Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 48 sur 48

Discussion: Les poèmes de Lies

  1. #31
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Je voudrai

    Je voudrai tellement crier ma douleur
    Aujourd'hui et comme chaque jour j'ai peur
    Parce qu'encore aujourd'hui j'ai mal, j'ettouffe dans cette bulle
    Plus d'oxygène dans ma vie, ils me disent aussi têtue qu'une mule
    Mais en vérité, je ne fais que l'aimer et ça, vous ne pouvez l'accepter.

    Il tient ma vie entre ses mains, c'est à lui que je pense chaque matin,
    C'est de lui dont je rêve la nuit, et c'est sous ses doigts que je jouis
    Et ça vous ne pouvez me l'enlever, mes rêves sont mes espoirs
    Pour les jours beaucoup trop noirs.
    Noirs de douleur, noirs de peur, trop souvent je pleure.
    Et toutes les secondes me rapellent ton absence...

    ...Privée de te revoir, je voudrai pouvoir encore y croire
    Mais la vie ne semble me donner aucun espoir
    Alors je sombre dans le désespoir.

    Seras-tu m'oublier pour mieux rêver?
    J'aurai voulu tant te donner
    Mais je ne peux que prier
    Et en silence espérer
    Pouvoir un jour retrouver le goût de tes baisers.

    "Je l'aime", voilà ce que mon coeur voudrait crier
    Mais sans cesse il est mis de côté,
    Gamine trop gâtée, ne rêve pas au prince charmant,
    On en a décidé autrement pour toi, tu verras, ça te passera
    Mais au fond de toi tu voudrais qu'il reste ton amant
    Car l'amour que tu lui portes, jamais il ne cessera.

    Fuit cette vie, envole toi vers un meilleur paradis
    Et si jamais tu regrettais, regarde le quand il sourit
    Laisse toi rêver sous ses baisers, laisse le te désirer
    Car la plus belle chose au monde est de voir deux êtres s'aimer
    Pour l'éternité...
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  2. #32
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    La passion des chevaux

    Oh jolis petits chevaux
    Je vous aime mais quand je vous regarde, je me sens prise dans un traiteau
    Pourtant, vous êtes si beau.
    Je regarde de si haut,
    Ce carrousel au goût de miel
    C'est comme un bonbon au caramel
    Tendre et dur à la fois
    Amour espiègle tant de malheurs et de joies
    Et dans un total désarroi
    En compagnie de tous ces rois,
    Je me suis ouverte les veines sans sang froid.

    Vous m'avez retrouvé le coeur éteint
    Une larme le long de ma joue, oh joli pâle teint
    Je suis morte en un tour de va et vient
    Le vent me caressait le visage, senteur satin
    Je suis morte ce matin là, adieu la catin.

    La gothique rejetée s'en est allée
    Pour d'autres rêves et pour l'éternité
    Si seulement vous pouviez regretter ou avoir pitié
    Mais à non jamais vous ne culpabiliserez
    Je m'en suis allée
    Je suis heureuse et c'était mon unique souhait.

    De la haut je guette les âmes égarées, rejetées
    Je vais redescendre les aider
    Je suis devenue un ange de bonté
    L'ange de la mort près de vous va à jamais rôder.

    Maman

    Maman j'ai tué un homme, son coeur a cessé de battre
    Maman le jour où il m'a quitté, j'ai pleuré
    Maman je n'avais même pas d'armes pour l'abattre
    Maman j'ai mal et j'ai tellement peur.

    Maman les anges me guettent, ils veulent ma mort
    Maman une larme en mon coeur,
    Maman une arme dans ma main, je suis au bord
    Maman je suis désolée de ce que je lui ai fait
    Maman je n'ai jamais su dire à un homme combien je l'aimais
    Maman du sang coule le long de mon bras
    Maman bientôt mon coeur s'arrêtera.

    Maman dis lui combien je l'aimais
    Maman dis lui combien je suis désolée
    Maman j'aurai tant voulu éviter cela
    Maman bientôt je ne serai plus là

    Maman je n'ai plus peur à présent
    Maman il y a une belle lumière
    Maman je souris à nouveau
    Maman c'est quand que tu reviendras
    Maman un être de lumière viendra
    Maman n'ait pas peur ce jour là
    Maman ce sera l'homme que j'ai tué
    Maman dis lui combien je l'aimais

    Maman surtout ne lui dis pas
    Maman ne lui dis pas qu'une liaison amoureuse a eu raison de moi
    Maman dis lui que je n'étais bien quand dans ses bras
    Maman ne lui dis pas que sans lui je ne suis plus
    Maman ne lui dis pas qu'aujourd'hui je ne vis plus
    Maman...

    [L'homme n'est pas mort, la fille l'a juste blessé un soir et il a rompu.
    Il est l'être de lumière de la mère car il va la soutenir lors de l'enterrement.
    La fille ne veut pas que la mère dise qu'elle n'est plus car elle ne veut pas que l'homme culpabilise.
    La fille veut que la mère dise que la mort est dûe à une maladie, un accident, ...]
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  3. #33
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    [Un peu plus d'actualité ces deux là ^__^]


    Un ange...

    Il est des gens qui sèment du bonheur autour d'eux
    Des anges tombés tout droit du ciel.
    Même quand ils font merveilleusement bien les choses, ils cherchent à faire mieux.
    Avec eux, les journées sont moins lourdes à porter.
    Et les moments de solitude deviennent des moments éternels
    Des moments de rires et de joie.

    Comment ne pas s'attacher à un être aussi doux que toi ?
    Même tous les anges du ciel ne t'égalent pas.
    Et même si les moments sans toi semblent durs,
    Ceux avec toi ont un goût de miel
    Qui font oublier tous les moments où ça n'allait pas.
    Qui me font oublier toutes mes peines.

    Il y a des êtres qui comptent plus que d'autres.
    Sans savoir pourquoi, ils ont plus d'importance.
    Tu fais partie de ceux qui auront toujours une place dans mon coeur.
    Tu as su entrer dans ma petite bulle secrète et jamais je ne veux que tu la quittes.

    Il y a des mots qui ne se disent qu'avec le coeur.
    Des sentiments que les mots ne seraient dire.
    Car ils ne seraient pas vraiment les décrire.
    Des mots qui se ressentent mais ne se disent pas.
    J'espère que ces mots-là, tu les comprendras.





    Petite fille

    Petite flle voudrait rêver
    Petite fille voudrait aimer
    Apprend mloi donc les contes de fées
    Apprend moi donc à aimer
    Mais sans jamais t'en aller.

    Garde-moi contre ton coeur,
    Ne fait-on jamais, pour rien, couler mes pleurs.
    Apprend moi l'amour sans rancoeur
    Apprend moi à aimer sans avoir peur.
    Deviens pour toujours mon âme-soeur.

    Guide chacun de mes pas
    Garde ma main dans la teinne
    Et surtout ne me laisse pas là
    Je voudrais pour toujours que tu m'appartiennes
    Oh surtout ne me quitte pas.

    Petite fille voudrait rêver
    Mais petute filles est déjà brisée
    Elle ne sait guère espérer
    Alors elle se contente de t'aimer
    Et comme toujours s'imaginer une vie rêvée.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  4. #34
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Quand les flammes pleurent seules...

    Une explosion. Une de plus. Les murs de la maison tremblent, comme une feuille agitée par les vents, attendant la secousse de trop, la bourrasque fatale. L’ampoule vacille, tient. Elle clignote. L’espoir vient, repart. Il s’enfuit, nous laisse dans le noir. Puis, à contrecoeur, il revient à nous. De mauvaise grâce, il illumine la pièce, il nous montre la réalité. Je l’entends murmurer, pourtant. Il me dit :


    - Ce n’est pas pour les enfants. Je suis désolé. Ce n’est pas ma faute.


    Je ne t’en veux pas. Les lâches ferment les yeux. Moi, je demeure à la fenêtre. Je regarde les bombes tomber. Je regarde les rues s’ouvrir, les maisons sombrer. Ma sœur me tient la main. Elle est agenouillée contre ma jambe, sanglotante. Je lui pose une main sur les cheveux. J’ai la gorge nouée. J’entends des cris, au loin. Si légers que je me demande si je ne les imagine pas. Non, ils sont là. Ils chantent dans la nuit. Ils accompagnent ce spectacle de mort.

    Je m’assois. Ma sœur se serre contre moi. Rentre en moi, ma petite chérie. Je t’accueille. Viens, tu n’as pas à regarder toi. Moi si. Viens. Elle pleure. Je sens ses larmes couler sur mon torse. Sans hâte, elles sèchent. A la voir hoqueter, je sens mes yeux s’humidifier. Je lui caresse le bras, impuissant. Impuissant. Je le suis. Je l’ai toujours été. J’embrasse le front de ma sœur.

    Je ferme les yeux.

    Je ne veux pas voir ma sœur. Je ne veux pas voir ses larmes. Je ne veux pas voir ce monde, ce monde qui explose, ce monde rouge, de feu et de sang. Je ne veux pas voir ce monde qui pleure, qui pleure des bombes.

    Je ne veux pas.


    - Maman va revenir ?


    Je sursaute. Ma sœur me regarde, les yeux embués de lourdes larmes. Elle n’a pas encore emprunté la route de l’adolescence. Moi si. Je n’en suis pas sorti.


    - Oui. Oui, elle va revenir. Elle nous a dit de rester. Elle va revenir.


    Une explosion étouffe la fin de ma phrase. Je vois dans mes yeux la pierre voler. J’imagine dans ma tête la famille qui habitait ici, les rires et les pleurs que cette maison a accueilli.


    - J’ai peur.


    - Moi aussi, ma petite chérie. Moi aussi.


    Je me relève. Je ne sais pas. Il faut que je voie. Ma sœur ne quitte pas ma main. Les flammes lèchent le sol, refusant de le quitter. Une pluie fine tombe, les vitres sont ruisselantes. Je sais que maman ne reviendra pas. Cela fait une heure qu’on l’attend. Elle ne reviendra pas. Et les bombes se rapprochent.


    - On va partir, d’accord, ma petite ?


    - Et maman ?


    Je me force à sourire. Mes larmes ne tardent pas à épouser mes lèvres, à dénoncer ce faux sourire.


    - Elle est forte, elle va nous retrouver. C’est maman, non ?


    Ma sœur hésite, puis hoche la tête, un rayon de joie traversant son visage fatigué.


    - Oui !


    Oui. Je ne lui lâche pas la main. Jamais. J’ouvre la porte.


    - Ne pleure pas ma petite chérie, d’accord ? Ne pleure plus.


    Elle hoche la tête. L’odeur m’attaque immédiatement. J’arrache le foulard qui me ceint le cou, et l’appuie sur la bouche de ma sœur. Je lui dis de bien le tenir. Le parfum de la mort flotte dans l’air. J’aimerais lui boucher les oreilles aussi. S’il te plaît, n’entends pas les cris, n’entend les larmes des avions, n’entend pas mes pleurs.
    S’il te plaît.
    J’aimerais lui cacher les yeux. Ne t’abîme pas, ma petite chérie. N’abîme pas ton cœur.


    On court, pliés en deux. Je la fais passer devant moi, je la serre dans mes bras. Les explosions viennent de derrière. Le feu est partout lui. Je la sens trembler. Elle ne pleure plus. Moi si.

    C’est une fuite. Une fugue intemporelle. Nous fuyons la vie, notre vie. La mort aussi, celle des autres. J’ai mal aux oreilles. J’ai mal aux jambes. Ma sœur gémit. Elle en a marre. Elle veut qu’on s’arrête. Elle appelle maman.

    Ses cris, ses pleurs, ses petits pas font vivre cette place morte.

    Nous sommes seuls, à courir au milieu des flammes, à éviter la terre que soulève chaque bombe. A éviter les gravats projetés, à éviter la mort. C’est inutile, oui. Les adultes demeurent. Mais je ne suis pas un adulte.

    Ma sœur tousse. Elle crache un peu. Je regarde. Merde. C’est du sang. Je lui passe une main sur le ventre, elle gémit. Je sens un liquide chaud et visqueux embrasser ma main. Elle me demande si on peut s’arrêter. Elle me demande si je peux appeler maman. Je tombe à genoux, mon cœur me broie la poitrine. J’ai fais attention. Je… Non.

    Le vacarme m’étouffe. J’oblige ma sœur à se tourner vers moi.

    Elle sourit, fière. Un sourire plein d’innocence, encore drapé de ce voile enfantin.


    - J’ai pas pleuré.


    Elle a la voix faible. Elle se laisse aller contre moi. Je la berce, le regard fixé dans le vide, contemplant une flamme folle. Puis, lentement, mes yeux rencontre les siens. Elle me sourit de nouveau. Mes larmes tombent sur son beau visage, elles empruntent le sillon creusé par les siennes. Et meurent le long de sa joue. Je secoue la tête. Impuissant.


    - J’ai… J’ai fais attention. J’ai fais…


    Je tiens toujours sa main. Je la tiens toujours lorsqu’elle ferme les paupières. Je la tiens toujours lorsqu’elle me sourit. Je la tiens toujours.


    Je ne l’ai jamais lâché. Jamais.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  5. #35
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages 
    2 309

    Re : Les poèmes de Lies

    Ah, toujours de beaux poèmes. Pour une fois, certains ne sont pas triste. J'aime.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  6. #36
    Date d'inscription
    juin 2004
    Localisation
    Somme (Picardie)
    Messages 
    3 277

    Re : Les poèmes de Lies

    Merci de les avoir publiés

    Je les aime tous, même si "La passion des chevaux" me laisse plutôt songeur.

    La nouvelle est extrêmement triste, mais tellement bien racontée.
    Administrateur en charge de la technique et de la rubrique Neverwinter Nights - Modérateur du Bazar de l'Aventurier et de Baldur's Gate Enhanced Edition

  7. #37
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Elle est…

    Petit oiseau ouvre ses ailes doucement,
    Timidement il avance dans la vie
    Mais il sait qu’il peut toujours compter sur elle, sa maman.
    Celle qui lui a donné la vie.
    Une de ses rares personnes qui vivent dans cette bulle,
    Cette protection que l’oiseau s’est crée.

    Une mère c’est ce qu’il y a de plus important sur terre,
    Le pilier d’un enfant, un amour que nul ne peut égaler ou copier.
    Un amour bien plus digne que tous les contes de fées.
    Une mère c’est les plus beaux moments de la vie d’un enfant,
    Les meilleurs souvenirs d’antan.

    Un poème c’est exprimer des sentiments que l’on ne peut dire vraiment,
    Un poème c’est le plus beau des je t’aime.
    Un poème sur ma maman, c’est pouvoir lui dire combien elle m’est chère et unique.
    Que sans elle, la vie n’aurait pas de sens, qu’elle serait mélancolique.

    Lui dire qu’elle est la plus belle et la plus grande femme de ma vie.
    Qu’avec papa, elle a fait de moi la femme qu’aujourd’hui je suis.
    Quoiqu’ils arrivent, pour toujours nous serons réunis.
    Ils sont ma vie et mon nid.

    Finir ce poème ? Je crois qu’il ne doit pas y avoir de fin.
    Parce que je sais que chaque jour qui passe,
    Tu tiendras encore ma main.
    Et encore longtemps chaque matin,
    Je regarderais ma mère en me rappelant
    Qu’elle est la meilleure des mamans.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  8. #38
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Moi par mois...

    Il est encore trop tôt pour que je vous aime
    Cependant, si vous saviez m'attendre
    Car ce mois de Janvier me semble trop bohème
    Pour que l'on puisse s'aimer ou du moins y prétendre.

    Voilà que février me guette
    Mais à nouveau je vous rejette
    Ce n'est pas que le temps me semble long
    C'est juste que déjà au loin résonne le plomb

    Mars me fait une faveur
    Mais je ne peux me résoudre, torpeur!
    Je ne fuis, je n'ai point peur
    c'est juste que j'attend la chaleur.

    Avril me fait don de son nom
    Mais hélas, je n'ai jamais aimé son prénom
    De plus, il a un bien trop drôle chapeau melon
    Pour que je m'abandonne à lui, pauvre étalon!

    Mai, je commence à m'ouvrir mais
    Je résisterai encore au grand jamais
    Je cueille ce début de printemps
    Qui ne se montre pas par tous les temps.

    Juin me ramène un peu de son chagrin
    Je n'ai pas envie de lui dévoiler mes potins
    Il me regarde tel un pantin
    Et fuit dès le petit matin.

    Juillet parfois me fait pitié
    Ah non jamais je ne l'aimerai
    Ou alors, attendons l'automne s'il vous plaît
    Que soit passé la saison goutte de lait.

    Août vient me saluer
    sans jamais rien me demander
    Pourtant je l'aurai aimé
    Pour un peu plus qu'il me l'aurait convié

    Septembre me dépose son parfum d'ambre
    Doucement il entre dans ma chambre.
    Mais à chaque compliemnt, je le chambre
    Pour un peu moins succomber avant décembre.

    Octobre ressemble trop à un ogre
    Dans son regard ocre un peu trop catalogue
    Il se fait un monologue
    Tout en lisant du Desprogues.

    Novembre me sourit
    Mais il fait déjà gris.
    Pour que tu restes pour la nuit,
    Il faudrait que tu sois plus poli.

    Décembre vient enfin
    Il m'offre du jasmin
    Mais c'est déjà la fin,
    On verra pour les amours l'an prochain.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  9. #39
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Final destiny


    Plus rien sur terre, plus rien que des cendres
    Et tout un monde qui s’éteint en plein mois de décembre
    De là-haut, comment pouvoir redescendre ?
    Une odeur flotte dans l’air, une odeur d’ambre.
    Des corps allongés les uns sur les autres,
    Des corps démembrés, il n’y a plus personne, plus de toi, plus de moi, plus les autres
    Une seule masse informe sur le sol brûlé,
    Que des vêtements délabrés, tout espoir est envolé.

    De là-haut, comment revenir sur terre ?
    Comment ne pas mordre à nouveau la poussière ?
    Et dans les airs, chaque âme qui erre
    S’éloigne, à chaque instant, un peu plus de la terre.

    Mais au loin s’entend une prière
    Comme venue de nulle part, une voix se fait entendre
    Et comme une main que l’on voudrait tendre
    On écoute ce doux son sorti d’outre-tombe.
    Et c’est dans la nuit sombre,
    Que j’entends cette prière.

    Un couple se tenant serré l’un contre l’autre
    Un couple coincé sous les décombres, l’un étant aussi bien lui que l’autre.
    Un couple, dernier espoir d’amour,
    Une vie qui s’en va sans aucun possible retour.
    Et de ces vies si fragiles, j’entends l’appel des anges
    Je n’ai pas envie que leur étreinte on dérange
    Et pourtant la mort rôde.
    Personne ne peut s’en sortir indemne
    Et comme à chaque fois se crée un nouveau règne.

    Un monde qui se meurt, un autre qui se crée
    Voici nos uniques destinés
    Anges de la mort qui à jamais
    Vous emmèneront vers un autre destin, un nouveau passé.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  10. #40
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    La nuit parfois, il me semble reconnaitre une vie, cette vie. Des ombres autour de moi, je sens leurs présences mais qui sont-ils ? Pourrait-il y avoir une autre dimension ? Je ne pense pas pourtant ils sont bien là. Qui ? Sûrement une rêverie de mon imagination, pourtant, ils semblent bien réels. Une ombre, un bras, un visage, tant de détails trop bien dessinés pour n’être qu’illusion. Illusion d’une vie meilleure ? Souvenir d’un passé oublié ? Qu’est ce donc que ces ombres autour de moi. Elles ne veulent aucun mal, elles restent là comme attendant un geste de ma part, une lueur au fond de mes yeux. Et moi je reste là, ne sachant que faire. Qui sont-elles ? D’où viennent-elles ? Pas beaucoup plus différente que moi, pas beaucoup plus semblables à moi : Elles sont uniques et à la fois identiques, elles sont sans être. Une vie qui se crée chaque nuit, un monde qui ne vit que de mes insomnies. Simples rêves ? Fantômes trop vite oubliés ? Jamais je ne saurais. Ce que je sais, c’est que chaque nuit elles sont là, guettant près du lit. Je reste ici sans agir, je n’ai pas peur, enfin je ne crois pas. Je ne sais pas pourquoi elles sont là, je n’ose pas leur demander, je voudrais mais en ai-je le droit ? Et que savent-elles sur moi ? Sont-elles là pour moi ? Non je ne crois pas mais alors pourquoi c’est à moi qu’elles s’adressent ? Je ne sais pas. Peut-être parce que j’y crois. Un monde enchanté ? Un monde aux dimensions innombrables ? Et chaque nuit se passe comme cela. Je reste dans le noir à attendre un geste, une parole et je me réveille au petit matin. Plus personne. Cela rime à quoi ? Je crois que je ne le saurais jamais. Mais pourquoi ? Un monde meilleur s’ouvre sûrement à moi et je n’ai pas la clef. Telle Alice aux pays des merveilles, je suis du mauvais côté du miroir, j’ai rêvé d’un monde meilleur, je n’ai trouvé que des rêves pour combler mes douleurs. Je crois que ses ombres ne sont que le fruit de mon imagination. Je me trouve un monde à moi dans un univers qui n’est pas le mien. Je ne sais pas à qui je l’ai emprunté, je ne sais pas qui est ce lapin blanc qui passe son temps à courir ni même cette reine de cœur adoratrice de roses rouges. Je suis spectatrice de ce joli monde. Féerie et monde maléfique vivent ensemble. Je ne trouve pas mon camp. Je crois que les ombres sont une partie de mon être : A la fois vivante et à la fois inexistante. Je ne suis rien enfin de compte. Rien qu’un pantin dans un monde pas assez bien. Je pense que c’est la fin, je sombre pour une jolie nuit. A demain monde de mille et une merveilles. En espérant te revoir.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  11. #41
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Miroir

    Laissez-moi seule maintenant, je m’enferme dans ma bulle
    Je n’ai plus aucune envie, voyez comme de vous je me recule.
    Je voudrais pouvoir m’endormir et me réveiller vers de nouveaux lendemains,
    Mais j’ai perdu mon chemin depuis que tu as lâché ma main.

    Désespoir
    Idées noires
    Fin de l’histoire.

    J’aurai cru que ma vie changerait avec toi
    Mais visiblement le bonheur ce n’est pas pour moi
    Mais qu’est ce que tu crois ?
    Que je vis bien sans toi ?

    Faux semblant
    Un avenir tracé de blanc
    Même en imaginant
    On ne trouve rien de bien prenant.

    J’aimerai retenir ta main encore un instant
    Et te dire une dernière fois « je t’aime tant »
    Mais déjà mon cœur se meurt
    Au fond, la mort ne me fait plus peur.

    Je n’ai plus de vie, il ne reste que des soucis.
    Ca ne pèse pas bien lourd ici.
    Je m’en vais tout est fini.
    Adieu jolie poésie.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  12. #42
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Je regarde ce monde sans amour, je n'ai rien de commun à tous ces robots. Moi j'ai besoin d'amour, de calins, de caresses, de baisers, j'ai besoin d'un contact physique, d'hurler comme j'ai mal quand il me manque, d'hurler quand celui-ci partira sans se retourner.

    Je ne suis pas comme eux, oh dis-moi ciel bleu, quand pourrais-je te rejoindre, moi, jeune fille. J'ai si mal quand je suis seule, j'erre dans un monde qui n'est pas le mien. Toutes ces choses que je vois m'apparaissent floues, elles ne sont pas mes choses. Ce monde m'est étranger.

    J'ai peur au fond de moi. Je reste là et j'attends une fin qui ne vient pas, j'ai mal en moi. Pourquoi il ne reste plus que moi ? Oh ne me laisse pas là, j'ai besoin de retrouver ce doux contact, celui de sa peau, sentir sur mon corps glisser ses mains. Oh, pourquoi est-il parti et pas moi ? Prend-moi près de toi, ramène moi là bas. Ici, je ne veux pas...

    Pourquoi sont-ils si froid, si méchants ? Oh non je ne peux pas. Comment pourrais-je leur réapprendre l'amour ? Ils m'ont brisée les ailes, ils m'ont violée, torturée, je ne suis plus rien ici. Oh reprend moi près de toi...

    ...Je ne suis rien ici bas qu'un ange brisé. Un ange avec une tâche rouge le long de sa robe blanche. Un ange violée et tuée...Ne me laisse pas tomber en Enfer, ce n'était pas ma faute.

    J'ai juste voulu les aider et je me suis brisée. Relève-moi, je ne puis aller la-bas. Retiens moi, je tombe. Serre moi contre toi, j'ai mal. Je crois que je meurs...
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  13. #43
    Date d'inscription
    juin 2004
    Localisation
    Somme (Picardie)
    Messages 
    3 277

    Re : Les poèmes de Lies

    J'ai beaucoup aimé le poème destiné à ta maman Le poème des mois, est... surprenant. Les autres sont en revanche très noirs... Ah, j'aimerais voir aussi plus de poèmes heureux.
    Administrateur en charge de la technique et de la rubrique Neverwinter Nights - Modérateur du Bazar de l'Aventurier et de Baldur's Gate Enhanced Edition

  14. #44
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    [Ca vient de sortir... Tout chauuuud !!!]

    Souffrir...


    Le noir du ciel me rappelle la tristesse en mon coeur.
    La fenêtre devient floue sous mes pleurs.
    Petite fille a encore trop souvent peur.
    Peur de perdre ceux auquel elle tient
    Peur que tous ses efforts ne mènent à rien.

    Petite fille a le coeur meurtri
    Même si chaque jour, elle sourit.
    Tenir un masque sur son visage blessé
    Et en silence, seule, à nouveau pleurer.

    Petite fille voudrait parfois s'envoler.
    Pour ne plus voir cette dure réalité.
    Où sont passés mes rêves ?
    A jamais oublié ?

    Petite fille regarde dans le vide.
    Elle tend une main vers l'infini.
    Elle la tendra sans cesse, toute sa vie.
    Et finira par lâcher prise quand elle aura suffisamment de rides...

    Pour s'en aller vers un monde nouveau.
    Pour s'en aller peut-être vers quelque chose de plus beau.
    Ne pas retenir sa vie un instant de plus.
    Ne pas retenir ce qui aurait pu...
    Mais ce qui a été.

    Ce qui a été, elle n'a de cesse d'y penser
    Pourra-t-elle un jour créer ce dont elle a toujours rêvé ?
    A ce jour je ne le sais...
    Et plus le temps passe, moins j'ai envie d'espérer...

    Laissez moi seulement m'envoler...
    Vers des rêveries un peu trop imaginées...
    Je ne vis que dans mes illusions...
    Ma vie, sur un fil, en suspension...
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  15. #45
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Pilule

    Prendre une pilule pour se protéger
    Pour éviter d'avoir un petit bébé.
    Pour ne pas tout gâcher.
    Et si c'était simplement une chance de plus d'aimer ?
    Mais on dirait que ce n'est pas ce que la vie a décidé...

    Prendre une pilule contre la dépression
    Pour éviter de sombrer dans la dérision
    Avaler un cachet, pour continuer la finition
    D'un corps totalement meurtri de trop de passions.
    D'un corps qui de vivre n'a plus de raison...

    Prendre une pilule pour aller mieux
    Une petite pilule pour atteindre les cieux.
    Le temps d'une pause, le temps d'un soir
    Douce drogue remplie d'espoir...
    Qui s'envole trop vite, oh désespoir...

    Prendre une pilule pour rejoindre bébé
    Qui jamais n'aura pu exister.
    Prendre une pilule pour le retrouver
    Et ne plus jamais le quitter.
    Et pour ainsi, toujours l'aimer...

    Prendre une dernière pilule pour oublier
    Que sa vie est déjà gâchée...
    Une petite pilule pour apaiser
    Et doucement fuir, tout simplement s'en aller...
    S'envoler et tout abandonner...

    Pour ceux qui n'auraient pas compris : La fille a avorté puis s'est suicidée, c'est beau, c'est gai... On voit que j'suis heureuse
    Dernière modification par Lies ; 23/10/2007 à 21h15.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  16. #46
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages 
    2 309

    Re : Les poèmes de Lies

    Tes poèmes sont toujours si tristesBeaux, mais tristes. Faut choisir un jour où on a le moral pour les lire. Sinon, on prendra la pillule nous aussi.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  17. #47
    Date d'inscription
    juin 2004
    Localisation
    Somme (Picardie)
    Messages 
    3 277

    Re : Les poèmes de Lies

    Deux poèmes toujours très bien écrits, mais toujours aussi tristes... *se sent responsable du premier *

    Je me demande ce qui a bien pu t'amener à écrire le second...
    Administrateur en charge de la technique et de la rubrique Neverwinter Nights - Modérateur du Bazar de l'Aventurier et de Baldur's Gate Enhanced Edition

  18. #48
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Re : Les poèmes de Lies

    Divague...

    Elle court, elle court.
    Elle s'accroche, elle s'accroche.
    Sur des chemins trop encombrés.
    A des liens déjà quasi brisés.

    Elle tombe, elle tombe.
    Elle se relève, elle se relève.
    Elle souffre, elle souffre.
    Elle erre, elle erre.
    Sur des routes trop abîmées.
    A genoux, il faut sans cesse se relever.
    Son coeur brisé, il faut tenter de réparer.

    Le regard triste, elle admire.
    Les moments de solitude, elle apprivoise.
    Elle n'a de vie que dans ses rêves, que dans de pâles désirs.
    Regard implorant vers des gens partis depuis longtemps.
    Regard vers l'infini, vers un assassin : le temps.

    Elle court, elle court.
    Chaque marche se fait toujours plus grande.
    Elle court, elle court.
    Mais tant qu'elle court, elle vit toujours...
    Et elle sait qu'un jour,
    Elle grandira, elle deviendra grande.
    En attendant, les doigts, elle croise.

    Elle court, elle court...
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. Lies
    Par Lies dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 32
    Dernier message: 21/09/2011, 15h45
  2. Poèmes à chuchoter
    Par Shinook dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 08/08/2007, 12h14
  3. Les Poèmes de Mekren
    Par Mekren le maudit dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 05/05/2007, 20h11

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251