Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Une lettre pour toi

  1. #1
    Drydo Invités
    Bonjour.
    Tu te demandes qui je suis pour parler à toi ainsi, n’est-ce pas ? C’est simple, pourtant.
    Je suis T-O-I.
    Je suis T : transe, O : observation, I : irréel.
    Je suis TA MORT.
    T : transe, A : Association, M : maintenant, O : observation, R : régulière, T : tranchante.
    C’est simple, pourtant….
    Certains disent que la vie est ma sœur. Moi, je sais que c’est faux.
    Je suis unique….alors je ne peux être que fille unique…la vie est mon contraire, elle ne peut pas être ma jumelle.
    Mes parents ? Si je vous le disais là, tout de suite, ça aurait-il un sens ?
    Cette lettre t’es adressée, oui, à toi lecteur. Tu as peur de moi, tu me fuis, tu m’humilies, mais tu ne sais rien de moi. Tu prétends donc des choses sur moi que tu ne sais pas.
    Par exemple, qui fut l’imbécile qui s’est dit que j’étais un squelette ambulant ? Je sais que je ne mets pas de maquillage et que je suis mince, mais quand même…
    Qui t’as dit que je me promenais avec une faux ? Tu me vois, moi, pauvre fille, me balader avec une faux au XXIè siècle ? C’est démodé ! Même les anges et les diables, et d’ailleurs même les entités de la nature, ni démons, ne mettraient pas ça ! et pourtant, l’Univers sait qu’ils ont mauvais goût !
    En fait, je crois que tu ne sais rien de moi.
    Laisse-moi te raconter un peu ce que je fais, ce que je suis, ce que j’ai été avant.
    Laisse-moi te parler de VOUS :
    V : violence, O : obscène, U : usagés, S : sanglants.
    Mais aussi de ma soi-disant sœur :
    V : vacante, I : irraisonnable, E : exceptionnelle.
    Tu vois, chaque mot que tu dis veut dire bien plus de choses que tu ne le sais. Le sens que vous cherchez tant, ce sens là, eh bien lui n’a aucun sens….
    Tu ne comprends pas, n’est-ce pas ? Je vais te dire quelque chose…
    ….TU N’AS JAMAIS RIEN COMPRIS.
    Tu as cherché à économiser ton temps pour le perdre…à quoi ?
    A te divertir ?
    A prier, peut-être ?
    A aider les autres ?
    Qui me répondra : « j’ai passé ma vie à vivre »?
    Pourquoi tant de mots idiots ?
    Cette lettre, cette lettre tu ne la recevras jamais dans ta boîte aux lettres.
    En fait, j’écris une lettre à chaque naissance, je la poste dans l’esprit, et après je m’en vais ; j’ai pas que ça à faire, non plus !
    Et je te promets qu’il n’y a pas beaucoup de monde qui ont réussi à la lire. Déjà, à la trouver, c’est dur….
    Mais cherche là un peu, tu la verras.
    Tu auras peur ; tu te diras : « SOS, la Mort m’a laisser un e-mail dans ma tête ! »
    S : save, O : our, S : souls.
    Les hommes ne sauveront jamais ton âme….
    ….ni moi, ni dieux, ni entités, d’ailleurs….
    ….les hommes te la pervertiront, quoique certains te l’illumineront, les dieux te l’arracheront, les entités te la domineront, et ailleurs, ailleurs il n’y aura personne pour t’aider….Quant à moi, je ne suis pas là pour te sauver.
    Ni ton âme, ni ton corps.
    Cette lettre va sans doute te glacer, te contrarier, te déprimer. Oui, lecteur, tu es destiné à mourir.
    M : malheureusement, O : odyssée, U : ubiquité, R : renaissance, I : imagination, R : recommencer.
    Tu ne devrais pas avoir peur de moi.
    Je suis la seule chose qui ne t’ai pas obligée dans la vie, et sans doute la plus clémente ; c’est la Souffrance qu’il te faut répudier et craindre. Cette fille est une horreur, mais elle a une vie bien triste. Seulement, dans l’esprit humain, elle est associée avec moi, et ça me discrédite. Mais pourtant….
    Je suis l’obstacle le plus simple à franchir.
    Je suis la seule qui sera là à ton dernier souffle.
    Je serais la seule qui te fermera les yeux.
    Il n’y aura que moi pour te prendre la main lorsque tu seras esprit.
    Alors, pourquoi avoir peur de moi ?
    Je vais te raconter l’époque où j’étais jeune. Je le suis toujours, bien sûr, tu imagines La Mort vieille, sincèrement ?
    Bon, pour commencer….
    Je suis née sur Pluton. Comme tout le monde, je suis née SOUS terre ; c’est pourquoi on ne risque pas de trouver vos messages lâchés dans l’espace ou de geler. Nous avons assez de chaleurs sous terre, et notre société s’est habituée au froid.
    Mais je m’égare ; tout ce qui est étranger, chez vous autres humains, vous le méprisez, l’acceptez, le tuer ; même entre vous. Vous êtes la seule société qui s’autodétruit intérieurement. Même si vous avez des ennemis extra-terrestres, pourquoi se fatigueraient-ils à vous attaquer alors que vous vous tuer entre vous ?! Heureusement qu’il y a aussi des gens bien, chez vous….des gens meilleurs que nous, en fait…
    Bref.
    Ma mère, Dimidadiftita, que vous appellerez Mika dans votre langue, (évitez de confondre avec Milka, ma mère n’est pas du tout du « chocolat », croyez-moi) était une sage. Mon père, Akasavratéop, chez vous Papa, était animateur pour ados de 165 à 500 ans.
    La période adolescente est un sacré chaos. Les Plutoniens ados sont de vraies plaies. Même moi, j’étais une vraie peste.
    A l’adolescence, on se révolte ; pourquoi Maman ne veut-elle pas que je sorte dehors à minuit avec les copains dans la rue la plus mal famée pour aller au cinéma et revenir vers 4h ?
    Pourquoi est-ce que je ne peux répondre quand on me parle ? Je dis ce que je pense, et même si ça vous fait mal, si je vous blesse, eh ben c’était bien de dire ça. J’ai dit ce que je pensais, MOI.
    Bref. Je m’appelais Mort, à l’époque c’était un nom original. Maintenant, il est surtout….significatif.
    Je me souviens, lorsque j’étais enfant, d’avoir plongé dans une piscine de lave rafraîchie (l’hypothermie était mortelle quand on ne s’habituait pas d’abord à la lave.) Mes parents ont sauté à ma suite, mais j’avais déjà remonté.
    Conclusion ? Lorsqu’on se cherche, on ne se trouve jamais….
    Adulte, j’ai du trouver du travail. Comme j’étais studieuse, et considérée sérieuse (alors que je ne l’étais pas du tout), on m’a envoyé remplacer la Faucheuse Terrienne. Elle avait voulu démissionner auprès du cercle des Religions Humaines. Yahvé, à ce qui paraît, s’est arraché les cheveux pour trouver un remplaçant. Heureusement que Jésus, son fils, connaissait mieux les annuaires intergalactiques que son père. De toute façon, comme il avait dit à Mohammed, « les vieux, faudrait qu’ils se mettent à la nouvelle technologie ! »
    Mohammed avait rit. Même en tant qu’enfant adoptif, il considérait Allah comme son père.
    Quant à Bouddha, inutile d’en parler ; le jour où il arrêterait de faire la fleur de lotus, ce sera déjà bien.
    Bref. Je fus donc remplaçante de la Faucheuse Terrienne.
    Mes inaugurations et mes nouveautés attirèrent mes employeurs, qui me gardèrent en emploi.
    Ne crois pas, lecteur, que nous recevions de l’argent pour ce que nous faisons. Ne crois pas que nous faisions des grèves à tout bout de champ, comme chez vous.
    Je n’ai guère envie de te dire plus sur ma vie. Oh, et non, je ne suis pas morte.
    Ce travail est vraiment épuisant. Poster, réconforter les morts….
    Et je ne te dis pas le nombre de morts que tu as par dizaine de seconde !
    Les périodes de guerres sont de vrais calvaires pour moi. Je ne peux pas m’occuper de tous, et il reste donc des esprits sur Terre, que je dois traquer pour les guider vers….
    Mais je n’ai pas à te dire le chemin que tu emprunteras avec moi après.
    Cette lettre t’est adressée, lecteur.
    Elle a attendue, longtemps, très longtemps, que tu poses les yeux sur elle.
    Je viens te dire qu’il ne faut pas avoir peur de la mort.
    Je suis la Mort.
    Penses-tu vraiment que je sois vilaine ?
    Je suis ta seule conviction, ta seule certitude, ta seule lumière…
    Et moi, je t’aime.
    Pourquoi ?
    Parce que si tu comprends ce message, si tu m’acceptes, alors je ne serais plus rejetée.
    Même les démons et diables ne sont pas autant rejetés que moi.
    Je suis un sujet tabou pour tous.
    J’erre, sans amis, personne ne m’apprécie…pourtant, il n’y a que moi qui m’occupe vraiment de vous ; il n’y a que moi pour éviter de faire de vous des âmes errantes, perdues dans le monde, il n’y a que moi qui est sûre ici-bas !
    Cette lettre est pour toi. Lis-la, comprends-la, repenses-y.
    Affectueusement,
    La Mort.




  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585
    Qu'est ce qui fait pensé que la mort est sûre? Qu'est ce qui te dit que quelqu'un vient nous chercher lorsque l'on meurt?
    Ton texte est assez pessimiste je trouve, croire que seule la mort est ton amie, c'es assez réduit comme pensée.

    "V : violence, O : obscène, U : usagés, S : sanglants" c'est assez resserré comme idée. Vous, pourrait inspirer la beauté, l'amour, ...
    "T : transe, A : Association, M : maintenant, O : observation, R : régulière, T : tranchante". là, je ne comprends pas la suite logique des mots.
    "Je suis l’obstacle le plus simple à franchir.
    Je suis la seule qui sera là à ton dernier souffle.
    Je serais la seule qui te fermera les yeux". J'espère quand même que des personnes m'entoureront quand je mourrai.

    Enfin pour moi la vie vaut d'être vécue, la mort : le plus tard possible, je n'ai pas peur d'elle mais qu'elle reste loin de moi suffisamment longtemps.
    Je pense que ta vision est extrémement pessimiste mais chacun sa vision des choses.

    Voilà, c'était mon avis. J'espère qu'on me comprendra pas de travers lol.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  3. #3
    Drydo Invités
    Ton avis est très bien, lorsque j'ai fait ce texte je n'étais pas très optimiste en effet. En fait, je pense que j'essayais de ma rassurer moi-même, de me donner une vision moins terrible de ma mort ; de savoir qu'un jour ou l'autre, ça allait m'arriver, et que ce n'était pas une ennemie. Une auto-rassuration stupide, en fait :sad:
    Je pense que tu fais bien de le remarquer. En fait, quelques jours après l'avoir écrit, je voulais le montrer à ma mère histoire de lui demander son avis, mais je me suis dit que ce serait à éviter.....le texte est choquant, je ne le cache pas. Tu n'as rien dit de mal, Lies. Au contraire.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Je ne trouve pas ce texte pessimiste, bien au contraire !
    [ce qui va suivre oblige à personnifier la Mort]
    On part sur l'idée que la Mort est une ennemie, que l'on doit la rejeter, la craindre. Voila le départ noir, que tout le monde se fait.
    Au fil du texte, et grâce au tutoiement, à la description (quoi que caricaturale) de la Mort, à son "histoire" on apprend à la respecter, à l'accepter. On en ressort grandis.
    Il est rare de voir la Mort associée à des idées "belles" et "lumineuses", donc mettre les notions d'amour, de générosité, etc... est antinomique.
    Et on ne parle pas de les instants avant de mourir : on parle de l'instant T où l'on meurt, et en effet, la Mort sera notre seule compagnie, la "dernière qui nous fermera les yeux". Nos proches ne nous accompagnerons pas.

    Pour moi, c'est bon texte littéraire, mais principalement une excellente source de réflèxions.
    Bravo.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  5. #5
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 544
    Bon, je crois que c'est à moi, là...
    Alors donc, une nouvelle histoire pour ma chère Drydy:
    Il y avait autrefois en Egypte, dans la ville de Memphis, un prince du nom de Satni, un des nombreux fils du Pharaon Ousinarès. Satni était un scribe très savant, fort instruit en toutes choses et extremement habile de ses doigts, quand il tenait la palette et le calame des écrivains.
    Satni et son épouse Mahî désespéraient cependant car ils n’avaient pas d’enfants. Mais un jour qu’il était allé visiter le temple de Ptah, Satni épuisé s’endormi, et entendis une voix dans son sommeil. « Satni, un fils te sera bientôt donné. Tu l’appelleras Sénorisis et nombreux seront les miracles qu’il accomplira sur la Terre d’Egypte. »
    Et bientôt, Mahî mit au monde un petit garçon, et son père décida de lui donner le prénom qu’il avait entendu dans ses songes. C’était un beau petit garçon fort et doué. Lorsqu’il fut en âge, on le mit à l’école, et même si son précepteur était un des plus savants scribes de la Terre Entière [nom donné à l’Egypte antique], Sénosiris fut bientôt plus savant que lui. Oui, Sénosiris était vraiment un petit garçon très doué.
    Un jour que Satni et son fils se tenaient tous les deux à leur balcon, ils entendirent qu’on chantait les lamentations funèbres. Regardant par le balcon, Satni vit passer une longue procession emportant vers sa tombe la dépouille d’un riche marchand avec tous les honneurs funèbres.
    Regardant une seconde fois, Satni vit emporter le corps d’un pauvre fellah simplement roulé dans une natte, sans personne pour marcher derrière ni chanter les chants funéraires. Le scribe s’écria « Par la vie d’Osiris, le Seigneur de l’Amentît, tout puissant dans l’autre monde, puissé-je être reçu chez les morts comme ce marchand que l’on escorte à grand fracas, et non comme ce fellah qu’on enterre sans pompe et sans honneur ! »
    Mais Sénosiris, son petit enfant, le regarda d’un air malicieux et lui dit « Et moi je te souhaite au contraire d’arriver devant Osiris comme ce fellah, et non comme ce marchand. » Et comme Satni s’étonnais de ces propos, Sénosiris ajouta « Si cela te plait, je te montrerais, chacun en sa place, le pauvre qu’on ne pleure pas et le riche qui s’en va, escorté de lamentations. »
    Satni demanda « Et comment pourras-tu faire cela, mon fils ? » Alors Sénosiris, le petit enfant, se mit à réciter des formules inconnues de Satni. Il prit son père par la main et le conduisit vers un endroit que celui-ci ne connaissait pas, dans la montagne de Memphis. Ils franchirent une porte et passèrent dans de nombreuses salles, toutes pleines d’hommes de toutes conditions. Personne ne tenta de les arrêter.
    Dans la quatrième salle, par exemple, des gens courraient et s’agitaient tandis que des ânes leurs mangeaient sur le dos. D’autres tendaient les bras vers des paniers de nourriture suspendu aux dessus d’eux, mais on creusait sous leurs pieds pour les empêcher d’y atteindre.
    Dans la cinquième salle, Satni vit des morts vénérables qui se trouvaient en bonne place, et ceux qui, accusés des pires crimes, se tenaient, suppliants, à la porte. La porte elle-même semblait être plantée sur l’œil droit d’un homme, et on accédait dans la salle en lui marchand sur le visage. Cet homme était sûrement un ennemi des dieux.
    Et lorsqu’ils atteignirent la sixième salle, Satni vit les dieux qui constituent le Tribunal des Morts, qui juge chaque défunt à son arrivée dans l’Amentît, qui est le royaume des morts.
    Osiris, le dieu grand, assis sur son trône d’or fin, couronné du diadème des Deux Egyptes. A sa droite siégait Anubis, le dieu à tête de chacal, et à sa gauche Thot, le dieu à tête d’ibis. Et autour d’eux, les quarante-deux juges tenaient séance.
    Devant eux, la balance : on pesait les bonnes et les mauvaises actions de chaque défunt. Ceux dont le mal s’était trouvé plus pesant que le bien, on les livrait à Amaît, la Mangeuse, qui leur dévorait le cœur. Mais ceux dont les vertus avaient pesé plus lourds, ceux-là Thot et Anubis les menaient aux dieux du Conseil, et leurs âmes allait au ciel pour vivre éternellement dans la joie.
    Alors Satni, tout émerveiller de voir ce qu’aucun homme vivant avant lui n’avait vu, remarqua un personnage de belle allure, revêtu des plus belles étoffes, et placé honorablement près d’Osiris. Et Sénosiris lui dit « Mon père, ne vois tu pas cet homme assis près du trône d’Osisis, à qui on fait honneur ? C’est lui, le pauvre fellah que tu as vu emporté seul tout à l’heure. C’est lui ! On a pesé ses mérites et ses méfaits, et ses mérites se sont trouvés peser plus lourd, et Thot, en faisant son compte, s’est aperçu que son bonheur n’avait pas été suffisant pendant la durée de sa vie. Alors le tribunal, pour le dédommager, a décidé de lui accorder le trousseau funéraire du riche marchand que tu as vu emporter avant lui, afin qu’il prenne enfin place parmi les bienheureux.
    Quant au riche, lui aussi a été amené jusqu’au tribunal des dieux, mais ses méfaits se sont trouvés peser tellement plus lourd que ses mérites, qu’on a décidé que son compte lui serait réglé à lui aussi. C’est lui, cet homme que tu as vu tout à l’heure, dont la bouche pousse de grands cris parce que la porte de la cinquième salle est plantée dans son œil. Je savais tout cela, et c’est pourquoi je t’ai souhaité qu’il t’arrive comme au pauvre fellah, plutôt que comme au riche marchant. »
    Et Satni lui dit « Sénosiris, mon fils, nombreuses sont les merveilles que j’ai vu dans l’Amentît ! Mais puis-je savoir, à présent, qui sont ces gens que nous avons vu dans les précédentes salles ? »
    « Ces gens sont des maudits, punis par les dieux. Ceux qui ont passé leur vie à vivre du travail des autres, ceux-là doivent maintenant travailler sans cesse, et tout ce qu’ils gagnent leur est mangé par les ânes qu’ils ont sur leur dos, et les autres, qui doivent sans cesse se hisser vers leur nourriture alors qu’on creuse sous eux, ce sont ceux qui ont montré trop d’avidité à s’emparer de ce qui était à autrui.
    Mais les âmes des justes sont montées dans le Palais d’Osiris et seront désormais heureux pour l’éternité, car celui qui a fait le bien sur la terre, on lui fait le bien dans l’Amentît, mais celui qui a fait le mal, on lui fait le mal. »
    Et alors que Sénosiris guidait son père sur le chemin du retour, Satni murmura une prière pour s’excuser de ses paroles passées, et se dit en lui-même « Sénosiris est mon fils, et cela suffit pour faire de moi un bienheureux. »
    Sénosiris fit bien d’autres miracles encore par la suite, mais ceci est une autre histoire.
    Voilà, et je ne peux maintenant que te souhaiter, Drydo, d’être amenée devant le tribunal des Dieux comme le fellah, et non comme le marchand. Sois heureuse dans la vie, et la mort ne sera après tout qu’une aventure de plus.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  6. #6
    Drydo Invités
    Désolée si je réponds au post en retard.....euh oui d'accord très en retard.
    Youpi encore une hsitoire d'ArkhSeth ! Et un message de l'horrible orc verdâtre !
    Merci à tous deux pour vos messages ! ça me fait vraiment très, très, très, très, très, très, très plaisir ! Mais quant à mon texte, je le trouve toujours un brin choquant. Mais bon, ça parle de la Mort, et tout le monde considère la mort comme un tabou....c'est ancré dans l'idée....
    Michi pour l'histoire Arkhi, je ne sais pas où tu les trouves mais j'ai déjà hâte de lire la prochaine....(non je jure que je suis pas pénible je t'entraîne juste à lire des histoires à tes enfants )

  7. #7
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 544
    Originally posted by Drydo@vendredi 05 août 2005, 20h30
    Michi pour l'histoire Arkhi, je ne sais pas où tu les trouves mais j'ai déjà hâte de lire la prochaine....(non je jure que je suis pas pénible je t'entraîne juste à lire des histoires à tes enfants )
    Bon, allais-je dire avant d'être interrompu par une deconnexion incongrue.
    Où je les trouve? Disons que j'ai mes adresses, les résidus d'une passion enfantine pour tout ce qui touche à la mythologie aidant amplement. Mais rien à faire, je ne dévoilerais pas mes sources
    M'entrainer pour quand j'aurais des enfants? Eùh, oui, pourquoi pas... (non pas que je n'ai jamais envisagé la chose, d'ailleurs, mais j'me comprend.) Mais alors tu finis ton biberon et tu vas gentilment te coucher, maintenant
    Tout ça pour dire, tu n'es pas pénible du tout, et je n'hésiterais pas à poster une nouvelle histoire à l'occasion. [PUB]Si quelqu'un veut les retrouver sans avoir à fouiller tous les topic au hasard, je vous invite à visiter la Taverne de Gabarre (anciennement Taverne de l'Ombre) dont le lien se trouve dans ma signature, j'ai décidé de les y recopier dans un topic spécifique. Et vous y trouverez d'autres de mes petites oeuvres, par la même occasion, alors n'hésitez pas à vous inscrire [/PUB]

    édit tardif: Je me demande si je n'aurais pas du trouver une légende sur l'Ankou, ça aurait peut-être plus correspondu à ton texte...
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

Discussions similaires

  1. Au temps pour moi / autant pour moi
    Par Odea dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 33
    Dernier message: 09/12/2008, 21h24
  2. [CONCOURS] Déc 2007: lettre au Père Noël
    Par Galathée dans le forum Les Archives du Concile
    Réponses: 12
    Dernier message: 21/02/2008, 22h12
  3. [BG1] Lettre sur Gorion ...
    Par Darien dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 8
    Dernier message: 20/03/2007, 01h30
  4. [SOLUCE] Lettre de Tanner
    Par Saiko dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 17
    Dernier message: 31/03/2006, 16h20
  5. [OUTIL OBSOLÈTE] Fichier Tuto pour IEEP pour Baldur's Gate
    Par Rendar'Hearmelis L'ombre dans le forum [ARCHIVES] Outils de la préhistoire
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/08/2003, 05h05

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251