Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: L'empereur Griffon

  1. #1
    Akiro Invités
    Prologue:

    Grizack était le meilleur, ou du moins le meilleur combatant de la région.
    Un verre de bierre à la main, il prenait du bon temps dans l'auberge du village. La rumeur de l'étranger arrivant dans la régionétait rapidement passée, et Grizack savait bien qu'il était venu pour défier un champion, c'est-a-dire Grizack lui-même.
    Il se leva et éssuya d'imposante main sur sa chemise. Il prit son épée longue posée par terre et enfilla sa cotte de mailles. Grizack se mit en route pour le dojo. Si un combat doit avoir lieu, c'est là-bas qu'il se passera. C'est alors qu'il le vit. Habillé d'une armure de plates intégrale avec des épaulettes en or et arborrant des drapures rouges, l'étranger était assi dans un fauteuil et essuyait une épée a deux mains d'une telle qualité qu'elle semblait sortir tout droit des forges naines. Il ne saurait jamais combien il était loin de la vérité.

    -Comment t'appelles tu et que viens tu faire ici? questionna posement Grizzack.
    -Je viens affronter le champion de la région et je ne dirait mon nom lorsque le combat débuterra.

    Déconcerté par une réplique aussi cinglante, il oublia quelques instant ce qu'il devait répondre. Au bout d'une poignée de munites silencieuses, Grizack reprit confiance en lui.

    -Je suis le champion. C'est moi que tu doit affronter.
    -Je reffuse d'affronter un bon a rien plein de graisse qui raconte des bobards.Toi, un champion? laisse-moi rire!

    Fort ou non, Grizack sentait la colère monter en lui.Il explosa:

    -Tu me crois pas? On va régler ça dans un duel a mort! viens si tu n'est paq un lache!
    -Je relève le "défi". De toutes façons, j'ai besoin de me faire la main avant d'affronter un vrai adversaire.
    -Tu va morfler!

    Le reste de la journée fut consacré a mettre des affiches dans le reste de la ville, car le combat devrait se dérouler en public.

    Grizack était confiant. Personne ne l'avait jamais vaincu. Il se rememorra un ancien exploit quand il avait mit en fuite une dizaine de brigands qui essayait de piller le village. La vérité, c'est que cette mascarade avait été mise en place par son père,le Maître de la région;, mais Grizack n'en savait rien. Toutes les filles du coin le trouvait charmant avec ses longs cheveux bruns et ses yeux de la même teinte, Grizack pensait qu'elles venait a lui pour ses exploits, car à 38 ans on n'est plus aussi beau qu'avant, croyait-il.
    Il reporta ses idées sur l'étranger. A son avis, cet homme avait vingt ans, L'âge que aurait dût avoir son fils demain. Aurait dût, parce qu'il c'était débarrassé de son fils le jour même de sa naissance, en le jettant dans un torrent de lave. Une pensée le hanta un moment. Et si cet étranger était son fils, revenu pour se venger? Il écarta cette hypotèse. Comment un nourrisson de quelques heures pourrait survivre dans un torrent de feu? Impossible Pensait-il.Pourtant, il avait des cheveux roux comme la lave, des cheveux lui arrivant jusqu'au cou. Il se retourna dans son lit et tenta de trouver le sommeil.

    Le coq chanta. Tiré d'un court sommeil, Grizack s'habilla rapidement, enfilla sa plus belle cote de mailles, celles réservée au batailles, et prit son arme, l'épée longue appelée Durock.

    Arrivé au dojo, il se fraya un passage dans la foule, entra dans l'arrène et se retrouva en face de son adversaire, l'étranger.

    -Ca fait deux heures que je t'attends. On m'a confirmé que tu est le champion, et donc je me dois de dire mon nom. Je suis Griffon. Et toi?
    -Grizack.
    -on va pouvoir commencer.

    Griffon baissa la tête et commença à dégainer son arme. Une bouffée de chaleur envahit la pièce. Plus il sortait l'arme acrochée dans son dos, plus il faisait chaud.
    Une fois son épée tenue bien dans les deux mains, il releva lentement la tête. Grizack fut raffraichit par un frisson qui lui parcourrut la nuque pour aler disparraître dans le bas du dos. Son regard était de braise, le pendentif qu'il portait autour du cou sembla se réveiller. L'arme de l'étranger s'enfflama. Paralysé par la terreur, Grizack succomba au premier assaut de Griffon. Les derniers mots qu'il entendit allait le tourmenter pendant des siècles apres sa mort:
    Tu a voulut te débarrasser de moi en me jetant dans un torrent de feu. Ton plan a raté, père.


    Voila! J'epère que vous aimerez, et ne soyez pas trop durs avec un ado de 14 ans pour les critiques!

  2. #2
    Mr. Ouille Invités
    Pas mal pour un début. Je vais faire quelques critiques en espérant qu'elles te permettront d'améliorer ton style. Tu écris déjà à ton âge, c'est positif car tu as plein de temps devant toi pour t'améliorer. Courage!

    bon les remarques

    Grizack était le meilleur, ou du moins le meilleur combatant de la région.
    Non, Grizack est nul comme on peut le voir dans la suite de ton texte. C'est dans sa tête qu'il croît être le meilleur

    ex: Grizack pensait être le meilleur combattant du pays, ou du moins le meilleur combattant de la région

    Dans la deuxième phrase tu devrais faire le lien entre l'auberge et la rumeur.

    ex: Un verre de bierre à la main, il passait un bon moment à l'auberge du village lorsqu'il apprit la nouvelle : un étranger était récemment arrivé au village et cherchait à défier le champion

    Il ne saurait jamais combien il était loin de la vérité
    Là tu casses un peu le suspens si tu insinues déjà que Grizack va y passer

    Au bout d'une poignée de munites silencieuses, Grizack reprit confiance en lui.
    A ce stade il n'a aucune raison d'avoir peur mais juste d'être surpris
    ex : Après une minute de silence Grizack se ressaisit et lança :


    Je reffuse d'affronter un bon a rien plein de graisse qui raconte des bobards.Toi, un champion? laisse-moi rire!
    Evite le language courant "bobards etc.."
    ex : Le champion? Toi? Laisse-moi rire! Je ne vois qu'un ivrogne gras et stupide

    Tu va morfler!
    Evite ça dans du médiéval fantastique

    ex:Tu vas regretter d'être venu au monde

    Pour l'histoire des affiches c'est pas très réaliste, c'est trop moderne comme technique. Ecris plutôt que des crieurs publics vont annoncer le combat aux quatre coins du village.

    Il se rememorra un ancien exploit quand il avait mit en fuite une dizaine de brigands qui essayait de piller le village. La vérité, c'est que cette mascarade avait été mise en place par son père,le Maître de la région;, mais Grizack n'en savait rien
    Ce passage doit être retravaillé, il y a des lourdeurs et des maladresses
    ex : Tous les villageois avaient encore en mémoire comment il avait fait fuir toute une bande de brigands qui avaient essayé de piller le village. La vérité est que cette attaque avait été une mascarade montée de toutes pièces par son père, le gouverneur de la région. Et le pire c'est que Grizack n'en savait rien!

    Elimine le passage où Grizack pense que l'étranger pourrait être son fils. Tu gâches l'effet de surprise à la fin du texte.

    Ca fait deux heures que je t'attends. On m'a confirmé que tu est le champion, et donc je me dois de dire mon nom. Je suis Griffon. Et toi?
    Si l'étranger s'est renseigné, il connaît déjà le nom du champion non ?

    Griffon baissa la tête et commença à dégainer son arme. Une bouffée de chaleur envahit la pièce. Plus il sortait l'arme acrochée dans son dos, plus il faisait chaud.
    ex : Griffon baissa la tête et commença à dégainer l'arme qu'il portait dans son dos. Une bouffée de chaleur envahit la pièce. La température ne cessait d'augmenter à mesure que la lame sortait du fourreau.

    Grizack fut raffraichit par un frisson qui lui parcourrut la nuque pour aler disparraître dans le bas du dos
    Le mot raffraîchi ne colle pas à la scène de chaleur

    Paralysé par la terreur, Grizack succomba au premier assaut de Griffon.
    Ne le fais pas mourir tout de suite
    ex : Paralysé par la terreur, Grizack ne put parer l'assaut de Griffon.

    Les derniers mots qu'il entendit allait le tourmenter pendant des siècles apres sa mort:
    Le mot siècle n'est pas à sa place
    ex: Les derniers mots qu'il entendit avant de mourir allaient le tourmenter pour l'éternité

    Tu a voulut te débarrasser de moi en me jetant dans un torrent de feu. Ton plan a raté, père.
    Essaye quelque chose d'un peu plus théatral

    ex : Tu pensais t'être débarassé de moi dans ce torrent de feu? Tu as échoué père!



    Concernant l'intrigue, il faudra que tu expliques à un moment ou à un autre (pas nécessairement dans le prologue) pourquoi Grizack a voulu tuer son fils.

    Pour l'instant ça me semble original comme idée c'est pourquoi j'ai pris la peine de critiquer. Cependant si tu ne souhaites pas ce genre de corrections fais-le savoir afin que la prochaine fois je ne perde pas mon temps .

    Fais gaffe à l'orthographe. Et n'oublies pas que si on a du plaisir à écrire, il faut que les autres aient du plaisir à nous lire.

    Salut





  3. #3
    Akiro Invités
    Merci beaucoup pour les critiques. Je vais essayer de m'améliorer pour la suite, que je mettrais ici (ou pas loin) a la rentrée (je pars demain et reviens dans deux semaines ). je feait aussi peut-etre une version corigée.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251