Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Retour en arrière

  1. #1
    Drydo Invités
    Donc voilà je me lance :timide: , avec un petit essai de roman. Je ne suis pas très "facile" à lire à ce qui paraît désolé...


    Prologue

    - Djaril ! Imbécile de pacotille ! Sors moi d’ici toute suite ! Ne me laisse pas là, enfin ! Une dame de mon envergure ne se risquera jamais à traverser…cette…boue putride et puante !
    L’assassin soupira. Dame Yodrilél Katara était d’une arrogance insupportable. Elle écrasait de son mépris tout le monde. Sauf les hommes qu’elle trouvait à sa hauteur. Maniérée au possible, cette femme ne se décidait pas à salir sa longue robe bleue dans la boue. Mais Djaril n’allait pas la porter non plus, enfin ! ça devenait n’importe quoi !
    - DJARIL !!!!!!
    - Oui, Dame Katara…
    Alors toi, lorsque j’aurai fini mon contrat, il ne faudra plus compter sur moi…
    Djaril retourna vers Yodrilél qui le presser de venir la chercher, « pour ne pas perdre du temps sur leur quête ». Contrôler ses nerfs devenait de plus en plus difficiles à chaque pas. Un, deux, trois, quatre….ses bottes de cuir noir seraient bonnes à laver. Il prit la prêtresse orgueilleuse sur son épaule.
    - Quoi ?! Mais enfin ceci n’est pas une façon de me tenir correctement, Djaril ! J’EXIGE que vous me remettez….
    Un, deux,…..
    Non Djaril ne fait pas ça, bougre d’idiot….

    Trop tard. Plouf !
    Yodrilél s’empourpra de rage, de honte, de haine ; ses cheveux blonds gouttaient désormais de gouttes brunes et vaseuses, sa robe fendue et ses pierres précieuses engluée dans la boue, et ses bras et jambes nues immergées.
    - Imbécile, idiot, incapable ! Sortez-moi de là toute suite !
    - Oui, oui, excusez-moi, votre beauté m’a tant charmé que j’ai n’ait pu faire attention à vous…
    Cela t’apprendra les bonnes manières, ma chère.




    - Tu es sûr que nous devrions passer par là ? Ce chemin ne me fait pas confiance, Eyendiss.
    - Ne t’inquiète pas, tout ira bien. C’est là-bas que sont partis Yodrilél et Djaril.
    Tout en parlant, Eyendiss repoussa une de ses mèches blanches de son visage. En effet, bien que très jeune, ses cheveux étaient blancs comme la neige, continuellement en bataille et jamais coiffé, et lui tombaient sur les épaules. Ses yeux d’un bleu intense et mouvant, comme ceux d’un chat, étaient cernés et mornes. Son compagnon, Matigal, n’était pas dans le meilleur état non plus. Non loin derrière, l’enfant de Matigal, Tzira, jouait avec deux bulles de contour lumineux. Ses pieds saignaient abondamment, entaillés par leur dernière fuite, et ses grands yeux gris étaient éteints de toute joie enfantine. Ses cheveux sales et emmêlés lui tombaient au bas du dos. Eyendiss aimait beaucoup la petite fille, d’à peine dix ans. Amusante et malicieuse, elle leur avait remonté le moral plusieurs fois. Mais elle était aussi la messagère de Dame Neutre Chance…devenue muette, elle avait seulement dit à son père : Amène-moi au Temple de Kestiurî. Le monde en dépend. Là je délivrerai mon message.
    Pour peu, cela avait de quoi inquiéter son père. Mais si au début il n’y croyait pas, voir la santé de sa fille se dégradait l’avait obligé à partir.
    Matigal prit sa fille par la main et laissa passer le jeune magicien devant. La nuit allait bientôt tomber.
    Eyendiss s’arrêta un moment.
    - Que se passe-t-il, Eyen ?
    - Ecoute ce cri, dit-il avec lenteur. Ah oui, c’est vrai, tu n’as pas les mêmes oreilles que moi.
    L’amanzélé avait deux oreilles en forme de pointe. Matigal ne voyait pas ce que ça changeait, mais tant pis.
    - Nous avons retrouvé Yodrilél, dit-il alors avec satisfaction.



    Kêftiu regarda partir le trio. Bien étrange. Un amanzélé blanc, sorti tout droit du désert, un fier itahmien du sud et une petite fille métissée qui jouait avec deux bulles de lumière. Et la Chasseuse avait assez entendu parler de Yodrilél pour identifier son nom. Quant à ce Djaril, elle le rencontrerait assez vite. Dès que les trois voyageurs quittèrent le petit mont rocheux, Kêftiu s’y installa. Le soleil dorait les roches des canyons, et l’odeur salée de la mer parvenait encore aux narines de la Chasseuse. Elle savait ce qui se passait, au contraire de cette bande hétéroclite. Elle en connaissait le danger, pour avoir vu ses sœurs exultaient de joie. Les Chasseuses étaient en marche, de nouveau, et personne n’était encore arrivé à les arrêter. Leurs noms étaient craints sur toutes les lèvres…Mortelles et efficaces, elles semblaient impossibles à dissoudre. Mais Kêftiu avait échappé au pire. Elle s’était enfuie avant d’être brisée totalement par Kasham, porteur du Masque de Rubis. Mais elle connaissait une douleur impossible à identifier, à chaque fois qu’une de ses sœurs souffraient d’une blessure. Elle n’avait toujours pas quitté sa torture, finalement. Mais elle, au moins, n’avait pas trahi ses origines. Elle observa le trio partir vers une petite vallée, seule tâche verdoyante dans ce terrain rocheux, que la pluie avait rendu boueux.
    Elle ne pouvait pas laisser ces idiots mourir bêtement, alors que leur tâche était si importante.

    De nouveau, les Trois Chances se réunirent. Ils étaient les seuls particules du Si qui n’avaient pas quitté le monde. Donc, les seuls qui pouvaient agir, aurait-on pensé. Mais c’était bien trop tard….
    Bonne Chance prit la parole.
    - Les Chasseuses sont parties en chasse sous l’ordre de leur maître, porteur du Masque de Rubis, qui contient l’énergie de la déesse du chaos et de l’entropie. Pourquoi ? Dans quel but ? Neutre Chance, mon frère et moi savons que tu as envoyé des sans destins à la rencontre d’Aro’ale et d’Ezéké’yr. Pourquoi faire ?
    - En effet, ma sœur, pourquoi ? Les Chasseuses les intercepteront, tu le sais. Ezéké’yr n’est pas digne de confiance. Et cette Aro’ale est aussi résistante qu’un roseau face à une hache.
    - Vous énoncez leurs défauts, sans parlez de leurs avantages. Ce sont tous des sans destins, réfléchissez ! Eux pourront agir, alors que nous ne pouvons pas ! Et Ezéké’yr est le seul qui puisse manier le temps, Aro’ale étant-elle un spectre des plus utiles pour notre cause.
    - Assez ! j’en ai assez entendu ! Quelle idiotie ! Il y a plus grave !
    - Prends place, Kasham. Nous devrions faire cause commune, et tes Chasseuses devraient se lier aux envoyés de Neutre Chance.
    Kasham, dont on ne distinguait que la cape brune et son masque de rubis où on voyait clairement deux flammes à l’interstice des yeux, se racla la gorge.
    - Ce n’est pas moi qui les ai envoyé, finit-il par avouer d’un ton gêné. Ce n’est pas moi qui les contrôle. Je suis venu le plus vite possible pour vous dire que tout ce chaos, la mort de la déesse de la magie et l’explosion engendré, les immortels renvoyés au ciel et l’apparition les spirales noires qui attaquent le Si a ravivé la puissance de Lyrâl. Je ne contrôle plus le masque aussi bien qu’avant. Un jour où l’autre, Elle va prendre mon contrôle, et donc celui de ceux qui me sont attachés. Elle a déjà réussi à prendre ma place face à mes Chasseuses. Je ne veux même pas savoir ce qui se passerait si elle arrivait, grâce à moi, à entrer dans le monde. Elle se vengerait sans doute de son emprisonnement. Ce qui est sûr, c’est qu’autant que créature chaotique elle nous détruirait.
    - Tu me rassures, Kasham, maugréa Bonne Chance.
    - Mais il reste…une…solution. Enfermez-moi dans l’île, et n’en pouvant plus en sortir, même si la déesse revient en ce monde, personne ne courra le risque de la destruction.
    - Oui, mais ce serait échanger cette tarasque contre toi !
    - Faites le choix. Mais dépêchez-vous. Le temps ne peut attendre, et vos aventuriers sont très loin de pouvoir l’agripper. Et tant que ce ne sera pas le cas, ce sera moi le plus haut danger….

  2. #2
    Indyle Invités
    Je ne suis pas très "facile" à lire à ce qui paraît désolé...
    QUI a dit ça???? Moi, j'aime bien...
    d’Aro’ale et d’Ezéké’yr
    Ah les revoilà.... :notme: pour de nouvelles zzzzaventures!!
    [...]maugréa Bonne Chance.
    Bonne Chance ? euh... à toi aussi

    ...à quand la suite ?


  3. #3
    Drydo Invités
    Très bientôt, quand j'aurai trouvé le temps d'écrire.
    QUI a dit ça???? Moi, j'aime bien...
    Merci beaucoup, mais tout le monde trouve mes textes pas très compréhensibles ou trop difficiles à lire.
    Ah les revoilà....* pour de nouvelles zzzzaventures!!
    Oui mais pas les mêmes ! J'ai repris les noms que j'aime bien, mais bon toi tu connait un peu leur caractère je pense que tu vas comprendre ce qui va se passer assez facilement...
    Bonne Chance ? euh... à toi aussi
    Vous sera révélé la raison de ces noms-ci la prochaine fois :eye: .

  4. #4
    Drydo Invités
    Chapitre 1 : En chemin



    Yodrilél releva fièrement le menton. Elle avait testé ses limites avec l’assassin ; les connaissant, elle pourrait désormais jouer avec. Il était fier, bien trop fier pour sa propre santé. Une remarque à ne pas oublier. Au contraire de lui, la prêtresse ne s’inquiétait pas pour ses compagnons. Malgré son arrogance, elle n’était pas idiote. Si sa déesse, qui contrôlait le meurtre, le mensonge et la nuit, se piquait de la faire s’allier avec une gamine muette prétendant sauver le monde, c’est que l’affaire était sérieuse. C’était pour cette raison qu’elle l’avait suivi, car elle se fichait pas mal de la maladie de Tzira et de son avertissement, à part si c’était le désir de sa déesse qu’elle y aille. Elle avait recruté son assassin favori, Djaril de la ville Dîbss, une ville de paladins saoulards et de nobles idiots désireux de partir à la rescousse de la moindre vielle dame qui traversait une rue. Bref, Dîbss n’était qu’un ramassis d’imbéciles, sans compter leurs soi-disant assassins aux cœurs purs. Ils étaient envoyés pour des tâches nobles dans de lointaines contrées, comme assassiner un collecteur d’impôts injuste envers de pauvres paysans. C’était abasourdissant de voir tant de bêtise dans une même ville.
    Enfin, pour en retourner à sa pensée principale, elle ne doutait pas que ses compagnons la retrouveraient facilement, surtout après son coup d’éclat. C’est une fois seulement à l’autre bout de la vallée boueuse qu’elle ordonna à Djaril de faire une pause.


    Le monde était comme une grosse bulle pour Tzira. Comme tous les « nouveaux » habitants, elle n’en connaissait rien, ni géographie ni histoire ; certes, des cartes existaient, mais les paysages avaient changé et elles n’étaient donc pas toujours fiables. Les cartes du monde ne valaient donc rien, on ne pouvait faire confiance qu’aux cartes des régions.
    Pourquoi le monde serait-il une grosse bulle ? Pour commencer, il était rond.
    Ensuite, à chaque fois qu’elle regardait une bulle, tout était déformé, tordu, grossi, rapetissé, changeant, et ce à l’infini. Il en était de même pour le monde ; tout changeait en permanence. Depuis qu’elle avait rencontré Dame Neutre Chance, Tzira n’était plus une petite enfant naïve. Elle aimait encore faire des sottises, mais elle avait décidé de ne plus parler et d’imiter une maladie pour que son père agisse selon son bon vouloir. Elle maugréait d’agir de la sorte, mais avait-elle d’autres choix ? Contrairement aux récits des bardes aux belles paroles, ce n’était pas en claquant des doigts et en criant : « Hé ! Celle qui équilibre les deux chances m’a dit que je devais me rendre au temple de Kestiurî ! Son souhait est que j’y rencontre des personnes à qui je devrais dire ce qu’il faut faire pour sauver notre monde ! »
    Si tout avait été aussi simple, elle ne serait pas entourée d’un père apeuré qui manquait de confiance en lui, d’un mage qui sous son air « je-suis-doué-vous-pouvez-me-faire-confiance » n’arrivait pas à lancer un sort sans faire exploser quelque chose, d’une prêtresse arrogante qui ne savait rien cuisiner et d’un assassin déprimé. Çela laissait à supposer que les sans destins n’étaient pas si fantastiques qu’on pouvait le croire.
    En lançant une bulle aux contours roses en l’air, elle remarqua alors une silhouette sombre accroupie derrière un rocher. Elle fronça les sourcils et se retourna, mais il n’y avait déjà plus rien. Mais Tzira n’était plus une ignorante fillette geignarde ; il y avait eu quelqu’un, et ce n’était pas parce que la silhouette avait disparu qu’elle n’était plus là. Ce n’est parce que dans une phrase un mot disparaît, qu’elle n’a plus de sens... Ce n’est parce que dans un paysage quelqu’un se cache derrière des rochers, assez bien pour qu’elle ne le voie plus, qu’il n’y est plus. Tout était compliqué. Même la vie d’une fille de dix ans.

    Kêftiu avait senti bien avant que la petite fille se retourne qu’elle avait été repérée. La Chasseuse avait usé toutes ses forces mentales à augmenter sa capacité de saut bien avant que la petite fille se retourne. Elle n’avait pas disparu…elle ne s’était pas même cachée. Même si cette pauvre fillette réfléchissait, cela se voyait dans ses yeux, elle n’était pas encore assez intelligente pour regarder avec des idées correctes. Au lieu de se focaliser sur ce rocher, elle aurait du penser à regarder autour d’elle. Un des défauts de ceux qui pas d’expérience.
    Il fallait faire plus attention. Elle avait sous-estimé la capacité de repérage du groupe. Peut-être n’aurait-elle pas besoin d’intervenir lors de la traversée dans le dernier canyon. Ce serait...un test des plus intéressants. En apprenant les faiblesses et les points forts du groupe, elle pourrait mieux le consolider.


    Ezéké’yr comme à peu près tous les jours, se disputait, avec son irascible compagne, Aro’ale. Enfin, irascible…c’était plutôt lui qui était irritable, même s’il refusait de l’admettre. Il faut dir, que si des spectres avaient l’habitude d’envoyer des cauchemars la nuit, on ne finissait pas par les apprécier. Il se levait donc de mauvaise humeur, comme chaque nuit après avoir fait ses horribles rêves.
    - Mais c’est complètement idiot ce que tu as fait !
    - Je t’ai testé par rêve pour voir comment tu réagirais à une situation comme celle-là ! Et sincèrement je ne pense pas que tu aurais survécu !
    - Non mais tu me prends pour qui ? Je ne suis pas un novice ! Toi, tu peux te permettre de dire ça, tu sais bien que tu ne survivras pas, mais heureusement ce n’est pas mon cas !
    La femme au corps de couleur semi transparente et bariolée s’empourpra. Elle ne touchait pas l’herbe, semblant voler de quelques centimètres au-dessus du sol. Ses cheveux verts ondulaient constamment. Ses grands yeux bruns avaient une lueur sauvage, celle qu’elle avait lorsqu’elle était contrariée. Sa peau claire était marquée d’un coup de soleil au niveau de l’épaule. Il faut dire que de côté-là elle n’était quelle n’était pas maligne ; le soleil des régions du sud était brûlant. Même lui, qu’elle qualifiait d’idiot n’avait pas été piégé !
    Ne trouvant rien à répliquer, elle envoya des ondes de mauvaise humeur autour d’elle.
    Ses ailes de libellule battirent furieusement, mais cela faisait longtemps qu’elle ne pouvait plus les utiliser, puisque lors de leur troisième rencontre, il avait faillit manqué en arracher une. Ce n’était pas de joyeux compagnons, ni de futurs fiancés, mais des ennemis. S’il n’y avait pas eu cette fabuleuse découverte à Kestiurî, ils en seraient restés à une simple animosité. Ezéké’yr semblait être celui qui allait gagner ; il n’avait jamais été vaincu, que la guerre soit d’ordre verbale ou physique.. Mais Aro’ale avait un avantage sur lui : elle savait pourquoi elle se battait. Aro’ale savait que c’était une Chasseuse, Kêftiu, qui les avait forcés à se rendre au temple. En leur promettant gloire et richesses. Elle ne devait pas espérer un moment croire à ces mensonges. Elle accompagnait Ezéké’yr pour l’empêcher de voler ce qui appartenait au temple. Plus faible que lui certes, mais avec plus de connaissances. Et elle non plus n’hésiterait pas à frapper dans le dos.

  5. #5
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 541
    Allez, courage, demain les vacances, j'aurais peut-être enfin le temps de me plonger dans la lecture.
    Bonne continuation de la part d'un "collègue".
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  6. #6
    Drydo Invités
    Chapitre 2 : Traversée du col

    Matigal plissa les yeux. Il avait reconnu la robe bleue de la prêtresse.
    - Ah, vous voilà !
    - Enfin, répliqua Yodrilél.
    Cette phrase coupa court à toute ébauche de joie – si il y en avait eu. Eyendiss dit alors, le de la façon la plus sarcastique qui soit :
    - Je peux savoir pourquoi tu es pleine de boue ? Une dame de ton rang ne serait pas plus à l’aise en milieu terrestre qu’en milieu amphibien ?
    Djaril éclata de rire et fit un clin d’œil au magicien, fier de sa phrase. Yodrilél respira un grand coup et partit en direction du col sans répondre.
    Matigal donna une grande tape dans l’épaule de son ami.
    - Alors là ! Magnifique !
    Mais, brusquement et sans aucune raison, il dégaina son épée et se mit sur ses gardes. Son regard se porta sur Yodrilél. Le son qui se répercutait était significatif. Un éboulement…
    - Dame Katara ! Arrêtez !
    - Qu’y a t-il encore ?
    - Un éboulement !
    Yodrilél couvrit cette phrase d’un cri apeuré. D’où elle se trouvait, elle distinguait des tourbillons de sable qui s’élevait derrière ses compagnons, et sans doute derrière elle. Le rôle de Yodrilél étant donc d’hurler pour prévenir ses amis, elle le fit avec joie. Elle esquiva de justesse un bloc de pierre, qui manqua de lui massacrer les orteils Au même instant elle prit à deux mains son fléau d’une noirceur d’encre. Comme elle le pensait, deux tourbillons de sable se trouvaient derrière elle. , Ils étaient de forme humanoïde, et l’avait encerclée sur les flancs pour empêcher sa fuite. Peut-être que ces bandits du désert préféraient l’énergie des morts écrasés sous des tonnes de roches ?
    Les bandits du désert étaient constitués de tourbillons de sable en mouvement rapide et continuel, de forme humanoïde. Ceux qui essayaient de les frapper devaient toucher une boule de lumière qui se trouvait au centre de leur corps. Celle-ci, était faite d’énergie, et pour survivre, les bandits du désert devait tuer des vivants, afin d’aspirer l’énergie qui s’échappait du corps des victimes.
    Matigal Etait le seul avoir entendu le cri de Yodrilél. Il se retourna, et il frappa la créature de sable qui allait s’en prendre à sa fille. Des monstres de sable dans un canyon, au bord d’une vallée boueuse…qui y aurait pensé ?
    Ne pas trembler. Mouvements rapides. Viser. Atteindre le cœur lumineux de la créature.
    Du côté ennemi, les mouvements et les attaques étaient plus sûrs, et Eyendiss ne pu réagir à temps. Un des bandits lui tordit le bras et lui arracha un cri de souffrance, il tomba à terre, et sa tête rencontra une pierre.
    Tzira était paralysée par la peur. Son petit cœur battait.

    Yodrilél porta secours à Djaril, après c’être débarrassée des bandits grâce à son sort. Elle se jeta sur le tourbillon de sable, qui lui opposât aussitôt une grande résistance. Djaril en profita pour lâcher son arme et arracher la boule lumineuse. Il toucha à cette énergie vive et aussitôt il fut brûlé. Il n’eu cure de la douleur, et s’agrippa de toutes ses forces à la boule d’énergie. Lorsqu’elle céda sur la pression, le sable protecteur de la créature explosa dans toutes les directions, ce qui projeta au sol Yodrilél et Djaril sous la force de l’explosion. Tzira courut vers son père. Du sang coulait sur sa tempe.
    Quelques minutes après, la magicienne et l’assassin la rejoignirent. Yodrilél regarda la blessure de Eyendiss. L’entaille n’était pas profonde, il se réveillerait bientôt. _ Tzira apporte moi de l’eau et un tissu, et toi Djaril, vas soigner cette vilaine brûlure. Djaril et Tzira s’exécutèrent. Eyendiss revint à lui. _ Dame Yodrilél, que c’est t-il passé ? _ Vous ne vous souvenez pas ? Ce choc que vous avez reçu à la tête est plus grave que je ne pensais. Bref, nous avons été attaqués par des bandits du désert. Après avoir entendu mon cri, vous avez été attaqué par l’un deux et vous vous êtes fièrement battu, mais il était trop fort. Eyendiss se releva Il fit une grimace. _ Mon épaule ! _ Laissez moi voir.



    - Ezéké’yr ? Ezéké’yr ?
    Aro’ale secoua le jeune homme.
    Il était de grande taille, avait la peau claire, et les cheveux bruns ébouriffés. Son regard était semblable à celui d’une femme, car il avait des yeux ourlés de longs cils autour de yeux d’un bleu profond dans lesquels on se perdait si facilement. Mais lorsqu’il vous regardait, ils devenaient si froids et si glacés, si tranchants, que leur beauté captivante en disparaissait presque.
    En prenant son pouls, elle découvrit avec horreur que ses propres veines étaient ouvertes – comment n’avait-elle pas pu le voir ! Elle retourna tous les sacs qu’il portait sur lui, à la recherche de potions de guérison.
    Elle ne rencontra que de la terre. Un sac, deux, puis trois ; chaque bouteille se transformait en sable à son contact. Aro’ale regarda les fourreaux des épées de Ezéké’yr. Une araignée venimeuse en surgit, que la jeune elfe écrasa facilement. Elle prit, les mains tremblantes par la de panique, le sac à dos d’Ezéké’yr. Il y avait quelque chose. Une lettre. Elle sentit une piqûre de guêpe puis plusieurs, sans qu’il n’y ait pourtant une seule dans le sac. Elle retira vivement sa main. Sur le papier était inscrit, dans une écriture fine et noire : « La curiosité est un vilain défaut».






Discussions similaires

  1. Retour en Amn?
    Par Elzen dans le forum Les Archives Poussiéreuses
    Réponses: 10
    Dernier message: 20/06/2005, 10h19
  2. [SCREEN] Le Retour du Roi
    Par Oblivion dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/02/2005, 17h36
  3. [BG1] retour d'Edwin ?
    Par mai321mai dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 12
    Dernier message: 14/11/2004, 22h51
  4. [BUG] Retour sur Windows
    Par Larkam dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 5
    Dernier message: 19/09/2004, 17h40
  5. Retour de Mélandis
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 15
    Dernier message: 18/09/2003, 19h15

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251