Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: L'amant d'Aubae

  1. #1
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    L’amant d'Aubae - Préface


    "Les rayons du soleil pointèrent à l’extrême orient. Ils atteignaient sans peine les allées marbrées de la cour Impériale, et au loin, dans le ciel d’Abraxar, on distinguait mal les ailes dorées des dragons des doigts de l’astre lumineux. Le marbre lustré du couloir baignait dans la lumière crépusculaire de la fin de journée ; fin d’une journée chaude, calme et paisible. Peu de gens s’activaient encore, et les rares passants, officiels pressés du palais, foulaient sans un regard le sol, reflet de ce monde qui s’endormait. Le bruit des pas résonnait longtemps, bien après que l’on soit passé par ce large et lumineux vestibule.


    La porte du bureau s’ouvrit violemment, et le vieil homme, le dos courbé, les yeux faiblards, qui occupait l’étroite pièce, releva la tête brusquement, s’arrachant à ses papiers et courriers. Il lui fallut plusieurs secondes pour reconnaître l’homme à l’imposante stature qui lui faisait face. Le soleil presque éteint dans le dos, la cité toute entière qui se déroulait derrière lui, le vieil homme, impassible, accueillit le visiteur. Après s’être prestement relevé, il ferma à clé la lourde porte de bois massif qui était restée ouverte. Le bureau à l’abri des regards et oreilles indiscrets, le vieil homme tandis la main, acceptant le mortel colis qu’était venu lui livrer l’étrange individu. Balafré, raide, musclé et taillé dans le roc, l’intrus à ce palais secoua la tête négligemment, puis sans dire mot, s’en alla, quittant aussi rapidement la pièce qu’il avait été prompt à y pénétrer."



    « On dit plus tard que les choses débutèrent ainsi. » La voix du sage mourut, tandis que dans l’étroite salle de classe, les étudiants, avides de savoir et d’anecdotes diverses, regardaient suppliant leur sage clore la séance. Un peu sur leur faim, déçu de ne pas en savoir plus, mais passionné et enthousiasmé, les jeunes gens de la cour quittèrent la salle, laissant seul le vieil homme s’atteler à la préparation de la prochaine séance. D’ici là, ils auraient, eux, humbles novices, envoyé de tous les coins de l’empire pour suivre l’enseignement de Sage Sénédon. Acceuilli à la cour quelques mois auparavant, ils avaient été triés sur le volet. Les cours de l’Ancien semblaient pareils à autant d’histoires contées au détour d’un feu, d’un rassemblement de Farfadets Historiens. Bien qu’il n’atteignit pas la jouissance éprouvée à l’écoute d’un récit de Fardafet Historien, le récit de Sage Sénédon provoquait irrémédiablement, et ce depuis des générations, le plaisir intellectuel le plus éprouvant qu’auraient à connaître ses disciples. Sage Sénédon, depuis de nombreuses années, enseignait à Abraxar, à la demande de certains officiels hauts placés, qui voyaient en lui l’espoir des décennies à venir. La Bibliothèque du Souvenir avalait par centaines les étudiants envoyés par l’Académie Impériale, et seuls quelques élus en revenaient pour rapporter à l’empereur le fruit de leur apprentissages et découvertes. Car de nombreux secrets résidaient en effet à l’intérieur de ces murs, sans que personne ne pu les étudier, répertorier. Quiconque pénétrait dans l’enceinte imposante et mystique de la Bibliothèque du Souvenir n’en ressortait pas. Quelques rares esprits forts et résistants résistaient à la tentation de siècles de savoir, de décennies de contes, de récit, et plus tentants encore, aux monts de manuscrits Antiques, sorcelleries diverses et maudites. Depuis des siècles, l’Académie s’efforçait par conséquent de préparer et former les plus brillants étudiants de l’Empire, de leur apprendre à résister à toute forme de tentation. Sage Sénédon, rare personne à être revenu –en piteux état- de la Bibliothèque du Souvenir faisait partie intégrante de cet enseignement, et dès qu’un élève brillant comprenait son enseignement, le vieil homme l’envoyait au Sage Manaer, plus respecté des respectables, sage parmi les siens. Sage Sénédon, néanmoins, ne se trompait jamais ; et dès lors qu’un étudiant quittait son enseignement, le vieil homme savait pertinemment qu’il ne le reverrait plus, ou que s’il le revoyait, il ne le reconnaîtrait plus…


    Sénédon n’avait plus qu’une chose à faire : offrir à l’Empereur le plus précieux de ses étudiants ; lui offrir l’homme qui saurait le conseiller, lui offrir l’élève niais, naïf mais génial qui saurait l’éclairer, sans que jamais son intelligence ne le poussât à briguer la place de son maître. Tâche ardue, assurément, mais que Sage Sénédon effectuait à merveille. Il suffisait cependant d’une erreur pour que l’empire ne courre au désastre, car les Sages d’Abraxar, de tous temps, causaient, disait-on, plus de dégâts qu’un essaim de sauterelles.


    « La mythologie de l’Empire Marhamon reste très méconnue, très « imaginée ». Voyez-vous, des mythes aussi absurdes que la destruction de l’univers, que l’embrasement des étoiles que nous apercevons, aussi absurdes que la disparition de l’Empire, sont à la base de cette religion. On raconte que bien des siècles avant votre naissance, les 4 Empereurs du Monde se réunir à Abraxar et scellèrent le sort de notre univers ; mais les textes et psaumes Mahamonéens ne relatent en aucun cas comment, ou pourquoi… C’est cet étrange attrait au morbide, aux choses inconcevables, aux tortures émotionnelles qui poussent les Marhamonéens à vouer leur vie au Chaos de l’Ordre, concept inconcevable pour nous. Néanmoins, il vous faut comprendre cette religion, partager les doutes de ces adeptes furieux d’un culte aux limites de l’admissible, il vous faut apprendre à vivre cette religion, il vous faut apprendre à relater, à raisonner sur l’absurde pour que vos paroles par l’avenir fassent force de loi… »
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  2. #2
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 390
    C’est un texte très dense, et, je dois l’avouer, parfois difficile à suivre. Je crois qu’il est possible de remédier à cela.

    Par exemple, ton premier paragraphe entraîne le lecteur sur une fausse piste ; pourquoi pas ! mais alors, peut-être la rupture mériterait-elle d’être mieux marquée, soit par la ponctuation (italiques, tirets…) soit par le style : il n’y a en effet dans ton texte aucune solution de continuité entre le style de Sage Sénédon le conteur et celui du narrateur. Même si ce sage est un grand lettré, il faudrait qu’il y ait une différence, ne serait-ce que pour que le lecteur s’y retrouve, ou pour rompre la monotonie du débit, ou pour marquer l’identité du sage.
    Je ferais la même remarque sur le dernier paragraphe, où, si je comprends bien, le cours reprend (si c’est bien le cas ça me semble poser un problème de structure globale : ta préface s’arrête-t-elle là ?)

    Ici et là, je trouve des erreurs de syntaxe ou d’orthographe très étonnantes chez quelqu’un qui a d’évidentes facilités d’écriture, mais je l’avais déjà remarqué. Je ne détaille pas, je le ferai si ça t’intéresse.

    En passant :
    « le mortel colis » > pas une bombe quand même ?
    « D’ici là, ils auraient, eux, humbles novices, envoyé de tous les coins de l’empire pour suivre l’enseignement de Sage Sénédon » > je ne comprends pas cette phrase. Ils auraient envoyé leurs notes de cours, ou veux-tu rappeler qu’ils avaient été eux-mêmes envoyés de tous les coins de l’empire ?
    « la Bibliothèque du Souvenir » > tu es un peu trop allusif sur ce qui arrive aux mages qui se laissent séduire par le savoir de la bibliothèque. A te lire, j’ai l’impression que non seulement ils y laissent un peu de leur raison, mais qu’ils y meurent. Il faudrait peut-être clarifier (même si je comprends bien que tu es allusif à dessein)
    « niais, naïf mais génial » > je crois que ce n’est pas ce que tu veux dire. « Niais » suppose un peu de bêtise. :notme2: « Simple » irait déjà mieux.

    Toutes ces remarques ne sont que de surface ; tu écris bien, tu sais visiblement où tu veux en venir et je suis curieuse de voir la suite.









    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Roborune Invités
    Enthousiaste simplement, et je crois que les obscurités qui substitent (comme pour la Bibliothèque du Souvenir) sont voulues, non? Et pour ce qui est de niais, j'y vois plutôt un synonyme ded "sns expérience", qui équivaut assez à naïf, je me trompe? Par contre, c'est vrai que tu dois avoir oublié un mot dans laphrase que mentionne Loth. Et c'est vrai que le texte et le style sont denses, presque trop pour mon cerveau embrumé . On a soi-même quelque mal à faire la différence entre le ciel et ce qui l'entoure, dans la description du début: ce qui est en fait du plus bel efffet!!
    Bref, j'ai hâte de céder encore au charme du Sage Sénédon, pour le plus grand plaisir et éril de mes neurones (de ma vie?).

  4. #4
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Prologue 2


    Sénédon se releva, le dos musculeux et noueux. Ses veines flirtaient avec sa peau, rendant obsolète cette pudique couverture. Le sang gonflait, puis à intervalles réguliers, dégonflait ces veines verdâtres, ou d’un bleu tantôt acrylique. Les heures, années et décennies d’existence, d’agitation paisible n’avaient en aucun cas modifiées son apparence physique. Le regard inexistant, il s’attarda quelques instants sur le corps inerte de la jeune femme, et inflexible, il recouvrit ses hanches dénudées et rougies par l’effort. Sénédon eut un dernier regard pour le jeune être qui se reposait, impuissant, face à lui, puis tendit la main. Cornée, abîmée, elle s’attarda quelques temps sur la nuque douce de sa victime, puis les flammes jaillirent de ses ongles, explosèrent ses mains usées pour calciner les draps salies.

    Les larmes lui vinrent aux yeux, et ses deux perles noires, jais, se posèrent sur l’océan au loin. De tout temps il avait détesté le port ; ses allées sales, boulevards puants et marchands ivres, ses prostituées, catins débordées et marins avinés. Le temps. Une donnée que Sénédon s’efforçait, à peine, de maîtriser, une donnée qui dans les années à venir influerait innocemment sur le cours de son existence. Peu d’hommes savaient. Lui. Manaer. Lui, surtout.

    « Les troupes impériales étaient dans toute la région réputées comme étant les plus prestigieuses de toutes, et peu de généraux, dans les siècles précédents s’étaient osées les contrer sur leur propre terrain. Lors de la révolte de l’an 452 après « Le premier incendie », les paysans des provinces d’Abl-Manor se levèrent en masse, envahissant les collines. Et aucune troupe de la plus grande des armées ne réussit à les déloger de leurs maquis. Il fallut attendre l’intervention des « Souteneurs » pour qu’enfin, on comprenne dans l’Empire que la puissance de l’Hégémonie Impériale découlait également de savoir de ses plus sombres partisans. Ces récits peuvent paraître, pour certains et obscurs esprits de novices, bien étrange et désorganisés. Néanmoin, il est des choses qui dans la complexité trouvent leur signification véritable. Notre Savoir est de ces choses.»



    Fin du Prologue. Merci pour vos commentaires c'est très gentil! Je corrigerais l'ensemble.

    C'est plus clair maintenant comme début? L'intrigue sera assez complexe, j'ai envie d'écrire quelque chose de difficile, de dur parfois, mais surtout quelque chose à "tirroirs".
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  5. #5
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 390
    C'est plus clair maintenant comme début?
    Vi, pour la forme, nettement.

    Et pour le fond de l'intrigue, quelque chose me dit qu'on n'a pas fini de m'embrouiller. :..:
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #6
    Roborune Invités
    C'est... charmant, c'est crédible, si je dis charmant? Bon, en fait, je n'ai pas bien suivi: il y aura la préface puis le prologue2, ou seulement l'un des deux? (Si c'est seulement l'un des deux, je préfère nettement le premier, soit dit en passant).
    Et sinon, fais-moi confiance: je ne me laisserai pas intimider par l'intricgue, si complexe soit-elle!!
    Euh, sinon, je me permets de faire une remarque. j'ai pas bien compris le "tantôt" dans la phrase qui suit
    Le sang gonflait, puis à intervalles réguliers, dégonflait ces veines verdâtres, ou d’un bleu tantôt acrylique.
    Ah, et puis sinon, je ne comprends pas bien qui parle, à la fin (les italiques entre guillemts): c'est Sénédon qui donne un cours? Ou qui parle tout seul?

    Bon, sinon, pareil que la dernière fois: j'attends la suite!!!

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258