre la tem-pête qui se déchaînait, et les soldats étaient aussi trempés que s’ils s’allongeaient à l’air libre.
    Cette douche forcée eût pour effet de tempérer le ressentiment de Nivelle. Elle ne son-geait plus qu’avec envie à la position de Naïade et Davi sous un toit dont la princesse l’avait chassée.
    Nivelle en était à rêvasser à la suite du voyage, sachant que le lendemain elle ne serait guère en forme du fait de cette nuit quelque peu mouillée et qu’elle aurait donc du mal à tenir en selle pendant cinq chandelles d’affilée. Il faudrait qu’elle pense à le signaler à Davi, pas seulement pour elle mais surtout pour tous les soldats. À ce moment elle sentit à travers les gouttes qui la martelaient inlassablement une main se poser sur son épaule. Elle vit volte-face et dégaina son épée, prête à toute éventualité. L’épais rideau aurait du l’empêcher de distin-guer vraiment les traits de l’importun, mais son sens druidique lui permit de voir qu’elle avait affaire à Davi.
    - Et bien, quelle nervosité ! sourit-il. Quoique, je te félicite, le fait que tu sois sur le qui-vive montre que tu prends ton travail à cœur…
    - Oh, arrête de jouer les Capitaines, veux-tu…
    - Très bien.
    - Non, je plaisante, cela te va bien.
    Ils contemplèrent, autant que possible, un instant en silence les tentes plantées, petites ta-ches blanchâtres et vacillantes au milieu de la tourmente des éléments. L’une d’elles manqua d’ailleurs de s’envoler.
    - Je suis désolé pour le comportement de Naïade, dit Davi. Elle est… elle est ce qu’elle est.
    Nivelle laissa échapper une sorte de ricanement indéfinissable. Elle détestait qu’il parle de Naïade.
    - Qu’y a-t-il ? fit Davi.
    - Je… rien. Tu cherches à l’excuser, ça m’énerve, c’est tout.
    - Arrête, tu ne la connais pas, dit Davi doucement.
    - Je ne la connais pas, mima Nivelle. C’est une femme hautaine, méprisante donc mépri-sable. Imbue d’elle-même, présomptueuse, vaine, arrogante. Si ne pas la connaître c’est ne lui trouver aucune qualité, alors, oui, je ne la connais pas.
    - Cesse de la juger ainsi, elle est, oui, ambitieuse, mais aussi complaisante, attentionnée, persévérante.
    Chaque mérite qu’il énumérait était comme un poignard qui s’enfonçait petit à petit dans le cœur de Nivelle.
    - Alors tu l’aime ? ! finit-elle par crier, incapable de contenir sa question plus longtemps.
    Davi ne répondit pas tout de suite, mais Nivelle ne sut dire si c’était à cause de la soudai-neté de la question où pour une autre raison… Davi n’hésitait jamais d’habitude, il savait tou-jours exactement quoi dire, il réfléchissait si vite… trop vite peut-être. Son indécision laissait Nivelle entrevoir la pire des réponses…
    - C’est ma cousine, dit-il enfin d’un ton neutre.
    - Davi, ce n’est pas ce que je te demande.
    - Alors non, je ne l’aime pas, répondit-il, reprenant le ton assuré qu’elle lui connaissait. J’apprécie sa compagnie parce que nous avons tant de souvenirs en commun, parce que c’est une femme intelligente et admirable, mais je ne l’aime pas.
    Il se tourna alors vers Nivelle et elle se rendit compte à quel point ils étaient près l’un de l’autre. La pluie affaiblissait ses sens, mais quand il la prit par les épaules pour la mettre face à elle et que leurs visages s’approchèrent, attirés l’un par l’autre, et que leurs lèvres et leurs langues se rencontrèrent, la chaleur qui s’empara de son corps tout entier lui parut inoubliable.
    Lorsque leurs bouches se séparèrent, Nivelle n’osa pas parler, de peur de briser la magie de l’instant. D’ailleurs, elle savait très bien pourquoi Davi avait agi ainsi, en fin de compte. Il l’aimait, et comme il n’était fidèle qu’à lui-même et à ses principes, il se sentait coupable de ne pas le montrer à Nivelle… À présent qu’il s’était débarrassé de cette tâche, il pouvait re-tourner la conscience tranquille auprès de Naïade… Je ne devrais pas être aussi amère, se morigéna-t-elle, il m’aime, il voulait me le montrer, jamais il ne sera heureux aux côtés de Naïade…
    Il la regardait à travers la pluie sans parler, respectant le silence de Nivelle.
    - On a l’air malins, tous les deux, rit soudain la jeune femme. Debout sous des trombes d’eaux, trempés jusqu’aux os, aux pieds des remparts…
    - Je dirais plutôt que nous avons l’air très amoureux pour ne pas nous soucier de ce qui se passe autour de nous.
    Il souleva les mèches de cheveux mouillés qui tombaient devant les émeraudes de Ni-velle.
    - Et là tu vas me dire que je suis belle, n’est-ce pas ? fit Nivelle en souriant, coupant court à tout romantisme.
    - Et bien, tu as deviné juste, mais si ça ne te plaît pas…
    Pour toute réponse, elle le gratifia d’un second baiser tout aussi passionné que le premier.
    Nivelle commençait à trembler de froid sous sa veste et sa chemise trempée qui laissait transparaître ses féminines proéminences. Davi fit mine de ne pas s’en apercevoir et en gen-tilhomme qu’il était la recouvrit de son propre manteau. Mais ce n’était que pour le geste car l’état de son vêtement ne valait absolument pas mieux que ceux des habits de Nivelle.
    - Tu sais qu’il n’y aura plus d’occasions pour nous, dit Davi en boutonnant son manteau sur le corps grelottant de Nivelle. Demain ce ne sera plus qu’un souvenir.
    - Sauf si Naïade devient un tas de poussière quand elle ira sur l’île Jeanne, dit Nivelle, à mi-chemin entre la plaisanterie et l’espoir.
    - Ce n’est qu’une légende, dit-il.
    Nivelle fit la moue.
    - Ce n’est pas juste, dit-elle exactement sur le même ton qu’elle prenait lorsque, petite, elle était contrariée.
    Il la serra fort contre lui.
    - Evidemment que non.
    - Si ce baiser ne deviendra qu’un souvenir, une petite trace au fond de notre mémoire à tous deux… murmura-t-elle.
    Soudain elle souhaita n’avoir jamais juré de retourner à Lourdes, elle aurait voulu rester pour toujours proche Davi, même si ce n’était plus que pour le croiser au détour d’un cou-loir…
    Leurs regards se croisèrent, ils surent que l’instant était terminé. Bien qu’ils le ressentis-sent profondément, ils n’osèrent se jurer un éternel amour, puisqu’ils ne pourraient plus ja-mais partager des instants tels que celui-ci. Il était vain de conserver un moment qui se dé-formerait au fil des jours, alors qu’ils aspiraient à des mots et des caresses.
    - Je dois y retourner… j’étais censé aller jeter un œil aux chevaux… dit Davi en laissant Nivelle s’échapper de ses bras.
    - D’accord. Très bien. Fais attention à ma jument, elle m’a parut trembler aujourd’hui. En fait elle n’est pas très endurante.
    Ces banalités lui écorchaient la bouche, mais si elle ne devait plus lui adresser la parole que pour ce genre de choses autant s’y entraîner tout de suite.
    - Nivelle, je…
    - Tais-toi ou je vais pleurer.
    Il sourit, elle aussi.
    - Très bien, alors je m’en vais. À demain. Essaye quand même de dormir.
    Elle leva les yeux au ciel et ils rirent. Puis enfin il disparut rapidement derrière la pluie et sous les murailles.



    7 - Où l’on assiste à une mystérieuse agression et où l’on se rend compte que les élèves de Maître de Cotille ne sont pas infaillibles

    Quand, ils repartirent le lendemain matin, les seuls à ne pas avoir les traits tirés de fatigues étaient ceux qui avaient passé la nuit à l’abri. Mais les seules traces de la tempête n’étaient plus que des flaques le long du chemin, car les nuages étaient partis aussi brusquement qu’ils étaient arrivés et le soleil brillait à nouveau comme si de rien n’était.
    La route vers Port-Jour –le port qui proposait des embarquements à destination de l’île Jeanne- reprit dans un cadre désormais assez monotone : Davi donna quelques ordres quant à la route à suivre, confiant la carte à Agace qui avait le meilleur sens de l’orientation entre les trois Eclaireurs, puis s’engouffra dans la carriole à la demande expresse de Naïade. Bertaut, Agace et Nivelle chevauchaient tout d’abord l’un devant, l’autre derrière, et la troisième sur le flanc de la cohorte, pour donner un semblant d’ordre, puis au fur et à mesure que la journée s’effilait ils se retrouvaient tous trois en tête de colonne pour parler allègrement. Ni les offi-ciers ni les soldats ne se sentaient en danger. Hormis les muscles qui tiraient légèrement du fait de la fatigue –mais ils étaient encore tout de même au mieux de leur forme- ils se seraient presque crus dans une excursion, juste sortis de Vinicia pour voir du pays et découvrir les paysages fabuleux dont recelait Lysence.
    Alors qu’ils avançaient sur une route accidentée longeant la mer, éloignés de la moindre habitation –aucun toit ne se profilait entre deux vallons- les chevaux s’excitèrent soudain. Les cochers conduisant les deux carrioles, celle transportant Naïade et sa suite et celle contenant les provisions renouvelées au fur et à mesure des étapes, durent lancer quelques cris pour calme leurs bêtes. Nivelle ordonna l’arrêt de tous les soldats en attendant que le contrôle re-vienne. Davi sortit de sous la toile de la carriole et sauta sur son cheval.
    - Que se passe-t-il ? demanda-t-il au premier voiturier.
    - Je ne sais pas, c’est comme s’ils étaient inquiets, fit l’homme.
    Effectivement, même entre les jambes de cavaliers assurés comme les quatre officiers les chevaux s’agitaient.
    - Quel est ce contretemps ? demanda Naïade en passant sa tête à côté du cocher.
    - Restez sous la toile, votre altesse, dit Davi et la princesse obéit. Nivelle, est-ce que tu peux entendre quelque chose ?
    Seuls les élèves de Maître Irina savaient que ces mots mystérieux faisaient référence aux sens druidiques de Nivelle. Celle-ci se concentra, fermant les yeux et tendant à demi les jam-bes sur ses étriers pour tenter de percevoir ce qui inquiétait ainsi les animaux. Elle écouta les vibrations du sol et les bruissements de l’air…
    - Des cavaliers, dit soudain Nivelle après quelques secondes d’un silence pesant. Ils sont quinze, au moins. Ils sont séparés, ils arrivent de tous les côtés. cinq par derrière, cinq par devant. Et cinq par les collines.
    - Ils vont nous prendre en tenaille ! s’exclama Bertaut, résumant assez inutilement la si-tuation, d’une voix plus paniquée qu’autre chose.
    - Les deux carrioles, mettez vous l’une contre l’autre ! Soldats, faites un cercle autour des charrettes, protégez la princesse de votre vie ! cria Davi, faisant virevolter son cheval pour que ses ordres portent à toutes les oreilles. Nivelle, dans combien de temps seront-ils sur nous ?
    - Un souffle de chandelle, tout au plus…
    En effet, une seconde plus tard, des cavaliers dévalaient les collines environnantes, l’épée en avant, clairement agressifs… Si leur attaque n’eut pas l’effet de surprise escompté, l’escorte de la princesse éprouva tout de même un moment d’hésitation : les assaillants étaient… masqués ! Un foulard recouvrait leur bouche et leur nez, et leur heaume couvrait leurs yeux ; ils voyaient grâce à des trous percés dans le fer. Leur uniforme entièrement noir et sans découpe particulière ne montrait aucune allégeance. Face à ces étranges adversaires, les soldats du Capitaine, comme Davi lui-même d’ailleurs, hésitèrent à riposter. Ce en quoi ils eurent tort, car les agresseurs mirent à profit ce flottement pour percer leurs rangs. Celui qui semblait être le Chef –son heaume noir était orné d’un panache rouge- se tailla aisément un passage jusqu’à la carriole de la princesse. Davi, déjà aux prises avec deux cavaliers, s’en aperçut trop tard. Il n’eût que l’occasion de voir l’homme bondir sur la charrette, égorger le cocher, et s’engouffrer sous la toile. Il y eût des cris de femmes, un gargouillis sanglant, puis le grand homme en noir ressortit, un fardeau jeté sur l’épaule : il enlevait Naïade qui se débat-tait à grands cris, en vain. Tous ceux qui avaient juré de la protéger, soldats comme élèves de Maître Irina, tentèrent d’atteindre le ravisseur. Mais les cavaliers masqués se mirent d’accord comme un seul homme pour protéger la retraite de leur Chef. Celui-ci cria à ses acolytes :
    - Tuez-les tous ! Attention aux quatre cavaliers, ce sont les meilleurs ! Aucun, aucun d’entre eux ne doit me suivre !
    Puis il disparut entre les collines, son cheval lancé au galop, la princesse entre ses bras. Les hommes en noir redoublèrent alors de vigueur. Puis, voyant que les soldats résistaient assez bien, que deux des leurs étaient morts et que cinq ou six autres se battaient désormais à pied, ils entonnèrent soudain dans une discipline parfaite une étrange litanie.
    Nivelle reconnut aussitôt l’ancien langage. Elle avait mis des années à l’apprendre.
    - Attention ! cria-t-elle à ses hommes et à ses collègues. Attention, ils vont lancer du feu !
    Tous les autres mirent trop de temps à comprendre et à réagir. Ils n’avaient pas l’habitude de la magie, réservée aux seuls Prédicants. L’armure opaque de leurs adversaires refléta bien-tôt lueur rougeoyante : chacun des assaillants tenaient une épée dans une main et une flamme bourdonnante dans l’autre.
    Cinq soldats au moins tombèrent suite à ce premier assaut magique. Quelques-uns, par un réflexe inexplicable, réussirent à dévier les attaques de feu grâce en se protégeant de leur épée. Les boules de feu ainsi écartées partirent enflammer l’herbe aux alentours. L’ardeur des combattants de Davi s’amenuisait rapidement. Alors qu’ils essayaient de désarçonner leurs adversaires encore à cheval, ceux-ci marmonnaient de nouvelles formules magiques. Cette fois-ci, différents sortilèges furent lancés. Quelques flammes apparurent encore de nulle part mais certains de leurs ennemis optèrent pour de la magie plus subtile, dont Nivelle n’avait jamais entendu parler. Sous ses yeux, pendant qu’elle réussissait à percer la défense d’un sol-dat et qu’elle lui tailladait le bras, elle vit Agace se raidir soudain, incapable de bouger, le visage figé dans un masque de terreur et d’incompréhension. L’homme avec lequel elle était aux prises lui trancha la tête.
    - Allez ! cria Davi pour tout encouragement. Ils ne sont pas invincibles ! Nous devons partir à la recherche de la princesse ! Courage !
    Bien que ses mots n’aient en soi rien d’entraînant, il bénéficiait d’assez de charisme pour que ses troupes relèvent la tête et redoublent d’ardeur ; d’autant plus qu’à lui seul il avait déjà abattu trois cavaliers masqués sans obtenir en retour une seule égratignure. Le chemin entre la plage et les collines se maculait petit à petit de sang et d’horreur.
    Nivelle avait tué un ennemi.
    L’émotion qui la submergea alors était indéfinissable. Tout ce qu’elle pouvait dire était qu’elle désirait tuer encore… Ce n’était pas aussi simple que ça, évidemment. Il fallait se bat-tre, il fallait suer, il fallait lutter. Mais la même force qui l’avait autrefois conduite à Phaéton l’envahissait et lui disait d’assassiner, de massacrer, de détruire les vies étendues devant elle. Elle parvint à faire tomber un homme à terre. Mais il n’était pas mort, et il eût le temps d’abattre trois soldats grâce à ses lances de glace avant que Nivelle ne parvienne à lui trancher la tête.
    Phaéton…supplia-t-elle au milieu du carnage. Est-ce que tu es là ? Dis-moi comment faire, comment lutter contre leur magie ! Phaéton ! ragea-t-elle.
    Ttt… ttt… me voilà, je croyais que tu ne voulais plus de moi. Je suis occupé en ce mo-ment… !
    Regarde ! Regarde ce qui se passe autour de moi !
    Je vois, je vois très bien ne t’en fais pas. Tu veux savoir comment faire de la magie ? Voyons, tu as le pouvoir en toi. Quel genre de sortilège veux-tu ? Tu as le choix : attaque ou défense ?
    Elle jeta un regard désespéré autour d’elle : il ne restait plus que deux fantassins vivants et Bertaut se battait à pied ; Davi, toujours à cheval, affrontait de tout son talent deux hommes masqués à la fois. En tout, il leur restait encore sept adversaires à mettre hors d’état de nuire.
    Défense ! réclama-t-elle enfin.
    Voici la formule… concentre-toi bien. Bonne chance.
    Il récita la formule dans son esprit, et Nivelle eût un moment de panique en se souvenant qu’avec Elios il lui fallait plusieurs semaines avant d’exécuter un sort correctement. D’autant plus que là, un géant cuirassé d’une armure de ténèbres lançait son cheval au galop vers elle. Elle manœuvra un coup de rêne pour que sa jument s’écarte de la trajectoire. Elle serra fer-mement le pommeau de son épée dans sa main gauche –elle était gauchère. La lame de son adversaire s’entrechoqua contre la sienne avec une violence inouïe.
    Vite, réciter le sort. Je ne suis pas de taille !
    Ce n’était pas un problème de technique –Maître Irina l’avait bien formée- mais un pro-blème de force physique… Sa voix trembla quand elle récita la formule. Son adversaire l’entendit, ne réalisant pas vraiment que la jeune femme devant lui s’apprêtait à utiliser la magie, et arrêta son mouvement avec stupeur. Nivelle était aussi surprise que lui que le sort ait fonctionné : un gigantesque bouclier de lumière l’enveloppait désormais –d’autant plus grand que le pouvoir magique de Nivelle était immense. Le géant face à elle donna de grands coups d’épée dans cette protection ensorcelée, en vain, le bouclier ne pouvait être percée.
    Malheureusement, si Nivelle était tout à fait protégée, elle se rendit compte qu’utiliser la magie au hasard n’avait pas toute son utilité : elle ne pouvait donner de coups, son arme ne traversant pas plus que celle de son adversaire son insolite rempart. Nivelle assista donc im-puissante à la fin de la bataille : avant de se diriger vers Davi, le géant terrassa les deux der-niers fantassins. Bertaut, avant de tomber pour ne plus jamais se relever, emporta avec lui les trois derniers adversaires. Puis Davi se retrouva face à face avec celui qui s’était mesuré à Nivelle.
    Davi tenait son épée pleine de sang au bout de son bras, tendu le long de son corps, et prenait la mesure de son adversaire d’un œil sombre. Derrière son bouclier de lumière, Ni-velle enrageait d’avoir paniqué si vite : son envie de meurtre la reprenait plus fort que jamais. Le dernier cavalier en noir fut le premier à lancer l’offensive. Son cheval chargea Davi comme s’il pensait par lui-même. Tout allait se jouer avec cette seule attaque. Nivelle baissa les paupières, incapable de voir Davi mourir sous ses yeux. Le géant masqué récitait un sort à voix basse, mais comme Nivelle ne l’avait jamais entendu auparavant elle ne put lancer d’avertissement à son ami. Davi attendait la charge, levant peu à peu son bras droit, celui qui tenait son arme. Ce serait à qui serait le plus rapide…
    Au dernier moment, Davi bondit de sa selle, esquivant judicieusement les lianes qui jailli-rent des paumes de son adversaire. Il avait anticipé la trajectoire du géant et sauta sur lui, en-traînant cavalier et monture au sol. Nivelle étouffa un cri quand l’ennemi assena un formida-ble coup de poing dans l’estomac de Davi, mais celui-ci ne fit qu’ouvrir la bouche pour tout signe de douleur et ne relâcha aucunement la tête du géant qu’il tenait fermement entre ses bras. L’homme se débattait, mais était totalement immobilisé. Davi l’acheva en redressant la tête de l’homme afin que le heaume révèle la gorge d’une main, et en passant sa lame dans cet interstice de l’autre. Un jet de sang lui éclaboussa le visage. Il relâcha son emprise puis souf-fla un instant, à quatre pattes sur le sol.
    Le bouclier entourant Nivelle s’évapora soudain. Elle eût l’amer sentiment de n’avoir rien contrôlé dans la situation. Elle descendit de cheval pour courir soutenir Davi.
    - Est-ce que ça va ? fut tout ce qu’elle put prononcer.
    - Moi, ça va à peu près… dit-il, reprenant son souffle –le coup de poing à l’estomac l’avait plus affecté que prévu. Toi aussi apparemment…
    Elle hocha la tête, s’asseyant à ses côtés. Ils regardèrent le désastre déployé autour d’eux. Toute leur troupe, morte… et tous leurs adversaires aussi, apparemment. En tout cas, ils étaient tous à terre... Nivelle se releva péniblement, s’appuyant sur son genou pour se redres-ser. Elle fit le tour des cavaliers masqués. Deux respiraient encore ; elle enfonça son arme dans leur cœur pour les achever. Son besoin de sang devait s’assouvir, tant pis si ce n’était pas accompli de la manière la plus estimable qui soit.
    - Nivelle ! souffla Davi, choqué.
    Il la regardait comme il ne l’avait jamais regardée : presque avec frayeur –si Davi avait pu éprouver de la peur…
    Soudain, un sanglot l’empêcha d’ajouter autre chose. Davi bondit sur ses pieds, l’épée au poing. Les pleurs venaient de l’intérieur du chariot où la princesse se trouvait un moment plus tôt.
    - Je vais voir, murmura Nivelle.
    Elle monta à l’avant de la carriole, ne regardant pas le cadavre ensanglanté du postillon, et l’épée en avant passa sous la toile.
    Elle n’était jamais entrée dans les quartiers privilégiés de la princesse, et ce qui avait été un havre de confort au milieu des désagréments du voyage –matelas, coussins, plateau de su-creries, luth et même des livres- était saccagé. Le chef des assaillants était pressé et n’avait pas fait attention à ce qu’il avait renversé. Les trois pages étaient morts ainsi que l’une des suivantes, mais Justine, cachée sous un édredon éventré sur lequel elle n’avait pu s’empêcher de vomir son dégoût et sa peur, tremblotait dans un coin.
    - Justine ? fit Nivelle, rangeant son arme dans son fourreau, peu certaine que ce fut le bon prénom.
    L’autre hocha la tête. Nivelle avança entre les débris, enjamba les corps et tendit la main à son ancienne ennemie, qui s’accrocha à ses doigts comme si ce geste allait dissiper la scène d’horreur qui s’était déroulée devant elle. Nivelle l’entraîna hors la carriole, se demandant soudain si c’était une bonne idée mais c’était déjà trop tard : Justine poussa un cri alarmant lorsqu’elle découvrit toutes des dépouilles –certaines affreusement amputées ou défigurées- et s’évanouit dans les bras de la jeune femme.
    - Ils sont tous morts, là-dedans ? s’enquit Davi, par pure formalité.
    - À part elle, oui. … Davi, qu’allons-nous faire ? … On ne peut pas partir rechercher Naïade, à nous deux ! On n’a aucune idée de la direction qu’a prise son ravisseur et si jamais il en a rejoint d’autres comme lui, nous n’aurons aucune chance!
    - Calme-toi, je t’en prie, Nivelle, calme-toi. Laisse-moi réfléchir.
    Nivelle, encombrée de Justine inconsciente, regardait Davi avec un air désespéré, mesu-rant soudain l’ampleur du désastre. La princesse avait été enlevée…
    - Mais qui sont ces hommes ? s’écria-t-elle soudain. Que veulent-ils ? ! Une rançon… ? ! Les questions qui lui traversaient l’esprit sortaient presque instantanément, sans qu’elle par-vienne à les retenir.
    - Je crains que ce ne soit plus compliqué. Mais attends, nous y réfléchirons plus tard, d’accord. D’abord, occupons-nous de tous ces morts…
    Nivelle lui lança un regard dubitatif. Elle ne se sentait pas le courage de creuser une tombe à chacun de ces hommes et femmes… Elle ramena Justine à l’intérieur de la carriole pour l’allonger sur l’un des matelas et commença à sortir les corps des pages et de la suivante.
    Davi n’avait pas l’intention de creuser un trou, mais il entassait les corps afin de les brû-ler. C’était la fin la plus digne qu’il pouvait offrir à tous ces combattants.
    Nivelle le vit transporter le cadavre décapité d’Agace… alors elle se mit à pleurer, et poursuivit sa tâche le visage sillonné de larmes silencieuses.
    Ils retrouvèrent aussi une femme –celle qui, le premier soir, avait expliqué la légende de l’île Jeanne à Nivelle- qui respirait encore. Ils l’allongèrent à côté de Justine dans le chariot de la princesse. Puis après une demi-chandelle d’efforts, ils purent embraser le sinistre bûcher… Ils prirent ensuite la route, rassemblant tous les chevaux survivants, prenant la place du cocher et emmenant avec eux les deux femmes endormies.

  26. #86
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Hyper rapidement.

    profite bien de ton séjour à l'étranger.

    C'est bien que tu sacrifies des personnages importants, ce n'est pas la première fois et c'est toujours très efficace car on ne s'y attend jamais vraiment.

    c'est bien aussi qu'il y ait des survivants à ton attaque. J'avais un peu peur du "on massacre d'un coup toute la distribution pour ne laisser que le héros et l'héroine".

Page 3 sur 3 PremièrePremière 123

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257