Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: [FANFIC] D'amour et de haine

  1. #1
    Seina Invités
    Il y a des lieux que l’humanité ne pourra jamais appréhender, des lieux d’une beauté si intense qu’ils en sont interdits aux hommes. Là haut, au sommet de cette montagne enneigée, soumis aux vents cinglants des cieux, je contemple cette terre que j’ai tant chéri. Mes yeux déchirent les nuages, ne voient que l’immensité de ce spectacle. Là, assis sur un rocher, les ailes repliées, je médite sur le but de l’existence, sur la beauté et l’horreur de ce sentiment que l’on appelle « l’amour ».

    Dieu est un dieu d’amour croit-on sur terre, quelle ironie du sort… l’amour n’a rien à voir avec la bonté… Car si l’amour permet de tout donner, d’être l’être le plus bon qu’il soit, il façonne aussi les plus implacables tueurs, les plus grands démons… Vous ne me croyez pas ? je vais vous conter l’histoire de Julian… écoutez et méditez….





    CHAPITRE I : Le Joyau de la Ville Rose



    Voyez là bas, ce jeune homme appuyé à un poteau à l’allure nonchalante, c’est Julian, il n’est pas beau gosse, pas très intelligent, c’est un jeune homme commun parmi tant d’autres, et pourtant son destin sera exceptionnel, il pourrait devenir un physicien de renom, peut être pourra-t-il révolutionner la physique quantique… Pourtant en c’est instant il ressemble à la majorité des jeunes d’aujourd’hui. Un Levis, un Débardeur de circonstance compte tenu de la chaleur moite de l’été Toulousain, une casquette à l’envers emprisonnant une tignasse châtain. Il respire la joie de vivre et le bonheur, après tout pourquoi pas, ce soir sera sa première sortie avec Loan, et il compte bien en profiter au maximum. Ce soir, pour votre information c’est le 14 juillet, fête nationale française, il a décidé d’amener la belle blonde voir le Feu d’Artifice qui sera donné sur les bords de la Garonne. Il espère beaucoup de cette soirée, cela fait déjà 3 semaines qu’il attend une occasion d’inviter la jeune femme, trop timide pour simplement lui proposer un verre dans un bar. Un parfum entêtant qu’il connaît si bien le sors de sa rêverie, des mains douces se posent sur ses épaules et il sens des lèvres fraîches claquer un baiser sur sa joue.

    « Salut Dju ! Ca fait longtemps que tu m’attends ? » lui demande une ravissante petite blonde au yeux verts pétillants et au sourire enjôleur.

    Le cœur de Julian s’emballe, cela fait déjà 20 minutes qu’il attend appuyé sur son poteau, normal, il est arrivé avec quinze bonnes minutes d’avance pour être sûr d’être à l’heure, mais cela il le lui cachera, et c’est d’une voix rieuse qu’il répond à son amie :


    « Pfiiiou, au moins une heure que je poiraute sous cette canicule ! un peu plus et je partais boire un verre chez Tonton !!! Tu as de la chance, tu as failli te priver de ma présence ! »

    Sous le regard mi amusé mi incrédule de la demoiselle, Julian s’empresse de préciser :

    « Non, je viens juste d’arriver, t’inquiètes pas. Bon on est parti ? »

    La jeune femme passant son bras sous celui du jeune homme intimidé lui répondit sans hésiter :

    « C’est parti !! Le programme de la journée monsieur le cachottier ? »

    « petite ballade sur les berges pour profiter de cette fin de journée et ensuite en route pour le pont neuf pour admirer le superbe feu d’artifice que j’ai fait préparer spécialement pour toi !! »

    « Mouaiss… j’en suis convaincue… c’est dépassé les feux d’artifices pour le 14 juillet… »

    Loan se laissa guider par son cavalier, en rigolant alors que Julian essayais, avec humour, de la convaincre que le spectacle de ce soir ne serait que pour elle. Ils flânèrent quelque peu dans la rue piétonne la plus fréquentée de Toulouse, Julian se pliant avec plaisir au lèche vitrine qu’avait désiré faire Loan. Puis, une glace à la main, côte à côte ils se dirigèrent vers un escalier les menant sur les berges de la Garonne. Plusieurs heures s’écoulèrent ainsi entre discussions et chamailleries entre les deux jeunes gens, ils ne virent pas le temps passer, et c’est avec surprise qu’ils s’aperçurent que le soleil s’était couché depuis de longues minutes déjà. Un éclat sonore retentissant annonça que la fête allait bientôt battre son plein dans quelques instants, Julian saisi la main de Loan pour l’entraîner après lui en direction du Pont, le meilleur endroit pour profiter du spectacle de ces fusées lumineuses éclatants dans le ciel dégagé de la cité Toulousaine. De bonne grâce la jeune blonde se laissa entraîner par son ami dans une course folle qui les mena rapidement jusqu’au pont. Essoufflée elle se blottit dans les bras de Julian en riant, ce dernier n’osa pas bouger, à la fois intimidé et excité par ce moment d’intense proximité. La première fusée jaillit alors dans le ciel, Loan se retourna alors pour admirer le début du spectacle, restant toutefois dans les bras du jeune homme, celui ci enserra doucement la taille de la jeune femme dans ses bras, sans que celle ci fasse mine de se dégager, au contraire, elle avait l’air de s’installer agréablement dans l’étreinte tendre de Julian, la tête posée au creux de son épaule.

    En silence ils admirèrent les éclats de lumières dans le ciel assombrit. De magnifiques gerbes bleues, rouges ou jaunes étincelaient telles des étoiles naissantes, toujours plus d’éclat, toujours plus de couleurs, le spectacle était époustouflant. A présent les deux jeunes gens avaient les mains entrelacées, étaient serrés tendrement l’un contre l’autre, profitant du spectacle offert par la municipalité mais surtout de cet instant magique entre eux deux. Ils sentaient qu’une idylle, tant attendue de chaque côté, allait se créer ce soir, c’était le bon moment, chacun en avait conscience et le désirait. Loan releva la tête pour fixer le regard ténébreux du jeune homme de ses ravissants yeux d’émeraudes. Le temps sembla se figer alors que leurs lèvres se trouvèrent pour la première fois, dans un baiser doux, emplis d’émotions et de désir.


    A cet instant, ils n’en avaient pas encore conscience, mais leurs destins respectifs venaient d’être scellés par ce baiser si ardemment espéré. Pour eux, il n’existait que cet instant magique, ce désir si longtemps enfoui qui se libérait tel une déferlante. Et pourtant alors que leurs langues se caressaient tantôt tendrement, tantôt fougueuses, la roue du monde venait de dévier de sa trajectoire, une déviation infime mais qui allait se répercuter pour les siècles à venir.

    Il est intéressant de voir comment un simple geste, si souvent répétés par les hommes peut prendre une signification si importante lorsqu’il est fait par deux être particuliers, non pas deux êtres exceptionnels, mais simplement deux âmes choisies par l’ironie du destin.



    Sortant de sa rêverie l’être se tint debout sur son rocher, savourant l’air glacial qui s’engouffrait dans toutes les brèches de la montagne pour remonter en tourbillons violents vers les cieux. IL étendit ses deux belles ailes argentées et prit son essor dans le ciel glacé. Un envol gracieux et puissant qui le propulsa à une vitesse vertigineuse dans les plus hauts nuages, il se laissa ensuite porté par les vents, se pliant à leurs facéties, se laissant griser par la vitesse et l’humidité environnante, ses ailes frissonnaient à la caresse du soleil sur ses douces plumes. Ses pensées voguaient sur les flots des âmes humaines à la recherche d’une seule.. il replongea alors dans les souvenirs de la vie de cet homme, Julian.

  2. #2
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Réaction très positive.

    j'aime beaucoup le :

    Là, assis sur un rocher, les ailes repliées, je médite sur le but de l’existence, sur la beauté et l’horreur de ce sentiment que l’on appelle « l’amour ».
    j'essaierai de replier les ailes moi aussi la prochaine fois que je médite. :notme2:

    J'aime aussi le fait que ce soit ancré dans le monde "réel" (à part le coup des ailes de ce personnage énigmatique que tu sembles être).

    Classique mais toujours efficace : annoncer dès le départ que ca va partir sur une tragédie. Le gars julian, on ne sait pas ce qui va lui arriver mais on a déja un sentiment de tristesse alors même qu'il vit un moment heureux.

    Juste le
    peut être découvrira-t-il le secret de la propulsion à la vitesse de la lumière
    me semble un peu décallé. Peut être qu'en lui mettant un objetctif plus réalisable ou plus flou on casserait moins l'ambiance.

    et puis pour faire le pénible
    Loan se laissa guider par son cavalier, en rigolant alors que Julian essayé,
    "Julian essayait" je pense.

    voily voilo, il ne te reste plus qu'à continuer.

  3. #3
    Seina Invités
    Que quelqu'un me flagelle pour cette horrible faute que tu as remarqué.. Ou alors je t'abats pour ne pas laisser de traces

    J'aime aussi le fait que ce soit ancré dans le monde "réel" (à part le coup des ailes de ce personnage énigmatique que tu sembles êtres).
    Peut être faut-il spéculer sur QUI est-il et pas sur ce que je suis.. Je ne m'incarne pas dans un personnage, un personnage raconte l'histoire d'un autre

    Merci beaucoup pour ton avis , un truc, comment t'imagines tu le monde dans lequel se passe cette histoire par rapport aux peu d'indices donnés dans le texte ? réel ? gothique, fantastique, fantaisiste ?

  4. #4
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Ou alors je t'abats pour ne pas laisser de traces
    Restons zen.

    (à part le coup des ailes de ce personnage énigmatique que tu sembles êtres).
    .

    Et c'est pas la peine de rajouter des fautes quand tu me quotes. :notme2:

    un truc, comment t'imagines tu le monde dans lequel se passe cette histoire par rapport aux peu d'indices donnés dans le texte ? réel ? gothique, fantastique, fantaisiste
    Je vois notre monde à nous, à cause de plein de détails comme Toulouse, le 14 juillet, les marques, l'attitude de ce jeune couple... Pour l'instant, tout est normal à part ce curieux narrateur.

  5. #5
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Waouh... Si, je le pense.

    Mais je suis intrigué, maintenant, espèce de bourreau !

    le meilleur endroit pour profiter du spectacle de ces fusées lumineuses éclatants
    Je crois que ça ne prend pas de "s"
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

Discussions similaires

  1. [KIT] Porteur de haine (Guerrier demi-orque)
    Par Graoumf dans le forum Derat's Unused Kits Pack
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/07/2008, 18h25
  2. [BG1] Tamoko mon amour
    Par Marvin dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 6
    Dernier message: 10/08/2004, 09h35

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251