Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

Discussion: Comme un rêve...

  1. #1
    Ilyxan Invités
    Bon, ben voila ! Je sais, je devrais pas faire deux histoires à la fois, mais d'abord j'ai jamais pu m'en empêcher, je fonctionne comme ça en permanence, ensuite si on prend ça comme ça je fais pas deux histoires à la fois mais une vingtaine voire une trentaine :notme2: :notme2: !
    Vala... Donc le monde merveilleux des Royaumes Oubliés n'est pas à moi, mais ça tout le monde le sait, par contre les persos sont à moi pour la plupart alors pas touche !
    Et pis Krynn et ben c'est pas à moi non plus !
    Et les paroles de la chanson de Cabrel non plus.
    Je me fais pas de fric avec, donc c'est pas grave !!!
    Mais qu'est-ce qui me reste, hein ?
    Kyo no Namida wa ! :love: Et j'y tiens ! :love: :love: (ah, l'habitude des disclaimers... :timide: )
    Au fait, Kyo no Namida wa signifie les larmes d'aujourd'hui en japonais.
    Vala vala...
    Bonne lecture à tous !

  2. #2
    Ilyxan Invités
    [b][i][u]Prologue : Au pays de Kyo no Namida wa

    Au pays de Kyo no Namida wa…
    Vivent les bannis…
    Les proscrits…
    Ceux qui n’ont nulle part où aller…
    Kyo no Namida wa…
    Simplement un asile entre deux plans...
    Où la vie et la mort ne compte plus…
    Où les dragons…
    Et les kenders…
    Sont à égalité…
    Kyo no Namida wa…
    Où tout le monde...
    a…
    une chance…
    Kyo no Namida wa…

    Personne n’a rendez-vous…
    Mais tout le monde se rend,
    Comme ça, sans savoir, machinal,
    Là, sur le trottoir, une étoile…


    Partout et nulle part à la fois…
    Loin du temps et de l’espace…
    Là où nul n’ira jamais…
    Mais là où tout le monde peut aller…
    Kyo no Namida wa…

    Il vient d’où ?
    Ce mystère qui t’emmène à ton point de départ…
    Ce fil qui brille par terre…
    Que tu es le seul à voir ?
    C’est dans l’air,
    Dieu sait où,
    Au bout de ta ligne de chance…


    Le pays des rêves…
    Et des cauchemars…
    Dans tous les plans,
    A toutes les époques…
    Quelqu’un l’a trouvé…
    Quelqu’un cherchant du secours…
    Kyo no Namida wa…

    Un jour, comme un autre, banal,
    Là, sur le trottoir, une étoile…


    On ne sait jamais…
    Quand on le trouvera…
    Si on le trouvera…
    Mais il est là, toujours, pour ceux qui en ont besoin…
    <span style=\'color:orange\'>Kyo no Namida wa…

    Le pays de l’union...
    Inaccessible seul…

    Et c’est la loi depuis la nuit des temps…
    Un jour tu fermes les bras,
    Et y a quelqu’un dedans…

  3. #3
    Ilyxan Invités
    Chapitre un : Minish.

    Sen’nyo ouvrit les yeux. Le ciel, au dessus d’elle, brillait de milles étoiles.
    Elle avait dormi si longtemps ?
    Ou si peu ?
    Pourtant…
    Sen’nyo cilla. Ce n’étaient pas des étoiles.
    Ce n’était pas le ciel.
    Elle était chez elle.
    Sen’nyo soupira et se leva.
    Elle avait encore fait ce rêve… toujours le même…
    La nuit, dans la forêt, avec ces cinq aventuriers… Elle ne les connaissait même pas !
    Et il y avait cet homme…
    Un elfe ?
    Elle n’arrivait même pas à revoir son visage. Pourtant…
    Elle le connaissait…
    D’une certaine façon…
    Sen’nyo s’habilla lentement. Elle tressa ses cheveux blonds, prit son épée, et sortit.
    Quelque chose l’appelait…
    Le soleil se levait à peine.

    Sen’nyo erra, un peu au hasard, sur les passerelles reliant les bâtiments de Suldanessalar, la cité des elfes du Téthyr.
    Il y avait quelque chose… d’étrange.
    Mais quoi ?
    Sen’nyo ne se rendit même pas compte qu’elle avait quitté la ville.
    Elle arriva à l’orée de la forêt et s’arrêta brusquement.
    Qu’est-ce qu’elle pouvait bien avoir en tête en venant ici ?
    - Tiens ? Bonjour ! lança une voix. Qu’est-ce que vous faites par ici ?
    Sen’nyo se retourna…
    … face à une étrange créature. De la taille d’un petit homme, il avait des oreilles légèrement pointues, un peu comme celles d’une demi-elfe, des cheveux noirs tenus en queue de cheval et des yeux bleus perçants.
    - C’est un coin bizarre pour se promener, poursuivit l’inconnu, vous ne trouvez pas ?
    - Ben…
    - Mais je suppose que c’est toujours mieux que rien, encore que j’ai vu des endroits plus intéressants, il ne se passe pas grand chose par ici. J’espère que vous avez des lieux plus originaux que ça !
    - Qu… qui êtes vous ?
    - Moi ? Je suis Minish Crocheteur ! Je suis un kender !
    - Un quoi ?
    Sen’nyo haussa les sourcils. Impossible, elle était encore en train de rêver, non ?
    Surtout que…
    … un des aventuriers de son rêve, c’était…
    - Un kender ! répéta Minish. Vous n’avez pas de kenders, par ici ? Mais vous devez vous ennuyer à périr ! Encore que, si on en croit certaines personnes, c’est la présence des kenders qui cause le plus de morts, pas leur absence.
    Il parut réfléchir sérieusement à cette possibilité.
    - Donc… vous n’êtes pas d’ici ? demanda Sen’nyo
    - Bien sûr que non ! Au fait, c’est où, ici ?
    - Vous ne savez pas ?
    - Non. C’est un problème de téléportation qui m’a amené ici. Tu sais ce que c’est, on veut aller quelque part et on se retrouve ailleurs, c’est ennuyeux mais ça rend les voyages passionnants !
    Sen’nyo était noyée sous le flot de paroles et elle ne remarqua même pas que Minish venait de sauter du vouvoiement au tutoiement.
    - D’où venez vous ? osa-t-elle demander
    - De Krynn ! C’est un endroit très bien, beaucoup moins lassant qu’ici, ça tu peux me croire ! Même si je ne sais pas où est « ici » très précisément, je…
    - Faêrun ! coupa Sen’nyo. Vous êtes à Faêrun. A l’orée de la forêt du Téthyr.
    - Faêrun ? Je ne connais pas. Ce serait bien si j’avais atterrit dans un autre plan ! Encore que, à en croire mon cousin Tass, Tasslehoff Raclepieds, un héros de la lance, vous savez ? C’est mon cousin ! Et, d’après lui, les abysses n’ont absolument rien de passionnant, bien au contraire, et si on y meurt c’est uniquement d’ennui ! Ce…
    Sen’nyo sursauta et se retourna.
    - Quoi ? demanda Minish
    - Quelqu’un vient…
    - C’est vrai ? Tant mieux. Eh, nous sommes là !!!
    Sen’nyo se tourna vers le kender, effarée, alors que trois humains sortirent des fourrée pour se diriger vers eux, épées tirées.


    Alors ? Vous aimez ? Vous aimez pas :sad: ?
    Au fait : Sen'nyo veut dire elfe, fée, nymphe en japonais (je compte faire des études de japonais, vous aviez compris ?).
    Et Minish veut dire... euh... ben Minish quoi !

  4. #4
    Ilyxan Invités
    Chapitre deux : Le début de la route.

    Sen’nyo tira son arme.
    - Du calme, tempéra un des humains, un homme mince en tenue de mage. Nous ne sommes pas obligés d’en arriver là.
    - Alors rangez vos armes ! répondit l’elfe
    - Ce ne serait pas prudent de résister, ma Dame. On veut vous voir. Suivez nous sans faire d’histoires.
    - Qui veut me voir ?
    - Vous et le kender.
    - Qui ? répéta Sen’nyo
    - Je ne peux pas vous répondre, dit l’humain. Vous le saurez en le voyant.
    - Ah oui ? Dites lui de venir me chercher lui même, qui qu’il soit !
    - Vous n’aimeriez pas ça, je vous l’assure. Suivez nous, ma Dame. Ne nous forcez pas à nous montrer violents…
    - Désolée, souffla Sen’nyo.
    Sur un signe de celui qui venait de parler, les deux autres se ruèrent vers Sen’nyo.
    L’elfe raffermit sa prise sur la garde de son arme.
    Elle n’avait pas assez d’entraînement pour résister à deux guerriers bien entraînés…
    Sen’nyo se prépara à l’attaque…
    Et eut la surprise de voir un de ses deux adversaires s’étaler sur le sol.
    Sen’nyo aperçut Minish, un drôle de bâton en main, près de l’humain.
    Puis elle se concentra sur son adversaire…

    Davaël observait le combat en silence et avec une perplexité croissante. Il ne s’attendait pas à ça.
    Elle était vraiment forte…
    L’elfe sourit et regarda les trois humains qu’il avait envoyé se faire battre à plate couture.

    Le mage vit ses deux compagnons en mauvaise posture.
    Il soupira. Le sale boulot, c’était toujours pour lui…
    Il incanta rapidement, puis tendit la main. Des cordes dorés jaillirent de ses doigts, droit vers Sen’nyo.
    L’elfe leva son arme, et les cordes retombèrent, inertes, sur le sol.
    Le mage jura. L’épée de l’elfe repoussait la magie.
    Restait le kender.
    Il pouvait…
    La voix de Davaël retentit dans sa tête.
    Tant pis. Tue-les. C’est mieux que rien.
    L’humain soupira et incanta pour lancer un sort au milieu de la scène.
    Il siffla trois notes, signalant aux deux guerriers de s’enfuir en courant.
    Puis il se téléporta.
    Les deux guerriers prirent leurs jambes à leurs cous et partirent sans demander leur reste.
    Minish sourit et s’approcha du centre de la scène.
    - C’était chouette ! Finalement, je vais sans doute me plaire ici ! Eh, c’est quoi ça ?
    Sen’nyo s’avança à son tour, et frémit en voyant la flamme rouge qui brûlait à la hauteur du kender…
    Elle frémit d’avantage en voyant Minish tendre la main vers la boule de feu à retardement…
    - Non !
    Elle saisit le bras du kender au moment où la flamme s’agrandissait.
    - Oups ! lâcha Minish
    Et tout disparut dans un tourbillon de couleurs.


    Nyark nyark j'adore finir mes chapitres comme ça ! :notme:

  5. #5
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    C'est sympathique, ça se lit bien .
    J'attend la suite avec impatience !
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 220
    Oui, c'est très chouette. C'est pas bien de couper les histoires comme ça :notme: Je ne connais personne d'autre adepte de cette pratique sauvage ... :notme:
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Ilyxan Invités
    Chapitre trois : Loin, très loin de là…

    Maervan s’appuya pesamment sur son bâton.
    Etre recruté par une ville pour lutter contre les assauts de gobelins, ce n’était plus de son âge ! Mais il avait encore quelques tours dans sa manche…
    Essoufflée, Noalyann s’adossa à la paroi du phare. Elle commençait à fatiguer. Ces foutus gardes pourraient faire mieux leur travail, non ?
    En attendant, la demi-elfe avait récupéré trois potions de soin et deux fioles d’huile de fort assaut.
    C’était toujours ça de pris !
    Finalement, seul Vlenyan paraissait aussi en forme que s’ils n’avaient pas dû courir d’un bout à l’autre de la ville toute la journée…
    Noalyann se redressa.
    - Vlenyan, avoue tout : tu utilise des sorts pour te maintenir en forme !
    - Désolé, mais non.
    - Zut. J’en aurais pris un ou deux avec plaisir.
    Vlenyan sourit et tira un peu plus sa capuche. Le soleil brillait fort, aujourd’hui.
    Maervan releva la tête.
    - Bien, souffla-t-il. Nous continuons ? Il reste les entrepôts nord à contrôler.
    - Les entrepôts ? répéta Noalyann. Pourquoi pas. Il y aura toujours quelque chose d’intéressant à voir.
    Maervan leva les yeux au ciel.
    - Je suis piégé dans cette foutue ville avec un drow allergique au soleil et une demi-elfe cleptomane ! lâcha-t-il
    - Tous les drows sont « allergiques au soleil », Maerv, remarqua Vlenyan.
    - Et un demi-orc très costaud ! Tu as oublié le demi-orc très costaud ! fit Noalyann en riant
    - Tiens, c’est vrai, où est Dermin ? demanda Vlenyan
    - Derrière toi, Vlen, répondit Maervan.
    Vlenyan se retourna. Dermin venait d’arriver, sa hache négligemment appuyée sur son épaule.
    - Alors ? demanda l’elfe noir
    - Rien. De la neige. Des pierres. De la neige. Et de l’eau. Beaucoup d’eau.
    - Dermin, c’est un port !
    - Même. Il y a beaucoup d’eau.
    - Pas de gobelins ? coupa Maervan
    Il savait d’expérience que, avec ses amis, ce genre de dialogue pouvait durer longtemps (ndi : surtout quand c’est moi qui raconte !!!).
    - Rien. Pas de gobelins. Quelques gardes de la ville. C’est tout, répondit le demi-orc.
    - Bon. Alors on a fini pour aujourd’hui ? demanda Noalyann
    - Noa, tu as l’air déçue… releva Vlenyan
    - Je voulais voir l’entrepôt nord…
    - Demain, promit Maervan. Ne t’inquiète pas, Noalyann, le coin ne manque ni de gobelins, ni de serrures à forcer.
    - Bon. Et on fait quoi, ce soir ?
    - Je propose du repos, du repos et… du repos ! répondit le mage
    Noalyann et Vlenyan sourirent.
    - Bon plan, approuvèrent ils ensemble.
    Maervan détacha son bâton du sol, fit un pas… et s’arrêta net. Il y avait quelque chose, tout près…
    Vlenyan dut le sentir aussi, car il posa la main sur la garde de sa dague. Il leva légèrement le regard.
    Noa perçut le mouvement et tira son épée.
    Moins subtil, Dermin prit une hache qui traînait par terre, vestige de leur dernier accrochage, et la lança en l’air.
    Un des sept gobelins qui les guettaient depuis une brèche dans le mur du phare tomba, raide mort.
    Les quatre autres gobelins s’élancèrent vers les aventuriers.
    Noa para un premier coup d’épée et recula. Le gobelin s’élança en avant. La demi-elfe se laissa tomber à genoux et frappa.
    Vraiment trop facile.
    Maervan lâcha son bâton et lança un sort de projectile magique. Un gobelin s’effondra, raide mort. Le mage soupira et se baissa pour ramasser son arme.
    Plus de son âge…
    Dermin ne s’encombrait jamais de subtilités. Deux monstres couraient vers lui. Il s’écarta d’un pas et tendit sa hache. Emporté dans son élan, l’un d’eux se décapita tout seul (ndi : comme un grand).
    Dermin asséna à l’autre un grand coup sur le crâne. Aucun gobelin n’aurait pu y résister.
    Pas subtil, peut-être, mais redoutable.
    Vlenyan lança un premier sort. Un projectile enflammée tua le premier gobelin. L’elfe dut recule pour éviter le coups du deuxième.
    Il entendit un curieux bruit de chute…
    Vlenyan se jeta en arrière. Le gobelin se jeta en avant…
    … et la hache lancée un peu plus tôt par Dermin lui fendit le crâne (ndi : non non, elle était pas retombée !!!).
    L’elfe soupira. Quelle sale blague.
    - C’est ça que tu appelles « pas de gobelins », Dermin, demanda Maervan.
    - J’en avais oublié. Juste un ou deux. Pas grave.
    - Si tu le dis, assura Vlenyan.
    Il rangea sa dague.
    - Bon. On avait pas prévu d’aller à l’auberge, par hasard ?



    Et vala ce qui se passe quand on m'encourage... je noie mon clavier (il va bientôt y passer, il faut que je le ménage, je ne l'ai pas quitté de la journée, le povre... ben oui, je parle à mon clavier !!! :timide: J'ai bien une amie qui parle aux chaises ! :notme2: Mais qu'est-ce que je raconte moi ?).
    Vous attendiez de savoir ce qui arrivera à Sen'nyo et Minish hein ? Raté nyark nyark nyark moui j'suis sadique et alors ? :angel2:

  8. #8
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    C'est toujours aussi bon , en plus y a un demi-orc .
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  9. #9
    Ilyxan Invités
    Vi, j'aime les demi-orcs :love: !!! Et les drows :love: :love: . Et les kenders :love: :love: :love: !!!
    Quoi, ça se voit :8: ?
    Ben j'suis contente que ça plaise !
    Et pis du coup, et ben j'écris le chapitre quatre tout de suis (pov clavier) !!!!

  10. #10
    Ilyxan Invités
    Chapitre quatre : La mort tombe.

    La nuit était tombée.
    Vlenyan était resté à la porte de l’auberge, pour respirer un peu d’air frais.
    Quand un messager était venu à Luskan chercher de l’aide pour la ville de Targos, ils n’avaient pas imaginer qu’en acceptant, ils se retrouveraient bloqués dans la ville encerclée par des gobelins…
    Les assauts s’espaçaient de plus en plus. Soient les gobelins commençaient à se faire rare, ce qui aurait déçu Dermin et Noa, soit autre chose approchait…
    Vlenyan penchait plutôt pour la seconde solution.
    Ce n’était pas normal, un calme pareil.
    D’ailleurs, maintenant qu’il y songeait…
    C’est vrai que pour une fois, la ville était vraiment calme.
    Pas un bruit…
    Pas un murmure…
    A peine le souffle du vent…
    Puis les cornes retentirent…

    L’alerte était lancée. Des gobelins prenaient d’assaut les murs de Targos.
    En fait, certains étaient même déjà dans la ville…

    Vlenyan se tourna vers la porte de l’auberge… et entendit un raclement sec, derrière lui.
    Il se retourna et lança sa dague au hasard.
    Gagné.
    Le gobelin tomba en avant.
    Vlenyan récupéra son arme et se tourna vers la porte…
    … qui s’ouvrit à la volée.
    Dermin faillit renverser le drow.
    Vlenyan recula et leva la tête.
    - Les autres ? souffla-t-il
    - Ils me suivent. On part devant.
    - D’accord. La palissade…
    - Non. Ils sont au port.
    Dermin partit en courant vers les docks.
    - Et comment tu sais ça ? demanda Vlenyan.
    Il n’obtint pas de réponse, ce qui ne l’empêcha pas de suivre quand même le demi-orc.

    Maervan et Noalyann les rejoignirent près du phare.
    La nuit était bien avancée, maintenant.
    La lune était belle.
    Les étoiles scintillaient.
    Et la mort tombait sur la ville.
    Ils commençaient tous les quatre à en avoir marre des gobelins.
    Une petite voix retentit dans la nuit.
    - Encore à vous amuser sans moi ?
    Vlenyan releva la tête.
    - Eshyn ?
    - Bien sûr ! Tu connais beaucoup d’autres dragons qui font moins d’un mètre au lieu de faire plus d’un kilomètre ?
    Le dragon aux écailles mordorées se posa sur l’épaule de l’elfe noir.
    - Où étais-tu, ces derniers mois ? demanda ce dernier
    - Oh, un peu partout. Et puis j’ai entendu dire que vous étiez là, alors je suis venu ! C’est gentil non ?
    - Bienvenue parmi nous, Eshyn ! s’écria Noa
    - Noa ! Je suis content de te voir !
    - Désolé d’interrompre ces retrouvailles, mais nous avons du pain sur la planche ! fit remarque Maervan.
    - Des gobelins ? C’est tout ? demanda Eshyn
    - Ne la ramène pas trop… conseilla Noa. La dernière fois, tu…
    - J’étais fatigué !
    - Même. Tu t’es fait battre par un chat, acheva Dermin.
    Le petit dragon grommela quelques mots pas très polis, et prit de la hauteur.
    - Quelque chose arrive ! annonça-t-il

    Oui, quelque chose arrivait.
    Tout se passa très vite.
    Trop vite.
    Ils ne purent rien faire.
    D’abord, quelque chose scintilla entre Maervan et Dermin.
    Une elfe aux cheveux blonds tressés et une étrange créature aux cheveux noirs coiffés en queue de cheval apparurent entre eux.
    Saisi, Dermin voulut reculer et tomba à l’eau en éclaboussant tout le monde.
    Il grogna et remonta sur la berge en pestant contre ces magiciens à la manque.
    - Qui êtes vous ? demandèrent en même temps Maervan et l’étrange créature.
    - Où sommes nous ? voulut savoir l’elfe.
    - A Targos, répondit Noa. Voici Maervan Vitalis, Dermin Rougehache et Vlenyan Ardylann’sher. Je suis Noalyann Arbredor.
    - Sen’nyo Coraline, se présenta l’elfe. Et voici…
    - Minish Crocheteur, à votre service !
    Il tendit la main à Noalyann, qui était la plus proche, et la demi-elfe put remarquer qu’il portait un bracelet ressemblant étrangement au sien et qui, après examen plus approfondi, était le sien.
    - Qu’est-ce qui se passe ici ? demanda Sen’nyo.
    - Des gobelins, répondit Vlenyan.
    Elle se tourna vers lui. L’elfe noir avait son capuchon baissé mais, étrangement, Sen’nyo ne fit aucun commentaire.
    Elle se contenta de tirer son épée.
    - On a pas le choix, je suppose.
    Eshyn s’agitait de plus en plus.
    - Ça arrive ! Ça arrive ! pépiait-il
    Vlenyan voulut lui demander ce qui arrivait, mais il n’en eut pas le temps. De toute façon, c’était inutile.
    Une marée de gobelin se dirigeait vers eux, menés par une chose que le drow ne parvint pas à identifier.
    Il comprit plus tard.
    Trop tard.
    C’était la mort, simplement.

    Vlenyan tomba, les jambes en feu. Noa cria et courut vers lui. Il voulut lui crier de rester ou elle était, mais il ne parvint pas à desserrer les lèvres.
    La mort se tourna vers elle. Une langue de feu avala la demi-elfe.
    Dermin fracassait les crânes des adversaires tout autour, tout près à en faire autant avec l’autre, là-bas, celui qui venait de s’en prendre à son ami…
    Il ne vit rien venir.
    Le rayon le désintégra.
    Vlenyan ne parvenait plus à bouger, ni à crier.
    Il ne pouvait que voir.
    Et trembler…
    Maerv bombardait leurs ennemis de sorts depuis le début du combat.
    Mais même un mage expérimenté finit par s’épuiser…
    Il trébucha, tomba sur un genou…
    Un premier coup l’atteignit au visage. Le second gobelin le frappa à la hanche.
    Puis la marée le submergea.
    Eshyn volait de plus en plus haut, de plus en plus vite. Il ne pouvait même plus cracher de feu. Même pas une étincelle.
    Rien.
    La mort eut un rictus méprisant et haussa un sourcil.
    Un trait d’acide perça l’aile du dragon.
    Il tomba dans l’océan.
    Et ne remonta pas à la surface.
    C’était fini.
    Ils avaient perdu…
    Ils étaient morts…
    La respiration saccadée, en sueur, Vlenyan vit la mort se tourner de nouveau vers lui. Elle le regarda droit dans les yeux et, l’espace d’une seconde, il la reconnut…
    Puis tout implosa.
    Vlenyan hurla…

    … et se réveilla en sursaut.


    Vous y avez tous cru hein ? Nyark nyark
    (Vlenyan : Et ça te fait rire ?
    Ilyxan : Ben ouais !
    Noa : T'es sadique Ilyxan.
    Ilyxan : Meuh non j'suis un chtit ange moi ! :angel2: )

  11. #11
    Ilyxan Invités
    Chapitre cinq : Vous pouvez toujours attendre, cher(e)s lecteurs(trices) !!! :angel2:

    Davaël activa son globe de clairevision. Il ne réussissait toujours pas à repérer Sen’nyo et Minish. Pourtant, il savait que les deux aventuriers avaient survécu à l’explosion.
    Et pour couronner le tout, il avait perdu la trace de Witch.
    Ce n’était pas une très bonne journée, finalement.
    Il faudrait qu’il parle à ses hommes.
    Ils devraient faire plus attention, la prochaine fois…
    D’un geste, il obscurcit le globe.
    Pourtant, il le savait, ces aventuriers étaient la clé qui le mènerait à Kyo no Namida wa
    Morts ou vifs…
    Alors, où étaient-ils passés ?
    Davaël frissonna. Il avait un très mauvais pressentiment.
    Pourtant…
    Il devait trouver…
    C’était ça ou…
    Ou quoi, au fait ?
    La mort ?
    La mort n’était rien…
    Non.
    C’était ça ou la vie.
    C’était ça ou la peur.
    C’était ça ou…
    Davaël sursauta.
    La porte venait de s’ouvrir.
    Il pivota…
    … et croisa les yeux noirs si intenses de Seifukusha.
    Davaël recula involontairement. Qu’est-ce que…
    - Tu as des nouvelles ? demanda Seifukusha de sa voix grave
    - N-non. Pas encore. Je continue à chercher.
    - Ah oui ? Pourtant, moi, j’ai des nouvelles…
    Davaël se raidit. Ça se présentait mal pour lui…
    - Cherche du côté du Val Bise, Davaël. Et tache de ne plus me… décevoir ? Même si je ne suis pas sûr que ce soit le mot juste…
    Seifukusha recula et quitta la pièce.
    Davaël souffla un grand coup et se laissa tomber dans un fauteuil.
    Il était rarement aussi soulagé que quand Seifukusha repartait…
    - Au fait, Davaël…
    L’elfe sursauta.
    Pourtant, Seifukusha était ressorti à l’instant !
    L’humain serra le poing.
    Davaël sentit sa gorge se serrer. Les poumons en feu, tous les membres crispés, il chercha désespérément à reprendre sa respiration.
    - Tu penses peut-être pouvoir te servir d’eux pour atteindre ce « refuge », reprit l’humain comme si de rien était. Parce que si c’est le cas, n’espère pas trop. Tu ne m’échappera pas.
    Seifukusha relâcha sa prise et quitta la pièce pour de bon, cette fois.
    Davaël mit du temps à retrouver sa respiration normale.
    N’espère pas trop…
    Mais il n’avait pas le choix…
    C’était Kyo no Namida wa ou ça.
    Kyo no Namida wa, ou Seifukusha.
    Autant dire la mort ou Seifukusha.
    Encore que les deux n’étaient pas si éloignés…

    Witch ferma les yeux. L’attention de Davaël s’était tournée vers Targos.
    Très bien…
    L’elfe se leva et redescendit.
    Amarië l’attendait.
    Elle sourit et releva la tête, faisant cliqueter les perles qui ornaient ses mèches azur.
    - Ça y est ? Et où allons nous ? demanda-t-elle
    - Au nord. Vers Targos. Et ça promet d’être intéressant, Amarië ! Très intéressant…
    - De l’action ?
    - Des gobelins et des aventuriers à la pelle !
    - Ça me va ! Nous partons maintenant ? s’enquit l’elfe de lune
    - Moui. Pourquoi pas. Le voyage sera long, de toute manière. Nous les rencontrerons sans doute à mi-chemin…
    - Dommage. Il y aura moins de gobelins !


    Contente d'avoir fini ce chapitre ! Qui a dit "c'est pas trop tôt ?" ?
    Seifukusha : C'est moi...
    Ilyxan : Heu... :snif: :..: :snif: Si tu le dis...
    Seifukusha signifie conquérant en japonais.
    Eh vi vous allez encore attendre pour avoir la suite des aventure de Vlenyan... ou Sen'nyo... Mouhahahaha !!!
    Une heure ou deux quoi...
    Et pis merci Duorok et Althea10 de m'encourager ça fait très plaisir :fleur: :love: :love: :love: :fleur: !!!

  12. #12
    Ilyxan Invités
    Chapitre six : Un rêve ?

    Vlenyan se réveilla en sursaut.
    Un bandage lui ceignait le front.
    Il était sous une tente… le temple ?
    Il entendit un soupir de soulagement et se tourna vers Noa.
    - Bienvenue parmi les vivants ! annonça la demi-elfe
    - Qu… Qu’est-ce qui s’est passé ?
    - Tu as failli prendre une hache de gobelin sur la tête…
    - C’était une épée, Noa, soupira Maervan. Et il se l’est bel et bien prise sur la tête.
    - C’est à peu près ce que je disais ! Que… commença Noa
    - Euh… dites ? tenta Vlenyan.
    Ils se tournèrent vers lui d’un même mouvement.
    - Je pourrais… savoir la suite ? poursuivit l’elfe noir.
    - Eh ben Dermin est sorti, qu’est-ce que tu crois ! répondit Noa
    Vlenyan fronça les sourcils. Quand avait commencé le rêve, exactement ?
    - Dermin ne dormait pas. Il a entendu les cors. Il est sorti de l’auberge au moment ou le gobelin se jetait sur toi, expliqua Maervan.
    - Ou est-il ? demanda Vlenyan
    - A la Palissade. Il aide à réparer les dégâts.
    - Tu as eu de la chance. Vlen ?
    - Oui ?
    - Ne refais jamais un coup pareil !!!
    - Je ferais de mon mieux, Noa.
    Maervan sourit. Noa haussa les épaules.
    - Au fait, enchaîna-t-elle, Eshyn est revenu !
    - Hein ?
    - Hier soir, pendant les combats. Il est revenu en hurlant qu’on s’amusait toujours sans lui !!!
    Vlenyan frissonna involontairement.
    Ce n’était qu’un rêve.
    Mais quand même.
    Il devenait…
    …un peu trop réel à son goût.

    Deux jours passèrent sans que les gobelins ne repointent le bout de leur nez.
    Rien. Pas un combat. Même pas un gobelin.
    Pourtant tout le monde savait qu’ils étaient encore là, quelque part…
    Le groupe était revenu près du phare. Vlenyan pouvait se lever, mais ne marchait pas encore d’un pas très assuré.
    C’était étrange…
    Cette sensation…
    La peur ?
    Eshyn se posa sur l’épaule du drow.
    - Quelque chose arrive, annonça-t-il.
    Vlenyan fronça les sourcils. La scène avait un air de… déjà vu ?
    - Quelqu’un, poursuivit le dragon. Quelqu’un de bien…
    Quelque chose scintilla entre Maervan et Dermin.
    Une elfe aux cheveux blonds tressés et une étrange créature aux cheveux noirs coiffés en queue de cheval apparurent entre eux.
    Saisi, Dermin voulut reculer et tomba à l’eau en éclaboussant tout le monde.
    Il grogna et remonta sur la berge en pestant contre ces magiciens à la manque.
    - Qui êtes vous ? demandèrent en même temps Maervan et l’étrange créature.
    Vlenyan observait les arrivants, les yeux écarquillés de surprise.
    A ce niveau là, ce n’était même plus du déjà-vu !
    Mais au lieu de demander où ils étaient, l’elfe prit Maervan par le poignet.
    - Vous êtes mage ? demanda-t-elle
    - Euh… oui mais…
    - Vous avez un sort de dissipation de la magie en réserve ?
    - Oui, mais je ne vois pas…
    L’elfe tira son compagnon par le poignet, mettant en évidence l’anneau qu’il portait au doigt.
    - Je vous paierais ce que vous voulez, mais ENLEVEZ-LUI ÇA ! ÇA FAIT DEUX JOURS QU’ON SE TELEPORTE SANS ARRET !
    Vlenyan était au delà de l’étonnement, maintenant. Deux jours ?
    Et ça faisait deux jours qu’il avait fait ce rêve…
    Sen’nyo et Minish ?
    Maervan sourit, lança son sort, retira l’anneau du doigt de Minish pour le tendre à Sen’nyo.
    - Merci !!! s’écria cette dernière.
    Et elle souffla un grand coup.
    - Où sommes nous ? demanda-t-elle
    - A Targos, répondit Noa. Voici Maervan Vitalis, Dermin Rougehache et Vlenyan Ardylann’sher. Je suis Noalyann Arbredor. Le dragon, là-haut, c’est Eshyn. Enfin…Shynderellonameldanis, mais tout le monde l’appelle Eshyn.
    - Sen’nyo Coraline, se présenta l’elfe. Et voici…
    - Minish Crocheteur, à votre service !
    Il tendit la main à Noalyann, qui était la plus proche, et la demi-elfe put remarquer qu’il portait un bracelet ressemblant étrangement au sien et qui, après examen plus approfondi, était le sien.
    Le bracelet était « magiquement » passé d’un poignet à l’autre…
    Noa le récupéra aussitôt de la même manière.
    - Qu’est-ce qui se passe ici ? demanda Sen’nyo.
    - Des gobelins, répondit Vlenyan.
    Elle se tourna vers lui. Mais le capuchon de l’elfe noir couvrait presque totalement son visage, et elle ne put pas le voir.
    - Vous avez un problème avec le soleil ? demanda-t-elle
    - Il paraît.
    Sen’nyo fronça les sourcils. Elle connaissait cette voix…
    … sans l’avoir jamais entendue.
    Comment ?
    Sen’nyo cilla. Son rêve. Les aventuriers. Elle les connaissait…
    - Comment est-ce qu’on quitte cette ville ? demanda Sen’nyo
    - Remettez l’anneau, répondit Maervan. C’est le seul moyen.
    - D’accord, on oublie le départ. Il n’y a pas une autre solution ?
    - Si, répondit Vlenyan. Il suffit de passer les portes, de tuer tous les gobelins qu’on croisera sur notre passage, on reprend le pont de Brandevin aux ennemis et on est dehors !
    - C’est bien ce que je disais, Vlen.
    - Moi j’essaierais bien, proposa Sen’nyo. Où sont les portes, exactement ?
    - Loin, là-bas, montra Noa. Mais avant, vous devriez vous inquiétez pour votre ami.
    - Hein ?
    - Minish est parti, expliqua Dermin. Par là.
    - Je me fiche de ce qui peut arriver à cet idiot de kender !
    - Pas moi, répondit Noa. Il est parti avec mon bracelet.
    Sen’nyo porta la main à sa poche.
    - Et avec l’anneau. Crétin de kender !

    Minish s’était éloigné. Ils étaient bien gentils, tous, mais il commençait à s’ennuyer. Tout le monde connaissait pourtant le danger d’un kender qui s’ennuyait, non ?
    Minish fronça les sourcils en voyant que sa main lui montrait un bracelet de jade.
    - C’est étrange, je ne me souviens pas d’avoir trouvé ce bracelet. Bah, il a du glisser et je l’aurais ramassé par réflexe… Et ça qu’est-ce que c’est ? Tiens, l’anneau de téléportation, je ne savais pas que Sen’nyo me l’avait rendu. Il faudra que je la remercie.
    Ils s’approchait de la palissade.
    Il perçut un sifflement et vit un dragon aux écailles mordorées plonger sur lui.
    - Eshyn ? C’est gentil d’être venu me rejoindre ! Tu viens avec moi ? Que…
    Il ne put pas aller plus loin. Un bras, un seul, l’avait pris par la taille et le tenait au-dessus du sol.
    Minish se tourna vers Dermin.
    - On ne t’a jamais dit que c’était très impoli de soulever les gens sans les prévenir ?
    - Désolé. Pas d’autre moyen. Il fallait t’arrêter.
    - M’arrêter ? Ouah, ça c’est intéressant, pourquoi je passe toujours à côté de ces trucs là ?
    - Minish, appela Noa.
    - Oui ?
    - Mon bracelet.
    - Quoi, ton bracelet ? Oh, tu veux parler de ce bracelet là ? Je ne savais plus d’où il venait ! Tu veux dire qu’il est à toi ? Tu ne devrais pas laisser traîner tes affaires comme ça, tu sais.
    - Merci.
    - De rien ! Oh, et puis… Je suppose que j’ai ramassé ça aussi…
    Noa rougit en voyant que le kender lui tendait sa dague.
    C’était la première fois qu’elle tombait sur quelqu’un de plus voleur qu’elle, même si ça paraissait un peu involontaire.
    Sen’nyo était soulagée de voir qu’il ne s’était pas servi de l’anneau pour disparaître.
    Avec ce qui s’était passé l’autre jour, il valait sans doute mieux qu’ils restent ensembles…
    Et puis…
    Quand même…
    Il lui aurait manqué.
    Vlenyan frissonna.
    Les cornes d’alertes sonnèrent.
    Comme dans son rêve…

    Vala... Hein ? Mais non j'ai pas fais du tout de copier coller ha la la vous avez pas confiance en moi hein ? Nyark nyark nyark.
    Maervan : Ne jamais faire confiance à un auteur qui a un rire pareil.
    Ilyxan : Nyark nyark nyark nyark nyark !!!

  13. #13
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    C'est vrai qu'avec un rire comme ça...

    La suite la suite !
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  14. #14
    Ilyxan Invités
    Ben qu'est-ce qu'il a mon rire :notme: ? (Nyark nyark !!)
    La suite... euh... je lutte, je lutte ! Mais mes persos se laissent pas faire ! Rahlala, la vie est une lutte constante...
    Maervan : L'écoutez pas, elle raconte n'importe quoi !

  15. #15
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Je crois que a un(e?) auteur schizophrène sur les bras.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  16. #16
    Ilyxan Invités
    Qui, mwa ? (euh, oui, c'est une)
    Meuh non ! Y a pire voyons ! Mwa je ne parle qu'à mes persos, pas encore à mon ordinateur...
    D'un autre côté, je plains mon clavier...
    Faut p'têt que je commence à m'inquiéter... :heu:
    Euh... là, je me parle à moi-même, surtout. :8:
    Ouais, on a remarqué ! :eye:
    Et en plus, je me réponds maintenant :..: !

  17. #17
    Ilyxan Invités
    Chapitre sept : L’attaque de la palissade.

    Les gobelins avaient attaqués en masse, et tout un pan de la palissade s’était effondré.
    Ils étaient des centaines. Peut-être des milliers. Peut-être des dizaines, c’était dur à dire.
    Noa soupira.
    - Pourquoi toujours des gobelins ? demanda-t-elle
    C’est vrai qu’au bout d’un moment, les gobelins, on en a marre.
    Mais bon… ils étaient payés, quand même, donc ils se dirigèrent vers la palissade.
    Sen’nyo les suivit en soupirant. Minish, lui semblait trouver ça très excitant, et Noalyann dut intervenir à plusieurs reprises pour récupérer les affaires de ses amis.

    Puis ils arrivèrent à la palissade…

    Beaucoup d’aventuriers se seraient découragés en voyant la marée grouillante d’ennemis se trouvant devant eux. Mais Sen’nyo n’en avait pas assez vu pour être découragée, Minish n’en aurait jamais assez vu pour être découragée, et les autres étaient déjà au-delà du découragement, de toute manière.
    - Mais ils sont quand même nombreux, remarqua Vlenyan. On fait comment ?
    - Ben…
    Mais la suite de la réponse ne vint jamais.
    Parce que, sans prévenir personne, Dermin s’était élancé en avant, se servant autant de sa hache et de ses poings pour se dégager un chemin à travers les ennemis.
    Noa leva les yeux au ciel, tira son arme, et le suivit avec moins d’entrain et plus de prudence. Sen’nyo dégaina son épée et se jeta à son tour dans la mêlée.
    - Super ! s’écria Minish
    Rien ni personne n’aurait pu le retenir.
    Maervan et Vlenyan échangèrent un regard un peu désespéré, et commencèrent à lancer leurs sorts…

    Dermin fonçait, tranchant et frappant tout ce qui était à sa portée. Trois gobelins s’étaient déjà accrochés à son dos, ce qui ne le gênait absolument pas.
    Il fouillait les alentours du regard, cherchant des ennemis un peu plus coriace.
    Il aperçut, sur sa droite, deux gardes orc encadrant un chaman.
    Avec un cri de guerre assez joyeux, il obliqua vers les orcs…

    Noalyann et Sen’nyo étaient dos à dos, cherchant surtout à survivre. Trois gardes de la ville les avait rejointes, ce qui n’était pas de trop.
    Elles virent Dermin tourner brusquement à droite.
    - Où va-t-il ? demanda Sen’nyo
    - Aucune idée. Il a du repérer quelque chose d’intéressant, répondit Noa.
    Minish les entendit et se dirigea aussitôt vers Dermin, écartant les gobelins des mains.
    Plusieurs lames sifflèrent à ses oreilles, mais il n’y prêta pas attention, pas plus qu’aux gobelins qui reçurent par erreur les coups qui lui étaient destinés…
    Sen’nyo vit avec étonnement plusieurs gobelins s’entretuer joyeusement sur le passage du kender.
    - Redoutable… souffla-t-elle

    Vlenyan et Maervan assistaient à la scène, un peu en retrait. Ils cherchaient les archers, à éliminer en priorité.
    Vlenyan vit Dermin se diriger vers la droite, vers trois orcs, dont l’un était visiblement un chaman.
    L’elfe tira la manche de son collègue et lui montra la scène.
    - Oh, fit Maervan. Tu t’en occupes, ou bien je le fais ?
    - Ça m’est égal. Il te reste des flèches acide ?
    - Deux. Je les garde. Il peut y avoir plus dangereux qu’un orc…
    - Alors j’y vais. On ne sait jamais.
    Vlenyan lança un sort de projectiles magiques.

    Le sort atteignit le chaman orc au moment ou Dermin s’arrêtait devant ce dernier.
    Le chaman sursauta et se tourna vers l’origine du sort.
    Une flèche de feu l’atteignit en plein front.
    Il s’effondra, raide mort.
    - Vlen, il était pour moi ! hurla Dermin
    - Désolé ! répondit le mage sur le même ton.
    Dermin grommela quelque chose assez peu poli, mais que personne n’entendit, sur les elfes noirs et les sorciers, mais il avait d’autres chats à fouetter sur le moment. Ou plutôt d’autres orcs à tuer !
    Les deux gardes du sorcier se tournèrent vers lui.
    Dermin sourit et s’ébroua.
    Un gobelin mal accroché tomba de son dos.
    Le gobelin se prit un bâton fourchu sur la tête.
    - Je croyais qu’il devait y avoir quelque chose d’intéressant ? piailla Minish.
    Les deux orcs baissèrent les yeux vers le kender.
    Dermin se jeta sur eux. Le premier se prit un poing massif en pleine mâchoire et recula, sonné. Le seconde reçut le tranchant d’une hache dans la poitrine, ce qui ne parut pas l’affecter.
    - Foutues armures, pesta Dermin.

    Eshyn frémit. Le petit dragon sentait le pouvoir affluer en lui depuis quelques minutes…
    Bientôt…
    Bientôt…
    Maintenant !
    Il s’éleva un peu plus haut et ouvrit la gueule…

    "Baissez-vous !"</span>

    La voix de Maervan retentit dans l’esprit de tous ses alliés.
    Même Dermin se baissa aussitôt, entraînant le kender avec lui.

    Eshyn se libéra.

    Les flammes recouvrirent tout le terrain.
    Impressionnant, pour un si petit dragon…
    Quand Eshyn s’arrêta enfin, épuisé, il ne restait plus que deux ennemis : les deux gobelins qui se cramponnaient au dos de Dermin.
    Le demi-orc soupira, tendit les bras en arrière et saisit les deux gobelins par le cou.
    Maintenant, il ne restait plus aucun ennemi.
    - Ouah ! Ça c’était intéressant ! s’exclama Minish.

    <span style=\'color:orange\'> Ouf ! Fini le chapitre ! (j'ai mis le temps...)Eh, chapitre sept, quand même !
    :rigoler: :happy: :hips2: (auteur très contente qui ne savait pas trop comment le montrer)

  18. #18
    Ilyxan Invités
    Chapitre huit : Au-delà des gobelins.

    Dermin grogna et rejoignit les autres.
    - Pour une fois qu’on s’amusait…
    Noa sourit et se tourna vers Vlenyan. L’elfe noir tenait Eshyn dans ses bras.
    - Comment va-t-il ? demanda-t-elle. Il est blessé ?
    - Il dort, répondit Vlenyan.
    - Tu rigoles ? Il vient de créer une apocalypse miniature et de carboniser un armée de gobelins, plus deux orcs, et il dort ?
    - Oui.
    Noa secoua la tête. Incorrigible…
    Sen’nyo les rejoignit.
    - Vous n’auriez pas vu Minish, par hasard ? demanda-t-elle
    - Quoi, tu t’inquiètes pour ce kender ? demanda Maervan
    - N-non ! Bien sûr que non…
    - Tant mieux. Tu as failli me convaincre…
    Sen’nyo haussa les épaules.
    - J’aimerais être sûre de retrouver toutes mes affaires, c’est tout !
    Mais elle avait rougit.
    Maervan sourit.
    - Non. Je ne l’ai pas vu depuis qu’il a suivi Dermin.
    - Il a trouvé tout ça très intéressant, répondit le demi-orc. Il a bien de la chance !
    Sen’nyo soupira.
    Restait à espérer que rien n’arrive à Minish…
    Un hurlement retentit, quelque part dans la ville.
    Sen’nyo grimaça.
    Raté.

    Ce n’était pas Minish qui avait hurlé. Mais Sen’nyo ne fut pas surprise de le voir dans les parages.
    Une femme de la ville s’était plaquée au mur, blanche comme un linge.
    Le kender était au centre de la foule de curieux.
    Sen’nyo tenta en vain de passer.
    Dermin lui posa un main sur l’épaule.
    - Je m’en occupe.
    Il souleva les deux hommes les plus proches et les reposa hors de son chemin. Les autres comprirent le message et laissèrent passer le demi-orc et ses amis.
    Dermin s’arrêta brusquement. Sen’nyo se pencha sur le côté pour voir ce qui se passait et s’arrêta aussitôt.
    Minish était en pleine conversation avec une femme toute blanche, et quand je dis toute blanche je veux dire peau, yeux, cheveux, vêtements, tout.
    La femme flottait à quelques centimètres du sol.
    On pouvait voir à travers elle.
    Comme le dirait Maervan, bien plus tard, en racontant l’histoire, un kender et un fantôme c’était tout de même beaucoup.

    Minish se tourna vers Sen’nyo avec un grand sourire.
    - Sen ! Viens voir ! Je te présente Kimi. C’est un fantôme, tu ne trouves pas ça fascinant ?
    - Euh… hésita l’elfe, notant au passage que le kender n’avait pas été long a lui trouver un surnom.
    - Je viens en paix ! assura Kimi.
    - C’est fou ce que c’est rassurant, ironisa Noalyann.
    - On m’a juste envoyée voir si tout allait bien, reprit Kimi. C’est le cas. Je repars, maintenant…
    Elle disparut aussitôt.

    Maervan haussa les sourcils. Etrange apparition, et surtout… très courte.
    Il s’approcha des autres.
    - Minish, demanda-t-il, elle ne t’a rien dit d’autre ?
    - Si, il paraît qu’elle s’ennuie à périr, maintenant qu’elle est morte. Je lui ai dit qu’elle devrait vite trouver une solution, ça ne vaut pas trop le coup de mourir si c’est pour s’ennuyer comme ça, mais ça la fait rire, je me demande pourquoi…
    Tout en parlant, le kender fouillait dans ses poches.
    - Tiens, c’est quoi cet anneau ? Il est juste à ma taille…
    Sen’nyo ouvrit des yeux ronds.
    - Minish, non !
    Elle lui saisit le poignet… trop tard. Le kender avait passé l’anneau à son doigt, et Sen’nyo se sentit entraînée malgré elle…
    … elle commençait à haïr les téléportations !
    Par réflexe, elle saisit la manche de Maervan, qui se rattrapa à Noa, qui voulut se retenir au bras de Vlenyan, qui portait toujours Eshyn mais qui réussit à agripper la ceinture de Dermin…

    Davaël le sentit.
    Witch aussi.

    Bon vala c'est très court mais j'ai pas pu m'en empêcher y fallait que je coupe le chapitre là ! :notme2:
    Noa : Schizophrène et sadique...
    Meuh non pas tant que ça nyark !

  19. #19
    Allieorana Invités
    Comme d'habitude j'adore tes fics onee-san ^_^!
    Tu mets la suite quand O_o ?
    Pourquoi tu coupes toujours tes histoires comme ça :snif: ?

  20. #20
    Ilyxan Invités
    Lie-chan :8: ?!? Bah qu'est-ce que tu fais là ? Pourquoi tu m'as pas prévenue :snif: !
    Bon bah merci j'suis contente que ça te plaise !
    Euh... je mets la suite... ce mois-ci ! (ouais, j'm'avance pas trop là :notme: )

  21. #21
    Ilyxan Invités
    Chapitre neuf : Ils approchent.

    Witch soupira.
    Ça n’allait pas plaire à Amarië.
    L’elfe parut deviner que quelque chose n’allait pas…
    « - Witch ? »
    Il se tourna vers elle.
    Elle poussa un énorme soupir.
    « - Je t’en prie, ne me dit pas que tu les as perdus…
    - Désolé, répondit Witch »
    Amarië se laissa tomber par terre.
    « - Génial, ironisa-t-elle. Et on va où, maintenant ?
    - Eh bien…
    - Pitié, tout sauf le Téthyr !
    - Désolé, répété Witch. Ils sont près d’Athkathla. »
    Amarië gémit.
    « - Witch, on en vient ! se plaignit-elle
    - Je n’y peux rien.
    - On va faire combien d’aller retours comme ça ?
    - De quoi tu te plains ? C’est bien toi qui trouvait qu’on passait trop de temps en ville, non ?
    - Pas à ce point-là ! s’écria l’elfe »
    Witch soupira.
    « - Mais je n’ai pas le choix, souffla-t-il. Il faut les rattraper avant Davaël. Sinon… S’il trouve Kyo no Namida wa… Je préfère ne pas penser à ce qui pourrait se passer… »
    Il s’interrompit. Amarië le regardait avec un immense sourire.
    « - Quoi ? demanda-t-il
    - Tu t’inquiètes pour lui, pas vrai ? »
    Witch rougit et détourna les yeux.
    « - Pas du tout ! »
    Amarië sourit. Witch ne savait pas mentir…

    Minish réapparut sur un tapis de mousse, au cœur d’une forêt, en haut d’une pente douce. Pas très grande, d’ailleurs, cette forêt, il n’y avait qu’une poignée d’arbres, remarqua le kender.
    Il voulut aller voir un peu plus loin, explorer les environs…
    Il sentit quelqu’un le tirer par le bras.
    Minish se retourna et s’aperçut que son bras droit n’avait pas encore fini de se téléporter.
    Le kender soupira et attendit…
    Sen’nyo lui tomba dessus.
    Elle tenait toujours Maervan qui trébucha et s’écroula sur elle, entraînant avec lui Noa qui attira Vlenyan qui se retenait toujours à Dermin qui se campa fermement dans le sol dés son arrivée, stoppant la chute de Vlenyan tellement brusquement que Noa le lâcha.
    Vlenyan se redressa près de Dermin.
    Les autres dévalèrent la pente.
    Minish se releva en premier.
    « - Eh ! Ce n’est pas poli de tomber sur les gens comme ça ! »
    Noa soupira, se releva et récupéra sa dague pour la énième fois depuis que le kender était dans les environs.
    « - Maerv ! appela-t-elle. Dépêche toi de lui enlever ce foutu anneau ! »
    Le mage se releva en grognant et récupéra l’anneau.
    « - Je hais les kenders, souffla-t-il
    - Oui, c’est ce que tout le monde dit. Mais je suis sûr que vous ne le pensez pas vraiment…
    - Si. »
    Sen’nyo se redressa, époussetant sa tunique.
    Où étaient-ils ?
    Elle regarda autour d’elle.
    Elle connaissait cet endroit.
    « - C’est malin ! Après tout ce qu’on a fait à Targos, on ne sera jamais payés maintenant ! gémissait Noa »
    Sen’nyo avança un peu.
    Le collines d’Umar ?
    Oui. Elle voyait le village d’ici.
    Sen’yo soupira de soulagement. Elle était près de chez elle, et, surtout, en terrain connu.
    Dermin et Vlenyan descendirent doucement la pente.
    Eshyn bailla et se réveilla.
    « - Ouah. Où sommes-nous ? demanda le dragon
    - Bonne question, répondit Vlenyan. »
    Ils rejoignirent les autres.
    Dermin se figea.
    « - Quoi ? demanda Noa
    - Non, rien, répondit le demi-orc. Pendant un moment, j’ai cru que… »
    Il secoua la tête.
    « - Nous sommes près du village d’Imnesvale, dans les collines d’Umar, annonça Sen’nyo. Où va-t-on ?
    - Où peut-on aller ? demanda Noa
    - Il y a Imnesvale, bien sûr… Suldanessalar n’est pas loin… et Athkathla est à moins d’une journée de marche. »
    Vlenyan et Maervan échangèrent un regard.
    « - Sûrement pas à Suldanessalar, souffla Maervan. Je propose Athkathla ! Si ça ne nous fait pas de bien, ça ne nous fera pas de mal…
    - Tout à fait d’accord, affirma Noa. Et puis, dans une grande ville…
    - Plus de bourses ? s’enquit Vlenyan
    - Ben oui. »
    Sen’nyo soupira.
    « - Va pour Athkathla »
    Elle prit Minish par le bras pour l’empêcher de s’échapper et prit la tête du groupe.

    ouf, plus qu'un chapitre et je passe la dizaine...
    :angel2: :cat: :angel2: j' :love: les smileys... je sais ça n'a aucun intérêt
    Maerv : Comme d'hab !

Discussions similaires

  1. [BUG] Bug au troisième rêve avec Irenicus
    Par dunhallym dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 10
    Dernier message: 03/03/2009, 07h21
  2. [Outreplan] Les contrées du rêve
    Par Nithep dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 12
    Dernier message: 07/07/2007, 03h52
  3. Votre rêve de cette nuit
    Par Mambba dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 25
    Dernier message: 19/11/2006, 01h41
  4. Rêve de Spellhold
    Par cat dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 19
    Dernier message: 26/02/2006, 18h50
  5. Episode 6 : Le rêve
    Par Rodriguez Alcanzar dans le forum Arnaques Belges et Trahisons
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/03/2005, 20h56

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251