Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: [ Version améliorée]Le donjon de Takna'Riska

  1. #1
    sir julien Invités
    J'ai suivis vos conseils et ceux des autres forum, et je refais mon histoire " le donjon de Takna'Riska" en entier en éspèrant que cela sera plus agréable à lire et que cela vous plaira.


    La main vengeresse

    Les portes de la taverne s’ouvrirent avec bruit y laissant entrer un homme , vêtu de vêtements sombre, sa tête recouverte par une capuche aussi noir que le reste de ses habits portants une longue cape de la même couleur, une besantine est attachée fermement à sa taille, sa ceinture retenant deux fourreaux obscurs et fins, dans ceux-là, des armes possédantes des lames qui ressemblent assez à des katanas y sont logées, à côté de l’arc, supporté dans son dos des flèches posées dans un carquois de bonne taille qui dépassent des épaules de cette étrange personne, un arc fait de même que les projectiles.
    Il avança dans la taverne, jusqu’au comptoir ou un homme de qualité buvait une haute chope de bière.
    - Je n’attendrais pas que tu finisses ta bière pour que tu me donne mon dû, dit l’homme sombre
    Le noble attendit la voix de son interlocuteur, il se retourna tremblant en laissant tombait la peinte à terre qui se brisa en bruit.
    - Vous ? non… je… n’ai pas votre… arg…
    Mais avant qu’il finisse sa phrase, deux lame vient déloger la tête du noble, celle-ci tomba sur le comptoir et le corps s’écroula, le sombre personnage se baissa et prit à la ceinture de sa victime, une bourse qu’il ouvrit en un coup rapide de sabre, une fois que la bourse soit perçait, des pièces tombèrent en faisant des ondes qui résonnèrent dans toute la salle et qui attirait les nombreux brigands de la taverne, ceux-ci s’arrêtèrent en voyant l’assassin prendre son fameux dû, il se releva et continua d’avancer jusque devant un garde devant une porte, celui est équipé de légères protections et d’une fine lame et une arbalète.
    - Sir… dit-il simplement en ouvrant la porte
    L’homme rentra dans la pièce mais le garde semblait terrifié en ayant vu ce personnage, il tremblait de tous ses membres.
    La salle était grande, des ménestrels chantaient sur le côté droit de la pièce, des gens allaient danser en toutes joies, mais ce n’étaient pas des personnes gais et bons, ce sont en fait, des brigands qui s’amusent avant de faire leurs prochains mauvais coups, plus loin dans la salle se trouvaient des tables en bois, organiser d’une manière désordonnée, diverses boissons alcoolisées coulaient à flot.
    L’homme sombre avança sans se soucier des personnes qui dansés, ceux-là, s’arrêtèrent de danser quand il passa devant eux, ils semblaient en avoir peur mais aussi du respect envers lui, celui-ci alla vers les tables et les dépassèrent, plus loin se trouvait un comptoir, il arriva et demanda sèchement une pinte de bière qui lui apporta, mais la porte d’entrer s’ouvrit et laissa passer le garde, mort, après lui des hommes, vêtus d’heaumes qui brillaient à la lueur des torches suspendus dans la pièce, des armures de plates cacher des cottes de mailles très résistantes, il avaient des gants d’un tissu épais, leur ceinture retenait leur épée, lourde mais puissante.
    Les malfaiteurs n’étaient pas d’avis que des gens comme ceux-là rentrent en forçant le passage, ils sortirent leur arme, soit des épées courtes, katanas, arcs et arbalètes, les autres firent de même.
    - Rendez-vous à notre ordre et Helm ne vous fera pas de mal ! disent les hommes en armure
    - Tous vos dieux sont des imposteurs ! Nous préférons mourir plutôt que de nous joindre à vous ! disent les autres
    - Alors qu’il en soit ainsi !
    Des prêtes rentrèrent dans la pièce et commencèrent de formuler des incantations, les brigands et les soldats de Helm se chargèrent les uns contre les autres, épées contre épées ou armes à distance qui essaye de toucher les ennemis, une créature sorti des sortilèges qui venaient des paladins, ce monstre était de feu, elle chargea-les pauvres voleurs qui se faisaient incendier par les flammes de leur adversaire.
    Les paladins gagnèrent progressivement de l’avance sur les brigands qui étaient incapables d’affronter la créature invoquait par les prêtres, mais celle-ci se tomba soudainement en état glacé, le feu n’agissait pas sur la couche de gel au-dessus lui et une flèche d’une allure étrange tomba au sol une fois son effet terminé, l’homme sombre rangea son arc.
    - Et toi ! Voleur ! Que fais-tu en train de boire quand tes collègues se font exterminer ? Tu n’es qu’un lâche !
    - Jamais ces inférieurs seront mes collègues ! Et tu ne sais pas à qui tu as à faire pour me parler de ce ton !
    Le paladin en avait assez entendu et prit son épée pour charger son adversaire
    - Personne n’attaque la main vengeresse, triple idiot !
    Avant que le paladin puisse faire un autre pas, son adversaire lança la pinte de bière vide qui se brisa au visage de la cible voulu, et quand il releva la tête il vit l’homme sombre lui transpercer la tête avec une agilité hors du commun.
    Trois autres paladins virent la scène, ils sortirent leur arbalète mais la main vengeresse tira trois flèches avant qu’ils bougent le moindre membre.
    Les autres voleurs sans danger regardèrent avec admiration le combat de la main vengeresse, celui-ci trancha les gorges, se dissimula dans des coins sombre puis réapparaît devant les paladins troublés de cette vitesse de déplacement.
    Cette bataille dura bien une demi-heure quand quelqu’un cria :
    - Cesses cette tuerie, brigand ! Et viens plutôt te mesurer à moi ! Capitaine de cette équipe.
    - Qu’est-ce que cela change pour moi ? dit l’homme sombre, vous n’êtes que des fanatiques qui ne savent même pas réfléchirent qu’on se sert de vous pour éviter les lourdes taches !
    - Au nom de Helm ! Je te ferais regretter ces paroles !
    Le paladin est de grande taille, ses cheveux sont cachés par un heaume de guerre abîmé par les multiples combats de l’homme, une armure de plates, une ceinture retient une masse imposante, maille dépassait au même niveau que la ceinture et il a un écu à la main gauche.
    Celui-ci attaqua de plein fouet la main vengeresse qui semblait sur de lui, il attendit que son adversaire s’approcha et allait frapper, c’est à ce moment que l’homme sombre sauta au-dessus du comptoir et envoyé à l’aide de ses pieds divers objets qui ralentissaient le paladin qui se prit en difficulté très vite, son ennemi lui sauta dessus et donna un coup de pied la main qui tenait la masse et il l’éjecta plus loin à terre. La main vengeresse sortit ses deux épées et les mis à la trachée du paladin.
    - Et maintenant ? Que fait ton fameux Dieu qui te protège ? Alors que tu es à ma guise ? Cela ne vaut même pas le coup de t’éliminer, chien !
    Le paladin resta bouche bée, il n’avait jamais vu un adversaire aussi véloce et puissant de sa vie, celui-ci partait de la salle mais des paroles lui attirèrent l’attention, les prêtres recommencèrent une incantation et bientôt une onde de feu sortit de leurs mains, la main vengeresse tira une flèche ou une corde pendait à celle-ci et il attrapa pour s’éjecter vers une fenêtre ou le projectile à été propulsé, l’homme sombre monta sur fenêtre.
    - Nous nous reverrons un jour peut-être paladin !
    Puis il sortit de la pièce par la fenêtre laissant derrière lui les paladins qui restaient après le sort des prêtes affligeaient d’étonnements.
    Après une telle défaite, le paladin partir dans une taverne bien connut de son ordre religieux, il demanda un verre d’alcool pour oublier ce cauchemar qu’est la main vengeresse, à lui tout, il a su tuer autant d’homme que dix guerriers ne l’auraient en double de temps, on lui servit et une fois un pour boire et l’adition payée, une discussion attirait l’attention du chevalier de Helm, celle-ci parlait de choses terrifiantes et horribles.
    - Je te dis que j’en ai vu ! Cela en été des vrais ! Bien hideux et aussi maléfiques que le diable lui-même !
    - Comment veux-tu que je croie une pareille histoire, cela ressemble plutôt à la fin du monde ce que tu me dis !
    - Cela revient au même ! Jamais je n’ai vu des démons aussi grands ! Dit l’autre avec irritation
    Le paladin se leva et alla vers les deux personnes qui commençaient à se quereller.
    - Holà ! Holà ! Et bien ! Que vous arrivent-il ?
    - Qui êtes-vous ? Dit un des hommes
    - Je me nomme Foulque, Sir Foulque de l’ordre de Helm
    Les yeux des deux hommes brillèrent.
    - Dieu merci ! Vous pouvez donc comprendre mon problème, dit l’homme du départ, j’ai vu de mes yeux des créatures aussi sombre que les ténèbres de la nuit dans les forêts les plus denses, ils préparaient un coup terrible, je pense qu’ils voulaient attaquer la ville et tout ce qu’il y a avec ! Dit-il avec vitesse
    - Du calme, dis moi ou tu as vu cela et j’irais vérifier dès que possible.
    - C’est loin, au nord de cette ville, à quelques dizaines de miles !
    - Merci, tu peux dormir les deux yeux fermés, je vais aller voir ceci
    Sur cela, le paladin partit en direction qu’on lui a indiqué, Foulque sortit de la taverne et les yeux des hommes brillaient d’une faible couleur comme le feu.
    Le paladin prit un cheval de son ordre puits partit dans la direction ou le mal semble s’y être réfugié, il prit avant des rations et l’eau pour une semaine, son cheval était rapide et beau, son pelage est gris clair avec des taches blanches, sa crinière bien brossée ainsi que sa queue qui se balançait d’un côté à un autre dans sa course, sa selle était faite de cuir, de qualité vu les traits biens faits du matériel, le reste de son équipement était fait de la même matière, Foulque voyagea peu de temps avant qu’un bruit dans les feuillages le fit s’arrêter, puis descendre de sa montée.
    Les sons étaient rapides et ils bougeaient, Foulque pensa que c’était de simples animaux dans les arbres et buissons, il s’apprêta à remonter quand un bruit sourd le fit sursauter et se retourner, une créature immense se trouvait devant lui.
    - Où compte tu allais jeune paladin ? Non ! Tais-toi ! Je le sais déjà et je suis venu à ta rencontre, comme tu peux le voir, je suis au courant de tes actes.
    - Qui es-tu monstre ?
    - Je suis un démon de Takna’Riska, futur maître de toutes les terres de la planète, son règne sera sanglant pour vous petits humains ou autres.
    - Tu n’es bon qu’à la parlote ! Viens donc te battre et subir une défaite de ma part !
    Foulque chargea le monstre à vive allure mais le démon su attendre le moment et il contra l’attaque du paladin avec vigueur et l’éjecta avec un coup de griffes, celles-ci avaient griffé leur ennemi qui avait dû mal à se relever après un tel coup.
    - Ah ah ah ! C’est bien ce que je disais, cela sera sanglant pour vous, nous vous écraserons comme des mouches !
    - Cesses tes âneries ! Mon ordre est puissant et prospère, il saura tuer toute votre compagnie !
    - Laisses moi donc rire ! Vous avez pris une belle défaite contre des hors la loi d’après les rumeurs, dans une taverne que les humains nomme la corne bourrée c’est bien cela ?
    - Tu es au courant de plus de choses que je ne m’attendais, comment sais-tu cela ? Et comment as tu sus que j’allais venir ?
    - C’est bien simple, les rumeurs vont vites, votre défaite est arrivée aux oreilles de nos complices et de moi-même, comme ta venue, on m’a prévenu.
    - Des espions ! Maudits soit-ils ! Qui que cela soit !
    Le démon se lassait des commentaires du paladin, il mit son pied crasseux et puissant sur l’armure de Foulque qui manqua d’air de suite.
    - Je te conseille de ne plus jamais revenir dans ces lieux, attends donc notre arrivé dans ta maison, cela ne sera pas long, encore quelques mois de préparations et nous vous écraseront !
    - Je n’attendrais jamais la fin du monde sans rien faire ! Tu m’entends ! Jamais !
    Mais le démon ne répondit pas, il ferma les yeux et se concentra, une forme lumineuse apparut soudainement, le monstre passa dedans et disparût.
    Foulque n’osait même plus se lever, il était encore sous le choque de la puissance d’un seul démon, il imagina qu’ils s’en ont bien d’autres dans leurs monstres qui doivent détruirent les races occupant le monde, après quelque pensaient qui le fit frissonnait et grimaçait, il se leva et repartit de la d’ou il venait. Une sombre période allait commençait pour la nouvelle quête du paladin.
    Le lendemain, Foulque entra brusquement dans la taverne ou il y a eu le massacre la dernière journée, les gens ne s’en souciez pas, c’est comme si rien ne s’était placé, les corps ont été ramassés et brûler dans les égout ou un souterrain secret de l’auberge, le paladin marchait de table en table en cherchant quelqu’un, beaucoup de celles-ci étaient vides, les clients sont encore couchés certainement parce qu’il y a eu une fête la veille ici enfin il trouva ce qu’il voulait, au fond de la salle, se tenait quelqu’un dans l’ombre, on pouvait juste voir le bas de son visage, il fumait une grande pipe en bois qui lançait de plus ou moins grands ronds de fumés noir, mais quand le guerrier de Helm s’approcha de lui, deux sortes de brigands se mirent devant.
    - Espèce de fous ! Notre maître vous a bien dit que le fond de la taverne lui appartient depuis deux semaines ! Que veux-tu ? Dit l’un des voleurs
    - Je souhaite parler à la main vengeresse.
    - De pis en pis ! Qui te dis qu’il souhaite te parle hein ?
    Mais au même moment, un sifflement se fit au fond de la salle et l’homme sombre fit un geste aux gardes pour laisser passer Foulque, celui-ci s’avança avec des regrets tout de même.
    - Je ne t’avais pas dis de rester bien sagement chez toi avec ta famille ou ton ordre, ignorant ? dit-il en fumant sa pipe
    - Je ne suis pas la pour te supplier de me pardonner ou quoi que se soit ! Mais à vrais dire… Je souhaite que tu viennes m’aider à vaincre des monstres de toutes sortes et terriblement.
    - Allons-donc ! Ils doivent être vraiment forts pour que tu viennes me demander à moi, un des plus grands des hommes du côté sombre, qu’est-ce que sont ces monstres ?
    - Je n’en ai vu qu’un, mais c’était un démon, il parlait ma langue.
    - Tous les démons savent parler de biens nombreuses langues, ce sont avant tous des espions
    - Mais il m’a parlé d’une armée qui attaquera le monde entier.
    Les yeux de la main vengeresse brillèrent étrangement sous les ténèbres de son visage.
    - Tu as le nom de leur maître ? Par simple hasard
    - Je crois qu’il m’a dit un nom du genre de Takna’Riska
    - Takna’Riska ? Que faisais-tu dans ces genres d’endroits ?
    - C’est deux pauvres dans une auberge qui me l’ont dit
    - Je vois, je peux te dire, que c’est deux pauvres comme tu les appelles, ne sont que des démons camoufler dans un corps humain, c’est le jeu préféré de ces créatures, ceux que tu as vus s’appellent Takssa’Saoul et Psato-Rika.
    - Tu en parle comme si tu les connaissais, tu es à leurs services ou quoi ?
    - Moi ? Jamais de la vie… Disons que… j’en ai entendu parler.
    Foulque ne répondit pas à la réponse de la main vengeresse.
    - C’est décidé, je vais t’aider vaincre cette armée, même si pour cela n’est pas la chose primordial
    - Que veux-tu dire par-là ?
    - Ce que je veux dire ne regarde que moi, allons plutôt chercher des hommes assez fous pour nous suivre dans cette aventure qui va nous mener à de périples dangers.
    Le paladin regarda d’un interrogative l’homme sombre, qui semblait savoir de quoi il parlait, la main vengeresse retira l’herbe de sa pipe et la rangea dans sa poche de l’intérieur de sa besantine, il se leva et commença à aller dans une autre pièce, Foulque le suit.
    Cette pièce est plus sombre et plus sale que l’autre, les clients se disputaient presque tous, venant dès fois jusqu’aux poings, cependant l’homme sombre continua à avancer en poussant les gens sur son passage, mais la plupart du temps ils étaient déjà loin avant qu’il arrive devant eux, un peu plus loin se trouvait un petit personnage, qu’on qualifie de nain, son heaume sale et fracturé, ses cheveux dépassèrent de celui-ci de tous les côtés, ceux-la sont poisseux et infects, ses sourcils épais et gris recouvraient la moitié de ses yeux qui étaient rouge par la fatigue ou l’alcool, sa peau était sèche et recouverte de crasses, ses armures abîmées et une grande hache se trouvait dans son dos, retenu par une sangle fermement attachée mais coulissante pour laissé l’arme se dégainer en cas de besoin, il était avec une femme prostituée et beaucoup de bouteilles de bières, il était saoul.
    Une flèche se fit entendre dans la pièce et un hurlement à la suite, une flèche à transpercée la main de la femme qui accompagnait le nain, celui se leva en sortant sa hache et la bougeant de tous les côtés se mit à hurler.
    - Qui a fait ça ? Qui se dénonce tout de suite !
    - C’est moi, la main vengeresse, cela te fais quelque chose ? dit-il en s’approchant du nain
    Le nain ne sembla pas comprendre les paroles de l’homme et dit des choses hors sujet.
    - Quoi ? La main vengeresse ? Merci de ton aide ami, maintenant pousse toi je dois chercher cette main !
    - Sombre crétin ! Je suis la main vengeresse, celui qui fait tomber des dizaines de cadavres en un coup s’il le souhaite ! Cela te dis quelque chose ?
    - Ouais, vaguement mais je crois connaître quelqu’un comme celui-la…
    - C’est moi tout simplement que tu connais de cette façon
    - Si tu me connais, rappelle-moi mon nom s’il te plaît
    - Je vois… tu as dépassé même tes limites d’alcool et tu ne te souviendra de rien jusqu’à l’aube, alors on va dormir ici et au passage, tu es Grask Brinkiarew
    La main vengeresse alla voir au comptoir pour réserver une chambre isolée des autres, l’homme regarda les salles à coucher qui lui restait et donna enfin une clé à l’homme sombre.
    - J’ai une chambre assez loin des autres, pendant que cet ivrogne dormira, nous parleront de cette aventure
    Alors les trois compagnons allèrent à leur chambre, même si Foulque la main vengeresse dû attendre à plusieurs reprises Grask qui tombait ou qui prenait un autre verre.
    La chambre était petite, sombre, les lits, très endommagés avec leur matelas percé, les mur était d’une couleur sombre, ce qui cachait les diverses taches de crasses, il n’y avait pas de meubles dans cette pièce, Grask alla se coucher et dormi presque aussitôt et Foulque et la main vengeresse discutèrent.
    - Je suppose que tu connais mal le lieu ou on va aller, dit la main vengeresse qui tira sa pipe et son herbe et commença à fumer.
    - En effet, je n’y suis jamais allé, mais je n’y vais pas en tant que touriste, je dois empêcher ce mal, jamais je ne pourrais laisser ces créatures attaquaient le monde.
    - Tu verras que c’est beaucoup plus difficile de s’attaquer à une armée de monstres sanguinaires que de voleurs discrets et lâches.
    - Mais on ne peut pas reculer ! Il faut qu’on sauve les humains de cette apocalypse ! J’y laisserais la vie s’il le faut…
    - Je n’ai jamais dis que nous n’irons pas, ni que nous rentrerons en entier ou encore que ma volonté de cette aventure soit pour sauver le peuple des humains ou toutes autres races.
    - J’ai vraiment du mal à te comprendre, tu dois bien avoir une raison pour partir à la mort
    - Laisses-tomber et vas dormir
    Foulque, était prit d’une fatigue depuis quelques heures, il ne se le fait pas demander deux fois pour aller s’allonger sur un lit, confortable ou pas, la main vengeresse alluma sa pipe et fuma dans l’obscurité de la chambre muette et sombre.
    Après des heures, un murmure se faisait entendre dans la chambre, mais n’attirait pas l’attention de l’homme caché dans les ténèbres, Cela n’était que Grask, qui commençait à bouger et certainement il allait se réveiller, c’est ce qu’il fit peu de temps après.
    - Bon sang de rêves débiles ! Qu’est-ce que je fais dans une chambre moi… ? Et qu’est-ce que fait cet homme en armure sur le lit d’à côté ? Il dort… Mais dans ma chambre !
    - Du calme, dit une voix familière au nain
    - Il n’y a que très peu de personne pour se cacher si bien, ou es-tu ami vengeresse ?
    - Je te rappelle, comme toutes les autres fois, que nous ne somme pas amis, Grask Brinkiarew
    - Ouais, mais la dernière fois que j’ai retrouvé quelqu’un sur un lit à côté de moi et toi toujours dans tes habitudes de discrétions, tu m’avais amené à des gros périples.
    - Cela ne te fera pas de mal, vu ton ventre qui a prit du volume depuis la dernière fois.
    - Et si je veux rester ?
    - Tu n’as pas le choix !
    - Comme d’habitude quoi… Bon est c’est quoi le danger cette fois ?
    - Tu sauras tout demain.
    Après ces paroles, Grask se recoucha et dormit jusqu’à l’aube, Foulque était levé et vagabonder dans l’auberge, l’homme sombre n’était plus dans la pièce non plus, le nain sortit à son tour.
    - Maître nain ! Quelle joie de vous voir sans que vous trébuchez sur le sol ! Je suis Sir Foulque.
    - C’est bien la première fois que je vois un coéquipier de la main vengeresse si aimable.
    - J’ai demandé beaucoup de provisions pour la route au chef de l’auberge, c’est un homme bon et il nous le donnera pour un prix convenable.
    Le nain et Foulque partirent remplir leur sac de provisions, de diverses choses : De l’eau, de la nourriture, surtout du porc, de l’eau et quelques bouteilles de vin et de bière.
    Le sac de Grask était remplit, il ne pouvait rien mettre de plus, mais il mit entre son armure et sa cotte de maille deux bouteilles de bière assez fraîches.
    La main vengeresse revient avec un sac contenant des provisions aussi, mais son bagage ne gêné nullement l’arc et le carquois dans son dos, ils partirent de la taverne et marchèrent dans la ville qui avait une odeur agréable, le soleil n’était pas haut dans le ciel et laissait une légère fraîcheur pour la saison, leurs pas s’arrêtèrent devant la porte principale, les gardes l’ouvrirent pour laisser passer les aventuriers, leurs aventures sombres commencent.

  2. #2
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages 
    1 152
    Attention à la concordance des temps elle est très importante pour la logique de l'ensemble, il faut que tu mettes tout au passé simple comme au début ou tout au présent, mais tu ne peux pas mélanger les deux.

    Ensuite attention à certaines formules qui cassent le rythme notemment des dialogues comme
    "machin dit bla bla bla
    alors l'autre lui répond bla bla bli
    et il dit bla bla blo"

    C'est assez "lourd" comme expressions et cassent le rythme en coinçant des formules qui ne sont pas nécessaires dans les tirades et qui les rendent un peu indigestes.

    Méfie toi aussi de certaines formules comme "il était vêtu de vêtements" c'est un peu dérisoire (j'avoue avoir pensé "heureusement que c'était pas avec des feuilles de vigne..."), essaye plutôt des formules plus literraires comme "il était tout de noir vêtu" ou "ses vêtements arboraient une sombre livrée" quelque chose du genre.

    Il reste encore quelques fautes de grammaire (des accords de conjugaison essentiellement) et des mots qui ne sont pas employés dans le bon contexte (par exemple "déloger" une tête ça ne se dit pas vraiment, des termes comme trancher ou séparer du corps sont plus adaptés je pense)

    Voilà bonne continuation
    Sinon de bons progrès
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  3. #3
    sir julien Invités
    Ensuite attention à certaines formules qui cassent le rythme notemment des dialogues comme
    "machin dit bla bla bla
    alors l'autre lui répond bla bla bli
    et il dit bla bla blo"
    Tu veux dire que je ferais mieux de ne pas mettre ces genres de choses ?

    Sinon merci pour les conseils et encouragements

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    634
    Et pense à sauter des lignes aussi, parce qu'un gros paquet comme ça, à 01h27, avec 8 heures de sommeil en retard, c'est pratiqument illisible à lire.

    Le fait de sauter des lignes apportera plus de clarté à ton texte, et permettra d'accrocher ton lecteur.

    Sinon, rien d'autre à ajouter, Nathiel étant déjà passé par là.

    Bonne continuation.

  5. #5
    sir julien Invités
    Chapitre 2

    La forêt oubliée

    Les trois aventuriers, sortis de la ville, ils marchèrent sans arrêter ou se retourner pour voir une dernière fois un endroit tranquille, sauf Grask qui fit un signe en direction de la cité.

    - Adieu, ô toi noble taverne dont la bière est si appétissante, je n’ai d’ailleurs pas pu m’empêcher d’en prendre quelques bouteilles, j’espère te revoir un jour.

    Après ces mots il ne se retourna plus, l’air autour d’eux était pur et agréable, le soleil ne chauffait ni trop fort ni trop frais, le ciel bleu avec quelques nuages mais rares, les fleurs étaient belles à cette saison, les arbres fleuris avec des insectes volants qui préparaient l’automne, l’herbe verte et le sentier bien fait, avec quelques cailloux qui dépassaient peu du sol, cela les encourageaient à voyager sous ce temps.

    - Quel temps magnifique ! S’exclama Foulque

    - Le beau temps peut cacher la tempête, répondit l’homme sombre

    Foulque regarda avec méprit la main vengeresse, mais il ne répondit rien et reprit la route en silence.

    A part le bruit du vent qui s’entrechoque dans les feuilles des arbres ou encore quelques oiseaux qui passent, aucuns bruits ne vinrent casser le silence de la nature et de la paix, le soleil chauffait de plus en plus au-dessus des aventuriers qui continuaient leur marche, la main vengeresse à l’avant et Foulque qui parle au nain ne semblant pas écouter son interlocuteur.

    Le sol commençait à monter, des montagnes au loin, imposantes et quelques-unes sont dotées d’une forme différente aux autres, aussi grandes mais elles font moins cône, comme si la foudre avait foudroyé le sommet.

    - Voici bien des montagnes étranges, dit le nain, elles auraient besoin d’une belle réparation par ma race, nous pourrions faire de belles galeries je suppose, oui, même de là où on est, je sais que la qualité de la pierre est parfaite là-bas.

    - Tu ne sais pas ce que tu dis nain, je connais bien ces montagnes en vagabondant dans des pays que vous autres ne connaissent pas, ces montagnes ont de la malice et aiment vous flamber comme du bois brûlerait.

    Les deux aventuriers regardèrent d’un oeil étonné la main vengeresse, mais celui-ci leur dit de ne pas s’inquiéter des montagnes, ils ne devront pas y passer au regret du nain qui se disait toujours que s’étaient des montagnes belles et certainement riches.

    Les terres changeaient au fur des miles qui dépassèrent, cela faisait quelques heures qu’ils marchaient à l’allure hâtive de la main vengeresse, le nain commençait à trébucher sur les plus nombreuses pierres sur le sentier, l’heure du déjeuner s’approchait à grands pas mais l’homme sombre ne voulut pas s’arrêter de suite, ils continuèrent leur route jusqu’au début de l’après-midi, ils firent une halte.

    - Enfin ! Grogna le nain, je pensais à un moment qu’on allait jamais s’arrêter !

    - A la place de râler, vas donc chercher du bois, il y en a beaucoup d’arbres dans le coin, tu n’as pas d’excuses.

    Le nain partit en raillant comme le fait son peuple quand on leur donne des ordres ou qu’ils n’ont pas envies de faire quelque-chose, la main vengeresse posa son sac et alla regarder les environs, Foulque sortit de quoi se nourrir pour le groupe, il ne n’osa pas prendre plus que le nécessaire car il ne savait pas combien de temps leur aventure va durer et s’ils pourront à nouveaux remplir leurs poches de provisions.

    La main vengeresse monta avec agilité dans un arbre et alla à la plus haute branche, il regarda leur chemin qu’ils allaient suivrent après le déjeuner et un peu de repos pour laisser se reposer les pieds, le sentier diminuait en largeur, les arbres se faisaient de plus en plus dont quelques-unes uns passaient par la route qu’ils suivaient, l’herbe plus haute, ils s’approchaient d’une forêt assez dense qui cacha ce côté, rien ne semblait bouger là-bas, ce qui inquiétât l’homme sombre puis il rejoigna ses compagnons.

    Grask fut revenu avec beaucoup de bois, et il avait allumé un feu à la perfection comme savent le faire tous les nains, Foulque y mit des bouts de viandes ainsi que des légumes de bels couleurs, la main vengeresse arriva et ils mangèrent en parlant, l’homme sombre leur expliqua ce qu’il avait vu en haut de l’arbre.

    - Nous serons bientôt confrontés à de nouveaux changements de la nature, les arbres plus nombreux, le sol rocailleux et l’air plus lourd puisqu’on va avançait dans la journée.

    Après ces mots il sortit sa pipe et un peu d’herbes puis fuma appuyait sur un arbre, Foulque étouffa le feu et alla vider une petite casserole qu’il avait demandé à l’aubergiste, Grask chantait dans sa langue pendant ce temps.

    Après le repas et une courte sieste, les aventuriers reprirent le route de départ, l’air à leur réveille était plus chaud et lourd, des insectes sortaient de leurs abris pour courir sous la chaleur, les oiseaux chantaient du bonheur de cette journée, le peu de nuage dans le ciel, le soleil brillant et réchauffant après un hiver glacial, l’herbe d’un vert à faire aimer la nature à n’importe qui, le bruit du fleuve donnant une impression de paix éternelle, un son qui ne s’arrête jamais, de l’hiver à l’été, de l’automne au printemps, une des rares choses que le temps ne détruit pas.

    Le groupe marchèrent maintenant dans un endroit où les arbres sont nombreux et grands, ils s’approchaient de la forêt vue par la main vengeresse, les troncs de couleur agréable à l’œil, les branches fines mais solides, les feuilles vertes et résistantes, la nature montrait tout de même l’approche des grandes chaleurs.

    L’air fut de plus en plus lourd, le soleil brillant et chaud, les aventuriers continuaient leur route sous cette atmosphère brûlant et fatiguant, Grask se lassa vite de cette marche sans fin, il regrettait déjà les froids qui l’obliger à rester dans la taverne de la ville, Foulque avançait en sueur mais s’arrêta en voyant que la main vengeresse se figea et monta dans un arbre pour arriver au-dessus des dernières feuilles de celui-ci, puis il revient auprès de ses compagnons.

    - L’après-midi prend fin, dit-il en descendant de l’arbre, l’air va être plus sain et le climat va se rafraîchir.

    Après ces mots réconfortants pour le moral de ses amis, ils reprirent la route aussi tôt, la main vengeresse prit une carte et l’examina.

    - Vous avez une carte ? D’où ?

    - Cette carte est mon guide vers le plateau maudit, là où Takna’Riska a mit son règne depuis des décennies. C’est dans cette direction que nous allons, vers la forêt oubliée.

    Foulque se demanda diverses choses, la main vengeresse semblait en connaître plus ce qu’il en dit, mais il doit garder des informations secrètes. Des secrets peut-être néfastes pour eux.

    La voix de Grask qui l’appelait le ramener à la réalité, ils continuèrent à marcher durent des heures jusqu'à voir une marée d’ombre au loin.

    - La forêt oubliée, se chuchota l’homme sombre

    Le soleil commençait à se coucher, les arbres devirent progressivement noir par l’obscurité qui arrivait, l’herbe sombre, le ciel gris laissant tomber des ombres profondes, le groupe marchait avec la main vengeresse comme guide qui savait où il allait.

    Une fois la nuit tombée, la main vengeresse fit halte et se retourna pour dire

    - Nous allons manger ici, mais en dehors du sentier au cas où, puis nous reprendront la route pour aller le plus loin possible

    Après des railleries de Grask, il alla chercher du bois, Foulque sortait les provisions et la main vengeresse alla regarder les alentours, comme leur premier repas dans la journée.

    Après un repas du strict nécessaire, ils ne firent pas de sieste et reprirent leur sac et repartirent sur le sentier, leur route est longue, ils marchèrent en voyant les ombres de la forêt s’approchaient de plus en plus, elles paraissaient sinistres et menaçantes de là où ils étaient.

    Foulque aurait voulu ne jamais voir cet endroit ou ils y avaient ces ombres, mais sa raison reprit le dessus – Voyons ! Se dit-il, paladin ou pas ? Ton rôle est de sauver le peuple des humains, elfes et les autres des esprits maléfiques, quel que soit le danger ! Un silence profond les entourait, la main vengeresse tenait une chose lumineuse et étrange, aucun humain n’aurait su ce que c’était, leur route continuait longtemps, très tard dans le soir, il les fit s’arrêter.

    - Nous allons dormir ici, la forêt n’est plus qu’à quelques milles, nous avons bien marchés.

    A ces mots, ils firent un feu et Foulque et Grask s’allongèrent, la main vengeresse guetta caché dans les ténèbres.

    La nuit était lourde mais fraîche, le ciel étoilé d’une rare beauté illuminait la forêt à quelques milles, la main vengeresse surveillait tous les bruits dans les alentours, mais il ne vit rien d’autre que des animaux sauvages inoffensifs.

    - Nous approchons de la forêt oubliée, je me demande ce qu’on trouvera là-bas…
    L’aube se leva au-dessus de la forêt, le groupe mangèrent quelques provisions avant de reprendre la route. Elle est encore longue avant la forêt, mais ils ne savent pas combien de distance il reste à parcourir.

    Au fil des heures de marches des aventuriers, le temps se réchauffait, le ciel bleu sans nuages, les oiseaux chantant dans les arbres tout paraissait calme et joyeux mais maintenant que se la forêt se rapprochait, ils leur semblaient Que quelque chose les guettait. Une chose hostile et trompeuse, le groupe continuèrent leur route qui montait de plus en plus vite, après deux heures de marches, la forêt semblait n’être qu’à quelques pieds d’eux, mais la main vengeresse fit halte, il monta dans un arbre et regarda au loin puis revient devant ses compagnons avec un air plus sombre que d’habitude.

    - Nous ne sommes pas si près de la forêt que je ne l’aurais pensé, du moins si nous suivons le chemin qui nous guidait depuis notre départ. Le sentier par en zigzaguant vers la forêt et cela allonge le parcours que nous devons faire, alors nous passerons par un chemin plus court mais plus hardi.

    - Somme-nous vraiment obligé ? Répliqua Grask qui ne semblait pas ravi de devoir passé dans un endroit plus fatiguant là où ils sont. Nous avons tout notre temps à ce que je sais.

    - Pas tant que cela, la forêt peut cacher des créatures maléfiques, et celles-ci nous ont déjà peut-être vus ou encore suivis, je le pense car j’ai entendu des bruits de pas discrets et de feuillages derrière nous dans notre marche.

    Les deux compagnons se retournèrent pour essayer de voir de quoi parlait la main vengeresse, mais ils n’entendirent ni feuillages, ni pas, ils partirent dans des herbes hautes et suivirent l’homme sombre sans relâche même si toute fois il se déplaçait plus vite qu’à la normale de leur voyage.

    Le soleil était haut dans le ciel, mais moins chaud que d’habitude, il eut une baisse de température importante, les oiseaux cessaient de chanter au fur et à mesure, l’herbe semblait jauni et sec, les arbres noirs et desséchés, la forêt était sombre devant eux à quelques milles seulement.

    La main vengeresse et ses compagnons arrivèrent au couché de soleil devant la forêt, ils prirent un repas de quoi satisfaire leur faim et leur soif mais le moins possible. L’homme sombre ne voulut pas s’arrêter là où ils étaient situés alors le groupe rentrèrent dans la forêt et marchèrent une dizaine de milles dans le noir du bosquet avant de se coucher sans feu sous l’ordre de la main vengeresse, Grask eut froid durent la nuit. Le temps était passé de la chaleur au froid, l’air se refroidisseur de plus en plus, la forêt tomba dans un silence terrifiant et étrange, hormis quelques bruits de feuillages bougés, aucuns sons ne se faisaient entendre.

    Du haut des arbres, la main vengeresse voyait tous les environs, le ciel noir et étoilé, la forêt
    s’étendait à biens des milles, elle semblait ne plus s’arrêtait, sur un des côtés de celle-ci se logeait une colline de petite taille, l’homme sombre pouvait entendre plus de bruits vers là-bas, des sortes de voix d’oiseaux graves mais faibles qui tournent autour du sommet.

    Grask et Foulque étaient levé au premier rayon de sommeil, ils se préparèrent à entamer une nouvelle journée de marche, la main vengeresse les rejoins après avoir regardé la route où il allait maintenant se diriger avec ses compagnons.

    Il n’y avait plus de sentier pour aider les aventuriers, Ils jouaient des pieds et des mains pour traverser la forêt le plus vite possible, mais la forêt semblait plus difficile à parcourir que prévu, il devait y avoir que peu de jours qu’il a plut car le sol est humide et glissant, le nain tombait à maintes reprises, le paladin fatiguait de l’air du bosquet mais la main vengeresse accélérait de plus en plus obligent aux deux amis de presser le pas, il se retournait quelques fois pour les attendre et repartir encore plus rapidement.

    Après de longues heures de course derrière la main vengeresse, ils firent une pause et mangèrent un peu, la forêt étaient de plus en plus serrée, et de nombreuses roches
    apparaissaient depuis quelques milles, la lumière du soleil perçait peu le feuillage des arbres, les ombres grandissaient au fur et à mesure, ils se remirent à marcher après le repas.

    L’après-midi prenaient déjà fin, la lumière rougeâtre du soleil couchant s’éleva au-dessus de la forêt qui étaient désormais très sombre, ils marchèrent sous le peu d’éclairage qu’ils avaient, toujours rapidement et difficilement pourtant, bientôt le groupe fut recouvert par l’obscurité de la nuit.

    - Nous nous arrêterons plus tard, dit la main vengeresse sortant son objet lumineux de son sac. Suivez-moi avec la plus grande discrétion, il suffit déjà de la lumière pour nous faire repérer.

    Ses compagnons se demandaient de quoi il parlait mais ils durent reprendre la route plus lentement pour ne pas faire de bruit ou le moins possible, après de nombreux milles, les aventuriers arrivèrent devant une place sans arbres, tous brûlés par des hommes, certainement, la main vengeresse se baissa et examina les herbes mortes, les arbres desséchés par le feu.

    - Ce ne sont pas des humains ou elfes qui ont fait ceci, des traces spécifique me le prouvent mais nous ne craignons rien.

    Après ses mots il prit son arc en main et dit aux deux compagnons de se reposer et de manger, lui il surveillera tout en prenant quelque chose pour rassasier sa faim. Foulque et Grask se couchèrent après le repas et s’endormir peu de temps après, la main vengeresse, dans un arbre où il était bien camouflait, se murmura des vers :

    Bien avant les hommes nous sommes venus
    Mais ils nous ont éjecté des biens qu’on a toujours eut
    On se cachera dans les forêts d’où on ne partira plus
    En voilà beaucoup dans ces pays, nous vivrons dans l’inconnu
    Nous ne serons pas dans leurs chansons de vertu

    Mais nous en avons pas besoin, nous sommes libres
    Jamais ils n’entendront parler de nous, nous sommes libres

    Ils nous ont rejetés comme des insectes
    Cette race n’est qu’une chose infecte
    Leurs guerres ne sont que de pestes
    Jamais plus nous ne reverrons des humains ou d’autres espèces

    Mais nous en avons pas besoin, nous sommes libres
    Jamais ils n’entendront parler de nous, nous sommes libres

    Le soleil se leva derrière la colline qui laissait passer une faible lumière du matin, le groupe se levèrent et prirent un court petit déjeuner avant de reprendre la route. La main vengeresse marchait toujours avec beaucoup de hâte et laissant à distance ses compagnons épuisés de courir pour le rattraper, il les attendait plus loin pour repartir une fois cela revenus. L’air se faisait humide et lourd, le ciel gris recouvert par les nuages qui se multipliaient au fur et à mesure qu’ils avançaient, les plantes étaient plus grandes et pâteuses ; Les arbres perdaient leur feuillage.

    Un bruit d’orage grondait dans le ciel, les aventuriers diminuèrent le pas aux premières gouttes de pluie, la route leur fut pénible et longue, ils s’arrêtèrent derrière un rocher pour se protéger de l’averse qui tombait maintenant, après un repas mérité le groupe reprit leur voyage, la forêt était de plus en plus humide et molle, ils eurent des difficultés à passer les nombreux rochers qui bloquaient l’accès.

    Après de pénibles heures de marche, le groupe fit une halte et se reposa un moment avant de reprendre la route, l’orage grondait et le tonnerre éclata peu de temps après, au loin des aventuriers des arbres furent foudroyés ou brûlaient.

    L’obscurité combla bientôt le peu de lumière qui leur restaient et ils tombèrent dans un noir profond, la main vengeresse prit son objet lumineux et guida les aventuriers dans les ténèbres. Ils avaient l’impression d’être guettés et suivis à une distance raisonnable derrière eux.

    L’après-midi passait dans l’inquiétude et la lassitude, Grask et Foulque auraient voulu faire une halte mais les bruits derrière les poussaient à avancer, ils marchèrent sans s’arrêter toute la journée sur un sol mou et glissant, la route montait progressivement vers la colline, elle n’était plus qu’à quelques milles d’eux mais le groupe ne voyait, grâce à l’objet de la main vengeresse, que des arbres et de diverses plantes abîmées par l’eau et la boue.

    La forêt avait l’air de s’étendre sur le monde entier pour les aventuriers, ils étaient lasses par la marche et n’avançaient que lentement, bientôt la nuit apparut et fit tomber le groupe dans un noir total, hormis la petite lueur de l’objet de l’homme sombre et invisible dans l’obscurité. Ils marchèrent quelques heures et firent une halte par épuisement, la main vengeresse, garda le groupe comme dans son habitude.
    Des heures passaient sans aucuns sons, Foulque se réveilla brusquement dans la nuit après d’avoir jeté un cri de terreur, mais rien ne bougeait dans la forêt, il put apercevoir la lampe de la main vengeresse qui le regardait.

    - N’avez-vous don jamais besoin de repos ? Finit-il par demander

    - Je ne dors pas comme toi paladin, je n’ai pas besoin d’être assoupis pour me reposer.

    - Vous n’êtes pas humain n’est-ce pas ?

    - As-tu déjà rencontré un humain comme moi ?

    - Non certes

    - Alors pourquoi donc me pose tu la question ?

    - Je voulais en être sûr

    - Maintenant tu l’es

    - J’ai cru entendre des bruits derrière nous quand on marchait, vous les avez entendus ?

    - J’étais sûr que tu en viendrais là, ces bruits sont rien d’autre que des créatures qui vivent ici. Elles nous suivaient.

    - Pourquoi donc ?

    - Certainement pour faire de nous un bon repas.

    - Tu penses que ces créatures sont des oiseaux ou des mammifères inoffensifs ?

    - Non. Je dirais que se sont des créatures sortant des ténèbres sous nos pieds, des monstres de petite taille, mais un grand nombre, cela doit certainement être des gobelins, donc il y a un endroit ou ils habitent, certainement en dessous de la colline que j’ai vu.

    - Mais nous allons passer par ou alors ?

    - Par-dessus la colline bien sûr.

    - Mais c’est de la folie !

    - Il ne faudra pas traîner comme vous deux savent le faire.

    Foulque allait répondre à la main vengeresse quand un cri dans les ténèbres brisa le silence dans la forêt qui réveilla Grask en sursaut, des dizaines d’œils rouges brillants se précipitaient sur eux.

    La main vengeresse prit ses deux lames – Les voilà ! Battez-vous ! Cria t-il. Les premiers gobelins furent à leur distance juste après le crie de l’homme sombre, Grask et Foulque eurent à peine le temps de prendre leur arme qu’ils devaient se battre.

    L’homme sombre donna un coup bref sur le premier gobelin qui arrivait vers lui puis esquivait les nombreux coups de ses ennemis. Ceci voyant la main vengeresse, se mirent à crier quelques chose dans leur langage horrible à entendre puis ils se réunissent près de Foulque et Grask qui s’étaient rejoins en combattant.

    La main vengeresse sautait d’arbres en arbres pour redescendre sur les gobelins abasourdis, mais les deux compagnons avaient plus de mal que l’homme sombre, ils s’entraidaient et tuaient leurs ennemis ensemble.

    Les gobelins ne s’attendaient pas à une telle résistance auprès de deux adversaires, ils commencèrent à jouer du cor qui résonna dans toute la forêt, d’autres y répondaient avec fracas, des crie en grand nombre se rapprochaient, bientôt la troupe des créatures se multipliait.

    La main vengeresse, voyant ce qui se préparait, sauta dans un arbre et disparut plus loin dans la forêt, Grask et Foulque combattaient avec vaillance mais ils s’étaient envahis par le nombre de gobelins et remirent leur arme dans le fourreau, les créatures les prient et les attachèrent avec des liens incassables par une force humaine.

    Les Gobelins se précipitaient maintenant avec leurs prisonniers vers la colline, ils tiraient sauvagement les deux captifs, les mordaient, les frappaient et les poussaient à aller de plus en plus vite.

    - Maudit soit-il ! S’écria Foulque. Je savais bien qu’on ne pouvait avoir confiance envers cet assassin lâche ! Qu’il périsse de sa honte !

    - Je connais bien la main vengeresse ! Il reviendra nous aider ! J’en suis sûr !

    - Tais-toi donc pauvre nain ! Est-ce ta barbe qui te fais dire des choses si stupides ?

    - Et toi retiens ta langue si tu ne veux pas que je la coupe ! Crois moi ou non, je suis certain qu’il est pas loin dans l’ombre des arbres.

    Foulque regarda d’un coup rapide les arbres près d’eux en espérant voir une forme les guettant, mais aucunes, rien ne montrait que la main vengeresse allait les secourir. Ils arrivèrent devant la colline peu de temps après, les Gobelins s’arrêtèrent devant un rocher de trente pieds, ils chantèrent une incantation et un passage s’ouvrit devant les deux prisonniers étonnés de la stratégie de leurs agresseurs.

    Derrière la porte deux ombres approchaient vers eux, des petites choses. Une fois arrivaient, les aventuriers ont pu s’affirmer que c’était bien des gobelins.

    Des gobelins pourtant bien vêtus, ils étaient habillés avec une matière d’une écorce solide comme une cuirasse, des fins vêtements de soie dépassaient sur les côtés, des bâtons les soutenaient, ceux-ci sont fait de bois avec un bout métallique où s’ont appuyés les créatures. Ils regardèrent les deux captifs et se regardèrent en parlant dans une langue même inconnue par les gobelins.

    - Amenez-les au roi ! S’écria le premier en langue commune

    Les gobelins s’exécutèrent avec joies et la troupe entra avec leurs prisonniers dans la colline.


  6. #6
    sir julien Invités
    Chapitre 3

    Tortures et haines

    Une fois à l’intérieur de la colline, les gobelins condamnèrent le passage rapidement. Grask et Foulque virent que le tunnel ne ressemblait pas aux habitudes des gobelins. Ce tunnel était droit, les murs lisses éclairaient par des torches. Des trésors ou des équipements de guerre étaient posés sur des plateaux fixaient aux murs, quelques pierres précieuses traînaient au sol. Grask manqua de tomber plus d’une fois sur les cailloux.

    Les gobelins grognaient et mordaient férocement, les aventuriers étaient las de suivre la marche hâtive des créatures et de leurs coups, Grask, à plusieurs moments se débattait subitement et tentait de prendre sa hache. Mais les gobelins le ramenaient à la raison avec brutalité.

    La marche dans le long tunnel durait depuis plus d’une heure quand devant eux ils virent une grande porte métallique, trois gobelins l’ouvrirent pour laisser venir à eux une lumière de flamme et une odeur désagréable.

    Ils franchirent la porte et les créatures mirent leurs prisonniers en tête, ceux-la virent une chose inimaginable :

    Une véritable ville de gobelins se trouvait devant eux, les créatures ne vivaient pas comme à l’ordinaire de leurs habitudes dans une grotte humide et sale, ceux-ci avaient des propriétés.
    Leurs demeures faites de pierres grossièrement taillées étaient lugubres. La ville était d’une odeur répugnante et l’hygiène horriblement mauvaise. Des tas d’ordures traînaient de tous les côtés, des cadavres de gobelins pourrissaient dans les rues, les torches éclairaient peu les sombres cavernes, au loin un château sombre surveillait le pays des gobelins.

    Les gobelins firent marcher leurs prisonniers plus lentement, laissant les villageois leur lancer des ordures ou des roches, ils étaient plus irrités que jamais en voyant Grask, ils le torturaient avec des objets fragiles qui se briser sur son visage ou le reste de son corps. Les nains et les gobelins se haïssent depuis des temps inimaginables, la guerre éclatait souvent entre eux mais les elfes et les hommes ne les aimaient pas et s’alliaient à leurs ennemis qui ne leur faisaient pas de quartier.

    Les aventuriers furent traînés sur des milles dans le tunnel sombre, ils furent enfermaient sauvagement dans des cages de petites tailles certainement faites pour les nains. Foulque était mal à l’aise, la cage était trop petite pour lui, la prison avait au moins trois têtes de moins que le paladin.

    Les deux captifs restèrent dans cette situation forte critique durent des heures, ils avaient de nombreuses courbatures, surtout Foulque. Leurs douleurs devenaient insupportables, Grask se lassait de recevoir des projectiles se brisant sur son corps, il maudit tous les gobelins de ces cavernes noires et maléfiques.

    C’est après des heures d’attentes interminables et sans buts, les deux compagnons n’avaient même plus la force pour se parler et avoir de l’espoir. Ils avaient beau chercher comment sortir de ces cages, tout semblait parfait dans la fabrication des gobelins. Grask tenta vainement de briser les barreaux avec sa hache, ses bras étaient trop écorchés et fatigués pour faire quoi que ce soit de physique.

    Peu de temps après, une grande clameur des gobelins se fit entendre en direction du château. Les créatures hurlaient toujours la même chose dans leur langue incompréhensible, après cinq minute de calme, une dizaine de formes avançaient vers les deux prisonniers. Parmi ces masses d’ombres se trouvait le roi des gobelins, accompagnés de ces plus grands guerriers et sorciers.

    Ils arrivèrent devant les deux cages enfermant les deux captifs, ceux-ci ne levèrent même pas les yeux à l’approche du roi. Cet acte irrita tout particulièrement le roi qui fit entendre un cri terrible, le peuple gobelin recommença, avec vigueur leur torture de lancer d’objet. Une quarantaine de gobelins arriva devant les cages et sortirent les deux prisonniers, les frappèrent avec une violence horrible puis les amenèrent en direction du château.

    Cette forteresse était encore pire que la cité des gobelins, qu’on nommait Caras Coth, citée de la haine. Cette forteresse s’appelait Gador Delos, le donjon de l’horreur, elle est plus sombre que la nuit dans le désert, plus glacial que les grands froids et plus terrifiant que la mort.

    Les deux compagnons ne savaient pas où on les menait dans cette demeure diabolique, Foulque ressentait toujours un sentiment de trahison envers la main vengeresse, qui semblait avoir fuit lâchement le danger. Grask était sur les nerfs, il ne supportait plus les tortures des gobelins. Il tentait encore et toujours de riposter, mais à chaque reprise il se voyait infligeait de grandes douleurs.

    Ils arrivèrent devant leur destination finale pour le moment, s’était une pièce où il y avait des corps moisissant, les anciens prisonniers des cachots des gobelins. Les deux nouveaux prisonniers étaient seuls à l’intérieur, avec la seule compagnie des rats et des corps en décompositions.

    Foulque frappa plusieurs fois sur la porte métallique, il toucha le pommeau de son épée que les gobelins lui on étrangement laissé. Mais celle-ci n’était d'aucun secours dans cette situation, aucune torche ne brûlait pour les réchauffer ou laisser un peu de perception.

    Grask s’assoit sur le sol et, avec des yeux plus perçant que l’on pourrait imaginer, fixa le paladin avec pitié. Le nain était habitué aux sombres cavernes sous la terre, il a longtemps vécu dans des sombres citée. C’était un avantage qu’il avait, contrairement à Foulque.

    C’est après une journée entière d’attente que la serrure fit de nouveau bruit, deux gardes gobelins rentrèrent et prirent mes deux captifs, trop épuisés pour tenter quelque chose. Ils les menaient rapidement et cruellement dans les passages de la forteresse, toujours sans lumière.

    Ils arrivèrent dans une salle éclairée, celle-ci grande avec un grand trôner au milieu de la pièce. Dans ce trône siégeait le roi des gobelins, celui-ci regardait avec haine et maléfice le nain qui ne se rabaissait pas devant lui. Le roi se leva de son trône avec vitesse, tenant ne grande épée qui semblait prise d’un de leurs pillages.

    - Si vous étiez au moins compréhensibles, créatures répugnantes, dit le roi d’un ton sec, peut-être que j’aurai un peu de pitié pour vous. Rattrapez vos nombreux torts et dites au roi ce que vous faisiez dans la forêt, qui est ma propriété, celle-ci même donnée par le grand Takna’Riska.

    - Créatures répugnantes ? As-tu au moins vu ton peuple avant de dire cela ? Répliqua le nain avec encore plus de haines que d’habitude, vous vivaient comme des porcs non entretenus par leur maître !

    Grask reçut un violent de pommeau, ce qui le fit tomber à genoux avec douleur. Le roi des gobelins le lança ensuite et fit prendre sa hache, le nain enrageait tenta avec force de répliquer mais un groupe de gardes ne le laissèrent pas faire.
    Foulque réagit aussi tôt et dégaina son épée, jusqu’alors oubliée, et la mie face à la trachée du roi. Les gobelins n’osaient plus bouger, craignant que l’agresseur allait jusqu’au bout et qu’il tu leur seigneur.

    - Mieux vaut nous laisser partir si vous ne voulez pas mourir dans cette forteresse maudite, créatures de l’ombre, je n’hésiterais pas à éliminer votre roi.

    Les gobelins hésitèrent un long moment, leur ennemi semblait sur de lui, ils n’osaient prendre un si grand risque. Ils finirent alors par lâcher l’arme de Grask, celui-ci la reprit et frappa avec le manche le seigneur des gobelins avant de se frayer un chemin parmi les créatures, figées par les évènements.

    Les deux compagnons se mirent alors à courir arme à la main dans les sombres couloirs, Foulques suivait bien que mal le nain qui savait où il allait. Les gobelins se lancèrent à leur poursuite, bien que trop tard par cause de leur étonnement.

    Grask tranchait tout ce qu’ils tentaient de l’empêcher de passer. Les deux compagnons finirent par sortirent de Gador Delos, et le peuple hurlaient de peur, voyant que les prisonniers étaient libres de tout mouvement. Grask aurait volontiers tuait le maximum de ces créatures l’ayant humiliées, mais le temps pressait et il fallait qu’ils sortent de cette sombre citée.

    La cité leur paraissait plus que quand ils étaient rentrés, de nombreux passages après la grande porte métallique les troublaient. Grask prit quelques passages au hasard, espérant que cela seraient les bons, toujours avec les cris des gobelins à leur poursuite.

    Après quatre heures de course épuisante, les cris des gobelins cessèrent, Foulque pensa qu’ils avaient lâchés prises puis les laisser s’enfuir ou se perdrent dans les nombreux passages. Mais Grask nia cette supposition, connaissant trop bien ces créatures répugnantes. Ils devaient préparer un plan infaillible pour les retrouver rapidement, où qu’ils soient, le nain devait guider Foulque en dehors de cet enfer.

    Ils s’arrêteraient tout de même là où ils étaient au moment même, trop épuisés par la course pour continuer à courir ou autre dans le noir. Aucuns des deux n’osaient parler sans utilités par peur que cela résonne dans les cavernes jusqu’aux gobelins, la peur de se faire repérer par les créatures traînait dans l’esprit du nain, et il hésitait à repartir de suite.

    C’est un quart d’heure après qu’ils se préparèrent de nouveau à marcher devant eux, ne sachant même pas si c’était par-là qu’ils veulent aller. Aucun bruit paraissait dans les cavernes, pas le son d’eau ou encore la lumière du soleil venant de dehors ne survenait.

    Quatre heures passèrent quand les deux compagnons s’arrêtèrent, épuisés et désespérés de retrouver la sortie un jour. Ils n’ont rien mangé depuis un certain temps, puisque les gobelins ont pris toutes leurs provisions.

    C’est après vingt minutes de repos que les deux fugitifs décidèrent de reprendre la route, mais le bruit qui les terrorisaient le plus surgit de nouveau. Des cris stridents et de nombreux pieds les pourchassaient, ayant retrouvés leurs traces.

    Les deux compagnons prirent alors la fuite à toute hâte, les gobelins semblaient gagner de l’avance sur eux. Grask était encore en rage face à ces créatures qui les ont humiliés et déshonorés, il voulait se venger, mais le paladin lui redonna vite la raison. Les pas des gobelins étaient de plus en plus prés, ils se faisaient entendre comme une avalanche les poursuivant. Les deux compagnons ne pourraient pas tenir très longtemps, obligés de se battre ou se laisser de nouveau prendre.

    C’est après dix minutes de course atroce qu’ils ne pouvaient plus échapper à la bataille, les créatures les avaient rattrapaient et étaient prêts à se battrent violemment. Grask accueillit le premier venu avec sa puissante hache qui trancha le bras de la créature, celle-ci hurla de douleur jusqu’à se vider de son sang.
    Le paladin surgit dans un groupe des créatures, les tua toutes grâce à la panique qui les envahirent par la surprise, toutefois, le nombre des gobelins était bien trop important pour que leurs ennemis gagnent.

    Les deux compagnons tentèrent de se frayer un chemin dans leurs ennemis, mais ceux-là ne se laissaient pas abattrent et Grask commençait à être terriblement fatigué. Foulque se battait encore avec bravoure, bien que la fatigue montait de plus en plus.

    Foulque reçut un coup violent à l’épaule qui fit une faille dans son armure, prit par la rage, il frappa de plein fouet son attaquant, celui-ci perdit la moitié de son corps. Grask de son côté commençait à ne plus pouvoir se défendre, les gobelins le frappait sans le tuer pour autant, Foulque tentait en vain de lui porter secours, il était lui aussi en situation critique. Grask réussit tout de même à surmonter sa douleur, il frappait et tranchait tout ce qui passait près de lui. Foulque était rentré dans une rage incontrôlable, frappant nul part et partout à la fois. Mais les gobelins en surnombre se moquèrent des efforts fournis par les deux fugitifs, ils les serraient de plus en plus, les bloquant dans un coin avant que cela arrivent à les repousser que trop légèrement.

    Grask finit par poser sa hache et tomber de fatigue, Foulque était appuyé contre le mur, ils ne pouvaient plus bouger, c’est ainsi que le combat prit fin et que les gobelins les reprirent comme prisonniers. Ils furent enchaînés et traîner encore plus cruellement que la première fois, foulque regrettait presque leurs actes auparavant.

    Les gobelins les ramenèrent dans Gador Delos, celui-ci était encore fou de rage de ce qui lui ont fait, le ridiculisant devant son peuple. Il les fit enfermer de nouveau et frapper sauvagement, les gobelins les haïssaient tous les deux, mais évidemment, le peuple s’en prenait encore aux nains.

    Le roi arriva devant les deux cages, les deux compagnons avaient même des difficultés pour ne pas baisser les yeux face à ceux de leur ennemi. Celui-ci agrippa Foulque et le colla contre la cage, le froid de celle-ci était terrible et cela brûlait le côté gauche du visage du paladin.

    - Qu’est-ce qu’il ta pris pauvre fou de m’attaquer ainsi ? Sais-tu au moins comment on m’appelle ? Oserais-tu encore porter la main sur le grand roi Ûnrîn ? Tu n’aurais jamais du faire cela, comme ton ami nain. Nous les torturerons demain jusqu’à que mort s’en suivre, sur la place, tu pourras admirer peuple !

    Une grande clameur vint des gobelins, ceux-là aimaient plus que tous ces genres de divertissements. Les enfants des gobelins allaient devant les prisonniers pour leur lancer des roches assez fines et affûtées ce qui coupait la peau quand cela atteignait le visage, Grask essayait de leur faire peur, mais il faisait pitié à voir, dans son état critique.

    Les deux compagnons dormirent environ une heure, car les gobelins ne se lassaient pas de leur lancer des projectiles au visage. Grask les aurait volontiers tranché en deux morceaux si ces barreaux ne retenaient pas sa fureur, le paladin n’en désirait pas moins.

    - Maintenant je saurais jusqu’à où va la haine des gobelins envers les miens, je ne pourrais jamais oublier ce qui c’est passé dans cet endroit. Il ne vaut mieux pas pour eux que j’arrive à sortir de cette cage, ils exposent même nos armes pas
    loin devant nous pour nous narguer.

    - Je ne savais ce qu’il allait se passait, tout ceci à cause de la main vengeresse, ce traître nous a abandonné à la misère. Jamais je ne pourrais lui pardonner ces nombreuses heures de tortures, il le regrettera de sa vie si je ne meurs pas aujourd’hui.

    - Ne dis pas cela paladin, déjà il te tuerait sans difficultés. Il est dans le coin, attendant le moment propice pour apparaître et nous sauver, ce n’est pas la première fois que je pars en expédition avec lui, je sais comment il fait maintenant.

    Le paladin ne répondit pas au nain qui semblait si sûr de la fidélité de La main vengeresse, Foulque avait perdu toute sa confiance à son égard. Pourtant, il espérait plus que tout que le nain avait raison, c’est leur seul espoir, bien que minime, pour vivre.

    Des cors résonnèrent dans tous les passages de la sombre citée, les portes de Gador Delos s’ouvrirent avec bruit. Une armée de gobelins en sortait, le roi était assit dans son siège déplaçait à un balcon de la forteresse.

    L’armée s’arrêta à quarante mètres des cages, quatre gardes s’approchèrent de celles-ci et les ouvrirent. Grask tenta quelque chose mais vit que les archers étaient prêt à lui tirer dessus, il cessa de suite son erreur. C’est à ce moment que les deux gardes qui le tenait tombèrent au sol, plantés d’une flèche, ainsi que ceux du paladin.

    D’autres flèches sifflèrent vers les archers gobelins dont quelques-uns tombèrent et les autres prirent la fuite vers Gador Delos, La main vengeresse sortit de l’ombre, épées en mains, face à l’armée devant lui.

Discussions similaires

  1. [ITEM] Bug avec Bordazur améliorée, mon perso subit des dégâts
    Par Mikuron dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/02/2008, 10h47
  2. [ITEM] Furie Céleste améliorée
    Par Darien dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 6
    Dernier message: 04/05/2006, 21h17
  3. [ASC] Illasera améliorée
    Par Anomaly dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 17
    Dernier message: 22/04/2006, 16h02
  4. le donjon de takna'riska
    Par sir julien dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 36
    Dernier message: 22/04/2005, 13h30
  5. Se procurer hâte améliorée au chapitre 2 ?
    Par Mekren le maudit dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 11
    Dernier message: 11/02/2005, 07h59

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256