Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 37

Discussion: Brand

  1. #1
    Luthien Invités
    Voilà, j'ai beaucoup hésité, mais finalement, vu que d'autres le faisaient, j'ai décidé de mettre une de mes histoires (dans ce cas, une pièce de théâtre), sur le forum.
    Les avis sont les bienvenus, surtout s'ils sont constructifs.
    Voilà, j'arrête le bavardage et je passe au vif du sujet.




    Scène 1

    BRAND, assis sur une chaise, courbé; FORD, à genoux devant lui.



    (La maison de Brand. Sombre et poussièreuse, avec des hommes et des femmes peints sur les murs. Une lumière blanche très pâle tombe du plafond sur la chaise de Brand. A part la chaise et les personnages, la pièce est entièrement vide. Une porte se trouve sur la gauche du mur du fond.
    Une vingtaines de secondes passent en silence.)



    BRAND, d'une voix éteinte, le regard vide.

    Ford, Ford! Tu es toujours là?


    FORD, empressé.

    Oui maître, que puis-je faire pour vous?


    BRAND

    Tu ne m'as pas abandonné, toi. Quand tous les autres sont partis, toi tu es resté. (Silence) Oh Ford, fidèle Ford, tu aurais mieux fait de partir toi aussi. Tu aurais pu avoir une nouvelle vie.
    Va Ford, va, tu peux partir.


    FORD, d'une voix brisée

    Maître!


    BRAND, attrapant Ford par le bras.

    Ou plutôt reste. Si tu pars je n'aurai plus personne. Il ne me restera plus rien, rien qu'à mourir, seul et vieux, oublié de tous. Oui Ford, reste. S'il te plaît, ne me laisse pas seul dans le noir.


    FORD, lui pressant la main.

    Oh maître merci! Je ne vous laisserais jamais seul.


    BRAND

    Oui Ford; tu n'es pas un ingrat toi, au moins.


    FORD

    Oh non maître, je me rappelle moi.


    BRAND, pensif

    Oui, Ford se souvient, lui.


    (Ford lâche la main de Brand. Quelques instants de silence passent.)


    BRAND

    Ford, Ford! J'ai soif.


    FORD, lui tendant un verre.

    Voilà maître.


    BRAND, prennant le verre mais ne le buvant pas.

    Ford, te souviens tu de notre dernier repas?


    FORD

    Oui maître, c'était hier. Oh, pas grand chose.


    BRAND, levant légèrement la tête, intrigué.

    Hier? Il me semblait pourtant que c'était il y a, cent ans. Ici, ni jour, ni nuit. Le temps s'est arrêté depuis longtemps pour moi. Je suis déjà mort Ford. Et toi aussi. (Silence, puis Brand se lève brusquement. Il est très grand.) Mais il pourrait en être autrement! (Il jette le gobelet sur le sol, où il se brise.) Regarde Ford, je suis encore grand et fort! Nous pouvons encore retrouver l'aventure. Je n'ai plus d'épée mais j'ai encore mon courage! (Désignant d'un grand geste circulaire les silhouettes peintes sur les murs.) Et j'ai encore un peuple! Je suis le maître, je parle: allez, obéissez! debouts! Contemplez la puissance de Brand le magnifique!


    (La lumière augmente et devient plus jaune, plus chaude. Ford se lève et écarte les bras.)


    FORD, la voix étranglée de joie.

    Oh maître!


    (Silence. Les personnages se figent. Puis Brand se rassoit et se tasse à nouveau tandis que la lumière revient à son état initial et que Ford se remet à genoux.)


    BRAND, amer.

    Brand le magnifique, l'aventure. C'est cet orgueil qui a causé ma perte. Si j'était resté dans mon château, froid et sévère, au lieu de jouer au chevalier vertueux. Si j'avais été un tyran au lieu d'être un père. Si je n'avais pas voulu faire le bien; je n'en serai pas là. Ah! L'envie d'être aimé; les dieux m'en ont bien puni. Et maintenant, moi, Brand d'Estagund, j'en suis réduit à une pauvre chaise en bois, à un peuple de peinture, et à l'oubli.
    Car ils m'ont oublié, moi qui ai fait leur bonheur. J'ai tout donné et maintenant il ne me reste plus rien. Plus rien que toi Ford, parce que tu te souviens. Mais ils t'ont oublié toi aussi Ford, ils t'ont oublié.


    FORD, écroulé.

    Maître venez! Nous pouvons encore leur dire, nous pouvons sortir aux soleils et leur montrer!


    BRAND, secouant la tête, las.

    Non Ford, il est trop tard. Nous sommes morts désormais. Ne l'oublie plus.


    FORD, baissant la tête.

    Bien maître.


    (Silence, la lumière commence à baisser lentement.)


    FORD, lointain.

    Maître, notre dernier gobelet!


    BRAND, encore plus lointain.

    Je sais Ford, je sais.


    (Noir)





    Voilà, j'espère que c'est pas trop ennuyeux.

    Luthien

  2. #2
    Boddah Invités
    hmm très intéressant sans rire, j'aime bien, il ya une fluidité dans les dialogues et les gestes des personnages, manque peut être de précisions sur l'environnement où se passe la pièce ect mais ça viendra peut être par la suite... puis attention à quelques fautes d'orthographe, pas beaucoup mais bon pour le rendre encore meilleur... voilà j'attend la suite pour pouvoir mieux juger, mais c'est un très bon début en tout cas, je n'ai pas du tout trouvé cela ennuyeux mais ce n'est que mon humble avis...

  3. #3
    Luthien Invités
    manque peut être de précisions sur l'environnement où se passe la pièce
    Etant donné que la pièce se passe dans une pièce vide...
    Mais bon, je donnerai au fil du texte des indications sur le monde dans lequelle Brand vit (enfin surtout a vécut).

    puis attention à quelques fautes d'orthographe, pas beaucoup mais bon pour le rendre encore meilleur
    Je vais voir ce que je peux faire. Ca ne devrait pas trop poser de problèmes...

    Merci pour ce commentaire.

    Luthien

  4. #4
    Boddah Invités
    Etant donné que la pièce se passe dans une pièce vide...
    Mais bon, je donnerai au fil du texte des indications sur le monde dans lequelle Brand vit (enfin surtout a vécut).
    lol une pièce se passant dans une pièce vide... *oki je sors :hein: *
    ce que je voulais dire c'était ça, le monde dans lequel la pièce nous amène, il faut guider le lecteur, il faut pas qu'il soit perdu dans un ensemble anarchique et disparate, il faut un bloc solide de fondation où le lecteur puisse s'y référer ou s'aider dans sa compréhension...enfin bon sinon le reste, le style d'écriture, l'ambiance est vraiment bien tenu!!

  5. #5
    Luthien Invités
    Oui, c'est vrai que pour quelqu'un qui ne connait pas l'histoire (c'est à dire tout le monde sauf moi), l'intrigue peu être dure à comprendre. Mais bon, en même temps, j'avais prévu de décrire le monde de la pièce durant les retours en arrière de Brand et Ford, présentant deux visions d'un même monde, chacun au travers de sa position sociale.
    Je pourrai quand même étoffer un peu la présentation.

    Luthien

  6. #6
    Boddah Invités
    c'est pour cela que j'ai dit qu'il faudra voir avec la suite, car je suis sur que c'est très intéressant mais en ne voyant que la scène 1 on ne comprend pas exactement où tu veux en venir, si c'est une pièce comique entre un roi déchu qui perd ses sujets mais qui lui reste encore un serviteur, où une aventure car Brand parle de partir en conquete d'aventure ect..., si c'est un monde merveilleux avec des fées, des elfes et tout et tout...
    comme tu dis étoffer cette première partie mais là avec ce que tu viens de me livrer j'ai vraiment envie de savoir la suite
    présentant deux visions d'un même monde, chacun au travers de sa position sociale.
    ça c'est un sujet intéressant, voir comment deux personnes d'origine social completement différente percoivent le même monde...*forcement de façon différente, enfin bon vivement la suite *

  7. #7
    Beren Invités
    Arrive à la bourre pour regarder la pièce...se dirige vers sur un siege en derangeant tous les spectateurs pour passer dans l'allée...
    s'assié, puis Regarde avec attention le spectacle.
    Le lieu dans la scène n'importait pas vraiment ( hein Tock), il s'agissait là d'une tragédie humaine, celle d'un homme face à lui-même ayant gouté les plaisirs de la gloire aujourd'hui révolu (tu dis si je me trompe, je n'e suis que spectateur, j'interprete la scène, je ne connais pas le background).
    Alors qu'hier il était puissant seigneur, maintenant il fait de son écuyé un confident (mais qu'est-ce qui l'a mis dans cette situation?). Finalement Brand se parlait à lui même, il aurait eu un chien comme compagnon, il en aurait tiré le même réconfort.
    Brand puni par les dieux pour son orgeuil, ne pleure que sa gloire perdu, quel homme patéthique. A t-il déja pleuré pour les faibles? s'il avait été un bon roi, juste, au service de son peuple, il assumerait son destin et ne se lamenterait pas.
    (mais quel jugement est-ce là???un peu radical. Essaye d'avoir un peu de compassion pour son tourment)
    Beren se leva et applaudi pour la qualité de la mise en scène
    (chut.... c'est pas fini :angry: .- oups scusez)
    bon alors je n'ai peut-être pas saisi toute l'intrigue moi, peut-être qu'on va decouvrir que ces 2 hommes sont dans une situation particulière, pourquoi est il dechu ?

    EDIT: "Murmurant à son voisin, tu n'es pas ignare, c'est moi qui interprète un peu trop vite, et je n'ai que rarement l'occasion d'aller au théatre"

  8. #8
    Boddah Invités
    Peut être (je dis bien peut etre :eye: )mais moi je suis un lecteur ignare qui faut aider sinon il comprend pas... :snif: :snif:

  9. #9
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 529
    Et un troisième lecteur, un!

    Pas facile, la pièce de théâtre, pas facile à écrire, pas facile à lire.

    Difficile de juger sur une première scène, mais je lirai la suite avec intérêt. Je trouve ça bien écrit, et le fait de ne pas savoir où ça se passe ne me pose pas de réel problème.

    Un aparté, maintenant. Brand, c'est le titre d'une des pièces de théâtre de Ibsen, le dramaturge norvégien. Si tu comptes en faire quelque chose, ça pourrait poser un peu problème, je pense. La pièce originale raconte l'histoire d'un homme d'église qui en vient à sacrifier tout ce qu'il a pour rester fidèle à ses idéaux. Pour info.
    Sinon, et ça, c'est strictement personnel, je m'en rends bien compte... Brand est aussi le nom d'un personnage important des Chroniques d'Ambre, de Roger Zelazny (j'en profite pour faire un peu de pub, à lire d'urgence si ce n'est fait, une des plus belles séries de fantasy de l'univers!) et donc... Pour les lecteurs du cycle, il a d'office un visage assez particulier. Ce n'est sans doute pas bien grave, je vais voir comment l'image qui s'impose à moi va évoluer en fonction de ton développement du personnage...

    Bref, je me suis dissipée. Toute mon attention t'est acquise, j'attends la suite!!

    Un détail pour terminer...

    Si tu pars je n'aurais plus personne
    Ici, je mettrais un futur plutôt qu'un conditionnel...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  10. #10
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Moi aussi, moi aussi !
    Ce n'est pas parce que tu m'as fait le plaisir de lire et de commenter mes "oeuvres" (disons mes écrits) que je viens voir les tiens. En effet, le théâtre est assez difficile et je veux voir toutes tes fautes pour pouvoir me moquer de toi (non, c'est même pas vrai, c'est juste que j'aime la lecture).
    Bref, jusqu'ici c'est difficile de juger, je dirai dans l'ensemble que je ne peux rien dire et que j'attends la suite pour me faire une opinion plus avancée.
    Et merci
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  11. #11
    Cristal Invités
    kikoo ! d'habitude je n'aime pas lire les pièces de théâtre, mais bon je me suis dit que là c'est de la fantasy et puis par politesse, comme tu as lu ce que j'ai écrit sur ce forum... ça m'a fait penser à une pièce de Samuel Beckett : Fin de Partie. Tu connais ? en tout cas ça s'annonce assez psychologique comme histoire, j'aime bien ça

    (détail il y a quelques fautes d'orthographe :
    tu n'es pas un ingras toi
    c'est ingrat )

    à quand la suite ?

  12. #12
    Luthien Invités
    Merci pour tous ces commentaires.

    Un aparté, maintenant. Brand, c'est le titre d'une des pièces de théâtre de Ibsen, le dramaturge norvégien. Si tu comptes en faire quelque chose, ça pourrait poser un peu problème, je pense. La pièce originale raconte l'histoire d'un homme d'église qui en vient à sacrifier tout ce qu'il a pour rester fidèle à ses idéaux. Pour info.
    Sinon, et ça, c'est strictement personnel, je m'en rends bien compte... Brand est aussi le nom d'un personnage important des Chroniques d'Ambre, de Roger Zelazny.
    Et c'est aussi le nom d'un personnage du seigneur des anneaux: Brand, fils de Baïn, roi du val.
    Comme quoi, c'est juste un nom. Pour le fait que le titre a déjà été employé... c'est un peu plus gênant, je vais voir ce que je peux faire pour y remedier. Bien que des livres aient déjà porté des titres semblables, cela peut préter à confusion.

    Peut être (je dis bien peut etre* )mais moi je suis un lecteur ignare qui faut aider sinon il comprend pas...
    je ferais de mon mieux pour t'expliquer.

    @ Kerdän: tu as réussit à faire un magnifique discours pour expliquer que tu n'avais rien a dire... Je suis impressionnée.

    ça m'a fait penser à une pièce de Samuel Beckett : Fin de Partie. Tu connais ?
    Je ne l'ai pas lue mais j'aime bien Beckett et ce genre d'auteur.
    Surtout Ionesco, j'ai lu une bonne demi-douzaine de ses pièces et j'y trouve pas mal d'inspiration.

    à quand la suite ?
    Eh bien, j'ai pas mal de travail quand même en semaine (TS, ça pardonne pas), je me suis fait griller ce mercredi après midi, (trois heures de contrôle de physique) et j'aurai du travail ce week-end.
    Mais bon, d'unj autre côté, j'ai déjà écrit trois versions (qui ne me plaisait pas) de la scène deux, je n'ai donc plus beaucoup de travil à faire de se côté là.
    J'espère pouvoir poster ça avant dimanche soir. Mais bon, ils y a toujours des imprévus...

    Luthien

    Edit: j'ai avancé plus vite que prévus. Je posterai la scène deux demain, avant la fin de l'après midi.

  13. #13
    Luthien Invités
    Et bien voilà, la scène 2 est finie. Elle est plus courte que la première mais bon, c'est un monologue, alors bon.
    Voilà



    Scène 2



    BRAND, seul devant sa chaise, une grande agitation l'habite, se traduisant par des gestes brusques. Il semble s'adresser aux silhouettes sur les murs.


    BRAND

    Aujourd'hui je suis seul. Comme lors de toutes les fins de mois - ou est-ce les fins de semaines? Je ne sais plus - Ford est sorti. Il est parti affronter les regards et les murmures des gens. Tous ces badauds qui autrefois me contemplaient dans l'espoir de décrocher quelques pièces rient désormais lorsqu'ils me voient et par dérision me jettent les restes de leur repas.
    Et dire qu'autrefois ils feignaient de m'admirer. Maintenant je sais qu'ils sont viles, hypocrites et lâches, qu'ils ne méritent que mon mépris. Que ne l'ai-je compris plus tôt? La véritable nature des hommes se cache derrière un masque de crainte et de faux respect. Mais sitôt que la peur s'en est allée ils montrent leur vrai visage. Et ce visage représente la fourberie et la haine, c'est une image démoniaque de la bassesse et de la cruauté. On lit dans leurs yeux fous la joie qu'ils éprouvent à achever le loup blessé. Ils me haïssent depuis toujours et désormais, moi aussi, je les hais!
    (Au cours de cette tirade, Brand devient de plus en plus furieux, de plus en plus agité, et ce jusqu'à finir par crier ses derniers mots.)


    (Quelques instants de silence passent au cours desquels Brand s'agrippe violemment à sa chaise, les yeux baissés. Puis, lorsqu'il relève la tête, toute trace de sa colère a disparu.)



    BRAND, soudain anxieux.

    Et si Ford ne revenais pas? S'il m'avait abandonné? Ou si, par rancune ou par ennui, un passant l'avait assassiné? S'il était arrivé malheur. Je serai alors condamné.
    S'il revient, il ne faut plus qu'il reparte, plus jamais. (Secouant la tête en soupirant). Je ne supporte plus la solitude.

    (Noir)



    Voilà.

    Luthien

  14. #14
    Roborune Invités
    Bon, les deux scènes de lues, et tout comme Cristal, le début m'a furieusement fait penser à Beckett (le furieusement n'est pas péjoratif, c'est même plutôt un compliment). Cette obsession de l'oubli et du souvenir qui tourne en rond et se mord la queue... brr, aussi désespérant que Beckett. (Là encore, ce sont des compliments: son monde n'est pas vraiment réjouissant, d'autant qu'il rappelle assez le nôtre).

    Sinon, une ou deux remarques: au début, tu donnes l'argument de la pièce. Je ne sais pas si c'est suite à un édit ou pas, mais je trouve que ça casse un peu l'intrigue. Ca susciterait plus d'inconfort (dans le prolongement de ce que j'ai dit auparavant) et d'intérêt aussi, du coup, si l'on ne savait rien, et qu'on découvrait toutpetit à petit. En plus, je trouve que cet argument fausse un peu la route: on s'attend à tomber sur un univers plein de grandeur et de beaux sentiments, et on tombe surtout un homme torturé et cerclé par le vide. Mais bon, là je tombe dans l'interpétation, forcément subjective.

    Ensuite, pour la deuxième scène, je toruve un peu incongru ce monologue qui débute ainsi. Tu devrais préciser pourquoi il se met tout à coup à parler: il est allé guetter par la fenêtre? Ou bien c'est juste qu'il est (un peu...) fou? Est-ce que dans ce cas tu ne pourrais pas penser à le faire s'adresser à quelque chose ou quelqu'un un miroir, la chaise vide, un homme ou une femme de son souvenir à qui il s'adresserait comme si il/elle était présente? Sa prise de parole n'est pas vraiment motivée, c'est dommage, mais cette impression se dissipe vite par la suite. Ensuite, il y a un léger problème dans l'enchaînement des scènes: on n'a pas vu Ford sortir. Je suppose que c'est que ça se passe un autre jour? Dans ce cas, je suppose que ça poserait problème si tu voulais vraiment que ça puisse être mis en scène, mais par écrit ça ne choque pas vraiment. J'espère que je ne parais pas trop impitoyable, mais j'aime vraiment bien l'ambiance que tu es arrivée à mettre en place .

    Ah, et sinon, Brand, en allemand, ça signifie incendie: je trouve que ça se marie assez bien avec la brusque illumination quand il se lève.

    Enfin, au total, j'ai hâte d'en savoir plus sur ce Brand.

  15. #15
    Luthien Invités
    Enfin. Je désespérait que quelqu'un donne un avis.
    J'aime bien Beckett et je prendrais donc bien l'analogie comme un compliment.

    Sinon, une ou deux remarques: au début, tu donnes l'argument de la pièce. Je ne sais pas si c'est suite à un édit ou pas, mais je trouve que ça casse un peu l'intrigue.
    Que veux tu dire par là?

    Ensuite, pour la deuxième scène, je toruve un peu incongru ce monologue qui débute ainsi. Tu devrais préciser pourquoi il se met tout à coup à parler: il est allé guetter par la fenêtre? Ou bien c'est juste qu'il est (un peu...) fou? Est-ce que dans ce cas tu ne pourrais pas penser à le faire s'adresser à quelque chose ou quelqu'un un miroir, la chaise vide, un homme ou une femme de son souvenir à qui il s'adresserait comme si il/elle était présente? Sa prise de parole n'est pas vraiment motivée, c'est dommage, mais cette impression se dissipe vite par la suite.
    Hum, je crois qu'il est effectivement un peu fou. Mais qui ne l'est pas. En fait quand il parle comme ça, il s'adresse plus ou mons aux silhouetes peintes sur les murs.

    Ensuite, il y a un léger problème dans l'enchaînement des scènes: on n'a pas vu Ford sortir. Je suppose que c'est que ça se passe un autre jour? Dans ce cas, je suppose que ça poserait problème si tu voulais vraiment que ça puisse être mis en scène, mais par écrit ça ne choque pas vraiment.
    Je vois pas vraiment le problème. Il y a eu un noir à la fin de la scène précédente et Brand commence de suite par dire que Ford est sorti. Quand au temps qu'il s'est écoulé entre les deux scènes... Je n'en sait rien.

    J'espère que je ne parais pas trop impitoyable, mais j'aime vraiment bien l'ambiance que tu es arrivée à mettre en place .
    D'abord je ne qualifierait pas d'impitoyable ce que tu me dit vu que c'est constructif et je préfère des avis impitoyables que pas d'avis du tout. Un avis montre que la personne à été touchée par le texte, et c'est déjà ça.
    Je suis heureuse que tu aime bien l'ambiance vu que dans ce texte, comme dans tous mes autres textes d'ailleurs, je cherche à exprimer un sentiment, que je ressent.

    Ah, et sinon, Brand, en allemand, ça signifie incendie: je trouve que ça se marie assez bien avec la brusque illumination quand il se lève.
    J'ai beau avoir fait quatre ans d'allemand, je n'y comprend pas grand chose. La signification est donc une (heureuse) coïncidence.
    J'ai rit ce nom dans le seigneurs des anneaux car j'amais bien sa sonorité. D'ailleurs, le nom du royaume, Estagund, est inspiré d'une ville du val, Escaroth.

    Voilà. Si d'autres personnes voulaient bien donner leur avis, je leur en serait reconnaissante.

    Luthien

  16. #16
    Cristal Invités
    je n'ai pas été gênée comme Roborune par le manque de décor ou par l'absence de Ford. cette scène montre plus ce qui se passe dans l'esprit de Brand, mais elle ne fait pas avancer l'intrigue, donc pour l'instant je me demande un peu où est-ce que tu veux en venir, Luthien. et j'attends la suite pour en savoir davantage...

  17. #17
    Roborune Invités
    Brand était autrefois roi d'Estagund. Puissant et généreux, il a cherché à améliorer les conditions de ses sujets. Tombé dans la misère et confiné à une misérable pièce dans les faubourgs de son ancienne capitale, il ne lui reste plus qu'un seul serviteur, Ford.
    C'est cela, que j'appelle l'argument. Il me semble que si tu le supprimais, cela rendrait Brand d'abord plus mystérieux, et on le prendrait plus facilement pour un vieux fou. Vu que je suppose que la pièce dans son ensemble vise à montrer qu'il est plus profond et moins fou que l'on peut croire, j'aurais pour ma part tendance à supprimer ces quelques lignes, pour déstabiliser le lecteur par la suite. Mais bien évidemment, tu es la seule qui puisse en juger.

    Pour ce qui est du monologue, je pense que tu pourrais préciser qu'il s'adresse aux silhouettes. Pour ce qui est de l'enchaînement, comme je disais, c'est une impression, pas très gênante. Mais si c'était sur scène, vu que normalement il n'y a pas de chute du rideau d'une scène à l'autre,ce serait embêtant; à l'écrit, comme je disais, ça ne choque pas.

    @Cristal: l'absence de décor ne me gêne nullement, je ne vois pas ce qui t'a laissé penser ça?

  18. #18
    Luthien Invités
    cette scène montre plus ce qui se passe dans l'esprit de Brand, mais elle ne fait pas avancer l'intrigue, donc pour l'instant je me demande un peu où est-ce que tu veux en venir, Luthien.
    Sinon, une ou deux remarques: au début, tu donnes l'argument de la pièce. Je ne sais pas si c'est suite à un édit ou pas, mais je trouve que ça casse un peu l'intrigue. Ca susciterait plus d'inconfort (dans le prolongement de ce que j'ai dit auparavant) et d'intérêt aussi, du coup, si l'on ne savait rien, et qu'on découvrait toutpetit à petit.
    Visiblement les avis divergent.
    C'est cela, que j'appelle l'argument. Il me semble que si tu le supprimais, cela rendrait Brand d'abord plus mystérieux, et on le prendrait plus facilement pour un vieux fou. Vu que je suppose que la pièce dans son ensemble vise à montrer qu'il est plus profond et moins fou que l'on peut croire, j'aurais pour ma part tendance à supprimer ces quelques lignes, pour déstabiliser le lecteur par la suite. Mais bien évidemment, tu es la seule qui puisse en juger.
    Hum... tu m'as fait peur en disant que je dévoilait l'intrigue Roborune... Mais finalemment, tu ne sait pas ou je veux en venir.

    Mais si c'était sur scène, vu que normalement il n'y a pas de chute du rideau d'une scène à l'autre,ce serait embêtant; à l'écrit, comme je disais, ça ne choque pas.
    Ford peux quand même sortir discretement pendant le noir. Enfin, je pense.

    Pour ce qui est du monologue, je pense que tu pourrais préciser qu'il s'adresse aux silhouettes.
    Voilà, c'est fait.

    Luthien

  19. #19
    Roborune Invités
    Euh, encore une précision, parce que je suis pas sûre qu'on se soit bien comprises, toutes. Pour les avis qui divergent, je parle de l'argument (du tout début) alors que Cristal parle de la deuxième scène, je crois.

    Et pour ce qui est du noir, tu as raison.

  20. #20
    Boddah Invités
    hmm j'aime bien aussi, mais je rejoins Cristal sur le fait que ça ne fait pas avancer le lecteur, ça peut être frustant de passer d'une scène à l'autre sans avancer...peut être mettre ce monologue dans la scène 1, tu précises que Ford est sortit et là il enchaine son monologue, à part comme la dit Roborune s'il ya un décalage temporelle, mais si c'est le cas c'est vrai que pour la mise en scène c'est confus...en fait, tu fais régner une atmosphère de mystification... :happy:
    faut que je lise la suite pour t'en dire plus, et j'ai envie d'en connaitre davantage c'est surtout pour ça...

  21. #21
    Luthien Invités
    Euh, encore une précision, parce que je suis pas sûre qu'on se soit bien comprises, toutes. Pour les avis qui divergent, je parle de l'argument (du tout début) alors que Cristal parle de la deuxième scène, je crois.
    C'est ce que j'avais comprit.

    faut que je lise la suite pour t'en dire plus, et j'ai envie d'en connaitre davantage c'est surtout pour ça...*
    Va probablement falloir attendre la fin de la semaine. Je suis quand même sensé travailler.

    hmm j'aime bien aussi, mais je rejoins Cristal sur le fait que ça ne fait pas avancer le lecteur, ça peut être frustant de passer d'une scène à l'autre sans avancer...
    C'est pas trop frustrant quand même? Parce que ça risque de pas avancer tout de suite... Enfin, ça dépend du point de vue. Une ou deux scène je dirai. Après on passera dans le vif...

    peut être mettre ce monologue dans la scène 1, tu précises que Ford est sortit et là il enchaine son monologue, à part comme la dit Roborune s'il ya un décalage temporelle
    La première scène est plus une présentation des personnages et une manière de poser la situation initiale qu'autre chose. L'histoire à proprement parler ne commence qu'à partir de la scène 2.

    Luthien

  22. #22
    Boddah Invités
    Originally posted by Luthien@lundi 22 novembre 2004, 19h11
    Euh, encore une précision, parce que je suis pas sûre qu'on se soit bien comprises, toutes. Pour les avis qui divergent, je parle de l'argument (du tout début) alors que Cristal parle de la deuxième scène, je crois.
    C'est ce que j'avais comprit.

    faut que je lise la suite pour t'en dire plus, et j'ai envie d'en connaitre davantage c'est surtout pour ça...*
    Va probablement falloir attendre la fin de la semaine. Je suis quand même sensé travailler.

    hmm j'aime bien aussi, mais je rejoins Cristal sur le fait que ça ne fait pas avancer le lecteur, ça peut être frustant de passer d'une scène à l'autre sans avancer...
    C'est pas trop frustrant quand même? Parce que ça risque de pas avancer tout de suite... Enfin, ça dépend du point de vue. Une ou deux scène je dirai. Après on passera dans le vif...

    peut être mettre ce monologue dans la scène 1, tu précises que Ford est sortit et là il enchaine son monologue, à part comme la dit Roborune s'il ya un décalage temporelle
    La première scène est plus une présentation des personnages et une manière de poser la situation initiale qu'autre chose. L'histoire à proprement parler ne commence qu'à partir de la scène 2.

    Luthien
    hmm oki désolé alors :happy:
    non ce n'est pas frustrant, enfin en tout cas ça ne me fait pas cette effet, mais ça peut l'être pour quelqu'un qui veut de l'action :notme: *bah tu vas repondre qu'elle n'a qu'à aller voir rambo et tu as tout à fait raison lol*
    et je suis tout à fait patient pour attendre l'action car comme tu dis il faut lancer l'histoire, le milieu, les personnages avant tout...
    c'est plus par matiere de vouloir polémiquer et donc chercher quelques defaut, car j'aime vraiment ta pièce...

    aller pour te motiver * :eye: *

  23. #23
    Luthien Invités
    Allez, j'ai de la peine à dépasser le rythme de une scène pa semaine mais bon, je fais ce que je peux



    Scène 3



    BRAND, assis sur sa chaise, droit. FORD


    (La porte du fond s'ouvre et on voit Ford entrer, chargés de multiples sacs. Il commence à les ranger le long du mur, au fond.)


    FORD, enjoué

    Que de monde dehors! le soleil brillait aujourd'hui. Ah, comme il est agréable de retrouver la lumière. Et sa chaleur. Maître, si vous saviez comme c'est bon, vous viendriez vous aussi.


    BRAND, cassant

    Il y a les gens.


    FORD

    Oh les gens. Ils ne sont pas si terribles vous savez; et ils nous aident. Regardez donc ce que nous a offert le meunier. Il vous aimait bien qu'il m'a dit. Et tenez maître, savez vous donc qui j'ai rencontré aujourd'hui?


    BRAND, faché

    tais toi! (Il se lève et se met à marcher, les bras croisés dans son dos). Que m'importe le nom du traître qui t'a menti aujourd'hui. Tous portent le même nom, et ce nom est Satan. Et tous ne m'aident que pour ne pas êtres regardés comme les lâches responsables de ma mort. Comme si leurs pitoyables actions pouvaient compenser ce qu'ils m'ont fait. Et racheter leurs âmes. (Il se place devant Ford et le regarde droit dans les yeux, menaçant). Et toi, comment oses tu me dire que tu as rencontré des gens, quand tu sais que je ne vois plus personne? Comment oses tu me parler d'un astre souillé par les crimes qu'il contemple sans jamais frémir? (Il se détourne, plus las que jamais.) Comment oses tu paraître heureux?


    (Ford se tasse à mesure que Brand l'accable pour finalement s'écrouler à genoux lors de sa dernière question accusatrice.)


    FORD, désespéré

    Je... Maître! Je ne voulais pas.


    BRAND, froid

    Tais toi. Tu n'es guère mieux que les autres finalement. Qu'importe, désormais tu ne me quitteras plus.


    FORD

    Bien maître.


    BRAND

    Tais toi.


    (Ford baisse la tête et se met à pleurer, en silence. Noir.)



    Voilà, j'espère que ça parait avancer un peu plus. Si vous trouvez des fautes d'orthographe, je les enlèverait volontier. C'est souvent difficile de les voir sois même.

    Luthien

  24. #24
    Cristal Invités
    j'aime bien cette scène... on commence à se poser des questions : est-ce que Ford va se rebeller ? est-ce qu'il convaincra Brand de sortir (et de guérir par la même occasion)? à suivre donc...

    une tite faute d'orthographe :
    Que m'importe le nom du traître qui t'a mentit aujourd'hui
    c'est "menti" qu'il faut écrire (participe passé... ! lol )

  25. #25
    Luthien Invités
    Oui, devant le besoin pressant de mes lecteurs à avoir un peu plus de consistance et de, enfin que tout cela avance plus, j'ai donné un peu plus de violence à la scène que ce que j'escomptait initialement
    Et merci pour la faute, qui est désormais corrigée.

    Luthien

  26. #26
    Luthien Invités
    Euh... après plsieurs siècles de débordement et de manque de temps libre, j'ai pu enfin écrire la quatrième scène. Voilà.




    Scène 4



    BRAND, debout, appuyé sur le dossier de sa chaise. FORD, clouant des planches sur la porte.


    BRAND, rêveur.

    Tu vois Ford, cette pièce était un univers naissant. Mais cette porte, là, restait le symbole de sa dépendance vis à vis d'un autre univers, plus grand, et plus terrible. Tant que cette porte était, notre univers ne pouvait vivre libre, constemment souillé qu'il était par le mal extérieur y entrant.
    (Soudain exhalté) Regarde Ford, vois comme tout est plein de vie, regarde comme tout ce monde grandit et devient vrai.


    FORD, regarde d'un air las la porte condamnée puis l'ensemble de la pièce. Soupire.

    Je ne vois que peintures et ombres...
    Maître, ne croyez-vous pas qu'il y aie assez de planches?


    BRAND

    Non, non! Cloue, cloue encore. Cloue tant qu'il reste une vue sur ce passage infernal. Sa simple vue me révulse, et j'y vois passer mes démons. Ouvre tes yeux Ford! Regarde comme tout se transforme. Vois les couleurs, le son, et la lumière.


    FORD, tapant de son marteau sur les planches.

    Pour tout son, je n'entends que celui-ci. Et cette pièce est toujours aussi mal éclairée.


    BRAND

    Non Ford, il faut voir plus loin. Le rêve est là, tout proche. Il est la délivrance. Viens Ford! Partage mon voyage et suis moi sur le chemin du bonheur!


    FORD

    Je ne sais maître. Je vais finir de clouer la porte.


    BRAND

    Je t'attends Ford. Ce monde est trop beau pour que je te laisse en arrière, après tout ce chemin.


    FORD

    A quoi bon maître? Nous sommes morts, et notre époque est révolue.


    BRAND

    Ford, tu m'exaspère. Mais je suis patient, je te connais. Tu viendras.


    FORD

    Sans doutes maître. Je vous ai toujours cédé. Et pour votre propre malheur.


    BRAND

    Pourquoi donc résister, puisque tu céderas?


    FORD

    Je suis notre seule conscience.


    (Brand rit, et gambade, enjoué par ses visions. Noir.)

  27. #27
    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages 
    1 067
    Je ne sais que dire... J'ai toujours eu du mal avec le théâtre. Pas forcément en terme d'histoire (je n'ai pas de problème à voir les pièces) mais de lecture. Je n'arrive pas à bien lire une pièce de théâtre. Bon, d'accord, ici c'est relativement simple (n'y vois aucune critique négative, je parle du nombre d'acteurs et du décor), mais il n'empêche...

    Bref, je ne pourrais commenter "que" l'histoire, mais là encore je ne vois pas bien où ça pourrait mener... Je trouve que Ford n'a pas beaucoup de chance de vivre dans l'illusion de Brand, il a l'air désemparé devant l'attitude de son maître, qui, en changeant constemment d'humeur, me laisse (moi, lecteur) perplexe.

    (n'hésite pas à dire que je parle pour ne rien dire, si tu le penses... Parfois je ne m'en rends pas compte)
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  28. #28
    Luthien Invités
    Non, tu ne parles pas pour ne rien dire.
    Si le cadre est très simple, c'est pour ne pas noyer le fond dans la forme.

    Bref, je ne pourrais commenter "que" l'histoire, mais là encore je ne vois pas bien où ça pourrait mener...
    Oui... pour l'instant, peu de choses apparaissent. Mais le but de la pièce est avant tout l'expression d'une partie de ma vision de l'humanité, plus que d'écrire une histoire qui soit toujours totalemment réaliste. Et je ne me cantonne pas au domaine réel, Brand est complètement perdu dans ses rêves...

  29. #29
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    445
    C'est cet orgueuil qui a causé ma perte
    scène I
    Et si Ford ne revenais pas
    scène II
    S'il était arrivé malheur.
    scène II points de suspension ou d'interrogation?


    Pour le monologue de la scène II, je pense que tu devrais essayer de fluidifier la première tirade. Même s'il s'adresse aux fresques murales, je trouve que ça ne rend pas bien l'isolement de Brand. On dirait qu'il est en train d'écrire une lettre.


    Sinon l'idée de l'homme se complaisant dans sa solitude et sa tristesse est interessante. Il sait qu'il existe des alternatives, mais veut s'avouer vaincu pour rester en dehors du reste du monde... interessant...

    Du reste, toi tu te complais à dire que tu espères des changements dans le comportement de l'être humain, sans préciser ce que tu souhaiterais
    -No. No! NO! Stop it! Stop it, please! I beg you! This is sin! This is sin! This is sin! It's a sin, it's a sin, it's a sin!
    -Sin? What's all this about sin?
    -That! Using Ludwig Van like that! He did no harm to anyone. Beethoven just wrote music!

  30. #30
    Luthien Invités
    Pour le monologue de la scène II, je pense que tu devrais essayer de fluidifier la première tirade. Même s'il s'adresse aux fresques murales, je trouve que ça ne rend pas bien l'isolement de Brand. On dirait qu'il est en train d'écrire une lettre.
    brand aime s'entendre parler, il a apprit à discourir, à paraitre... les mots impressionnent les gens simples, et Brand aimait impressionner.

    scène II points de suspension ou d'interrogation?
    Non, Un point normal, c'est une sorte de conclusion de la pensée de brand.

    Du reste, toi tu te complais à dire que tu espères des changements dans le comportement de l'être humain, sans préciser ce que tu souhaiterais
    Et toi à me demander ce que je souhaite... peut-être que la suite apportera un semblant de réponse... non, une conclusion à cet espoir plutôt, enfin.
    J'espère que les hommes vont devenir conscient de la monstruosité de leur comportement en tant qu'entité globale.

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251